Note d’analyse de l’impact des politiques
commerciales régionales sur la filière lait
local en Afrique de l’Ouest
Atelier ...
Plan de la présentation
1. Situation actuelle des filières laitières ouest-
africaines
2. Concurrences et complémentarité ...
1. Situation actuelle des filières
laitières ouest-africaines
Contexte ouest-africain
De fortes potentialités du lait local
• Une consommation de produits laitiers en croissance
Produc...
Des filières interconnectées
Une diversité d’acteurs (transformation)
Transformatrices
artisanales
Minilaiteries Entreprises industrielles
femmes rural...
2. Concurrences et complémentarité
entre la filière « lait local » et la filière
« lait en poudre »
Quelle contribution des filières locales à la
création d’emplois et à la richesse ?
• Volume de lait collecté par jour par...
Quelles sont les principales politiques
de soutien aux filières laitières?
• Années 60-80 : politiques laitières administr...
Comment ces deux sous-filières s’adaptent
aux attentes des consommateurs ?
• Des produits variés issus de la tradition afr...
Quelles sont les freins au développement
des unités valorisant le "lait local" ?
• Industries : difficultés à collecter du...
Quelles sont les capacités d’adaptation
de la filière « lait local » à la croissance
de la demande ?
Des opportunités d’au...
3. Hypothèses d’évolution de ces
filières liés à l’évolution de leur
environnement commercial
Quels changements risquent d'induire la
mise en place du TEC CEDEAO ?
Impacts de l’application du TEC CEDEAO :
• Poudre de...
Quels changements risquent d'induire la
signature des APE ?
Les impacts possibles de la signature de l’APE :
• Libéralisat...
La fin des quotas laitiers en Europe
risque-t-elle d'augmenter les
exportations vers l'Afrique de l'Ouest ?
• Une augmenta...
Quelles mesures préventives peut
prévoir la CEDEAO face à ces menaces ?
La CEDEAO pourrait considérer comme référence le p...
4. Politiques pour accompagner le
développement des filières
« lait local »
Les minilaiteries peuvent-elles répondre
aux besoins des consommateurs ?
• les minilaiteries se sont multipliées depuis le...
Les entreprises industrielles pourraient-
elles s’approvisionner davantage en lait
local ?
• Une part d’approvisionnement ...
Comment les Etats pourraient créer un
environnement plus favorable ?
Mesures d’appui à la production laitière et à la stru...
Mesures d’appui aux entreprises de transformation laitière :
• Amélioration de la sécurité sanitaire des filières lait cru...
Mesures d’appui à la promotion du lait local
• Interdiction d’utiliser des images et noms liés à la production
locale sur ...
Merci de votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la filière lait local en afrique de l’ouest

587 vues

Publié le

Table ronde 3 : Comment les politiques peuvent permettre aux expériences paysannes de changer d'échelle.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
587
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la filière lait local en afrique de l’ouest

  1. 1. Note d’analyse de l’impact des politiques commerciales régionales sur la filière lait local en Afrique de l’Ouest Atelier régional –Accra - décembre 2015
  2. 2. Plan de la présentation 1. Situation actuelle des filières laitières ouest- africaines 2. Concurrences et complémentarité entre la filière « lait local » et la filière « lait en poudre ». Atouts et contraintes de développement de ces filières 3. Hypothèses d’évolution de ces filières liés à l’évolution de leur environnement commercial 4. Politiques pour accompagner le développement des filières « lait local »
  3. 3. 1. Situation actuelle des filières laitières ouest-africaines
  4. 4. Contexte ouest-africain De fortes potentialités du lait local • Une consommation de produits laitiers en croissance Production locale : 80% des volumes consommés • Une production issue principalement des systèmes pastoraux (70%) • Des produits diversifiés Mais aussi plusieurs contraintes : • Faible productivité et saisonnalité • Difficultés de connexion aux marchés, notamment pour les systèmes pastoraux • Concurrence par les produits laitiers importés, avec protection commerciale est faible • Qui devrait s’accentuer avec la signature des APE.
  5. 5. Des filières interconnectées
  6. 6. Une diversité d’acteurs (transformation) Transformatrices artisanales Minilaiteries Entreprises industrielles femmes rurales ou urbaines souvent d’origine peule créées à partir des années 70, sous l’impulsion d’ONG Entreprises nationales privatisées dans les années 80-90 ou privées lait caillé ou glaces lait pasteurisé, lait caillé et yaourts lait liquide, lait caillé, yaourt, crème, beurre 10-50 litres/jour 50 à 600 litres/jour 5 000 à 20 000 litres/jour Plusieurs centaines par pays 155 minilaiteries recensées en 2012 (124 en activité) Une vingtaine en 2013 centres urbains ou en milieu rural villes secondaires au niveau de bassins laitiers, capitales Transforment du lait local ou de la poudre de lait à partir de lait local (20-30 km) + lait en poudre à certains moments Transforment exclusivement à partir de poudre de lait ou collectent aussi du lait local (10 à 50% de la production totale) Motivations pour lait local : disponibilité du lait pendant l’hivernage Motivations pour lait local : motivation du chef d’entreprise, différenciation des produits Motivations pour lait local : motivation du chef d’entreprise, argument commercial et obligations contractuelles
  7. 7. 2. Concurrences et complémentarité entre la filière « lait local » et la filière « lait en poudre »
  8. 8. Quelle contribution des filières locales à la création d’emplois et à la richesse ? • Volume de lait collecté par jour par entreprises industrielles et minilaiteries : 50 000 litres/jour • Chiffre d’affaires journalier de 40 millions de FCFA et annuel de 8 milliards de FCFA • Revenus mensuels moyens de 67 000 FCFA pour 10 000 familles • Création directe de 1200 emplois dans la transformation + création d’emplois au niveau de la filière (collecteurs de lait cru, vendeurs de produits laitiers, fournisseurs d’intrants et autres services) • Auto-emploi des femmes transformatrices et des centaines de milliers de familles concernées par la vente directe de lait
  9. 9. Quelles sont les principales politiques de soutien aux filières laitières? • Années 60-80 : politiques laitières administrées • Années 80-2000 : période des ajustements structurels • Années 2000-2008 : régulation concertée des filières laitières • Depuis la crise de 2008 : le renouveau des programmes de développement laitier. Les axes majeurs de ces programmes reposent sur le développement d’un élevage « moderne » : PNDEL au Burkina Faso (2013-2018), PRODEVELAIT au Mali (2009- 2014), Initiative 3N au Niger (2012-2015), PRODELAIT (2007-2012) et PSE au Sénégal (20114-2018)
  10. 10. Comment ces deux sous-filières s’adaptent aux attentes des consommateurs ? • Des produits variés issus de la tradition africaine : laits fermentés entiers (M’bannick), laits fermentés écrémés,(Katch) ,crème fermentée maturée (kétoungol, féné), beurres obtenus par barattage du lait fermenté (nebbam naï, diwu nior) • Une adaptation des industries laitières pour répondre aux nouvelles habitudes de consommation : des produits vendus à des prix plus bas, une perte du goût originel des produits locaux par les consommateurs urbains, un conditionnement du lait en poudre en micro-dose (petit déjeuner)
  11. 11. Quelles sont les freins au développement des unités valorisant le "lait local" ? • Industries : difficultés à collecter du lait dans un rayon proche, besoins en approvisionnement élevés, coût du lait local • Fermes et laiteries périurbaines : manque d’espace et prix élevé du foncier en milieu périurbain, coûts de production élevé, cohabitation difficile entre habitat et élevage, manque de connaissance des investisseurs du secteur d’activité • Minilaiteries : irrégularité de l’offre liée à la saisonnalité de la production, accès au marché, compétitivité par rapport aux produits à base de lait en poudre, concurrence avec les femmes vendant du lait caillé, prix élevé du lait cru, coût de collecte élevé
  12. 12. Quelles sont les capacités d’adaptation de la filière « lait local » à la croissance de la demande ? Des opportunités d’augmenter significativement la collecte auprès d’élevage agro-pastoraux : • Mise en place de services aux éleveurs : puits pastoraux, fourniture d’aliments à prix coûtant payables à crédit sur les revenus du lait • Rationalisation des coûts de collecte : motos et tricycles plutôt que véhicules pick-up • Concertation entre laiteries et éleveurs sur le prix du lait « La part du lait collecté est estimée au Burkina Faso et du Sénégal à respectivement à 1,6% et 7% du lait produit dans le pays. Le faible pourcentage du lait collecté en zone rurale indique des marges de progrès importantes pour la valorisation du « lait de brousse ». » (Corniaux C. Duteurtre G., 2014).
  13. 13. 3. Hypothèses d’évolution de ces filières liés à l’évolution de leur environnement commercial
  14. 14. Quels changements risquent d'induire la mise en place du TEC CEDEAO ? Impacts de l’application du TEC CEDEAO : • Poudre de lait : maintien d’un taux de 5% pour les conditionnement de plus de 25 kg – baisse de 10 à 5% pour les ceux de moins de 25 kg • Lait et crème concentré : taux diminué de 20 à 10% • Fromage et lait caillé : taux inchangé • Yaourts : taux augmenté de 20 à 35% La politique commerciale de la CEDEAO vise davantage à protéger les industries laitières que les éleveurs. A plus long terme, une plus grande autonomie politique de la région pour mieux protéger ses marchés agricoles dépendra du choix éventuel de notifier à l’OMC des taux plafonds supérieurs aux taux du TEC .
  15. 15. Quels changements risquent d'induire la signature des APE ? Les impacts possibles de la signature de l’APE : • Libéralisation du marché de la poudre de lait en vrac (suppression des droits de douane d’ici 5 ans) • avantage comparatif supplémentaire pour les matières premières importées de l’UE à destination des industries laitières (baisse de prix de 5%) • cadre juridique plus contraignant qui interdira à l’avenir de relever les droits de douane appliqués aux importations en provenance de l’UE. Si la CEDEAO notifiait à l’OMC des taux plafonds plus élevés que les taux du TEC CEDEAO et qu’elle décidait un jour de relever les taux , elle ne pourrait pas appliquer cette hausse aux importations en provenance de l’UE.
  16. 16. La fin des quotas laitiers en Europe risque-t-elle d'augmenter les exportations vers l'Afrique de l'Ouest ? • Une augmentation possible de la production européenne de 20% d’ici 2020 • Des variables importantes liées à l’évolution de la production des grands pays exportateurs (UE, Nouvelle Zélande, Etats Unis) et de la consommation (Chine, Russie, Japon, Indonésie, Mexique, Afrique du Nord) • Des prix mondiaux élevés depuis 2007 par rapport aux 15 années précédentes, qui risquent de diminuer dans la décennie à venir • Une possible concurrence accrue du lait en poudre (augmentation de la production et baisse du prix du lait en poudre)
  17. 17. Quelles mesures préventives peut prévoir la CEDEAO face à ces menaces ? La CEDEAO pourrait considérer comme référence le prix moyen des dernières années des importations de lait et de produits laitiers avec : • Système de prélèvements variables pour stabiliser le prix des importations • Déclenchement des clauses de sauvegarde en cas de baisse importante des prix , mais possibilité seulement de relever le taux après libéralisation (0%) au taux appliqué aux autres pays (5%) Notification à l’OMC de taux plafonds plus élevés que les taux appliqués et hausse progressive des droits de douane sur la poudre de lait Mais pas possible pour les importations provenant de l’UE après signature de l’APE !
  18. 18. 4. Politiques pour accompagner le développement des filières « lait local »
  19. 19. Les minilaiteries peuvent-elles répondre aux besoins des consommateurs ? • les minilaiteries se sont multipliées depuis les années 1990 et font preuve d’une formidable capacité d’adaptation sur les plans structurels et commerciaux. • Une petite taille qui offre de la souplesse et de l’adaptabilité : Environ 80 % des minilaiteries recensées collectent moins de 200 litres de lait par jour ; 60 % en collectent moins de 100 litres quotidiennement. • Une part modeste d’échec comparée aux autres secteurs d’activité • Mais un impact marginal sur le marché national (couverture de 1 à 3% de la demande)
  20. 20. Les entreprises industrielles pourraient- elles s’approvisionner davantage en lait local ? • Une part d’approvisionnement actuellement entre 10 et 50% des besoins • Une compétitivité du lait local qui peut fortement augmenter même dans un pays comme le Sénégal avec des politiques adaptées : augmentation de 15% de la taxation (droits de douane et TVA) et subvention des centres de collecte (90%) : baisse marginale de la consommation des ménages mais augmentation du niveau de collecte de 17% en 5 ans (et bilan positif de plus de 2 milliards d’euros pour l’Etat) source : ISRA, 2013
  21. 21. Comment les Etats pourraient créer un environnement plus favorable ? Mesures d’appui à la production laitière et à la structuration des filières : • amélioration de l’alimentation :, résidus de récolte, cultures fourragères, aliment du bétail, etc. ; • sécurisation des espaces pastoraux et mobilité pastorale : identification et délimitation des zones pastorales • structuration de circuits de collecte : formation des collecteurs au métier, subventions pour un maillage de petits centres de collecte, intermédiation avec les transporteurs, etc. ; • concertation entre acteurs des filières lait local et poudre de lait importée, • ainsi qu’entre les différents ministères concernés pour définir un niveau de taxation (droits de douane) de la poudre de lait permettant une substitution progressive au niveau des entreprises industrielles
  22. 22. Mesures d’appui aux entreprises de transformation laitière : • Amélioration de la sécurité sanitaire des filières lait cru, yc pour l’établissement de points de collecte réfrigérés ; • Subvention aux investissements et/ou fiscalité incitative pour des laiteries (et centres de collecte) contrôlées par les producteurs (coopératives) ou contractualisant les achats avec les producteurs. • Exonération de TVA pour les produits laitiers à base de lait de collecte. • Instauration d’une taxe au soutien de l’élevage laitier régional, appliqué aux produits laitiers importés et utilisation de cette taxe pour payer un différentiel de prix aux producteurs locaux fournissant les laiteries ; • Notification des pays de la CEDEAO à l’OMC de taux plafonds élevés (100 à 150%) afin de pouvoir progressivement augmenter les droits de douane sur la poudre de lait et encourager l’augmentation de l’approvisionnement à partir de la production locale.
  23. 23. Mesures d’appui à la promotion du lait local • Interdiction d’utiliser des images et noms liés à la production locale sur les emballages des produits à base de lait en poudre ; • Contrôle des informations indiquées sur l’emballage des produits à base de lait en poudre et sanctions ; • Création et promotion d’un label « lait local » public au niveau des Etats ou de la CEDEAO pour faciliter le choix des consommateurs ; • Promotion des produits à base de lait local dans les écoles en milieu urbain ; • Campagnes d’information sur la qualité (goût, ingrédients, …), sur la reconnaissance/appellations des produits, et l’impact de la filière sur l’emploi, revenus ruraux, etc. ; • Renforcer les associations de consommateurs.
  24. 24. Merci de votre attention

×