Ethique

2 871 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 871
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
43
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ethique

  1. 1. L’éthique
  2. 2. SommaireI. DéfinitionsII. Champs d’applicationIII. Le consommateur éthique: 1. En Europe 2. En TunisieIV. Relation entre Développement durable et éthique
  3. 3. Définition• L’éthique est une discipline philosophique pratique (action) et normative (règles) dans un milieu naturel et humain. Elle se donne pour but dindiquer comment les êtres humains doivent se comporter, agir et être, entre eux et envers ce qui les entoure.• Il existe différentes formes d’éthique qui se distinguent par leur degré de généralité (l’éthique appliquée par exemple ne possède pas le degré de généralité de l’éthique générale). Elles se distinguent aussi par leur objet (comme la bioéthique, l’éthique de lenvironnement, éthique des affaires ou l’éthique de linformatique), ou par leur fondement culturel (qui peut être l’habitat, la religion, la tradition propre à un pays, à un groupe social ou un système idéologique). Dans tous les cas, l’éthique vise à répondre à la question « Comment agir au mieux ?
  4. 4. • Objet de l’éthique• L’éthique générale - que nous appellerons simplement éthique dans la suite - établit les critères pour agir librement dans une situation pratique et faire le choix dun comportement dans le respect de soi même et dautrui. La finalité de l´éthique fait donc d’elle-même une activité pratique. Il ne s’agit pas d’acquérir un savoir pour lui- même, mais dagir avec la conscience d’une action sociétale responsable. Elle est considérée de nos jours, comme la discipline au fondement de l’éthique appliquée, de l’éthique individuelle, de l’éthique sociale et des différentes formes d´éthiques spécialisées qui se confrontent aux problèmes normatifs de leur domaine particulier
  5. 5. • 1. Le triangle de base de l’éthique• Ricœur (1988) propose un « triangle de base de l’éthique » constitué de trois pôles. L’interaction entre ces trois pôles représente l’intention éthique*6+ [6] Ricœur précise que l’expression « intention éthique »... Le « pôle-Je » a trait à la liberté individuelle en tant que liberté qui s’atteste (me poser libre, c’est me croire libre). En outre, la liberté ne s’appréhende pas elle-même, elle doit s’attester dans l’action.• Le « pôle-Tu »: il s’agit de l’autre qui est lui aussi un « Je ». « On entre véritablement en éthique, quand, à l’affirmation par soi de la liberté, s’ajoute la volonté que la liberté de l’autre soit. Je veux que ta liberté soit »• Ricœur, 1988, p. 43). En fait, le « Tu » est un alter ego. Mais en même temps, si je ne comprenais pas ce que veut dire « Je », je ne saurais pas que l’autre est un « Je ». Néanmoins, il peut y avoir opposition d’une liberté à l’autre, affrontement dans la sphère de l’action.• Enfin, le « pôle-Il » : il représente une cause à défendre, un idéal à réaliser ou encore des valeurs. Cela permet une médiation entre deux libertés assurée grâce à la règle. Pour Ricœur, cette règle est intériorisée par chacun.• 27Le « pôle-Il » correspond au moment de la non-personne et du passage de l’éthique à la morale. L’éthique précède l’introduction de l’idée de loi morale puisque cette dernière se rapporte à tout ce qui, dans l’ordre du bien et du mal, se rapporte à des lois, des normes, des valeurs. Elle suppose l’obéissance du sujet motivée par le pur respect de la loi elle-même. Pour Ricœur, nous agissons toujours dans des structures d’interaction existantes. Ainsi, « toute praxis nouvelle s’insère dans une praxis collective marquée par des sédimentations des œuvres antérieures déposées par l’action de nos prédécesseurs » (Ricœur, 1988, p. 43). Il s’agit d’une socialisation. Mais elle aura trait à l’éthique dans la mesure où elle ne supprime pas le « pôle-Je » et le « pôle-Tu » de la liberté. En d’autres termes, chacun doit avoir la capacité à assumer ou à refuser la règle.
  6. 6. Champs d’application• Éthique appliquée• Léthique appliquée est une branche de léthique qui applique ses principes à un ensemble particulier de circonstances et de pratiques, au regard des critères généraux de léthique.• Léthique appliquée se déduit notamment de léthique normative, à travers la façon détablir les codes de déontologie, en tenant compte des règles de droit, des théories du contrat social, ou dautres types de critères (États-Unis). Léthique normative ne peut cependant avoir comme ambition de baliser la résolution des problématiques dites "régulières", soit celles pour lesquelles pré-existe une règle. La résolution de problématiques dites "irrégulières", là ou la norme est inexistante, muette ou insuffisante, doit sappuyer sur des valeurs claires et praticables; ces valeurs doivent faire consensus à lintérieur de la société ou de lorganisation.• Des exemples pratiques de champs dapplication sont :
  7. 7. • léthique des affaires, qui comporte un ensemble de volets dont on peut citer : – léthique en intelligence économique, – léthique financière – léthique juridique, – léthique de linformatique,• la bioéthique,• léthique de lenvironnement,• léthique animale,• léthique médicale,• léthique et léducation,• léthique et la gestion de lÉtat.

×