SlideShare une entreprise Scribd logo
MDV Ralph Boutros
Esthétique Antérieur: La stratification
des résines composites
〽 L’apparence des dents antérieures et postérieures est fondée sur une structure morphologique
commune comprenant deux types de tissus durs:
➡ Dentine et Email, que l’on distingue par leur origine embryologique
# La dentine représente le corps chaud riche en saturation, teinte et fluorescence. 

Elle est recouverte par une coque d’émail qui est translucide et opalescente
La diversité des caractéristiques de l’émail et de la dentine explique la nature unique et individuelle
de l’apparence d’une dent naturelle.
Trois idées fortes doivent être associées aux restaurations antérieures directes :
➰ La reproduction du naturel
➰ Privilégier la circulation de la lumière
➰ Une méthodologie opératoire qui permet d’obtenir des résultats prévisibles et reproductibles.
〽 Les résines composites
Ce sont le matériaux de choix pour les restaurations antérieure:
➰ Qualités esthétiques
➰ Aptitude au polissage
➰ Qualités mécaniques
➰ Radio-opacité
Le montage des restauration en couches successives permet de procéder de même façon que le
céramiste en incorporant en profondeur les teintes saturées recouvertes de teintes plus translucides
I. Principaux éléments d’une restauration composite
A. Forme, structure et couleur des Dents Antérieurs
1
La largeur de l’incisive Latéral = 63% de la Largeur Incisive Central
MDV Ralph Boutros
• Forme
➰ Le contour de la dent (arrondi distal, symétrie)
➰ Les lignes de transition (jonction faces vestibulaire et proximales plus ou moins déportée vers
l’intérieur ou l’extérieur)
➰ L’état de surface (polissage, finition) qui comprend à la fois la Macro-géographie (concavités,
convexités) et la Micro-géographie (stries, rainures, petits défauts)
• Structure des dents Antérieurs
➰ La ligne gingivale:
Dans l’idéal:
- le contour gingival doit être symétrique par rapport au
plan sagittal médian
- le point le plus haut de ce contour, appelé aussi «zénith
gingival» apparait, au maxillaire

# Distalé sur les Incisives centrales et les Canines 

# Plus Centré sur les Latérales
➰ La ligne incisale doit être:
➡ Convexe (vers le bas)
➡ Suivre la courbure de la lèvre inférieure
lors du sourire.
La lèvre supérieure se positionne:
# légèrement au-dessus des collets
➰ Les incisives centrales dominent:
➡ Plus Larges que les canines
➡ Plus Hautes que les latérales
➰ Le bord incisif des incisives latérales est situé:
➡ 0,5 à 1,5 mm au-dessus de la ligne droite
joignant le bord libre des incisives centrales et les pointes
canines
➰ Le point inter-incisif maxillaire est situé sur la plan
sagittal médian.
➰ Le plan incisif
➡ Perpendiculaire au plan sagittal médian

➡ Parallèle au plan bi-pupillaire.
➰ Les pointes canines se situent sur une ligne de
projection passant par les ailes du nez.
➰ L’axe des dents est distalé et cette inclinaison augmente des incisives aux canines.
2
MDV Ralph Boutros
➰ Etat de surface
L’état de surface des dents naturelles peut être variable et il influence la perception colorée.
La surface de l’émail présente souvent des variations sous forme de:
# Dépressions
Telles que les fossettes dues aux lobes dentinaires sous-jacents.
➡ La Macro Géographie:
Les dents antérieures présentent, au niveau des faces vestibulaires,
des lobes et des sillons persistant au cours des années
# De reliefs
Liés aux:
- Stries de croissance
- Zones d’usure
Les irrégularités de surface:
- Accentuent la diffusion de la lumière.
- Modifient la perception générale de la teinte.
➡ La Micro Géographie:
Est essentiellement liée aux lignes de croissance de l’émail = irrégularités ayant tendance
à s’estomper avec l'âge.
• Couleurs
〽 Le système d'identification des couleurs proposé par Albert Henry Munsell, selon les trois
caractères de la perception visuelle humaine:
〽 Couleur dentaire existe à travers la relation entre la lumière et les tissus.
Les éléments colorimétriques d’une dent dépassent largement les trois éléments de la couleur
3
✨ Couleur = Teint
✨ Saturation = Intensité chromatique
✨ Luminosité = Lumière réfléchie
MDV Ralph Boutros
# Réflexion
〽 C’est une interaction lumière-matière conduisant à une déviation de la trajectoire de la
lumière du même côté du corps d'où elle est venue.
La réflexion est influencée par l’Etat de surface:
- Surface Lisse ➡ Rayons réfléchis seront parallèles //
- Surface rugueuse ➡ Rayons réfléchis seront déviés dans diverses directions
# Transmission
# Absorption
〽 Un objet apparaît d’une certaine couleur suivant les longueurs d’ondes qu’il absorbe.
De plus la partie du rayonnement qui est absorbée est toujours complémentaire de la partie
réfléchie.
Une surface apparaît blanche lorsqu’elle réfléchit la totalité des rayons
Une surface apparaît noire lorsqu’elle absorbe la totalité des rayons
4
➰ Cas d’un matériau transparent:
Il laisse passer la lumière et fait apparaître de manière
distincte un objet se situant derrière lui.
➡ La lumière ne se réfléchit pas.
➰ Cas d’un matériau translucide:
Il ne permet pas de voir distinctement l’objet situé
derrière lui.
➡ Une partie de la lumière est réfléchie.
⚠ ⚠
MDV Ralph Boutros
Il existe cinq dimensions de la couleur d’une dent :
1. La chromaticité
# La teinte (hue en anglais) souvent confondue avec la
couleur, caractérise la longueur d’onde de la lumière
réfléchie par l’objet observé.
Elle correspond aux différentes sensations colorées A; B; C; D
# La saturation: la densité de la couleur (chroma en
anglais): c'est la concentration de pigments que nous
trouvons dans chaque couleur.
Cette variante déterminera si la couleur est vive ou pâle.
2. La luminosité (value en anglais)
〽 La quantité de lumière réfléchie.
Si tout le spectre de la lumière du jour est réfléchi
➡ l’object observé est blanc.
Si rien n’est réfléchi
➡ l’objet est noir.
Dans cet intervalle, en fonction de la quantité de lumière l’objet apparaît plus ou moins gris.
Prendre une photographie noire et blanc peut aider lors de l’étude de la luminosité
Un état de surface irrégulier favorise une réflexion diffuse « en halo », ce qui fait apparaitre la dent
plus claire avec un aspect « mat ».
Un état de surface lisse favorise la réflexion spéculaire (les rayons II) et la transmission lumineuse
à l'intérieur de la dent, ce qui diminue le niveau de la luminosité.
Prendre une photographie noir et blanc peut aider lors de l’étude de la luminosité
# Translucidité et Luminosité sont étroitement liées. 

À teintes et saturations égales:
Dent opaque est ++ réfléchissante donc ➡ ++ lumineuse
Dent translucide, ++ forte pénétration de la lumière ➡ -- abaisse la luminosité.

(Une partie de la lumière est réfléchie)
5
⚠
⚠
⚠
MDV Ralph Boutros
3. L’opalescence
〽 Comportement lumineux de l’émail comparable à celui
de la pierre opale.
〽 Lorsque ces opalescentes sont visibles sur les bords
incisifs d’émail naturel, on parle alors d’«effet opale ».
Au tiers incisif:
- Email est très épais
➡ Effet d’opalescence:
Couleur Bleutée en lumière réfléchie
Couleur Jaune/orangée en lumière transmise.
Une classification (L. VANINI) permet de simplifier la reconnaissance de cette zone et sa
reproduction
La classification de VANINI est la suivante :
6
Type 1: Mamelons à 2 sillons
Type 2: Mamelons à 3 ou 4 sillons
Type 3: sans distinction marquée, effet de peigne
Type 4: Sillon dense créant une sorte de fenêtre au bord libre
Type 5: Le halo du café chez les personnes âgées et sur les dents
dont la dentine est sclérosée, avec un émail et une dentine infiltrés
MDV Ralph Boutros
4. Les pigmentations blanches
Sur l’émail des dents naturelles, on peut observer la présence de piquetés de forte intensité,
opaques, ressemblant à des “Tâches laiteuses” = Zones d’Hypo-minéralisation de l'émail.
Ces pigmentations, aussi appelées Intensifs, sont caractérisées par des points, des lignes ou des
taches.
Il existe donc une classification selon leurs formes:
7
Cette étape particulièrement importante va permettre d’utiliser des teintes peu fréquentes:
➡ Ambre et Bleu.
Type 1: Tâche isolée
Type 2: Tâches plus petites et plus denses
Type 3: Flocons de neiges occupant toute la couronne
Type 4: Bandes horizontales
MDV Ralph Boutros
5. Les caractérisations
La carte chromatique s’achève avec les caractérisations qui se trouvent soit dans l’émail, soit dans
la dentine.
Elles peuvent êtres divisées en cinq types:
8
Type 1: Bord libre en mamelons + zone blanche qui
rehausse la luminosité de la dent
Type 2: Bande blanche interne qui rehausse la
luminosité et qui est:
- horizontale sur la face vestibulaire
- verticale sur les faces proximales
Type 3: Bord libre présentant une bande blanche marquée
Type 4: Tâches ambrées ou marrons sur le bord libre
Type 5: Fêlures ou fentes brunes et blanches dans la profondeur
de l’émail
MDV Ralph Boutros
II. Les restauration Antérieur en composite
〽 Bi-dimensionelle: Mur opaque-corps Amélo-dentinaire-incisal
Ce concept est base sur une reconstruction monochromatique qui a la capacité de se mélanger avec
les structures environnantes (effet caméléon) en raison de la transparence des matériaux
Finition des bords en biseau: 2 mm vestibulaire et concave lingual
Concept modern à trois couches: Reconstruction Tridimensionnelle
1. Email Palatin
2. Dentine Masses d’effet
3. Email vestibulaire
Base sur l’application de trois couche basiques qui répliquent de manière fidèle les propriétés et la
situation des tissus naturels.
Lorenzo Vanini décrit en 1996 une technique de stratification anatomique:
# Utilisation de deux masses : ➡ Une dentinaire
➡ Une avec les caractéristiques de l’émail.
〽 Elle est fondée sur le principe de reproduction des qualités optiques des différents
composants de la dent : l’émail et la dentine.
Les objectifs sont :
➰ Dégrader la couleur de la base de la dent au bord incisif et de la face palatine à la face
vestibulaire de façon harmonieuse
➰ Obtenir une pénétration de la lumière pour donner un effet tridimensionnel à la restauration
➰ Créer un contraste entre le corps dentinaire et le bord libre
9
MDV Ralph Boutros
• Les 4 étapes importantes lors de l’élaboration d’une restauration en résine composite
au niveau antérieur: Le Système Enamel Plus HRI de Micerium
1. Détermination de la couleur et le remplissage de la carte chromatique
〽 La 1ère dimension à considérer est la chromaticité de base (Teinte – Saturation) qui
dépend essentiellement des masses dentinaires. Sur la carte, on la note BC = Chromaticité de base.
# Elle dérive de la valeur moyenne de la teinte de la dentine: 

- Enregistrée près de la jonction tiers médian/tiers cervical de la dent, à l’aide
d’un teintier fabriqué avec le même composite que celui qui sera utilisé pour la stratification.
La teinte de base dépend généralement de l’âge du patient.
➡ Patient Jeune: Teinte peu saturée (1 à 2)
➡ Patient Adulte: Teinte plus saturée (2 à 3)
➡ Patient Agés: Et encore plus saturée (3 à 4).
Le système Vita® distingue 4 teintes différentes qui sont les séries des teintes A, B, C et D.
Partant de l’hypothèse que la teinte A est la teinte la plus communément observée au niveau des
dents naturelles, ont été mis au point des teintes dentines universelles
➡ (UD) disponibles en 7 intensités (1, 2, 3, 3.5, 4, 5, 6).
10
MDV Ralph Boutros
〽 La 2ème dimension à considérer est la « luminosité » qui détermine le degré de blancheur des
dents. La luminosité peut être nulle (le noir) ou maximale (le blanc), elle dépend de:
➰ Epaisseur de l’émail
➰ Degré de minéralisation
➰ Contenu en eau.
On distinguons 3 types d’émail (enfants, adultes et patients âgés) avec une décroissance en ce qui
concerne l’épaisseur et la luminosité de l’émail:
➡ Luminosité forte (UE3)
➡ Moyenne (UE2)
➡ Faible (UE1).
Ces trois valeurs sont marquées sur la carte chromatique
〽 La troisième dimension à déterminer est représentée par les « intensifs », les pigmentations
blanches qui peuvent être classés en 4 catégories.
Les Intensifs sont plus fréquents chez les biotypes jeunes et correspondent à des zones d’Hypo-
mineralisation de l’émail
Les masses correspondantes sont les intensifs:
➡ Blanc IW (blanc froid)
➡ Milky IM (blanc chaud).
〽 La quatrième dimension à considérer est «
l’opalescence » de la dent.
Les chiffres 1, 2, 3, 4, 5 se réfèrent aux différentes
formes de la zone opalescente.
Les masses opalescentes de composite en rapport
avec ces tonalités sont:
➡ OB (opalescent Bleu)
➡ OA (opalescent Ambre).
Elles sont confinées au niveau du tiers incisif: au niveau Inter-dentaire, et du bord libre.
〽 La cinquième dimension est la « caractérisation ». 

La dentine et l’émail doivent être réalisés avec des teintes allant du blanc à l’ambre et du jaune au
marron.
Les masses de composite pour la reproduction de ces caractérisations sont:
➡ IW(blanc froid)
➡ IM (blanc chaud)
➡ OA (ambre)
➡ SW (intensif blanc)
➡ SY (intensif jaune)
➡ SB (intensif marron).
11
MDV Ralph Boutros
2. Préparation de la dent
Pour les composites micro- chargés qui sont très élastiques (module de Young de 4 GPa), des
biseaux longs ont été utilisés pour des raisons esthétiques.
Ces préparations sont inappropriées pour les composites micro-hybrides, plus rigides (module de
Young de 15 GPa) car les limites des restaurations, très fines, risquent de se fracturer.
# Sur les classes 3: Réaliser un chanfrein si on a de l’émail et de la dentine. 

Réaliser une préparation à 90° pour régulariser si l’émail n’est pas soutenu.
# Sur les classes 5 (partie amélaire + radiculaire):
Réaliser un chanfrein sur la partie amélaire, mais rien en radiculaire.
Garder au maximum l’émail car l’adhésion y est meilleure.
# Sur les classes 4: La préparation idéale combinant le rendu esthétique et les exigences
mécaniques est un chanfrein vestibulaire et une finition droite à 90° en palatin et proximale.
3. La technique de stratification
➿ La technique en un seul temps, utilisée lorsqu'il s'agit de restaurations:
➡ Petites tailles
➡ Complètement entourées par de l'émail
➡ A distance de la JAC.
➿ La technique par incréments successifs
➡ Reconstitution Bi-laminaire (2 couches)
➡ Reconstitution Tri-dimensionelle (3 couches):
- A mono-masse dentinaire = la stratification simplifiée
- A plusieurs masses dentinaires (la stratification anatomique)
12
Email Palatin Email VestibulaireDentine
Email Palatin Masse Dentinaire
à saturation décroissante Masse D’Effet Email Vestibulaire
MDV Ralph Boutros
4. Réalisation d’un guide palatin
Pour les restaurations de classe IV il est conseillé
d’utiliser un guide en silicone pour assurer la bonne
position du mur palatin d’émail.
Il existe deux façons d’obtenir un guide par:
➡ Wax up direct ou indirect.
Il faut vérifier la stabilité du guide et son adaptation, il
ne doit pas y avoir de retour vestibulaire
Protocole du collage
1. Réalisation de la face palatine
Le praticien place une faible quantité de composite
dans le guide.
Le composite:
# Doit être étaler à la spatule afin d’obtenir
une épaisseur fine : 0,5 mm et régulière.
# Ne doit pas dépasser au niveau du bord libre et au
niveau proximale.
# Le guide est ensuite placé en bouche et son
adaptation vérifiée
# Photo-Polymérisée pendant 20 secondes puis le
guide est retiré et l’opération réitérée, les manques éventuels sont comblés
2. Réalisation des faces proximales
Le praticien met en place la matrice et le coin.
La matrice sert de Guide proximale, les faces sont réalisées successivement:
# Faible quantité de composite est placée côté palatin puis modelée
avec une spatule contre la matrice en fine couche
# Photo-Polymérisée pendant 20 secondes
13
( )
MDV Ralph Boutros
3. Réalisation du noyau dentinaire
Selon Lorenzo Vanini, chaque dent présente un “dégradé de chromaticité” elle est:
# Niveau Cervical = Importante
# Niveau Médian = Moyenne
# Niveau Incisale = Faible
Lors de la mise en place des masses dentines il faut donc réaliser une dé-Saturation:
# De Palatin à Vestibulaire
# De Cervical à Incisale.
Il ne faut pas oublier que la couche d’émail palatine diminue fortement la teinte de la dentine.
Afin de compenser ceci la première couche de dentine doit avoir une teinte supérieure à celle
de la couleur générale de la dent.
On distingue ainsi 3 situations en fonction de l’importance de la perte de substance:
1) Perte de substance importante
Il est alors nécessaire d’associer 3 couches de dentine
2) Perte de substance moyenne
Le praticien peut associer 2 couches de masse dentine
3) Faible perte de substance
Une couche dentine peut suffire
14
⚠ ⚠
MDV Ralph Boutros
# La masse dentine avec la plus haute chromaticité (UD4
dans notre exemple) est appliquée:
➡ Au niveau cervical
# Puis elle sera recouverte par la deuxième couche dentine
(ici, UD3) qui s’étendra:
➡ Cervicalement sur le chanfrein amélaire vestibulaire
➡ Sera plus déployé en direction incisale
# Enfin, la deuxième couche est complètement recouverte
d’une couche de masse dentine correspondant à la
chromaticité de base de la dent (UD2 dans notre cas).
Cette dernière sera également placée sur:
➡ Chanfrein
➡ Zone incisale pour être modelée en vue de la
formation des mamelons dentinaires.
4. Réalisation du bord incisal
Dans la stratification anatomique de Lorenzo Vanini il existe aussi une couche intermédiaire entre la
masse dentine et la masse émail. Elle est représentée par les:
➡ Opalescents
➡ Intensifs
➡ Caractérisations.
Le halo incisal opalescent:
# Composite bleu est placé en faible quantité entre les lobes dentinaires et au niveau incisale.
# Photo-Polymérisée pendant 20 secondes
5. Réalisation des caractérisations
La masse opalescente précède la mise en place des intensifs ce qui permet de les
stratifier sur une surface plate qui donne de meilleurs résultats.
Les intensifs sont placés:
# En très faible quantité avec un contour irrégulier
# Photo-Polymérisée pendant 20 secondes
Il est important de les placer avant la dernière couche d’émail afin de les rendre plus diffus
et moins intense.
15
MDV Ralph Boutros
6. Réalisation de l’émail vestibulaire
# Placer une fine couche de composite
# Adapter au niveau des limites
# « Tirer » le composite en direction du bord libre.
✨ Vanini préconise une épaisseur maximale de 0,4 mm pour cette dernière couche de composite
afin d’éviter un aspect vitreux du joint composite dent.
La couche amélaire vestibulaire:
➡ Mince dans la région cervicale
➡ S’épaissit vers le bord incisif
➡ Constitue ainsi le contour vertical naturel, à l’origine de la forme de la dent naturelle.
# Une fois la dernière couche d’émail polymérisée, il est conseillé de:
- Recouvrir la surface de la restauration d’une couche de gel de glycérine
- Effectuer un cycle supplémentaire de photo-polymérisation
7. Finition
〽 La finition définit la forme, la dimension et le contour de la restauration.
L’anatomie générale de la dent est contrôlée par l’usage de disques de grains de plus en plus fins.
Pour les zones inter proximales des strips abrasifs peuvent être utilisés (f)
〽 La macro géographie représente la forme finale de la dent.
Elle correspond aux:
➡ Sillons des lobes des dents
➡ Concavités
➡ Convexités
➡ Dépressions de surface
➡ Lignes de transition.
# La macro géographie est réalisée à l’aide de: Fraise flamme bague rouge.
# Ensuite, on utilisera une cupule de silicone qui permet, grâce à sa faible abrasivité, de lisser la
surface sans effacer ce qui vient d’être dessiné.
16
MDV Ralph Boutros
〽 Dans un troisième temps, la micromorphologie de la restauration est réalisée, il s’agit de la
texture de surface du composite.
Elle correspond aux:
➡ Lignes horizontales
➡ Lignes verticales
➡ Fêlures
➡ Zones de déminéralisation
# Fraise diamantée de granulométrie correspondante au relief à recréer
➡ Mouvement horizontal à vitesse lente
➡ Stries de surface réalisées afin d’obtenir une surface dentaire non uniforme, c’est à dire
avec des surfaces: - plates et brillantes
- mates et rugueuses.
8. Polissage et lustrage
Durant cette phase, on doit veiller à ne pas détruire la micro géographie de la dent ou d’aboutir à
une surface plane.
Le meilleur instrument pour cela est:
# Brossette utilisée avec des pâtes diamantées de: - 3 microns (Shiny A)
- 1 micron (Shiny B).
Pour le lustrage final de la restauration:
# Pâte à base d’oxyde d’alumine (Shiny C) utilisée sur un feutre de polissage
P.S: Instrument LM-ARTE (fortement conseillé)
17
⚠ ⚠
MDV Ralph Boutros
• Du HFO® au HRI® : une révolution
Cette technique en 3 couches décrites par Vanini a été initialement réalisée avec de l’émail HFO®.
# L’émail HFO® présente néanmoins un inconvénient:
Indice de réfraction = 1.5 tandis que celui de l’émail naturel = 1.62
(l’indice de réfraction est la déviation que subit le rayon lumineux qui traverse un corps).
Cette différence d’indice de réfraction est responsable de l’aspect vitreux de la restauration et
de la visibilité du joint dent/composite.
Pour pallier à la différence d’indice de réfraction, le praticien devait diminuer l’épaisseur de
la couche émail par rapport à celle de l’émail naturel.
Après de nombreuses années de recherche une solution révolutionnaire a été trouvée : un
nouveau composite faisant appel à la nanotechnologie qui a:
# Le même indice de réfraction que l’émail naturel : Composite émail HRI®.
La couche d’émail HRI® est alors équivalente à celle de l’émail naturel qu’il remplace = 0,6mm
• La technique DIRECT
La technique directe par stratification de la résine composite offre une multitude d’avantages:
➰ Solution la plus économe en tissus dentaires
➰ Une seule séance
➰ Egalement plus douces pour les dents antagonistes par rapport aux matériaux en céramique
Limites de la restauration directe:
➰ Fermeture de plusieurs diastèmes
➰ Perte de substance étendue, où une grande quantité d’émail est absente
Les propriétés mécaniques de la résine composite sont trop faibles pour restituer la rigidité de la
couronne dentaire
➰ Variations dimensionnelles d'origine thermique des composites ainsi que leur absorption
hydrique secondaire qui les rend plus vulnérables dans le temps
➰ Dépôt de plaque légèrement plus important sur les résines composites comparé aux solutions en
céramiques.
De plus, la couleur des résines composites n’est pas inerte et stable comme pour les céramiques ;
# Dépend beaucoup de la qualité des finitions et du polissage.
➰ Forces engendrées par des Para-fonctions incontrôlées des patients comme le bruxisme, ou
encore les classes III d’Angle en bout à bout peuvent compromettre la pérennité des restaurations
composites
18
⚠
⚠
*
+

Contenu connexe

Tendances

Preparation mecanisée
Preparation mecaniséePreparation mecanisée
Preparation mecanisée
Abdeldjalil Gadra
 
Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2
rika duos
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 
Activateur de classe ii
Activateur de classe iiActivateur de classe ii
Activateur de classe ii
mohammed sadek
 
obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude
Abdeldjalil Gadra
 
268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6
mii va
 
6 classification des maladies parodontales
6  classification des maladies parodontales6  classification des maladies parodontales
6 classification des maladies parodontales
Abdeldjalil Gadra
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
Abdeldjalil Gadra
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
Abdeldjalil Gadra
 
1 p.o.p.
1  p.o.p.1  p.o.p.
La physiologie de l'organe dentaire
La physiologie de l'organe dentaireLa physiologie de l'organe dentaire
La physiologie de l'organe dentaire
Abdeldjalil Gadra
 
Colloque la carie dentaire
Colloque la carie dentaireColloque la carie dentaire
Colloque la carie dentaire
Abdeldjalil Gadra
 
Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète
Abdeldjalil Gadra
 
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
ChouroukOmari
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
Mounir ZAGHEZ
 
268464949 endodontie-cours-2
268464949 endodontie-cours-2268464949 endodontie-cours-2
268464949 endodontie-cours-2
mii va
 
Paralléliseur
ParalléliseurParalléliseur
Paralléliseur
Abdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

Preparation mecanisée
Preparation mecaniséePreparation mecanisée
Preparation mecanisée
 
Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2
 
Les indices biologiques
Les indices  biologiquesLes indices  biologiques
Les indices biologiques
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
 
Activateur de classe ii
Activateur de classe iiActivateur de classe ii
Activateur de classe ii
 
Terminologie en o
Terminologie en oTerminologie en o
Terminologie en o
 
obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude obtention et analyse des moulage d'etude
obtention et analyse des moulage d'etude
 
268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6268464962 endodontie-cours-3-6
268464962 endodontie-cours-3-6
 
6 classification des maladies parodontales
6  classification des maladies parodontales6  classification des maladies parodontales
6 classification des maladies parodontales
 
6 la poche parodontale
6   la poche parodontale6   la poche parodontale
6 la poche parodontale
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
1 p.o.p.
1  p.o.p.1  p.o.p.
1 p.o.p.
 
La physiologie de l'organe dentaire
La physiologie de l'organe dentaireLa physiologie de l'organe dentaire
La physiologie de l'organe dentaire
 
Colloque la carie dentaire
Colloque la carie dentaireColloque la carie dentaire
Colloque la carie dentaire
 
Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète
 
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
 
268464949 endodontie-cours-2
268464949 endodontie-cours-2268464949 endodontie-cours-2
268464949 endodontie-cours-2
 
Paralléliseur
ParalléliseurParalléliseur
Paralléliseur
 

Plus de mii va

2016 lil2c015
2016 lil2c0152016 lil2c015
2016 lil2c015
mii va
 
Prescriptions en odontologie pediatrique
Prescriptions en odontologie pediatriquePrescriptions en odontologie pediatrique
Prescriptions en odontologie pediatrique
mii va
 
258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie
258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie
258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie
mii va
 
Reconstitution corono radiculaire guide
Reconstitution corono radiculaire guideReconstitution corono radiculaire guide
Reconstitution corono radiculaire guide
mii va
 
Inlay core
Inlay coreInlay core
Inlay core
mii va
 
000
000000
000
mii va
 
Expo dentinite
Expo dentiniteExpo dentinite
Expo dentinite
mii va
 
Qa en-odf-version-2019
Qa en-odf-version-2019Qa en-odf-version-2019
Qa en-odf-version-2019
mii va
 
268464941 endodontie-cours-1
268464941 endodontie-cours-1268464941 endodontie-cours-1
268464941 endodontie-cours-1
mii va
 
356341895 endo-revision
356341895 endo-revision356341895 endo-revision
356341895 endo-revision
mii va
 
268464973 endodontie-cours-8
268464973 endodontie-cours-8268464973 endodontie-cours-8
268464973 endodontie-cours-8
mii va
 
268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s
mii va
 
68069116 biomateriaux-dentaires
68069116 biomateriaux-dentaires68069116 biomateriaux-dentaires
68069116 biomateriaux-dentaires
mii va
 

Plus de mii va (13)

2016 lil2c015
2016 lil2c0152016 lil2c015
2016 lil2c015
 
Prescriptions en odontologie pediatrique
Prescriptions en odontologie pediatriquePrescriptions en odontologie pediatrique
Prescriptions en odontologie pediatrique
 
258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie
258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie
258123315 dceo2-2-odontologie chirurgicale-sista-et-microdentisterie
 
Reconstitution corono radiculaire guide
Reconstitution corono radiculaire guideReconstitution corono radiculaire guide
Reconstitution corono radiculaire guide
 
Inlay core
Inlay coreInlay core
Inlay core
 
000
000000
000
 
Expo dentinite
Expo dentiniteExpo dentinite
Expo dentinite
 
Qa en-odf-version-2019
Qa en-odf-version-2019Qa en-odf-version-2019
Qa en-odf-version-2019
 
268464941 endodontie-cours-1
268464941 endodontie-cours-1268464941 endodontie-cours-1
268464941 endodontie-cours-1
 
356341895 endo-revision
356341895 endo-revision356341895 endo-revision
356341895 endo-revision
 
268464973 endodontie-cours-8
268464973 endodontie-cours-8268464973 endodontie-cours-8
268464973 endodontie-cours-8
 
268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s268464969 endodontie-cours-7s
268464969 endodontie-cours-7s
 
68069116 biomateriaux-dentaires
68069116 biomateriaux-dentaires68069116 biomateriaux-dentaires
68069116 biomateriaux-dentaires
 

461566885 5-stratification-resines-compo-pdf

  • 1. MDV Ralph Boutros Esthétique Antérieur: La stratification des résines composites 〽 L’apparence des dents antérieures et postérieures est fondée sur une structure morphologique commune comprenant deux types de tissus durs: ➡ Dentine et Email, que l’on distingue par leur origine embryologique # La dentine représente le corps chaud riche en saturation, teinte et fluorescence. 
 Elle est recouverte par une coque d’émail qui est translucide et opalescente La diversité des caractéristiques de l’émail et de la dentine explique la nature unique et individuelle de l’apparence d’une dent naturelle. Trois idées fortes doivent être associées aux restaurations antérieures directes : ➰ La reproduction du naturel ➰ Privilégier la circulation de la lumière ➰ Une méthodologie opératoire qui permet d’obtenir des résultats prévisibles et reproductibles. 〽 Les résines composites Ce sont le matériaux de choix pour les restaurations antérieure: ➰ Qualités esthétiques ➰ Aptitude au polissage ➰ Qualités mécaniques ➰ Radio-opacité Le montage des restauration en couches successives permet de procéder de même façon que le céramiste en incorporant en profondeur les teintes saturées recouvertes de teintes plus translucides I. Principaux éléments d’une restauration composite A. Forme, structure et couleur des Dents Antérieurs 1 La largeur de l’incisive Latéral = 63% de la Largeur Incisive Central
  • 2. MDV Ralph Boutros • Forme ➰ Le contour de la dent (arrondi distal, symétrie) ➰ Les lignes de transition (jonction faces vestibulaire et proximales plus ou moins déportée vers l’intérieur ou l’extérieur) ➰ L’état de surface (polissage, finition) qui comprend à la fois la Macro-géographie (concavités, convexités) et la Micro-géographie (stries, rainures, petits défauts) • Structure des dents Antérieurs ➰ La ligne gingivale: Dans l’idéal: - le contour gingival doit être symétrique par rapport au plan sagittal médian - le point le plus haut de ce contour, appelé aussi «zénith gingival» apparait, au maxillaire
 # Distalé sur les Incisives centrales et les Canines 
 # Plus Centré sur les Latérales ➰ La ligne incisale doit être: ➡ Convexe (vers le bas) ➡ Suivre la courbure de la lèvre inférieure lors du sourire. La lèvre supérieure se positionne: # légèrement au-dessus des collets ➰ Les incisives centrales dominent: ➡ Plus Larges que les canines ➡ Plus Hautes que les latérales ➰ Le bord incisif des incisives latérales est situé: ➡ 0,5 à 1,5 mm au-dessus de la ligne droite joignant le bord libre des incisives centrales et les pointes canines ➰ Le point inter-incisif maxillaire est situé sur la plan sagittal médian. ➰ Le plan incisif ➡ Perpendiculaire au plan sagittal médian
 ➡ Parallèle au plan bi-pupillaire. ➰ Les pointes canines se situent sur une ligne de projection passant par les ailes du nez. ➰ L’axe des dents est distalé et cette inclinaison augmente des incisives aux canines. 2
  • 3. MDV Ralph Boutros ➰ Etat de surface L’état de surface des dents naturelles peut être variable et il influence la perception colorée. La surface de l’émail présente souvent des variations sous forme de: # Dépressions Telles que les fossettes dues aux lobes dentinaires sous-jacents. ➡ La Macro Géographie: Les dents antérieures présentent, au niveau des faces vestibulaires, des lobes et des sillons persistant au cours des années # De reliefs Liés aux: - Stries de croissance - Zones d’usure Les irrégularités de surface: - Accentuent la diffusion de la lumière. - Modifient la perception générale de la teinte. ➡ La Micro Géographie: Est essentiellement liée aux lignes de croissance de l’émail = irrégularités ayant tendance à s’estomper avec l'âge. • Couleurs 〽 Le système d'identification des couleurs proposé par Albert Henry Munsell, selon les trois caractères de la perception visuelle humaine: 〽 Couleur dentaire existe à travers la relation entre la lumière et les tissus. Les éléments colorimétriques d’une dent dépassent largement les trois éléments de la couleur 3 ✨ Couleur = Teint ✨ Saturation = Intensité chromatique ✨ Luminosité = Lumière réfléchie
  • 4. MDV Ralph Boutros # Réflexion 〽 C’est une interaction lumière-matière conduisant à une déviation de la trajectoire de la lumière du même côté du corps d'où elle est venue. La réflexion est influencée par l’Etat de surface: - Surface Lisse ➡ Rayons réfléchis seront parallèles // - Surface rugueuse ➡ Rayons réfléchis seront déviés dans diverses directions # Transmission # Absorption 〽 Un objet apparaît d’une certaine couleur suivant les longueurs d’ondes qu’il absorbe. De plus la partie du rayonnement qui est absorbée est toujours complémentaire de la partie réfléchie. Une surface apparaît blanche lorsqu’elle réfléchit la totalité des rayons Une surface apparaît noire lorsqu’elle absorbe la totalité des rayons 4 ➰ Cas d’un matériau transparent: Il laisse passer la lumière et fait apparaître de manière distincte un objet se situant derrière lui. ➡ La lumière ne se réfléchit pas. ➰ Cas d’un matériau translucide: Il ne permet pas de voir distinctement l’objet situé derrière lui. ➡ Une partie de la lumière est réfléchie. ⚠ ⚠
  • 5. MDV Ralph Boutros Il existe cinq dimensions de la couleur d’une dent : 1. La chromaticité # La teinte (hue en anglais) souvent confondue avec la couleur, caractérise la longueur d’onde de la lumière réfléchie par l’objet observé. Elle correspond aux différentes sensations colorées A; B; C; D # La saturation: la densité de la couleur (chroma en anglais): c'est la concentration de pigments que nous trouvons dans chaque couleur. Cette variante déterminera si la couleur est vive ou pâle. 2. La luminosité (value en anglais) 〽 La quantité de lumière réfléchie. Si tout le spectre de la lumière du jour est réfléchi ➡ l’object observé est blanc. Si rien n’est réfléchi ➡ l’objet est noir. Dans cet intervalle, en fonction de la quantité de lumière l’objet apparaît plus ou moins gris. Prendre une photographie noire et blanc peut aider lors de l’étude de la luminosité Un état de surface irrégulier favorise une réflexion diffuse « en halo », ce qui fait apparaitre la dent plus claire avec un aspect « mat ». Un état de surface lisse favorise la réflexion spéculaire (les rayons II) et la transmission lumineuse à l'intérieur de la dent, ce qui diminue le niveau de la luminosité. Prendre une photographie noir et blanc peut aider lors de l’étude de la luminosité # Translucidité et Luminosité sont étroitement liées. 
 À teintes et saturations égales: Dent opaque est ++ réfléchissante donc ➡ ++ lumineuse Dent translucide, ++ forte pénétration de la lumière ➡ -- abaisse la luminosité.
 (Une partie de la lumière est réfléchie) 5 ⚠ ⚠ ⚠
  • 6. MDV Ralph Boutros 3. L’opalescence 〽 Comportement lumineux de l’émail comparable à celui de la pierre opale. 〽 Lorsque ces opalescentes sont visibles sur les bords incisifs d’émail naturel, on parle alors d’«effet opale ». Au tiers incisif: - Email est très épais ➡ Effet d’opalescence: Couleur Bleutée en lumière réfléchie Couleur Jaune/orangée en lumière transmise. Une classification (L. VANINI) permet de simplifier la reconnaissance de cette zone et sa reproduction La classification de VANINI est la suivante : 6 Type 1: Mamelons à 2 sillons Type 2: Mamelons à 3 ou 4 sillons Type 3: sans distinction marquée, effet de peigne Type 4: Sillon dense créant une sorte de fenêtre au bord libre Type 5: Le halo du café chez les personnes âgées et sur les dents dont la dentine est sclérosée, avec un émail et une dentine infiltrés
  • 7. MDV Ralph Boutros 4. Les pigmentations blanches Sur l’émail des dents naturelles, on peut observer la présence de piquetés de forte intensité, opaques, ressemblant à des “Tâches laiteuses” = Zones d’Hypo-minéralisation de l'émail. Ces pigmentations, aussi appelées Intensifs, sont caractérisées par des points, des lignes ou des taches. Il existe donc une classification selon leurs formes: 7 Cette étape particulièrement importante va permettre d’utiliser des teintes peu fréquentes: ➡ Ambre et Bleu. Type 1: Tâche isolée Type 2: Tâches plus petites et plus denses Type 3: Flocons de neiges occupant toute la couronne Type 4: Bandes horizontales
  • 8. MDV Ralph Boutros 5. Les caractérisations La carte chromatique s’achève avec les caractérisations qui se trouvent soit dans l’émail, soit dans la dentine. Elles peuvent êtres divisées en cinq types: 8 Type 1: Bord libre en mamelons + zone blanche qui rehausse la luminosité de la dent Type 2: Bande blanche interne qui rehausse la luminosité et qui est: - horizontale sur la face vestibulaire - verticale sur les faces proximales Type 3: Bord libre présentant une bande blanche marquée Type 4: Tâches ambrées ou marrons sur le bord libre Type 5: Fêlures ou fentes brunes et blanches dans la profondeur de l’émail
  • 9. MDV Ralph Boutros II. Les restauration Antérieur en composite 〽 Bi-dimensionelle: Mur opaque-corps Amélo-dentinaire-incisal Ce concept est base sur une reconstruction monochromatique qui a la capacité de se mélanger avec les structures environnantes (effet caméléon) en raison de la transparence des matériaux Finition des bords en biseau: 2 mm vestibulaire et concave lingual Concept modern à trois couches: Reconstruction Tridimensionnelle 1. Email Palatin 2. Dentine Masses d’effet 3. Email vestibulaire Base sur l’application de trois couche basiques qui répliquent de manière fidèle les propriétés et la situation des tissus naturels. Lorenzo Vanini décrit en 1996 une technique de stratification anatomique: # Utilisation de deux masses : ➡ Une dentinaire ➡ Une avec les caractéristiques de l’émail. 〽 Elle est fondée sur le principe de reproduction des qualités optiques des différents composants de la dent : l’émail et la dentine. Les objectifs sont : ➰ Dégrader la couleur de la base de la dent au bord incisif et de la face palatine à la face vestibulaire de façon harmonieuse ➰ Obtenir une pénétration de la lumière pour donner un effet tridimensionnel à la restauration ➰ Créer un contraste entre le corps dentinaire et le bord libre 9
  • 10. MDV Ralph Boutros • Les 4 étapes importantes lors de l’élaboration d’une restauration en résine composite au niveau antérieur: Le Système Enamel Plus HRI de Micerium 1. Détermination de la couleur et le remplissage de la carte chromatique 〽 La 1ère dimension à considérer est la chromaticité de base (Teinte – Saturation) qui dépend essentiellement des masses dentinaires. Sur la carte, on la note BC = Chromaticité de base. # Elle dérive de la valeur moyenne de la teinte de la dentine: 
 - Enregistrée près de la jonction tiers médian/tiers cervical de la dent, à l’aide d’un teintier fabriqué avec le même composite que celui qui sera utilisé pour la stratification. La teinte de base dépend généralement de l’âge du patient. ➡ Patient Jeune: Teinte peu saturée (1 à 2) ➡ Patient Adulte: Teinte plus saturée (2 à 3) ➡ Patient Agés: Et encore plus saturée (3 à 4). Le système Vita® distingue 4 teintes différentes qui sont les séries des teintes A, B, C et D. Partant de l’hypothèse que la teinte A est la teinte la plus communément observée au niveau des dents naturelles, ont été mis au point des teintes dentines universelles ➡ (UD) disponibles en 7 intensités (1, 2, 3, 3.5, 4, 5, 6). 10
  • 11. MDV Ralph Boutros 〽 La 2ème dimension à considérer est la « luminosité » qui détermine le degré de blancheur des dents. La luminosité peut être nulle (le noir) ou maximale (le blanc), elle dépend de: ➰ Epaisseur de l’émail ➰ Degré de minéralisation ➰ Contenu en eau. On distinguons 3 types d’émail (enfants, adultes et patients âgés) avec une décroissance en ce qui concerne l’épaisseur et la luminosité de l’émail: ➡ Luminosité forte (UE3) ➡ Moyenne (UE2) ➡ Faible (UE1). Ces trois valeurs sont marquées sur la carte chromatique 〽 La troisième dimension à déterminer est représentée par les « intensifs », les pigmentations blanches qui peuvent être classés en 4 catégories. Les Intensifs sont plus fréquents chez les biotypes jeunes et correspondent à des zones d’Hypo- mineralisation de l’émail Les masses correspondantes sont les intensifs: ➡ Blanc IW (blanc froid) ➡ Milky IM (blanc chaud). 〽 La quatrième dimension à considérer est « l’opalescence » de la dent. Les chiffres 1, 2, 3, 4, 5 se réfèrent aux différentes formes de la zone opalescente. Les masses opalescentes de composite en rapport avec ces tonalités sont: ➡ OB (opalescent Bleu) ➡ OA (opalescent Ambre). Elles sont confinées au niveau du tiers incisif: au niveau Inter-dentaire, et du bord libre. 〽 La cinquième dimension est la « caractérisation ». 
 La dentine et l’émail doivent être réalisés avec des teintes allant du blanc à l’ambre et du jaune au marron. Les masses de composite pour la reproduction de ces caractérisations sont: ➡ IW(blanc froid) ➡ IM (blanc chaud) ➡ OA (ambre) ➡ SW (intensif blanc) ➡ SY (intensif jaune) ➡ SB (intensif marron). 11
  • 12. MDV Ralph Boutros 2. Préparation de la dent Pour les composites micro- chargés qui sont très élastiques (module de Young de 4 GPa), des biseaux longs ont été utilisés pour des raisons esthétiques. Ces préparations sont inappropriées pour les composites micro-hybrides, plus rigides (module de Young de 15 GPa) car les limites des restaurations, très fines, risquent de se fracturer. # Sur les classes 3: Réaliser un chanfrein si on a de l’émail et de la dentine. 
 Réaliser une préparation à 90° pour régulariser si l’émail n’est pas soutenu. # Sur les classes 5 (partie amélaire + radiculaire): Réaliser un chanfrein sur la partie amélaire, mais rien en radiculaire. Garder au maximum l’émail car l’adhésion y est meilleure. # Sur les classes 4: La préparation idéale combinant le rendu esthétique et les exigences mécaniques est un chanfrein vestibulaire et une finition droite à 90° en palatin et proximale. 3. La technique de stratification ➿ La technique en un seul temps, utilisée lorsqu'il s'agit de restaurations: ➡ Petites tailles ➡ Complètement entourées par de l'émail ➡ A distance de la JAC. ➿ La technique par incréments successifs ➡ Reconstitution Bi-laminaire (2 couches) ➡ Reconstitution Tri-dimensionelle (3 couches): - A mono-masse dentinaire = la stratification simplifiée - A plusieurs masses dentinaires (la stratification anatomique) 12 Email Palatin Email VestibulaireDentine Email Palatin Masse Dentinaire à saturation décroissante Masse D’Effet Email Vestibulaire
  • 13. MDV Ralph Boutros 4. Réalisation d’un guide palatin Pour les restaurations de classe IV il est conseillé d’utiliser un guide en silicone pour assurer la bonne position du mur palatin d’émail. Il existe deux façons d’obtenir un guide par: ➡ Wax up direct ou indirect. Il faut vérifier la stabilité du guide et son adaptation, il ne doit pas y avoir de retour vestibulaire Protocole du collage 1. Réalisation de la face palatine Le praticien place une faible quantité de composite dans le guide. Le composite: # Doit être étaler à la spatule afin d’obtenir une épaisseur fine : 0,5 mm et régulière. # Ne doit pas dépasser au niveau du bord libre et au niveau proximale. # Le guide est ensuite placé en bouche et son adaptation vérifiée # Photo-Polymérisée pendant 20 secondes puis le guide est retiré et l’opération réitérée, les manques éventuels sont comblés 2. Réalisation des faces proximales Le praticien met en place la matrice et le coin. La matrice sert de Guide proximale, les faces sont réalisées successivement: # Faible quantité de composite est placée côté palatin puis modelée avec une spatule contre la matrice en fine couche # Photo-Polymérisée pendant 20 secondes 13 ( )
  • 14. MDV Ralph Boutros 3. Réalisation du noyau dentinaire Selon Lorenzo Vanini, chaque dent présente un “dégradé de chromaticité” elle est: # Niveau Cervical = Importante # Niveau Médian = Moyenne # Niveau Incisale = Faible Lors de la mise en place des masses dentines il faut donc réaliser une dé-Saturation: # De Palatin à Vestibulaire # De Cervical à Incisale. Il ne faut pas oublier que la couche d’émail palatine diminue fortement la teinte de la dentine. Afin de compenser ceci la première couche de dentine doit avoir une teinte supérieure à celle de la couleur générale de la dent. On distingue ainsi 3 situations en fonction de l’importance de la perte de substance: 1) Perte de substance importante Il est alors nécessaire d’associer 3 couches de dentine 2) Perte de substance moyenne Le praticien peut associer 2 couches de masse dentine 3) Faible perte de substance Une couche dentine peut suffire 14 ⚠ ⚠
  • 15. MDV Ralph Boutros # La masse dentine avec la plus haute chromaticité (UD4 dans notre exemple) est appliquée: ➡ Au niveau cervical # Puis elle sera recouverte par la deuxième couche dentine (ici, UD3) qui s’étendra: ➡ Cervicalement sur le chanfrein amélaire vestibulaire ➡ Sera plus déployé en direction incisale # Enfin, la deuxième couche est complètement recouverte d’une couche de masse dentine correspondant à la chromaticité de base de la dent (UD2 dans notre cas). Cette dernière sera également placée sur: ➡ Chanfrein ➡ Zone incisale pour être modelée en vue de la formation des mamelons dentinaires. 4. Réalisation du bord incisal Dans la stratification anatomique de Lorenzo Vanini il existe aussi une couche intermédiaire entre la masse dentine et la masse émail. Elle est représentée par les: ➡ Opalescents ➡ Intensifs ➡ Caractérisations. Le halo incisal opalescent: # Composite bleu est placé en faible quantité entre les lobes dentinaires et au niveau incisale. # Photo-Polymérisée pendant 20 secondes 5. Réalisation des caractérisations La masse opalescente précède la mise en place des intensifs ce qui permet de les stratifier sur une surface plate qui donne de meilleurs résultats. Les intensifs sont placés: # En très faible quantité avec un contour irrégulier # Photo-Polymérisée pendant 20 secondes Il est important de les placer avant la dernière couche d’émail afin de les rendre plus diffus et moins intense. 15
  • 16. MDV Ralph Boutros 6. Réalisation de l’émail vestibulaire # Placer une fine couche de composite # Adapter au niveau des limites # « Tirer » le composite en direction du bord libre. ✨ Vanini préconise une épaisseur maximale de 0,4 mm pour cette dernière couche de composite afin d’éviter un aspect vitreux du joint composite dent. La couche amélaire vestibulaire: ➡ Mince dans la région cervicale ➡ S’épaissit vers le bord incisif ➡ Constitue ainsi le contour vertical naturel, à l’origine de la forme de la dent naturelle. # Une fois la dernière couche d’émail polymérisée, il est conseillé de: - Recouvrir la surface de la restauration d’une couche de gel de glycérine - Effectuer un cycle supplémentaire de photo-polymérisation 7. Finition 〽 La finition définit la forme, la dimension et le contour de la restauration. L’anatomie générale de la dent est contrôlée par l’usage de disques de grains de plus en plus fins. Pour les zones inter proximales des strips abrasifs peuvent être utilisés (f) 〽 La macro géographie représente la forme finale de la dent. Elle correspond aux: ➡ Sillons des lobes des dents ➡ Concavités ➡ Convexités ➡ Dépressions de surface ➡ Lignes de transition. # La macro géographie est réalisée à l’aide de: Fraise flamme bague rouge. # Ensuite, on utilisera une cupule de silicone qui permet, grâce à sa faible abrasivité, de lisser la surface sans effacer ce qui vient d’être dessiné. 16
  • 17. MDV Ralph Boutros 〽 Dans un troisième temps, la micromorphologie de la restauration est réalisée, il s’agit de la texture de surface du composite. Elle correspond aux: ➡ Lignes horizontales ➡ Lignes verticales ➡ Fêlures ➡ Zones de déminéralisation # Fraise diamantée de granulométrie correspondante au relief à recréer ➡ Mouvement horizontal à vitesse lente ➡ Stries de surface réalisées afin d’obtenir une surface dentaire non uniforme, c’est à dire avec des surfaces: - plates et brillantes - mates et rugueuses. 8. Polissage et lustrage Durant cette phase, on doit veiller à ne pas détruire la micro géographie de la dent ou d’aboutir à une surface plane. Le meilleur instrument pour cela est: # Brossette utilisée avec des pâtes diamantées de: - 3 microns (Shiny A) - 1 micron (Shiny B). Pour le lustrage final de la restauration: # Pâte à base d’oxyde d’alumine (Shiny C) utilisée sur un feutre de polissage P.S: Instrument LM-ARTE (fortement conseillé) 17 ⚠ ⚠
  • 18. MDV Ralph Boutros • Du HFO® au HRI® : une révolution Cette technique en 3 couches décrites par Vanini a été initialement réalisée avec de l’émail HFO®. # L’émail HFO® présente néanmoins un inconvénient: Indice de réfraction = 1.5 tandis que celui de l’émail naturel = 1.62 (l’indice de réfraction est la déviation que subit le rayon lumineux qui traverse un corps). Cette différence d’indice de réfraction est responsable de l’aspect vitreux de la restauration et de la visibilité du joint dent/composite. Pour pallier à la différence d’indice de réfraction, le praticien devait diminuer l’épaisseur de la couche émail par rapport à celle de l’émail naturel. Après de nombreuses années de recherche une solution révolutionnaire a été trouvée : un nouveau composite faisant appel à la nanotechnologie qui a: # Le même indice de réfraction que l’émail naturel : Composite émail HRI®. La couche d’émail HRI® est alors équivalente à celle de l’émail naturel qu’il remplace = 0,6mm • La technique DIRECT La technique directe par stratification de la résine composite offre une multitude d’avantages: ➰ Solution la plus économe en tissus dentaires ➰ Une seule séance ➰ Egalement plus douces pour les dents antagonistes par rapport aux matériaux en céramique Limites de la restauration directe: ➰ Fermeture de plusieurs diastèmes ➰ Perte de substance étendue, où une grande quantité d’émail est absente Les propriétés mécaniques de la résine composite sont trop faibles pour restituer la rigidité de la couronne dentaire ➰ Variations dimensionnelles d'origine thermique des composites ainsi que leur absorption hydrique secondaire qui les rend plus vulnérables dans le temps ➰ Dépôt de plaque légèrement plus important sur les résines composites comparé aux solutions en céramiques. De plus, la couleur des résines composites n’est pas inerte et stable comme pour les céramiques ; # Dépend beaucoup de la qualité des finitions et du polissage. ➰ Forces engendrées par des Para-fonctions incontrôlées des patients comme le bruxisme, ou encore les classes III d’Angle en bout à bout peuvent compromettre la pérennité des restaurations composites 18 ⚠ ⚠ * +