LES MALFORMATIONS 
CONGÉNITALES DU SYSTÈME 
NERVEUX CENTRAL 
Élaboré par: 
A.Lguensat 
Z.Boudjafad 
Z.Omari 
H.Ait Belcaid...
Plan 
Définition générale des malformations 
congénitales de SNC 
Rappel Embryologique 
Les malformations traitées 
• Spin...
Définition générale 
Une malformation anomalie irréversible de la 
conformation d’un tissu, d’un organe ou d’une 
partie p...
Rappel embryologique
Anomalies qui 
touchent 
l’encépahle 
Anomalies qui 
touchent la 
moelle épinière 
Le système nerveux 
central 
Le 
spinab...
La spinabifida 
Le Spinabifida 
• Définition 
• Rappel anatomique 
• Classification 
• Sémiologie 
• Diagnostic 
• Etiolog...
Définition 
Le spinabifida 
C’est une maladie congénitale : Agénésie, partielle ou 
complète, de l'arc neural d'une ou de ...
Liée à l’absence de fermeture du tube neural 
 Se produit au 28ème jour de la vie embryonnaire. 
entraîne de graves mal...
Vertèbres 
cervical thoracique lombaire sacrum 
coccyx 
• 33 vertebres chez l’humain 
• 7 cervicaux 
• 12 thoraciques 
• 5...
LCR 
Moelle 
épinière 
Dure 
mère 
Apophyse 
épineuse
• Une hétérogénéité existe au sein du groupe de spina 
bifida (Holmes et al, 76;. Hall et al, 88;. Park et al, 92;. Shaw e...
• Critère: 
 le degré de déhiscence des arcs vertébraux et des structures 
impliquées 
Le spinabifida (SB) 
SB aperta 
(a...
Sémiologie 
La spinabifida occulta • une touffe de cheveux ou 
une fossette dans la peau, 
au niveau de l'extrémité 
infér...
La spinabifida aperta 
• Ouverture dorsale 
postérieur des vertèbres 
• Une poche au niveau 
cutané contenant les 
méninge...
Diagnostique 
Prénatal 
Postnatal De la SB occuta 
De la SB aperta
Diagnostic prénatal 
Anomalie détectable à partir : 
de la 15e semaine grâce au dosage du taux d'alpha-foetoprotéine 
sér...
coupe sagittale du foetus avec spina bifida lombo-sacrée.
Diagnostique postnatal de: 
La spinabifida 
occulta 
La spinabifida 
aperta
• La spinabifida occulta 
échographie ou imagerie par résonance magnétique (IRM), qui 
révéleront la taille et la localisa...
• La spinabifida aperta : 
tuméfaction de volume variable, implantée plus ou moins largement 
sur la ligne médiane, habit...
Etiologie 
• La cause est inconnue, mais il est considéré comme un 
caractère multifactoriel ; des facteurs génétiques et ...
Les principales causes trouvées 
Endogène: 
génétique 
Exogène : 
carence 
vitaminique
Carence vitaminique 
La mise en évidence du rôle 
de l'acide folique 
important dans la SB et 
MTN: L'administration de 
l...
Une concentration significativement 
élevée d'homocystéine dans le 
sang chez les mères donnant 
naissance à des enfants a...
Causes génétiques 
Gène MTHFR muté (conversion 
d’alanine à la valine) 
Enzyme MTHFR 
termolabile 
Activité enzymatique 
r...
• Le point commun de tous les types de spina bifida est l'absence de 
fusion des arcs vertébraux. 
• On distingue principa...
• Spina bifida occulta : 
une altération des structures osseuses lors de la fusion 
des arcs vertébraux, sans participati...
1 - apophyse 
épineuse 
2- moelle épinière 
3 - touffe de poils 
4- peau 
5- dure mère 
1- arc vertébral 
2- moelle épiniè...
• Spina bifida aperta 
Se caractérise par : 
des malformations au niveau des méninges et/ ou de la 
moelle épinière. 
Le...
La forme la moins grave est la méningocèle : les méninges font protrusion 
au travers des arcs vertébraux déhiscents et se...
myéloméningocèle, les méninges, et la moelle (myelon) font 
protrusion au travers des arcs vertébraux déhiscents 
1-apophy...
myéloschisis (rachischisis): La gouttière neurale y est exposée à la 
surface de la peau, sans être recouverte ni d'un rev...
Mesure préventive Mesure corrective 
prise d’acide folique 
par la maman 
Supplémentation 
périconceptionnelle 
d'acide fo...
Holoprosencéphalie
Définition
Interruption du processus de clivage et d’évagination 
la cavité télencéphalique reste unique. 
Développement perturbé 
re...
Prévalence
Etiologie de l’HPE 
Facteurs 
environne 
mentaux 
Anomalies 
chromosomi 
ques 
non 
chromosomi 
que, non 
syndromique
Facteurs 
environnementaux 
• Diabète insulino-dépendant maternel ( 1 à 2 % ) 
• Alcoolisme cumulé au tabagisme (à la 3° 
...
Anomalies 
de nombre 
• Trisomie 13 
• Trisomie 18 
• Triploïdie 
Anomalies 
de 
structure 
• Délétions 
• Duplications 
A...
T 18
Non chromosomique, non 
syndromique
Pathologies associées 
• Neurologiques ( épilepsie, retard mental, spasticité) 
• Endocriniennes ( diabète insipide, dysfo...
Anomalies de la face 
associées aux HPE 
Aller d’une cyclopie un simple 
hypotélorisme ou une incisive médiane unique 
• 8...
• Cyclopie, proboscis 
• Ethmocéphalie 
• Cébocéphalie 
• Arhinencéphalie 
• Fente labiopalatine médiane 
• Fente labiopal...
Exemple d’anomalies de face 
Cyclopie
Astomia agnathia
Classification 
Selon DEMYER 
et ZEMAN
HPE alobaire 
• Forme la plus grave 
• Défaut de clivage est complet 
• Cerveau est de petite taille 
• Cavité ventriculai...
Coupe coronal qui 
montre l’absence 
d’individualisation des 
hémisphères 
Vue d’un cerveau de 
patient atteint d’HEP
HPE semi-lobaire 
• Agénésie du corps calleux nerfs optiques 
souvent fusionnés en un nerf unique ou 
présents 
• Tractus ...
Coupe coronal d’un cerveau de 
patient atteint d’HPE semi-lobaire
HPE lobaire 
• Sillon interhémisphérique dorsal présent : les 
hémisphères sont séparés 
• Faux du cerveau est complète 
•...
Cerveau d’HPE 
(forme carré) 
Coupe coronal d’un 
cerveau d’HPE 
Cerveau d’HPE 
(forme carré) 
IEM Coupe coronal 
d’un cer...
1 
Diagnostic 
• Echographie DAN 
Si + 
• IRM foetale 
pour 
• confirmation
Hydrocéphalie
Définition 
• hydrocéphalie = eau dans le cerveau 
• une distension progressive des espaces 
anatomiques intracrâniens où ...
Les catégories de l’hydrocéphalie 
• Hydrocéphalie non-communicante 
• Obstruction à un endroit quelconque du cerveau (frq...
Causes 
• Hydrocéphalie : malformation congénitale * 
• Causes génétique: 
• Transmission récessive autosomique ou liée à ...
RAPPEL ANATOMIQUE
Organogénèse de l’encéphale 
stade à 5 vésicules
Les ventricules
Les ventricules (IRM) 
1 Ventricule 
latéral 
2 Foramen 
interventriculaire 
3 3éme ventricule 
4 Aqueduc du 
mésencéphale...
Les orifices de communication des ventricules
Les plexus choroïdes
La circulation du LCR
RAPPEL PHYSIOLOGIQUE
La Sécrétion du LCS 
60% LCR: Plexus Choroïdes 
40% LCR: l’ensemble de surface 
cérébrale 
Renouvelé toutes les 7h 
 600m...
La Circulation du LCR 
Le flux net global Les flux pulsatiles 
le produit de la sécrétion du LCS 
Volume du FNG= volume du...
La Résorption du LCR 
o Granulations arachnoïdiennes 
de Pacchioni (principalement) 
o Parois des cavités 
ventriculaires,...
LA PHYSIOPATHOLOGIE
Physiopathologie 
• L’hydrocéphalie est la conséquence d’un trouble 
de la circulation du LCS dans lequel trois 
mécanisme...
Anomalie de la sécrétion 
Stabilité de la sécrétion du LCS 
# 
Tumeurs des plexus choroïdes (papillomes) 
Hyperproduction ...
Anomalie de circulation 
hydrocéphalies obstructives (H non communicante) 
Le blocage se produit le plus souvent au niveau...
Obstruction un ou 2 trou de Monro 
Sténoses au niveau de l’aqueduc du Sylvius 
Obstruction de la 4éme ventricule 
Blocage ...
Troubles de la résorption 
Obstruction ou la destruction des 
villosités arachnoïdiennes 
Thrombose d’un ou plusieurs sinu...
DIAGNOSTIC
Échographie 
• La surveillance échographique systématique de toute 
grossesse rend actuellement possible le dépistage 
pré...
Échographie 
étude morphologique
Échographie 
le diamètre bipariétal 
Le diagnostic anténatal d’hydrocéphalie se fait sur la mesure du 
diamètre bipariétal...
Échographie 
les paramètres biométriques 
Largeur 
transversale du 
ventricule latéral 
appréciation la croissance différe...
l’imagerie par résonnance magnétique 
L’IRM permet une bonne visualisation des différentes 
structures de l’encéphale foet...
TRAITEMENT
La conduite à tenir thérapeutique 
• Si Malformations associées: interruption de grossesse 
• Si pas de malformations asso...
Lissencéphalie 
• Définition 
• Rappel anatomique du 
développement cortical normal 
• Etiologie 
• Classification 
• Sémi...
Définition 
Lissencéphalie 
Malformation du développement 
cortical caractérisée par une 
anomalie de l’apparence des 
cir...
Rappel anatomique et physiologique 
du développement cortical normal
Cortex cérébral 
• Substance grise 
• 2-3 mm d’épaisseur 
• surface totale = environ 
1400 cm2 
• plissé en de nombreuses ...
sillons
• Substance grise 
• 2-3 mm d’épaisseur 
• surface totale = environ 
1400 cm2 
• plissé en de nombreuses 
circonvolutions ...
La gyration corticale 
La formation des six couches 
du cortex cérébral
Fin du 2ème mois 
Début du 2ème 
mois 
3ème mois 
7ème mois 
Gyration corticale
Gestational age at imaging 
(weeks) 
Gyration corticale 
Magnetic Resonance 
Imaging
16ème semaine 
gestationnelle 
20/21ème semaine 
Scissure de gestationnelle 
Rolando 
18ème semaine 
gestationnelle 
Sciss...
La formation des six couches 
du cortex cérébral 
La migration neuronale
Migration neuronale 
Coupe frontale du cerveau 
embryonnaire
Migration neuronale 
Etapes de la migration neuronale 
1. extension du pôle de croissance, 
2. nucléokinèse, 
3. rétractio...
Migration neuronale 
Modalités de migration neuronale 
Migration radiale 
des neurones 
pyramidaux 
Migration 
tangentiell...
Migration neuronale
fibres d’association + 
cellules horizontales de 
Cajal 
Migration neuronale
Petites cellules 
granulaires compactes 
Migration neuronale
neurones pyramidaux 
de petite taille 
Migration neuronale
Petites cellules 
granulaires 
compactes 
Migration neuronale
Neurones 
pyramidaux de 
grande taille 
Migration neuronale
Neurones 
polymorphes 
Migration neuronale
Quels sont les facteurs à l’origine du 
développement cortical normal ? 
Facteurs génétiques
Anomalie génétique 
venant de l’un ou des 
deux parents (mutation 
du chromosome X) 
Anomalie génétique 
apparaissant 
sou...
Classification de la 
lissencéphalie
La lissencéphalie classique (de type 1) 
• Pathologie génétique rare caractérisée par un 
épaississement du cortex avec un...
Sémiologie
Sémiologie 
Cerveau lissencéphalique Cerveau normal
Agyrie 
Pachygyrie 
Circonvolutions 
complètement absentes 
Circonvolutions simplifiées 
Sémiologie
Aspect morphologique 
Dysmorphie faciale typique 
 rétrécissement bitemporal 
 nez petit 
 Lèvres fines 
Sémiologie
Sémiologie
Sémiologie
À la naissance: 
Autres symptômes 
• hypotonie marquée, 
• difficultés alimentaires, 
• troubles de motricité, 
• appariti...
Décès 
Sémiologie 
• Le décès survient le plus souvent dans un contexte de 
surinfection respiratoire ou de mal convulsif....
Diagnostic 
• L’imagerie à résonance magnétique est indispensable pour 
établir un diagnostic précis et pour conseiller le...
Physiopathologie
Défaillance génétique 
Incapacité des neurones post mitotiques à atteindre la plaque 
corticale du cortex cérébral. 
Défau...
Gènes impliqués 
Lis1 
Lissence-phaly1 
60% 
DCX 
Double 
cortin 
ARX 
Aristaless-related 
homeobox 
RELN 
Reelin 
TUBA1A ...
Gènes impliqués 
Xq22.3-q23 
Lis1 
Lissence-phaly1 
60% 
DCX 
Double 
cortin 
ARX 
Aristaless-related 
homeobox 
RELN 
Ree...
Gènes impliqués 
X21.3 
Lis1 
Lissence-phaly1 
60% 
DCX 
Double 
cortin 
ARX 
Aristaless-related 
homeobox 
RELN 
Reelin 
...
Gènes impliqués 
7q22.1 
Lis1 
Lissence-phaly1 
60% 
DCX 
Double 
cortin 
ARX 
Aristaless-related 
homeobox 
RELN 
Reelin ...
Gènes impliqués 
12q13.12 
Lis1 
Lissence-phaly1 
60% 
DCX 
Double 
cortin 
ARX 
Aristaless-related 
homeobox 
RELN 
Reeli...
Rôles de Lis1 et DCX 
Etendre et rétracter les multiples processus des neurones pendant leur 
migration 
Accélération de l...
Rôles de TUBAI1 
Code pour la tubuline α des microtubules indispensable aux 
mouvements cellulaires 
Assure l’interaction ...
Lis1 et DC = régulateurs de la 
fonction des microtubules dans 
les 
neurones 
TUBA1A = composant du 
microtubule 
(dimère...
Rôles de ARX 
Prolifération des précurseurs neuronaux 
Accélération de la migration tangentielle et radiale des 
neurones ...
Rôles de RELN 
Glycoprotéine secrétée par les cellules de Cajal présentes au niveau de 
la surface du cortex cérébral. 
Po...
II 
III 
IV 
Cortex à 4-couches caractéristiques 
I : couche moléculaire 
II : couches V et VI du cortex normal 
III: couc...
Traitement et dépistage 
• Approche multidisciplinaire pour répondre à la fois aux 
aspects médicaux et psychosociaux de l...
Références 
• A. Verloes, M. Elmaleh, M. Gonzales, A. Laquerrière, P. Gressens, (2007): 
Lissencéphalies : aspects cliniqu...
• Nathalie Boëls 2006. L’hydrocéphalie: Grandir et vivre avec une 
dérivation. Éditions du CHU Sainte-Justine 
file:///C:/...
• Distribution of Alleles of the Methylenetetrahydrofolate Reductase 
(MTHFR) C677T Gene Polymorphism in Familial Spina Bi...
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Les malformations congénitales du système nerveux central
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les malformations congénitales du système nerveux central

7 197 vues

Publié le

Les malformations congénitales du système nerveux central

Publié dans : Sciences
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 197
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
24
Actions
Partages
0
Téléchargements
76
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Agénésie
  • extrémité céphalique
    extrémité caudale Les malformations de la moelle et des racines nerveuses lombaires et sacrées :

  • la malformation met à nu la moelle épinière et les racines nerveuses
  • Cette malformation se produit pendant les quatre premières semaines de grossesse -> difficilement détectable à ce stade

    AFPSM qui montre déjà à ce stade une élévation de de 75 % à 80 % par rapport à la normale
  • coupe sagittale du fœtus avec spina bifida lombo-sacrée.
  • Vue Antéro-postérieur montre spina bifida occulta sur le segment S1 associée à un L5 SP allongée
  • Citer les diff entre les deux types et expliquer la ressemblance externe entre les deux
    , plus rarement dans la région cervicale, exceptionnellement au niveau dorsal
  • Anticonvulsivant : médicaments utilisés pour la prévention ou l'occurrence de l'épilepsie
  • L'homocystéine est un acide aminé non protéinogène soufré résultant du catabolisme de la méthionine ou de la cystathionine. http://fr.wikipedia.org/wiki/Homocyst%C3%A9ine MTHFR, cofact : vita B9: petite quantité ->activité enz réduite -> PAS de disstruction de l’homocyst
  • Suivant le degré de déhiscence des arcs vertébraux et en fonction des structures impliquées, on distingue différents types de spina bifida, dont les conséquences cliniques peuvent être insignifiantes, sévères, voire fatale
  • La spina bifida occulta est une pathologie très fréquente qui est souvent découverte de manière fortuite lors d'un examen radiologique ou lors d'un examen du dos. Cette affection est en général asymptomatique,
  • http://www.embryology.ch/francais/hdisqueembry/patholdisque02.html Illustration schématique d'une spina bifida occulta. Les méninges et la moelle épinière sont ici à leur place, la seule manifestation visible étant une touffe de poils dans la région lombaire.
  • Représentation schématique d'une méningocèle. La moelle est située à sa place, seul une poche remplie de liquide cérébrospinal délimitée par la dure-mère fait protrusion sous la peau.
  • Fig. 31; Fig. 31a Représentation schématique d'une myéloméningocèle. La moelle fait protrusion à la surface à travers le déficit osseux et n'est en général recouverte que par une mince couche de peau.
    Lors de myéloméningocèle, les méninges, et la moelle (myelon) qui font protrusion au travers des arcs vertébraux déhiscents. Ces structures alors sont visibles sous la peau sous la forme d'une voussure, il arrive que le revêtement cutané soit déficient, voire totalement absent. Le canal central de la moelle est parfois distendu, on parle alors de myéloméningocystocèle.

  • est la forme la plus grave de la spina bifida aperta
  • La forme la moins grave et la plus commune du Spina Bifida, causant rarement des infirmités, est la sb occulta
  • Sagittal, T1-weighted magnetic resonance imaging (MRI) scan of a child after closure of his myelomeningocele. Child is aged 7 years. Note the spinal cord ends in the sacral region far below the normal level of T12-L1. It is tethered at the point at which the neural placode was attached to the skin defect during gestation. The MRI scan showed dorsal tethering, and the child complained of back pain and had a new foot deformity on examination. By definition, all children with a myelomeningocele have a tethered cord on MRI, but only about 20% of children require an operation to untether the spinal cord during their first decade of life, during their rapid growth spurts. Thus, the MRI scan must be placed in context of a history and examination consistent with mechanical tethering and a resultant neurologic deterioration.
  • plusieurs gènes ont été formellement impliqués dans l’HPE isolée depuis 1996
  • les principales pathologies associées sont:
  • On trouve également des anomalies de face qui sont associées a l’HPE
    Une dysmorphie faciale accompagne généralement la malformation cérébrale
  • atrésie de la mâchoire / absence de la bouche / rotation des oreilles au dessous des yeux
  • En fonction du degré d'individualisation des hémisphères cérébraux, trois formes anatomiques de l'HPE ont été décrites par Demyer et Zeman: alobaire, semi-lobaire et lobaire [2]. Les deux premières formes sont de très mauvais pronostic justifiant ainsi une interruption médicale précoce de la grossesse [2, 4, 5].
  • Une poche liquidienne dite ”sac dorsal”, de taille variable, communiquant largement avec la cavité ventriculaire
  • Signes d’appel écho :
    •Désorganisation des structures cérébrales / Kyste (sac dorsal) / Communication des VL / Ligne médiane non vue / Corps calleux épais dans sa portion antérieure
  • On distingue principalement deux catégories d'hydrocéphalie selon la raison de l'accumulation de LCR:

    Hydrocéphalie causée
  • Les ventricules latéraux correspondent à des dilatations paires et symétriques des cavités épendymaires du télencéphale. (forme en croissant)
    Le troisième ventricule : Le V3 est une dilatation de la cavité épendymaire diencéphalique.
    Le quatrième ventricule :C'est une dilatation du canal central au niveau du métencéphale et du myélencéphale.
    Dés la fermeture du tube neural, le future système nerveux central se compose d’un mince manteau cellulaire recouvrant une volumineuse cavité liquidienne, ébauche des futures ventricules. Ce stade d’ « hydrocéphalie physiologique » rend compte de la difficulté d’interprétation des données échographiques au cours des premiers mois gestationnels.
    C’est la croissance cérébrale, en augmentant l’épaisseur de ce manteau, qui va réduire progressivement la taille des ventricules au cours de la vie intra-utérine.


  • A-les ventricules latéraux :
    Ce sont des cavités épendymaires du télencéphale, au nombre de deux, situés à l’intérieur des hémisphères cérébraux, de profil ils ont la forme d’un fer à cheval ouvert en avant et en bas avec un prolongement postérieur.
    Ils présentent à décrire :
    · un corps ventriculaire
    · prolongement antérieur et supérieur : corne frontale
    · prolongement antérieur et inférieur : corne temporale
    · prolongement postérieur : corne occipitale
    · et carrefour ventriculaire unissant les trois cornes
    Les ventricules latéraux communiquent avec le troisième ventricule par le trou de Monro.
    b- Troisième ventricule :
    Impair et médian, c’est une cavité épendymaire de diencéphale qui apparaît sur les clichés de profil sous forme d’un rectangle allongé avec deux parois latéraux, une paroi antérieure, une paroi supérieure ou toit, une paroi inférieure ou plancher, et un sommet inférieur.
    L’aqueduc de Sylvius fait communiquer le 3éme ventricule avec le 4éme ventricule, c’est un canal de 15 mm de long.
    c- Quatrième ventricule :
    C’est une dilatation du canal épendymaire, visible seulement sur les clichés de profil sous l’aspect d’une image triangulaire effilée à base antérieure bulbo-protubérantielle presque verticale et à sommet postérieur cérébelleux et ayant des ouvertures latérales : ce sont les trous de Magendie et de Luschka.
  •  
    Les ventricules communiquent par des orifices le trou de monroe entre les VL et le V3, l’aqueduc de sylvius entre la V3 et V4, et les trou de magendie et le trou de lushka entre la V4 et le canal de l’épendyme
  • C- Plexus choroïdes: Ils existent au niveau des parois latérales des ventricules latéraux et le toit du 3éme ventricule et du 4ème ventricule. Ce sont des cordons rougeâtres et granuleux revêtus par l’épithélium épendymaire et constitué par des villosités formées d’une anse vasculaire située dans un stroma conjonctival
  • La sécrétion du LCS débute avec l’apparition des plexus choroïdes, au stade embryonnaire 18 (43-44 jour) au niveau du quatrième ventricule, au stade 19 (49-50°jour) dans les ventricules latéraux. Cette sécrétion rythmée par les pulsations artérielles va induire la circulation du LCS d’abord dans les cavités ventriculaires, puis après ouverture passive ou active du trou de Magendie, le LCS va disséquer et ouvrir progressivement les espaces sous arachnoïdiennes, le liquide circule également dans le canal centromédullaire, physiologiquement perméable jusqu’à la naissance (où il mesure 0,10mm).
    Son occlusion se réalise durant les deux premières années de vie.
    Globalement le Système ventriculaire est un réservoir de LCS qui est secrété par les plexus choroïdes de tous les ventricules.
    - le 3ème Ventricule avec sa forme en entonnoir aplati fonctionne comme une pompe à LCS synchronisé avec la pompe cardiaque.
    À chaque systole, la pression intracrânienne augmente et le V3 se comprime en chassant le LCS vers le V4.
    au cours de la diastole la pression intracrânienne diminue et le V3 se dilate pour recevoir le LCS des VL.
    Le LCS produit passe des ventricules latéraux vers le 3éme ventricule par les trous de Monro puis vers le 4éme ventricule par l’aqueduc de Sylvius. A ce secteur intraventriculaire se juxtapose un autre péri cérébral et péri médullaire (citernes, espaces sous arachnoïdiens).
    Les deux secteurs communiquent par les trous de Luschka et Magendie situés au niveau du 4éme ventricule.

  • Le LCS est secrété essentiellement au niveau des plexus choroïdes à raison de 60%, et pour les 40% restant, l’ensemble de surface cérébrale à partir de l’espace liquidien interstitiel, les vaisseaux sanguins des espaces sous-arachnoïdiens et l’épendyme ventriculaire, en assure la sécrétion.
    Ce volume a été évalué à :
    600ml/j soit 0.4ml/min chez l’adulte,
    200ml/j soit 0.1ml/min chez nourrisson
    0.3ml/j chez l’enfant.
    Le LCS est renouvelé environ toutes les 7 heures, soit entre 3 et 4 fois par jour.
  • Il existe deux sorte de flux du LCS qui agissent simultanément et en permanence :
    Le flux net global : qui est le produit de la sécrétion du LCS, égal en situation d’équilibre au volume du LCS résorbé. Ce volume a été évalué à 600 ml par jour soit 4ml par minute ce qui est extrêmement faible par rapport au flux sanguin cérébral global qui est d’environ 700 ml par minute.
    Les flux pulsatiles: résultent des modifications du volume sanguin cérébral encéphalique entre les stades de systole et diastole. Cette pulsation vasculaire s’exerçant dans une cavité crânienne rigide, repousse le LCS encéphalique vers le sac dural plus extensible.
  • C’est un phénomène passif qui obéit au gradient de pression entre l’espace sous arachnoïdien et le sinus.
    les granulations de Pacchioni. Ce sont des hernies de l’arachnoïde dans les sinus veineux agissent comme des soupapes
  • Au niveau des ventricules latéraux et 3éme ventricule :
    Le blocage est en règle tumoral, par lésion intraventriculaire obstruant un ou les deux trous de Monro (kyste colloïde).
    Au niveau de l’aqueduc de Sylvius :
    Ce sont avant tout des sténoses congénitales isolées, ou associées dans un cadre pluri malformatif. Jamais complètes, elles sont la conséquence de rétrécissements de diaphragmes ou de multicanaux rétrécis sur le trajet de l’aqueduc. Ces sténoses peuvent également résulter de gliomes périaqueducaux ou pinéalomes.
    Au niveau du 4éme ventricule :
    Il peut être obstrué par une tumeur siégeant dans la lumière (médulloblastome, épendymome), ou par une tumeur névraxique dont l’expansion vient combler la lumière ventriculaire (tumeur du tronc cérébral).
    au niveau de la sortie de la filière ventriculaire :
    Le plus souvent bloquée par une malformation : imperforation du trou de Magendie, anomalie de la charnière osseuse (malformation ou syndrome de Chiari, de Dandy Walker, Kyste arachnoïdien).
    Au niveau des espaces sous arachnoïdiens :
    L’obstacle réalise une hydrocéphalie communicante. L’obstacle peut se situer en
    un point quelconque des espaces péricérébraux, notamment des citernes de la base
    (par arachnoïdite). Cette entrave à la circulation périphérique du LCS rend insuffisante la résorption au niveau des sinus veineux et elle est responsable de la dilatation ventriculaire par accumulation du LCS en amont.
  • L’obstruction ou la destruction des villosités arachnoïdiennes résulte d’hémorragies méningées ou de méningites purulentes.
    Une augmentation du régime de pression intraveineuse peut inverser le gradient LCS/sang veineux : ce peut être la thrombose d’un ou plusieurs sinus, une malformation de l’ampoule de Galien (laquelle peut en outre obstruer le 3° ventricule), une compression des sinus latéraux dans les trous déchirés postérieurs.
  • axe traverse la ligne médiane du cerveau au niveau du toit du 3ème ventricule (V3).
  •  Mesurée sur une coupe axiale stricte (la coupe des carrefours ventriculaires).
  • Même si l’échographie reste la technique de référence pour étudier le développement fœtal normal et pathologique, l’IRM fœtale voit progressivement ses indications s’élargir grâce aux séquences rapides, permettant de réduire les artefacts de mouvements avec des images de meilleure qualité
  • Dérivation: drainage hors du cerveau l'excès de liquide et le dirige dans une autre partie du corps. La plupart des dérivations employées actuellement drainent le liquide à l'intérieur de la cavité abdominale (cavité péritonéale) où l'estomac et les intestins sont situés.
  • Nous allons commencer d’abord par voir le développement cortical normal avant d’entamer la physiopathologie de la lissencéphalie.
  • Etant donné que la lissencéphalie touche essentiellement le cortex cérébral, il serait logique de commencer par quelques rappels concernant l’anatomie du cortex
  • En effet, si nous regardons de plus près nous pouvons observer au niveau des circonvolutions des dépressions qui vont constituer les sillons et qui sont séparés par des gyris.
  • Deux processus sont affectés lors de la lissencéphalie:
  • Tout d’abord, la gyration corticale. C’est un processus qui commence dès le troisième mois vers environ la 12ème semaine.
  • Cette image représente différentes vues et coupes en imagerie par résonnance magnétique du cerveau lors de son développement embryologique. Nous pouvons constater l’accroissement des nombres de cironvolutions à l’état normal entre la 24ème (4ème mois) semaine gestationnelle et la 40 ème (9ème mois)
  • Les scissures primaires.
    La scissure de sylvius est toujours constante même en cas de lissencéphalie.
  • C’est un processus complexe régis par un mécanisme génétique.
  • Lors du développement embryonnaire, les neurones migrent le long des fibres gliales depuis la zone ventriculaire située comme son nom l’indique près du ventricule vers la plaque corticale qui représente le future cortex cérébral.
    Les neurones générés dans la zone germinale du cortex migrent radialement.
    Ils migrent le long de fibres appelées glie radiaire.
    Cette glie radiaire est composée des progéniteurs de la zone ventriculaire qui
    présentent une extension cellulaire liée à la surface piale
  • 1- Extension d’une projection cellulaire appelée front de migration (leading edge), qui explore le
    microenvironnement.
    Elle mobilise les filaments d’actine nécessaires à la formation des filopodes et lamellipodes; ceux-ci
    sont essentiels à l’initiation de la motilité; mobilisation également des microtubules (MT)

    2- Elle débute avec la stabilisation du « leading process », Le
    centrosome qui est positionné devant le Noyau, se déplace dans le neurite, tout de suite suivi de la
    translocation du noyau. Ce processus dépend de la dynamique des MT qui, à partir du centrosome,
    enveloppe le noyau dans une « cage », où elles exercent une force de traction qui tire le noyau vers le
    centrosome.

    3-
  • les neurones pyramidaux (glutaminergiques qui représentent 80% des neurones du cortex), migrent de façon radiaire depuis leur site de production au sein de la zone germinative jusqu’au cortex, guidés par les cellules ou fibres gliales radiaires qui s’étendent de la surface ventriculaire à la membrane piale
    La plupart des interneurones GABAergiques (20% des neurones du cortex) sont issus de l’éminence ganglionnaire (et non de la zone germinative périventriculaire) et adoptent une trajectoire migratoire tangentiel indépendante de la glie radiaire
  • Quatre phénomènes peuvent être à l’origine d’une lissencéphalie
  • Selon les causes que nous venons de voir, il existe plusieurs types de lissencéphalie.
  • FLAIR : séquence de type T2 avec suppression du signal du LCR qui apparaît en hyposignal.
    pour l’IRM : hyposignal = noir, hypersignal = blanc.
    T1 et T2 : T1 = LCR en hyposignal, T2 LCR en hypersignal.
    Aspect IRM caractéristique:
    Substance blanche réduite et cortex épais avec absence d’inter digitations
    Vallée sylvienne ouverte (immature)
  • Déficit intellectuel: toujours profond dans les agyries, modéré à profond lorsque l’architecture corticale est mieux préservée. Habituellement, les patients ne dépassent pas les performances d’un nourrisson de 6 mois :
    contact visuel très pauvre,
    langage est absent,
    la préhension manuelle n’est pas acquise,
    les malades n’acquièrent jamais la position assise.
    régression secondaire possible surtout en cas d’épilepsie intraitable.
  • Arrêt de la migration neuronale survenant entre la 9e et la 13e semaine de la grossesse
  • Identification of various gene mutations has not only given us greater insight into some of the pathophysiologic basis of MCD, but also an understanding of the processes involved in normal cortical development.

    Les anomalies du gène PAFAH1b1, qui code la protéine LIS1
    PAFAH1b1, localisé en 17p13.3,
    Le gène DCX, porté par le chromosome X, e
    Le gène DCX code pour la double cortine (ou DCX),
    The ARX gene is located on the short (p) arm of the X chromosome at position 21.3.
    RELN  7q22.1
    TUBA1A: 12q13.12  
  • Sa mutation peut aussi être impliqué dans l’hydrocéphalie, l’épilepsie, l’autisme et le retard mental.
  • Mis à part le contrôle des crises épileptiques, la gestion de ces patients nécessite une….
    Etant donnée que la base génétique de nombre de ces troubles ont été identifiés, ….
    L’identification des gènes impliqués dans les lissencéphalies a fait grandement progresser les connaissances sur la physiologie et la biologie cellulaire du développement cortical en général et de la migration neuronale en particulier.

  • Les malformations congénitales du système nerveux central

    1. 1. LES MALFORMATIONS CONGÉNITALES DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL Élaboré par: A.Lguensat Z.Boudjafad Z.Omari H.Ait Belcaid Module: neuroanatomie Présenté à: Pr S.BaMhamad
    2. 2. Plan Définition générale des malformations congénitales de SNC Rappel Embryologique Les malformations traitées • Spinabifida • holoprosencéphalie • Hydrocéphalie • Lissencéphalie
    3. 3. Définition générale Une malformation anomalie irréversible de la conformation d’un tissu, d’un organe ou d’une partie plus étendue de l’organisme, résultant d’un trouble intrinsèque du développement. Les malformations sont souvent qualifiées de congénitales ou constitutionnelles car elles sont présentes à la naissance.
    4. 4. Rappel embryologique
    5. 5. Anomalies qui touchent l’encépahle Anomalies qui touchent la moelle épinière Le système nerveux central Le spinabifida L’hydroencéphalie La lissencéphalie L’Holopresencéphalie
    6. 6. La spinabifida Le Spinabifida • Définition • Rappel anatomique • Classification • Sémiologie • Diagnostic • Etiologie • Physiopathologie • Traitement
    7. 7. Définition Le spinabifida C’est une maladie congénitale : Agénésie, partielle ou complète, de l'arc neural d'une ou de plusieurs vertèbres parfois associée à des anomalies des méninges ou de la moelle épinière.
    8. 8. Liée à l’absence de fermeture du tube neural  Se produit au 28ème jour de la vie embryonnaire. entraîne de graves malformations du système nerveux à ses deux extrémités: •Hydrocéphalie •Dysgénésie du corps calleux •Malformation d’Arnold-Chiari Extrémité caudale le spinabifida Extrémité céphalique
    9. 9. Vertèbres cervical thoracique lombaire sacrum coccyx • 33 vertebres chez l’humain • 7 cervicaux • 12 thoraciques • 5 lombaires • 5 fusionnes = sacrum • 4 fusionnes = coccyx Le spinabifida touche cette région Rappel anatomique
    10. 10. LCR Moelle épinière Dure mère Apophyse épineuse
    11. 11. • Une hétérogénéité existe au sein du groupe de spina bifida (Holmes et al, 76;. Hall et al, 88;. Park et al, 92;. Shaw et al., 94)
    12. 12. • Critère:  le degré de déhiscence des arcs vertébraux et des structures impliquées Le spinabifida (SB) SB aperta (apparente) méningocèle myéloméningocèle avec ou sans kyste SB occulta (cachée) myéloschisis ou rachichisis ClaCslsasifsicifiactaitoionn
    13. 13. Sémiologie La spinabifida occulta • une touffe de cheveux ou une fossette dans la peau, au niveau de l'extrémité inférieure de la colonne vertébrale • Atteinte vertébrale isolée sans aucune manifestation neurologique ou orthopédique Aspect externe de la SB occuta
    14. 14. La spinabifida aperta • Ouverture dorsale postérieur des vertèbres • Une poche au niveau cutané contenant les méninges (méningoceole) Ou associé à la moelle (myéloménigoceole)
    15. 15. Diagnostique Prénatal Postnatal De la SB occuta De la SB aperta
    16. 16. Diagnostic prénatal Anomalie détectable à partir : de la 15e semaine grâce au dosage du taux d'alpha-foetoprotéine sérique maternelle (AFPSM) Dès la 16e semaine grâce à l'échographie.
    17. 17. coupe sagittale du foetus avec spina bifida lombo-sacrée.
    18. 18. Diagnostique postnatal de: La spinabifida occulta La spinabifida aperta
    19. 19. • La spinabifida occulta échographie ou imagerie par résonance magnétique (IRM), qui révéleront la taille et la localisation des lésions de la colonne vertébrale
    20. 20. • La spinabifida aperta : tuméfaction de volume variable, implantée plus ou moins largement sur la ligne médiane, habituellement dans la région lombo-sacrée. revêtement cutané : soit complet soit incomplet Méningocoéle Myéloméningocoéle Vue d’en haut Vue de profil
    21. 21. Etiologie • La cause est inconnue, mais il est considéré comme un caractère multifactoriel ; des facteurs génétiques et environnementaux contribuent à la cause [Nora et Fraser, 1981].
    22. 22. Les principales causes trouvées Endogène: génétique Exogène : carence vitaminique
    23. 23. Carence vitaminique La mise en évidence du rôle de l'acide folique important dans la SB et MTN: L'administration de l'antagoniste de l'acide folique: aminoptérine, chez la femme enceinte a entraîné chez les foetus MTN [Thiersch 1952],[Hendel et al, 1984] le carbamazépine et l'acide valproïque : deux des anticonvulsivants qui interfèrent avec le métabolisme des folates, peut induire SB chez les enfants de mères qui les prennent au premier trimestre [Rosa, 1991; Ardinger et al., 1988]. Principal acteur : l’acide folique
    24. 24. Une concentration significativement élevée d'homocystéine dans le sang chez les mères donnant naissance à des enfants avec MTN par rapport aux mères qui donnent naissance à des enfants normaux suggère un rôle pour la méthionine synthase ou méthylènetétrahydrofolate réductase (MTHFR) dans la genèse du SB [Schorah et al., 1993; Mills et al., 1995]. carence vitaminique Carence en acide folique (cofacteur) Activité de MTHFR réduite Accumulation de l’homocysteine Apparition du SB
    25. 25. Causes génétiques Gène MTHFR muté (conversion d’alanine à la valine) Enzyme MTHFR termolabile Activité enzymatique réduite Accumulation d’homocystéine [Frosst et al. , 1995; van der Put et al., 1995] spinabifida
    26. 26. • Le point commun de tous les types de spina bifida est l'absence de fusion des arcs vertébraux. • On distingue principalement : La spinabifida (SB) SB aperta méningocèle myéloméningocèle avec ou sans kyste SB occulta myéloschisis ou rachichisis Physiopathologie
    27. 27. • Spina bifida occulta : une altération des structures osseuses lors de la fusion des arcs vertébraux, sans participation de la moelle épinière et des méninges.  Le revêtement cutané est intact, cependant, une touffe de poils recouvre parfois l'endroit de la lésion osseuse.
    28. 28. 1 - apophyse épineuse 2- moelle épinière 3 - touffe de poils 4- peau 5- dure mère 1- arc vertébral 2- moelle épinière 3- touffe de poils 4- peau 5- dure mère
    29. 29. • Spina bifida aperta Se caractérise par : des malformations au niveau des méninges et/ ou de la moelle épinière. Le revêtement cutané peut être intact ou peut également manquer.
    30. 30. La forme la moins grave est la méningocèle : les méninges font protrusion au travers des arcs vertébraux déhiscents et se situent ainsi sous la peau. 1-apophyse épineuse 2-moelle épinière 3-peau généralement intacte recouvrant la méningocèle 4-méningocèle avec LCR 5-dure-mère 1-arc vertébral 2-moelle épinière 3-peau généralement intacte recouvrant la méningocèle 4-méningocèle avec LCR 5- dure-mère
    31. 31. myéloméningocèle, les méninges, et la moelle (myelon) font protrusion au travers des arcs vertébraux déhiscents 1-apophyse épineuse 2-canal central de la moelle 3-peau (présence aléatoire) recouvrant la malformation du tube neural 4-moelle 5-dure-mère 1-arc vertébral 2-canal central de la moelle 3-peau (présence aléatoire) recouvrant la malformation du tube neural 4-moelle 5-dure-mère
    32. 32. myéloschisis (rachischisis): La gouttière neurale y est exposée à la surface de la peau, sans être recouverte ni d'un revêtement méningé, ni de peau. 1-apophyse épineuse 2-moelle 3-dure-mère 4-peau jusqu'au déficit du tube neural 1- arc vertébral 2-moelle 3-dure-mère 4-peau jusqu'au déficit du tube neural
    33. 33. Mesure préventive Mesure corrective prise d’acide folique par la maman Supplémentation périconceptionnelle d'acide folique a réduit la récurrence et l'occurrence des malformations du tube neural [Wald et al., 1991; Czeizel et Duda's, 1992] par plus de 70% [Brown et al., 1997]. intervention chirurgicale interventions chirurgicales nécessaires dès la naissance pour réduire les risques d’infection de la lésion et d’aggravation de l’état Traitement
    34. 34. Holoprosencéphalie
    35. 35. Définition
    36. 36. Interruption du processus de clivage et d’évagination la cavité télencéphalique reste unique. Développement perturbé responsable des anomalie faciales associées
    37. 37. Prévalence
    38. 38. Etiologie de l’HPE Facteurs environne mentaux Anomalies chromosomi ques non chromosomi que, non syndromique
    39. 39. Facteurs environnementaux • Diabète insulino-dépendant maternel ( 1 à 2 % ) • Alcoolisme cumulé au tabagisme (à la 3° semaine de grossesse ) • Acide rétinoïque ( 20% de syndrômes malformatifs ) • Exposition aux radiations • Infections ( toxoplasmose, syphilis, rubéole ) ...
    40. 40. Anomalies de nombre • Trisomie 13 • Trisomie 18 • Triploïdie Anomalies de structure • Délétions • Duplications Anomalies chromosomiques
    41. 41. T 18
    42. 42. Non chromosomique, non syndromique
    43. 43. Pathologies associées • Neurologiques ( épilepsie, retard mental, spasticité) • Endocriniennes ( diabète insipide, dysfonctions hypothalamo-hypophysaires... ) • Dérèglements thermiques
    44. 44. Anomalies de la face associées aux HPE Aller d’une cyclopie un simple hypotélorisme ou une incisive médiane unique • 80% des cas, leur sévérité est corrélée à l’atteinte Cérébrale • 17% ont une face normale
    45. 45. • Cyclopie, proboscis • Ethmocéphalie • Cébocéphalie • Arhinencéphalie • Fente labiopalatine médiane • Fente labiopalatine bilatérale médiane • Astomi agnathia • Dysmorphie faciale atténuée
    46. 46. Exemple d’anomalies de face Cyclopie
    47. 47. Astomia agnathia
    48. 48. Classification Selon DEMYER et ZEMAN
    49. 49. HPE alobaire • Forme la plus grave • Défaut de clivage est complet • Cerveau est de petite taille • Cavité ventriculaire unique (représentant le troisième ventricule et les ventricules latéraux) bordée en avant par un parenchyme cérébral en forme de fer à cheval • Poche liquidienne dite ”sac dorsal” • Noyaux gris centraux sont fusionnés sur la ligne médiane • Tronc cérébral, le quatrième ventricule, le cervelet sont présents, normaux ou hypoplasiques et malformés (kyste)
    50. 50. Coupe coronal qui montre l’absence d’individualisation des hémisphères Vue d’un cerveau de patient atteint d’HEP
    51. 51. HPE semi-lobaire • Agénésie du corps calleux nerfs optiques souvent fusionnés en un nerf unique ou présents • Tractus olfactifs absents ou fusionnés en un tractus unique • Atrésie de l’aqueduc de Sylvius (dilatation du ventricule cérébral unique ) • Cervelet habituellement présent • Cavité ventriculaire unique en forme de fer à cheval • Fissure inter-hémisphèrique ébauchée dans la région frontal
    52. 52. Coupe coronal d’un cerveau de patient atteint d’HPE semi-lobaire
    53. 53. HPE lobaire • Sillon interhémisphérique dorsal présent : les hémisphères sont séparés • Faux du cerveau est complète • Sillon IH est absent à la face ventrale des pôles frontaux «fusionnés» une seule artère cérébrale antérieure • 2 ventricules latéraux distincts et séparés • les cornes frontales ont un aspect rectangulaire (ou carré ) • 2 nerfs optiques sont présents
    54. 54. Cerveau d’HPE (forme carré) Coupe coronal d’un cerveau d’HPE Cerveau d’HPE (forme carré) IEM Coupe coronal d’un cerveau d’HPE
    55. 55. 1 Diagnostic • Echographie DAN Si + • IRM foetale pour • confirmation
    56. 56. Hydrocéphalie
    57. 57. Définition • hydrocéphalie = eau dans le cerveau • une distension progressive des espaces anatomiques intracrâniens où siège normalement le LCS, (les espaces ventriculaires et sous arachnoïdiens), en rapport avec un déséquilibre entre la production et la circulation-résorption du LCS
    58. 58. Les catégories de l’hydrocéphalie • Hydrocéphalie non-communicante • Obstruction à un endroit quelconque du cerveau (frq+++) • Hydrocéphalie communicante : • Déséquilibre entre la production et l'absorption du LCR dans le cerveau ou l'espace sous-arachnoïdien. • Obstruction dans le trajet du LCR, mais à l'extérieur du système ventriculaire.
    59. 59. Causes • Hydrocéphalie : malformation congénitale * • Causes génétique: • Transmission récessive autosomique ou liée à l’x • Sténose aqueduc • Causes Parasitaires: Toxoplasmose • Cause indéterminée • Troubles développementaux associé ou non à un syndrome plurimalformatif. • Hydrocéphalie « acquise »: causes multiples (traumatisme, tumeur, méningite, hémorragie…)
    60. 60. RAPPEL ANATOMIQUE
    61. 61. Organogénèse de l’encéphale stade à 5 vésicules
    62. 62. Les ventricules
    63. 63. Les ventricules (IRM) 1 Ventricule latéral 2 Foramen interventriculaire 3 3éme ventricule 4 Aqueduc du mésencéphale 5 4éme ventricule 6 Trou de Magendie 7 Espace subarachnoïdien (LCS)
    64. 64. Les orifices de communication des ventricules
    65. 65. Les plexus choroïdes
    66. 66. La circulation du LCR
    67. 67. RAPPEL PHYSIOLOGIQUE
    68. 68. La Sécrétion du LCS 60% LCR: Plexus Choroïdes 40% LCR: l’ensemble de surface cérébrale Renouvelé toutes les 7h  600ml/j soit 0.4ml/min chez l’adulte,  200ml/j soit 0.1ml/min chez nourrisson  0.3ml/j chez l’enfant.
    69. 69. La Circulation du LCR Le flux net global Les flux pulsatiles le produit de la sécrétion du LCS Volume du FNG= volume du LCS absorbé 600 ml par jour soit 4ml par minute Pulsation vasculaire Modification du VS entre la systole et la diastole
    70. 70. La Résorption du LCR o Granulations arachnoïdiennes de Pacchioni (principalement) o Parois des cavités ventriculaires, o Lymphatiques extra-duraux des nerfs crâniens, rachidiens o Villosités spinales.
    71. 71. LA PHYSIOPATHOLOGIE
    72. 72. Physiopathologie • L’hydrocéphalie est la conséquence d’un trouble de la circulation du LCS dans lequel trois mécanismes peuvent être impliqués.
    73. 73. Anomalie de la sécrétion Stabilité de la sécrétion du LCS # Tumeurs des plexus choroïdes (papillomes) Hyperproduction du LCS
    74. 74. Anomalie de circulation hydrocéphalies obstructives (H non communicante) Le blocage se produit le plus souvent au niveau des rétrécissements de la filière ventriculaire.
    75. 75. Obstruction un ou 2 trou de Monro Sténoses au niveau de l’aqueduc du Sylvius Obstruction de la 4éme ventricule Blocage du trou de Magendie Obstacle des espaces péricérébraux, notamment des citernes
    76. 76. Troubles de la résorption Obstruction ou la destruction des villosités arachnoïdiennes Thrombose d’un ou plusieurs sinus
    77. 77. DIAGNOSTIC
    78. 78. Échographie • La surveillance échographique systématique de toute grossesse rend actuellement possible le dépistage précoce d’une hydrocéphalie anténatale. • Le diagnostic peut être suspecté dés la 15ème SA et affirmé dés la 20ème SA. • L’utilisation de l’échographie et surtout endovaginale avec des sondes multifréquences, haute résolution permet la réalisation d’un examen morphologique performant dès la fin du premier trimestre.
    79. 79. Échographie étude morphologique
    80. 80. Échographie le diamètre bipariétal Le diagnostic anténatal d’hydrocéphalie se fait sur la mesure du diamètre bipariétal (BIP) qui doit être corrélé à l’âge gestationnel
    81. 81. Échographie les paramètres biométriques Largeur transversale du ventricule latéral appréciation la croissance différentielle des ventricules latéraux par rapport aux hémisphères cérébraux.
    82. 82. l’imagerie par résonnance magnétique L’IRM permet une bonne visualisation des différentes structures de l’encéphale foetal.
    83. 83. TRAITEMENT
    84. 84. La conduite à tenir thérapeutique • Si Malformations associées: interruption de grossesse • Si pas de malformations associés: Surveillance hebdomadaire par échographie • Si Hydrocéphalie évolutive: • interruption de grossesse • accouchement prématuré à 32 SA (shunt) • décompression ventriculaire in utéro (shunt ventriculo-amniotique) • Si Hydrocéphalie stable: dérivation après la naissance
    85. 85. Lissencéphalie • Définition • Rappel anatomique du développement cortical normal • Etiologie • Classification • Sémiologie • Diagnostic • Physiopathologie • Traitement
    86. 86. Définition Lissencéphalie Malformation du développement cortical caractérisée par une anomalie de l’apparence des circonvolutions du cerveau.
    87. 87. Rappel anatomique et physiologique du développement cortical normal
    88. 88. Cortex cérébral • Substance grise • 2-3 mm d’épaisseur • surface totale = environ 1400 cm2 • plissé en de nombreuses circonvolutions séparées par des sillons • constitué de 6 couches neuronales
    89. 89. sillons
    90. 90. • Substance grise • 2-3 mm d’épaisseur • surface totale = environ 1400 cm2 • plissé en de nombreuses circonvolutions séparées par des sillons • constitué de 6 couches neuronales • associé aux fonctions motrices et sensorielles, et aux fonctions mentales « supérieures » (cognition, mémoire,…).
    91. 91. La gyration corticale La formation des six couches du cortex cérébral
    92. 92. Fin du 2ème mois Début du 2ème mois 3ème mois 7ème mois Gyration corticale
    93. 93. Gestational age at imaging (weeks) Gyration corticale Magnetic Resonance Imaging
    94. 94. 16ème semaine gestationnelle 20/21ème semaine Scissure de gestationnelle Rolando 18ème semaine gestationnelle Scissure de Sylvius Scissure pariéto-occipitale Gyration corticale
    95. 95. La formation des six couches du cortex cérébral La migration neuronale
    96. 96. Migration neuronale Coupe frontale du cerveau embryonnaire
    97. 97. Migration neuronale Etapes de la migration neuronale 1. extension du pôle de croissance, 2. nucléokinèse, 3. rétraction du processus postérieur.
    98. 98. Migration neuronale Modalités de migration neuronale Migration radiale des neurones pyramidaux Migration tangentielle des interneurones GABAergiques
    99. 99. Migration neuronale
    100. 100. fibres d’association + cellules horizontales de Cajal Migration neuronale
    101. 101. Petites cellules granulaires compactes Migration neuronale
    102. 102. neurones pyramidaux de petite taille Migration neuronale
    103. 103. Petites cellules granulaires compactes Migration neuronale
    104. 104. Neurones pyramidaux de grande taille Migration neuronale
    105. 105. Neurones polymorphes Migration neuronale
    106. 106. Quels sont les facteurs à l’origine du développement cortical normal ? Facteurs génétiques
    107. 107. Anomalie génétique venant de l’un ou des deux parents (mutation du chromosome X) Anomalie génétique apparaissant soudainement dans un gène important pour une bonne formation cérébrale Infection, surtout virale, au cours de la grossesse Diminution de la vascularisation cérébrale foetale Etiologie
    108. 108. Classification de la lissencéphalie
    109. 109. La lissencéphalie classique (de type 1) • Pathologie génétique rare caractérisée par un épaississement du cortex avec une disparition de la lamination normale en six couches remplacé par quatre couches de neurones immatures. • La lissencéphalie classique a une prévalence de 11,7 par million de naissances.
    110. 110. Sémiologie
    111. 111. Sémiologie Cerveau lissencéphalique Cerveau normal
    112. 112. Agyrie Pachygyrie Circonvolutions complètement absentes Circonvolutions simplifiées Sémiologie
    113. 113. Aspect morphologique Dysmorphie faciale typique  rétrécissement bitemporal  nez petit  Lèvres fines Sémiologie
    114. 114. Sémiologie
    115. 115. Sémiologie
    116. 116. À la naissance: Autres symptômes • hypotonie marquée, • difficultés alimentaires, • troubles de motricité, • apparition de convulsions dès les premiers jours. Après un an: • Une microcéphalie modérée est souvent présente. • Manifestations épileptiques variées souvent résistantes au traitement. • Déficit intellectuel plus ou moins profond Sémiologie
    117. 117. Décès Sémiologie • Le décès survient le plus souvent dans un contexte de surinfection respiratoire ou de mal convulsif. • Avec des soins adéquats, un patient porteur de lissencéphalie classique peut survivre jusqu’à l’âge adulte.
    118. 118. Diagnostic • L’imagerie à résonance magnétique est indispensable pour établir un diagnostic précis et pour conseiller les parents. • Si les parents décident une interruption médicale de grossesse un examen anatomo-pathologique du cerveau est indispensable.
    119. 119. Physiopathologie
    120. 120. Défaillance génétique Incapacité des neurones post mitotiques à atteindre la plaque corticale du cortex cérébral. Défaut spécifique de migration neuronale lors de l’embryogenèse. Organisation anormale des couches du cortex: 4 couches au lieu de six Réduction de la gyration corticale
    121. 121. Gènes impliqués Lis1 Lissence-phaly1 60% DCX Double cortin ARX Aristaless-related homeobox RELN Reelin TUBA1A Tubulin alpha 1A 17p.13.3
    122. 122. Gènes impliqués Xq22.3-q23 Lis1 Lissence-phaly1 60% DCX Double cortin ARX Aristaless-related homeobox RELN Reelin TUBA1A Tubulin alpha 1A
    123. 123. Gènes impliqués X21.3 Lis1 Lissence-phaly1 60% DCX Double cortin ARX Aristaless-related homeobox RELN Reelin TUBA1A Tubulin alpha 1A
    124. 124. Gènes impliqués 7q22.1 Lis1 Lissence-phaly1 60% DCX Double cortin ARX Aristaless-related homeobox RELN Reelin TUBA1A Tubulin alpha 1A
    125. 125. Gènes impliqués 12q13.12 Lis1 Lissence-phaly1 60% DCX Double cortin ARX Aristaless-related homeobox RELN Reelin TUBA1A Tubulin alpha 1A
    126. 126. Rôles de Lis1 et DCX Etendre et rétracter les multiples processus des neurones pendant leur migration Accélération de la migration neuronale en se liant aux microtubules Mouvements nucléaires durant la migration neuronale en couplant le noyau au centrosome Prolifération cellulaire durant la neurogenèse Stabilisation des microtubules Survie et migration neuronale
    127. 127. Rôles de TUBAI1 Code pour la tubuline α des microtubules indispensable aux mouvements cellulaires Assure l’interaction des microtubules avec d’autres protéines Indispensable à la motilité des cellules nerveuses progénitrices
    128. 128. Lis1 et DC = régulateurs de la fonction des microtubules dans les neurones TUBA1A = composant du microtubule (dimères de alpha tubulin)
    129. 129. Rôles de ARX Prolifération des précurseurs neuronaux Accélération de la migration tangentielle et radiale des neurones vers le cortex Différenciation des interneurones corticaux GABAergiques Sa mutation peut causer une accumulation de neurones immatures ainsi qu’une réduction de la migration neuronale.
    130. 130. Rôles de RELN Glycoprotéine secrétée par les cellules de Cajal présentes au niveau de la surface du cortex cérébral. Positionnement des neurones migrateurs au niveau de la couche corticale correspondante. Sa mutation peut causer une inversion des couches corticales
    131. 131. II III IV Cortex à 4-couches caractéristiques I : couche moléculaire II : couches V et VI du cortex normal III: couche peu cellulaire IV : épaisse bande de neurones hétérotopiques I
    132. 132. Traitement et dépistage • Approche multidisciplinaire pour répondre à la fois aux aspects médicaux et psychosociaux de la maladie. • Tests génétiques réalisables pour le patient ainsi que pour les membres de la famille. • Conseil génétique approprié pour les parents envisagent d'avoir plus d'enfants.
    133. 133. Références • A. Verloes, M. Elmaleh, M. Gonzales, A. Laquerrière, P. Gressens, (2007): Lissencéphalies : aspects cliniques et génétiques, 18 p. • M. Schuenke, E. Schulte et U. Schumacher, (2010): Atlas of Anatomy: Head and Neuroanatomy, Thieme, 427 p. • Y. Saillour, (2013): Physiopathologie des malformations du developpement cortical associees a des mutations du gene tubuline 3 Universite Rene Descartes - Paris V, 136 p. • G. Meyer, (2007): Genetic control of neuronal migrations in human cortical development, Advances in Anatomy Embryology and Cell Biology, 131 p. • B.Alami, M.Jaffal, O.Addou, S.Bellakhdar, Y.Alaoui Lamrani, I.Kamaoui, M.Maaroufi, N.Sqalli, Belahsen, S.Tizniti, M.Boubbou, (2013): Les malformations du développement cortical en IRM: tout ce que doit savoir un radiologue, service de radiologie1, service de neurologie2, CHU Hassan II, Fes, Maroc, 88 p.
    134. 134. • Nathalie Boëls 2006. L’hydrocéphalie: Grandir et vivre avec une dérivation. Éditions du CHU Sainte-Justine file:///C:/Users/az/Downloads/hydrocephalie-l%20(1).pdf • Stratégie pour le traitement de l’hydrocéphalie Adaptation pour les pays en voie de développement - (Dr Warf’s) Document: Strategy for treatment of Hydrocephalus in developing countries (F)Target group: Neurosurgeons Update: August 2008 http://ifglobal.sitehosting.be/uploads/documents/strategy_treatment_h _dc_f.pdf http://scolarite.fmpusmba.ac.ma/cdim/mediatheque/e_theses/14- 09.pdf **** doc complet • Ref Pathologie du développement - Malformations congénitales (chapitre 5)Auteurs : P. Dechelotte, A.L. Delezoïde Mai 2005 http://medidacte.timone.univ-mrs. fr/webcours/umvf/anapath/disciplines/niveaudiscipline/niveaum odule/chapitre5/leconimprim.pdf • Il peut résulter de l'héritage génétique (sténose aqueduc) ou des troubles développementaux, tels que ceux associés aux anomalies du tube neural, dont le spina-bifida et l'encéphalocèle. Ref http://www.neuros.net/fra/hydrocephalie_generale_.php
    135. 135. • Distribution of Alleles of the Methylenetetrahydrofolate Reductase (MTHFR) C677T Gene Polymorphism in Familial Spina Bifida, William G. Johnson & al, 1999. • EMBRYOLOGICAL STAGES IN THE ESTABLISHING OF' MYELOSCHISIS WITH SPINA BIFIDA, BRADLEY Ill. PATTEN • Heterogeneity of Spina Bifida, BIRGITTE M. BLATTER & al, 1998 • Grossesse et nutrition : Acide folique et anomalies du tube neural, 2014 • Anencephaly and its Associated Malformations,Ravikiran AshokGole & al,2012 • Spinabifida,Mark R Foster, consulté le 24-11-2014 sur http://emedicine.medscape.com/article/311113- overview#aw2aab6b2b2 • http://www.embryology.ch/francais/hdisqueembry/patholdisque02.html , consulté le 20-11-2014

    ×