Exposé texte bourguignon

1 865 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 865
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
34
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exposé texte bourguignon

  1. 1. «Performance et contrôle de gestion» ENCYCLOPÉDIE DE COMPTABILITÉ, CONTRÔLE DE G E S T I O N E T A U D I T , 2 ÈME É D I T I O N ANNICK BOURGUIGNON, 2009 BEAL Charlène LE GOFF Caroline NAUFAL Christelle
  2. 2. I) Le pilotage de la performance: définitions1) La performance et son pilotage dans l’entreprise2) Les représentations implicites3) Une proposition de définitionII) Les nouvelles méthodes du contrôle de gestion1) L’élargissement du champ de contrôle2) L’orientation proactive du contrôleIII) Portée et limites de ces évolutions sémantiques et instrumentales1) Intentions et perceptions2) La méconnaissance de la rationalité psychologique de l’individu3) Le pilotage de la performance peut-il nuire à la santé?
  3. 3. Nouvelle appellation du contrôle de gestion Apparition de l’expression « pilotage de la performance » depuis 20 ans, en remplacement du contrôle de gestion Les sens donnés au mot « performance » en gestion ont évolué ces dernières années, il peut s’agir:  du succès (résultat positif),  du résultat de l’action (sens neutre),  de l’action elle-même (processus). Le sens dépend du contexte Une performance prend un sens positif tandis que les performances correspondent à un aboutissement, un résultat, qu’il soit bon ou non. « Performance » et « pilotage » sont associés à la recherche de l’amélioration permanente.
  4. 4. Des mots nouveaux porteurs de sens (1/2) Le mot « performance » peut prendre bien d’autres sens encore, lorsqu’on l’analyse en suivant la métaphore sportive et mécanique à laquelle ce mot fait référence. La métaphore sportive implique les éléments suivants:  elle s’évalue par comparaison à d’autres (compétition), c’est un concept dynamique invitant au dépassement  elle porte une idéologie d’effort et de progrès (amélioration), de quête de pouvoir des membres de l’organisation  elle encourage un idéal égalitaire (tout le monde se retrouve à égalité dans la compétition, équité de traitement)  elle pousse à la coopération entre les acteurs (compétence collective, capacité à travailler ensemble, comme une équipe) La métaphore de la machine est aussi utilisée (objectifs / moyens rationnels / mesure de l’efficience)
  5. 5. Des mots nouveaux porteurs de sens (2/2) Le mot « pilotage » renvoie à l’image du pilote d’un engin mécanique, homme d’action qui a une destination (tourné vers le futur). Il efface l’image négative du surveillant véhiculée par le mot « contrôle ». Performance = « réalisation des objectifs organisationnels », « multidimensionnelle », « subjective » (dépend des référents choisis) Piloter la performance = « conduire l’entreprise à réaliser ses objectifs » Cette formulation proactive vise à faire disparaître l’aspect négatif associé au contrôle de gestion
  6. 6. Nouvelles méthodes du contrôle de gestion (1/2)Passage du « contrôle de gestion » classique au « pilotage de laperformance »: un renouvellement des méthodes1-Le champ d’action du contrôle de gestion s’élargit…: Le contrôle de gestion ne s’inscrit plus uniquement dans le cadre comptable d’où:  Développement d’indicateurs non financiers pour la mesure des performances  Les indicateurs choisis témoignent d’une volonté stratégique d’atteinte des objectifs  Dimensions nouvelles de la performance: commerciale, financière, processus internes, apprentissage et innovation Le contrôle de gestion ne mesure plus seulement la performance mais aussi les activités et les processus:  Démarche transversale et non plus verticale et cloisonnée  Meilleure appréciation des interdépendances entre les différentes entités de l’entreprise
  7. 7. Nouvelles méthodes du contrôle de gestion (2/2)2-…et son activité se tourne vers le futur:Le contrôle de gestion n’est plus là uniquement pour juger les performances passées maispour forger les décisions de l’avenir d’où:  Mise en place de plans d’action  Réunions où le contrôleur de gestion coordonne désormais les activités de chaque membre opérationnel de lentreprise  Dynamique permanente d’amélioration (benchmarking interne qui stimule l’innovation et favorise l’application des meilleures pratiques)  Le contrôleur devient conseiller, partenaire de la décision Désormais le contrôle de gestion ne se contente plus d’être une analyse de chiffres faite a posteriori mais participe bel et bien en amont de la performance de l’entreprise et des stratégies mises en place par celle-ci.
  8. 8. Portée et limites des évolutions (1/2) L’impact de ces nouvelles ambitions est limité:  Les nouvelles orientations ne sont pas toujours appropriées par les acteurs et des résistances apparaissent  Les contrôleurs de gestion  ne peuvent pas gérer à eux seuls tous les aspects de la performance (rôle des RH dans l’évaluation)  Restent largement en dehors du processus décisionnel  Comment saisir des réalités non quantifiables? (« être un bon manager, bonne ambiance de travail…)  La perception de la performance est plus large que les indicateurs du contrôle de gestion (comportements, qualités, compétences des collègues)
  9. 9. Portée et limites des évolutions (2/2) Le pilotage de la performance est basé sur une rationalité stratégique (logique pure), qui ignore la rationalité psychologique des acteurs  Mettre en lumière les insuffisances de la performance peut être contre-productif! (démotivation) Le pilotage de la performance nuit à la santé ?  Stress accru, souffrance au travail  Sentiment de contrôle permanent et responsabilité sur une éventail d’indicateurs de plus en plus touffu  « pilotage de la performance » = euphémisme pour cacher un contrôle de plus en plus étendu et lourd  Double injonction paradoxale pour les salariés : être autonomes et être contrôlés sur la base d’objectifs prédéfinis
  10. 10. Conclusion Nombreuses évolutions de la discipline depuis la genèse du contrôle de gestion dans les années 60 D’où un nouvel habillage sémantique pour une discipline renouvelée en profondeur Mais derrière l’expression « pilotage de la performance » se cache un contrôle plus fort et plus tentaculaire dont l’efficacité n’est finalement pas prouvée D’où la question de la nocivité du contrôle de gestion sur l’entreprise et ses acteurs d’où une mise en garde liée à l’éthique et à la performance même de l’entreprise dans ces nouvelles conditions
  11. 11. …« trop de contrôle tue le contrôle »?

×