SlideShare une entreprise Scribd logo
‫المغربية‬ ‫المملكة‬
‫وزارة‬
‫الصحةو‬
‫االجتماعية‬ ‫الحماية‬
‫وتقنيات‬ ‫التمريضية‬ ‫للمهن‬ ‫العالي‬ ‫المعهد‬
‫الصحة‬
‫سطات‬
Royaume du Maroc
Ministère de la santé et de la protection
sociale
Institut supérieur des professions
infirmières et technique de santé
Settat
Soins infirmiers en chirurgie
Filière / Option : Soins infirmiers / IP
Cours enseigné par
Mme TOUZAMI Sanaa
Enseignante permanente à l’ISPITS Settat
Année universitaire :2021/2022
Plan de cours
• Partie III: Le rôle infirmier devant les pathologies chirurgicales
▪ Prise en charge d'un opéré de : Appendicite + occlusion intestinale
▪ Prise en charge d'un opéré de : Cholécystite +Péritonite
▪ Prise en charge d'un opéré de : Kyste hydatique de foie + Abcès du foie
▪ Prise en charge d'un patient pour une : Gastrectomie +résection colique ou rectale
▪ Prise en charge d'un opéré de : l'Hernie inguinale et crurale
▪ Prise en charge d'un opéré de : Adénome de prostate
▪ Prise en charge d'un opéré de : Hydrocèle + Ectopie testiculaire+ torsion du testicule
▪ Prise en charge d'un patient pour une : Chirurgie crânienne+ nucléotomie lombaire
▪ Prise en charge d'un opéré pour une chirurgie proctologique
▪ Prise en charge d'un patient pour une chirurgie orthopédique
▪ Prise en charge d’un patient pour une chirurgie pulmonaire
▪ Prise en charge des brulures et des gelures
2
Partie III
Le rôle infirmier devant les
pathologies chirurgicales
Prise en charge d’un
opéré d’appendicite
aiguë
4
5
>> Appendicite
Définition
▪ L’appendicite c’est l’inflammation de
l’appendice vermiculaire.
▪ Elle est caractérisée par la survenue en règle
brutale d’une douleur
abdominale, siégeant ou prédominant dans la
fosse iliaque droite,
souvent accompagnée de vomissements ou de
tendance nauséeuse.
Définition
6
>> Appendicite
Définition
Signes
Fonctionnels
Inspection
Palpation
Signes
Biologiques
▪ Douleur de la fosse
iliaque droite
▪ Fièvre(T°=38°- 38°,5)
▪ Nausée
▪ Vomissement
▪ Constipation(parfois)
▪ Toucher rectal
douloureux à droite
▪ Fosse iliaque droite
immobile elle ne suit
pas les mouvements
respiratoires
▪ Marche scoliotique
courbée
▪ Hyperleucocytose
(NFS)
▪ Augmentation de la
CRP.
7
>> Appendicite
Définition
▪ Forme habituelle : Fosse iliaque droite
▪ Formes selon le siège :
― Appendicite rétro-caecale
― Appendicite pelvienne
― Appendicite méso-coeliaque
― Appendicite sous hépatique
Formes cliniques
8
>> Appendicite
Définition
▪ Appendicite catarrhale
▪ Abcès appendiculaire
▪ Nécrose : ischémie
▪ Perforation
▪ Péritonite
▪ Septicémie
Complications
9
>> Appendicite
Définition
▪ Echographie
▪ Radiographie ASP (Abdomen sans
préparation)
Examens complémentaires
10
>> Appendicite
Définition
▪ L’appendicectomie est une intervention
chirurgicale visant à retirer l’appendice, lors
d’une appendicite. Soit par :
✓ Chirurgie classique (incision)
✓ Coeliochirurgie
But du traitement chirurgical
11
>> Appendicite
Définition
Soins infirmiers en préopératoires
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Vérification du dossier avec autorisation parentale pour les mineurs
▪ ++ Préparer le patient pour faire une Radiographie ASP (Abdomen Sans
Préparation) et échographie
Rôle infirmier
12
>> Appendicite
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance l’évolution
et identifier les signes
des complications et les
signes digestifs.
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation
liquide puis semi-liquide
avec réintroduction
progressive des aliments
13
>> Appendicite
Définition
Ce sont principalement des conseils hygiéno-diététiques :
▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les
repas
▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en
petite quantité
▪ Supprimer les boissons gazeuses
▪ Se peser régulièrement
Rôle infirmier
Éducation du patient
Prise en charge d’un
opéré d’occlusion
intestinale
14
15
>> Occlusion intestinale
Définition
▪ Arrêt complet et permanent du transit
intestinal (matières et gaz) dans un
segment intestinal (colique ou grêlique)
▪ C’est une urgence chirurgicale
Définition
16
>> Occlusion intestinale
Définition
▪ Douleur abdominales à types de crampes
suivies de périodes d’accalmie
▪ Arrêt des gaz et des selles
▪ Des vomissements alimentaires d’abord
puis bilieux, fécaloïdes tardivement
▪ État général altéré
▪ Distension abdominale, abdomen « dur »
et douloureux à la palpation
Signes cliniques
17
Définition
▪ Invagination du nourrisson.
▪ Volvulus (torsion de l’intestin)
▪ Maladie inflammatoire de l'intestin (exp
maladie de Crohn)
▪ Tumeur de l’intestin grêle
▪ Sténoses pyloriques.
▪ Cancer du côlon gauche.
Causes >> Occlusion intestinale
18
Définition
▪ Radiographie de l’Abdomen Sans
préparation (ASP)
▪ Lavement opaque aux hydrosolubles.
▪ Scanner Abdominal (Recherche de
l’étiologie)
▪ Ionogramme , urée et créa, bilan de la
fonction rénale
Examens complémentaires >> Occlusion intestinale
19
Définition
▪ Laxatifs
▪ Hydratation par voie d'abord veineuse.
▪ Aspiration digestive.
▪ Traitement chirurgical si traitement
médical inefficace
Traitement >> Occlusion intestinale
20
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits(ASP,
scanner abdominal, et lavement opaque aux hydrosolubles)
▪ ++ Faire les examens biologiques prescrits
▪ Administration des antalgiques selon la PM
▪ Arrêt de l’alimentation
Rôle infirmier >> Occlusion intestinale
Soins infirmiers en préopératoires
21
Définition
Réanimation (3h à 4h) pour corriger l’hypovolémie
Rôle infirmier >> Occlusion intestinale
Soins infirmiers en préopératoires
• Faire un prélèvement (Examens biologiques prescrits)
• Remplissage hydroélectrolytique (SS+électrolytes)
Mise en place d’une
voie veineuse
• Soulager le tube digestive
• Aspirer le liquide et le quantifier (correction par sérum salé)
Mise en place d’une
sonde naso-gastrique
• Établir une diurèse horaire pour juger de l’efficacité de la
réanimation
Mise en place d’une
sonde urinaire
22
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation
liquide puis semi-liquide
avec réintroduction
progressive des aliments
>> Occlusion intestinale
La sonde naso-gastrique(aspiration gastrique) est laissée en place jusqu’à la reprise du transit ( réapparition des gaz
et des selles)
23
Définition
Ce sont principalement des conseils hygiéno-diététiques
avec l’aide de la diététicienne et selon l’intervention et la
pathologie du patient :
▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les
repas
▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en
petite quantité
▪ Supprimer les boissons gazeuses
▪ Se peser régulièrement
Rôle infirmier
Éducation du patient
>> Occlusion intestinale
Prise en charge d’un
opéré de Cholécystite
aigue
24
25
>> Cholécystite
Définition
▪ Inflammation de la vésicule biliaire due à
l'obstruction du canal cystique par une
lithiase.
▪ Elle peut être aigüe ou chronique
Définition
26
>> Cholécystite
Définition
▪ Douleur intense de l’hypocondre droit
gênant la respiration (signe de Murphy)
▪ Vomissements
▪ Poussée fébrile de 38 à 39°c
▪ Etat général altéré
▪ Manifestations digestives : nausées –
vomissements
Signes cliniques
27
>> Cholécystite
Définition
▪ Hyperleucocytose
▪ Augmentation de la CRP
▪ Augmentation des transaminases et des
phosphatases alcalines
Signes biologiques
28
Définition
▪ Cholécystite chronique
▪ Péritonite biliaire due à une perforation
vésiculaire
▪ Fistulisation biliaire dans le duodénum ou le
colon qui peut entraîner un iléus biliaire en
cas de calcul volumineux.
▪ Pancréatite aigue
Complications >> Cholécystite
29
Définition
▪ Échographie hépatobiliaire
▪ Radiographie de l’ASP
▪ Échographie endoscopique
▪ Bilan hépatique
▪ Bilirubines conjugués
▪ Phosphatases alcalines
▪ Transaminases
Examens complémentaires >> Cholécystite
30
Définition
▪ La Cholécystectomie: Ablation de la
vésicule biliaire.
▪ Deux techniques sont utilisés : la
coeliochirurgie ou la laparotomie (incision
classique)
Traitement >> Cholécystite
31
Définition
▪ Supprimer la vésicule biliaire altérée et
contenant des calculs.
▪ S’assurer de la parfaite perméabilité de la
voie biliaire principale .
But du traitement chirurgical >> Cholécystite
32
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits
▪ ++Récupérer les examens complémentaires : Bilans cardiaque et pulmonaire si
l’intervention est une coeliochirurgie.
▪ Le patient doit commencer un régime pauvre en graisse et riche en glucides
lents et en protides
Rôle infirmier >> Cholécystite
Soins infirmiers en préopératoires
33
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation
liquide puis semi-liquide
avec réintroduction
progressive des aliments
>> Cholécystite
L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie.
34
Définition
▪ Le drain de Redon est à surveiller pour dépister une hémorragie (Lâchage de
suture de l’artère cystique)
▪ La lame est nettoyée chaque jour et raccourcie selon les prescriptions ( la
quantité et la qualité des sécrétions « sanglantes, purulentes, bilieuses » sont
notés sur le bilan)
▪ Surveiller le drain de KEHR (posé chirurgicalement, qui se trouve dans le canal
du cholédoque)
Rôle infirmier >> Cholécystite
Soins infirmiers en postopératoires
35
Définition
▪ Concernant le drain de KEHR : chaque jour, il faut :
▪ Noter la quantité recueillie et le volume compensé( compensation est
intraveineuse « Ringer Lactate…. » ou per os « Eau de Vichy » selon la PM)
▪ Noter l’aspect de la bile, hémorragique ou purulente
▪ Vérifier la fixation des drains à la peau et leur perméabilité
▪ Changer le poche de recueil
NB : Le drain de Kehr est retiré par le chirurgien à partir de J15.
Rôle infirmier >> Cholécystite
Soins infirmiers en postopératoires
Différence entre Drain de Redon et de KEHR
36
Drain de Redon Drain de KEHR
▪ Est un tube en plastique souple ou en silicone
doté de nombreux trous.
▪ Après l'opération, la partie perforée est placée au
niveau de la zone d'incision et vise à assurer
l'évacuation des sérosités vers l'extérieur.
▪ Le rôle du drain de Redon est de favoriser la
guérison du site opératoire et de prévenir toute
infection
▪ Drain souple et en forme de T
▪ Il est posé en cas d'intervention chirurgicale sur la
voie biliaire principale, qui draine normalement la
bile de la vésicule biliaire vers l'intestin grêle.
▪ Pendant les quelques jours qui restent en place,
la bile est drainée vers l’extérieur et collecté dans
une poche.
▪ Il permet à la voie biliaire principale, qui est
encore fragile, de reprendre progressivement son
fonctionnement.
37
Définition
Pour un meilleur confort du patient, il est
préférable d’éviter une alimentation
hyperlipidique
Rôle infirmier
Éducation du patient
>> Cholécystite
Prise en charge d’un
opéré de péritonite
38
39
>> Péritonite
Définition
▪ La péritonite est une inflammation aiguë du
péritoine, localisée ou généralisée, dont la cause
est le plus souvent infectieuse.
▪ La réaction locale puis générale peut rapidement
entraîner le décès.
▪ Le diagnostic doit donc être rapide et le
traitement est une urgence chirurgicale
Définition
40
>> Péritonite
Définition
▪ douleur abdominale soudaine et sévère
▪ Perte d'appétit, ballonnements
▪ Nausées, vomissements
▪ Diarrhée ou occlusion
▪ Fièvre (38 °C ou plus)
▪ Déshydratation
▪ Augmentation du pouls et TA normale ou basse
▪ Altération de l’état général
Signes cliniques
41
>> Péritonite
Définition
▪ Hyperleucocytose
▪ Hémoculture
Signes biologiques
42
Définition
▪ Coliques ( Sigmoïdite)
▪ Appendiculaire (Appendicite)
▪ Biliaires (Cholécystite)
▪ Génitales (Curetage, Salpingite)
▪ Traumatiques
Causes >> Péritonite
43
Définition
▪ Septicémie
▪ Cela peut mener à un choc septique
mortel
▪ Chez les femmes, une péritonite peut toucher
des organes comme l’utérus ou les trompes
de Fallope et provoquer la stérilité.
Complications >> Péritonite
44
Définition
▪ Radiographie de l’ASP
▪ Échographie
▪ Scanner
Examens complémentaires >> Péritonite
45
Définition
▪ Hospitalisation : CAT comme l’occlusion
intestinale aigue
▪ Intervention chirurgicale
▪ Coeliochirurgie
▪ Chirurgie classique
▪ Traitement étiologique (appendicectomie,
cholécystectomie…)
Traitement >> Péritonite
46
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits
▪ ++Récupérer les examens complémentaires : Bilans cardiaque et pulmonaire si
l’intervention est une coeliochirurgie.
▪ Arrêt de l’alimentation
▪ CAT de la mise en place de la SNG, Sonde urinaire, et voie veineuse comme la
CAT de l’Occlusion intestinale (voir page 21)
Rôle infirmier >> Péritonite
Soins infirmiers en préopératoires
47
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
>> Péritonite
L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie.
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation
liquide puis semi-liquide
avec réintroduction
progressive des aliments
48
Définition
Ce sont principalement des conseils hygiéno-diététiques
avec l’aide de la diététicienne et selon l’intervention et la
pathologie du patient :
▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les
repas
▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en
petite quantité
▪ Supprimer les boissons gazeuses
▪ Se peser régulièrement
Rôle infirmier
Éducation du patient
>> Péritonite
Prise en charge d’un opéré de:
49
-Kyste Hydatique de Foie (KHF)
-Abcès du Foie
50
>> KHF et Abcès du foie
Définition
Définition
Kyste Hydatique du foie Abcès du foie
C’est une tumeur kystique du
parenchyme hépatique , due au
développement de la forme larvaire
du teania echinococcus granulosus.
• Collection purulente intra
hépatique.
• Il peut être bactérien ou amibien
51
Définition
Signes cliniques >> KHF et Abcès du foie
Kyste hydatique du foie Abcès du foie
▪ Asymptomatique souvent
▪ La découverte systématique( malade ne
sais rien)
▪ Douleurs de l'hypocondre droit (HCD)
▪ Hépatomégalie .
▪ Deformation de l’HCD.
▪ Douleur de l'hypocondre droit
▪ Hépatomégalie fébrile.
▪ Syndrome infectieux =
▪ T°=40°c, pouls accéléré, sueur,
céphalée, frissons, urine foncée
avec oligurie
52
>> KHF et Abcès du foie
Définition
Complications
Kyste Hydatique du foie Abcès du foie
▪ Surinfection : abcès hépatique
▪ Fistulisation: Fistule biliaire+
Fistule thoracique
▪ Rupture intrapéritonéale
▪ Abcès multiples
▪ Enkystement de l’abcès
▪ Rupture : péritoine, voie biliaire,
pleuro pulmonaire
53
Définition
▪ Échographie
▪ Radiographie de Poumon
(kyste hydatique du poumon)
▪ Sérologie hydatique
Examens complémentaires >> KHF et Abcès du foie
▪ Échographie
▪ Sérologie amibienne
▪ Rectoscopie : Lésions sous forme
de coups d’ongles (Amibiase intestinale)
Kyste Hydatique du foie Abcès du foie
54
Définition
▪ Deux techniques sont utilisés :
▪ la coeliochirurgie
ou
▪ la laparotomie (incision
classique)
Traitement >> KHF et Abcès du foie
▪ Traitement médical (si abcès
minime)
▪ Drainage (si abcès volumineux),
soit par :
▪ Coelioscopie
▪ Laparotomie
▪ Percutané échoguidé
Kyste Hydatique du foie Abcès du foie
55
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits
▪ ++Récupérer les examens complémentaires : Bilans cardiaque et pulmonaire si
l’intervention est une coeliochirurgie.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
>> KHF et Abcès du foie
56
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪Surveiller l’état du
patient : réveil, coloration,
respiration, signes de choc
, douleur, agitation.
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription médicale.
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour prévenir
les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition des
gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation liquide
puis semi-liquide avec
réintroduction
progressive des aliments
L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie.
>> KHF et Abcès du foie
57
Définition
▪ Le drain de Redon est à surveiller pour dépister une hémorragie
▪ Surveiller le drain : Emplacement +perméabilité.
• Si le drain apporte la bile : Fistule biliaire
✓ Quantifier la bile et corriger la perte biliaire.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
>> KHF et Abcès du foie
58
Définition
▪ Éducation sanitaire des populations à risque en les informant sur les dangers de la
maladie et sur le mode de contamination.
▪ Éviter la promiscuité avec les chiens sinon se laver les mains après les avoir caresser.
▪ Laver soigneusement les légumes et les fruits consommés crus avec une eau propre.
▪ Exclure les chiens des abattoirs.
▪ Bruler les viscères hydatifères de mouton en évitant de les donner aux chiens.
▪ Éliminer les chiens errants.
▪ Hygiene des mains.
Rôle infirmier
Prophylaxie (KHF)
Kyste Hydatique du foie
Prise en charge d’un
patient pour une
gastrectomie
59
60
>> Gastrectomie
Définition
C’est une tumeur maligne qui atteint les
différents tissus de l’estomac, le plus souvent
sous forme d’un adénocarcinome.
Définition
Cancer de l’estomac
61
Définition
▪ Épigastralgies
▪ Nausées et vomissements répétés
▪ Altération de l’état général (anorexie,
asthénie, amaigrissement)
▪ Hémorragie gastro-intestinale et/ou
anémie chronique
▪ Dysphagie, généralement semi-récente,
chronique et progressive.
Signes cliniques >> Gastrectomie
Cancer de l’estomac
62
Définition
▪ Forte consommation d’aliments fumés
▪ Faible consommation de fruits et légumes
▪ Gastrite chronique
▪ Polypes
▪ Dégénérescence d’un ulcère
Facteurs favorisants >> Gastrectomie
Cancer de l’estomac
63
Définition
▪ TOGD (transit œsogastroduodénal)
▪ Bilan d’extension dans les cancers:
✓ Scanner abdominal
✓ Échographie hépatique
✓ Radiographie pulmonaire
✓ Marqueurs tumoraux)
Examens complémentaires >> Gastrectomie
Cancer de l’estomac
64
Définition
▪ Traitement chirurgical : Gastrectomie
partielle ou totale selon l’étendue de la
tumeur.
▪ Chimiothérapie : réduire et retarder
l’évolution de la tumeur.
▪ Radiothérapie : inefficace dans le cas d’un
cancer gastrique
Traitement >> Gastrectomie
65
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++Réaliser un bilan nutritionnel clinique et biologique (pourcentage
d'amaigrissement, protidémie, albuminémie)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (TOGD +bilan d’extension de cancer)
▪ ++Récupérer les examens complémentaires (examens pulmonaires et cardiaques)
principalement si l’intervention est une laparoscopie, afin de s’assurer que le patient
peut supporter l’insufflation de CO2
▪ Pesée du patient pour avoir un poids de référence
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
>> Gastrectomie
66
Définition
Le patient revient du bloc opératoire avec :
▪ Une incision
▪ Une voie veineuse
▪ Une sonde nasogastrique
▪ Un système de drainage (drain de Redon + lames et drains ronds)
▪ Une sonde d’oxygénothérapie (3 à 6 L/min)
▪ Des bas de contention ainsi qu’un traitement anticoagulant (HBPM)
en prévention des phlébites
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Gastrectomie
67
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation
liquide puis semi-liquide
avec réintroduction
progressive des aliments
>> Gastrectomie
68
Définition
La sonde d’aspiration gastrique:
▪ Vérifier la position de la sonde à j1 (Radio pulmonaire)
▪ Vérifier la fixation de la sonde à la narine
▪ Vérifier l’étanchéité et la perméabilité du circuit
▪ Quantifier et qualifier le liquide chaque jour et tenir en compte dans le bilan des
entrées et de sorties
▪ Établir une feuille de surveillance journalière où sera mentionnée le volume de
liquide gastrique recueilli et le volume de liquide compensé à chaque cycle ainsi
que le cumul de 24h
▪ Effectuer des soins de bouche pluriquotidiens pour éviter le dessèchement de la
langue
L’ablation de la sonde gastrique est réalisé dès la reprise du transit (gaz) c-à-d vers j3-
j4 , après clampage pendant quelques heures.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Gastrectomie
69
Définition
Les divers drainages:
▪ Leurs sécrétions sont quantifiées chaque jour et font partie du bilan des entrées et
des sorties.
▪ Rechercher l‘apparition des sécrétions de type digestif qui pourrait signifier une
fistule anastomotique
▪ Les drains de type Redon sont retirés dès que les sécrétions sont inférieures à 10ml
c-à-d vers j2 ou j3
▪ Les lames et les drains ronds non aspiratifs sont mobilisés et raccourcis chaque jour
lors du pansement.
– Ils sont retirés vers j5-j7 dès qu’ils sont devenus trop courts(ils tombent seuls)
– Ils ne sont jamais retirés avant la reprise de l’alimentation orale, car ils sont un
bon indicateur en cas de fistules digestives
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Gastrectomie
70
Définition
L’alimentation:
▪ Elle débute dès la reprise du transit et il est prise en charge par la diététicienne.
▪ Elle doit être non irritante (sans fibres) peu concentrée en sucre et en sel, hyperprotidique et
hypercalorique pour maintenir un bon état général et en quantité progressive.
▪ Les repas doivent être fractionnés dans la journée et le poids surveillé régulièrement:
✓ J1: repas liquide (boisson, tisane, bouillon)
✓ J2 : repas semi liquide(bouillon, crème)
✓ J3 : repas mixé (viande ou poisson, compote)
✓ J4 : repas haché (viande, œuf, pomme de terre)
✓ J5 : repas mou (poisson entier, viande tendre et bien cuite , yaourt)
✓ j6 : repas sans fibres ( ajout de fruits cuits sans peau)
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Gastrectomie
71
Définition
▪ Les mêmes complications des suites opératoires en général (partie I du cours)
+ Fistule digestive
+ Diarrhée
+ Dumping syndrome ( Passage trop rapide dans le grêle d’aliments non digérés)
+ Anémie : carence en vitamine B12(anémie de Biermer) par absence de facteur
intrinsèque (gastrectomie totale) et carence en fer et en acide folique par
diminution de leur absorption
Complications des suites opératoires >> Gastrectomie
72
Définition
Elle repose sur des conseils alimentaires:
▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les
repas
▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en
petite quantité
▪ Éviter les aliments épicés, gras, glacés, les fruits crus,
les condiments comme la moutarde, les sucres rapides
▪ Supprimer le tabac
▪ Se peser régulièrement
Rôle infirmier
Éducation du patient
>> Gastrectomie
Prise en charge d’un
patient pour une
résection colique ou
rectale
73
74
Définition
Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la
muqueuse du côlon (la partie moyenne du gros
intestin, située entre le cæcum et le rectum) ou du
rectum.
Le cancer du côlon et du rectum représente la
3éme forme de cancer la plus courante
Définition
Cancer colorectal
Résection colique ou rectale
75
Définition
Signes fonctionnels
▪ Des rectorragies, un melæna
▪ Une modification du transit intestinal
persistant malgré un traitement adapté.
▪ Un syndrome rectal (faux besoins,
ténesmes, épreintes).
▪ Des douleurs abdominales inexpliquées,
des coliques violentes.
▪ Une occlusion intestinale.
▪ Un amaigrissement récent inexpliqué.
Signes cliniques
Cancer colorectal
Résection colique ou rectale
Signes cliniques
▪ Une anémie ferriprive sans autre
étiologie (hémoglobinémie < 11
g/100 ml) .
▪ Une masse palpable abdominale
76
Définition
▪ Facteurs de risque liés à l’âge (âge
>50ans )
▪ Facteur de risque lié à une mutation
génétique (Le syndrome de Lynch et
La polypose adénomateuse familiale)
▪ Facteur de risque lié à une maladie
inflammatoire du côlon (Maladie de
Crohn, Rectocolite hémorragique)
Facteurs de risque
Cancer colorectal
Résection colique ou rectale
▪ Facteur de risque lié à un antécédent
familial
▪ Facteurs de risque liés au mode de
vie
▪ Tabagisme et Consommation d'alcool
▪ Surpoids et obésité
▪ Consommation de viande et de
charcuterie
77
Définition
▪ Endoscopie ( coloscopie et rectoscopie)
▪ Écho endoscopie endorectale
▪ Bilan d’extension dans les cancers:
✓ Scanner abdominal, IRM pelvienne ou
échographie abdominale
✓ Échographie hépatique
✓ Radiographie pulmonaire
✓ Marqueurs tumoraux)
✓ cystographie
Examens complémentaires
Cancer colorectal
Résection colique ou rectale
78
Définition
▪ Traitement chirurgical :
▪ Résection colique (cancer du colon)
▪ Résection rectale (cancer du rectum)
▪ Résection colorectal (cancer colorectal)
▪ Chimiothérapie : réduire et retarder
l’évolution de la tumeur.
▪ Radiothérapie : inefficace dans le cas d’un
cancer gastrique
Traitement Résection colique ou rectale
79
Définition
Résection colique
C’est l’ablation du côlon
(colectomie) qui peut être
totale ou segmentaire.
Traitement Résection colique ou rectale
Résection colorectale
Emporte la totalité du côlon (colectomie) et le rectum avec
anastomose iléo-anale après confection d’un réservoir iléal qui
remplace l’ampoule rectale
Résection rectale
Consiste à retirer une
partie ou la totalité
du rectum malade.
80
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++Réaliser un bilan nutritionnel clinique et biologique
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (endoscopie + Écho
endoscopie endorectale +bilan d’extension de cancer)
▪ Pesée du patient pour avoir un poids de référence
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Résection colique ou rectale
81
Définition
▪ Préparation du colon pour obtenir une vacuité digestive et diminuer la
concentration des bactéries :
– Une semaine avant, régime sans résidus commencé par le patient
(suppression des laitages, fruits, légumes verts, frites) et poursuivi dans le
service.
– Lavement évacuateur (contre indique si cancer du rectum ou lésions
occlusive)
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Résection colique ou rectale
82
Définition
Le patient revient du bloc opératoire avec :
▪ Une incision fermée avec des agrafes (parfois une incision périnéale)
▪ Une voie veineuse périphérique
▪ Un système de drainage (drain de Redon + lames drains tubulaires)
▪ Une sonde d’aspiration gastrique
▪ Une sonde vésicale dans le chirurgie du rectum
▪ Une stomie digestive
▪ Des bas de contention ainsi qu’un traitement anticoagulant (HBPM) en
prévention des phlébites
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Résection colique ou rectale
83
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des agrafes
sur PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation
liquide puis semi-liquide
avec réintroduction
progressive des aliments
Résection colique ou rectale
84
Définition
La sonde d’aspiration gastrique:
▪ Vérifier la position de la sonde à j1 (Radio pulmonaire)
▪ Vérifier la fixation de la sonde à la narine
▪ Vérifier l’étanchéité et la perméabilité du circuit
▪ Quantifier et qualifier le liquide chaque jour et tenir en compte dans le bilan des
entrées et de sorties
▪ Établir une feuille de surveillance journalière où sera mentionnée le volume de
liquide gastrique recueilli et le volume de liquide compensé à chaque cycle ainsi
que le cumul de 24h
▪ Effectuer des soins de bouche pluriquotidiens pour éviter le dessèchement de la
langue
L’ablation de la sonde gastrique est réalisé dès la reprise du transit (gaz) c-à-d vers j3-
j4 , après clampage pendant quelques heures.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Résection colique ou rectale
85
Définition
Les divers drainages:
▪ Leurs sécrétions sont quantifiées chaque jour et font partie du bilan des entrées et
des sorties.
▪ Rechercher l‘apparition des sécrétions de type digestif qui pourrait signifier une
fistule anastomotique
▪ Les drains de type Redon sont retirés dès que les sécrétions sont inférieures à 10ml
c-à-d vers j2 ou j3
▪ Les lames et les drains ronds non aspiratifs sont mobilisés et raccourcis chaque jour
lors du pansement.
– Ils sont retirés vers j5-j7 dès qu’ils sont devenus trop courts(ils tombent seuls)
– Ils ne sont jamais retirés avant la reprise de l’alimentation orale, car ils sont un
bon indicateur en cas de fistules digestives
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Résection colique ou rectale
86
Définition
La stomie:
▪ Réaliser les soins de la stomie (voir fiche technique n° 11 :Soins d’une stomie)
L’alimentation:
▪ Elle commence dès la reprise du transit vers j3-j4.
▪ Elle est progressive avec un régime pauvre en fibres pendant 3 ou 4 semaines
pour diminuer la motricité intestinale et donc la tension sur la stomie.
▪ Dans les amputations du rectum, le régime doit être hyperprotidique pour
faciliter le comblement de l’évidement périnéal
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Résection colique ou rectale
87
Définition
▪ Les mêmes complications des suites
opératoires en général (partie I du cours)
+ Nécrose de la stomie
+ Fistule digestive
Complications des suites opératoires Résection colique ou rectale
88
Définition
Elle repose sur l’entretien de la stomie et les conseils alimentaires:
L’entretien de la stomie
▪ L’infirmière doit apprendre au patient à poser, à changer, à vidanger la poche, à
nettoyer l’orifice et la peau péristomiale.
▪ La démarche d’apprentissage implique que :
✓ L’infirmière réalise le soin en expliquant les gestes au patient qui regarde
✓ Le patient réalise le soin, aidé dans ses gestes par l’infirmière
✓ Le patient réalise seul le soin, l’infirmière évalue ses connaissances et réajuste
(Voir la fiche technique n°11 de soins de la stomie)
Rôle infirmier
Éducation du patient
Résection colique ou rectale
Les conseils alimentaires:
▪ Pour réduire le volume des selles il faut réduire l’apport des fibres .
▪ Pour réduire les odeurs et les gaz, il faut réduire les aliments qui fermentent(choux )
▪ Le patient doit :
- Connaître les aliments constipants (chocolat, riz, carotte, banane) ;
- Connaître les aliments laxatifs (glace, laitage..)
- Mastiquer lentement les aliments
- Eviter les boisons gazeux
▪ Supprimer le tabac et les chewing-gums et surtout éviter de prendre du poids ce qui
pourrait modifier le diamètre de la stomie
89
Définition
Rôle infirmier
Éducation du patient
Résection colique ou rectale
Prise en charge d’un opéré de:
90
-Hernie inguinale
-Hernie Crurale
91
>> Hernie inguinale et Crurale
Définition
Définition
Hernie inguinale Hernie Crurale
On parle de l’hernie
inguinale lorsqu’elle siège juste
au-dessus du pli de l’aine.
Hernie : Déplacement d’un organe ou d’une partie d’un organe hors de sa cavité naturelle.
On parle de l’hernie crurale
lorsqu’elle est située en dessous
du pli de l’aine.
92
Définition
Signes cliniques >> Hernie inguinale et Crurale
▪ Tuméfaction molle visible au niveau de l’aine :
indolore
▪ Expansive et impulsive (elle augmente de volume
lors des efforts et de la toux)
▪ Augmente de volume à la position debout et à
l’effort
▪ Réductible : disparait à la position allongée
En dehors de la différence de localisation, l’hernie crurale présente les mêmes signes
que la hernie inguinale :
93
Définition
Complications >> Hernie inguinale et Crurale
▪ L'évolution naturelle d'une hernie non traitée
est l'augmentation de volume.
▪ L’étranglement herniaire est le risque le plus
grave. (Hernie étranglée)
▪ Occlusion aigue par strangulation.
▪ Une ischémie pouvant provoquer une nécrose
intestinale voire aller jusqu’à la perforation
En dehors de la différence de localisation, l’hernie crurale présente les mêmes
complications que la hernie inguinale :
C’est une urgence chirurgicale (hernie étranglée)
94
Définition
Complications >> Hernie inguinale et Crurale
▪ Congénitales
▪ Acquises des suites de :
✓ Affaiblissement de la paroi musculaire
abdominale
✓ Hyperpression abdominale (port de charges
lourdes)
✓ Obésité (surtout pour les hernies
ombilicales)
En dehors de la différence de localisation, l’hernie crurale présente les mêmes causes
que la hernie inguinale :
95
Définition
Examens complémentaires >> Hernie inguinale et Crurale
▪ Aucun examen complémentaire n’est
nécessaire
▪ Sauf dans le cas d’une complication :
▪ scanner abdominal en urgence
Ou
▪ une échographie afin de connaitre le
contenu de cette hernie.
96
Définition
Traitement >> Hernie inguinale et Crurale
▪ Le seul traitement curatif est
chirurgical
✓ pratiqué rapidement pour
prévenir un étranglement ou en
urgence si l'étranglement est
avéré
97
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
>> Hernie inguinale et Crurale
98
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪Surveiller l’état du
patient : réveil, coloration,
respiration, signes de choc
, douleur, agitation.
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription médicale.
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour prévenir
les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition des
gaz.
▪ Reprise progressive du
transit : Alimentation liquide
puis semi-liquide avec
réintroduction
progressive des aliments
L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie.
>> Hernie inguinale et Crurale
99
Définition
▪ Surveillance de reprise de la diurèse car risque de rétention aigue post-
opératoire : surveiller l’absence de douleur au niveau du bas ventre et
l’absence de globe urinaire
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
>> Hernie inguinale et Crurale
Prise en charge d’un opéré
de :
100
▪ Adénome de prostate
101
Adénome de Prostate
Définition
▪ L’adénome de la prostate est une
augmentation de volume de la prostate qui
survient le plus souvent chez l’homme de
plus de 50 ans.
▪ Cette est aussi appelée l’hypertrophie
bénigne de la prostate ou HBP.
Définition
102
Définition
▪ Une dysurie
▪ Une pollakiurie
▪ Hématurie
▪ Des envies urgentes d’uriner
▪ Parfois une incontinence urinaire
Signes cliniques Adénome de Prostate
▪ Une faiblesse de jet
▪ Rétention aigue d’urines
▪ Miction par regorgement : goutte à
goutte
▪ Infection urinaire
103
Définition
▪ Rétention aigue d'urine
▪ Vessie de lutte et résidu post mictionnel:
sensation de vidange incomplète de la
vessie
▪ Distension vésicale : défaillance du muscle
vésical, complication grave car elle menace
la fonction rénale
▪ Insuffisance rénale
▪ Lithiase vésicale
Complications Adénome de Prostate
▪ Infection rénale
▪ Adénomite : syndrome infectieux
▪ Orchiepididymite
Complications septiques
Complications mécaniques
104
Définition
▪ Échographie prostatique par voie
endorectale
▪ Échographie abdominale
▪ Urographie intraveineuse
Examens complémentaires Adénome de Prostate
▪ Biologie : ionogramme, ECBU,
dosage de PSA (antigène
spécifique de la prostate )
▪ Cystoscopie si hématurie
associée
105
Définition
Traitement chirurgical
▪ Chirurgie à ciel ouvert: énucléation par
taille vésicale.
Indiquée pour les gros AP sup à 50 g.
▪ Résection transurétérale : par voie
endoscopique.
Traitement Adénome de Prostate
106
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (Échographie prostatique par
voie endorectale + Echographie abdominale + Urographie intraveineuse)
▪ ++Récupérer les examens complémentaires faits en fonction de l’âge et des
modifications physiologiques et pathologiques(examens pulmonaires et
cardiaques)
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Adénome de Prostate
107
Définition
▪ En cas d’infection urinaire le traitement antibiotique par voie parentérale est
commencé la veille de l’intervention
▪ Le patient arrive en urgence pour une rétention aigue d’urine par compression
et sténose de l’urètre.
➢ Dans ce, le premier geste à effectuer est la pose d’une sonde vésicale en
cas d’impossibilité(prostatite ou rétrécissement), un cathéter sus-pubien
posé par le chirurgien afin de vider la vessie de façon progressive
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Adénome de Prostate
108
Définition
Les premières 48 heures :
➢ Risque d’hémorragie majeure avec formation de caillots dans la vessie , d’où la
nécessité de surveiller :
▪ Un globe vésical indique la présence de caillots dans la vessie; dans ce cas
procéder au décaillotage rapide.
▪ S’assurer que la sonde est perméable en faisant un lavage au sérum
physiologique
▪ Que la sonde n’est pas bouchée, en faisant en besoin des petits lavages avec 10
à 20 cc de sérum stérile sans forcer, pour évacuer des caillots
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Adénome de Prostate
109
Définition
Les premières 48 heures :
➢ Risque d’hémorragie majeure avec formation de caillots dans la vessie , d’où la
nécessité de surveiller :
▪ Un globe vésical indique la présence de caillots dans la vessie; dans ce cas
procéder au décaillotage rapide.
▪ S’assurer que la sonde est perméable en faisant un lavage au sérum
physiologique
▪ Que la sonde n’est pas bouchée, en faisant en besoin des petits lavages avec 10
à 20 cc de sérum stérile sans forcer, pour évacuer des caillots
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Adénome de Prostate
110
Définition
Irrigation continue:
➢ Son objectif est d’empêcher la formation de caillots dans la vessie.
➢ Le lavage est réalisé à l’aide de poches de sérum de 3L et le débit est adapté en
fonction de la couleur de retour des urines.
➢ Elle est poursuivie pendant 48 heures ou plus si les urines ne sont pas redevenues
claires
➢ Elle est ensuite remplacée par une cure de diurèse (3L de boisson par jour)
➢ L’irrigation nécessite la réalisation chaque jour d’un bilan des entrées et des sorties(la
qté de sérum injecté pour l’irrigation et la qté recueillie dans la poche à urine)
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Adénome de Prostate
111
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
Adénome de Prostate
Surveiller la courbe thermique, la courbe de diurèse, l’état de l’hypogastre à la recherche d’un
globe ou d’une fistule urinaire.
112
Définition
Il importe d’expliquer clairement les troubles
sexuels engendrés par l’intervention, car ils sont
un sujet d’angoisse supplémentaire pour le
patient.
Il faut l’encourager à venir avec sa compagne
consulter son médecin et lui faire part des
problèmes qu’il rencontre.
Rôle infirmier
Éducation du patient
Adénome de Prostate
113
Définition
▪ Pour éviter l’hémorragie et donc la formation de caillots,
l’irrigation vésicale doit être continue.
▪ Plus le liquide de retour est foncé, plus le débit de lavage
doit être important
Rôle infirmier
Points essentiels
Adénome de Prostate
Prise en charge d’un opéré
de :
114
▪ Hydrocèle
▪ Ectopie testiculaire
▪ Torsion
115
Pathologies génito--scrotales
Définition
Définition
Accumulation de
liquide dans une
poche cloisonnée,
intravaginale et à
l’extérieur du
testicule.
Hydrocèle
C'est la position
anormale d'un
testicule en dehors de
sa bourse.
C'est une anomalie
congénitale.
Ectopie testiculaire
C'est un enroulement
brutal sur lui-même
du cordon qui retient
et nourrit le testicule.
C'est une urgence
urologique.
Torsion du testicule
116
Pathologies génito--scrotales
Définition
Définition
Hydrocèle Ectopie testiculaire Torsion du testicule
117
Pathologies génito--scrotales
Définition
Signes cliniques
-Tuméfaction scrotale
non douloureuse de
volume variable
-Testicule
difficilement palpable
au sein de la bourse
Hydrocèle
Au cours de l’examen
clinique, on note qu’il
est impossible de
palper le testicule
dans la bourse. Le
testicule est parfois
palpable à l’orifice
inguinal.
Ectopie testiculaire
-La douleur est le
maître symptôme
Parfois des troubles
digestifs (nausées et
vomissements)
-La palpation montre
un testicule surélevé
et œdémateux
Torsion du testicule
118
Pathologies génito--scrotales
Définition
Examens complémentaires
L’échographie est
l’examen de référence
en cas de doute
diagnostique
Hydrocèle
L’échographie et TDM
abdomino-pelviennes
Ectopie testiculaire
L’échographie-
Doppler testiculaire
Torsion du testicule
119
Pathologies génito--scrotales
Définition
Traitement
Hydrocèle Ectopie testiculaire
Le traitement est chirurgical
Concernant la torsion du testicule, il s’agit d’une urgence
chirurgicale car la nécrose devient irréversible en 6
heures
Torsion du testicule
120
Définition
▪ En urgence
• Rechercher les signes accompagnateurs : douleur, tuméfaction, nausées,
vomissement ;
• des signes urinaires, fièvre.
• Interroger le malade sur la date du début de la douleur.
• Prendre les constantes.
• Prévoir une voie veineuse.
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires ( Torsion de testicule)
Pathologies génito--scrotales
121
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires ( Torsion de testicule et Hydrocèle)
Pathologies génito--scrotales
122
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
(hydrocèle + Ectopie testiculaire + torsion de testicule )
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
Adénome de Prostate
123
Définition
Les enfants opérés sera immobilisé un minimum de temps et
devront avoir une activité physique réduite pendant quelques
jours.
Rôle infirmier
Éducation du patient
Adénome de Prostate
Prise en charge d’un patient
pour :
124
▪ Une Chirurgie crânienne
125
>> Chirurgie crânienne
Définition
Tumeur cérébrale: le terme de tumeur cérébrale s’applique a toute
les néo formations intracrânienne quelque soit leurs situations
a) au niveau du parenchyme
b) au niveau des méninges
c) au niveau des nerfs crâniens
Abcès du cerveau : Collection purulente intra crânienne développée
à l'intérieur du parenchyme encéphalique
Définition
126
Définition
Syndrome infectieux :
▪ Mauvais état général, fièvre avec accès de
frissons
Syndrome d’HIC : (hypertension intracrânienne)
▪ En premier plan céphalées diffuses nocturnes
et matinales
▪ Vomissements
▪ Troubles de la vigilance
▪ Désorientation temporospatiale
Syndrome déficitaire :
▪ Hémiplégie ou hémiparésie
▪ Aphasie
Signes cliniques
Abcès de cerveau
>> Chirurgie crânienne
127
Définition
Les signes vont dépendre de :
▪La situation
▪la nature
▪le volume
▪La rapidité de croissance
Signes cliniques
Tumeur cérébrale
>> Chirurgie crânienne
▪Céphalées intenses et inhabituelles
▪Trouble de la conscience
▪Vomissements
▪Œdème papillaire
▪ Bradycardie
▪Paralysie du 6eme nerfs crânien
▪Crise d’épilepsie généralisée
▪Raideur de la nuque
Troubles psychiques
▪ Modifications de l’humeur et
du caractère
▪ Réduction de l’activité
▪ Ralentissement intellectuel
128
Définition
▪ Hémorragie
▪ Hydrocéphalie
▪ Méningite tumorale
▪ Paralysie du nerf crânien
▪ Troubles de la marche
▪ Pathologies liés au décubitus
Complications
▪ Septicémie
▪ Méningite
Abcès du cerveau
Tumeur cérébral
>> Chirurgie crânienne
129
Définition
▪ Scanner cérébral
▪ IRM
▪ Électroencéphalogramme (EEG)
Examens complémentaires >> Chirurgie crânienne
130
Définition
Tumeur cérébrale:
L’objectif de traitement chirurgical des tumeurs
du cerveau est de retirer la totalité ou la plus
grosse partie de la tumeur.
Abcès du cerveau :
Le traitement chirurgical de l’abcès cérébral
repose sur une ponction drainage réalisée en
urgence grâce à la TDM.
Traitement >> Chirurgie crânienne
131
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (scanner cérébral + IRM+ EEG)
▪ ++Récupérer les examens complémentaires (examens pulmonaires « Rx du
thorax » et examens cardiaques « ECG » )
▪ Evaluation de l’état neurologique du patient indispensable pour juger
l’évolution postopératoire
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
>> Chirurgie crânienne
132
Définition
Le patient revient du bloc opératoire avec :
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
▪ Un scope
▪ Un ou deux drain de Redon
▪ Une incision
▪ Une sonde nasogastrique
▪ Un système de drainage (drain de
Redon )
▪ Une sonde vésicale
▪ Une sonde d’intubation reliée à un
respirateur
▪ Un capteur de pression
intracrânienne (PIC)
▪ Un cathéter périphérique
▪ Un cathéter artériel
▪ Un cathéter central
Mesure de la PIC 133
134
Définition
▪ Le patient est installé en décubitus dorsal proclive , tête relevée a 30
degrés pour assurer un meilleur drainage veineux et diminuer la pression
intracrânienne
▪ La surveillance neurologique : elle est capitale pour déceler des
complications intracrâniennes. Elle est effectuée toute les demi-heures et
porte sur l’état de conscience (évaluée sur le score de Glasgow)
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
135
Définition
Rôle infirmier >> Chirurgie crânienne
Score de Glasgow
Score = 15 : conscience normale
136
Définition
La surveillance de la PIC :
• il est surveiller toutes les heures pour rechercher une hypertension
intracrânienne
• La PIC normale est de 10 à 15 mm Hg. Une augmentation supérieur à 20
mm Hg doit être signalée au réanimateur
• Tous les raccords doivent être enfermés dans un boîtier protecteur et
changés régulièrement
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
137
Définition
La ventilation assisté :
▪ Surveiller les paramètres du respirateur réglé par le réanimateur
▪ Vérifier la position de la sonde d’intubation par une radio pulmonaire :
❑ Vérifier la bonne fixation de la sonde ;
❑ Changer régulièrement les filtres et les raccords ;
❑ Aspirer le patient régulièrement avec le maximum d’asepsie, l’aspiration doit
être rapide pour éviter l’augmentation de la pression intracrânienne ;
❑ Effectuer des soins de bouche quotidiens ;
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
138
Définition
Le cathéter artériel : qui permet une surveillance instantanée des variations
hémodynamiques (hyper ou hypotension susceptible d’entraîner une hypertension
intracrânienne. elle permet aussi les prélèvements sanguins ainsi que ceux du gaz du
sang artériel:
▪ Contrôler sa fixation et maintenir le poignet sur une attelle ;
▪ Vérifier le point de ponction et l’aspect du pansement occlusif ;
▪ Lors des prélèvements sanguins prélever l’hémostase en dernier, le cathéter artériel
étant épargné les résultats seraient faussés ;
▪ Ne jamais rien injecter dans un cathéter artériel
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
139
Définition
Le cathéter central : permet la mesure de la pression veineuse qui règne dans la
veine cave supérieure .l’infirmière doit :
▪ Contrôler la position du cathéter par une radiographie thoracique, la
recherche du reflet et la présence d’oscillations synchrones de la ventilation ;
▪ Communiquer tout résultat anormal au réanimateur ;
▪ Contrôler sa fixation et sa perméabilité ;
▪ Vérifier les points de ponction et l’aspect du pansement occlusif ;
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
140
Définition
Le cathéter périphérique : assure la réhydratation et le passage des différents
médicaments, les soins du cathéter exigent de :
▪ Vérifier le point de ponction, l’aspect du pansement occlusif et le reflux
▪ Contrôler sa fixation et sa perméabilité ;
▪ Manipuler les robinets avec des compresses stériles imbibées de bétadine ;
▪ Changer les robinets et les tubulures toutes les 48h ;
▪ Dépister un hématome, une infiltration, une inflammation ou des signes d’infection
▪ Contrôler le débit de la perfusion et des seringues électriques, un débit trop rapide
peut entraîner un œdème cérébral ;
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
>> Chirurgie crânienne
141
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ L’alimentation ne sera
reprise qu’après
l’extubation du patient,
avec contrôle de la
déglutition.
>> Chirurgie crânienne
142
Définition
Rôle infirmier
Suites opératoires compliquées
>> Chirurgie crânienne
▪ Œdème cérébral
▪ Épilepsie
▪ méningite
Les suites opératoires en neurologie sont marquées par le risque d’HIC avec souffrance
cérébrale. La surveillance des signes neurologiques (conscience, motricité, pupilles) et de la
PIC est donc capitale pour une prise en charge efficace.
143
Définition
Le suivi médical est indispensable et
le patient doit revenir en
consultation dans le mois qui suit la
sortie.
Rôle infirmier
Éducation du patient
>> Chirurgie crânienne
Prise en charge d’un patient
pour :
144
▪ Une nucléotomie lombaire
145
>>nucléotomie lombaire
Définition
• Une hernie discale est la rupture de
l’enveloppe fibreuse d'un disque
intervertébral, qui provoque le
glissement du noyau pulpeux vers
l'extérieur.
• Il en résulte une pression exercée sur
les racines nerveuses à ce niveau.
Définition
Hernie discale
146
>>nucléotomie lombaire
Définition
- Obésité
-La grande taille
- Microtraumatismes répétés
-Troubles de la statique (scoliose).
Facteurs favorisants
Hernie discale
147
>>nucléotomie lombaire
Définition
▪ Douleur lombaire vive
▪ Survenue au cours d’un effort
▪ Avec impression de craquement
▪ Raideur lombaire, contracture
musculaire
▪ Varie selon le niveau de l’hernie
(L4-L5 / L5-S1).
Signes cliniques
Hernie discale
▪ Irradiation dans la région
lombaire des membres
inférieures, passant par les fesses,
les cuisses puis la face externe de
la jambe jusqu’à la malléole.
▪ Paresthésie : pieds, orteil…
148
>>nucléotomie lombaire
Définition
▪ des troubles sphinctériens
(rétention ou perte d’urine, perte de
selles).
▪ une paralysie totale.
complications
Hernie discale
149
>>nucléotomie lombaire
Définition
Intervention qui a pour but de lever la
compression radiculaire et consiste en
une nucléotomie, c'est-à-dire la
résection de la hernie et le curetage
discal.
Traitement
Hernie discale
150
>>nucléotomie lombaire
Définition
▪ Radiographie du rachis lombaire
▪ Scanner et/ou IRM
Examens complémentaires
151
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire (NFS, plaquette,
hémostase, groupe sanguin, facteur rhésus, RAI, ionogramme sanguin,
glycémie, créatinémie)
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (Radiographie du rachis
lombaire Scanner et/ou IRM)
▪ ++Récupérer les examens complémentaires (examens pulmonaires « Rx du
thorax » et examens cardiaques « ECG » )
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
>>nucléotomie lombaire
152
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
Adénome de Prostate
153
Définition
▪ Le premier lever : est effectué si possible dés le lendemain avec l’aide du
kinésithérapeute qui apprend au patient à se lever du lit sans effectuer des
mouvements de torsion du tronc, de la position dorsale, le patient doit passer
en position latérale, puis effectuer un mouvement de bascule au bord du lit
pour redresser le buste à l’aide de la main tandis que les jambes descendent.
▪ Il faut recommander au patient de ne pas soulever sa jambe au dessus du lit
lorsqu’il est couché, de s’asseoir le moins possible sur le lit (trop moue) et
d’augmenter très progressivement la durée de la station assise
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
>>nucléotomie lombaire
Définition
Objectifs: Apprentissage d’une bonne hygiène lombaire pour éviter les récidives.
Le patient devra éviter:
▪ Respecter un repos de 1 mois avant la reprise progressive des
activités
Le patient devra éviter:
▪ Porter des charges lourdes.
▪ Station debout prolongée avec une flexion du tronc.
▪ Long trajet en voiture (ou alors faire des pauses).
▪ Sports violents.
Le patient devra pratique
▪ Natation sur le dos, la marche.
▪ S’accroupir pour ramasser quelque chose ou soulever un objet.
▪ Lutter contre l’excès de poids.
Rôle infirmier
Soins éducatifs
>>nucléotomie lombaire
154
Prise en charge d’un patient
pour :
155
▪ Une chirurgie proctologique
156
Chirurgie proctologique
Définition
Définition
• Dilatation de veines au niveau de la sous-muqueuse du canal anal.
• Elles peuvent être internes ou externes.
hémorroïdes
• Ulcère cutané ou fissure de la membrane de la paroi anale.
• Déchirure de la muqueuse anale sous forme d’une raquette.
Fissure anale
• Trajet anormal communiquant vers l’anus ou le rectum.
• La fistule anorectale peut s’étendre jusqu’à l’épiderme ou jusqu’au vagin ou
jusqu’aux fesses
• Cette pathologie est l’une des complications les plus courantes de la maladie de
Crohn.
Fistule anale
157
Chirurgie proctologique
Définition
Définition
158
Chirurgie proctologique
Définition
Signes cliniques
Hémorroïdes Fissure anale Fistule anale
▪ Saignements lors des selles
la plupart du temps
▪ Prurit péri-anal.
▪ Douleurs dues à la
thrombose ou à
l’étranglement
hémorroïdaire.
▪ Spasmes douloureux au
niveau du sphincter anal.
Douleur sévère et brûlante
lors des selles.
▪ Ils peuvent être
accompagnés de
saignements.
▪ Écoulement purulent.
▪ Écoulement sanguin
▪ Fuite de selles par la fistule
159
Chirurgie proctologique
Définition
Complications
Hémorroïdes Fissure anale Fistule anale
▪ Les hémorroïdes peuvent
devenir enflammées ou
thrombosées.
▪ Les hémorroïdes internes
peuvent saigner.
▪ Infection de la plaie
▪ Contracture involontaire de
l’anus
▪ Abcès anal
▪ Diffusion de l’infection
▪ Septicémie
160
Définition
▪ Comme tout examen clinique, l’examen proctologique comporte :
❑L’inspection de la marge anale (avec un bon éclairage) tout en écartant
les plis radiés pour exposer la zone cutanée lisse de l’anus.
❑La palpation à la recherche de tuméfaction ou de douleur.
❑Le Toucher Rectal
Examen proctologique Chirurgie proctologique
161
Définition
▪ Comme tout examen clinique, l’examen proctologique comporte :
❑L’inspection de la marge anale (avec un bon éclairage) tout en écartant
les plis radiés pour exposer la zone cutanée lisse de l’anus.
❑La palpation à la recherche de tuméfaction ou de douleur.
❑Le Toucher Rectal
▪ L’anuscopie et la rectoscopie
Examen proctologique Chirurgie proctologique
162
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
Chirurgie proctologique
163
Définition
▪ Prévention de la constipation : conseils diététiques adaptés associés à la
prise de traitements prescrits par le chirurgien.
▪ Éviter les positions assises et debout trop prolongées.
▪ Prise en charge de la douleur qui est très importante pour ce type de
pathologie : Évaluation, traitement et surveillance.
▪ Bain de siège après chaque selles et matin et soir au minimum pour garder
la zone propre et sèche.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires (soins spécifiques
Chirurgie proctologique
164
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires (soins spécifiques)
Chirurgie proctologique
Hémorroïdes Fissure anale Fistule anale
-Les patients restent
hospitalisés jusqu’à la
survenue des premières selles
de manière à s’assurer qu’il
n’y a pas d’hémorragie
gravissime et que la douleur
peut être traitée efficacement.
- Le traitement local se
compose uniquement de
bains de siège.
- Le traitement local se
caractérise également
uniquement par des
bains de sièges et
l’intervention peut être
réalisée en chirurgie
ambulatoire
▪ le traitement local peut nécessiter la
mise en place d’un méchage en vue de
la cicatrisation du trajet fistuleux.
▪ La mèche doit être changée tous les
jours jusqu’à cicatrisation complète et
nécessite la coopération du patient qui
doit garder la zone le plus propre
possible même après être allé à la selle.
Vidéo des soins post-
opératoires en proctologie
165
https://www.youtube.com/watch?v=sAl1VdltdHM
Prise en charge d’un patient
pour une chirurgie
orthopédique
166
167
Fractures de la jambe
Définition
-Ce sont des fractures
diaphysaires intéressant le tibia
et/ou le péroné
-Sont fréquentes, le mécanisme
est soit direct ou indirect par
torsion de l'axe jambier
Définition
Fractures de la jambe
Fractures fermées de la jambe Fractures ouvertes de la jambe
-Fracture plus ouverture cutanée
exposant le foyer fracturaire
-Sont des fractures très
fréquentes et très graves du fait
du risque infectieux
168
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits (NFS,
plaquette, hémostase, groupe sanguin, facteur rhésus, RAI, ionogramme
sanguin, glycémie, créatinémie)
▪ Récupérer les différents examens spécifiques : les radiographies des membres
inférieurs, la radiographie du squelette, l’artériographie et l’echo-doppler.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Fractures de la jambe
169
Définition
▪ Vérification de l’immobilisation de la jambe qui doit être dans une attelle radio-
opaque, les lésions cutanées sont recouvertes des compresses et d’un champ stérile.
▪ Surélévation de pied du lit pour faciliter le retour veineux, diminuer l’œdème et la
douleur.
▪ Installation d’un arceau pour éviter le poids des couvertures.
▪ Toilette du patient en tenant compte de la douleur et en respectant l’immobilisation
de la jambe fracturée.
▪ Pose d’une voie veineuse pour le passage des antalgiques, des anti-inflammatoires et
des antibiotiques. Dans les fractures ouvertes, l’antibiothérapie est systématique
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires (le jour de l’intervention)
Fractures de la jambe
170
Définition
▪ En fonction du protocole du service et du type
d’intervention, le patient est installe en décubitus dorsal, la
jambe surélevée par un oreiller.
▪ Le lit est déclive pour faciliter le retour veineux.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Fractures de la jambe
171
Définition
▪ Le patient revient au bloc opératoire avec :
▪ Une voie veineuse périphérique qui permet le passage de l’eau, des
électrolytes, des antibiotiques, des antalgiques et des anti-
inflammatoire.
▪ Un fixateur externe
▪ Une plaie
▪ Un système de drainage avec un ou deux drains aspiratifs de Redon
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire
Fractures de la jambe
172
Définition
La voie veineuse périphérique :
▪ Elle est conservée tant que le patient a besoin d’antibiothérapie et
d’antalgiques par voie intraveineuse. Les antibiotiques sont administrés sur 5
jours au minimum dont au moins 24h en intraveineuse.
Les drains de Redon :
▪ Ils sont conservés jusqu'à J5, et des prélèvements bactériologiques du liquide
recueilli sont pratiqués à J1, J3 et J5.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance)
Fractures de la jambe
173
Définition
Le fixateur externe (voir la fiche technique n° 12 )
▪ Devant certains signes inflammatoires au niveau des fiches (peau tendue et
rouge, gonflement, écoulement de sérosités.) il faut effectuer un
prélèvement bactériologique et entourer les fiches de tulle gras ou bétadine
tulle.
▪ Le fixateur est recouvert par un bandage qui est changé régulièrement.
▪ Lorsque la plaie est cicatrisée, le nettoyage du fixateur peut être réalisé sous
la douche avec de la bétadine rouge et une brosse, ce qui permet au patient
de participer a cette hygiène quotidienne.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance)
Fractures de la jambe
174
Définition
Le fixateur externe (voir la fiche technique n° 12 )
▪ Devant certains signes inflammatoires au niveau des fiches (peau tendue et
rouge, gonflement, écoulement de sérosités.) il faut effectuer un
prélèvement bactériologique et entourer les fiches de tulle gras ou bétadine
tulle.
▪ Le fixateur est recouvert par un bandage qui est changé régulièrement.
▪ Lorsque la plaie est cicatrisée, le nettoyage du fixateur peut être réalisé sous
la douche avec de la bétadine rouge et une brosse, ce qui permet au patient
de participer a cette hygiène quotidienne.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance)
Fractures de la jambe
175
Définition
Le premier lever :
▪ Il est effectué, si possible des le lendemain (sauf s’il existe un lambeau), la
kinésithérapeute va apprendre au patient à déambuler avec des béquilles et
à mobiliser toutes les articulations pour éviter l’ankylose
L’alimentation :
▪ Elle est reprise le soir même avec un repas léger.
▪ L’alimentation est riche en protéines et en calcium mais non grasse, car le
patient a peu d’activités physiques.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance)
Fractures de la jambe
Un lambeau est une technique chirurgicale qui permet d'apporter du tissu pour réparer une perte de
substance
176
Définition
Rôle infirmier
Soins infirmiers en Postopératoires
Surveillance des
paramètres vitaux
Soins
Locaux
Administration
thérapeutique
Règles
d’hygiène
▪Température
▪Tension artérielle
▪ Pouls
▪ Reprise du transit
▪ Surveillance biologique
sur prescription
médicale.
▪ Surveillance de la
diurèse
▪ Bilan quotidien des
entrées et des sorties
▪Changement de
pansements avec
asepsie rigoureuse
▪ Surveillance de l’état
de la plaie
▪ Ablation du drainage
sur PM
▪ Ablation des fils sur
PM et selon l’état de
cicatrisation de la plaie
▪Soins préventifs des
escarres
▪ Administration du
traitement selon la
prescription
médicale
▪ Surveillance des
perfusions
▪ Respect de la règle
des 5 B pour
prévenir les erreurs
médicamenteuses
▪Assurer le confort et
l’hygiène du malade.
▪ Mobilisation du patient ;
▪ Lever précoce
▪La réalimentation est
débutée dès l’apparition
des gaz.
Fractures de la jambe
177
Définition
Suites opératoires compliquées Fractures de la jambe
Complications Étiologies Signes Conduite à tenir
Syndrome
des
loges
L’élévation de la
pression dans les
loges musculaires
inextensibles de la
jambe va agir
comme un garrot
interne et comprime
le flux capillaire,
créant une ischémie
tissulaire à son tour
responsable d’une
hyperpression. C’est
une urgence.
-Douleurs intenses à type de brulure et
sensation de tension dans la jambe dont
les muscles sont augmentés de volume
-Douleurs provoquées à l’étirement des
masses musculaires
-Couleur rouge de la peau avec
augmentation de la T° locale au niveau de
la jambe
-Pied blanc et froid
-Déficit moteur: le gros orteil ne se relève
plus
- Déficit sensitif : anesthésie de la jambe et
du dos du pied.
- Mesure de la pression
à l’intérieur des loges
musculaires à l’aide d’un
manomètre
178
Définition
Suites opératoires compliquées Fractures de la jambe
Complications Étiologies Signes Conduite à tenir
Ostéite
post
traumatique Infection de l’os par un
germe.
La fracture ouverte est
un milieu de culture
favorable en raison de
l’ouverture, de
l’hématome et des
tissus dévitalisés qui se
défendent mal
-Courbe thermique en
augmentation
-Peau tendue et rouge au
voisinage de la plaie
-Ecoulement par la plaie ou par
les fiches du fixateur de liquide
purulent
-Hyperleucocytose et CRP
élevées
-Respecter l’asepsie rigoureuse pour
les soins de la plaie et du fixateur.
-Effectuer des prélèvements
bactériologiques des écoulements
avec demande des antibiogrammes.
-Administrer un antibiotique adapté
au germe en cause selon
prescription médicale.
++ Thromboses veineuses: (pour les signes et la CAT >> voir la première partie du cours)
Facteurs de risques :
▪ Chirurgie orthopédique à risque élevé
▪ Chirurgie sous garrot pneumatique favorisant la stase veineuse
▪ Immobilisation postopératoire prolongée avec reprise de l’appui très tardivement
(plusieurs mois)
179
Définition
▪ Si le patient retourne chez lui avec son fixateur il faut lui apprendre a le conserver propre, et
à le manipuler avec précaution et asepsie.
▪ Le nettoyage sous la douche est autorisé, mais il faut sécher soigneusement l’entrée et la
sortie des fiches .
▪ En présence d’une douleur, d’une rougeur ou d’écoulement au niveau du fixateur, le patient
doit revenir en consultation pour effectuer des prélèvements bactériologiques.
▪ Le traitement anticoagulant est poursuivi à domicile tant que le patient est porteur de
fixateur.
▪ Il faut lui expliquer l’importance de l'observance du traitement et lui donner les consignes à
appliquer en cas de saignements
Education du patient Fractures de la jambe
180
Définition
Deux faits dominent l’évolution d’une fracture ouverte : la destruction cellulaire et la souillure
septique. Le traitement va tenir compte de ces deux facteurs :
Points essentiels Fractures de la jambe
En luttant contre l’infection par la
décontamination, la prévention du
tétanos et l’antibiothérapie
En rétablissant la continuité tégumentaire
avant la continuité osseuse grâce au
parage et à la fermeture de la plaie par
suture ou greffe tissulaire
181
Définition
Veuillez réviser la fiche technique n° 12 (soins infirmiers au patient porteur
de fixateur externe) et la fiche technique n° 13 (Surveiller un patient porteur
d’un plâtre circulaire pour une fracture des membres)
Points essentiels Fractures
Prise en charge d’un patient
pour une chirurgie
pulmonaire
182
183
Chirurgie pulmonaire
Définition
Rappel anatomique
Face antérieur du thorax
184
Définition
▪ Le pneumothorax spontané est traité par résection des bulles (agrafage) et
avivement pleural ou pleurectomie
▪ Les tumeurs nécessitent une tumorectomie, segmentectomie, lobectomie ou
pneumonectomie
▪ La thoracotomie est l’ouverture du thorax, par voie latérale ou trans-sternale
Indications et types d’intervention Chirurgie pulmonaire
185
Définition
▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours)
▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits
▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques :
✓ Les radiographies pulmonaires de face et de profil, qui représentent
l’élément diagnostic de base
✓ Les gaz du sang et les épreuves fonctionnelles respiratoires, qui
permettent de dépister un syndrome obstructif ou restrictif et de prévoir
la capacité du poumon restant
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Chirurgie pulmonaire
Définition
✓ La scintigraphie pulmonaire, qui renseigne sur la capacité des deux
poumons
✓ La fibroscopie bronchique, qui précise le type et le siège des lésions
bronchiques
✓ La recherche d’un foyer infectieux ORL et stomatologie, qui permet de
repousser l’intervention s’il existe une infection
✓ Le bilan d’extension des cancer : échographie hépatique (recherche de
métastases hépatiques), scintigraphie osseuse (recherche de métastases
osseuses), marqueurs tumoraux ;
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires
Chirurgie pulmonaire
186
Définition
▪ Préparation psychologique du patient : rassurer, expliquer l’intervention et les
suites opératoires (présence de drain thoracique).
▪ Expliquer au patient que la douleur est systématiquement traitée par des
antalgiques majeurs (morphine).
▪ Préparation respiratoire avec le kinésithérapeute commencée plusieurs jours
avant l’intervention ; elle permet un apprentissage des exercices respiratoires
indispensables en postopératoire. En effet le patient doit savoir expectorer et
utiliser toute sa capacité pulmonaire compte tenue de la douleur, les drains de
la cicatrice et surtout de la perte d’une partie de la fonction respiratoire
Rôle infirmier
Soins infirmiers en préopératoires (la veille de l’intervention)
Chirurgie pulmonaire
187
Définition
Le patient revient du bloc opératoire avec :
▪ Une incision
▪ Une voie veineuse
▪ Une sonde d’oxygène
▪ Un système de drainage : un ou deux drains thoraciques
▪ Des anticoagulants (HBPM) et des bas de contention
En fonction du protocole du service, du type d’intervention et après lecture de la feuille
d’anesthésie, le patient est installe en position demi assise. Il est indispensable de
trouver une position antalgique qui soulage et favorise la ventilation du poumon opéré.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Chirurgie pulmonaire
188
Définition
▪ Les perfusions : elle sont maintenues jusqu'à la reprise alimentaire et l’arrêt des
antalgiques et des antibiotiques par voie intraveineuse. Il faut établir le bilan des entrées
et des sorties journalier, contrôler la perméabilité et la fixation du cathéter central,
dépister les signes locaux d’infiltration, d’inflammation ou d’infection
▪ Le pansement : refait à j2, les fils sont retirés à J12, J15
▪ Le premier lever : il est effectue si possible dés le lendemain de l’intervention selon les
possibilités du patient
▪ L’alimentation : Elle débute à J1 après la vérification de la reprise du transit : thé, bouillon,
yaourt, puis reprise de l’alimentation normale les jours suivant.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Il faut surveiller :
Chirurgie pulmonaire
189
Définition
▪ Le ou les drains pleuraux : Le drain est clampé dans la pneumonectomie.
NB: ce drain ne doit jamais être en aspiration car la cavité est vide (ablation du poumon), et
une aspiration causerait un brusque déséquilibre du médiastin avec troubles du rythme et
arrêt cardiaque. Ce drain est dit de sécurité il ne reste en place que 24 h à 48h :
❑ Vérifier sa fixation pour limiter le risque de retrait accidentel. Lors du déplacement du
patient, le drain doit impérativement être clampé à l’aide de deux pinces protégées et
placées tête-bêche ; cette manœuvre permet d’éviter l’introduction d’air dans les
poumons ;
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Il faut surveiller :
Chirurgie pulmonaire
190
Définition
❑ Vérifier la longueur du tuyau qui relie le drain à l’aspiration ; il doit être le plus court
possible pour éviter la formation de boucles successives responsables d’une réduction de
la dépression au niveau du drain
❑ Vérifier sa perméabilité : le drain ne doit pas être bouché ou coudé, le patient ne doit pas
être couché dessus
❑ Changer chaque jour le système d’aspiration après avoir clampé le drain (système avec
bocaux)
❑ Lors de changement des flacons de recueil, faire un repère à l’aide de sparadrap sur le
bocal pour indiquer la quantité d’eau stérile introduite.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Il faut surveiller :
Chirurgie pulmonaire
191
Définition
❑ Vérifier que le système est toujours situé en dessous du niveau du patient
❑ Noter l’aspect et la quantité de l’écoulement recueillie et signaler tout drainage supérieur
à 300ml
❑ Vérifier l’étanchéité du circuit et la présence ou non du bullage
❑ Vérifier l’efficacité du drainage par un contrôle radiologique et des gaz du sang (sur
prescription)
❑ Nettoyer et refaire le pansement et drain chaque jour en prenant soins de laisser en place
les fils d’attente
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Il faut surveiller :
Chirurgie pulmonaire
192
Définition
❑ Contrôler le rythme et l’amplitude respiratoire, la qualité de la toux et la coloration des
téguments
❑ La kinésithérapie respiratoire est quotidienne pour éviter l’encombrement bronchique
(fournir au patient des crachoirs et des mouchoirs en papier) ; si le patient ne peut
expectorer, l’aspiration trachéale est indispensable, de même que l’humidification des
secrétions par les aérosols
❑ L’ablation des drains est effectuée par le chirurgien lorsque le drain ne bulle plus et que la
quantité de liquide est inférieure à 150ml /jour ; ou systématiquement à J5 après
mobilisation à J3.
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Il faut surveiller :
Chirurgie pulmonaire
193
Définition
❑ S’il y a deux drains, ils peuvent être retirés le même jour ou à quelques jours d’intervalle.
❑ Après clampage du drain pendant 24h (selon les services) une radiographie pulmonaire
permet de voir si le poumon est revenu à la paroi.
❑ Un pansement compressif vient obstruer le fil, et un contrôle radio est effectue le jour
même ou le lendemain
Rôle infirmier
Soins infirmiers en postopératoires
Il faut surveiller :
Chirurgie pulmonaire
194
Drainage pleural : système avec bocaux
195
Bocal
de sécurité
Bocal
de recueil
Drainage pleural : système Pleur-Evac
196
Définition
En cas de surinfection bronchique :
▪ Kinésithérapie respiratoire pour faciliter la toux et les crachats ;
▪ Aspiration trachéale douce.
En cas de décompensation respiratoire :
▪ En fonction des signes cliniques et sur prescription ;
▪ Oxygénothérapie à faible débit (1l/min) ;
▪ Traitement broncho-dilatateur et diurétique ;
▪ Kinésithérapie respiratoire pour contrôle de la ventilation et drainage bronchique.
En cas de thrombose veineuse : voir partie I du cours (soins infirmiers postopératoires
standards ou généraux).
Les suites opératoires compliquées Chirurgie pulmonaire
197
198
Définition
L’infirmière doit fournir au patient les recommandations
suivantes :
▪ Conseiller une consultation d’aide au sevrage tabagique
pour un arrêt définitif du tabac
▪ Poursuivre la rééducation respiratoire avec un
kinésithérapeute spécialisé
▪ Apprendre au patient à utiliser les techniques de
traitement inhalé
▪ La plongée sous marine ou l’avion sont définitivement
contre indiqués après une pneumothorax spontané
Education du patient Fractures de la jambe
199
Définition
Ne jamais mettre en aspiration un drain
de pneumonectomie
Points essentiels Fractures de la jambe
Prise en charge des brulures
et des gelures
200
Rappel anatomique : La Peau
201
202
>>Brulures
Définition
• La brûlure est une lésion de la peau et /
ou des voies aériennes ou digestives
provoquée par un agent causal.
• La brûlure est une destruction du
revêtement cutané, voire des tissus sous-
jacents, consécutive à l’action d’agents:
thermiques, électriques, chimiques,
radiologiques
Définition
203
>>Brulures
Définition
• La brûlure peut être provoquée par une exposition à :
❑ La chaleur (corps, liquide, gaz chaud…) 90% des cas,
❑ Les substances chimiques (caustiques)
❑ L’électricité (courant électrique)
❑ Les radiations (soleil, UV, autres rayons)
Causes
204
>>Brulures
Définition
Une brûlure se caractérise par :
❑ Son aspect
❑ Sa localisation
❑ La présence de douleur
❑ Son étendue
❑ Son degré
Signes
205
>>Brulures
Définition
Signes
Aspect d’une brûlure
La rougeur Les cloques (phlyctènes) La carbonisation
Douloureuse, la rougeur
traduit une atteinte
superficielle de la peau
(atteinte de la couche
externe
Uniques ou multiples et plus ou
moins étendues, les cloques sont
des vésicules qui traduisent une
atteinte plus profonde de la peau
La peau est pâle ou noirâtre ou
brunâtre.
Toutes les couches de la peau
sont atteintes. Ces brûlures
sont souvent peu douloureuses
car les terminaisons nerveuses
ont été détruites.
La perte de liquide est
importante.
206
>>Brulures
Définition
Signes
Localisation d’une brûlure
Elle doit être décrite avec précision notamment s’il s’agit de localisations particulières
comme :
▪ Les brûlures des voies aériennes, objectivées par la présence de traces noires autour
des narines et de la bouche, la présence de toux ou de crachats noirs (qui seront
systématiquement recherchés en cas de victimes d’incendie)
▪ Les brûlures des mains, des plis de flexion, du visage
▪ Les brûlures à proximité immédiate des orifices naturels.
Douleur d’une brûlure
La présence de douleur spontanée associée à la brûlure renseigne sur l’atteinte ou non
des structures nerveuses.
207
>>Brulures
Définition
Signes
Évaluation de l’étendue d’une brûlure
Plus une brûlure est étendue plus elle est grave.
Cette surface peut être évaluée par la règle des 9
de WALLACE, qui donne pour le tête 9 % le tronc
36 % les membres supérieurs 18 %, les membres
inférieurs 36 % les organes génitaux 1%.
208
>>Brulures
Définition
Signes
Évaluation de l’étendue d’une brûlure
On peut se servir de la règle de 9 de Wallace pour déterminer la surface brulée en % :
Membre Surface brulée total
Tête
tronc
membre supérieur
membre inférieur
organes génitaux externes
9%
18% X 2
9% X 2
18% X 2
1 %
9 %
36%
18%
36%
1%
100%
209
>>Brulures
Définition
Signes
Évaluation de la profondeur d’une brûlure (degré de brûlure)
210
>>Brulures
Définition
Signes
Évaluation de la profondeur d’une brûlure (degré de brûlure)
▪ 1er degré = “coup de soleil”
▪ 2ème degré superficiel = Bulle (Phlyctène)
▪ 2ème degré profond = Approfondissement
▪ 3ème degré = Carbonisation / Aucune cicatrisation spontanée
211
>>Brulures
Définition
Classifications
Brûlures mineures Brûlures modérées Brûlures majeures
▪ Les brûlures du premier
degré qui couvrent moins
de 50% du corps
▪ Les brûlures du deuxième
degré qui couvrent moins
de 15% du corps
▪ Les brûlures du troisième
degré qui couvrent moins
de 2% du corps
▪ Les brûlures du premier
degré qui couvrent de 50%
à 75% du corps
▪ Les brûlures du deuxième
degré qui couvrent de 15%
à 30% du corps
▪ Les brûlures du troisième
degré qui couvrent de 2% à
10% du corps
▪ Les brûlures du troisième
degré qui couvrent plus de
10% du corps.
▪ Les brûlures du deuxième
degré qui couvrent plus de
30% du corps
▪ Les brûlures du premier
degré qui couvrent plus de
75% du corps
212
>>Brulures
Définition
Complications
▪ Dangers immédiats
❑Une défaillance circulatoire par perte de liquide
❑Une défaillance respiratoire par brûlure du visage ou inhalation de gaz
ou vapeur chaude ou de fumée,
▪ Douleur sévère
▪ Infection (complication tardive)
213
>>Brulures
Définition
C.A.T à sur le lieu d’accident
▪ Supprimer la cause
▪ Refroidir pour limiter l’étendue, soulager la
douleur et le gonflement,
▪ Lutter contre les conséquences : détresse
circulatoire et respiratoire,
▪ Limiter le risque d’infection.
214
>>Brulures
Définition
Gestes de secours à réaliser
1. Supprimer la cause ou soustraire la victime à la cause
2. Refroidir le plus tôt possible la surface brûlée,
▪ Refroidir les brûlures venant de se produire avec de l’eau ruisselante pendant 5
minutes chez l’enfant, 10 minutes chez l’adulte.
▪ L’arrosage immédiat d’une brûlure diminue son extension, limite ses
conséquences et soulage la douleur.
▪ En cas de brûlure simple, l’arrosage peut être poursuivi pour limiter la douleur
tant que la victime le souhaite.
▪ Dans le cas de brûlure grave, l’arrosage de la brûlure grave n’est réalisé que si :
❑La brûlure est récente, moins de 10 minutes,
❑L’étendu de la brûlure est < à 20 % (risque d’hypothermie),
❑La victime est consciente
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)

Contenu connexe

Tendances

Ethique Professionnelle
Ethique ProfessionnelleEthique Professionnelle
Ethique Professionnelle
Mehdi Razzok
 
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docxPLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
RBGroup
 
Les maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipLes maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ip
Rabiaa El Khantach
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Dr. Yassine BEZZIANE
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
othmaneBenrokhrokh
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
Egn Njeba
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Cours orl 2ème année. powet pointe
Cours orl  2ème  année. powet pointeCours orl  2ème  année. powet pointe
Cours orl 2ème année. powet pointe
SANOU OURY
 
ponction-ascite
 ponction-ascite  ponction-ascite
ponction-ascite
Patou Conrath
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgieHana Merad
 
Programme national d'immunisation
Programme national d'immunisationProgramme national d'immunisation
Programme national d'immunisation
Mehdi Razzok
 
Intervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICES
Intervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICESIntervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICES
Intervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICES
Filip Vermeulen
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinaleRose De Sable
 
Les utérotoniques
Les utérotoniquesLes utérotoniques
Les utérotoniques
Amine Dafaa
 
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Mehdi Razzok
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Mehdi Razzok
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Mehdi Razzok
 
V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I LesionsSalima Ali
 

Tendances (20)

Ethique Professionnelle
Ethique ProfessionnelleEthique Professionnelle
Ethique Professionnelle
 
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docxPLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
 
Les maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipLes maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ip
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
Surveillance d'un patient sous plâtre (rôle de l'aide-soignant)
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Cours orl 2ème année. powet pointe
Cours orl  2ème  année. powet pointeCours orl  2ème  année. powet pointe
Cours orl 2ème année. powet pointe
 
ponction-ascite
 ponction-ascite  ponction-ascite
ponction-ascite
 
techniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgietechniques de suture en chirurgie
techniques de suture en chirurgie
 
Programme national d'immunisation
Programme national d'immunisationProgramme national d'immunisation
Programme national d'immunisation
 
Intervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICES
Intervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICESIntervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICES
Intervenir au bloc opératoire · La phase préopératoire - EXERCICES
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Les utérotoniques
Les utérotoniquesLes utérotoniques
Les utérotoniques
 
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 
V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I Lesions
 

Similaire à Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)

Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
Lina
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueassadn2
 
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptxles_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
ZinebBen21
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantkillua zoldyck
 
11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx
11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx
11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx
JAMILNOEME
 
15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf
15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf
15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf
amazed2
 
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdfPANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
FarahDJAMA
 
Colectomie gauche et droite
Colectomie gauche et droite Colectomie gauche et droite
Colectomie gauche et droite
Yannick Nijs
 
Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...
Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...
Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
RimaGuemriche
 
Diarrhée aigue topo
Diarrhée aigue topoDiarrhée aigue topo
Diarrhée aigue topo
benkourdel mohamed
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
Nisrine Bouji
 
Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013Hassan HAMALA
 
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
constantsambo
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
Dr. Abdellah Benrahou
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
ssuser402aa2
 
Sténose hypertrophique du pylore.pptx
Sténose hypertrophique du pylore.pptxSténose hypertrophique du pylore.pptx
Sténose hypertrophique du pylore.pptx
creepermanfilms26
 
Anesthesie caustique
Anesthesie caustiqueAnesthesie caustique
Anesthesie caustique
Nabil Chebbi
 
Urgences chirurgie digestive
Urgences chirurgie digestiveUrgences chirurgie digestive
Urgences chirurgie digestive
Antoine Thicoïpé
 

Similaire à Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie) (20)

Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
 
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptxles_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfant
 
11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx
11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx
11- CAT devant une colectomie et colostomie.pptx
 
15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf
15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf
15 imageries clés à l'ECN : EDN.pdf
 
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdfPANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
 
Colectomie gauche et droite
Colectomie gauche et droite Colectomie gauche et droite
Colectomie gauche et droite
 
Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...
Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...
Situations difficiles en chirurgie biliaire : Présentations de trois cas clin...
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
 
Diarrhée aigue topo
Diarrhée aigue topoDiarrhée aigue topo
Diarrhée aigue topo
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
 
Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013Les ictères-fébriles-2013
Les ictères-fébriles-2013
 
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
 
Les icteres
Les icteresLes icteres
Les icteres
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
 
Sténose hypertrophique du pylore.pptx
Sténose hypertrophique du pylore.pptxSténose hypertrophique du pylore.pptx
Sténose hypertrophique du pylore.pptx
 
Anesthesie caustique
Anesthesie caustiqueAnesthesie caustique
Anesthesie caustique
 
Urgences chirurgie digestive
Urgences chirurgie digestiveUrgences chirurgie digestive
Urgences chirurgie digestive
 

Cours soins infirmiers en chirurgie (3éme partie)

  • 1. ‫المغربية‬ ‫المملكة‬ ‫وزارة‬ ‫الصحةو‬ ‫االجتماعية‬ ‫الحماية‬ ‫وتقنيات‬ ‫التمريضية‬ ‫للمهن‬ ‫العالي‬ ‫المعهد‬ ‫الصحة‬ ‫سطات‬ Royaume du Maroc Ministère de la santé et de la protection sociale Institut supérieur des professions infirmières et technique de santé Settat Soins infirmiers en chirurgie Filière / Option : Soins infirmiers / IP Cours enseigné par Mme TOUZAMI Sanaa Enseignante permanente à l’ISPITS Settat Année universitaire :2021/2022
  • 2. Plan de cours • Partie III: Le rôle infirmier devant les pathologies chirurgicales ▪ Prise en charge d'un opéré de : Appendicite + occlusion intestinale ▪ Prise en charge d'un opéré de : Cholécystite +Péritonite ▪ Prise en charge d'un opéré de : Kyste hydatique de foie + Abcès du foie ▪ Prise en charge d'un patient pour une : Gastrectomie +résection colique ou rectale ▪ Prise en charge d'un opéré de : l'Hernie inguinale et crurale ▪ Prise en charge d'un opéré de : Adénome de prostate ▪ Prise en charge d'un opéré de : Hydrocèle + Ectopie testiculaire+ torsion du testicule ▪ Prise en charge d'un patient pour une : Chirurgie crânienne+ nucléotomie lombaire ▪ Prise en charge d'un opéré pour une chirurgie proctologique ▪ Prise en charge d'un patient pour une chirurgie orthopédique ▪ Prise en charge d’un patient pour une chirurgie pulmonaire ▪ Prise en charge des brulures et des gelures 2
  • 3. Partie III Le rôle infirmier devant les pathologies chirurgicales
  • 4. Prise en charge d’un opéré d’appendicite aiguë 4
  • 5. 5 >> Appendicite Définition ▪ L’appendicite c’est l’inflammation de l’appendice vermiculaire. ▪ Elle est caractérisée par la survenue en règle brutale d’une douleur abdominale, siégeant ou prédominant dans la fosse iliaque droite, souvent accompagnée de vomissements ou de tendance nauséeuse. Définition
  • 6. 6 >> Appendicite Définition Signes Fonctionnels Inspection Palpation Signes Biologiques ▪ Douleur de la fosse iliaque droite ▪ Fièvre(T°=38°- 38°,5) ▪ Nausée ▪ Vomissement ▪ Constipation(parfois) ▪ Toucher rectal douloureux à droite ▪ Fosse iliaque droite immobile elle ne suit pas les mouvements respiratoires ▪ Marche scoliotique courbée ▪ Hyperleucocytose (NFS) ▪ Augmentation de la CRP.
  • 7. 7 >> Appendicite Définition ▪ Forme habituelle : Fosse iliaque droite ▪ Formes selon le siège : ― Appendicite rétro-caecale ― Appendicite pelvienne ― Appendicite méso-coeliaque ― Appendicite sous hépatique Formes cliniques
  • 8. 8 >> Appendicite Définition ▪ Appendicite catarrhale ▪ Abcès appendiculaire ▪ Nécrose : ischémie ▪ Perforation ▪ Péritonite ▪ Septicémie Complications
  • 9. 9 >> Appendicite Définition ▪ Echographie ▪ Radiographie ASP (Abdomen sans préparation) Examens complémentaires
  • 10. 10 >> Appendicite Définition ▪ L’appendicectomie est une intervention chirurgicale visant à retirer l’appendice, lors d’une appendicite. Soit par : ✓ Chirurgie classique (incision) ✓ Coeliochirurgie But du traitement chirurgical
  • 11. 11 >> Appendicite Définition Soins infirmiers en préopératoires ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Vérification du dossier avec autorisation parentale pour les mineurs ▪ ++ Préparer le patient pour faire une Radiographie ASP (Abdomen Sans Préparation) et échographie Rôle infirmier
  • 12. 12 >> Appendicite Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance l’évolution et identifier les signes des complications et les signes digestifs. ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments
  • 13. 13 >> Appendicite Définition Ce sont principalement des conseils hygiéno-diététiques : ▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les repas ▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en petite quantité ▪ Supprimer les boissons gazeuses ▪ Se peser régulièrement Rôle infirmier Éducation du patient
  • 14. Prise en charge d’un opéré d’occlusion intestinale 14
  • 15. 15 >> Occlusion intestinale Définition ▪ Arrêt complet et permanent du transit intestinal (matières et gaz) dans un segment intestinal (colique ou grêlique) ▪ C’est une urgence chirurgicale Définition
  • 16. 16 >> Occlusion intestinale Définition ▪ Douleur abdominales à types de crampes suivies de périodes d’accalmie ▪ Arrêt des gaz et des selles ▪ Des vomissements alimentaires d’abord puis bilieux, fécaloïdes tardivement ▪ État général altéré ▪ Distension abdominale, abdomen « dur » et douloureux à la palpation Signes cliniques
  • 17. 17 Définition ▪ Invagination du nourrisson. ▪ Volvulus (torsion de l’intestin) ▪ Maladie inflammatoire de l'intestin (exp maladie de Crohn) ▪ Tumeur de l’intestin grêle ▪ Sténoses pyloriques. ▪ Cancer du côlon gauche. Causes >> Occlusion intestinale
  • 18. 18 Définition ▪ Radiographie de l’Abdomen Sans préparation (ASP) ▪ Lavement opaque aux hydrosolubles. ▪ Scanner Abdominal (Recherche de l’étiologie) ▪ Ionogramme , urée et créa, bilan de la fonction rénale Examens complémentaires >> Occlusion intestinale
  • 19. 19 Définition ▪ Laxatifs ▪ Hydratation par voie d'abord veineuse. ▪ Aspiration digestive. ▪ Traitement chirurgical si traitement médical inefficace Traitement >> Occlusion intestinale
  • 20. 20 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits(ASP, scanner abdominal, et lavement opaque aux hydrosolubles) ▪ ++ Faire les examens biologiques prescrits ▪ Administration des antalgiques selon la PM ▪ Arrêt de l’alimentation Rôle infirmier >> Occlusion intestinale Soins infirmiers en préopératoires
  • 21. 21 Définition Réanimation (3h à 4h) pour corriger l’hypovolémie Rôle infirmier >> Occlusion intestinale Soins infirmiers en préopératoires • Faire un prélèvement (Examens biologiques prescrits) • Remplissage hydroélectrolytique (SS+électrolytes) Mise en place d’une voie veineuse • Soulager le tube digestive • Aspirer le liquide et le quantifier (correction par sérum salé) Mise en place d’une sonde naso-gastrique • Établir une diurèse horaire pour juger de l’efficacité de la réanimation Mise en place d’une sonde urinaire
  • 22. 22 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments >> Occlusion intestinale La sonde naso-gastrique(aspiration gastrique) est laissée en place jusqu’à la reprise du transit ( réapparition des gaz et des selles)
  • 23. 23 Définition Ce sont principalement des conseils hygiéno-diététiques avec l’aide de la diététicienne et selon l’intervention et la pathologie du patient : ▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les repas ▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en petite quantité ▪ Supprimer les boissons gazeuses ▪ Se peser régulièrement Rôle infirmier Éducation du patient >> Occlusion intestinale
  • 24. Prise en charge d’un opéré de Cholécystite aigue 24
  • 25. 25 >> Cholécystite Définition ▪ Inflammation de la vésicule biliaire due à l'obstruction du canal cystique par une lithiase. ▪ Elle peut être aigüe ou chronique Définition
  • 26. 26 >> Cholécystite Définition ▪ Douleur intense de l’hypocondre droit gênant la respiration (signe de Murphy) ▪ Vomissements ▪ Poussée fébrile de 38 à 39°c ▪ Etat général altéré ▪ Manifestations digestives : nausées – vomissements Signes cliniques
  • 27. 27 >> Cholécystite Définition ▪ Hyperleucocytose ▪ Augmentation de la CRP ▪ Augmentation des transaminases et des phosphatases alcalines Signes biologiques
  • 28. 28 Définition ▪ Cholécystite chronique ▪ Péritonite biliaire due à une perforation vésiculaire ▪ Fistulisation biliaire dans le duodénum ou le colon qui peut entraîner un iléus biliaire en cas de calcul volumineux. ▪ Pancréatite aigue Complications >> Cholécystite
  • 29. 29 Définition ▪ Échographie hépatobiliaire ▪ Radiographie de l’ASP ▪ Échographie endoscopique ▪ Bilan hépatique ▪ Bilirubines conjugués ▪ Phosphatases alcalines ▪ Transaminases Examens complémentaires >> Cholécystite
  • 30. 30 Définition ▪ La Cholécystectomie: Ablation de la vésicule biliaire. ▪ Deux techniques sont utilisés : la coeliochirurgie ou la laparotomie (incision classique) Traitement >> Cholécystite
  • 31. 31 Définition ▪ Supprimer la vésicule biliaire altérée et contenant des calculs. ▪ S’assurer de la parfaite perméabilité de la voie biliaire principale . But du traitement chirurgical >> Cholécystite
  • 32. 32 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits ▪ ++Récupérer les examens complémentaires : Bilans cardiaque et pulmonaire si l’intervention est une coeliochirurgie. ▪ Le patient doit commencer un régime pauvre en graisse et riche en glucides lents et en protides Rôle infirmier >> Cholécystite Soins infirmiers en préopératoires
  • 33. 33 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments >> Cholécystite L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie.
  • 34. 34 Définition ▪ Le drain de Redon est à surveiller pour dépister une hémorragie (Lâchage de suture de l’artère cystique) ▪ La lame est nettoyée chaque jour et raccourcie selon les prescriptions ( la quantité et la qualité des sécrétions « sanglantes, purulentes, bilieuses » sont notés sur le bilan) ▪ Surveiller le drain de KEHR (posé chirurgicalement, qui se trouve dans le canal du cholédoque) Rôle infirmier >> Cholécystite Soins infirmiers en postopératoires
  • 35. 35 Définition ▪ Concernant le drain de KEHR : chaque jour, il faut : ▪ Noter la quantité recueillie et le volume compensé( compensation est intraveineuse « Ringer Lactate…. » ou per os « Eau de Vichy » selon la PM) ▪ Noter l’aspect de la bile, hémorragique ou purulente ▪ Vérifier la fixation des drains à la peau et leur perméabilité ▪ Changer le poche de recueil NB : Le drain de Kehr est retiré par le chirurgien à partir de J15. Rôle infirmier >> Cholécystite Soins infirmiers en postopératoires
  • 36. Différence entre Drain de Redon et de KEHR 36 Drain de Redon Drain de KEHR ▪ Est un tube en plastique souple ou en silicone doté de nombreux trous. ▪ Après l'opération, la partie perforée est placée au niveau de la zone d'incision et vise à assurer l'évacuation des sérosités vers l'extérieur. ▪ Le rôle du drain de Redon est de favoriser la guérison du site opératoire et de prévenir toute infection ▪ Drain souple et en forme de T ▪ Il est posé en cas d'intervention chirurgicale sur la voie biliaire principale, qui draine normalement la bile de la vésicule biliaire vers l'intestin grêle. ▪ Pendant les quelques jours qui restent en place, la bile est drainée vers l’extérieur et collecté dans une poche. ▪ Il permet à la voie biliaire principale, qui est encore fragile, de reprendre progressivement son fonctionnement.
  • 37. 37 Définition Pour un meilleur confort du patient, il est préférable d’éviter une alimentation hyperlipidique Rôle infirmier Éducation du patient >> Cholécystite
  • 38. Prise en charge d’un opéré de péritonite 38
  • 39. 39 >> Péritonite Définition ▪ La péritonite est une inflammation aiguë du péritoine, localisée ou généralisée, dont la cause est le plus souvent infectieuse. ▪ La réaction locale puis générale peut rapidement entraîner le décès. ▪ Le diagnostic doit donc être rapide et le traitement est une urgence chirurgicale Définition
  • 40. 40 >> Péritonite Définition ▪ douleur abdominale soudaine et sévère ▪ Perte d'appétit, ballonnements ▪ Nausées, vomissements ▪ Diarrhée ou occlusion ▪ Fièvre (38 °C ou plus) ▪ Déshydratation ▪ Augmentation du pouls et TA normale ou basse ▪ Altération de l’état général Signes cliniques
  • 42. 42 Définition ▪ Coliques ( Sigmoïdite) ▪ Appendiculaire (Appendicite) ▪ Biliaires (Cholécystite) ▪ Génitales (Curetage, Salpingite) ▪ Traumatiques Causes >> Péritonite
  • 43. 43 Définition ▪ Septicémie ▪ Cela peut mener à un choc septique mortel ▪ Chez les femmes, une péritonite peut toucher des organes comme l’utérus ou les trompes de Fallope et provoquer la stérilité. Complications >> Péritonite
  • 44. 44 Définition ▪ Radiographie de l’ASP ▪ Échographie ▪ Scanner Examens complémentaires >> Péritonite
  • 45. 45 Définition ▪ Hospitalisation : CAT comme l’occlusion intestinale aigue ▪ Intervention chirurgicale ▪ Coeliochirurgie ▪ Chirurgie classique ▪ Traitement étiologique (appendicectomie, cholécystectomie…) Traitement >> Péritonite
  • 46. 46 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits ▪ ++Récupérer les examens complémentaires : Bilans cardiaque et pulmonaire si l’intervention est une coeliochirurgie. ▪ Arrêt de l’alimentation ▪ CAT de la mise en place de la SNG, Sonde urinaire, et voie veineuse comme la CAT de l’Occlusion intestinale (voir page 21) Rôle infirmier >> Péritonite Soins infirmiers en préopératoires
  • 47. 47 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires >> Péritonite L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie. Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments
  • 48. 48 Définition Ce sont principalement des conseils hygiéno-diététiques avec l’aide de la diététicienne et selon l’intervention et la pathologie du patient : ▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les repas ▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en petite quantité ▪ Supprimer les boissons gazeuses ▪ Se peser régulièrement Rôle infirmier Éducation du patient >> Péritonite
  • 49. Prise en charge d’un opéré de: 49 -Kyste Hydatique de Foie (KHF) -Abcès du Foie
  • 50. 50 >> KHF et Abcès du foie Définition Définition Kyste Hydatique du foie Abcès du foie C’est une tumeur kystique du parenchyme hépatique , due au développement de la forme larvaire du teania echinococcus granulosus. • Collection purulente intra hépatique. • Il peut être bactérien ou amibien
  • 51. 51 Définition Signes cliniques >> KHF et Abcès du foie Kyste hydatique du foie Abcès du foie ▪ Asymptomatique souvent ▪ La découverte systématique( malade ne sais rien) ▪ Douleurs de l'hypocondre droit (HCD) ▪ Hépatomégalie . ▪ Deformation de l’HCD. ▪ Douleur de l'hypocondre droit ▪ Hépatomégalie fébrile. ▪ Syndrome infectieux = ▪ T°=40°c, pouls accéléré, sueur, céphalée, frissons, urine foncée avec oligurie
  • 52. 52 >> KHF et Abcès du foie Définition Complications Kyste Hydatique du foie Abcès du foie ▪ Surinfection : abcès hépatique ▪ Fistulisation: Fistule biliaire+ Fistule thoracique ▪ Rupture intrapéritonéale ▪ Abcès multiples ▪ Enkystement de l’abcès ▪ Rupture : péritoine, voie biliaire, pleuro pulmonaire
  • 53. 53 Définition ▪ Échographie ▪ Radiographie de Poumon (kyste hydatique du poumon) ▪ Sérologie hydatique Examens complémentaires >> KHF et Abcès du foie ▪ Échographie ▪ Sérologie amibienne ▪ Rectoscopie : Lésions sous forme de coups d’ongles (Amibiase intestinale) Kyste Hydatique du foie Abcès du foie
  • 54. 54 Définition ▪ Deux techniques sont utilisés : ▪ la coeliochirurgie ou ▪ la laparotomie (incision classique) Traitement >> KHF et Abcès du foie ▪ Traitement médical (si abcès minime) ▪ Drainage (si abcès volumineux), soit par : ▪ Coelioscopie ▪ Laparotomie ▪ Percutané échoguidé Kyste Hydatique du foie Abcès du foie
  • 55. 55 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits ▪ ++Récupérer les examens complémentaires : Bilans cardiaque et pulmonaire si l’intervention est une coeliochirurgie. Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires >> KHF et Abcès du foie
  • 56. 56 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪Surveiller l’état du patient : réveil, coloration, respiration, signes de choc , douleur, agitation. ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie. >> KHF et Abcès du foie
  • 57. 57 Définition ▪ Le drain de Redon est à surveiller pour dépister une hémorragie ▪ Surveiller le drain : Emplacement +perméabilité. • Si le drain apporte la bile : Fistule biliaire ✓ Quantifier la bile et corriger la perte biliaire. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires >> KHF et Abcès du foie
  • 58. 58 Définition ▪ Éducation sanitaire des populations à risque en les informant sur les dangers de la maladie et sur le mode de contamination. ▪ Éviter la promiscuité avec les chiens sinon se laver les mains après les avoir caresser. ▪ Laver soigneusement les légumes et les fruits consommés crus avec une eau propre. ▪ Exclure les chiens des abattoirs. ▪ Bruler les viscères hydatifères de mouton en évitant de les donner aux chiens. ▪ Éliminer les chiens errants. ▪ Hygiene des mains. Rôle infirmier Prophylaxie (KHF) Kyste Hydatique du foie
  • 59. Prise en charge d’un patient pour une gastrectomie 59
  • 60. 60 >> Gastrectomie Définition C’est une tumeur maligne qui atteint les différents tissus de l’estomac, le plus souvent sous forme d’un adénocarcinome. Définition Cancer de l’estomac
  • 61. 61 Définition ▪ Épigastralgies ▪ Nausées et vomissements répétés ▪ Altération de l’état général (anorexie, asthénie, amaigrissement) ▪ Hémorragie gastro-intestinale et/ou anémie chronique ▪ Dysphagie, généralement semi-récente, chronique et progressive. Signes cliniques >> Gastrectomie Cancer de l’estomac
  • 62. 62 Définition ▪ Forte consommation d’aliments fumés ▪ Faible consommation de fruits et légumes ▪ Gastrite chronique ▪ Polypes ▪ Dégénérescence d’un ulcère Facteurs favorisants >> Gastrectomie Cancer de l’estomac
  • 63. 63 Définition ▪ TOGD (transit œsogastroduodénal) ▪ Bilan d’extension dans les cancers: ✓ Scanner abdominal ✓ Échographie hépatique ✓ Radiographie pulmonaire ✓ Marqueurs tumoraux) Examens complémentaires >> Gastrectomie Cancer de l’estomac
  • 64. 64 Définition ▪ Traitement chirurgical : Gastrectomie partielle ou totale selon l’étendue de la tumeur. ▪ Chimiothérapie : réduire et retarder l’évolution de la tumeur. ▪ Radiothérapie : inefficace dans le cas d’un cancer gastrique Traitement >> Gastrectomie
  • 65. 65 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++Réaliser un bilan nutritionnel clinique et biologique (pourcentage d'amaigrissement, protidémie, albuminémie) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (TOGD +bilan d’extension de cancer) ▪ ++Récupérer les examens complémentaires (examens pulmonaires et cardiaques) principalement si l’intervention est une laparoscopie, afin de s’assurer que le patient peut supporter l’insufflation de CO2 ▪ Pesée du patient pour avoir un poids de référence Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires >> Gastrectomie
  • 66. 66 Définition Le patient revient du bloc opératoire avec : ▪ Une incision ▪ Une voie veineuse ▪ Une sonde nasogastrique ▪ Un système de drainage (drain de Redon + lames et drains ronds) ▪ Une sonde d’oxygénothérapie (3 à 6 L/min) ▪ Des bas de contention ainsi qu’un traitement anticoagulant (HBPM) en prévention des phlébites Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Gastrectomie
  • 67. 67 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments >> Gastrectomie
  • 68. 68 Définition La sonde d’aspiration gastrique: ▪ Vérifier la position de la sonde à j1 (Radio pulmonaire) ▪ Vérifier la fixation de la sonde à la narine ▪ Vérifier l’étanchéité et la perméabilité du circuit ▪ Quantifier et qualifier le liquide chaque jour et tenir en compte dans le bilan des entrées et de sorties ▪ Établir une feuille de surveillance journalière où sera mentionnée le volume de liquide gastrique recueilli et le volume de liquide compensé à chaque cycle ainsi que le cumul de 24h ▪ Effectuer des soins de bouche pluriquotidiens pour éviter le dessèchement de la langue L’ablation de la sonde gastrique est réalisé dès la reprise du transit (gaz) c-à-d vers j3- j4 , après clampage pendant quelques heures. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Gastrectomie
  • 69. 69 Définition Les divers drainages: ▪ Leurs sécrétions sont quantifiées chaque jour et font partie du bilan des entrées et des sorties. ▪ Rechercher l‘apparition des sécrétions de type digestif qui pourrait signifier une fistule anastomotique ▪ Les drains de type Redon sont retirés dès que les sécrétions sont inférieures à 10ml c-à-d vers j2 ou j3 ▪ Les lames et les drains ronds non aspiratifs sont mobilisés et raccourcis chaque jour lors du pansement. – Ils sont retirés vers j5-j7 dès qu’ils sont devenus trop courts(ils tombent seuls) – Ils ne sont jamais retirés avant la reprise de l’alimentation orale, car ils sont un bon indicateur en cas de fistules digestives Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Gastrectomie
  • 70. 70 Définition L’alimentation: ▪ Elle débute dès la reprise du transit et il est prise en charge par la diététicienne. ▪ Elle doit être non irritante (sans fibres) peu concentrée en sucre et en sel, hyperprotidique et hypercalorique pour maintenir un bon état général et en quantité progressive. ▪ Les repas doivent être fractionnés dans la journée et le poids surveillé régulièrement: ✓ J1: repas liquide (boisson, tisane, bouillon) ✓ J2 : repas semi liquide(bouillon, crème) ✓ J3 : repas mixé (viande ou poisson, compote) ✓ J4 : repas haché (viande, œuf, pomme de terre) ✓ J5 : repas mou (poisson entier, viande tendre et bien cuite , yaourt) ✓ j6 : repas sans fibres ( ajout de fruits cuits sans peau) Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Gastrectomie
  • 71. 71 Définition ▪ Les mêmes complications des suites opératoires en général (partie I du cours) + Fistule digestive + Diarrhée + Dumping syndrome ( Passage trop rapide dans le grêle d’aliments non digérés) + Anémie : carence en vitamine B12(anémie de Biermer) par absence de facteur intrinsèque (gastrectomie totale) et carence en fer et en acide folique par diminution de leur absorption Complications des suites opératoires >> Gastrectomie
  • 72. 72 Définition Elle repose sur des conseils alimentaires: ▪ Manger à heure régulières, et en mastiquant bien les repas ▪ Fractionner les repas dans la journée et manger en petite quantité ▪ Éviter les aliments épicés, gras, glacés, les fruits crus, les condiments comme la moutarde, les sucres rapides ▪ Supprimer le tabac ▪ Se peser régulièrement Rôle infirmier Éducation du patient >> Gastrectomie
  • 73. Prise en charge d’un patient pour une résection colique ou rectale 73
  • 74. 74 Définition Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon (la partie moyenne du gros intestin, située entre le cæcum et le rectum) ou du rectum. Le cancer du côlon et du rectum représente la 3éme forme de cancer la plus courante Définition Cancer colorectal Résection colique ou rectale
  • 75. 75 Définition Signes fonctionnels ▪ Des rectorragies, un melæna ▪ Une modification du transit intestinal persistant malgré un traitement adapté. ▪ Un syndrome rectal (faux besoins, ténesmes, épreintes). ▪ Des douleurs abdominales inexpliquées, des coliques violentes. ▪ Une occlusion intestinale. ▪ Un amaigrissement récent inexpliqué. Signes cliniques Cancer colorectal Résection colique ou rectale Signes cliniques ▪ Une anémie ferriprive sans autre étiologie (hémoglobinémie < 11 g/100 ml) . ▪ Une masse palpable abdominale
  • 76. 76 Définition ▪ Facteurs de risque liés à l’âge (âge >50ans ) ▪ Facteur de risque lié à une mutation génétique (Le syndrome de Lynch et La polypose adénomateuse familiale) ▪ Facteur de risque lié à une maladie inflammatoire du côlon (Maladie de Crohn, Rectocolite hémorragique) Facteurs de risque Cancer colorectal Résection colique ou rectale ▪ Facteur de risque lié à un antécédent familial ▪ Facteurs de risque liés au mode de vie ▪ Tabagisme et Consommation d'alcool ▪ Surpoids et obésité ▪ Consommation de viande et de charcuterie
  • 77. 77 Définition ▪ Endoscopie ( coloscopie et rectoscopie) ▪ Écho endoscopie endorectale ▪ Bilan d’extension dans les cancers: ✓ Scanner abdominal, IRM pelvienne ou échographie abdominale ✓ Échographie hépatique ✓ Radiographie pulmonaire ✓ Marqueurs tumoraux) ✓ cystographie Examens complémentaires Cancer colorectal Résection colique ou rectale
  • 78. 78 Définition ▪ Traitement chirurgical : ▪ Résection colique (cancer du colon) ▪ Résection rectale (cancer du rectum) ▪ Résection colorectal (cancer colorectal) ▪ Chimiothérapie : réduire et retarder l’évolution de la tumeur. ▪ Radiothérapie : inefficace dans le cas d’un cancer gastrique Traitement Résection colique ou rectale
  • 79. 79 Définition Résection colique C’est l’ablation du côlon (colectomie) qui peut être totale ou segmentaire. Traitement Résection colique ou rectale Résection colorectale Emporte la totalité du côlon (colectomie) et le rectum avec anastomose iléo-anale après confection d’un réservoir iléal qui remplace l’ampoule rectale Résection rectale Consiste à retirer une partie ou la totalité du rectum malade.
  • 80. 80 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++Réaliser un bilan nutritionnel clinique et biologique ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (endoscopie + Écho endoscopie endorectale +bilan d’extension de cancer) ▪ Pesée du patient pour avoir un poids de référence Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Résection colique ou rectale
  • 81. 81 Définition ▪ Préparation du colon pour obtenir une vacuité digestive et diminuer la concentration des bactéries : – Une semaine avant, régime sans résidus commencé par le patient (suppression des laitages, fruits, légumes verts, frites) et poursuivi dans le service. – Lavement évacuateur (contre indique si cancer du rectum ou lésions occlusive) Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Résection colique ou rectale
  • 82. 82 Définition Le patient revient du bloc opératoire avec : ▪ Une incision fermée avec des agrafes (parfois une incision périnéale) ▪ Une voie veineuse périphérique ▪ Un système de drainage (drain de Redon + lames drains tubulaires) ▪ Une sonde d’aspiration gastrique ▪ Une sonde vésicale dans le chirurgie du rectum ▪ Une stomie digestive ▪ Des bas de contention ainsi qu’un traitement anticoagulant (HBPM) en prévention des phlébites Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Résection colique ou rectale
  • 83. 83 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des agrafes sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments Résection colique ou rectale
  • 84. 84 Définition La sonde d’aspiration gastrique: ▪ Vérifier la position de la sonde à j1 (Radio pulmonaire) ▪ Vérifier la fixation de la sonde à la narine ▪ Vérifier l’étanchéité et la perméabilité du circuit ▪ Quantifier et qualifier le liquide chaque jour et tenir en compte dans le bilan des entrées et de sorties ▪ Établir une feuille de surveillance journalière où sera mentionnée le volume de liquide gastrique recueilli et le volume de liquide compensé à chaque cycle ainsi que le cumul de 24h ▪ Effectuer des soins de bouche pluriquotidiens pour éviter le dessèchement de la langue L’ablation de la sonde gastrique est réalisé dès la reprise du transit (gaz) c-à-d vers j3- j4 , après clampage pendant quelques heures. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Résection colique ou rectale
  • 85. 85 Définition Les divers drainages: ▪ Leurs sécrétions sont quantifiées chaque jour et font partie du bilan des entrées et des sorties. ▪ Rechercher l‘apparition des sécrétions de type digestif qui pourrait signifier une fistule anastomotique ▪ Les drains de type Redon sont retirés dès que les sécrétions sont inférieures à 10ml c-à-d vers j2 ou j3 ▪ Les lames et les drains ronds non aspiratifs sont mobilisés et raccourcis chaque jour lors du pansement. – Ils sont retirés vers j5-j7 dès qu’ils sont devenus trop courts(ils tombent seuls) – Ils ne sont jamais retirés avant la reprise de l’alimentation orale, car ils sont un bon indicateur en cas de fistules digestives Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Résection colique ou rectale
  • 86. 86 Définition La stomie: ▪ Réaliser les soins de la stomie (voir fiche technique n° 11 :Soins d’une stomie) L’alimentation: ▪ Elle commence dès la reprise du transit vers j3-j4. ▪ Elle est progressive avec un régime pauvre en fibres pendant 3 ou 4 semaines pour diminuer la motricité intestinale et donc la tension sur la stomie. ▪ Dans les amputations du rectum, le régime doit être hyperprotidique pour faciliter le comblement de l’évidement périnéal Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Résection colique ou rectale
  • 87. 87 Définition ▪ Les mêmes complications des suites opératoires en général (partie I du cours) + Nécrose de la stomie + Fistule digestive Complications des suites opératoires Résection colique ou rectale
  • 88. 88 Définition Elle repose sur l’entretien de la stomie et les conseils alimentaires: L’entretien de la stomie ▪ L’infirmière doit apprendre au patient à poser, à changer, à vidanger la poche, à nettoyer l’orifice et la peau péristomiale. ▪ La démarche d’apprentissage implique que : ✓ L’infirmière réalise le soin en expliquant les gestes au patient qui regarde ✓ Le patient réalise le soin, aidé dans ses gestes par l’infirmière ✓ Le patient réalise seul le soin, l’infirmière évalue ses connaissances et réajuste (Voir la fiche technique n°11 de soins de la stomie) Rôle infirmier Éducation du patient Résection colique ou rectale
  • 89. Les conseils alimentaires: ▪ Pour réduire le volume des selles il faut réduire l’apport des fibres . ▪ Pour réduire les odeurs et les gaz, il faut réduire les aliments qui fermentent(choux ) ▪ Le patient doit : - Connaître les aliments constipants (chocolat, riz, carotte, banane) ; - Connaître les aliments laxatifs (glace, laitage..) - Mastiquer lentement les aliments - Eviter les boisons gazeux ▪ Supprimer le tabac et les chewing-gums et surtout éviter de prendre du poids ce qui pourrait modifier le diamètre de la stomie 89 Définition Rôle infirmier Éducation du patient Résection colique ou rectale
  • 90. Prise en charge d’un opéré de: 90 -Hernie inguinale -Hernie Crurale
  • 91. 91 >> Hernie inguinale et Crurale Définition Définition Hernie inguinale Hernie Crurale On parle de l’hernie inguinale lorsqu’elle siège juste au-dessus du pli de l’aine. Hernie : Déplacement d’un organe ou d’une partie d’un organe hors de sa cavité naturelle. On parle de l’hernie crurale lorsqu’elle est située en dessous du pli de l’aine.
  • 92. 92 Définition Signes cliniques >> Hernie inguinale et Crurale ▪ Tuméfaction molle visible au niveau de l’aine : indolore ▪ Expansive et impulsive (elle augmente de volume lors des efforts et de la toux) ▪ Augmente de volume à la position debout et à l’effort ▪ Réductible : disparait à la position allongée En dehors de la différence de localisation, l’hernie crurale présente les mêmes signes que la hernie inguinale :
  • 93. 93 Définition Complications >> Hernie inguinale et Crurale ▪ L'évolution naturelle d'une hernie non traitée est l'augmentation de volume. ▪ L’étranglement herniaire est le risque le plus grave. (Hernie étranglée) ▪ Occlusion aigue par strangulation. ▪ Une ischémie pouvant provoquer une nécrose intestinale voire aller jusqu’à la perforation En dehors de la différence de localisation, l’hernie crurale présente les mêmes complications que la hernie inguinale : C’est une urgence chirurgicale (hernie étranglée)
  • 94. 94 Définition Complications >> Hernie inguinale et Crurale ▪ Congénitales ▪ Acquises des suites de : ✓ Affaiblissement de la paroi musculaire abdominale ✓ Hyperpression abdominale (port de charges lourdes) ✓ Obésité (surtout pour les hernies ombilicales) En dehors de la différence de localisation, l’hernie crurale présente les mêmes causes que la hernie inguinale :
  • 95. 95 Définition Examens complémentaires >> Hernie inguinale et Crurale ▪ Aucun examen complémentaire n’est nécessaire ▪ Sauf dans le cas d’une complication : ▪ scanner abdominal en urgence Ou ▪ une échographie afin de connaitre le contenu de cette hernie.
  • 96. 96 Définition Traitement >> Hernie inguinale et Crurale ▪ Le seul traitement curatif est chirurgical ✓ pratiqué rapidement pour prévenir un étranglement ou en urgence si l'étranglement est avéré
  • 97. 97 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++ Préparer le patient pour faire les examens radiologiques prescrits Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires >> Hernie inguinale et Crurale
  • 98. 98 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪Surveiller l’état du patient : réveil, coloration, respiration, signes de choc , douleur, agitation. ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. ▪ Reprise progressive du transit : Alimentation liquide puis semi-liquide avec réintroduction progressive des aliments L’alimentation est reprise dés le lendemain pour la coeliochirurgie et dés la reprise du transit pour la laparotomie. >> Hernie inguinale et Crurale
  • 99. 99 Définition ▪ Surveillance de reprise de la diurèse car risque de rétention aigue post- opératoire : surveiller l’absence de douleur au niveau du bas ventre et l’absence de globe urinaire Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires >> Hernie inguinale et Crurale
  • 100. Prise en charge d’un opéré de : 100 ▪ Adénome de prostate
  • 101. 101 Adénome de Prostate Définition ▪ L’adénome de la prostate est une augmentation de volume de la prostate qui survient le plus souvent chez l’homme de plus de 50 ans. ▪ Cette est aussi appelée l’hypertrophie bénigne de la prostate ou HBP. Définition
  • 102. 102 Définition ▪ Une dysurie ▪ Une pollakiurie ▪ Hématurie ▪ Des envies urgentes d’uriner ▪ Parfois une incontinence urinaire Signes cliniques Adénome de Prostate ▪ Une faiblesse de jet ▪ Rétention aigue d’urines ▪ Miction par regorgement : goutte à goutte ▪ Infection urinaire
  • 103. 103 Définition ▪ Rétention aigue d'urine ▪ Vessie de lutte et résidu post mictionnel: sensation de vidange incomplète de la vessie ▪ Distension vésicale : défaillance du muscle vésical, complication grave car elle menace la fonction rénale ▪ Insuffisance rénale ▪ Lithiase vésicale Complications Adénome de Prostate ▪ Infection rénale ▪ Adénomite : syndrome infectieux ▪ Orchiepididymite Complications septiques Complications mécaniques
  • 104. 104 Définition ▪ Échographie prostatique par voie endorectale ▪ Échographie abdominale ▪ Urographie intraveineuse Examens complémentaires Adénome de Prostate ▪ Biologie : ionogramme, ECBU, dosage de PSA (antigène spécifique de la prostate ) ▪ Cystoscopie si hématurie associée
  • 105. 105 Définition Traitement chirurgical ▪ Chirurgie à ciel ouvert: énucléation par taille vésicale. Indiquée pour les gros AP sup à 50 g. ▪ Résection transurétérale : par voie endoscopique. Traitement Adénome de Prostate
  • 106. 106 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (Échographie prostatique par voie endorectale + Echographie abdominale + Urographie intraveineuse) ▪ ++Récupérer les examens complémentaires faits en fonction de l’âge et des modifications physiologiques et pathologiques(examens pulmonaires et cardiaques) Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Adénome de Prostate
  • 107. 107 Définition ▪ En cas d’infection urinaire le traitement antibiotique par voie parentérale est commencé la veille de l’intervention ▪ Le patient arrive en urgence pour une rétention aigue d’urine par compression et sténose de l’urètre. ➢ Dans ce, le premier geste à effectuer est la pose d’une sonde vésicale en cas d’impossibilité(prostatite ou rétrécissement), un cathéter sus-pubien posé par le chirurgien afin de vider la vessie de façon progressive Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Adénome de Prostate
  • 108. 108 Définition Les premières 48 heures : ➢ Risque d’hémorragie majeure avec formation de caillots dans la vessie , d’où la nécessité de surveiller : ▪ Un globe vésical indique la présence de caillots dans la vessie; dans ce cas procéder au décaillotage rapide. ▪ S’assurer que la sonde est perméable en faisant un lavage au sérum physiologique ▪ Que la sonde n’est pas bouchée, en faisant en besoin des petits lavages avec 10 à 20 cc de sérum stérile sans forcer, pour évacuer des caillots Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Adénome de Prostate
  • 109. 109 Définition Les premières 48 heures : ➢ Risque d’hémorragie majeure avec formation de caillots dans la vessie , d’où la nécessité de surveiller : ▪ Un globe vésical indique la présence de caillots dans la vessie; dans ce cas procéder au décaillotage rapide. ▪ S’assurer que la sonde est perméable en faisant un lavage au sérum physiologique ▪ Que la sonde n’est pas bouchée, en faisant en besoin des petits lavages avec 10 à 20 cc de sérum stérile sans forcer, pour évacuer des caillots Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Adénome de Prostate
  • 110. 110 Définition Irrigation continue: ➢ Son objectif est d’empêcher la formation de caillots dans la vessie. ➢ Le lavage est réalisé à l’aide de poches de sérum de 3L et le débit est adapté en fonction de la couleur de retour des urines. ➢ Elle est poursuivie pendant 48 heures ou plus si les urines ne sont pas redevenues claires ➢ Elle est ensuite remplacée par une cure de diurèse (3L de boisson par jour) ➢ L’irrigation nécessite la réalisation chaque jour d’un bilan des entrées et des sorties(la qté de sérum injecté pour l’irrigation et la qté recueillie dans la poche à urine) Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Adénome de Prostate
  • 111. 111 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. Adénome de Prostate Surveiller la courbe thermique, la courbe de diurèse, l’état de l’hypogastre à la recherche d’un globe ou d’une fistule urinaire.
  • 112. 112 Définition Il importe d’expliquer clairement les troubles sexuels engendrés par l’intervention, car ils sont un sujet d’angoisse supplémentaire pour le patient. Il faut l’encourager à venir avec sa compagne consulter son médecin et lui faire part des problèmes qu’il rencontre. Rôle infirmier Éducation du patient Adénome de Prostate
  • 113. 113 Définition ▪ Pour éviter l’hémorragie et donc la formation de caillots, l’irrigation vésicale doit être continue. ▪ Plus le liquide de retour est foncé, plus le débit de lavage doit être important Rôle infirmier Points essentiels Adénome de Prostate
  • 114. Prise en charge d’un opéré de : 114 ▪ Hydrocèle ▪ Ectopie testiculaire ▪ Torsion
  • 115. 115 Pathologies génito--scrotales Définition Définition Accumulation de liquide dans une poche cloisonnée, intravaginale et à l’extérieur du testicule. Hydrocèle C'est la position anormale d'un testicule en dehors de sa bourse. C'est une anomalie congénitale. Ectopie testiculaire C'est un enroulement brutal sur lui-même du cordon qui retient et nourrit le testicule. C'est une urgence urologique. Torsion du testicule
  • 117. 117 Pathologies génito--scrotales Définition Signes cliniques -Tuméfaction scrotale non douloureuse de volume variable -Testicule difficilement palpable au sein de la bourse Hydrocèle Au cours de l’examen clinique, on note qu’il est impossible de palper le testicule dans la bourse. Le testicule est parfois palpable à l’orifice inguinal. Ectopie testiculaire -La douleur est le maître symptôme Parfois des troubles digestifs (nausées et vomissements) -La palpation montre un testicule surélevé et œdémateux Torsion du testicule
  • 118. 118 Pathologies génito--scrotales Définition Examens complémentaires L’échographie est l’examen de référence en cas de doute diagnostique Hydrocèle L’échographie et TDM abdomino-pelviennes Ectopie testiculaire L’échographie- Doppler testiculaire Torsion du testicule
  • 119. 119 Pathologies génito--scrotales Définition Traitement Hydrocèle Ectopie testiculaire Le traitement est chirurgical Concernant la torsion du testicule, il s’agit d’une urgence chirurgicale car la nécrose devient irréversible en 6 heures Torsion du testicule
  • 120. 120 Définition ▪ En urgence • Rechercher les signes accompagnateurs : douleur, tuméfaction, nausées, vomissement ; • des signes urinaires, fièvre. • Interroger le malade sur la date du début de la douleur. • Prendre les constantes. • Prévoir une voie veineuse. ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires ( Torsion de testicule) Pathologies génito--scrotales
  • 121. 121 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires ( Torsion de testicule et Hydrocèle) Pathologies génito--scrotales
  • 122. 122 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires (hydrocèle + Ectopie testiculaire + torsion de testicule ) Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. Adénome de Prostate
  • 123. 123 Définition Les enfants opérés sera immobilisé un minimum de temps et devront avoir une activité physique réduite pendant quelques jours. Rôle infirmier Éducation du patient Adénome de Prostate
  • 124. Prise en charge d’un patient pour : 124 ▪ Une Chirurgie crânienne
  • 125. 125 >> Chirurgie crânienne Définition Tumeur cérébrale: le terme de tumeur cérébrale s’applique a toute les néo formations intracrânienne quelque soit leurs situations a) au niveau du parenchyme b) au niveau des méninges c) au niveau des nerfs crâniens Abcès du cerveau : Collection purulente intra crânienne développée à l'intérieur du parenchyme encéphalique Définition
  • 126. 126 Définition Syndrome infectieux : ▪ Mauvais état général, fièvre avec accès de frissons Syndrome d’HIC : (hypertension intracrânienne) ▪ En premier plan céphalées diffuses nocturnes et matinales ▪ Vomissements ▪ Troubles de la vigilance ▪ Désorientation temporospatiale Syndrome déficitaire : ▪ Hémiplégie ou hémiparésie ▪ Aphasie Signes cliniques Abcès de cerveau >> Chirurgie crânienne
  • 127. 127 Définition Les signes vont dépendre de : ▪La situation ▪la nature ▪le volume ▪La rapidité de croissance Signes cliniques Tumeur cérébrale >> Chirurgie crânienne ▪Céphalées intenses et inhabituelles ▪Trouble de la conscience ▪Vomissements ▪Œdème papillaire ▪ Bradycardie ▪Paralysie du 6eme nerfs crânien ▪Crise d’épilepsie généralisée ▪Raideur de la nuque Troubles psychiques ▪ Modifications de l’humeur et du caractère ▪ Réduction de l’activité ▪ Ralentissement intellectuel
  • 128. 128 Définition ▪ Hémorragie ▪ Hydrocéphalie ▪ Méningite tumorale ▪ Paralysie du nerf crânien ▪ Troubles de la marche ▪ Pathologies liés au décubitus Complications ▪ Septicémie ▪ Méningite Abcès du cerveau Tumeur cérébral >> Chirurgie crânienne
  • 129. 129 Définition ▪ Scanner cérébral ▪ IRM ▪ Électroencéphalogramme (EEG) Examens complémentaires >> Chirurgie crânienne
  • 130. 130 Définition Tumeur cérébrale: L’objectif de traitement chirurgical des tumeurs du cerveau est de retirer la totalité ou la plus grosse partie de la tumeur. Abcès du cerveau : Le traitement chirurgical de l’abcès cérébral repose sur une ponction drainage réalisée en urgence grâce à la TDM. Traitement >> Chirurgie crânienne
  • 131. 131 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (scanner cérébral + IRM+ EEG) ▪ ++Récupérer les examens complémentaires (examens pulmonaires « Rx du thorax » et examens cardiaques « ECG » ) ▪ Evaluation de l’état neurologique du patient indispensable pour juger l’évolution postopératoire Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires >> Chirurgie crânienne
  • 132. 132 Définition Le patient revient du bloc opératoire avec : Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne ▪ Un scope ▪ Un ou deux drain de Redon ▪ Une incision ▪ Une sonde nasogastrique ▪ Un système de drainage (drain de Redon ) ▪ Une sonde vésicale ▪ Une sonde d’intubation reliée à un respirateur ▪ Un capteur de pression intracrânienne (PIC) ▪ Un cathéter périphérique ▪ Un cathéter artériel ▪ Un cathéter central
  • 133. Mesure de la PIC 133
  • 134. 134 Définition ▪ Le patient est installé en décubitus dorsal proclive , tête relevée a 30 degrés pour assurer un meilleur drainage veineux et diminuer la pression intracrânienne ▪ La surveillance neurologique : elle est capitale pour déceler des complications intracrâniennes. Elle est effectuée toute les demi-heures et porte sur l’état de conscience (évaluée sur le score de Glasgow) Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne
  • 135. 135 Définition Rôle infirmier >> Chirurgie crânienne Score de Glasgow Score = 15 : conscience normale
  • 136. 136 Définition La surveillance de la PIC : • il est surveiller toutes les heures pour rechercher une hypertension intracrânienne • La PIC normale est de 10 à 15 mm Hg. Une augmentation supérieur à 20 mm Hg doit être signalée au réanimateur • Tous les raccords doivent être enfermés dans un boîtier protecteur et changés régulièrement Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne
  • 137. 137 Définition La ventilation assisté : ▪ Surveiller les paramètres du respirateur réglé par le réanimateur ▪ Vérifier la position de la sonde d’intubation par une radio pulmonaire : ❑ Vérifier la bonne fixation de la sonde ; ❑ Changer régulièrement les filtres et les raccords ; ❑ Aspirer le patient régulièrement avec le maximum d’asepsie, l’aspiration doit être rapide pour éviter l’augmentation de la pression intracrânienne ; ❑ Effectuer des soins de bouche quotidiens ; Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne
  • 138. 138 Définition Le cathéter artériel : qui permet une surveillance instantanée des variations hémodynamiques (hyper ou hypotension susceptible d’entraîner une hypertension intracrânienne. elle permet aussi les prélèvements sanguins ainsi que ceux du gaz du sang artériel: ▪ Contrôler sa fixation et maintenir le poignet sur une attelle ; ▪ Vérifier le point de ponction et l’aspect du pansement occlusif ; ▪ Lors des prélèvements sanguins prélever l’hémostase en dernier, le cathéter artériel étant épargné les résultats seraient faussés ; ▪ Ne jamais rien injecter dans un cathéter artériel Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne
  • 139. 139 Définition Le cathéter central : permet la mesure de la pression veineuse qui règne dans la veine cave supérieure .l’infirmière doit : ▪ Contrôler la position du cathéter par une radiographie thoracique, la recherche du reflet et la présence d’oscillations synchrones de la ventilation ; ▪ Communiquer tout résultat anormal au réanimateur ; ▪ Contrôler sa fixation et sa perméabilité ; ▪ Vérifier les points de ponction et l’aspect du pansement occlusif ; Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne
  • 140. 140 Définition Le cathéter périphérique : assure la réhydratation et le passage des différents médicaments, les soins du cathéter exigent de : ▪ Vérifier le point de ponction, l’aspect du pansement occlusif et le reflux ▪ Contrôler sa fixation et sa perméabilité ; ▪ Manipuler les robinets avec des compresses stériles imbibées de bétadine ; ▪ Changer les robinets et les tubulures toutes les 48h ; ▪ Dépister un hématome, une infiltration, une inflammation ou des signes d’infection ▪ Contrôler le débit de la perfusion et des seringues électriques, un débit trop rapide peut entraîner un œdème cérébral ; Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire >> Chirurgie crânienne
  • 141. 141 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ L’alimentation ne sera reprise qu’après l’extubation du patient, avec contrôle de la déglutition. >> Chirurgie crânienne
  • 142. 142 Définition Rôle infirmier Suites opératoires compliquées >> Chirurgie crânienne ▪ Œdème cérébral ▪ Épilepsie ▪ méningite Les suites opératoires en neurologie sont marquées par le risque d’HIC avec souffrance cérébrale. La surveillance des signes neurologiques (conscience, motricité, pupilles) et de la PIC est donc capitale pour une prise en charge efficace.
  • 143. 143 Définition Le suivi médical est indispensable et le patient doit revenir en consultation dans le mois qui suit la sortie. Rôle infirmier Éducation du patient >> Chirurgie crânienne
  • 144. Prise en charge d’un patient pour : 144 ▪ Une nucléotomie lombaire
  • 145. 145 >>nucléotomie lombaire Définition • Une hernie discale est la rupture de l’enveloppe fibreuse d'un disque intervertébral, qui provoque le glissement du noyau pulpeux vers l'extérieur. • Il en résulte une pression exercée sur les racines nerveuses à ce niveau. Définition Hernie discale
  • 146. 146 >>nucléotomie lombaire Définition - Obésité -La grande taille - Microtraumatismes répétés -Troubles de la statique (scoliose). Facteurs favorisants Hernie discale
  • 147. 147 >>nucléotomie lombaire Définition ▪ Douleur lombaire vive ▪ Survenue au cours d’un effort ▪ Avec impression de craquement ▪ Raideur lombaire, contracture musculaire ▪ Varie selon le niveau de l’hernie (L4-L5 / L5-S1). Signes cliniques Hernie discale ▪ Irradiation dans la région lombaire des membres inférieures, passant par les fesses, les cuisses puis la face externe de la jambe jusqu’à la malléole. ▪ Paresthésie : pieds, orteil…
  • 148. 148 >>nucléotomie lombaire Définition ▪ des troubles sphinctériens (rétention ou perte d’urine, perte de selles). ▪ une paralysie totale. complications Hernie discale
  • 149. 149 >>nucléotomie lombaire Définition Intervention qui a pour but de lever la compression radiculaire et consiste en une nucléotomie, c'est-à-dire la résection de la hernie et le curetage discal. Traitement Hernie discale
  • 150. 150 >>nucléotomie lombaire Définition ▪ Radiographie du rachis lombaire ▪ Scanner et/ou IRM Examens complémentaires
  • 151. 151 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire (NFS, plaquette, hémostase, groupe sanguin, facteur rhésus, RAI, ionogramme sanguin, glycémie, créatinémie) ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques (Radiographie du rachis lombaire Scanner et/ou IRM) ▪ ++Récupérer les examens complémentaires (examens pulmonaires « Rx du thorax » et examens cardiaques « ECG » ) Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires >>nucléotomie lombaire
  • 152. 152 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. Adénome de Prostate
  • 153. 153 Définition ▪ Le premier lever : est effectué si possible dés le lendemain avec l’aide du kinésithérapeute qui apprend au patient à se lever du lit sans effectuer des mouvements de torsion du tronc, de la position dorsale, le patient doit passer en position latérale, puis effectuer un mouvement de bascule au bord du lit pour redresser le buste à l’aide de la main tandis que les jambes descendent. ▪ Il faut recommander au patient de ne pas soulever sa jambe au dessus du lit lorsqu’il est couché, de s’asseoir le moins possible sur le lit (trop moue) et d’augmenter très progressivement la durée de la station assise Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires >>nucléotomie lombaire
  • 154. Définition Objectifs: Apprentissage d’une bonne hygiène lombaire pour éviter les récidives. Le patient devra éviter: ▪ Respecter un repos de 1 mois avant la reprise progressive des activités Le patient devra éviter: ▪ Porter des charges lourdes. ▪ Station debout prolongée avec une flexion du tronc. ▪ Long trajet en voiture (ou alors faire des pauses). ▪ Sports violents. Le patient devra pratique ▪ Natation sur le dos, la marche. ▪ S’accroupir pour ramasser quelque chose ou soulever un objet. ▪ Lutter contre l’excès de poids. Rôle infirmier Soins éducatifs >>nucléotomie lombaire 154
  • 155. Prise en charge d’un patient pour : 155 ▪ Une chirurgie proctologique
  • 156. 156 Chirurgie proctologique Définition Définition • Dilatation de veines au niveau de la sous-muqueuse du canal anal. • Elles peuvent être internes ou externes. hémorroïdes • Ulcère cutané ou fissure de la membrane de la paroi anale. • Déchirure de la muqueuse anale sous forme d’une raquette. Fissure anale • Trajet anormal communiquant vers l’anus ou le rectum. • La fistule anorectale peut s’étendre jusqu’à l’épiderme ou jusqu’au vagin ou jusqu’aux fesses • Cette pathologie est l’une des complications les plus courantes de la maladie de Crohn. Fistule anale
  • 158. 158 Chirurgie proctologique Définition Signes cliniques Hémorroïdes Fissure anale Fistule anale ▪ Saignements lors des selles la plupart du temps ▪ Prurit péri-anal. ▪ Douleurs dues à la thrombose ou à l’étranglement hémorroïdaire. ▪ Spasmes douloureux au niveau du sphincter anal. Douleur sévère et brûlante lors des selles. ▪ Ils peuvent être accompagnés de saignements. ▪ Écoulement purulent. ▪ Écoulement sanguin ▪ Fuite de selles par la fistule
  • 159. 159 Chirurgie proctologique Définition Complications Hémorroïdes Fissure anale Fistule anale ▪ Les hémorroïdes peuvent devenir enflammées ou thrombosées. ▪ Les hémorroïdes internes peuvent saigner. ▪ Infection de la plaie ▪ Contracture involontaire de l’anus ▪ Abcès anal ▪ Diffusion de l’infection ▪ Septicémie
  • 160. 160 Définition ▪ Comme tout examen clinique, l’examen proctologique comporte : ❑L’inspection de la marge anale (avec un bon éclairage) tout en écartant les plis radiés pour exposer la zone cutanée lisse de l’anus. ❑La palpation à la recherche de tuméfaction ou de douleur. ❑Le Toucher Rectal Examen proctologique Chirurgie proctologique
  • 161. 161 Définition ▪ Comme tout examen clinique, l’examen proctologique comporte : ❑L’inspection de la marge anale (avec un bon éclairage) tout en écartant les plis radiés pour exposer la zone cutanée lisse de l’anus. ❑La palpation à la recherche de tuméfaction ou de douleur. ❑Le Toucher Rectal ▪ L’anuscopie et la rectoscopie Examen proctologique Chirurgie proctologique
  • 162. 162 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. Chirurgie proctologique
  • 163. 163 Définition ▪ Prévention de la constipation : conseils diététiques adaptés associés à la prise de traitements prescrits par le chirurgien. ▪ Éviter les positions assises et debout trop prolongées. ▪ Prise en charge de la douleur qui est très importante pour ce type de pathologie : Évaluation, traitement et surveillance. ▪ Bain de siège après chaque selles et matin et soir au minimum pour garder la zone propre et sèche. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires (soins spécifiques Chirurgie proctologique
  • 164. 164 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires (soins spécifiques) Chirurgie proctologique Hémorroïdes Fissure anale Fistule anale -Les patients restent hospitalisés jusqu’à la survenue des premières selles de manière à s’assurer qu’il n’y a pas d’hémorragie gravissime et que la douleur peut être traitée efficacement. - Le traitement local se compose uniquement de bains de siège. - Le traitement local se caractérise également uniquement par des bains de sièges et l’intervention peut être réalisée en chirurgie ambulatoire ▪ le traitement local peut nécessiter la mise en place d’un méchage en vue de la cicatrisation du trajet fistuleux. ▪ La mèche doit être changée tous les jours jusqu’à cicatrisation complète et nécessite la coopération du patient qui doit garder la zone le plus propre possible même après être allé à la selle.
  • 165. Vidéo des soins post- opératoires en proctologie 165 https://www.youtube.com/watch?v=sAl1VdltdHM
  • 166. Prise en charge d’un patient pour une chirurgie orthopédique 166
  • 167. 167 Fractures de la jambe Définition -Ce sont des fractures diaphysaires intéressant le tibia et/ou le péroné -Sont fréquentes, le mécanisme est soit direct ou indirect par torsion de l'axe jambier Définition Fractures de la jambe Fractures fermées de la jambe Fractures ouvertes de la jambe -Fracture plus ouverture cutanée exposant le foyer fracturaire -Sont des fractures très fréquentes et très graves du fait du risque infectieux
  • 168. 168 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits (NFS, plaquette, hémostase, groupe sanguin, facteur rhésus, RAI, ionogramme sanguin, glycémie, créatinémie) ▪ Récupérer les différents examens spécifiques : les radiographies des membres inférieurs, la radiographie du squelette, l’artériographie et l’echo-doppler. Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Fractures de la jambe
  • 169. 169 Définition ▪ Vérification de l’immobilisation de la jambe qui doit être dans une attelle radio- opaque, les lésions cutanées sont recouvertes des compresses et d’un champ stérile. ▪ Surélévation de pied du lit pour faciliter le retour veineux, diminuer l’œdème et la douleur. ▪ Installation d’un arceau pour éviter le poids des couvertures. ▪ Toilette du patient en tenant compte de la douleur et en respectant l’immobilisation de la jambe fracturée. ▪ Pose d’une voie veineuse pour le passage des antalgiques, des anti-inflammatoires et des antibiotiques. Dans les fractures ouvertes, l’antibiothérapie est systématique Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires (le jour de l’intervention) Fractures de la jambe
  • 170. 170 Définition ▪ En fonction du protocole du service et du type d’intervention, le patient est installe en décubitus dorsal, la jambe surélevée par un oreiller. ▪ Le lit est déclive pour faciliter le retour veineux. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Fractures de la jambe
  • 171. 171 Définition ▪ Le patient revient au bloc opératoire avec : ▪ Une voie veineuse périphérique qui permet le passage de l’eau, des électrolytes, des antibiotiques, des antalgiques et des anti- inflammatoire. ▪ Un fixateur externe ▪ Une plaie ▪ Un système de drainage avec un ou deux drains aspiratifs de Redon Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire Fractures de la jambe
  • 172. 172 Définition La voie veineuse périphérique : ▪ Elle est conservée tant que le patient a besoin d’antibiothérapie et d’antalgiques par voie intraveineuse. Les antibiotiques sont administrés sur 5 jours au minimum dont au moins 24h en intraveineuse. Les drains de Redon : ▪ Ils sont conservés jusqu'à J5, et des prélèvements bactériologiques du liquide recueilli sont pratiqués à J1, J3 et J5. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance) Fractures de la jambe
  • 173. 173 Définition Le fixateur externe (voir la fiche technique n° 12 ) ▪ Devant certains signes inflammatoires au niveau des fiches (peau tendue et rouge, gonflement, écoulement de sérosités.) il faut effectuer un prélèvement bactériologique et entourer les fiches de tulle gras ou bétadine tulle. ▪ Le fixateur est recouvert par un bandage qui est changé régulièrement. ▪ Lorsque la plaie est cicatrisée, le nettoyage du fixateur peut être réalisé sous la douche avec de la bétadine rouge et une brosse, ce qui permet au patient de participer a cette hygiène quotidienne. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance) Fractures de la jambe
  • 174. 174 Définition Le fixateur externe (voir la fiche technique n° 12 ) ▪ Devant certains signes inflammatoires au niveau des fiches (peau tendue et rouge, gonflement, écoulement de sérosités.) il faut effectuer un prélèvement bactériologique et entourer les fiches de tulle gras ou bétadine tulle. ▪ Le fixateur est recouvert par un bandage qui est changé régulièrement. ▪ Lorsque la plaie est cicatrisée, le nettoyage du fixateur peut être réalisé sous la douche avec de la bétadine rouge et une brosse, ce qui permet au patient de participer a cette hygiène quotidienne. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance) Fractures de la jambe
  • 175. 175 Définition Le premier lever : ▪ Il est effectué, si possible des le lendemain (sauf s’il existe un lambeau), la kinésithérapeute va apprendre au patient à déambuler avec des béquilles et à mobiliser toutes les articulations pour éviter l’ankylose L’alimentation : ▪ Elle est reprise le soir même avec un repas léger. ▪ L’alimentation est riche en protéines et en calcium mais non grasse, car le patient a peu d’activités physiques. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoire (La surveillance) Fractures de la jambe Un lambeau est une technique chirurgicale qui permet d'apporter du tissu pour réparer une perte de substance
  • 176. 176 Définition Rôle infirmier Soins infirmiers en Postopératoires Surveillance des paramètres vitaux Soins Locaux Administration thérapeutique Règles d’hygiène ▪Température ▪Tension artérielle ▪ Pouls ▪ Reprise du transit ▪ Surveillance biologique sur prescription médicale. ▪ Surveillance de la diurèse ▪ Bilan quotidien des entrées et des sorties ▪Changement de pansements avec asepsie rigoureuse ▪ Surveillance de l’état de la plaie ▪ Ablation du drainage sur PM ▪ Ablation des fils sur PM et selon l’état de cicatrisation de la plaie ▪Soins préventifs des escarres ▪ Administration du traitement selon la prescription médicale ▪ Surveillance des perfusions ▪ Respect de la règle des 5 B pour prévenir les erreurs médicamenteuses ▪Assurer le confort et l’hygiène du malade. ▪ Mobilisation du patient ; ▪ Lever précoce ▪La réalimentation est débutée dès l’apparition des gaz. Fractures de la jambe
  • 177. 177 Définition Suites opératoires compliquées Fractures de la jambe Complications Étiologies Signes Conduite à tenir Syndrome des loges L’élévation de la pression dans les loges musculaires inextensibles de la jambe va agir comme un garrot interne et comprime le flux capillaire, créant une ischémie tissulaire à son tour responsable d’une hyperpression. C’est une urgence. -Douleurs intenses à type de brulure et sensation de tension dans la jambe dont les muscles sont augmentés de volume -Douleurs provoquées à l’étirement des masses musculaires -Couleur rouge de la peau avec augmentation de la T° locale au niveau de la jambe -Pied blanc et froid -Déficit moteur: le gros orteil ne se relève plus - Déficit sensitif : anesthésie de la jambe et du dos du pied. - Mesure de la pression à l’intérieur des loges musculaires à l’aide d’un manomètre
  • 178. 178 Définition Suites opératoires compliquées Fractures de la jambe Complications Étiologies Signes Conduite à tenir Ostéite post traumatique Infection de l’os par un germe. La fracture ouverte est un milieu de culture favorable en raison de l’ouverture, de l’hématome et des tissus dévitalisés qui se défendent mal -Courbe thermique en augmentation -Peau tendue et rouge au voisinage de la plaie -Ecoulement par la plaie ou par les fiches du fixateur de liquide purulent -Hyperleucocytose et CRP élevées -Respecter l’asepsie rigoureuse pour les soins de la plaie et du fixateur. -Effectuer des prélèvements bactériologiques des écoulements avec demande des antibiogrammes. -Administrer un antibiotique adapté au germe en cause selon prescription médicale. ++ Thromboses veineuses: (pour les signes et la CAT >> voir la première partie du cours) Facteurs de risques : ▪ Chirurgie orthopédique à risque élevé ▪ Chirurgie sous garrot pneumatique favorisant la stase veineuse ▪ Immobilisation postopératoire prolongée avec reprise de l’appui très tardivement (plusieurs mois)
  • 179. 179 Définition ▪ Si le patient retourne chez lui avec son fixateur il faut lui apprendre a le conserver propre, et à le manipuler avec précaution et asepsie. ▪ Le nettoyage sous la douche est autorisé, mais il faut sécher soigneusement l’entrée et la sortie des fiches . ▪ En présence d’une douleur, d’une rougeur ou d’écoulement au niveau du fixateur, le patient doit revenir en consultation pour effectuer des prélèvements bactériologiques. ▪ Le traitement anticoagulant est poursuivi à domicile tant que le patient est porteur de fixateur. ▪ Il faut lui expliquer l’importance de l'observance du traitement et lui donner les consignes à appliquer en cas de saignements Education du patient Fractures de la jambe
  • 180. 180 Définition Deux faits dominent l’évolution d’une fracture ouverte : la destruction cellulaire et la souillure septique. Le traitement va tenir compte de ces deux facteurs : Points essentiels Fractures de la jambe En luttant contre l’infection par la décontamination, la prévention du tétanos et l’antibiothérapie En rétablissant la continuité tégumentaire avant la continuité osseuse grâce au parage et à la fermeture de la plaie par suture ou greffe tissulaire
  • 181. 181 Définition Veuillez réviser la fiche technique n° 12 (soins infirmiers au patient porteur de fixateur externe) et la fiche technique n° 13 (Surveiller un patient porteur d’un plâtre circulaire pour une fracture des membres) Points essentiels Fractures
  • 182. Prise en charge d’un patient pour une chirurgie pulmonaire 182
  • 184. 184 Définition ▪ Le pneumothorax spontané est traité par résection des bulles (agrafage) et avivement pleural ou pleurectomie ▪ Les tumeurs nécessitent une tumorectomie, segmentectomie, lobectomie ou pneumonectomie ▪ La thoracotomie est l’ouverture du thorax, par voie latérale ou trans-sternale Indications et types d’intervention Chirurgie pulmonaire
  • 185. 185 Définition ▪ Les mêmes Soins infirmiers préopératoires généraux (partie I du cours) ▪ ++ Prélever ou récupérer les résultats du bilan préopératoire prescrits ▪ ++Récupérer les différents examens spécifiques : ✓ Les radiographies pulmonaires de face et de profil, qui représentent l’élément diagnostic de base ✓ Les gaz du sang et les épreuves fonctionnelles respiratoires, qui permettent de dépister un syndrome obstructif ou restrictif et de prévoir la capacité du poumon restant Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Chirurgie pulmonaire
  • 186. Définition ✓ La scintigraphie pulmonaire, qui renseigne sur la capacité des deux poumons ✓ La fibroscopie bronchique, qui précise le type et le siège des lésions bronchiques ✓ La recherche d’un foyer infectieux ORL et stomatologie, qui permet de repousser l’intervention s’il existe une infection ✓ Le bilan d’extension des cancer : échographie hépatique (recherche de métastases hépatiques), scintigraphie osseuse (recherche de métastases osseuses), marqueurs tumoraux ; Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires Chirurgie pulmonaire 186
  • 187. Définition ▪ Préparation psychologique du patient : rassurer, expliquer l’intervention et les suites opératoires (présence de drain thoracique). ▪ Expliquer au patient que la douleur est systématiquement traitée par des antalgiques majeurs (morphine). ▪ Préparation respiratoire avec le kinésithérapeute commencée plusieurs jours avant l’intervention ; elle permet un apprentissage des exercices respiratoires indispensables en postopératoire. En effet le patient doit savoir expectorer et utiliser toute sa capacité pulmonaire compte tenue de la douleur, les drains de la cicatrice et surtout de la perte d’une partie de la fonction respiratoire Rôle infirmier Soins infirmiers en préopératoires (la veille de l’intervention) Chirurgie pulmonaire 187
  • 188. Définition Le patient revient du bloc opératoire avec : ▪ Une incision ▪ Une voie veineuse ▪ Une sonde d’oxygène ▪ Un système de drainage : un ou deux drains thoraciques ▪ Des anticoagulants (HBPM) et des bas de contention En fonction du protocole du service, du type d’intervention et après lecture de la feuille d’anesthésie, le patient est installe en position demi assise. Il est indispensable de trouver une position antalgique qui soulage et favorise la ventilation du poumon opéré. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Chirurgie pulmonaire 188
  • 189. Définition ▪ Les perfusions : elle sont maintenues jusqu'à la reprise alimentaire et l’arrêt des antalgiques et des antibiotiques par voie intraveineuse. Il faut établir le bilan des entrées et des sorties journalier, contrôler la perméabilité et la fixation du cathéter central, dépister les signes locaux d’infiltration, d’inflammation ou d’infection ▪ Le pansement : refait à j2, les fils sont retirés à J12, J15 ▪ Le premier lever : il est effectue si possible dés le lendemain de l’intervention selon les possibilités du patient ▪ L’alimentation : Elle débute à J1 après la vérification de la reprise du transit : thé, bouillon, yaourt, puis reprise de l’alimentation normale les jours suivant. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Il faut surveiller : Chirurgie pulmonaire 189
  • 190. Définition ▪ Le ou les drains pleuraux : Le drain est clampé dans la pneumonectomie. NB: ce drain ne doit jamais être en aspiration car la cavité est vide (ablation du poumon), et une aspiration causerait un brusque déséquilibre du médiastin avec troubles du rythme et arrêt cardiaque. Ce drain est dit de sécurité il ne reste en place que 24 h à 48h : ❑ Vérifier sa fixation pour limiter le risque de retrait accidentel. Lors du déplacement du patient, le drain doit impérativement être clampé à l’aide de deux pinces protégées et placées tête-bêche ; cette manœuvre permet d’éviter l’introduction d’air dans les poumons ; Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Il faut surveiller : Chirurgie pulmonaire 190
  • 191. Définition ❑ Vérifier la longueur du tuyau qui relie le drain à l’aspiration ; il doit être le plus court possible pour éviter la formation de boucles successives responsables d’une réduction de la dépression au niveau du drain ❑ Vérifier sa perméabilité : le drain ne doit pas être bouché ou coudé, le patient ne doit pas être couché dessus ❑ Changer chaque jour le système d’aspiration après avoir clampé le drain (système avec bocaux) ❑ Lors de changement des flacons de recueil, faire un repère à l’aide de sparadrap sur le bocal pour indiquer la quantité d’eau stérile introduite. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Il faut surveiller : Chirurgie pulmonaire 191
  • 192. Définition ❑ Vérifier que le système est toujours situé en dessous du niveau du patient ❑ Noter l’aspect et la quantité de l’écoulement recueillie et signaler tout drainage supérieur à 300ml ❑ Vérifier l’étanchéité du circuit et la présence ou non du bullage ❑ Vérifier l’efficacité du drainage par un contrôle radiologique et des gaz du sang (sur prescription) ❑ Nettoyer et refaire le pansement et drain chaque jour en prenant soins de laisser en place les fils d’attente Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Il faut surveiller : Chirurgie pulmonaire 192
  • 193. Définition ❑ Contrôler le rythme et l’amplitude respiratoire, la qualité de la toux et la coloration des téguments ❑ La kinésithérapie respiratoire est quotidienne pour éviter l’encombrement bronchique (fournir au patient des crachoirs et des mouchoirs en papier) ; si le patient ne peut expectorer, l’aspiration trachéale est indispensable, de même que l’humidification des secrétions par les aérosols ❑ L’ablation des drains est effectuée par le chirurgien lorsque le drain ne bulle plus et que la quantité de liquide est inférieure à 150ml /jour ; ou systématiquement à J5 après mobilisation à J3. Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Il faut surveiller : Chirurgie pulmonaire 193
  • 194. Définition ❑ S’il y a deux drains, ils peuvent être retirés le même jour ou à quelques jours d’intervalle. ❑ Après clampage du drain pendant 24h (selon les services) une radiographie pulmonaire permet de voir si le poumon est revenu à la paroi. ❑ Un pansement compressif vient obstruer le fil, et un contrôle radio est effectue le jour même ou le lendemain Rôle infirmier Soins infirmiers en postopératoires Il faut surveiller : Chirurgie pulmonaire 194
  • 195. Drainage pleural : système avec bocaux 195 Bocal de sécurité Bocal de recueil
  • 196. Drainage pleural : système Pleur-Evac 196
  • 197. Définition En cas de surinfection bronchique : ▪ Kinésithérapie respiratoire pour faciliter la toux et les crachats ; ▪ Aspiration trachéale douce. En cas de décompensation respiratoire : ▪ En fonction des signes cliniques et sur prescription ; ▪ Oxygénothérapie à faible débit (1l/min) ; ▪ Traitement broncho-dilatateur et diurétique ; ▪ Kinésithérapie respiratoire pour contrôle de la ventilation et drainage bronchique. En cas de thrombose veineuse : voir partie I du cours (soins infirmiers postopératoires standards ou généraux). Les suites opératoires compliquées Chirurgie pulmonaire 197
  • 198. 198 Définition L’infirmière doit fournir au patient les recommandations suivantes : ▪ Conseiller une consultation d’aide au sevrage tabagique pour un arrêt définitif du tabac ▪ Poursuivre la rééducation respiratoire avec un kinésithérapeute spécialisé ▪ Apprendre au patient à utiliser les techniques de traitement inhalé ▪ La plongée sous marine ou l’avion sont définitivement contre indiqués après une pneumothorax spontané Education du patient Fractures de la jambe
  • 199. 199 Définition Ne jamais mettre en aspiration un drain de pneumonectomie Points essentiels Fractures de la jambe
  • 200. Prise en charge des brulures et des gelures 200
  • 201. Rappel anatomique : La Peau 201
  • 202. 202 >>Brulures Définition • La brûlure est une lésion de la peau et / ou des voies aériennes ou digestives provoquée par un agent causal. • La brûlure est une destruction du revêtement cutané, voire des tissus sous- jacents, consécutive à l’action d’agents: thermiques, électriques, chimiques, radiologiques Définition
  • 203. 203 >>Brulures Définition • La brûlure peut être provoquée par une exposition à : ❑ La chaleur (corps, liquide, gaz chaud…) 90% des cas, ❑ Les substances chimiques (caustiques) ❑ L’électricité (courant électrique) ❑ Les radiations (soleil, UV, autres rayons) Causes
  • 204. 204 >>Brulures Définition Une brûlure se caractérise par : ❑ Son aspect ❑ Sa localisation ❑ La présence de douleur ❑ Son étendue ❑ Son degré Signes
  • 205. 205 >>Brulures Définition Signes Aspect d’une brûlure La rougeur Les cloques (phlyctènes) La carbonisation Douloureuse, la rougeur traduit une atteinte superficielle de la peau (atteinte de la couche externe Uniques ou multiples et plus ou moins étendues, les cloques sont des vésicules qui traduisent une atteinte plus profonde de la peau La peau est pâle ou noirâtre ou brunâtre. Toutes les couches de la peau sont atteintes. Ces brûlures sont souvent peu douloureuses car les terminaisons nerveuses ont été détruites. La perte de liquide est importante.
  • 206. 206 >>Brulures Définition Signes Localisation d’une brûlure Elle doit être décrite avec précision notamment s’il s’agit de localisations particulières comme : ▪ Les brûlures des voies aériennes, objectivées par la présence de traces noires autour des narines et de la bouche, la présence de toux ou de crachats noirs (qui seront systématiquement recherchés en cas de victimes d’incendie) ▪ Les brûlures des mains, des plis de flexion, du visage ▪ Les brûlures à proximité immédiate des orifices naturels. Douleur d’une brûlure La présence de douleur spontanée associée à la brûlure renseigne sur l’atteinte ou non des structures nerveuses.
  • 207. 207 >>Brulures Définition Signes Évaluation de l’étendue d’une brûlure Plus une brûlure est étendue plus elle est grave. Cette surface peut être évaluée par la règle des 9 de WALLACE, qui donne pour le tête 9 % le tronc 36 % les membres supérieurs 18 %, les membres inférieurs 36 % les organes génitaux 1%.
  • 208. 208 >>Brulures Définition Signes Évaluation de l’étendue d’une brûlure On peut se servir de la règle de 9 de Wallace pour déterminer la surface brulée en % : Membre Surface brulée total Tête tronc membre supérieur membre inférieur organes génitaux externes 9% 18% X 2 9% X 2 18% X 2 1 % 9 % 36% 18% 36% 1% 100%
  • 209. 209 >>Brulures Définition Signes Évaluation de la profondeur d’une brûlure (degré de brûlure)
  • 210. 210 >>Brulures Définition Signes Évaluation de la profondeur d’une brûlure (degré de brûlure) ▪ 1er degré = “coup de soleil” ▪ 2ème degré superficiel = Bulle (Phlyctène) ▪ 2ème degré profond = Approfondissement ▪ 3ème degré = Carbonisation / Aucune cicatrisation spontanée
  • 211. 211 >>Brulures Définition Classifications Brûlures mineures Brûlures modérées Brûlures majeures ▪ Les brûlures du premier degré qui couvrent moins de 50% du corps ▪ Les brûlures du deuxième degré qui couvrent moins de 15% du corps ▪ Les brûlures du troisième degré qui couvrent moins de 2% du corps ▪ Les brûlures du premier degré qui couvrent de 50% à 75% du corps ▪ Les brûlures du deuxième degré qui couvrent de 15% à 30% du corps ▪ Les brûlures du troisième degré qui couvrent de 2% à 10% du corps ▪ Les brûlures du troisième degré qui couvrent plus de 10% du corps. ▪ Les brûlures du deuxième degré qui couvrent plus de 30% du corps ▪ Les brûlures du premier degré qui couvrent plus de 75% du corps
  • 212. 212 >>Brulures Définition Complications ▪ Dangers immédiats ❑Une défaillance circulatoire par perte de liquide ❑Une défaillance respiratoire par brûlure du visage ou inhalation de gaz ou vapeur chaude ou de fumée, ▪ Douleur sévère ▪ Infection (complication tardive)
  • 213. 213 >>Brulures Définition C.A.T à sur le lieu d’accident ▪ Supprimer la cause ▪ Refroidir pour limiter l’étendue, soulager la douleur et le gonflement, ▪ Lutter contre les conséquences : détresse circulatoire et respiratoire, ▪ Limiter le risque d’infection.
  • 214. 214 >>Brulures Définition Gestes de secours à réaliser 1. Supprimer la cause ou soustraire la victime à la cause 2. Refroidir le plus tôt possible la surface brûlée, ▪ Refroidir les brûlures venant de se produire avec de l’eau ruisselante pendant 5 minutes chez l’enfant, 10 minutes chez l’adulte. ▪ L’arrosage immédiat d’une brûlure diminue son extension, limite ses conséquences et soulage la douleur. ▪ En cas de brûlure simple, l’arrosage peut être poursuivi pour limiter la douleur tant que la victime le souhaite. ▪ Dans le cas de brûlure grave, l’arrosage de la brûlure grave n’est réalisé que si : ❑La brûlure est récente, moins de 10 minutes, ❑L’étendu de la brûlure est < à 20 % (risque d’hypothermie), ❑La victime est consciente