RMN_brochure_HealthAvenue_fr

273 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
273
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

RMN_brochure_HealthAvenue_fr

  1. 1. Health Avenue Votre partenaire “All in ONE” pour votre communication à 360°
  2. 2. L’expertise événementielle ● Un studio dédicacé “Santé” 3 4 5 21 1 4 5 2 3 Montage vidéo Interview individuelle Journal Web TV Forum/débat Réunion/table ronde
  3. 3. et studio vidéo ● Vidéos à la carte (direct ou différé) ● Events, vos événements à la carte ● Web TV, SpécialisteTV, l’actualité médicale diffusée en live et en différé sur internet • Vidéos capsules - interview d’opinion leaders • Témoignages patients • Couverture de congrès, retransmission de satellites sympo • Forum/débat • Tables rondes • Réunions locales, régionales, nationales • Rencontres • Symposium
  4. 4. Health Avenue sprl Studio: Ikaroslaan 57 1930 Zaventem ● Tél: +32 (0)2 850 15 50 ● Fax: +32 (0)2 731 33 55 ● Contact commercial: Tél: +32 (0)2 785 07 20 GSM: +32 (0) 475 78 90 39 ● e-mail: v.danneel@health-avenue.be / i.gobert@health-avenue.be ● E Learning / CME (Continuous Medical Education), avec ou sans accréditation ● Mapping: vidéos de vos KOL’s à travers le pays (diffusion digitale et print) ● Webinar/Webcast (avec la présence d’un modérateur et d’un orateur) Target your KOL BIMESTRIEL BUREAU DE DÉPÔT GENT X P301123A ISSN 1379-8936 Editeur responsable:V. Leclercq Avenue des Fougères 6, 1950 Kraainem REVUE DE RHUMATOLOGIE, MÉDECINE PHYSIQUE ET RÉADAPTATION, ORTHOPÉDIE ET MÉDECINE DU SPORT www.ortho-rhumato.be VOL 12 - N°6 ~ UNE CARRIÈRE EN RHUMATOLOGIE? LES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE ET LES ASSISTANTS EN MÉDECINE INTERNE SE TÂTENT… ~ Plasma riche en plaquettes et tendinopathies ~ Effets de la vibrotonie corporelle totale sur le risque de chute de la personne âgée OR_12_6_F Retrouvez Ortho-Rhumato sur internet TWEEMAANDELIJKS AFGIFTEKANTOOR GENT X P301123 ISSN 1379-8928 Verantwoordelijke uitgever:V. Leclercq Varenslaan 6, 1950 Kraainem TIJDSCHRIFT VOOR REUMATOLOGIE, FYSISCHE GENEESKUNDE, ORTHOPEDIE EN SPORTGENEESKUNDE www.ortho-rheumato.be Ortho-Rheumato ook op internet ~ HOUDING VAN STUDENTEN GENEESKUNDE EN ASSISTENTEN INWENDIGE GENEESKUNDE TEN AANZIEN VAN EEN CARRIÈRE ALS REUMATOLOOG ~ Plaatjesrijk plasma en tendinopathie ~ Effecten van vibratietraining op het risico van vallen bij bejaarden OR_12_6_N Pavé_D-VitalForte_80-80 01-10.indd 1 18/01/11 15:13 VOL 12 - Nr 6 Print Digital ESPACE PHARMA Il y a 5 ans, l’arrivée du dabigatran a constitué une (petite) révolution en termes de traitement anticoagulant. Cet inhi- biteur direct de la thrombine permettait désormais de pallier les multiples inconvénients des antagonistes de la vitamine K. Ces inconvénients ont été évoqués à maintes reprises et sont vraisemblablement responsables d’un degré de protection pour le moins perfectible. Les antagonistes de la vitamine K ne sont souvent utilisés que chez 50-60% des patients candidats à un traitement (1) tandis que leur TTR (time in therapeutic range) n’est habituellement situé qu’entre 50 et 60% (2). «En d’autres termes, les antagonistes de la vitamine K ne permet- taient de traiter correctement qu’1 patient sur 4», constate John Eikelboom (Hamilton, Canada). L’étude RE-LY a considérablement modifié le paysage de l’an- ticoagulation (3, 4). Cette étude a démontré le profil d’effica- cité et de sécurité du dabigatran etexilate (Pradaxa® ), par rap- port à la warfarine, en prévention des AVC et des embolies systémiques chez les patients avec fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). RE-LY a été à l’origine d’un nouveau standard de soins dans la prévention de l’accident vasculaire cérébral dans la FA non valvulaire, illustrant la possibilité de recourir à un anticoagu- lant ne requérant pas de monitoring, ne présentant pas d’in- teractions avec les aliments et un risque faible d’interactions médicamenteuses. En 2013, les données de RELY-ABLE sont venues renforcer les résultats initiaux, montrant, sur base d’un suivi complé- mentaire de 4 ans, que le bénéfice du dabigatran par rapport à la warfarine perdure sur le long terme (5, 6). Real world Les données observées dans des conditions de pratique quotidienne corroborent celles de RE-LY et de RELY-ABLE. Ainsi, le Danish registry of Medicinal Product Statistics s’est intéressé aux patients ayant une fibrillation auriculaire, naïfs de tout traitement anticoagulant, et ayant été traités par dabigatran après l’autorisation de mise sur le marché au Danemark (7). L’analyse a porté sur 4.978 sujets traités par dabigatran et ap- pariés à 8.936 patients recevant de la warfarine. Elle montre que les taux d’accidents vasculaires cérébraux et d’embolies systémiques sont comparables au sein des deux populations mais que la mortalité est significativement plus basse chez les sujets traités par dabigatran, qu’il s’agisse de la dose de 150mg 2x/j ou de la dose de 110mg 2x/j. Les saignements intra- crâniens sont moins fréquents avec le dabigatran et c’est le cas également pour les infarctus du myocarde. En 2014, le programme de surveillance instauré par la Food and Drug Administration (FDA) a confirmé le profil de to- lérance favorable du dabigatran. Il a livré des informations portant sur 134.000 assurés Medicare, âgés de 65 ans ou plus, et a confirmé, dans la vraie vie, que le dabigatran est associé à un risque moindre d’accidents cérébrovasculaires ischémiques, d’hémorragies intracrâniennes et de décès que celui qui est observé chez les patients traités par warfarine (8). Enfin, l’analyse combinée de l’étude RE-LY et des données de Medicare montre à quel point les résultats rapportés dans le cadre de l’étude randomisée qu’est RE-LY et ceux qui sont observés dans la vraie vie sont superposables. La seule excep- tion concerne l’incidence des infarctus du myocarde, qui n’est pas augmentée et pourrait même diminuer légèrement dans l’étude observationnelle Medicare. FIBRILLATION AURICULAIRE RE-LY, 5 ans plus tard D’après un symposium satellite organisé à l’initiative des laboratoires Boehringer Ingelheim, lors du congrès annuel de l’European Society of Cardiology (ESC), Barcelone, 30 août – 3 septembre 2014 En 2009, l’étude RE-LY a constitué un tournant majeur dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) chez les patients en fibrillation auriculaire (FA). Depuis lors, ses résultats ont été largement confirmés sur le long terme et dans la vraie vie. Retour sur les faits marquants d’une histoire dont les pages s’écrivent aujourd’hui encore. VC691FBE/PRA14191111/2014 RE-LY et RELY-ABLE mettent en lumière, dans le cadre d’un essai randomisé, l’efficacité et la sécurité du dabigatran dans la prévention de l’accident vasculaire cérébral ischémique. VC691F.indd 1 21/11/14 11:30 Quelle dose pour quel patient? Le choix de la dose dépend du profil du patient. Selon le do- cument de l’EMA (European Medicines Agency) mentionnant les caractéristiques du dabigatran (SmPC, Summary of Product Characteristics), la dose de 150mg 2x/j est considérée comme dose standard dans le traitement de la fibrillation auriculaire non valvulaire (9). La dose de 110mg 2x/j est destinée aux patients de 80 ans ou plus ou aux patients traités par du vé- rapamil. Une évaluation individuelle du risque thrombo-em- bolique et du risque de saignement est indiquée au sein de populations spécifiques et une dose de 110mg 2x/j peut être envisagée le cas échéant. Enfin, une autre analyse publiée cette année a déterminé les résultats qui auraient été observés si, dans l’étude RE-LY, les deux doses de dabigatran avaient été administrées en suivant les indications formulées dans la notice (Figure 1) (10). Elle révèle que l’utilisation du dabigatran suivant les prescriptions de la notice est associée à une réduction significative du risque d’AVC et d’embolie systémique (HR = 0,74), d’accident vas- culaire cérébral hémorragique (HR = 0,22), de décès (HR = 0,86) et de décès d’origine vasculaire (HR = 0,80). Le dabi- gatran est également associé à un taux moindre de saigne- ments majeurs (HR = 0,85), de saignements mettant en jeu le pronostic vital (HR = 0,72), d’hémorragie intracrânienne (HR = 0,28) et de saignements de tous types (HR = 0,86). En résumé, on peut affirmer, 5 ans après l’étude RE-LY, que le dabigatran etexilate (Pradaxa® ) a compilé des données probantes à son sujet: - une supériorité démontrée de son profil d’efficacité et de sécurité par rapport à la warfarine, s’il est délivré selon le label EU, c.-à-d. adapté aux besoins spécifiques de chaque patient (10); - le seul NOAC pour lequel tant les petits dosages que les dosages élevés ont été largement étudiés (3, 4); - un profil de sécurité confirmé à long terme et en pratique clinique dans la «vraie vie» (6-8). Références 1. Go AS, et al. Ann Intern Med 1999;131:927-34. 2. Reynolds MW, et al. Chest 2004;126:1938-45. 3. Connoly SJ, et al. N Engl J Med 2009;361:1139-51. 4. Connolly SJ, et al. N Engl J Med 2010;363:1875-6. 5. Connolly SJ, et al. Circulation 2013;128:237-43. 6. Ezekowitz MD, et al. AHA 2013, oral presentation, # 10684. 7. Larsen TB, et al. J Am Coll Cardiol 2013;61:2264-73. 8. www.fda.gov/Drugs/DrugSafety/ucm396470.htm 9. www.ema.europa.eu 10. Lip GY, et al. Thromb Haemost 2014;111:933-42. AVC et embolies systémiques Saignements majeurs Décès RR (95% CI) RR (95% CI) RR (95% CI) 0,74 (0,60-0,91) 0,85 (0,73-0,98) 0,86 (0,75-0,98) Figure 1: Efficacité et sécurité du dabigatran administré selon les prescriptions de la notice et comparé avec la warfarine (10). Une utilisation des doses de dabigatran basée sur les recommandations de l’ EMA est associée à un bénéfice clinique net significatif. Le dabigatran approuvé pour le traitement et la prévention des récidives de thrombose veineuse profonde et d’embolie pulmonaire Le dabigatran a été récemment approuvé par la Commission européenne dans le traitement et la prévention des récidives de thrombose veineuse profonde (TVP) et d’embolie pulmonaire (EP). Cette nouvelle indication repose sur les résultats de trois essais cliniques de phase III ayant démontré l’effi- cacité du dabigatran comparé avec la warfarine (1-3). 1. S Schulman, et al. N Engl J Med 2009;361:2342-52. 2. S Schulman, et al. Circulation 2014;129:764-772. 3. S Schulman, et al. N Engl J Med 2013;368:709-18. VC691F.indd 2 21/11/14 11:30 Availability for REPS SALES Choose your KOL NEWSLETTER AVAILABILITY for REPS, SALES N°1: Two page centerfold - mapping N°2: Interview KOL 1, FR/NL N°3: Interview KOL 2, FR/NL N°4: Interview KOL 3, FR/NL N°5: Interview KOL 4, FR/NL a) Newsletter segmented by region b) Newsletter with mapping

×