SlideShare une entreprise Scribd logo
POSTE DE TRAVAIL EN
PARODONTIE
Dr ZAGHEZ
http://zaghez.mdl2.com/course/index.php?categoryid=12
1. Introduction
• Le poste de travail dentaire est appelée aussi
Unité dentaire, Unit dentaire ou Fauteuil
dentaire.
• Le fauteuil dentaire est l'équipement principal du
médecin dentiste.
• En parodontie, II faut avoir un bon équipement
adapté, et fonctionnel pour une organisation
parfaite du travail.
2. POSTE DE TRAVAIL EN PARODONTIE
• Le poste de travail parodontal: est un
ensemble d’équipements qui sont au nombre
de quatre :
– Le fauteuil du patient ;
– L'unit dentaire (unité centrale) ;
– Le tabouret ou le siège de l'opérateur ;
– Le meuble à instruments et les plans de travail.
Historique
des fauteuils
dentaires
le fauteuil de M.W.
Hanchett 1848
le fauteuil de Daniel
Porter 1837
le fauteuil d'Emile Gardette,
ca. 1835-1840
Le fauteuil de Chevalier
1848
• Evolution des fauteuils dentaires
Figure 1 Fauteuil dentaire Sirona C8 mis à la disposition des étudiants en stage clinique au service de
Parodontologie
2.1 Le fauteuil du patient
• Si le praticien est assis,
sa zone de travail
nécessitant un bon accès
et une bonne visibilité, le
patient doit pouvoir être
mis en décubitus dorsal,
installé le plus
confortablement
possible. Le fauteuil doit
donc pouvoir former un
plan horizontal, le
dossier étant basculé
complètement vers
l'arrière.
2.1 Le fauteuil du patient
• Le fauteuil du
patient destiné
pour les travaux de
parodontie est
conçu pour le
travail assis.
• C’est un fauteuil
inclinable,
composé d’une
têtière, d’un
dossier et d’un
siège/repose-pied.
2.1 Le fauteuil du patient
• Le fauteuil Il est réglable
électriquement dans
toutes les positions, il doit
pouvoir monter
suffisamment haut et
descendre suffisamment
bas (25 - 30 cm repré-
sentent un idéal).
2.1 Le fauteuil du patient
• Le dossier sera le plus mince possible, pour permettre
l'accès de nos jambes sous celui-ci quand nous
l'inclinons en arrière ou quand nous le mettons à
l'horizontale.
• Une têtière normale, souple, facile à manipuler,
orientable, permettra de mettre la tête du patient dans
la meilleure position requise pour le travail à effectuer.
2.1 Le fauteuil du patient
• Le fauteuil du patient
idéale pour les soins
de parodontie doit
être ambidextre (pour
les gauchers et les
droitiers à la fois)
avec la rotation
synchronisée de tous
les élements et
conversion immédiate
de l’unit de l’autre
côté du fauteuil .
• A défaut d’avoir un
fauteuil ambidextre,
le minimum requis du
fauteuil du patient
qu’il soit orientable
de la position 9h à la
position 12h.
2.1 Le fauteuil du patient
• A défaut
d’avoir un
fauteuil
ambidextre, le
minimum
requis du
fauteuil du
patient qu’il
soit orientable
de la position
9h à la
position 12h.
2.2 L'Unit (unité centrale)
• L’unit est composé d’un :
• Un Boitier
• Un bras mobile supportant un plateau (Tablette),
généralement doté d'un porte-instruments
• Un scialytique (éclairage médical) fixé sur un
deuxième bras mobile.
• Un crachoir placé sur le côté gauche du patient.
• Un système d’aspiration. Il existe deux types de
systèmes d’aspiration : l’aspirateur de salive et
l’aspirateur chirurgical (dont l’embout, plus gros
permet d’aspirer le sang et les débris tissulaires
lors d’un acte chirurgical).
2.2 L'Unit (unité centrale)
Boitier comprenant la
carte mère, des
modules
électroniques de
contrôle du
fonctionnement du
fauteuil dentaire.
On y trouve des
pompes et des
électrovannes
reliées à des
circuits électriques
et des conduites
d’eau (potable et
usée).
2.2 L'Unit (unité centrale)
• Un bras mobile supportant un
plateau (Tablette), généralement
doté d'un porte-instruments
avec 2 micro-moteurs (équipés
de fraises et forets, turbines,
pièces à main et contre-angles)
et d’une soufflette à air/eau (La
seringue à usages multiples (eau,
air, spray)). En option la tablette
peut comporter une
instrumentation bas voltage
(lampe à polymérisation,
thermocautère …).
2.2 L'Unit (unité centrale)
• Un scialytique (éclairage
médical) fixé sur un deuxième
bras mobile.
2.2 L'Unit (unité centrale)
• Un crachoir placé
sur le côté gauche
du patient.
2.2 L'Unit (unité centrale)
• Un système
d’aspiration. Il existe
deux types de systèmes
d’aspiration :
l’aspirateur de salive et
l’aspirateur chirurgical
(dont l’embout, plus
gros permet d’aspirer le
sang et les débris
tissulaires lors d’un acte
chirurgical).
2.2 L'Unit (unité centrale)
• Tous les éléments de l’unit doivent assurer une sécurité
maximum pour le praticien et le patient
• Tous les éléments critiques sont amovibles et adaptés à
la désinfection (par ex. poignées de lampe, caches en
silicone pour panneau de commande)
• Surfaces lisses faciles à nettoyer
• Filtre élément assistante pratique et simple à nettoyer
• Un système de désinfection intégré facilite à
permettant une désinfection permanente du circuit
d’eau.
Tous les éléments critiques sont amovibles et
adaptés à la désinfection (par ex. poignées de
lampe, caches en silicone pour panneau de
commande)
2.3 Le siège de l'opérateur
• Le siège de l'opérateur ou le tabouret est muni d'un dossier, monté sur roulettes,
dont le siège peut pivoter, monter et descendre, avec ou sans repose-pied (fig.4).
• Le siege de l'operateur doit être réglable en hauteur, ajustable facilement. Suivant
la taille du praticien, et pour être assis confortablement, le siège doit être situé
entre 45 et 65 cm du sol. Cette variation de hauteur se fera par un système
hydraulique ou pneumatique.
• Le dossier, bien adapté, permet au praticien de mettre à profit la moindre occasion
pour reposer sa colonne vertébrale. Ce dossier lui-même réglable en hauteur,
permettra un appui dorso-lombaire variable selon les types morphologiques. Un
ressort pourra l'amener légèrement au contact du dos, enpression.
• Les roulettes, surtout si elles sont au nombre de 5, permettront une stabilité et
une maniabilité très satisfaisante, le praticien pouvant se déplacer, à l'aide de ses
pieds, tout en restant assis.
• Les pieds du praticien doivent reposer le plus possible à plat sur le sol. Un repose-
pied empêchera la plupart du temps le praticien d'avoir les cuisses parallèles au
2.3 Le siège de l'opérateur
• Les pieds du praticien doivent reposer le plus possible à plat sur le
sol.
• Le siège du tabouret d'opérateur doit pivoter sur son axe pour
permettre d'effectuer une rotation de 360°, de manière à diminuer
les mouvements de rotation de la colonne vertébrale, cela dans le
cas où il s'agit de prendre des instruments à droite ou à gauche ou
éventuellement situés derrière soi.
• Le siège doit être confortable, suffisamment 'rembourré, d'une
largeur suffisante (35 cm environ).
• S'asseoir tout au fond du siège de l’opérateur, de manière à ce que
la colonne lombaire soit bien soutenue. Les genoux ne doivent
jamais être plus hauts que les hanches.
• Le dos doit être soutenu sur toute sa longueur et le dossier de la
chaise incliné de 10° à 20° vers l'arrière.
Le mouvement enveloppant de son dossier offre au praticien plusieurs positions
de travail. Un large levier qui règle montée et descente est placée au dessous du
siège.
Monté sur 5 doubles
roulettes pivotantes,
il est doté du réglage
pneumatique.
Le mouvement
enveloppant de
son dossier offre
au praticien
plusieurs positions
de travail.
Le dos doit être soutenu sur toute sa longueur
et le dossier de la chaise incliné de 10° à 20°
vers l'arrière.
Travail à 4 mains: Position du praticien (7h à
12h) et son assistante 2h à 14h)par rapport au
fauteuil.
Si le patient est un peu tourné vers le côté droit ou gauche ( 40°) en léger
déséquilibre, la tête désaxée par rapport à son corps, il ne passe que peu de
temps dans le fauteuil, alors que le praticien passe sa journée auprès de ce
même fauteuil. Notre travail doit être organisé et méthodique.
La distance du scialytique à la bouche du
malade (champ opératoire) est de 80 cm
La distance de la bouche du patient aux yeux
du praticien (champ visuel) est de 25 à 30 cm)
2.4 Le meuble à instruments
• Le meuble à instruments contient la
petite instrumentation d'usage courant.
Il est préconisé d’avoir un meuble peu
encombrant, pivotant, à tiroirs,monté
sur roulettes, très maniable et très
mobile, qui nous suivra dans nos
déplacements de 12 h à 7 h. II sera situé
toujours à notre gauche et suivant la
position du praticien :
• En 12 h, il sera à gauche du fauteuil ;
• En 11 h, il sera à gauche du fauteuil mais
derrière lui ;
• En 10 h, 9 h, il sera derrière le fauteuil ;
• En 8 h, 7 h, il sera à droite du fauteuil,
plus ou moins derrière. Ce sont bien
entendu, des positions théoriques, et
tous les intermédiaires sont possibles.
2.4 Le meuble à instruments
• Dans les tiroirs de ce meuble, il y aura la petite instrumentation la
plus fréquemment utilisée, (les autres instruments d'un usage plus
restreint, seront mis dans des meubles modular placés en U ou en
V, un peu plus loin derrière le fauteuil). La préhension des
instruments de la main gauche, ne paraît pas être une difficulté
insurmontable avec un peu d'habitude.
• Le dessus du meuble à instruments formera des plans de travail,
très utiles pour placer la petite pharmacie courante, les instruments
tranchants (fraises, abrasifs, etc.) et pourra être réduit à une simple
tablette de travail, ou comporter par exemple des appareils
supplémentaires (appareil à ultra-sons).On peut en augmenter leur
surface, en cas de besoin, par l'adjonction de tablettes coulissantes
escamotables. On pourrait envisager un réglage en hauteur de ces
tablettes.
Equipements spécifique à la
Parodontie
• Le poste de travail de parodontie Il
doit posséder un détartreur avec
lumière, un aéropolisseur et une
lampe à polymérisation.
• La caméra intra-buccal et l’écran
intégré à l’unit sont devenus aussi des
outils indispensables pour une bonne
effectivité des taches à accomplir et
pour une meilleur présentation
détaillée et intensive des étapes du
traitement. Ceci constitue un système
de communication très efficace pour
la préventodontie et
l’hygiénothérapie.
Travail à quatre mains
L'assistante :
indispensable dans bien
des cas pour un travail
efficace à 4 mains.
Elle doit avoir un poste de
travail à gauche du
fauteuil.
Le meuble de gauche du
praticien (et sa surface de
travail) servira alors
également à l'assistante ;
• Un bon matériel permettra au praticien de se
placer dans la meilleure position possible (dos
rectiligne) par rapport à son patient qui, lui-
même, pourra être orienté de façon. à obtenir
la meilleure vision possible du champ
opératoire.
3. Positions de référence du fauteuil
du patient :
• Le fauteuil sur lequel prend place le patient peut être réglé de
manière à permettre des soins (fig.5), soit dans l'arcade dentaire
supérieure (fig.6), soit dans l'arcade dentaire inférieure du patient
(assise réglable en hauteur, dossier inclinable (fig.7). Le dentiste ou
chirurgien dentiste est assis sur un siège dentaire à roulettes
réglable en hauteur et se sert des différents instruments accessibles
à portée de main sur le plateau fixé sur le bras mobile. Le
scialytique articulé permet d’éclairer la zone de travail.
• Lorsque le praticien bénéficie de l’aide d’un assistant dentaire, ce
dernier prend place de l’autre coté du fauteuil et se charge de
manipuler la canule d’aspiration (à usage unique ou stérilisable). Le
système d’aspiration est dans ce cas placé à son coté, à la gauche du
patient.
• Si un crachoir est disponible, le patient a la possibilité de se rincer la
bouche avec de l’eau ou un produit antiseptique, quand le praticien
lui en donne l'opportunité (fig.8).
Figure 5. Position initiale du fauteuil pour la montée et la descente du patient
Figure 6. Position du fauteuil pour des soins sur l'arcade dentaire supérieur du patient (postion allongée).
Figure 7. Position du fauteuil pour des soins sur l'arcade dentaire inférieure du patient (postion semi allongée).
Figure 8. Position du fauteuil en cas de rinçage
CONCLUSION
• Le fauteuil dentaire en parodontie doit être
d’une extrême convivialité. Il doit être
d’une manipulation simple et possédant
une intégration totale de toutes les
fonctions principales, facilement
accessibles pour une excellente fluidité du
travail et garantissant des procédures de
traitement ergonomiques.
QUESTIONS D'AUTO- EVALUATIONS
Avant de passer au TD suivant, l'étudiant (e) doit répondre à toutes les questions de l'auto-évaluation. Les
questions sont posées selon l'ordre du texte du document :
http://zaghez.mdl2.com/course/index.php?categoryid=12
1.Définir le poste de travail en parodontologie.
2.Citez les éléments d'un fauteuil du patient.
3.Décrire les caractéristiques techniques du fauteuil du patient.
4. Quelles sont les normes ergonomiques du dossier et de la têtière du fauteuil du
patient ?
5.Qu'appelle-t-on un fauteuil dentaire qui permet des soins pour les gauchers et les
droitiers à la fois ?
6.Citez les éléments constitutif de l'unit dentaire.
7.Décrire les éléments standards et optionnels de la tablette.
8.Qu'appelle-t-on l'éclairage médical fixé sur un deuxième bras mobile du fauteuil
dentaire ?
9.Décrire le système d'aspiration du fauteuil dentaire.
10.Quelles sont les spécificités techniques des unités dentaires modernes pour
assurer une sécurité maximum pour le praticien et le patient avec une facilité
d'entretien et de maintenance ?
11.Quelles sont les éléments du siège de l'opérateur.
12.Décrire les fonctionnalités du siège et son mode d'utilisation.
Poste de travail en parodontie

Contenu connexe

Tendances

Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 
Les concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparationLes concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparation
Abdeldjalil Gadra
 
Apexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationApexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexification
Oral Surgeon
 
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Abdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
 
Téléradiographie
TéléradiographieTéléradiographie
Téléradiographie
 
Les concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparationLes concepts actuels de préparation
Les concepts actuels de préparation
 
Apexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationApexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexification
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
 
Prothese elements du chassis 2
Prothese elements du chassis 2Prothese elements du chassis 2
Prothese elements du chassis 2
 
Les empreintes en ppma
Les empreintes en ppmaLes empreintes en ppma
Les empreintes en ppma
 
Paralléliseur
ParalléliseurParalléliseur
Paralléliseur
 
Contention
ContentionContention
Contention
 
Prothese elements du chassis
Prothese elements du chassisProthese elements du chassis
Prothese elements du chassis
 
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
Plan de traitement en prothèse partiel adjointe
 
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
L'occlusion en prothèse totale amovible : POP-DVO-RC
 
Les verres ionomeres
Les verres ionomeresLes verres ionomeres
Les verres ionomeres
 
la relation paro- endo
la relation paro- endo la relation paro- endo
la relation paro- endo
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
Traitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe final copie
Traitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe   final copieTraitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe   final copie
Traitement des empreintes au laboratoire en prothèse conjointe final copie
 
Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2Avulsion dentaire 2
Avulsion dentaire 2
 
Traitement endodontique : cavité d’accès
Traitement endodontique : cavité d’accèsTraitement endodontique : cavité d’accès
Traitement endodontique : cavité d’accès
 
Terminologie en o
Terminologie en oTerminologie en o
Terminologie en o
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
 

Poste de travail en parodontie

  • 1. POSTE DE TRAVAIL EN PARODONTIE Dr ZAGHEZ http://zaghez.mdl2.com/course/index.php?categoryid=12
  • 2. 1. Introduction • Le poste de travail dentaire est appelée aussi Unité dentaire, Unit dentaire ou Fauteuil dentaire. • Le fauteuil dentaire est l'équipement principal du médecin dentiste. • En parodontie, II faut avoir un bon équipement adapté, et fonctionnel pour une organisation parfaite du travail.
  • 3. 2. POSTE DE TRAVAIL EN PARODONTIE • Le poste de travail parodontal: est un ensemble d’équipements qui sont au nombre de quatre : – Le fauteuil du patient ; – L'unit dentaire (unité centrale) ; – Le tabouret ou le siège de l'opérateur ; – Le meuble à instruments et les plans de travail.
  • 4. Historique des fauteuils dentaires le fauteuil de M.W. Hanchett 1848 le fauteuil de Daniel Porter 1837 le fauteuil d'Emile Gardette, ca. 1835-1840 Le fauteuil de Chevalier 1848
  • 5. • Evolution des fauteuils dentaires
  • 6. Figure 1 Fauteuil dentaire Sirona C8 mis à la disposition des étudiants en stage clinique au service de Parodontologie
  • 7.
  • 8.
  • 9. 2.1 Le fauteuil du patient • Si le praticien est assis, sa zone de travail nécessitant un bon accès et une bonne visibilité, le patient doit pouvoir être mis en décubitus dorsal, installé le plus confortablement possible. Le fauteuil doit donc pouvoir former un plan horizontal, le dossier étant basculé complètement vers l'arrière.
  • 10. 2.1 Le fauteuil du patient • Le fauteuil du patient destiné pour les travaux de parodontie est conçu pour le travail assis. • C’est un fauteuil inclinable, composé d’une têtière, d’un dossier et d’un siège/repose-pied.
  • 11. 2.1 Le fauteuil du patient • Le fauteuil Il est réglable électriquement dans toutes les positions, il doit pouvoir monter suffisamment haut et descendre suffisamment bas (25 - 30 cm repré- sentent un idéal).
  • 12. 2.1 Le fauteuil du patient • Le dossier sera le plus mince possible, pour permettre l'accès de nos jambes sous celui-ci quand nous l'inclinons en arrière ou quand nous le mettons à l'horizontale. • Une têtière normale, souple, facile à manipuler, orientable, permettra de mettre la tête du patient dans la meilleure position requise pour le travail à effectuer.
  • 13. 2.1 Le fauteuil du patient • Le fauteuil du patient idéale pour les soins de parodontie doit être ambidextre (pour les gauchers et les droitiers à la fois) avec la rotation synchronisée de tous les élements et conversion immédiate de l’unit de l’autre côté du fauteuil . • A défaut d’avoir un fauteuil ambidextre, le minimum requis du fauteuil du patient qu’il soit orientable de la position 9h à la position 12h.
  • 14. 2.1 Le fauteuil du patient • A défaut d’avoir un fauteuil ambidextre, le minimum requis du fauteuil du patient qu’il soit orientable de la position 9h à la position 12h.
  • 15. 2.2 L'Unit (unité centrale) • L’unit est composé d’un : • Un Boitier • Un bras mobile supportant un plateau (Tablette), généralement doté d'un porte-instruments • Un scialytique (éclairage médical) fixé sur un deuxième bras mobile. • Un crachoir placé sur le côté gauche du patient. • Un système d’aspiration. Il existe deux types de systèmes d’aspiration : l’aspirateur de salive et l’aspirateur chirurgical (dont l’embout, plus gros permet d’aspirer le sang et les débris tissulaires lors d’un acte chirurgical).
  • 16. 2.2 L'Unit (unité centrale) Boitier comprenant la carte mère, des modules électroniques de contrôle du fonctionnement du fauteuil dentaire. On y trouve des pompes et des électrovannes reliées à des circuits électriques et des conduites d’eau (potable et usée).
  • 17. 2.2 L'Unit (unité centrale) • Un bras mobile supportant un plateau (Tablette), généralement doté d'un porte-instruments avec 2 micro-moteurs (équipés de fraises et forets, turbines, pièces à main et contre-angles) et d’une soufflette à air/eau (La seringue à usages multiples (eau, air, spray)). En option la tablette peut comporter une instrumentation bas voltage (lampe à polymérisation, thermocautère …).
  • 18. 2.2 L'Unit (unité centrale) • Un scialytique (éclairage médical) fixé sur un deuxième bras mobile.
  • 19. 2.2 L'Unit (unité centrale) • Un crachoir placé sur le côté gauche du patient.
  • 20. 2.2 L'Unit (unité centrale) • Un système d’aspiration. Il existe deux types de systèmes d’aspiration : l’aspirateur de salive et l’aspirateur chirurgical (dont l’embout, plus gros permet d’aspirer le sang et les débris tissulaires lors d’un acte chirurgical).
  • 21. 2.2 L'Unit (unité centrale) • Tous les éléments de l’unit doivent assurer une sécurité maximum pour le praticien et le patient • Tous les éléments critiques sont amovibles et adaptés à la désinfection (par ex. poignées de lampe, caches en silicone pour panneau de commande) • Surfaces lisses faciles à nettoyer • Filtre élément assistante pratique et simple à nettoyer • Un système de désinfection intégré facilite à permettant une désinfection permanente du circuit d’eau.
  • 22. Tous les éléments critiques sont amovibles et adaptés à la désinfection (par ex. poignées de lampe, caches en silicone pour panneau de commande)
  • 23. 2.3 Le siège de l'opérateur • Le siège de l'opérateur ou le tabouret est muni d'un dossier, monté sur roulettes, dont le siège peut pivoter, monter et descendre, avec ou sans repose-pied (fig.4). • Le siege de l'operateur doit être réglable en hauteur, ajustable facilement. Suivant la taille du praticien, et pour être assis confortablement, le siège doit être situé entre 45 et 65 cm du sol. Cette variation de hauteur se fera par un système hydraulique ou pneumatique. • Le dossier, bien adapté, permet au praticien de mettre à profit la moindre occasion pour reposer sa colonne vertébrale. Ce dossier lui-même réglable en hauteur, permettra un appui dorso-lombaire variable selon les types morphologiques. Un ressort pourra l'amener légèrement au contact du dos, enpression. • Les roulettes, surtout si elles sont au nombre de 5, permettront une stabilité et une maniabilité très satisfaisante, le praticien pouvant se déplacer, à l'aide de ses pieds, tout en restant assis. • Les pieds du praticien doivent reposer le plus possible à plat sur le sol. Un repose- pied empêchera la plupart du temps le praticien d'avoir les cuisses parallèles au
  • 24. 2.3 Le siège de l'opérateur • Les pieds du praticien doivent reposer le plus possible à plat sur le sol. • Le siège du tabouret d'opérateur doit pivoter sur son axe pour permettre d'effectuer une rotation de 360°, de manière à diminuer les mouvements de rotation de la colonne vertébrale, cela dans le cas où il s'agit de prendre des instruments à droite ou à gauche ou éventuellement situés derrière soi. • Le siège doit être confortable, suffisamment 'rembourré, d'une largeur suffisante (35 cm environ). • S'asseoir tout au fond du siège de l’opérateur, de manière à ce que la colonne lombaire soit bien soutenue. Les genoux ne doivent jamais être plus hauts que les hanches. • Le dos doit être soutenu sur toute sa longueur et le dossier de la chaise incliné de 10° à 20° vers l'arrière.
  • 25. Le mouvement enveloppant de son dossier offre au praticien plusieurs positions de travail. Un large levier qui règle montée et descente est placée au dessous du siège.
  • 26. Monté sur 5 doubles roulettes pivotantes, il est doté du réglage pneumatique. Le mouvement enveloppant de son dossier offre au praticien plusieurs positions de travail.
  • 27. Le dos doit être soutenu sur toute sa longueur et le dossier de la chaise incliné de 10° à 20° vers l'arrière.
  • 28. Travail à 4 mains: Position du praticien (7h à 12h) et son assistante 2h à 14h)par rapport au fauteuil.
  • 29. Si le patient est un peu tourné vers le côté droit ou gauche ( 40°) en léger déséquilibre, la tête désaxée par rapport à son corps, il ne passe que peu de temps dans le fauteuil, alors que le praticien passe sa journée auprès de ce même fauteuil. Notre travail doit être organisé et méthodique.
  • 30. La distance du scialytique à la bouche du malade (champ opératoire) est de 80 cm
  • 31. La distance de la bouche du patient aux yeux du praticien (champ visuel) est de 25 à 30 cm)
  • 32. 2.4 Le meuble à instruments • Le meuble à instruments contient la petite instrumentation d'usage courant. Il est préconisé d’avoir un meuble peu encombrant, pivotant, à tiroirs,monté sur roulettes, très maniable et très mobile, qui nous suivra dans nos déplacements de 12 h à 7 h. II sera situé toujours à notre gauche et suivant la position du praticien : • En 12 h, il sera à gauche du fauteuil ; • En 11 h, il sera à gauche du fauteuil mais derrière lui ; • En 10 h, 9 h, il sera derrière le fauteuil ; • En 8 h, 7 h, il sera à droite du fauteuil, plus ou moins derrière. Ce sont bien entendu, des positions théoriques, et tous les intermédiaires sont possibles.
  • 33. 2.4 Le meuble à instruments • Dans les tiroirs de ce meuble, il y aura la petite instrumentation la plus fréquemment utilisée, (les autres instruments d'un usage plus restreint, seront mis dans des meubles modular placés en U ou en V, un peu plus loin derrière le fauteuil). La préhension des instruments de la main gauche, ne paraît pas être une difficulté insurmontable avec un peu d'habitude. • Le dessus du meuble à instruments formera des plans de travail, très utiles pour placer la petite pharmacie courante, les instruments tranchants (fraises, abrasifs, etc.) et pourra être réduit à une simple tablette de travail, ou comporter par exemple des appareils supplémentaires (appareil à ultra-sons).On peut en augmenter leur surface, en cas de besoin, par l'adjonction de tablettes coulissantes escamotables. On pourrait envisager un réglage en hauteur de ces tablettes.
  • 34. Equipements spécifique à la Parodontie • Le poste de travail de parodontie Il doit posséder un détartreur avec lumière, un aéropolisseur et une lampe à polymérisation. • La caméra intra-buccal et l’écran intégré à l’unit sont devenus aussi des outils indispensables pour une bonne effectivité des taches à accomplir et pour une meilleur présentation détaillée et intensive des étapes du traitement. Ceci constitue un système de communication très efficace pour la préventodontie et l’hygiénothérapie.
  • 35. Travail à quatre mains L'assistante : indispensable dans bien des cas pour un travail efficace à 4 mains. Elle doit avoir un poste de travail à gauche du fauteuil. Le meuble de gauche du praticien (et sa surface de travail) servira alors également à l'assistante ;
  • 36. • Un bon matériel permettra au praticien de se placer dans la meilleure position possible (dos rectiligne) par rapport à son patient qui, lui- même, pourra être orienté de façon. à obtenir la meilleure vision possible du champ opératoire.
  • 37. 3. Positions de référence du fauteuil du patient : • Le fauteuil sur lequel prend place le patient peut être réglé de manière à permettre des soins (fig.5), soit dans l'arcade dentaire supérieure (fig.6), soit dans l'arcade dentaire inférieure du patient (assise réglable en hauteur, dossier inclinable (fig.7). Le dentiste ou chirurgien dentiste est assis sur un siège dentaire à roulettes réglable en hauteur et se sert des différents instruments accessibles à portée de main sur le plateau fixé sur le bras mobile. Le scialytique articulé permet d’éclairer la zone de travail. • Lorsque le praticien bénéficie de l’aide d’un assistant dentaire, ce dernier prend place de l’autre coté du fauteuil et se charge de manipuler la canule d’aspiration (à usage unique ou stérilisable). Le système d’aspiration est dans ce cas placé à son coté, à la gauche du patient. • Si un crachoir est disponible, le patient a la possibilité de se rincer la bouche avec de l’eau ou un produit antiseptique, quand le praticien lui en donne l'opportunité (fig.8).
  • 38. Figure 5. Position initiale du fauteuil pour la montée et la descente du patient
  • 39. Figure 6. Position du fauteuil pour des soins sur l'arcade dentaire supérieur du patient (postion allongée).
  • 40. Figure 7. Position du fauteuil pour des soins sur l'arcade dentaire inférieure du patient (postion semi allongée).
  • 41. Figure 8. Position du fauteuil en cas de rinçage
  • 42. CONCLUSION • Le fauteuil dentaire en parodontie doit être d’une extrême convivialité. Il doit être d’une manipulation simple et possédant une intégration totale de toutes les fonctions principales, facilement accessibles pour une excellente fluidité du travail et garantissant des procédures de traitement ergonomiques.
  • 43. QUESTIONS D'AUTO- EVALUATIONS Avant de passer au TD suivant, l'étudiant (e) doit répondre à toutes les questions de l'auto-évaluation. Les questions sont posées selon l'ordre du texte du document : http://zaghez.mdl2.com/course/index.php?categoryid=12 1.Définir le poste de travail en parodontologie. 2.Citez les éléments d'un fauteuil du patient. 3.Décrire les caractéristiques techniques du fauteuil du patient. 4. Quelles sont les normes ergonomiques du dossier et de la têtière du fauteuil du patient ? 5.Qu'appelle-t-on un fauteuil dentaire qui permet des soins pour les gauchers et les droitiers à la fois ? 6.Citez les éléments constitutif de l'unit dentaire. 7.Décrire les éléments standards et optionnels de la tablette. 8.Qu'appelle-t-on l'éclairage médical fixé sur un deuxième bras mobile du fauteuil dentaire ? 9.Décrire le système d'aspiration du fauteuil dentaire. 10.Quelles sont les spécificités techniques des unités dentaires modernes pour assurer une sécurité maximum pour le praticien et le patient avec une facilité d'entretien et de maintenance ? 11.Quelles sont les éléments du siège de l'opérateur. 12.Décrire les fonctionnalités du siège et son mode d'utilisation.