SlideShare une entreprise Scribd logo
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
DEFINITION- GENERALITES
• La contusion abdominale est définie comme un traumatisme abdominal sans
solution de continuité pariétale.
➢ Augmentation constante : AVP
➢ Difficulté Diagnostic : le plus souvent
➢ Association lésionnelle abdominale et extra abdominale
➢ Mortalité : élevée, due dans la moitié des cas aux erreurs diagnostic et au
retard thérapeutique
➢ Pronostic : grave, mis en jeu, conditionné en pratique par la rapidité du
diagnostic et par la prise en charge thérapeutique.
WWW.ETUDE-AZ.COM
INTÉRÊT DE LA QUESTION
➢ Augmentation constante : AVP
➢ Difficulté Diagnostic : le plus souvent
➢ Association lésionnelle abdominale et extra abdominale
➢ Mortalité : élevée, due dans la moitié des cas aux erreurs diagnostic et au
retard thérapeutique
➢ Pronostic : grave, mis en jeu, conditionné en pratique par la rapidité du
diagnostic et par la prise en charge thérapeutique.
WWW.ETUDE-AZ.COM
EPIDEMIOLOGIE
➢ Fréquence : 80 % des accidents de la circulation
➢ Age : Adulte jeune +++
➢ Sexe : Masculin ++
➢ Causes : - Ac +++ (ceinture de sécurité)
- AVP
- Accidents de travail
- Accidents sportifs
- Chutes
WWW.ETUDE-AZ.COM
MÉCANISMES
1-Phénomène d’écrasement de la colonne vertébrale, et de la
cage thoracique
2-Phénomène d’arrachement, décélération : pédicule vasculaire
3-Phénomène d’éclatement : organes creux
WWW.ETUDE-AZ.COM
RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE
A/ Etat de choc hémorragique :
Diagnostic : pâleur, polypnée, soif intense, tachycardie, pouls filant,
collapsus tensionnel et extrémités froides.
❑ État de choc : TA < 10 mm Hg
Pouls > 120/mn
PVC < 10 cm H20
❑ Instabilité hémodynamique : dégradation de l’état hémodynamique
dès qu’on réduit le débit des perfusions.
Et c’est après perfusion de 1 à 1.5 L de macromolécule que l’on peut
conclure.
WWW.ETUDE-AZ.COM
RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE
CAT: Réanimation
• Voie d’abord périphérique
• Remplissage vasculaire (macromolécules)
• Transfusion isogoupe isoRh
• Voie d’abord centrale
• Sonde urinaire
• Sonde d’oxygène
• Groupage + bilan biologique
➢ La surveillance est clinique et biologique.
➢ Entre temps, rechercher les lésions associées nécessitant un traitement urgent.
WWW.ETUDE-AZ.COM
RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE
Décisions opératoires:
Le TRT chirurgical est immédiat et aucune investigation ne doit retarder
l’intervention +++
• 1er cas : Si malgré un remplissage adéquat, le patient est toujours choqué.
• 2ème cas : Si Diagnostic d’un hémopéritoine massif avec état de choc
hémorragique: réaliser une PLP si celle-ci est positive
• 3ème cas : Syndrome péritonéal :
- Douleurs abdominales intenses
- Contracture abdominale
- Disparition de la matité préhépatique
- Toucher rectal douloureux
WWW.ETUDE-AZ.COM
RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE
B/ Bilan clinique chez un patient non choqué: en bon état HD :
- Faire uriner le patient ou mise en place d’une sonde urinaire
- SNG
❑ Interrogatoire :
• Circonstances de l’accident
• Heure de l’accident
• Point d’impact
• Dernier repas
• Dernière miction
• Antécédents pathologiques : rate, rein, médicaments (Ac)
• Douleurs rapportées
• Mécanisme du traumatisme
• Délai écoulé entre l’accident et les premiers soins.
WWW.ETUDE-AZ.COM
RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE
❑ EXAMEN PHYSIQUE:
1) Inspection :
- Respiration abdominale
- Distension
- Eviscération
- Ecchymose
2) Palpation :
- Hyperéthésie cutanée
- Défense – contracture abdominale
- Hématome ou empâtement lombaire
3) Percusion :
- Matité des flancs
- Disparition de la matité préhépatique
4) TR :
- Douleur
- Comblement du CDS Douglas
WWW.ETUDE-AZ.COM
1) PLP :
° ++ hémopéritoine et lésions d’organes creux
° Sensibilité dans 95 %
2) Echographie abdominale :
° Diagnostic d’un hémopéritoine +++
° Diagnostic d’une lésion d’un organe creux
3) T D M : Diagnostic d’hémopéritoine: 40-74 %
- Diagnostic d’une lésion d’organe creux: 47 %
- Diagnostic d’un organe plein: 90 %
4) Coelio diagnostic : Visée diagnostique validée.
- Visée thérapeutique en cours d’évaluation.
- Contre-indications:
Traumatisme crânien.
Hémodynamique instable.
5) Autres :
TLT, bassin, rachis, etc… selon le siège du traumatisme et les signes d’appels.
EXAMENS COMPLEMENTAIRES
WWW.ETUDE-AZ.COM
FORMES CLINIQUES
• Polytraumatisé : Diagnostic difficile PLP +++
• Femme enceinte : - HRP : 3ème trimestre
- Rupture utérine
WWW.ETUDE-AZ.COM
TRAUMATISMES DES VISCÈRES PLEINS
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
1. Traumatismes spléniques :
1.1. Généralités
• La rate est l’organe abdominal plein, le plus souvent atteint lors des traumatismes fermés de L’abdomen.
• Le diagnostic clinique est évoqué devant : une douleur de l’hypochondre gauche associée
à un état de choc hémorragique +++
• Facteurs favorisants : structure vasculaire, friabilité, fixité relative, siège thoraco-abdominal, rate pathologique
• Depuis plusieurs années, le risque d’infection fulminantes à fait décroître le nombre de splénectomie par
traumatisme.
• Le traitement non opératoire a pris une place essentielle dans la prise en charge des traumatismes de la rate.
1.2. Classification
• La tomodensitométrie (TDM) réalisée chez un patient stable ou stabilisé permet de quantifier
L’hémopéritoine et de proposer une classification lésionnelle basée sur l9anatomie des lésions.
La classification la plus utilisée est celle de l’American Association for the surgery of trauma (AAST)
ou classification de Moore WWW.ETUDE-AZ.COM
Grade Hématome Fracture Lésions vasculaires
1 Sous-capsulaire < 10 % de
la surface
Capsulaire inférieure à 1
cm de profondeur
non
2 Sous-capsulaire entre 10 et
50 % de la surface
Intraparenchymateux < 10
cm de diamètre
Parenchymateuse de 1 à 3
cm de profondeur et
inférieur à 10 cm de
longueur
non
3 Sous-capsulaire rompu ou >
50 % de la surface ou
expansif Parenchymateux
rompu
Intraparenchymateux > 10
cm ou expansif
Parenchymateuse
supérieure à 3 cm de
profondeur
possible
4 Lacération concernant les
vaisseaux dans le hile et
entraînant une
dévascularisation > 25 %
oui
5 Hématome
intraparenchymateux rompu
avec saignement actif.
Lésion de vaisseaux
segmentaires ou hilaire
entraînant un infarctus
complet
Pédicule splénique
6 Avulsion splénique
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
• les indications d’une intervention d’urgence :
- Instabilité hémodynamique
- Lésions de grade 5
• Pour les patients opérés dans les conditions favorables, les techniques
chirurgicales de conservation splénique peuvent être utilisées (filet péri
splénique, splénectomie partielle).
• Le risque d’infection fulminante post splénectomie, impose de vacciner les
patients contre le pneumocoque et hémophilus influenza. Il est également
recommander d’instituer une antibioprophylaxie pendant une durée
prolongée.
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
1.3. Le traitement conservateur a pris une place croissante. Les conditions pour la
réalisation d ’un traitement conservateur sont :
- Patient à l’état hémodynamique stable, sans suspicion de péritonite
- Lésion splénique isolée
- Possibilité d’un bilan initial par une TDM
- Lésions spléniques de grade 1, 2, ou 3 à la TDM
- Indication d’un traitement conservateur posé par un chirurgien viscéral
- Présence d’une équipe chirurgicale pouvant à tout moment réalisée une chirurgie
d’urgence
- Possibilité de surveiller le patient en réanimation
WWW.ETUDE-AZ.COM
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
2. Traumatismes hépatiques:
2.1. Généralités :
• Les traumatismes hépatiques représentent environ un tiers des traumatismes
abdominaux.
• Les mécanismes des fractures hépatiques sont multiples. Par ordre de
fréquence, nous distinguons :
Les compressions directes
Le cisaillement dans l’axe du ligament falciforme et du ligament rond
L’avulsion hépatique lors d’une brusque décélération avec arrachement
des veines sus hépatiques
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
2.2. Classification :
• La classification des traumatismes hépatiques, selon les critères de l’AAST,
est la plus utilisée :
Grade Hématome sous-scapulaire Lacération
1 < 10% de la surface
< 1 cm de
profondeur
2 10–50% de la surface 1–3 cm
3 > 50% ou > 10 cm > 3 cm
4 25 – 75% d'un lobe hépatique
5 > 75% d'un lobe hépatique
6 Avulsion hépatique
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
2.3. Traitement:
• Les traumatismes hépatiques sont graves. La mortalité actuelle est estimée à 4 % dans les
lésions de grade 3 et de 12 % dans les lésions de grade 5 de la classification de Moore .
• Lorsque les lésions sont découvertes en per opératoire, les gestes à réaliser sont limités au
maximum.
Aucun geste ne doit être réalisé en présence d’une lésion qui ne saigne plus
Les petites fractures hépatiques seront traitées par tamponnement, électrocoagulation..
Les sutures traumatiques sont à éviter
Les résections hépatiques sont exceptionnelles car greffées d’une mortalité importante
Les gros points de rapprochement hépatiques ne sont plus réalisés
« Le Packing hépatique » est de loin la technique la plus utilisée. Il s’agit d’un tamponnement péri
hépatique qui permet le contrôle de l’hémorragie hépatique dans la majorité des cas. En tassant
autour du foie des champs ou des grandes compresses, le foie est comprimé vers le haut et contre le
diaphragme. la fermeture abdominale se fait champs en place et la réanimation du patient peut être
poursuivie. Une seconde intervention est réalisée entre la 24 h et la 72 h afin d’ôter les champs et de
rajouter un geste complémentaire si besoin.
Figure 7 : Tamponnement péri hépatique lors d’un traumatisme du foie
• Ce procède simple a permis de modifier le pronostic des traumatismes graves du foie. D’autant
plus, que ce geste permet de transférer au besoin, le patient vers un centre spécialisé.
WWW.ETUDE-AZ.COM
Mise en place du tamponnement péri hépatique
De grandes compresses sont tassées entre la loge rénale
droite et la main gauche de l’aide, qui pousse le foie droit en
dedans,en haut, et en avant. Du coté
gauche, on réalise la même manoeuvre en tassant les compresses
entre l’estomac et la face inférieure du lobe gauche.
WWW.ETUDE-AZ.COM
A NE PAS FAIRE
ne pas faire : tamponner « sur » le foie
Si les compresses sont glissées entre la
coupole diaphragmatique et le dôme
hépatique, elles réalisent progressivement la
même manœuvre que sur la figure précédente,
et écartent la fracture au lieu de la refermer
sur elle-même et contre le diaphragme.
NE JAMAIS TARDER A PRENDRE UNE DECISION DE TAMPONNEMENT
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
3. Traumatismes pancréatiques :
3.1. Généralités :
- Les lésions pancréatiques observées en cas de traumatisme abdominal sont
estimées entre 3% et 12 %.
- La rareté des atteintes pancréatiques peut s’expliquer par la localisation
profonde de l’organe.
- Mais le plus souvent, l’atteinte pancréatique est associée à des lésions d’autres
organes. Il s’agit du
duodénum et de la rate.
- Les accidents de la circulation ainsi que la classique chute à vélo ou à moto
avec un impact du
• guidon dans l’abdomen et fracture pancréatique corporéale, sont le plus
souvent en cause.
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
3.2. Diagnostic :
• Le diagnostic clinique est difficile. Le tableau clinique peut varier du patient
asymptomatique vers le syndrome péritonéal franc.
• La gravité clinique est liée à l’atteinte du canal de Wirsung. L’utilisation du taux sérique
des enzymes pancréatiques n’est ni sensible ni spécifique.
• Seule l’imagerie est essentielle au diagnostic de contusion pancréatique.
• La TDM apporte des réponses à la suspicion clinique. Cependant, il existe des faux
négatifs les premières heures du traumatisme. Il faut la renouveler quelques heures plus
tard.
• L’atteinte du canal de Wirsung a une valeur pronostic essentiel. Dans ce cas, l’imagerie
par résonance magnétique (IRM), examen non invasif permet de faire le diagnostic. Elle
est devenue une alternative à la cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique
(CPRE).
• Dans certains centres spécialisés, la CPRE garde une place en urgence. Elle permet de
faire le diagnostic de l’atteinte du Wirsung et mettre en place une endoprothèse.
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
3.3. Classification :
• La classification utilisée des atteintes pancréatiques est celle par l’AAST:
Classe I Classe II Classe III Classe IVa Classe IVb
Contusion ou
lacération
pancréatique avec
une atteinte
parenchymateuse
limitée. Wirsung
intact. Pas d’atteinte
duodénale associée
Lacération,
perforation ou
section complète du
corps et de la queue.
Suspicion de section
du canal de
Wirsung. Pas
d’atteinte duodénale
associée
Écrasement,
perforation ou
section complète
de la tête
pancréatique. Pas
d’atteinte
duodénale
associée
Atteinte
combinée
duodéno-
pancréatique.
Atteinte
pancréatique
limitée.
Atteinte combinée
duodéno-
pancréatique.
Atteinte
pancréatique
sévère (rupture du
canal de Wirsung).
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
3.4. Traitement :
- Traitement non opératoire initial:
• La mise en évidence précoce d’une atteinte du canal de Wirsung chez un blessé non
opéré, justifie la mise en place d9une prothèse endo canalaire par voie
endoscopique.
• Quel que soit le siège de la lésion, ce geste a produit des résultats satisfaisants.
• Si la mise en place d’une endoprothèse est impossible, une alternative est possible.
En premier lieu, un traitement médical et une surveillance en milieu chirurgical sont
recommandés.
• Le traitement médical comprend un apport hydro électrolytique, des antalgiques et
l’administration d’octéotride®. Celui-ci a pour but de diminuer la sécrétion
exocrine pancréatique.
• La survenue d’un pseudokyste pancréatique est observée chez 80 % des patients
présentant une atteinte du canal de Wirsung.
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT
- Traitement chirurgical d’emblée:
• Si une laparotomie est décidée d’emblée, une exploration chirurgicale du pancréas
est réalisée.
• Une lésion pancréatique de classe un et deux seront traitées par un simple drainage.
• Pour les lésions de classe 3 la plupart des auteurs proposent une pancréatectomie
distale.
• Les lésions de classe quatre sont traites par un drainage suivi par une CPRE.
• En cas d’atteinte du canal de Wirsung, une prothèse est mise en place.
• La duodénopancréatectomie céphalique (DPC) réalisée en urgence, en cas de
lésions massives de la tête du pancréas et du duodénum.
WWW.ETUDE-AZ.COM
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE
4) Traumatisme du diaphragme : 2 % Télethorax ++
5)Traumatisme du rein :
° Hématurie, douleurs lombaires, empâtement, état de choc
° Echographie +++, scanner, UIV
° Traitement : - le plus souvent conservateur
- Néphrectomie
WWW.ETUDE-AZ.COM
6) Lésions de l’urètre post :
Fracture complexe du bassin , Urétrorragie inconstante, hématurie, Globe vésical
Pas de sondage vésical
Doute : UCR : cystostomie
❑ Cas particuliers:
➢ Lésions du polytraumatisé : Diagnostic difficile, pronostic grave
Hiarchie des examens complémentaires et des gestes thérapeutiques+++.
1) Contusion + traumatisme crânien :
PLP ; Rx crâne, scanner cérébral
2) Contusion abdominale, contusion thoracique :
° Clinique : - emphysème sous cutanée, respiration paradoxale Hémothorax et PNO
° Rx : gril costal, TLT
3) Plurivescirale : fréquente : examen complet, le pronostic est grave
4) Gros Vaisseaux : Mortelle
DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE
WWW.ETUDE-AZ.COM
TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX
WWW.ETUDE-AZ.COM
TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX
1. Généralités :
Les lésions de l’intestin grêle sont observées le plus souvent, suivies par les lésions du
colon. Les patients atteints d’une plaie abdominale non pénétrante et stable, le risque de
survenue d’une lésion d’un organe creux est de 30% AVEC la nécessité d ’un geste
thérapeutique dans 15% des cas. La précocité du diagnostique et du traitement des
lésions intestinales est un facteur pronostic essentiel. En cas de perforation isolée de
l’intestin grêle, la mortalité est de l’ordre de 6%. alors que celle de lésions coliques est
de 19%.
WWW.ETUDE-AZ.COM
TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX
3.Traitement:
- Chez un patient en état hémodynamique stable ou stabilisée, un bilan complet doit
être réalisé.
- Une forte suspicion d’une lésion d’un organe creux impose une laparotomie
d’urgence.
- Le traitement chirurgical des lésions gastriques, intestinales privilège les
réparations immédiates ( Suture simple, Résection-anastomose)
- Le traitementt des lésions coliques est controversé.
WWW.ETUDE-AZ.COM
TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX
• Le diagnostic est évident lorsqu'il existe des signes de péritonites.
• L’examen clinique initiale est difficile.
• Le signe de la ceinture de sécurité est un élément d’orientation.
• L’ASP peut montrer la présence de pneumopéritoine.
• La TDM peut faire défaut pour le Dg précoce de lésions digestives.
• La PIP peut être utilisée: présence de liquide digestif.
• La cœlioscopie exploratrice est une alternative à la recherche d’une lésion d’un
organe creux.
WWW.ETUDE-AZ.COM
CONCLUSION
• La contusion abdominale reste une urgence fréquente.
• Le diagnostic et le traitement doivent être entrepris rapidement
• Les examens complémentaires ont permis de limiter les
laparotomies blanches
• L’abstention thérapeutique avec surveillance clinique et para
clinique est l’atteinte la plus adoptée, en dehors de l’urgence vitale.
WWW.ETUDE-AZ.COM
LES PLAIES ABDOMINALES
WWW.ETUDE-AZ.COM
DÉFINITION
Une plaie abdominale est définie comme un traumatisme ouvert avec ou sans
solution de continuité de la paroi abdominale.
WWW.ETUDE-AZ.COM
INTRODUCTION
• La plaie abdominale correspond soit à un orifice d’entrée soit à un orifice de sortie.
• Si le trajet de la plaie est constitué de plusieurs régions anatomiques, on parle de plaie thoraco-
abdominale, abdomino-pelvienne, lombo-abdominale etc.
• Il faut distinguer les plaies par arme à feu et les plaies par arme blanche. Les armes blanches
provoquent des plaies punctiformes ou linéaires avec un trajet le plus souvent direct. Par contre, les
armes à feu associent plusieurs mécanismes lésionnels selon le type d’arme, le calibre, la munition
et la vitesse du projectile.
• L’incidence des lésions intestinales est de 80 % en cas d’armes à feu et de 30 % en cas d’arme
blanche. Aux États-Unis, les plaies de l’abdomen représentent 40 % des traumatismes abdominaux
dont plus de 50 % sont dus à des plaies par arme à feu.
• À l’inverse en France, les plaies de l’abdomen représentent 10 à 15 % des traumatismes
abdominaux.
WWW.ETUDE-AZ.COM
EXAMEN CLINIQUE
• L’examen clinique doit apprécier en premier l’état hémodynamique du blessé.
• Il faut rechercher les signes de choc hémorragique ou de péritonite qui conduisent vers une
laparotomie d’urgence.
• L’examen physique est réalisé sur le corps entier, à la recherche d’autres points d’entré ou de
sortie. En effet, lors d’une agression, il peut exister des points d’entrés multiples.
• L’examen cardiopulmonaire ne doit pas être négligé car des lésions thoraciques peuvent être
associées.
• Le caractère pénétrant de la plaie abdominale doit être précisé.
Le caractère pénétrant de la plaie est parfois évident :
- Extériorisation d’une anse intestinale
- Extériorisation d’épiploon
- Hémopéritoine abondant
- Issu de liquide digestif par l’orifice d’entré ou de sortie.
WWW.ETUDE-AZ.COM
TRAITEMENT DES PLAIES ABDOMINALES
• En pratique clinique deux tableaux peuvent être distingués selon l’état
hémodynamique du blessé.
1. Patient admis avec un état hémodynamique instable:
• L’intervention chirurgicale doit se faire en extrême urgence chez le blessé,
en état de choc hémorragique grave. Le but est d’arrêter l’hémorragie. La
laparotomie médiane est de principe.
• Un bilan lésionnel est réalisé rapidement, à la recherche d’une lésion
parenchymateuse ou vasculaire.
• Le foyer hémorragique est individualisé et l’hémostase est effectuée.
WWW.ETUDE-AZ.COM
2. Patient admis avec un état hémodynamique stable :
• Le dogme de la réalisation d’une laparotomie systématique devant toute plaie abdominale
n’est plus admis. Plusieurs séries ont rapporté un taux élevé de laparotomies blanches, entre
50 % et 80 % .
• De ce fait, le caractère pénétrant ou non de la plaie abdominale doit être précisé, chez un
patient à L’état hémodynamique stable.
Quel type d’exploration à la recherche d’une pénétration ou non d’une plaie abdominale ?
• Même si la tomodensitométrie (TDM) est l’examen de référence en traumatologie abdominale
ses performances à la recherche de la pénétration ou non est faible.
• La plupart des équipes s’accordent depuis quelques années sur la haute valeur diagnostique
apportée par la laparoscopie pour faire la preuve du caractère pénétrant ou non d9une plaie
abdominale. Elle est supérieure à l’exploration sous anesthésie locale.
WWW.ETUDE-AZ.COM

Contenu connexe

Tendances

Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
Mehdi Razzok
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
Hassan HAMALA
 
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Manal Rouidi
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
Rose De Sable
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1
هدى رويس
 
Tuberculose abdominale
Tuberculose abdominaleTuberculose abdominale
Tuberculose abdominale
imma-dr
 
LES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minima
LES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minimaLES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minima
LES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minima
madiassakonate1
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
killua zoldyck
 
Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui faculté de medecine et hg...
Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui    faculté de  medecine  et  hg...Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui    faculté de  medecine  et  hg...
Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui faculté de medecine et hg...
Arbaoui Bouzid
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
killua zoldyck
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Hamlaoui Saddek
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++
Basset azd
 
Abdomen sans préparation
Abdomen sans préparationAbdomen sans préparation
Abdomen sans préparation
imma-dr
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
Lina
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
hind henzazi
 

Tendances (20)

Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
 
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1
 
La tuberculose digestive 2012
La tuberculose digestive 2012La tuberculose digestive 2012
La tuberculose digestive 2012
 
Tuberculose abdominale
Tuberculose abdominaleTuberculose abdominale
Tuberculose abdominale
 
LES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minima
LES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minimaLES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minima
LES-HERNIES-DIAPO-pptx.pptx cours a minima
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui faculté de medecine et hg...
Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui    faculté de  medecine  et  hg...Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui    faculté de  medecine  et  hg...
Brulures caustiques oesogastriques Pr Arbaoui faculté de medecine et hg...
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
Toa
ToaToa
Toa
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
 
Tumeurs abd enfant
Tumeurs abd enfantTumeurs abd enfant
Tumeurs abd enfant
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++
 
Abdomen sans préparation
Abdomen sans préparationAbdomen sans préparation
Abdomen sans préparation
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 

Similaire à CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf

Traumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdf
Traumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdfTraumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdf
Traumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdf
mtourad09
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
cyliabenali1
 
Les plaies abdominales graves
Les plaies abdominales gravesLes plaies abdominales graves
Les plaies abdominales graves
Abryda Aity
 
Les traumatismes abdominaux
Les traumatismes abdominauxLes traumatismes abdominaux
Les traumatismes abdominaux
Younes Serradj
 
cours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdf
cours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdfcours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdf
cours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdf
lailaelhaddaoui1
 
Prise en charge des méno métrorragies
Prise en charge des méno métrorragiesPrise en charge des méno métrorragies
Prise en charge des méno métrorragies
Réseau Pro Santé
 
4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...
4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...
4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...
freeforallcam89
 
ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...
ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS,  A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS,  A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...
ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...
Sargata SIN
 
Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx
Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptxTraitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx
Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx
InesBen6
 
Rupture du pancréas
Rupture du pancréasRupture du pancréas
Rupture du pancréas
Oukaour
 
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
Sargata SIN
 
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
JAMILNOEME
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
Sargata SIN
 
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire frProphylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
vtesimplified
 
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERREPEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Tipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniqueTipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chronique
alioukaour
 
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
vtesimplified
 
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdfSIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
Sargata SIN
 
Hémorragie de fin de grossesse
Hémorragie de fin de grossesseHémorragie de fin de grossesse
Hémorragie de fin de grossesse
Idrissou Fmsb
 
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdfSIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
Sargata SIN
 

Similaire à CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf (20)

Traumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdf
Traumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdfTraumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdf
Traumatisme de l’abdomen trauma abodminal.pdf
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
 
Les plaies abdominales graves
Les plaies abdominales gravesLes plaies abdominales graves
Les plaies abdominales graves
 
Les traumatismes abdominaux
Les traumatismes abdominauxLes traumatismes abdominaux
Les traumatismes abdominaux
 
cours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdf
cours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdfcours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdf
cours sous forme de présentation PowerPoint anesthesie hors bloc .pdf
 
Prise en charge des méno métrorragies
Prise en charge des méno métrorragiesPrise en charge des méno métrorragies
Prise en charge des méno métrorragies
 
4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...
4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...
4- SIN SARGATA (ISS),ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPI...
 
ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...
ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS,  A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS,  A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...
ETUDE DE HERNIE INGUINALE, A PROPOS DE 118 CAS, A L’HOPITAL PREAH KOSSAMAK, ...
 
Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx
Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptxTraitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx
Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx
 
Rupture du pancréas
Rupture du pancréasRupture du pancréas
Rupture du pancréas
 
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
 
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
 
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire frProphylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
Prophylaxie de la tev chez les patients en oncologie ambulatoire fr
 
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERREPEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
 
Tipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniqueTipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chronique
 
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
Traitement et-prophylaxie-secondaire-de-la-tev-chez-les-patients-en-oncologie...
 
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdfSIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_PÉRITONITE_GÉNÉRALISÉE_PAR_PERFORATION_DE_L'ULCÈRE.pdf
 
Hémorragie de fin de grossesse
Hémorragie de fin de grossesseHémorragie de fin de grossesse
Hémorragie de fin de grossesse
 
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdfSIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
 

CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf

  • 2. DEFINITION- GENERALITES • La contusion abdominale est définie comme un traumatisme abdominal sans solution de continuité pariétale. ➢ Augmentation constante : AVP ➢ Difficulté Diagnostic : le plus souvent ➢ Association lésionnelle abdominale et extra abdominale ➢ Mortalité : élevée, due dans la moitié des cas aux erreurs diagnostic et au retard thérapeutique ➢ Pronostic : grave, mis en jeu, conditionné en pratique par la rapidité du diagnostic et par la prise en charge thérapeutique. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 3. INTÉRÊT DE LA QUESTION ➢ Augmentation constante : AVP ➢ Difficulté Diagnostic : le plus souvent ➢ Association lésionnelle abdominale et extra abdominale ➢ Mortalité : élevée, due dans la moitié des cas aux erreurs diagnostic et au retard thérapeutique ➢ Pronostic : grave, mis en jeu, conditionné en pratique par la rapidité du diagnostic et par la prise en charge thérapeutique. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 4. EPIDEMIOLOGIE ➢ Fréquence : 80 % des accidents de la circulation ➢ Age : Adulte jeune +++ ➢ Sexe : Masculin ++ ➢ Causes : - Ac +++ (ceinture de sécurité) - AVP - Accidents de travail - Accidents sportifs - Chutes WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 5. MÉCANISMES 1-Phénomène d’écrasement de la colonne vertébrale, et de la cage thoracique 2-Phénomène d’arrachement, décélération : pédicule vasculaire 3-Phénomène d’éclatement : organes creux WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 6. RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE A/ Etat de choc hémorragique : Diagnostic : pâleur, polypnée, soif intense, tachycardie, pouls filant, collapsus tensionnel et extrémités froides. ❑ État de choc : TA < 10 mm Hg Pouls > 120/mn PVC < 10 cm H20 ❑ Instabilité hémodynamique : dégradation de l’état hémodynamique dès qu’on réduit le débit des perfusions. Et c’est après perfusion de 1 à 1.5 L de macromolécule que l’on peut conclure. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 7. RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE CAT: Réanimation • Voie d’abord périphérique • Remplissage vasculaire (macromolécules) • Transfusion isogoupe isoRh • Voie d’abord centrale • Sonde urinaire • Sonde d’oxygène • Groupage + bilan biologique ➢ La surveillance est clinique et biologique. ➢ Entre temps, rechercher les lésions associées nécessitant un traitement urgent. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 8. RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE Décisions opératoires: Le TRT chirurgical est immédiat et aucune investigation ne doit retarder l’intervention +++ • 1er cas : Si malgré un remplissage adéquat, le patient est toujours choqué. • 2ème cas : Si Diagnostic d’un hémopéritoine massif avec état de choc hémorragique: réaliser une PLP si celle-ci est positive • 3ème cas : Syndrome péritonéal : - Douleurs abdominales intenses - Contracture abdominale - Disparition de la matité préhépatique - Toucher rectal douloureux WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 9. RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE B/ Bilan clinique chez un patient non choqué: en bon état HD : - Faire uriner le patient ou mise en place d’une sonde urinaire - SNG ❑ Interrogatoire : • Circonstances de l’accident • Heure de l’accident • Point d’impact • Dernier repas • Dernière miction • Antécédents pathologiques : rate, rein, médicaments (Ac) • Douleurs rapportées • Mécanisme du traumatisme • Délai écoulé entre l’accident et les premiers soins. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 10. RECHERCHER LES FACTEURS DE GRAVITE ❑ EXAMEN PHYSIQUE: 1) Inspection : - Respiration abdominale - Distension - Eviscération - Ecchymose 2) Palpation : - Hyperéthésie cutanée - Défense – contracture abdominale - Hématome ou empâtement lombaire 3) Percusion : - Matité des flancs - Disparition de la matité préhépatique 4) TR : - Douleur - Comblement du CDS Douglas WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 11. 1) PLP : ° ++ hémopéritoine et lésions d’organes creux ° Sensibilité dans 95 % 2) Echographie abdominale : ° Diagnostic d’un hémopéritoine +++ ° Diagnostic d’une lésion d’un organe creux 3) T D M : Diagnostic d’hémopéritoine: 40-74 % - Diagnostic d’une lésion d’organe creux: 47 % - Diagnostic d’un organe plein: 90 % 4) Coelio diagnostic : Visée diagnostique validée. - Visée thérapeutique en cours d’évaluation. - Contre-indications: Traumatisme crânien. Hémodynamique instable. 5) Autres : TLT, bassin, rachis, etc… selon le siège du traumatisme et les signes d’appels. EXAMENS COMPLEMENTAIRES WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 12. FORMES CLINIQUES • Polytraumatisé : Diagnostic difficile PLP +++ • Femme enceinte : - HRP : 3ème trimestre - Rupture utérine WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 13. TRAUMATISMES DES VISCÈRES PLEINS WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 14. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 1. Traumatismes spléniques : 1.1. Généralités • La rate est l’organe abdominal plein, le plus souvent atteint lors des traumatismes fermés de L’abdomen. • Le diagnostic clinique est évoqué devant : une douleur de l’hypochondre gauche associée à un état de choc hémorragique +++ • Facteurs favorisants : structure vasculaire, friabilité, fixité relative, siège thoraco-abdominal, rate pathologique • Depuis plusieurs années, le risque d’infection fulminantes à fait décroître le nombre de splénectomie par traumatisme. • Le traitement non opératoire a pris une place essentielle dans la prise en charge des traumatismes de la rate. 1.2. Classification • La tomodensitométrie (TDM) réalisée chez un patient stable ou stabilisé permet de quantifier L’hémopéritoine et de proposer une classification lésionnelle basée sur l9anatomie des lésions. La classification la plus utilisée est celle de l’American Association for the surgery of trauma (AAST) ou classification de Moore WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 15. Grade Hématome Fracture Lésions vasculaires 1 Sous-capsulaire < 10 % de la surface Capsulaire inférieure à 1 cm de profondeur non 2 Sous-capsulaire entre 10 et 50 % de la surface Intraparenchymateux < 10 cm de diamètre Parenchymateuse de 1 à 3 cm de profondeur et inférieur à 10 cm de longueur non 3 Sous-capsulaire rompu ou > 50 % de la surface ou expansif Parenchymateux rompu Intraparenchymateux > 10 cm ou expansif Parenchymateuse supérieure à 3 cm de profondeur possible 4 Lacération concernant les vaisseaux dans le hile et entraînant une dévascularisation > 25 % oui 5 Hématome intraparenchymateux rompu avec saignement actif. Lésion de vaisseaux segmentaires ou hilaire entraînant un infarctus complet Pédicule splénique 6 Avulsion splénique WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 16. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT • les indications d’une intervention d’urgence : - Instabilité hémodynamique - Lésions de grade 5 • Pour les patients opérés dans les conditions favorables, les techniques chirurgicales de conservation splénique peuvent être utilisées (filet péri splénique, splénectomie partielle). • Le risque d’infection fulminante post splénectomie, impose de vacciner les patients contre le pneumocoque et hémophilus influenza. Il est également recommander d’instituer une antibioprophylaxie pendant une durée prolongée. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 17. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 1.3. Le traitement conservateur a pris une place croissante. Les conditions pour la réalisation d ’un traitement conservateur sont : - Patient à l’état hémodynamique stable, sans suspicion de péritonite - Lésion splénique isolée - Possibilité d’un bilan initial par une TDM - Lésions spléniques de grade 1, 2, ou 3 à la TDM - Indication d’un traitement conservateur posé par un chirurgien viscéral - Présence d’une équipe chirurgicale pouvant à tout moment réalisée une chirurgie d’urgence - Possibilité de surveiller le patient en réanimation WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 19. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 2. Traumatismes hépatiques: 2.1. Généralités : • Les traumatismes hépatiques représentent environ un tiers des traumatismes abdominaux. • Les mécanismes des fractures hépatiques sont multiples. Par ordre de fréquence, nous distinguons : Les compressions directes Le cisaillement dans l’axe du ligament falciforme et du ligament rond L’avulsion hépatique lors d’une brusque décélération avec arrachement des veines sus hépatiques WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 20. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 2.2. Classification : • La classification des traumatismes hépatiques, selon les critères de l’AAST, est la plus utilisée : Grade Hématome sous-scapulaire Lacération 1 < 10% de la surface < 1 cm de profondeur 2 10–50% de la surface 1–3 cm 3 > 50% ou > 10 cm > 3 cm 4 25 – 75% d'un lobe hépatique 5 > 75% d'un lobe hépatique 6 Avulsion hépatique WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 21. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 2.3. Traitement: • Les traumatismes hépatiques sont graves. La mortalité actuelle est estimée à 4 % dans les lésions de grade 3 et de 12 % dans les lésions de grade 5 de la classification de Moore . • Lorsque les lésions sont découvertes en per opératoire, les gestes à réaliser sont limités au maximum. Aucun geste ne doit être réalisé en présence d’une lésion qui ne saigne plus Les petites fractures hépatiques seront traitées par tamponnement, électrocoagulation.. Les sutures traumatiques sont à éviter Les résections hépatiques sont exceptionnelles car greffées d’une mortalité importante Les gros points de rapprochement hépatiques ne sont plus réalisés « Le Packing hépatique » est de loin la technique la plus utilisée. Il s’agit d’un tamponnement péri hépatique qui permet le contrôle de l’hémorragie hépatique dans la majorité des cas. En tassant autour du foie des champs ou des grandes compresses, le foie est comprimé vers le haut et contre le diaphragme. la fermeture abdominale se fait champs en place et la réanimation du patient peut être poursuivie. Une seconde intervention est réalisée entre la 24 h et la 72 h afin d’ôter les champs et de rajouter un geste complémentaire si besoin. Figure 7 : Tamponnement péri hépatique lors d’un traumatisme du foie • Ce procède simple a permis de modifier le pronostic des traumatismes graves du foie. D’autant plus, que ce geste permet de transférer au besoin, le patient vers un centre spécialisé. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 22. Mise en place du tamponnement péri hépatique De grandes compresses sont tassées entre la loge rénale droite et la main gauche de l’aide, qui pousse le foie droit en dedans,en haut, et en avant. Du coté gauche, on réalise la même manoeuvre en tassant les compresses entre l’estomac et la face inférieure du lobe gauche. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 23. A NE PAS FAIRE ne pas faire : tamponner « sur » le foie Si les compresses sont glissées entre la coupole diaphragmatique et le dôme hépatique, elles réalisent progressivement la même manœuvre que sur la figure précédente, et écartent la fracture au lieu de la refermer sur elle-même et contre le diaphragme. NE JAMAIS TARDER A PRENDRE UNE DECISION DE TAMPONNEMENT WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 24. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 3. Traumatismes pancréatiques : 3.1. Généralités : - Les lésions pancréatiques observées en cas de traumatisme abdominal sont estimées entre 3% et 12 %. - La rareté des atteintes pancréatiques peut s’expliquer par la localisation profonde de l’organe. - Mais le plus souvent, l’atteinte pancréatique est associée à des lésions d’autres organes. Il s’agit du duodénum et de la rate. - Les accidents de la circulation ainsi que la classique chute à vélo ou à moto avec un impact du • guidon dans l’abdomen et fracture pancréatique corporéale, sont le plus souvent en cause. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 25. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 3.2. Diagnostic : • Le diagnostic clinique est difficile. Le tableau clinique peut varier du patient asymptomatique vers le syndrome péritonéal franc. • La gravité clinique est liée à l’atteinte du canal de Wirsung. L’utilisation du taux sérique des enzymes pancréatiques n’est ni sensible ni spécifique. • Seule l’imagerie est essentielle au diagnostic de contusion pancréatique. • La TDM apporte des réponses à la suspicion clinique. Cependant, il existe des faux négatifs les premières heures du traumatisme. Il faut la renouveler quelques heures plus tard. • L’atteinte du canal de Wirsung a une valeur pronostic essentiel. Dans ce cas, l’imagerie par résonance magnétique (IRM), examen non invasif permet de faire le diagnostic. Elle est devenue une alternative à la cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE). • Dans certains centres spécialisés, la CPRE garde une place en urgence. Elle permet de faire le diagnostic de l’atteinte du Wirsung et mettre en place une endoprothèse. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 26. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 3.3. Classification : • La classification utilisée des atteintes pancréatiques est celle par l’AAST: Classe I Classe II Classe III Classe IVa Classe IVb Contusion ou lacération pancréatique avec une atteinte parenchymateuse limitée. Wirsung intact. Pas d’atteinte duodénale associée Lacération, perforation ou section complète du corps et de la queue. Suspicion de section du canal de Wirsung. Pas d’atteinte duodénale associée Écrasement, perforation ou section complète de la tête pancréatique. Pas d’atteinte duodénale associée Atteinte combinée duodéno- pancréatique. Atteinte pancréatique limitée. Atteinte combinée duodéno- pancréatique. Atteinte pancréatique sévère (rupture du canal de Wirsung). WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 27. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT 3.4. Traitement : - Traitement non opératoire initial: • La mise en évidence précoce d’une atteinte du canal de Wirsung chez un blessé non opéré, justifie la mise en place d9une prothèse endo canalaire par voie endoscopique. • Quel que soit le siège de la lésion, ce geste a produit des résultats satisfaisants. • Si la mise en place d’une endoprothèse est impossible, une alternative est possible. En premier lieu, un traitement médical et une surveillance en milieu chirurgical sont recommandés. • Le traitement médical comprend un apport hydro électrolytique, des antalgiques et l’administration d’octéotride®. Celui-ci a pour but de diminuer la sécrétion exocrine pancréatique. • La survenue d’un pseudokyste pancréatique est observée chez 80 % des patients présentant une atteinte du canal de Wirsung. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 28. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE ET TRAITEMENT - Traitement chirurgical d’emblée: • Si une laparotomie est décidée d’emblée, une exploration chirurgicale du pancréas est réalisée. • Une lésion pancréatique de classe un et deux seront traitées par un simple drainage. • Pour les lésions de classe 3 la plupart des auteurs proposent une pancréatectomie distale. • Les lésions de classe quatre sont traites par un drainage suivi par une CPRE. • En cas d’atteinte du canal de Wirsung, une prothèse est mise en place. • La duodénopancréatectomie céphalique (DPC) réalisée en urgence, en cas de lésions massives de la tête du pancréas et du duodénum. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 29. DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE 4) Traumatisme du diaphragme : 2 % Télethorax ++ 5)Traumatisme du rein : ° Hématurie, douleurs lombaires, empâtement, état de choc ° Echographie +++, scanner, UIV ° Traitement : - le plus souvent conservateur - Néphrectomie WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 30. 6) Lésions de l’urètre post : Fracture complexe du bassin , Urétrorragie inconstante, hématurie, Globe vésical Pas de sondage vésical Doute : UCR : cystostomie ❑ Cas particuliers: ➢ Lésions du polytraumatisé : Diagnostic difficile, pronostic grave Hiarchie des examens complémentaires et des gestes thérapeutiques+++. 1) Contusion + traumatisme crânien : PLP ; Rx crâne, scanner cérébral 2) Contusion abdominale, contusion thoracique : ° Clinique : - emphysème sous cutanée, respiration paradoxale Hémothorax et PNO ° Rx : gril costal, TLT 3) Plurivescirale : fréquente : examen complet, le pronostic est grave 4) Gros Vaisseaux : Mortelle DIAGNOSTIC TOPOGRAPHIQUE WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 31. TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 32. TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX 1. Généralités : Les lésions de l’intestin grêle sont observées le plus souvent, suivies par les lésions du colon. Les patients atteints d’une plaie abdominale non pénétrante et stable, le risque de survenue d’une lésion d’un organe creux est de 30% AVEC la nécessité d ’un geste thérapeutique dans 15% des cas. La précocité du diagnostique et du traitement des lésions intestinales est un facteur pronostic essentiel. En cas de perforation isolée de l’intestin grêle, la mortalité est de l’ordre de 6%. alors que celle de lésions coliques est de 19%. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 33. TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX 3.Traitement: - Chez un patient en état hémodynamique stable ou stabilisée, un bilan complet doit être réalisé. - Une forte suspicion d’une lésion d’un organe creux impose une laparotomie d’urgence. - Le traitement chirurgical des lésions gastriques, intestinales privilège les réparations immédiates ( Suture simple, Résection-anastomose) - Le traitementt des lésions coliques est controversé. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 34. TRAUMATISMES DES VISCÈRES CREUX • Le diagnostic est évident lorsqu'il existe des signes de péritonites. • L’examen clinique initiale est difficile. • Le signe de la ceinture de sécurité est un élément d’orientation. • L’ASP peut montrer la présence de pneumopéritoine. • La TDM peut faire défaut pour le Dg précoce de lésions digestives. • La PIP peut être utilisée: présence de liquide digestif. • La cœlioscopie exploratrice est une alternative à la recherche d’une lésion d’un organe creux. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 35. CONCLUSION • La contusion abdominale reste une urgence fréquente. • Le diagnostic et le traitement doivent être entrepris rapidement • Les examens complémentaires ont permis de limiter les laparotomies blanches • L’abstention thérapeutique avec surveillance clinique et para clinique est l’atteinte la plus adoptée, en dehors de l’urgence vitale. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 37. DÉFINITION Une plaie abdominale est définie comme un traumatisme ouvert avec ou sans solution de continuité de la paroi abdominale. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 38. INTRODUCTION • La plaie abdominale correspond soit à un orifice d’entrée soit à un orifice de sortie. • Si le trajet de la plaie est constitué de plusieurs régions anatomiques, on parle de plaie thoraco- abdominale, abdomino-pelvienne, lombo-abdominale etc. • Il faut distinguer les plaies par arme à feu et les plaies par arme blanche. Les armes blanches provoquent des plaies punctiformes ou linéaires avec un trajet le plus souvent direct. Par contre, les armes à feu associent plusieurs mécanismes lésionnels selon le type d’arme, le calibre, la munition et la vitesse du projectile. • L’incidence des lésions intestinales est de 80 % en cas d’armes à feu et de 30 % en cas d’arme blanche. Aux États-Unis, les plaies de l’abdomen représentent 40 % des traumatismes abdominaux dont plus de 50 % sont dus à des plaies par arme à feu. • À l’inverse en France, les plaies de l’abdomen représentent 10 à 15 % des traumatismes abdominaux. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 39. EXAMEN CLINIQUE • L’examen clinique doit apprécier en premier l’état hémodynamique du blessé. • Il faut rechercher les signes de choc hémorragique ou de péritonite qui conduisent vers une laparotomie d’urgence. • L’examen physique est réalisé sur le corps entier, à la recherche d’autres points d’entré ou de sortie. En effet, lors d’une agression, il peut exister des points d’entrés multiples. • L’examen cardiopulmonaire ne doit pas être négligé car des lésions thoraciques peuvent être associées. • Le caractère pénétrant de la plaie abdominale doit être précisé. Le caractère pénétrant de la plaie est parfois évident : - Extériorisation d’une anse intestinale - Extériorisation d’épiploon - Hémopéritoine abondant - Issu de liquide digestif par l’orifice d’entré ou de sortie. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 40. TRAITEMENT DES PLAIES ABDOMINALES • En pratique clinique deux tableaux peuvent être distingués selon l’état hémodynamique du blessé. 1. Patient admis avec un état hémodynamique instable: • L’intervention chirurgicale doit se faire en extrême urgence chez le blessé, en état de choc hémorragique grave. Le but est d’arrêter l’hémorragie. La laparotomie médiane est de principe. • Un bilan lésionnel est réalisé rapidement, à la recherche d’une lésion parenchymateuse ou vasculaire. • Le foyer hémorragique est individualisé et l’hémostase est effectuée. WWW.ETUDE-AZ.COM
  • 41. 2. Patient admis avec un état hémodynamique stable : • Le dogme de la réalisation d’une laparotomie systématique devant toute plaie abdominale n’est plus admis. Plusieurs séries ont rapporté un taux élevé de laparotomies blanches, entre 50 % et 80 % . • De ce fait, le caractère pénétrant ou non de la plaie abdominale doit être précisé, chez un patient à L’état hémodynamique stable. Quel type d’exploration à la recherche d’une pénétration ou non d’une plaie abdominale ? • Même si la tomodensitométrie (TDM) est l’examen de référence en traumatologie abdominale ses performances à la recherche de la pénétration ou non est faible. • La plupart des équipes s’accordent depuis quelques années sur la haute valeur diagnostique apportée par la laparoscopie pour faire la preuve du caractère pénétrant ou non d9une plaie abdominale. Elle est supérieure à l’exploration sous anesthésie locale. WWW.ETUDE-AZ.COM