SlideShare une entreprise Scribd logo
FRACTURES DE L’EXTREMITE
INFERIEURE DU FEMUR
Encadré par :PR LAZAR
Présenté par :Dr boutouchent
Dr ould ramoul
PLAN DU COURS
• Généralités - Définition
• Intérêts de la question
• Rappel anatomique
• Etiopathogénie – Mécanisme
• Anatomopathologie
• Examen clinique
• Bilan radiologique
• Traitement
• Complications
• conclusion
Généralités – Définition
• Les fractures de l’extrémité
inférieure du fémur sont toutes les
fractures dont le trait intéresse le
tiers distal du fémur.
• On admet actuellement que
toute fracture située entre
l’interligne fémoro-tibiale en bas et
une ligne située a 12 cm ou six
travers de doigts en haut comme
fracture de l’EIF.
Ce sont toutes les fractures situées en dessous
de la bifurcation de la ligne âpre du fémur,
ainsi que les fractures sus condyliennes, inter
condyliennes et unicondyliennes du fémur.
ligne âpre : partie saillante du bord postérieur de
la diaphyse fémorale sur laquelle s'insèrent de
nombreux muscles et cloisons intermusculaires
Ligne âpre
• Font suites à un mécanisme de haute énergie
le plus souvent (accident de circulation ).
• Peuvent être associées à des lésions
cutanées et parfois vasculaires graves .
Intérêts de la question
• Fréquence: elles sont peu fréquentes, environ
10 % de la totalité des fractures fémorales.
• Gravité: Il s’agit de fractures graves par leur
complexité, souvent sont des fractures
articulaires, de traitement difficile souvent
chirurgical.
• Diagnostique: facile ,clinique confirmé par la
radiologie.
• Traitement:
Le traitement est le plus souvent chirurgical; il
sera en fonction de type et la complexité de la
fracture qui sera complété obligatoirement par
une rééducation passivo-active.
• Pronostic:
Les fractures de l’extrémité inférieure du fémur
sont a l’origine d’osteite, raideur et arthrose par
cal vicieux ou traumatisme du cartilage.
Rappel anatomo-physiologique
• Fémur : os le plus long et le plus
lourd du corps humain.
• L’épiphyse distale du fémur est
constituée d’une surface patellaire
en forme de poulie appelée
trochlée fémorale ; et de deux
éminences latérales appelées
condyles , séparés par une fosse
inter condylienne .
• Sur les condyles médial et latéral
s’insèrent respectivement le LCP et
le LCA .
• L’extrémité inférieure du
fémur forme avec
l’extrémité supérieure du
tibia l’articulation du genou.
• Les deux condyles :l’un
externe plus saillant en
arrière et plus bas que
l’interne qui est plus court
plus large s’articulent avec
les glènes tibiales
• Le rôle principal c’est
l’extension .
Muscle vaste latéral
Muscle vaste médial
Muscle gastrocnémien
:chef médial
Muscle grand
adducteur
LCP
LCA
Muscle poplité
Muscle gastrocnémien
:chef latéral
Muscle vaste
intermédiaire
• Le fémur est
principalement vascularisé
par l’artère fémorale qui fait
suite à l’artère iliaque
externe .
• L’artère poplité est
constamment soumise lors
des mouvements du genou ;
elle est solidaire au plan
ostéo-articulaire par ses
connexion avec le muscle
grand adducteur et soléaire
ce qui la rend vulnérable
lors des fractures de L’EIF
Etiopathogénie – Mécanisme
Etiologies :
• Accidents de la voie publique et de la
circulation : sujet jeune +++ haute énergie ,
souvent violents engendrant diverses lésions
associées ( fr ouverte , polytraum)
• Chute banale : sujet âgé ++ basse énergie ,
ostéoporose
Mécanisme :
• Direct : écrasement par véhicule ou corps en
chute ; choc perpendiculaire ou oblique sur
sujet debout
• Indirect :le plus fréquent, choc direct sur un
genou en fléxion;
chute d’un sujet âgé ostéoporotique ; torsion
d’un membre neurologique (poliomyélite) ;
choc axial sur jambe tendue ou genou fléchi (
syndrome du tableau de bord )
Anatomo-pathologie:
De très nombreuses classifications ont été proposées dans la
littérature prenant en compte le trait de fracture, le siège et la
communition du foyer fracturaire.
Selon le siège du trait de fracture: qui permet de différencier les
fractures supra-codyliennes extra-articulaires et les sus et inter-
condyliennes avec au moins un trait de refond articulaire.
• Selon la communition:
Elle siège plus volontiers a la région métaphysaire
interne et la région sus-trochléenne mais peut
s’étendre a la métaphyse:
• La classification de SOFCOT pour les fractures
supra condyliennes, sus et inter condyliennes; est
la plus utilisée élaborée en1988, elle comporte 7
types de fracture:
• Type I : fracture supra condylienne simple.
• Type II :fractures supra condyliennes
comminutives mais conservant une console de
stabilité.
• Type III : fractures supra condyliennes complexes
sans console de stabilité.
• Type IV : fractures sus et inter condyliennes
simples.
• Type V : fractures sus et inter condyliennes à
comminution métaphysaire.
• Type VI : fractures sus et inter condyliennes à
comminution métaphysaire et épiphysaire
• Type VII : fractures diaphyso-métaphyso-
épiphysaire .
Fractures de l'extrémité distale du fémur : classification
AO :
Type A : fracture supracondylienne non articulaire
Type B : fracture unicondylienne articulaire
Type C : fracture sus et intercondylienne articulaire
Les fractures unicondyliennes:
• Elles représentent 15 % de fractures de
l’extrémité inférieure du fémur
• Le mécanisme de ces fractures comporte un choc
antéro-latéral sur genou fléchi entrainant a la fois
un effet de cisaillement et écrasement.
• Elles se présentent sous trois formes:
-fracture de HOFFA: trait oblique
-fr de TRILLAT :trait horizontal
-fracture intermédiaire.
Lésions associées :
- Ouverture cutanée; habituellement de dedans en
dehors due a l’embrochage du quadriceps par le
fragment proximal.
- Lésions ligamentaires souvent méconnue
intéressant souvent le LCA .
- Fractures associées :rotule ,plateaux tibiaux,
diaphyse tibiale et bassin
- Vasculaires : artère poplitée ( rare )
- Nerveuses : nerf sciatiques poplité externe
- Polytraumatisme
Clinique
1. Interrogatoire: va à la recherche de :
- l’état civil du patient, l’âge, la profession,
- l’heure de l’accident, le mécanisme, les modalités de ramassage et du transport.
- La prise en charge initiale, - L’heure du dernier repas, - Les antécédents médico chirurgicaux.
2. examen clinique
a-Signes fonctionnels objective : Une douleur violente du genou avec impotence fonctionnelle
totale du membre inférieur.
b-inspection objective : Un simple gonflement est parfois observé, Mais le plus souvent, il existe
une déformation importante du membre inférieur, qui est raccourci avec un genou volumineux et
un pied en rotation externe. Dans certains cas, on observe une saillie antérieure du fragment
proximal (attiré par le quadriceps) menaçant l’ouverture cutanée de dedans en dehors
c/palpation recherche :
- un choc rotulien lié à l’hémarthrose
- - les pouls périphériques
- - l’état hémodynamique du patient
d- l’examen recherche aussi la survenue de complications immédiates et des lésions associées.
Bilan radiologique
- Radiographie de face et de profil du genou
-Radiographie du fémur Face et Profil
-Radiographies sous traction.
-Clichets ¾ interne et externe si besoin
- Bassin de face systématique
TRAITEMENT
BUT :
- Obtenir une réduction articulaire anatomique
- Restauration de l’axe normal du membre inférieur
et une stabilité suffisante
- Autoriser une rééducation précoce pour prévenir
le risque de raideur articulaire
1/ Traitement orthopédique :
il trouve ses indications en cas de :
• Comminution majeure et étendue.
• Ostéoporose afin d’obtenir un montage solide par
l’ostéosynthèse.
• Traitement provisoire dans l’attente d’une ostéosynthèse.
Chez les patients dont la fracture passe au second plan en raison
d’autres lésions qui engagent le pronostic vital.
1.1 Immobilisation plâtrée : Le plâtre pelvi-pédieux peut être
envisagé pour des fractures sans déplacement ou pour un
décollement épiphysaire correctement réduit. L’inconvénient
majeur est le risque de raideur particulièrement chez le sujet âgé
.
.
• 1.2 Traction trans-tubérositaire tibiale continue :
réalise une restitution de l’axe du membre du fait de
l’extension et une mobilisation progressive du genou. Le
membre est installé sur une attelle , le genou étant fléchi à
90°, l’angulation de l’attelle doit être située sous le foyer de
fracture . La réduction est ainsi suivie au fil des jours sur les
radiographies de contrôle. La traction reste une méthode
efficace d’attente en cas d’intervention différée.
2 / Traitement chirurgical :
a/ Délai opératoire : Une ostéosynthèse précoce est très
recommandée, avec un délai moyen de 48 heures nécessaire
pour stabiliser l’état général du patient .
b/ Moyens thérapeutiques et indications :
* Les fractures supra condyliennes : réduction anatomique et
ostéosynthèse par lame plaque ou vis plaque .
* Les fractures uni condyliennes : réduction +ostéosynthèse par
vissage et/ou embrochage, dans un plan perpendiculaire au
trait de fracture .
• Les fractures inter-condyliennes : La reconstitution du massif
articulaire est importante à réaliser en premier, suivie par une
solidarisation de l’épiphyse avec la diaphyse par vis plaque .
- Le traitement chirurgical est la seule méthode
permettant d’atteindre le but l’ostéosynthèse
permet la stabilisation de la fracture, elle est
assuré:
par lame plaque, vis plaque, plaque vissée, vissage,
fixateur externe
- Les fractures unicondyliennes peuvent bénéficier
d’un vissage.
- Les décollements nécessitent un embrochage ou
un vissage.
- La rééducation doit être entreprise le plus
précocement
Complications :
Précoces :
-Déplacement du foyer fracturaire
-Infection post opératoire
-Embolie graisseuse et accidents thrombo- emboliques
Tardives :
-Pseudarthrose
-Cals vicieux
-Raideur du genou
- Arthrose du genou ( fémoro patellaire ++ )
conclusion
Les fractures de l’EIF sont des fractures rares et
graves dont le traitement est très délicat
nécessitant une technicité et rigueur
chirurgicale.
le pronostic est relativement sombre engageant
le pronostic vital chez les sujets âgés et le
pronostic fonctionnel chez le sujet jeune qui
sont le plus souvent articulaires ,complexes et
ouvertes.
Merci pour votre attention

Contenu connexe

Tendances

Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.L-ilia
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
hind henzazi
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 
7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr
Salah Eddine
 
Panaris phlegmons
Panaris phlegmonsPanaris phlegmons
Panaris phlegmonssomia hind
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasguest195328
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr
Salah Eddine
 
CAT devant une Pleurésie
CAT devant une PleurésieCAT devant une Pleurésie
CAT devant une Pleurésie
Abdelilah Kouchih
 
Luxations du coude
Luxations du coudeLuxations du coude
Luxations du coude
Ahmed Hadj Ammar
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dr. Kerfah Soumia
 
Imagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions MusculairesImagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions MusculairesRegenlab
 
Généralités sur les fractures
Généralités sur les fracturesGénéralités sur les fractures
Généralités sur les fractures
Dr. Yassine BEZZIANE
 
Imagerie du Cartilège
Imagerie du CartilègeImagerie du Cartilège
Imagerie du Cartilègeaatrillat
 
Traumato cheville & pied
 Traumato cheville & pied Traumato cheville & pied
Traumato cheville & pied
Eugène NJEBARIKANUYE
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusHamlaoui Saddek
 

Tendances (20)

Fracture de la rotule
Fracture de la rotuleFracture de la rotule
Fracture de la rotule
 
Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr
 
4 fract cervicales
 4  fract cervicales 4  fract cervicales
4 fract cervicales
 
Panaris phlegmons
Panaris phlegmonsPanaris phlegmons
Panaris phlegmons
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
 
Document
DocumentDocument
Document
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr
 
CAT devant une Pleurésie
CAT devant une PleurésieCAT devant une Pleurésie
CAT devant une Pleurésie
 
Luxations du coude
Luxations du coudeLuxations du coude
Luxations du coude
 
12 poignet - fractures
12  poignet - fractures12  poignet - fractures
12 poignet - fractures
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
 
Imagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions MusculairesImagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions Musculaires
 
Généralités sur les fractures
Généralités sur les fracturesGénéralités sur les fractures
Généralités sur les fractures
 
Imagerie du Cartilège
Imagerie du CartilègeImagerie du Cartilège
Imagerie du Cartilège
 
Traumato cheville & pied
 Traumato cheville & pied Traumato cheville & pied
Traumato cheville & pied
 
Staphylococcies pleuro pulmonaires
Staphylococcies  pleuro pulmonairesStaphylococcies  pleuro pulmonaires
Staphylococcies pleuro pulmonaires
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
 

Similaire à FEIF.pptx

28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras
28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras
28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras
islambouchiba9
 
Traumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdf
Traumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdfTraumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdf
Traumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdf
Souleymane5
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
mesomenia Adr
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genoumesomenia Adr
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
medo parta
 
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2 Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Michel Triffaux
 
cour residents FESF 2022 (2).pptx
cour residents  FESF 2022 (2).pptxcour residents  FESF 2022 (2).pptx
cour residents FESF 2022 (2).pptx
ZeynebBoutouchent
 
Traumatismes du coude
Traumatismes du coudeTraumatismes du coude
Traumatismes du coude
imma-dr
 
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.pptGénéralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
BadrAbouAlia
 
Traumatismes de la hanche
Traumatismes de la hancheTraumatismes de la hanche
Traumatismes de la hanche
imma-dr
 
11 gonarthrose
11  gonarthrose11  gonarthrose
11 gonarthroseSoulaf Sel
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusHamlaoui Saddek
 
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptxPseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
abdohouamer1
 
5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr
Salah Eddine
 
Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou emnahammami
 
Semiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptx
Semiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptxSemiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptx
Semiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptx
SkanderB
 
9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou
9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou
9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou
islambouchiba9
 
Arthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdf
Arthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdfArthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdf
Arthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdf
AbdelaliElbouhti
 

Similaire à FEIF.pptx (20)

28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras
28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras
28.04.Fracture_2_Os_Avant-bras.pdf fracture des deux os de l'avant bras
 
Traumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdf
Traumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdfTraumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdf
Traumatismes du rachis cervical _ évaluation par scanner et IRM.pdf
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
 
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2 Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
 
cour residents FESF 2022 (2).pptx
cour residents  FESF 2022 (2).pptxcour residents  FESF 2022 (2).pptx
cour residents FESF 2022 (2).pptx
 
Traumatismes du coude
Traumatismes du coudeTraumatismes du coude
Traumatismes du coude
 
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.pptGénéralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
 
Fracturefemur
 Fracturefemur Fracturefemur
Fracturefemur
 
Traumatismes de la hanche
Traumatismes de la hancheTraumatismes de la hanche
Traumatismes de la hanche
 
11 gonarthrose
11  gonarthrose11  gonarthrose
11 gonarthrose
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
 
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptxPseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
 
Traumato genou
 Traumato genou Traumato genou
Traumato genou
 
5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr
 
Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou
 
Semiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptx
Semiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptxSemiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptx
Semiologie en Traumatologie - cours infirmiers ISP.pptx
 
9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou
9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou
9h-jean-marie-coudreuse.pdf conduite à tenir devant un traumatisme du genou
 
Arthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdf
Arthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdfArthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdf
Arthroses coxarthrose gonarthrose S.pptx.pdf
 

FEIF.pptx

  • 1. FRACTURES DE L’EXTREMITE INFERIEURE DU FEMUR Encadré par :PR LAZAR Présenté par :Dr boutouchent Dr ould ramoul
  • 2. PLAN DU COURS • Généralités - Définition • Intérêts de la question • Rappel anatomique • Etiopathogénie – Mécanisme • Anatomopathologie • Examen clinique • Bilan radiologique • Traitement • Complications • conclusion
  • 3. Généralités – Définition • Les fractures de l’extrémité inférieure du fémur sont toutes les fractures dont le trait intéresse le tiers distal du fémur. • On admet actuellement que toute fracture située entre l’interligne fémoro-tibiale en bas et une ligne située a 12 cm ou six travers de doigts en haut comme fracture de l’EIF.
  • 4. Ce sont toutes les fractures situées en dessous de la bifurcation de la ligne âpre du fémur, ainsi que les fractures sus condyliennes, inter condyliennes et unicondyliennes du fémur. ligne âpre : partie saillante du bord postérieur de la diaphyse fémorale sur laquelle s'insèrent de nombreux muscles et cloisons intermusculaires
  • 6. • Font suites à un mécanisme de haute énergie le plus souvent (accident de circulation ). • Peuvent être associées à des lésions cutanées et parfois vasculaires graves .
  • 7. Intérêts de la question • Fréquence: elles sont peu fréquentes, environ 10 % de la totalité des fractures fémorales. • Gravité: Il s’agit de fractures graves par leur complexité, souvent sont des fractures articulaires, de traitement difficile souvent chirurgical. • Diagnostique: facile ,clinique confirmé par la radiologie.
  • 8. • Traitement: Le traitement est le plus souvent chirurgical; il sera en fonction de type et la complexité de la fracture qui sera complété obligatoirement par une rééducation passivo-active. • Pronostic: Les fractures de l’extrémité inférieure du fémur sont a l’origine d’osteite, raideur et arthrose par cal vicieux ou traumatisme du cartilage.
  • 9. Rappel anatomo-physiologique • Fémur : os le plus long et le plus lourd du corps humain. • L’épiphyse distale du fémur est constituée d’une surface patellaire en forme de poulie appelée trochlée fémorale ; et de deux éminences latérales appelées condyles , séparés par une fosse inter condylienne . • Sur les condyles médial et latéral s’insèrent respectivement le LCP et le LCA .
  • 10. • L’extrémité inférieure du fémur forme avec l’extrémité supérieure du tibia l’articulation du genou. • Les deux condyles :l’un externe plus saillant en arrière et plus bas que l’interne qui est plus court plus large s’articulent avec les glènes tibiales • Le rôle principal c’est l’extension .
  • 11. Muscle vaste latéral Muscle vaste médial Muscle gastrocnémien :chef médial Muscle grand adducteur LCP LCA Muscle poplité Muscle gastrocnémien :chef latéral Muscle vaste intermédiaire
  • 12. • Le fémur est principalement vascularisé par l’artère fémorale qui fait suite à l’artère iliaque externe . • L’artère poplité est constamment soumise lors des mouvements du genou ; elle est solidaire au plan ostéo-articulaire par ses connexion avec le muscle grand adducteur et soléaire ce qui la rend vulnérable lors des fractures de L’EIF
  • 13. Etiopathogénie – Mécanisme Etiologies : • Accidents de la voie publique et de la circulation : sujet jeune +++ haute énergie , souvent violents engendrant diverses lésions associées ( fr ouverte , polytraum) • Chute banale : sujet âgé ++ basse énergie , ostéoporose
  • 14. Mécanisme : • Direct : écrasement par véhicule ou corps en chute ; choc perpendiculaire ou oblique sur sujet debout • Indirect :le plus fréquent, choc direct sur un genou en fléxion; chute d’un sujet âgé ostéoporotique ; torsion d’un membre neurologique (poliomyélite) ; choc axial sur jambe tendue ou genou fléchi ( syndrome du tableau de bord )
  • 15.
  • 16. Anatomo-pathologie: De très nombreuses classifications ont été proposées dans la littérature prenant en compte le trait de fracture, le siège et la communition du foyer fracturaire. Selon le siège du trait de fracture: qui permet de différencier les fractures supra-codyliennes extra-articulaires et les sus et inter- condyliennes avec au moins un trait de refond articulaire.
  • 17. • Selon la communition: Elle siège plus volontiers a la région métaphysaire interne et la région sus-trochléenne mais peut s’étendre a la métaphyse: • La classification de SOFCOT pour les fractures supra condyliennes, sus et inter condyliennes; est la plus utilisée élaborée en1988, elle comporte 7 types de fracture:
  • 18.
  • 19. • Type I : fracture supra condylienne simple. • Type II :fractures supra condyliennes comminutives mais conservant une console de stabilité. • Type III : fractures supra condyliennes complexes sans console de stabilité. • Type IV : fractures sus et inter condyliennes simples. • Type V : fractures sus et inter condyliennes à comminution métaphysaire. • Type VI : fractures sus et inter condyliennes à comminution métaphysaire et épiphysaire • Type VII : fractures diaphyso-métaphyso- épiphysaire .
  • 20. Fractures de l'extrémité distale du fémur : classification AO : Type A : fracture supracondylienne non articulaire Type B : fracture unicondylienne articulaire Type C : fracture sus et intercondylienne articulaire
  • 21.
  • 22. Les fractures unicondyliennes: • Elles représentent 15 % de fractures de l’extrémité inférieure du fémur • Le mécanisme de ces fractures comporte un choc antéro-latéral sur genou fléchi entrainant a la fois un effet de cisaillement et écrasement. • Elles se présentent sous trois formes: -fracture de HOFFA: trait oblique -fr de TRILLAT :trait horizontal -fracture intermédiaire.
  • 23.
  • 24. Lésions associées : - Ouverture cutanée; habituellement de dedans en dehors due a l’embrochage du quadriceps par le fragment proximal. - Lésions ligamentaires souvent méconnue intéressant souvent le LCA . - Fractures associées :rotule ,plateaux tibiaux, diaphyse tibiale et bassin - Vasculaires : artère poplitée ( rare ) - Nerveuses : nerf sciatiques poplité externe - Polytraumatisme
  • 25. Clinique 1. Interrogatoire: va à la recherche de : - l’état civil du patient, l’âge, la profession, - l’heure de l’accident, le mécanisme, les modalités de ramassage et du transport. - La prise en charge initiale, - L’heure du dernier repas, - Les antécédents médico chirurgicaux. 2. examen clinique a-Signes fonctionnels objective : Une douleur violente du genou avec impotence fonctionnelle totale du membre inférieur. b-inspection objective : Un simple gonflement est parfois observé, Mais le plus souvent, il existe une déformation importante du membre inférieur, qui est raccourci avec un genou volumineux et un pied en rotation externe. Dans certains cas, on observe une saillie antérieure du fragment proximal (attiré par le quadriceps) menaçant l’ouverture cutanée de dedans en dehors c/palpation recherche : - un choc rotulien lié à l’hémarthrose - - les pouls périphériques - - l’état hémodynamique du patient d- l’examen recherche aussi la survenue de complications immédiates et des lésions associées.
  • 26. Bilan radiologique - Radiographie de face et de profil du genou -Radiographie du fémur Face et Profil -Radiographies sous traction. -Clichets ¾ interne et externe si besoin - Bassin de face systématique
  • 27.
  • 28. TRAITEMENT BUT : - Obtenir une réduction articulaire anatomique - Restauration de l’axe normal du membre inférieur et une stabilité suffisante - Autoriser une rééducation précoce pour prévenir le risque de raideur articulaire
  • 29. 1/ Traitement orthopédique : il trouve ses indications en cas de : • Comminution majeure et étendue. • Ostéoporose afin d’obtenir un montage solide par l’ostéosynthèse. • Traitement provisoire dans l’attente d’une ostéosynthèse. Chez les patients dont la fracture passe au second plan en raison d’autres lésions qui engagent le pronostic vital. 1.1 Immobilisation plâtrée : Le plâtre pelvi-pédieux peut être envisagé pour des fractures sans déplacement ou pour un décollement épiphysaire correctement réduit. L’inconvénient majeur est le risque de raideur particulièrement chez le sujet âgé . .
  • 30. • 1.2 Traction trans-tubérositaire tibiale continue : réalise une restitution de l’axe du membre du fait de l’extension et une mobilisation progressive du genou. Le membre est installé sur une attelle , le genou étant fléchi à 90°, l’angulation de l’attelle doit être située sous le foyer de fracture . La réduction est ainsi suivie au fil des jours sur les radiographies de contrôle. La traction reste une méthode efficace d’attente en cas d’intervention différée.
  • 31. 2 / Traitement chirurgical : a/ Délai opératoire : Une ostéosynthèse précoce est très recommandée, avec un délai moyen de 48 heures nécessaire pour stabiliser l’état général du patient . b/ Moyens thérapeutiques et indications : * Les fractures supra condyliennes : réduction anatomique et ostéosynthèse par lame plaque ou vis plaque . * Les fractures uni condyliennes : réduction +ostéosynthèse par vissage et/ou embrochage, dans un plan perpendiculaire au trait de fracture .
  • 32. • Les fractures inter-condyliennes : La reconstitution du massif articulaire est importante à réaliser en premier, suivie par une solidarisation de l’épiphyse avec la diaphyse par vis plaque .
  • 33.
  • 34. - Le traitement chirurgical est la seule méthode permettant d’atteindre le but l’ostéosynthèse permet la stabilisation de la fracture, elle est assuré: par lame plaque, vis plaque, plaque vissée, vissage, fixateur externe - Les fractures unicondyliennes peuvent bénéficier d’un vissage. - Les décollements nécessitent un embrochage ou un vissage. - La rééducation doit être entreprise le plus précocement
  • 35. Complications : Précoces : -Déplacement du foyer fracturaire -Infection post opératoire -Embolie graisseuse et accidents thrombo- emboliques Tardives : -Pseudarthrose -Cals vicieux -Raideur du genou - Arthrose du genou ( fémoro patellaire ++ )
  • 36. conclusion Les fractures de l’EIF sont des fractures rares et graves dont le traitement est très délicat nécessitant une technicité et rigueur chirurgicale. le pronostic est relativement sombre engageant le pronostic vital chez les sujets âgés et le pronostic fonctionnel chez le sujet jeune qui sont le plus souvent articulaires ,complexes et ouvertes.
  • 37. Merci pour votre attention