Dopage et sport ab 13 05 14

1 752 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 752
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
450
Actions
Partages
0
Téléchargements
25
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dopage et sport ab 13 05 14

  1. 1. Dopage  et  Sport   Dr  A  BRUNEAU   FMC  Associa2on  Raymond  Teyrouz   14  Mai    2014  -­‐  CH  Le  Bailleul  
  2. 2. Qu’est  ce   que  le   dopage  ?  
  3. 3. DÉFINITIONS   Dopage  et  Sport  
  4. 4. 4   Définition légale du dopage  Loi  du  23/03/1999  dite  loi  Buffet  :     "Le  dopage  est  défini  par  la  loi  comme  l’u6lisa6on  de  substances  ou  de   procédés  de  nature  à  modifier  ar6ficiellement  les  capacités  d’un   spor6f.  Font  également  par6e  du  dopage  les  u6lisa6ons  de  produits  ou   de  procédés  des6nés  à  masquer  l’emploi  de  produits  dopants.  La  liste   des  procédés  et  des  substances  dopantes  mise  à  jour  chaque  année  fait   l’objet  d’un  arrêté  conjoint  des  ministres  chargés  des  sports  et  de  la   santé  ".    
  5. 5. 5   Définition légale du dopage  Loi  du  23/03/1999  :     "Le  dopage  est  défini  par  la  loi  comme  l’u6lisa6on  de  substances  ou  de   procédés  de  nature  à  modifier  ar6ficiellement  les  capacités  d’un   spor6f.  Font  également  par6e  du  dopage  les  u6lisa6ons  de  produits  ou   de  procédés  des6nés  à  masquer  l’emploi  de  produits  dopants.  La   liste  des  procédés  et  des  substances  dopantes  mise  à  jour  chaque   année  fait  l’objet  d’un  arrêté  conjoint  des  ministres  chargés  des  sports   et  de  la  santé  ".     PRODUITS  INTERDITS   PROCEDES  :  METHODES  SANS  PRODUITS  INTERDITS   MASQUANTS  DE  PRODUITS  INTERDITS  
  6. 6. 6   Définition légale du dopage  Loi  du  23/03/1999  :     "Le  dopage  est  défini  par  la  loi  comme  l’u6lisa6on  de  substances  ou  de   procédés  de  nature  à  modifier  ar6ficiellement  les  capacités  d’un   spor6f.  Font  également  par6e  du  dopage  les  u6lisa6ons  de  produits  ou   de  procédés  des6nés  à  masquer  l’emploi  de  produits  dopants.  La  liste   des  procédés  et  des  substances  dopantes  mise  à  jour  chaque  année  fait   l’objet  d’un  arrêté  conjoint  des  ministres  chargés  des  sports  et  de  la   santé  ".     PHYSIQUES  (Force,  Vitesse,  Endurance,  Poids,  Douleur…)   PSYCHIQUES  (AUen2on,  S2mulant…)  
  7. 7. 7   Définition légale du dopage  Loi  du  23/03/1999  :     "Le  dopage  est  défini  par  la  loi  comme  l’u5lisa5on  de  substances  ou   de  procédés  de  nature  à  modifier  ar6ficiellement  les  capacités  d’un   spor5f.  Font  également  par6e  du  dopage  les  u6lisa6ons  de  produits   ou  de  procédés  des6nés  à  masquer  l’emploi  de  produits  dopants.  La   liste  des  procédés  et  des  substances  dopantes  mise  à  jour  chaque   année  fait  l’objet  d’un  arrêté  conjoint  des  ministres  chargés  des  sports   et  de  la  santé  ".     En  Compé22on  et  Hors  Compé22on   A  l’entraînement  
  8. 8. 8   Définition légale du dopage  Loi  du  23/03/1999  :     "Le  dopage  est  défini  par  la  loi  comme  l’u6lisa6on  de  substances  ou  de   procédés  de  nature  à  modifier  ar6ficiellement  les  capacités  d’un   spor6f.  Font  également  par6e  du  dopage  les  u6lisa6ons  de  produits  ou   de  procédés  des6nés  à  masquer  l’emploi  de  produits  dopants.  La  liste   des  procédés  et  des  substances  dopantes  mise  à  jour  chaque  année   fait  l’objet  d’un  arrêté  conjoint  des  ministres  chargés  des  sports  et  de  la   santé  ".     Liste  (principe  pénal)   Mise  à  jour  annuelle  (réac2vité)  
  9. 9. 9   Définition légale du dopage •  Autres interdictions (Loi  du  3  juillet  2008)  :   –  DETENTION  :  Il  est  interdit  à  tout  spor6f  par6cipant  à  une  compé66on  ou  manifesta6on  spor6ve   organisée  ou  se  préparant  à  y  par6ciper,  de  détenir,  sans  raison  médicale  dûment  jus6fiée,  une  ou  des   substances  ou  procédés  interdits,   –  UTILISATION  :  Il  est  interdit  d’u6liser  une  ou  des  substances  et  procédés  interdits   –   PRESCRIPTION,  CESSION,  INCITATION  :  Il  est  interdit  à  toute  personne  de  :  Prescrire,  céder,   offrir,  administrer  ou  appliquer  aux  spor6fs  par6cipant  aux  compé66ons  et  manifesta6ons  ou  se   préparant  à  y  par6ciper,  une  ou  plusieurs  substances  ou  procédés  interdits,  ou  de  faciliter  leur   u6lisa6on  ou  d’inciter  à  leur  usage     –  PRODUCTION,  TRANSPORT  :  Produire,  fabriquer,  importer,  exporter,  transporter,  détenir  ou   acquérir,  aux  fins  d’usage  par  un  spor6f  sans  raison  médicale  dûment  jus6fiée,  une  ou  des  substances   ou  procédés  interdits     –  NON  PRESENTATION  AUX  CONTRÔLE  S  :  De  se  soustraire  ou  s’opposer  par  quelque  moyen   que  ce  soit  aux  mesures  de  contrôle  
  10. 10. Code Mondial Antidopage   •  2.1  Présence  d’une  substance  interdite,  de  ses   métabolites  ou  de  ses  marqueurs  dans  un   échanQllon  fourni  par  un  sporQf   –  2.1.1  Il  incombe  à  chaque  sporQf  de  s’assurer   qu’aucune  substance  interdite  ne  pénètre  dans  son   organisme.  Les  sporQfs  sont  responsables  de  toute   substance  interdite  ou  de  ses  métabolites  ou   marqueurs  dont  la  présence  est  décelée  dans  leurs   échanQllons.  Par  conséquent,  il  n’est  pas  nécessaire  de   faire  la  preuve  de  l’intenQon,  de  la  faute,  de  la   négligence  ou  de  l’usage  conscient  de  la  part  du   sporQf  pour  établir  une  violaQon  des  règles   anQdopage  en  vertu  de  l’arQcle  2.1.   Défini2on  simple  du  Dopage   =  Présence  d’une  substance   interdite  dans  un  échan2llon.   Le  spor2f  est  seul  responsable  .  
  11. 11. Qu’est  ce   qu’on   risque  ?  
  12. 12. 13   Définition légale du dopage •  Les Sanctions :   Usagers sportifs : Sanctions sportives et disciplinaires   FédéraQons  (ou  AFLD,  à  défaut)     Suspension,  déclassement     Pourvoyeurs ou trafiquants : Sanctions pénales   JusQce     Amendes,  emprisonnement  
  13. 13. 14   Les  Sanc2ons  spor2ves  et  disciplinaires   (usagers  spor2fs)  :   Usage de substances ou méthodes interdites   Première violation : 2 ans de suspension   Deuxième violation: suspension à vie   Localisation du sportif ou contrôle manqué   Au moins trois mois et au plus deux ans de suspension
  14. 14. 15     Trafic ou administration ou tentative d’administration de substances ou méthodes interdites, prescription ou production ou importation/exportation à des fins d’usage par sportif sans raison médicale...   Quatre ans de suspension jusqu’à la suspension à vie (sportifs)   Personnel d’encadrement, suspension à vie   75 000 € d’amende, 5 ans d’emprisonnement Les  Sanc2ons  pénales    (spor2fs  et  citoyens)  :
  15. 15. C’est  quoi  la   conduite   dopante  ?  
  16. 16. 17   Définition de la conduite dopante Le  fait  de  consommer  des  produits,  quels  qu’ils  soient,  afin  d’affronter  des   obstacles  réels  ou  ressenQs.   Exemples  ?   Concerne  toutes  les  catégories  socioprofessionnels  et  tous  les  âges   notamment  l’adolescence  même  si  les  sporQfs  sont  les  plus  montrés  du   doigt.     C’est  ici  qu’il  faut  agir  !!!   Premier  pas  dans  l’engrenage…  
  17. 17. FACTEURS  FAVORISANT  LE  DOPAGE   Dopage  et  Sport  
  18. 18. Les  facteurs  de  vulnérabilité   •  L’obligaQon  de  résultats   •  Les  enjeux  économiques  et  la  notoriété   •  Les  habitudes  de  consommaQon  de  la  société   •  La  surcharge  du  calendrier  et  des  entraînements   •  Les  effets  du  stress  et  l’absence  de  préparaQon  à  l’échec   •   Le  manque  d’invesQssement  diversifié  :  «  le  sport  et   rien  d’autre  »   •  L’environnement  familial  et  social  (pressions,désintérêt)‫‏‬   •  Hyper  médicalisaQon  des  structures  sporQves     •  La  promoQon  de  l’image  des  produits  dopants  
  19. 19. LISTES  DES  INTERDICTIONS  :   SUBSTANCES  ET  MÉTHODES  INTERDITES   Dopage  et  Sport  
  20. 20. Substances  et  méthodes  interdites   •  Une  substance  ou  une  méthode  interdite  pour  être   incluse   dans  la  liste  des  interdicQons  doit  :   –  Soit  remplir  deux  des  trois  critères  suivants:   •  Avoir  le  potenQel  d’améliorer  la  performance  sporQve.   •  Présenter  un  risque  réel  ou  potenQel  pour  la  santé  de  l’athlète.   •  Être  contraire  à  l’esprit  sporQf.   –  Soit  avoir  la  faculté  de  masquer  l’usage  d’autres  substances   ou  méthodes  interdites.  
  21. 21. Substances  et  méthodes  interdites   Sec2on  I     •  Substances  et  méthodes  interdites  en  permanence  (en  et  hors   compéQQon)   –  S0.  Substances  non  approuvées  (2011,  dont  produit  vétérinaire  chez  homme)   –  S1.  Agents  anabolisants  (Stéroïdes  androgènes    nandrolone,  testostérone…)     –  S2.  Hormones  pepQdiques,  facteurs  de  croissance  et  substances  apparentées   (EPO,  GH,    IGF-­‐1…  PRP  réautorisés  en  2013)   –  S3.  Béta-­‐2  agonistes  (Ventoline…)     –  S4.  Modulateurs  hormonaux  et  métaboliques(AnQoestrogènes,  Insulines…)   –  S5.  DiuréQques  et  autres  agents  masquants  (Lasilix…)   –  M1.  ManipulaQon  de  sang  ou  de  composants  sanguins  (dopage  sanguin,   perfluorés,  RSR13…)   –  M2.  ManipulaQon  chimique  et  physique   –  M3.  Dopage  généQque  
  22. 22. Substances  et  méthodes  interdites   Sec2on  II   •  Substances  et  méthodes  interdites  en  compéQQon  :   –    S6.  SQmulants  (Amphétamines…)   –    S7.  NarcoQques  (Morphine,  Héroïne…)   –    S8.  Canabinoïdes  (Cannabis)   –    S9.  GlucocorQcoïdes    (Cortancyl…)   Sec2on  III   •  Substances  interdites  dans  certains  sports   –    P1.  Alcool  (Ethanol)   –    P2.  Bêta-­‐bloquants  (Propranolol…)  
  23. 23. Médicaments  en  cours  de   développement  donc  non  encore   connu,  ou  médicament  pas  ou  plus   permis  pour  l’usage  humain  
  24. 24. Concentra2on  autorisée  jusqu’à  un  certain   seuil   (autres  substances  à  seuil  :  salbutamol,  morphine,  cathine,   éphédrine,  methyléphédrine,  pseudoéphédrine)  
  25. 25. Interdic2on  en  compé22on  certes  mais  il  ne  parait   pas  logique  de  ne  pas  contre  indiquer  la  réalistaion  d’un  effort   intense  à  quelqu’un  qui  présente  une  sinusite  fébrile  bloquée  la   veille  de  la  comép66on  !!!   Ne  concerne  pas  la  voie  inhalée    
  26. 26. Diuré2ques  :  accélèrent  l’éliminaQon  urinaire  des  produits  en   augmentant  arQficiellement  la  diurèse.   Macromolécules…  :  ModificaQon  du  volume  plasmaQque   diminuQon  de  l’Hématocrite.   EPO  :  injecQon  microdoses  =>  masque  diluQon  liée  à  une   transfusion  
  27. 27. Sports  avec  engins  ou  ayant  une  certaine   dangerosité.  
  28. 28. Concentra2on,  précision.   En  2013,  retrait  de  aéronau6que,  boules,   bridge,  jeux  de  9  et  10  quilles,  motonau6sme  !  
  29. 29. SUBSTANCES  SPÉCIFIÉES   Dopage  et  Sport  
  30. 30. Substances  Spécifiées   •  Toutes  les  substances  interdites  sont  des   substances  spécifiées   •  Sauf  :  anabolisants,  hormones,  sQmulants,   antagonistes  et  modulateurs  hormonaux  et   méthodes.  
  31. 31. Substances  Spécifiées   •  Une  certaine  indulgence    est  accordée  en  cas   de  posiQvité  par  une  substance  spécifiée   •  AnnulaQon  ou  RéducQon  de  la  période  des   sancQons  en  cas  de  substances  spécifiées   •  Substance  prise  sans  intenQon  d’améliorer  sa   performance   •  Exemple  :  cannabis  
  32. 32. Substances  Spécifiées  :    SancQons  SporQves   Usage de substances ou méthodes interdites     Première violation: deux années de suspension   Deuxième violation: suspension à vie –  Suspension provisoire dès que échantillon A positif Usage de substances spécifiques interdites = Substances Spécifiées     Première infraction: au minimum un avertissement sans suspension et au maximum un an de suspension   Deuxième infraction: deux années de suspension   Troisième infraction: suspension à vie ―  Pas de suspension provisoire si échantillon A positif
  33. 33. CONDUITE  A  TENIR  AVEC  UN   SPORTIF  PRENANT  UN  TRAITEMENT   Dopage  et  Sport  
  34. 34. Peut-­‐on  être  «  malade  »  et   faire  du  sport  en   compéQQon?  
  35. 35. Thalassémie   Asthme   Epilepsie   OUI  !!!  
  36. 36. http://www.dopage.com
  37. 37. Et  en  praQque,  si  besoin  d'une  AUT  :   hrp://afld.fr  
  38. 38. NOTION  DE  SECRET  MEDICAL   Sport  et  Dopage  
  39. 39. Protec6on  de  la  santé  des  spor6fs  et  luUe   contre  le  dopage   •  «  Tout  médecin  qui  est  amené  à  déceler  des  signes  évoquant  une   praQque  de  dopage  :   -­‐  est  tenu  de  refuser  la  délivrance  d'un  des  cerQficats  médicaux  définis   aux  arQcles  5  et  6  ;   -­‐  informe  son  paQent  des  risques  qu'il  court  et  lui  propose  soit  de  le   diriger  vers  l'une  des  antennes  médicales  menQonnées  à  l'arQcle  2,   soit,  en  liaison  avec  celle-­‐ci  et  en  foncQon  des  nécessités,  de  lui   prescrire  des  examens,  un  traitement  ou  un  suivi  médical  ;   -­‐  transmet  obligatoirement  au  médecin  responsable  de  l'antenne   médicale  menQonnée  à  l'arQcle  2  les  constataQons  qu'il  a  faites  et   informe  son  paQent  de  cere  obligaQon  de  transmission.  Cere   transmission  est  couverte  par  le  secret  médical»  (art.  7  de  la  loi  n°   99-­‐223  du  23  mars  1999  relaQve  à  la  protecQon  de  la  santé  des   sporQfs  et  à  la  lure  contre  le  dopage).  
  40. 40. PHARMACOLOGIE  DU  DOPAGE   Dopage  et  Sport  
  41. 41. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  42. 42. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  43. 43. Aspects  pharmacologiques  du  dopage   Erythropoïe2ne  (EPO)   •  U2lisés  pour  :   –  La  prise  d’EPO  améliore  le  transport  d’oxygène  vers  les  muscles,  l’augmentaQon  de  la   durée  d’entraînement  en  repoussant  dans  le  temps  la  sensaQon  de  faQgue   –  La  prise  d’EPO  permet  d’augmenter  le  VO2max,  soit  l’apQtude  de  l’organisme  à  uQliser   l’oxygène  au  cours  de  l’effort   •  Risques  liés  à  l’u2lisa2on  :   –  Thrombose  :  obstrucQon  des  vaisseaux  sanguins  par  caillot  due  à  l’augmentaQon  de  la   viscosité  du  sang  et  à  une  diminuQon  de  la  fluidité  sanguine   –  Arrêt  cardiaque   –  HTA   –  Crise  convulsive   –  Fibrose  médullaire   –  Douleurs  osseuses  
  44. 44. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  45. 45. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  46. 46. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  47. 47. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  48. 48. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  49. 49. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  50. 50. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  51. 51. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  52. 52. Aspects  pharmacologiques  du  dopage  
  53. 53. ÉTAT  DES  LIEUX   Dopage  et  Sport  
  54. 54. Tous   dopés  ?  
  55. 55. 60   Etat des lieux 2010
  56. 56. 61   Etat des lieux 2008 Soit  313   cas   posi2fs   sur  plus   de  10  000  
  57. 57. 62   Etat des lieux 2008
  58. 58. 63   Etat des lieux 2009 • Sport  amateur    touché,  Sport  professionnel  en  avance  sur  les   méthodes  de  détec2on?  
  59. 59. COMMENT  PREVENIR  ?   Dopage  et  Sport  
  60. 60. Le  rôle  du  doc…   •  Repérer  les  facteurs  de  vulnérabilité   •  Eviter  d’être  pourvoyeur  de  conduite  dopante   •  Eduquer  à  l’hygiène  de  vie  :   – Sommeil   – AlimentaQon   •  Conseiller  l’entraînement  =>  médecin  du   sport,  entraineur  diplomé  
  61. 61. G P L
  62. 62. Une alimentation équilibrée La pyramide alimentaire : proposition pour un équilibre quotidien Docteur Alain GARNIER -ex MJS - AMA
  63. 63. COMPENSATION
  64. 64. SURCOMPENSATION
  65. 65. Merci  !   Dr  A  BRUNEAU   FMC  Associa2on  Raymond  Teyrouz   14  Mai    2014  -­‐  CH  Le  Bailleul  

×