Reconnaitre les compétences

12 058 vues

Publié le

Cette conférence “active” s’est efforcée de proposer une pratique simple et facile à mémoriser, pour soutenir simultanément la reconnaissance des compétences individuelles, le rôle des managers dans l’exigence de performance de l’entreprise.

Comment le manager, le tuteur, le collaborateur peuvent-ils reconnaître et “certifier” ces compétences informelles, individuelles et les inscrire facilement dans un “portfolio” du salarié, comme dans la gestion des compétences de l’entreprise ?

Comment, dans ce cas, ce portefeuille de compétence peut-il devenir un vériable passeport d’employabilité tout au long de la vie, pour l’employeur comme pour le salarié ?

Publié dans : Carrière
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 058
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10 383
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Reconnaitre les compétences

  1. 1. 1 2 3 Cette conférence “active” s’est efforcée de proposer une pratique simple et facile à mémoriser, pour soutenir simultanément la reconnaissance des compétences individuelles, le rôle des managers dans l’exigence de performance de l’entreprise. Comment le manager, le tuteur, le collaborateur peuvent-ils reconnaître et “certifier” ces compétences informelles, individuelles et les inscrire facilement dans un “portfolio” du salarié, comme dans la gestion des compétences de l’entreprise ? Comment, dans ce cas, ce portefeuille de compétence peut-il devenir un vériable passeport d’employabilité tout au long de la vie, pour l’employeur comme pour le salarié ? Conférence présentée par Mr Messina, administrateur E2CeL et animée par Philippe-Didier Gauthier. ePortfolio : www.phd-gauthier.net Actions Deux exercices pratiques Compte-rendu de la conférence Conférence du 3 octobre 2014 Plan en bref Reconnaître les compétences ? Portefeuilles de compétences et certification de microcompétences Définitions Que signifie “reconnaître “ ? Comment peut-on définir la notion de compétences ? Réflexions Reconnaître les compétences, c’est gagant-gagnant 4 Bibliographie 6
  2. 2. 2 Définitions Reconnaître… … renvoie, dans la composition du mot, à l’expression “naître à nouveau ensemble”. Ce terme apparu au Xe siècle, peut signifier : - identifier correctement - considérer - percevoir - admettre comme vrai - témoigner - être redevable. Nous admettrons ici que toutes ces significations peuvent s’appliquer aux compétences, en fonction des circonstances. La compétence est une notion difficile. Il en existe plus de 100 définitions. Nous retiendrons ici celle de Guy Le Boterf, et A quoi fait-on référence, quand on veut “reconnaître des compétences” ? précisée, pour des raisons pratiques, par une influence de Albert Bandura (sentiment de compétences). Nous définissons la compétence comme un “savoir, vouloir et pouvoir agir avec efficacité, dans une situation concrète, observé et reconnu par un ou des pairs (ou tiers)”. La compétence est donc un phénomène furtif, contextualisé, qui nécessite le regard d’un évaluateur d’un observateur averti de la situation. Une compétence n’existe que si elle est observée et “fixée” dans la conscience de quelqu’un. Reconnaître les compétences demande donc un cadre réflexif structuré permettant de situer dans un contexte la valeur d’une action, au regard d’enjeux, d’objectifs, de résultats et de preuves tangibles, valable dans un espace social. Reconnaître les compétences ?
  3. 3. 3 Les 58 personnes présentes sont invitées à se constituer en binômes d’entraide réciproque. Chaque partipant prend en compte la grille d’analyse d’une situation d’action hors champ professionnel. Pratique appliquée 1 : dans le binôme, l’un questionne selon la grille, l’autre s’exprime et écrit ses réponses Un participant rend compte d’une compétence (gestion d’une copropriété en tant que syndic bénévole) Pratique appliquée 2 : Inversion des rôles dans le binôme. Cette fois, une micro compétence prise dans le champ professionnel est choisie . Un exemple est partagé ensuite : l’édition d’un journal de veille (l’inffobulle du CAFOC) Actions : décrire une “situation” pour reconnaître l’efficacité dans l’action La main est un moyen mémotechnique pour se souvenir de la trame de description de la situation : - la main saisit une expérience, mission, projet - Le pouce décrit le contexte et les enjeux - L’index indique les objectifs - Le majeur explicite les actions menées - L’annulaire signifie les résultats obtenus - L’auriculaire formalise les signes de reconnaissance et de validation par les pairs - La main porte la prevue (rapport, photo…) Reconnaître les compétences ?
  4. 4. 4 Le rapport d’étonnement des participants: 103 contributions Pour le philosophe Paul Ricoeur, la reconnaissance comporte trois niveaux : 1) l’identification, “cela existe”; 2) la prise de conscience de soi , “j’existe”; 3) la reconnaissance mutuelle, “j’existe et tu existes”. Cette une conception sociale de la reconnaissance: la reconnaissance est portée à la fois par une personne, mais aussi et simultanément, par les personnes qui l’entourent. REFLEXIONS Que l’employabilité de chacun dépend de la reconnaissance des compétences, par soi et par l’autre, et appelle donc le manager à ses responsabilités Que le portefeuille de compétences pour tous est accessible à chacun, sous diverses formes, tout au long de la vie 1 2 Que le territoire citoyen est un espace social vivant tant qu’il est en mesure de produire des reconnaissances sociales de compétences. 3 Sur les finalités perçues de l’exercice : - proposer un cadre d’intervention et de réflexion, une méthode pour aider à une sorte d’inventaire (des trésors cachés dans ) l’expérience - faire découvrir la méthode pour stimuler la confiance en soi Sur ces conditions de réussite : - travailler en binôme pour faciliter l’explicitation - accepter le “JE” , s’autoriser à dire “JE” - se centrer (en tant qu’accompagnateur) sur la personne Sur la méthode de l’exercice : - la logique structurelle et la dynamique du questionnement - le caractère stimulant du questionnement guidé et du moyen mnémotechnique pour le soutenir systématiquement - une formalisation opérationnelle de l’approche compétence - une rationalisation du décortiquage des savoirs, savoirs faire et savoir être, ou activités, résultats, signes de reconnaissance - Sur les freins ou difficultés de l’exercice : - exercice difficile à faire seul - fouiller, faire une introspection suffisante pour identifier des expériences porteuses d’apprentissages et de valeur - la rigueur du questionnement, de l’analyse, la concentration nécessaire, la nécessité du soutien du mentor - l’effort d’écriture par soi-même, qui peut être une impossibilité - la main peut-être un moyen mnémotechnique insuffisant - le passage de l’expression orale stimulée à l’écriture reflexive - la description de situations passées ne garantit pas la possibilité du transfert des compétences Sur le résultat immédiat de l’exercice : - Une extraction des compétences cachées ou oubliées - Une explicitation logique des compétences, sinon des activités, savoirs, savoirs faire, savoir-être, pour soi mais aussi pour l’autre Sur les effets psychologiques de l’exercice : - de l’enthousiasme, la joie d’exprimer des talents, de la confiance en soi, de l’estime de soi, l’idée de se faire du bien. - la prise de conscience du “gisement de compétences” que l’expérience de chacun porte - la mise en projet de soi, la redéfinition de son CV et son enrichissement vers le portfolio - la relecture positive de son histoire de vie et sa transformation en valeur pour soi, et en valeur pour les autres - la prise de conscience de la valeur intrinsèque de l’expérience grâce au processus d’analyse et à la méthode Sur les effets et intérêts de l’exercice - valorise par le principe des badges les compétences formelles, informelles de toute personne, indépendamment des diplômes (13x) - le badge constitue une reconnaissance de la compétence - la capitalisation des badges constitue un portefeuille de compétences. Sur les utilités d’un tel exercice : - permet à un maître de stage de valider (badger) les compétences d’un stagiaire, à la fin du stage - soutient le dialogue dans un entretien de recrutement - supporte le dialogue sur les compétences acquises ou à développer dans le cadre de l’entretien professionnel avec son manager, ou RRH. - permet à un employeur de connaître le portefeuille de compétences de ses salaries et de gérer leur développement. Reconnaître les compétences ? Cet exercice démontre :
  5. 5. 5 Reconnaître les compétences ?
  6. 6. ``` E2Cel 10, rue Viviani Immeuble Playtime 44000 NANTES http://www.e2cel.org Bibliographie Un ouvrage: Gauthier, P. et Pollet M. (2013). Accompagner la démarche Portfolio. Paris: Editions Qui Plus Est http://www.accompagner-demarche-portfolio.fr Un article en ligne: http://cursus.edu/article/17545/open-badges-une- initiative-pour-reconnaissance/ Un diaporama en ligne: http://www.slideshare.net/dajan/introduction-aux- open-badges Dolor sit amet .

×