SlideShare une entreprise Scribd logo
LE SECRETLE SECRET
MEDICAL MEDICAL 
Dr R. SERHANEDr R. SERHANE
«« admis à l’intérieur des maisons, mes yeux neadmis à l’intérieur des maisons, mes yeux ne
verront pas ce qui s’y passe, ma langue taira lesverront pas ce qui s’y passe, ma langue taira les
secrets qui me seront confiéssecrets qui me seront confiés… ».… ».
HippocrateHippocrate
I/ INTRODUCTION :I/ INTRODUCTION :
 Le secret médical est une obligation à laquelle estLe secret médical est une obligation à laquelle est
soumis le corps médical dans l’exercice de sessoumis le corps médical dans l’exercice de ses
fonctions ; il concerne tout ce que le médecin a vu,fonctions ; il concerne tout ce que le médecin a vu,
compris ou lui a été confié dans l’exercice de sescompris ou lui a été confié dans l’exercice de ses
fonctions.fonctions.
 Le secret médical est aussi un droit du malade.Le secret médical est aussi un droit du malade.
 En cas de violation de cette confiance, le médecinEn cas de violation de cette confiance, le médecin
engage sa responsabilité envers son malade qui pourraengage sa responsabilité envers son malade qui pourra
demander réparation de préjudice ; ainsi que sademander réparation de préjudice ; ainsi que sa
responsabilité pénale et disciplinaire (code deresponsabilité pénale et disciplinaire (code de
déontologie.)déontologie.)
II/ FONDEMENT DU SECRETII/ FONDEMENT DU SECRET
MEDICAL MEDICAL 
A- Règles juridiques A- Règles juridiques  ::
 1/Article 301 du CPA1/Article 301 du CPA  
« Les médecins, chirurgiens, pharmaciens, sages femmes« Les médecins, chirurgiens, pharmaciens, sages femmes
ou toutes autres personnes dépositaires par état, parou toutes autres personnes dépositaires par état, par
profession ou par fonctions permanentes ouprofession ou par fonctions permanentes ou
temporaires, des secrets qu’on leur a confié, qui hors letemporaires, des secrets qu’on leur a confié, qui hors le
cas ou la loi les oblige ou les autorise à se portercas ou la loi les oblige ou les autorise à se porter
dénonciateurs, ont révélé ces secrets, sont punis d’undénonciateurs, ont révélé ces secrets, sont punis d’un
emprisonnement d’un à six mois et d’une amende deemprisonnement d’un à six mois et d’une amende de
500 à 5000 DA. »500 à 5000 DA. »
 2/Article 206 de LPPS 90 /17 du 31/07/1990 2/Article 206 de LPPS 90 /17 du 31/07/1990 ::
 *Art 206/01 : Le secret médical est garant du respect de la*Art 206/01 : Le secret médical est garant du respect de la
dignité du malade et de la protection de sa personnalité.dignité du malade et de la protection de sa personnalité.
 *Art 206/02 : l’obligation du secret professionnel est*Art 206/02 : l’obligation du secret professionnel est
générale et absolue sauf dérogation légale.générale et absolue sauf dérogation légale.
 *Art 206/03 : l’obligation de dénoncer les sévices envers*Art 206/03 : l’obligation de dénoncer les sévices envers
les enfants, mineurs et les personnes privées de liberté.les enfants, mineurs et les personnes privées de liberté.
 *Art 206/04 : le médecin expert ou requis n’est pas lié*Art 206/04 : le médecin expert ou requis n’est pas lié
par le secret pour l’objet de sa mission.par le secret pour l’objet de sa mission.
 *Art206/05 : pas de révélation des faits du secret même*Art206/05 : pas de révélation des faits du secret même
si le médecin est témoin devant la justice sauf si le malade l’ysi le médecin est témoin devant la justice sauf si le malade l’y
autorise.autorise.
 B- Règles déontologiques B- Règles déontologiques  ::
 Art 36 du CD : le secret médical s’impose à tout médecin,Art 36 du CD : le secret médical s’impose à tout médecin,
chirurgien dentiste sauf si la loi en dispose autrement.chirurgien dentiste sauf si la loi en dispose autrement.
 Art 37 du CD: le secret médical couvre tout ce que leArt 37 du CD: le secret médical couvre tout ce que le
médecin a vu, a compris, a entendu ou lui a été confié.médecin a vu, a compris, a entendu ou lui a été confié.
 Art 38 du CD : le médecin doit faire respecter lesArt 38 du CD : le médecin doit faire respecter les
impératifs du secret par les auxiliaires.impératifs du secret par les auxiliaires.
 Art 39 du CD : le médecin doit protéger tout documentArt 39 du CD : le médecin doit protéger tout document
médico-légal ( fiche clinique, dossier) concernant sesmédico-légal ( fiche clinique, dossier) concernant ses
malades contre toute indiscrétion.malades contre toute indiscrétion.
 Art 40 du CD: lors de la publication scientifique, le secretArt 40 du CD: lors de la publication scientifique, le secret
est respecté : on ne doit pas identifier le malade.est respecté : on ne doit pas identifier le malade.
 Art 41 du CD: le secret médical persiste même après leArt 41 du CD: le secret médical persiste même après le
décès du malade sauf pour faire valoir un droit.décès du malade sauf pour faire valoir un droit.
III/ LES PERSONNES TENUESIII/ LES PERSONNES TENUES
AU SECRET :AU SECRET :
 Le secret médical concerne aussi bien leLe secret médical concerne aussi bien le
personnel médical et le personnel non médical,personnel médical et le personnel non médical,
tous les deux ayant un contact avec le maladetous les deux ayant un contact avec le malade
lui-même ou son dossier médical.lui-même ou son dossier médical.
 I/ Personnel médical :I/ Personnel médical :
A /Personnel soignantA /Personnel soignant : concerneconcerne
 Les médecins traitantsLes médecins traitants : Les étudiants en médecine en
stage (externe, interne en milieu hospitalier) ;
 Les dentistes 
 Les pharmaciens 
 Les sages femmes
 Toutes les autres personnes contribuant aux soins :
 Auxiliaires médicaux (infirmiers, kinésithérapeutes,
orthopédistes, Psychologues …..etc.)
 Les laborantins ( analyses médicales.)
 Par extension en milieu hospitalier, le service
est tenu au secret.
B/Personnel non soignant : il concernera alors :
 Médecins conseils des caisses de sécurité
sociale 
 Médecins du travail 
 Médecins des compagnies d’assurance 
 Médecins experts.
 II/ Personnel non médical :II/ Personnel non médical :
 La secrétaire du médecin libéral.La secrétaire du médecin libéral.
 l’agent hospitalier .l’agent hospitalier .
Le médecin est responsable du personnel non médicalLe médecin est responsable du personnel non médical
qui l’assiste (par exemple : La secrétaire aqui l’assiste (par exemple : La secrétaire a
connaissance des dossiers des patients, est souventconnaissance des dossiers des patients, est souvent
présent au moment des soins.)présent au moment des soins.)
IV/ LE DOMAINE DU SECRETIV/ LE DOMAINE DU SECRET
MEDICAL :MEDICAL :
Le secret médical concerne :Le secret médical concerne :
 Tout ce qui a été vuTout ce qui a été vu
 Informations confiéesInformations confiées
 Informations comprises, voire tout ce qui a pu être interprétéInformations comprises, voire tout ce qui a pu être interprété
lors de l’exercice médical.lors de l’exercice médical.
Pour cela, on peut dire que ça concerne Pour cela, on peut dire que ça concerne 
 Les déclarations du malade,Les déclarations du malade,
 Les diagnostics, les thérapeutiques,Les diagnostics, les thérapeutiques,
 Les fiches ou dossiers médicaux, mais aussiLes fiches ou dossiers médicaux, mais aussi
 Les conversations surprises au domicile lors d’une visiteLes conversations surprises au domicile lors d’une visite
médicale de contrôle.médicale de contrôle.
 En conséquence les sanctions vont être triples :En conséquence les sanctions vont être triples :
 pénale : peine d’amende ou de prison.pénale : peine d’amende ou de prison.
 Civile : réparation du préjudice.Civile : réparation du préjudice.
 Disciplinaire : violation des articles du code deDisciplinaire : violation des articles du code de
déontologiedéontologie
Le délit n’est pas constitué dans le cas ou la loiLe délit n’est pas constitué dans le cas ou la loi
l’autorise ou impose la révélation du secret.l’autorise ou impose la révélation du secret.
V/ DEROGATIONS DU SECRET V/ DEROGATIONS DU SECRET 
1) Dérogations relatives 1) Dérogations relatives  ::
Le législateur laisse au praticien la liberté de révéler ou non uneLe législateur laisse au praticien la liberté de révéler ou non une
information de nature secrète.information de nature secrète.
 L’avortement criminelL’avortement criminel : en vertu de l’article 301 du code: en vertu de l’article 301 du code
pénal « le praticien n’encourt pas de peine s’il dénonce unpénal « le praticien n’encourt pas de peine s’il dénonce un
avortement criminel »avortement criminel »
 Signalement des toxicomaniesSignalement des toxicomanies ::
Le praticien est autorisé à déclarer les cas de toxicomanie dontLe praticien est autorisé à déclarer les cas de toxicomanie dont
il a eu connaissance lors de sa consultationil a eu connaissance lors de sa consultation (circulaire(circulaire
235/28-12-91 émanant du MSP).235/28-12-91 émanant du MSP)...
2) Dérogations absolues 2) Dérogations absolues  ::
11erer
butbut :: protéger la santé publiqueprotéger la santé publique
 Les maladies à déclaration obligatoire:Les maladies à déclaration obligatoire: La déclarations des maladiesLa déclarations des maladies
contagieuses, à l’autorité sanitaire est obligatoire sous couvertcontagieuses, à l’autorité sanitaire est obligatoire sous couvert
de l’anonymatde l’anonymat
22èmeème
butbut : préserver l’intérêt du patient: préserver l’intérêt du patient
 Déclaration des accidents de travail et maladies professionnelles Déclaration des accidents de travail et maladies professionnelles ::
le certificat délivré doit contenir toutes les constatations quile certificat délivré doit contenir toutes les constatations qui
pourraient présenter une importance pour la détermination depourraient présenter une importance pour la détermination de
l’origine traumatique ou morbide des lésions.l’origine traumatique ou morbide des lésions.
 Sévices à enfants Sévices à enfants : 206/03 LPPS et article 54 du CD. Le médecin: 206/03 LPPS et article 54 du CD. Le médecin
doit les dénoncer.doit les dénoncer.
 Protection des incapables majeursProtection des incapables majeurs :: dont les facultésdont les facultés
mentales sont altérées parmentales sont altérées par ::
 une maladieune maladie
 une infirmitéune infirmité
 ou un affaiblissement du à l’âge (mesures de tutelle, deou un affaiblissement du à l’âge (mesures de tutelle, de
curatelle ou de sauvegarde de justice).curatelle ou de sauvegarde de justice).
Le médecin certifie l’altération des facultés mentales ouLe médecin certifie l’altération des facultés mentales ou
corporelles et leur incidence sur le comportement du sujetcorporelles et leur incidence sur le comportement du sujet..
33èmeème
butbut : déclarer à l’état civil: déclarer à l’état civil
 La déclaration de naissanceLa déclaration de naissance : est une obligation faite au médecinest une obligation faite au médecin
délié du secret lorsqu’elle n’est pas faite par le père.délié du secret lorsqu’elle n’est pas faite par le père.
 La déclaration des décèsLa déclaration des décès : aucune inhumation ne pourra être faite: aucune inhumation ne pourra être faite
sans caractère constant de la mort et la nature de celle-cisans caractère constant de la mort et la nature de celle-ci
( naturelle, violente, suspecte.)( naturelle, violente, suspecte.)

Contenu connexe

Tendances

Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxEtablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
Jamal Ti
 
Système national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdfSystème national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdf
ELBACHIRBANIAISSA
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aigu
Amel Ammar
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 

Tendances (20)

Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxEtablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
 
La diphterie
La diphterieLa diphterie
La diphterie
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
Rhinite allergique
Rhinite allergiqueRhinite allergique
Rhinite allergique
 
Système national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdfSystème national de santé 2023.pdf
Système national de santé 2023.pdf
 
SEMIOLOGIE ORL
SEMIOLOGIE ORLSEMIOLOGIE ORL
SEMIOLOGIE ORL
 
Le reseau hospitalier maroc et rih
Le reseau hospitalier maroc et rihLe reseau hospitalier maroc et rih
Le reseau hospitalier maroc et rih
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aigu
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
l'hypertension artérielle
l'hypertension artériellel'hypertension artérielle
l'hypertension artérielle
 
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
 
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITALSECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
L'appareil locomoteur ah
L'appareil locomoteur ahL'appareil locomoteur ah
L'appareil locomoteur ah
 
Du Orl Tropicale
Du Orl TropicaleDu Orl Tropicale
Du Orl Tropicale
 
Ethique Professionnelle
Ethique ProfessionnelleEthique Professionnelle
Ethique Professionnelle
 
Introduction à la médecine du travail
Introduction à la médecine du travailIntroduction à la médecine du travail
Introduction à la médecine du travail
 
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte contre les i...
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte  contre les i...Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte  contre les i...
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte contre les i...
 
Théorie de l'information
Théorie de l'informationThéorie de l'information
Théorie de l'information
 

En vedette

Slide show Lecon recapitulative
Slide show Lecon recapitulativeSlide show Lecon recapitulative
Slide show Lecon recapitulative
raymondlupu
 

En vedette (20)

Secret medical n°1
Secret medical n°1Secret medical n°1
Secret medical n°1
 
Aspect génétique de la synthèse des protéines
Aspect génétique de la synthèse des protéinesAspect génétique de la synthèse des protéines
Aspect génétique de la synthèse des protéines
 
Lithiase vésiculaire et ses complications
Lithiase vésiculaire et ses complicationsLithiase vésiculaire et ses complications
Lithiase vésiculaire et ses complications
 
Evidence Based Medicine | Pr. Midoun
Evidence Based Medicine | Pr. MidounEvidence Based Medicine | Pr. Midoun
Evidence Based Medicine | Pr. Midoun
 
Qcm lithiase vésiculaire
Qcm lithiase vésiculaireQcm lithiase vésiculaire
Qcm lithiase vésiculaire
 
Inflammation cours de residanat
Inflammation cours de residanatInflammation cours de residanat
Inflammation cours de residanat
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
 
COUR KYSTE HYDATIQUE DU FOIE
COUR KYSTE HYDATIQUE DU FOIECOUR KYSTE HYDATIQUE DU FOIE
COUR KYSTE HYDATIQUE DU FOIE
 
QCM KYSTE HYDATIQUE DU FOIE
QCM KYSTE HYDATIQUE DU FOIEQCM KYSTE HYDATIQUE DU FOIE
QCM KYSTE HYDATIQUE DU FOIE
 
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasiqueQCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
 
L avortement
L avortementL avortement
L avortement
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
 
El resúmen en el ámbito científico
El resúmen en el ámbito científicoEl resúmen en el ámbito científico
El resúmen en el ámbito científico
 
Vos clients, des actifs à protéger
Vos clients, des actifs à protégerVos clients, des actifs à protéger
Vos clients, des actifs à protéger
 
Slide show Lecon recapitulative
Slide show Lecon recapitulativeSlide show Lecon recapitulative
Slide show Lecon recapitulative
 
A1 1 entrer en contact-final-new
A1 1 entrer en contact-final-newA1 1 entrer en contact-final-new
A1 1 entrer en contact-final-new
 
Dossier de Dresse maitre restaurateur loiret / CCI 45
Dossier de Dresse maitre restaurateur loiret / CCI 45Dossier de Dresse maitre restaurateur loiret / CCI 45
Dossier de Dresse maitre restaurateur loiret / CCI 45
 
Lecercle blue light_georgia
Lecercle blue light_georgiaLecercle blue light_georgia
Lecercle blue light_georgia
 
Revue depressetest
Revue depressetestRevue depressetest
Revue depressetest
 
Moulins & lavoirs au Pays de Fouesnant - euiv5
Moulins & lavoirs au Pays de Fouesnant - euiv5Moulins & lavoirs au Pays de Fouesnant - euiv5
Moulins & lavoirs au Pays de Fouesnant - euiv5
 

Similaire à Le secret medical _ Dr R. SERHANE

Responsabilité médicale et soignants
Responsabilité médicale et soignantsResponsabilité médicale et soignants
Responsabilité médicale et soignants
Hervé Faltot
 
Le secret médical dans le projet de loi relatif à la santé
Le secret médical dans le projet de loi relatif à la santéLe secret médical dans le projet de loi relatif à la santé
Le secret médical dans le projet de loi relatif à la santé
Réseau Pro Santé
 
Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...
Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...
Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...
Réseau Pro Santé
 
Pr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnellePr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnelle
Amar Aoulmi
 
Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15
raymondteyrouz
 
Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013
Hervé Faltot
 

Similaire à Le secret medical _ Dr R. SERHANE (20)

Restriction Protection Vie Privee
Restriction Protection Vie PriveeRestriction Protection Vie Privee
Restriction Protection Vie Privee
 
Responsabilité médicale et soignants
Responsabilité médicale et soignantsResponsabilité médicale et soignants
Responsabilité médicale et soignants
 
Déontologie médicale
Déontologie médicaleDéontologie médicale
Déontologie médicale
 
Le secret médical dans le projet de loi relatif à la santé
Le secret médical dans le projet de loi relatif à la santéLe secret médical dans le projet de loi relatif à la santé
Le secret médical dans le projet de loi relatif à la santé
 
Le code de deontologie
Le code de deontologieLe code de deontologie
Le code de deontologie
 
Cour de dr_laimouch_droit_medical
Cour de dr_laimouch_droit_medicalCour de dr_laimouch_droit_medical
Cour de dr_laimouch_droit_medical
 
SHS . LES AUTRES ASPECTS DU SECRET MEDICAL.pdf
SHS . LES AUTRES ASPECTS DU SECRET MEDICAL.pdfSHS . LES AUTRES ASPECTS DU SECRET MEDICAL.pdf
SHS . LES AUTRES ASPECTS DU SECRET MEDICAL.pdf
 
Le circulaire du ministère de la santé publique n°36 du 19 mai 2009 portant s...
Le circulaire du ministère de la santé publique n°36 du 19 mai 2009 portant s...Le circulaire du ministère de la santé publique n°36 du 19 mai 2009 portant s...
Le circulaire du ministère de la santé publique n°36 du 19 mai 2009 portant s...
 
Livret accueil hrh 2011 v def
Livret accueil hrh 2011 v defLivret accueil hrh 2011 v def
Livret accueil hrh 2011 v def
 
ETHIQUE DE L INFECTION A VIH
ETHIQUE DE L INFECTION A VIHETHIQUE DE L INFECTION A VIH
ETHIQUE DE L INFECTION A VIH
 
Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...
Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...
Atelier : soins sans consentement, contrainte et droits des patients au regar...
 
Déclaration d'objection de conscience vaccinale
Déclaration d'objection de conscience vaccinaleDéclaration d'objection de conscience vaccinale
Déclaration d'objection de conscience vaccinale
 
Pr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnellePr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnelle
 
PSF Les certificats jph 2022 - copie.pptx
PSF Les certificats jph 2022 - copie.pptxPSF Les certificats jph 2022 - copie.pptx
PSF Les certificats jph 2022 - copie.pptx
 
SST MEDECINE DE TRAVAIL HAMMANI.pptx
SST MEDECINE DE TRAVAIL   HAMMANI.pptxSST MEDECINE DE TRAVAIL   HAMMANI.pptx
SST MEDECINE DE TRAVAIL HAMMANI.pptx
 
Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15
 
Aspect médicaux légaux et organisation des soins
Aspect médicaux légaux et organisation des soinsAspect médicaux légaux et organisation des soins
Aspect médicaux légaux et organisation des soins
 
Y a t-il un rôle pour les pharmaciens dans le maintien à domicile des patients ?
Y a t-il un rôle pour les pharmaciens dans le maintien à domicile des patients ?Y a t-il un rôle pour les pharmaciens dans le maintien à domicile des patients ?
Y a t-il un rôle pour les pharmaciens dans le maintien à domicile des patients ?
 
Vih mg
Vih mgVih mg
Vih mg
 
Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013Recherche clinique 30 novembre 2013
Recherche clinique 30 novembre 2013
 

Le secret medical _ Dr R. SERHANE

  • 2. «« admis à l’intérieur des maisons, mes yeux neadmis à l’intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qui s’y passe, ma langue taira lesverront pas ce qui s’y passe, ma langue taira les secrets qui me seront confiéssecrets qui me seront confiés… ».… ». HippocrateHippocrate
  • 3. I/ INTRODUCTION :I/ INTRODUCTION :  Le secret médical est une obligation à laquelle estLe secret médical est une obligation à laquelle est soumis le corps médical dans l’exercice de sessoumis le corps médical dans l’exercice de ses fonctions ; il concerne tout ce que le médecin a vu,fonctions ; il concerne tout ce que le médecin a vu, compris ou lui a été confié dans l’exercice de sescompris ou lui a été confié dans l’exercice de ses fonctions.fonctions.  Le secret médical est aussi un droit du malade.Le secret médical est aussi un droit du malade.  En cas de violation de cette confiance, le médecinEn cas de violation de cette confiance, le médecin engage sa responsabilité envers son malade qui pourraengage sa responsabilité envers son malade qui pourra demander réparation de préjudice ; ainsi que sademander réparation de préjudice ; ainsi que sa responsabilité pénale et disciplinaire (code deresponsabilité pénale et disciplinaire (code de déontologie.)déontologie.)
  • 4. II/ FONDEMENT DU SECRETII/ FONDEMENT DU SECRET MEDICAL MEDICAL  A- Règles juridiques A- Règles juridiques  ::  1/Article 301 du CPA1/Article 301 du CPA   « Les médecins, chirurgiens, pharmaciens, sages femmes« Les médecins, chirurgiens, pharmaciens, sages femmes ou toutes autres personnes dépositaires par état, parou toutes autres personnes dépositaires par état, par profession ou par fonctions permanentes ouprofession ou par fonctions permanentes ou temporaires, des secrets qu’on leur a confié, qui hors letemporaires, des secrets qu’on leur a confié, qui hors le cas ou la loi les oblige ou les autorise à se portercas ou la loi les oblige ou les autorise à se porter dénonciateurs, ont révélé ces secrets, sont punis d’undénonciateurs, ont révélé ces secrets, sont punis d’un emprisonnement d’un à six mois et d’une amende deemprisonnement d’un à six mois et d’une amende de 500 à 5000 DA. »500 à 5000 DA. »
  • 5.  2/Article 206 de LPPS 90 /17 du 31/07/1990 2/Article 206 de LPPS 90 /17 du 31/07/1990 ::  *Art 206/01 : Le secret médical est garant du respect de la*Art 206/01 : Le secret médical est garant du respect de la dignité du malade et de la protection de sa personnalité.dignité du malade et de la protection de sa personnalité.  *Art 206/02 : l’obligation du secret professionnel est*Art 206/02 : l’obligation du secret professionnel est générale et absolue sauf dérogation légale.générale et absolue sauf dérogation légale.  *Art 206/03 : l’obligation de dénoncer les sévices envers*Art 206/03 : l’obligation de dénoncer les sévices envers les enfants, mineurs et les personnes privées de liberté.les enfants, mineurs et les personnes privées de liberté.  *Art 206/04 : le médecin expert ou requis n’est pas lié*Art 206/04 : le médecin expert ou requis n’est pas lié par le secret pour l’objet de sa mission.par le secret pour l’objet de sa mission.  *Art206/05 : pas de révélation des faits du secret même*Art206/05 : pas de révélation des faits du secret même si le médecin est témoin devant la justice sauf si le malade l’ysi le médecin est témoin devant la justice sauf si le malade l’y autorise.autorise.
  • 6.  B- Règles déontologiques B- Règles déontologiques  ::  Art 36 du CD : le secret médical s’impose à tout médecin,Art 36 du CD : le secret médical s’impose à tout médecin, chirurgien dentiste sauf si la loi en dispose autrement.chirurgien dentiste sauf si la loi en dispose autrement.  Art 37 du CD: le secret médical couvre tout ce que leArt 37 du CD: le secret médical couvre tout ce que le médecin a vu, a compris, a entendu ou lui a été confié.médecin a vu, a compris, a entendu ou lui a été confié.  Art 38 du CD : le médecin doit faire respecter lesArt 38 du CD : le médecin doit faire respecter les impératifs du secret par les auxiliaires.impératifs du secret par les auxiliaires.  Art 39 du CD : le médecin doit protéger tout documentArt 39 du CD : le médecin doit protéger tout document médico-légal ( fiche clinique, dossier) concernant sesmédico-légal ( fiche clinique, dossier) concernant ses malades contre toute indiscrétion.malades contre toute indiscrétion.  Art 40 du CD: lors de la publication scientifique, le secretArt 40 du CD: lors de la publication scientifique, le secret est respecté : on ne doit pas identifier le malade.est respecté : on ne doit pas identifier le malade.  Art 41 du CD: le secret médical persiste même après leArt 41 du CD: le secret médical persiste même après le décès du malade sauf pour faire valoir un droit.décès du malade sauf pour faire valoir un droit.
  • 7. III/ LES PERSONNES TENUESIII/ LES PERSONNES TENUES AU SECRET :AU SECRET :  Le secret médical concerne aussi bien leLe secret médical concerne aussi bien le personnel médical et le personnel non médical,personnel médical et le personnel non médical, tous les deux ayant un contact avec le maladetous les deux ayant un contact avec le malade lui-même ou son dossier médical.lui-même ou son dossier médical.
  • 8.  I/ Personnel médical :I/ Personnel médical : A /Personnel soignantA /Personnel soignant : concerneconcerne  Les médecins traitantsLes médecins traitants : Les étudiants en médecine en stage (externe, interne en milieu hospitalier) ;  Les dentistes   Les pharmaciens   Les sages femmes  Toutes les autres personnes contribuant aux soins :  Auxiliaires médicaux (infirmiers, kinésithérapeutes, orthopédistes, Psychologues …..etc.)  Les laborantins ( analyses médicales.)
  • 9.  Par extension en milieu hospitalier, le service est tenu au secret. B/Personnel non soignant : il concernera alors :  Médecins conseils des caisses de sécurité sociale   Médecins du travail   Médecins des compagnies d’assurance   Médecins experts.
  • 10.  II/ Personnel non médical :II/ Personnel non médical :  La secrétaire du médecin libéral.La secrétaire du médecin libéral.  l’agent hospitalier .l’agent hospitalier . Le médecin est responsable du personnel non médicalLe médecin est responsable du personnel non médical qui l’assiste (par exemple : La secrétaire aqui l’assiste (par exemple : La secrétaire a connaissance des dossiers des patients, est souventconnaissance des dossiers des patients, est souvent présent au moment des soins.)présent au moment des soins.)
  • 11. IV/ LE DOMAINE DU SECRETIV/ LE DOMAINE DU SECRET MEDICAL :MEDICAL : Le secret médical concerne :Le secret médical concerne :  Tout ce qui a été vuTout ce qui a été vu  Informations confiéesInformations confiées  Informations comprises, voire tout ce qui a pu être interprétéInformations comprises, voire tout ce qui a pu être interprété lors de l’exercice médical.lors de l’exercice médical. Pour cela, on peut dire que ça concerne Pour cela, on peut dire que ça concerne   Les déclarations du malade,Les déclarations du malade,  Les diagnostics, les thérapeutiques,Les diagnostics, les thérapeutiques,  Les fiches ou dossiers médicaux, mais aussiLes fiches ou dossiers médicaux, mais aussi  Les conversations surprises au domicile lors d’une visiteLes conversations surprises au domicile lors d’une visite médicale de contrôle.médicale de contrôle.
  • 12.  En conséquence les sanctions vont être triples :En conséquence les sanctions vont être triples :  pénale : peine d’amende ou de prison.pénale : peine d’amende ou de prison.  Civile : réparation du préjudice.Civile : réparation du préjudice.  Disciplinaire : violation des articles du code deDisciplinaire : violation des articles du code de déontologiedéontologie Le délit n’est pas constitué dans le cas ou la loiLe délit n’est pas constitué dans le cas ou la loi l’autorise ou impose la révélation du secret.l’autorise ou impose la révélation du secret.
  • 13. V/ DEROGATIONS DU SECRET V/ DEROGATIONS DU SECRET  1) Dérogations relatives 1) Dérogations relatives  :: Le législateur laisse au praticien la liberté de révéler ou non uneLe législateur laisse au praticien la liberté de révéler ou non une information de nature secrète.information de nature secrète.  L’avortement criminelL’avortement criminel : en vertu de l’article 301 du code: en vertu de l’article 301 du code pénal « le praticien n’encourt pas de peine s’il dénonce unpénal « le praticien n’encourt pas de peine s’il dénonce un avortement criminel »avortement criminel »  Signalement des toxicomaniesSignalement des toxicomanies :: Le praticien est autorisé à déclarer les cas de toxicomanie dontLe praticien est autorisé à déclarer les cas de toxicomanie dont il a eu connaissance lors de sa consultationil a eu connaissance lors de sa consultation (circulaire(circulaire 235/28-12-91 émanant du MSP).235/28-12-91 émanant du MSP)...
  • 14. 2) Dérogations absolues 2) Dérogations absolues  :: 11erer butbut :: protéger la santé publiqueprotéger la santé publique  Les maladies à déclaration obligatoire:Les maladies à déclaration obligatoire: La déclarations des maladiesLa déclarations des maladies contagieuses, à l’autorité sanitaire est obligatoire sous couvertcontagieuses, à l’autorité sanitaire est obligatoire sous couvert de l’anonymatde l’anonymat 22èmeème butbut : préserver l’intérêt du patient: préserver l’intérêt du patient  Déclaration des accidents de travail et maladies professionnelles Déclaration des accidents de travail et maladies professionnelles :: le certificat délivré doit contenir toutes les constatations quile certificat délivré doit contenir toutes les constatations qui pourraient présenter une importance pour la détermination depourraient présenter une importance pour la détermination de l’origine traumatique ou morbide des lésions.l’origine traumatique ou morbide des lésions.  Sévices à enfants Sévices à enfants : 206/03 LPPS et article 54 du CD. Le médecin: 206/03 LPPS et article 54 du CD. Le médecin doit les dénoncer.doit les dénoncer.
  • 15.  Protection des incapables majeursProtection des incapables majeurs :: dont les facultésdont les facultés mentales sont altérées parmentales sont altérées par ::  une maladieune maladie  une infirmitéune infirmité  ou un affaiblissement du à l’âge (mesures de tutelle, deou un affaiblissement du à l’âge (mesures de tutelle, de curatelle ou de sauvegarde de justice).curatelle ou de sauvegarde de justice). Le médecin certifie l’altération des facultés mentales ouLe médecin certifie l’altération des facultés mentales ou corporelles et leur incidence sur le comportement du sujetcorporelles et leur incidence sur le comportement du sujet..
  • 16. 33èmeème butbut : déclarer à l’état civil: déclarer à l’état civil  La déclaration de naissanceLa déclaration de naissance : est une obligation faite au médecinest une obligation faite au médecin délié du secret lorsqu’elle n’est pas faite par le père.délié du secret lorsqu’elle n’est pas faite par le père.  La déclaration des décèsLa déclaration des décès : aucune inhumation ne pourra être faite: aucune inhumation ne pourra être faite sans caractère constant de la mort et la nature de celle-cisans caractère constant de la mort et la nature de celle-ci ( naturelle, violente, suspecte.)( naturelle, violente, suspecte.)