SlideShare une entreprise Scribd logo
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
I. Définitiondel’éthique
II. Définitiondela morale
III. Relation : éthique– morale
I- Définitiondel’éthique:
1/ Définition tirée des dictionnaires :
science des mœurs et de la morale (HACHETTE EDDITION 1994)
: science de la morale, art de diriger la conduite
Ensemble des règles de conduite considérées comme valables de façon
absolue (petit robert 1 EDDITION1984)
2/ Définition des praticiens :
 L’éthique désigne la mise en pratique sur le terrain des principes tirés de
diverses origines
C’est aussi la morale en application sans le domaine d’une profession donnée
II- Définition de la morale :
 La morale vient du mot latin « MOS », qui désigne une manière de
se comporter, une façon d’agir physiquement ou moralement, déterminée non pas par la
loi mais par l’usage, désigne aussi souvent la coutume.
Selon le « petit robert » : la morale est la science du bien et du mal, théorie de
l’action humaine en tant qu’elle est soumise au devoir et à pour but le bien
III- Relation : éthique – morale
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Entre les deux mots, existe une relation de concurrence :
Selon PAUL RICOEUR : l’éthique relève de l’individu et la morale suppose une
collectivité
Selon ANDRE COMTE SPRONVILLE : la morale commande et l’éthique recommande
2ème partie : fondements de l’éthique
IV. Unité I : droit
V. Unité II : devoir
VI. Unité III : responsabilité
VII. Unité IV : sanction
Le droit
 Définition :
En tant que discipline ou science à un caractère social et se base sur les lois à savoir des
règlements juridiques
 Intérêts du droit :
Faire régner de l’ordre, la paix et de l’harmonie dans la société ce qui va permettre
d’améliorer la façon de vivre dans une société et réalise le bien commun
Défendre les citoyens contre l’injustice
Etablir la sécurité individuelle
Assurer la réparation des dommages causés par autrui
 Classification de droit :
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Naturel : règles imposées par la raison, la morale, l’ordre, la religion, les coutumes, les
habitudes, etc.
Positif : règles dictées par la législation grâce à des lois qui s’appliquent à la société
Le devoir
 Définition :
Le devoir signifie l’obligation de donner ou de faire quelques choses au nom de la
morale, c'est-à-dire au nom de la loi, l’honneur, la religion, la raison, les coutumes.
C’est être tenu à se dévouer, à se sacrifier : donc on doit à sa famille, à sa patrie et à sa
profession
Une personne est consciencieuse au sens professionnel du mot, non seulement si elle
possède le sens moral, mais si elle connaît aussi la conduite professionnelle à tenir et
obéit à l’appel du devoir
 Classification des devoirs :
Devoirs professionnelles : dictés par le statut de la profession
Devoirs sociaux : qui ont pour but de faciliter les relations humaines
Devoirs légaux : Sont imposés par les lois (décrets)
La responsabilité
 Définition :
La responsabilité est obligatoire pour réparer les dommages que l’on a causés par sa
faute,
C’est aussi l’obligation de répondre de ses actes ou de ceux des autres ou être garant de
quelque chose.
 La responsabilité professionnelle peut être :
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Religieuse : c’est le fait de répondre de son comportement devant dieu
Morale : le fait de répondre de son comportement devant sa propre conscience. Cette
responsabilité est engagée dans l’application des soins infirmiers
Légale : responsabilité juridique : du fait que des lois régissent certaines activités
professionnelles, cette responsabilité se divise en responsabilité : civile, pénale et
disciplinaire
 Principes fondamentaux de la responsabilité :
La responsabilité exige la réunion de trois éléments :
Une faute
Un dommage
Une relation de cause a effet entre ces deux premiers éléments = lien de causalité
 Les différents types de la responsabilité :
R. administrative : du service public hospitalier
R. civile : réparation de faute commise dans le secteur privé, libéral,…
R. pénale : l’obligation de subir une peine par la loi pour un délit, une infraction, un
crime que l’on a commis ou dont on est complice
R. disciplinaire : entraîne la violation d’une règle professionnelle ou non professionnelle
 Principaux cas où la responsabilité légale de l’infirmier est engagée
Erreurs ou imprudences
 Administrations des médicaments
 Erreur de prescription ou de dose
 Administration de produits toxiques
 Erreur d’étiquetage : - usage interne
- usage externe
 Intoxications
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 Administration de stupéfiants
 Toxicomanies
 Applications de soins :
 Brûlures
- enveloppement humide cataplasme ventouse….
 Escarres :
- sac à glaces, plâtres, appareils,
 Intoxications
 Manque de surveillance
 Chute des malades (enfants)
 Malades inconscients
- boissons prématurées des opérés
- lever prématuré des opérés
- absorption de toxiques
 Erreur de technique
 Injections sous cutanée de produits vasoconstricteurs
 Attache aux malades agités
 Bondages trop serrés
 Fautes d’asepsie et manque d’asepsie
 Formation d’abcès, d’escarres
 Propagation d’infection ou d’épidémie
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
La sanction
 Définition :
La sanction est La conséquence de la responsabilité
La détermination de la responsabilité s’accompagne d’une récompense ou d’une punition
qui constitue la sanction du jugement
 Les différents types de sanctions professionnelles :
Sanction morale : fait appel au droit naturel qui est imposé par la morale
 On est heureux si le devoir est bien rempli : félicitation, récompense
 On est malheureux dans le cas contraire : blâme, punition, renvoie, mépris
Sanction légale : fait appel au droit positif qui est l’ensemble ses règles par la loi
Si l’infirmier commet une faute qui porte atteinte à la santé du malade ou à la dignité de
la profession, il peut être frappé :
 D’une sanction disciplinaire
 D’emprisonnement ou amende ou les deux
 Responsabilité et sanctions :
1/- responsabilité en cas de responsabilité disciplinaire
Lorsqu’une faute disciplinaire est commise, les sanctions sont énumérées par l’article
GG du statut général de la fonction public
Les commissions administratives paritaires jouent un rôle de conseil de discipline, les
sanctions disciplinaires applicables aux fonctionnaires comprennent par ordre croissant
de gravité :
Avertissement
Blâme
Abaissement d’échelon
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Rétrogradation
Révocation sans suspension des droits à la pension
Il existe deux sanctions de caractère particulier :
Exclusion temporaire avec privation de rémunération sauf prestations
familiales.
Mise en retraite d’office
L’autorité disciplinaire dispose du pouvoir de suspendre l’agent qui a commis une faute
grave
 Remarque :
Le principe qui régit la procédure disciplinaire c’est le droit à la défense
La communication du dossier à l’agent intéressé est obligatoire
Le conseil de discipline n’est exigé que pour prononcer des sanctions
graves
2/-sanctions en cas de responsabilité pénale :
Du dahir n°1-5-7-008 du 21 chaâbane 1379 (fevrier1960) :
Sanctions en cas :
 D’exercices illégaux de la profession d’infirmier (article 8)
Du code pénal qui date de 1962, dahir n°1-59-413 du 28 joumadaII 1382 (26novambre
1962), sanctions en cas :
 Omission de porter secours à un malade. (Article 63) du code pénal
 Homicide involontaire (article 432)
 De blessure par imprudence ex : paralysie du nerf sciatique (article433)
 De violation du secret professionnel (article
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
3ème partie Qualité morale
Unité I : conscience professionnelle
Unité II : secret professionnel
Unité III : dévouement
Unité IV : ordre
Unité V : exactitude
Unité VI : tact
Unité VII : discipline
Unité VIII : respect de la personne humaine
La conscience professionnelle
 Définition :
La conscience professionnelle est tout ce qui permet de distinguer le bien du mal sans
contrôle d’une tutrice.
Dans le domaine de la santé, un infirmier est celui qui donne tous les soins aux malades
y compris le rôle dans (toilette intime, le change, literie, prévention des escarres…), donc
il doit prendre en charge le malade de façon globale, sans se limiter à la partie malade et
aux soins ‘propres’
 Avantages de travail avec conscience :
Gagner la confiance des malades ____ guérison rapide
Maintenir la réputation de la profession infirmière
Gagner l’estime des collègues
Garantir l’exercice de la profession sans problèmes
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 Acquisition de la conscience professionnelle :
 Pour pouvoir être consciencieux, il suffit de se mettre à la place des malades ou
d’imaginer un des membres de sa famille malade
 Penser toujours que la profession d’infirmier est une profession noble et ne pas
attendre de récompense des malades, mais celle du dieu et avoir la conscience
tranquille.
Le secret professionnel
 Définition :
C’est l’obligation de ne pas divulguer ce qui a été connu du fait de la profession, de ne
pas révéler les renseignements appris dans l’exercice de sa profession, de tenir cachés les
secrets confiés à cause de la profession
 Aspect du secret professionnel
Aspect juridique :
Le dénonciateur sera puni selon le code pénal
Aspect moral :
L’infirmier doit être attentif à ne pas violer le secret professionnel :
 Nom du malade ou l’accidenté
 Le lieu où il est soigné (service…)
 Nom de la maladie, les examens, le traitement qu’il subit…
 L’étendu du secret professionnel
Obligation générale
Ce qui ne doit pas être révélé :
 Les faits confiés par le patient lui-même ou appris de son entourage
 Les faits découverts (constations effectuées au cours des soins) donc tous les faits
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Devinés, compris ou déduits du fait de la maladie.
 Les faits ou les circonstances en rapport avec l’état du malade, la nature de son
Affection, les éléments du traitement : prescription, médicaments, pronostic… tout ce qui
touche à la maladie
Obligation absolue :
 Le secret n’appartient à personne, il n’est pas un droit de propriété, mais une
Obligation de moyen faite au personnel dans l’exécution de ses activités
 Le secret ne cesse pas avec la mort du malade même avec la permission des
héritiers
 Le personnel collaborant aux soins peuvent échanger les informations nécessaires
à la
Conduite du traitement (= consigne)
 Le médecin n’est pas tenu au secret vis-à-vis au malade, mais en vers sa famille,
c’est
Au malade de décider de le divulguer ou non sa famille
 Les limites du secret professionnel :
Le secret dévoilé :
Dans ce cas il y a obligation de se porter dénonciateur par exemple le médecin doit
produire :
Des déclarations de (naissance, décès, maladies contagieuses, maladies
sexuellement
Transmissibles…)
Des certificats en cas de (toxicomanie, accidents de travail, maladies
Professionnelles…)
Parfois on n’est plus obligé, mais autorisé à se porter dénonciateurs, exemple :
témoignages devant le tribunal
Le secret partagé :
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Le secret partagé avec les membres de la famille à la demande et avec
l’autorisation
Du malade
Le secret partagé avec les confrères et les collaborateurs participant aux soins dans
la
Limite de ce qui est nécessaire à la conduite du traitement
Le secret partagé avec les organismes sociaux, administratifs et les compagnes
D’assurances
 Exemples :
Au service des maladies infectieuses par exemple, un malade présentant une infection
rétrovirale, le médecin doit communiquer le diagnostic au personnel soignant pour qu’il
prenne beaucoup plus de précautions
En cas d’empoisonnement, le personnel peut dénoncer une tentative d’empoisonnement
du malade à son entourage
 Violation du secret professionnel :
L’infirmière peut manquer au secret professionnel en :
Bavardant dans la rue, café, bus…
Donnant à la légère des nouvelles à haute voix ou par téléphone
Laissant traîner les documents personnels du malade (résultats de laboratoire, dossier
médical…)
 Conclusion :
Le respect du secret professionnel reste d’un caractère absolue en ce qui concerne le
personnel infirmier qui n’a aucune obligation légale de le divulguer (sauf s’il a eu
connaissance d’un crime ou tentative de crime, il a l’obligation, comme tout citoyen d’en
avertir les autorités)
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
La relation privilégiée que certains d’entre eux peuvent avoir avec les patients tout par la
durée que par la répétition des soins, doivent les inciter à beaucoup plus de prudence et
les obligent à beaucoup de tact.
Le respect du secret professionnel favorise la confiance du malade en vers l’équipe
soignante.
L’exactitude :
 Définition :
L’exactitude est une qualité qui nous permet d’exercer toujours notre travail au moment
voulu. C’est aussi la discipline dans le travail
 But et intérêt de l’exactitude :
 Une présence permanente auprès des malades. Ceci est réalisé par une répartition
juste des soins le long de la journée
 Une bonne entente entre les collègues
 Exemple : l’infirmier qui travaille l’après midi doit laisser des renseignements
exacte dans le registre des consignes des malades pour ne pas fatiguer d’avantage
l’infirmier de la nuit
 Conséquences de l’inexactitude :
 Le manque de l’exactitude peut entraîner :
 Le désordre dans le travail
 La mésentente entre les collègues
 La négligence des malades
 Relation exactitude – ponctualité :
1- ponctualité :
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
C’est être à l’heure et régulier pour l’application des soins
Exemple : insuline à administrer à l’heure fixe
2- exactitude :
Rigueur, précision et minutie
Exemple : insuline ou digitaline à dose exacte
Donc être ponctuel et exact cela signifie être élément sécurisant pour le malade
Exemple : insuline à administrer à heure fixe et à dose exacte
Le tact
 Définition :
D’après le petit robert : appréciation intuitive, spontanée et délicate de ce qu’il convient
de dire, de faire, d’éviter dans les relations humaines
D’après la rousse : sentiment délicat de la mesure
 Définition globale :
Le tact est :
 Une délicatesse morale qui permet de ne jamais blesser une personne par ses
gestes ou ses paroles
 Une intuition de cœur qui fait deviner les besoins, les souffrances du malade pour
y porter remède discrètement et délicatement
 Un esprit de convenance, de la mesure qui permet de distinguer entre ce qu’il
faut faire et ce qu’il faut omettre
 L’instinct qui fait comprendre ce qu’il faut dire ou ce qu’il faut faire, ce qu’il faut
faire ou ce qu’il faut omettre
 Intérêt du tact
Avoir le tact c’est ne rien dire, ne rien faire qui blesse, qui gène, qui attriste ou qui
préoccupe la personne malade qui est d’habitude une personne diminuée
psychologiquement, pour lui demander des renseignements ou lui prodiguer un soin
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 Conséquences du manque de tact chez les patients
Perte de confiance
Aggravation de l’état psychologique et refus de soins
Exemples :
Exemple1 : un effectuant un pansement au malade, il ne faut pas le considérer comme
mannequin, mais il faut travailler avec délicatesse pour éviter de le faire souffrir
Exemple2 :
Un malade en post-opératoire ne doit s’alimenter qu’après reprise du transit car il risque
d’avoir des complications graves allant jusqu’à la mort. Donc il faut l’éduquer dans ce
sens en lui expliquant et convaincant que l’alimentation est déconseillée avant la reprise
du transit. Ensuite elle doit être légère et liquide au début puis progressivement le
malade va s’alimenter normalement.
La discipline
 Définition :
Selon hachette :
Ensemble des règles de conduite imposées aux membres d’une collectivité pour assurer le
bon fonctionnement de l’organisation sociale, c’est l’obéissance à ces règles
 Les principales règles de la discipline :
Respect du règlement d’un établissement de soins :
 Respect de la tenue
 Comportement adéquat :
 Ne pas s’absenter sans motif
 Ne jamais utiliser tout ce qui est réservé aux malades (linge, vêtements,
aliments,…)
 Ne pas accepter des pourboires
L’exactitude à faire son travail :
 Travail avec rigueur et profession :
 Doses exactes de médicaments
 Avoir l’esprit d’observation
 Ne rien négliger
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
La ponctualité dans les heures de travail :
 Etre à l’heure
 Etre régulier dans l’application des soins
Etre discipliné c’est être un élément sécurisant pour le malade
Respect de la personne humaine :
 Définition :
C’est un sentiment qui porte au malade une haute considération en raison de sa
situation passagère
 Les qualités en rapport avec le respect de la personne humaine :
 Intérêt et respect de la personne humaine
 Créer un climat de confiance et de sécurité
 Rendre le séjour du malade agréable
 Réduire la durée d’hospitalisation
Les qualités en rapport avec le respect de la personne
humaine
Devoir Bonté Dévoueme
nt
Patience
Amour
fraternel
-Obligation
de secours
-Obligation
de
surveillance
-Respect de
la
personnalité
des malades
-Traiter selon
les besoins les
plus urgents du
malade
-Faire le bien
sans attendre
de récompense
en échange
-Sacrifice
volontaire de
soi-même
-Ne penser
qu’au bien
du malade
-Garder le
calme et le
sang froid
-Savoir
surmonter
les
difficultés
Personnaliser
les soins
-Travailler
avec tact
-Etre aimable
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 Eviter la survenue de complication
 Maintenir la réputation de la profession
4ème partie : les aptitudes
I. : compétence
II. esprit d’initiative
III. discrétion
IV. esprit d’observation
La compétence :
 Définition :
Etre compétant c’est être capable et qualifié, la compétence suppose l’habilitée technique
et l’esprit d’observation qui permettent de savoir à l’avance les conséquences possibles
des faits apparents.
 Buts de la compétence :
Compétence professionnelle :
Soigner correctement les malades
Gagner la confiance des malades
Gagner l’estime des collègues et chefs
 Acquisition de la compétence :
La compétence s’obtient et se développe par :
 L’assiduité et l’intérêt au cours de la formation
 L’étude régulière, pas dans l’intention d’avoir de bonnes notes à l’examen, mais
dans le but d’une meilleure préparation professionnelle
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 La discussion et la confrontation des connaissances avec ses collègues même en
dehors du travail
 L’approfondissement de ses connaissances par :
La lecture des revues intéressant le métier
La documentation auprès des personnes compétentes
 Principales bases de la compétence :
La compétence joue un rôle fondamental dans le développement de la profession
d’infirmier,
Elle se traduit par :
Habilité manuelle :
 Les gestes sont exécutés sans hésitation et avec précision
 Une bonne connaissance des médicaments utilisés : leur action, danger, etc.
Observation attentive et intelligente des malades :
 Les modifications des signes cliniques sont reconnues et appréciés à leur juste
valeur
 L’apparition de complications provoque le recours au médecin
La conscience professionnelle :
 Les prescriptions sont exécutées fidèlement et intelligemment
 Les différents examens sont demandés immédiatement en évitant une
prolongation de l’hospitalisation
 Les limites de la compétence :
La spécificité des compétences « article 3 » clairement détaillé dans le décret du 15mars
1993 relatif aux actes professionnels, qui délimite les champs d’intervention de
l’infirmier, fait obligation à ce dernier d’accomplir tout acte prévu par les testes mais
limite ses possibilités d’intervention à ces seuls actes
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Dans ce domaine de compétence, l’infirmier est responsable des actes qu’il délègue à ses
collaborateurs dans le cadre de son rôle propre.
L’infirmier se voit très précisément imposer des obligations de santé publique : le respect
des normes d’hygiène, et une responsabilité personnelle dans la procédure d’élimination
des déchets produites du fait de son activité
Il doit également prendre toute précaution pour protéger les médicaments, les produites
qu’il utilise dans l’exercice de sa profession
L’esprit d’initiative
 Définition :
Selon le petit robert L’initiative est l’action de celui qui est le premier à proposer,
entreprendre, organiser quelque chose
C’est aussi la qualité de celui qui sait prendre des initiatives, de celui qui est disposé à
entreprendre à oser…
Dans le domaine de la santé : c’est l’art de prendre, en l’absence de directives (médecin)
des mesures imposées par la situation imprévue
 Intérêt de l’esprit d’initiative :
Sauver les malades et diminuer la gravité de leur maladie
Ex : devant une détresse respiratoire :
 Position demi assise
 A’ration de la salle
 Desserrer les vêtements
 Oxygénation avec désobstruction des voies aériennes
 Avertir le médecin pour prise de décision adéquate
Gagner l’estime des chefs en agissant correctement
Ex : placer un garrot en cas d’hémorragie pour état de choc
Ex : en cas de choc
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 Mettre la tête en déclive
 Voie veineuse sure et efficace
 Faire des prélèvements de sang
 Prise de TA
 Commencer le remplissage
 Mise en place d’une sonde urinaire et une sonde gastrique
 Surveillance du malade en attendant le médecin
 Acquisition de l’esprit d’initiative :
Compétence :
Ex : l’habilité technique est un élément important dans la prise d’initiative
Esprit d’équipe :
Ex : avant de prendre l’initiative, les infirmiers débutants doivent se renseigner auprès
des collègues expérimentés
L’expérience :
Ex : la prise de décision devant un cas ne peut s’acquérir que devant des cas qui se
répètent fréquemment
C’est en fin être capable d’anticiper et de faire preuve de toutes les initiatives jugées
nécessaires
La discrétion
 Définition :
Selon le petit robert
Retenue dans les relations sociales, délicatesse, réserve, tact.
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Qualité consistant à savoir garder les secrets d’autrui
 Définition du concept :
La discrétion est non seulement l’exactitude à garder les secrets, mais aussi la retenue
judicieuse des paroles et des actes, elle est indispensable à la mise en pratique des
obligations professionnelles légales le plus importantes : le secret professionnel.
 Les limites de la discrétion :
Discrétion envers :
Le malade :
L’infirmier doit être attentif à la personne malade :
 Il s’informe des besoins
 Il écoute ses plaintes, l’exposé de ses craintes et de ses soucis familiaux
 Il ne doit pas chercher à savoir au-delà de ce qui est utile
 Il ne doit pas toucher l’intimité du malade
L’équipe médicale :
 L’infirmier ne doit pas divulguer les confidences faites par le malade sur lui-même
ou sur sa famille
 Si certaines de ses confidences ont une incidence sur sa maladie, l’infirmier
demande soit :
D’en parler lui-même au médecin
De lui permettre d’en parler
La famille :
 L’infirmier se montre prudent et réservé dans les réponses qu’il donne aux
questions plus au moins discrètes posées par les visiteurs (famille, amis…)
 L’infirmier doit veiller sur ses paroles lorsqu’il répond au téléphone.
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
L’esprit d’observation
 Introduction :
Le travail infirmier est intimement lié à l’acte d’observation pour réaliser les soins et les
évaluer, l’infirmier se base sur l’observation du malade en utilisant ses propres moyens,
organes de sens et sa capacité d’exercer, appuyé sur des connaissances multiples qui font
la spécificité du savoir infirmier. L’observation mérite qu’on lui accorde beaucoup
d’attention et qu’on lui consacre du temps dans notre travail et selon florence nighlinga
‘‘la chose la plus importante à enseigner à une future infirmière est l’observation : quoi
observer ? Comment observez ? ’’
 Définition :
Selon le dictionnaire :
Le dictionnaire propose plusieurs définitions : on peut dire :
 Considérer, étudier avec soins quelqu’un ou quelque chose
Considérer : s’enquérir, se préoccuper de …
Etudier : approfondir, analyser, aller au-delà du simple regard…
Avec soins : acte d’attention, d’application de l’esprit.
 Capacité intellectuelle de saisir à travers le sens, les détails du monde extérieur
 Les avantages de l’esprit d’observation :
L’observation permet :
 De décider ou non la prescription des examens plus complexes
 De juger de l’efficacité du traitement et de l’évolution de la maladie
 D’appréhender certains phénomènes essentiels EX : douleurs, angoisses, inconfort
 Eléments qui entrent en jeu dans l’acte d’observation :
L’acte d’observation se base essentiellement sur :
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
 La sensation : être capable de sentir ce que le malade éprouve
 La perception : être capable de déceler directement ses problèmes
 L’attention : être attentif à chaque geste du malade
 La concentration : pour mieux analyser et interpréter les besoins du malade
 Les phrases d’observation scientifique :
Phase d’observation active et volontaire :
C’est une observation particulière et non pas un reflex ou hasardeux, c’est une demande
élaborée qui sert à un objectif :
Identification de la santé des personnes
Ex :
1- devant un malade qui frissonne, l’infirmier doit :
 Prendre la température
 Couvrir le malade
 Prendre la TA
 Prévenir le médecin
2- un malade branché à un ventilateur artificielle, l’infirmier doit observer :
 La coloration des téguments (cyanose)
 Les mouvements rythmiques ou non de la respiration
 Etre attentif aux signes d’alarme de l’appareil
Phase d’analyse des éléments observés :
L’observation infirmière demande des connaissances étendues sur les phénomènes
observés : les symptômes des maladies, les conséquences de cette maladie sur
l’organisme, des connaissances sur le comportement humain face aux situations de
souffrance, angoisses et détresse
Ex : 1- le frisson peut être le résultat d’une décharge microbienne
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
L’infirmier doit faire une hémoculture
2- une cyanose avec une dyspnée doit faire penser à un encombrement soit que la
sonde s’intubation est coudée ou elle n’est plus à sa place
Phase de résolution et de présentation des résultats obtenus :
L’infirmier doit entreprendre certaines actions pour résoudre les problèmes identifiés.
Ex :
1- l’infirmier essaye de faire mieux pour résoudre le problème identifié sans dépasser le
niveau de ses compétences et avertit le médecin pour prescrire la thérapeutique adéquate
2- l’infirmier doit aspirer le malade, dessouder la sonde et appeler le médecin en cas
d’intubation
 Les qualités de l’observation chez l’infirmière
1-l’observation doit servir un objet de recherche :
Il s’agit de :
 Déceler les manifestations de dépendance des personnes en tant qu’êtres bio-
psycho-soiaux
 Evaluer l’état de santé des personnes à partir de l’analyse de ces manifestations à
fin de permettre aux personnes soignées de retrouver un état de santé optimal
 Mettre en œuvre des actions pour diminuer ou supprimer ces manifestations
2-l’observation doit faire l’objet d’un plan systématique, d’une méthode structurée :
L’observation doit être :
Active :
 Elle doit impliquer non seulement les organes de sens mais aussi sa pensée
 L’observateur doit être conscient de son control, doit se concentrer sur
l’observation en écartant toute pensée parasite
Sélective :
Elle doit distinguer entre différents signes :
 Ceux qui sont immédiatement perceptibles et ceux qui ne le sont pas
 Ceux qui sont prioritaires et autre qui sont secondaires
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
La sélection est orientée par des connaissances sur la personne observée,
son mode de vie, son état et sa maladie
 Méthodiquement consignée :
 La transmission orale et écrite observations est un maillon indispensable dans la
chaîne : « observations réflexion actions »
 Soumise à des contrôles de validité et de fiabilité :
 On ne peut juger qu’une observation soit efficace que si elle apporte des
modifications aux problèmes détectés
Ex 1 : un malade hospitalisé, âgé de 70ans l’observation porte essentiellement sur le
dépistage des complications de l’alitement prolongé : escarres, troubles digestifs, troubles
urinaires, respiratoires et circulatoires,...
Ex 2 : si une infirmière a oublié de signaler son observation qu’un malade a manifesté
une réaction allergique vis-à-vis d’un médicament donné, d’administration du même
médicament par l’infirmier qui succède peut représenter un danger pour le malade
 La place d’observation dans le processus de soins :
Ex : service de réanimation : dans ce service, l’observation revêt un aspect souvent vital
étant donné les patients ne sont pas en état d’exprimer leurs besoins, cette observations
porte sur plusieurs niveaux (cyanose, encombrement, agitation,…) et l’infirmier doit
avoir l’oreille attentif à toutes les alarmes sonores (scope, ventilateur, autopropulseurs,…
qui lui permettent d’agir à temps en cas de problème.
En plus du dépistage des complications propres à la réanimation (infections, troubles
trophiques, raidissement des articulations,…)
Donc ce genre d’observations est idéalement lié au nursing, c’est à ce moment que
l’infirmier suit l’évolution de l’état du malade (fatigue, reprise de conscience, la
communication, présence ou non de rigidité ou d’hypotonie, d’escarre ou infection,
odeur désagréable, cyanose, marbrures, pâleur, ecchymose,…
 Conclusion :
Observer n’est donc pas seulement voir, mais c’est une organisation de la vision guidée
par un cadre théorique
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
5ème partie : Accompagnement d’un mourant
I -Introduction :
La mort fait partie intégrante du travail professionnel, à ce titre des conditions de
vie du personnel hospitalier, cependant la mort reste difficile à vivre, tout le monde en
souffre et depuis fort longtemps, mais les soignants hospitaliers en souffrent plus et
différemment car cette confrontation cumule la fréquence de cet événement dans leur vie
professionnelle avec celle des décès observés ou pris en charge dans les services.
La problématique de la mort à l’hôpital concerne l’équipe dans son approche
pluridisciplinaire, l’accompagnement ne peut se faire individuellement mais
collectivement, la réflexion collective peut mettre fin aux incompréhensions mutuelles
qui sont le plus souvent source de conflits.
II- La préparation du personnel de santé à l’accompagnement d’un mourant :
La préparation du personnel doit insister sur les points suivants :
1/favoriser la réflexion éthique :
La confrontation des soignants aux valeurs les plus fondamentales de l’homme
suppose que l’institution hospitalière organise une réflexion éthique soit à l’échelon de
l’hôpital, soit au niveau des services de soins. L’euthanasie, l’acharnement thérapeutique
et le soulagement de la souffrance restent des notions qui doivent faire l’objet d’un débat
permanent au sein de l’équipe pluridisciplinaire.
 La réflexion éthique doit permettre de lever certain ambiguïtés quant au choix
thérapeutique et permettre au personnel la formulation de leurs interrogations
face au malade
 Nécessité de la classification relative aux divergences qui opposent soignants,
malades et leurs familles en ce qui concerne le choix stratégique en matière de
décision thérapeutique ou palliative selon la spécificité des cas.
2/ favoriser dans le service l’expression d’une prise de parole en :
www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta
Créant des lieux, des territoires où le personnel soignant et la famille puissent venir
sans venir contrainte d’horaire extérioriser leur douleur et leur chagrin.
 Introduisant des rites autour de l’événement de la mort au service pour constituer
une parole sur la vie de la personne hospitalière décédée et ceci pour réduire le
chagrin.
 Rompant le silence par l’expression de la parole
 Aidant à comprendre les causes de réactions diverses de l’entourage
3/promouvoir la formation continue :
Les actions de formations doivent être cohérentes et répondre à une double exigence
 Etre en conformité avec les orientations définies par l’établissement
 Savoir identifier la demande formulée par les soignants qui parfois n’expriment
pas leurs besoins réels
Dans ce cadre il y a deux principes fondamentaux
 La connaissance de la personne soignée
 La connaissance du soignant
 Conclusion :
D’une façon générale, il s’agit de :
 Connaître les perturbations dans les relations malades entourage à l’annonce
d’une pathologie grave (sida, hépatite virale…)
 Savoir se situer et trouver la juste distance face à cette souffrance
 Connaître les mots justes et attitudes adaptées afin d’apaiser le malade
 Faire comprendre l’importance du travail en commun soignant/famille

Contenu connexe

Tendances

Performance systeme de santé
Performance systeme de santéPerformance systeme de santé
Performance systeme de santé
abderrahmane achbani
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
Sandro Zorzi
 
La santé au Maroc, réalités et enjeux
La santé au Maroc, réalités et enjeuxLa santé au Maroc, réalités et enjeux
La santé au Maroc, réalités et enjeux
عمر الكرماط
 
La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...
La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...
La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...
elmontaserimane
 
Carte sanitaire
Carte sanitaire Carte sanitaire
Carte sanitaire Jamal Ti
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
Mehdi Razzok
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
abderrahmane achbani
 
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte contre les i...
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte  contre les i...Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte  contre les i...
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte contre les i...
Ibnelafif Samir
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
Mehdi Razzok
 
Programme national de lutte contre les maladies de carences
Programme national de lutte contre les maladies de carencesProgramme national de lutte contre les maladies de carences
Programme national de lutte contre les maladies de carences
Mehdi Razzok
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
Dr Taoufik Djerboua
 
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdfECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
elmontaserimane
 
Les droits du patient
Les droits du patientLes droits du patient
Les droits du patient
ForBetterHealthForBe
 
La grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chefLa grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chef
Ibnelafif Samir
 
Couverture médicale de base. (2)
Couverture médicale de base. (2)Couverture médicale de base. (2)
Couverture médicale de base. (2)
abderrahmane achbani
 
Plan-Santé-2025-PPT.pptx
Plan-Santé-2025-PPT.pptxPlan-Santé-2025-PPT.pptx
Plan-Santé-2025-PPT.pptx
RajaeKhafife
 
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1Jamal Ti
 
schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins
mohamed elmarnissi
 
management hospitalier.pdf
management hospitalier.pdfmanagement hospitalier.pdf
management hospitalier.pdf
dahmaaane1245gazer
 

Tendances (20)

Performance systeme de santé
Performance systeme de santéPerformance systeme de santé
Performance systeme de santé
 
Role de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.pptRole de l'infirmier bloc.ppt
Role de l'infirmier bloc.ppt
 
La santé au Maroc, réalités et enjeux
La santé au Maroc, réalités et enjeuxLa santé au Maroc, réalités et enjeux
La santé au Maroc, réalités et enjeux
 
La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...
La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...
La lutte contre les infections nosocomiales au Maroc. État des lieux et persp...
 
Carte sanitaire
Carte sanitaire Carte sanitaire
Carte sanitaire
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
 
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte contre les i...
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte  contre les i...Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte  contre les i...
Exemple d’un plan d’action en matière de prévention et de lutte contre les i...
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
 
Programme national de lutte contre les maladies de carences
Programme national de lutte contre les maladies de carencesProgramme national de lutte contre les maladies de carences
Programme national de lutte contre les maladies de carences
 
Le role de siaap
Le role de siaapLe role de siaap
Le role de siaap
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
 
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdfECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
ECONOMIE-DE-SANTE-COURS-2017 (1).pdf
 
Les droits du patient
Les droits du patientLes droits du patient
Les droits du patient
 
La grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chefLa grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chef
 
Couverture médicale de base. (2)
Couverture médicale de base. (2)Couverture médicale de base. (2)
Couverture médicale de base. (2)
 
Plan-Santé-2025-PPT.pptx
Plan-Santé-2025-PPT.pptxPlan-Santé-2025-PPT.pptx
Plan-Santé-2025-PPT.pptx
 
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
 
schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins
 
management hospitalier.pdf
management hospitalier.pdfmanagement hospitalier.pdf
management hospitalier.pdf
 

En vedette

Antifongiques
AntifongiquesAntifongiques
Antifongiques
Mehdi Razzok
 
Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
Mehdi Razzok
 
Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)
Mehdi Razzok
 
Programme national d'immunisation
Programme national d'immunisationProgramme national d'immunisation
Programme national d'immunisation
Mehdi Razzok
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
Mehdi Razzok
 
Anti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiensAnti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiens
Mehdi Razzok
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Mehdi Razzok
 
Antiparasitaires
AntiparasitairesAntiparasitaires
Antiparasitaires
Mehdi Razzok
 
Oreille
OreilleOreille
Oreille
Mehdi Razzok
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
Mehdi Razzok
 
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Mehdi Razzok
 
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Mehdi Razzok
 
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Mehdi Razzok
 
Programme national de lutte contre les maladies lépreuses
Programme national de lutte contre les maladies lépreusesProgramme national de lutte contre les maladies lépreuses
Programme national de lutte contre les maladies lépreuses
Mehdi Razzok
 
Système national de santé
Système national de santéSystème national de santé
Système national de santé
Mehdi Razzok
 
Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
Mehdi Razzok
 
Antalgiques ifcs 2013
Antalgiques  ifcs 2013Antalgiques  ifcs 2013
Antalgiques ifcs 2013
Mehdi Razzok
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Mehdi Razzok
 
Systeme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomieSysteme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomie
Mehdi Razzok
 

En vedette (20)

Antifongiques
AntifongiquesAntifongiques
Antifongiques
 
Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
 
Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)Plal (leishmaniose)
Plal (leishmaniose)
 
Programme national d'immunisation
Programme national d'immunisationProgramme national d'immunisation
Programme national d'immunisation
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
 
Anti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiensAnti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiens
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
Antiparasitaires
AntiparasitairesAntiparasitaires
Antiparasitaires
 
Oreille
OreilleOreille
Oreille
 
Programme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la RageProgramme national de lutte contre la Rage
Programme national de lutte contre la Rage
 
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
 
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
 
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
Programme national de lutte contre les maladies diarrhéiques
 
Programme national de lutte contre les maladies lépreuses
Programme national de lutte contre les maladies lépreusesProgramme national de lutte contre les maladies lépreuses
Programme national de lutte contre les maladies lépreuses
 
Système national de santé
Système national de santéSystème national de santé
Système national de santé
 
Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
 
Antalgiques ifcs 2013
Antalgiques  ifcs 2013Antalgiques  ifcs 2013
Antalgiques ifcs 2013
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
Systeme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomieSysteme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomie
 

Similaire à Ethique Professionnelle

Pr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnellePr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnelleAmar Aoulmi
 
séance 11 La démarche éthique.pptx
séance 11 La démarche éthique.pptxséance 11 La démarche éthique.pptx
séance 11 La démarche éthique.pptx
wziko14
 
Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...
Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...
Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...CNESM
 
Pr. Saida Guenbour etude de droit
Pr. Saida Guenbour etude de droitPr. Saida Guenbour etude de droit
Pr. Saida Guenbour etude de droit
RabiaaZergErras1
 
les médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnelles médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnelelanoita
 
Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15raymondteyrouz
 
Éthique - Concilier soins et religions
Éthique - Concilier soins et religionsÉthique - Concilier soins et religions
Éthique - Concilier soins et religions
Réseau Pro Santé
 
Harcèlement moral et sexuel rousset
Harcèlement moral et sexuel   roussetHarcèlement moral et sexuel   rousset
Harcèlement moral et sexuel roussetSyl P
 
lethique et la deontologie.ppt
lethique et la deontologie.pptlethique et la deontologie.ppt
lethique et la deontologie.ppt
aissatamal13
 
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9 Lancer une application e-santé les bon...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9   Lancer une application e-santé  les bon...HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9   Lancer une application e-santé  les bon...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9 Lancer une application e-santé les bon...
ASIP Santé
 
FRANK NUÑEZ MORILLAS
FRANK NUÑEZ MORILLASFRANK NUÑEZ MORILLAS
FRANK NUÑEZ MORILLAS
franknm7
 
DEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
DEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhDEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
DEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
lahdimi
 
Terminologie juridique
Terminologie juridiqueTerminologie juridique
Terminologie juridique
احمد بنحيدة
 

Similaire à Ethique Professionnelle (20)

Item10b
Item10bItem10b
Item10b
 
Pr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnellePr merah la responsabilité professionnelle
Pr merah la responsabilité professionnelle
 
séance 11 La démarche éthique.pptx
séance 11 La démarche éthique.pptxséance 11 La démarche éthique.pptx
séance 11 La démarche éthique.pptx
 
Rapport
RapportRapport
Rapport
 
Rapport
RapportRapport
Rapport
 
recherchep-38
recherchep-38recherchep-38
recherchep-38
 
Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...
Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...
Colloque SI 2013: Dimensions juridiques 19 avril 2013 me Hélène Carrier et Mi...
 
Pr. Saida Guenbour etude de droit
Pr. Saida Guenbour etude de droitPr. Saida Guenbour etude de droit
Pr. Saida Guenbour etude de droit
 
Feuillet ts expert de l'évaluation psychosociale- janvier 2012
Feuillet   ts expert de l'évaluation psychosociale- janvier 2012Feuillet   ts expert de l'évaluation psychosociale- janvier 2012
Feuillet ts expert de l'évaluation psychosociale- janvier 2012
 
Cour de dr_laimouch_droit_medical
Cour de dr_laimouch_droit_medicalCour de dr_laimouch_droit_medical
Cour de dr_laimouch_droit_medical
 
les médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnelles médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnel
 
Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15Protection juridique cm 09 06 15
Protection juridique cm 09 06 15
 
Éthique - Concilier soins et religions
Éthique - Concilier soins et religionsÉthique - Concilier soins et religions
Éthique - Concilier soins et religions
 
Harcèlement moral et sexuel rousset
Harcèlement moral et sexuel   roussetHarcèlement moral et sexuel   rousset
Harcèlement moral et sexuel rousset
 
lethique et la deontologie.ppt
lethique et la deontologie.pptlethique et la deontologie.ppt
lethique et la deontologie.ppt
 
Code deonto-firps
Code deonto-firpsCode deonto-firps
Code deonto-firps
 
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9 Lancer une application e-santé les bon...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9   Lancer une application e-santé  les bon...HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9   Lancer une application e-santé  les bon...
HIT 2017 - ASIP Santé - Atelier N°9 Lancer une application e-santé les bon...
 
FRANK NUÑEZ MORILLAS
FRANK NUÑEZ MORILLASFRANK NUÑEZ MORILLAS
FRANK NUÑEZ MORILLAS
 
DEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
DEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhDEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
DEONTOLOGIE roit hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
 
Terminologie juridique
Terminologie juridiqueTerminologie juridique
Terminologie juridique
 

Plus de Mehdi Razzok

Systeme endocrinien
Systeme endocrinienSysteme endocrinien
Systeme endocrinien
Mehdi Razzok
 
Système endocrinien
Système endocrinienSystème endocrinien
Système endocrinien
Mehdi Razzok
 
Le coeur
Le coeurLe coeur
Le coeur
Mehdi Razzok
 
3.1 -systme_respiratoire
3.1  -systme_respiratoire3.1  -systme_respiratoire
3.1 -systme_respiratoire
Mehdi Razzok
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
Mehdi Razzok
 
Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
Mehdi Razzok
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Mehdi Razzok
 
Anesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesAnesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiques
Mehdi Razzok
 
Antihypertenseurs
AntihypertenseursAntihypertenseurs
Antihypertenseurs
Mehdi Razzok
 
les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012
Mehdi Razzok
 
Antibiotiques
AntibiotiquesAntibiotiques
Antibiotiques
Mehdi Razzok
 
épidémiologie 2013
épidémiologie 2013épidémiologie 2013
épidémiologie 2013
Mehdi Razzok
 

Plus de Mehdi Razzok (12)

Systeme endocrinien
Systeme endocrinienSysteme endocrinien
Systeme endocrinien
 
Système endocrinien
Système endocrinienSystème endocrinien
Système endocrinien
 
Le coeur
Le coeurLe coeur
Le coeur
 
3.1 -systme_respiratoire
3.1  -systme_respiratoire3.1  -systme_respiratoire
3.1 -systme_respiratoire
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
 
Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 
Anesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesAnesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiques
 
Antihypertenseurs
AntihypertenseursAntihypertenseurs
Antihypertenseurs
 
les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012
 
Antibiotiques
AntibiotiquesAntibiotiques
Antibiotiques
 
épidémiologie 2013
épidémiologie 2013épidémiologie 2013
épidémiologie 2013
 

Ethique Professionnelle

  • 2. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta I. Définitiondel’éthique II. Définitiondela morale III. Relation : éthique– morale I- Définitiondel’éthique: 1/ Définition tirée des dictionnaires : science des mœurs et de la morale (HACHETTE EDDITION 1994) : science de la morale, art de diriger la conduite Ensemble des règles de conduite considérées comme valables de façon absolue (petit robert 1 EDDITION1984) 2/ Définition des praticiens :  L’éthique désigne la mise en pratique sur le terrain des principes tirés de diverses origines C’est aussi la morale en application sans le domaine d’une profession donnée II- Définition de la morale :  La morale vient du mot latin « MOS », qui désigne une manière de se comporter, une façon d’agir physiquement ou moralement, déterminée non pas par la loi mais par l’usage, désigne aussi souvent la coutume. Selon le « petit robert » : la morale est la science du bien et du mal, théorie de l’action humaine en tant qu’elle est soumise au devoir et à pour but le bien III- Relation : éthique – morale
  • 3. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Entre les deux mots, existe une relation de concurrence : Selon PAUL RICOEUR : l’éthique relève de l’individu et la morale suppose une collectivité Selon ANDRE COMTE SPRONVILLE : la morale commande et l’éthique recommande 2ème partie : fondements de l’éthique IV. Unité I : droit V. Unité II : devoir VI. Unité III : responsabilité VII. Unité IV : sanction Le droit  Définition : En tant que discipline ou science à un caractère social et se base sur les lois à savoir des règlements juridiques  Intérêts du droit : Faire régner de l’ordre, la paix et de l’harmonie dans la société ce qui va permettre d’améliorer la façon de vivre dans une société et réalise le bien commun Défendre les citoyens contre l’injustice Etablir la sécurité individuelle Assurer la réparation des dommages causés par autrui  Classification de droit :
  • 4. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Naturel : règles imposées par la raison, la morale, l’ordre, la religion, les coutumes, les habitudes, etc. Positif : règles dictées par la législation grâce à des lois qui s’appliquent à la société Le devoir  Définition : Le devoir signifie l’obligation de donner ou de faire quelques choses au nom de la morale, c'est-à-dire au nom de la loi, l’honneur, la religion, la raison, les coutumes. C’est être tenu à se dévouer, à se sacrifier : donc on doit à sa famille, à sa patrie et à sa profession Une personne est consciencieuse au sens professionnel du mot, non seulement si elle possède le sens moral, mais si elle connaît aussi la conduite professionnelle à tenir et obéit à l’appel du devoir  Classification des devoirs : Devoirs professionnelles : dictés par le statut de la profession Devoirs sociaux : qui ont pour but de faciliter les relations humaines Devoirs légaux : Sont imposés par les lois (décrets) La responsabilité  Définition : La responsabilité est obligatoire pour réparer les dommages que l’on a causés par sa faute, C’est aussi l’obligation de répondre de ses actes ou de ceux des autres ou être garant de quelque chose.  La responsabilité professionnelle peut être :
  • 5. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Religieuse : c’est le fait de répondre de son comportement devant dieu Morale : le fait de répondre de son comportement devant sa propre conscience. Cette responsabilité est engagée dans l’application des soins infirmiers Légale : responsabilité juridique : du fait que des lois régissent certaines activités professionnelles, cette responsabilité se divise en responsabilité : civile, pénale et disciplinaire  Principes fondamentaux de la responsabilité : La responsabilité exige la réunion de trois éléments : Une faute Un dommage Une relation de cause a effet entre ces deux premiers éléments = lien de causalité  Les différents types de la responsabilité : R. administrative : du service public hospitalier R. civile : réparation de faute commise dans le secteur privé, libéral,… R. pénale : l’obligation de subir une peine par la loi pour un délit, une infraction, un crime que l’on a commis ou dont on est complice R. disciplinaire : entraîne la violation d’une règle professionnelle ou non professionnelle  Principaux cas où la responsabilité légale de l’infirmier est engagée Erreurs ou imprudences  Administrations des médicaments  Erreur de prescription ou de dose  Administration de produits toxiques  Erreur d’étiquetage : - usage interne - usage externe  Intoxications
  • 6. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  Administration de stupéfiants  Toxicomanies  Applications de soins :  Brûlures - enveloppement humide cataplasme ventouse….  Escarres : - sac à glaces, plâtres, appareils,  Intoxications  Manque de surveillance  Chute des malades (enfants)  Malades inconscients - boissons prématurées des opérés - lever prématuré des opérés - absorption de toxiques  Erreur de technique  Injections sous cutanée de produits vasoconstricteurs  Attache aux malades agités  Bondages trop serrés  Fautes d’asepsie et manque d’asepsie  Formation d’abcès, d’escarres  Propagation d’infection ou d’épidémie
  • 7. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta La sanction  Définition : La sanction est La conséquence de la responsabilité La détermination de la responsabilité s’accompagne d’une récompense ou d’une punition qui constitue la sanction du jugement  Les différents types de sanctions professionnelles : Sanction morale : fait appel au droit naturel qui est imposé par la morale  On est heureux si le devoir est bien rempli : félicitation, récompense  On est malheureux dans le cas contraire : blâme, punition, renvoie, mépris Sanction légale : fait appel au droit positif qui est l’ensemble ses règles par la loi Si l’infirmier commet une faute qui porte atteinte à la santé du malade ou à la dignité de la profession, il peut être frappé :  D’une sanction disciplinaire  D’emprisonnement ou amende ou les deux  Responsabilité et sanctions : 1/- responsabilité en cas de responsabilité disciplinaire Lorsqu’une faute disciplinaire est commise, les sanctions sont énumérées par l’article GG du statut général de la fonction public Les commissions administratives paritaires jouent un rôle de conseil de discipline, les sanctions disciplinaires applicables aux fonctionnaires comprennent par ordre croissant de gravité : Avertissement Blâme Abaissement d’échelon
  • 8. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Rétrogradation Révocation sans suspension des droits à la pension Il existe deux sanctions de caractère particulier : Exclusion temporaire avec privation de rémunération sauf prestations familiales. Mise en retraite d’office L’autorité disciplinaire dispose du pouvoir de suspendre l’agent qui a commis une faute grave  Remarque : Le principe qui régit la procédure disciplinaire c’est le droit à la défense La communication du dossier à l’agent intéressé est obligatoire Le conseil de discipline n’est exigé que pour prononcer des sanctions graves 2/-sanctions en cas de responsabilité pénale : Du dahir n°1-5-7-008 du 21 chaâbane 1379 (fevrier1960) : Sanctions en cas :  D’exercices illégaux de la profession d’infirmier (article 8) Du code pénal qui date de 1962, dahir n°1-59-413 du 28 joumadaII 1382 (26novambre 1962), sanctions en cas :  Omission de porter secours à un malade. (Article 63) du code pénal  Homicide involontaire (article 432)  De blessure par imprudence ex : paralysie du nerf sciatique (article433)  De violation du secret professionnel (article
  • 9. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta 3ème partie Qualité morale Unité I : conscience professionnelle Unité II : secret professionnel Unité III : dévouement Unité IV : ordre Unité V : exactitude Unité VI : tact Unité VII : discipline Unité VIII : respect de la personne humaine La conscience professionnelle  Définition : La conscience professionnelle est tout ce qui permet de distinguer le bien du mal sans contrôle d’une tutrice. Dans le domaine de la santé, un infirmier est celui qui donne tous les soins aux malades y compris le rôle dans (toilette intime, le change, literie, prévention des escarres…), donc il doit prendre en charge le malade de façon globale, sans se limiter à la partie malade et aux soins ‘propres’  Avantages de travail avec conscience : Gagner la confiance des malades ____ guérison rapide Maintenir la réputation de la profession infirmière Gagner l’estime des collègues Garantir l’exercice de la profession sans problèmes
  • 10. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  Acquisition de la conscience professionnelle :  Pour pouvoir être consciencieux, il suffit de se mettre à la place des malades ou d’imaginer un des membres de sa famille malade  Penser toujours que la profession d’infirmier est une profession noble et ne pas attendre de récompense des malades, mais celle du dieu et avoir la conscience tranquille. Le secret professionnel  Définition : C’est l’obligation de ne pas divulguer ce qui a été connu du fait de la profession, de ne pas révéler les renseignements appris dans l’exercice de sa profession, de tenir cachés les secrets confiés à cause de la profession  Aspect du secret professionnel Aspect juridique : Le dénonciateur sera puni selon le code pénal Aspect moral : L’infirmier doit être attentif à ne pas violer le secret professionnel :  Nom du malade ou l’accidenté  Le lieu où il est soigné (service…)  Nom de la maladie, les examens, le traitement qu’il subit…  L’étendu du secret professionnel Obligation générale Ce qui ne doit pas être révélé :  Les faits confiés par le patient lui-même ou appris de son entourage  Les faits découverts (constations effectuées au cours des soins) donc tous les faits
  • 11. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Devinés, compris ou déduits du fait de la maladie.  Les faits ou les circonstances en rapport avec l’état du malade, la nature de son Affection, les éléments du traitement : prescription, médicaments, pronostic… tout ce qui touche à la maladie Obligation absolue :  Le secret n’appartient à personne, il n’est pas un droit de propriété, mais une Obligation de moyen faite au personnel dans l’exécution de ses activités  Le secret ne cesse pas avec la mort du malade même avec la permission des héritiers  Le personnel collaborant aux soins peuvent échanger les informations nécessaires à la Conduite du traitement (= consigne)  Le médecin n’est pas tenu au secret vis-à-vis au malade, mais en vers sa famille, c’est Au malade de décider de le divulguer ou non sa famille  Les limites du secret professionnel : Le secret dévoilé : Dans ce cas il y a obligation de se porter dénonciateur par exemple le médecin doit produire : Des déclarations de (naissance, décès, maladies contagieuses, maladies sexuellement Transmissibles…) Des certificats en cas de (toxicomanie, accidents de travail, maladies Professionnelles…) Parfois on n’est plus obligé, mais autorisé à se porter dénonciateurs, exemple : témoignages devant le tribunal Le secret partagé :
  • 12. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Le secret partagé avec les membres de la famille à la demande et avec l’autorisation Du malade Le secret partagé avec les confrères et les collaborateurs participant aux soins dans la Limite de ce qui est nécessaire à la conduite du traitement Le secret partagé avec les organismes sociaux, administratifs et les compagnes D’assurances  Exemples : Au service des maladies infectieuses par exemple, un malade présentant une infection rétrovirale, le médecin doit communiquer le diagnostic au personnel soignant pour qu’il prenne beaucoup plus de précautions En cas d’empoisonnement, le personnel peut dénoncer une tentative d’empoisonnement du malade à son entourage  Violation du secret professionnel : L’infirmière peut manquer au secret professionnel en : Bavardant dans la rue, café, bus… Donnant à la légère des nouvelles à haute voix ou par téléphone Laissant traîner les documents personnels du malade (résultats de laboratoire, dossier médical…)  Conclusion : Le respect du secret professionnel reste d’un caractère absolue en ce qui concerne le personnel infirmier qui n’a aucune obligation légale de le divulguer (sauf s’il a eu connaissance d’un crime ou tentative de crime, il a l’obligation, comme tout citoyen d’en avertir les autorités)
  • 13. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta La relation privilégiée que certains d’entre eux peuvent avoir avec les patients tout par la durée que par la répétition des soins, doivent les inciter à beaucoup plus de prudence et les obligent à beaucoup de tact. Le respect du secret professionnel favorise la confiance du malade en vers l’équipe soignante. L’exactitude :  Définition : L’exactitude est une qualité qui nous permet d’exercer toujours notre travail au moment voulu. C’est aussi la discipline dans le travail  But et intérêt de l’exactitude :  Une présence permanente auprès des malades. Ceci est réalisé par une répartition juste des soins le long de la journée  Une bonne entente entre les collègues  Exemple : l’infirmier qui travaille l’après midi doit laisser des renseignements exacte dans le registre des consignes des malades pour ne pas fatiguer d’avantage l’infirmier de la nuit  Conséquences de l’inexactitude :  Le manque de l’exactitude peut entraîner :  Le désordre dans le travail  La mésentente entre les collègues  La négligence des malades  Relation exactitude – ponctualité : 1- ponctualité :
  • 14. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta C’est être à l’heure et régulier pour l’application des soins Exemple : insuline à administrer à l’heure fixe 2- exactitude : Rigueur, précision et minutie Exemple : insuline ou digitaline à dose exacte Donc être ponctuel et exact cela signifie être élément sécurisant pour le malade Exemple : insuline à administrer à heure fixe et à dose exacte Le tact  Définition : D’après le petit robert : appréciation intuitive, spontanée et délicate de ce qu’il convient de dire, de faire, d’éviter dans les relations humaines D’après la rousse : sentiment délicat de la mesure  Définition globale : Le tact est :  Une délicatesse morale qui permet de ne jamais blesser une personne par ses gestes ou ses paroles  Une intuition de cœur qui fait deviner les besoins, les souffrances du malade pour y porter remède discrètement et délicatement  Un esprit de convenance, de la mesure qui permet de distinguer entre ce qu’il faut faire et ce qu’il faut omettre  L’instinct qui fait comprendre ce qu’il faut dire ou ce qu’il faut faire, ce qu’il faut faire ou ce qu’il faut omettre  Intérêt du tact Avoir le tact c’est ne rien dire, ne rien faire qui blesse, qui gène, qui attriste ou qui préoccupe la personne malade qui est d’habitude une personne diminuée psychologiquement, pour lui demander des renseignements ou lui prodiguer un soin
  • 15. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  Conséquences du manque de tact chez les patients Perte de confiance Aggravation de l’état psychologique et refus de soins Exemples : Exemple1 : un effectuant un pansement au malade, il ne faut pas le considérer comme mannequin, mais il faut travailler avec délicatesse pour éviter de le faire souffrir Exemple2 : Un malade en post-opératoire ne doit s’alimenter qu’après reprise du transit car il risque d’avoir des complications graves allant jusqu’à la mort. Donc il faut l’éduquer dans ce sens en lui expliquant et convaincant que l’alimentation est déconseillée avant la reprise du transit. Ensuite elle doit être légère et liquide au début puis progressivement le malade va s’alimenter normalement. La discipline  Définition : Selon hachette : Ensemble des règles de conduite imposées aux membres d’une collectivité pour assurer le bon fonctionnement de l’organisation sociale, c’est l’obéissance à ces règles  Les principales règles de la discipline : Respect du règlement d’un établissement de soins :  Respect de la tenue  Comportement adéquat :  Ne pas s’absenter sans motif  Ne jamais utiliser tout ce qui est réservé aux malades (linge, vêtements, aliments,…)  Ne pas accepter des pourboires L’exactitude à faire son travail :  Travail avec rigueur et profession :  Doses exactes de médicaments  Avoir l’esprit d’observation  Ne rien négliger
  • 16. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta La ponctualité dans les heures de travail :  Etre à l’heure  Etre régulier dans l’application des soins Etre discipliné c’est être un élément sécurisant pour le malade Respect de la personne humaine :  Définition : C’est un sentiment qui porte au malade une haute considération en raison de sa situation passagère  Les qualités en rapport avec le respect de la personne humaine :  Intérêt et respect de la personne humaine  Créer un climat de confiance et de sécurité  Rendre le séjour du malade agréable  Réduire la durée d’hospitalisation Les qualités en rapport avec le respect de la personne humaine Devoir Bonté Dévoueme nt Patience Amour fraternel -Obligation de secours -Obligation de surveillance -Respect de la personnalité des malades -Traiter selon les besoins les plus urgents du malade -Faire le bien sans attendre de récompense en échange -Sacrifice volontaire de soi-même -Ne penser qu’au bien du malade -Garder le calme et le sang froid -Savoir surmonter les difficultés Personnaliser les soins -Travailler avec tact -Etre aimable
  • 17. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  Eviter la survenue de complication  Maintenir la réputation de la profession 4ème partie : les aptitudes I. : compétence II. esprit d’initiative III. discrétion IV. esprit d’observation La compétence :  Définition : Etre compétant c’est être capable et qualifié, la compétence suppose l’habilitée technique et l’esprit d’observation qui permettent de savoir à l’avance les conséquences possibles des faits apparents.  Buts de la compétence : Compétence professionnelle : Soigner correctement les malades Gagner la confiance des malades Gagner l’estime des collègues et chefs  Acquisition de la compétence : La compétence s’obtient et se développe par :  L’assiduité et l’intérêt au cours de la formation  L’étude régulière, pas dans l’intention d’avoir de bonnes notes à l’examen, mais dans le but d’une meilleure préparation professionnelle
  • 18. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  La discussion et la confrontation des connaissances avec ses collègues même en dehors du travail  L’approfondissement de ses connaissances par : La lecture des revues intéressant le métier La documentation auprès des personnes compétentes  Principales bases de la compétence : La compétence joue un rôle fondamental dans le développement de la profession d’infirmier, Elle se traduit par : Habilité manuelle :  Les gestes sont exécutés sans hésitation et avec précision  Une bonne connaissance des médicaments utilisés : leur action, danger, etc. Observation attentive et intelligente des malades :  Les modifications des signes cliniques sont reconnues et appréciés à leur juste valeur  L’apparition de complications provoque le recours au médecin La conscience professionnelle :  Les prescriptions sont exécutées fidèlement et intelligemment  Les différents examens sont demandés immédiatement en évitant une prolongation de l’hospitalisation  Les limites de la compétence : La spécificité des compétences « article 3 » clairement détaillé dans le décret du 15mars 1993 relatif aux actes professionnels, qui délimite les champs d’intervention de l’infirmier, fait obligation à ce dernier d’accomplir tout acte prévu par les testes mais limite ses possibilités d’intervention à ces seuls actes
  • 19. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Dans ce domaine de compétence, l’infirmier est responsable des actes qu’il délègue à ses collaborateurs dans le cadre de son rôle propre. L’infirmier se voit très précisément imposer des obligations de santé publique : le respect des normes d’hygiène, et une responsabilité personnelle dans la procédure d’élimination des déchets produites du fait de son activité Il doit également prendre toute précaution pour protéger les médicaments, les produites qu’il utilise dans l’exercice de sa profession L’esprit d’initiative  Définition : Selon le petit robert L’initiative est l’action de celui qui est le premier à proposer, entreprendre, organiser quelque chose C’est aussi la qualité de celui qui sait prendre des initiatives, de celui qui est disposé à entreprendre à oser… Dans le domaine de la santé : c’est l’art de prendre, en l’absence de directives (médecin) des mesures imposées par la situation imprévue  Intérêt de l’esprit d’initiative : Sauver les malades et diminuer la gravité de leur maladie Ex : devant une détresse respiratoire :  Position demi assise  A’ration de la salle  Desserrer les vêtements  Oxygénation avec désobstruction des voies aériennes  Avertir le médecin pour prise de décision adéquate Gagner l’estime des chefs en agissant correctement Ex : placer un garrot en cas d’hémorragie pour état de choc Ex : en cas de choc
  • 20. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  Mettre la tête en déclive  Voie veineuse sure et efficace  Faire des prélèvements de sang  Prise de TA  Commencer le remplissage  Mise en place d’une sonde urinaire et une sonde gastrique  Surveillance du malade en attendant le médecin  Acquisition de l’esprit d’initiative : Compétence : Ex : l’habilité technique est un élément important dans la prise d’initiative Esprit d’équipe : Ex : avant de prendre l’initiative, les infirmiers débutants doivent se renseigner auprès des collègues expérimentés L’expérience : Ex : la prise de décision devant un cas ne peut s’acquérir que devant des cas qui se répètent fréquemment C’est en fin être capable d’anticiper et de faire preuve de toutes les initiatives jugées nécessaires La discrétion  Définition : Selon le petit robert Retenue dans les relations sociales, délicatesse, réserve, tact.
  • 21. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Qualité consistant à savoir garder les secrets d’autrui  Définition du concept : La discrétion est non seulement l’exactitude à garder les secrets, mais aussi la retenue judicieuse des paroles et des actes, elle est indispensable à la mise en pratique des obligations professionnelles légales le plus importantes : le secret professionnel.  Les limites de la discrétion : Discrétion envers : Le malade : L’infirmier doit être attentif à la personne malade :  Il s’informe des besoins  Il écoute ses plaintes, l’exposé de ses craintes et de ses soucis familiaux  Il ne doit pas chercher à savoir au-delà de ce qui est utile  Il ne doit pas toucher l’intimité du malade L’équipe médicale :  L’infirmier ne doit pas divulguer les confidences faites par le malade sur lui-même ou sur sa famille  Si certaines de ses confidences ont une incidence sur sa maladie, l’infirmier demande soit : D’en parler lui-même au médecin De lui permettre d’en parler La famille :  L’infirmier se montre prudent et réservé dans les réponses qu’il donne aux questions plus au moins discrètes posées par les visiteurs (famille, amis…)  L’infirmier doit veiller sur ses paroles lorsqu’il répond au téléphone.
  • 22. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta L’esprit d’observation  Introduction : Le travail infirmier est intimement lié à l’acte d’observation pour réaliser les soins et les évaluer, l’infirmier se base sur l’observation du malade en utilisant ses propres moyens, organes de sens et sa capacité d’exercer, appuyé sur des connaissances multiples qui font la spécificité du savoir infirmier. L’observation mérite qu’on lui accorde beaucoup d’attention et qu’on lui consacre du temps dans notre travail et selon florence nighlinga ‘‘la chose la plus importante à enseigner à une future infirmière est l’observation : quoi observer ? Comment observez ? ’’  Définition : Selon le dictionnaire : Le dictionnaire propose plusieurs définitions : on peut dire :  Considérer, étudier avec soins quelqu’un ou quelque chose Considérer : s’enquérir, se préoccuper de … Etudier : approfondir, analyser, aller au-delà du simple regard… Avec soins : acte d’attention, d’application de l’esprit.  Capacité intellectuelle de saisir à travers le sens, les détails du monde extérieur  Les avantages de l’esprit d’observation : L’observation permet :  De décider ou non la prescription des examens plus complexes  De juger de l’efficacité du traitement et de l’évolution de la maladie  D’appréhender certains phénomènes essentiels EX : douleurs, angoisses, inconfort  Eléments qui entrent en jeu dans l’acte d’observation : L’acte d’observation se base essentiellement sur :
  • 23. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta  La sensation : être capable de sentir ce que le malade éprouve  La perception : être capable de déceler directement ses problèmes  L’attention : être attentif à chaque geste du malade  La concentration : pour mieux analyser et interpréter les besoins du malade  Les phrases d’observation scientifique : Phase d’observation active et volontaire : C’est une observation particulière et non pas un reflex ou hasardeux, c’est une demande élaborée qui sert à un objectif : Identification de la santé des personnes Ex : 1- devant un malade qui frissonne, l’infirmier doit :  Prendre la température  Couvrir le malade  Prendre la TA  Prévenir le médecin 2- un malade branché à un ventilateur artificielle, l’infirmier doit observer :  La coloration des téguments (cyanose)  Les mouvements rythmiques ou non de la respiration  Etre attentif aux signes d’alarme de l’appareil Phase d’analyse des éléments observés : L’observation infirmière demande des connaissances étendues sur les phénomènes observés : les symptômes des maladies, les conséquences de cette maladie sur l’organisme, des connaissances sur le comportement humain face aux situations de souffrance, angoisses et détresse Ex : 1- le frisson peut être le résultat d’une décharge microbienne
  • 24. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta L’infirmier doit faire une hémoculture 2- une cyanose avec une dyspnée doit faire penser à un encombrement soit que la sonde s’intubation est coudée ou elle n’est plus à sa place Phase de résolution et de présentation des résultats obtenus : L’infirmier doit entreprendre certaines actions pour résoudre les problèmes identifiés. Ex : 1- l’infirmier essaye de faire mieux pour résoudre le problème identifié sans dépasser le niveau de ses compétences et avertit le médecin pour prescrire la thérapeutique adéquate 2- l’infirmier doit aspirer le malade, dessouder la sonde et appeler le médecin en cas d’intubation  Les qualités de l’observation chez l’infirmière 1-l’observation doit servir un objet de recherche : Il s’agit de :  Déceler les manifestations de dépendance des personnes en tant qu’êtres bio- psycho-soiaux  Evaluer l’état de santé des personnes à partir de l’analyse de ces manifestations à fin de permettre aux personnes soignées de retrouver un état de santé optimal  Mettre en œuvre des actions pour diminuer ou supprimer ces manifestations 2-l’observation doit faire l’objet d’un plan systématique, d’une méthode structurée : L’observation doit être : Active :  Elle doit impliquer non seulement les organes de sens mais aussi sa pensée  L’observateur doit être conscient de son control, doit se concentrer sur l’observation en écartant toute pensée parasite Sélective : Elle doit distinguer entre différents signes :  Ceux qui sont immédiatement perceptibles et ceux qui ne le sont pas  Ceux qui sont prioritaires et autre qui sont secondaires
  • 25. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta La sélection est orientée par des connaissances sur la personne observée, son mode de vie, son état et sa maladie  Méthodiquement consignée :  La transmission orale et écrite observations est un maillon indispensable dans la chaîne : « observations réflexion actions »  Soumise à des contrôles de validité et de fiabilité :  On ne peut juger qu’une observation soit efficace que si elle apporte des modifications aux problèmes détectés Ex 1 : un malade hospitalisé, âgé de 70ans l’observation porte essentiellement sur le dépistage des complications de l’alitement prolongé : escarres, troubles digestifs, troubles urinaires, respiratoires et circulatoires,... Ex 2 : si une infirmière a oublié de signaler son observation qu’un malade a manifesté une réaction allergique vis-à-vis d’un médicament donné, d’administration du même médicament par l’infirmier qui succède peut représenter un danger pour le malade  La place d’observation dans le processus de soins : Ex : service de réanimation : dans ce service, l’observation revêt un aspect souvent vital étant donné les patients ne sont pas en état d’exprimer leurs besoins, cette observations porte sur plusieurs niveaux (cyanose, encombrement, agitation,…) et l’infirmier doit avoir l’oreille attentif à toutes les alarmes sonores (scope, ventilateur, autopropulseurs,… qui lui permettent d’agir à temps en cas de problème. En plus du dépistage des complications propres à la réanimation (infections, troubles trophiques, raidissement des articulations,…) Donc ce genre d’observations est idéalement lié au nursing, c’est à ce moment que l’infirmier suit l’évolution de l’état du malade (fatigue, reprise de conscience, la communication, présence ou non de rigidité ou d’hypotonie, d’escarre ou infection, odeur désagréable, cyanose, marbrures, pâleur, ecchymose,…  Conclusion : Observer n’est donc pas seulement voir, mais c’est une organisation de la vision guidée par un cadre théorique
  • 26. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta 5ème partie : Accompagnement d’un mourant I -Introduction : La mort fait partie intégrante du travail professionnel, à ce titre des conditions de vie du personnel hospitalier, cependant la mort reste difficile à vivre, tout le monde en souffre et depuis fort longtemps, mais les soignants hospitaliers en souffrent plus et différemment car cette confrontation cumule la fréquence de cet événement dans leur vie professionnelle avec celle des décès observés ou pris en charge dans les services. La problématique de la mort à l’hôpital concerne l’équipe dans son approche pluridisciplinaire, l’accompagnement ne peut se faire individuellement mais collectivement, la réflexion collective peut mettre fin aux incompréhensions mutuelles qui sont le plus souvent source de conflits. II- La préparation du personnel de santé à l’accompagnement d’un mourant : La préparation du personnel doit insister sur les points suivants : 1/favoriser la réflexion éthique : La confrontation des soignants aux valeurs les plus fondamentales de l’homme suppose que l’institution hospitalière organise une réflexion éthique soit à l’échelon de l’hôpital, soit au niveau des services de soins. L’euthanasie, l’acharnement thérapeutique et le soulagement de la souffrance restent des notions qui doivent faire l’objet d’un débat permanent au sein de l’équipe pluridisciplinaire.  La réflexion éthique doit permettre de lever certain ambiguïtés quant au choix thérapeutique et permettre au personnel la formulation de leurs interrogations face au malade  Nécessité de la classification relative aux divergences qui opposent soignants, malades et leurs familles en ce qui concerne le choix stratégique en matière de décision thérapeutique ou palliative selon la spécificité des cas. 2/ favoriser dans le service l’expression d’une prise de parole en :
  • 27. www.ifcsiens.e-monsite.com Source : Oulatta Créant des lieux, des territoires où le personnel soignant et la famille puissent venir sans venir contrainte d’horaire extérioriser leur douleur et leur chagrin.  Introduisant des rites autour de l’événement de la mort au service pour constituer une parole sur la vie de la personne hospitalière décédée et ceci pour réduire le chagrin.  Rompant le silence par l’expression de la parole  Aidant à comprendre les causes de réactions diverses de l’entourage 3/promouvoir la formation continue : Les actions de formations doivent être cohérentes et répondre à une double exigence  Etre en conformité avec les orientations définies par l’établissement  Savoir identifier la demande formulée par les soignants qui parfois n’expriment pas leurs besoins réels Dans ce cadre il y a deux principes fondamentaux  La connaissance de la personne soignée  La connaissance du soignant  Conclusion : D’une façon générale, il s’agit de :  Connaître les perturbations dans les relations malades entourage à l’annonce d’une pathologie grave (sida, hépatite virale…)  Savoir se situer et trouver la juste distance face à cette souffrance  Connaître les mots justes et attitudes adaptées afin d’apaiser le malade  Faire comprendre l’importance du travail en commun soignant/famille