SlideShare une entreprise Scribd logo
EVOLUTION DU COUT DANS 
LA PRISE EN CHARGE 
DE LA MALADIE DE CROHN 
Dr Didier MENNECIER 
HIA BEGIN - Service d’Hépato-Gastroentérologie
NOTRE CHEMIN 
La maladie de Crohn : 
- Epidémiologie de la maladie en France 
- Clinique de la maladie 
- Les examens utilisés 
- Les traitements (évolution et exemple de patients) 
! 
L’évaluation économique : une nécessité 
! 
Les méthodes d'évaluation médico-économique : 
- L’analyse de minimisation des coûts (AMC) 
- L’analyse coût-efficacité (ACE) 
- L’analyse coût-bénéfice (ACB) 
- L’analyse coût-utilité (ACU) 
! 
Comment réaliser une évaluation économique : 
- Identification des différents postes de dépense. 
- Quantification en unités physiques des ressources utilisées. 
- Valorisation monétaire des postes de dépenses. 
! 
Les études médico-économiques réalisée dans les MICI : 
! 
Conclusion
LA MALADIE DE CROHN
La maladie de Crohn Epidémiologie 
De 1988 à 1999, l’incidence de la maladie de Crohn a augmenté de 27% dans le 
Nord-ouest dans la tranche d’âge 20-29 ans. 
Par extrapolation on peut estimer la prévalence de la maladie de Crohn à 100 pour 
100 000 habitants et de 60 000 le nombre de personnes atteintes en France. 
! 
En 2011 : incidence 8/10000 habitants / prévalence de 80 000 malades.
La maladie de Crohn Clinique 
La maladie de Crohn est une Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin 
(MICI), de cause inconnue, qui peut toucher n'importe quel segment du tube 
digestif, mais plus particulièrement le grêle terminal (ou iléon) et le colon. 
Elle va évoluer pendant toute la vie de manière imprévisible sous la forme de 
poussées entrecoupées de rémissions. 
Elle peut survenir à tout âge, mais un pic de fréquence est observé chez les adultes 
jeunes entre 20 et 30 ans.
La maladie de Crohn Examens complémentaires 
Coloscopie avec une iléoscopie : permet de mettre en évidence les lésions. 
Examen proctologique : 30% à 50% des malades ont des atteintes périanales. 
Autres examens pratiqués : Entéro-scanner, transit baryté du grêle (sténose), 
vidéocapsule, IRM (lésions ano-périnéales), entéro-IRM (suivi évolutif).
La maladie de Crohn Traitements avant 2000 
Les corticoïdes : la Prednisone (Cortancyl®), la Prednisolone (Hydrocortancyl®, 
Solupred®), la Méthylprednisolone (Médrol®, Solu-Médrol®). 
! 
Efficaces dans les poussées modérées à sévères de la maladie de Crohn (posologie 
de 1 mg/kg/jour). 
3,10 euros la boite de 30 cp 
Risque d’une corticodépendance 
Risque de complication lors d’une prise > 2 mois (ostéoporose, atrophie cutané, 
infection...) 
Les immunosuppresseurs : 56% des patient sont traités actuellement par ces 
molécules. 
Efficaces pour prévenir les rechutes dans la maladie de Crohn. 
L'azathioprine (Imurel®, GSK) et la 6-mercaptopurine (Purinethol®, GSK) 
! 
Risque d’apparition de maladie lymphomateuse si prescrit sur plusieurs années 
30,53 euros la boite de 50 cp
La maladie de Crohn Traitements après 2000 
Le tumour-necrosis factor (TNF) est une cytokine pro-inflammatoire qui joue un 
rôle clé dans la pathogénie de la maladie de Crohn. 
! 
Apparition au début des années 1990 de molécule Anti-TNF. 
! 
Agissent en «amont» des corticoïdes et des immunosupresseurs classiques 
! 
Permettent un sevrage des corticoïdes et une cicatrisation muqueuse endoscopique. 
!
La maladie de Crohn Traitements après 2000 
L’infliximab (Rémicade®, Schering Plough) est un anticorps monoclonal chimérique 
(chimère) c'est-à-dire qu’il est composés d’une chaîne constante humaine (75 % de 
la molécule) et de régions variables murines (25 % de la molécule). 
! 
Après une perfusion, la molécule reste présente dans l’organisme pendant 2 à 3 mois 
c’est la raison pour laquelle une perfusion toutes les 8 semaines est réalisée en 
traitement d’entretien. 
! 
! 
Il est administré par voie intra-veineuse. 
! 
! 
536 euros le flacon de 100 mg 
! 
Le schéma d’administration est un traitement d’induction par perfusion de 5mg/kg 
tous les 15 jours pendant 6 semaines (soit 3 injections) puis un traitement 
d’entretien par perfusions de 5 mg/kg toutes les 8 semaines.
La maladie de Crohn Traitements après 2000 
L’adalimumab (Humira®, Abbott) est un anticorps monoclonal 100 % humain. 
! 
La demi-vie moyenne est de 2 semaines ce qui explique le schéma d’administration 
avec une injection sous-cutanées toutes les 2 semaines. 
! 
! 
! 
! 
1137,06 euros la boite de 2 
! 
! 
! 
Le schéma posologique d'induction recommandé est de 80 mg suivis de 40 mg, 15 
jours après. Après le traitement d'induction, la posologie recommandée est une 
dose de 40 mg administrée toutes les 2 semaines.
La maladie de Crohn Exemple de patients 
Romain, 
! 
Maladie de Crohn découverte à l’âge de 16 ans en 1998. 
Plusieurs poussées traitées par corticothérapie de 1998 à 2002 (6 cures) 
Mise en place d’un traitement par imurel° en 2002 car apparition d’une 
corticodépendance 
Apparition d’une cholangite sclérosante en 2003 
Apparition d’une atteinte périnéales en 2003 
Apparition des tassements vertébraux multiples en 2004 (ostéoporose) 
! 
Mise en place de Remicade en 2004 
Sténoses du grêle en 2005 
10 ans d’évolution 
Interventions chirurgicales (2005 et 2006) 
Nutrition sur grêle court en réanimation en 2007 
! 
Cachexie et infection sévère en 2008
La maladie de Crohn Exemple de patients 
Ugur, 
! 
Maladie de Crohn découverte à l’âge de 20 ans en 2001. 
Première poussée traitées par corticothérapie en 2001 (Aphtose, Uvéite) 
8 jours d’hospitalisation 
! 
Seconde poussée en 2008 avec atteinte périnéale. 
Corticothérapie pendant 8 semaines 
8 jours d’hospitalisation 
! 
10 ans d’évolution 
Chirurgie (drainage abcès) : HDJ 
! 
Mise en place de l’Humira° en 2008 : HDJ 
! 
Suivi en consultation depuis...
L’EVALUATION ÉCONOMIQUE 
UNE NÉCESSITÉ
Evaluation économique Une nécessité 
La consommation médicale augmente / Budgets en réduction. 
! 
Choix de priorités thérapeutiques : balance entre conséquences médicales et coût 
(coût généré et coût évité) -> Maîtrise dite médicalisée des dépenses de santé 
! 
Ethique médicale individuelle : tout ce qui est disponible dans l’état actuel de l’art 
de la médecine doit être utilisé à l’individu. 
Ethique médicale collective : Répartition optimale des ressources pour assurer une 
équité de la population entière. 
! 
Analyses médico-économiques : aide à la décision en positionnant une stratégie 
médicale par rapport à un seuil au-delà duquel les dépenses engagées par la 
collectivité seraient trop importantes par rapport à l’efficacité attendue.
LES MÉTHODES D’EVALUATION 
MÉDICO-ÉCONOMIQUE
Méthodes d’évaluation médico-économique. 
Quatre types d'études d'évaluation médico-économique. 
1) L’analyse de minimisation des coûts (AMC) 
Analyse qui compare des coûts dans des situations identiques. 
On s’oriente vers le programme le moins coûteux pour une situation données. 
! 
2) L’analyse coût-bénéfice (ACB) 
Mesurent la volonté des patients à payer ou à accepter une option thérapeutique. 
! 
3) L’analyse coût-utilité (ACU) 
Les études analysant la survie et/ou la qualité de vie pour juger des résultats des 
effets d’un médicament. 
! 
4) L’analyse coût-efficacité (ACE) 
Analyse le coût d’une stratégie pour obtenir un effet exprimé en unités physiques 
(années de vie sauvées, jours d’incapacité évités…). 
Objectif efficacité médicale pour le moindre coût.
Méthodes d’évaluation médico-économique. 
QALY 
! 
Indicateur à deux dimensions qui combine la durée de vie (une année de vie 
supplémentaire gagnée) avec une pondération relative de la qualité de vie (physique 
et morale) associée à l’état de santé dans lequel se trouve l’individu au cours de 
cette période 
! 
QALY = 1 (une année de vie supplémentaire en parfaite forme physique et morale) 
QALY = 0,6 (Handicap) 
QALY = 0 (mort) 
! 
Le calcul des QALYs se fait en additionnant les années corrigées 
Exemple : un gain de 10 années de vie supplémentaires dans un état de santé situé à 
0,5 vaut 10 × 0,5 = 5 QALYs ou 5 années de parfaite santé (5 × 1). 
! 
Ce mode de calcul permet d’obtenir un indicateur synthétique qui rend compte 
de l’effet des soins à la fois sur la qualité de vie et sur la longévité.
COMMENT RÉALISER UNE 
EVALUATION ÉCONOMIQUE ?
Evaluation économique Principe 
Identification des différents postes de dépense : 
- coûts liés à l’utilisation de ressources du système de soins (consommations 
médicamenteuses, consultations et visites médicales, examens de laboratoires et 
explorations, hospitalisations, coût du traitement des effets secondaires…) 
! 
- coûts entraînés dans d’autres secteurs que celui de la santé (administrations 
publiques : aides ménagères, soins à domicile) 
! 
- coûts incombant au patient ou à sa famille (frais de transport pour se rendre 
à l’hôpital, dépenses d’aménagement pour la maison, temps à recevoir des soins …). 
! 
On distingue : 
Les coûts directs : ressources consommées 
Les coûts indirects : pertes de productivité liées à la maladie (patient, entourage).
Evaluation économique Principe 
Quantification en unités physiques des ressources utilisées. 
Etablissement hospitalier : 
! 
Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information (PMSI) : 
Patient codé à sa sortie : 
- Son diagnostic : Classification Internationale des Maladies (CIM10), 
- Ses actes : Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM). 
! 
Il va constituer un Séjour (facturable) 
Ce séjour va être mis dans un groupe de séjours : Groupes Homogènes de Malades 
(GHM) : séjours présentant une certaine homogénéité clinique et économique 
! 
A chacun des GHM correspond un Groupe Homogène de Séjour auquel est affecté un 
tarif en euros
Evaluation économique Principe
Evaluation économique Principe
Evaluation économique Principe 
Quantification en unités physiques des ressources utilisées. 
Consultations réalisées en ville : cotation des actes de la Nomenclature Générale 
des Actes Professionnels : NGAP (lettres clés et coefficients). 
! 
Actes réalisés en ambulatoire : quantifiées en utilisant la cotation des actes de la 
CCAM ou la Nomenclature des Actes de Biologie Médicale : NABM (lettres clés et 
coefficients). 
! 
Consommations médicamenteuses : quantifiées en utilisant la quantité journalière ou 
hebdomadaire, ou la quantité de la prescription pour des produits non journaliers. 
! 
Transport sanitaire : quantifié en nombre d’aller-retour domicile-lieu de soin.
Evaluation économique Principe 
Valorisation monétaire à partir des coûts ou des tarifs 
- Séjours en hospitalisation conventionnelle ou de jour : X euros (tarifs des GHS) 
! 
- Consultations et actes techniques médicaux : X euros (tarifs SS) 
! 
- Consommations médicamenteuses hospitalières : X euros 
(prix négocié entre l’industrie pharmaceutique et les pharmacies des hôpitaux, pour les molécules à 
usage hospitalier et figurant sur la liste des molécules onéreuses valorisées en sus du tarif accordé au 
GHS). 
! 
- Consommations médicamenteuses en ambulatoire : X euros (prix marché) 
! 
- Transport sanitaire : X euros (tarifs conventionnels d’ambulance).
EVALUATION ECONOMIQUE DANS LA 
MALADIE DE CROHN 
REVUE BIBLIOGRAPHIQUE
Revue bibliographique Coûts directs 
Le coût des hospitalisations et de la prise en charge chirurgicale représentait 
près de 80% du coût total de prise en charge de la maladie de Crohn, le coût des 
dépenses médicamenteuses environ 10% du coût total. 
! 
Hay Jw, Hay Ar. Inflammatory bowel disease : medical cost algorithms. Journal Clinical Gastroenteroogyl. 1992;14(4):318-27. 
Hay Jw, Hay Ar. Inflammatory bowel disease: cost-of-illness. Journal Clinical Gastroenteroogyl. 1992;14(4):309-17. 
Feagan BG, Vreeland MG, Larson LR, Bala MV. Annual cost of care for Crohn’s disease : a payor perspective. American Journal 
Gastroenteroogyl. 2000;95:1955-60. 
! 
! 
Coûts élevés associés à la nutrition parentérale. Seulement 9,5 % des patients 
avaient besoin d’une nutrition parentérale, dont le coût représentait 27,1% des 
coûts totaux de la prise en charge hospitalière. 
! 
Bernstein CN, Papineau N, Zajaczkowski J, Rawsthorne P, Okrusko G, Blanchard JF. Direct hospital costs for patients with inflammatory bowd 
disease in a Canadian tertiary care university hospital. American Jouranl Gastroenterology. 2000;95:677-83.
Revue bibliographique Coûts directs 
Estimation des coûts directs réalisée de façon rétrospective sur une cohorte de 
patients du comté d’Olmsted dans le Minnesota atteints de la maladie de Crohn. 
Bien que la chirurgie et la convalescence ne représentent que 1% du temps dans 
l’évolution de la maladie, elles sont à l’origine de 44 % des coûts générés par la 
maladie. 
! 
Silverstein MD, Loftus EV, Sandborn WJ, Tremaine WJ, Feagan BG, Nietert PJ, Harmsen WS, Zinsmeister AR.Clinical course and costs of care 
for Crohn’s disease : Markov model analysis of a population-based cohort. Gastroenterology. 1999;117:49-57. 
! 
Coût des hospitalisations de la maladie de Crohn, analyse rétrospective des dossiers 
de 147 patients hospitalisés. La chirurgie représentait la majorité des 
hospitalisations, soit environ 40% du coût total des hospitalisations et 75% des 
charges et remboursements. 
! 
Cohen RD, Larson LR, Roth JM, Becker RV, Mummert Ll. The cost of hospitalization in Crohn’s disease. American Journal Gastroenterology. 
2000;95:524-30
Perte de productivité des patients, 30 à 50% des patients présentant une maladie 
inflammatoire intestinale ont un arrêt de travail en rapport avec l’évolution de leur 
maladie par semestre. 
! 
Boonen A, Dagnelie PC, Feleus A, Hesselink MA, Muris JW, Stockbrugger RW, Russel MG. The impact of inflammtory bowel disease on labor 
force participation : results of a population sampled case control study. Inflamatory Bowell Diseasee 2002;8:382-9. 
Longobardi T, Jacobs P, Wu L, Bernstein CN. Work losses related to inflammatory bowel disease in Canada : results from a National Population 
Health Survey. American Journal Gastroenterology. 2003;98:844-849. 
Longobardi T, Jacobs P, Bernstein CN. Work losses related to inflammatory bowel disease in the United States : results from the National 
Health Interview Survey. American Journal Gastroenterology. 2003;98:1064-72. 
! 
! 
Dans le cas des patients atteints de maladie de Crohn il existe une perte de salaire 
médiane sur 6 mois de 299 £ (351 €). 
! 
Bassi A, Dodd S, Williamson P, Bodger K. Cost of illness of inflammatory bowel disease in the UK : a single centre retrospective study. Gut. 
2004;53:1471-1478. 
! 
Revue bibliographique Coûts indirects
Revue bibliographique Coûts indirects 
En prenant en compte les arrêts de travail, mais aussi la non-participation au marché 
du travail de la population active. 
En Espagne on estime un montant annuel lié aux coûts indirects de 7605 € par 
patient et par an. 
! 
Juan J, Estiarte R, Colome E, et al. Burden of illness of Crohn’s disease in Spain. Dig Liver Dis 2003;35:853-61. 
!!! 
En prenant en compte : arrêt maladie et retraite précoce. 
En Suède, les coûts indirects représentaient près de 70% du coût total, dont 47% 
pour les arrêts maladie et 43% pour les retraites précoces. 
! 
Cohen Rd. IBD indirect costs : the sleeping giant ? Gastroenterology. 2003;125:982-4.
Revue bibliographique Analyse 
Etudes < 2001 avant l’apparition des nouvelles molécules 
! 
Intérêt 
! 
Diminuer les coût directs : 
- Diminuer le délais d’hospitalisation des patients 
- Eviter la chirurgie 
- Eviter la dénutrition 
! 
Diminuer les coût indirects : 
- Diminuer les arrêts de travail 
- Améliorer la qualité de vie
Revue bibliographique Anti-TNF 
Sur 10 années de suivi des prescriptions médicamenteuses, leurs coûts et effets 
secondaires en Suède. Le coût moyen des dépenses médicamenteuses par patient 
atteint d’une maladie de Crohn s’élevait seulement à 470 $ (343 €) par an. 
! 
Blomqvist P, Feltelius N, Lofberg R, Ekbom A. A 10 years survey of inflammatory bowel diseases-drug therapy, costs and adverse reactions. 
Alimentary pharmacology & therapeutics. 2001;15:475-81. 
Les coûts médicaux augmentent 
! 
! 
Les estimations annuelles des coûts médicaux directs se situent entre 2 898 et 
4.947,75 € par patient pris en charge en Europe. 
! 
Bassi A, Dodd S, Williamson P, Bodger K. Cost of illness of inflammatory bowel disease in the UK : a single centre retrospective study. Gut. 
2004;53:1471-1478. 
Stark R, Konig Hh, Leidl R. Costs f inflammatory bowel disease in Germany. Pharmacoeconomics. 2006;24(8):797-814. 
Odes S, Vardi H, Friger M, Wolters F, Russel MG, Riis L, Munkholm P, Politi P, Tsianos E, Clofent J, Vermeire S, Monteiro E, Mouzas I, 
Fornaciari G, Sijbrandij J, Limonard C, Van Zeijl G, O'morain C, Moum B, Vatn M, Stockbrugger R; European Collaborative Study on 
Inflammatory Bowel Disease. Cost analysis and cost determinants in a European inflammatory bowel disease inception cohort with 10 years of 
follow-up evaluation. Gastroenterology. 2006;131:719-728. 
Ebinger M, Leidl R, Thomas S, et al. Costs of outpatient care in patients with inflammatory bowel disease in a German University hospital. J 
Gastroenterol Hepatol 2004;19:192-9. 
Juan J, Estiarte R, Colome E, et al. Burden of illness of Crohn’s disease in Spain. Dig Liver Dis 2003;35:853-61.
Revue bibliographique Anti-TNF 
Une étude menée dans un hôpital espagnol a évalué l’impact de l’introduction de 
l’Infliximab sur les coûts hospitaliers chez 34 patients atteints de MC sur une 
période de 1 an avant l’introduction de l’Infliximab et sur une période de 1 an après 
l’introduction. 
! 
Avant Remicade° 
- Hospitalisations : 62.4% des coûts totaux annuels 
- Chirurgie : 3.1% des coûts totaux annuels 
! 
Après Remicade°. 
- Hospitalisations : 6.4% des coûts totaux annuels 
- Chirurgie : 0.8% des coûts totaux annuels 
- Remicade et son administration représentait 75.5% des coûts. 
! 
Infliximab est un traitement efficace pour réduire les séjours hospitaliers mais 
qu’il augmente le coût global. 
! 
Saro C, De La Coba C, Casado MA, Morales JM, Otero B. Resource use in patients with Crohn’s disease treated with infliximab. Aliment 
Pharmacol Ther 2007; 26:1313-23.
Revue bibliographique Anti-TNF 
Une étude française de type coût-utilité s’est intéressé à la comparaison 
respectivement de deux stratégies de traitement par Remicade® en utilisant le 
modèle de Markov. 
! 
- Injection au moment des rechutes. 
- Injections systématiques toutes les 8 semaines. 
! 
! 
! 
! 
! 
Stratégie de traitement épisodique par Remicade® : 63 700 € / QALY. 
Stratégie de traitement systématique par Remicade® : 784 057 € /QALY. 
! 
Jaisson-Hot I, Flourie B, Descos L, Colin C. Management for severe Crohn’s disease : a lifetime cost-utility analysis. International journal of 
technology assessment in health care. 2004;20(3):274-9.
Revue bibliographique Anti-TNF 
Etude Américaine : Comparaison d'un traitement d'entretien Humira° 40 mg/2 s vs 
Remicade 5 mg/kg/ 8 s 
! 
Les coûts des molécules, des hospitalisations et autres frais médicaux analysées 
sur une période de 56 semaines. 
! 
Résultats: 
Les patients Humira° (rémission de 47,2%) vs Remicade et (rémission de 37,1%) 
Admissions à l'hôpital : Humira° 34 % vs Remicade 40% 
! 
Les patients traités par Humira° 3.543 €/QALY vs Remicade 4.935 €/ QALY 
! 
Andrew P. Yu, Scott Johnson, Si-Tien Wang, Pavel Atanasov, Jackson Tang, Eric Wu, Jingdong Chao, Parvez M. Mulani. Cost Utility of 
Adalimumab versus Infliximab Maintenance Therapies in the United States for Moderately to Severely Active Crohn's Disease. 
Pharmacoeconomics 2009;27:609-621
Revue bibliographique Anti-TNF 
Etude Anglaise : modèle de Markov utilisé sur des cohortes de patients (ACCENT 1 
pour Remicade et CHARM pour l’Humira°) 
! 
Comparaison d'un traitement d'entretien Humira° 40 mg/2 s ou Remicade 5 mg/kg/ 
8 s vs traitement standard (sans biothérapie) 
Evolution : réponse complète, partielle, non-réponse, la chirurgie et la mort 
! 
Résultats: 
Les ratios coût-efficacité par rapport au traitement standard pour 1 an de 
traitement par Humira° 8 460 €/QALY vs Remicade 22 415 €/QALY gagnée, 
! 
Traitement à vie : les soins standards reviennent plus cher et le fait d’utiliser une 
période > d’au moins 4 ans fait apparaître un bénéfice à utiliser les biothérapies 
! 
Bodger K, Kikuchi T, Hughes D. Cost-effectiveness of biological therapy for Crohn's disease: Markov cohort analyses incorporating United 
Kingdom patient-level cost data. Aliment Pharmacol Ther. 2009;30(3):265-74.
CONCLUSION 
Analyse médico-économique 
Actuellement très mal comprise par les cliniciens qui opposent leur éthique 
médicale individuelle à l’éthique médicale collective. 
! 
En regardant les thérapeutiques cancéreuses : innovation qui permet d'améliorer 
l’efficacité mais qui entraîne des surcoûts (investissement...) 
-> Ratio coût-efficacité diminue : 20 000 à 50 000 € par QALY 
! 
Proposition d’un seuil en Grande-Bretagne de 23000 à 34000 € par QALY au-delà 
duquel pas de prise en charge... 
! 
! 
OMS : considère comme coût-efficace toute intervention dont le coût marginal 
ne dépasse pas 3 fois le PIB par tête (France : 100 000 €)
Pour en savoir plus...

Contenu connexe

Tendances

Cancer gastrique
Cancer gastriqueCancer gastrique
Cancer gastrique
Soufyane Ali Boukhalfa
 
TNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomacTNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomac
bouchaala-walid
 
Epidémiologie et dépistage du chc
Epidémiologie et dépistage du chcEpidémiologie et dépistage du chc
Epidémiologie et dépistage du chc
Vincent Di Martino
 
La dyschésie
La dyschésieLa dyschésie
La dyschésie
Vincent Di Martino
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
Hassan HAMALA
 
Polypectomie
PolypectomiePolypectomie
Polypectomie
Vincent Di Martino
 
Le cancer de_l_estomac
Le cancer de_l_estomacLe cancer de_l_estomac
Le cancer de_l_estomac
melduf0185
 
Le RGO de l' Adulte Pr Arbaoui fac med Tlemcen
Le RGO de l'  Adulte Pr Arbaoui  fac med TlemcenLe RGO de l'  Adulte Pr Arbaoui  fac med Tlemcen
Le RGO de l' Adulte Pr Arbaoui fac med Tlemcen
Arbaoui Bouzid
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
Rose De Sable
 
Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)
Rose De Sable
 
Nutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignatNutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignat
vdimartino
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
Mastocytose2
Mastocytose2Mastocytose2
Mastocytose2
Cé Cha
 
Les tumeurs-hépatiques-2012
Les tumeurs-hépatiques-2012Les tumeurs-hépatiques-2012
Les tumeurs-hépatiques-2012
Hassan HAMALA
 
Infections urinaires final
Infections urinaires finalInfections urinaires final
Infections urinaires final
Martin Darras
 
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Rose De Sable
 
Le cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomacLe cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomac
melduf0185
 
Troubles moteurs oesophagiens
Troubles moteurs oesophagiensTroubles moteurs oesophagiens
Troubles moteurs oesophagiens
Vincent Di Martino
 
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhoseEvaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
soshepatites
 

Tendances (20)

Mici
MiciMici
Mici
 
Cancer gastrique
Cancer gastriqueCancer gastrique
Cancer gastrique
 
TNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomacTNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomac
 
Epidémiologie et dépistage du chc
Epidémiologie et dépistage du chcEpidémiologie et dépistage du chc
Epidémiologie et dépistage du chc
 
La dyschésie
La dyschésieLa dyschésie
La dyschésie
 
Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012Les abcès-hépatiques-2012
Les abcès-hépatiques-2012
 
Polypectomie
PolypectomiePolypectomie
Polypectomie
 
Le cancer de_l_estomac
Le cancer de_l_estomacLe cancer de_l_estomac
Le cancer de_l_estomac
 
Le RGO de l' Adulte Pr Arbaoui fac med Tlemcen
Le RGO de l'  Adulte Pr Arbaoui  fac med TlemcenLe RGO de l'  Adulte Pr Arbaoui  fac med Tlemcen
Le RGO de l' Adulte Pr Arbaoui fac med Tlemcen
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
 
Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)Cancer de l oesophage (1)
Cancer de l oesophage (1)
 
Nutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignatNutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignat
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Mastocytose2
Mastocytose2Mastocytose2
Mastocytose2
 
Les tumeurs-hépatiques-2012
Les tumeurs-hépatiques-2012Les tumeurs-hépatiques-2012
Les tumeurs-hépatiques-2012
 
Infections urinaires final
Infections urinaires finalInfections urinaires final
Infections urinaires final
 
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
Guide medico chirurgicale a lintention de linterne de garde
 
Le cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomacLe cancer de l'estomac
Le cancer de l'estomac
 
Troubles moteurs oesophagiens
Troubles moteurs oesophagiensTroubles moteurs oesophagiens
Troubles moteurs oesophagiens
 
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhoseEvaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
 

En vedette

Les complications de l'Hémochromatose génétiques
Les complications de l'Hémochromatose génétiquesLes complications de l'Hémochromatose génétiques
Les complications de l'Hémochromatose génétiques
Didier Mennecier
 
Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015
Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015
Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015
Didier Mennecier
 
Stenoseileale des
Stenoseileale desStenoseileale des
Stenoseileale des
Vincent Di Martino
 
Stepup
StepupStepup
Azt2
Azt2Azt2
Connaissance ccr
Connaissance ccrConnaissance ccr
Connaissance ccr
Vincent Di Martino
 
Quizz proctologie des 07_11_2011
Quizz proctologie des 07_11_2011Quizz proctologie des 07_11_2011
Quizz proctologie des 07_11_2011
Vincent Di Martino
 
E-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufr
E-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufrE-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufr
E-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufr
LIONEL REICHARDT
 
Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16
Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16
Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16
LIONEL REICHARDT
 
Crohns disease movie
Crohns disease movieCrohns disease movie
Crohns disease movie
guestaca7f40
 
Gestion de crisis 2.0
Gestion de crisis 2.0Gestion de crisis 2.0
Gestion de crisis 2.0
COM SALUD
 
puerto madryn
puerto madrynpuerto madryn
puerto madryn
marco.lavagnino
 
Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan
Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan
Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan
bmontcadacsj
 
IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007
IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007
IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007
seiscentros
 
Eljardin
EljardinEljardin
Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01
Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01
Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01
javiher82
 
La veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communication
La veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communicationLa veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communication
La veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communication
Né Kid
 
Animaux
AnimauxAnimaux
Animaux
eric76
 

En vedette (20)

Les complications de l'Hémochromatose génétiques
Les complications de l'Hémochromatose génétiquesLes complications de l'Hémochromatose génétiques
Les complications de l'Hémochromatose génétiques
 
Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015
Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015
Présentation Doctors 2.0 - 4 juin 2015
 
Stenoseileale des
Stenoseileale desStenoseileale des
Stenoseileale des
 
Stepup
StepupStepup
Stepup
 
Azt2
Azt2Azt2
Azt2
 
Connaissance ccr
Connaissance ccrConnaissance ccr
Connaissance ccr
 
Quizz proctologie des 07_11_2011
Quizz proctologie des 07_11_2011Quizz proctologie des 07_11_2011
Quizz proctologie des 07_11_2011
 
E-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufr
E-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufrE-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufr
E-santé : entre promesse et réalité, retour vers les futurs #hcsmeufr
 
Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16
Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16
Walking on the moon : vers une réinvention de la santé ? #hcsmeufr #fcs16
 
Crohns disease movie
Crohns disease movieCrohns disease movie
Crohns disease movie
 
Gestion de crisis 2.0
Gestion de crisis 2.0Gestion de crisis 2.0
Gestion de crisis 2.0
 
Bambou Test
Bambou TestBambou Test
Bambou Test
 
Sym0nX3
Sym0nX3Sym0nX3
Sym0nX3
 
puerto madryn
puerto madrynpuerto madryn
puerto madryn
 
Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan
Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan
Presentació serveis 2.0 Biblioteca Can Sant Joan
 
IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007
IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007
IES San Martin Talayuela. Encuentro Bilbao 2007
 
Eljardin
EljardinEljardin
Eljardin
 
Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01
Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01
Presentacinmodeloproyectos 111109100919-phpapp01
 
La veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communication
La veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communicationLa veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communication
La veille de Né Kid du 22.03.11 : low latency communication
 
Animaux
AnimauxAnimaux
Animaux
 

Similaire à Analyse économique des traitements dans les Maladies Inflammatoires Choniques de l'Instestin (MICI)

RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OKRAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
yann EIRAUDO
 
Perspectives antibioresistance final
Perspectives antibioresistance finalPerspectives antibioresistance final
Perspectives antibioresistance final
Christelle Gillet
 
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Elsa von Licy
 
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
Dr.Oudainia Mounira
 
Notions en épidemiologie et indicateurs sanitaires
Notions en épidemiologie et indicateurs sanitairesNotions en épidemiologie et indicateurs sanitaires
Notions en épidemiologie et indicateurs sanitaires
Younes IDERDAR
 
Kcbronchiqueapetitecellule
KcbronchiqueapetitecelluleKcbronchiqueapetitecellule
Kcbronchiqueapetitecellule
Patou Conrath
 
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdfSIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
Sargata SIN
 
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdfSIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
Sargata SIN
 
LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...
LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...
LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...
Khadija Moussayer
 
livret_education_hemocultures___2019.pdf
livret_education_hemocultures___2019.pdflivret_education_hemocultures___2019.pdf
livret_education_hemocultures___2019.pdf
BenamraneMarwa
 
Presse Medical 2010
Presse Medical 2010Presse Medical 2010
Presse Medical 2010
mbouattour
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
Sargata SIN
 
Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...
Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...
Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfarRecommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
pquentin
 
Recommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarRecommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfar
pquentin
 
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
Sargata SIN
 
Le bon usage_des_antiseptiques_cclin
Le bon usage_des_antiseptiques_cclinLe bon usage_des_antiseptiques_cclin
Le bon usage_des_antiseptiques_cclin
Patou Conrath
 
Kcsoinsdesupportetnutrition
KcsoinsdesupportetnutritionKcsoinsdesupportetnutrition
Kcsoinsdesupportetnutrition
Patou Conrath
 

Similaire à Analyse économique des traitements dans les Maladies Inflammatoires Choniques de l'Instestin (MICI) (20)

RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OKRAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK
 
Perspectives antibioresistance final
Perspectives antibioresistance finalPerspectives antibioresistance final
Perspectives antibioresistance final
 
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
Aspects medicaux ethiques et philosophiques du tt du cancer nicole delepine m...
 
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
les examens biologiques et bactériologiques en parodontologie
 
Notions en épidemiologie et indicateurs sanitaires
Notions en épidemiologie et indicateurs sanitairesNotions en épidemiologie et indicateurs sanitaires
Notions en épidemiologie et indicateurs sanitaires
 
Kcbronchiqueapetitecellule
KcbronchiqueapetitecelluleKcbronchiqueapetitecellule
Kcbronchiqueapetitecellule
 
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdfSIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
 
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdfSIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
SIN SARGATA (ISS), APPENDICITE AIGUË, GOOD, 12 A.pdf
 
LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...
LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...
LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE, UNE AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE AVEC NOTAM...
 
CV FR 02.17
CV FR 02.17CV FR 02.17
CV FR 02.17
 
livret_education_hemocultures___2019.pdf
livret_education_hemocultures___2019.pdflivret_education_hemocultures___2019.pdf
livret_education_hemocultures___2019.pdf
 
Presse Medical 2010
Presse Medical 2010Presse Medical 2010
Presse Medical 2010
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
ETUDE RETROSPECTIVE DE L’APPENDICITE AIGUE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 1094 CA...
 
Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...
Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...
Obésité et chirurgie HPB? Quels risques? Quelles recommandations? Quelle pris...
 
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfarRecommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
 
Recommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarRecommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfar
 
Fiche tiac dsp
Fiche tiac dspFiche tiac dsp
Fiche tiac dsp
 
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
ETUDE DE LA CHOLECYSTITE AIGUE EN CHIRURGIE CHEZ L’ADULTE, A PROPOS DE 114 CA...
 
Le bon usage_des_antiseptiques_cclin
Le bon usage_des_antiseptiques_cclinLe bon usage_des_antiseptiques_cclin
Le bon usage_des_antiseptiques_cclin
 
Kcsoinsdesupportetnutrition
KcsoinsdesupportetnutritionKcsoinsdesupportetnutrition
Kcsoinsdesupportetnutrition
 

Analyse économique des traitements dans les Maladies Inflammatoires Choniques de l'Instestin (MICI)

  • 1. EVOLUTION DU COUT DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE DE CROHN Dr Didier MENNECIER HIA BEGIN - Service d’Hépato-Gastroentérologie
  • 2. NOTRE CHEMIN La maladie de Crohn : - Epidémiologie de la maladie en France - Clinique de la maladie - Les examens utilisés - Les traitements (évolution et exemple de patients) ! L’évaluation économique : une nécessité ! Les méthodes d'évaluation médico-économique : - L’analyse de minimisation des coûts (AMC) - L’analyse coût-efficacité (ACE) - L’analyse coût-bénéfice (ACB) - L’analyse coût-utilité (ACU) ! Comment réaliser une évaluation économique : - Identification des différents postes de dépense. - Quantification en unités physiques des ressources utilisées. - Valorisation monétaire des postes de dépenses. ! Les études médico-économiques réalisée dans les MICI : ! Conclusion
  • 4. La maladie de Crohn Epidémiologie De 1988 à 1999, l’incidence de la maladie de Crohn a augmenté de 27% dans le Nord-ouest dans la tranche d’âge 20-29 ans. Par extrapolation on peut estimer la prévalence de la maladie de Crohn à 100 pour 100 000 habitants et de 60 000 le nombre de personnes atteintes en France. ! En 2011 : incidence 8/10000 habitants / prévalence de 80 000 malades.
  • 5. La maladie de Crohn Clinique La maladie de Crohn est une Maladie Inflammatoire Chronique de l’Intestin (MICI), de cause inconnue, qui peut toucher n'importe quel segment du tube digestif, mais plus particulièrement le grêle terminal (ou iléon) et le colon. Elle va évoluer pendant toute la vie de manière imprévisible sous la forme de poussées entrecoupées de rémissions. Elle peut survenir à tout âge, mais un pic de fréquence est observé chez les adultes jeunes entre 20 et 30 ans.
  • 6. La maladie de Crohn Examens complémentaires Coloscopie avec une iléoscopie : permet de mettre en évidence les lésions. Examen proctologique : 30% à 50% des malades ont des atteintes périanales. Autres examens pratiqués : Entéro-scanner, transit baryté du grêle (sténose), vidéocapsule, IRM (lésions ano-périnéales), entéro-IRM (suivi évolutif).
  • 7. La maladie de Crohn Traitements avant 2000 Les corticoïdes : la Prednisone (Cortancyl®), la Prednisolone (Hydrocortancyl®, Solupred®), la Méthylprednisolone (Médrol®, Solu-Médrol®). ! Efficaces dans les poussées modérées à sévères de la maladie de Crohn (posologie de 1 mg/kg/jour). 3,10 euros la boite de 30 cp Risque d’une corticodépendance Risque de complication lors d’une prise > 2 mois (ostéoporose, atrophie cutané, infection...) Les immunosuppresseurs : 56% des patient sont traités actuellement par ces molécules. Efficaces pour prévenir les rechutes dans la maladie de Crohn. L'azathioprine (Imurel®, GSK) et la 6-mercaptopurine (Purinethol®, GSK) ! Risque d’apparition de maladie lymphomateuse si prescrit sur plusieurs années 30,53 euros la boite de 50 cp
  • 8. La maladie de Crohn Traitements après 2000 Le tumour-necrosis factor (TNF) est une cytokine pro-inflammatoire qui joue un rôle clé dans la pathogénie de la maladie de Crohn. ! Apparition au début des années 1990 de molécule Anti-TNF. ! Agissent en «amont» des corticoïdes et des immunosupresseurs classiques ! Permettent un sevrage des corticoïdes et une cicatrisation muqueuse endoscopique. !
  • 9. La maladie de Crohn Traitements après 2000 L’infliximab (Rémicade®, Schering Plough) est un anticorps monoclonal chimérique (chimère) c'est-à-dire qu’il est composés d’une chaîne constante humaine (75 % de la molécule) et de régions variables murines (25 % de la molécule). ! Après une perfusion, la molécule reste présente dans l’organisme pendant 2 à 3 mois c’est la raison pour laquelle une perfusion toutes les 8 semaines est réalisée en traitement d’entretien. ! ! Il est administré par voie intra-veineuse. ! ! 536 euros le flacon de 100 mg ! Le schéma d’administration est un traitement d’induction par perfusion de 5mg/kg tous les 15 jours pendant 6 semaines (soit 3 injections) puis un traitement d’entretien par perfusions de 5 mg/kg toutes les 8 semaines.
  • 10. La maladie de Crohn Traitements après 2000 L’adalimumab (Humira®, Abbott) est un anticorps monoclonal 100 % humain. ! La demi-vie moyenne est de 2 semaines ce qui explique le schéma d’administration avec une injection sous-cutanées toutes les 2 semaines. ! ! ! ! 1137,06 euros la boite de 2 ! ! ! Le schéma posologique d'induction recommandé est de 80 mg suivis de 40 mg, 15 jours après. Après le traitement d'induction, la posologie recommandée est une dose de 40 mg administrée toutes les 2 semaines.
  • 11. La maladie de Crohn Exemple de patients Romain, ! Maladie de Crohn découverte à l’âge de 16 ans en 1998. Plusieurs poussées traitées par corticothérapie de 1998 à 2002 (6 cures) Mise en place d’un traitement par imurel° en 2002 car apparition d’une corticodépendance Apparition d’une cholangite sclérosante en 2003 Apparition d’une atteinte périnéales en 2003 Apparition des tassements vertébraux multiples en 2004 (ostéoporose) ! Mise en place de Remicade en 2004 Sténoses du grêle en 2005 10 ans d’évolution Interventions chirurgicales (2005 et 2006) Nutrition sur grêle court en réanimation en 2007 ! Cachexie et infection sévère en 2008
  • 12. La maladie de Crohn Exemple de patients Ugur, ! Maladie de Crohn découverte à l’âge de 20 ans en 2001. Première poussée traitées par corticothérapie en 2001 (Aphtose, Uvéite) 8 jours d’hospitalisation ! Seconde poussée en 2008 avec atteinte périnéale. Corticothérapie pendant 8 semaines 8 jours d’hospitalisation ! 10 ans d’évolution Chirurgie (drainage abcès) : HDJ ! Mise en place de l’Humira° en 2008 : HDJ ! Suivi en consultation depuis...
  • 14. Evaluation économique Une nécessité La consommation médicale augmente / Budgets en réduction. ! Choix de priorités thérapeutiques : balance entre conséquences médicales et coût (coût généré et coût évité) -> Maîtrise dite médicalisée des dépenses de santé ! Ethique médicale individuelle : tout ce qui est disponible dans l’état actuel de l’art de la médecine doit être utilisé à l’individu. Ethique médicale collective : Répartition optimale des ressources pour assurer une équité de la population entière. ! Analyses médico-économiques : aide à la décision en positionnant une stratégie médicale par rapport à un seuil au-delà duquel les dépenses engagées par la collectivité seraient trop importantes par rapport à l’efficacité attendue.
  • 15. LES MÉTHODES D’EVALUATION MÉDICO-ÉCONOMIQUE
  • 16. Méthodes d’évaluation médico-économique. Quatre types d'études d'évaluation médico-économique. 1) L’analyse de minimisation des coûts (AMC) Analyse qui compare des coûts dans des situations identiques. On s’oriente vers le programme le moins coûteux pour une situation données. ! 2) L’analyse coût-bénéfice (ACB) Mesurent la volonté des patients à payer ou à accepter une option thérapeutique. ! 3) L’analyse coût-utilité (ACU) Les études analysant la survie et/ou la qualité de vie pour juger des résultats des effets d’un médicament. ! 4) L’analyse coût-efficacité (ACE) Analyse le coût d’une stratégie pour obtenir un effet exprimé en unités physiques (années de vie sauvées, jours d’incapacité évités…). Objectif efficacité médicale pour le moindre coût.
  • 17. Méthodes d’évaluation médico-économique. QALY ! Indicateur à deux dimensions qui combine la durée de vie (une année de vie supplémentaire gagnée) avec une pondération relative de la qualité de vie (physique et morale) associée à l’état de santé dans lequel se trouve l’individu au cours de cette période ! QALY = 1 (une année de vie supplémentaire en parfaite forme physique et morale) QALY = 0,6 (Handicap) QALY = 0 (mort) ! Le calcul des QALYs se fait en additionnant les années corrigées Exemple : un gain de 10 années de vie supplémentaires dans un état de santé situé à 0,5 vaut 10 × 0,5 = 5 QALYs ou 5 années de parfaite santé (5 × 1). ! Ce mode de calcul permet d’obtenir un indicateur synthétique qui rend compte de l’effet des soins à la fois sur la qualité de vie et sur la longévité.
  • 18. COMMENT RÉALISER UNE EVALUATION ÉCONOMIQUE ?
  • 19. Evaluation économique Principe Identification des différents postes de dépense : - coûts liés à l’utilisation de ressources du système de soins (consommations médicamenteuses, consultations et visites médicales, examens de laboratoires et explorations, hospitalisations, coût du traitement des effets secondaires…) ! - coûts entraînés dans d’autres secteurs que celui de la santé (administrations publiques : aides ménagères, soins à domicile) ! - coûts incombant au patient ou à sa famille (frais de transport pour se rendre à l’hôpital, dépenses d’aménagement pour la maison, temps à recevoir des soins …). ! On distingue : Les coûts directs : ressources consommées Les coûts indirects : pertes de productivité liées à la maladie (patient, entourage).
  • 20. Evaluation économique Principe Quantification en unités physiques des ressources utilisées. Etablissement hospitalier : ! Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information (PMSI) : Patient codé à sa sortie : - Son diagnostic : Classification Internationale des Maladies (CIM10), - Ses actes : Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM). ! Il va constituer un Séjour (facturable) Ce séjour va être mis dans un groupe de séjours : Groupes Homogènes de Malades (GHM) : séjours présentant une certaine homogénéité clinique et économique ! A chacun des GHM correspond un Groupe Homogène de Séjour auquel est affecté un tarif en euros
  • 23. Evaluation économique Principe Quantification en unités physiques des ressources utilisées. Consultations réalisées en ville : cotation des actes de la Nomenclature Générale des Actes Professionnels : NGAP (lettres clés et coefficients). ! Actes réalisés en ambulatoire : quantifiées en utilisant la cotation des actes de la CCAM ou la Nomenclature des Actes de Biologie Médicale : NABM (lettres clés et coefficients). ! Consommations médicamenteuses : quantifiées en utilisant la quantité journalière ou hebdomadaire, ou la quantité de la prescription pour des produits non journaliers. ! Transport sanitaire : quantifié en nombre d’aller-retour domicile-lieu de soin.
  • 24. Evaluation économique Principe Valorisation monétaire à partir des coûts ou des tarifs - Séjours en hospitalisation conventionnelle ou de jour : X euros (tarifs des GHS) ! - Consultations et actes techniques médicaux : X euros (tarifs SS) ! - Consommations médicamenteuses hospitalières : X euros (prix négocié entre l’industrie pharmaceutique et les pharmacies des hôpitaux, pour les molécules à usage hospitalier et figurant sur la liste des molécules onéreuses valorisées en sus du tarif accordé au GHS). ! - Consommations médicamenteuses en ambulatoire : X euros (prix marché) ! - Transport sanitaire : X euros (tarifs conventionnels d’ambulance).
  • 25. EVALUATION ECONOMIQUE DANS LA MALADIE DE CROHN REVUE BIBLIOGRAPHIQUE
  • 26. Revue bibliographique Coûts directs Le coût des hospitalisations et de la prise en charge chirurgicale représentait près de 80% du coût total de prise en charge de la maladie de Crohn, le coût des dépenses médicamenteuses environ 10% du coût total. ! Hay Jw, Hay Ar. Inflammatory bowel disease : medical cost algorithms. Journal Clinical Gastroenteroogyl. 1992;14(4):318-27. Hay Jw, Hay Ar. Inflammatory bowel disease: cost-of-illness. Journal Clinical Gastroenteroogyl. 1992;14(4):309-17. Feagan BG, Vreeland MG, Larson LR, Bala MV. Annual cost of care for Crohn’s disease : a payor perspective. American Journal Gastroenteroogyl. 2000;95:1955-60. ! ! Coûts élevés associés à la nutrition parentérale. Seulement 9,5 % des patients avaient besoin d’une nutrition parentérale, dont le coût représentait 27,1% des coûts totaux de la prise en charge hospitalière. ! Bernstein CN, Papineau N, Zajaczkowski J, Rawsthorne P, Okrusko G, Blanchard JF. Direct hospital costs for patients with inflammatory bowd disease in a Canadian tertiary care university hospital. American Jouranl Gastroenterology. 2000;95:677-83.
  • 27. Revue bibliographique Coûts directs Estimation des coûts directs réalisée de façon rétrospective sur une cohorte de patients du comté d’Olmsted dans le Minnesota atteints de la maladie de Crohn. Bien que la chirurgie et la convalescence ne représentent que 1% du temps dans l’évolution de la maladie, elles sont à l’origine de 44 % des coûts générés par la maladie. ! Silverstein MD, Loftus EV, Sandborn WJ, Tremaine WJ, Feagan BG, Nietert PJ, Harmsen WS, Zinsmeister AR.Clinical course and costs of care for Crohn’s disease : Markov model analysis of a population-based cohort. Gastroenterology. 1999;117:49-57. ! Coût des hospitalisations de la maladie de Crohn, analyse rétrospective des dossiers de 147 patients hospitalisés. La chirurgie représentait la majorité des hospitalisations, soit environ 40% du coût total des hospitalisations et 75% des charges et remboursements. ! Cohen RD, Larson LR, Roth JM, Becker RV, Mummert Ll. The cost of hospitalization in Crohn’s disease. American Journal Gastroenterology. 2000;95:524-30
  • 28. Perte de productivité des patients, 30 à 50% des patients présentant une maladie inflammatoire intestinale ont un arrêt de travail en rapport avec l’évolution de leur maladie par semestre. ! Boonen A, Dagnelie PC, Feleus A, Hesselink MA, Muris JW, Stockbrugger RW, Russel MG. The impact of inflammtory bowel disease on labor force participation : results of a population sampled case control study. Inflamatory Bowell Diseasee 2002;8:382-9. Longobardi T, Jacobs P, Wu L, Bernstein CN. Work losses related to inflammatory bowel disease in Canada : results from a National Population Health Survey. American Journal Gastroenterology. 2003;98:844-849. Longobardi T, Jacobs P, Bernstein CN. Work losses related to inflammatory bowel disease in the United States : results from the National Health Interview Survey. American Journal Gastroenterology. 2003;98:1064-72. ! ! Dans le cas des patients atteints de maladie de Crohn il existe une perte de salaire médiane sur 6 mois de 299 £ (351 €). ! Bassi A, Dodd S, Williamson P, Bodger K. Cost of illness of inflammatory bowel disease in the UK : a single centre retrospective study. Gut. 2004;53:1471-1478. ! Revue bibliographique Coûts indirects
  • 29. Revue bibliographique Coûts indirects En prenant en compte les arrêts de travail, mais aussi la non-participation au marché du travail de la population active. En Espagne on estime un montant annuel lié aux coûts indirects de 7605 € par patient et par an. ! Juan J, Estiarte R, Colome E, et al. Burden of illness of Crohn’s disease in Spain. Dig Liver Dis 2003;35:853-61. !!! En prenant en compte : arrêt maladie et retraite précoce. En Suède, les coûts indirects représentaient près de 70% du coût total, dont 47% pour les arrêts maladie et 43% pour les retraites précoces. ! Cohen Rd. IBD indirect costs : the sleeping giant ? Gastroenterology. 2003;125:982-4.
  • 30. Revue bibliographique Analyse Etudes < 2001 avant l’apparition des nouvelles molécules ! Intérêt ! Diminuer les coût directs : - Diminuer le délais d’hospitalisation des patients - Eviter la chirurgie - Eviter la dénutrition ! Diminuer les coût indirects : - Diminuer les arrêts de travail - Améliorer la qualité de vie
  • 31. Revue bibliographique Anti-TNF Sur 10 années de suivi des prescriptions médicamenteuses, leurs coûts et effets secondaires en Suède. Le coût moyen des dépenses médicamenteuses par patient atteint d’une maladie de Crohn s’élevait seulement à 470 $ (343 €) par an. ! Blomqvist P, Feltelius N, Lofberg R, Ekbom A. A 10 years survey of inflammatory bowel diseases-drug therapy, costs and adverse reactions. Alimentary pharmacology & therapeutics. 2001;15:475-81. Les coûts médicaux augmentent ! ! Les estimations annuelles des coûts médicaux directs se situent entre 2 898 et 4.947,75 € par patient pris en charge en Europe. ! Bassi A, Dodd S, Williamson P, Bodger K. Cost of illness of inflammatory bowel disease in the UK : a single centre retrospective study. Gut. 2004;53:1471-1478. Stark R, Konig Hh, Leidl R. Costs f inflammatory bowel disease in Germany. Pharmacoeconomics. 2006;24(8):797-814. Odes S, Vardi H, Friger M, Wolters F, Russel MG, Riis L, Munkholm P, Politi P, Tsianos E, Clofent J, Vermeire S, Monteiro E, Mouzas I, Fornaciari G, Sijbrandij J, Limonard C, Van Zeijl G, O'morain C, Moum B, Vatn M, Stockbrugger R; European Collaborative Study on Inflammatory Bowel Disease. Cost analysis and cost determinants in a European inflammatory bowel disease inception cohort with 10 years of follow-up evaluation. Gastroenterology. 2006;131:719-728. Ebinger M, Leidl R, Thomas S, et al. Costs of outpatient care in patients with inflammatory bowel disease in a German University hospital. J Gastroenterol Hepatol 2004;19:192-9. Juan J, Estiarte R, Colome E, et al. Burden of illness of Crohn’s disease in Spain. Dig Liver Dis 2003;35:853-61.
  • 32. Revue bibliographique Anti-TNF Une étude menée dans un hôpital espagnol a évalué l’impact de l’introduction de l’Infliximab sur les coûts hospitaliers chez 34 patients atteints de MC sur une période de 1 an avant l’introduction de l’Infliximab et sur une période de 1 an après l’introduction. ! Avant Remicade° - Hospitalisations : 62.4% des coûts totaux annuels - Chirurgie : 3.1% des coûts totaux annuels ! Après Remicade°. - Hospitalisations : 6.4% des coûts totaux annuels - Chirurgie : 0.8% des coûts totaux annuels - Remicade et son administration représentait 75.5% des coûts. ! Infliximab est un traitement efficace pour réduire les séjours hospitaliers mais qu’il augmente le coût global. ! Saro C, De La Coba C, Casado MA, Morales JM, Otero B. Resource use in patients with Crohn’s disease treated with infliximab. Aliment Pharmacol Ther 2007; 26:1313-23.
  • 33. Revue bibliographique Anti-TNF Une étude française de type coût-utilité s’est intéressé à la comparaison respectivement de deux stratégies de traitement par Remicade® en utilisant le modèle de Markov. ! - Injection au moment des rechutes. - Injections systématiques toutes les 8 semaines. ! ! ! ! ! Stratégie de traitement épisodique par Remicade® : 63 700 € / QALY. Stratégie de traitement systématique par Remicade® : 784 057 € /QALY. ! Jaisson-Hot I, Flourie B, Descos L, Colin C. Management for severe Crohn’s disease : a lifetime cost-utility analysis. International journal of technology assessment in health care. 2004;20(3):274-9.
  • 34. Revue bibliographique Anti-TNF Etude Américaine : Comparaison d'un traitement d'entretien Humira° 40 mg/2 s vs Remicade 5 mg/kg/ 8 s ! Les coûts des molécules, des hospitalisations et autres frais médicaux analysées sur une période de 56 semaines. ! Résultats: Les patients Humira° (rémission de 47,2%) vs Remicade et (rémission de 37,1%) Admissions à l'hôpital : Humira° 34 % vs Remicade 40% ! Les patients traités par Humira° 3.543 €/QALY vs Remicade 4.935 €/ QALY ! Andrew P. Yu, Scott Johnson, Si-Tien Wang, Pavel Atanasov, Jackson Tang, Eric Wu, Jingdong Chao, Parvez M. Mulani. Cost Utility of Adalimumab versus Infliximab Maintenance Therapies in the United States for Moderately to Severely Active Crohn's Disease. Pharmacoeconomics 2009;27:609-621
  • 35. Revue bibliographique Anti-TNF Etude Anglaise : modèle de Markov utilisé sur des cohortes de patients (ACCENT 1 pour Remicade et CHARM pour l’Humira°) ! Comparaison d'un traitement d'entretien Humira° 40 mg/2 s ou Remicade 5 mg/kg/ 8 s vs traitement standard (sans biothérapie) Evolution : réponse complète, partielle, non-réponse, la chirurgie et la mort ! Résultats: Les ratios coût-efficacité par rapport au traitement standard pour 1 an de traitement par Humira° 8 460 €/QALY vs Remicade 22 415 €/QALY gagnée, ! Traitement à vie : les soins standards reviennent plus cher et le fait d’utiliser une période > d’au moins 4 ans fait apparaître un bénéfice à utiliser les biothérapies ! Bodger K, Kikuchi T, Hughes D. Cost-effectiveness of biological therapy for Crohn's disease: Markov cohort analyses incorporating United Kingdom patient-level cost data. Aliment Pharmacol Ther. 2009;30(3):265-74.
  • 36. CONCLUSION Analyse médico-économique Actuellement très mal comprise par les cliniciens qui opposent leur éthique médicale individuelle à l’éthique médicale collective. ! En regardant les thérapeutiques cancéreuses : innovation qui permet d'améliorer l’efficacité mais qui entraîne des surcoûts (investissement...) -> Ratio coût-efficacité diminue : 20 000 à 50 000 € par QALY ! Proposition d’un seuil en Grande-Bretagne de 23000 à 34000 € par QALY au-delà duquel pas de prise en charge... ! ! OMS : considère comme coût-efficace toute intervention dont le coût marginal ne dépasse pas 3 fois le PIB par tête (France : 100 000 €)
  • 37. Pour en savoir plus...