Présentation systémie familiale (année 1)

692 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
692
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Présentation systémie familiale (année 1)

  1. 1. Systémie Familiale Christine Marsan 2014
  2. 2. Qu’est-ce qu’un système? « Encyclopédie : un système pour récolter la poussière par ordre alphabétique . » Mike Barfield.
  3. 3. Qu’est-ce qu’un système ?
  4. 4. Qu’est-ce qu’un système?  Du grec sustema signifie « organisation, ensemble ». Ce mot provient du verbe sunistēmi (sun histēmi : « établir avec »), qui signifie « mettre en rapport, instituer, établir ».  Un système est un ensemble d’éléments interagissant entre eux selon certains principes ou règles. Exemple les neurones du cerveau, tout groupe social et une famille.  Un système est déterminé par :  la nature de ses éléments constitutifs ;  les interactions entre ces derniers ;  sa frontière, c'est-à-dire le critère d'appartenance au système et sa limite avec son environnement.  Il existe des système fermés (peuples premiers, pendant de longs siècles), système ouverts : interaction avec l’environnement.
  5. 5. Typologies des systèmes : Selon Jean-Louis Le Moigne les systèmes pourraient être regroupés en trois catégories :  Les systèmes-machines, qui relèvent de la mécanique et de l’ingénierie.  Les systèmes vivants (et systèmes artificiels complexes), dans lesquels apparaissent les processus de mémorisation, des centres de décision (ou de commande) et de coordination (ou de pilotage).  Les systèmes humains et sociaux, avec l’apparition de l’intelligence (ou capacité à traiter des informations symboliques), permettant une auto-organisation par des mécanismes abstraits d’apprentissage et d’invention, mais aussi avec la finalisation (l’intentionnalité), réorganisant tout le système en fonction de fins sélectionnées de manière autonome.
  6. 6. Quatre composantes (1) Les éléments constitutifs : les membres d’un groupe, d’une association, d’une famille (cela pose la question du périmètre, ceux qui s’en vont, ceux qui arrivent). Exemple des familles recomposées, des divorces.. La limite / la frontière : elle est toujours plus ou moins perméable et constitue une interface avec le milieu extérieur. C’est par exemple, la membrane d’une cellule, la peau du corps. La limite d’un système peut être plus ou moins floue, ou particulièrement mouvante, comme dans le cas d’un groupe social ;
  7. 7. Quatre composantes (2) Un réseau de relations : les éléments inter-reliés. Plus les interrelations sont nombreuses, plus le degré d’organisation est élevé et plus grande est alors la complexité (ce qui est le cas dans les entreprises).  La complexité peut aussi résider dans les enjeux de la relation comme au sein d’une famille dans laquelle la nature des liens, les enjeux émotionnels et affectifs tissent des relations parfois inextricables. Les stocks : où sont entreposés l’énergie, les matériaux ou les informations.
  8. 8. Composantes fonctionnelles (comment ça marche) Flux d’information, de données, d’énergie qui empruntent les réseaux relationnels et transitent par des lieux de stockage (une personne ou un groupe peut capter des informations). Ils fonctionnent par entrées/sorties (ou inputs/outputs) avec l’environnement ; Des centres de décision qui organisent les réseaux de relations, c’est-à-dire coordonnent les flux et gèrent les stocks ; Des boucles de rétroaction qui servent à informer, à l’entrée des flux, sur leur sortie, de façon à permettre aux centres de décision de connaître plus rapidement l’état général du système ;
  9. 9. Composantes fonctionnelles (comment ça marche) (2) Des ajustements réalisés par les centres de décisions en fonction des boucles de rétroaction et de délais de réponse (correspondant au temps que mettent les informations « montantes » pour être traitées et au temps supplémentaire que mettent les informations « descendantes » pour se transformer en actions). La variété des membres d’un groupe, chacun agissant de son côté (parfois de manière coordonnée ou non), a des répercussions permanentes sur l’ensemble du système. Les retours d’information (boucles de rétroaction) ont des effets sur l’ensemble des membres du système, notamment par les interventions directes des acteurs entre eux et / ou par les actions des centres de décision.
  10. 10. Caractéristique d’un système La fonction première d’un système est sa propre conservation. Pour y parvenir tout système va rechercher l’homéostasie (d’homios, le même, et stasis, l’arrêt, la mise au repos) ce qui désigne la capacité à se maintenir dans un état constant, dans sa forme et ses conditions internes, en dépit des perturbations externes. Notre corps en est un exemple. En permanence il y a des ajustements internes aux modifications internes ET externes (température, absorption et digestion des aliments, réaction du système immunitaire aux corps étrangers) afin de nous maintenir en bonne santé.
  11. 11. Homéostasie et évolution Tout système ne revient jamais à un état identique, mais évolue vers un état légèrement différent, que chaque organisme s’efforce de rendre aussi proche que possible de son état initial. C’est la raison pour laquelle le système vivant maintient sa forme malgré des échanges avec l’environnement ; ainsi sa stabilité n’exclut pas une certaine évolution. L’homéostasie, malgré son nom, est un processus complexe et autonome d’autorégulation, impliquant un renouvellement des éléments et une réorganisation structurelle autonomes.
  12. 12. La systémie familiale
  13. 13. Qu’est-ce que la systémie familiale ? La thérapie familiale considère les troubles psychologiques et comportementaux du membre d'un groupe comme un symptôme du dysfonctionnement dudit groupe (généralement la famille). La pathologie mentale d'un individu est une résultante d'une anomalie systémique du système lui-même. On a pu ainsi parler de familles pathologiques au sujet de la schizophrénie, entité psychopathologique la plus fouillée par les systémistes, notamment au travers de la notion de double contrainte / double bind. La thérapie systémiste s'appuie sur le traitement du système tout entier, famille ou couple, mettant au jour les processus nocifs /morbides afin de rétablir une situation d'équilibre et de communication non pathologiques.
  14. 14. Rapide historique (1) La thérapie familiale naît aux USA à la fin des années 1940 sous l’effet de diverses influences : le Child Guidance Mouvement : ce mouvement traite de façon isolée la mère et son enfant, considérant le milieu familial comme pathogène (à cette occasion apparaissent des termes comme « surprotection maternelle » ou « mères schizophrénigènes »). Les travaux de certains anthropologues fonctionnalistes (Malinowski, Bateson) expliquent le fait que les pratiques culturelles remplissent une fonction précise par rapport au corps social.
  15. 15. Rapide historique (2) La théorie générale des systèmes qui relie la fonction au contexte. Ludwig von Bertalanffy décrit les rétroactions négatives comme des processus qui visent à ramener à la norme un élément d’un système donné. Par analogie, la famille est considérée comme un système en état d’équilibre et les symptômes comme des rétroactions négatives. Les travaux de Norbert Wiener sur la cybernétique : il explique que nous passons d’une vision linéaire à une vision circulaire des problèmes. Les systèmes « stables » ne maintiennent leur stabilité que par l’exercice interne de certaines rétroactions spécifiques.
  16. 16. Rapide historique (3) Ainsi, influencées par la théorie des systèmes et par la théorie de la communication, plusieurs écoles de thérapie familiale voient le jour aux USA (l’école structuraliste (Minuchin, Ackerman), stratégique (Haley), contextuelle (Don Jackson), les thérapies brèves (Bateson), Palo Alto…) puis en Europe (École de Milan (Selvini), de Rome (Andolfi)…). En 1960 Gregory Bateson identifie les troubles de la communication, théorise notamment le double bind qui fondera l'école systémique, ses travaux seront été repris par Virginia Satir.
  17. 17. Rapide historique (3) Virginia Satir Virginia Satir a mis l’accent sur l’importance de l’écoute et sur la distinction à opérer entre le rôle et la personne. Souvent la relation humaine se décrit en termes de "rôles" hiérarchiques : parent/enfants, patron/employés, professeur/étudiants, qui sous entendent un modèle de relation dominant/dominé que nous avons tendance à reproduire dans tous nos cadres (professionnel, familial, amical, affectif...). Cette conception hiérarchique de la relation engendre peur, angoisses et sentiment d'impuissance. Virginia Satir insiste sur la distinction préalable que l'on doit faire entre le rôle de la personne dans la relation et la définition de cette personne.
  18. 18. Rapide historique (4) Virginia Satir 2 Lorsque nous nous présentons, nous avons tendance à répondre à la question "qui êtes-vous?" en évoquant notre rôle professionnel. Virginia Satir insiste sur le fait que dans la relation humaine, nous sachions faire la distinction entre le rôle et l'identité. En thérapie familiale, cette distinction est fondamentale pour ne pas enfermer l'autre dans le rôle qu'il occupe ou qu'il a occupé... V. Satir utilise l'image d'un mobile que nous plaçons au dessus du lit des bébés pour décrire le rôle que chacun occupe dans la famille ou dans un groupe humain. Ce mobile tente de rester en équilibre en restant statique et en conservant le rôle de chacun. C'est une vision hiérarchique de l'homme, à laquelle elle oppose une vision de croissance et de développement, basée sur le développement sain de l'estime de soi de chaque être humain.
  19. 19. Fondement théorique  L’approche systémique est fondée sur l’observation de la communication manifeste sur le plan digital (verbal) et analogique (non-verbal). Elle privilégie l’étude des conduites interactives (Gestalt). Son but est de déceler et dénoncer les modes de communication pathogènes et rétablir une communication claire entre les partenaires familiaux (Analyse Transactionnelle). Elle est centrée sur la réalité communicationnelle et comportementale de la famille.  À la suite des travaux de Bateson sur la communication, notamment sur le phénomène du double contrainte, on prendra en considération le groupe familial dans son ensemble, en étudiant le “jeu pathologique” d’interactions au cœur de la famille, en appréhendant le système familial selon la “Théorie générale des systèmes” de L.von Bertalanffy. Appliquée à la thérapie familiale, la conception systémique peut se formuler de la façon suivante: tout individu humain fait partie d’un système, un ensemble organisé, c’est-à-dire d’un ensemble d’éléments en interaction. Le premier système humain est la famille.
  20. 20. Fondement théorique (2) “La théorie des systèmes considère la famille comme une unité vivante. Cette unité, cette ensemble, comme tout individu, a un passé, un présent et un futur. Elle a aussi des règles particulières et relativement stables de fonctionnement. Ces caractéristiques ne sont pas décidées par une personne du système, mais par la dynamique de l’interaction de tous les membres du système”. Dans cette optique, la maladie mentale ou psychosomatique est considérée comme “une conséquence naturelle du dysfonctionnement interactionnel de la famille” (P.Caille).
  21. 21. Notions fondamentales (1) La famille est un système vivant.  Celui-ci implique un principe de totalité (non décomposable en parties) et de non-sommativité (le tout n’est pas égal à la somme des parties).   Les familles, considérées comme des systèmes, ont des limites et contrôlent l’information qui passe à travers celles-ci.  Elles sont organisées hiérarchiquement, à la fois en tant que parties d’un système plus vaste et au regard des sous-systèmes (fratrie, génération…).  Les systèmes sont capables d’auto-régulation et cherchent à maintenir leur équilibre.  Le symptôme (membre qui pose problème) a la fonction d’un régulateur homéostasique.
  22. 22. Notions fondamentales (2) Membre symptôme et bouc émissaire :  Les difficultés relationnelles inhérentes à la vie de famille créée des tensions qui conduisent à des alliances et des oppositions. Parfois, les tiraillements sont tels et les jeux psychologiques si forts entre les personnes que le « groupe/système » a besoin de créer un exutoire qui va devenir le membre de la famille/symptôme.  Tout groupe humain utilise le mécanisme du bouc émissaire pour extérioriser la violence endémique, il choisit le membre (ou groupuscule) le plus faible auquel il attribue les caractéristiques victimaires. A intervalle régulier la pression sur le bouc émissaire est accentuée lorsque le groupe se décharge du trop plein, ensuite apaisé, le quotidien reprend son cours et un certain répit est apporté au bouc émissaire jusqu’à la prochaine étape.
  23. 23. Notions fondamentales (3) Membre symptôme et bouc émissaire (2):  Dans toute famille existent des dysfonctionnements qui peuvent être vécus comme pathologiques et qui se traduisent par des communications et interactions nocives pour tous. Un membre du groupe manifeste souvent de manière exacerbée les difficultés de la famille. Il est alors pointé comme le symptôme et fait office de bouc émissaire.  D’où l’importance d’apprendre pour tout groupe humain, et la famille en particulier, à savoir dire ce qui l’oppresse, à identifier les malaises, la nature des interactions et trouver des modalités d’expression saine des tensions.
  24. 24. Notions fondamentales (4) La théorie du double bid / double lien/ double contrainte : Une double contrainte désigne l’ensemble de deux injonctions qui s’opposent mutuellement, augmentées d’une troisième contrainte qui empêche l’individu de sortir de cette situation. En termes de logique, elle exprime l’impossibilité que peut engendrer une situation où le paradoxe est imposé et maintenu. Il peut être composé de deux ordres, implicites ou explicites, intimé à quelqu’un qui ne peut en satisfaire un sans violer l’autre. Le troisième ordre interdit la désobéissance et tout commentaire sur l’absurdité de cette situation d’ordre et de contre-ordre dans l’unité de temps et de lieu. Sans cette troisième contrainte, ce ne serait qu’un simple dilemme, avec une indécidabilité plus ou moins grande suivant l’intensité des attracteurs.
  25. 25. Notions fondamentales (5) La théorie de la double contrainte (2) : La double contrainte existe seulement dans une relation d’autorité qui ordonne un choix impossible et qui interdit tout commentaire sur l’absurdité de la situation. Dans une situation d’indécidabilité, le dilemme est une nécessité de choisir (Comme dans le Cid de Corneille où les aléa de la vie place le héros face à un choix difficile), tandis que l’injonction paradoxale est une obligation (un ordre) de choisir. L’injonction paradoxale est bien illustrée par l’ordre "sois spontané(e)", souvent utilisé par Paul Watzlawick comme exemple, où devenant spontané en obéissant à un ordre, l’individu ne peut pas être spontané.
  26. 26. Notions fondamentales (6) Différence entre la double contrainte et injonction paradoxale (3) :  Dans les injonctions paradoxales, il y a toujours une possibilité de commenter sur l’absurdité, comme appuyer en même temps sur deux touches d’ordinateur, un pour commander la marche et l’autre l’arrêt. L’ordinateur peut afficher "erreur de syntaxe". Alors que dans la double contrainte, il y a une troisième injonction qui interdit le non-choix et tout commentaire sur l’absurdité de la situation.  Dans un milieu familial où règne une communication pathologique, ces injonctions paradoxales visent une « une victime émissaire », le membre "schizophrénique" du système et le forcent à s’enfermer dans une double contrainte typiquement "schizophrénique" : tenter de ne pas communiquer. Ce qui est impossible, puisque le "charabia" du "schizophrène", le retrait, le silence verbal ou postural même est une forme de communication (non verbale).
  27. 27. Notions fondamentales (7) Différence entre la double contrainte et injonction paradoxale (3) : exemple  Une mère manifeste par des mots d’amour un rapprochement vers son enfant tout en adoptant en même temps une conduite d’éloignement ou d’évitement par les langages corporels proxémique (distance et durée) et kinésique (geste, mimique, mouvement et posture).  L’enfant ne sait pas et ne peut savoir ce que sa mère exige de lui.  Il est condamné à osciller entre ces deux exigences contraires (approche et évitement) auxquelles il ne peut répondre en même temps et ne peut commenter ou discuter. Quelle que soit la réponse qu’il adopte, il est puni et reçoit l’ordre de changer de réponse et d’adopter l’autre.
  28. 28. La notion de famille La famille est un élément fondamental de la société. Elle a pour tâche de transmettre les valeurs et les modes de pensée. C'est aussi une totalité, un "tout" dynamique. Les rétroactions négatives y sont importantes. Dans une famille pathologique (où la souffrance est devenue handicapante) n'existent principalement que des rétroactions négatives (dans une rétroaction positive, les phénomènes sont perçus et amplifiés, alors que dans une rétroaction négative, les phénomènes sont annulés, ignorés).
  29. 29. La notion de famille (2)  Toute famille fonctionne selon des règles, un consensus tacitement respecté par tous les membres. Elle instaure des normes qui sont intériorisées pour éviter les conflits, les discussions. Ces normes tiennent lieu de plan d'action. Si un seul élément change, l'équilibre familial s'écroule. Tout manquement à l'accord tacite provoque une crise, pouvant amener à la faillite du système.  Le symptôme est alors un régulateur de la relation, un contrat d'échange reposant sur une complémentarité pathologique familiale. La disparition du symptôme provoque souvent la rupture de la relation.  D’où l’importance de remplacer le symptôme par « quelque chose », un mode relationnel positif qui doit se construire progressivement avec la famille. Il lui faut remplacer son système/ scénario dysfonctionnant par une alternative positive et saine.
  30. 30. La notion de famille (3)  La famille en tant que système se trouve face à deux exigences : rester ensemble (soit un souci de cohésion), mais en même temps permettre la différenciation des individus. Pour maintenir son équilibre, elle utilise des rituels (agirs répétés, règles familiales…) et se fonde sur un mythe familial (normes systématisées, croyances idéologiques), une histoire unificatrice qui explique et justifie les rituels.  La famille construit ainsi un ensemble de croyances organisées et partagées par tous les membres, qui colore les relations et l’image que chacun a du groupe familial. Le mythe est fondateur et il prescrit une manière d’être et d’agir dans la famille, il vient renforcer le système et ses règles. Généralement, l'enfant est au centre du réseau d'interactions. La nature des interactions reste la même quelque soit l'âge de l'enfant ; ainsi l'enfant de 5 ans a un rôle qu'il garde tout au long de son évolution.
  31. 31. La notion de famille (4)  Pour Robert Neuburger, « le mythe familial est une représentation, partagée par les membres du groupe, du groupe lui-même comme ensemble et de ses relations avec le monde. Le mythe engendre des règles de fonctionnement, c’est-à-dire des convictions sur les rôles que chacun doit prendre dans la famille, qui donnent des indications sur le mythe, lui-même n’étant qu’involontairement ou indirectement dévoilé. »  Le mythe est du domaine du « non-dit », du langage, dont on ne peut rien en dire, le rituel est un acte dont on peut parler pour approcher le mythe familial.
  32. 32. La notion de famille (5)  Le système familial est à mettre en écho avec le scénario individuel de chacun des membres.  « Le scénario est un plan de vie inconscient, basé sur des décisions prises dans l’enfance, renforcée par les parents, justifié par les événements successifs, et qui se termine par une alternative choisie par la personne » (Eric Berne) pour s’adapter à son milieu.  Elaboré durant les premiers années de la vie, le sujet répètera toute sa vie durant son scénario même s’il lui cause désagréments et souffrances.  La famille a également un scénario qui peut être identifié et mis en perspective avec son mythe. Ce matériel symbolique et psychologique sera utile pour permettre la compréhension des mécanismes dysfonctionnements et identifier de nouvelles ressources pour en sortir.
  33. 33. La notion de famille (6) Programme officiel et carte du monde : Mony Elakaïm parle de programme officiel qu’il met en lumière notamment dans le couple entre un homme et une femme. “Le programme officiel est la demande explicite de chaque membre du coupe. » Par exemple, Anna “voulait que son mari soit plus proche d’elle, Benedetto souhaiterait que sa femme le reconnaisse. Or, pour chacun d’eux, le programme officiel s’oppose à une croyance qu’ils avaient élaborée dans le passé : dans le cas d’Anna, sa conviction que l’abandon est inévitable ; dans celui de Benedetto, sa certitude d’être rejeté, quoi qu’il fasse. »
  34. 34. Interactions et communications Les interactions et les communications sont vitales :  Il est impossible à tout individu placé dans une interaction de ne pas communiquer ;  Toute communication présente 2 aspects : le contenu et le type de relation (l'explicite et l'implicite). Le discours implicite est appelé "méta-communication";  Il existe 2 modes de communication : la communication digitale (verbale) et la communication analogique (mimiques, postures, gestes, intonations...);  La nature de la relation dépend de la ponctuation des séquences de la communication. Les silences, les temps séparant 2 entretiens sont importants et dynamiques;  Les interactions sont symétriques (même ton) ou complémentaires (valorisation de la différence).
  35. 35. Organisation des interactions Deux modes opératoires :  L'alliance, qui est une relation d'affinité entre deux personnes, basée sur l'attirance, l'intérêt commun, la sympathie;  La coalition, solidarité de plusieurs membres contre un membre de la famille. Dans ce groupe hiérarchisé qu'est la famille, la coalition est généralement déniée mais explicite au niveau comportemental. Quand la coalition s'instaure entre deux individus de générations différentes, il y a un écrasement des générations. Le caractère pathologique réside dans la répétition de ces coalitions, même lorsque l’objet de cette coalition varie. Dans la famille il y a deux aspects paradoxaux de la communication : une lutte agressive entre les membres pour la hiérarchie et une solidarité qui les unit malgré tout.
  36. 36. Les paradoxes de la famille  Du fait des exigences contradictoires du groupe familial, la demande est toujours double : il y a une demande de changement tout en voulant rester identique (non-changement). Ainsi, le but de la thérapie sera de rassurer la famille sur son unité (renforcer le processus de non-changement) tout en amorçant le processus de changement.  La thérapie familiale met en évidence le fait qu'il n'y a pas de fou dans une famille, mais que c'est la relation qui est folle. Tous les membres sont actifs, même quand ils freinent le changement. La thérapie familiale est directive puisque le thérapeute donne la solution du changement. C'est aussi un soutien très fort, un étayage voulu par la famille.  Les thérapeutes ont un "rôle contenant" extrêmement puissant.  Il est important de « parler » cette relation à la fin du processus afin de se dégager de la dépendance de la famille vis-à-vis du thérapeute.
  37. 37. Les outils de la systémie familiale
  38. 38. Le diagnostic : état des lieux  L’exploration de la situation :  recueil des information sur l’enfant, parcours scolaire, éléments de la scolarité (absences, problèmes de discipline, autres), loisirs, amis..  sur la famille, éléments administratifs, juridiques (décisions, mesures, prises en charge et par quelles instances et autorités), différents intervenants impliqués dans la famille…  vie sociale (isolement, liens..), lieux de résidence (notamment dans les cas de placement et / ou de famille recomposée)…  Questionnement pour obtenir les informations manquantes (questions d’exploration : questions ouvertes), auprès de quelles instances est-il possible d’obtenir ce qui est nécessaire? Comment faire s’exprimer les différents acteurs/membres de la famille?  Ecoute et observation : identifier les dysfonctionnements, les paradoxes dans les récits, les situations ;
  39. 39. Le diagnostic : exploration  Génogramme : réaliser la généalogie de la famille. Le faire établir par les membres de la famille avec lesquels on parvient à travailler. Faire discuter les membres de la famille sur celui-ci. Mettre des mots sur les absents, les exclus…;  Historiogramme : récit des évènements clé de la famille (moments importants : décès, incidents, ruptures…), même protocole que précédemment. Tout l’intérêt réside dans la confrontation des différences de discours. Faire émerger du sens ;  Sociogramme familial : Interactions entre les membres (nature des liens, fréquence, qualité des liens : les qualifier : soutien, apport de ressources, violences, nocivité, indifférence, absence, maltraitance…) ;  Établir une cartographie des pouvoirs visibles et invisibles.
  40. 40. Ecoute des interactions et communications o Observer les échanges entre les membres de la famille : comment chacun se place lorsque la famille est réunie ?, attribution de la parole (qui a le droit de parler? Qui cherche à prendre la parole? Confrontations? Qui reste dans le silence?) ; o Qualifier la nature des communications (retrait, fuite, agressivité); double-contraintes, paradoxes communicationnnels,… ; Identifier les jeux psychologiques (victime, persécuteur, sauveteur) et les rôles de prédilection des membres de la famille.
  41. 41. Alliance et confiance Il est plus facile d’observer les rites dans une famille et de les amener à en parler que de rendre explicite et donc visible le mythe. En revanche, à partir des rites et des croyances de la famille, il sera possible de mettre le mythe en évidence, de le rendre explicite afin de s’en servir comme matériau de croissance (potentialité de changement) pour la famille. Alliance avec le membre symptôme et avec la famille. Etablir la confiance et faire alliance sans se faire absorber par le système familial.
  42. 42. Posture et écoute  Se préparer avant l’entretien afin d’être disponible et prêt à TOUT entendre ;  Pour l’écoute : être vigilant à ses propres jugements, ses a priori, être conscient de son histoire et de ses échos potentiels avec les situations rencontrées ;  Etre dans l’instant présent et faire le vide du passé = réaliser une véritable rencontre avec autrui, personne ou famille ;  Utiliser le recadrage : reformuler la situation à la personne concernée (ou aux différents membres de la famille) afin de faire envisager la situation à partir d’un autre point de vue.
  43. 43. Les outils thérapeutiques  Sculpting : faire expérimenter la scène familiale actuelle et la scène rêvée et faire travailler sur le chemin intermédiaire. Tout l’intérêt réside dans le chemin entre les deux situations : le changement est possible dans ce trajet entre les deux représentations ;  Conte : faire relater un conte allégorique et systémique (matériel symbolique). Croiser l’information allégorique avec les éléments du génogramme et de l’historiogramme afin de faire ressortir le matériel préconscient ;  Constellation familiale : faire expérimenter le « champ qui sait ». Expérimenter la situation systémique sous l’angle des interactions entre les membres de la situation.
  44. 44. Indication de la pratique thérapeutique (1) La résonance :  Le thérapeute reste à l’écoute de son vécu personnel, de ses sentiments et de ses relations dans le contexte de la thérapie.  Exemple : s’il se sent irrité, la question à se poser est : « quelle est l’utilité de cette irritation pour mon patient? Quelle est la fonction pour lui? Pourquoi veut-il provoquer de l’irritation chez moi? »  Le patient va chercher à répéter avec le thérapeute quelque chose et toute la lucidité de ce dernier est de lui rendre visible. Ce que la famille reproduit dans la thérapie a souvent fonction de protéger les différents membres dans le système thérapeutique.
  45. 45. Indication de la pratique thérapeutique (2) La résonance :  C’est parce que le thérapeute accepte cette relation sans forcément y rentrer (et donc la répéter pour le patient) que le patient / ou la famille fait l’expérience d’une relation affective nouvelle. Il élargit le champ des possibles. La personne et la famille doivent trouver d’autres manières de communiquer et de fonctionner.  Le thérapeute répète les règles du système et les membres de la famille n’ont pas besoin d’enlever leurs armures, ils se sentent en sécurité alors des changements sont possibles.  La résonance est très utile surtout lorsque le système est bloqué. A ce moment là il faut demander quelle histoire entre la famille et le thérapeute est venue parasiter le processus. Quelle résonance vient renseigner le blocage?
  46. 46. Indication de la pratique thérapeutique (3) La différence entre transfert et résonance :  Le contre-transfert est la réaction du thérapeute vis-à-vis de son client et en quoi elle le renvoie à son histoire propre.  La résonance est la réaction du thérapeute liée au contexte, même si les réactions peuvent être liées à son histoire. Il y a quelque chose dans le contexte qui les fait émerger à ce moment précis. Cet isomorphisme (répétition ou reproduction des règles et des comportements propres au système, mais dans un contexte différent) a une fonction pour le système et c’est à ce phénomène que le thérapeute régit/ entre en interaction.

×