SlideShare une entreprise Scribd logo
ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DE LA SANTE
DELEGATION DU MINISTERE DE LA SANTE
A LA WILAYA DE LAAYOUNE –BOUJDOUR
INSTITUT DE FORMATION
AUX CARRIERES DE SANTE-LAAYOUNE
Programme National de Lutte
Anti Bilharziose Uro-génitale
Enseigné par : M. Lahbib JAMMA
Page 1
Objectifs théoriques :
Définir B.U.G
Établir la chaîne épidémiologique de la BUG
 Citez :
Les moyens de lutte contre BUG
Les principaux foyers BUG au Maroc
 Décrire les signes cliniques évocateurs de la BUG
 Énumérer les complications de la BUG
 Citez les objectifs du PLAB
 Expliquer l’organisation du dépistage de BUG
 Établir l’organigramme de la structure organisationnelle du P.L.A.B
 Reproduire le schéma thérapeutique anti-Bilharziose
Objectifs pratique et de la communication
 Effectuer le prélèvement d’urine pour la recherche des œufs de schistosoma
hématobium
 Assurer la prise en charge des cas de Bilharziose
 Mener l’enquête épidémiologique autours des nouveaux cas de BUG
 Informer la population sur les moyens de lutte contre la BUG

 Schéma de cours
I- Maladie
1. Définition
2. Épidémiologie
a- Agent pathogène
b- hôte intermédiaire
Page 2
c- Cycle
d- Facteurs favorisants
3. Clinique:
a- Signes
b- Diagnostic
c- Complications
II. L.A.B
1. Objectifs
2. Organisation du P.L.A.B
3. Principaux foyers
III. L.C Parasite:
A/ Dépistage:
1. Sélectif
2. De masse
3. Intensif
B- Chimiothérapie
1. Propriétés des médicaments utilisés
2. Modalité de prise en charge du malade
3. Surveillance du TTT
C- Contrôle des urines post TTT
IV. Action sur l’hôte intermédiaire
1. Lutte écologique
2. Lutte biologique
3. Lutte chimique
Page 3
I/ Maladie
1. Définition
La B.U.G: est une maladie parasitaire due à la présence dans les veines
vésicales d’un ver de la classe des trématodes du genre schistosoma et de
l’espèce hoematobium
Elle appartient à un groupe de maladie désigné sous le nom de schistosomiase
Les autres espèces de schistosomes reconnus chez l’homme sont:
Sch MANSONI « B. intestinale » Sch JAPONICOM « B. Splénique » Sch
INTERCALATUM « B. Rectale » La schistosomiase est l’un des principaux problèmes
de santé public des régions tropicales et sub-tropicales
Elle sévie à l’état endémique de 71 pays et quelque 200million de personnes sont
infectés
La maladie gagne du terrain et sa gravité augmente
2. Épidémiologie
a- Agent pathogène (caractère propre à Sch.H)
C’est un ver plat d’environ 1,5 cm long, muni de 2 ventouses ventrale et buccale
lui permettant de se fixer sur la paroi des veines de la vessie, à l’intérieur
desquelles il vit.
Durée de vie d’un Sch mal est probablement dans l’organisme de 4 à 14 ans en
moyenne.
Les Sch sont des vers sexués:
Le male mesure de 1 à 1,5 cm; parait de F. cylindrique et fendu sur toute sa
longueur
La femelle mesure de 1,5 à 2cm; filiforme, cylindrique et se tient par la gouttière
formée par le corps du male.
Elle pont des œufs qui sont volumineux et munis d’un éperon terminal
b- hôte intermédiaire
Le mollusque H.IM de la BUG est un gastéropode pulmonaire appartenant au genre
bullénus truncatus.
Page 4
c- Cycle:
Grâce à leur éperon terminal les œufs traverse la paroi des vaisseaux sanguins puis la
paroi de la vessie.
Ils sont rejetés dans le milieu extérieur avec les urines. Pour que ces œufs libérés
puissent éclore, 2 conditions sont nécessaires:
- leur mise en contact avec l’eau
- la T° de l’eau 18° C minimum. 18-30°
Par la suite chaque œufs donne naissance à une larve ciliée « le Miracidium » qui à une
vie libre d’environ 24h et dont la taille et proche de celle de l’œuf.
Le Miracidium doit rencontrer pendant cette période l’H. intermédiaire, puis il
traverse les téguments du mollusque, perd ses cilles et se transforme en une forme
(sorte de sac sporocytes primaire qui engendre dans sa cavité des sporocytes fils qui
parasitent l’hépatopancréas des mollusques, à l’intérieur des sporocytes fils se
développe un nouveau type de larve(cercaire) qui constitue la forme infestante pour
l’homme
Elle quitte le mollusque (dans les conditions idéales) le cycle dure 6-8 semaines pour
schistosoma hématobium pendant plusieurs semaines, le mollusque contaminé libère
chaque jour, des centaines de cercaires, si elles ne trouvent pas un hôte humain au
bout de 48h, elle meurent.
La cercaire pénètre activement à travers la peau de l’homme qui se baigne dans l’eau,
par la suite elle gagne le foie par la circulation sanguine et lymphatique en 8j, là elle
grandit devient un ver adulte après un mois, male et femelle s’accouplent, gagnent les
veines vésicale, où la femelle pont ses œufs.
d- facteurs favorisants:
L’eau joue 1role important à divers étapes de la transmission, elle est en premier lieu
contaminée par des personnes infectées; ce qui dépend surtout des coutumes locales et
de certaines pratiques agricoles les conditions d’assainissement et à l’absence d’un
approvisionnement en eau saine
La présence conjointe d’eau à écoulement lent d’une végétation appropriée, d’une
température adéquate et de nourriture organique, favorise l’implantation des
mollusques aquatiques qui transmettent la maladie.
L’homme contracte la maladie, lorsqu’il entre en contact avec l’eau.
L’intensification des mouvements et migration des individus vers des zones
nouvellement irriguées, favorise ainsi l’extension de la maladie.
Page 5
III – Clinique:
a- Signes
La B .vésicale évolue en 3 phases:
1. Pénétration des cercaires à travers la peau peut entraîner un prurit assez
important, qlq jours après, apparaissent des manifestations cutanée d’allergie
+/- intense
2. Maturation des vers qui débute 1à2 mois après l’infestation se traduit par:
- l’apparition d’accident toxémique
- Une fièvre irrégulière
- Maux de tête
- Trouble digestifs et nausées
3- passage des œufs à travers la paroi vésicale débute environs 2mois après
L’infestation et se traduit par l’existence d’une hématurie associée le plus souvent à
des manifestations inflammatoire de l’appareil urinaire.
Cette phase va durer tant que le malade est porteur de vers adultes capables de
pondre. La durée de vie de schistosome pouvant dépasser 10ans, la B est donc une
maladie chronique.
B- Le diagnostic
Il est basé sur la mise en évidence des œufs de schistosoma hématobium dans les
urines.
C- Complication:
La gravité de l’infection est due au fait que les complications vésicales et rénales
peuvent se produire, les lésions causées par le passage des œufs à travers la vessie
peuvent s’infecter
L’infection peut remonter jusqu’aux reins et entraîner l’apparition d’une néphrite,
d’une insuffisance rénale pouvant aboutir à la mort.
Les lésions entraîne des remaniements tissulaires de la vessie sous forme de tumeur
bénigne ou d’épaississement qui gène son fonctionnement normal. Et en particulier
pouvant rétrécir les orifices de l’urètre faisant ainsi causer une insuffisance rénale
mortelle.
Il faut cependant remarquer que chez certains sujets, la B vésicale est cliniquement
muette et n’est découverte qu’à l’occasion de l’examen systématique.
Page 6
II- Lutte contre le parasite
A- Dépistage
1- principe: le dépistage est basé sur le prélèvement et la recherche dans les urines des
œufs de schistosoma hématobium , il s’effectue selon 3 processus:
- Dépistage sélectif: passif dans les formations sanitaires et sélectif actif dans les
circuits de surveillance.
- Dépistage de masse, au cour d’une enquête au tour d’un cas ou une
intervention de chimiothérapie.
- Dépistage intensif, au niveau des foyers important de la transmission .
2- Objectifs:
- Constater la présence ou l’absence de la maladie
- Identifier les malades porteurs de Sch hématobium, et les traiter pour arriver
au contrôle de la maladie.
- Connaître la prévalence et l’incidence de la maladie ainsi que sa gravité.
- Délimiter les foyers d’infestation.
3- Organisation:
3-1/ D.Sélectif
De même que pour la recherche du paludisme où la notion de fièvre indique le
prélèvement d’une goutte de sang, un réflexe analogue doit se créer pour la recherche
de la bilharziose. Il s’agit de prélever un échantillon d’urine chaque fois qu’un
consultant présente un symptôme particulier:
- dysurie
- pollakiurie
- hématurie
3-2/ D. de masse
- Se mode de dépistage inclus :
Les prélèvements faits au cour d’une enquête au tour d’un cas.
Les prélèvements faits dans le cadre des opérations organisées de chimiothérapie de
masse. Ce genre d’opération ne peut être organisé que dans les foyers de transmission
de la maladie où la prévalence dépasse 4% et qui n’accède pas une population de plus
de 10.000 habitants.
Page 7
Les prélèvements doivent être faits à toutes les personnes qui constituent la cible de
l’opération ou de l’enquête
3-3/ D. Intensif:
Dans le cas de foyer important de la transmission, tant sur le plan de la population
touchée ou exposée aux risques, que sur le plan de l’espace couvert par l’endémie , il
convient pour réaliser à des coûts supportables une opération de dépistage et de
traitement des malades , d’organiser un dépistage intensif. Ce mode fait appel à une
équipe de 6 agents qui assure les prélèvements et l’examen des urines.
4- Technique de prélèvement
Selon le type de dépistage, les prélèvements sont effectués de la manière suivante:
4-1/ D.Sélectif:( actif et passif)
- Soumettre le consultant à une épreuve d’effort préalable pour augmenter
l’élimination des œufs
Pour cela, lui faire 20 flexions rapides ou s’il s’agit d’enfant lui demander de courir un
peu
- Effectuer le prélèvement tout de suite après cette épreuve.
- Prélever dans un flacon en plastique fermant hermétiquement un minimum de
50ml d’urine on ajoute 2ml de liquide conservateur (300ml de formol+100ml de
glycérine + eau distillée QSP 1000ml)
- Mélanger pour homogénéiser.
- Établir pour chaque prélèvement un bon individuel d’examen modèle B.Sch 1
4-2/ D. de Masse
4.2.1 Prélèvement à l’entourage d’un cas dépisté :
- Soumettre la personne à une épreuve d’effort
- Prélever un minimum de 50ml dans un flacon en plastique + 2ml de liquide
conservateur
- Enregistrer le patient sur un bon collectif d’examen modèle B.Sch 2
4.2.2/ Prélèvement pour chimiothérapie de masse:
- Enregistrer la personne sur un bon d’examen collectif modèle B.Sch 2 et lui
donner un numéro d’ordre.
Page 8
- Prélever les urines soit dans un flacon de plastique ou de préférence dans un
verre à pied unique. Pas nécessaire d’ajouter le liquide conservateur du fait que
l’examen se fait immédiatement après le prélèvement
- Enregistrer le numéro d’ordre sur le flacon.
4.3 D. Intensif:
- Prélever dans un flacon en plastique fermant hermétiquement un minimum de
50ml d’urine aux quelles on ajoute 2ml de liquide conservateur
- Mélanger pour homogénéiser
- Enregistrer le patient sur un bon collectif d’examen
B- Chimiothérapie
1- Objectifs: le principale objectif de la chimiothérapie vise le control de la maladie
par:
- la guérison totale des malades
- la diminution de l’intensité de la maladie
- la réduction du potentiel de transmission
2- Propriétés de médicaments utilisées:
A- Metrifonate:
C’est le nom générique du médicament commercialisé
C’est un composé organophosphoré qui possède les qualités curatives dans les
infections due au Sch. Hématobium et à certains helminthes intestinaux, sa toxicité est
relativement faible comparé à celles des autres organophosphorés
Les effets secondaires nocifs sont:
Nausées, vomissements, douleur abdominal, diarrhée, sensation de faiblesse…, ils
disparaissent
Les cas les plus sérieux peut être traités avec succès par l’atropine
Pour pouvoir utiliser le médicament en TTT de masse, il est essentiel que la population
ne soit pas récemment exposée à des insecticides ou à d’autres
Produits organophosphorés utilisés en agriculture
Le METRIFONATE est présenté en cp blancs sécables dosés à 100mg de produit actif.
La posologie recommandée est de 7,5mg/kg de poids corporel
Page 9
L’administration d’une cure avec un intervalle de 15J entre les prises, ce délai est
impératif car le METRIFONATE provoque une chute de taux de cholinestérase qui ne
revient à la normale qu’au environs 15J
Il est par ailleurs contre indiqué chez les asthmatiques et par précaution ne doit pas
être utilisé chez la femme enceinte
B- NIRIDAZOLE(AMBILHAR)
C’est une poudre jaune cristallin, pratiquement insoluble après administration orale,
le Niridazole est presque totalement résorbé en qlq heures
L’effet schistosomicide provient de son affinité pour les tissus du parasite dans lesquels
il s’accumule en grande quantité. L’élimination est rénale et fécale
Les métabolites du médicament confèrent aux urines une coloration brune qui
disparaît après l’arrêt du traitement
La tolérance en générale bonne, l’anorexie, les nausées, les vomissements, les douleurs
abdominales, les diarrhées, les maux de tête et les vertiges ont tous été signalé
Parfois des éruptions cutanées se produisent, les effets les plus importants concernent
le SNC. Une hyper excitabilité des manies de la dépression, des hallucinations, des
états confus ou des crises épileptiforme généralisées ont été décrites
Habituellement, les manifestations aigue disparaissent au bout de 48h d’arrêt du
médicament, mais un état mental normal peut demander environs 3 semaines.
Les symptômes se manifestent le plus souvent chez l’adulte que l’enfant
C- Le Praziquantel (BILTRICIDE)
Commercialisé très récemment sous le nom, Biltricide; efficace sur toutes les espèces
pathogène pour l’homme.
Il est administré per os en une seule dose, 40mg/kg
D- L’OLTIPRAZ
C’est également un nouveau médicament efficace, administré en une prise unique
III- Modalités de prise en charge du malade
La prise en charge du malade comprend:
- Le déclenchement de l’enquête épidémiologique
- L’enregistrement du malade au secteur
- L’administration du traitement
Page
10
Selon le mode de dépistage les modalités de PEC sont différenciées
3.1/ Malade diagnostiqué dans le cadre du D. sélectif ou au cours d’une enquête au
tour d’un cas
Le résultat de l’examen des urines peut être soit négatif dans ce cas, le bon de
prélèvement retourne dans le secteur avec « résultat négatif » comme mention
Soit positif, dans ce cas le labo établi une fiche individuelle de cas de BILHARZIOSE
B. CHIMIO. 1 et la transmet le plus rapidement possible à l’animateur des activités
de lutte contre la bilharziose (PLAB) qui à son tours la transmettre au centre de santé
3.1.1 Au niveau du centre de santé
- Le major doit procéder à l’enregistrement du malade sur le cahier
d’enregistrement de bilharziose B. Chimio.2 (niveau de centre de santé)
- L’enquête épidémiologique à la quelle il doit faire participer le chef du secteur
intéressé
3.1.2 Au niveau du dispensaire
- Continuer l’administration du traitement
- Tenir à jour la fiche individuelle de cas
- Noter tous signe d’intolérance au médicament et le signaler au médecin chef
responsable
- Effectuer aux dates fixées, les prélèvements d’urines pour contrôle
parasitologique post ttt
3.2 Malade diagnostiqué au cour d’un dépistage de masse
Le dépistage de masse est généralement organisé dans des foyers de transmission dont
la population ne dépasse pas 10000H et où le taux d’infestation dépasse 4%
Pour chaque malade reconnu porteur de parasite, il est établit une fiche individuelle
de cas et il inscrit sur le cahier d’enregistrement de secteur, avant la prise du
médicament , chaque malade est soumis à un examen médical une fois le malade
reconnu apte pour être traité, il lui est remis sa dose de médicament qu’il doit prendre
devant l’infirmier chargé du traitement
Il est rappelé au malade qu’une 2eme et 3eme prise sont encore nécessaires et en lui
donne une carte de ttt, en lui précisant les dates auxquelles il doit se présenter au
dispensaire pour les recevoir, ceci dans le cas où il n’est pas prévu d’équipe itinérante,
pour effectuer ce travail au domicile du malade
3.3 Malade diagnostiqué au cour d’un dépistage intensif
Page
11
3.3.1 Malade pouvant avoir facilement accès à une formation de santé
Les malades dépistés sont convoqués au niveau de la formation sanitaire, ils vont être
soumis à un examen médical et recevoir une 1ere prise de médicament
Les prises suivantes sont remises au malade par le chef de secteur en temps voulu et à
domicile
3.3.2 Malade ne pouvant pas avoir facilement accès à une formation sanitaire
Deux éventualités peuvent se présenter:
- Peu de cas sont dépistés dans le secteur
(-20cas dans la semaine) les malades peuvent être convoqués à la consultation
hebdomadaire qu’effectue le médecin au dispensaire rural
La 1ere prise est administrée après examen médical. Les prises suivantes sont données
à
domicile du malade par l’infirmier chef du secteur
- Beaucoup de cas sont dépistés dans le secteur (+20/semaine)
Le chef du secteur doit procéder lui-même au jour, le jour du ttt après interrogatoire
précis des malades à fin d’écarter les contres indications suivantes:
Asthme, grossesse, maladie cardiovasculaire et usage récent d’origine
organophosphorés
IV- Enquête épidémiologique
Elle est entreprise systématiquement chaque fois qu’un cas est dépisté dans une zone
considérée comme indemne ou dans celle ou l’état du programme de lutte est assez
avancé
a- objectifs
- Déterminer l’origine probable de l’infection
- Dépister d’autres cas et éventuellement l’existence de foyers de transmission
- Évaluer la situation épidémiologique en vue d’entreprendre les mesures
correctives qui s’imposent
b- comment conduire l’enquête?
- L’enquête se fait à domicile du malade par le chef du secteur et le majeur de la
c/s ou par l’animateur des programmes pour aider l’enquêteur à mener les
investigations nécessaires, un minimum de question à été normalisé dans un
Page
12
Formulaire d’enquête
L’exploitation et l’analyse des renseignements recueillis permettent de déterminer
l’origine probable de l’infection et de donner une classification pour chaque cas
enquêté
- Cas autochtone :
C’est celui pour lequel l’enquête révèle que le malade réside dans une localité où existe
d’autre cas de Bilharziose connue et où la proximité de gîte avec l’hôte intermédiaire
est identifiée
- Cas de ré infestation :
C’est celui pour lequel l’enquête révèle qu’il s’agit d’un cas connu, ayant reçu un
traitement complet, et dont les contrôles antérieurs avaient confirmés la guérison
- Cas importé:
C’est celui pour lequel l’enquête prouve que dans la localité où le malade à été dépisté
l’inexistence d’autre cas ainsi que l’absence de gîtes avec l’hôte intermédiaire est
révèle que le malade à séjourné avant son atteinte dans une zone
Connue endémique
- Cas non classé:
Sont considérés ainsi, ceux dans les origines n’ont pas pu être déterminés.
Surveillance du traitement
L’administration des médicaments anti Bilharziens présente quelque fois des légers
inconvénients dont il faut tenir compte
Certaines personnes peuvent en effet réagir au traitement par des manifestations
cliniques +/- importantes. Pour cela une surveillance particulière est nécessaire:
1- traitement par le METRIFONATE:
 Certains incidents surviennent quelquefois au cours du traitement nausées,
vomissements, douleurs, diarrhées, sensation de faiblesse et disparaissent
spontanément en quelque heures sans traitement spécifique exceptionnellement
des réactions sévères au Metrifonate peuvent se déclencher, il s’agit de
véritables intoxications de type produit par organophosphoré (atteinte
nerveuse)
Le traitement de ces cas est le suivent:
Page
13
- l’atropine doit être administré le plus tôt possible et à forte dose dés
l’apparition des symptômes
2- le traitement par le NIRIDASOL
Les incidents peuvent survenir au cours du traitement avec une fréquence et une
intensité variable
Il est recommandé d’associer au NIRIDASOL:
- Chez l’adulte un anxiolytique par voie orale
- Chez les enfants un sédatif par voie orale
 Control post traitement:
Dépistage examen
Présence des œufs absence des œufs
Traitement
1ere control 4mois après tt
Négatif Positif
2eme contrôle 12mois après ttt
Négatif absence d’œuf Présence d’œuf
Œufs morts Œufs viable
Contrôle complémentaire 4mois après
DECLARATION DE LA GUERISON
 Les contrôles parasitologiques post traitement sont fait systématiquement à
tout malade ayant reçu un traitement complet
 Le 1ere control est effectué 4 mois après le traitement
Les contrôles doivent être réguliers, des examens parasitologiques doivent se faire de
préférence sur des urines fraîche ne contenant aucun liquide conservateur
La numération des œufs est obligatoire avec la distinction quantitative des œufs viables
et des œufs morts.
Page
14
Bonne chance
Page
15

Contenu connexe

Tendances

Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Mehdi Razzok
 
Programme national d'immunisation
Programme national d'immunisationProgramme national d'immunisation
Programme national d'immunisation
Mehdi Razzok
 
Les maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipLes maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ip
Rabiaa El Khantach
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
abderrahmane achbani
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Mehdi Razzok
 
Planification des soins infirmiers
Planification des soins infirmiersPlanification des soins infirmiers
Planification des soins infirmiers
SANAA TOUZAMI
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Mehdi Razzok
 
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1Jamal Ti
 
Carte sanitaire
Carte sanitaire Carte sanitaire
Carte sanitaire Jamal Ti
 
Organisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsOrganisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsJamal Ti
 
Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017
Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017
Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017
Faculté de médecine de Tizi-Ouzou
 
Ethique Professionnelle
Ethique ProfessionnelleEthique Professionnelle
Ethique Professionnelle
Mehdi Razzok
 
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docxPLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
RBGroup
 
Financement de la santé p
Financement de la santé pFinancement de la santé p
Financement de la santé p
abderrahmane achbani
 
schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins
mohamed elmarnissi
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
AminaDaoudi4
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
Dr Taoufik Djerboua
 
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxEtablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxJamal Ti
 
Méthodologie d’élaboration du SROS maroc
Méthodologie d’élaboration du SROS marocMéthodologie d’élaboration du SROS maroc
Méthodologie d’élaboration du SROS marocJamal Ti
 
Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)AZOUZ HASNAOUI
 

Tendances (20)

Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aiguesProgramme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
Programme national de lutte contre les infections respiratoires aigues
 
Programme national d'immunisation
Programme national d'immunisationProgramme national d'immunisation
Programme national d'immunisation
 
Les maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ipLes maladies transmissibles ip
Les maladies transmissibles ip
 
Épidémiologie
Épidémiologie Épidémiologie
Épidémiologie
 
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalentsExam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
Exam de labo plan de cours + cours et annexes polyvalents
 
Planification des soins infirmiers
Planification des soins infirmiersPlanification des soins infirmiers
Planification des soins infirmiers
 
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculoseProgramme nationale de lutte contre la tuberculose
Programme nationale de lutte contre la tuberculose
 
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1Filière de soins spécifiques  v.3 16 déc 2014 (1)-1
Filière de soins spécifiques v.3 16 déc 2014 (1)-1
 
Carte sanitaire
Carte sanitaire Carte sanitaire
Carte sanitaire
 
Organisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsOrganisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soins
 
Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017
Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017
Indicateurs de santé, cours pour pharmaciens cinquième année 2017
 
Ethique Professionnelle
Ethique ProfessionnelleEthique Professionnelle
Ethique Professionnelle
 
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docxPLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES  en pratique (3).docx
PLAN DE SOINS INFIRMIERS EXAMPLES en pratique (3).docx
 
Financement de la santé p
Financement de la santé pFinancement de la santé p
Financement de la santé p
 
schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins schéma regional de l'offre de soins
schéma regional de l'offre de soins
 
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des  200 qcm hygiene hospitaliereListe des  200 qcm hygiene hospitaliere
Liste des 200 qcm hygiene hospitaliere
 
Hygiène hospitalière
Hygiène hospitalièreHygiène hospitalière
Hygiène hospitalière
 
Etablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociauxEtablissements de santé médico sociaux
Etablissements de santé médico sociaux
 
Méthodologie d’élaboration du SROS maroc
Méthodologie d’élaboration du SROS marocMéthodologie d’élaboration du SROS maroc
Méthodologie d’élaboration du SROS maroc
 
Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)Decret carte sanitaire (2)
Decret carte sanitaire (2)
 

En vedette

Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
Mehdi Razzok
 
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Mehdi Razzok
 
Anti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiensAnti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiens
Mehdi Razzok
 
Antifongiques
AntifongiquesAntifongiques
Antifongiques
Mehdi Razzok
 
Antiparasitaires
AntiparasitairesAntiparasitaires
Antiparasitaires
Mehdi Razzok
 
Système national de santé
Système national de santéSystème national de santé
Système national de santé
Mehdi Razzok
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Antalgiques ifcs 2013
Antalgiques  ifcs 2013Antalgiques  ifcs 2013
Antalgiques ifcs 2013
Mehdi Razzok
 
Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
Mehdi Razzok
 
Oreille
OreilleOreille
Oreille
Mehdi Razzok
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
Mehdi Razzok
 
Systeme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomieSysteme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomie
Mehdi Razzok
 
Systeme endocrinien
Systeme endocrinienSysteme endocrinien
Systeme endocrinien
Mehdi Razzok
 
Système endocrinien
Système endocrinienSystème endocrinien
Système endocrinien
Mehdi Razzok
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
Mehdi Razzok
 

En vedette (15)

Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
 
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
Anatomie physiologie de l'oeil allégé (1)
 
Anti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiensAnti inflammatoires non steroidiens
Anti inflammatoires non steroidiens
 
Antifongiques
AntifongiquesAntifongiques
Antifongiques
 
Antiparasitaires
AntiparasitairesAntiparasitaires
Antiparasitaires
 
Système national de santé
Système national de santéSystème national de santé
Système national de santé
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Antalgiques ifcs 2013
Antalgiques  ifcs 2013Antalgiques  ifcs 2013
Antalgiques ifcs 2013
 
Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
 
Oreille
OreilleOreille
Oreille
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
 
Systeme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomieSysteme cardiovasculaire-anatomie
Systeme cardiovasculaire-anatomie
 
Systeme endocrinien
Systeme endocrinienSysteme endocrinien
Systeme endocrinien
 
Système endocrinien
Système endocrinienSystème endocrinien
Système endocrinien
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
 

Similaire à Plab (bilharziose)

Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
JeanHovozounkou
 
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)abir
 
gy1234.pptx
gy1234.pptxgy1234.pptx
gy1234.pptx
AbderrazzakHamama2
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Hind FQ
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
alex422284
 
citopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydiascitopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydias
toledoarauxo
 
Nematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per osNematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per os
Dr Taoufik Djerboua
 
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med TlemcenAmibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx
23- BRUCELLA  ,Pasteurella,Francisella.pptx23- BRUCELLA  ,Pasteurella,Francisella.pptx
23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx
SamirMeddoura1
 
Méthode de l'évaluation de l'intensité de la transmission
Méthode de l'évaluation de l'intensité de la transmissionMéthode de l'évaluation de l'intensité de la transmission
Méthode de l'évaluation de l'intensité de la transmission
Institut Pasteur de Madagascar
 
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficileLivre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Esther Vissac
 
Schistosoma
SchistosomaSchistosoma
Schistosomaadel41
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
Dr Taoufik Djerboua
 
Brucellose
BrucelloseBrucellose
Brucelloseadel41
 
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasitesIfmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
Euripide AVOKPAHO
 
Les stades chez le moustique
Les stades chez le moustiqueLes stades chez le moustique
Les stades chez le moustique
Institut Pasteur de Madagascar
 
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
imlen gan
 
Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3
Patou Conrath
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 

Similaire à Plab (bilharziose) (20)

Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
 
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
 
gy1234.pptx
gy1234.pptxgy1234.pptx
gy1234.pptx
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
 
rougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptxrougéole-rubéole.pptx
rougéole-rubéole.pptx
 
citopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydiascitopatologia de las clamydias
citopatologia de las clamydias
 
PresentacióN2
PresentacióN2PresentacióN2
PresentacióN2
 
Nematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per osNematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per os
 
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med TlemcenAmibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx
23- BRUCELLA  ,Pasteurella,Francisella.pptx23- BRUCELLA  ,Pasteurella,Francisella.pptx
23- BRUCELLA ,Pasteurella,Francisella.pptx
 
Méthode de l'évaluation de l'intensité de la transmission
Méthode de l'évaluation de l'intensité de la transmissionMéthode de l'évaluation de l'intensité de la transmission
Méthode de l'évaluation de l'intensité de la transmission
 
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficileLivre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
Livre blanc - Zoom sur le clostridium difficile
 
Schistosoma
SchistosomaSchistosoma
Schistosoma
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
 
Brucellose
BrucelloseBrucellose
Brucellose
 
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasitesIfmt p13 cancers induits par les parasites
Ifmt p13 cancers induits par les parasites
 
Les stades chez le moustique
Les stades chez le moustiqueLes stades chez le moustique
Les stades chez le moustique
 
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
 
Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 

Plus de Mehdi Razzok

Le coeur
Le coeurLe coeur
Le coeur
Mehdi Razzok
 
3.1 -systme_respiratoire
3.1  -systme_respiratoire3.1  -systme_respiratoire
3.1 -systme_respiratoire
Mehdi Razzok
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
Mehdi Razzok
 
Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
Mehdi Razzok
 
Anesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesAnesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiques
Mehdi Razzok
 
Antihypertenseurs
AntihypertenseursAntihypertenseurs
Antihypertenseurs
Mehdi Razzok
 
les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012
Mehdi Razzok
 
Antibiotiques
AntibiotiquesAntibiotiques
Antibiotiques
Mehdi Razzok
 

Plus de Mehdi Razzok (8)

Le coeur
Le coeurLe coeur
Le coeur
 
3.1 -systme_respiratoire
3.1  -systme_respiratoire3.1  -systme_respiratoire
3.1 -systme_respiratoire
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
 
Occlusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguësOcclusions intestinales-aiguës
Occlusions intestinales-aiguës
 
Anesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesAnesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiques
 
Antihypertenseurs
AntihypertenseursAntihypertenseurs
Antihypertenseurs
 
les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012les antispasmodiques 2012
les antispasmodiques 2012
 
Antibiotiques
AntibiotiquesAntibiotiques
Antibiotiques
 

Plab (bilharziose)

  • 1. ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DELEGATION DU MINISTERE DE LA SANTE A LA WILAYA DE LAAYOUNE –BOUJDOUR INSTITUT DE FORMATION AUX CARRIERES DE SANTE-LAAYOUNE Programme National de Lutte Anti Bilharziose Uro-génitale Enseigné par : M. Lahbib JAMMA Page 1
  • 2. Objectifs théoriques : Définir B.U.G Établir la chaîne épidémiologique de la BUG  Citez : Les moyens de lutte contre BUG Les principaux foyers BUG au Maroc  Décrire les signes cliniques évocateurs de la BUG  Énumérer les complications de la BUG  Citez les objectifs du PLAB  Expliquer l’organisation du dépistage de BUG  Établir l’organigramme de la structure organisationnelle du P.L.A.B  Reproduire le schéma thérapeutique anti-Bilharziose Objectifs pratique et de la communication  Effectuer le prélèvement d’urine pour la recherche des œufs de schistosoma hématobium  Assurer la prise en charge des cas de Bilharziose  Mener l’enquête épidémiologique autours des nouveaux cas de BUG  Informer la population sur les moyens de lutte contre la BUG   Schéma de cours I- Maladie 1. Définition 2. Épidémiologie a- Agent pathogène b- hôte intermédiaire Page 2
  • 3. c- Cycle d- Facteurs favorisants 3. Clinique: a- Signes b- Diagnostic c- Complications II. L.A.B 1. Objectifs 2. Organisation du P.L.A.B 3. Principaux foyers III. L.C Parasite: A/ Dépistage: 1. Sélectif 2. De masse 3. Intensif B- Chimiothérapie 1. Propriétés des médicaments utilisés 2. Modalité de prise en charge du malade 3. Surveillance du TTT C- Contrôle des urines post TTT IV. Action sur l’hôte intermédiaire 1. Lutte écologique 2. Lutte biologique 3. Lutte chimique Page 3
  • 4. I/ Maladie 1. Définition La B.U.G: est une maladie parasitaire due à la présence dans les veines vésicales d’un ver de la classe des trématodes du genre schistosoma et de l’espèce hoematobium Elle appartient à un groupe de maladie désigné sous le nom de schistosomiase Les autres espèces de schistosomes reconnus chez l’homme sont: Sch MANSONI « B. intestinale » Sch JAPONICOM « B. Splénique » Sch INTERCALATUM « B. Rectale » La schistosomiase est l’un des principaux problèmes de santé public des régions tropicales et sub-tropicales Elle sévie à l’état endémique de 71 pays et quelque 200million de personnes sont infectés La maladie gagne du terrain et sa gravité augmente 2. Épidémiologie a- Agent pathogène (caractère propre à Sch.H) C’est un ver plat d’environ 1,5 cm long, muni de 2 ventouses ventrale et buccale lui permettant de se fixer sur la paroi des veines de la vessie, à l’intérieur desquelles il vit. Durée de vie d’un Sch mal est probablement dans l’organisme de 4 à 14 ans en moyenne. Les Sch sont des vers sexués: Le male mesure de 1 à 1,5 cm; parait de F. cylindrique et fendu sur toute sa longueur La femelle mesure de 1,5 à 2cm; filiforme, cylindrique et se tient par la gouttière formée par le corps du male. Elle pont des œufs qui sont volumineux et munis d’un éperon terminal b- hôte intermédiaire Le mollusque H.IM de la BUG est un gastéropode pulmonaire appartenant au genre bullénus truncatus. Page 4
  • 5. c- Cycle: Grâce à leur éperon terminal les œufs traverse la paroi des vaisseaux sanguins puis la paroi de la vessie. Ils sont rejetés dans le milieu extérieur avec les urines. Pour que ces œufs libérés puissent éclore, 2 conditions sont nécessaires: - leur mise en contact avec l’eau - la T° de l’eau 18° C minimum. 18-30° Par la suite chaque œufs donne naissance à une larve ciliée « le Miracidium » qui à une vie libre d’environ 24h et dont la taille et proche de celle de l’œuf. Le Miracidium doit rencontrer pendant cette période l’H. intermédiaire, puis il traverse les téguments du mollusque, perd ses cilles et se transforme en une forme (sorte de sac sporocytes primaire qui engendre dans sa cavité des sporocytes fils qui parasitent l’hépatopancréas des mollusques, à l’intérieur des sporocytes fils se développe un nouveau type de larve(cercaire) qui constitue la forme infestante pour l’homme Elle quitte le mollusque (dans les conditions idéales) le cycle dure 6-8 semaines pour schistosoma hématobium pendant plusieurs semaines, le mollusque contaminé libère chaque jour, des centaines de cercaires, si elles ne trouvent pas un hôte humain au bout de 48h, elle meurent. La cercaire pénètre activement à travers la peau de l’homme qui se baigne dans l’eau, par la suite elle gagne le foie par la circulation sanguine et lymphatique en 8j, là elle grandit devient un ver adulte après un mois, male et femelle s’accouplent, gagnent les veines vésicale, où la femelle pont ses œufs. d- facteurs favorisants: L’eau joue 1role important à divers étapes de la transmission, elle est en premier lieu contaminée par des personnes infectées; ce qui dépend surtout des coutumes locales et de certaines pratiques agricoles les conditions d’assainissement et à l’absence d’un approvisionnement en eau saine La présence conjointe d’eau à écoulement lent d’une végétation appropriée, d’une température adéquate et de nourriture organique, favorise l’implantation des mollusques aquatiques qui transmettent la maladie. L’homme contracte la maladie, lorsqu’il entre en contact avec l’eau. L’intensification des mouvements et migration des individus vers des zones nouvellement irriguées, favorise ainsi l’extension de la maladie. Page 5
  • 6. III – Clinique: a- Signes La B .vésicale évolue en 3 phases: 1. Pénétration des cercaires à travers la peau peut entraîner un prurit assez important, qlq jours après, apparaissent des manifestations cutanée d’allergie +/- intense 2. Maturation des vers qui débute 1à2 mois après l’infestation se traduit par: - l’apparition d’accident toxémique - Une fièvre irrégulière - Maux de tête - Trouble digestifs et nausées 3- passage des œufs à travers la paroi vésicale débute environs 2mois après L’infestation et se traduit par l’existence d’une hématurie associée le plus souvent à des manifestations inflammatoire de l’appareil urinaire. Cette phase va durer tant que le malade est porteur de vers adultes capables de pondre. La durée de vie de schistosome pouvant dépasser 10ans, la B est donc une maladie chronique. B- Le diagnostic Il est basé sur la mise en évidence des œufs de schistosoma hématobium dans les urines. C- Complication: La gravité de l’infection est due au fait que les complications vésicales et rénales peuvent se produire, les lésions causées par le passage des œufs à travers la vessie peuvent s’infecter L’infection peut remonter jusqu’aux reins et entraîner l’apparition d’une néphrite, d’une insuffisance rénale pouvant aboutir à la mort. Les lésions entraîne des remaniements tissulaires de la vessie sous forme de tumeur bénigne ou d’épaississement qui gène son fonctionnement normal. Et en particulier pouvant rétrécir les orifices de l’urètre faisant ainsi causer une insuffisance rénale mortelle. Il faut cependant remarquer que chez certains sujets, la B vésicale est cliniquement muette et n’est découverte qu’à l’occasion de l’examen systématique. Page 6
  • 7. II- Lutte contre le parasite A- Dépistage 1- principe: le dépistage est basé sur le prélèvement et la recherche dans les urines des œufs de schistosoma hématobium , il s’effectue selon 3 processus: - Dépistage sélectif: passif dans les formations sanitaires et sélectif actif dans les circuits de surveillance. - Dépistage de masse, au cour d’une enquête au tour d’un cas ou une intervention de chimiothérapie. - Dépistage intensif, au niveau des foyers important de la transmission . 2- Objectifs: - Constater la présence ou l’absence de la maladie - Identifier les malades porteurs de Sch hématobium, et les traiter pour arriver au contrôle de la maladie. - Connaître la prévalence et l’incidence de la maladie ainsi que sa gravité. - Délimiter les foyers d’infestation. 3- Organisation: 3-1/ D.Sélectif De même que pour la recherche du paludisme où la notion de fièvre indique le prélèvement d’une goutte de sang, un réflexe analogue doit se créer pour la recherche de la bilharziose. Il s’agit de prélever un échantillon d’urine chaque fois qu’un consultant présente un symptôme particulier: - dysurie - pollakiurie - hématurie 3-2/ D. de masse - Se mode de dépistage inclus : Les prélèvements faits au cour d’une enquête au tour d’un cas. Les prélèvements faits dans le cadre des opérations organisées de chimiothérapie de masse. Ce genre d’opération ne peut être organisé que dans les foyers de transmission de la maladie où la prévalence dépasse 4% et qui n’accède pas une population de plus de 10.000 habitants. Page 7
  • 8. Les prélèvements doivent être faits à toutes les personnes qui constituent la cible de l’opération ou de l’enquête 3-3/ D. Intensif: Dans le cas de foyer important de la transmission, tant sur le plan de la population touchée ou exposée aux risques, que sur le plan de l’espace couvert par l’endémie , il convient pour réaliser à des coûts supportables une opération de dépistage et de traitement des malades , d’organiser un dépistage intensif. Ce mode fait appel à une équipe de 6 agents qui assure les prélèvements et l’examen des urines. 4- Technique de prélèvement Selon le type de dépistage, les prélèvements sont effectués de la manière suivante: 4-1/ D.Sélectif:( actif et passif) - Soumettre le consultant à une épreuve d’effort préalable pour augmenter l’élimination des œufs Pour cela, lui faire 20 flexions rapides ou s’il s’agit d’enfant lui demander de courir un peu - Effectuer le prélèvement tout de suite après cette épreuve. - Prélever dans un flacon en plastique fermant hermétiquement un minimum de 50ml d’urine on ajoute 2ml de liquide conservateur (300ml de formol+100ml de glycérine + eau distillée QSP 1000ml) - Mélanger pour homogénéiser. - Établir pour chaque prélèvement un bon individuel d’examen modèle B.Sch 1 4-2/ D. de Masse 4.2.1 Prélèvement à l’entourage d’un cas dépisté : - Soumettre la personne à une épreuve d’effort - Prélever un minimum de 50ml dans un flacon en plastique + 2ml de liquide conservateur - Enregistrer le patient sur un bon collectif d’examen modèle B.Sch 2 4.2.2/ Prélèvement pour chimiothérapie de masse: - Enregistrer la personne sur un bon d’examen collectif modèle B.Sch 2 et lui donner un numéro d’ordre. Page 8
  • 9. - Prélever les urines soit dans un flacon de plastique ou de préférence dans un verre à pied unique. Pas nécessaire d’ajouter le liquide conservateur du fait que l’examen se fait immédiatement après le prélèvement - Enregistrer le numéro d’ordre sur le flacon. 4.3 D. Intensif: - Prélever dans un flacon en plastique fermant hermétiquement un minimum de 50ml d’urine aux quelles on ajoute 2ml de liquide conservateur - Mélanger pour homogénéiser - Enregistrer le patient sur un bon collectif d’examen B- Chimiothérapie 1- Objectifs: le principale objectif de la chimiothérapie vise le control de la maladie par: - la guérison totale des malades - la diminution de l’intensité de la maladie - la réduction du potentiel de transmission 2- Propriétés de médicaments utilisées: A- Metrifonate: C’est le nom générique du médicament commercialisé C’est un composé organophosphoré qui possède les qualités curatives dans les infections due au Sch. Hématobium et à certains helminthes intestinaux, sa toxicité est relativement faible comparé à celles des autres organophosphorés Les effets secondaires nocifs sont: Nausées, vomissements, douleur abdominal, diarrhée, sensation de faiblesse…, ils disparaissent Les cas les plus sérieux peut être traités avec succès par l’atropine Pour pouvoir utiliser le médicament en TTT de masse, il est essentiel que la population ne soit pas récemment exposée à des insecticides ou à d’autres Produits organophosphorés utilisés en agriculture Le METRIFONATE est présenté en cp blancs sécables dosés à 100mg de produit actif. La posologie recommandée est de 7,5mg/kg de poids corporel Page 9
  • 10. L’administration d’une cure avec un intervalle de 15J entre les prises, ce délai est impératif car le METRIFONATE provoque une chute de taux de cholinestérase qui ne revient à la normale qu’au environs 15J Il est par ailleurs contre indiqué chez les asthmatiques et par précaution ne doit pas être utilisé chez la femme enceinte B- NIRIDAZOLE(AMBILHAR) C’est une poudre jaune cristallin, pratiquement insoluble après administration orale, le Niridazole est presque totalement résorbé en qlq heures L’effet schistosomicide provient de son affinité pour les tissus du parasite dans lesquels il s’accumule en grande quantité. L’élimination est rénale et fécale Les métabolites du médicament confèrent aux urines une coloration brune qui disparaît après l’arrêt du traitement La tolérance en générale bonne, l’anorexie, les nausées, les vomissements, les douleurs abdominales, les diarrhées, les maux de tête et les vertiges ont tous été signalé Parfois des éruptions cutanées se produisent, les effets les plus importants concernent le SNC. Une hyper excitabilité des manies de la dépression, des hallucinations, des états confus ou des crises épileptiforme généralisées ont été décrites Habituellement, les manifestations aigue disparaissent au bout de 48h d’arrêt du médicament, mais un état mental normal peut demander environs 3 semaines. Les symptômes se manifestent le plus souvent chez l’adulte que l’enfant C- Le Praziquantel (BILTRICIDE) Commercialisé très récemment sous le nom, Biltricide; efficace sur toutes les espèces pathogène pour l’homme. Il est administré per os en une seule dose, 40mg/kg D- L’OLTIPRAZ C’est également un nouveau médicament efficace, administré en une prise unique III- Modalités de prise en charge du malade La prise en charge du malade comprend: - Le déclenchement de l’enquête épidémiologique - L’enregistrement du malade au secteur - L’administration du traitement Page 10
  • 11. Selon le mode de dépistage les modalités de PEC sont différenciées 3.1/ Malade diagnostiqué dans le cadre du D. sélectif ou au cours d’une enquête au tour d’un cas Le résultat de l’examen des urines peut être soit négatif dans ce cas, le bon de prélèvement retourne dans le secteur avec « résultat négatif » comme mention Soit positif, dans ce cas le labo établi une fiche individuelle de cas de BILHARZIOSE B. CHIMIO. 1 et la transmet le plus rapidement possible à l’animateur des activités de lutte contre la bilharziose (PLAB) qui à son tours la transmettre au centre de santé 3.1.1 Au niveau du centre de santé - Le major doit procéder à l’enregistrement du malade sur le cahier d’enregistrement de bilharziose B. Chimio.2 (niveau de centre de santé) - L’enquête épidémiologique à la quelle il doit faire participer le chef du secteur intéressé 3.1.2 Au niveau du dispensaire - Continuer l’administration du traitement - Tenir à jour la fiche individuelle de cas - Noter tous signe d’intolérance au médicament et le signaler au médecin chef responsable - Effectuer aux dates fixées, les prélèvements d’urines pour contrôle parasitologique post ttt 3.2 Malade diagnostiqué au cour d’un dépistage de masse Le dépistage de masse est généralement organisé dans des foyers de transmission dont la population ne dépasse pas 10000H et où le taux d’infestation dépasse 4% Pour chaque malade reconnu porteur de parasite, il est établit une fiche individuelle de cas et il inscrit sur le cahier d’enregistrement de secteur, avant la prise du médicament , chaque malade est soumis à un examen médical une fois le malade reconnu apte pour être traité, il lui est remis sa dose de médicament qu’il doit prendre devant l’infirmier chargé du traitement Il est rappelé au malade qu’une 2eme et 3eme prise sont encore nécessaires et en lui donne une carte de ttt, en lui précisant les dates auxquelles il doit se présenter au dispensaire pour les recevoir, ceci dans le cas où il n’est pas prévu d’équipe itinérante, pour effectuer ce travail au domicile du malade 3.3 Malade diagnostiqué au cour d’un dépistage intensif Page 11
  • 12. 3.3.1 Malade pouvant avoir facilement accès à une formation de santé Les malades dépistés sont convoqués au niveau de la formation sanitaire, ils vont être soumis à un examen médical et recevoir une 1ere prise de médicament Les prises suivantes sont remises au malade par le chef de secteur en temps voulu et à domicile 3.3.2 Malade ne pouvant pas avoir facilement accès à une formation sanitaire Deux éventualités peuvent se présenter: - Peu de cas sont dépistés dans le secteur (-20cas dans la semaine) les malades peuvent être convoqués à la consultation hebdomadaire qu’effectue le médecin au dispensaire rural La 1ere prise est administrée après examen médical. Les prises suivantes sont données à domicile du malade par l’infirmier chef du secteur - Beaucoup de cas sont dépistés dans le secteur (+20/semaine) Le chef du secteur doit procéder lui-même au jour, le jour du ttt après interrogatoire précis des malades à fin d’écarter les contres indications suivantes: Asthme, grossesse, maladie cardiovasculaire et usage récent d’origine organophosphorés IV- Enquête épidémiologique Elle est entreprise systématiquement chaque fois qu’un cas est dépisté dans une zone considérée comme indemne ou dans celle ou l’état du programme de lutte est assez avancé a- objectifs - Déterminer l’origine probable de l’infection - Dépister d’autres cas et éventuellement l’existence de foyers de transmission - Évaluer la situation épidémiologique en vue d’entreprendre les mesures correctives qui s’imposent b- comment conduire l’enquête? - L’enquête se fait à domicile du malade par le chef du secteur et le majeur de la c/s ou par l’animateur des programmes pour aider l’enquêteur à mener les investigations nécessaires, un minimum de question à été normalisé dans un Page 12
  • 13. Formulaire d’enquête L’exploitation et l’analyse des renseignements recueillis permettent de déterminer l’origine probable de l’infection et de donner une classification pour chaque cas enquêté - Cas autochtone : C’est celui pour lequel l’enquête révèle que le malade réside dans une localité où existe d’autre cas de Bilharziose connue et où la proximité de gîte avec l’hôte intermédiaire est identifiée - Cas de ré infestation : C’est celui pour lequel l’enquête révèle qu’il s’agit d’un cas connu, ayant reçu un traitement complet, et dont les contrôles antérieurs avaient confirmés la guérison - Cas importé: C’est celui pour lequel l’enquête prouve que dans la localité où le malade à été dépisté l’inexistence d’autre cas ainsi que l’absence de gîtes avec l’hôte intermédiaire est révèle que le malade à séjourné avant son atteinte dans une zone Connue endémique - Cas non classé: Sont considérés ainsi, ceux dans les origines n’ont pas pu être déterminés. Surveillance du traitement L’administration des médicaments anti Bilharziens présente quelque fois des légers inconvénients dont il faut tenir compte Certaines personnes peuvent en effet réagir au traitement par des manifestations cliniques +/- importantes. Pour cela une surveillance particulière est nécessaire: 1- traitement par le METRIFONATE:  Certains incidents surviennent quelquefois au cours du traitement nausées, vomissements, douleurs, diarrhées, sensation de faiblesse et disparaissent spontanément en quelque heures sans traitement spécifique exceptionnellement des réactions sévères au Metrifonate peuvent se déclencher, il s’agit de véritables intoxications de type produit par organophosphoré (atteinte nerveuse) Le traitement de ces cas est le suivent: Page 13
  • 14. - l’atropine doit être administré le plus tôt possible et à forte dose dés l’apparition des symptômes 2- le traitement par le NIRIDASOL Les incidents peuvent survenir au cours du traitement avec une fréquence et une intensité variable Il est recommandé d’associer au NIRIDASOL: - Chez l’adulte un anxiolytique par voie orale - Chez les enfants un sédatif par voie orale  Control post traitement: Dépistage examen Présence des œufs absence des œufs Traitement 1ere control 4mois après tt Négatif Positif 2eme contrôle 12mois après ttt Négatif absence d’œuf Présence d’œuf Œufs morts Œufs viable Contrôle complémentaire 4mois après DECLARATION DE LA GUERISON  Les contrôles parasitologiques post traitement sont fait systématiquement à tout malade ayant reçu un traitement complet  Le 1ere control est effectué 4 mois après le traitement Les contrôles doivent être réguliers, des examens parasitologiques doivent se faire de préférence sur des urines fraîche ne contenant aucun liquide conservateur La numération des œufs est obligatoire avec la distinction quantitative des œufs viables et des œufs morts. Page 14