Therapeutique oculaire

1 744 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 744
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
36
Actions
Partages
0
Téléchargements
37
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Therapeutique oculaire

  1. 1. DR L.AFTISSE
  2. 2. I. GENERALITES II. THERAPEUTIQUE LOCALE III. THERAPEUTIQUE GENERALE IV. CONCLUSION
  3. 3. -peut être : générale locale:- propre à l’ophtalmologie - apportant directement le produit chimique au contact de l’œil.
  4. 4. A. COLLYRE: -dont le véhicule est liquide. -contenant de conservateur -composition est soumise à des règles strictes de tolérance et de stabilité -action: immédiate breve:donc plusieurs instillations maximale :au niveau de la conjonctive, couche superficielle de la cornée.
  5. 5.  But: étude de la réfraction /examen FO. therapeutique:prevenir ou rompre synéchies. mettre l’œil au repos.  Mode d’action: -paralysie du sphincter irien: Parasympatholytique.
  6. 6. -contraction du muscle dilatateur: sympathomimetiques.
  7. 7.  Parasympatholytiques: -atropine:0,3%0,5%pour enfant 1% pour l’adulte mydriase+paralysie de l’accommodation. effet prolonge(6à8j). risque d’allergie. -tropicamide (mydriatique): mydriase rapide mais fugace. le plus couramment utilise en ophtalmo.
  8. 8.  Sympathomimetiques: -adrénaline. -neosynephrine :renforcer l’action de l’atropine ou mydriatique.
  9. 9. -contraction de la pupille. -abaissement du tonus oculaire. -on distingue:  les parasympathomimetiques:cholinergiques dans le traitement du GFA . la pilocarpine: myotique le plus classique. le glaucostat.  Les anti cholinesterasiques: eserine:la plus utilisée.
  10. 10.  -dans les états irritatifs. -conjonctivites peu intenses. nitrates d’argent. bleu de méthylène. hexamidine
  11. 11. -presque tous les ATB actuels sont utilises en collyres. néomycine gentamicine ofloxacine/norfloxacine rifamycine
  12. 12. - infections virales : kératite herpétique. kerato conjonctivites à adénovirus.
  13. 13. -steroidiens:les corticoides .trt de choix d’affections oculaires inflammatoires ou allergiques. .dangereux:-retard de cicatrisation -dissémination de maladie virale/mycosique - augmentation du TO -cataracte. .contre indication: ulcère fluo+.+++ -non steroidiens:indometacine .dans la chirurgie du segment antérieur.
  14. 14. -les anti histaminiques. -anti degranulants mastocytaires. levophta naaxia opatanol
  15. 15.  Utilises : -en consultation :to/fo(v3m) -aux urgences :extraction de corps étrangers. -au bloc opératoire: anesthésie locale ou topique. cebesine lidocaine tetracaine
  16. 16. -dans les kératites sèches.
  17. 17. -les bétabloquants: diminuer la sécrétion de l’humeur aqueuse. timoptol carteol 1%2% carteol lp -inhibiteurs de l’ anhydrase carbonique: diminuer la sécrétion de HA dorzolamide brinzolamide -prostaglandines: augmentation du flux uveo scléral de l’HA latanoprost travoprost
  18. 18. -associations fixes: Bbloquants+IAC Bbloquants+prostaglandines
  19. 19.  -cicatrisants: vitamine A.  -fluorescéine:-DC des atteintes cornéennes. -tonométrie.
  20. 20. -quelques collyres ont leurs équivalent en pommade. -avantages: .emploi de substances insolubles dans l’eau. . fréquence d’instillation diminuée (application le soir). -inconvénients: .+allergisante/collyre. .l’excipient peut gêner la vision.
  21. 21.  C-1:injections sous conjonctivales: -concentration du produit dans la CA +élevée/collyres ou par voie générale. ATB dans les infections. CTC dans les inflammations. adrénaline pour rompre synéchies.
  22. 22.  C-2:injections intracamerulaires: - injection directe dans la CA de substance active. -rarement ATB: antibioprophylaxie dans la chirurgie segment antérieur. C-3 injections intra vitréenne: - injection dans le vitre : .ATB: endophtalmie .anti viraux: rétinites nécrosante à CMV .CTC/anti VEGF: œdèmes maculaire, DMLA exsudative, rétinopathie ischémiques.
  23. 23. -affections oculaires graves en association avec un trt local. A-antibiotiques: abcès de cornée/endophtalmie/dacryocystites parentéral puis per os. B- corticoïdes: solumedrol en flash intraveineux puis per os à dose lentement dégressive. uveites/pseudoinflammatoire/neuropathie optique /ophtalmopathie basedowienne
  24. 24.  C-3:les immunosuppresseurs: en milieu hospitalier. effets secondaires importants donc surveillance stricte uvéites récidivantes et graves. C-4: hypotonisants généraux: a -inhibiteurs de l’ anhydrase carbonique: CP:250 inj:500
  25. 25. . diminuer la sécrétion de l’humeur aqueuse donc TO . fuite potassium . b -agents osmotiques: mannitol 20% en iv dans les hypertonies oculaires aigues.
  26. 26.  Trt local est toujours associé au trt général assurant de [ ] élevées du principe actif au niveau de l’ œil.  Souligner l ’interêt de connaitre les différentes classes therapeutiques et les règles d’utilisation.

×