Aspects
biomécaniquesDiapositives produites par les étudiants
UFRSTAPS LYON 1
L2 cours d’approfondissement
JC WECKERLE – P...
La séquence de
grimper.
DUPUY 1988
Un Mouvement en escalade
La phase d’équilibre :
1.Le grimpeur est stable sur
ses appuis
2.Le grimpeur observe la
prochaine...
TRANSPORT DU CORPSTRANSPORT DU CORPS
Qu’est-ce que c’est? Le transport du corps c’est le fait de transférer le centre de g...
Nature des
prises de mains
et des appuis
pédestres
Les prises de mainLes prises de main correspondent à toutes les prises que l’on peut
prendre avec nos mains. Par la suite,...
Les prises de main
Le mono-doigt, bi-doigt, tri-doigtLe mono-doigt, bi-doigt, tri-doigt
Ce sont des prises où l’on ne peut...
Les prises de main
Les réglettesLes réglettes
Les réglettes sont souvent prises avec les premières phalanges.
Les grimpeur...
Pose de pieds
Les différentes parties du pied :
Carre interne Pointe
Carre externe Talon
Les techniques de pose de pieds :...
• Le grattonnage : Technique utilisée sur les prises de faibles
envergures (pas plus grandes qu’un graton) .
Le but est de...
• Le Crochetage ou blocage (talon et pointe) : Technique
utilisée dans les surplombs, devers et toits.
Dans ces parties où...
Créer un appui et une
saisie efficace
Analyser la prise: On se prépare en la voyant a l’attraper de la manière
la plus ad...
Equilibre
Ligne d’appuis
Ligne d’action
Pour se déplacer, le grimpeur s'oppose à la force de gravité grâce aux forces internes développées par son
énergie muscula...
Ligne d'appuis
Elle est considérée comme la ligne formée par les 2 mains ou les deux pieds
ou par une main et un pied si o...
Les types de lignes d'appuis et leur
conséquences sur l'équilibre
→ La ligne d'appuis croisée → La ligne d'appuis homo-lat...
Les lignes d’actionsLes lignes d’actions
Définition : On parle de lignes d’action en phase dynamique,
lorsqu’il s’agit de ...
Ligne
d’action
dominante
BARRAUD Anthony
Chaque séquence gestuelle
met en jeu une ligne
d’action, puisque c’est
autour de ...
Quelques
coordinations
typiques
Le Pied-main
Il s'agit de placer le pied, sur la même prise où se trouve la main.
C'est un mouvement réalisé lorsqu'il y a...
Il s'agit d'un mouvement très spécifique de croisé de bras de grande
amplitude, entre soi et la falaise, avec rotation du ...
Le jeté
Sources:
-OPTION EPS – ESCALADE – Hervé JOSQUIN Lycée PREVERT – Fiche connaissances n°6 – Techniques de grimpe – p...
Groupé dégroupé
-
Grenouillage
C’est une technique d’escalade qui consiste à pousser en même
temps sur les deux jambes pré...
Mouvement inventé par Laurent Jacob dans les années 1980 qui
consiste à rentrer un genou vers l'intérieur en continuant à
...
Méthode de DülferMéthode de Dülfer
Méthode inventée par Hans Dülfer, alpiniste
allemand mort pendant la Première Guerre
Mo...
Technique pour éviter unTechnique pour éviter un
drapeaudrapeauTechnique d’opposition (méthode de
Dülfer).
On trouve l’équ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Apports biomécaniques en escalade

4 455 vues

Publié le

Séquence de grimper, prises et appuis, équilibre et lignes d'appuis, coordination

Publié dans : Sports
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 455
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
256
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Apports biomécaniques en escalade

  1. 1. Aspects biomécaniquesDiapositives produites par les étudiants UFRSTAPS LYON 1 L2 cours d’approfondissement JC WECKERLE – P BERARD
  2. 2. La séquence de grimper. DUPUY 1988
  3. 3. Un Mouvement en escalade La phase d’équilibre : 1.Le grimpeur est stable sur ses appuis 2.Le grimpeur observe la prochaine prise qu’il va saisir La phase de pointage et de saisie : 1.Le grimpeur dirige avec précision sa main et son pied en direction de la prise (tâche de pointage) 2.Le grimpeur saisit la prise (avec la main) et prend appui avec le pied (Utilisation de l’adhérence) La phase de transfert du poids du corps : 1. Pousser avec les jambes 2. Tirer avec les bras 3. Rapprocher les deux autres appuis 4 principes : -Privilégier la force des jambes -Ne pas garder le corps collé à la voie -Certaines parties du corps doivent rester fixes pendant le mouvement -Utiliser l’adhérence pour exploiter les prises d’escalade - Un mouvement est effectué lorsqu'un grimpeur à déplacé ses 4 appuis. - Pendant le déplacement de ces 4 appuis on peut distinguer 3 phases qui se répètent à chaque mouvement : Source : Manuel J+S Sports de montagne, édition 20 NEGRO Florian SALLET Clément
  4. 4. TRANSPORT DU CORPSTRANSPORT DU CORPS Qu’est-ce que c’est? Le transport du corps c’est le fait de transférer le centre de gravité d’un appui podal à l’autre dans le but d’escaladé une voie, un bloc… Les mains les pieds sont donc très sollicités. A quoi ça sert? Le fait de transférer son centre de gravité sur un appui cela permet de libérer l’autre appui et ainsi permettre à celui-ci de monter. Car si le centre de gravité reste au milieu des deux appuis, il devient impossible de monter et déplacer un des appuis. Le transfert du centre de gravité permet également de rendre un appui beaucoup plus solide en libérant l’autre appui. Le fait de mettre son centre de gravité sur un appui va permettre de rendre plus fort et plus stable l’appui et ainsi éviter un éventuel glissement car la plupart des chutes s’expliquent par un centre de gravité qui reste trop au centre des deux appuis. Comment bien s’en servir? Il faut mettre le maximum de poids sur nos appuis afin que la prise sur laquelle on se trouve nous renvoie la plus grande force de réaction possible dans le but d’éviter la sensation de glisse. Il existe différentes façon de grimper selon le niveau de pratique en escalade:  Grimpe de face: Utilisation de l’intérieur du pied contre la paroi. Le corps et la tête sont parallèle à la voie  Grimpe en carré externe : Opposition des jambes et des bras. L’extérieur du pied est poser contre la paroi et la main opposé maintien une prise. Le bassin doit être le plus proche de la paroi pour être le plus équilibré. L’équilibre est donc réparti sur le seul point d’appui.  Sources: Wikilivres pour le texte et http://www.mobilesport.ch/ pour l’image. Favario Hugo et Chartier Karen
  5. 5. Nature des prises de mains et des appuis pédestres
  6. 6. Les prises de mainLes prises de main correspondent à toutes les prises que l’on peut prendre avec nos mains. Par la suite, ces prises sont souvent utilisées avec les pieds durant l’ascension de la voie. Il existe différents types de prises de main. Les BacsLes Bacs Ce sont des prises profondes et larges, qui sont faciles à prendre. Les pincecettesLes pincecettes Prise de petite taille que le grimpeur pince entre le pouce et la première phalange de ces doigts.
  7. 7. Les prises de main Le mono-doigt, bi-doigt, tri-doigtLe mono-doigt, bi-doigt, tri-doigt Ce sont des prises où l’on ne peut mettre que un, deux ou trois doigts pour se tenir. Elles ont soit la forme de trous où seuls quelques doigts peuvent entrer. Les platsLes plats Les plats sont souvent des prises peu « positives ». Elles ont souvent une forme fuyante, lisse et sont en pente douce. On trouve souvent des plats dans des voies de niveaux avancés. Le grimpeur doit donc les prendre les doigts tendus pour, faire jouer l’adhérence.
  8. 8. Les prises de main Les réglettesLes réglettes Les réglettes sont souvent prises avec les premières phalanges. Les grimpeurs doivent « arquer » les doigts pour tenir au mieux ces prises. Les inversésLes inversés Prise dirigée vers le bas que le grimpeur prend poignet tourné vers le haut. Il incite soit des mouvements en care externe, soit des mouvements d'opposition entre les mains et les pieds.
  9. 9. Pose de pieds Les différentes parties du pied : Carre interne Pointe Carre externe Talon Les techniques de pose de pieds : • L’ adhérence : Technique utilisée sur une surface sans prise, sans bourrelet, dont le but est de placer son pied de manière à avoir une grande surface d’appui et charger cette surface avec son poids. Remarque : La qualité du chausson va jouer un rôle primordiale dans cette pose de pied. Adhérence du pied gauche NAC Escalade E.Guimas
  10. 10. • Le grattonnage : Technique utilisée sur les prises de faibles envergures (pas plus grandes qu’un graton) . Le but est de placer une partie de son pied, le plus souvent la pointe, sur toute la surface disponible de la prise. Grâce à la rigidité du chausson mais aussi à son adhérence, le grimpeur charge tout son poids sur cette prise qui se transforme en un véritable point d’appui. Grattonnage de la pointe http://www.barrabes.fr/blog- montagne/test/2-8564/test-des- nouveaux-chaussons-descalade.html • Le verrou : Technique utilisé en présence de fissure. Le grimpeur glisse son pied dans une fente ou fissure et pivote celui-ci pour verrouiller son membre dans le but de se créer un nouvel appui stable. Attention, il faut prévoir d’enlever son pied en cas de plomb ! Verrou des deux pieds dans la fissure e Creative Commons CC-by-sa E.Guimas
  11. 11. • Le Crochetage ou blocage (talon et pointe) : Technique utilisée dans les surplombs, devers et toits. Dans ces parties où le centre de gravité du grimpeur à tendance à s’éloigner de la paroi, le but de cette technique est de « bloquer » par un crochet, réalisé à l’aide de la pointe ou du talon, l’écartement du corps du grimpeur par rapport à la paroi. De plus le blocage talon apporte au grimpeur un point d’appui sur le quel il peut se hisser. © Tous droits réservés OhCEOladepeche.frLegrimpeurchtimi Sans crochetage Blocage pointe Crochetage talon E.Guimas
  12. 12. Créer un appui et une saisie efficace Analyser la prise: On se prépare en la voyant a l’attraper de la manière la plus adapté pour ainsi exercer une grande force dessus ce qui permettra de mieux se tenir grâce a la force de réaction produite plus importante. Les prises se définissent par leur forme (réglette, à plat, trou, ronde, bosselée, fissure ou rentrante, colonnette), leur taille (dimension surface d’action possible), leur qualité (adhérente, piquante, glissante) , leur orientation impliquant une manière spécifique de les prendre/utiliser avec son corps afin de progresser dans la voie. Orientation du pied: Recherche d’une grande surface de contact la plus adapter possible. On changera l’orientation du pied ou même de la main en fonction de la direction a prendre. Le placement du pied en pointe permet de pivoter plus facilement avec le chausson ( permet une meilleur adhérence pied/prise du fais de sa matière antidérapante et magnésie pour main/prise ). Il y a différentes appellations pour les différentes techniques de grimpe (appui et saisie) comme le « carre externe », le « cancan », la « lolotte » et encore bien d’autres. Selon les positions ou l’on se trouve on adoptera une manière plus qu’une autre. Transfert du poids du corps sur appui: Il est important de transférer le poids de son corps sur l’appui que l’on crée. Ainsi en mettant un maximum de poids sur la prise, l’appui sera beaucoup plus stable grâce à la force de réaction qui va se produire. Il faut bien évidemment que la force exercée soit le plus perpendiculaire possible par rapport a l’appui pour une meilleur adhérence. Sinon le grimpeur va devoir mettre en jeu des contractions musculaires plus importantes. Google image Lucas OLLAGNIER & Aurélie VIGNON
  13. 13. Equilibre Ligne d’appuis Ligne d’action
  14. 14. Pour se déplacer, le grimpeur s'oppose à la force de gravité grâce aux forces internes développées par son énergie musculaire à partir des points de contact avec le rocher. L'équilibration s'obtient par un jeu de force sur des prises. Il faut placer son corps en fonction du centre de gravité qui permettra au grimpeur de tenir en équilibre dans n'importe quelle position. Lorsque les appuis pédestres reposent sur des prises leurs offrant une grande surface de contact cela forme un large polygone de sustentation tout comme lors d’une ascension sur une dalle > dépense énergétique moindre 2 types d'équilibre : - L'équilibre stable : où le centre de gravité se projette dans le polygone de sustentation (ex: grimper sur une dalle très inclinée) Stabilité → économie d’énergie. - L'équilibre instable : L'équilibre du corps dépend du maintient de la projection de son centre de gravité sur le polygone de sustentation*.rapprocher un maximum son centre de gravité de la paroi pour rendre l’équilibre la moins instable possible et pour éviter un effort musculaire trop important pour maintenir son équilibre. L'équilibre à 3 appuis permet le lien d'une posture à une autre (les lignes d’action principale permettent de déplacer un appui tout en gardant un équilibre les moins instable possible). *La stabilité de cet équilibre dépend de la dimension du polygone de sustentation et des forces musculaires contrecarrant les déséquilibres. Cette stabilité évolue en fonction de la réduction des points de contact en taille et en nombre et de l'orientation du plan du polygone par rapport à la verticale. BELLOD - BREVET
  15. 15. Ligne d'appuis Elle est considérée comme la ligne formée par les 2 mains ou les deux pieds ou par une main et un pied si on a que ses deux appuis. En escalade, pour se tenir sur la voie, il faut au moins deux prises majeures ( que ce soit avec les mains et/ou les pieds ), donc entre celles-ci, on peut tracer une ligne imaginaire qu'on appelle ligne d'appuis. Cette ligne permet de définir un équilibre stable ( le centre de gravité se trouve dans les points d'appuis ou polygone de sustentation) ou instable ( le centre de gravité ne se trouve pas dans les points d'appuis ) De plus, lorsque les lignes d'appuis servent a contrôler la posture en phase statique, ce sont des lignes d'équilibration ; et lorsqu'elles servent a contrôler le déplacement ce sont des lignes d'action On peut alors définir plusieurs lignes d'appuis qui ont chacune leur caractéristiques en terme d'équilibration : Ressources :http://freeborel.free.fr/lexiques/lexique/ligne_dappui_.htm  http://docnum.univ-lorraine.fr/public/BUS_M_2014_HARBONVILLE_CELINE.pdf  http://spiralconnect.univ-lyon1.fr/spiral-files/download?mode=inline&data=2209419  http://www.nospot.org/2012/07/trois-points-d.html 
  16. 16. Les types de lignes d'appuis et leur conséquences sur l'équilibre → La ligne d'appuis croisée → La ligne d'appuis homo-latérale   → La ligne d'appuis horizontale  
  17. 17. Les lignes d’actionsLes lignes d’actions Définition : On parle de lignes d’action en phase dynamique, lorsqu’il s’agit de contrôler le déplacement. On parle de lignes d’action dominantes et secondaires. Les lignes d’actions correspondent à la résultante entre les forces de tractions et de poussées des mains et des pieds. Autrement dit, les lignes d’action dominantes correspondent aux lignes rejoignant les appuis sur lesquelles le poids du corps reposent le plus pendant le déplacement. (Ex : Pied gauche – Main droite, etc.) Idem pour les lignes d’action secondaires seulement celles-ci ne supportent que faiblement le poids du corps. BARRAUD Anthony
  18. 18. Ligne d’action dominante BARRAUD Anthony Chaque séquence gestuelle met en jeu une ligne d’action, puisque c’est autour de l’un de ces axes que se construit son architecture générale. Lorsque le grimpeur enchaîne deux mouvements, il passe d’une ligne d’action à une autre. Ligne d’action secondaire
  19. 19. Quelques coordinations typiques
  20. 20. Le Pied-main Il s'agit de placer le pied, sur la même prise où se trouve la main. C'est un mouvement réalisé lorsqu'il y a très peu de prises pour les mains et les pieds, où le grimpeur doit aller chercher une prise de main très loin. Cela permet ainsi de se libérer pour saisir une autre prise, de gagner en amplitude, et aller chercher une prise très haute tout en maintenant l'équilibre. Comment faire ?  - Placer la main sur la prise. Attention, la main doit laisser une place pour le pied. - Ramener le pied à côté de la main, en pointe ou en talonnette. - Enlever la main et charger la prise avec le pied. rce:http://prevert-eps.spip.ac-rouen.fr/ http://olivier.vincent76.pagesperso-orange.fr/ Bozonnet Matthieu - Reynard Jérémy
  21. 21. Il s'agit d'un mouvement très spécifique de croisé de bras de grande amplitude, entre soi et la falaise, avec rotation du buste afin d’aller chercher la prise suivante en passant la tête sous le bras d'appui pour permettre au second bras d’atteindre la prise souhaitée. Il est intéressant de s'entraîner à le réaliser pour élargir son champ d'action, travailler sa souplesse et son équilibre. Sources : http://eps.ac- rouen.fr/pedagogie/didaaps/escalade/at1travers%E9esmouv.htm Source : http://i.maka.free.fr/gestes.ht m ANDREUX MATTHIEU ALEXIS VAGINAY
  22. 22. Le jeté Sources: -OPTION EPS – ESCALADE – Hervé JOSQUIN Lycée PREVERT – Fiche connaissances n°6 – Techniques de grimpe – page 5/6 -LIVRET STAGE ASPI SECTION MONTAGNE ASRUC Partie 1 : Escalade -http://www.noomba-sport.com/escalade/details/jete/ Mouvement d'impulsion en vue d'aller atteindre une prise qui n'aurait pu être atteinte normalement, cela permet d’économiser la force musculaire. Le jeté est très utilisé en escalade de bloc. Le jeté permet de saisir une prise au «point mort», c’est-à-dire lorsque le corps a atteint sa hauteur maximale avant de se replier. Description: -Les prises de décollage et de réception doivent toutes deux être bien repérées. -Les mains sont sur de bonnes prises et les pieds doivent être le plus haut possibles. -Fléchir les jambes en regardant la prise à atteindre. -Prendre de l'élan et pousser sur les jambes tout en tirant sur les bras. - Attention, ce mouvement demande une coordination parfaite pour être réussi. -Quand la prise de main est atteinte, monter tout de suite les pieds pour ne pas rester pendu sur les bras. -Un jeté raté entraîne généralement une chute car un jeté demande de lâcher les prises des mains… https://www.youtube.com/watch?v=0nvx1axAxN4 Bozonnet Matthieu ; Reynard Jérémy
  23. 23. Groupé dégroupé - Grenouillage C’est une technique d’escalade qui consiste à pousser en même temps sur les deux jambes préalablement fléchies (forme groupée) afin de se mettre debout pour atteindre une prise plus élevée(forme dégroupée). C’est un mouvement entraînant le déplacement du centre de gravité vers le haut. Cela permet une élévation franche et puissante. C’est un placement où l’on est assis sur les talons les genoux écartés, nécessitant ainsi une grande souplesse et une ouverture du bassin. C’est une posture d’équilibre en vue de préparer un mouvement ou de se reposer Forme dégroupée DUCHANOIS Willy CHAPPUIS Clément GRENOUILLAGE Forme groupée
  24. 24. Mouvement inventé par Laurent Jacob dans les années 1980 qui consiste à rentrer un genou vers l'intérieur en continuant à pousser sur le pied. Elle permet au centre de gravité d'être au plus près de la paroi, donc d'éviter le décollement du corps en diminuant aussi l'effort des bras tout en obtenant une élévation efficace afin d’attraper une prise relativement loin. Ce placement, utilisé souvent en dévers, permet de s'économiser dû au rapprochement du centre de gravité près de la paroi ce qui permet de limiter la gravité. Sources : http://eps.ac- rouen.fr/pedagogie/didaaps/escalade/at1travers%E9esmouv.htm Source : http://i.maka.free.fr/gestes.ht ANDREUX MATTHIEU ALEXIS VAGINAY
  25. 25. Méthode de DülferMéthode de Dülfer Méthode inventée par Hans Dülfer, alpiniste allemand mort pendant la Première Guerre Mondiale. Technique d’opposition. Les deux mains et les deux pieds sont alignés sur un même axe d’un côté, et le bassin de l’autre, le corps étant de ce fait de profil. On tire alors avec les mains en poussant avec les pieds. Technique physique, mais pratique pour franchir de grandes fissures.
  26. 26. Technique pour éviter unTechnique pour éviter un drapeaudrapeauTechnique d’opposition (méthode de Dülfer). On trouve l’équilibre en passant la jambe libre derrière la jambe d’appui. Technique très efficace pour stabiliser la position et pour éviter de tourner lorsque les prises sont dans le même axe et ont la même orientation.

×