UNIVERSITE MOHAMED BEN ABDELLAH  FACULTE DES SCIENCES DHER EL MEHREZ FES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE  <ul><li>PARASITOLOGIE DE...
Sommaire <ul><li>A -  NOTIONS ET CONCEPTS DE BASE </li></ul><ul><li>B – PARASITOSES HYDRIQUES </li></ul><ul><li>C – RECHER...
A -  NOTIONS ET CONCEPTS  DE BASE <ul><li>Parasitologie : définition </li></ul><ul><li>Différents types de parasites </li>...
Parasitologie <ul><li>La parasitologie est la science qui étudie les  parasites  </li></ul><ul><li>Le  parasite  (para = à...
Caractères du parasite   <ul><li>Le parasite est toujours  plus petit  que son hôte </li></ul><ul><li>Le parasite  vit au ...
Différents types de parasites   <ul><li>1 - Localisations des parasites   </li></ul><ul><li>2 - Taille des parasites </li>...
Localisations des parasites
Taille des parasites   <ul><li>Microparasites </li></ul><ul><li>- Protozoaires </li></ul><ul><li>- microscopiques </li></u...
Mode de vie des parasites <ul><li>Parasitisme facultatif  : organismes pouvant vivre en tant que  parasites  ou mener une ...
Parasitisme obligatoire   <ul><li>Parasitisme temporaire   </li></ul><ul><li>parasite     une brève   période.   </li></u...
Les différents types d'hôtes   <ul><li>Les hôtes obligatoires   </li></ul><ul><li>Développement   du parasite   </li></ul>...
Les hôtes obligatoires    <ul><li>L’hôte définitif (HD) ou hôte primaire ou principal </li></ul><ul><li>parasite  adulte <...
Les hôtes facultatifs ou auxiliaires  <ul><li>Les hôtes vecteurs   ( HV ) </li></ul><ul><li>agents transmetteurs  des para...
réservoirs de parasites (RP)   <ul><li>- affection inapparente; </li></ul><ul><li>- abondance;  </li></ul><ul><li>- contac...
Voies d'entrée et de sortie du parasite   <ul><ul><li>Voie d'entrée : Mode d'infestation   </li></ul></ul><ul><li>-   par ...
Cycles parasitaires   <ul><li>Suite des différentes étapes de la vie permettant le passage d’une génération du parasite à ...
les différents types de cycles <ul><li>Cycles directs   </li></ul><ul><li>monoxènes </li></ul><ul><li>holoxènes </li></ul>...
Cycles directs   <ul><li>Cycle direct court   </li></ul><ul><li>parasite  directement infestant ,  dès sa sortie de l’hôte...
Cycle direct court   Cycle  d’Entamoeba histolytica Cycle  d’Enterobius vemercularis
Cycle direct long   Cycle  d’ Isospora belli Cycle  d’Ascaris lumbricoides
Cycles indirects   <ul><li>Cycle dixène   =  HD + HI1 </li></ul><ul><li>Cycle à trois hôtes= HD + HI 1 + HI2 </li></ul><ul...
Cycle dixène   =  HD + HI1
Hôte intermédiaire (HI1)   <ul><li>   passif   </li></ul><ul><li>toute espèce (Mammifères, poissons, crustacés, Mollusque...
Hôte intermédiaire (HI1) Cycle du  Taenia  : HI1 passif Cycle d’ Onchocerca  : HI1 actif
Cycles à trois hôtes= HD + HI 1 + HI2 <ul><li>HD :  adultes , reproduction  sexuée </li></ul><ul><li>HI1 :  Larves , repro...
Cycles à quatre hôtes =  HD+  HI 1 +HI2+ HP <ul><li>HD : adultes, reproduction sexuée </li></ul><ul><li>HI1 : Larves, repr...
Place de l’Homme dans les cycles parasitaires   <ul><li>-  étape normale </li></ul><ul><li>-  étape annexe  : hôte acciden...
Place de l’Homme dans les cycles parasitaires Taenia :  normale Dipylidium caninum :  annexe Larva migrans :  Vraie impass...
Éléments favorables au maintien du cycle parasitaire <ul><li>Facteurs liés au  parasite </li></ul><ul><li>Facteurs liés à ...
Facteurs liés au parasite <ul><li>Formes de résistance  </li></ul><ul><li>Reproduction </li></ul><ul><li>Synchronisme des ...
Formes de résistance <ul><li>œufs   (Nématodes, Cestodes, Trématodes), </li></ul><ul><li>oeuf quiescent </li></ul><ul><li>...
Potentiel biotique et pérennité des espèces :   Reproduction sexuée <ul><li>-  facilitée </li></ul><ul><li>-  Hermaphrodis...
Potentiel biotique et pérennité des espèces  multiplication asexuée   <ul><li>-  divisions binaires   fréquentes : (Cilié ...
Spécificité parasitaire <ul><li>Oïoxène  :  une seule espèce d'hôte </li></ul><ul><li>Sténoxène  : espèces d'hôtes apparen...
Facteurs liés à l’hôte  <ul><li>-  Réservoir de parasite   </li></ul><ul><li>-  Facteurs éthologiques   ( ethnie, sexe, âg...
Facteurs liés au milieu extérieur <ul><li>-  Géographie  :  (hôte et parasite présents ensemble) </li></ul><ul><li>-  Fact...
Notions importantes découlant du cycle parasitaire <ul><li>Épidémiologie   : C'est l'ensemble des facteurs conditionnant l...
B - Parasitoses hydriques <ul><li>Les parasitoses hydriques sont les maladies parasitaires transmises par l'eau  </li></ul...
Parasitoses du péril fécal Notion du péril fécal <ul><li>Transmission des maladies parasitaires par les  excrétas (selles ...
Parasitoses du péril fécal   Les principaux agents responsables   <ul><li>1 -  L'homme (Anthroponose) </li></ul><ul><li>Da...
Parasitoses du péril fécal Transmission des affections parasitaires   <ul><li>Cycle direct court  :  ingestion d'eau, de f...
Principales Parasitoses du péril fécal : Parasites cycle Amibes, Flagell é s, Coccidies monox è nes (Cryptosporidium, Cycl...
Protozoaires du péril fécal : Classification <ul><li>E. Sarcomastigophora, s/E Sarcodina (ou Rhizopodes ) , (sarcos = chai...
Protozoaires: Classification <ul><li>E. Ciliophora (ou Ciliés ) </li></ul><ul><li>O.Trichostomatiida </li></ul><ul><li>F. ...
Protozoaires: Classification <ul><ul><li>E. Microspora (Microsporidies) </li></ul></ul><ul><li>(micro = petit, sporos = gr...
Amibiase (amoebose)  Étiologie    <ul><li>Entamoeba histolytica </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Sarc...
Amibiase : Étiologie   <ul><li>forme kystique =  agent de transmission  sphérique 10 - 14  μ m de diamètre, réfringent, in...
Amibiase : cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>a) Cycle non pathogène.  Ingestion d'un kyste mûr  ...
Amibiase : Épidémiologie <ul><li>déjections humaines  souillant l'eau, les crudités, les mains, le sol et transport par le...
Giardiose : Étiologie <ul><li>Giardia intestinalis  (=  G. duodenalis , =  G. lamblia ),   </li></ul><ul><li>Classificatio...
Giardiose : Étiologie <ul><li>kyste: ovoïde, coque mince, claire, lisse, réfringente, 12 x 8 µm; 2 noyaux à l'émission + u...
Giardiose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD  = homme (animaux) </li></ul><ul><li>Multiplicat...
Giardiose : Épidémiologie <ul><li>RP  = homme  </li></ul><ul><li>cosmopolite, </li></ul><ul><li>affection liée au péril fé...
Balantidiose : Étiologie   <ul><li>Balantidium coli </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Ciliophora </li>...
Balantidiose : Étiologie <ul><li>Kyste : sphérique, 50µm, 2 noyaux : macronucléus et micronucléus </li></ul>
Balantidiose <ul><li>cycle direct court </li></ul><ul><li>HD  = porc, chien, homme  </li></ul><ul><li>localisation des tro...
Coccidioses monoxènes   Isosporose : Étiologie     <ul><li>Isospora belli   </li></ul><ul><li>classification </li></ul><ul...
Isosporose : cycle de développement <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD : homme, animaux </li></ul><ul><li>les ...
Isosporose : Épidémiologie <ul><li>RP  : homme, animaux </li></ul><ul><li>contamination par ingestion d'oocystes mûrs cont...
Coccidioses monoxènes Cryptosporidiose : Étiologie <ul><li>Cryptosporidium parvum   </li></ul><ul><li>Classification </li>...
Cryptosporidiose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>comparable au cycle des  Isospora </li></ul...
Cryptosporidiose : Épidémiologie <ul><li>cosmopolite,  </li></ul><ul><li>chez les immunocompétents:  responsable d'environ...
Coccidioses monoxènes Cyclosporose : Étiologie <ul><li>Cyclospora cayetanensis </li></ul><ul><li>Classification </li></ul>...
Cyclosporose :  Cycle évolutif  <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>comparable au cycle des  Isospora et Cryptospr...
Cyclosporose :   Épidémiologie:  <ul><li>RP  : homme, animaux </li></ul><ul><li>Amérique du Nord et Centrale, Asie; tend à...
Coccidioses monoxènes  Identification différentielle des oocystes  Cryptosporidium Cyclospora Isospora 4 - 6 8 - 10 >20 Ta...
Coccidioses monoxènes :  Identification différentielle des oocystes
Coccidioses hétéroxènes Sarcocystose  : Etiologie <ul><li>Sarcocystis bovi-hominis, S. sui-hominis  ancienne appellation :...
Sarcocystose : cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD  = carnivore (animaux et homme) </li></ul...
Sarcocystose : Épidémiologie <ul><li>contamination orale (ingestion de bradyzoïtes dans la viande);  </li></ul><ul><li>cos...
Toxoplasmose : Étiologie <ul><li>Toxoplasma gondi </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa (Sporo...
Toxoplasmose : Cycle de développement <ul><li>Direct court ou indirect dixène </li></ul><ul><li>HD : félidé  </li></ul><ul...
Toxoplasmose : Épidémiologie <ul><li>Zoonose cosmopolite </li></ul><ul><li>Principales sources de contamination humaine : ...
Microsporidiose : Étiologie <ul><li>Plusieurs espèces dont  Encephalitozoon cuniculi, E. intestinalis, Nosema corneum… </l...
Microsporidiose <ul><li>cycle direct court </li></ul><ul><li>Le tubule polaire dévagine dans le tube digestif et injecte l...
Némathelminthes : Nématodes   <ul><li>Vers cylindriques  non segmentés à extrémités effilées recouverts d’une cuticule rés...
Nématodes : morphologie
Nématodes : classification Aphasmidiens : D é pourvus de phasmides; le stade infestant pour l'HD est le stade L1 Trichinel...
Oxyurose : Etiologie <ul><li>Enterobius vermicularis </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte :  petit ver ...
Oxyurose : Etiologie <ul><li>Œuf : ovoïde, asymétrique, une face presque plane; coque lisse incolore et fine </li></ul><ul...
Enterobius : cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>HD  = homme, vers adultes situés dans la dernière...
Oxyurose : Épidémiologie <ul><li>RP  = homme </li></ul><ul><li>cosmopolite  </li></ul><ul><li>favorisé par promiscuité et ...
Ascaridiose : Etiologie <ul><li>Ascaris lumbricoides </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte  : Ver blanc ...
Ascaridiose : Étiologie <ul><li>Œuf : ovoïde, double coque, l'externe est brune et mamelonnée, l'interne est lisse et jaun...
Ascaridiose : cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD  = homme,  </li></ul><ul><li>vers adultes dans...
Ascaridiose : Epidémiologie <ul><li>RP  = homme,  </li></ul><ul><li>cosmopolite, endémique dans les pays chauds et humides...
Ancylostomose : Etiologie <ul><li>Ancylostoma duodénale  et  Ancylostoma sp.  ( de ankylo = crochu et stome = bouche) </li...
Ancylostomose : Etiologie <ul><li>Œuf  : 65 µm /40  μ m ovoïde, coque mince, lisse transparente, incolore, contient 4 à 8 ...
Ancylostomose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long   </li></ul><ul><li>HD  = homme </li></ul><ul><li>vers adultes lo...
Ancylostomose : Epidémiologie: <ul><li>R P  = homme, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal humain </li></ul><ul><l...
Trichocéphalose : Etiologie <ul><li>Trichuris trichiura  </li></ul><ul><li>Trichocéphale (de Thrix = cheveu et Céphale = t...
Trichocéphalose : Etiologie <ul><li>Œuf : forme de citron, un bouchon muqueux proéminent à chaque pôle, double coque: exte...
Trichocéphalose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD  = homme, les vers adultes sont situés au ...
Trichocéphalose : Epidémiologie  <ul><li>RP  = homme, </li></ul><ul><li>cosmopolite, surtout pays chauds et humides </li><...
Anguillulose : Etiologie <ul><li>Strongyloides stercoralis </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adulte générat...
Anguillulose : Etiologie <ul><li>Stades larvaires: L1: rhabditoïde; (250 µm, double renflement oesophagien); L2: strongylo...
Anguillulose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD  = homme,  </li></ul><ul><li>les femelles par...
Anguillulose : Epidémiologie <ul><li>R P.  = homme principalement </li></ul><ul><li>pays chauds et humides :  infestation ...
Larva migrans viscérale : Toxocarose <ul><li>Étiologie :  Toxocara canis ,  T. cati </li></ul><ul><li>Ascaris du chien en ...
Toxocarose <ul><li>Œuf  : sub-sphérique 75 x 90 µm, non Embryonné (contenant une seule cellule remplissant la presque tota...
Toxocarose <ul><li>cycle direct long </li></ul><ul><li>HD  = chien, vers adultes dans l'intestin grêle </li></ul><ul><li>é...
Larva migrans cutanée  :  dermatite rampante à ankylostome ( Larbish  <ul><li>Ankylostomes d' animaux  </li></ul><ul><li>A...
Dermatite rampante à ankylostome ( Larbish) <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD  = animaux surtout chien </li><...
Larva migrans : Gnatostomose <ul><li>Gnathostoma spinigerum  : </li></ul><ul><li>Chien et chat  </li></ul><ul><li>Gnathost...
Plathelminthes  <ul><li>Vers plats </li></ul><ul><li>Aspect foliacé ou rubané  </li></ul><ul><li>Segmenté ou non </li></ul...
Cestodes <ul><li>Morphologie générale des adultes: </li></ul><ul><li>Corps rubané </li></ul><ul><li>scolex (tête) avec org...
Cestodes : classification O. Pseudophylid é s O. Cyclophylid é s Allong é ,  2 bothridies,  pas de crochets Piriforme,  4 ...
Cestodes : Classification Taenia, Echinococcus F. Taeniidea (pores g é nitaux altern é s le long du corps)  O. Cyclophylid...
Cestodes : scolex et proglottis
Cyclophélidés : Proglottis
Taeniasis à Taenia inerme : Étiologie <ul><li>Taenia saginata   (du latin taenia = ruban) </li></ul><ul><li>Morphologie:  ...
Taeniasis à  T saginata  : Etiologie <ul><li>Segments mûrs   </li></ul><ul><li>rectangulaires (15 à 20 mm x 5 à 7 mm) à no...
T.Saginata  : cycle de développement <ul><li>cycle indirect dixène   </li></ul><ul><li>HD  = homme, le ver adulte, souvent...
T.Saginata   :  Épidémiologie <ul><li>cosmopolite,  </li></ul><ul><li>liée à la consommation de viande bovine crue ou insu...
Taeniasis à Teania armé et cysticercose : Etiologie <ul><li>Taenia solium   </li></ul><ul><li>Morphologie:  </li></ul><ul>...
Taeniasis à  T.solium  et cysticercose : Etiologie <ul><li>Cucurbitain : utérus relativement peu ramifié </li></ul><ul><li...
Taeniasis à Teania armé et cysticercose :cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD  = homme (possi...
Taeniasis à T.solium et cysticercose : Épidémiologie <ul><li>Taeniasis: </li></ul><ul><li>cosmopolite, à l'exception des r...
Hydatidose : Etiologie <ul><li>Echinococcus granulosus   </li></ul><ul><li>Morphologie:  </li></ul><ul><li>Adulte : 4 à 6 ...
Hydatidose : Etiologie <ul><li>Œuf : embryophore </li></ul><ul><li>19 µm de diamètre avec une coque kératinisée et striée....
Hydatidose : Etiologie <ul><li>larve de type vésiculeuse composée = métacestode: siège de reproduction asexuée ==> grande ...
E. Granulosis : cycle de développement <ul><li>cycle indirect dixène   </li></ul><ul><li>HD  = canidés (nombreux vers vive...
Hydatide :   Epidémiologie <ul><li>RP  = chien dans les régions d'élevage, et canidés sauvages </li></ul><ul><li>résistanc...
Cénurose <ul><li>Impasse parasitaire : Infestation accidentelle de l’homme par des larves de Taenia d’animaux : </li></ul>...
Échinococcose alvéolaire: Étiologie <ul><li>Echinococcus multilocularis </li></ul><ul><li>Morphologie:  </li></ul><ul><li>...
Échinococcose alvéolaire: <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>comparable à celui de  E. granulosus , mais: </l...
Hymenolepiase : Étiologie <ul><li>Hymenolepis nana </li></ul><ul><li>Morphologie:  </li></ul><ul><li>Adulte  : C’est  le p...
Hymenolepiase : Étiologie <ul><li>Œuf : embryophore ovoïde, 45 μ m, embryon hexacanthe, coque externe mince, coque interne...
Hymenolepis nana :  Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>HD  = homme, héberge plusieurs centaines d...
Hymenolepiase   :   Épidémiologie: <ul><li>maladie des mains sales,  </li></ul><ul><li>liée au péril fécal,  </li></ul><ul...
Dipylidium  caninum <ul><li>Parasite habituel du chat et du chien </li></ul><ul><li>15 à 60cm / 2 à 3 mm </li></ul><ul><li...
Dipylidium  caninum <ul><li>Proglottis allongés pourvu d’un double appareil génital (2 pores génitaux par anneau) </li></u...
Dipylidium caninum <ul><li>Cycle indirect dixène   </li></ul><ul><li>HD  = Canidés  </li></ul><ul><li>Les proglottis mûrs ...
Bothriocéphalose : Etiologie   <ul><li>Diphyllobothrium latum </li></ul><ul><li>Morphologie:  </li></ul><ul><li>adulte : 2...
Bothriocéphalose : Étiologie <ul><li>Œuf :  </li></ul><ul><li>70 x 45 µm, forme ovoïde trapue (aspect d'oeuf de poule),  <...
Bothriocéphalose : cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à 4 hôtes </li></ul><ul><li>HD  = mammifères ichtyophages. </li><...
Bothriocéphalose : Épidémiologie  <ul><li>RP : animaux domestiques et sauvages </li></ul><ul><li>régions où le poisson d'e...
Trématodes <ul><li>Généralités sur les Trématodes Digènes  </li></ul><ul><li>Morphologie </li></ul><ul><li>Adulte  : aspec...
s/C. Trématodes Digénétiques  O. Prosostomata Fasciola hepatica, F. gigantica, Fasciolopsis buski F. Fasciolidae s/O Param...
Trématodes : Cycle de développement
Trématodes : Cycle de développement Schistosomes Douves
Distomatoses <ul><li>Parasitoses dues aux douves </li></ul><ul><li>3 groupes en fonction de la localisation des adultes ch...
Distomatoses hépatiques : Fasciolose : Étiologie <ul><li>Fasciola hepatica   </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul>...
Fasciolose : Etiologie <ul><li>Œuf : ovoïde, allongé 140  μ m /70um </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle </li></ul><ul><li...
Fasciolose : Cycle de développement <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD  = herbivores (ovins, bovins) et ho...
Fasciolose :  Epidémiologie: <ul><li>RP  = bovidés (et ovidés), </li></ul><ul><li>ingestion de plantes aquatiques (cresson...
Clonorchiase : Etiologie <ul><li>Clonorchis sinensis , douve de chine,  </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>A...
Clonorchiase : Etiologie <ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovoïde 30µm/15µm </li></ul><ul><li>Opercule saillant à un pôle </...
Clonorchiase : Cycle évolutif <ul><li>cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD  = homme (et Mammifères), localisation...
Clonorchiase : Épidémiologie: <ul><li>RP  = animaux,  </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal humain mais surtout an...
Opisthorchiase : Étiologie <ul><li>Opisthorchis felineus , Douve des chats </li></ul><ul><li>( O. viverrini ) </li></ul><u...
Opisthorchiase : Etiologie <ul><li>Œuf :  </li></ul><ul><li>Ovoïde 30  μ m /15  μ m, coque lisse mince </li></ul><ul><li>O...
Opisthorchiase : Cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à trois hôtes </li></ul><ul><li>HD  = Mammifères (chat, chien, lout...
Opisthorchiase : Épidémiologie <ul><li>RP  animaux (chats )  </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal animal </li></u...
Distomatoses hépatiques : comparaison entre les espèces O. felinus C. sinensis F. gigantica F. hepatica 7-12mm/2,5mm 1-2cm...
Distomatoses intestinales :  Fasciolopsis   <ul><li>Fasciolopsis buski </li></ul><ul><li>Adulte : 3,7cm/1,5cm </li></ul><u...
Fasciolopsis <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>HD  = Porc et homme, </li></ul><ul><li>Adultes dans l’i...
Metagonimose  <ul><li>Metagonimus yokogawai </li></ul><ul><li>adulte 1-2,5mm/0,4-0,75mm </li></ul><ul><li>Œuf :  </li></ul...
Metagonimose <ul><li>Cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD  = Canidés, félidés, oiseaux et homme, </li></ul><ul><l...
Heterophyes <ul><li>Heterophyes heterophyes </li></ul><ul><li>Adulte : 1-1,7mm/ 0,3-  0,4mm </li></ul><ul><li>Œuf :  </li>...
Heterophyes <ul><li>Cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD  = Canidés, félidés, oiseaux et homme, </li></ul><ul><li...
Distomatoses intestinales :  comparaison entre les espèces H. heterophyes M. yokogawai F. buski 1-2mm/0,5mm 1-2,5mm/0,4-0,...
Distomatoses pulmonaires (Paragonimose) : Etiologie <ul><li>Paragonimus westermani, P. ringeri, P. kelicotti, P. africanus...
Paragonimose : Etiologie <ul><li>Œuf :  </li></ul><ul><li>Ovoïde 80 jusqu’à 100 µm de long </li></ul><ul><li>Opercule à un...
Paragonimose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD  = Mammifères carnassiers y compris l'...
Paragonimose : Épidémiologie <ul><li>RP  animaux, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal animal </li></ul><ul><li>i...
Bilharzioses   <ul><li>Parasitoses dues aux schistosomes </li></ul><ul><li>Les adultes vivent dans le système veineux des ...
Bilharzioses : Étiologie <ul><li>Morphologie : </li></ul><ul><li>les adultes  </li></ul><ul><li>Mâle  : plat, 10 à 15mm/1m...
Bilharzioses : Étiologie Adultes de schistosomes Miracidium furcocercaire
Bilharzioses : Etiologie <ul><li>Schistosoma haematobium   </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovale  </li></ul><ul>...
Bilharzioses : Étiologie <ul><li>S. intercalatum   </li></ul><ul><li>Œuf  : </li></ul><ul><li>mesure de 140 à 240 µm /50 à...
Bilharzioses : Étiologie <ul><li>Schistosoma mansoni  </li></ul><ul><li>Œuf :  </li></ul><ul><li>Ovoïde, 140 µm x 60 µm </...
Bilharzioses : Etiologie <ul><li>Schistosoma japonicum , S. mekongi  </li></ul><ul><li>Œuf :  </li></ul><ul><li>subsphériq...
Bilharzioses : cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>Identique pour toutes les espèces, seu...
Bilharzioses G é ographie Site  é lectif (veines) HI HD Esp è ce Afrique,  É gypte v é sicale Bulin Homme S. haematobium A...
Bilharzioses : HI Planorbe Bulin
Bilharzioses : Épidémiologie <ul><li>HR : Homme, animaux </li></ul><ul><li>Parasitoses liées au péril fécal et urinaire hu...
Dermatite à cercaires <ul><li>Impasse parasitaire dues à des  Schistosomes d’animaux .   </li></ul><ul><li>Austrobilharzia...
Parasitoses dues à des HI aquatiques :  Dracunculose  <ul><li>Dracunculus medinensis </li></ul><ul><li>Filaire de Médine, ...
Dracunculose <ul><li>Microfilaire  :  500-700µm x 15-20 µm, pas de gaine, cuticule striée transversalement, extrémité anté...
Dracunculose : Cycle de développement <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>HD  = homme et mammifères dome...
Dracunculose : Épidémiologie <ul><li>RP  = homme  </li></ul><ul><li>Présence de  cyclops  parasité dans l’eau de boisson <...
Parasitoses vectorielles <ul><li>causées par des insectes vecteurs qui se reproduisent dans l’eau : </li></ul><ul><li>-   ...
Paludisme (Malaria) <ul><li>4 espèces parasitent l'homme exclusivement :  Plasmodium malariae, Plasmodium vivax, Plasmodiu...
Paludisme : le vecteur Anophèle femelle Anophèle mâle Anophèle
Paludisme <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>HI : l'Homme: </li></ul><ul><li>les sporozoïtes sont injec...
Paludisme :   Épidémiologie: <ul><li>RP  = Homme </li></ul><ul><li>Transmission   </li></ul><ul><li>- piqûre d'anophèle in...
Onchocercose <ul><li>Onchocerca volvulus, O. caecutiens  ( ver des aveugles) </li></ul><ul><li>Embranchement des Némathelm...
Onchocercose  Simulie Lésions de l’oeil Kératite
Onchocercose <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD  = homme </li></ul><ul><li>vers adultes sous cutanés à l'i...
Onchocercose : Épidémiologie <ul><li>RP  : homme </li></ul><ul><li>Infestation à l'occasion de la piqûre des simulies,  </...
Filaires lymphatiques  :   Wuchereriose : Etiologie <ul><li>Wuchereria bancrofti ,  W. pacifica, Brugia malayi </li></ul><...
Wuchereriose : le vecteur Culex : illustration typique Culex engorgé de sang Aèdes
Wuchereriose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD  = homme </li></ul><ul><li>adultes dans s...
Parasitologie
Parasitologie
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Parasitologie

12 909 vues

Publié le

2 commentaires
7 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 909
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
225
Actions
Partages
0
Téléchargements
209
Commentaires
2
J’aime
7
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Digènes
  • Parasitologie

    1. 1. UNIVERSITE MOHAMED BEN ABDELLAH FACULTE DES SCIENCES DHER EL MEHREZ FES DEPARTEMENT DE BIOLOGIE <ul><li>PARASITOLOGIE DE L’EAU </li></ul><ul><li>UFR : Sciences de l’eau </li></ul><ul><li>DESA : Eaux : Qualité et santé </li></ul><ul><li>M.BEKHTI </li></ul>
    2. 2. Sommaire <ul><li>A - NOTIONS ET CONCEPTS DE BASE </li></ul><ul><li>B – PARASITOSES HYDRIQUES </li></ul><ul><li>C – RECHERCHE DES PARASITES DANS L’EAU </li></ul>
    3. 3. A - NOTIONS ET CONCEPTS DE BASE <ul><li>Parasitologie : définition </li></ul><ul><li>Différents types de parasites </li></ul><ul><li>Différents types d'hôtes </li></ul><ul><li>Voies d'entrée et de sortie du parasite </li></ul><ul><li>Cycles parasitaires </li></ul><ul><li>Place de l’Homme dans les cycles parasitaires </li></ul><ul><li>Éléments favorables au maintien du cycle parasitaire </li></ul><ul><li>Notions importantes découlant du cycle parasitaire </li></ul>
    4. 4. Parasitologie <ul><li>La parasitologie est la science qui étudie les parasites </li></ul><ul><li>Le parasite (para = à côté, sit = manger) </li></ul><ul><li>&quot; Animal, végétal ou bactérie qui pendant une partie ou la totalité de son existence, vit aux dépend d'un individu d'une autre espèce dont il altère parfois la santé .&quot; Garnia et Delamare 2002 </li></ul>
    5. 5. Caractères du parasite <ul><li>Le parasite est toujours plus petit que son hôte </li></ul><ul><li>Le parasite vit au dépens d’un autre être vivant : l’hôte source nutritive et d’énergie. </li></ul><ul><li>Le parasite est porté par l'hôte : moyen de transport </li></ul><ul><li>Le parasite est protégé par son hôte : habitat protégé, </li></ul><ul><li>Le parasite cause à son hôte des effets nuisibles mais sans jamais le tuer d’emblée </li></ul>
    6. 6. Différents types de parasites <ul><li>1 - Localisations des parasites </li></ul><ul><li>2 - Taille des parasites </li></ul><ul><li>3 - Mode de vie des parasites </li></ul>
    7. 7. Localisations des parasites
    8. 8. Taille des parasites <ul><li>Microparasites </li></ul><ul><li>- Protozoaires </li></ul><ul><li>- microscopiques </li></ul><ul><li>- unicellulaires </li></ul><ul><li>- Se multiplient dans l'hôte; </li></ul><ul><li>- Générations très rapide; </li></ul><ul><li>- Souvent maladies aigues (mort) ou immunité protectrice ou état chronique. </li></ul><ul><li>Macroparasites </li></ul><ul><li>- Helminthes et arthropodes. </li></ul><ul><li>- macroscopiques; </li></ul><ul><li>- pluricellulaires ; </li></ul><ul><li>- se multiplient rarement dans l'hôte </li></ul><ul><li>- Générations longues (semaines, mois); </li></ul><ul><li>- Souvent maladies chroniques chez l'adulte et aigues chez le jeune; </li></ul><ul><li>- Mauvaise protection immunitaire. </li></ul>
    9. 9. Mode de vie des parasites <ul><li>Parasitisme facultatif : organismes pouvant vivre en tant que parasites ou mener une vie libre . </li></ul><ul><li>Parasitisme obligatoire : le parasite doit accomplir une partie ou toute sa vie dans un organisme vivant </li></ul><ul><li>Parasitisme accidentel : parasites qui se trouvent accidentellement chez un hôte inhabituel et y survivent quelque temps. </li></ul><ul><li>Parasitisme opportuniste : Organismes non pathogènes , qui peuvent devenir parasites et pathogènes si la réceptivité de l'hôte est augmentée </li></ul>
    10. 10. Parasitisme obligatoire <ul><li>Parasitisme temporaire </li></ul><ul><li>parasite  une brève période. </li></ul><ul><li>Parasitisme stationnaire  </li></ul><ul><li>parasite  longue durée </li></ul><ul><li>parasitisme périodique : méroparasite </li></ul><ul><li>période adulte </li></ul><ul><li>période larvaire : parasitisme protélien. </li></ul><ul><li>Parasitisme permanent : holoparasite avec ou sans changement d’hôtes. </li></ul>
    11. 11. Les différents types d'hôtes <ul><li>Les hôtes obligatoires   </li></ul><ul><li>Développement du parasite </li></ul><ul><li>Les hôtes facultatifs ou auxiliaires </li></ul><ul><li>aucune transformation du parasite </li></ul>
    12. 12. Les hôtes obligatoires  <ul><li>L’hôte définitif (HD) ou hôte primaire ou principal </li></ul><ul><li>parasite adulte </li></ul><ul><li>reproduction sexuée. </li></ul><ul><li>L’hôte intermédiaire (HI) ou hôte secondaire </li></ul><ul><li>parasite larvaire </li></ul><ul><li>maturation  stade infestant. </li></ul><ul><li>Reproduction asexuée. </li></ul>
    13. 13. Les hôtes facultatifs ou auxiliaires  <ul><li>Les hôtes vecteurs ( HV ) </li></ul><ul><li>agents transmetteurs des parasites. </li></ul><ul><li>- vecteurs mécaniques = hôtes paraténiques (HP) . </li></ul><ul><li>phorétique (transporteurs) </li></ul><ul><li>«concentrateurs» la forme infestante </li></ul><ul><li>transmission efficace du parasite à l’hôte définitif </li></ul><ul><li>- vecteurs biologiques : </li></ul><ul><li>actifs </li></ul><ul><li>transmission par piqûre. </li></ul><ul><li>Les hôtes réservoirs ou réservoirs de parasites ( RP ) ou réservoirs de virus </li></ul><ul><li>source de diffusion du parasite vers d’autres hôtes, parfois plus sensibles </li></ul><ul><li>« porteur sain » </li></ul><ul><li>Survie du parasite </li></ul><ul><li>pérennité du parasite </li></ul><ul><li>Les RP jouent un rôle très important dans la chaîne épidémiologique. </li></ul>
    14. 14. réservoirs de parasites (RP) <ul><li>- affection inapparente; </li></ul><ul><li>- abondance; </li></ul><ul><li>- contact avec les hôtes normaux du parasite. </li></ul><ul><li>RP humain : L'homme = hôte définitif + hôte réservoir  anthroponoses </li></ul><ul><li>RP animal : domestique </li></ul><ul><li>sauvage. </li></ul><ul><li> homme/animal : Anthropozoonoses (Zoonoses) </li></ul><ul><li> animal </li></ul>
    15. 15. Voies d'entrée et de sortie du parasite <ul><ul><li>Voie d'entrée : Mode d'infestation </li></ul></ul><ul><li>- par ingestion , voie trophique ou orale (per os) </li></ul><ul><li>- par inhalation  </li></ul><ul><li>- par contact  </li></ul><ul><li>- voie trans-placentaire </li></ul><ul><li>- voie trans-ovarienne  </li></ul><ul><li>- par vecteur  </li></ul><ul><li>- voie trans-cutanée </li></ul><ul><li>Voie de sortie </li></ul><ul><li>- par les excrétions (selles, urines) </li></ul><ul><li>- par les secrétions bronchiques </li></ul><ul><li>- par effraction </li></ul><ul><li>- par vecteur </li></ul><ul><li>- par la mort de l’hôte </li></ul>
    16. 16. Cycles parasitaires <ul><li>Suite des différentes étapes de la vie permettant le passage d’une génération du parasite à une autre.  </li></ul>
    17. 17. les différents types de cycles <ul><li>Cycles directs   </li></ul><ul><li>monoxènes </li></ul><ul><li>holoxènes </li></ul><ul><li>Un seul hôte </li></ul><ul><li>Cycles indirects hétéroxènes </li></ul><ul><li>Deux ou plusieurs hôtes </li></ul>
    18. 18. Cycles directs <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>parasite directement infestant , dès sa sortie de l’hôte. </li></ul><ul><li>le degré d'infestation dépend de la résistance du parasite dans le milieu extérieur ( 20 jours pour un kyste d'amibe.) </li></ul><ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>le parasite doit subir une maturation dans le milieu extérieur avant de parvenir au stade infestant . </li></ul><ul><li>Maturation variable selon les conditions climatiques ( hygrométrie élevée et température de 20° à 25°C ). </li></ul><ul><li>Elle consiste en : </li></ul><ul><li>->Formation d'embryon dans l'œuf </li></ul><ul><li>->Éclosion de l'œuf donnant une larve) </li></ul><ul><li>->Transformation de la larve en une larve infestante </li></ul>
    19. 19. Cycle direct court Cycle d’Entamoeba histolytica Cycle d’Enterobius vemercularis
    20. 20. Cycle direct long Cycle d’ Isospora belli Cycle d’Ascaris lumbricoides
    21. 21. Cycles indirects <ul><li>Cycle dixène = HD + HI1 </li></ul><ul><li>Cycle à trois hôtes= HD + HI 1 + HI2 </li></ul><ul><li>Cycle à quatre hôtes = HD+ HI 1 +HI2+ HP </li></ul>
    22. 22. Cycle dixène = HD + HI1
    23. 23. Hôte intermédiaire (HI1) <ul><li> passif </li></ul><ul><li>toute espèce (Mammifères, poissons, crustacés, Mollusques…). </li></ul><ul><li>Infestation par </li></ul><ul><li>- voie alimentaire </li></ul><ul><li>- transcutanée . </li></ul><ul><li> actif ou vecteur. </li></ul><ul><li>arthropode hématophage (moustique, mouche piqueuse, punaise, sangsue, tique…). </li></ul><ul><li>Infestation par piqûre </li></ul><ul><li>Anophèle femelle > Plasmodium </li></ul><ul><li>mouche Tsé-tsé > Trypanosoma </li></ul><ul><li>phlébotome > Leishmania </li></ul><ul><li>simulies ou taons > filaires </li></ul>
    24. 24. Hôte intermédiaire (HI1) Cycle du Taenia : HI1 passif Cycle d’ Onchocerca : HI1 actif
    25. 25. Cycles à trois hôtes= HD + HI 1 + HI2 <ul><li>HD : adultes , reproduction sexuée </li></ul><ul><li>HI1 : Larves , reproduction asexuée </li></ul><ul><li>HI2 : forme infestante enkystée </li></ul>
    26. 26. Cycles à quatre hôtes = HD+ HI 1 +HI2+ HP <ul><li>HD : adultes, reproduction sexuée </li></ul><ul><li>HI1 : Larves, reproduction asexuée </li></ul><ul><li>HI2 : forme infestante enkystée </li></ul><ul><li>HVP : forme infestante enkystée </li></ul>
    27. 27. Place de l’Homme dans les cycles parasitaires <ul><li>- étape normale </li></ul><ul><li>- étape annexe : hôte accidentel avec développement du parasite </li></ul><ul><li>-“ cul de sac “ : impasse parasitaire </li></ul><ul><li>- impasse parasitaire vraie : arrêt de l’évolution du parasite </li></ul><ul><li>- impasse parasitaire de circonstance : poursuite de l’évolution du parasite si l’homme est dévoré </li></ul>
    28. 28. Place de l’Homme dans les cycles parasitaires Taenia : normale Dipylidium caninum : annexe Larva migrans : Vraie impasse parasitaire Cysticercose : Impasse parasitaire de circonstance
    29. 29. Éléments favorables au maintien du cycle parasitaire <ul><li>Facteurs liés au parasite </li></ul><ul><li>Facteurs liés à l’hôte </li></ul><ul><li>Facteurs liés au milieu extérieur </li></ul>
    30. 30. Facteurs liés au parasite <ul><li>Formes de résistance  </li></ul><ul><li>Reproduction </li></ul><ul><li>Synchronisme des cycles </li></ul><ul><li>tactisme </li></ul><ul><li>Modifications somatiques et éthologiques </li></ul><ul><li>Spécificité parasitaire </li></ul>
    31. 31. Formes de résistance <ul><li>œufs (Nématodes, Cestodes, Trématodes), </li></ul><ul><li>oeuf quiescent </li></ul><ul><li>oeuf embryonné </li></ul><ul><li>larves enkystées (Nématodes, Douves) </li></ul><ul><li>kystes (Protozoaires) </li></ul><ul><li>Les kystes de résistance  </li></ul><ul><li>Les kystes végétatifs ou kystes de division  </li></ul><ul><ul><ul><ul><li>Gamétocyste  : gamétogenèse + fécondation, </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Oocyste  : renferme un œuf) </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Sporocyste   : se divise en sporozoïtes </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Les kystes à bradyzoïtes </li></ul></ul></ul></ul><ul><li>spores (Microsporidies) </li></ul>
    32. 32. Potentiel biotique et pérennité des espèces : Reproduction sexuée <ul><li>- facilitée </li></ul><ul><li>- Hermaphrodisme (Trématodes, Cestodes) </li></ul><ul><li>- gonochorisme avec exagération du dimorphisme sexuel et des dispositions favorables au rapprochement des deux sexes d’une manière permanente. (ex : association des couples de Schistosomes, mâles nains sur les femelles) </li></ul><ul><li>- Parthénogenèse (Anguillule) </li></ul><ul><li>- Forte fécondité </li></ul><ul><li>- Hypertrophie des ovaires : </li></ul><ul><li>- Ponte excessive : Un ascaris pond 65000000 fois son poids d’œufs par an. Un ankylostome émis 5000 à 10000 œuf par jour. </li></ul>
    33. 33. Potentiel biotique et pérennité des espèces multiplication asexuée   <ul><li>- divisions binaires fréquentes : (Cilié astomes, Trypanosomes…) </li></ul><ul><li>- Schizogonie ou mérogonie : (sporozoaires) </li></ul><ul><li>- Endodyogenèse multiple synchrone </li></ul><ul><li>- Bourgeonnement : </li></ul><ul><ul><ul><li>75 têtes par coenure </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>milliers de têtes par kyste hydatide </li></ul></ul></ul><ul><li>- Polyembryonie  : Trématodes Digénétiques, </li></ul><ul><li>- Strobilisation  : Cestodes </li></ul>
    34. 34. Spécificité parasitaire <ul><li>Oïoxène : une seule espèce d'hôte </li></ul><ul><li>Sténoxène : espèces d'hôtes apparentés </li></ul><ul><li>Euryxène : plusieurs espèces d'hôtes non apparentées. </li></ul>
    35. 35. Facteurs liés à l’hôte  <ul><li>- Réservoir de parasite </li></ul><ul><li>- Facteurs éthologiques ( ethnie, sexe, âge, réceptivité…) </li></ul><ul><li>- Facteurs culturaux ( tradition culinaires, religion…) </li></ul><ul><li>- Mode de vie, niveau socio-économique (Hygiène sanitaire précaire, activités professionnelles…) </li></ul><ul><li>- Problème du péril fécal </li></ul>
    36. 36. Facteurs liés au milieu extérieur <ul><li>- Géographie : (hôte et parasite présents ensemble) </li></ul><ul><li>- Facteurs climatiques (chaud et humide) </li></ul><ul><li>- Extension du réseau hydraulique ( barrages, réseaux d'irrigations) </li></ul>
    37. 37. Notions importantes découlant du cycle parasitaire <ul><li>Épidémiologie : C'est l'ensemble des facteurs conditionnant l'existence et le maintien de la maladie parasitaire dans une région donnée </li></ul><ul><li>Endémie : Persistance continue de la maladie avec un taux de morbidité minimal et des évolutions saisonnières. </li></ul><ul><li>Épidémie : extension rapide d'une maladie de façon inhabituelle sur de très nombreux cas dans une période déterminée </li></ul><ul><li>Anthroponose : parasitose strictement humaine. </li></ul><ul><li>Anthropozoonose : parasitose commune à l'homme et aux animaux. </li></ul>
    38. 38. B - Parasitoses hydriques <ul><li>Les parasitoses hydriques sont les maladies parasitaires transmises par l'eau </li></ul><ul><li>1 - Parasitoses du péril fécal </li></ul><ul><li>2 - Parasitoses dues aux parasites portés par des hôtes intermédiaires aquatiques </li></ul><ul><li>3 - Parasitoses causées par des insectes vecteurs qui se reproduisent dans l’eau </li></ul>
    39. 39. Parasitoses du péril fécal Notion du péril fécal <ul><li>Transmission des maladies parasitaires par les excrétas (selles et urines) d'origine humaine ou animale. </li></ul><ul><li>L'eau souillée par les excrétas est susceptible de contenir de nombreux parasites intestinaux notamment. </li></ul><ul><li>Cosmopolites </li></ul><ul><li>Régions chaudes et humides </li></ul><ul><li>Niveau d'organisation économique et sociale faible </li></ul><ul><li>Conditions d'hygiène rudimentaires </li></ul>
    40. 40. Parasitoses du péril fécal Les principaux agents responsables <ul><li>1 - L'homme (Anthroponose) </li></ul><ul><li>Dans les selles  : </li></ul><ul><li>- Protozoaires : formes végétatives et kystes d'amibes et de flagellées </li></ul><ul><li>- Helminthes : œufs ( ascaris , ankylostomes, trichocéphales, douves , schistosomes) </li></ul><ul><li>Les larves ( anguillules ) </li></ul><ul><li>Éléments de vers ( Teania ) </li></ul><ul><li>Dans les urines </li></ul><ul><li>Œufs de schistosomes </li></ul><ul><li>2 - L’animal </li></ul><ul><li>- d’un parasite commun à l’homme et aux animaux ( Anthropozoonoses ) </li></ul><ul><li>dans les selles des oocystes (Toxoplasme) </li></ul><ul><li>- d’un parasite spécifique de l’animal : œufs d’helminthes dans les selles   :   impasse parasitaire </li></ul>
    41. 41. Parasitoses du péril fécal Transmission des affections parasitaires <ul><li>Cycle direct court : ingestion d'eau, de fruits ou de crudités souillés par des parasites directement infestants. </li></ul><ul><li>Cycle direct long : </li></ul><ul><li>Ingestion d’œufs embryonnés dans l’eau, pénétration trans-cutanée des larves. </li></ul><ul><li>Cycle indirect </li></ul><ul><li>Les parasites émis dans les selles passent obligatoirement par un ou plusieurs hôtes intermédiaires </li></ul><ul><li>Ingestion de la forme enkystée, ingestion de l’HI aquatique, pénétration transcutanée. </li></ul>
    42. 42. Principales Parasitoses du péril fécal : Parasites cycle Amibes, Flagell é s, Coccidies monox è nes (Cryptosporidium, Cyclospora, Isospora), Microsporidies, Oxyure, Hymenolepis nana Direct court Ascaris, Ankylostomes, Anguillules, Trichoc é phale Direct long Toxoplasme, Taenia saginata, T.solium, Echinococcus, Schistosomes, Douves, Bothrioc é phale, Larva migrans Indirect
    43. 43. Protozoaires du péril fécal : Classification <ul><li>E. Sarcomastigophora, s/E Sarcodina (ou Rhizopodes ) , (sarcos = chair, mastix =fouet, phorein = porter) </li></ul><ul><li>O. Euamoebida </li></ul><ul><li>G. Entamoeba: Entamoeba histolytica , </li></ul><ul><li>E. Sarcomastigophora, s/E. Mastigophora (ou Flagellés) </li></ul><ul><li>C. Zoomastigophora (Zooflagellés) </li></ul><ul><li>(Flagellés cavitaires monoxènes) </li></ul><ul><ul><li>O. Diplomonadida: Giardia intestinalis (= G. duodenalis , = G. lamblia ) </li></ul></ul>
    44. 44. Protozoaires: Classification <ul><li>E. Ciliophora (ou Ciliés ) </li></ul><ul><li>O.Trichostomatiida </li></ul><ul><li>F. Balantididae : Balantidium coli </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa (ou Sporozoaires) </li></ul><ul><li>(api = haut, complexe = structure) (ou Sporozoaires) (sporos =graine, zoon = animal) </li></ul><ul><li>C. Coccidea (Coccidies): </li></ul><ul><li>O. Eimeriida </li></ul><ul><li>F. Eimeriidae (cycle direct) Isospora belli , Cyclospora cayetanensis </li></ul><ul><li>F. Cryptosporiidae (cycle direct): Cryptosporidium parvum </li></ul><ul><li>F. Sarcocystiidae (cycle indirect): Sarcocystis bovi-hominis, S. sui-hominis, Toxoplasma gondii </li></ul>
    45. 45. Protozoaires: Classification <ul><ul><li>E. Microspora (Microsporidies) </li></ul></ul><ul><li>(micro = petit, sporos = graine) </li></ul><ul><li>Ordre des Microsporida : Encephalitozoon sp., Enterocytozoon sp., Nosema sp. </li></ul>
    46. 46. Amibiase (amoebose) Étiologie   <ul><li>Entamoeba histolytica </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Sarcomastigophora </li></ul><ul><li>s/E. Sarcodina (ou Rhizopodes) </li></ul><ul><li>O. Euamoebida </li></ul><ul><li>G. Entamoeba </li></ul><ul><li>morphologie </li></ul><ul><li>deux formes végétatives </li></ul><ul><li>forme minuta  : 12 à 15 μ m, mobile dans un seul sens = agent d’infestation </li></ul><ul><li>forme histolytica  : 20 à 30 μ m, hématophage, très mobile dans toutes les directions = agent pathogène </li></ul>
    47. 47. Amibiase : Étiologie   <ul><li>forme kystique = agent de transmission sphérique 10 - 14 μ m de diamètre, réfringent, incolore, à parois minces, 4 noyaux à maturité, un cristalloïde épais à bouts arrondis </li></ul>
    48. 48. Amibiase : cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>a) Cycle non pathogène. Ingestion d'un kyste mûr éclosion ==> 8 amoebules du type minuta qui se multiplient par division binaire au contact de la muqueuse colique. </li></ul><ul><li>Élimination intermittente et irrégulière, dans le milieu extérieur, de kystes. </li></ul><ul><li>b) Cycle pathogène accidentel. Les formes minuta coliques se transforment en formes histolytica ==> abcès de la muqueuse; elles se multiplient par scissiparité dans les abcès. </li></ul><ul><li>Pas de formation de kystes donc pas de rôle épidémiologique direct. </li></ul><ul><li>Le retour du parasite à la forme minuta après 3 semaines ==> fin de la crise amibienne. </li></ul><ul><li>Possibilité de métastases sanguines et/ou lymphatiques à partir d'un abcès colique, conduisant à des localisations extra coliques (foie, poumon, cerveau etc..); </li></ul><ul><li>lors des localisations extra coliques, il n'y a pas de retour à la forme minuta. </li></ul>
    49. 49. Amibiase : Épidémiologie <ul><li>déjections humaines souillant l'eau, les crudités, les mains, le sol et transport par les mouches. </li></ul><ul><li>RP : homme. </li></ul><ul><li>Le kyste survit au minimum 15 jours dans l'eau à 18°C, 10 jours dans les selles, 24 h à sec. il résiste bien aux agents chimiques. </li></ul><ul><li>Les formes végétatives sont trop fragiles pour survivre dans la nature et jouer un rôle épidémiologique. </li></ul><ul><li>Les amibes sont cosmopolites , mais la parasitose est endémique dans les pays chauds et humides (surtout pays du tiers monde où l'hygiène fécale est peu respectée et où les déjections humaines servent d'engrais) </li></ul><ul><li>Prévalence mondiale: environ 10 % soit 600 millions de porteurs dont 90% de porteurs sains responsables de la transmission </li></ul>
    50. 50. Giardiose : Étiologie <ul><li>Giardia intestinalis (= G. duodenalis , = G. lamblia ), </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Sarcomastigophora </li></ul><ul><li>s/E. Mastigophora </li></ul><ul><li>C. Zoomastigophora </li></ul><ul><li>O. Diplomonadida </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>trophozoïte : corps symétrique, &quot;en cerf-volant&quot; effilé vers l'arrière,10 à 20 µm x 6-10 µm et aplati. Très mobile </li></ul><ul><li>8 flagelles (6 flagelles antérieurs + 2 postérieurs), 2 noyaux, 2 corps para basaux (appareil de Golgi), deux dépressions antérieures ventrales à rôle adhésif. </li></ul>
    51. 51. Giardiose : Étiologie <ul><li>kyste: ovoïde, coque mince, claire, lisse, réfringente, 12 x 8 µm; 2 noyaux à l'émission + un amas flagellaire dans l'axe et deux corps para basaux en virgule ou en S; 4 noyaux après un séjour de 24 - 48 h dans la nature. </li></ul>
    52. 52. Giardiose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = homme (animaux) </li></ul><ul><li>Multiplication par division binaire dans la lumière du grêle (duodénum) sous forme flagellée </li></ul><ul><li>formation irrégulière de kystes par accolement de deux trophozoites. </li></ul><ul><li>Élimination passive des kystes avec les selles </li></ul><ul><li>maturation dans le milieu extérieur </li></ul><ul><li>ingestion des kystes à 4 noyaux avec l'eau et les aliments </li></ul><ul><li>dékystement dans le duodénum, fixation des trophozoïtes à l'épithélium intestinal. </li></ul>
    53. 53. Giardiose : Épidémiologie <ul><li>RP = homme </li></ul><ul><li>cosmopolite, </li></ul><ul><li>affection liée au péril fécal, transmission des kystes avec l'alimentation, les eaux souillées, les mains sales </li></ul><ul><li>Le kyste résiste très bien au froid (2 mois à + 8°C) et au chlore </li></ul><ul><li>causes favorisantes: hypochlorhydrie, déficit immunitaire, jeune âge </li></ul><ul><li>Prévalence: 1,5 à 20 % chez l'homme en partie selon le niveau d'hygiène; la prévalence diminue chez les jeunes enfants nourris au lait maternel (observation mexicaine) </li></ul>
    54. 54. Balantidiose : Étiologie <ul><li>Balantidium coli </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Ciliophora </li></ul><ul><li>O. Vestibuliferida </li></ul><ul><li>G. Balantidium </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>trophozoïte : ovoïde, 100 µm x 50 µm, péristome, 2 noyaux (macronucléus et micronucleus), vacuoles pulsatiles et digestives </li></ul>
    55. 55. Balantidiose : Étiologie <ul><li>Kyste : sphérique, 50µm, 2 noyaux : macronucléus et micronucléus </li></ul>
    56. 56. Balantidiose <ul><li>cycle direct court </li></ul><ul><li>HD = porc, chien, homme </li></ul><ul><li>localisation des trophozoïtes dans la lumière intestinale, peut envahir la muqueuse </li></ul><ul><li>émission de kystes </li></ul><ul><li>transmission orale </li></ul><ul><li>Épidémiologie: </li></ul><ul><li>RP : porc </li></ul><ul><li>cosmopolite pour le porc, endémie humaine dans les pays tropicaux </li></ul><ul><li>limité aux professions en contact avec le porc </li></ul>
    57. 57. Coccidioses monoxènes Isosporose : Étiologie   <ul><li>Isospora belli </li></ul><ul><li>classification </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa (Sporozoaires) </li></ul><ul><li>C. Coccidea </li></ul><ul><li>O. Eimeriida </li></ul><ul><li>F. Eimeriidae </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>oocyste : de forme elliptique, mesure plus de 20 µm de long, à l'émission. A maturité, il contient 2 sporocystes ronds (les sporozoïtes ne se distinguent qu'après plusieurs jours de maturation à l'extérieur). </li></ul>
    58. 58. Isosporose : cycle de développement <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD : homme, animaux </li></ul><ul><li>les sporozoïtes libérés dans la lumière du tube digestif pénètrent dans les cellules épithéliales du tube digestif </li></ul><ul><li>reproduction asexuée: plusieurs cycles fournissent des mérozoïtes de forme allongée. </li></ul><ul><li>reproduction sexuée : à l'intérieur de nouveaux entérocytes, les mérozoïtes subissent la différenciation sexuelle (macrogamétocytes et microgamètocytes) </li></ul><ul><li>le résultat de la fécondation sera l'oocyste qui est expulsé de la cellule hôte et libéré dans le milieu extérieur. </li></ul><ul><li>la maturation de l'oocyste (sporogonie ) se poursuivra à l'extérieur et aboutira à l'individualisation successive dans l'oocyste de 2 sporocystes contenant chacun 4 sporozoïtes. </li></ul>
    59. 59. Isosporose : Épidémiologie <ul><li>RP : homme, animaux </li></ul><ul><li>contamination par ingestion d'oocystes mûrs contenus dans l'eau et les aliments. </li></ul><ul><li>prévalence en zone tropicale: 1 % chez immunocompétents, 10 % chez immunodéprimés </li></ul>
    60. 60. Coccidioses monoxènes Cryptosporidiose : Étiologie <ul><li>Cryptosporidium parvum </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa </li></ul><ul><li>C. Coccidea </li></ul><ul><li>O. Eimariida </li></ul><ul><li>F. Cryptosporiidae </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Oocystes : sphérique, de 4-5 µm à paroi épaisse, sans sporocystes et contenant 4 sporozoïtes, l'identification est facilitée par la coloration de Ziehl (parasite en rouge, contre coloration verte, dans ce cas, les levures sont vertes) </li></ul>
    61. 61. Cryptosporidiose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>comparable au cycle des Isospora </li></ul><ul><li>Les sporozoïtes libérés dans la lumière du tube digestif pénètrent dans les cellules épithéliales </li></ul><ul><li>plusieurs cycles de reproduction asexuée se déroulent dans les entérocytes fournissant des mérozoïtes de forme allongée. </li></ul><ul><li>à l'intérieur de nouveaux entérocytes, les mérozoïtes subissent la différenciation sexuelle (macro gamétocytes et microgamètocytes). Les macrogamètesi sont fécondés par les microgamètes donnant l'oocyste qui est expulsé de la cellule hôte et libéré avec les selles dans le milieu extérieur. </li></ul><ul><li>Les oocystes sont directement infestants </li></ul>
    62. 62. Cryptosporidiose : Épidémiologie <ul><li>cosmopolite, </li></ul><ul><li>chez les immunocompétents: responsable d'environ 5 % des diarrhées dans les pays chauds en voie de développement et de 1 à 2 % dans les régions tempérées. </li></ul><ul><li>chez les immunodéprimés: en forte augmentation, responsable d'environ 20 à 30 % des diarrhées dans les pays chauds en voie de développement. </li></ul><ul><li>RP : homme, bétail etc... principalement les jeunes animaux (veaux) </li></ul><ul><li>contamination orale: ingestion d'oocystes avec l'eau et les aliments </li></ul><ul><li>la transmission hydrique est confirmée par des épidémies. (Milwaukee, 1993) </li></ul><ul><li>les kystes sont très résistants, (attention à la manipulation au laboratoire) </li></ul>
    63. 63. Coccidioses monoxènes Cyclosporose : Étiologie <ul><li>Cyclospora cayetanensis </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa (Sporozoaires) </li></ul><ul><li>C. Coccidea </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Oocystes non sporulés dans les selles, 8-10µm, auto fluorescence bleuâtre ==> dénomination ancienne: cyanobactérie </li></ul><ul><li>Oocyste mûr est formé de deux sporocystes contenant chacun deux sporozoites. </li></ul>
    64. 64. Cyclosporose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>comparable au cycle des Isospora et Cryptospridium </li></ul><ul><li>Les sporozoïtes libérés dans la lumière du tube digestif pénètrent dans les cellules épithéliales du grêle </li></ul><ul><li>plusieurs cycles de reproduction asexuée se déroulent dans les entérocytes en fournissant des mérozoïtes de forme allongée. </li></ul><ul><li>à l'intérieur de nouveaux entérocytes, les mérozoïtes subissent la différenciation sexuelle (macrogamétocytes et microgamètocytes) puis macrogamètes qui seront fécondés par les microgamètes. Les oocystes immatures non infestants sont expulsé de la cellule hôte et libérés avec les selles dans le milieu extérieur. </li></ul><ul><li>la maturation de l'oocyste (sporogonie ) se poursuivra à l'extérieur et aboutira à l'individualisation successive dans l'oocyste de 2 sporocystes contenant chacun 2 sporozoïtes. </li></ul>
    65. 65. Cyclosporose : Épidémiologie: <ul><li>RP : homme, animaux </li></ul><ul><li>Amérique du Nord et Centrale, Asie; tend à devenir cosmopolite </li></ul><ul><li>contamination par ingestion d'oocystes mûrs contenus dans l'eau et les aliments. </li></ul><ul><li>Maturation des oocystes de qlq jours ou semaines à 22 – 32°C </li></ul><ul><li>Immunodépression </li></ul>
    66. 66. Coccidioses monoxènes Identification différentielle des oocystes Cryptosporidium Cyclospora Isospora 4 - 6 8 - 10 >20 Taille Ovale rond Sph é rique Ovale allong é e Forme Absents 2 2 Sporocystes 4 4 = (2 2) 8 = ( 2 4) Sporozoites p é riph é rique irr é guli è re totale Acido-r é sistance Rouge violet Rouge fonc é variable Ziehl-Neelsen
    67. 67. Coccidioses monoxènes : Identification différentielle des oocystes
    68. 68. Coccidioses hétéroxènes Sarcocystose : Etiologie <ul><li>Sarcocystis bovi-hominis, S. sui-hominis ancienne appellation : Isospora hominis ) </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa </li></ul><ul><li>C. Coccidea </li></ul><ul><li>O. Eimariida </li></ul><ul><li>F. Sarcocystidae </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>oocystes : ovale (30 x 15 µm), paroi épaisse apparaissant double avec 2 sporocystes contenant chacun 4 Sporozoites </li></ul>
    69. 69. Sarcocystose : cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = carnivore (animaux et homme) </li></ul><ul><li>reproduction sexuée (gamogonie) dans l'intestin fournit des oocystes qui sont éliminés avec les selles dans le milieu extérieur. Ils sont directement infestants pour l'hôte intermédiaire </li></ul><ul><li>HI1 : herbivores, des porcs et de la volaille selon l'espèce </li></ul><ul><li>infestation par ingestion d’oocystes. Les Sporozoites qui sortent deviennent des trophozoïtes qui subissent la schizogonie dans les cellules intestinales aboutissant à la formation de schizontes. Ces derniers éclatent libérant les mérozoites qui envahissent le système réticulohistiocytaire (bradyzoïtes), puis le cerveau et le tissu musculaire lisse, strié et cardiaque, formant des kystes à bradyzoïtes (sarcocystes ou tubes de Miescher).Ces kystes sont visibles à l’œil nu 1 à 2 mm et apparaissent comme des grains blanchâtres à la surface des muscles. Ils sont infestants pour l'homme par ingestion avec le muscle cru ou peu cuit. </li></ul>
    70. 70. Sarcocystose : Épidémiologie <ul><li>contamination orale (ingestion de bradyzoïtes dans la viande); </li></ul><ul><li>cosmopolite mais il s'agit surtout d'une maladie vétérinaire car 98 % des bovins sont infestés par diverses espèces de Sarcocystis. </li></ul><ul><li>chez les humains la prévalence est très faible. </li></ul>
    71. 71. Toxoplasmose : Étiologie <ul><li>Toxoplasma gondi </li></ul><ul><li>Classification </li></ul><ul><li>E. Apicomplexa (Sporozoaires) </li></ul><ul><li>C. Coccidea </li></ul><ul><li>O. Eimariida </li></ul><ul><li>F. Sarcocystidae </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Oocyste: ovoïdes 15 X 10 µm; maturation sur le sol ==> 2 sporocystes contenant 4 sporozoïtes chacun. </li></ul>
    72. 72. Toxoplasmose : Cycle de développement <ul><li>Direct court ou indirect dixène </li></ul><ul><li>HD : félidé </li></ul><ul><li>localisation: tube digestif => reproduction asexuée puis sexuée => oocystes </li></ul><ul><li>dans le milieu extérieur: maturation des oocystes qui contiennent 2 fois 4 sporozoïtes infestants </li></ul><ul><li>Les oocystes mûrs peuvent être ingérés par l'HD (cycle direct court) ou par des HI (cycle indirect) </li></ul><ul><li>HI : animal à sang chaud (mammifère ou oiseau) </li></ul><ul><li>- ingestion des oocystes murs, les sporozoïtes => tachyzoïtes dans des macrophages, phase sanguine de dissémination ou septicémie </li></ul><ul><li>Réponse immunitaire: le parasite est limité aux organes à faible réponse immunitaire (oeil, cerveau, muscles) => bradyzoïtes enkystés en attente </li></ul><ul><li>- ingestion des kystes contenant les bradyzoïtes => toxoplasmose. </li></ul>
    73. 73. Toxoplasmose : Épidémiologie <ul><li>Zoonose cosmopolite </li></ul><ul><li>Principales sources de contamination humaine : </li></ul><ul><li>- ingestion d'oocystes murs telluriques (eau, aliments, mains) </li></ul><ul><li>2 % des chats sont semeurs d'oocystes, pendant 1 à 3 semaines (surtout jeunes chats) </li></ul><ul><li>conditions de sporulation: 1 à 5 jours si 20°C en présence d'oxygène; </li></ul><ul><li>Les oocystes résistent plusieurs mois sur le sol, résistent aussi à HCl. </li></ul><ul><li>tués par la chaleur, la dessiccation et la congélation </li></ul><ul><li>- ingestion de kystes vivants dans de la viande crue ou insuffisamment cuite </li></ul><ul><li>prévalence pour la viande de boucherie: 80% des ovins et caprins adultes parasités, < 40% porcs, autres espèces animales inchiffrables mais toutes peuvent contenir des kystes. </li></ul><ul><li>survie des kystes : plusieurs jours à température ambiante, plusieurs mois à + 4°C </li></ul><ul><li>détruits par: 15 mm à 56°C, 24 heures à - 20°C </li></ul><ul><li>passage trans-placentaire </li></ul><ul><li>transmission par greffe d'organe, transfusion </li></ul>
    74. 74. Microsporidiose : Étiologie <ul><li>Plusieurs espèces dont Encephalitozoon cuniculi, E. intestinalis, Nosema corneum… </li></ul><ul><li>Parasite intracellulaire </li></ul><ul><li>Spore : ovale, 0,5 à 6um. </li></ul><ul><li>Mise en évidence au microscope ordinaire après coloration au trichrome Acid Fast </li></ul><ul><li>Identification des espèces par microscopie électronique. </li></ul>
    75. 75. Microsporidiose <ul><li>cycle direct court </li></ul><ul><li>Le tubule polaire dévagine dans le tube digestif et injecte le sporoplasme dans la cellule hôte. Il se transforme en trophozoïte qui subit une schizogonie aboutissant à la formation de plusieurs schizontes dont chacun accomplit la sporogonie formant ainsi des sporontes puis des sporoblastes qui vont mûrir en spores. Les spores à leur tour vont infester d’autres cellules </li></ul><ul><li>Épidémiologie : </li></ul><ul><li>Contamination probable par ingestion. </li></ul><ul><li>prévalence dans les groupes à risques : immunodéprimés </li></ul>
    76. 76. Némathelminthes : Nématodes <ul><li>Vers cylindriques non segmentés à extrémités effilées recouverts d’une cuticule résistante et souple ==> croissance par mues </li></ul><ul><li>Il n’existe ni appareil circulatoire ni appareil respiratoire </li></ul><ul><li>Le tube digestif est complet </li></ul><ul><li>phasmides : organes sensoriels en position caudale leur présence est utilisée dans la classification </li></ul><ul><li>appareil reproducteur : tubulaire </li></ul><ul><li>sexes séparés ( vers gonochoriques ); la femelle est généralement plus grosse que le mâle. </li></ul><ul><li>chez le mâle : testicule pelotonné ;appareil copulateur : spicules rigides chitinoïdes et bourse caudale éventuelle, extrémité postérieure typiquement courbée vers la face ventrale. </li></ul><ul><li>chez la femelle: deux ovaires, fécondation interne, oviparité ou ovo-viviparité , extrémité postérieure droite et obtuse, </li></ul>
    77. 77. Nématodes : morphologie
    78. 78. Nématodes : classification Aphasmidiens : D é pourvus de phasmides; le stade infestant pour l'HD est le stade L1 Trichinella Trichuris, Capillaria F. Trichinellidea F. Trichuridea O. Trchinello ï d é s les phasmidiens, le stade infestant pour l'HD est le stade L3 Ascaris F. Ascaridea O. Ascaro ï d é s Enterobius F. Oxyurid é s O. Oxyurid é s Strongilo ï des F. Rhabditidea O. Rhabditid é s Ancylostoma Angiostrongylus F. Ancylostomidea F. Metastrongyloidea O. Srongylo ï d é s Dracunculus Wurchiria, Onchocerca, Brugia, Loa, Mansonella, Dirofilaria F. Dracunculoidea F. Filariidea O. Filaro ï d é s
    79. 79. Oxyurose : Etiologie <ul><li>Enterobius vermicularis </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : petit ver blanc très mobile avec renflement céphalique </li></ul><ul><li>bouche munie de 3 lèvres coupantes </li></ul><ul><li>en CT : 2 crêtes latérales longitudinales </li></ul><ul><li>mâle: 3-5 mm, extrémité postérieure enroulée, 1 spicule (permet de différencier les 2 espèces) </li></ul><ul><li>femelle: translucide, 9-12 mm, extrémité postérieure effilée, vulve ventrale au tiers antérieur </li></ul>
    80. 80. Oxyurose : Etiologie <ul><li>Œuf : ovoïde, asymétrique, une face presque plane; coque lisse incolore et fine </li></ul><ul><li>Embryonné à la ponte </li></ul><ul><li>Dimensions : 55 x 30 µm </li></ul>
    81. 81. Enterobius : cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>HD = homme, vers adultes situés dans la dernière partie du grêle, le caecum et le colon ascendant. </li></ul><ul><li>Après fécondation, les mâles meurent, les femelles migrent vers l'anus qu'elles traversent la nuit pour pondre à la marge anale (environ 10 000 oeufs / femelle pondus en 20 à 60 minutes). </li></ul><ul><li>Elles remontent dans l'intestin et meurent (durée de vie: 2 à 3 mois). </li></ul><ul><li>les oeufs pondus sur la marge anale sont embryonnés (larve L1), en quelques heures à la température du corps ==> L2 (vermiforme) puis L3 infestante. </li></ul><ul><li>Contamination par ingestion ou inhalation des oeufs infestants </li></ul><ul><li>auto infestation orale possible par ingestion d'oeufs éliminés (prurit ==> grattage ==> oeufs sur les doigts et les ongles) </li></ul>
    82. 82. Oxyurose : Épidémiologie <ul><li>RP = homme </li></ul><ul><li>cosmopolite </li></ul><ul><li>favorisé par promiscuité et vie en communauté; communautés d'enfants d'âge scolaire: 30 à 70 %; contamination en milieu scolaire et familial, mains souillées d' oeufs mises à la bouche </li></ul><ul><li>endémie plus forte en région tempérée qu'en région chaude, </li></ul><ul><li>survie des oeufs dans la poussière: 3 semaines </li></ul><ul><li>Surinfestations: par auto-infestation, par hétéro infestation (oeufs infestants dans les poussières de la maison) </li></ul>
    83. 83. Ascaridiose : Etiologie <ul><li>Ascaris lumbricoides </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : Ver blanc rosé, élastique </li></ul><ul><li>bouche avec 3 lèvres coupantes </li></ul><ul><li>organisation interne du type polymyaire à grandes cellules musculaires </li></ul><ul><li>mâle 15-20 cm, diamètre 0.3 cm, extrémité postérieure en crosse, 2 spicules brunâtres, </li></ul><ul><li>femelle 20-25 cm, diamètre 0.5 cm, extrémité postérieure rectiligne, vulve ventrale au 1/3 antérieur </li></ul>
    84. 84. Ascaridiose : Étiologie <ul><li>Œuf : ovoïde, double coque, l'externe est brune et mamelonnée, l'interne est lisse et jaunâtre </li></ul><ul><li>non Embryonné à la ponte </li></ul><ul><li>dimensions: 50-70 µm x 45-50 µm </li></ul>
    85. 85. Ascaridiose : cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = homme, </li></ul><ul><li>vers adultes dans l'intestin grêle, se nourrissent du chyle intestinal </li></ul><ul><li>élimination fécale des oeufs, environ 200000 /femelle/jour </li></ul><ul><li>maturation des oeufs dans le milieu extérieur en 2 à 6 semaines selon les conditions: larves L1 puis L2 qui reste dans l'oeuf </li></ul><ul><li>Contamination orale par ingestion d'oeufs contenant les L2 </li></ul><ul><li>libération des L2 dans l'intestin et migration larvaire transviscérale: traversée de la muqueuse intestinale, ==> système porte et passage par le foie (atteint en 3-4 jours) </li></ul><ul><li>==> coeur droit ==> poumon et traversée de la paroi des alvéoles pulmonaires atteintes en 8 jours, mue ==> stade L3 ==> remontée de l'arbre respiratoire ==> pharynx ==> déglutition et tube digestif; </li></ul><ul><li>il s'agit d'une migration entéro-pulmonaire </li></ul><ul><li>les larves L3 (infestantes) peuvent poursuivre leur vie dans l'intestin </li></ul><ul><li>stade adulte obtenu en 2 -3 mois </li></ul><ul><li>durée de vie: 12 -18 mois; </li></ul>
    86. 86. Ascaridiose : Epidémiologie <ul><li>RP = homme, </li></ul><ul><li>cosmopolite, endémique dans les pays chauds et humides du tiers monde (cause de mortalité infantile ), la prévalence peut atteindre 70 % des enfants </li></ul><ul><li>embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée (en zone de forte endémie: 100 oeufs / gr de terre) </li></ul><ul><li>oeufs éliminés par les déjections humaines </li></ul><ul><li>contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des oeufs embryonnés (maladie des mains sales) </li></ul><ul><li>Résistance des oeufs dans le milieu extérieur: </li></ul><ul><li>- 5 ans en présence d'oxygène </li></ul><ul><li>- résistance au froid, à la chaleur et aux antiseptiques </li></ul><ul><li>- oeufs tués par une forte chaleur, l'ensoleillement direct et la dessiccation </li></ul>
    87. 87. Ancylostomose : Etiologie <ul><li>Ancylostoma duodénale et Ancylostoma sp. ( de ankylo = crochu et stome = bouche) </li></ul><ul><li>Necator americanus </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adultes : aspect de gros oxyures blancs ( rouges après repas sanguin) </li></ul><ul><li>hématophages </li></ul><ul><li>mâle: 8-10 mm, bourse caudale et 2 spicules permettant le diagnostic d'espèce </li></ul><ul><li>femelle: 10 -15 mm, extrémité postérieure obtuse, vulve au tiers postérieur ==> forme de Y in copula ; </li></ul><ul><li>diagnose d'espèce: </li></ul><ul><li>Ancylostoma : bouche: 2 paires de crochets; bourse caudale: côte courte tri digitée </li></ul><ul><li>Necator : bouche: 1 paire de lames coupantes ventrales et 1 paire de dents dorsales; bourse caudale: côte longue bi digitée </li></ul>
    88. 88. Ancylostomose : Etiologie <ul><li>Œuf : 65 µm /40 μ m ovoïde, coque mince, lisse transparente, incolore, contient 4 à 8 blastomères </li></ul><ul><li>Larve : strongyloïde L3 </li></ul>
    89. 89. Ancylostomose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = homme </li></ul><ul><li>vers adultes localisés dans le duodénum, fixés à la muqueuse </li></ul><ul><li>élimination fécale des oeufs, </li></ul><ul><li>pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes L3 (réalisée en 5 minutes), accessoirement possibilité d'ingestion (pour Ancylostoma uniquement), </li></ul><ul><li>migration larvaire par voie sanguine vers les poumons, traversée des alvéoles, remontée de l'arbre trachéo-bronchite et déglutition (cycle entéro-pulmonaire comparable à celui de l'Ascaris) </li></ul><ul><li>puis arrivée dans le tube digestif où ont lieu les dernières mues et le passage au stade adulte </li></ul><ul><li>durée de la phase prépatente: 6 semaines ( Ancylostoma ) à 8 semaines ( Necator ) </li></ul><ul><li>durée de vie: maximum: 5 ans </li></ul>
    90. 90. Ancylostomose : Epidémiologie: <ul><li>R P = homme, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal humain </li></ul><ul><li>évolution larvaire dépendante de la température ( Ancylostoma T° > 22 °C, Necator : T° > 25 °C) oxygène et humidité donc pays chauds et humides, tropiques ou zones à microclimat (mines) </li></ul><ul><li>la larve L3 reste dans l'exuvie de la mue, survie 1 à 2 mois (ou plus) sur le sol humide, à l'obscurité et à 20°C. </li></ul><ul><li>La larve L3 présente un géotropisme - (elle a tendance à monter, former des mèches, un histotropisme + (attirée par la peau), un thermo tropisme + (attirée par la chaleur) </li></ul><ul><li>contamination transcutanée par pénétration des larves strongyloïdes L3 lors de contact de la peau nue avec le sol humide (marche pieds nus) </li></ul><ul><li>Prévalence: 1/4 de la population mondiale est ankylostome dépendante </li></ul>
    91. 91. Trichocéphalose : Etiologie <ul><li>Trichuris trichiura </li></ul><ul><li>Trichocéphale (de Thrix = cheveu et Céphale = tête) </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : ver blanc rosé à rougeâtre, 2/3 antérieurs fins (diamètre 1 mm) et 1/3 postérieur épais contenant les organes génitaux (diamètre 3 mm) </li></ul><ul><li>le mâle mesure 3 cm, extrémité postérieure en crosse </li></ul><ul><li>la femelle mesure 5 cm, extrémité postérieure obtuse </li></ul>
    92. 92. Trichocéphalose : Etiologie <ul><li>Œuf : forme de citron, un bouchon muqueux proéminent à chaque pôle, double coque: externe lisse et brune, interne jaune </li></ul><ul><li>dimensions: 50-60 µm x 25-30 µm </li></ul>
    93. 93. Trichocéphalose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = homme, les vers adultes sont situés au niveau du colon et du caecum, leur extrémité antérieure est enfoncée dans la muqueuse intestinale, leur extrémité postérieure flotte dans la lumière ; </li></ul><ul><li>les vers sont hématophages (5 µl de sang /ver/jour); élimination fécale des oeufs, </li></ul><ul><li>maturation et embryonnement sur le sol (3 semaines ou plus suivant les conditions), la larve L1 reste dans l'oeuf </li></ul><ul><li>contamination orale par les oeufs embryonnés (larve L1) avec eau de boisson, crudités, mains sales </li></ul><ul><li>évolution larvaire et mues au niveau de la muqueuse de l'intestin grèle en 2 à 3 semaines (stades L2, L3 puis L4), descente et installation des adultes dans le colon </li></ul><ul><li>durée de vie: 5 à 10 ans </li></ul><ul><li>une femelle pond environ 30 000 oeufs par jour </li></ul>
    94. 94. Trichocéphalose : Epidémiologie <ul><li>RP = homme, </li></ul><ul><li>cosmopolite, surtout pays chauds et humides </li></ul><ul><li>embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée </li></ul><ul><li>oeufs éliminés avec les déjections humaines, </li></ul><ul><li>contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des oeufs embryonnés (maladie des mains sales) </li></ul><ul><li>Résistance des oeufs dans le milieu extérieur: comparable à celle de l'Ascaris : de 2 à 5 ans </li></ul><ul><li>oeufs tués par la chaleur, l'ensoleillement direct et la dessiccation </li></ul>
    95. 95. Anguillulose : Etiologie <ul><li>Strongyloides stercoralis </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adulte génération parasite : femelles parthénogénétiques très fines, oesophage strongyloïde (à un seul renflement oesophagien), non hématophages, se nourrissent des tissus, </li></ul><ul><li>longueur: 2,5 mm, diamètre: 0,04 mm </li></ul><ul><li>Œuf : proche de ceux des ancylostomidés. Oeuf ellipsoïde, 50-60 x 30-35 µm à bords incurvés, aux pôles très arrondis, coque très mince, claire, transparente, contient la larve L1 &quot;trapue&quot; lors de l'émission des selles. </li></ul>
    96. 96. Anguillulose : Etiologie <ul><li>Stades larvaires: L1: rhabditoïde; (250 µm, double renflement oesophagien); L2: strongyloïde (500 µm, un renflement oesophagien); </li></ul><ul><li>L3: strongyloïde infestante (600 µm, un renflement oesophagien, oesophage égal à 1/2 du corps, extrémité postérieure discrètement bifide) </li></ul><ul><li>Adultes de la génération stercorale: adultes stercoraux (longueur environ 1 mm) </li></ul>
    97. 97. Anguillulose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = homme, </li></ul><ul><li>les femelles parasites circulent dans la muqueuse intestinale, ponte d'oeufs non embryonnés qui s'embryonnent pendant le transit intestinal ==> élimination fécale des larves rhabditoïdes à J0, </li></ul><ul><li>J7 L3 infestante, survie pendant 15 jours </li></ul><ul><li>Contamination: pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes L3, migration larvaire par les poumons, (cycle entéro-pulmonaire), obtention des femelles parthénogénétiques </li></ul><ul><li>premières pontes au bout de 15 jours </li></ul><ul><li>durée de vie des femelles: 3 mois </li></ul><ul><li>Remarque : possibilité d'un cycle endogène (auto-infestation); transit des L1 dans le tube digestif, mues dans le tube digestif ==> L3 infestantes dans le colon ou à la marge anale, </li></ul><ul><li>pénétration directe de ces larves surtout dans la zone péri anale ( lavra currens ) </li></ul>
    98. 98. Anguillulose : Epidémiologie <ul><li>R P. = homme principalement </li></ul><ul><li>pays chauds et humides : infestation possible toute l'année (tropiques) Antilles, Afrique centrale équatoriale. </li></ul><ul><li>pays tempérés: contamination possible l'été: sud des États Unis, Europe du Sud. </li></ul><ul><li>parasitose liée au péril fécal humain, </li></ul><ul><li>évolution extérieure dépend des conditions extérieures: température, humidité, matières organiques. </li></ul><ul><li>Si température < 16 °C, survie des L1 pendant 15 jours puis mort </li></ul><ul><li>Si température comprise entre 16 et 20 °C, humidité > 60 %: à J0: L1, à J3 : obtention des L3 infestantes, survie pendant 15 jours. </li></ul><ul><li>Si température > 20 °C, abondance de matières organiques et humidité > 60 %: à J0: L1, à J3 : obtention directe d'adultes mâles ou femelles libres (adultes stercoraux), </li></ul><ul><li>Contamination transcutanée (baignade, marche dans la boue) </li></ul><ul><li>Estimation à 30 - 60 millions de sujets parasités </li></ul><ul><li>Parasite opportuniste. </li></ul>
    99. 99. Larva migrans viscérale : Toxocarose <ul><li>Étiologie : Toxocara canis , T. cati </li></ul><ul><li>Ascaris du chien en impasse parasitaire chez l'homme </li></ul><ul><li>Adulte : grand ver blanchâtre à section circulaire, pouvant mesurer jusqu'à 20 cm. </li></ul>
    100. 100. Toxocarose <ul><li>Œuf : sub-sphérique 75 x 90 µm, non Embryonné (contenant une seule cellule remplissant la presque totalité du volume limité par la paroi), avec un centre d'aspect rugueux et très pigmenté de couleur marron. La paroi est mamelonnée. </li></ul>
    101. 101. Toxocarose <ul><li>cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = chien, vers adultes dans l'intestin grêle </li></ul><ul><li>élimination fécale des oeufs par le chien, </li></ul><ul><li>maturation et embryonnement des oeufs sur le sol ==> L1 puis ==> L2 qui reste contenue dans l'oeuf </li></ul><ul><li>contamination humaine possible par ingestion d'oeufs (stade L2 ), </li></ul><ul><li>Epidémiologie: </li></ul><ul><li>RP = chien, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal animal (chien et chat), </li></ul><ul><li>ingestion d'oeufs embryonnés (stade L2), contact et jeux avec chien, géophagie, jeux dans bacs à sable, aires de jeux des parcs publics et des plages où les animaux ont pu déféquer. </li></ul><ul><li>cosmopolite </li></ul><ul><li>touche surtout les enfants </li></ul>
    102. 102. Larva migrans cutanée : dermatite rampante à ankylostome ( Larbish <ul><li>Ankylostomes d' animaux </li></ul><ul><li>Ankylostoma sp., Strongyloides </li></ul><ul><li>Impasse parasitaire, seules les formes larvaires infestantes seront présentes chez l'homme, elles ne s'extériorisent pas </li></ul>
    103. 103. Dermatite rampante à ankylostome ( Larbish) <ul><li>Cycle direct long </li></ul><ul><li>HD = animaux surtout chien </li></ul><ul><li>pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes L3 en attente sur le sol </li></ul><ul><li>homme = impasse parasitaire, migration sous cutanée des larves </li></ul><ul><li>Epidémiologie: </li></ul><ul><li>pénétration transcutanée de larves infectieuses strongyloïdes L3 d'ankylostomes d'animaux </li></ul><ul><li>R de P = animaux (chien) </li></ul><ul><li>maladies liées au péril fécal animal </li></ul>
    104. 104. Larva migrans : Gnatostomose <ul><li>Gnathostoma spinigerum : </li></ul><ul><li>Chien et chat </li></ul><ul><li>Gnathostoma hispidum : </li></ul><ul><li>Porc </li></ul><ul><li>Femelle 54 mm, mâle 25 mm,rougeâtre, recouverts d’épines. </li></ul><ul><li>Cycle indirect à 4 hôtes : </li></ul><ul><li>HD : Chien, chat et porc </li></ul><ul><li>HI 1 : copépode </li></ul><ul><li>HI2 : batraciens et poissons. </li></ul><ul><li>HP : Oiseaux piscivores </li></ul><ul><li>Extrême Orient </li></ul><ul><li>Péril fécal animal </li></ul>
    105. 105. Plathelminthes <ul><li>Vers plats </li></ul><ul><li>Aspect foliacé ou rubané </li></ul><ul><li>Segmenté ou non </li></ul><ul><li>Ni appareil circulatoire ni respiratoire </li></ul><ul><li>Appareil digestif incomplet voire absent </li></ul><ul><li>Appareil excréteur : cellules à flamme ou protonéphridies </li></ul><ul><li>hermaphrodites </li></ul>
    106. 106. Cestodes <ul><li>Morphologie générale des adultes: </li></ul><ul><li>Corps rubané </li></ul><ul><li>scolex (tête) avec organes de fixation (ventouses, crochets, bothridies) </li></ul><ul><li>cou : zone de formation des proglottis </li></ul><ul><li>strobile (chaîne des &quot;anneaux&quot; ou proglottis ou segments) </li></ul><ul><li>appareil excréteur et génital (mâle et femelle) au niveau de chaque segment </li></ul><ul><li>pas d'appareil digestif </li></ul>
    107. 107. Cestodes : classification O. Pseudophylid é s O. Cyclophylid é s Allong é , 2 bothridies, pas de crochets Piriforme, 4 ventouses, parfois crochets dispos é s en 1, 2 ou plusieurs couronnes Scolex Pore g é nital m é dio ventral Orifice de ponte m é dio ventral Œ ufs pondus dans l'intestin et é mis avec les selles Pore g é nital lat é ral Ut é rus clos Proglottis é mis avec ou entre les selles Proglottis
    108. 108. Cestodes : Classification Taenia, Echinococcus F. Taeniidea (pores g é nitaux altern é s le long du corps) O. Cyclophylid é s Hymenolepis F. hym é nol é pidid é s (pores g é nitaux unilat é raux) Dipylidium F. Dil é pidid é s (deux pores g é nitaux par anneaux) Diphyllobothrium Pores g é nitaux et orifice de ponte m é dians et ventraux O. Diphyllobothriid é s
    109. 109. Cestodes : scolex et proglottis
    110. 110. Cyclophélidés : Proglottis
    111. 111. Taeniasis à Taenia inerme : Étiologie <ul><li>Taenia saginata (du latin taenia = ruban) </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : Scolex piriforme de 1 à 2 mm, </li></ul><ul><li>organes de fixation: 4 ventouses (ni rostre , ni crochets) d'où &quot;Ténia inerme&quot; </li></ul><ul><li>Strobile de 4 à 10 m, 1000 à 2000 &quot;anneaux&quot; ou segments, </li></ul><ul><li>pas de tube digestif: digestion externe et pénétration des nutriments par osmose </li></ul>
    112. 112. Taeniasis à T saginata : Etiologie <ul><li>Segments mûrs </li></ul><ul><li>rectangulaires (15 à 20 mm x 5 à 7 mm) à nombreuses et fines ramifications utérines; </li></ul><ul><li>le segment mûr contient plus de 50 000 oeufs dont environ la moitié sont mûrs </li></ul><ul><li>Œuf : embryophore </li></ul><ul><li>arrondis, 40 μ m, coque externe mince ; facilement déchirée et souvent absente, coque interne épaisse, brune et radiée </li></ul><ul><li>contient un embryon &quot;hexacanthe&quot; (à 6 crochets) </li></ul>
    113. 113. T.Saginata : cycle de développement <ul><li>cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = homme, le ver adulte, souvent unique, croît d'une quinzaine de segments par jour, </li></ul><ul><li>les segments mûrs sortent activement par l'anus (de 5 à 15 par jour, l'après midi et le soir de préférence) </li></ul><ul><li>HI = bovidé, l'oeuf ingéré libère l'embryon dans le tube digestif, l'embryon traverse la paroi du tube digestif grâce à ses crochets et aux enzymes qu'il secrète; il migre par voie sanguine ou lymphatique. </li></ul><ul><li>Après passage par le foie, le coeur et les poumons (petite circulation) puis retour au coeur (passage dans la grande circulation), </li></ul><ul><li>l'embryon s'arrête dans un muscle et s'y transforme en quelques mois en une larve vésiculeuse appelée cysticerque ( Cysticercus bovis ) (vésicule blanchâtre translucide de 10 mm de diamètre contenant un scolex invaginé au niveau d'une zone blanc opaque) </li></ul><ul><li>Le cysticerque a une durée de vie d'environ 2 ans après quoi il meurt et se calcifie in situ </li></ul><ul><li>contamination humaine par carnivorisme, viande parasitée (&quot;ladre&quot;) crue (cysticerque vivant) </li></ul><ul><li>dans le tube digestif de l'homme, le cysticerque vivant, sous l'influence des sucs digestifs, laisse le protoscolex se dévaginer, des segments sont immédiatement élaborés au niveau du cou </li></ul><ul><li>le ver sera adulte en 2 mois environ (émission des premiers segments ) </li></ul><ul><li>sa survie est >15 ans </li></ul>
    114. 114. T.Saginata : Épidémiologie <ul><li>cosmopolite, </li></ul><ul><li>liée à la consommation de viande bovine crue ou insuffisamment cuite, </li></ul><ul><li>RP = homme, </li></ul><ul><li>- les embryophores sont très résistants (plus de 6 mois dans le sol) et supportent mieux le froid que la chaleur </li></ul><ul><li>- cysticerque: survie quelques jours à + 4°C, elles sont tuées par chaleur (56°) et la congélation (10 jours à - 10°C). La saumure est moins efficace (nécessité d'une saumure à 20 % de sel pendant 5 jours) </li></ul>
    115. 115. Taeniasis à Teania armé et cysticercose : Etiologie <ul><li>Taenia solium </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Idem que T. saginata avec qlq différences : </li></ul><ul><li>Adulte : plus petit (2 à 3m), </li></ul><ul><li>Scolex portant un rostre court avec une couronne de crochets, </li></ul>
    116. 116. Taeniasis à T.solium et cysticercose : Etiologie <ul><li>Cucurbitain : utérus relativement peu ramifié </li></ul><ul><li>Œuf : embryophore </li></ul><ul><li>arrondis, 40 μ m, coque externe mince ; facilement déchirée et souvent absente, coque interne épaisse, brune et radiée </li></ul><ul><li>contient un embryon &quot;hexacanthe&quot; </li></ul>
    117. 117. Taeniasis à Teania armé et cysticercose :cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = homme (possibilité d'héberger plusieurs vers adultes en même temps), sortie anale passive des segments mûrs avec les matières fécales (de 5 à 30 par jour) </li></ul><ul><li>HI = porc; larve cysticerque = Cysticercus cellulosae </li></ul><ul><li>L’homme s’infeste par : </li></ul><ul><li>- Consommation de viande de porc parasité par la larve cysticerque : il est alors HD  Taeniasis </li></ul><ul><li>- ingestion d'embryophores d'origine humaine ou digestion des segments mûrs dans la lumière intestinale : il est alors HI  cysticercose humaine : il s'agit d'une impasse parasitaire de circonstances </li></ul>
    118. 118. Taeniasis à T.solium et cysticercose : Épidémiologie <ul><li>Taeniasis: </li></ul><ul><li>cosmopolite, à l'exception des régions où l'on ne consomme pas de porc (pays musulmans) </li></ul><ul><li>Cysticercose: </li></ul><ul><li>surtout observée en Amérique Centrale </li></ul>
    119. 119. Hydatidose : Etiologie <ul><li>Echinococcus granulosus </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : 4 à 6 mm, 3 à 5 segments, </li></ul><ul><li>scolex: 4 ventouses et rostre avec 2 couronnes de crochets </li></ul>
    120. 120. Hydatidose : Etiologie <ul><li>Œuf : embryophore </li></ul><ul><li>19 µm de diamètre avec une coque kératinisée et striée. Contient l’embryon hexacanthe. </li></ul>
    121. 121. Hydatidose : Etiologie <ul><li>larve de type vésiculeuse composée = métacestode: siège de reproduction asexuée ==> grande taille et nombreux protoscolex; </li></ul><ul><li>histologie: couche germinative proliférante (= proligère) ==> </li></ul><ul><li>vésicules, protoscolex et liquide hydatique; couche lamellaire externe sans noyaux ( = cuticulaire ) et zone réactionnelle de l'hôte (adventice) </li></ul><ul><li>Des vésicules filles peuvent naître : Échinococcose secondaire </li></ul>
    122. 122. E. Granulosis : cycle de développement <ul><li>cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = canidés (nombreux vers vivent dans le tube digestif) extériorisation des segments murs avec les fèces; </li></ul><ul><li>HI = herbivores dont l'homme, la larve est localisée au niveau des viscères (survie de la larve quelques années), pas d'extériorisation de la larve </li></ul><ul><li>Infestation humaine par ingestion d'embryophores : contact avec chien porteur ou eau et/ou aliments souillés par des embryophores  impasse parasitaire de circonstance. </li></ul>
    123. 123. Hydatide : Epidémiologie <ul><li>RP = chien dans les régions d'élevage, et canidés sauvages </li></ul><ul><li>résistance de l‘ embryophore: comparable à celle des grands ténias: plusieurs mois dans le milieu extérieur </li></ul><ul><li>résistance des protoscolex dans le kyste hydatique : 2 mois à + 4°C et quelques jours à + 20°C, même dans la viande en putréfaction. </li></ul><ul><li>zoonose, le mouton est le principal HI, également les bovidés, les équidés ==> zones d'élevage de tous les continents, les chiens vagabonds entraînent la dissémination </li></ul>
    124. 124. Cénurose <ul><li>Impasse parasitaire : Infestation accidentelle de l’homme par des larves de Taenia d’animaux : </li></ul><ul><li>Taenia multiceps (Multiceps serialis) </li></ul><ul><li>HD : Canidés libèrent avec les selles des embryophores </li></ul><ul><li>HI : Herbivores (homme accidentel), ingestion des embryophores qui se transforment en larve cénure dans les tissus sous-cutanés, encéphale. </li></ul><ul><li>La cénure est une vésicule volumineuse contenant du liquide et des scolex. </li></ul><ul><li>Cosmopolite surtout en Afrique, surtout zones rurales en raison du couple HD / HI </li></ul>
    125. 125. Échinococcose alvéolaire: Étiologie <ul><li>Echinococcus multilocularis </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adulte voisin de E. granulosus </li></ul><ul><li>larve = métacestode: </li></ul><ul><li>retard de la couche lamellaire par rapport à la couche proligère ==> envahissement progressif du foie par émission de stolons; l'évolution se fait sur plusieurs années chez l'homme. </li></ul>
    126. 126. Échinococcose alvéolaire: <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>comparable à celui de E. granulosus , mais: </li></ul><ul><li>HD = renard, chien; </li></ul><ul><li>HI = rongeurs sauvages (homme accidentellement) </li></ul><ul><li>Épidémiologie: </li></ul><ul><li>RP : renard et rongeurs sauvages </li></ul><ul><li>zoonose, hémisphère nord, pays froids ou d'altitude, (les embryophores résistent mieux au froid qu'à la chaleur, survie de l'ordre d'un an dans le milieu extérieur), </li></ul><ul><li>surtout zones rurales en raison du couple HD / HI sauvages </li></ul>
    127. 127. Hymenolepiase : Étiologie <ul><li>Hymenolepis nana </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : C’est le plus petit cestode de l’intestin de l’homme 10 à 30 mm x 1 mm </li></ul><ul><li>scolex : 4 ventouses et rostre court, rétractile armé d’une couronne de crochets; </li></ul><ul><li>Le strobile environ 200 anneaux. Les anneaux gravides se désintègrent avant de séparer du corps. On ne retrouve donc dans les selles que les oeufs </li></ul>H.nana
    128. 128. Hymenolepiase : Étiologie <ul><li>Œuf : embryophore ovoïde, 45 μ m, embryon hexacanthe, coque externe mince, coque interne épaisse à deux mamelons polaires, filaments apicaux entre les 2 membranes </li></ul>
    129. 129. Hymenolepis nana : Cycle évolutif <ul><li>Cycle direct court </li></ul><ul><li>HD = homme, héberge plusieurs centaines de parasites. Les oeufs émis dans les selles sont directement infestants. Avalés par l’homme, ils vont éclore dans le duodénum, libérant un embryon hexacanthe qui se fixe dans la muqueuse intestinale, se transforme en larve cysticercoide puis en adulte </li></ul><ul><li>Cycle indirect occasionnel </li></ul><ul><li>HI = insecte (ver de farine, blatte, puce), l’oeuf est avalé va éclore et se transformer en larve cysticercoide. l’homme surtout l’enfant s’infeste par ingestion accidentelle de tels insectes parasités. </li></ul>
    130. 130. Hymenolepiase : Épidémiologie: <ul><li>maladie des mains sales, </li></ul><ul><li>liée au péril fécal, </li></ul><ul><li>affecte surtout les enfants (géophagie) </li></ul>
    131. 131. Dipylidium caninum <ul><li>Parasite habituel du chat et du chien </li></ul><ul><li>15 à 60cm / 2 à 3 mm </li></ul><ul><li>Scolex avec rostre et 3 à 4 couronnes de crochets </li></ul><ul><li>Proglottis gravides allongés 1cm/0,3cm. Aspect caractéristique légèrement arqué dit en «graine de melon » retrouvés dans les selles </li></ul>
    132. 132. Dipylidium caninum <ul><li>Proglottis allongés pourvu d’un double appareil génital (2 pores génitaux par anneau) </li></ul><ul><li>Œufs groupés par 8 à 15 dans des capsules ovigères, provenant du fractionnement de l’utérus, les capsules sont très fragiles. </li></ul><ul><li>Larve de type cysticercoïde </li></ul>
    133. 133. Dipylidium caninum <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = Canidés </li></ul><ul><li>Les proglottis mûrs sont évacuées avec les selles, parfois rupture dans la région périanale et on voit des oeufs dans les selles. </li></ul><ul><li>HI =( insecte : puce), l’oeuf avalé va éclore et se transformer en larve cysticercoide. l’homme surtout l’enfant s’infeste par ingestion accidentelle des puces parasités. Le cysticercoide devient adulte. </li></ul><ul><li>Épidémiologie : </li></ul><ul><li>RP: Chien et chat </li></ul><ul><li>liée au péril fécal animal </li></ul><ul><li>affecte surtout les enfants </li></ul>
    134. 134. Bothriocéphalose : Etiologie <ul><li>Diphyllobothrium latum </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adulte : 2 à 8 m, 3 à 4000 segments trapézoïdaux </li></ul><ul><li>scolex: 2 bothridies </li></ul>
    135. 135. Bothriocéphalose : Étiologie <ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>70 x 45 µm, forme ovoïde trapue (aspect d'oeuf de poule), </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle </li></ul><ul><li>coque lisse mince jaune clair, </li></ul><ul><li>contient nombreuses cellules (non Embryonnées à la ponte) </li></ul>
    136. 136. Bothriocéphalose : cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à 4 hôtes </li></ul><ul><li>HD = mammifères ichtyophages. </li></ul><ul><li>Le ver adulte est dans l'intestin, les segments mûrs libèrent les oeufs dans l'intestin (environ 1 million d'oeufs par jour et par ver); </li></ul><ul><li>dans l'eau l'oeuf ==> coracidium (embryon hexacanthe cilié nageur) </li></ul><ul><li>HI 1 = petit crustacé aquatique planctonique ex: Cyclops; le coracidium se transforme en larve procercoïde (larve vermiforme à 6 crochets) dans la cavité générale </li></ul><ul><li>HI 2 = poisson d'eau douce; ingestion des crustacés parasités, les larves procercoïdes se transforment en larves plérocercoïdes dans les viscères et les muscles du poisson </li></ul><ul><li>HI3 (hôte paraténique) les larves plérocercoïdes se réenkystent chez les poissons carnivores (ex: brochet) </li></ul><ul><li>Infestation de l’homme par ingestion de poisson cru ou insuffisamment cuit </li></ul>
    137. 137. Bothriocéphalose : Épidémiologie <ul><li>RP : animaux domestiques et sauvages </li></ul><ul><li>régions où le poisson d'eau douce est la base de l'alimentation et est souvent consommé cru ou assaisonné: </li></ul><ul><li>régions de lacs ou de deltas (en Europe: pays nordiques, région des grands lacs italiens, delta du Danube; Extrême Orient) </li></ul>
    138. 138. Trématodes <ul><li>Généralités sur les Trématodes Digènes </li></ul><ul><li>Morphologie </li></ul><ul><li>Adulte : aspect foliacé,non segmenté, 2 ventouses </li></ul><ul><li>Tube digestif incomplet ( pas d’anus) </li></ul><ul><li>hermaphrodite  Paramphistomata (douves) Gonochorique  Strigaeta (schistosomes) </li></ul><ul><li>Œuf : operculé  Paramphistomata, </li></ul><ul><li>éperon  Strigaeta </li></ul>
    139. 139. s/C. Trématodes Digénétiques O. Prosostomata Fasciola hepatica, F. gigantica, Fasciolopsis buski F. Fasciolidae s/O Paramphistomata gr des Distomes Echinostoma F. Echinostomatidae: Dicrocoelium dendriticum ( D. lanceolatum ) F. Dicrocoelidae: Paragonimus westermani, P. kellicotti, P. africanus F. Troglotrematidae: Opisthorchis felineus, O. viverrini, Clonorchis sinensis F. Opisthorchiidae: Schistosoma mansoni, S. haematobium; S. japonicum, S. mekongi, S. intercalatum F. Schistosomatidae: s/O. Strigaeta
    140. 140. Trématodes : Cycle de développement
    141. 141. Trématodes : Cycle de développement Schistosomes Douves
    142. 142. Distomatoses <ul><li>Parasitoses dues aux douves </li></ul><ul><li>3 groupes en fonction de la localisation des adultes chez l’hôte définitif: </li></ul><ul><li>- Distomatoses hépatiques </li></ul><ul><ul><ul><li>Fasciola hepatica ( grande douve) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Fasciola gigantica </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Clonorchis sinensis (douve de chine ) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Opistorchis felinus </li></ul></ul></ul><ul><li>- Distomatoses intestinales </li></ul><ul><ul><ul><li>Fasciolopsis buski </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Metagonimus yokogawai </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Heterophyes heterophyes </li></ul></ul></ul><ul><li>- Distomatoses pulmonaires </li></ul><ul><ul><ul><li>Paragonius westermani, P. kellicoti, P. africanus </li></ul></ul></ul>
    143. 143. Distomatoses hépatiques : Fasciolose : Étiologie <ul><li>Fasciola hepatica </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : aspect foliacé, couleur rosée, hermaphrodite </li></ul><ul><li>2-3 cm de longueur x 1,2 cm de largeur x 0,4 cm épaisseur </li></ul><ul><li>cône céphalique antérieur, cuticule épaisse couverte d'épines </li></ul><ul><li>ovaire, testicules, caeca digestifs ramifiés </li></ul><ul><li>F. gigantica très comparable à F. hepatica mais plus grande , répartition exotique </li></ul>
    144. 144. Fasciolose : Etiologie <ul><li>Œuf : ovoïde, allongé 140 μ m /70um </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle </li></ul><ul><li>Coque lisse, mince </li></ul><ul><li>Contient de nombreuses cellules, </li></ul><ul><li>non embryonné à la ponte </li></ul>
    145. 145. Fasciolose : Cycle de développement <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = herbivores (ovins, bovins) et homme, </li></ul><ul><li>Adultes dans les canaux biliaires du foie, ponte, les oeufs sont emportés avec la bile ==> duodénum, intestin, élimination fécale </li></ul><ul><li>les oeufs s'embryonnent dans l'eau (conditions de température, oxygène, lumière) ==> éclosion du miracidium (larve ciliée nageuse de 130 µm) </li></ul><ul><li>HI = Limnée Limnea truncatula ) </li></ul><ul><li>pénétration du miracidium à travers les tissus du mollusque et transformation en sporocyste I , par bourgeonnement interne ==> sporocystes II, par bourgeonnement interne ==> rédies (environ 1 mm), </li></ul><ul><li>possibilité de bourgeonnement en rédies filles l'hiver </li></ul><ul><li>le dernier bourgeonnement donne des cercaires (formes infectieuses à aspect de tétard, dont le corps mesure 300, µm muni d'une queue de 700 µm) </li></ul><ul><li>les cercaires s'échappent du corps du mollusque, </li></ul><ul><li>et nagent à la recherche d'une plante aquatique (cresson, herbe) sur laquelle le corps de la cercaire se fixe ==> transformation en métacercaires (formes d'attente) </li></ul><ul><li>contamination par ingestion de métacercaires fixées sur plantes aquatiques </li></ul><ul><li>chez l'HD, dékystement des métacercaires dans l'intestin ==> douvule </li></ul><ul><li>la douvule traverse la paroi entérale, le péritoine, le parenchyme hépatique, quand elle rencontre un canal biliaire elle s'y fixe et devient adulte </li></ul>
    146. 146. Fasciolose : Epidémiologie: <ul><li>RP = bovidés (et ovidés), </li></ul><ul><li>ingestion de plantes aquatiques (cresson, pissenlit, mâche), petites épidémies familiales, </li></ul><ul><li>cosmopolite, régions tempérées, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal animal </li></ul><ul><li>épidémies automnales et hivernales (inondations), </li></ul><ul><li>durée de l‘ embryonnement de l'oeuf dans les conditions optimales (25 °C): 10 jours </li></ul><ul><li>résistance des oeufs: plusieurs mois dans les selles humides, tués par la dessiccation et la congélation; pas de développement en dessous de 10 °C </li></ul><ul><li>survie des métacercaires sur les plantes: plusieurs mois, tuées par la sécheresse en 40 jours, et les températures élevées; elles résistent bien à l'eau de javel diluée et au vinaigre </li></ul><ul><li>durée de vie: 10 à 12 ans </li></ul><ul><li>durée de vie du miracidium libre: 8 heures </li></ul><ul><li>durée d'évolution chez le mollusque HI dans les conditions optimales (20-22 °C): 40 jours </li></ul><ul><li>durée de vie de la cercaire libre: quelques heures </li></ul>
    147. 147. Clonorchiase : Etiologie <ul><li>Clonorchis sinensis , douve de chine, </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : 2 testicules ramifiés derrière l'ovaire et l'utérus </li></ul><ul><li>longueur: 15-20 mm, largeur: 2-5 mm, épaisseur: 1 mm </li></ul>
    148. 148. Clonorchiase : Etiologie <ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovoïde 30µm/15µm </li></ul><ul><li>Opercule saillant à un pôle </li></ul><ul><li>Petite épine au pôle postérieur </li></ul><ul><li>Embryon cilié </li></ul><ul><li>(facilement confondu avec l'œuf d‘ Opisthorchis ) </li></ul>
    149. 149. Clonorchiase : Cycle évolutif <ul><li>cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD = homme (et Mammifères), localisation des adultes dans les voies biliaires, élimination fécale des oeufs par HD </li></ul><ul><li>éclosion des oeufs dans l'eau ==> miracidium </li></ul><ul><li>HI 1 = Bithynia: mollusque aquatique, conoïde dextre; </li></ul><ul><li>pénétration active du miracidium (reproduction asexuée) </li></ul><ul><li>HI 2 = poisson d'eau douce (100 espèces, surtout cyprinidés) ; métacercaires enkystées en 1 mois </li></ul><ul><li>contamination de HD par ingestion de poisson cru ou mal cuit; </li></ul><ul><li>les douvules libérées dans l'intestin remontent par le cholédoque pour se fixer dans les canaux biliaires </li></ul><ul><li>vers adultes en 1 mois </li></ul><ul><li>durée de vie: 10 à 30 ans </li></ul>
    150. 150. Clonorchiase : Épidémiologie: <ul><li>RP = animaux, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal humain mais surtout animal, </li></ul><ul><li>endémique en Asie du Sud Est, Chine, Japon, Corée </li></ul><ul><li>maladie d'importation en Europe </li></ul><ul><li>infestation par ingestion de poisson d'eau douce cru ou mariné hébergeant des métacercaires vivantes, </li></ul><ul><li>les métacercaires ont une enveloppe très résistante: survie 2 heures dans le vinaigre, 4 heures dans la sauce soja, elles sont tuées par 15 minutes à 60 °C </li></ul>
    151. 151. Opisthorchiase : Étiologie <ul><li>Opisthorchis felineus , Douve des chats </li></ul><ul><li>( O. viverrini ) </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>Adulte : corps lancéolé rougeâtre, testicules lobés l'un derrière l'autre en arrière de l'ovaire et de l'utérus </li></ul><ul><li>environ 10 mm de long </li></ul>
    152. 152. Opisthorchiase : Etiologie <ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovoïde 30 μ m /15 μ m, coque lisse mince </li></ul><ul><li>Opercule saillant à un pôle </li></ul><ul><li>embryon cilié </li></ul><ul><li>(difficiles à distinguer des oeufs de Clonorchis) </li></ul>
    153. 153. Opisthorchiase : Cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à trois hôtes </li></ul><ul><li>HD = Mammifères (chat, chien, loutre etc..) et homme, </li></ul><ul><li>vers adultes dans les canaux biliaires, oeufs éliminés avec les selles </li></ul><ul><li>miracidium libéré dans l'eau </li></ul><ul><li>HI 1 = Bithynia : mollusque d'eau douce conoïde dextre, ingère le miracidium, siège de la reproduction asexuée , </li></ul><ul><li>HI 2 = poisson d'eau douce (carpe, tanche, gardon), pénétration transcutanée des cercaires ==> métacercaires enkystées, </li></ul><ul><li>contamination de l'HD par ingestion de métacercaires vivantes contenues dans la chair de poisson cru, mal cuit ou mal conservé </li></ul><ul><li>libération des douvules dans l'intestin, remontée par le cholédoque et installation dans les canaux biliaires </li></ul><ul><li>adulte 1 mois après la contamination </li></ul><ul><li>Remarque : Opisthorchis viverrini : HD = civette </li></ul>
    154. 154. Opisthorchiase : Épidémiologie <ul><li>RP animaux (chats ) </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal animal </li></ul><ul><li>contamination par ingestion de poisson cru (métacercaires ), </li></ul><ul><li>O. felineus : Extrême Orient, ancienne URSS, Europe Centrale, Indes </li></ul><ul><li>maladie cosmopolite pour le chat </li></ul><ul><li>O. viverrini : Thaïlande </li></ul>
    155. 155. Distomatoses hépatiques : comparaison entre les espèces O. felinus C. sinensis F. gigantica F. hepatica 7-12mm/2,5mm 1-2cm/2-4mm 7,5cm/ 1,2cm 3cm/1,5cm Taille Chat, chien, loutre Chat, chien, rat, porc, homme Mouton, ch è vre, b œ uf, buffle Herbivores : bovid é s RP Bithynia Bithynia Limn é e Limn é e HI Poisson d'eau douce Poisson d'eau douce v é g é taux V é g é taux m é tacercaires Poisson cru, peu cuit Poisson cru, peu cuit Cresson, pissenlits Cresson, pissenlits Infestation de l'homme Europe, Asie Extrême orient Rare, Afrique noire, É gypte, Inde, Viet Nam, Br é sil Europe G é ographie
    156. 156. Distomatoses intestinales : Fasciolopsis <ul><li>Fasciolopsis buski </li></ul><ul><li>Adulte : 3,7cm/1,5cm </li></ul><ul><li>Œuf : Ovale,130 μ m / 70 μ m </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle </li></ul><ul><li>Contient de nombreuses cellules. (identique à celui de Fasciola hepatica) </li></ul>
    157. 157. Fasciolopsis <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>HD = Porc et homme, </li></ul><ul><li>Adultes dans l’intestin, ponte, les oeufs sont élimination avec les selles. </li></ul><ul><li>les oeufs s‘ embryonnent dans l'eau, éclosion du miracidium </li></ul><ul><li>HI =Segmentina </li></ul><ul><li>pénétration du miracidium à travers les tissus du mollusque et transformation en sporocyste puis en rédies et rédies </li></ul><ul><li>les cercaires s'échappent du corps du mollusque, </li></ul><ul><li>et nagent à la recherche d'une plante aquatique sur laquelle le corps de la cercaire se fixe ==> transformation en métacercaires (formes d'attente) </li></ul><ul><li>Infestation de l’HD par ingestion de métacercaires fixées sur plantes aquatiques </li></ul><ul><li>chez l'HD, dékystement des métacercaires dans le duodénum==> douvules </li></ul><ul><li>la douvule se fixe sur la paroi intestinale et devient adulte </li></ul><ul><li>Asie </li></ul>
    158. 158. Metagonimose <ul><li>Metagonimus yokogawai </li></ul><ul><li>adulte 1-2,5mm/0,4-0,75mm </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovale 85 μ m /53 μ m </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle, </li></ul><ul><li>Paroi lisse, plus épaisse au pôle opposé de l’opercule </li></ul><ul><li>non embryonné à la ponte : contient de nombreuses cellules. </li></ul>
    159. 159. Metagonimose <ul><li>Cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD = Canidés, félidés, oiseaux et homme, </li></ul><ul><li>Adultes dans l’intestin. Les œufs embryonnés à la ponte sont éliminés avec les selles. </li></ul><ul><li>éclosion des oeufs dans l'eau -- miracidium </li></ul><ul><li>HI =Semisulcospira, Melania </li></ul><ul><li>pénétration du miracidium à travers les tissus du mollusque et transformation en sporocyste puis en rédies et ensuite en Cercaires qui s'échappent du corps du mollusque, et nagent à la recherche un poisson ==> transformation en métacercaires (formes d'attente) </li></ul><ul><li>Infestation de l’HD par consommation de poisson parasité </li></ul><ul><li>chez l'HD, dékystement des métacercaires dans le duodénum==> douvule </li></ul><ul><li>la douvule se fixe sur la paroi intestinale et devient adulte </li></ul><ul><li>Asie </li></ul>
    160. 160. Heterophyes <ul><li>Heterophyes heterophyes </li></ul><ul><li>Adulte : 1-1,7mm/ 0,3- 0,4mm </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovale, 25 μ m /15 μ m </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle, </li></ul><ul><li>Coque lisse et épaisse </li></ul><ul><li>Contient de nombreuses cellules </li></ul>
    161. 161. Heterophyes <ul><li>Cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD = Canidés, félidés, oiseaux et homme, </li></ul><ul><li>Adultes dans l’intestin. Les œufs embryonnés à la ponte sont éliminés avec les selles. </li></ul><ul><li>éclosion des oeufs dans l'eau -- miracidium </li></ul><ul><li>HI =Cerithidia, Pironella </li></ul><ul><li>pénétration du miracidium à travers les tissus du mollusque et transformation en sporocyste puis en rédies et ensuite en Cercaires qui s'échappent du corps du mollusque, et nagent à la recherche un poisson ==> transformation en métacercaires (formes d'attente) </li></ul><ul><li>Infestation de l’HD par consommation de poisson parasité </li></ul><ul><li>chez l'HD, dékystement des métacercaires dans le duodénum==> douvule </li></ul><ul><li>la douvule se fixe sur la paroi intestinale et devient adulte </li></ul><ul><li>Asie </li></ul>
    162. 162. Distomatoses intestinales : comparaison entre les espèces H. heterophyes M. yokogawai F. buski 1-2mm/0,5mm 1-2,5mm/0,4-0,75mm 3,7cm/1,5cm Taille Chien, chat Chien, chat Porc HR Pirenella Melania Segmentina HI Poisson d'eau douce, et saumâtre Poisson d'eau douce V é g é taux aquatiques M é tacercaires Poisson cru ou peu cuit Poisson cru ou peu cuit V é g é taux aquatiques Infestation de l'homme Extrême orient, bassin m é diterran é en Extrême orient Asie G é ographie
    163. 163. Distomatoses pulmonaires (Paragonimose) : Etiologie <ul><li>Paragonimus westermani, P. ringeri, P. kelicotti, P. africanus </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adulte : aspect d'un grain de café de couleur brun rouge, pore génital en arrière de la ventouse ventrale, testicules lobés derrière l'ovaire </li></ul><ul><li>longueur environ 10 mm, largeur 5mm, épaisseur 3-4 mm. </li></ul>
    164. 164. Paragonimose : Etiologie <ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovoïde 80 jusqu’à 100 µm de long </li></ul><ul><li>Opercule à un pôle, </li></ul><ul><li>Coque lisse épaisse au pôle postérieur couleur brune, </li></ul><ul><li>Non embryonné à la ponte : contient de nombreuses cellules </li></ul>
    165. 165. Paragonimose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à 3 hôtes </li></ul><ul><li>HD = Mammifères carnassiers y compris l'homme, </li></ul><ul><li>vers adultes localisés 2 par 2 dans les bronches (analogie avec grains de café), </li></ul><ul><li>oeufs pondus évacués par les bronches et la trachée (élimination orale) ou possibilité de déglutition (élimination fécale) </li></ul><ul><li>au bout de 2 à 3 semaines dans l'eau ==> miracidium </li></ul><ul><li>HI 1 = mollusque d'eau douce operculé, conoïde dextre, (genre Melania et Semisulcospira); reproduction asexuée ==> cercaires </li></ul><ul><li>HI 2 = crustacé d'eau douce: crabe (genre Sesarma), crevette, écrevisse; ==> métacercaires enkystées, </li></ul><ul><li>contamination par ingestion de métacercaires dans crustacés consommés crus, </li></ul><ul><li>remarque : possibilité d'hôtes paraténiques (rat, porc, poulet) </li></ul><ul><li>dans le tube digestif de l'HD, les douvules sont libérées, </li></ul><ul><li>migration directe à travers la cavité péritonéale, diaphragme, plèvres et parenchyme pulmonaire vers les bronches où elles s'entourent d'une réaction tissulaire kystique </li></ul><ul><li>remarque : possibilité de migration sanguine vers les organes ==> localisations aberrantes </li></ul>
    166. 166. Paragonimose : Épidémiologie <ul><li>RP animaux, </li></ul><ul><li>maladie liée au péril fécal animal </li></ul><ul><li>infestation par ingestion de crustacés crus (métacercaires), </li></ul><ul><li>endémique dans les pays chauds (l'oeuf se développe en 3 semaines à 27 °C) </li></ul><ul><li>P. westermani : en Asie du Sud Est (Corée, Japon, Chine) </li></ul><ul><li>P. africanus : Afrique Centrale </li></ul><ul><li>P. kellicoti : Amérique du Sud (Pérou, Venezuela, Équateur) </li></ul><ul><li>longévité de l'adulte > 10 ans </li></ul><ul><li>durée d'évolution chez le premier HI: 1 à 3 mois </li></ul><ul><li>durée de la migration vers les poumons: 2 semaines </li></ul><ul><li>durée de la phase pré patente: 6 semaines </li></ul>
    167. 167. Bilharzioses <ul><li>Parasitoses dues aux schistosomes </li></ul><ul><li>Les adultes vivent dans le système veineux des mammifères </li></ul><ul><li>Les larves vivent chez un mollusque d’eau douce </li></ul><ul><li>2 types de bilharzioses </li></ul><ul><li>- bilharziose urinaire : Schistosoma haematobium </li></ul><ul><li>- bilharziose intestinale : Schistosoma mansoni, S. mekongi, S. intercalatum, Schistosoma Japonicum </li></ul>
    168. 168. Bilharzioses : Étiologie <ul><li>Morphologie : </li></ul><ul><li>les adultes </li></ul><ul><li>Mâle : plat, 10 à 15mm/1mm. Les bords du corps se replient pour former une gouttière (canal génicophore) où vient se loger la femelle </li></ul><ul><li>Femelle : filiforme, 15 à 25mm/0,1 à 0,2mm </li></ul>
    169. 169. Bilharzioses : Étiologie Adultes de schistosomes Miracidium furcocercaire
    170. 170. Bilharzioses : Etiologie <ul><li>Schistosoma haematobium </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovale </li></ul><ul><li>140 µm (jusqu’à 170µm) x 60 µm </li></ul><ul><li>Éperon terminal de 15µm </li></ul><ul><li>Coque lisse, mince et transparente </li></ul><ul><li>Embryon cilié (miracidium) </li></ul>
    171. 171. Bilharzioses : Étiologie <ul><li>S. intercalatum </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>mesure de 140 à 240 µm /50 à 90µm </li></ul><ul><li>Forme allongée losangique </li></ul><ul><li>Éperon terminal </li></ul><ul><li>Coque mince, lisse et transparente </li></ul>
    172. 172. Bilharzioses : Étiologie <ul><li>Schistosoma mansoni </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>Ovoïde, 140 µm x 60 µm </li></ul><ul><li>Éperon latéral de 15 µm situé au tiers postérieur </li></ul><ul><li>Coque lisse, mince et transparente </li></ul><ul><li>Embryon cilié (miracidium) </li></ul>
    173. 173. Bilharzioses : Etiologie <ul><li>Schistosoma japonicum , S. mekongi </li></ul><ul><li>Œuf : </li></ul><ul><li>subsphérique 70 µm x 40 µm, </li></ul><ul><li>Éperon latéral très petit située au tiers postérieur </li></ul><ul><li>Coque lisse, mince et transparente </li></ul><ul><li>Embryon cilié (miracidium) </li></ul>
    174. 174. Bilharzioses : cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>Identique pour toutes les espèces, seuls changent les mollusques HI </li></ul><ul><li>HD : Homme ou animal </li></ul><ul><li>les parasites adultes vivent dans les vaisseaux hépatiques. Ils s'accouplent et migrent vers des sites électifs. Les femelles pondent de nombreux œufs embryonnés de 30 à 3 000 œufs par jour. Les œufs traversent les tissus et sont émis dans le milieu extérieur avec les selles ou les urines </li></ul><ul><li>Dans l'eau éclosion et sortie d'un embryon cilié: miracidium qui nage et pénètre dans le mollusque spécifique </li></ul><ul><li>HI : le miracidium donne des sporocystes produisant de nombreux furcocercaires </li></ul><ul><li>Infestation de l'HD se fait par pénétration transcutanée de la furcocercaire lors d'un contact avec l'eau. Seule la tête de la furcocercaire migre dans l'organisme (schistosomule) et, par les voies lymphatiques, gagne le cœur droit, les poumons, le cœur gauche, la grande circulation et les vaisseaux hépatiques. </li></ul>
    175. 175. Bilharzioses G é ographie Site é lectif (veines) HI HD Esp è ce Afrique, É gypte v é sicale Bulin Homme S. haematobium Afrique, Am é rique centrale et du sud, Antilles m é sent é rique Planorbe Homme, Rongeurs S .mansoni Afrique centrale m é sent é rique Bulin Homme, Animaux S. intercalatum Extrême orient m é sent é rique Oncomelania Homme, Animaux S. japonicum Asie du sud-est m é sent é rique Lithoglyphopsis Homme, Animaux S. mekongi
    176. 176. Bilharzioses : HI Planorbe Bulin
    177. 177. Bilharzioses : Épidémiologie <ul><li>HR : Homme, animaux </li></ul><ul><li>Parasitoses liées au péril fécal et urinaire humain ou animal </li></ul><ul><li>Endémique dans les régions où se trouve le mollusque spécifique. </li></ul><ul><li>Extension en rapport avec l’extension du réseau hydrique. </li></ul><ul><li>Infestation par pénétration transcutanée de furcocercaires aquatiques (baignade, travaux dans l'eau). </li></ul>
    178. 178. Dermatite à cercaires <ul><li>Impasse parasitaire dues à des Schistosomes d’animaux . </li></ul><ul><li>Austrobilharzia variglandis </li></ul><ul><li>HD : Oiseaux </li></ul><ul><li>HI : Nassarius obsoletus , mollusque d’eau douce </li></ul><ul><li>Infestation de l’homme lors de baignade. </li></ul>
    179. 179. Parasitoses dues à des HI aquatiques : Dracunculose <ul><li>Dracunculus medinensis </li></ul><ul><li>Filaire de Médine, </li></ul><ul><li>Ver de Guinée, </li></ul><ul><li>Dragonneau </li></ul><ul><li>classification </li></ul><ul><li>Embranchement des Némathelminthes, </li></ul><ul><li>Classe des Nématodes, </li></ul><ul><li>Phasmidien </li></ul><ul><li>Ordre des Spiruridés: </li></ul><ul><li>Super famille des Dracunculoidea: </li></ul><ul><li>Morphologie: </li></ul><ul><li>adulte : ver blanc, </li></ul><ul><li>femelle 50 à 100 cm x 1,5 mm, pas d'orifice de ponte, vivipare </li></ul>
    180. 180. Dracunculose <ul><li>Microfilaire : 500-700µm x 15-20 µm, pas de gaine, cuticule striée transversalement, extrémité antérieure amincie </li></ul>
    181. 181. Dracunculose : Cycle de développement <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>HD = homme et mammifères domestiques, </li></ul><ul><li>femelle adulte dans le tissu sous-cutané migre vers le pied, cheville. Au contact de l'eau, la tête du ver sort, sa cuticule et la paroi utérine se rompent et les embryons sont déversés dans l'eau; (en une semaine environ, 2 à 3 millions de microfilaires seront expulsées) </li></ul><ul><li>a la fin de la ponte, la femelle meurt et se calcifie in situ. </li></ul><ul><li>les microfilaires ont une durée de vie de quelques jours dans l'eau </li></ul><ul><li>HI = crustacé copépode d'eau douce: cyclops ingestion des microfilaires ==> L1, passent dans la cavité générale ==> L2 ==> L3 infestantes </li></ul><ul><li>ingestion du cyclops parasité avec eau de boisson, </li></ul><ul><li>passage vraisemblable de L3 dans les muscles, mues, copulation des adultes après 2 ou 3 mois; </li></ul><ul><li>disparition des mâles </li></ul><ul><li>les femelles migrent dans le tissu sous-cutané, l'extériorisation des larves survient environ 1 an après linfestaton </li></ul>
    182. 182. Dracunculose : Épidémiologie <ul><li>RP = homme </li></ul><ul><li>Présence de cyclops parasité dans l’eau de boisson </li></ul><ul><li>pays chauds sauf Amérique et Océanie, (zones rurales, du golfe de Guinée au Gange principalement) </li></ul>
    183. 183. Parasitoses vectorielles <ul><li>causées par des insectes vecteurs qui se reproduisent dans l’eau : </li></ul><ul><li>- Anophèle femelle  Paludisme </li></ul><ul><li>- simulie  Onchocercose </li></ul><ul><li>- Culex femelle  Filarioses lymphatiques </li></ul><ul><li>( Aèdes, Anophèles et Mansonia ) </li></ul>
    184. 184. Paludisme (Malaria) <ul><li>4 espèces parasitent l'homme exclusivement : Plasmodium malariae, Plasmodium vivax, Plasmodium ovale et Plasmodium falciparum Règne des protistes </li></ul><ul><li>Embranchement des Apicomplexa (sporozoaires) </li></ul><ul><li>Classe des Haemosporidea </li></ul><ul><li>Ordre des Haemosporida </li></ul><ul><li>Famille des Plasmodidae </li></ul><ul><li>Genre Plasmodium </li></ul>
    185. 185. Paludisme : le vecteur Anophèle femelle Anophèle mâle Anophèle
    186. 186. Paludisme <ul><li>Cycle indirect à deux hôtes </li></ul><ul><li>HI : l'Homme: </li></ul><ul><li>les sporozoïtes sont injectés dans le tissu sous cutané lors de la piqûre de l'anophèle femelle </li></ul><ul><li>ils passent dans le sang et le foie. chaque sporozoïte pénètre dans un hépatocyte où se déroule une schizogonie hépatique ou exo érythrocytaire </li></ul><ul><li>L'hépatocyte parasité éclate et libère les mérozoites qui pénètrent dans la circulation, </li></ul><ul><li>Chaque mérozoite va pénétrer dans une hématie où va se dérouler un cycle de reproduction asexuée : schizogonie érythrocytaire ou endo-érythrocytaire suivie d'une différenciation sexuelle. Les gamétocytes restent en attente dans leurs hématies; </li></ul><ul><li>HD : l' Anophèle femelle. </li></ul><ul><li>Au cours de la piqûre, l'anophèle ingère des hématies parasitées, seuls les gamétocytes évolueront dans l'intestin. </li></ul><ul><li>la fécondation aboutit à la formation d'oocystes qui subiront la s porogonie : A maturité, les oocystes éclatent et les sporozoïtes sont libérés. La majorité d'entre eux se concentre dans les glandes salivaires. </li></ul><ul><li>lors de la piqûre d'un humain, l'anophèle injectera plusieurs dizaines à plusieurs centaines de sporozoïtes. </li></ul>
    187. 187. Paludisme : Épidémiologie: <ul><li>RP = Homme </li></ul><ul><li>Transmission </li></ul><ul><li>- piqûre d'anophèle infestée </li></ul><ul><li>- transmission congénitale </li></ul><ul><li>Le vecteur transmetteur : anophèle femelle. </li></ul><ul><li>Il existe plus de 300 espèces d'anophèles, environ 60 sont vectrices des Plasmodium humains </li></ul><ul><li>En Afrique, les deux principaux complexes d'espèces vectrices sont: A. funestus et A. gambiae . </li></ul><ul><li>Condition nécessaire pour la pullulation des anophèles: présence de l'eau (indispensable au développement larvaire et nymphal); </li></ul><ul><li>condition remplie toute l'année dans les régions humides (tropiques, équateur </li></ul><ul><li>Répartition mondiale : </li></ul><ul><li>- 40 % de la population mondiale est touchée </li></ul><ul><li>- 2 à 3 millions de décès annuels </li></ul><ul><li>l'Afrique est la zone la plus touchée. </li></ul>
    188. 188. Onchocercose <ul><li>Onchocerca volvulus, O. caecutiens ( ver des aveugles) </li></ul><ul><li>Embranchement des Némathelminthes, </li></ul><ul><li>Classe des Nématodes, </li></ul><ul><li>Phasmidien </li></ul><ul><li>Ordre des Spirurina: </li></ul><ul><li>Super famille des Filarioidea: </li></ul><ul><li>Adulte : ver à cuticule blanche striée transversalement </li></ul><ul><li>mâle: 3 cm x 0,2 mm, extrémité postérieure enroulée </li></ul><ul><li>femelle: 50-60 cm x 0,4 mm, ovovivipare </li></ul><ul><li>Future larve L1 : microfilaire: 250 -300 µm x 6 µm, pas de gaine </li></ul>
    189. 189. Onchocercose Simulie Lésions de l’oeil Kératite
    190. 190. Onchocercose <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = homme </li></ul><ul><li>vers adultes sous cutanés à l'intérieur d'une réaction nodulaire des tissus = « kyste » ou nodule onchocerquien. les microfilaires libérées migrent dans tout le tissu sous cutané, jamais dans le sang, HI = simulie femelle (insecte à larve aquatique affectionnant les eaux courantes rapides); espèces: Simulium damnosum, S. ochraceum ; petits &quot;moucherons&quot; sombres piquant le jour </li></ul><ul><li>repas sanguin , prélèvement de microfilaires ==> L1, ==> L2 dans les muscles thoraciques ==> L3 (1 mm) migration vers le labium (gaine de la trompe) nouveau repas sanguin sur nouvel HD au cours duquel dépôt des larves L3 sur la peau du sujet </li></ul><ul><li>pénétration active transcutanée des larves infestantes L3, par la blessure causée par la piqûre </li></ul><ul><li>migration sous la peau, arrêt et installation à des endroits bien éclairés, mues, formation des nodules, les premières pontes interviennent au bout d'un an environ </li></ul><ul><li>longévité des adultes 10 à 15 ans </li></ul><ul><li>durée des pontes: 10 ans </li></ul><ul><li>longévité des microfilaires dans le derme de l'HD: 2 ans; </li></ul><ul><li>durée minimale de l'évolution chez l'HI: 6 jours en fonction de la température (> 20 °C) </li></ul>
    191. 191. Onchocercose : Épidémiologie <ul><li>RP : homme </li></ul><ul><li>Infestation à l'occasion de la piqûre des simulies, </li></ul><ul><li>les simulies vivent à proximité des eaux courantes rapides ==> localisation de la maladie à proximité du réseau hydrographique, </li></ul><ul><li>Afrique tropicale et Amérique Centrale, </li></ul><ul><li>l'onchocercose atteint 25 millions de personnes en Afrique </li></ul><ul><li>l'onchocercose est la cause principale de cécité en Afrique </li></ul><ul><li>==> impact économique de la maladie: désertification des zones riveraines des fleuves, arrêt de la pèche fluviale, extension de la maladie avec l'irrigation </li></ul>
    192. 192. Filaires lymphatiques : Wuchereriose : Etiologie <ul><li>Wuchereria bancrofti , W. pacifica, Brugia malayi </li></ul><ul><li>Embranchement des Némathelminthes, </li></ul><ul><li>Classe des Nématodes, </li></ul><ul><li>Phasmidien </li></ul><ul><li>Ordre des Spirurina </li></ul><ul><li>Morphologie </li></ul><ul><li>Adulte : ver blanc à tégument lisse </li></ul><ul><li>mâle: 4 cm x 0,1 mm, extrémité postérieure enroulée, 2 spicules </li></ul><ul><li>femelle: 8 cm x 0,2 mm, vulve à 1 mm de l'extrémité orale, ovovivipare </li></ul><ul><li>Microfilaire : future larve L1, aspect serpentiforme, 250 à 300 µm x 10 µm, </li></ul><ul><li>larve &quot;engainée&quot; dans la membrane vitelline, très mobile </li></ul>
    193. 193. Wuchereriose : le vecteur Culex : illustration typique Culex engorgé de sang Aèdes
    194. 194. Wuchereriose : Cycle évolutif <ul><li>Cycle indirect dixène </li></ul><ul><li>HD = homme </li></ul><ul><li>adultes dans système lymphatique en amont des ganglions, les femelles pondent les microfilaires qui gagnent le système vasculaire; </li></ul><ul><li>microfilaires présentes dans les capillaires périphériques la nuit pour W. bancrofti = périodicité nocturne </li></ul><ul><li>HI = moustiques femelles (insectes à larves aquatiques) principalement culex femelle, mais aussi Aèdes, Anophèles et Mansonia repas sanguin, prélèvement de microfilaires ==> L1, ==> L2 dans les muscles thoraciques ==> L3 (1 mm) migration vers le labium (gaine de la trompe) </li></ul><ul><li>nouveau re

    ×