« Les produits laitiers sont toxiques pour la santé ! » 
Les produits laitiers ne sont pas nos amis, comme le lobby agro-a...
Marion Kaplan nuance toutefois légèrement ses propos : Une personne en très bonne santé peut se permettre une prise de fro...
Spondylarthrite 
Marion Kaplan mentionne les implications de la découverte du prix Nobel français Jean Dausset : Par une s...
antigènes indique une prédisposition à l’intolérance au gluten et aux dérivés du lait favorable à la survenance des maladi...
Comment l’industrie laitière a fait croire que la santé des os dépendait du calcium laitier ? 
Pourquoi l’ostéoporose prog...
Tout le monde ne peut pas non plus remplacer le calcium du lait (assimilé à 32% seulement par l’organisme) par des légumes...
Intolérance au lactose ou allergie au lait ? Ne pas confondre allergie au lait et intolérance au lactose. 
La confusion rè...
Le lait de vache n’est plus ce qu’il était. 
Aujourd’hui, les vaches ne sont de plus nourries avec des aliments naturels t...
De plus, ce « mauvais calcium » va se fixer sur certains tissus de l’organisme et provoquer des durillons (callosité se fo...
de produits chimiques, comme le gluten, plutôt que remplis de nutriments bon pour votre santé). Sans oublier les poissons ...
Il faut savoir que l'organisme doit faire la séparation des molécules de lait pour leur permettre une bonne digestion dans...
corps, ceci entraînant kystes, indurations (durcissement d'un tissu), becs de perroquet, et calculs. 
Les produits laitier...
Les graisses ont une importance capitale pour le développement du cerveau et du système nerveux. Le cerveau de l’Être huma...
C’est donc un effort considérable que nous demandons à notre foie pour dégrader une trop grosse molécule d’origine animale...
s’accumulent dans les tissus graisseux de l’animal et arrivent dans le lait. 
L’équilibre acido-basique : 
La consommation...
Pour ma part, j’ai toujours souffert de tendinites chroniques, et lorsque j’ai appris que le grand bol de lait de vache qu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

.Lait

562 vues

Publié le

.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
562
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

.Lait

  1. 1. « Les produits laitiers sont toxiques pour la santé ! » Les produits laitiers ne sont pas nos amis, comme le lobby agro-alimentaire nous l’a inculqué pendant des décennies. La nutritionniste Marion Kaplan, bio-nutritionniste élève du Dr Kousmine, chercheuse et auteur d’une quinzaine d’ouvrages, nous explique pourquoi. La consommation du lait, très riche en sucre (le lactose), fait exploser l’index glycémique du sang, un facteur causal important du diabète et de l’obésité. Lien vidéo (52mn) - Le lait mauvais pour la santé : https://www.youtube.com/watch?v=ITxvcwafLo8 Les industriels promeuvent les produits laitiers en soulignant leur richesse en calcium. Le problème, nous dit Marion Kaplan, est que le calcium du lait n’est pas assimilable par l’organisme. Non seulement le lait ne contribue pas à combattre l’ostéoporose, mais il l’intensifie, par un mécanisme que décrit précisément la nutritionniste. Le lait contient une protéine, la caséine, que nos enzymes digestifs ne peuvent pas dégrader. Le système digestif étant particulièrement affecté par le vieillissement, il devient de plus en plus difficile d’assimiler les produits laitiers à mesure que l’on avance en âge.
  2. 2. Marion Kaplan nuance toutefois légèrement ses propos : Une personne en très bonne santé peut se permettre une prise de fromage tous les 4 à 5 jours. Par contre, si vous souffrez d’une maladie inflammatoire, d’une allergie ou d’une maladie chronique, N’Y TOUCHEZ PAS ! Et d’insister sur l’importance de bannir les produits laitiers en cas de polyarthrite rhumatoïde, de spondylarthrite ou de maladie de Crohn… (Et n'oubliez pas que le beurre est également fait à base de lait, car on en parle pas dans ces articles, alors je le rappel). Polyarthrite rhumatoïde
  3. 3. Spondylarthrite Marion Kaplan mentionne les implications de la découverte du prix Nobel français Jean Dausset : Par une simple prise de sang, il est possible de détecter si l’on est HLA B27 (1*) ou HLA DQ2 (2*). La présence de l’un ou l’autre de ces
  4. 4. antigènes indique une prédisposition à l’intolérance au gluten et aux dérivés du lait favorable à la survenance des maladies mentionnées plus haut. 1*- HLA-B27 est un antigène de surface de classe I, codé par le locus B du complexe majeur d'histocompatibilité, sur le chromosome 6. Sa fréquence dans la population générale varie de 8 % chez les caucasiens à 0,5 à 1 % chez les japonais. Sa présence est associée à un certain nombre de maladies auto- immunes, comme la spondylarthrite ankylosante, ce qui signifie qu'un individu porteur du HLA-B27 a significativement plus de risque de développer ces maladies qu'un autre individu. 2*- HLA-DQ2 est un groupe de sérotype dans le système de sérotypage. Le sérotype est déterminé par l'anticorps de sous-ensemble de β2 DQ β-chaînes. La β-chaîne de DQ est codée par HLA-DQB1 locus DQ2 et sont codés par les molécules HLA-DQB1 * 02 de groupe d'allèles. Cette répartition est en corrélation avec la fréquence de deux des maladies auto-immunes les plus courantes. Cet haplotype HLA A1-B8-DR3-DQ2, est associée à des maladies dans lesquelles HLA-DQ2 a implication suspecte. La participation directe de DQ2 est certaine dans la maladie coeliaque. Enfin, comme le souligne de manière véhémente (qui s'exprime avec emportement, fougue ; passionné, enflammé) Marion Kaplan, il est inutile de demander à son généraliste si l’on doit renoncer aux produits laitiers : Les médecins ne sont pas formés à la nutrition et sont donc généralement incompétents pour répondre à cette question. =========================================== Les dangers du lait pour la santé, intolérances, allergies et autres pathologies Le lait de vache est un facteur de diabète, de cataracte, de risque cardio- vasculaire et de cancer… On nous bassine depuis plus de 60 ans avec le lait et les produits laitiers, « buvez de lait » ou encore « les produits laitiers sont nos amis pour la vie », nombreuses sont les pub TV ou autres pour nous faire boire du lait de vache, alors que l’organisme humain traite le lait de vache comme un poison dès le plus jeune âge… Pourquoi tous ces mensonges sur les bienfaits des produits laitiers ? Comment le lobby laitier noyaute la communauté scientifique et médicale ?
  5. 5. Comment l’industrie laitière a fait croire que la santé des os dépendait du calcium laitier ? Pourquoi l’ostéoporose progresse au lieu de diminuer avec la consommation de lait ? Pourquoi les amateurs de laitages ont plus de cancers de la prostate ou du sein ? Pourquoi les chercheurs soupçonnent le lait de favoriser le diabète chez l’enfant ? Comment l’industrie fait croire que le calcium laitier prévient l’obésité ? Pourquoi les besoins en calcium ont été exagérés et quels sont vos besoins réels ? Autant de questions sur lesquelles il vous faut trouver des réponses au plus vite, notre santé et celle de nos enfants est menacée. L’Institut américain pour la recherche sur le cancer (AICR) a ainsi estimée en 2002 que les laitages devraient être consommés « en faible quantité ». C’est aussi parce que les anglais rajoutent du lait dans leurs tasses qu’ils bénéficieraient nettement moins des vertus anti-oxydantes des thés et auraient l’un des plus fort taux de cancer en Occident… Vous aimez le lait ? Et bien continuez donc à l’aimer ! Seuls 35% des adultes européens ont du mal à digérer le lait de vache, mais 75 % des Êtres humains sont intolérant aux lactose (sucre du lait). De nombreuses recherches ont conduit les professionnels de la santé à soupçonner la toxicité du lait de vache et à le considérer comme responsable de beaucoup de pathologies. Un lait, qui rappelons-le est optimisé pour faire passer en six mois un veau de 35 à 250 kilos… Les hormones de croissance contenues dans le lait de vache sont destinées au veau, pas à l’homme !
  6. 6. Tout le monde ne peut pas non plus remplacer le calcium du lait (assimilé à 32% seulement par l’organisme) par des légumes crucifères ou des amandes… Tout le monde ne souhaite pas non plus remplacer son lait de vache par du lait de brebis bio ou de chèvre dont le lait est beaucoup mieux adapté à la physiologie de l’Être humain. Mais au fait, vous avez pensé au lait végétal ? Une consommation raisonnable de lait et de beurre ne pose évidemment pas de problème (ou alors vous le sentiriez sur l’estomac). De même, il ne faudrait pas confondre le lait et tous les produits laitiers, comme par exemple les fromages a pâte dure ou très dure qui sont dépourvus de lactose naturellement et demeurent une source appréciable de calcium. Enfin, pour les vrais amoureux, il y a toujours la solution du lait cru (bio). Les travaux du docteur Maria Enig démontrent en effet que « c’est le fait de pasteuriser les matières grasses du lait ou de solidifier les huiles végétales par hydrogénation qui serait responsable des cancers du sein et du colon, mais aussi des maladies cardio-vasculaires ! […] Ce sont les molécules d’acide gras « trans » issus de l’industrialisation qu’il faut chasser ». Ces acides gras se trouvent aussi en forte quantité dans les produits finis comme les gâteaux, les céréales de petit-déjeuner enrichies en graisse ou les frites…
  7. 7. Intolérance au lactose ou allergie au lait ? Ne pas confondre allergie au lait et intolérance au lactose. La confusion règne entre intolérance et allergie au lait. Comme les deux phénomènes sont complètement différents, il paraît utile d’évoquer brièvement leurs caractéristiques : - Le terme d’intolérance atteste de l’absence totale ou partielle de l’enzyme (dans ce cas la lactase) assurant soit le processus de digestion d’un nutriment, soit sa métabolisation (assimilation du lactose). L’intolérance ne suscite pas de réaction du système immunitaire. - L’allergie, par contre, est caractérisée par une réaction immunitaire face à un allergène alimentaire ou « trophallergène », le plus souvent une protéine (dans ce cas, les protéines du lait dont les plus importantes sont : Caséine, alpha- lactalbumine, bêta-lactoglobuline). Une allergie au lait est bien plus grave qu’une intolérance au lactose.
  8. 8. Le lait de vache n’est plus ce qu’il était. Aujourd’hui, les vaches ne sont de plus nourries avec des aliments naturels tel que du fourrage, mais avec des aliments trafiqués, bourrés d’additifs afin de stimuler la lactation avec une bonne dose systématique d’antibiotiques et de vaccins afin d’augmenter au maximum les profits. De plus, des oestrogènes (hormones sexuelles féminines) sont retrouvés en grande quantité dans le lait de vache. Les hormones contrôlent de nombreux processus de notre organisme et ceci grâce à un dosage infime et extrêmement bien réglé. L’exposition à l’action des substances oestrogéniques est la cause principale des cancers des organes génitaux. Des phyto-oestrogènes (oestrogènes d’origine végétale) sont naturellement produits par les végétaux. Cependant, les fongicides (substance (ex : produit phyto-sanitaire) conçue exclusivement pour éliminer ou limiter le développement des champignons parasites des végétaux) répandus sur l’herbe encouragent fortement leur production. Après ingestion, les oestrogènes s’accumulent dans les tissus graisseux de l’animal et arrivent dans le lait. Émission de radio sur le lait : Invité Thierry Souccar qui répond à la question : "Que pensent les Français du lait de vache ?". 18% craignent que la consommation de lait donne des effets négatifs sur leur santé. 20% n’ont pas confiance dans la qualité du lait. 30% ont une opinion négative des conditions d’élevage des vaches laitières. 35% se méfient des industriels qui commercialisent des produits laitiers. Le lait de vache c’est pour les veaux. Les protéines spécifiques contenues dans le lait de vache ayant la fonction de fabriquer des fibres osseuses (osséine) ne sont pas adaptées à notre espèce. L’Être humain (bébé, enfant, ou adulte) nourris au lait de vache sera en carence d’osséine entraînant une déminéralisation précurseur de l’ostéoporose.
  9. 9. De plus, ce « mauvais calcium » va se fixer sur certains tissus de l’organisme et provoquer des durillons (callosité se formant sur les pieds ou dans la paume de la main), kystes, becs de perroquet, calculs, etc.. Becs de perroquet Pr Henri Joyeux-Lait, Santé et propagandes ! https://www.youtube.com/watch?v=ly6ajdT4vkE Le bon calcium se trouve dans d’autres familles d’aliments. Les oeufs à la coque, les légumes, surtout les verts, comme les épinards, le cresson et les bettes, les légumes secs sont aussi des sources de calcium, haricots blancs en tête de tout. C’est très facile de manger 100 g à 200 g de légumes par repas. Tous ces légumes apportent aussi d’autres nutriments essentiels comme le magnésium et le potassium, deux autres alliés du calcium, sans oublier toutes les vitamines et les fibres. À mettre au menu tous les jours pour les légumes verts, et au moins deux fois par semaine pour les oeufs et les légumes secs. N’oubliez pas de les choisir Bio bien évidemment. 100 g de pain complet apporte 150 mg de calcium, à mettre également sur la table à chaque repas (et surtout pas de pain de boulanger ou industriel qui sont eux plus remplis
  10. 10. de produits chimiques, comme le gluten, plutôt que remplis de nutriments bon pour votre santé). Sans oublier les poissons gras, les épices et les herbes, les fruits secs (figues séchées) les fruits à coque (amandes) et les graines. ================================= Le lait de vache n’est bon que pour le veau Le lait de vache n’est bon que pour le veau comme exprimé dans les deux autres articles précédent. L’Homme est le seul mammifère à se nourrir du lait d’une autre espèce. Pourquoi continuons nous à boire du lait à l’âge adulte ? Le lait de vache est-il vraiment adapté au bébé et à l’Homme ? De nombreuses recherches ont conduit les médecins, les hygiénistes, et les chercheurs, à soupçonner la nocivité du lait de vache et à le considérer aujourd’hui comme responsable de nombreuses pathologies. La glorieuse réputation du lait de vache comme boisson fortifiante et reminéralisante par son calcium est en train de chuter de son piédestal ancestral. J’espère qu’après la lecture de cet article, vous détiendrez des arguments solides qui vous permettrons de ré-estimer la qualité de vos choix alimentaires. Une information de croissance inadaptée Les hormones de croissance contenues dans le lait de vache sont destinées au veau. Imaginez une information de croissance spécifique au veau, par exemple, peser 200 kg à six mois, reçue dans l’hypophyse d’un nourrisson qui, lui, dans le même laps de temps, ne doit peser que 7 à 8 kg !
  11. 11. Il faut savoir que l'organisme doit faire la séparation des molécules de lait pour leur permettre une bonne digestion dans l'estomac, mais le lait de vache ne faisant pas partie du contingent spécifique dans la liste de traitement de l'ordinateur de gestion de la digestion par la sécrétion, ces mêmes molécules ne peuvent alors pas être scindées correctement, ce qui engendre explicitement une indigestion et des malaises digestifs, abdominales, et cardiovasculaire pour les personnes âgées ou trop sensible à des désordres digestifs. Que va-t-il se passer ? Cette information qui ne correspond en rien au développement normal d’un bébé va dérégler le très sensible mécanisme du système hormonal. Quand bien même l’organisme humain serait malgré tout capable de s’adapter à cette mauvaise information, il le ferait au détriment d’autres fonctions s’étalant sur la vie entière de l’individu et même sur des générations. Des réactions sont souvent constatées lors du sevrage passant du lait maternel au lait de vache ou au lait maternisés qui en sont composés. La viande de boeuf ne pose pas ce problème car elle ne contient pas ces hormones de croissance. Le lait de vache vous apporte t-il vraiment du calcium ? Nous trouvons dans le lait de vache, tout comme dans le lait maternel, du calcium. Le problème, c’est que non seulement les besoins du bébé ou de l’homme en calcium sont différents de ceux du veau, mais surtout, le calcium contenu dans le lait de vache ne pourra en aucun cas être disponible à l’organisme humain. En effet, les protéines spécifiques contenues dans le lait animal ont pour fonction de transmettre l’information nécessaire à l’élaboration de l’osséine (pour simplifier, c’est un filet sur le cartilage qui retient les minéraux). Le souci, c’est que ces protéines sont adaptées exclusivement au veau et sont donc complètement inopérantes sur l’Être humain. C’est pourquoi le bébé, l’enfant, ou l’adulte auront très peu d’osséine, et de ce fait retiendront mal les minéraux, d’où une déminéralisation progressive. D’après les constatations de nombreux médecins et chercheurs, ces minéraux qui circulent dans le sang vont s’accumuler dans les tissus et les organes du
  12. 12. corps, ceci entraînant kystes, indurations (durcissement d'un tissu), becs de perroquet, et calculs. Les produits laitiers contiennent beaucoup trop de calcium et de phosphore. Cet excès rend le magnésium quasi-inopérant, entraînant un appauvrissement des cellules nerveuses et musculaires avec tous les problèmes qui s’en suivent. L’excès de phosphore engendre une hyper-parathyroïdie responsable de phénomènes de tétanie spasmophile. Buvez du lait de vache, et faites le plein de mauvaises graisses ! Tandis que le lait maternel est essentiellement constitué d’acides gras poly- insaturés (omega-3 et omega-6), le lait de vache, lui, contient surtout des acides gras saturés à grosses molécules lipidiques qui sont difficilement digérées par le foie humain. Ainsi, le système biliaire se « fatigue » en essayant de dissoudre un produit incompatible avec le système digestif humain. Système biliaire Les mauvaises graisses, qui ne seront donc pas correctement assimilées, vont se retrouver dans l’intestin grêle et passer dans le sang. Chez le bébé, ceci à une importance majeure.
  13. 13. Les graisses ont une importance capitale pour le développement du cerveau et du système nerveux. Le cerveau de l’Être humain ayant une croissance plus rapide que celui des autres mammifères, il est donc important de lui fournir des graisses de bonne qualité, c’est à dire insaturées, de provenance maternelle ou végétale. Dans les faits, les bébés nourris au lait de vache présentent des foies plus gros que ceux nourris au lait maternel. Lait de vache VS Lait maternel : Le lait maternel, biologiquement adapté au bébé, contient 50% de plus de lactose que le lait de vache. Comme nous l’avons déjà vu dans l’article traitant de l’importance de l’allaitement maternel, les fonctions du lait maternel sont multiples : énergétiques ; assimilation des minéraux ; constitution de la flore intestinale ; protection contre les germes pathogènes. Aucun lait d’origine animale ne protège l’Homme contre les germes pathogènes et autres parasites. Au contraire, ils en favorisent tous la prolifération par la modification du milieu digestif et intestinal qu’entraîne véritablement leur absorption. L’Homme a t-il le même système digestif que le veau ? Afin de dégrader les protéines contenues dans le lait, l’estomac doit sécrété une « présure » (c’est une enzyme protéolytique). Les chercheurs ont constatés que la présure du veau est cent fois plus puissante et active que la présure du nourrisson, et cela en rapport avec les molécules constituantes du lait de vache qui sont nettement plus grosses que celles du lait maternel.
  14. 14. C’est donc un effort considérable que nous demandons à notre foie pour dégrader une trop grosse molécule d’origine animale. Le bébé fabrique sa présure (la rennine) jusqu’à l’âge de 3 ans. Au sevrage la sécrétion cesse pour être remplacée par celle de la pepsine. Si nous forçons un bébé à boire du lait de vache après cela, son organisme sera forcé de fabriquer de la lactase pour digérer un aliment qui ne lui est donc plus nécessaire et cela au détriment des autres fonctions organiques. La lactase permet de dédoubler le lactose en glucose et galactose, en trop grande quantité, elle est responsable de gazs et de ballonnements. Et le fromage ? Dans la fabrication de certains fromages, et plus spécialement les fromages de Hollande (...), l’ajout de conservateurs (polyphosphates, nitrates), est très dangereux pour la santé de l’Homme. Les polyphosphates ont une action inhibitrice sur la fixation du calcium, d’où le nombre croissant de personnes atteintes de spasmophilie chez les consommateurs de fromage et de produits laitiers. Il faut donc se méfier de la fausse information concernant l’apport en calcium des laitages. Il faudra se tourner alors plus vers des produits en craie comme le fromage de chèvre par exemple. Le lait de vache n’est plus ce qu’il était (relate ce qu'on a lu plus avant) : Aujourd’hui, les vaches sont de plus en plus nourries avec des aliments forcés, trafiqués, bourrés d’additifs afin de stimuler la lactation et donc le profit, avec une dose systématique d’antibiotiques et de vaccins. De plus, des oestrogènes (hormones sexuelles féminines) sont retrouvés en grande quantité dans le lait de vache. (Étude du Pr Brayan à Cambridge). Les hormones contrôlent de nombreux processus de notre organisme et ceci grâce à un dosage infime et extrêmement bien réglé. Le Dr Regina Schoental souligne que l’exposition à l’action des substances oestrogéniques est la cause principale des cancers des organes génitaux. Des phyto-oestrogènes (oestrogènes d’origine végétale) sont naturellement produits par les végétaux. Cependant, les fongicides répandus sur l’herbe encouragent fortement leur production. Après ingestion, les oestrogènes
  15. 15. s’accumulent dans les tissus graisseux de l’animal et arrivent dans le lait. L’équilibre acido-basique : La consommation de lait de vache, comme le stress, est une des causes de l’acidose tissulaire. L’acidose tissulaire fragilise les tissus conjonctifs (peau, ligaments…) et est donc fortement en relation avec de nombreux troubles comme les tendinites récidivantes. Finalement… La consommation de lait de vache est une mauvaise habitude. Bien que des individus ayant un fort potentiel vital ne développeront pas précocement de troubles, je suis sûr que d’autres trouveront grâce à cet article des réponses à leurs problèmes. Acceptez de faire l’expérience pendant 2 ou 3 semaines, ou même quelques jours. Voyez si vos symptômes se modifient et prenez ensuite votre décision.
  16. 16. Pour ma part, j’ai toujours souffert de tendinites chroniques, et lorsque j’ai appris que le grand bol de lait de vache que je prenais chaque matin y était peut-être pour quelque chose, j’ai tenté l’expérience. Je ne bois plus de lait de vache depuis 5 ans car l’expérience a été plus que convaincante. J’ai remplacé le lait de vache par du lait d’avoine, d’amande, de soja, et de riz, et j’ai diminué ma consommation de produits laitiers. Savez-vous que l’eau minérale contient quasiment la même quantité de calcium que le lait de vache ? La prochaine fois, regardez les étiquettes, vous serez certainement surpris. Les produits laitiers, fromages en tête, ne sont pas la seule source de calcium. D’autres aliments en contiennent, comme le poisson, les oléagineuses (tournesol, sésame…), les légumineuses (soja…), les noix, les légumes verts (persil, épinard, fenouil, brocoli, haricot vert…), de nombreux fruits (cassis, orange, groseille, mûre, etc.) et la majorité des eaux minérales. Enfin, pour les nourrissons, bien que certains laits comme celui de soja soient déconseillés avant l’âge de 4 mois, il existe maintenant des laits 100% biologiques adaptés à leur transite intestinale. Starenkyj, Danièle, Le bébé et sa nutrition, Orion (1990) Kushi, Michio, Le livre de la macrobiotique, Ed. Guy Trédaniel (1980) Anne Laroche-de Rosa, Lait de vache: blancheur trompeuse, Ed Jouvence (1998)

×