SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  84
Télécharger pour lire hors ligne
De la psychologie
cognitive
PHILIPPE CLAUZARD
MCF UNIVERSITE DE LA
REUNION
ESPE DE LA REUNION
La psychologie cognitive
De quoi parle-t-on ?
• Définition de la psychologie
3
Psychologie
Psukhê
Logos
Connaissance de l ’âme
La psychologie (du grec psukhê, âme,
et logos, parole) est l'étude des faits psychiques,
des comportements et des processus mentaux.
C'est une discipline qui appartient à la catégorie
des sciences humaines.
De quoi parle-t-on ?
4
Psychologie
Philosophie
Biologie
MathématiquesHistoire ?
NeuropsychologieThéories de la complexité
Médecine
Définition de la psychologie : multiplicité du
concept
• Selon son objet : en relation avec ce qui est
étudié.
• Selon le type de sujets étudiés : psychologie
animale, de l’enfant, adulte…
• Selon la fonction étudiée : langage,
perception, mémoire…
• Selon l’application qui en est faîte : scolaire,
du travail, du sport…
5
Les grands champs de la psychologie
Une discipline = un objet + une méthode + un corpus théorique
6
Le critère de classification que nous utiliserons sera l’objet d ’étude. En
ce sens, la psychologie peut-être diviser en trois grandes disciplines.
La psychologie clinique
Objectif de la psychologie clinique : diagnostiquer un
trouble de personnalité et y remédier à l’aide de
méthodes propres à différents courants de pensée.
7
La psychanalyse
Méthode curative fondée sur la
verbalisation des pensées et des
associations d ’idées
Freud : travail sur l’hystérie.
Considère que les symptômes
névrotiques expriment des
conflits psychiques dont le sujet
n’a pas conscience.
La psychopathologie
C ’est l’étude des maladies mentales.
Les méthodes utilisées sont l’entretien
et l’observation des conduites.
3 types de maladies mentales :
1. Les névroses
2. Les psychoses
3. Les états limites
La psychologie sociale
8
L’objectif principal de la psychologie sociale est de comprendre
les comportements des individus dans des situations sociales. C’est
une tentative de comprendre et d’expliquer comment les pensées, les
sensations, les comportements des individus sont influencés par la
présence actuelle, imaginée ou sous-entendue d’autrui (Allport, 1968)
Il s’agit donc de comprendre
- L’individu en groupe
- Le fonctionnement du groupe
- Le fonctionnement de plusieurs groupes en interaction
Psychologie sociale :
l’approche clinique
Psychologie sociale :
l’approche appliquée
Psychologie sociale :
l’approche expérimentale
La psychologie cognitive
9
Un peu d’histoire :
Descartes (1596-1650) : introduit le dualisme de l’esprit. Deux méthodes pour étudier
le corps et l’âme.
Locke (1632-1704) : fondateur de l’empirisme. Toutes nos idées proviennent de
l’expérience et sont une représentation des choses.
La psychologie expérimentale
Fondée par des physiciens et des physiologistes
Fechner : premier ouvrage de psychologie expérimentale (1860)
Wundt (1832-1920) : premier institut de psychologie à Leipzig (1879). La psychologie
devient une discipline officielle. Il s’efforce de mener des expériences où le contrôle
des variables est sa première préoccupation.
École qui donnera naissance à la gestalthéorie (psychologie de la forme, 1912).
La psychologie cognitive
La psychologie cognitive
12
Le béhaviorisme
Courant de pensée qui va révolutionner la psychologie. La psychologie passe de
science de la conscience à une science du comportement (Watson, 1878-1958)
Principes :
1) L’approche subjective ne permet pas de vérifier les données
2) Pas de possibilité de faire des expériences hors laboratoire
3) L’esprit est une boîte (boîte noire) dont on ne sait rien et dont on ne doit pas se
préoccuper.
4) Il y a une relation entre un stimulus et une réponse comportementale
S R c ’est la base du conditionnement
La psychologie cognitive
13
Observation des comportements pour en déduire les mécanismes
qui en sont à l’origine
La psychologie cognitive suppose qu’il n ’est pas possible d’expliquer le
comportement humain sans créer de variables intermédiaires ou des
constructions hypothétiques qui permettent de passer d ’une description
objective à une interprétation théorique.
P (ex : lexique mental)
S (ex: mot entendu : TABLE) R (ex: mot écrit
Les mécanismes psychologiques sont donc définis par inférence et
déduction à partir de l ’observation des comportements
La psychologie cognitive
14
L ’homme comme système de traitement de l’information
La psychologie cognitive s’est appuyée sur la métaphore de l’ordinateur.
Les être vivants :
- captent de l ’information
- traitent l ’information
- modifient cette information
Cela suppose des organes récepteurs qui saisissent l’information de façon
sélective, pour ensuite lui faire subir différentes opérations.
Cette métaphore à mener à l ’introduction de 3 concepts fondamentaux
- le concept de représentation
- la notion de procédure
- la notion de ressources limitées
Métaphore de l’ordinateur
La psychologie cognitive
• La psychologie cognitive est une discipline de la psychologie :
psyché = âme et logos = science. Le terme de cognitif renvoie
a la cognition; de cognitio = connaissance, action d'apprendre.
• Le but de la psychologique cognitive est de comprendre
l'acquisition, l'organisation et l'utilisation de nos
connaissances. Le terme de Connaissance est à prendre au
sens large. Il s'agit de ce que l'on sait à propos de quelque
chose.
• Il ne s'agit pas seulement des connaissances scolaires mais
également de toutes les informations acquises tout au long de
notre vie au gré de nos contacts avec notre environnement. La
date de la prise de la Bastille, comment construire une phrase,
comment faire ses lacets, définir un canari sont des
connaissances.
Définition de la psychologie cognitive
• - La psychologie cognitive vise à étudier les processus qui sous-
tendent nos activités quotidiennes.
• Par exemple, quand un individu est en train de lire un texte,
plusieurs processus ou opérations mentales élémentaires sont
impliqués : il y a d'abord des processus liés à la lecture, en tant que
décodage de symboles et de syntaxe ( formation des phrases), puis
des processus liés à la compréhension de ce qui est écrit ( quel est le
message que l'auteur a voulu faire passer ) et enfin si ce texte est un
mode d'emploi ou une recette de cuisine. Il y a également des
processus liés à l'application des informations du texte à la présente
situation : faire fonctionner une machine ou faire un gâteau.
• Ainsi l'objectif de la psychologie cognitive est d'identifier et décrire
les processus Cognitifs qui sont nécessaires à la réalisation de
toutes les tâches auxquelles nous sommes confrontés et qui
impliquent des activités mentales comme la perception, l'attention,
la mémorisation, le raisonnement, la résolution de problèmes…
Définition de la psychologie cognitive
• La psychologie cognitive s'est construite grâce à la succession de plusieurs
courants théoriques ou écoles de pensée qui chacune ont apporté leur
contribution, et ceci depuis la fin du XIXe siècle entre l'Europe et les États-Unis.
• Avec la création du premier laboratoire de psychologie expérimentale en 1879 à
Leipzig en Allemagne par W. Wundt (1932–1920), la psychologie devient
scientifique et se constitue en une discipline qui se distingue de la philosophie et
de la physiologie.
• Le but de la psychologie expérimentale est d'étudier l'esprit humain grâce à des
méthodes scientifiques comme l'expérimentation. Pour Wundt, la
compréhension de l'esprit ne peut s'effectuer que par une meilleure
connaissance des éléments qui le constituent. Son objet d'étude privilégié
devient alors la perception. Pour ce chercheur, la psychologie expérimentale ne
pouvait étudier que les fonctions psychologiques de base comme la perception
et non pas des activités plus complexe de haut niveau comme la résolution de
problèmes.
• Contemporain de Wundt , Ebbinghaus (1850–1909), est l'un des premiers
chercheurs en psychologie expérimentale à étudier une fonction supérieur :
la mémoire. Considérant que la mémoire est plus que le simple souvenir
conscient, il oriente ses travaux sur le stockage et la récupération des
informations en mémoire. Ils montrent qu'établir des relations entre les
différentes informations est crucial pour leur stockage en mémoire. Ces travaux
apportent ainsi des contributions au courant associationniste anglais pour lequel
la vie mentale se fonde sur des associations entre les informations.
Histoire de la psychologie cognitive
•Selon la Gestalt (qui se développe des 1910 en Allemagne), autrement dénommée
psychologie de la forme, les phénomènes psychologiques seront mieux compris dès lors qu'on
les considère comme des totalités structurées et organisées (des formes) et non en les
décomposant en éléments constitutifs. Le tout n'est donc pas réductible à la somme des
parties. Pour le psychologue de la forme (Koffka, Kohler, Wertheimer), toute activité serait
orientée par l'organisation du champ perceptif. Les Découvertes les plus connus concernent
surtout la description d'un certain nombre de principes qui régissent notre perception de
l'environnement et de la mise en évidence de l'Insight–découverte subite de la solution. Le
courant de la Gelstat s'est éteint avec la montée du nazisme. Les psychologues de la forme ont
tous émigré aux États-Unis ou ils se sont retrouvés Confrontés a un courant de pensée très
fortement implanté depuis les années 1920 : le béhaviorisme.
•–Pour le courant béhavioriste, la psychologie si elle se veut une discipline scientifique, doit
employer systématiquement les techniques objectives d'observation du comportement. Son
objet d'étude devient donc le comportement obtenu (réponse: R) à partir de l'action d'un
stimulus (S) sur un organisme.
•Le courant béhavioriste se développe aux états - unis dans les années 1920 sous l'impulsion
de Watson (1878-1958) En réaction au courant fonctionnaliste. Ce terme "behavior" signifie
"comportement " en anglais.
•Pour cette théorie S stimulus et R réponse sont les seuls éléments observables et tous les
processus ayant lieu entre ces deux éléments n'étant pas directement observables ne doivent
pas être étudiés par la psychologie. Tous les états, processus et mécanismes psychologiques
étudiés par les courants antérieurs sont cloisonnés dans une "boite noire" dont l'étude ne
relève pas de la psychologie, pour ce courant.
Histoire de la psychologie cognitive
• Les béhavioristes Sont surtout connus pour leurs travaux sur les apprentissages basés
sur le conditionnement pavlovien et qui se poursuit avec le conditionnement opérant
de Skinner. Skinner considère que toute forme de comportement humain, comme
l'acquisition du langage ou la résolution de problème, peut-être expliqué à partir du
conditionnement opérant
• Développé aux États-Unis à partir de 1950, le cognitivisme soutient qu'on peut
expliquer les comportements des individus à partir de l'étude de leurs mécanismes de
pensée. Ce courant doit son émergence a deux facteurs : aux progrès scientifiques et
notamment le développement des outils informatiques et à son opposition au
béhaviorisme.
• L'Apparition de l'ordinateur a eu deux impacts en psychologie. Il a pu être utilisé comme
support pour la mise en place et l'exploitation des expériences : expériences pilotées par
ordinateur (présentation des stimuli par un ordinateur et recueil des temps de réponse),
analyse statistique des données.
• Par ailleurs, considérant l'être humain comme un organisme dans la tâche principale est
de traiter des données, l'analogie cerveau–ordinateur est facile.
• Broadbent (1958), en s'appuyant sur la théorie de la communication de Shannon et
Weaver (1949), a été l'un des premiers à proposer le concept fondamental du traitement
de l'information. Cette théorie explique que l'être humain, ou plus exactement le système
cognitif humain, réalise une série d'étapes du traitement (codage, décodage, filtrage) –et
de transmission de l'information par des canaux de récepteurs jusqu'aux effecteurs. C'est
ainsi que toutes les informations sensorielles, comme les sons et la lumière, sont
transformées par les organes sensoriels (oreilles, yeux...) avant d'être synthétisées pour
former des objets mentaux (mots, mélodies, images…), pour être stockées en mémoire
permettant l'élaboration d'une éventuelle réponse.
Histoire de la psychologie cognitive
• Notre représentation du monde n'est donc pas un simple "copier-coller" de notre
environnement mais une reconstruction active impliquant des processus de
sélection, de codage, de stockage, de récupération, d'organisation de l'information.
Ces processus vont nous permettre de prélever l'information pertinente dans notre
environnement et de la compléter avec nos connaissances pour mener une activité
comme prendre une décision ou résoudre un problème.
• En rejetant le postulat selon lequel les états mentaux internes n’existent pas, le
cognitivisme se détache du béhaviorisme. Selon les cognitivistes, l'être humain ne
se réduit pas une association S-R. Il comprend des processus qui doivent être
étudiés en conservant les rigoureuses méthodes scientifiques utilisés par les
béhavioristes. Étudier le fonctionnement cognitif nécessite une démarche objective
et rigoureuse qui permet de mettre en évidence des phénomènes reproductibles..
Histoire de la psychologie cognitive
• L'objectif du cognitivisme étant bien de comprendre le
Fonctionnement mental tel qu'il existe chez tous les individus, à tous
les moments de la vie, De découvrir et de décrire des régularités dans
le fonctionnement cognitif pour comprendre les déterminismes et
mécanismes en jeu dans différentes activités.
• Les structures, fonction activité principalement investi, sur la
perception, l'attention, la mémorisation, la résolution de problèmes,
le raisonnement, le langage… comprendre le mécanisme des processus
ange lorsqu'on connaît une personne dans la rue, comprendre un film
en associant le son image, cherche à résoudre un problème
informatique, prendre une décision, ça va pourquoi de personnes ne
comprennent pas de la même façon de dénoncer Inès aux activités
quotidiennes qui intéressent Les chercheurs en psychologie cognitive.
• Les connaissances ainsi obtenus peuvent permet de prédire, contrôler,
pouvoir modifier la réalité. Par exemple comprendre la faculté mentale
qu'est la mémoire humaine, comprendre le déroulement des processus
mnésique, Comprendre les défaillances de la mémoire, tout cela pourra
être étudié chez différentes populations et aider à une médiation
cognitive tous ceux souffrant de troubles de la mémoire.
Histoire de la psychologie cognitive
• La démarche scientifique se résume à cinq caractéristiques :
• –Le souci de la preuve à partir d'observations et de raisonnements explicites et
valables pour tous
• –La généralisation des résultats trouvés sur un groupe a un autre groupe
• –La reproductibilité de l'expérimentation dans des conditions similaires
• –Le caractère provisoire des connaissances scientifiques
• –La réfutabilité car toute hypothèse émise doit pouvoir être contestée..
•
• Points clefs à retenir
• –La psychologie cognitive a pour but de comprendre l'acquisition, l'organisation
et l'utilisation de nos connaissances.
• –Les principales fonctions ou activités mentales étudiées sont la perception,
l'attention, la mémorisation, la résolution de problèmes, le raisonnement et le
langage.
• –La psychologie cognitive est une science jeune dans l'origine remonte à la fin du
XIXe siècle. Elle s'est fortement développée depuis la seconde moitié du XIXe
siècle.
• –La méthode qu'elle utilise principalement est la méthode expérimentale.
• –La théorie dominante est de concevoir le système cognitif comme un système
de traitement de l'information.
Synthèse
• Percevoir est un acte immédiat, individuel qui conduit de la stimulation des
récepteurs sensoriels à la reconnaissance, l'identification, l'interprétation du ou des
stimuli présents dans l'environnement.
• Cet acte immédiat comprend plusieurs mécanismes et processus qui nous permettent
de prendre contact avec notre environnement et d'interagir avec lui ou d'agir sur lui.
• Percevoir ne consiste pas une simple copie de la réalité mais en une reconstruction de
celle-ci par notre cerveau.
• La perception est une activité cognitive très rapide à la base de nos comportements.
Très rapide car en l'espace de 750 millième de seconde, nous sommes capables de
nommer un objet, c'est dire que notre système traite visuellement cet objet, trouve le
mot adapté et génère la réponse verbale.
• Sans perception, nous ne pourrions pas entretenir de conversation, ni conduire, ni
lire, ni jouer au loto…. La perception est à la base de tous nos comportements.
• Le premier contact avec notre environnement s'effectue grâce aux organes
sensoriels–les yeux, les oreilles, la peau, la langue, le nez–dont les cellules réceptrices
reçoivent l'excitation provoquée par un ou plusieurs stimuli. Cette excitation des
récepteurs correspond à la sensation. Des lors que le système peut donner une
signification à la source de cette sensation–le stimulus–, il y a perception.
• Ainsi, si vous écoutez la radio–stimulus–pendant que vous conduisez, vous entendez
des sons–sensations–si votre réaction est : "voici les publicités terminées enfin une
chanson". Alors il y a eu une perception. Si pour vous ce n'est qu'une suite de son, il
n'y a pas une perception mais uniquement sensation.
La perception
• La théorie de la forme : la perception recouvre un ensemble de processus qui nous
permet d'organiser les différents objets qui nous entourent en une configuration
visuelle cohérente. Cette théorie formule plusieurs principes ou lois qui décrivent
comment nous percevons des touts organisés à partir d'éléments disparates. Selon
cette théorie : le tout diffère de la somme des parties. Ce principe est à la base de
l'apparition du mouvement lors d'enregistrement vidéo : la caméra prend 24 photos
par seconde. La succession de ses photos donne l'impression d'un mouvement des
objets présent à l'écran.
• Prenons l'exemple du vase de Rubens : deux figures sont présentes dans cette image.
Deux visages de profil qui se sont face–les parties noires de l'image–ou alors un
vase–la partie blanche de l'image. Il est inutile d'essayer de voir ces deux figures en
même temps. Cela est impossible : elles ne peuvent être vu que successivement.
Montrer et tester la figure de Rubens.
• Deux courants théoriques tentent de rendre compte de la perspective visuelle : nous
avons l'approche directe et l'approche indirecte. Selon l'approche directe, le stimulus
porte en lui toute la signification. Ainsi, il comprend suffisamment d'informations
pour être reconnu par notre système. La perception des objets qui nous entourent
est sur la gouvernance de processus ascendant : Bottom up en anglais. C'est-à-dire
que le traitement effectué par le système est guidé , orienté, influencé par les
données, par l'environnement, par le stimulus. Approche développée par Gibson.
Selon l'approche indirecte, la perception des objets n'est pas déterminé seulement
par la stimulation, la source de sensations, elle est également orientée Matière
tenir–diapositives : par plusieurs variables comme les connaissances des individus,
leurs émotions, leurs motivations, leur éducation, la tâche qu'ils ont à accomplir. La
perception est un acte constructif qui met en jeu des processus descendants : top
down en anglais..
La perception
• C'est-à-dire que le traitement des données est guidé par les concepts ou les
représentations, les connaissances des individus. Selon cette approche, la perception est
guidée par nos attentes, une connaissance : lorsqu'on va a la plage l'été, on s'attend a voir
des gens en maillot de bain mais pas des gens en combinaison de ski. Lorsqu'on visite un
aquarium, on s'attend à trouver des poissons et pas des girafes ou des éléphants. Selon
cette approche, la perception est un acte qui consiste à formuler rapidement des
hypothèses sur les objets qui nous entourent.
• Ces hypothèses reposent sur les données sensorielles, nos connaissances stockées en
mémoire et ce qu'on peut inferer (produire de nouvelles informations). Notons pour
conclure, l'influence de la motivation, des attentes , de la connaissance qui conduisent
parfois a des erreurs de perception ou des illusions
La perception est l’activité au moyen de laquelle l’organisme prend
connaissance de son environnement sur la base des informations
prélevées par les systèmes sensoriels…
La perception
Systèmes sensoriels pour percevoir
28
Systèmes sensoriels
• Les cinq systèmes sensoriels n’ont pas la même valeur écologique ou
fonctionnelle : ils sont plus ou moins facilement adaptés, les
informations recueillies sont plus ou moins précises, plus ou moins
limitées..
29
• Il existe plusieurs types de perception :
• L’intéroception
 Informations sur les organes internes
• La nociception
 Informations sur la douleur
• La proprioception
Informations sur la position du corps et ses mouvements
• L’extéroception
 Informations parvenant du milieu extérieur
Sensation et perception
• Sensation
• L’excitation par un
stimulus approprié d ’un
organe sensoriel
• Modifications
physiologiques
• Perception
• Opération (mentale) portant
sur des sensations
• Accorde une signification à la
source responsable de la
sensation
30
Connaissances primaires Connaissances élaborées
Les perceptions réfèrent toujours à des objets externes. Les sensations sont des
expériences personnelles du sujet.
De l’objet au percept
31
Objet
R
E
C
E
P
T
E
U
R
S
Énergie envoyée
aux récepteurs
sensoriels
Codage transmis
par voies nerveuses
Aires sensorielles
et aires associées
Percept
Les tâches perceptives
• Détection
• Présence ou non du signal
• Identification
• Signification du signal
• Discrimination
• Est-ce le même signal ?
• Estimation
• Mesure
32
Conclusion
• Un stimulus fournissant des informations
• Un récepteur sensible aux informations
• Un système de traitement de l’information (système
perceptivo- cognitif)
33
Perception
34
Variations
externes Comportements
Sensations Perceptions
?
Les sensations sont à la base des perceptions. L’interprétation des
sensations produit la perception.
La perception a essentiellement une fonction cognitive
d’interprétation des informations sensorielles
Synthèse
• Nous ne percevons pas la réalité mais nous la reconstruisons.
• La perception est un acte constructif qui est guidé par des
processus ascendants (orientés par les objets qui nous entourent,
qui sont extérieurs au système cognitif) –et par des processus
descendants (orientés par nos connaissances, nos croyances…)
• Les illusions perceptives cognitives sont des erreurs de
reconstruction de la part du système cognitif. Elles peuvent être
dues à nos connaissances sur le monde.
• L'ensemble des modèles sur la reconnaissance de forme suppose
tous un répertoire mnésique dans lequel toutes les formes que
nous connaissons seraient stockées. La perception consisterait à
comparer la forme qu'on a sous les yeux avec le contenu de ce
répertoire mnésique. La perception s'effectuerait grâce à la
décomposition de la forme en éléments de base (propriétés, traits,
géons) et en une recombinaison de ces éléments.
Synthèse
Qu’en dit-on ?
36
Une mélodie
Sensation : Entendre une suite de notes
Perception : En déduire qu’il s’agit
d’une mélodie
Sensation : Entendre des vibrations
Perception : En déduire qu’il s’agit de
notes
Que voit-on ?
La mémoire
38
• Les termes de mémoire et d'apprentissage renvoient a la faculté des
individus d'acquérir de nouvelles informations ou de modifier des
connaissances antérieures - et de les utiliser pour interagir avec notre
environnement.
• Ces capacités d'apprentissage de mémorisation sont nécessaires pour la
survie de l'espèce et son adaptation à l'environnement. En effet sans elle
comment savoir quels végétaux sont comestibles, quand traverser la rue
sans risquer de se faire renverser par une voiture, prélever quelles
indications dans l'environnement pour se déplacer en voiture sans risquer
un accident.
• Bien que ces deux termes soient très proche, qu'ils puissent être confondus
dans le langage courant et qu'ils renvoient tous les deux à l'enrichissement
de notre répertoire de connaissances, de comportement, ils ne sont pas
pour autant synonyme.
• L'apprentissage est une modification durable et systématique d'un
comportement du a la répétition d'une même information. C'est grâce à la
répétition que nous apprenons a faire du vélo, à lire, à parler, a savoir une
poésie… Et la technique est toujours la, même après une longue période
sans pratiquer par exemple le vélo.
• Apprendre implique donc la conservation des traces des
expériences précédemment vécues ainsi que de leur possible
récupération actuelle et ultérieures. Apprendre implique donc un
système de stockage de ses traces : la mémoire.
• La mémoire est une faculté mentale, un système cognitif, un
ensemble de structures–des registres contenant les informations
comme des dossiers dans un vaste meuble.
• La mémoire est un ensemble de processus qui permet trois
opérations de base qui sont également trois étapes de la
mémorisation :
• –L'acquisition de l'information : son entrée dans le système
• –Le stockage de l'information : son maintien dans le système
• –La récupération de l'information : son utilisation dans le moment
présent.
La mémoire
Les processus qui permettent la mémorisation sont l'encodage, la
répétition, la récupération et l'oubli.
• ----> L'encodage est un processus par lequel les caractéristiques d'un stimulus vont être
transformée en trace mnésiques. C'est une étape qui permet la formation du souvenir. Cette
opération aboutit à l'inscription de l'information en mémoire mais également a la création de
liens entre cette nouvelle information et les informations déjà en mémoire. Cet encodage peut-
être automatique grâce à la répétition–comme pour les informations procédurales–ou volontaire
quand il exige une attention particulière à l'apprentissage d'une liste de mots.
• ------> La répétition consiste à dire plusieurs fois le matériel. Le but de cette répétition est double :
d'une part elle permettrait de maintenir active les informations de mémoire de travail et d'autre
part, permettrait de copier l'information contenue en mémoire à court terme vers la mémoire à
long terme. Il y a deux types de répétition : une répétition de maintien qui se distingue de la
répétition d'élaboration qui permet d'extraire et d'utiliser le sens du matériel apprendre. Cette
répétition permettrait également un codage plus profond de la formation et donc une meilleure
mémorisation.
• ------- La récupération renvoie a l'accessibilité et la restitution de l'information stockée en
mémoire. L'accessibilité est à distinguer de la disponibilité qui est le fait de savoir que
l'information est en mémoire. Ce qui est différent d'y avoir accès. Cette distinction se voit très
bien avec le phénomène du mot sur le bout de la langue. La récupération de ce mot va dépendre
de plusieurs paramètres : le type de mémoire impliqué: mémoire à court terme ou a long terme,
le contexte d'encodage et des indices de récupération De nature visuelle, lexicale, phonologiques
ou sémantique.
• –------ L'oubli : l'oubli correspond à une perte du souvenir. Cette perte ou ce non accès à
l'information stockée en mémoire peut-être momentané ou permanente. On peut oublier car il y
a interférence entre le nouveau et l'ancien savoir, On peut aussi oublier suite à une disparition
graduelle au cours de temps des traces mnésiques, parce qu'elles ne sont pas maintenues actives
ou souvent réactivées. C'est oublier au fil du temps qui s'écoule entre la présentation du matériel
et apprendre et le rappel. C'est un peu comme des piles qui s'use sans pour autant s'en servir,
bien que les piles finiront bien par tout perdre en énergie , contrairement a la mémoire.
• La mémorisation d'une information repose sur son auto répétition qui
permettra son transfert de la mémoire de travail à la mémoire a long terme.
Cette auto répétition peut permettre soit le maintien de l'information dans le
système soit un traitement plus profond de cette information.
• La qualité de la mémorisation d'une information va dépendre de son niveau de
traitement.
• L'information stockée en mémoire à long terme ne s’efface pas de la mémoire à
long terme. Quand on ne se souvient pas d'une information, ce n'est pas un
problème de stockage l'information mais un problème d'accès à cette
information.
• On peut augmenter l'empan de la mémoire de travail qui est limité.
• Nous récupérons des informations sans en être conscient.
• Les modèles structuraux de la mémoire (comme celui d'Atkinson et Shiffren,
1968)– décrivent le stockage de l'information comme relevant du passage entre
différentes structures mnésiques dans lesquelles cette information suit un
certain nombre de traitements.
• Pour les modèles fonctionnels de la mémoire, la mémorisation est envisagée
comme un continuum d'analyse entre l'analyse sensorielle et l'analyse
sémantique de la stimulation.
La mémoire
La mémoire
L ’identification des processus de traitement
43
Information Codage
Centration de l ’attention
sur l ’information cible
Stockage sous forme
représentationnelle
Récupération de l ’information
Trois types d’activités :
- Codage
- Stockage (ou rétention)
- Récupération
+ Métamémoire
Mémoire à court terme
44
Mise en évidence de la mémoire à court terme
Brown (1958) ; Peterson et Peterson (1959)
Présentation de trigrammes
ex : QXK ; JGO...
Tâche distractive
ex : compter à rebours
de 3 en 3
Rappel du trigramme
Les temps alloués à
cette tâche varient : de
5 à 30 secondes
Résultats : les sujets ont des performances de rappels qui diminuent
avec l ’augmentation du temps de la tâche distractive. Les performances
chutent de façon très importante après 20 secondes
Architecture de la mémoire à long terme
45
Mémoire à long terme
Mémoire déclarative Mémoire procédurale
Mémoire sémantique Mémoire épisodique
Les composantes de la mémoire à long
terme
46
A) L ’oubli : il est plutôt de nature épisodique que sémantique. Il ne signifie par
nécessairement la perte des informations mais une inaccessibilité momentanée.
 Peut mener à l ’amnésie (rétrograde ou antérograde)
B) Mémoire prospective : La mémoire prospective, par opposition à
rétrospective, est celle des actions futures et qui doivent être portées. Elle implique
donc le souvenir de l'action à faire, celui du moment où l'action doit être exécutée
ainsi que l'actualisation de cette action au moment approprié dans le temps (West,
1988).
C) Mémoire déclarative (propositionnelle, explicite) : rappel conscient, intentionnel
et verbalisable d'expériences antérieures, de faits, d'informations à propos
d'événements ou d'un matériel préalablement appris.
D) Mémoire procédurale : La mémoire procédurale est inconsciente, et est
constituée d'habitudes sensorimotrices aussi bien que d'automatismes. Elle ne
peut être évoquée consciemment, réfère à des habiletés motrices, perceptives ou
cognitives et est difficilement verbalisable
• L'apprentissage et la mémorisation sont deux concepts distincts
mais étroitement liés. L'apprentissage qui est une modification
durable et systématique d'un comportement due à la répétition
d'une information, n'est possible que par la mémorisation de cette
information.
• La mémoire comprend un ensemble de structures et de processus
qui permet trois opérations de base : l'acquisition, le stockage et la
récupération de l'information.
• Nos connaissances sont de différentes natures : déclarative,
procédurale, épisodique, sémantique.
• Les structures qui sous-tendent la mémorisation sont les mémoires
sensorielles, la mémoire à long terme et la mémoire de travail. La
mémoire sensorielle capte les informations venant de l'extérieur. Il y
en aurait une pour chaque sens. La mémoire à long terme stocke les
informations sans limite de temps ou de quantité. La mémoire de
travail effectué des traitements sur les informations qui proviennent
à la fois des mémoires sensorielles et de la mémoire à long terme.
Synthèse
• L'attention est un processus qui permet de contrôler, de régler la quasi-totalité de
nos activités psychologiques. L'attention permet de prévenir, alerter ou orienter
l'activité des individus dans une direction précise. Il est très difficile de donner une
définition unitaire de l'attention car elle recouvre plusieurs dimensions.
• L'attention est une capacité à ne sélectionner qu'une partie des stimuli présents
dans l'environnement et à ignorer les autres. C'est également une forme de
concentration mentale. Et enfin c'est un processus qui nous permet d'avoir accès au
contenu de notre mémoire. L'Attention comprend à la fois des mécanismes
conscients et des mécanismes non conscients.
• Le rôle de l'attention est de nous permettre d'utiliser le plus efficacement possible
les ressources limitées de notre système cognitif en se focalisant sur une quantité
restreinte d'informations pertinentes pour réaliser la tâche en cours. Et ne pas tenir
compte d'autres stimuli externes ou internes (comme la pensée et les souvenirs).
• Différentes formes d'attention:
• - attention sélective ou focalisée
• - attention partagée
• - attention soutenue
L'attention
• Points clés à retenir (diapositives):
• L'attention oriente la sélection de l'information qui nous entoure. L'Information
sélectionnée sera traitée plus profondément.
• L'orientation de notre attention dépend de la saillance visuelle des éléments de
notre environnement, de nos attentes et de la tâche que nous effectuons.
• Il est possible de partager son attention entre deux sources d'information ou deux
tâches tant que les ressources nécessaires pour mener à bien ces deux activités ne
sont pas supérieures au stock disponible. Les processus automatiques sont ceux qui
demandent le moins de ressources attentionnelles.
• Il n'est pas possible de maintenir son attention sur le long terme sans observer une
baisse de la performance. Une pause suffit pour faire remonter temporairement les
performances.
• Selon les modèles envisageant l'attention comme un filtre, ce filtre peut se situer
avant les processus perceptif ou après les processus perceptif. Ce filtre peut
fonctionner en tout ou rien ou en atténuateurs.
• Le système intentionnel gérerait la répartition des ressources attentionnelles dans
nos activités.
• Le système attentionnel permettrait le contrôle de nos actions quand les taches que
nous effectuons ne sont plus routinières.
Synthèse
Le raisonnement
51
• Le raisonnement est une capacité que l'homme utilise pour s'adapter à son environnement.
Raisonner consiste à faire des inférences, c'est-à-dire à produire des informations nouvelles à
partir des données de la situation en utilisant les informations à disposition (de la situation, de
nos connaissances).
• Raisonner consiste à produire des informations nouvelles à partir des données de la situation
et de nos connaissances (faire des inférences).
• Raisonner peut nous conduire à prendre une décision par rapport à une situation.
• Chercher à produire une règle ou une loi à partir de l'observation des faits particuliers
s'effectue grâce à un raisonnement inductif. Pour y parvenir, il est nécessaire de catégoriser
des éléments disparates, c'est-à-dire à identifier des régularités à partir de ces éléments.
• Dans la majorité des cas, les individus cherchent à confirmer leur hypothèse plutôt qu'à
l'infirmer (biais de confirmation).
• Le raisonnement abductif consiste à trouver une explication d'un fait singulier par un
événement singulier. Ce type de raisonnement est très peu étudié dans la littérature et est
considéré par certains comme un cas de raisonnement inductif. Il consiste à émettre une
hypothèse qui soit le plus plausible pour expliquer un phénomène.
• Un raisonnement déductif obéit aux règles de la logique formelle. Il constitue en cela un
exemple de raisonnement canonique. Il consiste à formuler une conclusion qui soit en accord
avec les données initiales de la situation et les règles de la logique formelle.
• Les connaissances de l'individu orientent leur raisonnement. Cela peut permettre de résoudre
une tâche très difficile mais cela peut également l'induire en erreur par l'emploi inapproprié
d'heuristiques.
• Une heuristique est une règle de pensée intuitive de l'esprit humain qui parfois induit les
sujets en erreur par rapport à la théorie normative. Attention, l' heuristique ne conduit pas
toujours à des erreurs mais elles le peut.
Synthèse
53
• Une situation pour laquelle notre répertoire de réponses, de connaissances ne nous
permet pas d'atteindre le but qu'on s'est fixé, définit une situation problème
(Oléron, 1963).
• Une situation dans laquelle nous disposons de la procédure pour atteindre le but,
ne constitue pas une situation problème mais une situation d'exécution.
• Les problèmes peuvent se définir selon l'information disponible dans l'énoncé sur les
situations initiale, finale et les règles à respecter et selon les activités cognitives qu'ils
mettent en jeu (identification d'une structure, planifier une suite d'opérations,
trouver un arrangement qui satisfasse certains critères).
• Les stratégies des individus sont visibles à partir des heuristiques qu'ils emploient : la
recherche en arrière, l'analogie, l'essai-test et l'analyse fin - moyen. Une heuristique
est une sorte de règle ou de stratégie générale qui peut conduire à une réponse,
correcte ou non, assez rapidement. L'Heuristique se distingue donc de l'algorithme
pour lequel la règle si elle est appliquée correctement, aboutit toujours à une
réponse correcte.
• Plusieurs obstacles sont a surmonter pour résoudre les problèmes : la fixité
fonctionnelle, l'ancrage dans un contexte, l'emploi d'une analogie inadéquate.
• Toutes les modélisations conçoivent la résolution de problème comme un
enchaînement d'étapes dont la première consiste à identifier que nous sommes dans
une situation problème.
• La résolution du problème va dépendre très fortement de l'interprétation de
l'énoncé par le resolveur. Cette interprétation comprend l'interprétation de l'état
initial, de l'état final et des contraintes à respecter pour résoudre le problème.
La résolution de problèmes
•
Synthèse
56
57
• La compréhension du langage consiste à construire une représentation mentale du
message de l'autre.
• Cette représentation se construit à partir des informations textuelles et des
connaissances du lecteur ou de l'auditeur.
• La reconnaissance d'un mot est influencée par sa fréquence lexicale, ses voisins
orthographiques et la présentation de mots qui lui sont sémantiquement associés.
• La compréhension de texte va être influencée par les schémas que nous avons en
mémoire, qui vont guider la construction de la représentation mentale, et qui
peuvent être activés par la présence de titres ou d'images associés au texte.
• La compréhension de texte consiste essentiellement a sélectionner l'information
importante du texte. Cette importance est déterminée par le nombre de
connexions qu'elle a avec d'autres informations.
• Comprendre un texte consiste in fine à construire une représentation mentale de
la situation décrite dans le texte à partir des informations qu'il contient également
a partir des connaissances du lecteur ou de l'auditeur. Ces connaissances vont
notamment permettre de faire le lien entre les différentes informations du texte afin
de maintenir la cohérence du texte. La cohérence est obtenue grâce à
l'établissement de relations entre les idées. Elle peut être locale lorsqu'il s'agit
établir des relations entre deux segments de texte contigus. Elle peut être globale
quand il s'agit d'établir des relations entre des informations situées à différents
endroits du texte.
• Cette cohérence est possible grâce à un processus appelé inférence. L'inférence est
un processus par lequel l'individu crée de l'information qui n'est pas présente dans
le texte.
Le langage
Synthèse
60
TESTS DE PSYCHO COGNITIVE
mécanique d’apprentissage
Tous droits réservés - Philippe Clauzard - juin 2015
ACTIVITESCOGNITIVESPOURAPPRENDRE
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
PERCEVOIR
EVALUER, SE
REPRESENTER
CATEGORISER
METTRE EN
RELATION
LIER RELIER
DELIER
INFERER
INTEGRER
RESTRUCTURER
différencier
comparer
reconnaitre
trouver les
liens logiques
repérer
les différents paramètres
raisonner
conceptualiser
assimilation
accomodation
66
Percevoir : que voit-on?
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
67
Catégoriser
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
68
Mettre en relation: lier, délier, relierPHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
69
Intégrer, restructurer
Connaissances
anciennes
Connaissances
nouvelles
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
Mécanique d’apprentissage
58
59
60
73
2 modèles intégratif / Piaget
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
Outil de la reconstruction
 L’attention
 L’intelligence et le jugement
 La mémoire
 L ’imagination
80
81
Le savoir se construit,l’apprentissage est une
construction
•Des infos externes …. Une restructuration interne
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
82
Apprendre,c’est traiter de l’information
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
Cartedes opérationsmentales
APPRENDRE
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE-OCTOBRE
2015
CARTEDE CANEVASGENERALSUR LES SITUATIONS
D’APPRENTISSAGE
SITUATIONS
D’APPRENTISSAGE
PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE-OCTOBRE
2015

Contenu connexe

Tendances

L'originalité de un travail de recherche(1).doc
L'originalité de un travail de recherche(1).docL'originalité de un travail de recherche(1).doc
L'originalité de un travail de recherche(1).docSamuel Rodríguez Pérez
 
Cours theorie des organisation s3
Cours theorie des organisation s3Cours theorie des organisation s3
Cours theorie des organisation s3fikri khalid
 
Réaliser une problématique en sciences humaines
Réaliser une problématique en sciences humainesRéaliser une problématique en sciences humaines
Réaliser une problématique en sciences humainesHervé Stecq
 
Cours master methodologie de recherche 2018
Cours master methodologie de recherche 2018Cours master methodologie de recherche 2018
Cours master methodologie de recherche 2018fikri khalid
 
Introduction à la sociologie des organisations
Introduction à la sociologie des organisationsIntroduction à la sociologie des organisations
Introduction à la sociologie des organisationsAbderraouf HAMZAOUI
 
Processus de Décision: Se Libérer des Biais Cognitifs
Processus de Décision: Se Libérer des Biais CognitifsProcessus de Décision: Se Libérer des Biais Cognitifs
Processus de Décision: Se Libérer des Biais CognitifsLITTLE FISH
 
Cours epistémologie outils méthodologiques
Cours epistémologie outils méthodologiquesCours epistémologie outils méthodologiques
Cours epistémologie outils méthodologiquesbouchra elabbadi
 
Psychologie de l'éducation, un mémo
Psychologie de l'éducation, un mémoPsychologie de l'éducation, un mémo
Psychologie de l'éducation, un mémophilip61
 
Gestion de stress
Gestion de stress Gestion de stress
Gestion de stress Hamada Dary
 
Théorie des organisations supports de cours chap 1 à 4
Théorie des organisations   supports de cours chap 1 à 4Théorie des organisations   supports de cours chap 1 à 4
Théorie des organisations supports de cours chap 1 à 4Hamza Loulidi
 
1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisationsMohamed Ali
 
Entrepreneuriat rural, outil de développement territorial
Entrepreneuriat rural, outil de développement territorialEntrepreneuriat rural, outil de développement territorial
Entrepreneuriat rural, outil de développement territorialRéda ALLAL
 
MéMoire le stress au travail
MéMoire le stress au travailMéMoire le stress au travail
MéMoire le stress au travailcecilebenchetrit
 
Statistique descriptive
Statistique descriptiveStatistique descriptive
Statistique descriptiveeninioo
 
C hch04 corr_mcr___copie
C hch04 corr_mcr___copieC hch04 corr_mcr___copie
C hch04 corr_mcr___copiestratjdc
 
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiquesLes positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiquesbouchra elabbadi
 
Fonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approchesFonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approchesBoutaina Regragui
 

Tendances (20)

L'originalité de un travail de recherche(1).doc
L'originalité de un travail de recherche(1).docL'originalité de un travail de recherche(1).doc
L'originalité de un travail de recherche(1).doc
 
Cours theorie des organisation s3
Cours theorie des organisation s3Cours theorie des organisation s3
Cours theorie des organisation s3
 
Réaliser une problématique en sciences humaines
Réaliser une problématique en sciences humainesRéaliser une problématique en sciences humaines
Réaliser une problématique en sciences humaines
 
Cours master methodologie de recherche 2018
Cours master methodologie de recherche 2018Cours master methodologie de recherche 2018
Cours master methodologie de recherche 2018
 
Introduction à la sociologie des organisations
Introduction à la sociologie des organisationsIntroduction à la sociologie des organisations
Introduction à la sociologie des organisations
 
Processus de Décision: Se Libérer des Biais Cognitifs
Processus de Décision: Se Libérer des Biais CognitifsProcessus de Décision: Se Libérer des Biais Cognitifs
Processus de Décision: Se Libérer des Biais Cognitifs
 
Le Fonctionnalisme
Le Fonctionnalisme Le Fonctionnalisme
Le Fonctionnalisme
 
Cours epistémologie outils méthodologiques
Cours epistémologie outils méthodologiquesCours epistémologie outils méthodologiques
Cours epistémologie outils méthodologiques
 
Psychologie de l'éducation, un mémo
Psychologie de l'éducation, un mémoPsychologie de l'éducation, un mémo
Psychologie de l'éducation, un mémo
 
Gestion de stress
Gestion de stress Gestion de stress
Gestion de stress
 
Théorie des organisations supports de cours chap 1 à 4
Théorie des organisations   supports de cours chap 1 à 4Théorie des organisations   supports de cours chap 1 à 4
Théorie des organisations supports de cours chap 1 à 4
 
1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations
 
Entrepreneuriat rural, outil de développement territorial
Entrepreneuriat rural, outil de développement territorialEntrepreneuriat rural, outil de développement territorial
Entrepreneuriat rural, outil de développement territorial
 
MéMoire le stress au travail
MéMoire le stress au travailMéMoire le stress au travail
MéMoire le stress au travail
 
4 aristote
4 aristote4 aristote
4 aristote
 
Statistique descriptive
Statistique descriptiveStatistique descriptive
Statistique descriptive
 
C hch04 corr_mcr___copie
C hch04 corr_mcr___copieC hch04 corr_mcr___copie
C hch04 corr_mcr___copie
 
Un exemple de portfolio ideal ?
Un exemple de portfolio ideal ?Un exemple de portfolio ideal ?
Un exemple de portfolio ideal ?
 
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiquesLes positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
 
Fonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approchesFonction rh, évolution et approches
Fonction rh, évolution et approches
 

Similaire à De la psychologie cognitive ¨Compil de P. Clauzard

Psychologie résumé
Psychologie résuméPsychologie résumé
Psychologie résuméClaireISE
 
Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...
Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...
Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...Boris Guimpel
 
Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1
Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1
Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1Kelly Bouemba
 
Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)
Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)
Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)Jean-Jacques Pinto
 
Decrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveDecrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveIset de Bizerte
 
« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...
« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...
« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...Université de Montréal
 
Sens sagesse-et-coaching-francois-delivre
Sens sagesse-et-coaching-francois-delivreSens sagesse-et-coaching-francois-delivre
Sens sagesse-et-coaching-francois-delivreFormaXion
 
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdfSlides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdfhajaoui1
 
Savoir & rapport au savoir
Savoir & rapport au savoirSavoir & rapport au savoir
Savoir & rapport au savoirGCAF
 
Les Approches et les méthodes de recherches en sciencs sociales
Les Approches et les méthodes de recherches en sciencs socialesLes Approches et les méthodes de recherches en sciencs sociales
Les Approches et les méthodes de recherches en sciencs socialesChems Eddine BOUKHEDIMI
 
fichier_produit_cours de psychologie .pdf
fichier_produit_cours de psychologie .pdffichier_produit_cours de psychologie .pdf
fichier_produit_cours de psychologie .pdfDaliaLinaMadi
 
Regard épistémologique sur les sg
Regard épistémologique sur les sgRegard épistémologique sur les sg
Regard épistémologique sur les sgAmine Azzaz
 
Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...
Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...
Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...Université de Montréal
 
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdfLes personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdfRebeccaHARRYFORRESTE
 
Psy Mag (Avril 2014)
Psy Mag (Avril 2014)Psy Mag (Avril 2014)
Psy Mag (Avril 2014)Asma El Héni
 
4965464548975554554554455587895468947.ppt
4965464548975554554554455587895468947.ppt4965464548975554554554455587895468947.ppt
4965464548975554554554455587895468947.pptDarrajBrahim1
 

Similaire à De la psychologie cognitive ¨Compil de P. Clauzard (20)

Psychologie résumé
Psychologie résuméPsychologie résumé
Psychologie résumé
 
Psychologie sociale. introd.
Psychologie sociale. introd.Psychologie sociale. introd.
Psychologie sociale. introd.
 
Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...
Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...
Faits et légendes des thérapies comportementales et cognitives de Jacques Van...
 
Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1
Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1
Cours psychophysiologie-maguouri-iteb-1
 
Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)
Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)
Psychanalyse et Neurosciences (Conférence publique)
 
Decrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveDecrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjective
 
Communication.livre
Communication.livreCommunication.livre
Communication.livre
 
« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...
« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...
« Penser Levinas en philosophie et psychiatrie » présenté par Vincenzo Di Nic...
 
Sens sagesse-et-coaching-francois-delivre
Sens sagesse-et-coaching-francois-delivreSens sagesse-et-coaching-francois-delivre
Sens sagesse-et-coaching-francois-delivre
 
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdfSlides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
 
Rossi vie-1992
Rossi vie-1992Rossi vie-1992
Rossi vie-1992
 
Savoir & rapport au savoir
Savoir & rapport au savoirSavoir & rapport au savoir
Savoir & rapport au savoir
 
Les Approches et les méthodes de recherches en sciencs sociales
Les Approches et les méthodes de recherches en sciencs socialesLes Approches et les méthodes de recherches en sciencs sociales
Les Approches et les méthodes de recherches en sciencs sociales
 
fichier_produit_cours de psychologie .pdf
fichier_produit_cours de psychologie .pdffichier_produit_cours de psychologie .pdf
fichier_produit_cours de psychologie .pdf
 
Regard épistémologique sur les sg
Regard épistémologique sur les sgRegard épistémologique sur les sg
Regard épistémologique sur les sg
 
Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...
Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...
Philosopher en clinique : Aider le patient à naviguer entre sens et signifi...
 
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdfLes personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
 
La recherche du sens
La recherche du sensLa recherche du sens
La recherche du sens
 
Psy Mag (Avril 2014)
Psy Mag (Avril 2014)Psy Mag (Avril 2014)
Psy Mag (Avril 2014)
 
4965464548975554554554455587895468947.ppt
4965464548975554554554455587895468947.ppt4965464548975554554554455587895468947.ppt
4965464548975554554554455587895468947.ppt
 

Plus de philip61

Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...philip61
 
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019philip61
 
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement philip61
 
Mrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestesMrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestesphilip61
 
Mrp theme2-planification
Mrp theme2-planificationMrp theme2-planification
Mrp theme2-planificationphilip61
 
Mrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jdaMrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jdaphilip61
 
Comparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissagesComparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissagesphilip61
 
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe ClauzardPrésentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzardphilip61
 
Processus d'apprentissage version 2019
Processus d'apprentissage version 2019Processus d'apprentissage version 2019
Processus d'apprentissage version 2019philip61
 
Dida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrpDida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrpphilip61
 
Processus apprentissage nouvelle version 2018
Processus apprentissage  nouvelle version 2018Processus apprentissage  nouvelle version 2018
Processus apprentissage nouvelle version 2018philip61
 
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigésProcessus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigésphilip61
 
Définitions pédagogiques
Définitions pédagogiquesDéfinitions pédagogiques
Définitions pédagogiquesphilip61
 
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard philip61
 
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe ClauzardCommunication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzardphilip61
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...philip61
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...philip61
 
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...philip61
 
Cours Les didactiques 2015, par Philippe Clauzard
Cours Les didactiques 2015, par Philippe ClauzardCours Les didactiques 2015, par Philippe Clauzard
Cours Les didactiques 2015, par Philippe Clauzardphilip61
 
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...philip61
 

Plus de philip61 (20)

Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
Présentation au Congres TACD juin 2019 : De l'action conjointe pour analyser ...
 
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019Présentation Colloque RPDP  Montréal-2019
Présentation Colloque RPDP Montréal-2019
 
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
Processus d'apprentissage et Processus d'enseignement
 
Mrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestesMrp theme1-gestes
Mrp theme1-gestes
 
Mrp theme2-planification
Mrp theme2-planificationMrp theme2-planification
Mrp theme2-planification
 
Mrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jdaMrp theme3-debriefin jda
Mrp theme3-debriefin jda
 
Comparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissagesComparaisons modelesapprentissages
Comparaisons modelesapprentissages
 
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe ClauzardPrésentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
Présentation des travaux de recherche de Philippe Clauzard
 
Processus d'apprentissage version 2019
Processus d'apprentissage version 2019Processus d'apprentissage version 2019
Processus d'apprentissage version 2019
 
Dida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrpDida prosyntheseinrp
Dida prosyntheseinrp
 
Processus apprentissage nouvelle version 2018
Processus apprentissage  nouvelle version 2018Processus apprentissage  nouvelle version 2018
Processus apprentissage nouvelle version 2018
 
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigésProcessus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
Processus d'apprentissage, révision en travaux dirigés
 
Définitions pédagogiques
Définitions pédagogiquesDéfinitions pédagogiques
Définitions pédagogiques
 
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
Coopérer en classe avec ses élèves Communication de Philippe Clauzard
 
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe ClauzardCommunication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
Communication sur l'ouvrage Conversations sur le sexisme, de Philippe Clauzard
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
 
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
Soutenance de thèse de Philippe Clauzard intitulée "La médiation grammaticale...
 
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
Cours UE 25 F2F Didactique et Ingénierie de formation Version 2016, par Phili...
 
Cours Les didactiques 2015, par Philippe Clauzard
Cours Les didactiques 2015, par Philippe ClauzardCours Les didactiques 2015, par Philippe Clauzard
Cours Les didactiques 2015, par Philippe Clauzard
 
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
Cours UE15 version 2016 INTELLIGIBILITE DES SITUATIONS D'ENSEIGNEMENT APPRENT...
 

Dernier

Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 37
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 37
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 

Dernier (18)

Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 

De la psychologie cognitive ¨Compil de P. Clauzard

  • 1. De la psychologie cognitive PHILIPPE CLAUZARD MCF UNIVERSITE DE LA REUNION ESPE DE LA REUNION
  • 3. De quoi parle-t-on ? • Définition de la psychologie 3 Psychologie Psukhê Logos Connaissance de l ’âme La psychologie (du grec psukhê, âme, et logos, parole) est l'étude des faits psychiques, des comportements et des processus mentaux. C'est une discipline qui appartient à la catégorie des sciences humaines.
  • 4. De quoi parle-t-on ? 4 Psychologie Philosophie Biologie MathématiquesHistoire ? NeuropsychologieThéories de la complexité Médecine
  • 5. Définition de la psychologie : multiplicité du concept • Selon son objet : en relation avec ce qui est étudié. • Selon le type de sujets étudiés : psychologie animale, de l’enfant, adulte… • Selon la fonction étudiée : langage, perception, mémoire… • Selon l’application qui en est faîte : scolaire, du travail, du sport… 5
  • 6. Les grands champs de la psychologie Une discipline = un objet + une méthode + un corpus théorique 6 Le critère de classification que nous utiliserons sera l’objet d ’étude. En ce sens, la psychologie peut-être diviser en trois grandes disciplines.
  • 7. La psychologie clinique Objectif de la psychologie clinique : diagnostiquer un trouble de personnalité et y remédier à l’aide de méthodes propres à différents courants de pensée. 7 La psychanalyse Méthode curative fondée sur la verbalisation des pensées et des associations d ’idées Freud : travail sur l’hystérie. Considère que les symptômes névrotiques expriment des conflits psychiques dont le sujet n’a pas conscience. La psychopathologie C ’est l’étude des maladies mentales. Les méthodes utilisées sont l’entretien et l’observation des conduites. 3 types de maladies mentales : 1. Les névroses 2. Les psychoses 3. Les états limites
  • 8. La psychologie sociale 8 L’objectif principal de la psychologie sociale est de comprendre les comportements des individus dans des situations sociales. C’est une tentative de comprendre et d’expliquer comment les pensées, les sensations, les comportements des individus sont influencés par la présence actuelle, imaginée ou sous-entendue d’autrui (Allport, 1968) Il s’agit donc de comprendre - L’individu en groupe - Le fonctionnement du groupe - Le fonctionnement de plusieurs groupes en interaction Psychologie sociale : l’approche clinique Psychologie sociale : l’approche appliquée Psychologie sociale : l’approche expérimentale
  • 9. La psychologie cognitive 9 Un peu d’histoire : Descartes (1596-1650) : introduit le dualisme de l’esprit. Deux méthodes pour étudier le corps et l’âme. Locke (1632-1704) : fondateur de l’empirisme. Toutes nos idées proviennent de l’expérience et sont une représentation des choses. La psychologie expérimentale Fondée par des physiciens et des physiologistes Fechner : premier ouvrage de psychologie expérimentale (1860) Wundt (1832-1920) : premier institut de psychologie à Leipzig (1879). La psychologie devient une discipline officielle. Il s’efforce de mener des expériences où le contrôle des variables est sa première préoccupation. École qui donnera naissance à la gestalthéorie (psychologie de la forme, 1912).
  • 11.
  • 12. La psychologie cognitive 12 Le béhaviorisme Courant de pensée qui va révolutionner la psychologie. La psychologie passe de science de la conscience à une science du comportement (Watson, 1878-1958) Principes : 1) L’approche subjective ne permet pas de vérifier les données 2) Pas de possibilité de faire des expériences hors laboratoire 3) L’esprit est une boîte (boîte noire) dont on ne sait rien et dont on ne doit pas se préoccuper. 4) Il y a une relation entre un stimulus et une réponse comportementale S R c ’est la base du conditionnement
  • 13. La psychologie cognitive 13 Observation des comportements pour en déduire les mécanismes qui en sont à l’origine La psychologie cognitive suppose qu’il n ’est pas possible d’expliquer le comportement humain sans créer de variables intermédiaires ou des constructions hypothétiques qui permettent de passer d ’une description objective à une interprétation théorique. P (ex : lexique mental) S (ex: mot entendu : TABLE) R (ex: mot écrit Les mécanismes psychologiques sont donc définis par inférence et déduction à partir de l ’observation des comportements
  • 14. La psychologie cognitive 14 L ’homme comme système de traitement de l’information La psychologie cognitive s’est appuyée sur la métaphore de l’ordinateur. Les être vivants : - captent de l ’information - traitent l ’information - modifient cette information Cela suppose des organes récepteurs qui saisissent l’information de façon sélective, pour ensuite lui faire subir différentes opérations. Cette métaphore à mener à l ’introduction de 3 concepts fondamentaux - le concept de représentation - la notion de procédure - la notion de ressources limitées
  • 15. Métaphore de l’ordinateur La psychologie cognitive
  • 16. • La psychologie cognitive est une discipline de la psychologie : psyché = âme et logos = science. Le terme de cognitif renvoie a la cognition; de cognitio = connaissance, action d'apprendre. • Le but de la psychologique cognitive est de comprendre l'acquisition, l'organisation et l'utilisation de nos connaissances. Le terme de Connaissance est à prendre au sens large. Il s'agit de ce que l'on sait à propos de quelque chose. • Il ne s'agit pas seulement des connaissances scolaires mais également de toutes les informations acquises tout au long de notre vie au gré de nos contacts avec notre environnement. La date de la prise de la Bastille, comment construire une phrase, comment faire ses lacets, définir un canari sont des connaissances. Définition de la psychologie cognitive
  • 17. • - La psychologie cognitive vise à étudier les processus qui sous- tendent nos activités quotidiennes. • Par exemple, quand un individu est en train de lire un texte, plusieurs processus ou opérations mentales élémentaires sont impliqués : il y a d'abord des processus liés à la lecture, en tant que décodage de symboles et de syntaxe ( formation des phrases), puis des processus liés à la compréhension de ce qui est écrit ( quel est le message que l'auteur a voulu faire passer ) et enfin si ce texte est un mode d'emploi ou une recette de cuisine. Il y a également des processus liés à l'application des informations du texte à la présente situation : faire fonctionner une machine ou faire un gâteau. • Ainsi l'objectif de la psychologie cognitive est d'identifier et décrire les processus Cognitifs qui sont nécessaires à la réalisation de toutes les tâches auxquelles nous sommes confrontés et qui impliquent des activités mentales comme la perception, l'attention, la mémorisation, le raisonnement, la résolution de problèmes… Définition de la psychologie cognitive
  • 18. • La psychologie cognitive s'est construite grâce à la succession de plusieurs courants théoriques ou écoles de pensée qui chacune ont apporté leur contribution, et ceci depuis la fin du XIXe siècle entre l'Europe et les États-Unis. • Avec la création du premier laboratoire de psychologie expérimentale en 1879 à Leipzig en Allemagne par W. Wundt (1932–1920), la psychologie devient scientifique et se constitue en une discipline qui se distingue de la philosophie et de la physiologie. • Le but de la psychologie expérimentale est d'étudier l'esprit humain grâce à des méthodes scientifiques comme l'expérimentation. Pour Wundt, la compréhension de l'esprit ne peut s'effectuer que par une meilleure connaissance des éléments qui le constituent. Son objet d'étude privilégié devient alors la perception. Pour ce chercheur, la psychologie expérimentale ne pouvait étudier que les fonctions psychologiques de base comme la perception et non pas des activités plus complexe de haut niveau comme la résolution de problèmes. • Contemporain de Wundt , Ebbinghaus (1850–1909), est l'un des premiers chercheurs en psychologie expérimentale à étudier une fonction supérieur : la mémoire. Considérant que la mémoire est plus que le simple souvenir conscient, il oriente ses travaux sur le stockage et la récupération des informations en mémoire. Ils montrent qu'établir des relations entre les différentes informations est crucial pour leur stockage en mémoire. Ces travaux apportent ainsi des contributions au courant associationniste anglais pour lequel la vie mentale se fonde sur des associations entre les informations. Histoire de la psychologie cognitive
  • 19. •Selon la Gestalt (qui se développe des 1910 en Allemagne), autrement dénommée psychologie de la forme, les phénomènes psychologiques seront mieux compris dès lors qu'on les considère comme des totalités structurées et organisées (des formes) et non en les décomposant en éléments constitutifs. Le tout n'est donc pas réductible à la somme des parties. Pour le psychologue de la forme (Koffka, Kohler, Wertheimer), toute activité serait orientée par l'organisation du champ perceptif. Les Découvertes les plus connus concernent surtout la description d'un certain nombre de principes qui régissent notre perception de l'environnement et de la mise en évidence de l'Insight–découverte subite de la solution. Le courant de la Gelstat s'est éteint avec la montée du nazisme. Les psychologues de la forme ont tous émigré aux États-Unis ou ils se sont retrouvés Confrontés a un courant de pensée très fortement implanté depuis les années 1920 : le béhaviorisme. •–Pour le courant béhavioriste, la psychologie si elle se veut une discipline scientifique, doit employer systématiquement les techniques objectives d'observation du comportement. Son objet d'étude devient donc le comportement obtenu (réponse: R) à partir de l'action d'un stimulus (S) sur un organisme. •Le courant béhavioriste se développe aux états - unis dans les années 1920 sous l'impulsion de Watson (1878-1958) En réaction au courant fonctionnaliste. Ce terme "behavior" signifie "comportement " en anglais. •Pour cette théorie S stimulus et R réponse sont les seuls éléments observables et tous les processus ayant lieu entre ces deux éléments n'étant pas directement observables ne doivent pas être étudiés par la psychologie. Tous les états, processus et mécanismes psychologiques étudiés par les courants antérieurs sont cloisonnés dans une "boite noire" dont l'étude ne relève pas de la psychologie, pour ce courant. Histoire de la psychologie cognitive
  • 20. • Les béhavioristes Sont surtout connus pour leurs travaux sur les apprentissages basés sur le conditionnement pavlovien et qui se poursuit avec le conditionnement opérant de Skinner. Skinner considère que toute forme de comportement humain, comme l'acquisition du langage ou la résolution de problème, peut-être expliqué à partir du conditionnement opérant • Développé aux États-Unis à partir de 1950, le cognitivisme soutient qu'on peut expliquer les comportements des individus à partir de l'étude de leurs mécanismes de pensée. Ce courant doit son émergence a deux facteurs : aux progrès scientifiques et notamment le développement des outils informatiques et à son opposition au béhaviorisme. • L'Apparition de l'ordinateur a eu deux impacts en psychologie. Il a pu être utilisé comme support pour la mise en place et l'exploitation des expériences : expériences pilotées par ordinateur (présentation des stimuli par un ordinateur et recueil des temps de réponse), analyse statistique des données. • Par ailleurs, considérant l'être humain comme un organisme dans la tâche principale est de traiter des données, l'analogie cerveau–ordinateur est facile. • Broadbent (1958), en s'appuyant sur la théorie de la communication de Shannon et Weaver (1949), a été l'un des premiers à proposer le concept fondamental du traitement de l'information. Cette théorie explique que l'être humain, ou plus exactement le système cognitif humain, réalise une série d'étapes du traitement (codage, décodage, filtrage) –et de transmission de l'information par des canaux de récepteurs jusqu'aux effecteurs. C'est ainsi que toutes les informations sensorielles, comme les sons et la lumière, sont transformées par les organes sensoriels (oreilles, yeux...) avant d'être synthétisées pour former des objets mentaux (mots, mélodies, images…), pour être stockées en mémoire permettant l'élaboration d'une éventuelle réponse. Histoire de la psychologie cognitive
  • 21. • Notre représentation du monde n'est donc pas un simple "copier-coller" de notre environnement mais une reconstruction active impliquant des processus de sélection, de codage, de stockage, de récupération, d'organisation de l'information. Ces processus vont nous permettre de prélever l'information pertinente dans notre environnement et de la compléter avec nos connaissances pour mener une activité comme prendre une décision ou résoudre un problème. • En rejetant le postulat selon lequel les états mentaux internes n’existent pas, le cognitivisme se détache du béhaviorisme. Selon les cognitivistes, l'être humain ne se réduit pas une association S-R. Il comprend des processus qui doivent être étudiés en conservant les rigoureuses méthodes scientifiques utilisés par les béhavioristes. Étudier le fonctionnement cognitif nécessite une démarche objective et rigoureuse qui permet de mettre en évidence des phénomènes reproductibles.. Histoire de la psychologie cognitive
  • 22. • L'objectif du cognitivisme étant bien de comprendre le Fonctionnement mental tel qu'il existe chez tous les individus, à tous les moments de la vie, De découvrir et de décrire des régularités dans le fonctionnement cognitif pour comprendre les déterminismes et mécanismes en jeu dans différentes activités. • Les structures, fonction activité principalement investi, sur la perception, l'attention, la mémorisation, la résolution de problèmes, le raisonnement, le langage… comprendre le mécanisme des processus ange lorsqu'on connaît une personne dans la rue, comprendre un film en associant le son image, cherche à résoudre un problème informatique, prendre une décision, ça va pourquoi de personnes ne comprennent pas de la même façon de dénoncer Inès aux activités quotidiennes qui intéressent Les chercheurs en psychologie cognitive. • Les connaissances ainsi obtenus peuvent permet de prédire, contrôler, pouvoir modifier la réalité. Par exemple comprendre la faculté mentale qu'est la mémoire humaine, comprendre le déroulement des processus mnésique, Comprendre les défaillances de la mémoire, tout cela pourra être étudié chez différentes populations et aider à une médiation cognitive tous ceux souffrant de troubles de la mémoire. Histoire de la psychologie cognitive
  • 23.
  • 24. • La démarche scientifique se résume à cinq caractéristiques : • –Le souci de la preuve à partir d'observations et de raisonnements explicites et valables pour tous • –La généralisation des résultats trouvés sur un groupe a un autre groupe • –La reproductibilité de l'expérimentation dans des conditions similaires • –Le caractère provisoire des connaissances scientifiques • –La réfutabilité car toute hypothèse émise doit pouvoir être contestée.. • • Points clefs à retenir • –La psychologie cognitive a pour but de comprendre l'acquisition, l'organisation et l'utilisation de nos connaissances. • –Les principales fonctions ou activités mentales étudiées sont la perception, l'attention, la mémorisation, la résolution de problèmes, le raisonnement et le langage. • –La psychologie cognitive est une science jeune dans l'origine remonte à la fin du XIXe siècle. Elle s'est fortement développée depuis la seconde moitié du XIXe siècle. • –La méthode qu'elle utilise principalement est la méthode expérimentale. • –La théorie dominante est de concevoir le système cognitif comme un système de traitement de l'information. Synthèse
  • 25. • Percevoir est un acte immédiat, individuel qui conduit de la stimulation des récepteurs sensoriels à la reconnaissance, l'identification, l'interprétation du ou des stimuli présents dans l'environnement. • Cet acte immédiat comprend plusieurs mécanismes et processus qui nous permettent de prendre contact avec notre environnement et d'interagir avec lui ou d'agir sur lui. • Percevoir ne consiste pas une simple copie de la réalité mais en une reconstruction de celle-ci par notre cerveau. • La perception est une activité cognitive très rapide à la base de nos comportements. Très rapide car en l'espace de 750 millième de seconde, nous sommes capables de nommer un objet, c'est dire que notre système traite visuellement cet objet, trouve le mot adapté et génère la réponse verbale. • Sans perception, nous ne pourrions pas entretenir de conversation, ni conduire, ni lire, ni jouer au loto…. La perception est à la base de tous nos comportements. • Le premier contact avec notre environnement s'effectue grâce aux organes sensoriels–les yeux, les oreilles, la peau, la langue, le nez–dont les cellules réceptrices reçoivent l'excitation provoquée par un ou plusieurs stimuli. Cette excitation des récepteurs correspond à la sensation. Des lors que le système peut donner une signification à la source de cette sensation–le stimulus–, il y a perception. • Ainsi, si vous écoutez la radio–stimulus–pendant que vous conduisez, vous entendez des sons–sensations–si votre réaction est : "voici les publicités terminées enfin une chanson". Alors il y a eu une perception. Si pour vous ce n'est qu'une suite de son, il n'y a pas une perception mais uniquement sensation. La perception
  • 26. • La théorie de la forme : la perception recouvre un ensemble de processus qui nous permet d'organiser les différents objets qui nous entourent en une configuration visuelle cohérente. Cette théorie formule plusieurs principes ou lois qui décrivent comment nous percevons des touts organisés à partir d'éléments disparates. Selon cette théorie : le tout diffère de la somme des parties. Ce principe est à la base de l'apparition du mouvement lors d'enregistrement vidéo : la caméra prend 24 photos par seconde. La succession de ses photos donne l'impression d'un mouvement des objets présent à l'écran. • Prenons l'exemple du vase de Rubens : deux figures sont présentes dans cette image. Deux visages de profil qui se sont face–les parties noires de l'image–ou alors un vase–la partie blanche de l'image. Il est inutile d'essayer de voir ces deux figures en même temps. Cela est impossible : elles ne peuvent être vu que successivement. Montrer et tester la figure de Rubens. • Deux courants théoriques tentent de rendre compte de la perspective visuelle : nous avons l'approche directe et l'approche indirecte. Selon l'approche directe, le stimulus porte en lui toute la signification. Ainsi, il comprend suffisamment d'informations pour être reconnu par notre système. La perception des objets qui nous entourent est sur la gouvernance de processus ascendant : Bottom up en anglais. C'est-à-dire que le traitement effectué par le système est guidé , orienté, influencé par les données, par l'environnement, par le stimulus. Approche développée par Gibson. Selon l'approche indirecte, la perception des objets n'est pas déterminé seulement par la stimulation, la source de sensations, elle est également orientée Matière tenir–diapositives : par plusieurs variables comme les connaissances des individus, leurs émotions, leurs motivations, leur éducation, la tâche qu'ils ont à accomplir. La perception est un acte constructif qui met en jeu des processus descendants : top down en anglais.. La perception
  • 27. • C'est-à-dire que le traitement des données est guidé par les concepts ou les représentations, les connaissances des individus. Selon cette approche, la perception est guidée par nos attentes, une connaissance : lorsqu'on va a la plage l'été, on s'attend a voir des gens en maillot de bain mais pas des gens en combinaison de ski. Lorsqu'on visite un aquarium, on s'attend à trouver des poissons et pas des girafes ou des éléphants. Selon cette approche, la perception est un acte qui consiste à formuler rapidement des hypothèses sur les objets qui nous entourent. • Ces hypothèses reposent sur les données sensorielles, nos connaissances stockées en mémoire et ce qu'on peut inferer (produire de nouvelles informations). Notons pour conclure, l'influence de la motivation, des attentes , de la connaissance qui conduisent parfois a des erreurs de perception ou des illusions La perception est l’activité au moyen de laquelle l’organisme prend connaissance de son environnement sur la base des informations prélevées par les systèmes sensoriels… La perception
  • 28. Systèmes sensoriels pour percevoir 28
  • 29. Systèmes sensoriels • Les cinq systèmes sensoriels n’ont pas la même valeur écologique ou fonctionnelle : ils sont plus ou moins facilement adaptés, les informations recueillies sont plus ou moins précises, plus ou moins limitées.. 29 • Il existe plusieurs types de perception : • L’intéroception  Informations sur les organes internes • La nociception  Informations sur la douleur • La proprioception Informations sur la position du corps et ses mouvements • L’extéroception  Informations parvenant du milieu extérieur
  • 30. Sensation et perception • Sensation • L’excitation par un stimulus approprié d ’un organe sensoriel • Modifications physiologiques • Perception • Opération (mentale) portant sur des sensations • Accorde une signification à la source responsable de la sensation 30 Connaissances primaires Connaissances élaborées Les perceptions réfèrent toujours à des objets externes. Les sensations sont des expériences personnelles du sujet.
  • 31. De l’objet au percept 31 Objet R E C E P T E U R S Énergie envoyée aux récepteurs sensoriels Codage transmis par voies nerveuses Aires sensorielles et aires associées Percept
  • 32. Les tâches perceptives • Détection • Présence ou non du signal • Identification • Signification du signal • Discrimination • Est-ce le même signal ? • Estimation • Mesure 32
  • 33. Conclusion • Un stimulus fournissant des informations • Un récepteur sensible aux informations • Un système de traitement de l’information (système perceptivo- cognitif) 33 Perception
  • 34. 34 Variations externes Comportements Sensations Perceptions ? Les sensations sont à la base des perceptions. L’interprétation des sensations produit la perception. La perception a essentiellement une fonction cognitive d’interprétation des informations sensorielles Synthèse
  • 35. • Nous ne percevons pas la réalité mais nous la reconstruisons. • La perception est un acte constructif qui est guidé par des processus ascendants (orientés par les objets qui nous entourent, qui sont extérieurs au système cognitif) –et par des processus descendants (orientés par nos connaissances, nos croyances…) • Les illusions perceptives cognitives sont des erreurs de reconstruction de la part du système cognitif. Elles peuvent être dues à nos connaissances sur le monde. • L'ensemble des modèles sur la reconnaissance de forme suppose tous un répertoire mnésique dans lequel toutes les formes que nous connaissons seraient stockées. La perception consisterait à comparer la forme qu'on a sous les yeux avec le contenu de ce répertoire mnésique. La perception s'effectuerait grâce à la décomposition de la forme en éléments de base (propriétés, traits, géons) et en une recombinaison de ces éléments. Synthèse
  • 36. Qu’en dit-on ? 36 Une mélodie Sensation : Entendre une suite de notes Perception : En déduire qu’il s’agit d’une mélodie Sensation : Entendre des vibrations Perception : En déduire qu’il s’agit de notes
  • 38. La mémoire 38 • Les termes de mémoire et d'apprentissage renvoient a la faculté des individus d'acquérir de nouvelles informations ou de modifier des connaissances antérieures - et de les utiliser pour interagir avec notre environnement. • Ces capacités d'apprentissage de mémorisation sont nécessaires pour la survie de l'espèce et son adaptation à l'environnement. En effet sans elle comment savoir quels végétaux sont comestibles, quand traverser la rue sans risquer de se faire renverser par une voiture, prélever quelles indications dans l'environnement pour se déplacer en voiture sans risquer un accident. • Bien que ces deux termes soient très proche, qu'ils puissent être confondus dans le langage courant et qu'ils renvoient tous les deux à l'enrichissement de notre répertoire de connaissances, de comportement, ils ne sont pas pour autant synonyme. • L'apprentissage est une modification durable et systématique d'un comportement du a la répétition d'une même information. C'est grâce à la répétition que nous apprenons a faire du vélo, à lire, à parler, a savoir une poésie… Et la technique est toujours la, même après une longue période sans pratiquer par exemple le vélo.
  • 39. • Apprendre implique donc la conservation des traces des expériences précédemment vécues ainsi que de leur possible récupération actuelle et ultérieures. Apprendre implique donc un système de stockage de ses traces : la mémoire. • La mémoire est une faculté mentale, un système cognitif, un ensemble de structures–des registres contenant les informations comme des dossiers dans un vaste meuble. • La mémoire est un ensemble de processus qui permet trois opérations de base qui sont également trois étapes de la mémorisation : • –L'acquisition de l'information : son entrée dans le système • –Le stockage de l'information : son maintien dans le système • –La récupération de l'information : son utilisation dans le moment présent. La mémoire
  • 40. Les processus qui permettent la mémorisation sont l'encodage, la répétition, la récupération et l'oubli. • ----> L'encodage est un processus par lequel les caractéristiques d'un stimulus vont être transformée en trace mnésiques. C'est une étape qui permet la formation du souvenir. Cette opération aboutit à l'inscription de l'information en mémoire mais également a la création de liens entre cette nouvelle information et les informations déjà en mémoire. Cet encodage peut- être automatique grâce à la répétition–comme pour les informations procédurales–ou volontaire quand il exige une attention particulière à l'apprentissage d'une liste de mots. • ------> La répétition consiste à dire plusieurs fois le matériel. Le but de cette répétition est double : d'une part elle permettrait de maintenir active les informations de mémoire de travail et d'autre part, permettrait de copier l'information contenue en mémoire à court terme vers la mémoire à long terme. Il y a deux types de répétition : une répétition de maintien qui se distingue de la répétition d'élaboration qui permet d'extraire et d'utiliser le sens du matériel apprendre. Cette répétition permettrait également un codage plus profond de la formation et donc une meilleure mémorisation. • ------- La récupération renvoie a l'accessibilité et la restitution de l'information stockée en mémoire. L'accessibilité est à distinguer de la disponibilité qui est le fait de savoir que l'information est en mémoire. Ce qui est différent d'y avoir accès. Cette distinction se voit très bien avec le phénomène du mot sur le bout de la langue. La récupération de ce mot va dépendre de plusieurs paramètres : le type de mémoire impliqué: mémoire à court terme ou a long terme, le contexte d'encodage et des indices de récupération De nature visuelle, lexicale, phonologiques ou sémantique. • –------ L'oubli : l'oubli correspond à une perte du souvenir. Cette perte ou ce non accès à l'information stockée en mémoire peut-être momentané ou permanente. On peut oublier car il y a interférence entre le nouveau et l'ancien savoir, On peut aussi oublier suite à une disparition graduelle au cours de temps des traces mnésiques, parce qu'elles ne sont pas maintenues actives ou souvent réactivées. C'est oublier au fil du temps qui s'écoule entre la présentation du matériel et apprendre et le rappel. C'est un peu comme des piles qui s'use sans pour autant s'en servir, bien que les piles finiront bien par tout perdre en énergie , contrairement a la mémoire.
  • 41. • La mémorisation d'une information repose sur son auto répétition qui permettra son transfert de la mémoire de travail à la mémoire a long terme. Cette auto répétition peut permettre soit le maintien de l'information dans le système soit un traitement plus profond de cette information. • La qualité de la mémorisation d'une information va dépendre de son niveau de traitement. • L'information stockée en mémoire à long terme ne s’efface pas de la mémoire à long terme. Quand on ne se souvient pas d'une information, ce n'est pas un problème de stockage l'information mais un problème d'accès à cette information. • On peut augmenter l'empan de la mémoire de travail qui est limité. • Nous récupérons des informations sans en être conscient. • Les modèles structuraux de la mémoire (comme celui d'Atkinson et Shiffren, 1968)– décrivent le stockage de l'information comme relevant du passage entre différentes structures mnésiques dans lesquelles cette information suit un certain nombre de traitements. • Pour les modèles fonctionnels de la mémoire, la mémorisation est envisagée comme un continuum d'analyse entre l'analyse sensorielle et l'analyse sémantique de la stimulation. La mémoire
  • 43. L ’identification des processus de traitement 43 Information Codage Centration de l ’attention sur l ’information cible Stockage sous forme représentationnelle Récupération de l ’information Trois types d’activités : - Codage - Stockage (ou rétention) - Récupération + Métamémoire
  • 44. Mémoire à court terme 44 Mise en évidence de la mémoire à court terme Brown (1958) ; Peterson et Peterson (1959) Présentation de trigrammes ex : QXK ; JGO... Tâche distractive ex : compter à rebours de 3 en 3 Rappel du trigramme Les temps alloués à cette tâche varient : de 5 à 30 secondes Résultats : les sujets ont des performances de rappels qui diminuent avec l ’augmentation du temps de la tâche distractive. Les performances chutent de façon très importante après 20 secondes
  • 45. Architecture de la mémoire à long terme 45 Mémoire à long terme Mémoire déclarative Mémoire procédurale Mémoire sémantique Mémoire épisodique
  • 46. Les composantes de la mémoire à long terme 46 A) L ’oubli : il est plutôt de nature épisodique que sémantique. Il ne signifie par nécessairement la perte des informations mais une inaccessibilité momentanée.  Peut mener à l ’amnésie (rétrograde ou antérograde) B) Mémoire prospective : La mémoire prospective, par opposition à rétrospective, est celle des actions futures et qui doivent être portées. Elle implique donc le souvenir de l'action à faire, celui du moment où l'action doit être exécutée ainsi que l'actualisation de cette action au moment approprié dans le temps (West, 1988). C) Mémoire déclarative (propositionnelle, explicite) : rappel conscient, intentionnel et verbalisable d'expériences antérieures, de faits, d'informations à propos d'événements ou d'un matériel préalablement appris. D) Mémoire procédurale : La mémoire procédurale est inconsciente, et est constituée d'habitudes sensorimotrices aussi bien que d'automatismes. Elle ne peut être évoquée consciemment, réfère à des habiletés motrices, perceptives ou cognitives et est difficilement verbalisable
  • 47. • L'apprentissage et la mémorisation sont deux concepts distincts mais étroitement liés. L'apprentissage qui est une modification durable et systématique d'un comportement due à la répétition d'une information, n'est possible que par la mémorisation de cette information. • La mémoire comprend un ensemble de structures et de processus qui permet trois opérations de base : l'acquisition, le stockage et la récupération de l'information. • Nos connaissances sont de différentes natures : déclarative, procédurale, épisodique, sémantique. • Les structures qui sous-tendent la mémorisation sont les mémoires sensorielles, la mémoire à long terme et la mémoire de travail. La mémoire sensorielle capte les informations venant de l'extérieur. Il y en aurait une pour chaque sens. La mémoire à long terme stocke les informations sans limite de temps ou de quantité. La mémoire de travail effectué des traitements sur les informations qui proviennent à la fois des mémoires sensorielles et de la mémoire à long terme. Synthèse
  • 48. • L'attention est un processus qui permet de contrôler, de régler la quasi-totalité de nos activités psychologiques. L'attention permet de prévenir, alerter ou orienter l'activité des individus dans une direction précise. Il est très difficile de donner une définition unitaire de l'attention car elle recouvre plusieurs dimensions. • L'attention est une capacité à ne sélectionner qu'une partie des stimuli présents dans l'environnement et à ignorer les autres. C'est également une forme de concentration mentale. Et enfin c'est un processus qui nous permet d'avoir accès au contenu de notre mémoire. L'Attention comprend à la fois des mécanismes conscients et des mécanismes non conscients. • Le rôle de l'attention est de nous permettre d'utiliser le plus efficacement possible les ressources limitées de notre système cognitif en se focalisant sur une quantité restreinte d'informations pertinentes pour réaliser la tâche en cours. Et ne pas tenir compte d'autres stimuli externes ou internes (comme la pensée et les souvenirs). • Différentes formes d'attention: • - attention sélective ou focalisée • - attention partagée • - attention soutenue L'attention
  • 49.
  • 50. • Points clés à retenir (diapositives): • L'attention oriente la sélection de l'information qui nous entoure. L'Information sélectionnée sera traitée plus profondément. • L'orientation de notre attention dépend de la saillance visuelle des éléments de notre environnement, de nos attentes et de la tâche que nous effectuons. • Il est possible de partager son attention entre deux sources d'information ou deux tâches tant que les ressources nécessaires pour mener à bien ces deux activités ne sont pas supérieures au stock disponible. Les processus automatiques sont ceux qui demandent le moins de ressources attentionnelles. • Il n'est pas possible de maintenir son attention sur le long terme sans observer une baisse de la performance. Une pause suffit pour faire remonter temporairement les performances. • Selon les modèles envisageant l'attention comme un filtre, ce filtre peut se situer avant les processus perceptif ou après les processus perceptif. Ce filtre peut fonctionner en tout ou rien ou en atténuateurs. • Le système intentionnel gérerait la répartition des ressources attentionnelles dans nos activités. • Le système attentionnel permettrait le contrôle de nos actions quand les taches que nous effectuons ne sont plus routinières. Synthèse
  • 51. Le raisonnement 51 • Le raisonnement est une capacité que l'homme utilise pour s'adapter à son environnement. Raisonner consiste à faire des inférences, c'est-à-dire à produire des informations nouvelles à partir des données de la situation en utilisant les informations à disposition (de la situation, de nos connaissances). • Raisonner consiste à produire des informations nouvelles à partir des données de la situation et de nos connaissances (faire des inférences). • Raisonner peut nous conduire à prendre une décision par rapport à une situation. • Chercher à produire une règle ou une loi à partir de l'observation des faits particuliers s'effectue grâce à un raisonnement inductif. Pour y parvenir, il est nécessaire de catégoriser des éléments disparates, c'est-à-dire à identifier des régularités à partir de ces éléments. • Dans la majorité des cas, les individus cherchent à confirmer leur hypothèse plutôt qu'à l'infirmer (biais de confirmation). • Le raisonnement abductif consiste à trouver une explication d'un fait singulier par un événement singulier. Ce type de raisonnement est très peu étudié dans la littérature et est considéré par certains comme un cas de raisonnement inductif. Il consiste à émettre une hypothèse qui soit le plus plausible pour expliquer un phénomène. • Un raisonnement déductif obéit aux règles de la logique formelle. Il constitue en cela un exemple de raisonnement canonique. Il consiste à formuler une conclusion qui soit en accord avec les données initiales de la situation et les règles de la logique formelle. • Les connaissances de l'individu orientent leur raisonnement. Cela peut permettre de résoudre une tâche très difficile mais cela peut également l'induire en erreur par l'emploi inapproprié d'heuristiques. • Une heuristique est une règle de pensée intuitive de l'esprit humain qui parfois induit les sujets en erreur par rapport à la théorie normative. Attention, l' heuristique ne conduit pas toujours à des erreurs mais elles le peut.
  • 52.
  • 54. • Une situation pour laquelle notre répertoire de réponses, de connaissances ne nous permet pas d'atteindre le but qu'on s'est fixé, définit une situation problème (Oléron, 1963). • Une situation dans laquelle nous disposons de la procédure pour atteindre le but, ne constitue pas une situation problème mais une situation d'exécution. • Les problèmes peuvent se définir selon l'information disponible dans l'énoncé sur les situations initiale, finale et les règles à respecter et selon les activités cognitives qu'ils mettent en jeu (identification d'une structure, planifier une suite d'opérations, trouver un arrangement qui satisfasse certains critères). • Les stratégies des individus sont visibles à partir des heuristiques qu'ils emploient : la recherche en arrière, l'analogie, l'essai-test et l'analyse fin - moyen. Une heuristique est une sorte de règle ou de stratégie générale qui peut conduire à une réponse, correcte ou non, assez rapidement. L'Heuristique se distingue donc de l'algorithme pour lequel la règle si elle est appliquée correctement, aboutit toujours à une réponse correcte. • Plusieurs obstacles sont a surmonter pour résoudre les problèmes : la fixité fonctionnelle, l'ancrage dans un contexte, l'emploi d'une analogie inadéquate. • Toutes les modélisations conçoivent la résolution de problème comme un enchaînement d'étapes dont la première consiste à identifier que nous sommes dans une situation problème. • La résolution du problème va dépendre très fortement de l'interprétation de l'énoncé par le resolveur. Cette interprétation comprend l'interprétation de l'état initial, de l'état final et des contraintes à respecter pour résoudre le problème. La résolution de problèmes
  • 55.
  • 57. 57
  • 58. • La compréhension du langage consiste à construire une représentation mentale du message de l'autre. • Cette représentation se construit à partir des informations textuelles et des connaissances du lecteur ou de l'auditeur. • La reconnaissance d'un mot est influencée par sa fréquence lexicale, ses voisins orthographiques et la présentation de mots qui lui sont sémantiquement associés. • La compréhension de texte va être influencée par les schémas que nous avons en mémoire, qui vont guider la construction de la représentation mentale, et qui peuvent être activés par la présence de titres ou d'images associés au texte. • La compréhension de texte consiste essentiellement a sélectionner l'information importante du texte. Cette importance est déterminée par le nombre de connexions qu'elle a avec d'autres informations. • Comprendre un texte consiste in fine à construire une représentation mentale de la situation décrite dans le texte à partir des informations qu'il contient également a partir des connaissances du lecteur ou de l'auditeur. Ces connaissances vont notamment permettre de faire le lien entre les différentes informations du texte afin de maintenir la cohérence du texte. La cohérence est obtenue grâce à l'établissement de relations entre les idées. Elle peut être locale lorsqu'il s'agit établir des relations entre deux segments de texte contigus. Elle peut être globale quand il s'agit d'établir des relations entre des informations situées à différents endroits du texte. • Cette cohérence est possible grâce à un processus appelé inférence. L'inférence est un processus par lequel l'individu crée de l'information qui n'est pas présente dans le texte. Le langage
  • 59.
  • 61.
  • 62.
  • 63. TESTS DE PSYCHO COGNITIVE
  • 64. mécanique d’apprentissage Tous droits réservés - Philippe Clauzard - juin 2015
  • 65. ACTIVITESCOGNITIVESPOURAPPRENDRE PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015 PERCEVOIR EVALUER, SE REPRESENTER CATEGORISER METTRE EN RELATION LIER RELIER DELIER INFERER INTEGRER RESTRUCTURER différencier comparer reconnaitre trouver les liens logiques repérer les différents paramètres raisonner conceptualiser assimilation accomodation
  • 66. 66 Percevoir : que voit-on? PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
  • 67. 67 Catégoriser PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
  • 68. 68 Mettre en relation: lier, délier, relierPHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
  • 71. 59
  • 72. 60
  • 73. 73 2 modèles intégratif / Piaget PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
  • 74.
  • 75.
  • 76.
  • 77.
  • 78.
  • 79.
  • 80. Outil de la reconstruction  L’attention  L’intelligence et le jugement  La mémoire  L ’imagination 80
  • 81. 81 Le savoir se construit,l’apprentissage est une construction •Des infos externes …. Une restructuration interne PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
  • 82. 82 Apprendre,c’est traiter de l’information PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE 2015
  • 83. Cartedes opérationsmentales APPRENDRE PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE-OCTOBRE 2015
  • 84. CARTEDE CANEVASGENERALSUR LES SITUATIONS D’APPRENTISSAGE SITUATIONS D’APPRENTISSAGE PHILIPPE CLAUZARD – MCF ESPE DE LA REUNION – SEPTEMBRE-OCTOBRE 2015