Colloque 2011 : Présentation Camillo Zacchia

962 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
962
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
75
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Colloque 2011 : Présentation Camillo Zacchia

  1. 1. Pourquoi ne pouvons-nous pas tous nous entendre?Un aperçu psychologique sur les conflits et la colère Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue – Conseiller Principal Bureau d’éducation en Santé Mentale 28 octobre, 2011
  2. 2. À l’agenda aujourd’hui• Les causes de la colère et de la frustration• Les principaux coupables des conflits – Méfiance – Obsessionalité – Pensées de groupe• Quelles sont mes options lorsque je suis malheureux?• Comprendre les facteurs qui mènent à une escalade dans les conflits et quoi cibler quand nous sommes en situation conflictuelle• Comprendre l’affirmation à tous ses niveaux (Comment et quand elle est appropriée. Comment et quand elle est descructive.)
  3. 3. Les causes de la colère et des frustrations• Attentes non comblées• Perception de l’injustice
  4. 4. Attentes non comblées• “Ta voiture sera prête à midi.” – Quand nos attentes ne sont pas comblées, il est normal d’être fâché. Il faut avant tout se poser quelques questions: • Nos attentes sont-elles réalistes? (Trop élevées? Trop basses?) • Est-ce que nous les avons bien communiquées? • Avons-nous pensé aux imprévus?
  5. 5. Perception de l’injustice• “Comment se fait-il que les T.S. puissent tous aller à des conférences et que nos demandes sont toujours refusées?” – Il est normal d’être fâché quand nous sommes traités de façon injuste. Mais… • Nos perceptions, sont-elles justes? • Y a-t-il de l’information qui nous échappe? • Y a-t-il de l’information qui échappe aux autres?• “S.v.p., puis-je avoir un petit gobelet de papier pour prendre mes médicaments?”
  6. 6. La colère: une réaction normaleParce que la colère est souvent une réaction normale face ànos perceptions et nos attentes, il est plus facile de gérer lacolère en se demandant pourquoi nous sommes en colèreplutôt que d’essayer de refouler nos émotions.Nous garderons plus de crédibilité et de pouvoir d’influence sinous ne réagissons pas de manière excessive. C’est pour cetteraison qu’il faut avant tout questionner notre colère avant deréagir à celle-ci.Toute colère restante pourrait (devrait) donc être adressée.
  7. 7. Trois coupables des conflits• Méfiance• Obsessionnalité• Pensée de groupe
  8. 8. Méfiance Une prophétie auto-réalisante• La méfiance non-justifiée peut mener à une méfiance justifiée – La méfiance peut créer un modèle de comportements qui mène inévitablement à un conflit, lequel alimente de la nouvelle méfiance• La transparence est toujours la meilleur politique – Les décisions et les changements sont moins résistés quand les personnes comprennent les raisons derrière eux.• Parfois la méfiance nécessite une intervention directe – Le bénéfice du doute est nécessaire pour tout le monde. Il se peut qu’on soit obligé de l’accorder.
  9. 9. Obsessionnalité• Une forme de perfectionnisme – “Il y a une bonne façon de faire les choses!”• Ce trait de personalité a tendance à être rigide et contrôlant. Il crée un focus sur les détails spécifiques, souvent au détriment des buts plus globaux.• Il causera inévitablement des conflits (même si les autres font les choses exactement de la même façon que nous 95% des fois, en l’absence de compromis et de flexibilité, les 5% qui restent deviennent une source de conflits)
  10. 10. Si vous voulez que ça se fasse bien, il faut le faire vous-même…• Si vous voulez que ça se fasse à VOTRE façon, il faut le faire vous-même. • Mais, en premier lieu, assurez-vous que C’EST la bonne façon et la SEULE bonne façon.• Si vous voulez que les choses IMPORTANTES se fassent bien, faites SEULEMENT celles-ci vous-même.
  11. 11. Pensées de groupe• Les êtres humains ont une tendance à se regrouper et rechercher la force en nombre• Ceçi est nécessaire dans plusieurs situations où il y a une grande menace externe: – (guerres, conditions économiques oppressives, attaques par des prédateurs, etc.)• C’est dangereux dans pleins d’autres: – Mène à la méfiance, la tendance de déshumaniser ceux qui n’appartienent pas, supprimer la pensée indépendante, etc.
  12. 12. M****! Quelles sont mes options?• 1- Changement, 2- Acceptation, 3- Rejet: Dans n’importe quelle situation non satisfaisante, nos options sont limitées à trois (maximum). Chaque option devrait être considérée et il faut arriver à en choisir une éventuellement. Sinon, les conflits persisteront et s’envenimeront.
  13. 13. Option 1: Change-la• “Mon salaire est minable! De plus, mon mari n’arrête-pas de boire.” – Il faut adresser les problèmes directement mais à un moment approprié – Prioriser les demandes (choisissez vos batailles) – Clarifier ses attentes – Considérer toutes les options et rechercher des solutions partielles – Prendre une pause. Si ça ne répond pas, essayer à une date ultérieure quand la situation aura peut-être évoluée.
  14. 14. Option 2: Accepte-la• “Qu’est ce qu’on peut faire? C’est ça la vie.” – Si l’option 1 ne fonctionne pas (pour un bon bout de temps au moins), admettre ce fait – Analysez les pours et les contres – Si les pours sont plus forts que les contres ou que vous ne prévoyez aucune amélioration, acceptez la situation – Acceptez-la vraiment, vraiment. N’essayez pas simplement de refouler les arguments mais acceptez-la vraiment. Lâchez prise.
  15. 15. Option 3: Rejète-la• “Il faut que je fasse quelque chose!” – Si l’option 1 est éliminée, (vous ne pouvez pas vous attendre à d’autres changements), admettez ce fait – Analysez les pours et les contres – Si après analyse, les contres sont plus nombreux que les pours et que vous n’êtes pas capable de l’accepter, admettez que l’option 2 est aussi éliminée – Décidez de changer votre situation d’une façon plus profonde en essayant de vous en sortir. • Ceçi requiert une analyse des facteurs qui vous empêchent (peur, manque de préparation, etc.) Vous devriez vous construire une porte de sortie.
  16. 16. Peu importe ce que vous faites, choisissez• Les gens qui sont toujours malheureux passent continuellement d’une option à l’autre dans un effort constant pour trouver une solution. Il n’y a pas de quatrième option!
  17. 17. La bonne cible: Quoi adresser dans un conflit et quand “Je n’aime pas mon brocoli comme ça.”Quelle est la question?• Le problème: Brocoli• La personne: Il est trop sensible / Elle est trop difficile• La relation: Ils ne sont pas compatibles
  18. 18. Le Problème• Facile à corriger (habituellement) – Discussion – Compromis• C’est toujours mieux de le faire dans l’absence d’émotions négatives
  19. 19. La Personne• N’escaladez pas à un niveau d’attaque personnel quand le problème est spécifique. Ceçi peut endommager d’une façon qui n’est pas toujours réversible.• N’embarquez pas dans ce jeu même si l’autre personne le fait• Et si la personne EST le problème? – Il se peut que l’attitude de l’autre personne doive être discutée. Faites-le au bon moment (i.e., non quand vous vivez un réaction émotionnelle suite à un événement).
  20. 20. La Relation• Ne remettez pas la relation en question (emploi, mariage, etc.) avant d’avoir tout considéré. Une escalade prématurée à ce niveau peut endommager d’une façon qui n’est pas toujours réversible.• Si c’est inévitable, vous le saurez et vous le sentirez quand vous serez calme et serein, et non pas seulement quand vous êtes en colère (la colère ne dure jamais).
  21. 21. L’affirmation
  22. 22. “Prend ce c*** de stylo et mets-le dans ton ***!” Comment et quand s’affirmer• L’affirmation est nécessaire pour résoudre des conflits.• L’affirmation peut être trop aggressive et augmentera le nombre de conflits quand elle n’est pas faite d’une façon appropriée.• L’analyse du conflit nous aidera à mieux cibler nos efforts et à s’affirmer d’une façon plus efficace.
  23. 23. Niveau 1: Lâcher prise• Irritants mineurs: Vivre dans un monde tolérant – Si nous sommes trop pointilleux et nous insistons pour corriger tous nos irritants mineurs, nous perdrons rapidement notre crédibilité. Les réserves de crédibilité sont limitées! – Aimeriez-vous un peu de “loose”? Donnez-en la même quantité aux autres. – Choisissez vos batailles et abandonnez les petits choses – Lâchez prise! Vraiment, vraiment!
  24. 24. Niveau 2: Adressez-la…au bon moment• Les petits irritants que vous ne pouvez pas outrepasser – D’essayez de supprimer vos émotions mènerait éventuellement à une explosion. Vous seriez perçu comme étant le problème. – Quand vous avez constaté qu’un problème vous affecte vraiment, cherchez un opportunité qui peut se présenter • Attendre qu’une porte s’ouvre • Approchez la personne quand elle semble réceptive • Faites-le avec sincérité et humour
  25. 25. Niveau 3: Adressez-la aujourd’hui…quand vous êtes plus calme• Quand le problème est important et doit être adressé rapidement – Achetez-vous le plus de temps possible (“Peut-on se parler plus tard cet p.m.?”) • Ceci vous donnera le temps de vous calmer • Ça donnera aussi à l’autre le temps de se calmer • Prenez le temps de réfléchir à votre message et comment mieux l’exprimer – Exprimez leurs points de vue (montrez leur et à vous- même que vous comprenez leurs opinions)
  26. 26. Niveau 4: Adressez-la tout de suite et faites une révision plus tard• Occasionellement un problème peut être trop important et doit être adressé immédiatement – Soyez conscient du fait que les émotions (les vôtres et les leurs) interfèreront avec le message que vous essayez de transmettre – Faites un post-mortem quand les deux vous avez eu le temps de vous calmer. – Assurez-vous que le message principal à été compris
  27. 27. Niveau 5: Pètez une coche! C’arrive…mais passez votre message quand le temps est opportun• Quand vous vous fâchez pour une raison justifiée (n’oubliez pas de questionner les causes de votre colère) et vous pètez une coche, essayez de préserver le message. Retournez et “dealez” avec une fois que la poussière est retombée. Ne faites pas tout simplement oublier. – Vous avez le pouvoir de la parole. Utilisez-le. • Excusez-vous d’avoir réagit avec colère • Avouez votre contribution au conflit • Reconnaissez le point de vue de l’autre • Passez votre message: Assurez-vous d’expliquer quel était le problème et pourquoi vous vous êtes fâché. Ceci est votre chance d’affronter le problème d’une façon plus appropriée.
  28. 28. Une dernière pensée• “Tu comprends pas!”• “Oh, oui je comprends! Mais je ne suis pas d’accord.”Parfois un désaccord est tout simplement un désaccord
  29. 29. Info Santé Mentale:www.douglas.qc.caBlog:www.blog.douglas.qc.ca/psychospeakQuestions ?camillo.zacchia@douglas.mcgill.ca

×