SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  55
1Docteur NASRI mokdad
2Docteur NASRI mokdad
Les coronavirus forment une famille
de virus variés touchant aussi bien l'homme que
l'animal.
Leur nom signifie "virus en couronne" et
vient du fait qu'ils possèdent tous un aspect en
forme de couronne lorsqu'ils sont observés au
microscope.
3Docteur NASRI mokdad
Les coronavirus ont été identifiés pour la
première fois chez l'humain dans les
années 1960.
Il s'agit de virus causant des maladies
émergentes, c'est-à-dire des infections nouvelles
dues à des modifications ou à des mutations du
virus.
4Docteur NASRI mokdad
Les coronavirus humains causent
principalement des infections
respiratoires, allant du rhume sans gravité à
des pneumopathies sévères parfois létales.
Ils peuvent aussi s'accompagner
de troubles digestifs tels que des gastro-
entérites.
5Docteur NASRI mokdad
Les types de coronavirus :
SRAS, MERS...
Il existe quatre sous-groupes principaux de
coronavirus, appelés alpha, bêta, gamma et
delta. Et sept formes différentes dont quatre
communes (moins graves que les autres) :
 229E (alpha coronavirus)
 NL63 (alpha coronavirus)
 OC43 (bêta-coronavirus)
 HKU1 (bêta-coronavirus)
6Docteur NASRI mokdad
Et trois plus graves :
 SRAS-CoV (le bêta-coronavirus qui cause le
Syndrome respiratoire aigu sévère, ou SRAS,
identifié en Chine en 2002).
 MERS-CoV (le coronavirus bêta qui
provoque le syndrome respiratoire du
Moyen-Orient, ou MERS découvert en 2012
en Arabie Saoudite).
 Nouveau Coronavirus 2019 (2019-nCoV)
identifié en Chine en décembre 2019.
7Docteur NASRI mokdad
Le taux de mortalité est relativement
élevé pour le SRAS et le MERS-CoV, avec
respectivement près de 15 % et plus de 36 % de
décès des personnes atteintes.
Les personnes les plus sensibles sont
celles de plus de 65 ans, celles souffrant
de pathologies respiratoires et
les immunodéprimées.
8Docteur NASRI mokdad
Chez l’Homme, ces maladies vont du
rhume banal à une infection pulmonaire
sévère, responsable d’une détresse
respiratoire aiguë.
9Docteur NASRI mokdad
10Docteur NASRI mokdad
11Docteur NASRI mokdad
Les critères utilisés pour guider les
interventions en milieu de soins ou poser un
diagnostic peuvent différer des définitions qui
suivent.
A- Personne faisant l’objet d’une
enquête
La personne doit satisfaire
 aux critères d’exposition
ET
 à ceux de la maladie.
12Docteur NASRI mokdad
a)- Critères d’exposition
Dans les quatorze jours précédant
l’apparition des symptômes :
1- Résidence ou voyage dans une région
affectée .
OU
2- Contact étroit soit avec un cas confirmé
ou probable de MERS-CoV, soit avec un
voyageur ou un résident présentant tout type de
maladie respiratoire et qui revient d’une région
affectée.
13Docteur NASRI mokdad
3- Il faut aussi prendre en considération
des facteurs qui font s’élever l’indice de
suspicion, soit :
 un contact avec des dromadaires ou divers
produits de ceux-ci, comme du lait et de la
viande crue, des sécrétions, des excréments et
de l’urine;
 le fait d’avoir séjourné, comme patient,
visiteur ou travailleur de la santé, dans un
établissement de santé situé dans une région
affectée;
14Docteur NASRI mokdad
 le fait d’avoir séjourné dans un établissement
de soins où il y avait un cas confirmé ou
probable, qu’il s’agisse d’un patient, d’un
visiteur ou d’un travailleur de la santé
15Docteur NASRI mokdad
b)- Critères de la maladie
1- Maladie respiratoire sévère, c’est-à-
dire que la personne présente
 de la fièvre
ET
 de la toux ou des difficultés respiratoires,
ET
 des signes cliniques, radiologiques ou
histopathologies d’une maladie du
parenchyme pulmonaire telle qu’une
pneumonie ou un syndrome de détresse
respiratoire aiguë.
16Docteur NASRI mokdad
2- Lorsqu’une exposition pertinente
fait augmenter de manière importante l’indice de
suspicion clinique, considérer que les
présentations cliniques de syndrome respiratoire
infectieux qui sont soit moins sévères,
notamment le SAG ou la bronchite, soit
atypiques, par exemple des symptômes digestifs
d’allure infectieuse, peuvent entrer dans la
définition de personne faisant l’objet d’une
enquête.
17Docteur NASRI mokdad
Étant donné la variabilité des présentations
cliniques du MERS-CoV, une consultation
auprès d’un microbiologiste-infectiologue, sera
faite, au besoin, pour évaluer le risque.
18Docteur NASRI mokdad
c)- Cas probable
Deux catégories de personnes
correspondent à la définition de cas probable :
1- Personne qui satisfait aux critères
de la maladie, qui présente un lien
épidémiologique par contact étroit avec un cas
confirmé en laboratoire et pour qui le résultat à
l’épreuve diagnostique de laboratoire du MERS-
CoV n’est pas disponible ou est négatif.
19Docteur NASRI mokdad
Remarque :
Confirmation en laboratoire non disponible
pour les raisons suivantes :
a)- impossibilité d’obtenir des échantillons
aux fins d’analyse en laboratoire puisque le
patient ou les échantillons ne sont pas
disponibles;
OU
b)- diagnostic négatif du laboratoire (par
des doutes planent sur la qualité ou sur le
moment du prélèvement de l’échantillon).
20Docteur NASRI mokdad
2. Personne qui satisfait aux critères
d’exposition et à ceux de la maladie, mais
pour qui le résultat positif d’un test de dépistage
du MERS-CoV fait en laboratoire n’a pas été
confirmé par le Laboratoire national de
microbiologie.
21Docteur NASRI mokdad
Un test de dépistage du MERS-CoV positif
doit remplir l’une des conditions suivantes :
a) résultat positif de réaction en chaîne de
la polymérase pour au moins deux cibles
précises différentes sur le génome MERS-CoV;
OU
b) résultat positif de réaction en chaîne de
la polymérase pour une cible précise sur le
génome du MERS-CoV et confirmation de
séquence du MERS-CoV à partir d’une cible de
génome viral.
22Docteur NASRI mokdad
Il peut s’écouler jusqu’à sept jours (à partir
de l’envoi de l’échantillon au laboratoire) avant
l’obtention des résultats des tests
23Docteur NASRI mokdad
d)- Cas confirmé
Personne dont l’infection par le MERS-
CoV a été confirmée en laboratoire.
e)- Contact étroit
Personne qui a été en contact, sans
protection appropriée, avec un cas confirmé ou
un cas probable de catégorie présentant des
symptômes et qui :
24Docteur NASRI mokdad
1)- a donné des soins à ce cas, en tant que
travailleur de la santé ou proche, ou s’est trouvée
dans une situation similaire de contact physique
étroit;
OU
2)- a été en contact direct avec les liquides
biologiques de ce cas;
OU
25Docteur NASRI mokdad
3)- a séjourné au même endroit que ce cas,
 soit en vivant sous le même toit,
 soit en ayant reçu des soins dans la même
pièce
 ou en ayant eu un contact étroit prolongé à
moins de deux mètres
26Docteur NASRI mokdad
L’infection par le MERS-CoV peut avoir
plusieurs présentations chez l’humain, allant de
l’absence de symptômes à des symptômes
graves; les cas de syndrome respiratoire sévère
sont ceux pour lesquels on a généralement plus
de données.
27Docteur NASRI mokdad
Les symptômes initiaux observés chez la
majorité des cas de MERS-CoV hospitalisés
sont les suivants :
 fièvre;
 difficulté respiratoire ou détresse
respiratoire;
 toux.
28Docteur NASRI mokdad
Les symptômes non respiratoires les plus
fréquents sont les suivants :
 frissons;
 fatigue;
 céphalées;
 étourdissements;
 vomissement;
 diarrhée;
 douleur abdominale;
 confusion;
 myalgie;
 arthralgie.
29Docteur NASRI mokdad
La majorité des patients hospitalisés sur
qui des données ont été consignées et dont
l’histoire a été publiée ont présenté une maladie
respiratoire aiguë sévère (pneumonie, infiltrats
pulmonaires) ayant nécessité des soins
intensifs, de deux à cinq jours après le début
des symptômes.
30Docteur NASRI mokdad
Plusieurs d’entre eux ont connu des
complications telles que
 une détresse respiratoire sévère aiguë ayant
dû être traitée par ventilation mécanique,
 une défaillance hépatique,
 une défaillance rénale traitée par dialyse,
 une coagulopathie intravasculaire disséminée
ou des arythmies cardiaques.
31Docteur NASRI mokdad
Plus de 40 % des cas graves développent
également des infections respiratoires
concomitantes.
Chez ces cas hospitalisés, on a aussi
observé des anomalies hématologiques et
biochimiques.
32Docteur NASRI mokdad
Quoique la majorité des cas hospitalisés
présentent des symptômes typiques d’une
infection des voies respiratoires sévère,
plusieurs ont aussi présenté des symptômes
atypiques, notamment
 des symptômes gastro-intestinaux
 ou une fièvre intermittente accompagnée de
nausée et de douleurs musculaires intenses
pendant une semaine,
33Docteur NASRI mokdad
 d’où la nécessité pour les intervenants de
demeurer vigilant lorsque le tableau clinique,
en présence d’expositions reconnues
associées au virus, est atypique.
Le risque d’avoir une infection ou une
maladie grave, ou les deux est accru pour les
personnes immunosupprimées et celles qui sont
affectées par des conditions médicales sous-
jacentes telles que :
34Docteur NASRI mokdad
 les maladies pulmonaires, rénales ou
cardiaques;
 le diabète;
 l’obésité;
 le tabagisme.
Selon les études, la létalité se situe entre
30 et 65 %.
Le seul facteur indépendant associé à la
létalité était le fait d’avoir 65 ans ou plus.
35Docteur NASRI mokdad
Une infection concomitante et une
albumine basse étaient associées à une infection
sévère
36Docteur NASRI mokdad
1- Biologique :
Les premiers prélèvements doivent être
réalisés le plus précocement possible et répétés
au bout de 4 jours d'évolution clinique s'ils se
sont révélés négatifs pour le MERS-CoV.
37Docteur NASRI mokdad
PCR sur prélèvement pharyngé et de
préférence sur des prélèvements profonds :
sécrétions bronchiques, crachats induits,
aspirations par fibroscopie bronchique,
LBA (lavage broncho alvéolaire)
(meilleure sensibilité).
38Docteur NASRI mokdad
Le virus peut éventuellement être
retrouvé également dans :
- le sang : prélèvement de sang sur tube sec
systématique et si possible sur EDTA ;
- les urines ;
- les selles : prélèvement de selles ou
écouvillonnage rectal en cas de diarrhée
2- Radiologique : Pneumopathie
interstitielle bilatérale dans 77 à 100 % des
cas
39Docteur NASRI mokdad
40Docteur NASRI mokdad
Les établissements de soins doivent
signaler tous les cas répondant aux définitions de
personne faisant l’objet d’une enquête, de cas
probable et de cas confirmé à la Direction de
santé publique de leur région.
Ils doivent aussi aviser le Laboratoire de
santé publique avant de lui envoyer les
échantillons.
41Docteur NASRI mokdad
Les directions de santé publique doivent à
leur tour signaler dans les plus brefs délais la
situation de toute personne faisant l’objet d’une
enquête ainsi que les cas probables et les cas
confirmés au Bureau de surveillance
épidémiologique du ministère de la Santé, dans
un délai de 48 heures après les avoir classés
comme tels.
42Docteur NASRI mokdad
Surtout quand il s’agit d’un cas confirmé,
la situation peut être considérée comme une
urgence de santé publique à portée
internationale, couverte par le Règlement
sanitaire international de l’Organisation
mondiale de la santé (OMS).
43Docteur NASRI mokdad
1- Milieux de soins
L’application des pratiques de base est
importante pour la prévention de la
transmission des infections par le MERS-
CoV en milieu de soins..
44Docteur NASRI mokdad
Il faut prêter une attention particulière au
respect :
 de l’hygiène des mains par tous les
intervenants de santé;
 de l’hygiène et de l’étiquette respiratoires
par toute personne dès son arrivée dans un
milieu de soins;
 de la mise en place des mesures de triage.
45Docteur NASRI mokdad
Il convient, pour la prévention de la
transmission du MERS-CoV en particulier, de
respecter celles qui suivent :
 l’hébergement du patient dans une chambre
d’isolement respiratoire. Si une telle
chambre n’est pas disponible, le patient
peut être hébergé dans une chambre
individuelle (en maintenant la porte
fermée) avec une toilette individuelle;
46Docteur NASRI mokdad
 le port de l’équipement de protection
individuelle par le travailleur de la santé,
lequel équipement comprend:
- un appareil de protection respiratoire
de type N95, dès l’entrée dans la chambre,
- une blouse à manches longues,
- des gants,
- une protection oculaire (des lunettes de
protection ou une visière);
47Docteur NASRI mokdad
 le port d’un masque de procédure ou d’un
masque chirurgical par le patient lorsqu’il
doit sortir de sa chambre.
Les activités générant des aérosols
doivent se dérouler dans une chambre à
pression négative.
Le travailleur de la santé peut envisager
de porter une blouse imperméable à manches
longues s’il devait être exposé à une grande
quantité de liquides biologiques (ex. :
vomissure).
48Docteur NASRI mokdad
La personne soupçonnée d’être infectée
par le MERS-CoV ou chez qui cette infection
est confirmée doit être transférée rapidement
dans un milieu apte à le prendre en charge de
façon sécuritaire.
Il faut aviser la Direction de santé
publique de la région avant ce transfert, qui se
fera par le moyen de transport approprié à la
situation.
49Docteur NASRI mokdad
En attendant le transfert de la personne,
les mesures suivantes devraient être mises en
application :
 le respect des mesures d’hygiène et
d’étiquette respiratoires;
 l’isolement, le plus rapidement possible, de
la personne dans une pièce dont la porte est
fermée (idéalement, choisir une pièce bien
ventilée dont l’air est évacué vers l’extérieur
de l’édifice);
50Docteur NASRI mokdad
 la limitation du nombre de professionnels
entrant en contact avec la personne;
 le port d’un appareil de protection
respiratoire N95. Si ce type d’appareil n’est
pas disponible et que le temps passé dans la
même pièce que ce patient est court, le
masque chirurgical ou de procédure peut être
utilisé;
51Docteur NASRI mokdad
 la limitation de l’examen physique de ce
patient aux aspects essentiels pour sa santé et
sa sécurité;
 le respect de l’hygiène des mains avant et
après le contact avec ce patient est
important;
52Docteur NASRI mokdad
 l’application des autres mesures de
protection (port d’une blouse, de gants et
d’une protection oculaire) doit être évaluée
selon le risque d’être exposé aux liquides
biologiques de ce patient.
Pendant les transferts, le patient doit
porter un masque chirurgical ou un masque de
procédure.
53Docteur NASRI mokdad
Effectuer une désinfection terminale au
départ du patient ou à la levée des précautions
additionnelles.
La pièce et les objets touchés par le
patient doivent être nettoyés et désinfectés
selon les procédures habituelles, en utilisant le
détergent germicide usuel ou une solution
chlorée (une partie d’eau de Javel pour neuf
parties d’eau) fraîchement préparée.
54Docteur NASRI mokdad
Il n'existe aucun traitement spécifique
pour les maladies provoquées par les
coronavirus humains.
Les traitements sont symptomatiques:
prendre des médicaments contre la douleur et la
fièvre, se reposer, ne pas sortir.
Il n'existe actuellement aucun vaccin
disponible pour se protéger contre l'infection par
un coronavirus humain.
55Docteur NASRI mokdad

Contenu connexe

Tendances

(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...Dr Taoufik Djerboua
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeDr Taoufik Djerboua
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiDr Taoufik Djerboua
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Dr Taoufik Djerboua
 
Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Patou Conrath
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseDr Taoufik Djerboua
 
Cc tropical 2008
Cc tropical 2008Cc tropical 2008
Cc tropical 2008mai13
 
Power point sida
Power point sidaPower point sida
Power point sidalara4567
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Dr. Kerfah Soumia
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Dr. Kerfah Soumia
 
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLEL INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLEEl Mostafa Makani
 
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)Rita MERHY
 
Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2Patou Conrath
 
Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA
Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA
Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA Islem Soualhi
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Dr Taoufik Djerboua
 

Tendances (20)

(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
 
infectiologie
infectiologie infectiologie
infectiologie
 
Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
 
Cc tropical 2008
Cc tropical 2008Cc tropical 2008
Cc tropical 2008
 
Exposé sur le sida (1)
Exposé sur le sida (1)Exposé sur le sida (1)
Exposé sur le sida (1)
 
Le sida diapo
Le sida diapoLe sida diapo
Le sida diapo
 
SIDA
SIDASIDA
SIDA
 
Power point sida
Power point sidaPower point sida
Power point sida
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLEL INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
 
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
Arbovirus (Microbiologie - Virologie)
 
Sida
SidaSida
Sida
 
Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2Prevention infection compile 2
Prevention infection compile 2
 
Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA
Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA
Croissant Rouge Algérien : Prévention VIH/SIDA
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
 

Similaire à Coronasvirus

Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...
Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...
Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...Philippe Villette
 
presentation covid-19222.pptx
presentation covid-19222.pptxpresentation covid-19222.pptx
presentation covid-19222.pptxNOUHAILACHOUKRI
 
Avis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-mai
Avis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-maiAvis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-mai
Avis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-maiZied GUERFALI
 
EPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdf
EPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdfEPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdf
EPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdfaitmohand1
 
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...Khadija Moussayer
 
Reg51 f plans blancs pandémie risques infectieux drieu bricaire
Reg51 f plans blancs   pandémie risques infectieux drieu bricaireReg51 f plans blancs   pandémie risques infectieux drieu bricaire
Reg51 f plans blancs pandémie risques infectieux drieu bricaireMiguel Martinez Almoyna
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxalex422284
 
Présentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptx
Présentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptxPrésentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptx
Présentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptxthierryeloi11
 
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
 Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p... Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...soshepatites
 
bacteriologie.HIV-KETFI.pdf
bacteriologie.HIV-KETFI.pdfbacteriologie.HIV-KETFI.pdf
bacteriologie.HIV-KETFI.pdfMajdaHelal
 
corona virus.pdf
corona virus.pdfcorona virus.pdf
corona virus.pdfSandRab52
 
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficileLivre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficileEsther Vissac
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Mehdi Razzok
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Jalal Chafiq
 

Similaire à Coronasvirus (20)

Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...
Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...
Precisions de la prefecture des Hautes-Pyrenees concernant les tests de depis...
 
presentation covid-19222.pptx
presentation covid-19222.pptxpresentation covid-19222.pptx
presentation covid-19222.pptx
 
Avis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-mai
Avis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-maiAvis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-mai
Avis sf2 h-soins-et-deconfinement du-12-mai
 
EPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdf
EPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdfEPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdf
EPIDEMIOLOGIE_DES_INFECTIONS_NOSOCOMIALE.pdf
 
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
Eclairage sur la variole du singe : mode de transmission, symptômes et prise ...
 
INs-Yassine.pptx
INs-Yassine.pptxINs-Yassine.pptx
INs-Yassine.pptx
 
29 Questions-Réponses Covid-19
29 Questions-Réponses Covid-1929 Questions-Réponses Covid-19
29 Questions-Réponses Covid-19
 
Français: Dr. Ralph Hawkins
Français: Dr. Ralph HawkinsFrançais: Dr. Ralph Hawkins
Français: Dr. Ralph Hawkins
 
Reg51 f plans blancs pandémie risques infectieux drieu bricaire
Reg51 f plans blancs   pandémie risques infectieux drieu bricaireReg51 f plans blancs   pandémie risques infectieux drieu bricaire
Reg51 f plans blancs pandémie risques infectieux drieu bricaire
 
Pneumocystose
PneumocystosePneumocystose
Pneumocystose
 
Boulot ira et covid
Boulot ira et covidBoulot ira et covid
Boulot ira et covid
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
 
Présentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptx
Présentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptxPrésentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptx
Présentation en pediatrie sur la varicelle-1.pptx
 
Ebola
EbolaEbola
Ebola
 
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
 Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p... Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
Brochure "Infections virales et bactériennes, mieux les connaître pour les p...
 
bacteriologie.HIV-KETFI.pdf
bacteriologie.HIV-KETFI.pdfbacteriologie.HIV-KETFI.pdf
bacteriologie.HIV-KETFI.pdf
 
corona virus.pdf
corona virus.pdfcorona virus.pdf
corona virus.pdf
 
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficileLivre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040
 

Plus de Callmay John

cáncer de mama.pptx
cáncer de mama.pptxcáncer de mama.pptx
cáncer de mama.pptxCallmay John
 
EXPLORACION FISICO ADDOMEN
EXPLORACION FISICO ADDOMEN EXPLORACION FISICO ADDOMEN
EXPLORACION FISICO ADDOMEN Callmay John
 
gastrolenterologia
gastrolenterologia gastrolenterologia
gastrolenterologia Callmay John
 
Sangre y tranfusion y hemogramo....importante for me
Sangre y tranfusion y hemogramo....importante for meSangre y tranfusion y hemogramo....importante for me
Sangre y tranfusion y hemogramo....importante for meCallmay John
 
Reactions post vaccinale
Reactions post vaccinale Reactions post vaccinale
Reactions post vaccinale Callmay John
 
Ovaire polykystique
Ovaire polykystiqueOvaire polykystique
Ovaire polykystiqueCallmay John
 
La prise en charge des plaies aux urgences(2)
La prise en charge des plaies aux urgences(2)La prise en charge des plaies aux urgences(2)
La prise en charge des plaies aux urgences(2)Callmay John
 
Agua y electrolitos
Agua y electrolitosAgua y electrolitos
Agua y electrolitosCallmay John
 
Auscultation cartiaque
Auscultation cartiaqueAuscultation cartiaque
Auscultation cartiaqueCallmay John
 
Enfermedades infeccionas 2020
Enfermedades infeccionas 2020Enfermedades infeccionas 2020
Enfermedades infeccionas 2020Callmay John
 

Plus de Callmay John (15)

cáncer de mama.pptx
cáncer de mama.pptxcáncer de mama.pptx
cáncer de mama.pptx
 
EXPLORACION FISICO ADDOMEN
EXPLORACION FISICO ADDOMEN EXPLORACION FISICO ADDOMEN
EXPLORACION FISICO ADDOMEN
 
gastrolenterologia
gastrolenterologia gastrolenterologia
gastrolenterologia
 
Bioetica 01
Bioetica 01Bioetica 01
Bioetica 01
 
Bioetica 02
Bioetica 02Bioetica 02
Bioetica 02
 
Patologia robbins
Patologia robbinsPatologia robbins
Patologia robbins
 
Signos vitales
Signos vitalesSignos vitales
Signos vitales
 
Sangre y tranfusion y hemogramo....importante for me
Sangre y tranfusion y hemogramo....importante for meSangre y tranfusion y hemogramo....importante for me
Sangre y tranfusion y hemogramo....importante for me
 
Reactions post vaccinale
Reactions post vaccinale Reactions post vaccinale
Reactions post vaccinale
 
Diabetes mellitus
Diabetes mellitusDiabetes mellitus
Diabetes mellitus
 
Ovaire polykystique
Ovaire polykystiqueOvaire polykystique
Ovaire polykystique
 
La prise en charge des plaies aux urgences(2)
La prise en charge des plaies aux urgences(2)La prise en charge des plaies aux urgences(2)
La prise en charge des plaies aux urgences(2)
 
Agua y electrolitos
Agua y electrolitosAgua y electrolitos
Agua y electrolitos
 
Auscultation cartiaque
Auscultation cartiaqueAuscultation cartiaque
Auscultation cartiaque
 
Enfermedades infeccionas 2020
Enfermedades infeccionas 2020Enfermedades infeccionas 2020
Enfermedades infeccionas 2020
 

Coronasvirus

  • 2. 2Docteur NASRI mokdad Les coronavirus forment une famille de virus variés touchant aussi bien l'homme que l'animal. Leur nom signifie "virus en couronne" et vient du fait qu'ils possèdent tous un aspect en forme de couronne lorsqu'ils sont observés au microscope.
  • 3. 3Docteur NASRI mokdad Les coronavirus ont été identifiés pour la première fois chez l'humain dans les années 1960. Il s'agit de virus causant des maladies émergentes, c'est-à-dire des infections nouvelles dues à des modifications ou à des mutations du virus.
  • 4. 4Docteur NASRI mokdad Les coronavirus humains causent principalement des infections respiratoires, allant du rhume sans gravité à des pneumopathies sévères parfois létales. Ils peuvent aussi s'accompagner de troubles digestifs tels que des gastro- entérites.
  • 5. 5Docteur NASRI mokdad Les types de coronavirus : SRAS, MERS... Il existe quatre sous-groupes principaux de coronavirus, appelés alpha, bêta, gamma et delta. Et sept formes différentes dont quatre communes (moins graves que les autres) :  229E (alpha coronavirus)  NL63 (alpha coronavirus)  OC43 (bêta-coronavirus)  HKU1 (bêta-coronavirus)
  • 6. 6Docteur NASRI mokdad Et trois plus graves :  SRAS-CoV (le bêta-coronavirus qui cause le Syndrome respiratoire aigu sévère, ou SRAS, identifié en Chine en 2002).  MERS-CoV (le coronavirus bêta qui provoque le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS découvert en 2012 en Arabie Saoudite).  Nouveau Coronavirus 2019 (2019-nCoV) identifié en Chine en décembre 2019.
  • 7. 7Docteur NASRI mokdad Le taux de mortalité est relativement élevé pour le SRAS et le MERS-CoV, avec respectivement près de 15 % et plus de 36 % de décès des personnes atteintes. Les personnes les plus sensibles sont celles de plus de 65 ans, celles souffrant de pathologies respiratoires et les immunodéprimées.
  • 8. 8Docteur NASRI mokdad Chez l’Homme, ces maladies vont du rhume banal à une infection pulmonaire sévère, responsable d’une détresse respiratoire aiguë.
  • 11. 11Docteur NASRI mokdad Les critères utilisés pour guider les interventions en milieu de soins ou poser un diagnostic peuvent différer des définitions qui suivent. A- Personne faisant l’objet d’une enquête La personne doit satisfaire  aux critères d’exposition ET  à ceux de la maladie.
  • 12. 12Docteur NASRI mokdad a)- Critères d’exposition Dans les quatorze jours précédant l’apparition des symptômes : 1- Résidence ou voyage dans une région affectée . OU 2- Contact étroit soit avec un cas confirmé ou probable de MERS-CoV, soit avec un voyageur ou un résident présentant tout type de maladie respiratoire et qui revient d’une région affectée.
  • 13. 13Docteur NASRI mokdad 3- Il faut aussi prendre en considération des facteurs qui font s’élever l’indice de suspicion, soit :  un contact avec des dromadaires ou divers produits de ceux-ci, comme du lait et de la viande crue, des sécrétions, des excréments et de l’urine;  le fait d’avoir séjourné, comme patient, visiteur ou travailleur de la santé, dans un établissement de santé situé dans une région affectée;
  • 14. 14Docteur NASRI mokdad  le fait d’avoir séjourné dans un établissement de soins où il y avait un cas confirmé ou probable, qu’il s’agisse d’un patient, d’un visiteur ou d’un travailleur de la santé
  • 15. 15Docteur NASRI mokdad b)- Critères de la maladie 1- Maladie respiratoire sévère, c’est-à- dire que la personne présente  de la fièvre ET  de la toux ou des difficultés respiratoires, ET  des signes cliniques, radiologiques ou histopathologies d’une maladie du parenchyme pulmonaire telle qu’une pneumonie ou un syndrome de détresse respiratoire aiguë.
  • 16. 16Docteur NASRI mokdad 2- Lorsqu’une exposition pertinente fait augmenter de manière importante l’indice de suspicion clinique, considérer que les présentations cliniques de syndrome respiratoire infectieux qui sont soit moins sévères, notamment le SAG ou la bronchite, soit atypiques, par exemple des symptômes digestifs d’allure infectieuse, peuvent entrer dans la définition de personne faisant l’objet d’une enquête.
  • 17. 17Docteur NASRI mokdad Étant donné la variabilité des présentations cliniques du MERS-CoV, une consultation auprès d’un microbiologiste-infectiologue, sera faite, au besoin, pour évaluer le risque.
  • 18. 18Docteur NASRI mokdad c)- Cas probable Deux catégories de personnes correspondent à la définition de cas probable : 1- Personne qui satisfait aux critères de la maladie, qui présente un lien épidémiologique par contact étroit avec un cas confirmé en laboratoire et pour qui le résultat à l’épreuve diagnostique de laboratoire du MERS- CoV n’est pas disponible ou est négatif.
  • 19. 19Docteur NASRI mokdad Remarque : Confirmation en laboratoire non disponible pour les raisons suivantes : a)- impossibilité d’obtenir des échantillons aux fins d’analyse en laboratoire puisque le patient ou les échantillons ne sont pas disponibles; OU b)- diagnostic négatif du laboratoire (par des doutes planent sur la qualité ou sur le moment du prélèvement de l’échantillon).
  • 20. 20Docteur NASRI mokdad 2. Personne qui satisfait aux critères d’exposition et à ceux de la maladie, mais pour qui le résultat positif d’un test de dépistage du MERS-CoV fait en laboratoire n’a pas été confirmé par le Laboratoire national de microbiologie.
  • 21. 21Docteur NASRI mokdad Un test de dépistage du MERS-CoV positif doit remplir l’une des conditions suivantes : a) résultat positif de réaction en chaîne de la polymérase pour au moins deux cibles précises différentes sur le génome MERS-CoV; OU b) résultat positif de réaction en chaîne de la polymérase pour une cible précise sur le génome du MERS-CoV et confirmation de séquence du MERS-CoV à partir d’une cible de génome viral.
  • 22. 22Docteur NASRI mokdad Il peut s’écouler jusqu’à sept jours (à partir de l’envoi de l’échantillon au laboratoire) avant l’obtention des résultats des tests
  • 23. 23Docteur NASRI mokdad d)- Cas confirmé Personne dont l’infection par le MERS- CoV a été confirmée en laboratoire. e)- Contact étroit Personne qui a été en contact, sans protection appropriée, avec un cas confirmé ou un cas probable de catégorie présentant des symptômes et qui :
  • 24. 24Docteur NASRI mokdad 1)- a donné des soins à ce cas, en tant que travailleur de la santé ou proche, ou s’est trouvée dans une situation similaire de contact physique étroit; OU 2)- a été en contact direct avec les liquides biologiques de ce cas; OU
  • 25. 25Docteur NASRI mokdad 3)- a séjourné au même endroit que ce cas,  soit en vivant sous le même toit,  soit en ayant reçu des soins dans la même pièce  ou en ayant eu un contact étroit prolongé à moins de deux mètres
  • 26. 26Docteur NASRI mokdad L’infection par le MERS-CoV peut avoir plusieurs présentations chez l’humain, allant de l’absence de symptômes à des symptômes graves; les cas de syndrome respiratoire sévère sont ceux pour lesquels on a généralement plus de données.
  • 27. 27Docteur NASRI mokdad Les symptômes initiaux observés chez la majorité des cas de MERS-CoV hospitalisés sont les suivants :  fièvre;  difficulté respiratoire ou détresse respiratoire;  toux.
  • 28. 28Docteur NASRI mokdad Les symptômes non respiratoires les plus fréquents sont les suivants :  frissons;  fatigue;  céphalées;  étourdissements;  vomissement;  diarrhée;  douleur abdominale;  confusion;  myalgie;  arthralgie.
  • 29. 29Docteur NASRI mokdad La majorité des patients hospitalisés sur qui des données ont été consignées et dont l’histoire a été publiée ont présenté une maladie respiratoire aiguë sévère (pneumonie, infiltrats pulmonaires) ayant nécessité des soins intensifs, de deux à cinq jours après le début des symptômes.
  • 30. 30Docteur NASRI mokdad Plusieurs d’entre eux ont connu des complications telles que  une détresse respiratoire sévère aiguë ayant dû être traitée par ventilation mécanique,  une défaillance hépatique,  une défaillance rénale traitée par dialyse,  une coagulopathie intravasculaire disséminée ou des arythmies cardiaques.
  • 31. 31Docteur NASRI mokdad Plus de 40 % des cas graves développent également des infections respiratoires concomitantes. Chez ces cas hospitalisés, on a aussi observé des anomalies hématologiques et biochimiques.
  • 32. 32Docteur NASRI mokdad Quoique la majorité des cas hospitalisés présentent des symptômes typiques d’une infection des voies respiratoires sévère, plusieurs ont aussi présenté des symptômes atypiques, notamment  des symptômes gastro-intestinaux  ou une fièvre intermittente accompagnée de nausée et de douleurs musculaires intenses pendant une semaine,
  • 33. 33Docteur NASRI mokdad  d’où la nécessité pour les intervenants de demeurer vigilant lorsque le tableau clinique, en présence d’expositions reconnues associées au virus, est atypique. Le risque d’avoir une infection ou une maladie grave, ou les deux est accru pour les personnes immunosupprimées et celles qui sont affectées par des conditions médicales sous- jacentes telles que :
  • 34. 34Docteur NASRI mokdad  les maladies pulmonaires, rénales ou cardiaques;  le diabète;  l’obésité;  le tabagisme. Selon les études, la létalité se situe entre 30 et 65 %. Le seul facteur indépendant associé à la létalité était le fait d’avoir 65 ans ou plus.
  • 35. 35Docteur NASRI mokdad Une infection concomitante et une albumine basse étaient associées à une infection sévère
  • 36. 36Docteur NASRI mokdad 1- Biologique : Les premiers prélèvements doivent être réalisés le plus précocement possible et répétés au bout de 4 jours d'évolution clinique s'ils se sont révélés négatifs pour le MERS-CoV.
  • 37. 37Docteur NASRI mokdad PCR sur prélèvement pharyngé et de préférence sur des prélèvements profonds : sécrétions bronchiques, crachats induits, aspirations par fibroscopie bronchique, LBA (lavage broncho alvéolaire) (meilleure sensibilité).
  • 38. 38Docteur NASRI mokdad Le virus peut éventuellement être retrouvé également dans : - le sang : prélèvement de sang sur tube sec systématique et si possible sur EDTA ; - les urines ; - les selles : prélèvement de selles ou écouvillonnage rectal en cas de diarrhée 2- Radiologique : Pneumopathie interstitielle bilatérale dans 77 à 100 % des cas
  • 40. 40Docteur NASRI mokdad Les établissements de soins doivent signaler tous les cas répondant aux définitions de personne faisant l’objet d’une enquête, de cas probable et de cas confirmé à la Direction de santé publique de leur région. Ils doivent aussi aviser le Laboratoire de santé publique avant de lui envoyer les échantillons.
  • 41. 41Docteur NASRI mokdad Les directions de santé publique doivent à leur tour signaler dans les plus brefs délais la situation de toute personne faisant l’objet d’une enquête ainsi que les cas probables et les cas confirmés au Bureau de surveillance épidémiologique du ministère de la Santé, dans un délai de 48 heures après les avoir classés comme tels.
  • 42. 42Docteur NASRI mokdad Surtout quand il s’agit d’un cas confirmé, la situation peut être considérée comme une urgence de santé publique à portée internationale, couverte par le Règlement sanitaire international de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
  • 43. 43Docteur NASRI mokdad 1- Milieux de soins L’application des pratiques de base est importante pour la prévention de la transmission des infections par le MERS- CoV en milieu de soins..
  • 44. 44Docteur NASRI mokdad Il faut prêter une attention particulière au respect :  de l’hygiène des mains par tous les intervenants de santé;  de l’hygiène et de l’étiquette respiratoires par toute personne dès son arrivée dans un milieu de soins;  de la mise en place des mesures de triage.
  • 45. 45Docteur NASRI mokdad Il convient, pour la prévention de la transmission du MERS-CoV en particulier, de respecter celles qui suivent :  l’hébergement du patient dans une chambre d’isolement respiratoire. Si une telle chambre n’est pas disponible, le patient peut être hébergé dans une chambre individuelle (en maintenant la porte fermée) avec une toilette individuelle;
  • 46. 46Docteur NASRI mokdad  le port de l’équipement de protection individuelle par le travailleur de la santé, lequel équipement comprend: - un appareil de protection respiratoire de type N95, dès l’entrée dans la chambre, - une blouse à manches longues, - des gants, - une protection oculaire (des lunettes de protection ou une visière);
  • 47. 47Docteur NASRI mokdad  le port d’un masque de procédure ou d’un masque chirurgical par le patient lorsqu’il doit sortir de sa chambre. Les activités générant des aérosols doivent se dérouler dans une chambre à pression négative. Le travailleur de la santé peut envisager de porter une blouse imperméable à manches longues s’il devait être exposé à une grande quantité de liquides biologiques (ex. : vomissure).
  • 48. 48Docteur NASRI mokdad La personne soupçonnée d’être infectée par le MERS-CoV ou chez qui cette infection est confirmée doit être transférée rapidement dans un milieu apte à le prendre en charge de façon sécuritaire. Il faut aviser la Direction de santé publique de la région avant ce transfert, qui se fera par le moyen de transport approprié à la situation.
  • 49. 49Docteur NASRI mokdad En attendant le transfert de la personne, les mesures suivantes devraient être mises en application :  le respect des mesures d’hygiène et d’étiquette respiratoires;  l’isolement, le plus rapidement possible, de la personne dans une pièce dont la porte est fermée (idéalement, choisir une pièce bien ventilée dont l’air est évacué vers l’extérieur de l’édifice);
  • 50. 50Docteur NASRI mokdad  la limitation du nombre de professionnels entrant en contact avec la personne;  le port d’un appareil de protection respiratoire N95. Si ce type d’appareil n’est pas disponible et que le temps passé dans la même pièce que ce patient est court, le masque chirurgical ou de procédure peut être utilisé;
  • 51. 51Docteur NASRI mokdad  la limitation de l’examen physique de ce patient aux aspects essentiels pour sa santé et sa sécurité;  le respect de l’hygiène des mains avant et après le contact avec ce patient est important;
  • 52. 52Docteur NASRI mokdad  l’application des autres mesures de protection (port d’une blouse, de gants et d’une protection oculaire) doit être évaluée selon le risque d’être exposé aux liquides biologiques de ce patient. Pendant les transferts, le patient doit porter un masque chirurgical ou un masque de procédure.
  • 53. 53Docteur NASRI mokdad Effectuer une désinfection terminale au départ du patient ou à la levée des précautions additionnelles. La pièce et les objets touchés par le patient doivent être nettoyés et désinfectés selon les procédures habituelles, en utilisant le détergent germicide usuel ou une solution chlorée (une partie d’eau de Javel pour neuf parties d’eau) fraîchement préparée.
  • 54. 54Docteur NASRI mokdad Il n'existe aucun traitement spécifique pour les maladies provoquées par les coronavirus humains. Les traitements sont symptomatiques: prendre des médicaments contre la douleur et la fièvre, se reposer, ne pas sortir. Il n'existe actuellement aucun vaccin disponible pour se protéger contre l'infection par un coronavirus humain.