SlideShare une entreprise Scribd logo
Afterwork ActuariaCnam
Présentation du mémoire
CNAM – Institut des Actuaires
de David GUETTA
Le système de Taux de Cessions Internes
du Groupe Banque Populaire
24 avril 2015
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20152 -
Le parcours jusqu’à la soutenance du mémoire CNAM-IA
Pour atteindre le titre d’actuaire CNAM-IA, il faut réussir à :
 Trouver un sujet et un « tuteur » (professeur, professionnel, actuaire),
 Le faire valider par un membre du jury,
 Articuler les travaux du mémoire avec les vies professionnelles et personnelles.
Cela représente l’aboutissement de plusieurs années de travail :
 Sept 2002 – Sept 2004 : DESS de Finance de Marché & Gestion de Capitaux du CNAM – ESSEC
 Sept 2004 – Juin 2005 : Validation des certificats du Master d’Actuariat
 Avril 2006 : Mobilité professionnelle du GAP Trésorerie de la CASDEN vers le GAP Groupe de la
BFBP
 S2 2006 : Mise en place des lois d’écoulements des produits non échéancés
 Eté 2007 : Début des travaux sur les TCI
 S1 2008 : Mission de la CB
 S2 2008 – S1 2009 : Amélioration et complétude du système de TCI
 Juillet 2009 :
• Groupe de place sur les TCI à l’initiative de la CB
• Achèvement de la rédaction du référentiel TCI du GBP et validation par le GBP
• Remise d’une v1 de mon mémoire à MF concentrée sur mes travaux
 Novembre 2009 : Demande de compléments de MF sur le cadre
 Avril 2010 : Remise de la version complétée de mon mémoire
 Juin 2010 : Remise de la version finale de mon mémoire
 Juillet 2010 : Soutenance du mémoire devant le jury de l’IA
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20153 -
Un business modèle des banques de détail françaises
Le business modèle des banques de détail françaises est
marqué par deux caractéristiques :
• La péréquation : Elles sous tarifient certains produits
considérés comme fidélisant le client (le crédit immobilier
essentiellement) en espérant l’équiper en produits plus
rémunérateurs (dépôts à vue non rémunérés, crédits
consommation mieux margés, divers services…).
• La transformation : Elles refinancent leurs emplois longs par
des ressources clientèles ou financières de maturités plus
courtes ou indexées sur des taux courts. En général, la courbe
des taux est croissante, et la transformation génère de la
marge d’intérêt.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20154 -
Qui nécessite une gestion rigoureuse des risques
• La péréquation : Dans un contexte très concurrentiel, ce
système requière une mesure précise du coût de revient des
produits et d’identifier et valider rigoureusement les
hypothèses commerciales. Sans cela, la pratique de la
péréquation serait empirique et potentiellement dangereuse.
• La transformation : En transformant les caractéristiques des
emplois et des ressources en terme de durée, taux ou devise,
les banques réalisent une grande partie de leurs gains, mais
s’exposent également aux risques de fluctuation des taux
d’intérêt et de coûts de liquidité.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20155 -
Qui implique un indicateur équitable et précis : le TCI
La pratique de la transformation amène les questions suivantes :
• A qui imputer les gains réalisés : au commercial qui a distribué
le crédit ou au financier qui a levé les ressources ?
• A qui affecter les risques pris, autrement dit qui doit supporter
les pertes éventuelles : le commercial ou le financier ?
Pour répondre à ces questions, il faut être capable de distinguer
les risques commerciaux des risques financiers, d’isoler chaque
risque dans sa sphère respective.
Cela implique la mise en place d’un système d’indicateurs
équitable et précis au centre de la relation entre les unités
commerciales et financières.
Ce système constitue un élément fondamental de la mesure du
coût de revient.
Cet indicateur est le Taux de cession interne (TCI).
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20156 -
Une définition du TCI
Le TCI permet de répartir la marge d’intérêt de la banque entre :
• la marge d’intermédiation pure affectée aux commerciaux, fixe
(ou quasi fixe) depuis l’octroi du produit jusqu’à son échéance et
immunisée contre les fluctuations des taux d’intérêts et des coûts
de liquidité,
• et la marge de transformation (ou ALM) affectée aux financiers
qui correspond aux gains ou pertes résultant de la gestion du
risque de taux d’intérêt et de liquidité par l’unité financière (le
GAP).
Le TCI pour les emplois représente un coût de refinancement,
alors que le TCI pour les ressources représente un produit de
placement.
Le TCI est un retraitement analytique qui permet de mesurer une
rentabilité produit et/ou client et ne modifie en rien les résultats
comptables. C’est un outil important de pilotage de la banque.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20157 -
Mon sujet
Au sein du GAP de la BFBP, l’organe central du Groupe Banque
Populaire, mon sujet a consisté dans la mise en place du système
complet de Taux de cessions internes du Groupe :
• l’élaboration de toute la méthodologie,
• la proposition et l’argumentation des choix,
• la mise au point des outils de calcul et leur sophistication
croissante,
• la production récurrente des TCI à des fins opérationnelles.
Ceci d’une manière industrielle et sur la totalité des encours
clientèle du Groupe, soit 130 G€ à l’actif et 100 G€ au passif.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20158 -
La problématique des écoulements
Tant pour la gestion des risques que pour le calcul stricto sensu
des TCI, l’une des problématiques de base consiste à
appréhender l’évolution (ou « l’écoulement ») des encours de
tous les produits du bilan et du hors bilan.
Nous distinguons principalement
• les produits échéancés pour lesquels il existe une date de fin
contractuelle du produit (CDN, DAT, crédits)
• et les produits non échéancés pour lesquels aucune date de fin
contractuelle du produit n’est spécifiée et qui sont principalement
des produits d’épargne clientèle au passif de la banque (les
dépôts à vue, les livrets, les CEL, les PEL...).
L’écoulement peut également être modifié par la présence
d’options (de RA sur les crédits, de versements sur les PEL…).
Mon mémoire est structuré par type d’écoulement des produits.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20159 -
Les produits étudiés
1. Les produits échéancés :
crédits échéancés à taux fixe, à taux variable non capés, à
taux variable capés
2. Les produits à écoulement statistique :
PEL et PEL MM
3. Les produits écoulés selon une loi flux conventionnelle :
Fonds Propres, DAV TF (créditeurs), DAV TV (débiteurs),
Livrets, CEL
4. Les produits écoulés simplement :
Créances CT, Epargne MCT, CDN, crédits relais, crédits
revolving, PEP
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201510 -
Un système mis en production de manière industrielle
Pour le calcul des TCI et le paramétrage du CEG,
• les produits clientèle ont été segmentés en 423 classes (selon le
produit, l’index, la maturité),
• et certains paramètres de calculs (RA, stratification des stocks
de collecte non échéancée, mixte de refinancement) sont
individualisés pour chacun des 28 établissements du Groupe.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201511 -
Les difficultés rencontrées
Ce sujet m’a confronté à des difficultés de diverses natures :
• Bien comprendre les produits clientèles, leurs caractéristiques
et modélisations pour parvenir à répliquer la structure de leurs
flux (PEL) et index (Livrets A). De ce point de vue, le cas du
Livret A est celui qui m’a demandé le plus d’innovation, et le cas
du CEL celui qui combine le plus de complexité (la composante
TLA et celle taux fixe 0%).
• Argumenter des choix et parvenir à un consensus (cf.
convention de liquidité), consensus à divers niveaux : entre le
« spécialiste » du GAP BFBP et les directions financières des
Banques, entre les directions financières de toutes les BP, entre
les financiers et les commerciaux.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201512 -
Les difficultés rencontrées
• Expliquer une problématique relativement complexe de manière
adaptée à des interlocuteurs hétérogènes. En effet, la
compréhension et l’adhésion des différents acteurs sont cruciales
pour que le système soit effectivement utilisé par les
commerciaux et de manière pertinente.
• Développer et implémenter une solution industrielle, et assurer
la production récurrente du calcul des TCI, soit 20 fichiers de 423
lignes une fois par mois pour le CEG, et 28 fichiers contenants
3180 TCI pour l’animation commerciale une fois par semaine.
• Etre conscient des impacts de toute erreur ou changement de
méthode en terme d’analyse et de pilotage car le périmètre porte
sur la totalité des encours clientèle du Groupe, soit 130 G€ à
l’actif et 100 G€ au passif.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201513 -
Des axes d’amélioration
Certains produits (les crédits à taux variables capés et les CDN)
sont susceptibles de connaître une précision de leurs TCI à
condition que certaines caractéristiques (strike, date d’émission,
maturité) deviennent disponibles dans le CEG.
Pour d’autres produits (les DAV, les Livrets, les CEL, les prêts
relais, les Revolving, et les PEP), une voie d’amélioration
résulterait de la substitution des conventions d’écoulements par
des lois statistiques à l’instar de ce qui a été réalisé pour les PEL.
Cela nécessite des travaux préalables de modélisation
statistiques. Ceux-ci sont à l’ordre du jour de mon équipe. Au
final, cela se traduira par de nouvelles valeurs de TCI pour les
produits concernés, et posera la question de la reprise totale ou
partielle de l’historique de TCI pour permettre la comparaison des
résultats sur le stock et la production nouvelle.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201514 -
Ce qu’un système de TCI permet
Après avoir mis en place le système de TCI, nous avons
commencé à étudier la péréquation au 2nd semestre 2009. Nos
premiers travaux ont porté sur une péréquation par produits. Vu
les risques liés à une péréquation mal maîtrisée, nous avons
privilégié la péréquation latérale qui est suffisamment complexe à
mettre en œuvre et à bien s’approprier.
Nous avons mis au point un prototype et simulé (backtesté) un
exercice de péréquation sur le passé. Les résultats montrent que
ce système de compensation analytique entre bonifications et
sur-tarifications peut fonctionner, et confirment que le suivi de la
péréquation doit être rigoureux pour éviter toute dérive. Cela
permet d’envisager de déployer un tel système, sachant qu’une
solution industrielle signifierait un chantier important.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201515 -
Ce qu’un système de TCI permet
Nous avons pu montrer qu’un système de TCI rigoureux permet
de mettre en évidence les coûts de revient, d’identifier les
sources de perte et de profit. Son utilisation aurait à priori un
effet autorégulateur.
Nous avons vu à ce propos que la Commission bancaire est
attentive à une gestion rigoureuse des risques et une correcte
tarification des produits bancaires.
Rappelons nous également que le crédit bancaire est un canal de
transmission important de la politique monétaire de la Banque
Centrale aux agents économiques (ménages ou entreprises) qui
n’ont pas directement accès aux marchés financiers.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201516 -
Il faut néanmoins demeurer prudent dans l’utilisation des TCI
• Si une banque est seule à tarifer strictement au-dessus des TCI, ses
clients iront très probablement chez les concurrents moins chers.
• Si l’ensemble des groupes bancaires tarifie les crédits au-dessus des
TCI, cela augmenterait la charge des ménages (et/ou des entreprises) et
freinerait la croissance via une réduction de l’investissement et de la
consommation.
• Une autre conséquence possible d’une tarification correcte des crédits
serait une réduction des commissions, ce qui bénéficierait aux clients.
• La concurrence entre banques pourrait se déplacer des crédits
immobiliers vers la rémunération de l’épargne donnant lieu à une
« guerre des passifs » i.e. une surenchère sur les taux de rémunération
servis aux clients. Dans les années 1990, en Belgique et en Espagne,
aucun réseau n'était sorti gagnant de cette compétition. Ni les banques
françaises ni la CB ne souhaitent une telle compétition exacerbée
destructrice pour les marges.
Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201517 -
• Un autre comportement potentiellement dangereux serait d’inciter les
ménages à emprunter à taux variable. A court terme, cela bénéficierait
aux banques parce que ces produits sont mieux margés que les crédits à
taux fixe. Mais à long terme, cela représente un risque significatif
puisque cela revient à faire porter le risque de taux d’intérêt par le
client, au lieu que ce soit le GAP de la banque qui le gère. En cas de
hausse des taux, les mensualités et/ou la durée du crédit
augmenteraient.
En France, la réglementation protège les ménages et les échéances et
maturité des crédits sont contractuellement plafonnées. Le risque est
donc limité pour les clients, mais peut néanmoins les gêner
considérablement.
Aux USA, ce n’était pas le cas, ce qui s’est traduit par le défaut de
certains emprunteurs les plus fragiles (subprime), occasionnant des
pertes pour les créanciers, diffusées dans l’ensemble du système
financier via un développement abusif des dérivés de crédit, et se
développant en crise majeure de 2007-2009.
Il faut néanmoins demeurer prudent dans l’utilisation des TCI

Contenu connexe

Tendances

La maitrise des risques du crédit bancaire (1)
La maitrise des risques du crédit bancaire (1)La maitrise des risques du crédit bancaire (1)
La maitrise des risques du crédit bancaire (1)
Intissar Abada
 
Exercices economie bancaire
Exercices economie bancaireExercices economie bancaire
Exercices economie bancaire
Bader Akarkoune
 
Les techniques de couvertures internes contre le risque de change
Les techniques de couvertures internes contre le risque de changeLes techniques de couvertures internes contre le risque de change
Les techniques de couvertures internes contre le risque de change
Lotfi TALEB, ESSECT
 
Le risque de taux et la gestion Actif/Passif
Le risque de taux et la gestion Actif/PassifLe risque de taux et la gestion Actif/Passif
Le risque de taux et la gestion Actif/Passif
youness chougrani
 
Fiche 1 l'entreprise bancaire
Fiche  1     l'entreprise  bancaireFiche  1     l'entreprise  bancaire
Fiche 1 l'entreprise bancaire
Halim ARROUDJ
 
Master CCA : Cas de synthèse n 1
Master CCA : Cas de synthèse n 1Master CCA : Cas de synthèse n 1
Master CCA : Cas de synthèse n 1
Lotfi TALEB, ESSECT
 
Limpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennes
Limpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennesLimpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennes
Limpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennes
Jamaity
 
[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii
[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii
[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii
onepoint x weave
 
Soutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque creditSoutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque credit
Zouhair Aitelhaj
 
Introduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesIntroduction gestion des risques
Introduction gestion des risques
Jérémy Morvan
 
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
OmarMOUMINI
 
Cours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risquesCours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risques
Rémi Bachelet
 
Rapport montage financier - Cas de la titrisation -
Rapport montage financier - Cas de la titrisation - Rapport montage financier - Cas de la titrisation -
Rapport montage financier - Cas de la titrisation -
BEL MRHAR Mohamed Amine
 
Rapport de stage rma
Rapport de stage rma  Rapport de stage rma
Rapport de stage rma
Khaoula Khawla
 
Mémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdf
Mémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdfMémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdf
Mémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdf
saif713497
 
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIPFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
Añas El'Mezabi
 
Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...
Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...
Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...
Youcef Benchicou
 
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMarché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMaha Amer
 
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Rémi BONJOUR
 

Tendances (20)

La maitrise des risques du crédit bancaire (1)
La maitrise des risques du crédit bancaire (1)La maitrise des risques du crédit bancaire (1)
La maitrise des risques du crédit bancaire (1)
 
Exercices economie bancaire
Exercices economie bancaireExercices economie bancaire
Exercices economie bancaire
 
Les techniques de couvertures internes contre le risque de change
Les techniques de couvertures internes contre le risque de changeLes techniques de couvertures internes contre le risque de change
Les techniques de couvertures internes contre le risque de change
 
Le risque de taux et la gestion Actif/Passif
Le risque de taux et la gestion Actif/PassifLe risque de taux et la gestion Actif/Passif
Le risque de taux et la gestion Actif/Passif
 
Fiche 1 l'entreprise bancaire
Fiche  1     l'entreprise  bancaireFiche  1     l'entreprise  bancaire
Fiche 1 l'entreprise bancaire
 
Master CCA : Cas de synthèse n 1
Master CCA : Cas de synthèse n 1Master CCA : Cas de synthèse n 1
Master CCA : Cas de synthèse n 1
 
Marche de change
Marche de changeMarche de change
Marche de change
 
Limpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennes
Limpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennesLimpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennes
Limpact du covid-19 sur les entreprises tunisiennes
 
[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii
[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii
[Gestion des risques et conformite] de bale ii à bale iii
 
Soutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque creditSoutenance gestion du risque credit
Soutenance gestion du risque credit
 
Introduction gestion des risques
Introduction gestion des risquesIntroduction gestion des risques
Introduction gestion des risques
 
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
 
Cours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risquesCours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risques
 
Rapport montage financier - Cas de la titrisation -
Rapport montage financier - Cas de la titrisation - Rapport montage financier - Cas de la titrisation -
Rapport montage financier - Cas de la titrisation -
 
Rapport de stage rma
Rapport de stage rma  Rapport de stage rma
Rapport de stage rma
 
Mémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdf
Mémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdfMémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdf
Mémento - Analyse financière-7 by Grandguillot .pdf
 
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE IIIPFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
PFE-OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE BANCAIRE SOUS CONTRAINTES DE BALE III
 
Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...
Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...
Rapport de stage - La Value-at-Risk ou la quantification du risque de marché ...
 
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CTMarché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
Marché monetaire marocain et possiblités de financement à CT
 
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
Pilotage du ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio)
 

En vedette

L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...
L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...
L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...mohamed araar
 
Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...
Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...
Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...Andres Coronado
 
Funds Transfer Pricing
Funds Transfer PricingFunds Transfer Pricing
Funds Transfer Pricing
Thinksoft Global
 
Final Mutual Fund
Final Mutual FundFinal Mutual Fund
Final Mutual Fund
Kapil Israni
 
Fund Transfer Pricing
Fund Transfer PricingFund Transfer Pricing
Fund Transfer Pricing
David Buyck
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)
mejdida
 
Certificat communication sur le web serge
Certificat communication sur le web sergeCertificat communication sur le web serge
Certificat communication sur le web sergeMélanie Lalieu
 
Fiche technique filière ouate de cellulose
Fiche technique filière ouate de celluloseFiche technique filière ouate de cellulose
Fiche technique filière ouate de cellulose
libnam
 
Isthmus 2011 dia3
Isthmus 2011 dia3Isthmus 2011 dia3
Isthmus 2011 dia3
R. Sosa
 
Aventura de internacionalizacion
Aventura de internacionalizacionAventura de internacionalizacion
Aventura de internacionalizacion
JOHN JAIRO GIL TOLEDO
 
Rapport annuel 2012-2013
Rapport annuel 2012-2013Rapport annuel 2012-2013
Rapport annuel 2012-2013
Ressources Entreprises
 
Cahier spécial 20 ans
Cahier spécial 20 ans Cahier spécial 20 ans
Cahier spécial 20 ans
Ressources Entreprises
 
Hacia una superacion de la fractura tecnico politica - Chubut
Hacia una superacion de la fractura tecnico politica - ChubutHacia una superacion de la fractura tecnico politica - Chubut
Hacia una superacion de la fractura tecnico politica - Chubut
Fundación CiGob
 
A+ course
A+ courseA+ course
A+ coursebaluja
 
Pandora2
Pandora2Pandora2
Home Institut Paris Presentation (French Version)
Home Institut Paris Presentation (French Version)Home Institut Paris Presentation (French Version)
Home Institut Paris Presentation (French Version)Bruno Torre
 
Realite augemente
Realite augementeRealite augemente
Realite augementerazavi1234
 
Señaletica
SeñaleticaSeñaletica
Señaletica
Gerald Jauregui
 

En vedette (20)

L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...
L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...
L’impact des dispositifs de surveillance et de l'environnement institutionnel...
 
Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...
Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...
Soutenance - Anticipation et gestion du risque numérique : Proposition d’un g...
 
Funds Transfer Pricing
Funds Transfer PricingFunds Transfer Pricing
Funds Transfer Pricing
 
Final Mutual Fund
Final Mutual FundFinal Mutual Fund
Final Mutual Fund
 
Fund Transfer Pricing
Fund Transfer PricingFund Transfer Pricing
Fund Transfer Pricing
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)
 
Certificat communication sur le web serge
Certificat communication sur le web sergeCertificat communication sur le web serge
Certificat communication sur le web serge
 
Fiche technique filière ouate de cellulose
Fiche technique filière ouate de celluloseFiche technique filière ouate de cellulose
Fiche technique filière ouate de cellulose
 
Isthmus 2011 dia3
Isthmus 2011 dia3Isthmus 2011 dia3
Isthmus 2011 dia3
 
Aventura de internacionalizacion
Aventura de internacionalizacionAventura de internacionalizacion
Aventura de internacionalizacion
 
Rapport annuel 2012-2013
Rapport annuel 2012-2013Rapport annuel 2012-2013
Rapport annuel 2012-2013
 
Cahier spécial 20 ans
Cahier spécial 20 ans Cahier spécial 20 ans
Cahier spécial 20 ans
 
Hacia una superacion de la fractura tecnico politica - Chubut
Hacia una superacion de la fractura tecnico politica - ChubutHacia una superacion de la fractura tecnico politica - Chubut
Hacia una superacion de la fractura tecnico politica - Chubut
 
A+ course
A+ courseA+ course
A+ course
 
Presoners del mar
Presoners del marPresoners del mar
Presoners del mar
 
Pandora2
Pandora2Pandora2
Pandora2
 
Home Institut Paris Presentation (French Version)
Home Institut Paris Presentation (French Version)Home Institut Paris Presentation (French Version)
Home Institut Paris Presentation (French Version)
 
Realite augemente
Realite augementeRealite augemente
Realite augemente
 
Catalogue praeventio avril 2014
Catalogue praeventio avril 2014Catalogue praeventio avril 2014
Catalogue praeventio avril 2014
 
Señaletica
SeñaleticaSeñaletica
Señaletica
 

Similaire à Mémoire David Guetta : Le système des taux de cessions internes du groupe Banque Populaire

Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017
CNCC Formation
 
Présentation Tuillet Corporate
Présentation Tuillet CorporatePrésentation Tuillet Corporate
Présentation Tuillet Corporate
Tuilletcorporate
 
Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...
Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...
Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...
Alban Jarry
 
Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?
Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?
Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?
Wavestone
 
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - ExtractSia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Matthieu MENGEL
 
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Abdellatif Jim
 
deloitte_directive-distribution-assurances.pdf
deloitte_directive-distribution-assurances.pdfdeloitte_directive-distribution-assurances.pdf
deloitte_directive-distribution-assurances.pdf
marinier2
 
Citwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshare
Citwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshareCitwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshare
Citwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshare
CITWELL
 
Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012
Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012
Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012Altime Associates
 
Conference Bi Sam symposium paris : les nouvelles attentes des investisseurs...
Conference Bi Sam symposium paris :  les nouvelles attentes des investisseurs...Conference Bi Sam symposium paris :  les nouvelles attentes des investisseurs...
Conference Bi Sam symposium paris : les nouvelles attentes des investisseurs...
Alban Jarry
 
Customer LifeTime Value en assurance
Customer LifeTime Value en assuranceCustomer LifeTime Value en assurance
Customer LifeTime Value en assurance
Insurance_Marketing
 
COMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFC
COMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFCCOMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFC
COMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFC
KingNibba
 
Tableau de bord
Tableau de bordTableau de bord
Tableau de bordMa Ac
 
Presentation Actuelia cabient de conseil en actuariat
Presentation Actuelia cabient de conseil en actuariatPresentation Actuelia cabient de conseil en actuariat
Presentation Actuelia cabient de conseil en actuariat
Alban Jarry
 
Compta analyt cours exercices
Compta analyt cours exercicesCompta analyt cours exercices
Compta analyt cours exercicesGEANT_ATLAS
 
Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...
Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...
Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...
Alban Jarry
 
Cours tableau de bord CG
Cours tableau de bord CGCours tableau de bord CG
Cours tableau de bord CG
Tidiane BÂ
 
20151109 people's lab presentation full
20151109 people's lab presentation full20151109 people's lab presentation full
20151109 people's lab presentation full
Yann Le Floch
 
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & FinancièreWebinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
David Leclercq
 

Similaire à Mémoire David Guetta : Le système des taux de cessions internes du groupe Banque Populaire (20)

Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017Pour aller plus loin journee pe 2017
Pour aller plus loin journee pe 2017
 
Présentation Tuillet Corporate
Présentation Tuillet CorporatePrésentation Tuillet Corporate
Présentation Tuillet Corporate
 
Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...
Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...
Conference Forum GI - Comment satisfaire les exigences réglementaires et opti...
 
Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?
Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?
Bank Insight n°2 - MIF2 : contrainte ou opportunité ?
 
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - ExtractSia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
Sia Partners - Loi Pacte enjeux opérationnels - Extract
 
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
Comptaanalytcoursexercices 140210054838-phpapp02
 
deloitte_directive-distribution-assurances.pdf
deloitte_directive-distribution-assurances.pdfdeloitte_directive-distribution-assurances.pdf
deloitte_directive-distribution-assurances.pdf
 
Citwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshare
Citwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshareCitwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshare
Citwell Présentation Back_to_Basics_session#1_gestion_assortiments_v_slideshare
 
Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012
Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012
Altime Associates Newsletter Finances Mars 2012
 
Conference Bi Sam symposium paris : les nouvelles attentes des investisseurs...
Conference Bi Sam symposium paris :  les nouvelles attentes des investisseurs...Conference Bi Sam symposium paris :  les nouvelles attentes des investisseurs...
Conference Bi Sam symposium paris : les nouvelles attentes des investisseurs...
 
Customer LifeTime Value en assurance
Customer LifeTime Value en assuranceCustomer LifeTime Value en assurance
Customer LifeTime Value en assurance
 
COMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFC
COMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFCCOMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFC
COMPTA APPROFONDIE/ DES SOCIETES TSFC
 
Tableau de bord
Tableau de bordTableau de bord
Tableau de bord
 
Presentation Actuelia cabient de conseil en actuariat
Presentation Actuelia cabient de conseil en actuariatPresentation Actuelia cabient de conseil en actuariat
Presentation Actuelia cabient de conseil en actuariat
 
Compta analyt cours exercices
Compta analyt cours exercicesCompta analyt cours exercices
Compta analyt cours exercices
 
Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...
Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...
Conference Forum GI - Besoins des mutuelles et des IP en matière de stratégie...
 
Cours tableau de bord CG
Cours tableau de bord CGCours tableau de bord CG
Cours tableau de bord CG
 
P8 9 chap8
P8 9 chap8P8 9 chap8
P8 9 chap8
 
20151109 people's lab presentation full
20151109 people's lab presentation full20151109 people's lab presentation full
20151109 people's lab presentation full
 
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & FinancièreWebinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
Webinar performance Performance de la Direction Administrative & Financière
 

Dernier

SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
Moukagni Evrard
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
BenotGeorges3
 
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupeCours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Yuma91
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Formation
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
cristionobedi
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
IES Turina/Rodrigo/Itaca/Palomeras
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
GiselaAlves15
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
mrelmejri
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
WarlockeTamagafk
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
Txaruka
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Oscar Smith
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
bangalykaba146
 
Système de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amineSystème de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amine
sewawillis
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
frizzole
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
MelDjobo
 

Dernier (15)

SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
 
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupeCours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
Cours de conjugaison des verbes du premier, deuxième et troisième groupe
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
 
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
Formation Intelligence Artificielle pour dirigeants- IT6-DIGITALIX 24_opt OK_...
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
 
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
Impact des Critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) sur les...
 
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdfEdito-B1-francais Manuel to learning.pdf
Edito-B1-francais Manuel to learning.pdf
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
 
Système de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amineSystème de gestion des fichiers de amine
Système de gestion des fichiers de amine
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
 

Mémoire David Guetta : Le système des taux de cessions internes du groupe Banque Populaire

  • 1. Afterwork ActuariaCnam Présentation du mémoire CNAM – Institut des Actuaires de David GUETTA Le système de Taux de Cessions Internes du Groupe Banque Populaire 24 avril 2015
  • 2. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20152 - Le parcours jusqu’à la soutenance du mémoire CNAM-IA Pour atteindre le titre d’actuaire CNAM-IA, il faut réussir à :  Trouver un sujet et un « tuteur » (professeur, professionnel, actuaire),  Le faire valider par un membre du jury,  Articuler les travaux du mémoire avec les vies professionnelles et personnelles. Cela représente l’aboutissement de plusieurs années de travail :  Sept 2002 – Sept 2004 : DESS de Finance de Marché & Gestion de Capitaux du CNAM – ESSEC  Sept 2004 – Juin 2005 : Validation des certificats du Master d’Actuariat  Avril 2006 : Mobilité professionnelle du GAP Trésorerie de la CASDEN vers le GAP Groupe de la BFBP  S2 2006 : Mise en place des lois d’écoulements des produits non échéancés  Eté 2007 : Début des travaux sur les TCI  S1 2008 : Mission de la CB  S2 2008 – S1 2009 : Amélioration et complétude du système de TCI  Juillet 2009 : • Groupe de place sur les TCI à l’initiative de la CB • Achèvement de la rédaction du référentiel TCI du GBP et validation par le GBP • Remise d’une v1 de mon mémoire à MF concentrée sur mes travaux  Novembre 2009 : Demande de compléments de MF sur le cadre  Avril 2010 : Remise de la version complétée de mon mémoire  Juin 2010 : Remise de la version finale de mon mémoire  Juillet 2010 : Soutenance du mémoire devant le jury de l’IA
  • 3. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20153 - Un business modèle des banques de détail françaises Le business modèle des banques de détail françaises est marqué par deux caractéristiques : • La péréquation : Elles sous tarifient certains produits considérés comme fidélisant le client (le crédit immobilier essentiellement) en espérant l’équiper en produits plus rémunérateurs (dépôts à vue non rémunérés, crédits consommation mieux margés, divers services…). • La transformation : Elles refinancent leurs emplois longs par des ressources clientèles ou financières de maturités plus courtes ou indexées sur des taux courts. En général, la courbe des taux est croissante, et la transformation génère de la marge d’intérêt.
  • 4. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20154 - Qui nécessite une gestion rigoureuse des risques • La péréquation : Dans un contexte très concurrentiel, ce système requière une mesure précise du coût de revient des produits et d’identifier et valider rigoureusement les hypothèses commerciales. Sans cela, la pratique de la péréquation serait empirique et potentiellement dangereuse. • La transformation : En transformant les caractéristiques des emplois et des ressources en terme de durée, taux ou devise, les banques réalisent une grande partie de leurs gains, mais s’exposent également aux risques de fluctuation des taux d’intérêt et de coûts de liquidité.
  • 5. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20155 - Qui implique un indicateur équitable et précis : le TCI La pratique de la transformation amène les questions suivantes : • A qui imputer les gains réalisés : au commercial qui a distribué le crédit ou au financier qui a levé les ressources ? • A qui affecter les risques pris, autrement dit qui doit supporter les pertes éventuelles : le commercial ou le financier ? Pour répondre à ces questions, il faut être capable de distinguer les risques commerciaux des risques financiers, d’isoler chaque risque dans sa sphère respective. Cela implique la mise en place d’un système d’indicateurs équitable et précis au centre de la relation entre les unités commerciales et financières. Ce système constitue un élément fondamental de la mesure du coût de revient. Cet indicateur est le Taux de cession interne (TCI).
  • 6. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20156 - Une définition du TCI Le TCI permet de répartir la marge d’intérêt de la banque entre : • la marge d’intermédiation pure affectée aux commerciaux, fixe (ou quasi fixe) depuis l’octroi du produit jusqu’à son échéance et immunisée contre les fluctuations des taux d’intérêts et des coûts de liquidité, • et la marge de transformation (ou ALM) affectée aux financiers qui correspond aux gains ou pertes résultant de la gestion du risque de taux d’intérêt et de liquidité par l’unité financière (le GAP). Le TCI pour les emplois représente un coût de refinancement, alors que le TCI pour les ressources représente un produit de placement. Le TCI est un retraitement analytique qui permet de mesurer une rentabilité produit et/ou client et ne modifie en rien les résultats comptables. C’est un outil important de pilotage de la banque.
  • 7. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20157 - Mon sujet Au sein du GAP de la BFBP, l’organe central du Groupe Banque Populaire, mon sujet a consisté dans la mise en place du système complet de Taux de cessions internes du Groupe : • l’élaboration de toute la méthodologie, • la proposition et l’argumentation des choix, • la mise au point des outils de calcul et leur sophistication croissante, • la production récurrente des TCI à des fins opérationnelles. Ceci d’une manière industrielle et sur la totalité des encours clientèle du Groupe, soit 130 G€ à l’actif et 100 G€ au passif.
  • 8. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20158 - La problématique des écoulements Tant pour la gestion des risques que pour le calcul stricto sensu des TCI, l’une des problématiques de base consiste à appréhender l’évolution (ou « l’écoulement ») des encours de tous les produits du bilan et du hors bilan. Nous distinguons principalement • les produits échéancés pour lesquels il existe une date de fin contractuelle du produit (CDN, DAT, crédits) • et les produits non échéancés pour lesquels aucune date de fin contractuelle du produit n’est spécifiée et qui sont principalement des produits d’épargne clientèle au passif de la banque (les dépôts à vue, les livrets, les CEL, les PEL...). L’écoulement peut également être modifié par la présence d’options (de RA sur les crédits, de versements sur les PEL…). Mon mémoire est structuré par type d’écoulement des produits.
  • 9. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/20159 - Les produits étudiés 1. Les produits échéancés : crédits échéancés à taux fixe, à taux variable non capés, à taux variable capés 2. Les produits à écoulement statistique : PEL et PEL MM 3. Les produits écoulés selon une loi flux conventionnelle : Fonds Propres, DAV TF (créditeurs), DAV TV (débiteurs), Livrets, CEL 4. Les produits écoulés simplement : Créances CT, Epargne MCT, CDN, crédits relais, crédits revolving, PEP
  • 10. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201510 - Un système mis en production de manière industrielle Pour le calcul des TCI et le paramétrage du CEG, • les produits clientèle ont été segmentés en 423 classes (selon le produit, l’index, la maturité), • et certains paramètres de calculs (RA, stratification des stocks de collecte non échéancée, mixte de refinancement) sont individualisés pour chacun des 28 établissements du Groupe.
  • 11. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201511 - Les difficultés rencontrées Ce sujet m’a confronté à des difficultés de diverses natures : • Bien comprendre les produits clientèles, leurs caractéristiques et modélisations pour parvenir à répliquer la structure de leurs flux (PEL) et index (Livrets A). De ce point de vue, le cas du Livret A est celui qui m’a demandé le plus d’innovation, et le cas du CEL celui qui combine le plus de complexité (la composante TLA et celle taux fixe 0%). • Argumenter des choix et parvenir à un consensus (cf. convention de liquidité), consensus à divers niveaux : entre le « spécialiste » du GAP BFBP et les directions financières des Banques, entre les directions financières de toutes les BP, entre les financiers et les commerciaux.
  • 12. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201512 - Les difficultés rencontrées • Expliquer une problématique relativement complexe de manière adaptée à des interlocuteurs hétérogènes. En effet, la compréhension et l’adhésion des différents acteurs sont cruciales pour que le système soit effectivement utilisé par les commerciaux et de manière pertinente. • Développer et implémenter une solution industrielle, et assurer la production récurrente du calcul des TCI, soit 20 fichiers de 423 lignes une fois par mois pour le CEG, et 28 fichiers contenants 3180 TCI pour l’animation commerciale une fois par semaine. • Etre conscient des impacts de toute erreur ou changement de méthode en terme d’analyse et de pilotage car le périmètre porte sur la totalité des encours clientèle du Groupe, soit 130 G€ à l’actif et 100 G€ au passif.
  • 13. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201513 - Des axes d’amélioration Certains produits (les crédits à taux variables capés et les CDN) sont susceptibles de connaître une précision de leurs TCI à condition que certaines caractéristiques (strike, date d’émission, maturité) deviennent disponibles dans le CEG. Pour d’autres produits (les DAV, les Livrets, les CEL, les prêts relais, les Revolving, et les PEP), une voie d’amélioration résulterait de la substitution des conventions d’écoulements par des lois statistiques à l’instar de ce qui a été réalisé pour les PEL. Cela nécessite des travaux préalables de modélisation statistiques. Ceux-ci sont à l’ordre du jour de mon équipe. Au final, cela se traduira par de nouvelles valeurs de TCI pour les produits concernés, et posera la question de la reprise totale ou partielle de l’historique de TCI pour permettre la comparaison des résultats sur le stock et la production nouvelle.
  • 14. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201514 - Ce qu’un système de TCI permet Après avoir mis en place le système de TCI, nous avons commencé à étudier la péréquation au 2nd semestre 2009. Nos premiers travaux ont porté sur une péréquation par produits. Vu les risques liés à une péréquation mal maîtrisée, nous avons privilégié la péréquation latérale qui est suffisamment complexe à mettre en œuvre et à bien s’approprier. Nous avons mis au point un prototype et simulé (backtesté) un exercice de péréquation sur le passé. Les résultats montrent que ce système de compensation analytique entre bonifications et sur-tarifications peut fonctionner, et confirment que le suivi de la péréquation doit être rigoureux pour éviter toute dérive. Cela permet d’envisager de déployer un tel système, sachant qu’une solution industrielle signifierait un chantier important.
  • 15. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201515 - Ce qu’un système de TCI permet Nous avons pu montrer qu’un système de TCI rigoureux permet de mettre en évidence les coûts de revient, d’identifier les sources de perte et de profit. Son utilisation aurait à priori un effet autorégulateur. Nous avons vu à ce propos que la Commission bancaire est attentive à une gestion rigoureuse des risques et une correcte tarification des produits bancaires. Rappelons nous également que le crédit bancaire est un canal de transmission important de la politique monétaire de la Banque Centrale aux agents économiques (ménages ou entreprises) qui n’ont pas directement accès aux marchés financiers.
  • 16. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201516 - Il faut néanmoins demeurer prudent dans l’utilisation des TCI • Si une banque est seule à tarifer strictement au-dessus des TCI, ses clients iront très probablement chez les concurrents moins chers. • Si l’ensemble des groupes bancaires tarifie les crédits au-dessus des TCI, cela augmenterait la charge des ménages (et/ou des entreprises) et freinerait la croissance via une réduction de l’investissement et de la consommation. • Une autre conséquence possible d’une tarification correcte des crédits serait une réduction des commissions, ce qui bénéficierait aux clients. • La concurrence entre banques pourrait se déplacer des crédits immobiliers vers la rémunération de l’épargne donnant lieu à une « guerre des passifs » i.e. une surenchère sur les taux de rémunération servis aux clients. Dans les années 1990, en Belgique et en Espagne, aucun réseau n'était sorti gagnant de cette compétition. Ni les banques françaises ni la CB ne souhaitent une telle compétition exacerbée destructrice pour les marges.
  • 17. Présentation mémoire d’actuariat –David Guetta - 24/04/201517 - • Un autre comportement potentiellement dangereux serait d’inciter les ménages à emprunter à taux variable. A court terme, cela bénéficierait aux banques parce que ces produits sont mieux margés que les crédits à taux fixe. Mais à long terme, cela représente un risque significatif puisque cela revient à faire porter le risque de taux d’intérêt par le client, au lieu que ce soit le GAP de la banque qui le gère. En cas de hausse des taux, les mensualités et/ou la durée du crédit augmenteraient. En France, la réglementation protège les ménages et les échéances et maturité des crédits sont contractuellement plafonnées. Le risque est donc limité pour les clients, mais peut néanmoins les gêner considérablement. Aux USA, ce n’était pas le cas, ce qui s’est traduit par le défaut de certains emprunteurs les plus fragiles (subprime), occasionnant des pertes pour les créanciers, diffusées dans l’ensemble du système financier via un développement abusif des dérivés de crédit, et se développant en crise majeure de 2007-2009. Il faut néanmoins demeurer prudent dans l’utilisation des TCI