Le processus de prise de décision liée à la carrière chez des élèves de 4e et de 5e secondaire de la Commission scolaire d...
2 
Table des matières 
INTRODUCTION .........................................................................................
3 
6.3. Les hésitants .......................................................................................................
4 
LISTE DES TABLEAUX 
Tableau Page 
1 Répartition des participants : âge, sexe, niveau de scolarité et établissement .......
5 
à propos de la manière d’obtenir de l’information ....................................................34 
16 Répartitio...
6 
31 Dimension : Utilisation de l’intuition .........................................................................52 
...
7 
INTRODUCTION 
Ce rapport présente les résultats d’une recherche portant sur la prise de décision relative à la carrière...
8 
élèves ayant répondu aux différentes dimensions couvertes par le questionnaire. La sixième section identifie quatre pro...
9 
l’expérience scolaire : faibles résultats et échecs, démotivation, abandons et interruptions (Lannegrand-Willems, 2008;...
10 
et Gati (2007) a d’ailleurs révélé que des niveaux plus élevés de difficultés liées aux troubles émotionnels et de per...
11 
connaissances qui peut engendrer les décisions (Gati, Amir et Landman, 2010). Selon lui, maintes décisions relatives à...
12 
une activité courante de l’existence humaine, elle demeure problématique pour plusieurs individus selon le contexte, l...
13 
caractéristiques), 7) le manque d’information à propos de la façon d’obtenir des informations (informations supplément...
14 
 Chaque dimension a une contribution unique, mais n’est pas indépendante des autres pour autant. 
 Une combinaison d...
15 
personnelles (aspiration à l’égard d’une profession idéale); 11) assurer une flexibilité suffisante pour permettre le ...
16 
lesquels repose le processus décisionnel relativement à la carrière (OBJECTIF 1), alors que celles fournies au CDMD pe...
17 
5. RÉSULTATS QUANTITIFS 
Cette section expose les résultats issus d’analyses descriptives et corrélationnelles des rép...
18 
5.1.1. Âge, sexe, niveau de scolarité et établissement 
Tableau 1. Répartition des participants : âge, sexe, niveau de...
19 
Les élèves participants, de même que leurs parents, sont nés dans plusieurs dizaines de pays. Le tableau 2 présente un...
20 
Le recensement du niveau de scolarité des parents a été passablement laborieux à obtenir. Nombre de réponses fournies ...
21 
5.2. État du projet professionnel 
Le tableau 4 présente les résultats des élèves à des énoncés se rapportant à la not...
22 
 Si l’on prend uniquement en compte le taux de réponse « Me décrit très bien », il est possible d’observer que la vas...
23 
 Une analyse plus poussée des différentes réponses du tableau 4 a permis de dégager deux dimensions importantes et di...
24 
est à noter que la majorité statistique des répondants ont répondu une valeur moyenne se situant entre 3,33 et 8,21 po...
25 
5.3. Intérêts pour la formation professionnelle (FP) et la formation collégiale technique (FCT) 
Les tableaux 6 et 7 p...
26 
Donc, le fait de pouvoir s’imaginer poursuivre des études en formation professionnelle, de juger posséder de l’informa...
27 
5.3.2. Intérêt pour la FCT 
Tableau 7. Résultats aux questions relatives à l’intérêt de poursuivre des études en forma...
28 
 Dans de mêmes proportions (pour « Me décrit très bien »), les élèves mentionnent posséder de l’information sur les f...
29 
5.4. Perceptions du marché du travail 
Le tableau 8 présente une description détaillée des perceptions entretenues par...
30 
 Plus des deux tiers des répondants affirment (« Me décrit très bien ») connaître les difficultés qui pourraient les ...
31 
personnelles, lesquelles sont implicitement liées avec la crainte de l’échec. Toutefois, c’est une décision pouvant se...
32 
 Indécision 
L’indécision est définie comme la difficulté à cerner une cible d’action ou de choix qui se témoigne par...
33 
Tableau 11. Répartition des réponses par items : Difficulté – Croyances dysfonctionnelles 
Items 
Ne me décrit pas 
Me...
34 
B) NIVEAU D’INFORMATION 
L’analyse des résultats suggère que les élèves jugent posséder une forte connaissance d’eux-m...
35 
 Manque d’information à propos de soi 
Le manque d’information à propos de soi est défini comme l’insuffisance d’info...
36 
Le manque d’information à propos des professions est défini comme l’insuffisance d’information (qualité, quantité) à p...
37 
 Manque d’information à propos de la manière d’obtenir de l’information 
Le manque d’information à propos de la maniè...
38 
 Information non fiable 
L’information non fiable relève de la possession d’information relative à la carrière fondée...
39 
 Conflits internes 
Les conflits internes sont définis par l’affrontement de deux ou plusieurs propositions contradic...
40 
 Conflits externes 
Les conflits externes sont définis en tant qu’affrontement de deux ou plusieurs propositions cont...
41 
même qu’ils – mais dans une moindre proportion – jugent bien connaître les opportunités de formation et de carrière qu...
42 
 Il y a des répartitions de pourcentage de réponse qui sont partagées entre les trois catégories de réponse : Me décr...
43 
donnée évoluera à l’avenir, sinon comment ses compétences et ses traits de personnalité se transformeront de leur côté...
44 
 Plus la moyenne indiquée est forte, plus elle est révélatrice d’une perception de difficulté plus grande à propos de...
45 
quatrième et de la cinquième secondaire. En somme, il ne semble pas y avoir chez les garçons – contrairement aux fille...
46 
cueillette d’information sur soi et sur les professions. Chez les garçons, la situation semble plus désordonnée. Certa...
47 
 Si les élèves rassemblent toutes les informations qu’ils jugent pertinentes pour prendre une décision relative à leu...
48 
 Locus de contrôle 
La dimension « locus de contrôle » vise à déterminer le degré avec lequel l’individu croit qu’il ...
49 
 Effort investi dans le processus 
La dimension « Effort investi dans le processus » vise à évaluer la perception du ...
50 
Tableau 24. Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Procrastination 
Items 
Ne me décrit pa...
51 
 Le processus de prise de décision finale relative à la carrière, une fois la collecte et l’analyse des informations ...
52 
Tableau 27. Dimension : Dépendance envers les autres 
Items 
Ne me décrit pas 
Me décrit moyennement 
Me décrit très b...
53 
 Le désir de faire plaisir aux autres au regard de leurs attentes ne semble pas constituer un facteur d’influence sur...
54 
 Volonté de compromis 
Cette dimension examine si de manière élevée ou faible, l’élève est ouvert aux options et solu...
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière

2 131 vues

Publié le

Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière d'élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire de la Commission scolaire de Laval

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 131
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
86
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cournoyer et lachance (2014). le processus de prise de décision relative à la carrière

  1. 1. Le processus de prise de décision liée à la carrière chez des élèves de 4e et de 5e secondaire de la Commission scolaire de Laval RAPPORT FINAL Louis Cournoyer, professeur (UQÀM) Lise Lachance, professeure (UQÀM) RAPPORT DÉPOSÉ AUX PARTENAIRES DE LA RECHERCHE Collège Montmorency Conférence régionale des élus de Laval Commission scolaire de Laval AOÛT 2014
  2. 2. 2 Table des matières INTRODUCTION .............................................................................................................. 7 1. PROBLÉMATIQUE .................................................................................................... 8 2. CADRE THÉORIQUE .............................................................................................. 11 2.1. Taxonomie des difficultés de prise de décision relative à la carrière ................. 11 2.2. Profil de prise de décision relative à la carrière .................................................. 13 3. QUESTION ET OBJECTIFS DE RECHERCHE ..................................................... 15 4. MÉTHODOLOGIE ................................................................................................... 15 5. RÉSULTATS QUANTITIFS .................................................................................... 17 5.1. Profil des répondants .......................................................................................... 17 5.1.1. Âge, sexe, niveau de scolarité et établissement .......................................... 18 5.1.2. Lieu de naissance : élèves, mères, pères ..................................................... 19 5.1.3. Scolarité des parents ................................................................................... 20 5.2. État du projet professionnel ................................................................................ 21 5.3. Intérêts pour la formation professionnelle (FP) et la formation collégiale technique (FCT) .................................................................................................. 25 5.3.1. Intérêt pour la FP ........................................................................................ 25 5.3.2. Intérêt pour la FCT...................................................................................... 27 5.4. Perceptions du marché du travail ........................................................................ 29 5.5. Difficultés de prise de décision relative à la carrière .......................................... 30 5.5.1. Difficultés – Portrait par dimensions .......................................................... 30 5.5.2. Difficultés – Comparaisons selon le sexe et le niveau de scolarité ............ 43 5.6. Profil de prise de décision relative à la carrière .................................................. 46 5.6.1. Profil de prise de décision – Portrait par dimensions ................................. 46 5.6.2. Profil de prise de décision – Comparaisons selon le sexe et le niveau de scolarité ..................................................................................................................... 56 6. RÉSULTATS QUALITATIFS .................................................................................. 59 6.1. Démarche d’analyse qualitative et modélisation théorique ................................ 59 6.2. Les préparés ........................................................................................................ 64 6.2.1. Image de soi des préparés ........................................................................... 65 6.2.2. Stratégies d’adaptation des préparés ........................................................... 66 6.2.3. Influences sociorelationnelles des préparés ................................................ 68 6.2.4. Intégration des préparés .............................................................................. 70 6.2.5. Interventions possibles pour les préparés … .............................................. 72
  3. 3. 3 6.3. Les hésitants ........................................................................................................ 74 6.3.1. Image de soi des hésitants ........................................................................... 75 6.3.2. Stratégies d’adaptation des hésitants .......................................................... 77 6.3.3. Influences sociorelationnelles des hésitants................................................ 78 6.3.4. Intégration des hésitants .............................................................................. 79 6.3.5. Interventions possibles pour les hésitants … .............................................. 80 6.4. Les égarés ........................................................................................................... 83 6.4.1. Image de soi des égarés............................................................................... 84 6.4.2. Stratégies d’adaptation des égarés .............................................................. 85 6.4.3. Influences sociorelationnelles des égarés ................................................... 87 6.4.4. Intégration des égarés ................................................................................. 89 6.4.5. Interventions possibles pour les égarés … .................................................. 91 6.5. Les dispersés ....................................................................................................... 93 6.5.1. Image de soi des dispersés .......................................................................... 94 6.5.2. Stratégies d’adaptation des dispersés ........................................................ 100 6.5.3. Influences sociorelationnelles des dispersés ............................................. 103 6.5.4. Intégration des dispersés ........................................................................... 107 6.5.5. Interventions possibles pour les dispersés … ........................................... 111 7. DISCUSSION .......................................................................................................... 113 8. RECOMMANDATIONS ........................................................................................ 116 CONCLUSION ............................................................................................................... 119 RÉFÉRENCES ............................................................................................................... 121
  4. 4. 4 LISTE DES TABLEAUX Tableau Page 1 Répartition des participants : âge, sexe, niveau de scolarité et établissement ............15 2 Pays de naissance des élèves, de leur mère et de leur père (N ≥ 5) ...........................16 3 Niveau de scolarité des parents du point de vue des élèves .......................................17 4 État de construction du projet professionnel – Réponses détaillées ..........................18 5 État du projet professionnel, selon le sexe et le niveau de scolarité – Analyse statistique ...................................................................................................................20 6 Résultats aux questions relatives à l’intérêt de poursuivre des études en formation professionnelle – Réponses détaillées ........................................................................22 7 Résultats aux questions relatives à l’intérêt de poursuivre des études en formation collégiale technique – Réponses détaillées ................................................................24 8 Perceptions du marché du travail – Réponses détaillées ...........................................26 9 Répartition des réponses par items : Difficulté – Manque de motivation .................28 10 Répartition des réponses par items : Difficulté – Indécision .....................................29 11 Répartition des réponses par items : Difficulté – Croyances dysfonctionnelles........ 30 12 Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information relative au processus de prise de décision .................................................................31 13 Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information à propos de soi ...........................................................................................................32 14 Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information à propos des professions ............................................................................................33 15 Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information
  5. 5. 5 à propos de la manière d’obtenir de l’information ....................................................34 16 Répartition des réponses par items : Difficultés liées à une information incohérente – Information non fiable ................................................................................................35 17 Répartition des réponses par items : Difficultés liées à une information incohérente – Conflits internes ..........................................................................................................36 18 Répartition des réponses par items : Difficultés liées à une information incohérente – Conflits externes .........................................................................................................37 19 Difficultés de prise de décision liée à la carrière (CDDQ) selon le niveau de scolarité et le sexe - Dimensions.................................................................................40 20 Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Cueillette d’informations .............................................................................................................43 21 Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Traitement d’information ..............................................................................................................44 22 Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Locus de contrôle . ....................................................................................................................................45 23 Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Effort investi dans le processus .............................................................................................................. 46 24 Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Procrastination . 47 25 Dimension : Rapidité de la prise de décision finale....................................................47 26 Dimension : Consultation des autres ..........................................................................48 27 Dimension : Dépendance envers les autres ................................................................49 28 Dimension : Désir de faire plaisir aux autres ..............................................................49 29 Dimension : Aspiration à l’égard d’une profession idéale .........................................50 30 Dimension : Volonté de compromis ...........................................................................51
  6. 6. 6 31 Dimension : Utilisation de l’intuition .........................................................................52 32 Profil de prise de décision relative à la carrière (CDMP) selon le niveau de scolarité et le sexe – Dimensions .............................................................................................53 33 Profils de prise de décision relative à la carrière .......................................................58 34 Composantes d’expérience relative à une prise de décision de carrière ....................60 35 Composantes d’expérience relative à une prise de décision de carrière des préparés .. ....................................................................................................................................61 36 Composantes d’expérience relative à une prise de décision de carrière des hésitants . ....................................................................................................................................71 37 Composantes d’expérience relative à une prise de décision de carrière des égarés ..80 38 Composantes d’expérience relative à une prise de décision de carrière des dispersés . ....................................................................................................................................90 LISTE DES FIGURES Figure Page 1 Conception dynamique du processus de prise de décision ........................................59
  7. 7. 7 INTRODUCTION Ce rapport présente les résultats d’une recherche portant sur la prise de décision relative à la carrière d’élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire de quatre institutions d’enseignement secondaire de la Commission scolaire de Laval. L’échantillon de répondant se compose de 328 élèves féminins (54%) et masculins (46%) de la quatrième (42%) et de la cinquième (58%) secondaire de quatre établissements d’enseignement secondaire de la Commission scolaire de Laval. Ils sont majoritairement nés au Canada et le profil de scolarité des parents s’avère très variable. Au printemps 2013, ces 328 élèves ont répondu à un questionnaire portant notamment sur leurs critères et leurs difficultés de prise de décision relative à une carrière, ainsi que sur l’état de leur projet professionnel, leurs perceptions du marché du travail, de même qu’à l’égard de la poursuite d’études en formation professionnelle et technique. Parmi ces élèves, 45 ont été rencontrés dans le cadre d’un entretien semi-dirigé visant à examiner verbalement avec eux les raisons motivant leur appréciation aux différents items répondus au questionnaire. Plusieurs types d’analyses de données, tant quantitatives que qualitatives, ont permis de dégager des portraits de l’ensemble des élèves sur différentes variables de leur processus de décision de carrière, ainsi que d’identifier et de décrire quatre profils spécifiques de prise de décision, soit préparés, hésitants, égarés et dispersés. À ce propos, les résultats de l’étude révèlent qu’il est difficile de décrire « un » processus de décision de carrière chez les élèves de fin de secondaire et qu’il est plus pertinent de prendre en compte différents profils décisionnels de façon à intervenir de manière plus ciblée et efficace. Le rapport se compose de huit sections. La première section expose la problématique justifiant la pertinence sociale et scientifique de s’intéresser à la manière dont les élèves de fin d’études secondaires procèdent pour prendre leur décision de carrière. La deuxième section approfondit le cadre théorique retenu pour mieux comprendre les critères et les difficultés impliqués dans le cadre d’un processus de prise de décision relative à la carrière. La troisième section aborde la question et les objectifs de recherche, alors que la quatrième expose la méthodologie déployée pour mener cette démarche scientifique. La cinquième section expose les résultats quantitatifs pour l’ensemble des
  8. 8. 8 élèves ayant répondu aux différentes dimensions couvertes par le questionnaire. La sixième section identifie quatre profils de prise de décision identifiée par le biais d’analyses statistiques à partir des réponses fournies par l’ensemble des répondants au questionnaire et décrit les raisonnements impliqués par les élèves ayant explicité leurs raisonnements dans le cadre de l’entretien semi-dirigé. La septième section propose une discussion des résultats par rapport à l’état des connaissances scientifiques actuelles sur le processus de prise de décision relative à la carrière d’élèves du secondaire. Enfin, la huitième et dernière section propose différentes recommandations pour les élèves, les membres du corps enseignant et professionnel, dont plus particulièrement les conseillers d’orientation, de même que pour les décideurs d’établissement et de l’éducation. 1. PROBLÉMATIQUE La fin de l’adolescence et l’entrée dans l’âge adulte constituent chez les jeunes Québécois une étape de vie marquée de changements et de transitions sur les plans personnel, scolaire et social (Cournoyer, 2008; Fédération des cégeps, 2010). C’est également une période où les choix et les projets sont les plus nombreux et les plus diversifiés dans l’un des plus courts laps d’existence (Cournoyer, 2008). Au-delà de leurs situations singulières, les expériences des jeunes Québécois se réalisent au sein d’environnements sociaux et sociétaux marqués notamment par un développement accéléré des connaissances, la modification des structures de travail, la mobilité croissante de l’emploi et la concurrence des marchés à l’échelle mondiale (MELS, 2011). Bien que les études et la vie professionnelle future occupent une place prépondérante dans la vie des jeunes Québécois, il n’en demeure pas moins qu’une majorité d’entre eux n’ont pas de projet professionnel clair au moment de transiter de l’ordre d’enseignement secondaire au cégep (Beaucher, 2006; Cournoyer, 2008; CSE, 2002; Guay, Ratelle, Senécal, Larose et Deschênes, 2006). Au cours des dernières décennies, plusieurs études évaluent de 50 à 80 % le nombre d’élèves indécis par rapport à leur avenir scolaire et professionnel (Conseil permanent de la jeunesse, 1992; CSE, 2002; Lannegrand-Willems, 2008). Certaines indécisions s’associent à un état d’incertitude qui peut, à son tour, influencer
  9. 9. 9 l’expérience scolaire : faibles résultats et échecs, démotivation, abandons et interruptions (Lannegrand-Willems, 2008; Rivière et Jacques, 2002). Boutinet (2007) conçoit que s’orienter tient compte à la fois de temporalités de l’existence (passé, présent, futur), de confrontations multiples entre le rêve et la réalité, ainsi que d’une démarche indissociable de l’être et d’un scénario sur lequel se fondent ses aspirations de vie. Hormis la dimension intrapersonnelle liée au choix de carrière des jeunes, se retrouvent également l’apport et l’influence probante des proches. Les personnes significatives (parents, amis, enseignants, collègues de classe, patrons, collègues de travail, etc.) peuvent toutes exercer une forme ou une autre d’influence sur le processus de prise de décision relative à la carrière de la personne (Bidart et Lavenu, 2005; Cournoyer, 2010; Harren, 1979). S’orienter constitue également une démarche de construction identitaire composée de rapports subjectifs et intersubjectifs, où souvent se trament en arrière ou en avant plan des enjeux d’incertitude, d’indécision et d’anxiété (Cournoyer, 2008; Guichard, 2004). C’est également une démarche avant tout unique à chaque individu. À ce propos, Matte (2010) rappelle l’importance de bien discerner les différents niveaux de besoins en orientation des élèves au secondaire. Si certains consultent pour obtenir des réponses en matière d’information scolaire et professionnelle, d’autres sont à la recherche d’une démarche leur permettant de structurer la mise en interaction de leurs ressources personnelles avec les opportunités du milieu. Selon Guay, Ratelle, Sénécal, Larose et Deschênes (2006), les personnes vivant une indécision chronique sont plus sujettes que d’autres à éviter les occasions et les activités de développement de leur orientation scolaire et professionnelle, alors que celles vivant une indécision d’ordre développemental ont plus souvent besoin d’un soutien ponctuel, personnalisé et à point pour les aider dans leurs démarches. Matte (2010) soutient que la clientèle des conseillers d’orientation qui consulte peut vivre autant des problèmes d’apprentissage ou identitaires, des tendances ou des troubles sur le plan de l’anxiété, de la dépression ou d’autres enjeux pathologiques. Une étude empirique conduite par Saka
  10. 10. 10 et Gati (2007) a d’ailleurs révélé que des niveaux plus élevés de difficultés liées aux troubles émotionnels et de personnalité entravent le processus de prise de décision de carrière. L’indécision relative à la carrière est potentiellement lourde de conséquences non seulement sur le plan de l’avenir, mais également du présent de l’élève : fragilité émotive, anxiété, procrastination, difficultés scolaires, insatisfaction, perte d’intérêt, mésestime de soi, honte, etc. (Falardeau et Roy, 1999; Forner, 2001). Être indécis relativement à sa carrière est à la fois une difficulté tout comme une composante à tout processus de prise de décision (CSE, 2002; Guay et al, 2006). La plupart des modèles contemporains d’intervention en orientation scolaire reposent sur une finalité de prise de décision (Gati, Krausz et Osipow, 1996; Little et Chambers, 2000; Patton et McMahon, 1999). Prendre une décision relative à la carrière suggère l’opérationnalisation de variables autant cognitives, comportementales que contextuelles (Forner, 2001; Mitchell et Krumboltz, 1996; Savickas et al., 2009; Vondracek, 2010; Young, Valach et Domene, 2005). La prise de décision relative à la carrière est un processus développemental qui s’avère essentiel à la traversée de transitions, telles que celles d’un cycle d’études à un autre, lorsqu’une personne se prépare à entamer un nouveau parcours de carrière (Savickas, 2001). Décider implique de s’engager, de porter une responsabilité et de s’obliger à quelque chose. Ce sont les différentes prises de décision auxquelles sont confrontés les individus tout au long de leur existence qui forgent leur compétence et leur maturité psychosociale (Tibos et Van Esbroeck, 2004). Étudier la notion de prise de décision relative à la carrière implique de s’attarder à bien circonscrire celle-ci par rapport à la non-décision et à l’indécision (Tibos et Van Esbroeck, 2004). Toutes manifestent pour ces auteurs des enjeux d’analyse importants sur le plan de la personnalité et de l’organisation cognitive. Cela rejoint d’ailleurs les propos de Peterson, Sampson, Reardon et Lenz (1996) indiquant que la manière dont l’individu traite les informations va déterminer la qualité de son processus de prise de décision relative à la carrière. Parmi les auteurs contemporains s’étant les plus intéressés à la question d’indécision relative à la carrière sur la scène mondiale, il importe de souligner Itamar Gati. Pour ce chercheur pour ses travaux sur les difficultés et les profils de prise de décision relative à la carrière, c’est paradoxalement le manque de
  11. 11. 11 connaissances qui peut engendrer les décisions (Gati, Amir et Landman, 2010). Selon lui, maintes décisions relatives à la carrière, chez des individus de tous groupes d’âge, sont avant tout formulées impulsivement pour combattre l’état inconfortable d’incertitude et d’imprévisibilité. C’est pourquoi il importe non pas tant de savoir si les individus prennent ou non des décisions, que de mieux comprendre les assises cognitives, affectives, comportementales et relationnelles sur lesquelles elles s’opèrent (Cournoyer, 2008; Gati, 2011). 2. CADRE THÉORIQUE Cette recherche repose sur deux conceptions théoriques développé par Itamar Gati : 1) la taxonomie des difficultés de prise de décision relative à la carrière (Gati, 2011; Gati, Krausz et Osipow, 1996) et 2) le profil de prise de décision relative à la carrière (Gati, Landman, Davidovitch, Asulin-Peretz et Gadassi, 2010). Cette section expose plus particulièrement : a) la taxonomie des difficultés de prise de décision relative à la carrière, b) le profil de prise de décision relative à la carrière et c) les autres notions théoriques imbriquées à ceux-ci dans le cadre de cette recherche. D’autres notions théoriques rattachées à des travaux de recherche sur la construction du projet professionnel des jeunes sont également prises en compte, plus particulièrement en vue d’établir d’éventuelles corrélations avec les deux modèles de Gati : la construction du projet professionnel et le rôle exercé par les relations sociales (Cournoyer, 2008); la construction du choix de carrière chez les filles (Grégoire et Cournoyer, 2013); la perception du marché du travail chez les jeunes (Samson, Lauzier et Cournoyer, étude en cours). 2.1. Taxonomie des difficultés de prise de décision relative à la carrière En 1996, un groupe de chercheurs internationaux spécialisés en développement de carrière (Gati, Krausz et Osipow, 1996) ont élaboré une taxonomie et un outil de mesure de difficultés de prise de décision relative à la carrière. Bien que l’action de décider soit
  12. 12. 12 une activité courante de l’existence humaine, elle demeure problématique pour plusieurs individus selon le contexte, la nature et les enjeux de la décision. Tel que le soulignent Gati et ses collaborateurs (1996), les alternatives potentielles sont souvent nombreuses. La quantité d’informations disponible est tout aussi vaste et plusieurs aspects sont simultanément à prendre en compte pour organiser ces informations au regard de préférences individuelles. Les difficultés de prise de décision relative à la carrière sont associées à préoccupations émotives, à des niveaux inférieurs d’auto-efficacité dans la prise de décision de carrière, à un locus de contrôle davantage externe, influençant négativement le processus de prise de décision de carrière (Gati, Saka et Krausz, 2001). Selon Gati et Amir (2010), les difficultés de prise de décision relative à la carrière peuvent être classifiées sous des catégories distinctes, soit le moment où elles surviennent (avant ou durant cette démarche), la source de difficulté (cognitive ou affective), l’impact de la difficulté sur le plan décisionnel (bloquer ou amoindrir la décision optimale) et enfin, le type d’intervention requise pour surmonter cette difficulté. La taxonomie proposée par Gati et al. (1996) est basée sur le modèle de la prise de décision de carrière idéale. Gati et Amir (2010) ont identifié trois catégories de difficultés relatives à une prise de décision concernant sa carrière comportant au total 10 types de difficultés. La première catégorie concerne le manque de préparation (AVANT l’engagement dans le processus de prise de décision). Trois types de difficultés sont associés à ce manque de préparation, soit : 1) le manque de motivation (volonté à prendre une décision à ce moment), 2) l’indécision (difficulté généralisée à prendre une décision) et 3) les croyances dysfonctionnelles (perceptions erronées du processus de prise de décision). Une deuxième catégorie porte sur le manque d’information (PENDANT le processus de prise de décision). Cette fois, quatre types de difficultés sont associés à cette catégorie, soit : 4) le manque d’information à propos du processus de prise de décision (connaissance à propos de la manière dont peut être réalisée une décision éclairée, puis plus spécifiquement à propos des étapes impliquées dans un processus de prise de décision relative à la carrière), 5) le manque d’information à propos de soi (connaissance de ses préférences, de ses capacités, etc.), 6) le manque d’information sur les professions et les métiers (connaissance des options de carrière, d’alternatives existantes et de ses
  13. 13. 13 caractéristiques), 7) le manque d’information à propos de la façon d’obtenir des informations (informations supplémentaires ou aide pour faciliter sa prise de décision). Enfin, la dernière catégorie concerne l’information incohérente. Trois types de difficultés s’y rattachent, soit : 8) l’information non fiable (informations contradictoires à propos de soi-même ou à propos d’emplois ou de professions), 9) les conflits internes (confusion pouvant influencer la capacité à faire des compromis entre différents facteurs de décision que la personne peut considérer importants, notamment lorsque ces derniers sont incompatibles entre eux) et 10) les conflits externes (écart entre les préférences individuelles et les préférences de personnes significatives, ou alors une contradiction entre l’opinion de deux personnes significatives). 2.2. Profil de prise de décision relative à la carrière D’entrée de jeu, Gati et Amir (2010) distinguent les notions de profil et de style de prise de décision. Pour eux, la notion de profil s’avère plus complexe et multidimensionnelle, permettant de comprendre le processus de prise de décision à partir de variables individuelles et contextuelles. Le profil de prise de décision relative à la carrière intègre et combine donc un ensemble de styles et de comportements décisionnels (Gati et al., 2010). Sept prémisses guident le profil de prise de décision relative à la carrière proposé par Gati et al. (2010) :  Les individus abordent différemment le processus de prise de décision relative à la carrière et leur profil de caractéristiques est donc différent.  Un profil multidimensionnel de caractéristiques permet une meilleure description du processus décisionnel d’un individu qu’une seule caractéristique dominante.  Chaque dimension du modèle permettant de décrire l’individu est représentée sous forme d’un continuum situé entre les extrémités de deux pôles.
  14. 14. 14  Chaque dimension a une contribution unique, mais n’est pas indépendante des autres pour autant.  Une combinaison des dimensions ne peut être effectuée dans le but de produire un seul score total, comme pour une mesure de la personnalité.  Dépendamment des dimensions, un des deux pôles est généralement plus facilement adaptable dans un contexte de prise de décision que son pôle opposé.  Certaines dimensions liées à la personnalité sont plus stables et peu influencées par le contexte alors que d’autres sont davantage situationnelles et peuvent dépendre à la fois des tâches spécifiques reliées au contexte de prise de décision ou au stade auquel l’individu est rendu dans son processus décisionnel. Le profil de prise de décision relative à la carrière développé par Gati, Landman, Davidovitch, Asulin-Peretz et Gadassi (2010) repose sur l’identification de douze dimensions propres au processus de prise de décision relative à la carrière chez les adolescents. Pour ces derniers, la prise de décision optimale doit reposer sur différentes capacités : 1) recueillir, organiser et comprendre des informations pertinentes sur soi et sur le monde (cueillette d’information); 2) analyser et traiter l’information sur le plan de son contenu (traitement de l’information); 3) avoir confiance en leur capacité d’assurer un certain contrôle sur la réalisation de leurs aspirations professionnelles (locus de contrôle); 4) investir des efforts et du temps dans un processus de prise de décision (efforts investis dans le processus); 5) éviter les délais ou les tentations de procrastination (procrastination); 6) procéder suffisamment rapidement à partir du moment où les informations requises sont recueillies (rapidité de décision); 7) appuyer la qualité de leur prise de décision par la consultation d’autrui tout au long de la démarche (consultation des autres); 8) assumer la responsabilité de leurs actions et de leurs décisions (dépendance envers les autres); 9) gérer les besoins de satisfaction d’autrui par rapport à la satisfaction de leurs propres besoins (désir de vouloir plaire aux autres); 10) rechercher le type d’études ou d’emplois pouvant le mieux répondre à leurs caractéristiques
  15. 15. 15 personnelles (aspiration à l’égard d’une profession idéale); 11) assurer une flexibilité suffisante pour permettre le recours à des alternatives en cas de difficultés (volonté de compromis); 12) faire appel à l’intuition et à leurs sentiments au travers de la démarche de prise de décision relative à la carrière (utilisation de l’intuition). Les travaux de Gadassi, Gati et Dayan (2012) suggèrent que chaque individu se positionne différemment pour chaque dimension selon un continuum entre deux pôles. 3. QUESTION ET OBJECTIFS DE RECHERCHE La recherche vise à répondre à la question de recherche suivante : comment les modalités de prise de décision relative à la carrière et les difficultés rencontrées lors de cette démarche par des élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire peuvent-elles influencer la construction d’un projet professionnel éclairé? À cet effet, trois objectifs sont plus particulièrement ciblés : 1) cerner les principales difficultés qui interfèrent et qui s’associent à une prise de décision relative à la carrière d’élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire; 2) identifier les critères de prise de décision relativement à la carrière d’élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire; 3) décrire le rôle combiné du profil de prise de décision relative à la carrière et de celui des difficultés rencontrées sur la capacité d’élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire à construire un projet professionnel éclairé. 4. MÉTHODOLOGIE La recherche combine l’apport d’approches quantitative et qualitative. Une version francophone de deux questionnaires, soit le Career Decision-Making Profile Questionnaire (CDMP; Gati et al., 2010) et le Career Decision-Making Difficulties (CDMD; Gati, Krausz et Osipow, 1996), a été administrée en classe à 328 élèves de la quatrième secondaire et de la cinquième secondaire de la Commission scolaire de Laval. Les réponses fournies au CDMP permettent d’identifier les critères et les enjeux sur
  16. 16. 16 lesquels repose le processus décisionnel relativement à la carrière (OBJECTIF 1), alors que celles fournies au CDMD permettent de cerner plus spécifiquement les types de difficultés qui interfèrent et qui interviennent dans cette prise de décision (OBJECTIF 2). Au terme de la passation de questionnaires à 328 élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire, le consentement des répondants a été recueilli pour une éventuelle sollicitation de participation à un entretien semi-dirigé visant une exploration plus approfondie et qualitative des réponses fournies au questionnaire combiné. Un sous- échantillon de 45 participantes et participants a ainsi été recruté afin d’obtenir un nombre égal d’élèves répartis selon le sexe et le niveau de scolarité. L’entretien a mené à l’obtention de données discursives et explicatives relativement aux réponses (quantitatives) préalablement fournies lors de la passation du questionnaire. Ces données qualitatives ont servi à mieux comprendre le rôle d’influence joué par les modalités de prise de décision relative à la carrière propres à l’élève et des difficultés rencontrées sur la capacité à construire un projet professionnel éclairé (OBJECTIF 3). Les données quantitatives récoltées à l’aide de ce questionnaire ont été notamment interprétées à l’aide d’analyses paramétriques (plan factoriel d’analyse de variance), lesquelles ont permis de déterminer en quoi les élèves, garçons et filles, de quatrième et de cinquième secondaire, se distinguent en matière de critères, de difficultés rencontrées et de modalités relatives à la prise de décision relative à la carrière. De plus, des analyses corrélationnelles ont été menés dans le but de cerner les facteurs qui semblent les plus associés à la propension des élèves à prendre (ou non) une décision relative à la carrière. Pour leur part, les données qualitatives ont été interprétées à l’aide d’une analyse thématique. L’analyse qualitative proposée appuie et bonifie l’analyse quantitative. Au travers d’une analyse thématique de données qualitatives (Paillé et Mucchielli, 2012), le matériel discursif composé de mots, de locutions et de textes est lié plus particulièrement aux contextes propres à l’argumentation des élèves.
  17. 17. 17 5. RÉSULTATS QUANTITIFS Cette section expose les résultats issus d’analyses descriptives et corrélationnelles des réponses fournies au questionnaire par 328 élèves participants. La première partie porte sur le profil des répondants : âge, sexe, niveau de scolarité, établissement, lieu de naissance et niveau de scolarité de l’élève, ainsi que de ses parents. La deuxième partie rend compte de l’état du projet professionnel des participants selon différents énoncés proposés et variables considérées. La troisième partie porte sur l’intérêt manifesté ou non par les élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire pour la formation professionnelle et la formation collégiale technique. La quatrième partie rend compte de perceptions du marché du travail. La cinquième partie aborde plus spécifiquement les trois catégories et les dix dimensions de difficultés de prise de décision relative à la carrière, alors que la sixième partie aborde les dimensions du profil de prise de décision des élèves participants. 5.1. Profil des répondants Un nombre de 328 élèves de la quatrième (N = 137) et de la cinquième (N = 191) a répondu au questionnaire. Le tableau 1 ci-dessous présente la répartition par effectifs et pourcentages de l’âge, du sexe, du niveau de scolarité et de l’établissement des participants.
  18. 18. 18 5.1.1. Âge, sexe, niveau de scolarité et établissement Tableau 1. Répartition des participants : âge, sexe, niveau de scolarité et établissement Âge Effectifs Pourcentages 15 49 15,0% 16 146 44,8% 17 109 33,4% 18 20 06,1% 19 2 00,6% Sexe Effectifs Pourcentages Filles 175 53,8% Garçons 1501 46,2% Niveau de scolarité Effectifs Pourcentages Secondaire 4 137 41,8% Secondaire 5 191 58,2% Établissement Effectifs Pourcentages Leblanc 72 22,0% École internationale de Laval 90 27,4% Horizon-Jeunesse 20 06,1% Mont-de-La Salle 146 44,5%  L’âge des participants reflète celui normalement attendu d’élèves de la quatrième et de la cinquième secondaire, soit de 15 à 18 ans (exception faite de moins de 1% d’élèves âgés de 19 ans).  Les filles sont légèrement plus nombreuses (54%) que les garçons (46%).  Les élèves de la quatrième secondaire représentent 42% de l’échantillon comparativement à 58% pour ceux de la cinquième secondaire.  Les participants proviennent dans l’ordre des établissements d’enseignement secondaire suivants : Mont-de-La Salle (45%), École internationale de Laval (27%), Leblanc (22%) et Horizon-Jeunesse (6%). 1 L’addition du nombre de garçons et de filles est de 325 alors que le nombre total de répondants est de 328. Les trois participants en question ont simplement omis d’indiquer leur sexe.
  19. 19. 19 Les élèves participants, de même que leurs parents, sont nés dans plusieurs dizaines de pays. Le tableau 2 présente une liste des pays de naissance les plus fréquents (N ≥ 5) pour les élèves et leurs mères et pères. 5.1.2. Lieu de naissance : élèves, mères, pères Le tableau 2 ci-dessous présente un classement par ordre descendant des pays de naissance les plus courants chez les élèves ayant participé à l’étude, ainsi que de leur mère et de leur père. Tableau 2. Pays de naissance des élèves, de leur mère et de leur père (N ≥ 5) Élèves N Mères N Pères N Canada 240 Canada 138 Canada 121 Haïti 12 Haïti 35 Haïti 37 Roumanie 12 Liban 21 Liban 20 Algérie 8 Roumanie 13 Roumanie 13 Colombie 5 Maroc 11 Maroc 12 Liban 5 Algérie 9 Algérie 9 Portugal 7 Portugal 9 Afghanistan 6 Vietnam 7 Vietnam 6 Afghanistan 6 Colombie 5 Guatemala 6 Guatemala 5 Chili 5 El Salvador 5 République dominicaine 5  Les élèves proviennent d’un total de 30 pays, alors que leur mère et leur père proviennent respectivement de 42 et de 44 pays.  Plus particulièrement, 240 élèves sont nés au Canada comparativement à 138 des mères et 121 des pères.  Les communautés haïtiennes, roumaines, algériennes, colombiennes et libanaises sont les plus fréquentes parmi l’ensemble des participants.
  20. 20. 20 Le recensement du niveau de scolarité des parents a été passablement laborieux à obtenir. Nombre de réponses fournies sont plus ou moins claires de sorte qu’il est prudent de douter de leur validité. Toutefois, aux fins d’informations, le tableau 3 présente les données qu’il a été possible de recueillir à cet effet. 5.1.3. Scolarité des parents Le tableau 3 présente le niveau (ou d’équivalence) de scolarité des parents selon différentes catégories de diplôme offerts au sein du système éducatif québécois. Tableau 3. Niveau de scolarité des parents du point de vue des élèves Niveau de scolarité Mère (N) Père (N) Sans diplôme d'études secondaire 20 17 Diplôme d'études professionnelles 6 19 Diplôme d'études secondaires 16 23 Diplôme d'études collégiales pré-universitaires 18 11 Diplôme d'études collégiales techniques 25 8 Diplôme d'études universitaires (1er cycle, certificat, majeure, etc.) 5 3 Diplôme d'études universitaires (1er cycle, baccalauréat) 37 33 Diplôme d'études universitaires (2e cycle) 14 15 Diplôme d'études universitaires (3e cycle) 1 13  Bien que l’on puisse remarquer une présence notable de parents possédant un diplôme d’études universitaires, force est de constater une répartition passablement équilibrée entre les différents niveaux de scolarité. Aucun tableau présentant l’emploi exercé par la mère et le père, de même que par rapport à la profession envisagée par les élèves n’est présenté dans ce rapport en raison de la vaste diversité de ceux-ci et de certaines difficultés à relever clairement l’intention de réponses de certains élèves.
  21. 21. 21 5.2. État du projet professionnel Le tableau 4 présente les résultats des élèves à des énoncés se rapportant à la notion de projet professionnel et à son niveau d’élaboration. Plus loin, le tableau 5 expose, quant à lui, l’état du projet professionnel des élèves selon le sexe et le niveau de scolarité. Tableau 4. État de construction du projet professionnel – Réponses détaillées Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 1. J’ai réfléchi à ce que j’aimerais faire à la suite de mes études secondaires. 4,5% 22,2% 73,3% 2. J’ai une bonne idée de ce que j’aimerais faire d’ici 10 à 20 ans. 17,2% 30,8% 52,0% 3. J’ai une bonne idée des démarches et des actions que j’aurai à réaliser pour atteindre cet objectif. 14,9% 36,1% 49,0% 4. Je juge pertinent de rencontrer un conseiller d’orientation à mon école pour obtenir de l’information sur marché du travail. 20,1% 28,8% 51,1% 5. Je juge pertinent de rencontrer le conseiller d’orientation de mon école pour m’aider à mieux me connaître et pour choisir un métier qui m’intéresse. 28,5% 25,7% 45,9% 6. J’ai discuté avec mes amis de mes projets de carrière. 12,5% 23,8% 63,7% 7. J’ai discuté avec mes parents de mes projets de carrière. 6,2% 20,6% 73,2% 8. J’ai discuté avec mes enseignants de mes projets de carrière. 57,5% 26,6% 16,0% 9. J’ai déjà fait des recherches (par exemple, sur le web) pour m’informer sur les professions qui pourraient m’intéresser. 18,7% 22,5% 58,8%
  22. 22. 22  Si l’on prend uniquement en compte le taux de réponse « Me décrit très bien », il est possible d’observer que la vaste majorité des élèves (73,3%) ont réfléchi à ce qu’ils souhaitent faire après leurs études secondaires. Seuls 4,5% (« Ne me décrit pas ») ne semblent pas se reconnaître dans une telle démarche.  Pour ce qui est de concrétiser leur réflexion en objet concret ou en démarches effectives, le taux baisse alors à la moitié des élèves. En termes de réponse « Me décrit très bien », 52,0% affirment avoir une bonne idée de ce qu’ils aimeraient faire dans 10 ou 20 ans, presque autant affirment avoir une bonne idée des démarches et des actions à poser pour atteindre leurs objectifs (49,0%) et bon nombre (58,8%) soulignent avoir fait des recherches (par exemple, sur le web) pour s’informer sur les professions potentiellement intéressantes pour eux.  Quant au fait de rencontrer un conseiller d’orientation, là encore, environ la moitié des élèves sondés jugent très pertinent (Me décrit très bien) d’aller vers un tel professionnel pour obtenir des informations sur le marché du travail (51,1%) ou pour obtenir de l’aide pour mieux se connaître et choisir un métier intéressant (45,9%). Toutefois, ce sont surtout vers les parents et les amis que semblent se tourner d’abord les élèves pour discuter de leurs projets d’avenir professionnel. En effet, en examinant le taux de réponse « Me décrit très bien », il est possible de voir que 73,2% des jeunes ont discuté de ce sujet avec leurs parents et 63,7% avec des amis. Pour ce qui est du même taux conféré à une discussion sur ce sujet avec un enseignant, le taux de réponse « Me décrit très bien » tombe à 16,0%.  En somme, ces jeunes pensent fortement à leur avenir professionnel et une part importante d’entre eux ont envisagé, sinon mis en oeuvre, les moyens nécessaires pour concrétiser décision. La vaste majorité discute avec parents et amis de ce sujet, mais pas vraiment avec les enseignants. Quant au recours aux services d’un conseiller d’orientation, la répartition des taux de réponse démontre que l’initiative pour obtenir de l’information ou de l’aide d’un tel professionnel est passablement variable selon les jeunes.
  23. 23. 23  Une analyse plus poussée des différentes réponses du tableau 4 a permis de dégager deux dimensions importantes et distinctes liées à la construction du projet professionnel, soit l’état du projet professionnel et la consultation en orientation (Tableau 5). Celles-ci présentent des indices de cohérence interne satisfaisants. Tableau 5. État du projet professionnel, selon le sexe et le niveau de scolarité – Analyse statistique Dimension Item Alpha N Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien MOY Écart type État du projet professionnel 7 0,78 327 7,3 42,5 50,2 6,21 1,52 Consultation en orientation 2 0,71a 326 19,3 33,4 47,2 5,77 2,44 a Un coefficient de corrélation de Spearman a été calculé pour cette sous-échelle étant donné qu'elle ne contient que 2 items.  La mise en commun des réponses à tous les items, exception faite de ceux se rapportant à la consultation en orientation (questions 4 et 5) suggère que la réponse-moyenne se situe à 6,21 (sur 9), soit à la frontière de « Me décrit moyennement » et « Me décrit très bien ». La majorité des répondants ont répondu une valeur moyenne se situant entre 4,69 et 7,73 pour le total des énoncés se rapportant à l’état de construction du projet professionnel.  Chez les filles, la réponse moyenne pour l’ensemble des énoncés relatifs à la construction du projet professionnel se situe à 6,18 en quatrième secondaire et à 6,51 en cinquième secondaire. Parallèlement, mais avec des valeurs moindres, les garçons de quatrième secondaire affichent 5,91, alors que la moyenne est de 6,33 en cinquième secondaire.  La mise en commun des réponses aux items se rapportant à la consultation en orientation (questions 4 et 5) suggère que la réponse-moyenne se situe à 5,77 (sur 9), ce qui s’associe le plus à une affirmation « Me décrit moyennement ». Il
  24. 24. 24 est à noter que la majorité statistique des répondants ont répondu une valeur moyenne se situant entre 3,33 et 8,21 pour l’ensemble des énoncés, ce qui témoigne d’une dispersion importante des avis prononcés sur la question de consulter (ou non) un professionnel en orientation.  Fait intéressant, le jugement de pertinence des élèves quant à l’idée de consulter un professionnel de l’orientation pour l’obtention d’information ou pour de l’aide personnalisée est plus fort chez les élèves de la quatrième secondaire que chez ceux de la cinquième. Chez les filles, la moyenne se situe à 6,51 chez celles de la quatrième secondaire et à 5,63 pour celles de cinquième. Chez les garçons, les taux moyens pour cet aspect sont de 5,74 en quatrième secondaire et de 5,41 en cinquième secondaire. Considérant que l’étude a été menée après la date limite des demandes d’admission pour le cégep, il est possible que la pertinence jugée à rencontrer un conseiller d’orientation soit moindre … une fois le choix fait.
  25. 25. 25 5.3. Intérêts pour la formation professionnelle (FP) et la formation collégiale technique (FCT) Les tableaux 6 et 7 présentent les résultats obtenus par rapport à l’intérêt porté par les élèves répondants de la quatrième et de la cinquième secondaire pour la poursuite d’études en formation professionnelle et en formation collégiale technique. 5.3.1. Intérêt pour la FP Tableau 6. Résultats aux questions relatives à l’intérêt de poursuivre des études en formation professionnelle – Réponses détaillées Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 10. Je peux m’imaginer compléter des études en formation professionnelle. 43,7 26,3 30,0 11. Je possède de l’information par rapport aux études en formation professionnelle. 36,4 34,9 28,7 12. Je peux m’intéresser à des emplois demandant des études en formation professionnelle. 36,5 34,9 28,7 13. Je crois que les emplois demandant une formation professionnelle sont surtout des emplois pour les « gars ». 64,8 24,5 10,7 14. Je serais capable d’exercer un emploi demandant des études en formation professionnelle. 14,5 31,7 53,8 15. Je pourrais retirer beaucoup de bénéfices personnels à faire un emploi demandant des études en formation professionnelle. 34,6 38,2 27,2 16. Si j’optais pour des études en formation professionnelle, je pourrais bénéficier du soutien des membres de mon entourage. 19,8 30,8 49,4  Lorsque l’on examine la distribution des réponses aux énoncés 10, 11, 12 et 15, il est possible d’observer une répartition passablement similaire de réponses (malgré une tendance plus prononcée vers les valeurs de réponses plus faibles) entre ceux qui jugent que cela ne les décrit pas, les décrit moyennement ou alors très bien.
  26. 26. 26 Donc, le fait de pouvoir s’imaginer poursuivre des études en formation professionnelle, de juger posséder de l’information à ce propos, d’être intéressé aux emplois débouchant de ce type de formation et de croire qu’il serait possible de retirer des bénéfices personnels à entreprendre une telle avenue d’étude est fort variable d’un jeune à un autre.  L’examen des réponses aux autres questions, soit 13, 14 et 16, apporte un constat intéressant sur certains préjugés des jeunes à l’égard de la formation professionnelle (FP). Ce que la répartition des résultats suggère, c’est qu’une proportion importante d’élèves ne juge pas que les emplois en FP soient essentiellement des emplois de « gars » ou qu’elle soit incapable d’en exercer un. De plus, ces élèves ne croient pas qu’ils pourraient bénéficier de moins de soutien de leur entourage s’ils optaient pour une telle voie.  En comparant globalement la répartition des réponses pour les questions 10, 11, 12 et 15 avec celle des questions 13, 14 et 16, il est possible de constater que les raisons premières de ne pas envisager poursuivre d’études en FP relèvent d’une question d’intérêts et non pas d’une question de préjugés. Toutefois, il serait sans doute possible d’accroître le taux de jeunes suffisamment informés sur ce type d’études.  La distribution des réponses-moyennes aux questions rattachées à l’intérêt de poursuivre des études en formation professionnelle est significativement différente tant sur le plan du sexe que de la scolarité. Tant chez les filles que chez les garçons, la moyenne des réponses est supérieure pour la quatrième secondaire par rapport à la cinquième secondaire. Les filles de la quatrième secondaire présentent une réponse-moyenne se situant à 5,02 et alors qu’elle s’élève à 4,52 pour celles de la cinquième secondaire. Chez les garçons, même s’ils manifestent un intérêt plus grand pour ce type d’études, la réponse-moyenne en quatrième secondaire (6,03) est également plus faible qu’en cinquième secondaire (5,37).
  27. 27. 27 5.3.2. Intérêt pour la FCT Tableau 7. Résultats aux questions relatives à l’intérêt de poursuivre des études en formation collégiales techniques – Réponses détaillées Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 17. Je peux m’imaginer compléter des études en formation technique au collégial. 16,8% 24,8% 58,4% 18. Je possède de l’information par rapport aux études en formation technique au collégial. 21,1% 28,7% 50,2% 19. Je peux m’intéresser à des emplois demandant des études en formation technique au collégial. 14,7% 26,7% 58,6% 20. Je crois que les emplois demandant une formation technique au collégial sont surtout des emplois pour les « gars ». 78,5% 17,2% 4,3% 21. Je serais capable d’exercer un emploi demandant des études en formation technique au collégial. 10,2% 19,3% 70,5% 22. Je pourrais retirer beaucoup de bénéfices personnels à faire un emploi demandant des études en formation technique au collégial. 12,2% 32,8% 55,0% 23. Si j’optais pour des études en formation technique au collégial, je pourrais bénéficier du soutien des membres de mon entourage. 10,7% 26,0% 63,3%  La formation collégiale technique profite d’une perception passablement positive de la part des répondants, nettement plus que la formation professionnelle.  Parmi les taux de réponse « Me décrit très bien », pas moins de 5 à 7 élèves sur 10 affirment pouvoir s’imaginer dans une formation collégiale technique, s’intéresser aux emplois demandant une telle scolarité, être capable d’exercer un tel type d’emploi et juger pouvoir retirer beaucoup de bénéfices personnels et de soutien de l’entourage s’ils envisageaient de telles études.
  28. 28. 28  Dans de mêmes proportions (pour « Me décrit très bien »), les élèves mentionnent posséder de l’information sur les formations collégiales techniques.  Hormis pour les questions 20 et 23, les pourcentages de réponse sont de 20% à 30% supérieurs en termes de « Me décrit bien » pour les questions sur la formation collégiale technique comparativement aux questions analogues sur la formation professionnelle.  L’intérêt pour la formation collégiale technique présente un coefficient de corrélation positif (*p < .05) pour l’intérêt pour la formation professionnelle.  L’état du projet professionnel des répondants est corrélé très fortement (***p < .001) avec l’intérêt pour la formation professionnelle technique. Cela suggère qu’un intérêt fort pour la formation collégiale technique s’associe au fait d’avoir réfléchi sur ce que l’on aimerait faire après ses études secondaires, d’avoir une bonne idée de ce que l’on voudrait faire dans 10 à 20 ans, d’avoir une bonne idée des démarches et des actions à réaliser pour atteindre ses objectifs, ainsi que d’avoir discuté avec des proches et fait des recherches à propos de son avenir professionnel.
  29. 29. 29 5.4. Perceptions du marché du travail Le tableau 8 présente une description détaillée des perceptions entretenues par les répondants à l’égard du marché du travail. Tableau 8. Perceptions du marché du travail - Réponses détaillées Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 24. Le travail occupe une place importante dans ma vie. 7,4% 22,7% 69,9% 25. Le travail sert d’abord à gagner de l’argent. 9,5% 35,0% 55,5% 26. Par le travail, je veux utiliser mes talents et mes goûts. 1,8% 8,0% 90,2% 27. Je possède les qualités personnelles pour réussir au plan professionnel. 0,9% 15,3% 83,8% 28. Je sais quelles difficultés pourraient m’empêcher de réaliser mon projet professionnel. 9,8% 23,2% 67,0% 29. J’ai confiance de pouvoir entrer dans le monde du travail. 2,7% 18,6% 78,7% 30. Je suis capable de décrire assez bien la profession qui m’intéresse. 13,4% 25,3% 61,3% 31. Je sais comment m’y prendre pour réaliser mon projet professionnel. 12,8% 32,6% 54,6%  Concernant leurs aspirations, les élèves sont majoritaires à répondre « Me décrit très bien » lorsqu’il est question de vouloir utiliser leurs talents et leurs goûts (90%) dans un travail qui occupe une place importante dans leur vie (70%).  Ils sont nombreux à juger (« Me décrit très bien ») posséder les qualités personnelles pour réussir au plan professionnel (84%) et à pouvoir entrer dans le monde du travail (79%).
  30. 30. 30  Plus des deux tiers des répondants affirment (« Me décrit très bien ») connaître les difficultés qui pourraient les empêcher de réaliser leur projet professionnel (67%) et plus de la moitié savoir comment s’y prendre pour réaliser celui-ci (55,5%).  Nombreux se jugent aptes (« Me décrit très bien ») à décrire la profession qui les intéresse (61%).  Enfin, le travail sert « d’abord » à gagner de l’argent (« Me décrit très bien ») pour 55% des répondants.  En somme, les répondants s’affichent comme confiants face à leur avenir et conscients des étapes pouvant guider la réalisation d’un projet professionnel fondé grandement sur la mise en valeur de leurs talents et de leurs goûts. 5.5. Difficultés de prise de décision relative à la carrière Cette partie présente les résultats des répondants pour les items se rapportant aux différentes catégories et dimensions de difficultés de prise de décision relative à la carrière. 5.5.1. Difficultés – Portrait par dimensions Les résultats sont présentés par dimensions selon les trois catégories suivantes : disposition à prendre une décision, niveau d’information et difficultés liées à une information incohérente. A) DISPOSITION À PRENDRE UNE DÉCISION L’examen des résultats aux différentes questions relatives à l’état de disposition des élèves à entreprendre une décision relative à leur carrière suggère que la majorité d’entre eux sont passablement désireux à agir maintenant en ce sens. Il s’agit d’une préoccupation importante dans leur vie, une occasion de réaliser leurs aspirations
  31. 31. 31 personnelles, lesquelles sont implicitement liées avec la crainte de l’échec. Toutefois, c’est une décision pouvant se porter vers plus d’une possibilité pertinente et qui sera sans doute reprise au cours de la vie.  Manque de motivation Le manque de motivation est défini par une attitude ou un comportement dénotant un manque ou un déficit d’engagement ou d’intérêt à l’effet de prendre une décision par rapport à sa carrière. Le tableau 9 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 9. Répartition des réponses par items : Difficulté - Manque de motivation Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 32-Je sais que je dois choisir une carrière, mais je ne suis pas motivé à prendre une décision maintenant (« Ça ne me tente pas »). 67,3% 21,7% 11,0% 33-Le travail n’est pas la chose la plus importante dans la vie, donc la question de choisir une carrière me préoccupe peu. 85,4% 11,2% 3,4% 34-Je crois que je n’ai pas besoin de faire un choix de carrière maintenant, car avec le temps, le bon choix de carrière se présentera. 68,4% 26,6% 11,0%  Les résultats suggèrent que la majorité des élèves sont motivés à prendre une décision relative à la carrière. Ils jugent important de le faire maintenant et se disent préoccupés par cette décision.
  32. 32. 32  Indécision L’indécision est définie comme la difficulté à cerner une cible d’action ou de choix qui se témoigne par de l’hésitation, de l’indétermination, de la perplexité, de la confusion, du flou, etc. Le tableau 10 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 10. Répartition des réponses par items : Difficulté - Indécision Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 35-J’ai habituellement de la difficulté à prendre des décisions. 37,7% 35,9% 26,4% 36-J’ai habituellement besoin de la confirmation et du soutien d’un professionnel ou d’une personne de confiance lorsque je prends des décisions. 34,4% 33,1% 32,5% 37-J’ai habituellement peur de l’échec. 22,0% 26,3% 51,7%  Hormis la crainte de l’échec face à une décision relative à la carrière, la majorité des élèves semblent décidés à mener une telle action par eux-mêmes.  Croyances dysfonctionnelles Les croyances dysfonctionnelles sont ici définies comme des principes, des opinions, des valeurs ou d’autres conceptions subjectives personnelles guidant la personne vers des actions non concluantes sur le plan de la prise de décision relative à la carrière. Le tableau 11 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension.
  33. 33. 33 Tableau 11. Répartition des réponses par items : Difficulté – Croyances dysfonctionnelles Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 39-Je m’attends à ce que le fait de m’engager dans la carrière de mon choix règle également mes problèmes personnels. 38,5% 34,4% 27,1% 40-Je crois qu’il n’existe qu’une seule carrière qui me convienne. 61,6% 26,2% 12,2% 41-Je m’attends à ce que la carrière que je choisirai réponde à toutes mes aspirations. 12,2% 35,2% 52,6% 42-Je crois que le choix d’une carrière se fait une seule fois et pour la vie. 57,6% 28,1% 14,3%  Autant une majorité d’élèves jugent que la prise d’une décision relative à leur carrière ne viendra pas régler l’ensemble de leurs problèmes personnels, autant ils sont nombreux à souhaiter que celle-ci puisse permettre de répondre à toutes leurs aspirations.  Une majorité d’élèves expriment toutefois beaucoup de flexibilité face à l’impact de leur décision sur le reste de leur vie. Pour eux, non seulement existent-ils plus d’une carrière possible pour un même individu, mais il existe pour eux d’autres moments dans la vie pour réajuster le tir sur le plan de l’orientation professionnelle.
  34. 34. 34 B) NIVEAU D’INFORMATION L’analyse des résultats suggère que les élèves jugent posséder une forte connaissance d’eux-mêmes, de leurs préférences, de leurs aptitudes et autres traits de personnalité, tant pour ce qu’ils sont aujourd’hui que pour ce qu’ils seront dans le futur. Toutefois, cette confiance est courante pour la connaissance des opportunités scolaires et professionnelles s’offrant à eux, ainsi que, dans une moindre mesure, face aux bonnes méthodes pour conduire une prise de décision relative à la carrière.  Manque d’information relative au processus de prise de décision Le manque d’information relative au processus de prise de décision est défini comme l’insuffisance de connaissances acquises sur le plan de la quantité et de la qualité pouvant permettre de procéder à une démarche organisée de prise de décision. Le tableau 12 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 12. Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information relative au processus de prise de décision Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 44-Je trouve difficile de faire un choix de carrière puisque je ne connais pas les étapes à suivre. 44,3% 32,5% 23,2% 45-Je ne sais pas quels sont les facteurs à prendre en considération pour faire un choix de carrière éclairé. 40,8% 36,8% 22,4% 46-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car je ne sais pas comment combiner les informations que j’ai sur moi-même et les informations que j’ai sur les différentes carrières. 38,2% 33,1% 28,7%  Bien qu’une plus grande proportion d’élèves affirme connaître les étapes guidant l’action, les facteurs à prendre en compte et les opérations de combinaisons d’information à réaliser dans le cadre d’une démarche de prise de décision relative à la carrière, ils sont tout de même plusieurs à exprimer moins de confiance sur l’un ou l’ensemble de ces aspects.
  35. 35. 35  Manque d’information à propos de soi Le manque d’information à propos de soi est défini comme l’insuffisance d’information (qualité, quantité) à propos de ses intérêts, ses valeurs, sa personnalité, ses aptitudes, etc. Le tableau 13 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 13. Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information à propos de soi Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 47-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car je ne sais toujours pas quelles professions m’intéressent. 50,9% 21,7% 27,3% 48-Je ne suis pas encore certain de mes préférences professionnelles (par exemple, quel type de relation je veux avoir avec les gens, quel environnement de travail je préfère). 46,0% 28,4% 25,6% 49-Je n’ai pas assez d’information sur mes compétences (par exemple, aptitudes numériques et verbales) ou sur les traits de ma personnalité (par exemple, persévérance, esprit d’initiative, patience) pour faire un choix de carrière éclairé. 55,0% 27,3% 17,7% 50-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car je ne sais pas quels seront mes compétences ou mes traits de personnalité dans le futur. 49,4% 29,0% 21,6%  Une majorité d’élèves jugent très bien connaître leurs préférences professionnelles sur les plans individuel et relationnel, leurs aptitudes et autres traits de personnalité de sorte qu’une prise de décision relative à la carrière n’est pas jugée difficile. Ils savent qui ils sont aujourd’hui et qui ils seront probablement demain.  Manque d’information à propos des professions
  36. 36. 36 Le manque d’information à propos des professions est défini comme l’insuffisance d’information (qualité, quantité) à propos des activités professionnelles, des tâches de travail, des professions et des métiers, des secteurs professionnels. Le tableau 14 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 14. Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information à propos des professions Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 51-Je n’ai pas assez d’information sur les différentes professions et formations existantes pour faire un choix de carrière éclairé. 37,6% 33,0% 29,4% 52-Je n’ai pas assez d’information sur les caractéristiques des professions ou des formations qui m’intéresse (par exemple, la demande du marché, le salaire moyen, les possibilités de promotion ou les prérequis pour les formations) pour faire un choix de carrière éclairé. 35,7% 34,4% 29,9% 53-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car je ne sais pas à quoi les professions vont ressembler dans l’avenir. 43,1% 31,5% 25,4%  Les élèves sont légèrement plus nombreux par rapport à d’autres items à exprimer une connaissance des professions et du marché du travail suffisamment éclairée pour procéder à une prise de décision relative à la carrière.  Autant ont-ils confiance en l’avenir sur le plan de la connaissance de soi, autant sont-ils confiants de pouvoir gérer les transformations professionnelles d’un avenir incertain.
  37. 37. 37  Manque d’information à propos de la manière d’obtenir de l’information Le manque d’information à propos de la manière d’obtenir de l’information relève de l’insuffisance d’information (qualité, quantité) à propos des ressources et des méthodes disponibles et accessibles pour obtenir des informations relatives à la carrière. Le tableau 15 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 15. Répartition des réponses par items : Niveau d’information – Manque d’information à propos de la manière d’obtenir de l’information Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 54-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car je ne sais pas comment obtenir des informations supplémentaires sur moi-même (par exemple, sur mes aptitudes ou sur mes traits de personnalité). 54,7% 26,6% 18,7% 55-Je ne sais pas comment obtenir des informations précises et à jour sur les professions et les formations existantes, ou sur leurs caractéristiques. 52,4% 31,4% 16,2%  Une majorité d’élèves juge savoir comment obtenir les informations sur soi et sur les professions ou les formations pour conduire une démarche de prise de décision relative à la carrière. C) DIFFICULTÉS LIÉES À UNE INFORMATION INCOHÉRENTE Bien qu’ils puissent réaliser que toutes leurs ambitions ne pourront peut-être pas se réaliser au travers d’un choix spécifique de carrière, la majorité des répondants sont passablement cohérents par rapport à qui ils se disent être, à ce qu’ils veulent être et à ce qu’ils souhaitent être au regard des autres.
  38. 38. 38  Information non fiable L’information non fiable relève de la possession d’information relative à la carrière fondée sur des constructions personnelles et sociales hautement subjectives (ouï-dire, peurs et craintes, etc.). Le tableau 16 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 16. Répartition des réponses par items : Difficultés liées à une information incohérente – Information non fiable Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 56-Mes préférences professionnelles changent constamment (par exemple, parfois je veux être un travailleur autonome et parfois je préfère être un employé. 59,0% 21,7% 19,3% 57-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car j’ai des informations contradictoires sur mes aptitudes ou mes traits de personnalité (par exemple, je crois être patient à l’égard des gens qui m’entourent alors que d’autres me décrivent comme quelqu’un d’impatient). 54,0% 27,3% 18,7% 58-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car j’ai des informations contradictoires concernant les caractéristiques d’une profession ou d’une formation spécifique (par exemple, certaines personnes me disent que les métiers manuels sont bien rémunérés tandis que d’autres me disent le contraire). 54,0% 26,2% 19,8%  Une majorité de répondants se juge passablement cohérente sur le plan de leur identité personnelle et sociale ainsi qu’au regard de la stabilité de leurs visées professionnelles.
  39. 39. 39  Conflits internes Les conflits internes sont définis par l’affrontement de deux ou plusieurs propositions contradictoires relatives au fonctionnement psychologique de la personne et qui l’empêche de conduire une prise de décision relative à la carrière. Le tableau 17 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 17. Répartition des réponses par items : Difficultés liées à une information incohérente – Conflits internes Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 59-Je suis attiré de manière égale par un grand nombre de professions et il m’est difficile de choisir parmi elles. 46,9% 29,8% 23,3% 60-Je n’aime aucune des professions ou des formations dans lesquelles je peux être admis. 79,3% 16,4% 4,3% 61-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car la profession qui m’intéresse a une caractéristique qui me dérange (par exemple, je m’intéresse à l’enseignement, mais je n’ai pas envie d’étudier autant d’années). 43,0% 24,1% 32,9% 62-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car mes préférences ne peuvent pas être réunies dans une seule profession, et je n’ai pas envie de renoncer à aucune d’entre elles (par exemple, j’ai envie d’un travail autonome, mais j’ai également envie d’avoir un revenu fixe). 44,2% 30,2% 25,6% 63-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car mes aptitudes et mes compétences ne correspondent pas à celles requises par la profession qui m’intéresse. 63,4% 25,7% 10,9%  Une majorité de répondants affiche la confiance de pouvoir procéder à une prise de décision relative à leur carrière en fonction d’une profession qu’ils aiment. Par contre, plusieurs soulignent que cette prise de décision s’opère dans un nombre plus ou moins grand de possibilités où tous les facteurs personnels de choix ne pourront peut-être pas être rencontrés en accord parfait avec leurs ambitions.
  40. 40. 40  Conflits externes Les conflits externes sont définis en tant qu’affrontement de deux ou plusieurs propositions contradictoires relatives à des attributs sociaux et sociétaux, sinon de relations sociales, et qui empêchent de conduire une prise de décision relative à la carrière. Le tableau 18 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 18. Répartition des réponses par items : Difficultés liées à une information incohérente – Conflits externes Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 64-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car les personnes qui comptent pour moi (parents ou amis) ne sont pas d’accord avec les possibilités de carrière qui m’intéressent. 79,4% 11,1% 9,5% 65-Je trouve difficile de faire un choix de carrière, car il existe des contradictions entre les conseils fournis par les personnes qui comptent pour moi concernant la profession qui me convient ou les caractéristiques qui devraient orienter mon choix de carrière. 69,1% 20,7% 10,2%  La vaste majorité des répondants juge bénéficier de l’appui et de conseils de la part de parents et d’amis par rapport à ses aspirations scolaires et professionnelles. EN RÉSUMÉ :  Les élèves sont majoritairement bien disposés à prendre maintenant une prise de décision relative à la carrière, car il s’agit là de quelque chose de très important dans leur vie et que la crainte de l’échec accompagne cette expérience.  De manière générale, ils jugent très bien se connaître sur le plan personnel et connaître les moyens pour mener une prise de décision relative à leur carrière, de
  41. 41. 41 même qu’ils – mais dans une moindre proportion – jugent bien connaître les opportunités de formation et de carrière qui s’offrent à eux.  Les perceptions qu’ils ont d’eux-mêmes, les cibles scolaires et professionnelles visées par une éventuelle prise de décision relative à la carrière, de même que la perception d’appuis et de conseils des proches allant en ce sens, semblent en cohérence pour la majorité des élèves.  Pour plusieurs questions, la répartition des réponses des élèves indique au moins deux fois plus d’affirmations « Ne me décrit pas » des répondants que « Me décrit moyennement » qui, à son tour, est deux fois plus prépondérante que « Me décrit très bien ». Ainsi, la répartition des réponses est assez prononcée vers la catégorie voulant que nombre de ces jeunes jugent vivre peu de difficultés par rapport à la démarche de prise de décision relative à une carrière.  La prise d’une décision relative à la carrière au travers le choix d’un programme d’études ou d’une profession est toutefois une démarche jugée importante, motivante, préoccupante et urgente.  En majorité, les jeunes semblent confiants par rapport à l’exercice d’une prise de décision relative à la carrière. Ils jugent assez bien connaître leurs intérêts, leurs aptitudes, leurs compétences et autres traits de leur personnalité.  Ils jugent savoir comment rechercher des informations sur les professions et ne pas vivre de contradictions entre ce qui s’offre à eux et ce qu’ils sont.  Ils sont conscients que l’on ne fait pas seulement un choix dans la vie et donc qu’il y aura d’autres moments de transition professionnelle dans leur vie future.  Sur le plan relationnel, leurs parents et leurs amis sont plutôt d’accord avec le choix des élèves.
  42. 42. 42  Il y a des répartitions de pourcentage de réponse qui sont partagées entre les trois catégories de réponse : Me décrit pas, Me décrit moyennement, Me décrit très bien.  À nouveau, la catégorie « Ne me décrit pas » demeure toujours celle qui obtient la plus grande proportion de répondants. Bien que la majorité des répondants jugent ne pas vivre de difficultés de prise de décision relative à la carrière, il subsiste tout de même un nombre important de jeunes qui jugent éprouver quelques difficultés de prise de décision relative à la carrière.  Le besoin de confirmation et de soutien d’autrui semble conditionnel à la capacité de prendre une décision relative à la carrière pour 32,5% des répondants (« Me décrit très bien ») et plus modérément pour 33,1% (« Me décrit moyennement »). Des proportions de réponses assez semblables entre les trois catégories de réponse s’observent également sur le plan des attentes à ce que le fait de réaliser un choix de carrière contribuera à régler la majorité de ses problèmes personnels.  La répartition des jeunes sur les questions de difficulté à prendre des décisions en général, liée à la connaissance des facteurs à prendre en compte dans une prise de décision relative à la carrière, de celle liée aux étapes à suivre, de la capacité à discerner entre différents facteurs de choix et à combiner des informations à propos de soi en lien avec des options de carrière est assez semblable entre les trois catégories de réponse.  Un enjeu majeur de difficulté de prise de décision relative à la carrière relève de l’incapacité de contrôler le présent et l’avenir : de ne pas pouvoir combler tous ses besoins au sein d’une seule profession, de ne pas être capable de renoncer à l’un ou l’autre de ses critères de choix, de ne pas savoir comment une profession
  43. 43. 43 donnée évoluera à l’avenir, sinon comment ses compétences et ses traits de personnalité se transformeront de leur côté dans le futur.  TOUTEFOIS, s’il est souvent question d’une majorité d’élèves affichant une disposition personnelle, un niveau d’information et une cohérence personnelle et interpersonnelle à l’égard d’une prise de décision relative à la carrière, il importe de prendre en compte qu’une part importante d’élèves, notamment en nombre, vivent des difficultés spécifiques ou multiples sur ces aspects. Le tableau 19 ci-dessous présente les résultats comparés selon le niveau de scolarité et le sexe aux dix dimensions liées aux difficultés de prise de décision relative à la carrière selon la conception de Gati. Les filles sont désignées par la lettre F et les garçons par la lettre G. Ensuite, les filles de la quatrième secondaire sont désignées comme F4 et celle de la cinquième par F5. La même procédure prévaut pour les garçons. 5.5.2. Difficultés – Comparaisons selon le sexe et le niveau de scolarité Tableau 19. Difficultés de prise de décision liée à la carrière (CDDQ) selon le niveau de scolarité et le sexe – Dimensions Difficultés de prise de décision liée à la carrière (CDDQ) F4 F5 G4 G5 Niveau de préparation  Manque de motivation 2,65 2,41 3,15 3,06  Indécision 5,81 5,34 4,43 4,88  Croyances dysfonctionnelles 4,53 4,22 4,28 4,53 Manque d’information  À propos du processus de prise de décision 5,25 4,10 4,33 3,91  À propos d'information sur soi 4,54 3,96 3,81 3,77  À propos d'information sur les professions 5,28 4,27 4,73 4,14  À propos de la recherche d'informations 4,33 3,43 3,57 3,40 Difficultés liées à une information incohérente  Fiabilité de l'information 4,19 3,75 3,33 3,35  Conflits internes 4,15 3,61 3,62 3,59  Conflits externes 2,81 2,57 2,64 2,65
  44. 44. 44  Plus la moyenne indiquée est forte, plus elle est révélatrice d’une perception de difficulté plus grande à propos de dimensions liées à la prise de décision relative à la carrière.  Il importe toutefois de souligner que toutes les moyennes de réponse présentées dans le tableau 10 se situent de 2,41 (Ne me décrit pas) à 5,34 (Me décrit moyennement) de sorte qu’il faut comparer les résultats en gardant à l’esprit qu’il s’agit de plus ou moins grandes difficultés perçues par les élèves à l’égard d’une prise de décision relative à la carrière.  Chez les filles, les difficultés de prise de décision relative à la carrière sont plus faibles en cinquième secondaire qu’en quatrième. Les variations sont minimes (X̅ ≤ 0,5) pour les dimensions suivantes : manque de motivation, indécision, croyances dysfonctionnelles, fiabilité de l’information, conflits externes. Elles sont plus prononcées (X̅ ≥ 0,5) pour les dimensions relatives aux demandes d’information (processus de prise de décision, soi, professions, recherche d’informations) et conflits internes. Cela suggère que les filles posent des actions importantes sur le plan de la cueillette d’information entre la quatrième et la cinquième secondaire.  Chez les garçons, la situation semble plus complexe. Contrairement aux filles, il n’y a pas de différence entre les difficultés rapportées entre la quatrième et la cinquième secondaire pour toutes les dimensions chez les garçons. Certaines difficultés semblent supérieures en cinquième secondaire de façon minime (X̅ ≤ 0,5) par rapport à la quatrième : indécision, croyances dysfonctionnelles, fiabilité de l’information, conflits externes. Et lorsque le niveau moyen de difficultés est supérieur en quatrième secondaire, c’est de manière tout aussi minime (X̅ ≤ 0,5) pour les autres dimensions (manque de motivation, manque d’information – processus de prise de décision, soi, recherche d’informations, conflits internes) à l’exception de la dimension « Manque d’informations – professions » qui s’avère plus prononcée (X̅ ≥ 0,5) entre les garçons de la
  45. 45. 45 quatrième et de la cinquième secondaire. En somme, il ne semble pas y avoir chez les garçons – contrairement aux filles - de mises en action particulièrement fortes pour la collecte d’une plus vaste quantité et qualité d’informations sur soi et sur les professions entre la quatrième et la cinquième secondaire, tout comme il y a généralement moins de différences entre les résultats obtenus aux réponses d’un niveau de scolarité à un autre.  La comparaison des élèves de la quatrième secondaire selon le sexe démontre que les filles affirment vivre de plus grandes difficultés que les garçons, que ce soit de façon minime (X̅ ≤ 0,5) comme c’est le cas pour conflits externes ou de manière plus prononcée (X̅ ≥ 0,5) pour toutes les autres dimensions (indécision, croyances dysfonctionnelles, manque d'information - processus de prise de décision, soi, professions, recherche d'informations, fiabilité de l'information et conflits internes). Seule la dimension manque de motivation est plus forte chez les garçons.  La comparaison des élèves de la cinquième secondaire selon le sexe révèle également un écart prononcé (X̅ ≥ 0,5) entre les garçons (X̅ = 3,06) et les filles (X̅ = 2,41) sur le plan du manque de motivation. De manière minime (X̅ ≥ 0,5), les garçons de la cinquième secondaire manifestent davantage de difficultés sur le plan des croyances dysfonctionnelles et des conflits internes que les filles. Pour toutes les autres dimensions, les difficultés des filles sont plus minimes : indécision, manque d’information – processus de prise de décision, soi, professions, recherches d’informations; fiabilité de l’information et conflits internes.  En somme, les difficultés de prise de décision relative à la carrière varient de faibles à moyennes, tant chez les garçons que les filles, tant chez les élèves de la quatrième que de la cinquième secondaire. Chez les filles, un phénomène d’atténuation semble s’opérer pour plusieurs dimensions de difficultés de la quatrième à la cinquième secondaire, plus particulièrement sur le plan de la
  46. 46. 46 cueillette d’information sur soi et sur les professions. Chez les garçons, la situation semble plus désordonnée. Certaines dimensions sont même plus fortes en cinquième secondaire (indécision, croyances dysfonctionnelles, fiabilité de l’information, conflits externes) ce qui laisse penser à une difficulté plus grande chez les garçons à percevoir et à se percevoir en relation avec le monde du travail. 5.6. Profil de prise de décision relative à la carrière Cette partie présente les résultats des répondants pour les items se rapportant aux différentes dimensions de profil de prise de décision relative à la carrière. 5.6.1. Profil de prise de décision – Portrait par dimensions  Cueillette d’informations La dimension « cueillette d’information » vise à déterminer jusqu’à quel point la personne cherche des informations de façon méticuleuse et à quel point elle organise les informations recueillies. Il s’agit d’un continuum allant du minimal au compréhensible. Le tableau 20 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 20. Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Cueillette d’informations Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 67-Je mène habituellement des recherches approfondies d’information et je ne me contente pas de ce qui est facilement accessible. 27,0% 37,1% 35,9% 80-Je préfère prendre des décisions après avoir approfondi et examiné toutes les avenues possibles. 8,0% 23,9% 68,1% 93-J'essaie de rassembler toutes les informations disponibles sur les professions qui m'intéressent. 12,5% 28,5% 59,0%
  47. 47. 47  Si les élèves rassemblent toutes les informations qu’ils jugent pertinentes pour prendre une décision relative à leur carrière, ils ne sont pas autant à juger aller au- delà de ce qui leur est accessible.  Traitement d’information La dimension « traitement d’information » vise à déterminer jusqu’à quel point la personne analyse l’information et traite l’information en fonction de ses caractéristiques. Il s’agit d’un continuum allant de l’holistique à l’analytique. Le tableau 21 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 21. Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Traitement d’information Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 68-Après avoir recueilli les informations nécessaires liées à des programmes d’études ou des occupations, j’analyse les caractéristiques de chacun d’eux. 24,5% 38,7% 36,8% 81-Je prends habituellement mes décisions après avoir comparé quelques caractéristiques parmi les options possibles. 8,3% 26,9% 64,8% 94-J'ai l'habitude de comparer les solutions de rechange en considérant leurs avantages et leurs inconvénients. 14,7% 45,2% 40,1%  Si la majorité des répondants affirme prendre une décision relative à leur carrière après avoir comparé les caractéristiques de certaines options qui s’offrent à eux, ils sont moins nombreux à le faire pour toutes les options examinées ou encore pour celles pouvant s’avérer une solution de rechange pour eux.
  48. 48. 48  Locus de contrôle La dimension « locus de contrôle » vise à déterminer le degré avec lequel l’individu croit qu’il a le contrôle sur son avenir et que ses décisions ont un impact direct sur ses opportunités de carrière ou encore que l’individu croit que son avenir est déterminé par des facteurs externes comme la chance ou la destinée. Il s’agit d’un continuum allant de l’externe à l’interne. Le tableau 22 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 22. Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Locus de contrôle Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 69-Je ne suis pas le seul responsable des résultats de mes décisions. Le destin et la chance auront également une incidence sur ma future carrière. 34,5% 31,3% 34,2% 82-Les facteurs qui sont hors de mon contrôle (par exemple, le destin) exercent une influence importante sur mes choix de carrière et leurs retombées. 40,3% 35,1% 24,6% 95-Ce que je choisis n'est pas vraiment important, car le destin va influencer ma future carrière de toute façon. 77,1% 20,5% 2,4%  Sans aller jusqu’à laisser le destin déterminer leur future carrière, les avis sont passablement partagés entre les répondants sur le plan de l’influence de la chance ou de facteurs hors de leur contrôle sur leur avenir professionnel.
  49. 49. 49  Effort investi dans le processus La dimension « Effort investi dans le processus » vise à évaluer la perception du niveau de temps et d’effort mental investi par l’individu dans le processus de prise de décision. Il s’agit d’un continuum allant de peu à beaucoup. Le tableau 23 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension. Tableau 23. Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Effort investi dans le processus Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 70-J’investis beaucoup d’efforts dans mon processus de prise de décision liée à la carrière. 15,1% 37,5% 47,4% 83-Je m’investis entièrement dans mon processus de prise de décision liée à la carrière. 17,2% 37,7% 45,1% 96-Quand j'ai besoin de prendre une décision, je dois investir beaucoup de temps et d'efforts. 19,9% 41,9% 38,2%  L’investissement d’efforts et de temps dans leur processus de prise de décision relative à la carrière semble important pour la vaste majorité des répondants.  Procrastination La dimension « Procrastination » vise à évaluer jusqu’à quel point l’individu fuit ou retarde le début ou l’avancement de son processus de prise de décision. Il s’agit d’un continuum allant de faible à élevé. Le tableau 24 présente la distribution des réponses obtenues aux items rattachés à cette dimension.
  50. 50. 50 Tableau 24. Répartition des réponses par items : Profil de prise de décision – Procrastination Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 71-J’ai tendance à remettre à plus tard ma prise de décision liée à la carrière. 44,3% 30,3% 25,4% 84-J’ai tendance à remettre mon processus de prise de décision liée à la carrière. 37,6% 35,4% 27,0% 97-J'ai tendance à retarder le processus de prise de décision de carrière autant que je le peux. 51,2% 29,9% 18,9%  La majorité des répondants affirment ne pas retarder inutilement leur processus de prise de décision de carrière, même s’ils sont plus nombreux à reconnaître (parfois) à le faire par moment.  Rapidité de la prise de décision finale Cette dimension porte le temps requis dont un élève a besoin pour prendre sa décision finale après que la collecte et l’analyse d’information soient terminées. Tableau 25. Dimension : Rapidité de la prise de décision finale Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 72-Après avoir recueilli les informations nécessaires sur des programmes d’études ou de carrière, j’ai besoin de beaucoup de temps pour prendre une décision. 29,8% 39,8% 30,4% 85-Même après avoir recueilli les informations pertinentes, cela me prend beaucoup de temps pour en arriver à une décision finale. 30,7% 31,3% 38,0% 98-Quand j'arrive à la phase finale pour prendre une décision, j'hésite un peu. 23,9% 30,1% 46,0%
  51. 51. 51  Le processus de prise de décision finale relative à la carrière, une fois la collecte et l’analyse des informations réalisées, peut prendre un temps passablement variable d’un répondant à un autre.  Consultation des autres Il s’agit ici de relever si la consultation autrui durant les différentes étapes du processus décisionnel est plutôt fréquente ou rare. Tableau 26. Dimension : Consultation des autres Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 73-Je me fie généralement à mes choix et je prends mes décisions sans consulter les autres. 33,5% 39,7% 26,8% 86-Je ne consulte pas les autres pour prendre la bonne décision. 50,9% 30,9% 18,2% 99-J'ai l'habitude de ne pas consulter d'autres personnes lors de ma prise de décision. 53,4% 29,1% 17,5%  De manière générale, la majorité des répondants consultent d’autres personnes pour prendre leur décision relative à la carrière, mais sans pour autant confier cette responsabilité à autrui.  Dépendance envers les autres La dépendance envers les autre, selon qu’elle soit élevée ou faible, permet de constater à quel point la personne prend l’entière responsabilité de la prise de décision (même en consultant autrui), par opposition à l’attente qu'une autre personne prenne la responsabilité de la décision.
  52. 52. 52 Tableau 27. Dimension : Dépendance envers les autres Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 74-Pour les décisions difficiles, tel que les décisions liées à la carrière, cela serait beaucoup plus facile si quelqu’un d’autre pouvait prendre la décision pour moi. 70,4% 19,5% 10,1% 87-Je ne veux pas prendre seul la décision liée à ma carrière; je veux partager cette responsabilité avec d’autres. 42,8% 35,8% 21,4% 100-Je préfère que d'autres personnes partagent la responsabilité de ma décision. 64,4% 24,6% 11,0%  Si la majorité des répondants ne souhaite pas vivre seule cette décision liée à leur carrière, ils acceptent d’en porter la responsabilité et la réalisation de manière autonome.  Désir de faire plaisir aux autres Cette dimension permet d’examiner à quel point l’individu tente de satisfaire les attentes des personnes qui lui sont significatives. Tableau 28. Dimension : Désir de faire plaisir aux autres Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 75-Je considère important de choisir des options d’études ou de carrière qui vont satisfaire ma famille et mes amis proches. 56,5% 23,7% 19,8% 88-Je vais éventuellement choisir l’une des options qui va faire plaisir aux personnes proches de moi. 59,4% 30,4% 10,2% 101-Les attentes de ceux qui sont les plus proches de moi constituent le facteur le plus important dans ma décision. 58,8% 29,0% 12,2%
  53. 53. 53  Le désir de faire plaisir aux autres au regard de leurs attentes ne semble pas constituer un facteur d’influence sur le processus de prise de décision relative à la carrière d’une majorité de répondants.  Aspiration à l’égard d’une profession idéale Les aspirations à l’égard d’une profession idéale témoignent du niveau de perfectionnisme attendu par la personne entre l’adéquation de ses caractéristiques personnelles et celles de la profession envisagée. Tableau 29. Dimension : Aspiration à l’égard d’une profession idéale Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 76-Je crois que je peux trouver une occupation qui va satisfaire tous mes désirs et mes aspirations. 8,9% 25,5% 65,6% 89-Je m'efforce de trouver la profession qui saura satisfaire toutes mes préférences. 2,8% 16,2% 81,0% 102-Je crois qu'il y a une occupation qui saura satisfaire toutes mes préférences et mes aspirations. 12,0% 25,4% 62,6%  Une vaste majorité de répondants est à la recherche de LA profession idéale pouvant satisfaire tous ses désirs et toutes ses aspirations et elle croit fermement qu’elle existe.
  54. 54. 54  Volonté de compromis Cette dimension examine si de manière élevée ou faible, l’élève est ouvert aux options et solutions de rechange, à faire des compromis lorsqu’il fait face à des difficultés. Tableau 30. Dimension : Volonté de compromis Items Ne me décrit pas Me décrit moyennement Me décrit très bien 77-Si je ne suis pas admis dans mon premier choix d’études, je vais faire le compromis d’opter pour mon deuxième choix. 17,6% 33,9% 48,5% 90-Si je ne peux pas réaliser mon premier choix, je serai prêt à faire des compromis. 9,5% 35,6% 54,9% 103-Si je ne suis pas en mesure d'entrer dans le programme d'études du domaine que je préfère, je vais faire des compromis et en chercher un autre qui est bon pour moi. 15,9% 27,1% 57,0%  Une majorité de répondants se dit apte à faire des compromis dans l’éventualité où son premier choix de carrière ne pourrait se réaliser.

×