Apprendre et former en environnement numérique

21 138 vues

Publié le

Concevoir et animer des situations d'apprentissages sur le web2.0 : approche, concepts, méthode et bonnes pratiques

Publié dans : Formation
2 commentaires
7 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
21 138
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16 513
Actions
Partages
0
Téléchargements
87
Commentaires
2
J’aime
7
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Présentation illustrant une webconférence « Former en environnement numérique »
    Objectif : suggérer quelques pistes utiles pour concevoir des séances d'apprentissage collaboratif appuyé sur le web2.0
    Cette présentation est conçue à partir d'une approche socio-constructiviste et de mon expérience en tant que formateur de la formation professionnelle pendant 20 ans à l'AFPA.
    Attention : le web se ré-invente tous les jours et il faut constamment repenser la façon dont on se sert des opportunités nouvelles.
  • Le web d'aujourd'hui est un web où tout le monde peut écrire, publier, échanger avec d'autres, et pas seulement consulter de l'information.
    Il permet de collaborer pour réfléchir et apprendre.
    Il permet à chacun de « produire des contenus », et produire des contenus à plusieurs, à distance, est devenu très facile.
    Ceci impacte directement le fait d'apprendre, et celui de former,
  • Je vais insister sur quelques points clefs, quelques éclairages que j'ai découvert grâce à d'autres formateurs ou pédagogues, et que j'ai pu valider lors de mes expériences de formateur à distance mais aussi d'étudiant à distance.
    Ce sont ces expériences concrètes qui m'ont appris à m'appuyer sur un environnement numérique. Ce sont elles qui m'ont aidé à proposer aux apprenants que j'ai accompagnés de des séances d'apprentissage apparemment agréables à vivre et efficaces.
  • Certaines des ressources que vous retrouverez à, la fin de cette présentation ont été réalisées par Lucie Audet, du REFAD (Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada)
    Elle pose comme base que la mission d'un formateur/enseignant n'est pas de « faire des cours » comme on le voit encore parfois, mais de concevoir et mettre en œuvre des situations d’apprentissage.
    Elle est bien entendu loin d'être la seule à dire cela (Marcel Lebrun, Michel Serres, Christophe Battier, Franççois TaddeI, Bruno Devauchelle, Christine Vaufrey, etc.)
  • Michel Serres, académicien, philosophe et historien des sciences, explique comment la la révolution informatique change notre rapport au monde : les nouvelles technologies ont poussé l’homme à externaliser sa mémoire. Les conditions nouvelles de la transmission du savoir bouleversent notre organisation cognitive d’une manière fondamentale.
    Ce qui est sûr, c’est que la forme classique de la transmission du savoir, la forme scolaire et certains contenus également, sont aujourd’hui périmés.
  • Essayons de définir précisément ce qu'est un formateur de la formation professionnelle et sa mission.
    1. C'est une personne qui connaît un métier pour l'avoir exercé, qui le maîtrise, qui en possède les savoir-faire et la culture.
    2. C'est une personne qui est capable de transmettre : il a des compétences pédagogiques, de l'empathie, et il « aime »voir progresser les apprenants dont il accompagne les apprentissages.
    3. Son activité principale, c'est de préparer des situations protégées qui vont permettre à ceux qui apprennent son métier de l'assimiler, d'y devenir compétent au sens large du terme : ils pourront prendre un poste dans une entreprise, y être appréciés et continue à progresser.
  • Quand une personne apprend un métier, elle n'apprend pas par coeur tout ce qu'il faut savoir pour l'exercer ! Il ne suffit pas d'apprendre le plan comptable pour être comptable.
    On apprend vraiment en étant confronté à des situations, et en trouvant des solutions pour aboutir à l'objectif visé. Et on y arrive beaucoup mieux et plus vite à plusieurs. Et tous ceux qui ont participé à trouver les solutions capitalisent toutes les bonnes pratiques, et les connaissances utilisées pour aboutir.
    Ce qui forme, c'est l'activité intellectuelle générée par une activité chez l'apprenant ou les apprenants.
  • Si on applique à « l'environnement numérique » ce qui vient d'être précisé, on voit tout de suite que projeter des diapos et faire répondre à des quizz n'est pas de la formation professionnelle. C'est tout au plus une forme désuette d'acquisition de connaissances…
    Une séance en environnement numérique doit d'abord proposer une activité qui permet d'acquérir des avoir-faire. Comme dans le monde physique, on verra ensuite s'il est utile de proposer des ressources pour aider les apprentissages.
    Et comme le web2.0 permet les échanges et la collaboration, on proposera tant que possible des activités collaboratives.
  • La plupart du temps, quand on parle de elearning, de formation à distance, on a en tête l'image d'une personne travaillant seule, studieusement, sur un écran, le soir.
    Nous venons d'aborder le fait qu'il faut d'abord penser aux activités qui permettent d'apprendre avant de se préoccuper des ressources qui rassemblent de l'information.
    De la même manière, il faut SYSTEMATIQUEMENT privilégier les activités d'apprentissage qui intègrent du travail collaboratif pour que les apprenants s'enrichissent les uns des autres, qu'ils apprennent mieux et plus vite.
  • Le mode collaboratif
    Concept clef : la ressource essentielle, c’est le groupe d’apprenants
    C’est l’échange avec les autres, la compréhension d’autres points de vue, la découverte d’autres chemins pour aboutir à une solution, la capacité à se remettre en question pour fonctionner « avec d’autres » qui transforment l’apprenant et le rendent plus compétent, pas seulement techniquement, mais « dans la vie ».
  • Demander à des apprenants de produire eux-mêmes une ressource utile à d'autres concernant une compétence du métier est une situation d'apprentissage efficace et complète.
    C'est une activité qui fait avancer les apprenants à plusieurs niveaux :
    - maîtriser une compétence
    - travailler à plusieurs
    - gérer une situation complexe pour atteindre un objectif
    - rédiger un écrit professionnel
    - présenter oralement
  • Un outil pédagogique en ligne bien pratique : « Padlet », Le mur collaboratif
    Le formateur :
    - crée son compte,
    - crée un ou plusieurs « murs » (ou padlet)
    - donne à chaque groupe l'adresse d'un padlet
    - Précise l'objectif, les consignes, les délais
    Les apprenants :
    - réfléchissent, cherchent l'information, conçoivent les post-it et les mettent en forme et en page
    - présentent leur mur en grand groupe
    - profitent des bonnes pratiques des autres murs
    Deux exemples concrets réalisés par des élèves :
    http://padlet.com/wall/ncimolino_google
    http://padlet.com/wall/mondialisationTS
  • La formatrice a proposé aux agents d'hôtellerie d'illustrer un « guide du ménage de chambre » avec des photos, travail de sous-groupe.
    - Les stagiaires ont du décider des photos pertinentes, les mettre en scène, prendre des photos correctes, les insérer dans un document TTX existant (le guide non illustré), imprimer le document et le déposer sur le campus numérique.
    - Les stagiaires ont ensuite présenté le document en grand groupe, en expliquant leur point de vue sur la qualité du travail réalisé, les difficultés rencontrées et les solutions trouvées.
    - Les documents produits et cette production collective ont été vécues avec une grande fierté par les stagiaires.
  • Les apprentissages en environnement numérique sont à la mode.
    On peut lire presque partout des articles sur le sujet, pas toujours rédigés après un vrai travail de journaliste.
    Certains concepts méritent d'être explicités.
  • Les classes inversées
    De plus en plus d'enseignants modifient leur façon de “faire la classe” pour passer à un modèle plus pratique et plus humain. Ce modèle part d’une idée très simple : le précieux temps de classe serait mieux utilisé si on s’en servait pour interagir et travailler ensemble plutôt que de laisser une seule personne parler.
    Les élèves reçoivent les cours sous forme de ressources en ligne, et les consultent à la maison : plus de devoirs le soir.
    On va profiter du temps libéré en classe pour organiser des activités, des projets de groupe et des échanges qui vont donner un vrai sens au contenu scolaire.
  • Le BYOD consiste à utiliser son propre matériel informatique à la place de celui que pourrait fournir l’entreprise.
    Deux intérêts. Le premier pour le salarié, qui peut utiliser son propre matériel, le second pour l’entreprise qui emploie : elle peut diminuer ses coûts de structure en informatique et même en locaux, puisque certains salariés pourront travailler directement de leur domicile.
    Une étude prouve que les salariés ne sont pas « distraits » par les applications personnelles sur leur matériel.
    Cela suppose de réfléchir aux aspects sociaux et juridiques, à la sécurité de linformation.
    Le BYOD en formation est fréquent : des stagiaires utilisent leur smartphone.
  • Un MOOC est un exemple de formation ouverte et à distance. Le phénomène est récent (2012 en France).
    L'accès aux cours est gratuit, seule la délivrance de certificats (facultatifs) est payante.
    On a une totale liberté pour suivre un Mooc, et le % de ceux qui vont au bout est souvent faible.
    Dans les MOOCs, on trouve le pire et le meilleur, mais il ne faut surtout pas sous-estimer l'importance du phénomène.
    L'afpa a d'ailleurs commencé à lancer des Moocs…
    Le but affiché est de donner accès aux cours au plus grand nombre, mais la stratégie cachée est souvent d'organiser la captation de cerveaux des autres pays vers ses universités.
  • La littératie numérique correspond à la maitrise de savoirs, de capacités et d'attitudes propres au domaine des technologies numériques (ordinateurs, tablettes, smartphones.
    Un formateur est aujourd'hui conduit à avoir des compétences de ce type : il doit faire en sorte que ses apprenants soient performants et employables : il devrait pouvoir les aider à mieux comprendre Internet, à y discerner l'information utile et l'information fausse, à mettre en place une veille emploi, à utiliser efficacement les réseaux sociaux, à collaborer en ligne, à protéger ses données et sa réputation, etc. etc.
    … Non ?
  • Un LMS est un logiciel qui accompagne et gère un processus d'apprentissage ou un parcours pédagogique. En français, on parle de plate-forme e-learning, de campus numérique, ...
    Un LMS :
    - gère la communauté d'apprenants
    - donne accès aux activités et ressources pédagogiques
    - facilite le tutorat et le pilotage
    - permet la gestion administrative de la formation
    Un LMS bien conçu est un vrai centre de formation : on y trouve tout, en un seul lieu, tout le temps : l'administratif, les échanges avec les autres apprenants, avec les formateurs, les travaux à faire, les notes, les supports pédagogiques, ses documents perso, … On s'y sent « confortable » pour apprendre ou former.
  • Former en environnement numérique suppose une période d'apprentissage.
    Au début, on a l'impression de perdre du temps par rapport à « avant ». Mais c'est comme quand on passe de la calculette à Excel, après quelques temps on se met à en gagner, et beaucoup !
    On gagne du temps parce que ce qu'on a mis en place est clonable à volonté, que toute l'information est rassemblée en un seul lieu, qu'on est débarassé du papier… et que les apprenants se mettent à travailer plus et mieux : la formation est accessible quelle que soit l'heure et le lieu, pourvu qu'ils puissent se connecter.
    Voici quelques bonnes pratiques pour se faciliter la vie...
  • Prenez de la marge pour le temps
    Dans le collaboratif, tout prend du temps, mais c'est du temps utile.
    Le web et le recours aux outils en ligne est synonyme de plantage, de débit ralenti au mauvais moment, de fichiers enregistrés sur un PC qui ne sont pas lus par un autre, …
    Les échanges en ligne sont plus longs qu'en face à face.
    Et les échanges sur les productions au moment de la capitalisation sont si précieux et productifs qu'il est hors de question de les bâcler.
    Donc … prévoyez large ! Surtout les 1ères fois.
  • Pour gagner du temps, il faut d'abord en perdre.
    Préparer une séance pour qu'elle soit accessible en ligne est astreignant. Tout prend du temps, ...à part les photocopies !
    Que de temps passé à rédiger des consignes claires et précises, à paramétrer les fonctionnalités qui permettront les échanges, les activités, les dépôts de documents, à mettre en ligne les ressources…
    Par contre, cette séance prête à l'emploi sur la plateforme en 2016 sera prête à l'emploi en 45 minutes en 2017 : il suffira d'actualiser les données et de corriger les quelques défauts repérés en 2016, et d'y inscrire le groupe d'apprenant.
  • Ce graphique traduit mon expérience.
    Quand on a préparé une séance sur une plateforme numérique, on peut regarder le résultat de son travail, c'est très « visuel ». Cela donne envie de fignoler, de proposer quelque chose d'irréprochable.
    Si on ajoute à cela le temps de préparation des séances qu'on organise pour la première fois sur un campus numérique, on peut dire que former en environnement numérique est chronophage.
    Voici une estimation des temps passés par un formateur sur une phase « tout à distance ».
  • Vaste sujet que celui de l'évaluation en ligne. C'est sans doute là que le formateur qui « passe à l'environnement numérique » aura le plus de travail à fournir.
    Les conditions de travail de l'apprenant évalué sont totalement changées : il a accès au web, à TOUTE l'information du web ! Il a aussi accès à son réseau d'amis…
    Il faut donc remettre ses évaluations sur le métier et les ré-inventer en ayant pour principe de vérifier ce que l'apprenant sait faire, pas ce qu'il sait.
    Exemple : au lieu de vérifier sa connaissance d'un vocabulaire technique par un quizz, on va lui demander de corriger un texte où ce vocabulaire n'aura pas été utilisé, ou n'aura pas été correctement.
  • Soyez très exigeants avec vous-même pour rédiger les consignes
    Travailler en ligne, chez soi, pousse souvent les apprenants à « en faire trop », à investir trop de temps. Vous verrez qu'ils travailleront plus « qu'avant », cela se vérifie presque toujours. Faites en sorte de ne pas leur ajouter des difficultés et du temps perdu  : rédigez des consignes parfaites et complètes !
    Préciser les consignes demande beaucoup de travail au formateur/enseignant en mode « à distance » .
    Une consigne ne doit donner lieu à aucune interprétation érronée : vous ne serez pas là pour préciser un détail ou « remédier » oralement à la compréhension d'une consigne rédigée à la va-vite.
  • En cherchant bien, on trouve sur le web des ressources sur presque tous les métiers.
    De plus, soyons clairs, quand on crée une belle ressource sur une compétence, c'est plus soi qu'on forme que les stagiaires…
    Si ce sont les stagiaires qui créent la ressource, par contre, oui, là, ils se forment…
    Si vous prenez des ressources sur le web, ou, mieux, si vous proposez à vos stagiaires d'en trouver et de sélectionner les bonnes, pensez à partager les vôtres ! ... ou celles que vos stagiaires auront produites !
    Solution: les licences Créative Commons !
  • Décryptage des logos des licences Creative Commons
  • Quelques liens utiles,
    Le web regorge maintenant de sites de conseils pour le elearning, mais sélectionner la bonne information fait partie la « Litteratie numérique » …
    Voici une sélection de pages web et de cartes mentales connexes au sujet de cette présentation.
  • Merci de votre attention :-)
    Gilles Le Page
    + 33 685 396 256
    [email_address]
    http://e-pedagogie.lepagegilles.com/
    http://www.scoop.it/t/epedagogie
  • Apprendre et former en environnement numérique

    1. 1. Concevoir et animer des situatons d'apprentssages sur le web2.0 Gilles Le Page - lepagegilles@gmail.com - maj mars 2017 Former en environnement numérique Apprentissage collaboratif et web2.0
    2. 2. Gilles Le Page – mars 2017 Web « 2.0 » : le web d’aujourd’hui Avec des compétences techniques limitées, chacun peut :  partciper, contribuer, collaborer, échanger, ...  L'internaute est devenu actf sur la toile.
    3. 3. Gilles Le Page – mars 2017 Gilles Le Page - @lepagegilles - nov 2013 Former en environnement numérique ? •La posture du formateur
    4. 4. Gilles Le Page – mars 2017 Evoluton du contexte Le web2.0 met l’initatve et le pouvoir entre les mains des apprenants. Les objets d’apprentissage sont collaboratifs, multimédias et actualisés. Formateur hier Formateur demain ≠ = expert accompagnateur producteur de ressources centré sur l'apprenant « Le web2.0 fait évoluer le rôle des des formateurs/enseignants de celui d’experts et producteurs de contenus vers celui d’accompagnateurs en temps réel d’une démarche centrée sur l’apprenant. » Lucie Audet – REFAD - 2008 - http://archives.refad.ca/nouveau/Wikis_blogues_et_Web_2_0.pdf
    5. 5. Gilles Le Page – mars 2017 La 3ème révoluton culturelle et cognitve Conférence de Michel Serres sur les « nouvelles technologies » (en 2007 déjà)  Nous vivons la 3ème révoluton « cognitve »  Le mode classique du stockage, du traitement et de la transmission du savoir est aujourd’hui bouleversé.  Toute l'information est « trouvable » sur l’Internet, tout le temps Le prof de fac qui parle devant des étudiants qui écoutent est obsolète…
    6. 6. Gilles Le Page – mars 2017 La mission du formateur  Un formateur de la formaton professionnelle, c’est :  une personne qui a la culture et les savoirs faire d'un métier  une personne qui a des compétences pédagogiques   Sa mission est de concevoir, de mettre en œuvre et d'animer des situations d'apprentissages pour que d'autres deviennent employables dans ce métier :  il transmet son méter, au sens large du terme Mais alors… la mission d'un formateur ne serait donc pas de produire des supports pédagogiques ? ...
    7. 7. Gilles Le Page – mars 2017 C'est l'actvité qui forme, pas la ressource... Ce qui forme, c'est l'actvité intellectuelle générée chez l'apprenant  ...et entre les apprenants Source image : © vladgrin – Fotolia.com « On ne devient pas médecin en apprenant l'encyclopédie médicale »
    8. 8. Gilles Le Page - @lepagegilles – mai 2016 Former « online » ≠mettre des PDF en ligne Contresens pédagogique très répandu :  Numériser les ressources d'une formation classique  Pour les « poser » sur une plateforme de formation, accompagnés de quizz Source image : Innovation au Napoléon Etre pédagogue en environnement numérique :  Privilégier l'actvité des apprenants, pas les ressources,  Faire « produire » les apprenants en collaboratf, y compris à distance… en profitant des opportunités du Web2.0 Donc, ...re-scénariser chaque séance !
    9. 9. Gilles Le Page – mars 2017 Gilles Le Page - @lepagegilles - nov 2013 Former en environnement numérique ? •Le collaboratf pour apprendre Source image : blog Educpro
    10. 10. Gilles Le Page – mars 2017 Le « collaboratf » produit de l'intelligence ! Le groupe d’apprenants est une ressource pédagogique essentielle ! Ce qui rend un apprenant plus compétent « dans la vie »  Echanger avec les autres pour aboutr à une soluton  Comprendre d’autres points de vue,  Découvrir d’autres chemins  Se remettre en queston pour « fonctonner avec d’autres » Source image : probono.fr
    11. 11. Gilles Le Page – mars 2017 Faire travailler l'intelligence et l'employabilité Quand un groupe d'apprenants produit une ressource en collaboratf sur un domaine de compétence du méter, ses membres se forment :  au méter  au travail en équipe  à la geston de projet  (objectifs, délais, ressources, contraintes,  coordination, livrables, ...)  à la rédacton  à la présentaton orale Source image : Université de Moncton (CANADA)
    12. 12. Gilles Le Page – mars 2017 Exemple : un travail collaboratf sur « la mondialisaton » Un « padlet » réalisé par les élèves de TS de Matthieu CLEMENT, professeur d'Histoire Géographie au Lycée Évariste de Parny (île de La Réunion) : http://padlet.com/wall/mondialisatonTS
    13. 13. Gilles Le Page – mars 2017 Autre exemple : Une producton collaboratve de stagiaires AH
    14. 14. Gilles Le Page – mars 2017 Gilles Le Page - @lepagegilles - nov 2013 Former en environnement numérique ? •Quelques concepts à la mode Source image : Innovation Napoléon
    15. 15. Gilles Le Page – mars 2017 Flipped classroom (classes inversées) Les « Classes inversées » sont principalement mises en œuvre dans le primaire et secondaire Une logique simple et sensée :  L'élève consulte « à la maison » des ressources en ligne  (mises à disposition par l'enseignant) • Les élèves « en classe » réalisent des travaux en petits groupes,  (accompagnés par l'enseignant) C'est en fait proche de la pédagogie en formaton professionnelle..
    16. 16. Gilles Le Page – mars 2017 BYOD (bring your one device)  Le BYOD : usage d'équipements informatiques personnels dans un contexte professionnel.  Problèmes posés :  sécurité de l'information  protection des données  aspects sociaux et juridiques  Question : doit-on et peut-on surveiller chaque smartphone ou PC ?  Postulat : la confiance dans le comportement des stagiaires est un pari efficace
    17. 17. Gilles Le Page – mars 2017 Classes virtuelles La classe virtuelle simule une classe réelle. • C’est une réunion de travail • Elle est fondée sur un objectif d'apprentissage Le formateur/enseignant • Anime la réunion de travail. • Gère les activités des apprenants • Partage son écran, des ressources • Utilise les outils de communication des classes virtuelles (chat, boutons, ...) • Propose ensuite l'enregistrement de la session comme ressource. Image humanis.qc.ca
    18. 18. Gilles Le Page – mars 2017 Les « MOOCs »  MOOC = Massive Online Open Courses,  Littéralement : cours en ligne ouvert et accessible au plus grand nombre.  Les partcipants sont dispersés géographiquement (enseignants et élèves)  Les partcipants communiquent uniquement par Internet.  Des ressources éducatves libres sont le plus souvent utilisées.  Les partcipants sont très nombreux : il arrive fréquemment que plus de 5000 personnes soient réunies pour un cours.
    19. 19. Gilles Le Page - @lepagegilles – mai 2016 La « Litterate numérique »  C'est pourtant une compétence essentelle aujourd'hui  Pour trouver du travail, pour trouver la bonne info, pour se dépatouiller avec les administrations, les banques, pour apprendre ...et bien entendu pour éduquer ses enfants !  C'est une compétence toute neuve !  Il s'agit des savoirs, capacités et des attitudes propres au domaine des technologies numériques (Internet, logiciels, ordinateurs, smartphones)
    20. 20. Gilles Le Page – mars 2017 LMS : toute la formaton au même endroit  Une plate-forme de formaton en ligne (LMS) donne accès sur Internet à TOUTE la formaton, quelle que soit l'heure, même si on est en déplacement, en stage, absent, etc. :  Objectifs  Consignes  Progression  Calendrier  Ressources  Activités  Évaluations  Autres apprenants  Formateur  Administratif... Source image : ISP-Technologies
    21. 21. Gilles Le Page – mars 2017 Gilles Le Page - @lepagegilles - nov 2013 Former en environnement numérique ? •Éclairages sur quelques bonnes pratques Source image : Dolist.net
    22. 22. Gilles Le Page – mars 2017 Donner du temps au temps ! L'environnement numérique ne compresse pas le temps des apprentissages !  L’apprentssage suppose toujours essais et erreurs, et s’en enrichit  Les actvités collaboratves sont chronophages  Les actvités sur le web sont chronophage  Les actvités sur PC sont souvent émaillées de bugs, plantages, …  Les temps de capitalisaton sont essentels et incompressibles : présentations en groupe des travaux réalisés, « débriefing », etc.
    23. 23. Gilles Le Page – mars 2017 Le « e-learning » est chronophage ! 10 heures de travail pour préparer une séance d'apprentssage de 4 heures en partant de zéro.  … Mais 2 heures suffiront sans doute la fois suivante !  Préparer un MOOC de 6 semaines suppose environ 3 mois de préparation à une équipe de travail de plusieurs personnes
    24. 24. Gilles Le Page – mars 2017 Ce qui prend du temps au formateur ! ...si j’en crois mon expérience Perfectionnisme administration de la plateforme Rédaction des consignes Collecte et refonte des ressources Scénarisation des séances Animation, tutorat, assistance 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% % temps passé
    25. 25. Gilles Le Page – mars 2017 Évaluer en ligne = évaluer autrement Évaluer en ligne, c'est évaluer des personnes qui ont accès :  à l'information sur le web  Aux connaissances de leur réseau « d'amis » On ne va plus évaluer les connaissances… On va évaluer la mise en œuvre de l'intelligence et d'un savoir-faire Ceci oblige à ré-inventer de très nombreuses évaluations !Ceci oblige à ré-inventer de très nombreuses évaluations !
    26. 26. Gilles Le Page – mars 2017 Les consignes doivent être très précises Face à face : échanges synchrones, réponses immédiates, possibilité de reformuler les consignes,  S'il y a doute : remédiaton dans l'instant … Gilles Le Page - @lepagegilles - nov 2013 Consignes précises et très clairement formulées = gain de temps et d'énergie  pour les apprenants  pour le formateur/enseignant Distance : échanges asynchrones, consignes lues, comme cela se passe lors d'un examen,  Au moindre doute, la producton est bloquée !
    27. 27. Gilles Le Page – mars 2017 Ouvrir l'accès à ses ressources « Ce qui compte, ce n'est pas la recette, c'est le cuisinier... »  Partageons nos ressources sous licence Creatve Commons !  Creative Commons est une organisation à but non lucratif qui a pour dessein de faciliter la diffusion et le partage des œuvres tout en accompagnant les nouvelles pratiques de création à l’ère numérique. Une courte présentaton :
    28. 28. Gilles Le Page – mars 2017 Les licences Creative Commons Je partage  !
    29. 29. Gilles Le Page – mars 2017 Quelques liens  Educavox : Méthodes et modèles pédagogiques (F. Haeuw) : http://goo.gl/4sPBYq  Travail collaboratf en communauté virtuelle (Carte heuristque) : http://www.xmind.net/m/p2u8/  Nétquette de travail collaboratf (Carte heuristque) : http://www.xmind.net/m/KTiv/  Constructvisme et apprentssage en ligne (blog epedagogie) : http://goo.gl/mMiKi  "Socio-constructvisme", formaton professionnelle et TIC (blog epedagogie) : http://goo.gl/82IVCc  Netpublic.fr : « La boite à outl du travailleur du web » (Dossier 2015) : http://goo.gl/WSxHRW  ZDN : Le BYOD à l’école en 5 questons : http://goo.gl/m9WjzJ  Les nouveaux rôles de l’apprenant (Jack Cool) : http://goo.gl/hpsvtd  Rémi BACHELET, Comment réussir votre MOOC ? https://goo.gl/e10NzD  Educavox : Dossier « professionnalisaton : http://goo.gl/AB9tVt  Veille « Pédagogie et environnement numérique » : http://www.scoop.it/t/epedagogie
    30. 30. Gilles Le Page - lepagegilles@gmail.com - maj mars 2017 Former en environnement numérique Apprentissage collaboratif et web2.0 Merci de votre attenton :-) Concevoir et animer des situatons d'apprentssages sur le web2.0

    ×