PROGRAMME D’APPUI AUX SYSTEMES DE SUIVI EVALUATION DES PROJETS FINANCES PAR LE FIDA EN AFRIQUE DE L’OUEST ET DU           ...
SommaireINTRODUCTION ........................................................................................................
INTRODUCTION       JUSTIFICATIONLa Fondation Rurale de l’Afrique de l’Ouest (FRAO) a reçu un don du Fonds Internationalpou...
I SESSION D’OUVERTURE       1.1 ALLOCUTIONSL’atelier a été présidé par M. Amadou Daouda Dia, le « Country Program Officer ...
II INTRODUCTION SUR LE S&E DANS LES PROJETS DU FIDA            2.1. PRESENTATION DE LA NOTE INTRODUCTIVELa note introducti...
1   Les questions de stratégie: (i) Toute stratégie de renforcement des capacités               prend toujours du temps et...
a) L’étude de la documentation sur le projet, singulièrement les documents qui      renseignent sur le SYGRI, le cadre log...
•   Des projets réceptionnés sont actuellement observés ou localisés pendant que       d’autres ne sont pas observés ;   •...
3.3. MISE EN PLACE D’ UNE APPLICATION INFORMATIQUE SOUS ENVIRONNEMENT WEBLa quasi-totalité des projets financés par le FID...
3- La gestion des communications et de l’exploitation consiste à veiller à ce que toutes lescommunications sur les projets...
d’opérationnalisation des SS&E des projets suivi par le PASSE. Dans cette perspective, lesquestions suivantes ont été expo...
en charge du suivi de l’exécution des activités du projet par chaque chef de composantegrâce à la planification et au suiv...
•   Sur l’échantillonnage : (i) Le vocabulaire n’est pas adapté : il s’agit plutôt d’un       échantillonnage à deux nivea...
a)PrésentationLe terme évaluation d’impact est très précis en économie mais prête très souvent àconfusion. En effet, il es...
1°) Le S&E devra être envisagé comme un dispositif organisationnel dans les programmesen vue d’une meilleure coordination ...
Dans ce domaine également, certains choix même s’ils sont justifiés contribuent dans ladémarche à la réduction de la préci...
ANNEXES     Liste des participants/atelier de réflexion et de capitalisation du PASSE du 05/06 mars 2012N°           Nom  ...
AGENDA PROVISOIRE DE L’ATELIER DE REFLEXION & ECHANGES SUR LES RESULTATS DU PASSE                                     DAKA...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA

3 674 vues

Publié le

Réunion tenue les 5 et 6 mars 2012 à Dakar

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 674
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
79
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA

  1. 1. PROGRAMME D’APPUI AUX SYSTEMES DE SUIVI EVALUATION DES PROJETS FINANCES PAR LE FIDA EN AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE (PASSE/M&E) ATELIER DE REFLEXION & ECHANGES SUR LES RESULTATS DU PASSE Dakar du 05 au 06 mars 2012 1
  2. 2. SommaireINTRODUCTION .................................................................................................................................................. 3 Justification ..................................................................................................................................................... 3 Objectifs ........................................................................................................................................................... 3 Résultats attendus ......................................................................................................................................... 3I SESSION D’OUVERTURE ............................................................................................................................... 4 1.1 Allocutions ................................................................................................................................................ 4 1.2 Rappel historique du PASSE ................................................................................................................ 4II INTRODUCTION SUR LE S&E DANS LES PROJETS DU FIDA ............................................................. 5 2.1. Présentation de la note introductive ................................................................................................. 5 2.2. Les discussions ...................................................................................................................................... 5III PRESENTATION DES PRODUITS OBTENUS DANS LA MISE EN ŒUVRE DU PASSE ................. 6 3.1. Processus d’élaboration de manuel de procédure de S&E d’un projet ................................... 6 3.2. Discussions sur l’élaboration de manuel de S&E .......................................................................... 8 3.3. Mise en place d’une application informatique sous environnement web ............................... 9 3.4. Recommandations ................................................................................................................................. 9IV RECOMMANDATIONS PREMIÈRE JOURNÉE ...................................................................................... 10V.APPUI A L’OPERATIONNALISATION DU SS&E DANS LES PROJETS ............................................. 10 5.1 Le suivi du PTBA ................................................................................................................................... 11 a) Présentation............................................................................................................................................ 11 b) Discussions ............................................................................................................................................. 12 5.2. Réalisation des enquêtes SYGRI ...................................................................................................... 12 a) Présentation............................................................................................................................................ 12 b) Discussions ............................................................................................................................................. 13 5.3 Problématique de la mesure d’impact.............................................................................................. 13 a)Présentation ............................................................................................................................................. 14 b) Discussions ............................................................................................................................................. 14VI. RECOMMANDATIONS DE LA DEUXIEME JOURNEE ......................................................................... 14ANNEXES ............................................................................................................................................................... 17 2
  3. 3. INTRODUCTION JUSTIFICATIONLa Fondation Rurale de l’Afrique de l’Ouest (FRAO) a reçu un don du Fonds Internationalpour le Développement Agricole (FIDA) d’un montant total 1.400.000 $. Entré en vigueurdepuis le 16 juin 2007, ce don est destiné à appuyer le renforcement des capacités en suivi-évaluation (S&E) des équipes de projets financés par cette agence des nations Unies enAfrique de l’Ouest et du Centre (AOC).Cette volonté d’appuyer le renforcement des capacités est prise en charge par le programmedénommé “Programme d’Appui aux Systèmes de Suivi Evaluation” (PASSE). Sa durée devie est de 4 ans. Suite à une demande de prorogation, sa date d’achèvement est fixée au 31mars 2012. Aussi, il sera clôturé le 30 septembre prochain.L’atelier d’échange sur les pratiques de suivi évaluation dans les projets financés par le FIDAs’est déroulé du 05 au 06 mars 2012 au siège du FIDA, à Dakar. Donc, à quelques jours dela date d’achèvement du PASSE. OBJECTIFSIl s’agit au cours de l’atelier d’échanger sur les pratiques de S&E en vigueur dans les projetsen question. L’échange a concerné plus particulièrement les bonnes pratiques, les nouvellesmodalités de mise en œuvre du S&E, à travers le coaching des projets et le partage sur lesexigences du fonds en matière de S&E.L’atelier a été conduit dans un esprit de partage d’expériences alternant des présentations,des discussions, le tout sanctionné par des recommandations. RESULTATS ATTENDUS 1. Partage des expériences, des bonnes pratiques et des perspectives des participants à l’atelier de partage ; 2. Mise à niveau des participants sur les modalités et les bonnes pratiques en matière de Suivi-Evaluation, afin de maximiser l’impact des projets et programmes financés par le Fonds International pour le Développement de Agricole; 3. Fourniture aux participants des documents de référence concernant le Suivi- Evaluation. 3
  4. 4. I SESSION D’OUVERTURE 1.1 ALLOCUTIONSL’atelier a été présidé par M. Amadou Daouda Dia, le « Country Program Officer (CPO) » duFIDA basé à Dakar (Sénégal).La première allocution a été prononcée par Mme Ndèye Coumba FALL, Directrice Exécutivede la FRAO. Elle a souhaité la bienvenue à tous les participants, ceux qui sont venus de loinen particulier, non sans rappeler le contexte de l’atelier marqué par l’achèvement imminentde programme PASSE.M. Dia a, à la suite de Mme FALL, salué les organisateurs et les participants. Il a ensuitesouligné les efforts du FIDA en matière d’appui à la consolidation des Systèmes de SuiviEvaluation (SS&E) dans ses projets et programmes en AOC. Enfin, il a invité les différentsparticipants à se présenter (voir liste de présence). 1.2 RAPPEL HISTORIQUE DU PASSEMonsieur Ngagne Mbao est le coordonnateur PASSE&PRCG II. Il a, en ce qui le concerne,fait un bref rappel historique de l’évolution du Programme, non sans évoquer que le PASSE : A travaillé à améliorer la performance et l’impact des projets et programmes financés par le FIDA en AOC et à asseoir une méthodologie d’enquête SYGRI pour suivre l’impact des projets; Entend s’accorder sur les résultats importants auxquels il est parvenu dans l’appui aux projets et programmes. Envisage de constituer un répertoire des compétences dans la sous-région en matière de S&E; Doit finir toutes ses activités le 31 Mars 2012 mais les projets et programme du FIDA vont continuer leurs activités de S&E; 4
  5. 5. II INTRODUCTION SUR LE S&E DANS LES PROJETS DU FIDA 2.1. PRESENTATION DE LA NOTE INTRODUCTIVELa note introductive présentée par Monsieur Cissé, facilitateur de l’atelier, ouvre la sessionde la première journée de l’atelier. Son exposé a insisté sur le référentiel, les enseignementstirés du PASSE et les questions d’opérationnalisation.Concernant le référentiel, il a été indiqué que (i) un SS&E a pour objectif de piloter unprogramme ou un projet ; (ii) le SYGRI (Système de gestion des résultats et de l’Impacts)est, dans un SS&E, un outil de pilotage, un ensemble d’éléments cohérents qui couvre tousles niveaux de résultats (1 ; 2 ; 3) ;Les enseignements tirés du Programme d’Appui aux Systèmes de Suivi Evaluationconcernent plus particulièrement : (i) l’absence de contrôle dans l’utilisation du SYGRI, du logiciel et sur le contenu du questionnaire ; (ii) la diversité des pratiques dans la mise en œuvre du SYGRI alors que le référentiel est le même pour tous les projets et programmes, (iii) une absence nette des responsables de composantes dans les activités de S&E, et un manque de cadre formel de pilotage des projets.Les questions d’opérationnalisation du Système de S&E font référence aux exigencessuivantes : (i) la mise en place d’un responsable des questions de S&E, chargé d’assurer la cohérence dans l’utilisation du SYGRI et le contrôle de qualité des enquêtes ; (ii) la détermination, au départ de l’intervention, de ce qu’il y a lieu de faire et les modalités de mise en œuvre ; 2.2. LES DISCUSSIONSAu cours des discussions, les participants ont soulevé des préoccupations portantessentiellement sur les enseignements et sur les questions d’opérationnalisation. A lapremière se rapporte une série d’interrogations et de suggestions qui sont les suivantes: 5
  6. 6. 1 Les questions de stratégie: (i) Toute stratégie de renforcement des capacités prend toujours du temps et les projets programmes initiés doivent prendre en compte cette donne ; (ii) c’est au projet de juger de la pertinence de leurs choix stratégiques ; 2 Le rôle des CPM: il ne doit pas consister à faire du micro management, ni constituer un blocage; par contre, il est nécessaire que tous les CPM aient la même compréhension du S&E des projets afin de mieux assurer leurs rôles de veille et d’appui ; 3 Le S&E: doit être compris par tous les acteurs en tant qu’élément de pilotage d’un projet ou d’un programme et non comme une opération de police; il doit être différencié du SYGRI qui n’est qu’une étape du S&E. 4 Les Responsables de Suivi-Evaluation (RSE) sont souvent mal perçus : leur niveau de formation pose problème et ne sont pas souvent bien outillés ; 5 Les acteurs n’insistent pas beaucoup sur la fourniture d’informations : il y a absence de rétro information ; 6 Une question importante peut être réinscrite dans le PTBA et faire l’objet d’un avis de non objectionIII PRESENTATION DES PRODUITS OBTENUS DANS LA MISE EN ŒUVRE DUPASSELes produits issus de la mise en œuvre du PASSE constituent le contenu de l’atelier deréflexion et d’échange sur les résultats du programme. 3.1. PROCESSUS D’ELABORATION DE MANUEL DE PROCEDURE DE S&E D’UN PROJETLe processus d’élaboration d’un manuel de procédure de S&E d’un projet a été abordé sousdifférents regards complémentaires.En premier lieu , M Danjo, consultant spécialiste en S&E, a présenté un exposé intitulé“Reflection and Exchange Workshop on the results of PROSUME”. Son exposé a misl’accent sur le processus d’élaboration ou d’actualisation d’un manuel de procédures ; il asouligné que ce processus doit prendre en compte: 6
  7. 7. a) L’étude de la documentation sur le projet, singulièrement les documents qui renseignent sur le SYGRI, le cadre logique, mais aussi sur le FIDA ; b) L’analyse des forces et faiblesses des différents acteurs en matière de S&E; c) La tenue d’atelier impliquant tous les acteurs pour se familiariser aux instruments de collecte de données ; d) L’élaboration d’un draft de manuel de suivi évaluation du projet suivant une démarche participative ; e) L’élaboration de la version finale du manuel de suivi évaluation du projet.M. Ndiaga Samb, consultant, expert en suivi évaluation, a, quant à lui, mis l’accent sur ladémarche formelle d’élaboration d’un manuel de procédure pour les projets et programmesdu FIDA en AOC. Celle-ci retrace l’itinéraire à suivre en huit points : 1. Cadre de référence 2. Le système de S&E 3. Le choix des indicateurs (en rapport avec le cadre logique) 4. Les différentes fonctions (collectes des données, traitement, et diffusions de l’information) 5. Les procédures (qui fait quoi, quand et comment) 6. Les acteurs du système (rôle et responsabilité) 7. Le schéma informatique du système 8. Les outils et supports de collecteLe dernier panéliste, M C. Konjo, également spécialiste en suivi évaluation, dans saprésentation sur “Experiences in providing M&E support to development projects” .Les expériences de l’expert issues de différents projets et programmes mis en œuvre auNigéria (NPFS, CBNRMP et RUFIN…) ont permis d’appuyer les projets et programmes dansla préparation et le suivi du PTBA, la revue à mi parcours et de l’évaluation finale etl’appréciation de la qualité des données. Cet appui a permis de relever un certain nombre derésultats parmi lesquels on peut citer : • L’approche CDD n’a pas été suffisamment mise en œuvre à temps ; • Les bénéficiaires actuels des projets ne sont pas ceux initialement ciblés ; • La productivité agricole et les intrants, à temps, n’ont pas été durablement développés dans certains sites comparativement à d’autres. 7
  8. 8. • Des projets réceptionnés sont actuellement observés ou localisés pendant que d’autres ne sont pas observés ; • Des infrastructures ne sont pas présentement fonctionnelles. 3.2. DISCUSSIONS SUR L’ELABORATION DE MANUEL DE S&ELes discussions ont essentiellement portées sur des clarifications et des suggestions. Entermes de suggestion : (i) la nécessité de faire le suivi évaluation du COSOP a été posée ; (ii) aussi, il a été suggéré de lier le SS&E des COSOP à ceux des projets ; (iii) faire des SS&E intégrés ; (iv) Faire l’effort de créer un cadre de concertation entre les différents projets sur les questions de suivi évaluation dans l’approche pays ; (v) Faire des supervisions conjointes, pour voir les passerelles entre les différents programmes ; (vi) Les ministères doivent s’affirmer pour la conception, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des programmes et projets (vii) la question du leadership d’un SS&E est la clé du succès dans les ministères en particulier ; (viii) L’établissement de liens entre cadre logique et PTBA dans le manuel de S&E des projets ; (ix) Créer des espaces de partage et discussion sur les success story des projets (x) Nécessité de faire le manuel de S&E au démarrage du projet (très tôt) ; (xi) Lier étroitement le SE et la capitalisationDes questions ont été aussi soulevées au cours des discussions ; elles se rapportent auxpoints suivants : • “comment concilier le Suivi Evaluation Participatif (SEP) et notre manière d’élaborer nos manuel de suivi évaluation”. • Quelle stratégie d’harmonisation des méthodologies de S&E des différents bailleurs ? 8
  9. 9. 3.3. MISE EN PLACE D’ UNE APPLICATION INFORMATIQUE SOUS ENVIRONNEMENT WEBLa quasi-totalité des projets financés par le FIDA en AOC ont mis en place une équipe deS&E dirigée par un RSE ou placé sous la responsabilité d’une Unité de Gestion de Projet(UGP). Ces équipes utilisent des logiciels de gestion tels que Ms-Project, Tec Pro etSuccess qui proposent des fonctions classiques de suivi et d’évaluation et contribuent àaméliorer grandement le pilotage des projets. Ces outils présentent des caractéristiquesvariables d’un logiciel à un autre (voir tableau suivant).Types de Avantage inconvénientslogicielMs-project, Planification rigoureuse Manque de souplesse Logiciel mono-utilisateur Non évolutif.Tec-Pro Prise en compte de toutes les Utilisation en réseau local généralités et standards Consolidation de données différée Complexité de paramétrages et Utilisation sous Windows uniquement. interfaçage avec d’autres outils.Success Prise en compte de toutes les Utilisation en réseau local généralités et standards Consolidation de données différée Complexité de paramétrages et Utilisation sous Windows uniquement. interfaçage avec d’autres outils.Toutefois, un logiciel standard se trouve limité lorsqu’il s’agit de prendre en compte toutes lesspécificités d’un projet ou un programme.En outre, il n’est pas rare de constater qu’en plus de leur logiciel, les RSE utilisent un fichierExcel ou Word permettant de réaliser des tâches que leur logiciel n’arrive pas à accomplir. 3.4. RECOMMANDATIONS1- Concernant la politique de gestion et de saisie des données, il y a lieu de promouvoir undocument de gestion et de saisie des données2- Concernant l’organisation de la gestion du flux d’information : • Le diagramme de circulation et de remontée des informations défini dans le manuel des opérations doit être suivi dans le cadre de la gestion des données du SS&E. • Les superviseurs de composantes devront eux-mêmes saisir les données collectées. • Les tableaux de bord doivent permettre un partage d’information entre l’UGP et les acteurs du terrain. • Le plan de passation des marchés et son suivi est du ressort du service financier. 9
  10. 10. 3- La gestion des communications et de l’exploitation consiste à veiller à ce que toutes lescommunications sur les projets soient basées sur des données issues de SS&E et àconstituer une collaboration entre les acteurs internes et externes et les informer sur lanécessité de gérer les données à partir du SS&E.IV RECOMMANDATIONS PREMIÈRE JOURNÉELa première journée de l’atelier s’est appesantie sur le référentiel en Suivi & Evaluation dansles projets financés par le FIDA en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le PASSE entendaitcontribuer à la vulgarisation de ce référentiel et des principaux enseignements tirés leprogramme.Les participants ont par la suite échangé au sujet: (a) du processus d’élaboration desmanuels de procédures des SS&E, à partir d’expériences en Gambie, au Nigéria, au Tchad;et (b) sur le processus d’informatisation des SS&E.A l’issue de ces échanges, les recommandations suivantes ont été formulées :1° Améliorer la prise en charge de la mise en œuvr e du S&E des projets au sein de la )division AOC d’une part, et par le renforcement des échanges entre les UCP et les CPM afind’assurer un 1er niveau d’échange sur les aspects opérationnels, d’autre part;2° Appuyer l’approche pays en intégrant davantage les SS&E des projets, du COSOP et )des politiques sectorielles et macro-économiques ; pour ce faire, il s’agira de capitaliser lesexpériences existantes (Gambie, Mali), et renforcer le leadership du pays sur cette question ;3° Généraliser l’acquisition d’applications inform atiques sur mesure qui en améliorent la )performance. Cette option va contribuer à améliorer la diffusion et la contribution à lacapitalisation des résultats obtenus par les projets spécifiquement, à l’endroit du FIDA,3° Rendre disponible le 1er draft du manuel des pr océdures, en faire une condition de )décaissement ; pour son élaboration, observer une démarche participative, prenant encompte les Systèmes d’Informations existants.V.APPUI A L’OPERATIONNALISATION DU SS&E DANS LES PROJETSL’atelier a poursuivi ses travaux pendant la deuxième journée en développant de façon plusprécise sur les produits obtenus dans la mise en œuvre du programme en termes 10
  11. 11. d’opérationnalisation des SS&E des projets suivi par le PASSE. Dans cette perspective, lesquestions suivantes ont été exposées et débattues: o Le suivi du PTBA dans les projets du Fida; o La réalisation des enquêtes Sygri o L’élaboration des fiches annuelles & des supports pour les missions de supervision et de RMPL’atelier a aussi suivi avec intérêt la présentation du Dr Mbaye de l’Université GatopnBerger/Sénégal sur “Problématique de la mesure de l’impact”. 5.1 LE SUIVI DU PTBA a) PrésentationMme Guissé, RSE du PROMER 2, a fait un exposé centré sur la définition d’une méthodeformelle de suivi du PTBA. Celle-ci vise à donner une appréciation périodique du niveau demise en œuvre des activités du PTBA, grâce à la combinaison du suivi financier et du suiviphysique, et de faire une analyse comparative des résultats de ces deux formes de suivi afind’avoir une idée précise de l’efficience dans la mise en œuvre. L’approche consiste à: Harmoniser la codification analytique avec la CAF Reformater le PTBA Catégoriser les activités en type quantitatif et processus Identifier les phases et étapes pour les activités de type processus Renseigner les valeurs cibles pour les activités de type quantitatif Planifier les activités et ventilation des coûts par activité et par composante Esquisser une grille de lecture des écarts entre TRP et TRF Partager sur le tableau de suivi du PTBA Renseigner le tableau et l’analyse des écarts Produire une note analytiqueEn termes de résultats obtenus, le PROMER 2 est parvenu à délivrer des résultats sur leniveau d’exécution physique et financier par activité, par composante et pour tout le projet etsuivant une périodicité établie, améliorer la collaboration et l’interaction entre composantes,donner une meilleure visibilité dans l’imputation des lignes budgétaires et une meilleure prise 11
  12. 12. en charge du suivi de l’exécution des activités du projet par chaque chef de composantegrâce à la planification et au suivi de l’exécution.Les contraintes identifiées par le PROMER 2 sont ci-dessous répertoriées. Elles serapportent: Au retard dans la saisie des données comptables A l’absence de feed back de la comptabilité pour l’explication des écarts A l’insuffisance dans l’appropriation de la méthode de renseignement des activités de type processus A la prise en charge des activités qui se chevauchent sur les 2 annéesEn termes de perspective, il s’agit de: (i) Organiser les échanges sur l’expérience capitaliséepour une amélioration de l’outil et une éventuelle mise à l’échelle ; (ii) Inspirer les autresprojets financés par le FIDA. b) DiscussionsLes discussions suscitées par l’exposé sur le suivi du PTBA dans les projets du FIDA ont misen évidence un certains nombre de préoccupations: des outils très appropriés pour l’amélioration du taux de décaissement; des mises en commun des composantes pour une meilleure gestion des projets; la correspondance entre les processus et les réalisations; des perspectives électroniques (environnement web) facilitant la supervision à distance de toutes les parties prenantes; la simplification de la rédaction du rapport annuel d’exécution.Les participants ont aussi souligné que l’utilité de cet outil réside surtout dans lecommentaire des services financiers concernant les écarts, dans la discussion entre lestechniciens et les financiers, la facilitation de la planification à rebours qui donne beaucoupde flexibilité dans la mise en œuvre et l’actualisation du PTBA 5.2. REALISATION DES ENQUETES SYGRI a) PrésentationL’exposé sur la réalisation des enquêtes SYGRI a été présenté par M. Cissé, consultant,expert en S&E et facilitateur de l’atelier. L’exposé a établi des constats sur: 12
  13. 13. • Sur l’échantillonnage : (i) Le vocabulaire n’est pas adapté : il s’agit plutôt d’un échantillonnage à deux niveaux et non en grappe ;(ii) des échantillons manifestement inadaptés ; • Sur le questionnaire : des items pas pertinents (difficiles à renseigner ou à interpréter) ; • Sur la définition et le calcul de l’indice de pauvreté : (questionnement sur la pertinence des variables utilisées et du calcul de l’indice de pauvreté • Sur le logiciel – Le questionnaire et le logiciel SYGRI ont été originellement conçus en langue anglaise. Les versions françaises sont par moment approximatives, aussi bien pour le questionnaire que le logiciel lui même. – Logiciel : pas de prise en compte des paramètres régionaux de l’ordinateur (séparateur milliers, décimal…). – Les sorties sur la version française du logiciel sont fausses : il faut comprendre le contraire de ce qui est écrit : inversion entre « capable de lire » et « incapable de lire ». – Comment sont calculés les effectifs de personnes sachant lire par tranche d’âge au niveau du ménage. – Doutes sur la construction de la première tranche d’âge dans la comptabilisation des personnes sachant lire. Pourquoi commencer à Zéro ? – Par ailleurs, il est regrettable de ne pas disposer de la possibilité de saisie sur plusieurs postes de travail. – Plus globalement, le logiciel fonctionne comme une « boite noire » et manque d’explications sur l’organisation et le détail des calculs. b) DiscussionsDifficultés rencontrées dans la mise en œuvre du SYGRI : a. Certaines variables retenues de manière obligatoire n’ont pas toujours une pertinence avérée; b. La méthode avant et après intervention même si elle est pertinente n’est pas souvent appliquée, ce qui entraine un biais dans la signification des résultats obtenus ; c. Echantillonnage: L’absence d’un groupe témoin est la limite la plus sérieuse à l’étude d’impact telle que pratiquée dans le SYGRI.5.3 PROBLEMATIQUE DE LA MESURE D’IMPACT 13
  14. 14. a)PrésentationLe terme évaluation d’impact est très précis en économie mais prête très souvent àconfusion. En effet, il est fréquent que l’on commette l’erreur de confondre « évaluationd’impact » à un exercice qui ne l’est pas du tout. Le « problème d’évaluation » est unproblème de données manquantes.Il y a cinq méthodes pour évaluer un programme ; il s’agit du « matching », de la doubledifférence, la RDD (Regression discontinuity Design), des variables instrumentales et de larandomisation.Chacune de ces méthodes présentent des avantages et des inconvénients en termes devalidité des hypothèses sous- jacentes, de coûts et de coordination avec l’équipe de projet.Des conditions nécessaires pour une bonne évaluation ont aussi été définies dans l’exposé.C’est ainsi que les programmes, dès leur démarrage, doivent mettre en place un dispositifd’impact (penser à évaluer le programme dés le départ) et de mettre en place une enquêtede référence dans les zones bénéficiaires comme non bénéficiaires (baseline), avant ledémarrage du programme.En conclusion, les programmes dans les pays en développement devraient êtresystématiquement et rigoureusement évalués. Aussi, l’évaluation d’un programme nécessitel’établissement d’un dialogue et d’une concertation au sein de l’équipe de programme, et lecroisement des données d’enquêtes avec d’autres sources de données. Enfin, l’approche duFIDA ne permet pas d’avoir une évaluation juste des projets mis en place. b) DiscussionsL’exposé sur la problématique de la mesure d’impact a suscité, de la part des participants lesinterrogations suivantes : (i) l’évaluation d’un programme à mi parcours ; (ii) la question de l’échantillonnage ; (iii) est-il pertinent de faire l’enquête SYGRI ?VI. RECOMMANDATIONS DE LA DEUXIEME JOURNEEUn certain nombre de recommandations peuvent être formulées du point de vue de l’appui àl’opérationnalisation des SS&E dans les projets financés par le FIDA dans le cadre du suividu PTBA, de la réalisation des enquêtes et la problématique de la mesure de l’impact : 14
  15. 15. 1°) Le S&E devra être envisagé comme un dispositif organisationnel dans les programmesen vue d’une meilleure coordination et contrôle de la mise en œuvre du SYGRI, et pourorganiser la cohérence dans la démarche en matière de S&E ainsi que dans les documentsde conception des projets.Aussi, il y a lieu d’harmoniser les pratiques dans la mise en œuvre du SYGRI dans tous lesprojets sur la base d’un référentiel commun, d’impliquer systématiquement les responsablesde composantes dans les activités de S&E et de généraliser la mise en place de cadreformel de pilotage des projets. Il est aussi recommandé au FIDA de nommer rapidement unRSE chargé d’organiser la cohérence dans l’opérationnalisation du SYGRI, le contrôle dequalité dans la conduite des enquêtes et l’appui aux CPM en matière de S&E.Il est recommandé de clarifier dés le départ les objectifs poursuivis en matière de S&E, ladémarche et l’importance de toutes ces questions d’ordre méthodologique dans le pilotagedu Projet.2°) Il est recommandé aux unités de coordination des projets d’adopter une méthodeformelle de suivi du PTBA. Celle-ci devra permettre une appréciation périodique du niveaud’exécution des activités du PTBA, grâce à la combinaison du suivi financier et du suiviphysique, et de faire une analyse comparative des résultats de ces deux formes de suivi afind’avoir une idée précise de l’efficience dans la mise en œuvre.3°) la mesure de l’impact des projets a fait l’objet d’une attention particulière durant lePASSE. Aussi, il y a lieu de considérer que même si la réduction de la pauvreté et laréférence aux OMD sont des références assez largement partagées dans la sous-région, ledébat sur les indicateurs de pauvreté est loin d’être clos.Il demeure cependant que pour la mesure de la pauvreté, l’indice des biens du ménage quiest utilisé dans les projets FIDA relève de l’approche basée sur le bien être des ménages.Dans l’enquête SYGRI cependant certaines variables retenues de manière obligatoire n’ontpas une pertinence avérée partout. Cette standardisation limite l’utilité des résultats obtenus.Des pistes d’améliorations sont explorées cependant ; parmi elles, le choix aléatoirerandomisé pour tenter de résoudre l’absence de contrefactuel et le MPAT pour élargir lechoix des variables à prendre en compte dans l’analyse.En tout état de cause, il convient d’abord de l’amélioration de la démarche de l’enquêteSYGRI sur le plan scientifique (échantillonnage, analyse statistique appropriée des données. 15
  16. 16. Dans ce domaine également, certains choix même s’ils sont justifiés contribuent dans ladémarche à la réduction de la précision des résultats souhaitées, c’est le cas de l’absencede contrefactuel (absence de groupe témoin). 16
  17. 17. ANNEXES Liste des participants/atelier de réflexion et de capitalisation du PASSE du 05/06 mars 2012N° Nom Prénom Fonction Pays Projet 1. M.Samb Ndiaga Expert en suivi évaluation SENEGAL Consultant 2. Mme GUISSE Fatoumata Sané Responsable Suivi SENEGAL PROMER 2 Evaluation 3. Mr MBAYE SAMBA Enseignant chercheur SENEGAL UGB de St louis 4. Sarr Papa Léopold Expert en développement SENEGAL Invité rural 5. Sonko Mamadou Lamine Expert en développement SENEGAL Invité rural 6. CISSE Amadou Expert en suivi évaluation SENEGAL Consultant 7. Dia Daouda CPO SENEGAL FIDA 8. Mbao Ngagne Coordonnateur SENEGAL FRAO PASSE&PRCG II 9. Lofigué Karnon Assistant de programme SENEGAL FRAO 10. Mr Kebbeh Mohamed Chargé de mission SENEGAL FRAO 11. Fall Ndèye Coumba Directrice Exécutive SENEGAL FRAO 12. Ndiaye Adama Responsable de programme SENEGAL FRAO 13. Fall Ngouye Chargé de mission SENEGAL FRAO 14. Mr. DANJO BURANG Monitoring and Evaluation The GAMBIA Consultant Specialist 15. Mr. KAYENWEE CLETUS Monitoring and Evaluation GHANA Consultant Specialist 16. KONE Lacina Informaticien, Statisticien MALI Consultant Consultant en Système dInformation 17. Mr. Djénépo Abdel Kader Responsable Suivi -MALI PIDRN Evaluation 18. Mr. OKONJO CHRISTOPHER Monitoring and Evaluation NIGERIA Consultant Specialist 19. Diop Cheikh Interprète SENEGAL Interprète 20. Thiam Ibrahima Interprète SENEGAL Interprète 21. Sagna Racine Technicien SENEGAL Technicien 17
  18. 18. AGENDA PROVISOIRE DE L’ATELIER DE REFLEXION & ECHANGES SUR LES RESULTATS DU PASSE DAKAR DU 05 AU 06 MARS 2012 Heure Activités Responsabilités Jour 1 : Lundi 05 mars 20128:30 – 9 :00 Inscription et installation des participants karnon I- Introduction9:00 – 09 :30 Introduction sur le SE dans les projets du Fida A.Cissé9:30 – 10 :00 Discussions10:00 – 10 :15 Pause - café10:15 -11 : 00 Rappel historique de la démarche du PASSE Ng. Mbao11:00 -11 : 30 Discussions II- Présentation des produits obtenus dans la mise en œuvre du PASSE11:30 -13 : 00 Appui à la mise en place des SSE dans les projets FIDA A.Cissé (30mn) selon le SYGRI B.Danjo (20mn) Élaboration de manuel de SE d’un projet financé par N.Samb (20mn) le FIDA C.Okonjo (20mn)13:00 -14 : 30 Déjeuner14:30 -15 : 00 Discussions et recommandations Facilitateur15:00 -16 : 00 Appui à l’opérationnalisation des SSE dans les projets L. koné FIDA A.K. Djenepo Mise en place d’application informatique sous environnement web16:00 -16 : 15 Pause - café16:15 -17 : 00 Discussions et recommandations Facilitateur CLOTURE DU JOUR 1 Heure Activités Responsabilités Jour 2 : mardi 06 mars 2012 II - Présentation des produits obtenus dans la mise en œuvre du PASSE9:00 – 10 :00 Appui à l’opérationnalisation des SSE dans les projets Mme Guissé FIDA : Le suivi du PTBA dans les projets du Fida10:00 – 10 :30 Discussions10:30 – 10 :45 Pause - café10:45 -11 : 30 Appui à l’opérationnalisation des SSE dans les projets A.Cissé FIDA Djenepo Réalisation des enquêtes Sygri, Cletus11:30 -12 : 00 Discussions et recommandations Facilitateur12:00 -12 : 30 Appui à l’opérationnalisation des SSE dans les projets A.Cissé FIDA M.kebbeh Elaboration des fiches annuelles & des supports pour les missions de supervision et de RMP12:30 -13 : 00 Discussions et recommandations Facilitateur13:00 -14 : 30 Déjeuner14:30 -15 : 00 Problématique de la mesure de l’impact S.Mbaye15:00 -15 : 30 Discussions et recommandations Facilitateur NB Pause- café en salle15:30 -16 : 30 Echanges sur les principales conclusions de l’atelier Facilitateur Recommandations fortes CLOTURE DU JOUR 2 18

×