• J'aime
Etat d'esprit et FeedBack, Les clés d'un cours utile !
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

Etat d'esprit et FeedBack, Les clés d'un cours utile !

  • 2,372 vues
Transféré le

Posons nous les questions suivantes : ...

Posons nous les questions suivantes :
- Comment pouvez-vous influer sur le développement d’un « état d’esprit progressiste » dans vos cours ?
- Comment pouvez-vous améliorer vos cours en tenant compte des commentaires (feedback) de vos élèves?

Les écrits de Carol Dweck nous apportent un éclairage nouveau sur l’état d'esprit progressiste ou fixe que nous pouvons contribuer à développer par nos feedbacks chez nos étudiants.
En résumé, l'enseignant doit encourager à l'effort et cesser de louer les résultats ou les capacités de l’étudiant...

Plus dans : Éducation
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Soyez le premier à commenter
    Be the first to like this
Aucun téléchargement

Vues

Total des vues
2,372
Sur Slideshare
0
À partir des ajouts
0
Nombre d'ajouts
2

Actions

Partages
Téléchargements
11
Commentaires
0
J'aime
0

Ajouts 0

No embeds

Signaler un contenu

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
    No notes for slide

Transcript

  • 1. 04/2014 J.F. CECI Page 1/3 ETAT D’ESPRIT ET FEEDBACK, LES CLES D’UN COURS UTILE ! - Comment pouvez-vous influer sur le développement d’un « état d’esprit progressiste » dans vos cours ? - Comment pouvez-vous améliorer vos cours en tenant compte des commentaires (feedback) de vos élèves? Dans son livre intitulé « Changer d'état d'esprit : Une nouvelle psychologie de la réussite (en) 1», Carol Dweck nous décrit sa théorie de l'intelligence déclinée en 2 versions : intelligence dite « fixe » ou « incrémentale ». • Dans le 1er cas, les personnes ayant une intelligence dite « fixe » penseront que leur réussite est basée sur une capacité innée (je suis intelligent dès la naissance, ou je ne le serai jamais). • Dans le 2nd cas, les personnes ayant une intelligence dite « incrémentale » ou « de développement » devront leur réussite à un dur labeur et un apprentissage constant ; l’effort et la motivation étant les clés du succès, le coté innéiste disparaissant de l’équation. Il découle de cela des comportements types qui nous caractérisent sans que nous en ayons conscience. En première approche très synthétique : • Si vous appartenez à la catégorie des « intelligences fixes » (fixed mindset), vous craindrez l’échec qui vous renverra à vos capacités de base que vous ne pouvez faire évoluer, puisque acquises à la naissance (l’échec vous fait dire que vous n’êtes pas assez intelligent pour réussir). • Les personnes classées dans la catégorie des intelligences « incrémentales » ou de « développement » (growth mindset) auront une très bonne tolérance à l’échec car elles ont avant tout conscience que leurs performances peuvent être améliorées par le travail. Les retours (feedback) que nous faisons en tant qu’enseignant sont d’une importance stratégique pour assurer une qualité d’apprentissage mais aussi développer une « intelligence incrémentale ». Les études de Carol Dweck montrent que lorsque nous complimentons les élèves en attribuant la réussite à leurs capacités (tu es intelligent, brillant…) plutôt qu’à leurs efforts (ténacité, persévérance, motivation…), nous développons progressivement chez eux un « état d’esprit fixe » ou intelligence « fixe ». 1 Carol S Dweck, Mindset: The New Psychology of Success (New York: Random House, 2006).
  • 2. 04/2014 J.F. CECI Page 2/3 A contrario, lorsque nous mettons en avant le travail accompli et les efforts (tu as bien travaillé, tu as fait ton maximum, tes efforts ont payé…), nous renforçons l’ « état d’esprit de développement », qui produit davantage de réussite scolaire et professionnelle (meilleur développement et épanouissement personnel). Il faudra donc y porter attention ! Voyons les deux approches en exemples avec un positionnement égocentré qu’il s’agira pour l’enseignant de transposer au besoin : Développer un état d’esprit « fixe » ..................Développer un état d’esprit « incrémental » Je ne suis pas doué sur ce coup-là !.........................A côté de quoi suis-je passé ? J'abandonne…...................................................................Je devrais utiliser certaines des stratégies que nous avons vues… Je suis vraiment nul en physique.............................Je dois m’entrainer à résoudre des problèmes de physique. Je me suis encore planté !............................................Les erreurs m’aident à progresser… J’ai fait un bon devoir....................................................Est-ce vraiment ce que je peux faire de mieux ? C’est vraiment trop dur ! .............................................Cela va me demander beaucoup de temps et d’efforts… Je suis « une machine »2 en maths !.........................Je suis en bonne voie en maths, je dois poursuivre mes efforts. De mon expérience d’enseignant auprès d’adultes, j’ai compris avec les années qu’il fallait cesser de se focaliser sur les capacités de l’étudiant (celui-ci est bon et celui-là peu doué) pour se concentrer sur l’apprentissage et les moyens de le rendre accessible. Les activités de classe sont donc capitales pour développer un apprentissage actif et social. En effet, ne pas faire produire en cours correspond à placer l’étudiant en situation de passivité et donc ne pas donner le gout à l’effort. De plus, isoler l’étudiant dans son apprentissage ne contribue pas à développer des capacités de coopération indispensables de nos jours. Tout cela tend à développer un comportement ou état d’esprit « fixe ». Le cours magistral ou transmissif ( à plus petite échelle) est assez souvent peu efficace pour ces raisons : il cloisonne et rend passif. Je lui préfère donc des scénarios de cours basés sur des démarches de projets, ou des problèmes qui vont stimuler la créativité, l’autonomie et l’esprit d’équipe. Les résultats sont présentés devant la classe par une intervention orale de type « exposé » ou « soutenance ». La classe joue alors à un jeu de rôle. Il y a un jury et un orateur : - L’orateur doit délivrer son message du mieux possible, avec une contrainte de temps et d’usage d’outils de présentation (de type PowerPoint par exemple). - Le jury doit évaluer la prestation sur le fond (le contenu), la forme (la manière, les outils utilisés, la qualité de l’oral, la gestuelle, la voix etc…) et doit poser des questions pour engager et approfondir le débat. A l’issue de la présentation, le débat s’engage donc et permettra à la classe de découvrir un sujet à travers l’expertise d’un étudiant (les études de Keran Egan montrent qu’un apprentissage très 2 Expression estudiantine allant avec “je suis trop bon…”, « je suis une bête… » ou « je suis un Dieu »
  • 3. 04/2014 J.F. CECI Page 3/3 poussé est rendu possible en plaçant chaque étudiant en situation d’expertise sur un sujet3). Via ce scénario, les étudiants développeront aussi des capacités communicationnelles, de coopération, un esprit critique, une bonne compréhension du système jury/soutenant qui peut devenir aussi jury/postulant dans le cadre d‘un entrainement à la recherche d’emploi lors du cours de TRE (Techniques de Recherche d’Emploi). J’insiste aussi beaucoup sur la notion de « feedback » via cette pratique pour développer l’apprentissage de la critique constructive et aussi de la recherche de critique. Les étudiants sont ensuite très demandeurs de retours sur leurs travaux et se placent dans une pratique plus coopérative et de progression via le dialogue entre pairs. Bien entendu ce « feedback » doit adopter toutes les sens possibles, de pairs à pairs, de l’enseignant vers les étudiants mais aussi des étudiants vers l’enseignant. Il ne doit jamais porter sur un jugement subjectif des capacités de la personne mais un jugement objectif et critérié du travail fourni ! Le bon état d’esprit (de développement) est ainsi développé par le gout à l’effort. Je donne aussi la parole à la classe à la fin de chaque thématique de cours pour avoir un retour et percevoir ce qui a pu ne pas fonctionner, ce qui est perfectible et ce qui a été apprécié. Cela me permet d’envisager certaines séquences différemment et de conserver celles qui fonctionnent très bien. Je suis persuadé via ma pratique qu’un « feedback » régulier est capital pour permettre à l’enseignant d’améliorer ses pratiques pédagogiques. De plus cela permet d’impliquer plus fortement les étudiants dans le processus d’apprentissage… Great Course = GrowthMindset * FeedBack Voici donc une des équations d’un cours gagnant ! Crédit Photo : http://www.photo-libre.fr et Gaelle Rey en classe multimédia 2013 3 “The Learning in Depth Project,” accessed April 7, 2014, http://www.ierg.net/LiD/.