La vaccination contrel’hépatite B en FranceDaniel Lévy-BruhlInstitut de Veille Sanitaire86èmerencontres du CRIPS Ile-de-Fr...
Historique des stratégies de vaccinationcontre l’hépatite B en France• 1982 : Recommandation vaccination groupes à risque•...
Vaccination Hépatite B en FranceCouverture vaccinale par tranches d’âge 1994-97293582 805937271970204060801000-1 2-9 10-15...
Association entre vaccination hépatite B etatteintes neurologiques démyélinisantes ?• Plusieurs centaines de notifications...
Couverture vaccinale hépatite B "3 doses"à 24 mois, 1998-2011, France01020304050607080199819992000200120022003200420052006...
CV Hépatite B 1èredose en fonction de l’âgeet de l’année de naissanceSource Echantillon généraliste des bénéficiaires CNAM...
Couverture hépatite B « 3 doses » chezl’enfant de 6 à 15 ansSource: Drees, DGSCO, InVSAnnée d’enquête Couverture vaccinale...
Données de couverture vaccinale :exemples de populations à risqueProfessionnels de santé• 87% généralistes vaccinés en 199...
1993(n=494)1994(n=1013)1998(n=2073)2003(n=2057)2009(n=2083)Pour les nourrissonsTrès favorable / plutôt favorablePlutôt pas...
NourrissonsPré-adolescentsSujets àrisqueTout à fait justifiée 31,4 37,894,7Plutôt justifiée 23,3 35,4Plutôt pas justifiée ...
Nombre de cas d’hepatites B diagnostiquéspar les médecins Sentinelles 1991-2004010203040501991 1993 1995 1997 1999 2001 20...
Impact de la vaccinationsur les hépatites B professionnellesà l’Assistance Publique de Paris de 1984 à 2004Source: Service...
Nombre de transplantations pour hépatites Bfulminantes - France, 1990-200305101520251990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 199...
• 1 218 cas déclarés• médiane d’âge : 38 ans• 45 hépatites fulminantes (4%)• 18 greffées, 14 décès• 7 hépatites aiguës che...
• aucune exposition 31 %• une ou plusieurs expositions potentielles 69 %– exposition sexuelle 40 %– voyage en pays haute e...
ANRS-FORMVACEtude multicentrique prospective évaluant l’impact de différentesinterventions de santé publique pour améliore...
Etude FORMVAC – Comparaison de l’impactdes 3 interventionsAdhésion Vaccinale Phase 1 vs phase 314,9% 14,0%17,1%19,8%75,6%8...
En conclusion…• Les effets de la polémique semblent s’estomper, en particulier pourles jeunes parents• Réticences envers l...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La vaccination contre l’hépatite B

2 022 vues

Publié le

Allocution de Daniel Lévy-Bruhl (épidémiologiste, InVS) lors de la 86e rencontre du Crips Ile-de-France.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 022
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
812
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • La part des hépatites aiguës à virus B évoluant sur un mode fulminant est estimée entre 1‰ et 1% et la part relative du virus de l'hépatite B dans l'étiologie des hépatites fulminantes à 30%. L’évolution du nombre d’hépatites fulminantes peut ainsi servir d’indicateur indirect de l’évolution de l’incidence des hépatites. L'Etablissement français des greffes (EFG) gère en France les listes de patients inscrits chaque année en attente d'une transplantation. Ainsi, le nombre de cas d'hépatite fulminante toutes étiologies confondues inscrits en super urgence pour une greffe de foie a diminué de 103 en 1993 à 36 en 1999, puis à 64 en 2000 et 74 en 2001. L’analyse détaillée des étiologies des hépatites fulminantes, montre que 13% ont pu être directement reliées au VHB, et que 35% des cas restaient d’étiologie indéterminée La recrudescence du nombre de cas en 2000-2001 ne peut s’expliquer par une augmentation des cas attribuables au VHB, car leur nombre est resté sensiblement le même au cours de la période 1998-2001. De plus, on retiendra que sur la période 1993-2001, le nombre de patients inscrits en attente de greffe pour cirrhose post hépatite B était de 86 en 1993, diminuant à 63 en 1997 et se stabilisant depuis (62 en 2001)
  • Tatouage, piercing 45 4.2% Homo/ bisexualité 146 13.5% Multi partenaires 301 27.8% Partenaire HBsAg+ 98 9.0% Soins invasifs 92 8.5%
  • La vaccination contre l’hépatite B

    1. 1. La vaccination contrel’hépatite B en FranceDaniel Lévy-BruhlInstitut de Veille Sanitaire86èmerencontres du CRIPS Ile-de-France15/04/2013
    2. 2. Historique des stratégies de vaccinationcontre l’hépatite B en France• 1982 : Recommandation vaccination groupes à risque• 1991 : Vaccination obligatoire personnels de santé• 1992 : Recommandation OMS vaccination nourrissons et/ou pré-adolescents dans les pays faible endémicité• 1995 : Intégration dans calendrier du nourrisson(+ rattrapage des pré-adolescents pendant 10 ans)• Campagnes de vaccination en milieu scolaire, interrompues en 1998• 2002 : Recommandation vaccination systématique enfants <13 ans, enprivilégiant vaccination des nourrissons, schéma 3 doses• 2009 : rattrapage jusqu’à 15 ans et possibilité de schéma 2 doses pourles adolescents
    3. 3. Vaccination Hépatite B en FranceCouverture vaccinale par tranches d’âge 1994-97293582 805937271970204060801000-1 2-9 10-15 16-20 21-24 25-34 35-44 45-54 > 54Age%Source SOFRES medical/GSK
    4. 4. Association entre vaccination hépatite B etatteintes neurologiques démyélinisantes ?• Plusieurs centaines de notifications d’atteintes neurologiques dans lessuites de la vaccination• Simple reflet de la couverture vaccinale élevée chez l’adulte jeune ouconséquence d’un sur-risque vaccinal ?• Aucune des études françaises ne permettait d’affirmer l’existence d’uneassociation (OR entre 1,2 et 2,2; tests statistiques non significatifs + biaisenquêtes K/T)• Les études menées à l’étranger jusqu’en 2004 ont conclu à uneestimation du risque relatif entre 0,7 et 1,3• Etude de Hernan (2004) concluait à une association significative maisnombreux problèmes méthodologiques• Le CTV et le CSHPF ont invariablement réaffirmé la pertinence de lastratégie triple nourrissons / pré-adolescents / adultes à risque• Conclusions très proches de la Commission « Dartigues », 2002, de laconférence de consensus Anaes/Inserm (2003), de l’auditionpublique Afssaps/Anaes/Inserm (2004)
    5. 5. Couverture vaccinale hépatite B "3 doses"à 24 mois, 1998-2011, France0102030405060708019981999200020012002200320042005200620072008200920102011Couverture(%)Source: Certificats de santé du 24èmemois, Drees-InVS, données 2011 provisoiresMars 2008 : remboursementvaccin hexavalent
    6. 6. CV Hépatite B 1èredose en fonction de l’âgeet de l’année de naissanceSource Echantillon généraliste des bénéficiaires CNAM-TS/InVs
    7. 7. Couverture hépatite B « 3 doses » chezl’enfant de 6 à 15 ansSource: Drees, DGSCO, InVSAnnée d’enquête Couverture vaccinale hépatite B « 3 doses »GSM (6 ans) CM2 (11 ans) 3ème(15 ans)2000-2001 62 %2001-2002 33 %2002-2003 33,5%2003-2004 42 %2004-2005 39 %2005-2006 38 %2007-2008 46 %2008-2009 43 %
    8. 8. Données de couverture vaccinale :exemples de populations à risqueProfessionnels de santé• 87% généralistes vaccinés en 1999 (Inpes, Baromètre santé 1999)• Professionnels hospitaliers: CV mal connue.Contexte AES: CV à 99% en 2000 à l’AP-HP(Caillard, Hygiènes 2003, 11)Usagers de drogue• 43 % des usagers auraient reçu au moins une dose de vaccin(Coquelicot 2004) (Jauffret-Roustide :, BMC ID 2009)• Enquêtes ponctuelles (centre Marmottan), couverture ≥ 3 dosescohorte 1999 : 45,3%cohorte 2001 : 21,7% (Sclafer, BEH 2003)Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes• Enquête Press Gay 2004 : 63 % de sujets vaccinés• Enquête Net Gay Baromètre 2009 : 60 % de sujets vaccinés
    9. 9. 1993(n=494)1994(n=1013)1998(n=2073)2003(n=2057)2009(n=2083)Pour les nourrissonsTrès favorable / plutôt favorablePlutôt pas et pas du tout favorableNsp-52399514545938368311Pour les adolescentsTrès favorable / plutôt favorablePlutôt pas et pas du tout favorableNsp973089927720379210Pour les adultes à risqueTrès favorable / plutôt favorablePlutôt pas et pas du tout favorableNsp- - - -9460Résultats du baromètres santé médecins 2009Évolution des opinions sur la vaccination contre l’hépatite B (%)
    10. 10. NourrissonsPré-adolescentsSujets àrisqueTout à fait justifiée 31,4 37,894,7Plutôt justifiée 23,3 35,4Plutôt pas justifiée 22,0 13,7Pas du tout justifiée 14,6 7,2Ne se prononce pas 8,7 5,9Résultats de l’enquête Nicolle 2006« Grand public » - Inpes / InVSOpinion concernant la vaccination hépatite B des différentes cibles54,7 73,2
    11. 11. Nombre de cas d’hepatites B diagnostiquéspar les médecins Sentinelles 1991-2004010203040501991 1993 1995 1997 1999 2001 2003AnnéesNombredecasSource: Réseau Sentinelles- INSERM U707Promotion de lavaccination
    12. 12. Impact de la vaccinationsur les hépatites B professionnellesà l’Assistance Publique de Paris de 1984 à 2004Source: Service central de médecine du travail AP-HP, Dr BenketiraObligationprofessionnelle
    13. 13. Nombre de transplantations pour hépatites Bfulminantes - France, 1990-200305101520251990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003CasSource: Registre Européen des greffes hépatiques (ELTR), Pr D SamuelPromotion de lavaccination
    14. 14. • 1 218 cas déclarés• médiane d’âge : 38 ans• 45 hépatites fulminantes (4%)• 18 greffées, 14 décès• 7 hépatites aiguës chez des nouveau-nés de mère AgHBs+• 53 % des cas avec ≥ une exposition correspondant à uneindication vaccinale (> 80% / avec une exposition documentée)•Source : InVS, Déclaration Obligatoire VHB 2003-2011Incidence et principales caractéristiquesdes hépatites B aiguës
    15. 15. • aucune exposition 31 %• une ou plusieurs expositions potentielles 69 %– exposition sexuelle 40 %– voyage en pays haute endémicité 21 %– exposition familiale ou périnatale 8 %– séjour en institutions psychiatriques 4 %– usage de drogues 3 %•Source : InVS, DO VHB 2003-2010Hépatite B aiguë (DO 2003-2010)Expositions à risque ≤ 6 mois au diagnostic• Parmi les 1 083 déclarations avec informations disponibles
    16. 16. ANRS-FORMVACEtude multicentrique prospective évaluant l’impact de différentesinterventions de santé publique pour améliorer l’adhésion à lavaccination contre l’hépatite B des consultants vus enConsultations de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG) enFrance, à risque pour l’hépatite BLes interventions testées• Formation du personnel de la CDAG (A-FORM)• Mise à disposition du vaccin dans les centres (B-VAC)• Les deux interventions simultanément (C-FORMVAC)
    17. 17. Etude FORMVAC – Comparaison de l’impactdes 3 interventionsAdhésion Vaccinale Phase 1 vs phase 314,9% 14,0%17,1%19,8%75,6%85,8%0,0%10,0%20,0%30,0%40,0%50,0%60,0%70,0%80,0%90,0%100,0%A-Form B-Vac C-FormVacAdhésionVaccinaleAdhésion vaccinalePhase 1Adhésion vaccinalephase 3
    18. 18. En conclusion…• Les effets de la polémique semblent s’estomper, en particulier pourles jeunes parents• Réticences envers la vaccination du nourrisson semblent en partielevées par la facilité de la vaccination• A terme, si la tendance actuelle se confirme, couverture élevée dela population• Urgence épidémiologique persistante d’augmenter la couverturedes sujets à risque, d’autant que les cohortes d’enfants moinsvaccinés sont dans la période à risque…• Et que le virus circule toujours• Pour les sujets à risque, les données de l’enquête FORMVAC enfaveur de contraintes d’”opportunité” plus que réelle opposition

    ×