SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  75
Traitement du signal
Page 1SEER1-TS
Jamila BAKKOURY
généralités - signaux et systèmes
SEER1-TS 2
Plan
• Introduction
• Généralités
• Signaux
• Systèmes
3SEER1-TS
Introduction
Exemples naturels :
•Notre environnement peut être caractérisé par de nombreuses
grandeurs physiques dont les variations sont perceptibles ou non par
nos sens : lumière, son, …
•Nos organes des sens sont des dispositifs biologiques qui
transforment les excitations perçues en variations de grandeurs
physiques ou chimiques internes à l’organisme et exploitables par le
système nerveux : ce sont des capteurs.
Page 4SEER1-TS
Introduction
Exemples naturels :
Discussion de la notion de signal : échange entre production de
parole par le canal vocal et reconnaissance de la parole via l'audition.
Match de tennis : suivi visuel et estimation de la trajectoire de la
balle pour agir avec les meilleurs gestes.
Page 5SEER1-TS
Introduction
Exemples naturels :
•Le corps humain est un outil de traitement du signal :
- À partir d’indices représentatifs des phénomènes physiques qui nous entourent ( lumière ;
vibrations de l'air ; température…)
- Nous construisons une représentation de notre environnement.
- Elle nous donne matière a réfléchir et prendre des décisions pour interagir avec cet
environnement.
Page 6SEER1-TS
Exemples
•Un thermomètre transforme la température en grandeur très
facilement mesurable.
•Un microphone transforme les faibles variations de pression de
l’air en un signal électrique qui peut être facilement amplifié et
transmis à distance.
•La majorité des capteurs fournit des signaux électriques, courant
ou tension variables, dont le traitement et la transmission sont
aisés.
Introduction
SEER1-TS Page 7
Exemples d’informations
• sons :
Téléphonie : bande passante : 300 Hz - 3400 Hz
Radiodiffusion : bande passante : 40 Hz - 15 000 Hz
Son hi-fi (CD audio, DVD ... ) : 16 Hz - 20 kHz
• Images :
o images fixes (télécopie, photographies)
o images animées (télévision ou visiophone)
intérêt des techniques numériques (codage, compression)
8SEER1-TS
• Données :
Informations de type textes, caractères, symboles, …
représentées par des codes (ex : alphabet ASCII) ; ou des codes
orientés transmissions : diminuer les coûts et les temps de
transmission, rendre l’information confidentielle…
9
Exemples d’informations
SEER1-TS
• Signaux analogiques = signaux de type continu.
– Variations de grandeurs physiques pouvant prendre
n’importe quelle valeur de façon continue entre deux
intervalles de temps. Typiquement, la voix et le son.
– Caractéristiques : fréquence (nombre d’oscillations par seconde,
exprimé en hertz) et amplitude (taille des oscillations)
– Ex. :
10
Réseau
Telecom
t
s(t)
signal analogique
SEER1-TS
Exemples de signaux
• signaux discrets, i.e. ne pouvant prendre qu’un nombre fini de
valeurs.
– Par exemple, les données manipulées par un ordinateur
sont des informations codées par des « 0 » et des « 1 »
(bits).
– Les 0 et 1 sont codés (matérialisés) par un signal physique
(par exemple 0 par une tension positive +V et 1 par une
tension négative –V)
11SEER1-TS
Exemples de signaux
12
modem
Vers le réseau
téléphonique
t
s(t)
+V
0
-V
0 1 0 1 1 0 1 0
1 unité d’information
binaire = 1 bit
SEER1-TS
Exemples de signaux
13
Principe de la numérisation :
SEER1-TS
Exemples de signaux
Données analogiques-données
numériques
• Les données numériques sont définies par un codage.
• Pour les caractères alpha-numériques, le plus utilisé
est le code ASCII.
• Pour traiter des données de nature analogique par un
ordinateur, il faut les numériser. Ex: sur un CD audio,
le son est « enregistré » sous forme de données
numériques, remises sous forme analogique avant la
restitution au haut-parleur.
14SEER1-TS
Information analogique
Source Transducteur
(Capteur)
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
Canal
15SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Information analogique
Source Transducteur
(capteur)
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
Canal
Son
Lumière
Température
...
16SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Information analogique
Source Transducteur
(capteur)
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
CanalMicrophone
Photodiode
Thermocouple
...
17SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Information analogique
Source Transducteur
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
CanalPré-ampli.
(C.A.N)
(codage)
(modulation)
(filtrage)
Amplification
(de puissance)
18SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Information analogique
Source Transducteur
(capteur)
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
Canal
Ligne bifilaire
câble coaxial
fibre optique
espace libre
…
SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Information analogique
Source Transducteur
(capteur)
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
Canal
Ampli. réception
filtrage
(démodulation)
(décodage)
(C. N.A)
Amplification
20SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Information analogique
Source Transducteur
(capteur)
Transducteur
Emetteur
Récepteur
Destinataire
Canal
Haut-parleur
Visualisation
Asservissement
Commande de
procédé
...
21SEER1-TS
Exemple d’une chaîne de transmission
Exemple d’une chaîne de
transmission numérique
Page 22
Source
analogique
Conversion A/N
Codage source
Cryptage
Codage canal
Source
numérique
canal Décodage canal
Décryptage
Décodage source
Conversion N/A
Destinataire
analogique
Destinataire
numérique
bruit
Exemple :
Traitement & transmission
SEER1-TS
Généralités
• Définitions
– Signal : entité (courant électrique, onde acoustique, onde lumineuse,
suite de nombres) engendrée par un phénomène physique et
véhiculant une information (musique, parole, son, image,
température).
– Système : ensemble isolé de dispositifs établissent un lien de cause à
effet entre des signaux d’entrée (excitations : commandes, consignes,
perturbations) et des signaux de sortie (réponses ou mesures).
– Bruit : phénomène perturbateur gênant, la transmission, la
perception ou l’interprétation d’un signal.
23SEER1-TS
• Remarques
– On s’intéresse à la notion de signal qui est la mesure, dans le temps, d’une
grandeur physique porteuse d’information :
– Mesure : l’observation se fait au moyen d’un capteur
– Temps : on s’intéresse à des phénomènes variables dans le temps
– Grandeur physique : il s’agit de signaux réels a variations bornées, a énergie
ou puissance finie.
– Information : par nature, l’information a un caractère aléatoire
(imprévisible). Le signaux porteurs d’informations sont donc naturellement
de type aléatoire.
24SEER1-TS
Généralités
• Remarques
– Un signal expérimental s(t) est généralement un signal électrique
délivré par un capteur ou un appareil de mesure et représente donc
une tension ou un courant en fonction du temps. Il peut être de tout
autre nature mais doit être physiquement réalisable et répondre à un
ensemble de contraintes :
25SEER1-TS
Généralités
• Remarques
– Sur le plan théorique, un signal est représenté par une fonction ou
une distribution réelle ou complexe qui permettent son étude de
façon plus aisée. Ainsi les modèles utilisés possèdent des
caractéristiques différentes des signaux expérimentaux :
26SEER1-TS
Généralités
27SEER1-TS
Généralités
Théorie du signal : théorie permettant d’effectuer une modélisation
(description mathématique) et une analyse des signaux et des systèmes.
Traitement du signal : a pour objectifs la réalisation (transformation,
création, synthèse) et l’analyse des signaux porteurs d'informations.
Discipline technique basée sur la théorie du signal Elle utilise diverses
ressources : l’´électronique, de l’informatique, physique appliquée…
Domaines applications
• télécommunications,
• reconnaissance de la parole, synthèse du son
• aide à la décision (au diagnostic),
• analyse d’images (médicales, satellitaires…)
28SEER1-TS
Généralités
Théorie de la communication : traitement du signal et de l’information
29SEER1-TS
Généralités
Exemples d’application du TS :
• système d’émission chargé de créer ou d’élaborer le signal afin d’y
incorporer l’information (codage, échantillonnage, modulation),
• système de réception chargé d’interpréter le signal afin d’en extraire
l’information (mesure, détection, filtrage, décodage, démodulation,
estimation).
• Compression de la parole en téléphonie mobile…
• Compression des images JPEG, MPEG…
30SEER1-TS
Généralités
31SEER1-TS
Généralités
Exemples d’application
•ex 1 : s(t) est un signal BF a transmettre.
Il sera modulé pour l’adapter au support de transmission.
32SEER1-TS
Généralités
Ex1 (suite)
Le spectre du signal modulé se trouve décalé en fréquence et centré sur la
fréquence du signal sinusoïdal modulant.
33SEER1-TS
Généralités
spectre du signal modulant spectre du signal modulé
Ex1 (suite)
Le signal reçu est enfin démodulé : il subit un changement de fréquence et un
filtrage.
34SEER1-TS
Généralités
Exemples d’application
•ex 2 : les signaux transmis occupent le même domaine de fréquence et sont
émis en même temps.
35SEER1-TS
Généralités
Ex2 (suite)
• Les spectres des signaux ainsi modulés sont alors correctement séparés
sur l’axe des fréquences.
36SEER1-TS
Généralités
SEER1-TS Page 37
Généralités
Ex2 (suite) : application de la modulation - principe du multiplexage
Page 38SEER1-TS
Généralités
Ex3 :
message numérique modulant un signal
porteur sinusoïdal
Page 39SEER1-TS
Généralités
Rapport
Page 40
Bande passante
• Largeur de bande (bandwith)
– C'est l'intervalle de fréquences pour lequel les signaux subissent un
affaiblissement inférieur ou égal à 3db. les signaux sont alors
correctement reçus.
BP = [Fmin , Fmax]
– Exemple :
Le réseau téléphonique a une BP= [300 Hz,3400 Hz]
l’oreille humaine est sensible dans la bande [20 Hz, 20000 Hz]
Généralités
Bruit
• Pour caractériser l’effet du bruit sur un signal, on utilise le rapport
signal sur bruit (SNR : Signal to Noise Ratio).
bruit
signal
f
N
S
SNR < 0 dB
bruit
signal
f
S
N
SNR > 0 dB
SNR dB( ) =10.log
S
N





÷=10.log
puissancedusignal
puissance du bruit





÷
• Le bruit a un effet très néfaste sur la qualité des signaux analogiques.
• Exemple voix/son : SNR requis 45 – 50 dB.
Page 41
Généralités
• Les signaux numériques sont sensibles au bruit, mais moins que les signaux
analogiques.
• La qualité d’un signal numérique ne se mesure pas à la distorsion du signal,
mais à la capacité d’un récepteur de détecter correctement l’état binaire
transmis.
Bruit
Page 42
Caractéristiques du support de
transmission
Page 43SEER1-TS
Généralités
Ex4 : détection d’un message numérique a partir d’un signal reçu bruité
erreurs
Classification des signaux
Classification temporelle ou phénoménologique :
•Signal déterministe (certain) : son évolution temporel peut être parfaitement décrite
par un modèle mathématique.
44SEER1-TS
Classification temporelle ou phénoménologique :
•Signal aléatoire (probabiliste ou stochastique) : son évolution temporel est imprévisible. Il
est caractérisé par des observations statistiques en utilisant des outils probabilistes.
Signal aléatoire non stationnaire
•Un signal aléatoire est stationnaire si ses caractéristiques statistiques sont invariantes
dans le temps.
En pratique, on peut considérer qu’un signal est stationnaire pendant une durée finie.
45SEER1-TS
Classification des signaux
Classification temporelle ou phénoménologique :
•Signaux périodiques : s(t) est périodique de période T0 si, s(t + T0) =s(t) pour tout t .
•quasi-périodiques : somme de sinusoïdes dont le rapport des périodes n’est pas
rationnel.
•Signaux transitoires : existence éphémère (observés sur une durée finie).
•signaux pseudo-aléatoires :
o Représentation mathématique
o Comportement aléatoire
o Simulation de fonctionnement réel dans les systèmes de traitement
périodique apériodique transitoire
46SEER1-TS
Classification des signaux
Classification morphologique :
•Les signaux analogiques
l'amplitude et le temps sont continus
•Les signaux échantillonnés
l'amplitude est continue et le temps discret
•Les signaux quantifiés
l'amplitude est discrète et le temps continu
•Les signaux numériques
l'amplitude et le temps sont discrets
Classification des signaux
SEER1-TS 47
Classification des signaux
Classification morphologique :
SEER1-TS 48
Classification dimensionnelle
• Signal monodimensionnel 1D : Fonction d’un unique paramètre pas
forcément le temps.
• Signal bidimensionnelle 2D : dépendant de deux paramètres.
Ex : niveau de luminosité L(x, y) des pixels d’une image statique noir et blanc
en fonction de leurs coordonnées x et y.
49SEER1-TS
Classification des signaux
Classification dimensionnelle
• Signal tridimensionnel 3D : dépendant de trois paramètres (vidéos, films)
Ex : niveau de luminosité L(x, y, t) des pixels des images d’un film noir et blanc en fonction
de leurs coordonnées x et y et du temps t.
o
50SEER1-TS
Classification des signaux
Classification énergétique :
• puissance instantanée d’un signal s(t) :
où (t) est le complexe conjugué de s(t). Si la fonction s(t) est une fonction
réelle alors |s(t)|2
= s2
(t).
• énergie dissipée par un signal s(t) sur un intervalle [t1, t2] (J : Joules) :
s
51SEER1-TS
Classification des signaux
• puissance moyenne fournie par un signal s(t) sur un intervalle [t1,t2],
(W: watts) :
• valeur efficace d’un signal s(t) sur un intervalle [t1, t2] :
• moyenne du signal s(t) sur un intervalle [t1, t2] :
52SEER1-TS
Classification des signaux
• valeur moyenne totale du signal s(t) :
Pour un signal périodique de période T0, la valeur moyenne totale est calculée
sur une période :
53SEER1-TS
Classification des signaux
• énergie totale dissipée par un signal s(t) :
• puissance moyenne totale fournie par un signal s(t) :
Pour un signal périodique de période T0, la puissance moyenne totale est
calculée sur une période :
54SEER1-TS
Classification des signaux
Classification énergétique :
•Signal à énergie totale finie
(ou convergente) :
Sa puissance moyenne totale est nulle (cas des signaux transitoires, des signaux
physiques ou physiquement réalisables).
•Signal à puissance moyenne totale finie
(ou bornée) :
Son énergie totale est infinie (cas des signaux périodiques, des signaux
physiquement irréalisables comme les modèles mathématiques).
55SEER1-TS
Classification des signaux
Classification fréquentielle ou spectrale
• spectre d’un signal : représentation de son amplitude, de sa phase, de son
énergie ou de sa puissance en fonction de sa fréquence f ou de sa
longueur d’onde λ (λ = c/f, avec c = 300 000 km/s).
• largeur de bande (ou largeur spectrale) :
o domaine des fréquences occupé par le spectre d’un signal.
o différence entre les fréquences maximum et minimum de ce spectre.
• Exemples
o En téléphonie la voix a une BP= [300 Hz,3400 Hz]
o L’oreille humaine est sensible dans la bande [20 Hz, 20000 Hz]
56SEER1-TS
Classification des signaux
Classification fréquentielle ou spectrale
• En fonction de la largeur de bande, différents types de signaux se
distinguent :
o les signaux à bande étroite dont la largeur de bande est relativement petite,
o les signaux à bande large dont la largeur de bande est relativement grande voire infinie,
o les signaux de basses fréquences (BF) dont la largeur de bande est centrée sur des
fréquences relativement faibles,
o les signaux de hautes fréquences (HF) dont la largeur de bande est centrée sur des
fréquences relativement importantes.
57SEER1-TS
Classification des signaux
58SEER1-TS
Classification des signaux
Classification fréquentielle
Remarque :
• En fonction du domaine de fréquences dans lequel se situe le signal, on
peut établir une autre classification spectrale :
• TBF, BF, HF, VHF,UHF,…
• IR (infrarouge), UV(ultra violet),….
59SEER1-TS
Classification des signaux
Signaux
Impulsion (ou distribution) de Dirac :
• Définition : δ(t) est définie comme la distribution qui fait correspondre à
toute fonction f(t) continue à l’origine sa valeur à l’origine :
L’aire de δ(t) est toujours égale à l’unité.
D’une manière plus générale, pour toute fonction f(t) continue en t = t0 :
60SEER1-TS
Signaux
• Représentation physique : la distribution de Dirac sert à représenter une
action s’exerçant durant un temps très court. Elle est représentée par la
limite d’une impulsion rectangulaire de durée T et d’amplitude 1/T
lorsque T → 0, l’aire de cette impulsion étant bien égale à 1.
61SEER1-TS
Signaux
• Propriété de localisation :
• Représentation graphique : la représentation graphique conventionnelle
d’une impulsion de Dirac de poids f (t0) en t0 est une flèche verticale placée
en t = t0 de longueur proportionnelle à f (t0).
62SEER1-TS
Signaux
• Echelon de Heaviside (ou échelon unitaire) : défini (sans rigueur mathématique)
comme la primitive de l’impulsion de Dirac :
La dérivée de Γ(t) est nulle sur R∗
et
est égale au pic de Dirac de
poids 1 en t = 0 :
Γ(t) permet de rendre causal
n’importe quel signal.
63SEER1-TS
Signaux
• Rampe unitaire :
64SEER1-TS
Signaux
• Impulsion ou signal rectangulaire (ou signal porte) : signal rectangulaire,
noté rect(t) ou Π(t) :
65SEER1-TS
Signaux
• Impulsion ou signal triangulaire : tri(t) ou Λ(t)
66SEER1-TS
Signaux
• Impulsion exponentielle :
Remarque : l’impulsion exponentielle permet d’amortir n’importe quel signal.
67SEER1-TS
Signaux
• signal sinus cardinal :
68SEER1-TS
Signaux
• Peigne de Dirac : δT0(t) ou PgnT0(t) est une suite périodique d’impulsions de
Dirac régulièrement espacées de période T0
69SEER1-TS
Signaux
• Signaux rectangulaires périodiques :
70SEER1-TS
• Système : ensemble isolé de dispositifs établissent un lien de cause à effet
entre des signaux d’entrée (excitations : commandes, consignes,
perturbations) et des signaux de sortie (réponses ou mesures).
• Pour analyser un système donné, il est nécessaire de le représenter par un
modèle mathématique ; en générale u tel modèle est un opérateur
fonctionnel (ou transformation) S qui agit sur un signal d’entrée x et le
transforme en un signal de sortie y.
Cette opération est représentée par y=S(x)
71SEER1-TS
Systèmes
Systèmes
• Système stationnaire ou invariant : les caractéristiques du système
n’évoluent pas au cours du temps. Une expérience (mesure) donnera les
mêmes résultats.
• Système linéaire et système non linéaire : un système linéaire vérifie le
principe de superposition, à savoir, la réponse d’une somme d’excitations
est égale à la somme des réponses des excitations correspondantes :
s[a. x1 +b.x2]= a.s[x1] + b .s[x2] ; a et b sont deux constantes.
x1,x2 deux entrées ou excitations, S l’opérateur fonctionnel caractérisant le
système.
• Système mono-variable et système multi-variable : un système est mono-
variable (S.I.S.O.) s’il possède une seule entrée et une seule sortie. Dans
les autres cas il est dit multi-variable (M.I.M.O., M.I.S.O., S.I.M.O.).
72SEER1-TS
Systèmes
• Système continu ou analogique : opèrent sur des signaux analogiques et
produisent des signaux analogiques.
• système échantillonné ou numérique : agissent sur des signaux numériques et
produisent des signaux numériques.
• systèmes hybrides : convertisseurs analogique –numérique.
• Système causal : un système est causal si sa réponse ne précède jamais
l’excitation qui lui correspond. La réponse à un instant t0 ne dépend pas de
l’excitation à un instant t > t0.
Remarque : la condition de causalité est nécessaire pour que le système soit
physiquement réalisable.
• Système déterministe et système stochastique : un système est déterministe si
pour chaque excitation ne correspond qu’une seule réponse. Il est
stochastique dans le cas contraire. 73SEER1-TS
• Réponse impulsionnelle (ou percusionnelle) : une impulsion, à l’entrée
d’un système causal, linéaire, continu et invariant donne en sortie un
signal de durée finie appelé réponse impulsionnelle.
• La réponse impulsionnelle, notée h(t) est donc la réponse d’un système à
une impulsion de Dirac.
74SEER1-TS
Systèmes
Systèmes
• Réponse indicielle, notée γ(t), est la réponse d’un système à un échelon
unitaire.
75SEER1-TS

Contenu connexe

Tendances

Tp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phase
Tp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phaseTp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phase
Tp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phase
hamdinho
 
Introduction au traitement de signal
Introduction au traitement de signalIntroduction au traitement de signal
Introduction au traitement de signal
manahil2012
 
Automatique systémes linéaires et non linéaires 2
Automatique   systémes linéaires et non linéaires 2Automatique   systémes linéaires et non linéaires 2
Automatique systémes linéaires et non linéaires 2
badr zaimi
 
Cour traitement du signal.pdf
Cour traitement du signal.pdfCour traitement du signal.pdf
Cour traitement du signal.pdf
stock8602
 
Tp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlab
Tp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlabTp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlab
Tp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlab
hamdinho
 
Chap2 physique
Chap2 physiqueChap2 physique
Chap2 physique
Ens Kouba
 
CM2 - Conversion Anlogique Numérique
CM2 - Conversion Anlogique NumériqueCM2 - Conversion Anlogique Numérique
CM2 - Conversion Anlogique Numérique
Pierre Maréchal
 

Tendances (20)

Traitement du signal
Traitement du signalTraitement du signal
Traitement du signal
 
Tp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phase
Tp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phaseTp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phase
Tp 3 transmission de donné modulation d'amplitude,de fréquence et de phase
 
2 signaux et systèmes slideshare
2 signaux et systèmes slideshare2 signaux et systèmes slideshare
2 signaux et systèmes slideshare
 
Cours traitement de signal partie 1
Cours traitement de signal partie 1Cours traitement de signal partie 1
Cours traitement de signal partie 1
 
Cours4 Systèmes linéaires asservis: Analyse de la stabilité
Cours4 Systèmes linéaires asservis: Analyse de la stabilitéCours4 Systèmes linéaires asservis: Analyse de la stabilité
Cours4 Systèmes linéaires asservis: Analyse de la stabilité
 
Introduction au traitement de signal
Introduction au traitement de signalIntroduction au traitement de signal
Introduction au traitement de signal
 
Instrumentation et régulation
Instrumentation et régulationInstrumentation et régulation
Instrumentation et régulation
 
cours1 (1).pdf
cours1 (1).pdfcours1 (1).pdf
cours1 (1).pdf
 
Automatique systémes linéaires et non linéaires 2
Automatique   systémes linéaires et non linéaires 2Automatique   systémes linéaires et non linéaires 2
Automatique systémes linéaires et non linéaires 2
 
Cour traitement du signal.pdf
Cour traitement du signal.pdfCour traitement du signal.pdf
Cour traitement du signal.pdf
 
chap3 transmission_numerique-en-bd_b
chap3 transmission_numerique-en-bd_bchap3 transmission_numerique-en-bd_b
chap3 transmission_numerique-en-bd_b
 
Tp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlab
Tp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlabTp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlab
Tp 1 transmission de donné inisiallisation à simulink matlab
 
Chap2 physique
Chap2 physiqueChap2 physique
Chap2 physique
 
CM2 - Conversion Anlogique Numérique
CM2 - Conversion Anlogique NumériqueCM2 - Conversion Anlogique Numérique
CM2 - Conversion Anlogique Numérique
 
Diode & Diode Zener : Exercices Corrigés
Diode & Diode Zener : Exercices CorrigésDiode & Diode Zener : Exercices Corrigés
Diode & Diode Zener : Exercices Corrigés
 
Cours1
Cours1Cours1
Cours1
 
chap4 codes-en-ligne
chap4 codes-en-lignechap4 codes-en-ligne
chap4 codes-en-ligne
 
Cours9 ch2 Réponse temporelle: solution de l'équation d'état
Cours9 ch2 Réponse temporelle: solution de l'équation d'étatCours9 ch2 Réponse temporelle: solution de l'équation d'état
Cours9 ch2 Réponse temporelle: solution de l'équation d'état
 
introduction automatisme industriel
introduction automatisme industrielintroduction automatisme industriel
introduction automatisme industriel
 
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
124776153 td-automatique-1 a-jmd-2011
 

Similaire à chap1 generalites_signaux-systemes

fdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.ppt
fdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.pptfdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.ppt
fdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.ppt
docteurgyneco1
 
Le traitement du signal en Audio. Les procédés de compression audio. Présent...
Le traitement du signal en Audio. Les  procédés de compression audio. Présent...Le traitement du signal en Audio. Les  procédés de compression audio. Présent...
Le traitement du signal en Audio. Les procédés de compression audio. Présent...
Vincent RECIPON
 
Lexique mao
Lexique maoLexique mao
Lexique mao
pozortun
 
INTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNAL
INTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNALINTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNAL
INTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNAL
sarah Benmerzouk
 

Similaire à chap1 generalites_signaux-systemes (20)

chap2 genéralites-chaine_de_transmission_15-16
chap2 genéralites-chaine_de_transmission_15-16chap2 genéralites-chaine_de_transmission_15-16
chap2 genéralites-chaine_de_transmission_15-16
 
fdocuments.net_traitement-signal.ppt
fdocuments.net_traitement-signal.pptfdocuments.net_traitement-signal.ppt
fdocuments.net_traitement-signal.ppt
 
traitement_signal.pdf
traitement_signal.pdftraitement_signal.pdf
traitement_signal.pdf
 
traitement de signal
traitement de signaltraitement de signal
traitement de signal
 
TDSA, Analyse Spectrale et Filtrage continu.pdf
TDSA, Analyse Spectrale et Filtrage continu.pdfTDSA, Analyse Spectrale et Filtrage continu.pdf
TDSA, Analyse Spectrale et Filtrage continu.pdf
 
fdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.ppt
fdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.pptfdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.ppt
fdocuments.net_traitement-de-signal-chapitre-1.ppt
 
diagnosis
diagnosisdiagnosis
diagnosis
 
6gei500_cours1.pdf
6gei500_cours1.pdf6gei500_cours1.pdf
6gei500_cours1.pdf
 
Transmission de signal
Transmission de signalTransmission de signal
Transmission de signal
 
cours1-1 traitement du signal electronic.pdf
cours1-1 traitement du signal electronic.pdfcours1-1 traitement du signal electronic.pdf
cours1-1 traitement du signal electronic.pdf
 
Reseaux-sans-fil.pdf
Reseaux-sans-fil.pdfReseaux-sans-fil.pdf
Reseaux-sans-fil.pdf
 
Tds 1
Tds 1Tds 1
Tds 1
 
M-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA-Chap1-1.pptx
M-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA-Chap1-1.pptxM-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA-Chap1-1.pptx
M-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA-Chap1-1.pptx
 
M-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA.pptx
M-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA.pptxM-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA.pptx
M-Electronique numerique avancee VHDl-FPGA.pptx
 
Le traitement du signal en Audio. Les procédés de compression audio. Présent...
Le traitement du signal en Audio. Les  procédés de compression audio. Présent...Le traitement du signal en Audio. Les  procédés de compression audio. Présent...
Le traitement du signal en Audio. Les procédés de compression audio. Présent...
 
Trans_signal partiel.pdf
Trans_signal partiel.pdfTrans_signal partiel.pdf
Trans_signal partiel.pdf
 
audionum numerique .pdf
audionum numerique .pdfaudionum numerique .pdf
audionum numerique .pdf
 
chap1 transmission-generalités
chap1 transmission-generalitéschap1 transmission-generalités
chap1 transmission-generalités
 
Lexique mao
Lexique maoLexique mao
Lexique mao
 
INTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNAL
INTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNALINTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNAL
INTRODUCTION AU TRAITEMENT DE SIGNAL
 

Plus de BAKKOURY Jamila (6)

tsa analyse-temps-frequence
tsa analyse-temps-frequencetsa analyse-temps-frequence
tsa analyse-temps-frequence
 
analyse-temps-frequence
analyse-temps-frequenceanalyse-temps-frequence
analyse-temps-frequence
 
chap2 outil_mathematiques
chap2 outil_mathematiqueschap2 outil_mathematiques
chap2 outil_mathematiques
 
interferences entre-symboles
interferences entre-symbolesinterferences entre-symboles
interferences entre-symboles
 
chap6 supports_de_transmissiom
chap6 supports_de_transmissiomchap6 supports_de_transmissiom
chap6 supports_de_transmissiom
 
chap5 modulations
chap5 modulationschap5 modulations
chap5 modulations
 

Dernier

Dernier (12)

Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesEL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
 
Festival de Cannes 2024. pptx
Festival    de   Cannes      2024.  pptxFestival    de   Cannes      2024.  pptx
Festival de Cannes 2024. pptx
 
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en AlgériePrésentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
Présentation sur les Risques Électriques et Leur Prévention en Algérie
 
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptxTraitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
 

chap1 generalites_signaux-systemes

  • 1. Traitement du signal Page 1SEER1-TS Jamila BAKKOURY
  • 2. généralités - signaux et systèmes SEER1-TS 2
  • 3. Plan • Introduction • Généralités • Signaux • Systèmes 3SEER1-TS
  • 4. Introduction Exemples naturels : •Notre environnement peut être caractérisé par de nombreuses grandeurs physiques dont les variations sont perceptibles ou non par nos sens : lumière, son, … •Nos organes des sens sont des dispositifs biologiques qui transforment les excitations perçues en variations de grandeurs physiques ou chimiques internes à l’organisme et exploitables par le système nerveux : ce sont des capteurs. Page 4SEER1-TS
  • 5. Introduction Exemples naturels : Discussion de la notion de signal : échange entre production de parole par le canal vocal et reconnaissance de la parole via l'audition. Match de tennis : suivi visuel et estimation de la trajectoire de la balle pour agir avec les meilleurs gestes. Page 5SEER1-TS
  • 6. Introduction Exemples naturels : •Le corps humain est un outil de traitement du signal : - À partir d’indices représentatifs des phénomènes physiques qui nous entourent ( lumière ; vibrations de l'air ; température…) - Nous construisons une représentation de notre environnement. - Elle nous donne matière a réfléchir et prendre des décisions pour interagir avec cet environnement. Page 6SEER1-TS
  • 7. Exemples •Un thermomètre transforme la température en grandeur très facilement mesurable. •Un microphone transforme les faibles variations de pression de l’air en un signal électrique qui peut être facilement amplifié et transmis à distance. •La majorité des capteurs fournit des signaux électriques, courant ou tension variables, dont le traitement et la transmission sont aisés. Introduction SEER1-TS Page 7
  • 8. Exemples d’informations • sons : Téléphonie : bande passante : 300 Hz - 3400 Hz Radiodiffusion : bande passante : 40 Hz - 15 000 Hz Son hi-fi (CD audio, DVD ... ) : 16 Hz - 20 kHz • Images : o images fixes (télécopie, photographies) o images animées (télévision ou visiophone) intérêt des techniques numériques (codage, compression) 8SEER1-TS
  • 9. • Données : Informations de type textes, caractères, symboles, … représentées par des codes (ex : alphabet ASCII) ; ou des codes orientés transmissions : diminuer les coûts et les temps de transmission, rendre l’information confidentielle… 9 Exemples d’informations SEER1-TS
  • 10. • Signaux analogiques = signaux de type continu. – Variations de grandeurs physiques pouvant prendre n’importe quelle valeur de façon continue entre deux intervalles de temps. Typiquement, la voix et le son. – Caractéristiques : fréquence (nombre d’oscillations par seconde, exprimé en hertz) et amplitude (taille des oscillations) – Ex. : 10 Réseau Telecom t s(t) signal analogique SEER1-TS Exemples de signaux
  • 11. • signaux discrets, i.e. ne pouvant prendre qu’un nombre fini de valeurs. – Par exemple, les données manipulées par un ordinateur sont des informations codées par des « 0 » et des « 1 » (bits). – Les 0 et 1 sont codés (matérialisés) par un signal physique (par exemple 0 par une tension positive +V et 1 par une tension négative –V) 11SEER1-TS Exemples de signaux
  • 12. 12 modem Vers le réseau téléphonique t s(t) +V 0 -V 0 1 0 1 1 0 1 0 1 unité d’information binaire = 1 bit SEER1-TS Exemples de signaux
  • 13. 13 Principe de la numérisation : SEER1-TS Exemples de signaux
  • 14. Données analogiques-données numériques • Les données numériques sont définies par un codage. • Pour les caractères alpha-numériques, le plus utilisé est le code ASCII. • Pour traiter des données de nature analogique par un ordinateur, il faut les numériser. Ex: sur un CD audio, le son est « enregistré » sous forme de données numériques, remises sous forme analogique avant la restitution au haut-parleur. 14SEER1-TS
  • 19. Information analogique Source Transducteur (capteur) Transducteur Emetteur Récepteur Destinataire Canal Ligne bifilaire câble coaxial fibre optique espace libre … SEER1-TS Exemple d’une chaîne de transmission
  • 20. Information analogique Source Transducteur (capteur) Transducteur Emetteur Récepteur Destinataire Canal Ampli. réception filtrage (démodulation) (décodage) (C. N.A) Amplification 20SEER1-TS Exemple d’une chaîne de transmission
  • 22. Exemple d’une chaîne de transmission numérique Page 22 Source analogique Conversion A/N Codage source Cryptage Codage canal Source numérique canal Décodage canal Décryptage Décodage source Conversion N/A Destinataire analogique Destinataire numérique bruit Exemple : Traitement & transmission SEER1-TS
  • 23. Généralités • Définitions – Signal : entité (courant électrique, onde acoustique, onde lumineuse, suite de nombres) engendrée par un phénomène physique et véhiculant une information (musique, parole, son, image, température). – Système : ensemble isolé de dispositifs établissent un lien de cause à effet entre des signaux d’entrée (excitations : commandes, consignes, perturbations) et des signaux de sortie (réponses ou mesures). – Bruit : phénomène perturbateur gênant, la transmission, la perception ou l’interprétation d’un signal. 23SEER1-TS
  • 24. • Remarques – On s’intéresse à la notion de signal qui est la mesure, dans le temps, d’une grandeur physique porteuse d’information : – Mesure : l’observation se fait au moyen d’un capteur – Temps : on s’intéresse à des phénomènes variables dans le temps – Grandeur physique : il s’agit de signaux réels a variations bornées, a énergie ou puissance finie. – Information : par nature, l’information a un caractère aléatoire (imprévisible). Le signaux porteurs d’informations sont donc naturellement de type aléatoire. 24SEER1-TS Généralités
  • 25. • Remarques – Un signal expérimental s(t) est généralement un signal électrique délivré par un capteur ou un appareil de mesure et représente donc une tension ou un courant en fonction du temps. Il peut être de tout autre nature mais doit être physiquement réalisable et répondre à un ensemble de contraintes : 25SEER1-TS Généralités
  • 26. • Remarques – Sur le plan théorique, un signal est représenté par une fonction ou une distribution réelle ou complexe qui permettent son étude de façon plus aisée. Ainsi les modèles utilisés possèdent des caractéristiques différentes des signaux expérimentaux : 26SEER1-TS Généralités
  • 28. Théorie du signal : théorie permettant d’effectuer une modélisation (description mathématique) et une analyse des signaux et des systèmes. Traitement du signal : a pour objectifs la réalisation (transformation, création, synthèse) et l’analyse des signaux porteurs d'informations. Discipline technique basée sur la théorie du signal Elle utilise diverses ressources : l’´électronique, de l’informatique, physique appliquée… Domaines applications • télécommunications, • reconnaissance de la parole, synthèse du son • aide à la décision (au diagnostic), • analyse d’images (médicales, satellitaires…) 28SEER1-TS Généralités
  • 29. Théorie de la communication : traitement du signal et de l’information 29SEER1-TS Généralités
  • 30. Exemples d’application du TS : • système d’émission chargé de créer ou d’élaborer le signal afin d’y incorporer l’information (codage, échantillonnage, modulation), • système de réception chargé d’interpréter le signal afin d’en extraire l’information (mesure, détection, filtrage, décodage, démodulation, estimation). • Compression de la parole en téléphonie mobile… • Compression des images JPEG, MPEG… 30SEER1-TS Généralités
  • 32. Exemples d’application •ex 1 : s(t) est un signal BF a transmettre. Il sera modulé pour l’adapter au support de transmission. 32SEER1-TS Généralités
  • 33. Ex1 (suite) Le spectre du signal modulé se trouve décalé en fréquence et centré sur la fréquence du signal sinusoïdal modulant. 33SEER1-TS Généralités spectre du signal modulant spectre du signal modulé
  • 34. Ex1 (suite) Le signal reçu est enfin démodulé : il subit un changement de fréquence et un filtrage. 34SEER1-TS Généralités
  • 35. Exemples d’application •ex 2 : les signaux transmis occupent le même domaine de fréquence et sont émis en même temps. 35SEER1-TS Généralités
  • 36. Ex2 (suite) • Les spectres des signaux ainsi modulés sont alors correctement séparés sur l’axe des fréquences. 36SEER1-TS Généralités
  • 37. SEER1-TS Page 37 Généralités Ex2 (suite) : application de la modulation - principe du multiplexage
  • 38. Page 38SEER1-TS Généralités Ex3 : message numérique modulant un signal porteur sinusoïdal
  • 40. Page 40 Bande passante • Largeur de bande (bandwith) – C'est l'intervalle de fréquences pour lequel les signaux subissent un affaiblissement inférieur ou égal à 3db. les signaux sont alors correctement reçus. BP = [Fmin , Fmax] – Exemple : Le réseau téléphonique a une BP= [300 Hz,3400 Hz] l’oreille humaine est sensible dans la bande [20 Hz, 20000 Hz] Généralités
  • 41. Bruit • Pour caractériser l’effet du bruit sur un signal, on utilise le rapport signal sur bruit (SNR : Signal to Noise Ratio). bruit signal f N S SNR < 0 dB bruit signal f S N SNR > 0 dB SNR dB( ) =10.log S N      ÷=10.log puissancedusignal puissance du bruit      ÷ • Le bruit a un effet très néfaste sur la qualité des signaux analogiques. • Exemple voix/son : SNR requis 45 – 50 dB. Page 41 Généralités
  • 42. • Les signaux numériques sont sensibles au bruit, mais moins que les signaux analogiques. • La qualité d’un signal numérique ne se mesure pas à la distorsion du signal, mais à la capacité d’un récepteur de détecter correctement l’état binaire transmis. Bruit Page 42 Caractéristiques du support de transmission
  • 43. Page 43SEER1-TS Généralités Ex4 : détection d’un message numérique a partir d’un signal reçu bruité erreurs
  • 44. Classification des signaux Classification temporelle ou phénoménologique : •Signal déterministe (certain) : son évolution temporel peut être parfaitement décrite par un modèle mathématique. 44SEER1-TS
  • 45. Classification temporelle ou phénoménologique : •Signal aléatoire (probabiliste ou stochastique) : son évolution temporel est imprévisible. Il est caractérisé par des observations statistiques en utilisant des outils probabilistes. Signal aléatoire non stationnaire •Un signal aléatoire est stationnaire si ses caractéristiques statistiques sont invariantes dans le temps. En pratique, on peut considérer qu’un signal est stationnaire pendant une durée finie. 45SEER1-TS Classification des signaux
  • 46. Classification temporelle ou phénoménologique : •Signaux périodiques : s(t) est périodique de période T0 si, s(t + T0) =s(t) pour tout t . •quasi-périodiques : somme de sinusoïdes dont le rapport des périodes n’est pas rationnel. •Signaux transitoires : existence éphémère (observés sur une durée finie). •signaux pseudo-aléatoires : o Représentation mathématique o Comportement aléatoire o Simulation de fonctionnement réel dans les systèmes de traitement périodique apériodique transitoire 46SEER1-TS Classification des signaux
  • 47. Classification morphologique : •Les signaux analogiques l'amplitude et le temps sont continus •Les signaux échantillonnés l'amplitude est continue et le temps discret •Les signaux quantifiés l'amplitude est discrète et le temps continu •Les signaux numériques l'amplitude et le temps sont discrets Classification des signaux SEER1-TS 47
  • 48. Classification des signaux Classification morphologique : SEER1-TS 48
  • 49. Classification dimensionnelle • Signal monodimensionnel 1D : Fonction d’un unique paramètre pas forcément le temps. • Signal bidimensionnelle 2D : dépendant de deux paramètres. Ex : niveau de luminosité L(x, y) des pixels d’une image statique noir et blanc en fonction de leurs coordonnées x et y. 49SEER1-TS Classification des signaux
  • 50. Classification dimensionnelle • Signal tridimensionnel 3D : dépendant de trois paramètres (vidéos, films) Ex : niveau de luminosité L(x, y, t) des pixels des images d’un film noir et blanc en fonction de leurs coordonnées x et y et du temps t. o 50SEER1-TS Classification des signaux
  • 51. Classification énergétique : • puissance instantanée d’un signal s(t) : où (t) est le complexe conjugué de s(t). Si la fonction s(t) est une fonction réelle alors |s(t)|2 = s2 (t). • énergie dissipée par un signal s(t) sur un intervalle [t1, t2] (J : Joules) : s 51SEER1-TS Classification des signaux
  • 52. • puissance moyenne fournie par un signal s(t) sur un intervalle [t1,t2], (W: watts) : • valeur efficace d’un signal s(t) sur un intervalle [t1, t2] : • moyenne du signal s(t) sur un intervalle [t1, t2] : 52SEER1-TS Classification des signaux
  • 53. • valeur moyenne totale du signal s(t) : Pour un signal périodique de période T0, la valeur moyenne totale est calculée sur une période : 53SEER1-TS Classification des signaux
  • 54. • énergie totale dissipée par un signal s(t) : • puissance moyenne totale fournie par un signal s(t) : Pour un signal périodique de période T0, la puissance moyenne totale est calculée sur une période : 54SEER1-TS Classification des signaux
  • 55. Classification énergétique : •Signal à énergie totale finie (ou convergente) : Sa puissance moyenne totale est nulle (cas des signaux transitoires, des signaux physiques ou physiquement réalisables). •Signal à puissance moyenne totale finie (ou bornée) : Son énergie totale est infinie (cas des signaux périodiques, des signaux physiquement irréalisables comme les modèles mathématiques). 55SEER1-TS Classification des signaux
  • 56. Classification fréquentielle ou spectrale • spectre d’un signal : représentation de son amplitude, de sa phase, de son énergie ou de sa puissance en fonction de sa fréquence f ou de sa longueur d’onde λ (λ = c/f, avec c = 300 000 km/s). • largeur de bande (ou largeur spectrale) : o domaine des fréquences occupé par le spectre d’un signal. o différence entre les fréquences maximum et minimum de ce spectre. • Exemples o En téléphonie la voix a une BP= [300 Hz,3400 Hz] o L’oreille humaine est sensible dans la bande [20 Hz, 20000 Hz] 56SEER1-TS Classification des signaux
  • 57. Classification fréquentielle ou spectrale • En fonction de la largeur de bande, différents types de signaux se distinguent : o les signaux à bande étroite dont la largeur de bande est relativement petite, o les signaux à bande large dont la largeur de bande est relativement grande voire infinie, o les signaux de basses fréquences (BF) dont la largeur de bande est centrée sur des fréquences relativement faibles, o les signaux de hautes fréquences (HF) dont la largeur de bande est centrée sur des fréquences relativement importantes. 57SEER1-TS Classification des signaux
  • 59. Classification fréquentielle Remarque : • En fonction du domaine de fréquences dans lequel se situe le signal, on peut établir une autre classification spectrale : • TBF, BF, HF, VHF,UHF,… • IR (infrarouge), UV(ultra violet),…. 59SEER1-TS Classification des signaux
  • 60. Signaux Impulsion (ou distribution) de Dirac : • Définition : δ(t) est définie comme la distribution qui fait correspondre à toute fonction f(t) continue à l’origine sa valeur à l’origine : L’aire de δ(t) est toujours égale à l’unité. D’une manière plus générale, pour toute fonction f(t) continue en t = t0 : 60SEER1-TS
  • 61. Signaux • Représentation physique : la distribution de Dirac sert à représenter une action s’exerçant durant un temps très court. Elle est représentée par la limite d’une impulsion rectangulaire de durée T et d’amplitude 1/T lorsque T → 0, l’aire de cette impulsion étant bien égale à 1. 61SEER1-TS
  • 62. Signaux • Propriété de localisation : • Représentation graphique : la représentation graphique conventionnelle d’une impulsion de Dirac de poids f (t0) en t0 est une flèche verticale placée en t = t0 de longueur proportionnelle à f (t0). 62SEER1-TS
  • 63. Signaux • Echelon de Heaviside (ou échelon unitaire) : défini (sans rigueur mathématique) comme la primitive de l’impulsion de Dirac : La dérivée de Γ(t) est nulle sur R∗ et est égale au pic de Dirac de poids 1 en t = 0 : Γ(t) permet de rendre causal n’importe quel signal. 63SEER1-TS
  • 65. Signaux • Impulsion ou signal rectangulaire (ou signal porte) : signal rectangulaire, noté rect(t) ou Π(t) : 65SEER1-TS
  • 66. Signaux • Impulsion ou signal triangulaire : tri(t) ou Λ(t) 66SEER1-TS
  • 67. Signaux • Impulsion exponentielle : Remarque : l’impulsion exponentielle permet d’amortir n’importe quel signal. 67SEER1-TS
  • 68. Signaux • signal sinus cardinal : 68SEER1-TS
  • 69. Signaux • Peigne de Dirac : δT0(t) ou PgnT0(t) est une suite périodique d’impulsions de Dirac régulièrement espacées de période T0 69SEER1-TS
  • 70. Signaux • Signaux rectangulaires périodiques : 70SEER1-TS
  • 71. • Système : ensemble isolé de dispositifs établissent un lien de cause à effet entre des signaux d’entrée (excitations : commandes, consignes, perturbations) et des signaux de sortie (réponses ou mesures). • Pour analyser un système donné, il est nécessaire de le représenter par un modèle mathématique ; en générale u tel modèle est un opérateur fonctionnel (ou transformation) S qui agit sur un signal d’entrée x et le transforme en un signal de sortie y. Cette opération est représentée par y=S(x) 71SEER1-TS Systèmes
  • 72. Systèmes • Système stationnaire ou invariant : les caractéristiques du système n’évoluent pas au cours du temps. Une expérience (mesure) donnera les mêmes résultats. • Système linéaire et système non linéaire : un système linéaire vérifie le principe de superposition, à savoir, la réponse d’une somme d’excitations est égale à la somme des réponses des excitations correspondantes : s[a. x1 +b.x2]= a.s[x1] + b .s[x2] ; a et b sont deux constantes. x1,x2 deux entrées ou excitations, S l’opérateur fonctionnel caractérisant le système. • Système mono-variable et système multi-variable : un système est mono- variable (S.I.S.O.) s’il possède une seule entrée et une seule sortie. Dans les autres cas il est dit multi-variable (M.I.M.O., M.I.S.O., S.I.M.O.). 72SEER1-TS
  • 73. Systèmes • Système continu ou analogique : opèrent sur des signaux analogiques et produisent des signaux analogiques. • système échantillonné ou numérique : agissent sur des signaux numériques et produisent des signaux numériques. • systèmes hybrides : convertisseurs analogique –numérique. • Système causal : un système est causal si sa réponse ne précède jamais l’excitation qui lui correspond. La réponse à un instant t0 ne dépend pas de l’excitation à un instant t > t0. Remarque : la condition de causalité est nécessaire pour que le système soit physiquement réalisable. • Système déterministe et système stochastique : un système est déterministe si pour chaque excitation ne correspond qu’une seule réponse. Il est stochastique dans le cas contraire. 73SEER1-TS
  • 74. • Réponse impulsionnelle (ou percusionnelle) : une impulsion, à l’entrée d’un système causal, linéaire, continu et invariant donne en sortie un signal de durée finie appelé réponse impulsionnelle. • La réponse impulsionnelle, notée h(t) est donc la réponse d’un système à une impulsion de Dirac. 74SEER1-TS Systèmes
  • 75. Systèmes • Réponse indicielle, notée γ(t), est la réponse d’un système à un échelon unitaire. 75SEER1-TS