Le déploiement dun Réseau Social d’Entreprise (RSE)

2 674 vues

Publié le

Fiche pratique sur la mise en œuvre des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC)...

Publié dans : Technologie
0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 674
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
29
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le déploiement dun Réseau Social d’Entreprise (RSE)

  1. 1. RESEAUX SOCIAUX MISE EN OEUVRE D’ENTREPRISE (RSE) LE DEPLOIEMENT D’UN RESEAU SOCIAL VER. 1 – 12/2011 D’ENTREPRISE (RSE) RSE : Ensemble didentités sociales telles que des individus ou encore des organisations reliées entre elles par des liens créés lors des interactions sociales. Il se caractérise par la mise en avant de ses membres, de leurs activités au détriment des ressources. DEMARCHE PROJETLes entreprises passent systématiquement par 3 phases : L’expérimentation Le déploiement La généralisation (cette étape nécessite une intégration des concepts de l’entreprise 2.0 dans la stratégie de l’entreprise et à toutes les strates du management). DE CHEF DE PROJET A « DEVELOPPEUR D’USAGES »La principale mission du chef de projet était jusqu’alors de transformer une expression de besoin encahier des charges fonctionnel, puis d’en assurer le suivi de réalisation.Avec les TIC, les pratiques concernées dépassent la sphère légitime de l’entreprise et touchent lasphère personnelle.Il est nécessaire de susciter l’adhésion aux propositions d’usages qui doivent être en phase avec lesobjectifs métiers, la culture d’entreprise et le niveau d’appropriation des TIC par ses collaborateurs.La mission de la maitrise d’ouvrage se focalise désormais sur le développement des usages. IDENTIFIER LE BON PORTEUR DU PROJETPour l’identifier, il est préférable de préciser la famille d’usages à développer initialement sur le RSE(collaboration, CRM, KM, messaging, networking) et de le confier au métier correspondant. DEVELOPPEMENT DES USAGES COMPRENDRE LES MECANISMES D’INTEGRATION ET D’ACCUEILUn réseau social doit commencer par fédérer les membres, puis dynamiser une activité. Laplateforme n’est que l’outil au service d’une stratégie d’animation.Le processus d’intégration est progressif et fonction du rapport existant entre les acteurs.Avant d’engager une conversation, il existe plusieurs étapes : Découverte de l’espace (inscription souvent préalable) Recherche d’information, suivi de conversation Renseignement de son profil Engagement de la conversation
  2. 2. Evoluer au sein d’un réseau social nécessite également de raccorder ses pratiques sociales:réapprendre à s’insérer dans une discussion, faire face à une critique ou émettre une objection. METTRE EN PLACE UN DISPOSITIF D’ACCOMPAGNEMENTDévelopper des usages diffère des actions de formations métiers maitrisées par l’entreprise : Faible légitimité de l’entreprise : les meilleurs prescripteurs sont les utilisateurs eux-mêmes. Privilégier une action de proximité continueA cet effet, prévoir de former à l’outil l’ensemble des futurs utilisateurs est inutile et coûteux. Enrevanche, donner du sens à cette évolution culturelle proposée en rattachant cette mutation àl’atteinte d’objectifs métiers stratégiques est primordial.Il est nécessaire de définir une stratégie de déploiement : Outiller les communautés existantes Aligner les propositions d’usages avec des objectifs métiers opérationnels et stratégiques Constituer un réseau de relais de proximité, volontaire S’appuyer sur les motivations individuellesL’objectif du dispositif d’accompagnement sera d’accompagner la stratégie de déploiement et d’assurerune appropriation dans les meilleures conditions : Action de sensibilisation et pédagogique Formaliser un cadre d’utilisation (définir un code des pratiques sociales) Former à l’accompagnement les « éléments moteurs » Définir des indicateurs et ajuster l’effort en fonction de ces derniersIl est intéressant de se fixer des objectifs et de mesurer régulièrement les indicateurs retenus, pourdonner confiance aux futurs utilisateurs, et identifier les difficultés afin d’ajuster l’effortd’accompagnement avant qu’il ne soit trop tard.L’encadrement peut avoir des craintes face à cette nouvelle transparence, il faut donc adopter labonne attitude : Accepter quelques maladresses Développer de la confiance INTEGRATION DU RSE DANS LE SI UN PROJET A PART ENTIERELa mise en place d’un réseau social s’opère généralement en plusieurs phases et commence par uneexpérimentation s’appuyant sur une offre SaaS. A ce stade, l’interfaçage avec le SI est généralementminimal. L’intégration sur l’infrastructure modifie la gestion du projet : En phase expérimentale, l’attention est portée sur les usages. L’intégration d’une application sur l’infrastructure de l’entreprise implique de revenir à une gestion de projet informatique classique. S’insérer dans un paysage applicatif existant : La complexité d’un SI implique une gouvernance à long terme de l’infrastructure, des choix technologiques, des compétences et de l’organisation interne. Intégrer le RSE dans le SI nécessite de tenir compte de cet existant.
  3. 3. LES ENJEUX TECHNOLOGIQUES A VENIR Une problématique dans la continuité de la gestion des identités : D’abord une difficulté technique : mettre en place un système d’authentification centralisée auquel se raccordent toutes les applications, ensuite une difficulté organisationnelle : coordonner la mise à jour des données de référence du profil dans un temps le plus court possible. Capitaliser sur l’ensemble des activités de l’utilisateur : Les activités d’un utilisateur sur une des applications enrichissant son profil, l’information constitue une matière qu’on intérêt à exploiter les autres applications. Quelles règles de gestion pour la fédération des identités adoptées ? : Au-delà de la problématique technique, il s’agira de définir les règles de partage des informations déclaratives du profil. Ces systèmes n’étant plus cantonnés à l’entreprise, mais ouverts sur l’extérieur, les collaborateurs ont d’autant plus de raisons de conserver la maitrise des données personnelles qui les concernent. Comment fixer des métriques pour évaluer le capital social de l’entreprise ? : La force du réseau social tient dans sa capacité à suggérer des contenus et des mises en relations. En partageant cette information, les briques du SI socialisé seront d’autant plus performantes. CONCLUSIONUn changement de paradigme en cours dans l’entrepriseL’entreprise n’exploitait jusqu’à présent que son capital « savoir et savoir faire » formalisé. Aujourd’hui,elle l’enrichit d’un réseau d’expertise en mesure de converser.De nouveaux modes de gouvernance projet à mettre en placeLes entreprises ont tout à gagner à laisser émerger des initiatives de développement d’usageconversationnel. C’est financièrement très abordable, demande de la curiosité et ouvre à de nouvellesperspectives. RESSOURCESWikipédiaLivre blanc USEO : Les Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) : l’entrée dans l’ère duconversationnel - Etude des usages, de 15 solutions, des pratiques de déploiement - Version 1.0 - 26janvier 2010 Pour en savoir plus : CYB@RDECHE – 4 avenue de l’Europe Unie – BP 114 – 07001 PRIVAS Cedex Tél : 04 75 20 28 57 – Fax : 01 56 72 94 57E-mail : contact@cybardeche.fr - Site Internet : http://www.cybardeche.fr - Blog : www.cybardeche.fr/blog Conditions d’utilisation des notices d’information de Cyb@rdèche : Cette notice d’information n’est en aucun cas des conseils ou des directives. Elles ne sont écrites que dans un cadre d’information générale. Elles n’engagent en rien les responsabilités de ses auteurs ni de Cyb@rdèche en cas de dommages résultant d’une mauvaise interprétation ou application des informations délivrées.

×