Electricité II

299 vues

Publié le

Chapitre I: Rappels Magnétisme

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
299
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
123
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Electricité II

  1. 1. CHAPITRE 1 MAGNETISME
  2. 2. 1- RAPPELS FONDAMENTAUX
  3. 3.  Les aimants existent à l’état naturel mais on peut aussi communiquer cette propriété de magnétisme à certains corps composés essentiellement de Fer, Nickel, Cobalt … qu’on appelle aimants artificiels.
  4. 4.  Un aimant est constitué d’un pôle Nord et un pôle Sud. Deux pôles de types contraires (N-S) s’attirent alors que deux pôles de même type (N-N ou S-S) se repoussent.
  5. 5.  Dans l’espace entourant les pôles d’un aimant existe un champ magnétique composé de lignes de flux ou lignes de force. Les lignes de force forment des boucles qui partent du pôle Nord et entrent dans le pôle Sud. L’ensemble de ces lignes constituent : le spectre magnétique
  6. 6.  La somme des lignes de force traversant une surface donnée constitue le flux magnétique. L’unité SI du flux est le Weber (Wb). La densité du flux magnétique en un point donné mesure l’intensité du champ magnétique en ce point. L’unité du champ est le Tesla (T) : 1T = 1Wb /m2.
  7. 7.  Certains matériaux ferromagnétiques comme le Fer doux sont perméables aux lignes de flux. Cette propriété de canaliser les lignes de champ s’explique par la théorie des domaines : Chaque domaine constitue un petit aimant s’orientant dans le sens des lignes de force créées par le champ extérieur et augmente ainsi la densité du flux à l’intérieur du corps ferromagnétique.
  8. 8.  Si on supprime le champ extérieur, le corps ferromagnétique conserve une certaine aimantation rémanente ou champ rémanent : c’est ce qui distingue les aimants permanents.
  9. 9. Spectre magnétique d’un aimant droit
  10. 10. Flux magnétique
  11. 11. Théorie des domaines
  12. 12. 2- PRINCIPES DE L’ELECROMAGNETISME
  13. 13. 1er Principe : création d’un champ par un courant
  14. 14. Tout conducteur parcouru par un courant s’entoure d’un champ magnétique. Les lignes de force suivent des cercles concentriques autour du conducteur.
  15. 15. Pour un courant donné, l’intensité du champ magnétique à une distance donnée du centre du fil peut être calculée par une formule simple : (loi de Biot et Savart)
  16. 16. De la même façon, une spire et plus généralement une bobine parcourue par un courant, est traversée par un flux magnétique dont les lignes de force sortent par une extrémité constituant le pôle Nord et rentrent par l’autre extrémité constituant le pôle Sud. Le produit NI (nombre de spire x courant) est appelé : la force magnétomotrice développée par la bobine. Une bobine parcourue par un courant produit donc un champ magnétique tout comme un aimant permanent.
  17. 17. Cette propriété est mise à profit dans les électro-aimants constitués d’une bobine enroulée autour d’un noyau de fer doux. Sa perméabilité élevée permet d’amplifier des milliers de fois le champ magnétique créé par la bobine. On les retrouve dans les pôles des machines électriques, les disjoncteurs, les relais et les sonneries.
  18. 18. Exemples d’application du 1er principe Bfil = μ0I/2πd Bsol. = μ0nI (n=N/L) Bsp. = μ0I/2R
  19. 19. 2ème Principe : forces électromagnétiques
  20. 20. Un conducteur parcouru par un courant et placé dans un champ magnétique est soumis à une force électromagnétique : cette force, qui peut être calculée par une formule simple, dépend du courant, de l’intensité du champ, de la longueur et de l’orientation du conducteur par rapport aux lignes de champ. (force de Laplace)dF = I dl Ʌ B
  21. 21. Comme un conducteur parcouru par un courant crée aussi son propre champ magnétique, il en découle que des conducteurs voisins sont soumis à des forces d’attraction ou de répulsion qui dépendent des sens des courants.
  22. 22. Ces forces électromagnétiques trouvent de nombreuses applications dont la plus importante en électrotechnique est le moteur électrique. Elles peuvent aussi avoir tendance à déformer des circuits parcourus par des courants intenses (Exemple : haut parleur électromagnétique).
  23. 23. Deux applications du 2ème principe F = ILᴧB
  24. 24. 3ème principe : tension induite dans un conducteur
  25. 25. C’est la loi de l’induction électromagnétique de Faraday. Selon ce principe une tension est induite dans un conducteur en mouvement dans un champ magnétique ou plus généralement, lorsque le conducteur « coupe » les lignes de champ. Cette tension dépend seulement du taux de changement ΔØ/Δt du flux balayé par le conducteur.
  26. 26. La loi de l’induction de Faraday est à l’origine des machines tournantes générant de l’électricité : - Génératrices à courant continu, - Alternateurs générant une tension alternative.
  27. 27. Exemples d’application du 3ème principe e = - dφ/dt
  28. 28. 4ème Principe : l’utilisation de la loi précédente dans sa forme la plus générale
  29. 29. Une tension est induite à l’intérieur d’une boucle par un flux qui varie avec le temps. Cette tension est proportionnelle au taux de variation ΔØ/Δt du flux dans la boucle. Pour une bobine la tension est multipliée par le nombre de spires.
  30. 30. La loi de Lenz permet de trouver la polarité de la tension induite. D’après cette loi, la polarité est telle qu’un courant imaginaire sortant de la borne + de la boucle (ou de la bobine) crée un flux qui s’oppose à la variation du flux imposé. Cette loi s’applique même si la boucle porte déjà un courant.
  31. 31. Exemple d’application Une bobine comprenant 2000 spires est traversée par un flux de 5 mWb provenant d’un aimant permanent. L’aimant est ensuite éloigné de la bobine en 1/10 de seconde et le flux à l’intérieure de la bobine baisse à 2 mWb. Quelle est la valeur moyenne de la f.e.m. induite E ? Quelle est sa polarité ?
  32. 32. 3. THEOREME D’AMPERE
  33. 33. Considérons un contour fermé (C) orienté. Le sens de la normale n à la surface qui s’appuie sur le contour est donné par la règle de la main droite : Par définition, la circulation C du champ magnétique B le long du contour fermé (C) est : C = Σ(C) B.dℓ = ∫(C) B.dℓ Théorème d’Ampère : La circulation du champ magnétique le long d’un contour fermé est égale à la somme des intensités algébriques des courants enlacés, multipliée par μ0 : C = μ0 Σj Ij les courants étant comptés positivement s’ils ont même sens que la normale n. En toute rigueur, le théorème d’Ampère n’est valable que dans le vide. On peut cependant l’appliquer dans l’air. Pour la figure ci-dessus : C = μ0 Σj Ij = μ0 (– I1 – I2 + I3)
  34. 34. Application : Dans les circuits filiformes possédant des symétries géométriques, le théorème d’Ampère permet de calculer très rapidement l’intensité du champ magnétique (à condition de choisir judicieusement le contour fermé …). Par exemple, reprenons le conducteur rectiligne infiniment long : On choisit un contour fermé s’appuyant sur une ligne de champ. La circulation du champ magnétique B le long du contour fermé est donc : Appliquons le théorème d’Ampère : Il est clair que les calculs sont beaucoup plus simples qu’avec la formule de Biot et Savart …

×