SlideShare une entreprise Scribd logo
Choix et montage des dents
en prothèse partielle adjointe
Plan de travail
Introduction
1- Rappel sur la résorption osseuse
2- Définition du montage.
3- L’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire
4- Transfert sur articulateur semi adaptable
5- le problème du montage des dents
6- Choix des dents antérieures.
Plan de travail
8 - Choix des dents postérieures.
9 - Montage proprement dit des dents postérieures:
9-1- Règles du montage des dents postérieures.
9-2- Orientation des dents postérieures.
10- Essai fonctionnel du montage.
Conclusion.
7- Montage proprement dit des dents antérieures:
7-1- Orientation des dents antérieures.
7-2- Les problèmes rencontrés du montage des dents
antérieures.
Introduction
Les dents artificielles en prothèse partielle amovible
Mastication Phonation Déglutition
conditionnent :
la réussite finale du
traitement
la bonne
intégration du
traitement
Leurs rôle est non
seulement esthétique mais
aussi fonctionnel :
le rapport inter-maxillo-mandibulaire est profondément modifié, parfois inversé,
du fait de la perte de l’organe dentaire et de la résorption osseuse qui s’ensuit.
La résorption osseuse se caractérise par une perte de la hauteur des procès
alvéolaires consécutives à la disparition des organes dentaires, cette disparition
s'accompagne d'une perte d'os marginale et d'une réparation osseuse centrale.
L’alvéole se comble d'os spongieux surmonte d'une couche d'os cortical, il contribue à
former les crêtes alvéolaires résiduelles caractérisées par une diminution de la
hauteur, et par le fait d'une variation de la largeur vestibulo linguale par modification
de forme et de volume de l'os alvéolaire marginal.
La résorption osseuse
- Au maxillaire,
du fait de l'implantation oblique des dents dans les régions antérieure et latérales,
l'arc maxillaire se trouve réduit dans toutes ses dimensions.
La concavité de la voûte palatine tend à s'affaisser. La résorption est centripète.
- A la mandibule,
la résorption est centrifuge. L'arc mandibulaire s'élargit en particulier dans la
région molaire. Ceci est lié à l'inclinaison des molaires ; la perte de hauteur des
crêtes résiduelles accentue l'augmentation des diamètres transversaux.
Au niveau antérieur; la résorption dépend de l’inclinaison du bloc incisivo-canin , elle
est soit centrifuge et on constate un élargissement de la région antérieure soit elle
est centripète , et on a un rétrécissement de cet espace.
La résorption osseuse
Pour simplifier ces descriptions Atwood (1965) a proposé une classification définissant 6
groupes, selon l'importance de la résorption de l'arcade mandibulaire,
Phase I avant l'extraction.
Phase II après l'extraction.
Phase III crête haute arrondie.
Phase IV crête en lame de couteau.
Phase V crête basse arrondie.
Phase VI crête déprimée.
La résorption osseuse
Le taux moyen de résorption des crêtes édentées dans le temps par rapport à la
résorption totale. (D'après Watt et Mc Cregor) :
La résorption osseuse
Définition du montage
• C’est une phase de travail de laboratoire.
• Consiste à rétablir des maquettes en cire portant des dents
artificielles préfigurant la future prothèse terminée.
• Il doit permettre:
- l'élocution,
- la mastication,
- la stabilité prothétique,
- le rétablissement de l'esthétique.
L’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire
C’est une étape qui intervient à deux stades de traitement :
Lors de l’étude des moulages sur articulateur et lors du transfert des
informations cliniques au laboratoire de prothèse.
Le but d’un enregistrement fiable du rapport M-M est de :
pouvoir concevoir un projet prothétique à partir d’une simulation
rigoureuse de situation clinique et de majorer ensuite la précision des
étapes de réalisation prothétique au laboratoire.
l’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire
Le rapport mandibulo-maxillaire doit être :
fiable et reproductible;
ne doit pas affectée par les différents actes cliniques ou de
laboratoire. Stable.
Seules deux situations permettent de répondre à ces
exigences :
Une position donnée par les dents (OIM);
Une position donnée par l’ATM (RC).
• La référence cuspidienne (ICM) est choisie lorsque :
- La DVO du patient est correcte;
- Les contacts dentaires permettent le centrage-calage de la mandibule;
- Le guidage antérieur est efficace;
- En cas d’absence de décalage entre ORC et OIM.
• La référence condylienne (RC) est choisie lorsque :
- La DVO est non définie ou erronée ;
- Les contacts dentaires ne permettent pas le centrage-calage de la mandibule ;
- Le guidage antérieur doit être restauré ;
- Il y a un décalage latéral visible entre ORC et OIM.
l’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire
Transfert sur articulateur semi adaptable
Après avoir localisé l’axe charnière (soit arbitrairement, soit graphiquement),
On passe au transfert de l’arc faciale et du modèle supérieure sur l’articulateur.
Le modèle inférieur sera transférer sur articulateur, selon la relation intermaxillaire
choisie.
Les trajectoires condyliennes du patient seront enregistrées en bouche puis
transférées sur articulateur.
A ce moment l’articulateur peut effectuer des mouvements de latéralités et de
propulsions similaires à celui du patient.
Les problèmes du montage
Dans la très majorité des cas le montage des dents artificielles
d’une prothèse adjointe partielle ne présente pas des difficultés
particulières ;
suivant le type d’édentement ils sont :
• de type denture naturelle dans les édentements intercalées .
• Il n’y a que dans les cas du CL I supérieure opposée à des dents
naturelles, ou à une CL I inferieure; et ceux de CL I inférieure
opposée à une prothèse totale sup que l’on recherche des contacts
Non Travaillants.
Les problèmes du montage
Le principal problème qui doit être résolu de cas en cas est celui du
choix entre dents en porcelaine ou dents en résine.
Ce choix est déterminé par les propriétés mécaniques de ces deux types
de matériau.
1 - La céramique est un matériau dur qui s’use très difficilement en
bouche. Elle a un module d’élasticité élevé ; sa résistance à la
compression est bonne mais elle résiste mal aux forces de traction
d’où les risques de fracture que son utilisation comporte.
Les problèmes du montage
2 - La dureté de la résine est faible ; ce matériau s’use assez
facilement sous l’effet de la mastication des aliments surtout de
ceux qui sont secs et abrasifs. Son module d’élasticité est faible ; la
résine a une bonne résistance à la compression ainsi qu’aux forces
de traction, les risques de fracture inhérent à son emploi sont
faible.
Les problèmes du montage
Selon Craig; le choix entre dents en résine et dents en céramique dépend des
conditions d’utilisation.
En général : 1- les dents en résine sont indiquées dans les zones soumises à des
faibles contraintes, en face des dents naturelles ; chez des patients
avec une crête faiblement marquée, et lorsque la dimension
verticale est limitée.
2- les dents en céramique par contre sont fréquemment utilisées
chez des patients ayant une crête bien marquée et une distance
verticale suffisante, et dans le cas où l’on a une prothèse sup
opposée à une prothèse inf.
Selon le tableau proposé par Farrell, on trouve :
Propriété Dents en porcelaine Dents en résine
Apparence -Peut être parfaite
-Pas de changement de teinte
-Pas de coloration en profondeur à
moins que le glaçage ait été éliminé
-Pas de changement de forme sous
l’effet d’un vigoureux brossage
-Pas de craqueleures
-peut être parfaite
-blanchiment ou assombrissement
occasionnel
-pas de coloration en profondeur à
moins qu’il y ait des porosités
-abrasion et perte de forme sous
l’effet d’un vigoureux brossage
-peut se craqueler
Dureté -très dure (plus dur que l’émail)
-ne s’use pas de façon visible à
l’usage
-une certaine aptitude à l’usure
occlusale est souhaitable pour
les dents artificielles
-la porcelaine peut ne pas
s’user suffisamment
-moins dure que l’émail
-peut s’user à l’usage,
particulièrement si les forces de
mastication sont élevée
-une certaine aptitude à l’usure
occlusale est souhaitable pour
les dents artificielles
-la résine synthétique peut
s’user trop
Facilité d’ajustement Très difficile à polir après
meulage
Facile à meuler et à polir
Résistance Fragile. Peut se fracturer Non fragile
Liaison avec la résine de la selle Seulement mécanique Chimique (pour autant que
toute trace de cire ait été
éliminée)
Bruit Peut cliqueter lors des contacts Aucun bruit
Poids Densité : 2.4 g/cc Densité : 1.2 g/cc
L’usure est en rapport avec :
- La dureté (H).
- Le module d’élasticité (E).
Elles sont reliées entre elles dans le critère d’Oberlé :
K= H/E = La dureté/ Le module d’élasticité.
Plus de K est élevé, plus le matériau résiste à l’usure.
Remarque
En PPA, de nombreux facteurs sont à prendre en considération afin d’envisager cette
forme de réhabilitation dans un souci d’esthétique.
Ainsi, lorsque la réhabilitation intéresse le sourire et les dents antérieures, il faut
prendre en compte :
Choix des dents antérieures
– le choix du matériau ;
– leur forme ;
– leur dimension ;
– leur teinte ;
– la position et la finition de la fausse gencive.
Le choix des dents antérieures est effectué par le praticien en présence du patient.
Le principe est simple : « offrir au patient ce qu'il désire ».
il se fait en fonction des dents restantes, sinon on le fera comme pour une prothèse
totale.
Il convient de choisir successivement :
Choix des dents antérieures
A- Le matériau :
Deux familles de matériaux :
- une de nature organique, dérivés de matériaux polymériques (résine acrylique et
résine composite),
- l’autre de nature minérale, les dents en céramique.
Choix des dents antérieures
B- La forme des dents :
-l'élément le plus influent sur le rétablissement de l'esthétique.
-Elle concerne essentiellement le contour de la face vestibulaire et les profils verticaux et
sagittaux des dents antérieures.
- Dans la mesure où des documents existent, tels: les dents restantes, des anciens
modèles d'étude, des dents extraites conservées, des photographies, le choix est
relativement facile, mais, en leur absence, le choix est plus délicat.
- Dans les classe IV étendue, le choix doit obéir aux règles appliquées en prothèse
totale ; commençant en premier lieu par le choix de l’incisive centrale, qui est la
première dent visible, elle constitue la dent clé d’une restauration prothétique, ainsi
que la latérale et la canine en dernier.
Choix des dents antérieures
La forme des dents est liée à la résultante des facteurs suivants :
-la morphologie du visage : la proposition la plus ancienne (une similitude entre la
forme du visage et celle de l'incisive centrale) : avec 2 règles mises tangentiellement
aux procès zygomatiques et aux rebords basilaires de la mandibule, on choisira la
forme de l’incisive centrale en fonction du type obtenue :
type carré, type ovoïde, type triangulaire et type mixte.
- Contours des parties molles : la dent est choisie en fonction de la forme du nez, le
front et les joues.
- Sexe : les formes féminines sont douces et arrondies ; alors que les formes
masculines sont rigides et robustes (inspiré de Frush et Fisher).
Choix des dents antérieures
Évaluation de la forme générale de l'incisive centrale par
rapport à la forme du visage :
1) carré ; 2) carré à modification ovoïde ; 3) triangulaire ;
4) ovoïde.
Triade de Nelson ou harmonie nécessaire entre la forme de l'arcade,
la forme de l'incisive centrale et le contour du visage du patient.
- L’age : plus le patient est âgé plus la dent est trapue avec un bord libre épais
(abrasé). Lorsqu’ils existent, les points de contact sont plus importants. Ils prennent
souvent l’allure de surface de contact. La notion de sexe s’estompe, la femme tend
à se viriliser, l’homme à s’adoucir.
- Personnalité du patient : Frush et Fisher classent les personnalités en trois
groupes :
Choix des dents antérieures
- les vigoureux aux incisives centrales très apparentes, d’allure robuste et
primitive, évoquant le taureau ;
- les délicats avec des incisives centrales frêles ; fragiles et effacées ;
- les intermédiaires constituant la majorité, avec des dents agréables, modérément
robustes, saines et avenante.
Choix des dents antérieures
- Le profil :
les profils verticaux et horizontaux des faces vestibulaires des dents prothétiques
doivent être en harmonie avec les profils du visage du patient ex :
• profil rectiligne, les dents seront plates
• profil convexe les dents seront bombées.
À cette notion s'ajoute l'influence de la réflexion et de la déflexion de la lumière qui,
de manière indirecte, change la forme de la dent.
Les surfaces planes « allongent » la dent alors que les surfaces convexes « réduisent»
sa longueur
Choix des dents antérieures
CONVEXE PLAT
Guide de Lombardi pour le choix de la forme
l’incisive centrale
C- La teinte :
Elle est évidente lorsqu’une ou plusieurs dents antérieures persistent, si l’édentation
est plus étendue, la 1ere PM sert de référence (sa teinte est généralement identique
à celle de l’incisive centrale).
En l’absence de toute référence, d’autres facteurs orientent notre choix :
- l’âge :
il détermine le degré de brillance, de translucidité, de saturation de la teinte.
Plus le patient est âgé, plus la dent est jaune, saturée, moins brillante, moins
translucide en harmonie avec la pigmentation des téguments.
Choix des dents antérieures
- le sexe :
les dents sont en générale plus claires chez les femmes que chez les hommes.
- La personnalité : plus le sujet est délicat, plus la teinte est claire, plus le sujet est
vigoureux, plus elle est saturée et pigmentée.
- Les caractères ethniques : les dents sont plus claires chez les occidentaux que
chez les orientaux, elles sont plus foncées chez les africains ou chez les indiens.
- Couleur de la peau : pour une peau claire, on choisira des dents blanches ou
grises, et pour une peau mate, on choisira des dents jaunes.
- Le type constitutionnel : De Nevrézé rappelle la fréquence des dents blanches
chez le carbonique, des dents jaunes chez le phosphorique, des dents grises chez le
fluorique.
Choix des dents antérieures
D- Choix de la dimension :
• La hauteur : La hauteur des dents antérieures est déterminé en fonction de :
-La DV
-La position du bord libre des dents par apport à la lèvre correspondante.
-La ligne de sourire : au moment du sourire, les collets des dents antéro-superieur
doivent effleurer le bord inferieur de la lèvre sup.
Choix des dents antérieures
• La largeur :
1- Dent antéro-supérieure:
De nombreux auteurs ont énoncé des formules mathématiques liant des repères
faciaux à la largeur de l'incisive centrale ou du bloc incisivo-canin.
Il est classique de mesurer l'arc antérieur sur une maquette d'occlusion supérieure,
réglée dans le sens antéropostérieur et en hauteur, selon des critères esthétiques
(soutien harmonieux de la lèvre supérieure) et phonétiques (prononciation des
phonèmes F et V avec appui du bord antéro-inférieur sur la lèvre inférieure dans la
zone de transition entre la partie sèche et la partie humide).
Choix des dents antérieures
On note l'emplacement du point interincisif, et de la face distale de chaque canine
dont la position peut être estimée par différentes méthodes :
On en déduit la place des faces distales et à l'aide d'une règle flexible, on mesure
l'arc antérieur, délimité sur le bourrelet. Cette mesure est en général comprise entre
44 et 52 mm avec une moyenne de 48 mm.
Choix des dents antérieures
Par exemple, sa pointe est, de face à l'aplomb du bord externe de l'aile du nez, de profil dans
le plan de Simon(plan vertical frontal passant par les points sous orbitaires).
marques sur le bourrelet
B
D
A= D + 7mm
2- Dents antéro-inférieures:
En principe leur largeur globale représente les quatre cinquièmes (4/5) de celle des
supérieures, et il existe dans chaque fabrication des tableaux de correspondance
entre les références du haut et celles du bas.
Choix des dents antérieures
• 1- Principes du montage des dents antérieures:
Les critères esthétiques prédominent le montage des dents maxillaires antérieures qui
doivent soutenir la lèvre sup. et puisque la résorption maxillaire se fait en arrière,
alors les dents antérieures ne sont pas forcément montées sur la crête.
Pour les dents antéro inférieures, elles devront être montées dans l'aire de
sustentation antérieures d'ACKERMAN qui est l'espace délimité par le sommet de la
crête antérieures et le versant vestibulaire de cette crête.
Les grands principes du montage des dents antérieures seront rappelés :
Montage proprement dit des dents antérieures
Aire d’Ackermann
Sommet crête
Pied crête
A- Dans le plan horizontal :
le bord libre et la face vestibulaire doivent s'inscrire exactement dans le contour du
bourrelet d'occlusion qui a été modelé en vue de rétablir un support harmonieux de
la lèvre supérieure.
Rappelons que les deux incisives centrales seront montées de part et d'autre de la
ligne médiane et que leurs faces vestibulaires doivent être distantes de 7 mm du
centre de la papille incisive.
Montage proprement dit des dents antérieures
Position des incisives et canines par rapport à la papille incisive et
aux grandes papilles palatines.
B- Dans le plan frontal:
la position du bord libre des dents devra respecter le niveau du plan d'orientation
prothétique établi au fauteuil.
Avant que les dents ne soient fixées sur la cire, il convient d'en abraser le bord libre
en fonction de l'âge du patient.
Les deux incisives centrales sont placées de part et d'autre de la ligne médiane
gravée sur la maquette. Leur bord libre affleure le plan d'occlusion.
Montage proprement dit des dents antérieures
Le bord libre des incisives centrales supérieures doit respecter
l’orientation de la lèvre supérieure, de la lèvre inférieure et les
caractères somatiques du patient.
C- Dans le plan sagittal:
il conviendra de reproduire l'orientation du bourrelet ayant effacé les rides en
fonction de l'âge du patient, replacé les orbiculaires et les six paires de muscles
solidaires de ce dernier dans la position la plus vraisemblable.
2-L'orientation des dents prothétiques antérieures :
Elle est résumée dans tableau suivant :
Montage proprement dit des dents antérieures
orientation des dents antérieures supérieures
orientation des dents antérieures inférieures
3-Les problèmes rencontrés lors du montage des dents antérieures
-1/ l’espace disponible ne correspond pas à la somme des diamètres mésio-distaux
des dents sélectionnées :
a/ Si l’espace prothétique est plus grand : il convient de ménager des diastèmes
b/ Si l’espace prothétique est plus petit : trois solutions seront envisageables:
b-1- Traitement orthodontique (prévue lors de l’étude pré prothétique)
b-2- Coronoplastie proximales des dents bordant l’édentements lors de l’étude prè-
prothetique en tenant compte de l’axe d’insertion choisi.
B-3-L’animation du montage par un léger chevauchement des dents prothétique.
Parfois on opte pour la réduction du nombre des dents à remplacer
Montage proprement dit des dents antérieures
- 2/ Une hauteur réduite :
Dans le cas par exemple ou la DVO est correcte et l’espace entre la crête antéro
supérieure et le bord libre des incisives et canines inferieures est réduit les
solutions seront :
Montage proprement dit des dents antérieures
Montage proprement dit des dents antérieures
b/ Les « contre-plaques » sont alors possibles : le métal du châssis se prolonge pour
constituer les faces palatines des dents prothétiques, sur lesquelles des facettes
vestibulaires en matériau cosmétique sont élaborées sur ces contre plaques.
Néanmoins ces contres plaque présentent un inconvénient esthétique et des
difficultés pour le réglage du guide ant.
a/ Coronoplastie des incisives et Canine inférieures et un remodelage
chirurgical de la crête maxillaire mais ils sont souvent insuffisants pour
augmenter l’espace verticale donc une fracture de la résine des selles est à
craindre.
Cas de selles encastrées : les dimensions sont choisies en fonction du volume
disponible en hauteur et dans le sens MD et VL.
Cas de selles en extension : afin que la pression sur la crête ne soit pas trop
importante et pour éviter tout basculement postérieur de la selle, les dimensions
des dents prothétiques sont réduites, c’est ce que schématise la formule 3HM
d'ACKERMANE:
Choix des dents postérieures
M : pression médiane. La résultante des forces de mastication doit s’exercer au
centre de la selle ; la partie distale de celle-ci ne supporte pas des dents, pour cela
on a :
-H : Hétéronombre. Le nombre des dents prothétiques est inférieur à celui des dents
à remplacer. La troisième molaire n’est pas remplacée, et une prémolaire
mandibulaire peut être supprimée (classe II d’Angle).
-H : Hétéromorphie.la forme des dents prothétiques n’est pas identique à celle des
dents absentes car les diamètres vestibulo lingual et mésiodistal sont
volontairement réduits.
Choix des dents postérieures
-H : Hétérotopie. La place des dents prothétiques n’est pas toujours la même que
celle des dents à remplacer. Ainsi, parfois, la deuxième molaire est remplacée par
une prémolaire pour permettre de réduire la pression sur la région postérieure.
Choix des dents postérieures
- Lorsque la relation centrée a été correctement enregistrée et transférée sur un
articulateur adaptable ou semi adaptable lorsque le sourire dento labial de notre
patient a été restauré, il reste encore à assurer une répartition harmonieuse,
statique et dynamique de la charge occlusale.
- Il est important de souligner que c'est à ce stade fondamental, du choix et du
montage des dents postérieures que l'équilibre et l'équilibration de la future
restauration prothétique doit se créer et qu'il doit obéir à un concept occlusal précis.
- Trois facteurs conditionnent le choix des dents postérieures :
Le matériau.
La teinte.
Les dimensions.
Choix des dents postérieures
• LE MATÉRIAU:
Les dents en résine acrylique ont été considérablement améliorées. Elles sont plus
résistantes et s'usent moins vite que celles proposées il y a seulement quelques
années.
Afin d'augmenter leur durée et préserver leur irrégularité, elles ne doivent pas être
meulées. Elles peuvent être opposées à des dents en céramique à condition que
celles-ci soient glacées au four ou repolies après meulage ou altération de leur
surface occlusale. Ces impératifs respectés, les dents postérieures en résine
acrylique sont indiquées :
Choix des dents postérieures
- Lorsque la hauteur réduite d'un espace inter-alvéolaire limité ne permet pas
l'utilisation de dents en céramique.
-Lorsque la valeur déficiente des tissus de revêtement de la surface d'appui ou de
son substratum osseux n'autorise pas à son niveau les chocs et les
micro-traumatismes inhérents aux dents en céramique.
-Lorsque les dents opposées sont recouvertes de coiffes en métaux précieux ne
résistant pas aux frictions des dents en céramique.
Choix des dents postérieures
• LA TEINTE:
La teinte des dents postérieures doit être en harmonie avec celle des dents
antérieures. D’une façon plus précise ;
- la première prémolaire rappelle l’incisive centrale. Elle est moins saturée que sa
voisine la canine.
- la teinte de la 2eme prémolaire peut être identique à celle de la première
prémolaire ou légèrement plus saturée.
- les molaires supérieures et inférieures sont moins apparentes et le choix de leur
teinte revêt moins d’importance.
Choix des dents postérieures
• LA DIMENSION :
Il est indispensable alors d'en déterminer les éléments suivants :
- La hauteur :
La hauteur de la face vestibulaire de la première prémolaire supérieure sera évaluée
en premier lieu. Celle-ci doit prolonger harmonieusement le bloc incisivo-canin. Elle
fait partie du sourire.
La hauteur des dents postérieures est repérée sur l'articulateur. Un espace inter-
alvéolaire important impose le choix, de dents hautes. Ces dernières contribuent à
réduire la masse de matériau de la base. Elles améliorent l'aspect esthétique du
sourire de certains édentés, lesquels en s'animant, découvrent la presque totalité de
Choix des dents postérieures
- La longueur mésio-distale de la face occlusale.
La longueur du bloc des dents postérieures doit être telle que la face distale de la
deuxième molaire n'empiète ni sur la papille rétro-molaire à la mandibule, ni sur la
tubérosité au maxillaire supérieur.
- La largeur vestibulo-linguale.
Elle est proportionnelle au relief de la crête inférieure ; une crête large peut
supporter des dents postérieures dont la surface occlusale est large. Une crête
étroite ou de valeur prothétique négative nous impose des dents de largeur réduite.
En aucun cas, l'arcade dentaire artificielle ne doit se projeter en dehors de la ligne
oblique interne.
Choix des dents postérieures
1- règles du montage des dents postérieures:
Quel que soit le schéma occlusal choisi, ce montage doit respecter les principes
suivants :
Aire de POUND: A la mandibule, les PM et M doivent être situées dans cette aire de
POUND qui est comprise entre la face mésiale de la canine et la face linguale du
trigone rétro-molaire d'une part et d'autre part entre la face distale de la canine
et la face vestibulaire du trigone rétro-molaire.
Montage proprement dit des dents postérieures
Aire de POUND
Aire
d’Ackermann
Aire de POUND
- Parfois il y a échec immédiat de la prothèse, car une position trop lingualée
des dents empiète sur l'espace nécessaire à la langue d’où une instabilité de la
prothèse, ainsi qu'une position trop vestibulée des dents provoque à la longue une
résorption osseuse.
- La symétrie: La stabilité de la prothèse dépend d'une répartition harmonieuse
des charges occlusales aussi bien en position centrée qu'excentrée, cette stabilité
nécessite une situation absolument symétrique des PM et M.
Montage proprement dit des dents postérieures
- les cuspides palatines superieures doivent se
stabiliser dans leurs zones de réception antagoniste
- les sillons inter-cuspidiens déterminent une droite
dans le plan sagittal
• Le plan d'occlusion : Il faut que le POP soit à mi-
distance inter alvéolaire.
Montage proprement dit des dents postérieures
2- L'orientation des dents postérieures :
L’objectif du montage est d’assurer des contacts simultanés, multiples et répartis sur
totalité de l’arcade.
• 1ère Prémolaire supérieure :
Sens Sagittal : elle est verticale et perpendiculaire au POP
Sens Horizontal : ses deux cuspides touchent le POP
• 2eme Prémolaire supérieure : même orientation que la 1ère Prémolaire
supérieure.
Montage proprement dit des dents postérieures
• 1ère Molaire supérieure :
Sens sagittal. : La face occlusale est inclinée en arrière et vers le haut en formant un
angle de 6° avec le POP
Sens horizontal : seule la cuspide mésio-palatine est en contact avec le POP
• 2eme Molaire supérieure :
Sens sagittal : La face occlusale est montée dans le prolongement de la face
occlusale de la 1ère Molaire supérieure.
Sens horizontal :.aucune cuspide n'entre en contact avec le POP mais la 1ere
cuspide mésio-palatine en est la plus proche.
Montage proprement dit des dents postérieures
orientation des dents postérieures
supérieures
• 1ère Molaire inférieure :
C'est la dent clé du montage, sa cuspide Mésio Vestibulaire entre en contact avec le
versant Mésial de la cuspide Mésio-vestibulaire de la 1ere Molaire supérieure et le
versant Distal de la cuspide Vestibulaire de la 2 éme Prémolaire supérieure.
• 2eme Molaire inférieure :
Elle est en contact avec la 2eme Molaire supérieure, inclinée de bas en haut et
d'arrière en avant et ne doit pas empiéter sur le trigone rétromolaire.
Montage proprement dit des dents postérieures
le surplomb entre la 1ère M sup. et la 1ère M inf. est de 1 mm.
• 2eme PM inf.
- son grand axe est perpendiculaire au POP, sa cuspide Vestibulaire est située entre
les cuspides Vestibulaires des deux Prémolaires supérieures.
• 1ère PM inf.
-dans le cas où l'espace restant sera suffisant pour cette dent, elle sera intercalée
entre la C et la 1ère PM sup.
- lorsque l'espace est insuffisant, cette dent sera supprimée.
Montage proprement dit des dents postérieures
• Une fois le montage réalisé on procède à l’essai en bouche ; Il est basé sur :
A- Le contrôle esthétique :
L'examen porte sur l'aspect général du montage des dents antérieures maxillaires et
mandibulaires. Les points suivants sont contrôlés :
• Dans le plan frontal
- Le respect du milieu et de l'orientation de l'axe inter-incisif, le soutien de la
lèvre,
l'organisation de la ligne du sourire.
- Au niveau de la mandibule, le contrôle porte sur la visibilité, l'orientation
horizontale des bords libres.
Essai du montage
• Dans le plan sagittal :
Les 2/3 inférieurs de la face vestibulaire des dents supérieures doivent soutenir la
lèvre sans la projeter trop en avant ni lui imposer une position trop postérieure, sans
provoquer de surépaisseur.
Au niveau de l'arcade mandibulaire, le soutien de la lèvre rétablit le sillon labio-
Mentonnier.
Essai du montage
• b- Le contrôle phonétique
-Prononciation des « f et v » : les bords libres des dents antéro supérieures entrent
très légèrement en contact avec la lèvre inférieure.
- Prononciation des « s » : l'espace entre les bords libres des antéro-supérieures et
inférieures est d'environ 1 mm. Les dents mandibulaires restant toujours en
arrière des dents maxillaires.
• c- contrôle de stabilité :
Aucun mouvement de bascule ne doit-être perçu lorsqu’on exerce une pression au
niveau des surfaces occlusales des dents prothétiques.
Essai du montage
• d- contrôle de l’occlusion :
- En ICM des contacts multiples doivent s’établir.
- En latéralité et en propulsion seuls les contacts dentaires recherchés sur
l’articulateur sont objectivés
- On doit retrouver les contacts dentaires suivant le concept occlusal choisi.
Essai du montage
Les dents artificielles doivent être choisies par le praticien lors des étapes finales de la
reconstruction prothétique.
Ce n’est en aucun cas une étape secondaire car elle conditionne la réussite immédiate
et à long terme de la prothèse.
Les critères de choix sont nombreux, matériau, taille, forme et teinte et font appel aux
connaissances et au sens artistique du praticien afin de rétablir les fonctions ; la
physiologie et l’esthétique ; avec une résistance mécanique permettant d’assurer
la pérennité de la prothèse dans un environnement buccal souvent agressif.
Conclusion
• [1]. P Le Bars ; Y Amouriq ; F Bodic ; B Giumelli. Réactions tissulaires au
port des appareils de prothèses dentaires amovible. Encyclopéd-Méd-Chir
23-325-P-10.
• [2]. Olivier Hue ; Marie-Violaine Bertertche. Prothèse complète : réalité
clinique solutions thérapeutiques. Paris. Quintessence International, 2004.
• [3]. Rèmi schoendorff ; Guillemette Orgiazzi ; Catherine Millet. Choix et
montage des dents en prothèse complète.
• [4].Jean-Noel Nally. La prothèse partielle amovible à châssis coulé:
principes et technique. 2ème édition.
• [5]. J. Lejoyeux. Restauration prothétique amovible de l’édentation
partielle. Paris. Maloine S. A. éditeur. Deuxième édition, 1980.
Bibliographie

Contenu connexe

Tendances

Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontique
Saoussene Hs
 
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Abdeldjalil Gadra
 
Resorption alveolaire et montage des dents en prothese totale
Resorption alveolaire et montage des dents en prothese totaleResorption alveolaire et montage des dents en prothese totale
Resorption alveolaire et montage des dents en prothese totaledrjamel
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
ChouroukOmari
 
La prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résineLa prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résine
Bougandoura Mehdi
 
Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète
Abdeldjalil Gadra
 
Activateur de classe ii
Activateur de classe iiActivateur de classe ii
Activateur de classe ii
mohammed sadek
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
Abdeldjalil Gadra
 
Technique Edgewise
Technique EdgewiseTechnique Edgewise
Technique Edgewise
Mede Space
 
Mise en moufle cuisson et finition
Mise en moufle cuisson et finitionMise en moufle cuisson et finition
Mise en moufle cuisson et finition
Abdeldjalil Gadra
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
Abdeldjalil Gadra
 
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Abdeldjalil Gadra
 
Articulateur
ArticulateurArticulateur
Articulateur
Abdeldjalil Gadra
 
Les concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparationLes concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparationAbdeldjalil Gadra
 
Traitement endodontique : cavité d’accès
Traitement endodontique : cavité d’accèsTraitement endodontique : cavité d’accès
Traitement endodontique : cavité d’accès
Oussama Dahili
 
La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale
Abdeldjalil Gadra
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
Abdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

Traitement endodontique
Traitement endodontiqueTraitement endodontique
Traitement endodontique
 
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
 
Le chassis metalique
Le chassis metalique   Le chassis metalique
Le chassis metalique
 
Resorption alveolaire et montage des dents en prothese totale
Resorption alveolaire et montage des dents en prothese totaleResorption alveolaire et montage des dents en prothese totale
Resorption alveolaire et montage des dents en prothese totale
 
Les empreintes en ppma
Les empreintes en ppmaLes empreintes en ppma
Les empreintes en ppma
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
 
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
 
La prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résineLa prothèse partielle en résine
La prothèse partielle en résine
 
Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète Équilibration en prothèse totale complète
Équilibration en prothèse totale complète
 
Activateur de classe ii
Activateur de classe iiActivateur de classe ii
Activateur de classe ii
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
 
Technique Edgewise
Technique EdgewiseTechnique Edgewise
Technique Edgewise
 
Mise en moufle cuisson et finition
Mise en moufle cuisson et finitionMise en moufle cuisson et finition
Mise en moufle cuisson et finition
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
 
Articulateur
ArticulateurArticulateur
Articulateur
 
Les concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparationLes concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparation
 
Traitement endodontique : cavité d’accès
Traitement endodontique : cavité d’accèsTraitement endodontique : cavité d’accès
Traitement endodontique : cavité d’accès
 
La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale La dimension verticale en prothèse totale
La dimension verticale en prothèse totale
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
 

Similaire à Montage des dents en ppma

Coiffe Pédodontique Préformée.
Coiffe Pédodontique Préformée.Coiffe Pédodontique Préformée.
Coiffe Pédodontique Préformée.
ADELLL
 
183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf
183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf
183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf
OLIVIER OUSSAMA SANDID 2010
 
Prothèse fixée : Le parallélisme et la rétention
Prothèse fixée : Le parallélisme et la rétentionProthèse fixée : Le parallélisme et la rétention
Prothèse fixée : Le parallélisme et la rétention
Souhail HAFIDI
 
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptxchirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
Ayoub163291
 
Orthodontie adulte
Orthodontie adulteOrthodontie adulte
Orthodontie adulte
Jean-Marc Retrouvey
 
223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf
223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf
223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf
OLIVIER OUSSAMA SANDID 2010
 
OR-EXTRACTIONS SERIEES (FILEminimizer).pptx
OR-EXTRACTIONS SERIEES  (FILEminimizer).pptxOR-EXTRACTIONS SERIEES  (FILEminimizer).pptx
OR-EXTRACTIONS SERIEES (FILEminimizer).pptx
OLIVIER OUSSAMA SANDID 2010
 
dépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdfdépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdf
simox05mh
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
Abdeldjalil Gadra
 
Les reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexesLes reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexes
ResidanatDentaire
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueADELLL
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalOral Surgeon
 
les minivis en odf
les minivis en odf les minivis en odf
les minivis en odf
obip06
 
184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...
184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...
184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...
OLIVIER OUSSAMA SANDID 2010
 
Forme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptx
Forme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptxForme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptx
Forme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptx
amineiguid
 
Cours prothèse dentaire bac professionnel
Cours prothèse dentaire bac professionnelCours prothèse dentaire bac professionnel
Cours prothèse dentaire bac professionnel
Formation prothèse dentaire
 
1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...
1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...
1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...
Dr Sylvain Chamberland
 

Similaire à Montage des dents en ppma (20)

Coiffe Pédodontique Préformée.
Coiffe Pédodontique Préformée.Coiffe Pédodontique Préformée.
Coiffe Pédodontique Préformée.
 
183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf
183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf
183-la provocation des séquences d'éruption-Guidance of eruption.pdf
 
Prothèse fixée : Le parallélisme et la rétention
Prothèse fixée : Le parallélisme et la rétentionProthèse fixée : Le parallélisme et la rétention
Prothèse fixée : Le parallélisme et la rétention
 
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptxchirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
 
Orthodontie adulte
Orthodontie adulteOrthodontie adulte
Orthodontie adulte
 
223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf
223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf
223-extractions en orthodontie - ectractions in orthodontics.pdf
 
OR-EXTRACTIONS SERIEES (FILEminimizer).pptx
OR-EXTRACTIONS SERIEES  (FILEminimizer).pptxOR-EXTRACTIONS SERIEES  (FILEminimizer).pptx
OR-EXTRACTIONS SERIEES (FILEminimizer).pptx
 
dépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdfdépose prothétique format étudiant.pdf
dépose prothétique format étudiant.pdf
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
 
Ppma et parodonte .
Ppma et parodonte .Ppma et parodonte .
Ppma et parodonte .
 
Oce2
Oce2Oce2
Oce2
 
Les reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexesLes reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexes
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontique
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
 
les minivis en odf
les minivis en odf les minivis en odf
les minivis en odf
 
184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...
184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...
184-dysharmomie demto maxillaire -DDM-dental crowding -orthodontics-orthodont...
 
Trt chirurgical
Trt chirurgical Trt chirurgical
Trt chirurgical
 
Forme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptx
Forme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptxForme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptx
Forme de préparations pour prothèse scellée et collée.pptx
 
Cours prothèse dentaire bac professionnel
Cours prothèse dentaire bac professionnelCours prothèse dentaire bac professionnel
Cours prothèse dentaire bac professionnel
 
1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...
1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...
1_Multisiciplinary treatment in orthodontics operative dentistry-endodontics_...
 

Plus de Abdeldjalil Gadra

3 classification des maladies parodontales
3   classification des maladies parodontales3   classification des maladies parodontales
3 classification des maladies parodontales
Abdeldjalil Gadra
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
Abdeldjalil Gadra
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
Abdeldjalil Gadra
 
Le diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basalesLe diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basales
Abdeldjalil Gadra
 
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Abdeldjalil Gadra
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
Abdeldjalil Gadra
 
Protections dentino pulpaires
Protections dentino pulpairesProtections dentino pulpaires
Protections dentino pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 

Plus de Abdeldjalil Gadra (20)

Asepsie
AsepsieAsepsie
Asepsie
 
6 la poche parodontale
6   la poche parodontale6   la poche parodontale
6 la poche parodontale
 
5 les parodontolyses
5   les parodontolyses5   les parodontolyses
5 les parodontolyses
 
3 classification des maladies parodontales
3   classification des maladies parodontales3   classification des maladies parodontales
3 classification des maladies parodontales
 
Terminologie en o
Terminologie en oTerminologie en o
Terminologie en o
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
 
Mesure de la d
Mesure de la dMesure de la d
Mesure de la d
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
 
L'examen clinique en odf
L'examen clinique en odfL'examen clinique en odf
L'examen clinique en odf
 
Le diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basalesLe diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basales
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
la Gencive
la Gencivela Gencive
la Gencive
 
Cours desmodonte
Cours desmodonteCours desmodonte
Cours desmodonte
 
Cours cement
Cours cementCours cement
Cours cement
 
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
 
Anatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaireAnatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaire
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
 
Protections dentino pulpaires
Protections dentino pulpairesProtections dentino pulpaires
Protections dentino pulpaires
 
Biofilm dentaire
Biofilm dentaireBiofilm dentaire
Biofilm dentaire
 
Anesthesie locale
Anesthesie locale Anesthesie locale
Anesthesie locale
 

Montage des dents en ppma

  • 1. Choix et montage des dents en prothèse partielle adjointe
  • 2. Plan de travail Introduction 1- Rappel sur la résorption osseuse 2- Définition du montage. 3- L’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire 4- Transfert sur articulateur semi adaptable 5- le problème du montage des dents 6- Choix des dents antérieures.
  • 3. Plan de travail 8 - Choix des dents postérieures. 9 - Montage proprement dit des dents postérieures: 9-1- Règles du montage des dents postérieures. 9-2- Orientation des dents postérieures. 10- Essai fonctionnel du montage. Conclusion. 7- Montage proprement dit des dents antérieures: 7-1- Orientation des dents antérieures. 7-2- Les problèmes rencontrés du montage des dents antérieures.
  • 4. Introduction Les dents artificielles en prothèse partielle amovible Mastication Phonation Déglutition conditionnent : la réussite finale du traitement la bonne intégration du traitement Leurs rôle est non seulement esthétique mais aussi fonctionnel :
  • 5. le rapport inter-maxillo-mandibulaire est profondément modifié, parfois inversé, du fait de la perte de l’organe dentaire et de la résorption osseuse qui s’ensuit. La résorption osseuse se caractérise par une perte de la hauteur des procès alvéolaires consécutives à la disparition des organes dentaires, cette disparition s'accompagne d'une perte d'os marginale et d'une réparation osseuse centrale. L’alvéole se comble d'os spongieux surmonte d'une couche d'os cortical, il contribue à former les crêtes alvéolaires résiduelles caractérisées par une diminution de la hauteur, et par le fait d'une variation de la largeur vestibulo linguale par modification de forme et de volume de l'os alvéolaire marginal. La résorption osseuse
  • 6. - Au maxillaire, du fait de l'implantation oblique des dents dans les régions antérieure et latérales, l'arc maxillaire se trouve réduit dans toutes ses dimensions. La concavité de la voûte palatine tend à s'affaisser. La résorption est centripète. - A la mandibule, la résorption est centrifuge. L'arc mandibulaire s'élargit en particulier dans la région molaire. Ceci est lié à l'inclinaison des molaires ; la perte de hauteur des crêtes résiduelles accentue l'augmentation des diamètres transversaux. Au niveau antérieur; la résorption dépend de l’inclinaison du bloc incisivo-canin , elle est soit centrifuge et on constate un élargissement de la région antérieure soit elle est centripète , et on a un rétrécissement de cet espace. La résorption osseuse
  • 7. Pour simplifier ces descriptions Atwood (1965) a proposé une classification définissant 6 groupes, selon l'importance de la résorption de l'arcade mandibulaire, Phase I avant l'extraction. Phase II après l'extraction. Phase III crête haute arrondie. Phase IV crête en lame de couteau. Phase V crête basse arrondie. Phase VI crête déprimée. La résorption osseuse
  • 8. Le taux moyen de résorption des crêtes édentées dans le temps par rapport à la résorption totale. (D'après Watt et Mc Cregor) : La résorption osseuse
  • 9. Définition du montage • C’est une phase de travail de laboratoire. • Consiste à rétablir des maquettes en cire portant des dents artificielles préfigurant la future prothèse terminée. • Il doit permettre: - l'élocution, - la mastication, - la stabilité prothétique, - le rétablissement de l'esthétique.
  • 10. L’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire C’est une étape qui intervient à deux stades de traitement : Lors de l’étude des moulages sur articulateur et lors du transfert des informations cliniques au laboratoire de prothèse. Le but d’un enregistrement fiable du rapport M-M est de : pouvoir concevoir un projet prothétique à partir d’une simulation rigoureuse de situation clinique et de majorer ensuite la précision des étapes de réalisation prothétique au laboratoire.
  • 11. l’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire Le rapport mandibulo-maxillaire doit être : fiable et reproductible; ne doit pas affectée par les différents actes cliniques ou de laboratoire. Stable. Seules deux situations permettent de répondre à ces exigences : Une position donnée par les dents (OIM); Une position donnée par l’ATM (RC).
  • 12. • La référence cuspidienne (ICM) est choisie lorsque : - La DVO du patient est correcte; - Les contacts dentaires permettent le centrage-calage de la mandibule; - Le guidage antérieur est efficace; - En cas d’absence de décalage entre ORC et OIM. • La référence condylienne (RC) est choisie lorsque : - La DVO est non définie ou erronée ; - Les contacts dentaires ne permettent pas le centrage-calage de la mandibule ; - Le guidage antérieur doit être restauré ; - Il y a un décalage latéral visible entre ORC et OIM. l’enregistrement du rapport mandibulo-maxillaire
  • 13. Transfert sur articulateur semi adaptable Après avoir localisé l’axe charnière (soit arbitrairement, soit graphiquement), On passe au transfert de l’arc faciale et du modèle supérieure sur l’articulateur. Le modèle inférieur sera transférer sur articulateur, selon la relation intermaxillaire choisie. Les trajectoires condyliennes du patient seront enregistrées en bouche puis transférées sur articulateur. A ce moment l’articulateur peut effectuer des mouvements de latéralités et de propulsions similaires à celui du patient.
  • 14. Les problèmes du montage Dans la très majorité des cas le montage des dents artificielles d’une prothèse adjointe partielle ne présente pas des difficultés particulières ; suivant le type d’édentement ils sont : • de type denture naturelle dans les édentements intercalées . • Il n’y a que dans les cas du CL I supérieure opposée à des dents naturelles, ou à une CL I inferieure; et ceux de CL I inférieure opposée à une prothèse totale sup que l’on recherche des contacts Non Travaillants.
  • 15. Les problèmes du montage Le principal problème qui doit être résolu de cas en cas est celui du choix entre dents en porcelaine ou dents en résine. Ce choix est déterminé par les propriétés mécaniques de ces deux types de matériau. 1 - La céramique est un matériau dur qui s’use très difficilement en bouche. Elle a un module d’élasticité élevé ; sa résistance à la compression est bonne mais elle résiste mal aux forces de traction d’où les risques de fracture que son utilisation comporte.
  • 16. Les problèmes du montage 2 - La dureté de la résine est faible ; ce matériau s’use assez facilement sous l’effet de la mastication des aliments surtout de ceux qui sont secs et abrasifs. Son module d’élasticité est faible ; la résine a une bonne résistance à la compression ainsi qu’aux forces de traction, les risques de fracture inhérent à son emploi sont faible.
  • 17. Les problèmes du montage Selon Craig; le choix entre dents en résine et dents en céramique dépend des conditions d’utilisation. En général : 1- les dents en résine sont indiquées dans les zones soumises à des faibles contraintes, en face des dents naturelles ; chez des patients avec une crête faiblement marquée, et lorsque la dimension verticale est limitée. 2- les dents en céramique par contre sont fréquemment utilisées chez des patients ayant une crête bien marquée et une distance verticale suffisante, et dans le cas où l’on a une prothèse sup opposée à une prothèse inf. Selon le tableau proposé par Farrell, on trouve :
  • 18. Propriété Dents en porcelaine Dents en résine Apparence -Peut être parfaite -Pas de changement de teinte -Pas de coloration en profondeur à moins que le glaçage ait été éliminé -Pas de changement de forme sous l’effet d’un vigoureux brossage -Pas de craqueleures -peut être parfaite -blanchiment ou assombrissement occasionnel -pas de coloration en profondeur à moins qu’il y ait des porosités -abrasion et perte de forme sous l’effet d’un vigoureux brossage -peut se craqueler Dureté -très dure (plus dur que l’émail) -ne s’use pas de façon visible à l’usage -une certaine aptitude à l’usure occlusale est souhaitable pour les dents artificielles -la porcelaine peut ne pas s’user suffisamment -moins dure que l’émail -peut s’user à l’usage, particulièrement si les forces de mastication sont élevée -une certaine aptitude à l’usure occlusale est souhaitable pour les dents artificielles -la résine synthétique peut s’user trop
  • 19. Facilité d’ajustement Très difficile à polir après meulage Facile à meuler et à polir Résistance Fragile. Peut se fracturer Non fragile Liaison avec la résine de la selle Seulement mécanique Chimique (pour autant que toute trace de cire ait été éliminée) Bruit Peut cliqueter lors des contacts Aucun bruit Poids Densité : 2.4 g/cc Densité : 1.2 g/cc L’usure est en rapport avec : - La dureté (H). - Le module d’élasticité (E). Elles sont reliées entre elles dans le critère d’Oberlé : K= H/E = La dureté/ Le module d’élasticité. Plus de K est élevé, plus le matériau résiste à l’usure. Remarque
  • 20. En PPA, de nombreux facteurs sont à prendre en considération afin d’envisager cette forme de réhabilitation dans un souci d’esthétique. Ainsi, lorsque la réhabilitation intéresse le sourire et les dents antérieures, il faut prendre en compte : Choix des dents antérieures – le choix du matériau ; – leur forme ; – leur dimension ; – leur teinte ; – la position et la finition de la fausse gencive.
  • 21. Le choix des dents antérieures est effectué par le praticien en présence du patient. Le principe est simple : « offrir au patient ce qu'il désire ». il se fait en fonction des dents restantes, sinon on le fera comme pour une prothèse totale. Il convient de choisir successivement : Choix des dents antérieures
  • 22. A- Le matériau : Deux familles de matériaux : - une de nature organique, dérivés de matériaux polymériques (résine acrylique et résine composite), - l’autre de nature minérale, les dents en céramique. Choix des dents antérieures B- La forme des dents : -l'élément le plus influent sur le rétablissement de l'esthétique. -Elle concerne essentiellement le contour de la face vestibulaire et les profils verticaux et sagittaux des dents antérieures.
  • 23. - Dans la mesure où des documents existent, tels: les dents restantes, des anciens modèles d'étude, des dents extraites conservées, des photographies, le choix est relativement facile, mais, en leur absence, le choix est plus délicat. - Dans les classe IV étendue, le choix doit obéir aux règles appliquées en prothèse totale ; commençant en premier lieu par le choix de l’incisive centrale, qui est la première dent visible, elle constitue la dent clé d’une restauration prothétique, ainsi que la latérale et la canine en dernier. Choix des dents antérieures
  • 24. La forme des dents est liée à la résultante des facteurs suivants : -la morphologie du visage : la proposition la plus ancienne (une similitude entre la forme du visage et celle de l'incisive centrale) : avec 2 règles mises tangentiellement aux procès zygomatiques et aux rebords basilaires de la mandibule, on choisira la forme de l’incisive centrale en fonction du type obtenue : type carré, type ovoïde, type triangulaire et type mixte. - Contours des parties molles : la dent est choisie en fonction de la forme du nez, le front et les joues. - Sexe : les formes féminines sont douces et arrondies ; alors que les formes masculines sont rigides et robustes (inspiré de Frush et Fisher). Choix des dents antérieures
  • 25. Évaluation de la forme générale de l'incisive centrale par rapport à la forme du visage : 1) carré ; 2) carré à modification ovoïde ; 3) triangulaire ; 4) ovoïde.
  • 26. Triade de Nelson ou harmonie nécessaire entre la forme de l'arcade, la forme de l'incisive centrale et le contour du visage du patient.
  • 27. - L’age : plus le patient est âgé plus la dent est trapue avec un bord libre épais (abrasé). Lorsqu’ils existent, les points de contact sont plus importants. Ils prennent souvent l’allure de surface de contact. La notion de sexe s’estompe, la femme tend à se viriliser, l’homme à s’adoucir. - Personnalité du patient : Frush et Fisher classent les personnalités en trois groupes : Choix des dents antérieures
  • 28. - les vigoureux aux incisives centrales très apparentes, d’allure robuste et primitive, évoquant le taureau ; - les délicats avec des incisives centrales frêles ; fragiles et effacées ; - les intermédiaires constituant la majorité, avec des dents agréables, modérément robustes, saines et avenante. Choix des dents antérieures
  • 29. - Le profil : les profils verticaux et horizontaux des faces vestibulaires des dents prothétiques doivent être en harmonie avec les profils du visage du patient ex : • profil rectiligne, les dents seront plates • profil convexe les dents seront bombées. À cette notion s'ajoute l'influence de la réflexion et de la déflexion de la lumière qui, de manière indirecte, change la forme de la dent. Les surfaces planes « allongent » la dent alors que les surfaces convexes « réduisent» sa longueur Choix des dents antérieures
  • 31. Guide de Lombardi pour le choix de la forme l’incisive centrale
  • 32. C- La teinte : Elle est évidente lorsqu’une ou plusieurs dents antérieures persistent, si l’édentation est plus étendue, la 1ere PM sert de référence (sa teinte est généralement identique à celle de l’incisive centrale). En l’absence de toute référence, d’autres facteurs orientent notre choix : - l’âge : il détermine le degré de brillance, de translucidité, de saturation de la teinte. Plus le patient est âgé, plus la dent est jaune, saturée, moins brillante, moins translucide en harmonie avec la pigmentation des téguments. Choix des dents antérieures
  • 33. - le sexe : les dents sont en générale plus claires chez les femmes que chez les hommes. - La personnalité : plus le sujet est délicat, plus la teinte est claire, plus le sujet est vigoureux, plus elle est saturée et pigmentée. - Les caractères ethniques : les dents sont plus claires chez les occidentaux que chez les orientaux, elles sont plus foncées chez les africains ou chez les indiens. - Couleur de la peau : pour une peau claire, on choisira des dents blanches ou grises, et pour une peau mate, on choisira des dents jaunes. - Le type constitutionnel : De Nevrézé rappelle la fréquence des dents blanches chez le carbonique, des dents jaunes chez le phosphorique, des dents grises chez le fluorique. Choix des dents antérieures
  • 34. D- Choix de la dimension : • La hauteur : La hauteur des dents antérieures est déterminé en fonction de : -La DV -La position du bord libre des dents par apport à la lèvre correspondante. -La ligne de sourire : au moment du sourire, les collets des dents antéro-superieur doivent effleurer le bord inferieur de la lèvre sup. Choix des dents antérieures
  • 35. • La largeur : 1- Dent antéro-supérieure: De nombreux auteurs ont énoncé des formules mathématiques liant des repères faciaux à la largeur de l'incisive centrale ou du bloc incisivo-canin. Il est classique de mesurer l'arc antérieur sur une maquette d'occlusion supérieure, réglée dans le sens antéropostérieur et en hauteur, selon des critères esthétiques (soutien harmonieux de la lèvre supérieure) et phonétiques (prononciation des phonèmes F et V avec appui du bord antéro-inférieur sur la lèvre inférieure dans la zone de transition entre la partie sèche et la partie humide). Choix des dents antérieures
  • 36. On note l'emplacement du point interincisif, et de la face distale de chaque canine dont la position peut être estimée par différentes méthodes : On en déduit la place des faces distales et à l'aide d'une règle flexible, on mesure l'arc antérieur, délimité sur le bourrelet. Cette mesure est en général comprise entre 44 et 52 mm avec une moyenne de 48 mm. Choix des dents antérieures Par exemple, sa pointe est, de face à l'aplomb du bord externe de l'aile du nez, de profil dans le plan de Simon(plan vertical frontal passant par les points sous orbitaires).
  • 37.
  • 38. marques sur le bourrelet B D A= D + 7mm
  • 39. 2- Dents antéro-inférieures: En principe leur largeur globale représente les quatre cinquièmes (4/5) de celle des supérieures, et il existe dans chaque fabrication des tableaux de correspondance entre les références du haut et celles du bas. Choix des dents antérieures
  • 40. • 1- Principes du montage des dents antérieures: Les critères esthétiques prédominent le montage des dents maxillaires antérieures qui doivent soutenir la lèvre sup. et puisque la résorption maxillaire se fait en arrière, alors les dents antérieures ne sont pas forcément montées sur la crête. Pour les dents antéro inférieures, elles devront être montées dans l'aire de sustentation antérieures d'ACKERMAN qui est l'espace délimité par le sommet de la crête antérieures et le versant vestibulaire de cette crête. Les grands principes du montage des dents antérieures seront rappelés : Montage proprement dit des dents antérieures
  • 42. A- Dans le plan horizontal : le bord libre et la face vestibulaire doivent s'inscrire exactement dans le contour du bourrelet d'occlusion qui a été modelé en vue de rétablir un support harmonieux de la lèvre supérieure. Rappelons que les deux incisives centrales seront montées de part et d'autre de la ligne médiane et que leurs faces vestibulaires doivent être distantes de 7 mm du centre de la papille incisive. Montage proprement dit des dents antérieures
  • 43. Position des incisives et canines par rapport à la papille incisive et aux grandes papilles palatines.
  • 44. B- Dans le plan frontal: la position du bord libre des dents devra respecter le niveau du plan d'orientation prothétique établi au fauteuil. Avant que les dents ne soient fixées sur la cire, il convient d'en abraser le bord libre en fonction de l'âge du patient. Les deux incisives centrales sont placées de part et d'autre de la ligne médiane gravée sur la maquette. Leur bord libre affleure le plan d'occlusion. Montage proprement dit des dents antérieures
  • 45. Le bord libre des incisives centrales supérieures doit respecter l’orientation de la lèvre supérieure, de la lèvre inférieure et les caractères somatiques du patient.
  • 46. C- Dans le plan sagittal: il conviendra de reproduire l'orientation du bourrelet ayant effacé les rides en fonction de l'âge du patient, replacé les orbiculaires et les six paires de muscles solidaires de ce dernier dans la position la plus vraisemblable. 2-L'orientation des dents prothétiques antérieures : Elle est résumée dans tableau suivant : Montage proprement dit des dents antérieures
  • 47.
  • 48. orientation des dents antérieures supérieures
  • 49. orientation des dents antérieures inférieures
  • 50. 3-Les problèmes rencontrés lors du montage des dents antérieures -1/ l’espace disponible ne correspond pas à la somme des diamètres mésio-distaux des dents sélectionnées : a/ Si l’espace prothétique est plus grand : il convient de ménager des diastèmes b/ Si l’espace prothétique est plus petit : trois solutions seront envisageables: b-1- Traitement orthodontique (prévue lors de l’étude pré prothétique) b-2- Coronoplastie proximales des dents bordant l’édentements lors de l’étude prè- prothetique en tenant compte de l’axe d’insertion choisi. B-3-L’animation du montage par un léger chevauchement des dents prothétique. Parfois on opte pour la réduction du nombre des dents à remplacer Montage proprement dit des dents antérieures
  • 51. - 2/ Une hauteur réduite : Dans le cas par exemple ou la DVO est correcte et l’espace entre la crête antéro supérieure et le bord libre des incisives et canines inferieures est réduit les solutions seront : Montage proprement dit des dents antérieures
  • 52. Montage proprement dit des dents antérieures b/ Les « contre-plaques » sont alors possibles : le métal du châssis se prolonge pour constituer les faces palatines des dents prothétiques, sur lesquelles des facettes vestibulaires en matériau cosmétique sont élaborées sur ces contre plaques. Néanmoins ces contres plaque présentent un inconvénient esthétique et des difficultés pour le réglage du guide ant. a/ Coronoplastie des incisives et Canine inférieures et un remodelage chirurgical de la crête maxillaire mais ils sont souvent insuffisants pour augmenter l’espace verticale donc une fracture de la résine des selles est à craindre.
  • 53. Cas de selles encastrées : les dimensions sont choisies en fonction du volume disponible en hauteur et dans le sens MD et VL. Cas de selles en extension : afin que la pression sur la crête ne soit pas trop importante et pour éviter tout basculement postérieur de la selle, les dimensions des dents prothétiques sont réduites, c’est ce que schématise la formule 3HM d'ACKERMANE: Choix des dents postérieures
  • 54. M : pression médiane. La résultante des forces de mastication doit s’exercer au centre de la selle ; la partie distale de celle-ci ne supporte pas des dents, pour cela on a : -H : Hétéronombre. Le nombre des dents prothétiques est inférieur à celui des dents à remplacer. La troisième molaire n’est pas remplacée, et une prémolaire mandibulaire peut être supprimée (classe II d’Angle). -H : Hétéromorphie.la forme des dents prothétiques n’est pas identique à celle des dents absentes car les diamètres vestibulo lingual et mésiodistal sont volontairement réduits. Choix des dents postérieures
  • 55. -H : Hétérotopie. La place des dents prothétiques n’est pas toujours la même que celle des dents à remplacer. Ainsi, parfois, la deuxième molaire est remplacée par une prémolaire pour permettre de réduire la pression sur la région postérieure. Choix des dents postérieures
  • 56. - Lorsque la relation centrée a été correctement enregistrée et transférée sur un articulateur adaptable ou semi adaptable lorsque le sourire dento labial de notre patient a été restauré, il reste encore à assurer une répartition harmonieuse, statique et dynamique de la charge occlusale. - Il est important de souligner que c'est à ce stade fondamental, du choix et du montage des dents postérieures que l'équilibre et l'équilibration de la future restauration prothétique doit se créer et qu'il doit obéir à un concept occlusal précis. - Trois facteurs conditionnent le choix des dents postérieures : Le matériau. La teinte. Les dimensions. Choix des dents postérieures
  • 57. • LE MATÉRIAU: Les dents en résine acrylique ont été considérablement améliorées. Elles sont plus résistantes et s'usent moins vite que celles proposées il y a seulement quelques années. Afin d'augmenter leur durée et préserver leur irrégularité, elles ne doivent pas être meulées. Elles peuvent être opposées à des dents en céramique à condition que celles-ci soient glacées au four ou repolies après meulage ou altération de leur surface occlusale. Ces impératifs respectés, les dents postérieures en résine acrylique sont indiquées : Choix des dents postérieures
  • 58. - Lorsque la hauteur réduite d'un espace inter-alvéolaire limité ne permet pas l'utilisation de dents en céramique. -Lorsque la valeur déficiente des tissus de revêtement de la surface d'appui ou de son substratum osseux n'autorise pas à son niveau les chocs et les micro-traumatismes inhérents aux dents en céramique. -Lorsque les dents opposées sont recouvertes de coiffes en métaux précieux ne résistant pas aux frictions des dents en céramique. Choix des dents postérieures
  • 59. • LA TEINTE: La teinte des dents postérieures doit être en harmonie avec celle des dents antérieures. D’une façon plus précise ; - la première prémolaire rappelle l’incisive centrale. Elle est moins saturée que sa voisine la canine. - la teinte de la 2eme prémolaire peut être identique à celle de la première prémolaire ou légèrement plus saturée. - les molaires supérieures et inférieures sont moins apparentes et le choix de leur teinte revêt moins d’importance. Choix des dents postérieures
  • 60. • LA DIMENSION : Il est indispensable alors d'en déterminer les éléments suivants : - La hauteur : La hauteur de la face vestibulaire de la première prémolaire supérieure sera évaluée en premier lieu. Celle-ci doit prolonger harmonieusement le bloc incisivo-canin. Elle fait partie du sourire. La hauteur des dents postérieures est repérée sur l'articulateur. Un espace inter- alvéolaire important impose le choix, de dents hautes. Ces dernières contribuent à réduire la masse de matériau de la base. Elles améliorent l'aspect esthétique du sourire de certains édentés, lesquels en s'animant, découvrent la presque totalité de Choix des dents postérieures
  • 61.
  • 62. - La longueur mésio-distale de la face occlusale. La longueur du bloc des dents postérieures doit être telle que la face distale de la deuxième molaire n'empiète ni sur la papille rétro-molaire à la mandibule, ni sur la tubérosité au maxillaire supérieur. - La largeur vestibulo-linguale. Elle est proportionnelle au relief de la crête inférieure ; une crête large peut supporter des dents postérieures dont la surface occlusale est large. Une crête étroite ou de valeur prothétique négative nous impose des dents de largeur réduite. En aucun cas, l'arcade dentaire artificielle ne doit se projeter en dehors de la ligne oblique interne. Choix des dents postérieures
  • 63. 1- règles du montage des dents postérieures: Quel que soit le schéma occlusal choisi, ce montage doit respecter les principes suivants : Aire de POUND: A la mandibule, les PM et M doivent être situées dans cette aire de POUND qui est comprise entre la face mésiale de la canine et la face linguale du trigone rétro-molaire d'une part et d'autre part entre la face distale de la canine et la face vestibulaire du trigone rétro-molaire. Montage proprement dit des dents postérieures
  • 66. - Parfois il y a échec immédiat de la prothèse, car une position trop lingualée des dents empiète sur l'espace nécessaire à la langue d’où une instabilité de la prothèse, ainsi qu'une position trop vestibulée des dents provoque à la longue une résorption osseuse. - La symétrie: La stabilité de la prothèse dépend d'une répartition harmonieuse des charges occlusales aussi bien en position centrée qu'excentrée, cette stabilité nécessite une situation absolument symétrique des PM et M. Montage proprement dit des dents postérieures
  • 67. - les cuspides palatines superieures doivent se stabiliser dans leurs zones de réception antagoniste - les sillons inter-cuspidiens déterminent une droite dans le plan sagittal • Le plan d'occlusion : Il faut que le POP soit à mi- distance inter alvéolaire. Montage proprement dit des dents postérieures
  • 68. 2- L'orientation des dents postérieures : L’objectif du montage est d’assurer des contacts simultanés, multiples et répartis sur totalité de l’arcade. • 1ère Prémolaire supérieure : Sens Sagittal : elle est verticale et perpendiculaire au POP Sens Horizontal : ses deux cuspides touchent le POP • 2eme Prémolaire supérieure : même orientation que la 1ère Prémolaire supérieure. Montage proprement dit des dents postérieures
  • 69. • 1ère Molaire supérieure : Sens sagittal. : La face occlusale est inclinée en arrière et vers le haut en formant un angle de 6° avec le POP Sens horizontal : seule la cuspide mésio-palatine est en contact avec le POP • 2eme Molaire supérieure : Sens sagittal : La face occlusale est montée dans le prolongement de la face occlusale de la 1ère Molaire supérieure. Sens horizontal :.aucune cuspide n'entre en contact avec le POP mais la 1ere cuspide mésio-palatine en est la plus proche. Montage proprement dit des dents postérieures
  • 70. orientation des dents postérieures supérieures
  • 71. • 1ère Molaire inférieure : C'est la dent clé du montage, sa cuspide Mésio Vestibulaire entre en contact avec le versant Mésial de la cuspide Mésio-vestibulaire de la 1ere Molaire supérieure et le versant Distal de la cuspide Vestibulaire de la 2 éme Prémolaire supérieure. • 2eme Molaire inférieure : Elle est en contact avec la 2eme Molaire supérieure, inclinée de bas en haut et d'arrière en avant et ne doit pas empiéter sur le trigone rétromolaire. Montage proprement dit des dents postérieures le surplomb entre la 1ère M sup. et la 1ère M inf. est de 1 mm.
  • 72. • 2eme PM inf. - son grand axe est perpendiculaire au POP, sa cuspide Vestibulaire est située entre les cuspides Vestibulaires des deux Prémolaires supérieures. • 1ère PM inf. -dans le cas où l'espace restant sera suffisant pour cette dent, elle sera intercalée entre la C et la 1ère PM sup. - lorsque l'espace est insuffisant, cette dent sera supprimée. Montage proprement dit des dents postérieures
  • 73. • Une fois le montage réalisé on procède à l’essai en bouche ; Il est basé sur : A- Le contrôle esthétique : L'examen porte sur l'aspect général du montage des dents antérieures maxillaires et mandibulaires. Les points suivants sont contrôlés : • Dans le plan frontal - Le respect du milieu et de l'orientation de l'axe inter-incisif, le soutien de la lèvre, l'organisation de la ligne du sourire. - Au niveau de la mandibule, le contrôle porte sur la visibilité, l'orientation horizontale des bords libres. Essai du montage
  • 74. • Dans le plan sagittal : Les 2/3 inférieurs de la face vestibulaire des dents supérieures doivent soutenir la lèvre sans la projeter trop en avant ni lui imposer une position trop postérieure, sans provoquer de surépaisseur. Au niveau de l'arcade mandibulaire, le soutien de la lèvre rétablit le sillon labio- Mentonnier. Essai du montage
  • 75. • b- Le contrôle phonétique -Prononciation des « f et v » : les bords libres des dents antéro supérieures entrent très légèrement en contact avec la lèvre inférieure. - Prononciation des « s » : l'espace entre les bords libres des antéro-supérieures et inférieures est d'environ 1 mm. Les dents mandibulaires restant toujours en arrière des dents maxillaires. • c- contrôle de stabilité : Aucun mouvement de bascule ne doit-être perçu lorsqu’on exerce une pression au niveau des surfaces occlusales des dents prothétiques. Essai du montage
  • 76. • d- contrôle de l’occlusion : - En ICM des contacts multiples doivent s’établir. - En latéralité et en propulsion seuls les contacts dentaires recherchés sur l’articulateur sont objectivés - On doit retrouver les contacts dentaires suivant le concept occlusal choisi. Essai du montage
  • 77. Les dents artificielles doivent être choisies par le praticien lors des étapes finales de la reconstruction prothétique. Ce n’est en aucun cas une étape secondaire car elle conditionne la réussite immédiate et à long terme de la prothèse. Les critères de choix sont nombreux, matériau, taille, forme et teinte et font appel aux connaissances et au sens artistique du praticien afin de rétablir les fonctions ; la physiologie et l’esthétique ; avec une résistance mécanique permettant d’assurer la pérennité de la prothèse dans un environnement buccal souvent agressif. Conclusion
  • 78. • [1]. P Le Bars ; Y Amouriq ; F Bodic ; B Giumelli. Réactions tissulaires au port des appareils de prothèses dentaires amovible. Encyclopéd-Méd-Chir 23-325-P-10. • [2]. Olivier Hue ; Marie-Violaine Bertertche. Prothèse complète : réalité clinique solutions thérapeutiques. Paris. Quintessence International, 2004. • [3]. Rèmi schoendorff ; Guillemette Orgiazzi ; Catherine Millet. Choix et montage des dents en prothèse complète. • [4].Jean-Noel Nally. La prothèse partielle amovible à châssis coulé: principes et technique. 2ème édition. • [5]. J. Lejoyeux. Restauration prothétique amovible de l’édentation partielle. Paris. Maloine S. A. éditeur. Deuxième édition, 1980. Bibliographie