SlideShare une entreprise Scribd logo
Management général
Mme RABHI
Les styles de commandement( Lewin)
2
• Le mode autoritaire : le leader décide seul et donne des
ordres. Ce mode aboutit à des rendements élevés à CT mais
crée une mauvaise ambiance et suscite des comportements
agressifs. Il n’entraîne pas de cohésion dans le groupe, ni
d’adhésion aux objectifs fixés, ni de créativité ;
• Le mode de commandement démocratique : le manager
encourage la participation des membres du groupe à la
définition des objectifs et aux moyens de les atteindre. Le
manager décide ensuite. Les collaborateurs disposent d’une
forte autonomie dans leur travail et font preuve de
beaucoup de créativité.
Les styles de commandement(Lewin)
3
• Le mode de commandement du laisser-faire : le leader ne
participe pas aux activités du groupe, il ne prend pas de
décision et ne s’implique pas. Ce mode de leadership
aboutit à des rendements faibles et crée beaucoup
d’insatisfaction pour les membres du groupe. Ce mode est,
pour Lewin, le pire.
• Les études de Lewin ont montré la supériorité du style de
commandement démocratique au niveau du climat social et
de l’efficacité.
L’étude des motivations
4
• Elle consiste à interpréter les actions de façon à retrouver le
sens réel de la conduite d‘un individu et les raisons qui
expliquent cette conduite. L’étude des motivations doit tenir
compte des données suivantes:
 Tout comportement comporte des mobiles rationnels et
irrationnels;
 Le sens d’une action ou d’une attitude n’apparaît pas toujours
immédiatement;
 Les attitudes et les comportements évoluent dans le temps sous
l’impact d’influences diverses (niveau d ’éducation, accès aux
informations, mentalités, traditions,…)
L’étude des motivations
5
• De façon générale, on agit pour satisfaire un besoin. Le
processus fondamental de la motivation peut être schématisé
ainsi: à la suite d’un besoin insatisfait une personne ressent une
sensation d’inconfort (une certaine tension) ce qui la pousse à
agir en vue de satisfaire un besoin. Une fois le besoin satisfait,
cette sensation disparaît et la personne revient à son état de
départ
(Tableau)
Pyramide de Maslow
6
Pyramide de Maslow
• Besoins physiologiques : le niveau de base de tous les besoins
humains : nourriture, eau, bien être physique… ;
• Besoins de sécurité : de protection et de stabilité dans les
événements de la vie quotidienne (emploi, retraite)
• Besoins d’appartenance et d’affection : besoin d’amour,
d’affection et d’appartenance dans les relations avec les autres ;
• Besoins d’estime : besoin de mériter l’estime des autres, besoin
de respect, de prestige, de reconnaissance, de confiance en la
compétence et maîtrise professionnelle ;
• Besoins d’accomplissement de soi : niveau le plus élevé, besoin
de réalisation de soi, d’épanouissement et d’utilisation des
compétences pour viser la créativité la plus grande.
7
Pyramide de Maslow
• Le concept de hiérarchie des besoins permet de définir les
origines de la motivation humaine
• L’intensité d’un besoin augmente avec le degré de satisfaction
d’un besoin de niveau inférieur.
• Pour l’entreprise, il y a une triple utilité dans la théorie des
besoins :
- pour les responsables d’entreprises, cela les incite à réfléchir sur
le besoin du personnel.
- fonction marketing (étude du besoin des consommateurs).
- gestion des ressources humaines.
8
Théorie des deux facteurs (Herzberg)
• Question de motivation humaine au travail.
• Les circonstances qui conduisent à la satisfaction et à la
motivation au travail ne sont pas de même nature que celles qui
conduisent à l’insatisfaction et au mécontentement.
• Les réponses des individus sont différentes selon que l’on leur
demande ce qui provoque leur motivation au travail et ce qui
déclenche leur insatisfaction.
9
Théorie des deux facteurs (Herzberg)
• Il a proposé ces méthodes avec un double objectif :
 Éviter le mécontentement. Les facteurs de mécontentement peuvent
être facilement identifiés et éliminés; pour lui cela fait partie des
revendications normales des salariés. Il faut veiller à la qualité des
conditions de travail et à un système de rémunération motivant.
 Provoquer la satisfaction par l’élargissement et l’enrichissement des
tâches : la taylorisation a appauvri le contenu du travail. Il faut
enrichir le travail :
- élargissement des tâches : il s’agit de regrouper sur un même poste de
travail des tâches élémentaires, auparavant réparties entre plusieurs
opérateurs.
- enrichissement des tâches : il s’agit de restructurer les tâches qui
visent à donner un contenu plus qualifié au travail et à donner plus
de responsabilités aux opérateurs.
10
Théorie des deux facteurs (Herzberg)
• La satisfaction et l’insatisfaction ne sont pas opposées.
• La motivation ne peut pas venir de l’élimination des facteurs
d’insatisfaction.
• Si les facteurs de satisfaction sont absents, les salariés ne feront
pas preuve d’insatisfaction mais ne seront pas motivés.
Schéma
11
La théorie X et la théorie y (Gregor)
12
Les styles de direction (Likert)
13
• Le style autoritaire –exploiteur : le manager utilise la
crainte et la sanction pour inciter les subordonnés à
travailler. La communication est uniquement descendante,
les décisions sont prises par le niveau supérieur de la
hiérarchie ;
• Le style autoritaire-paternaliste : l’incitation est réalisée
grâce à des menaces et des récompenses. La
communication est descendante, seules quelques
décisions peu importantes sont déléguées. Les personnes
cherchent à se faire apprécier par la hiérarchie au lieu
d’avoir un esprit critique ;
Les styles de direction (Likert)
14
• Le style consultatif : la communication s’effectue dans les
deux sens. Les salariés sont donc consultés, mais ils n’ont
pas d’influence véritable : les décisions importantes sont
prises au sommet ;
• Le style participatif : la direction fixe des objectifs à
atteindre à des groupes d’individus qui ont une autonomie
importante. Ce mode de commandement développe une
coopération et un esprit d’équipe important.
La grille de Blake et Mouton
15
La grille de Blake et Mouton
16
• Le style (1,1) : le manager n’accorde d’intérêt ni a la
production, ni au personnel. Il ne s’identifie pas à
l’organisation, il fait le minimum pour conserver son
poste ;
• Le style (9,1) : le manager manifeste beaucoup
d’intérêt pour les problèmes de la production sans se
soucier des attentes du personnel. Ce type de
management correspond au modèle d’organisation
envisagé par Taylor ;
La grille de Blake et Mouton
17
• Le style (1,9) : le manager s’attache particulièrement aux
problèmes du personnel sans trop tenir compte de la
production. Il veut être aimé par son groupe, même si la
qualité du travail fourni est plutôt médiocre ;
• Le style (9,9) : le manager est capable de concilier les
impératifs économiques et les impératifs sociaux. Il fera
appel à la participation et à la créativité du groupe pour
engager la responsabilité de tous ;
• Le style (5,5) : le manager cherche une voie
intermédiaire sans arriver à exploiter totalement le
potentiel de l’entreprise et du groupe.
Synthèse
18
Système entreprise
19
• Une typologie des systèmes peut être établie en fonction
de leur degré de complexité.
• L’entreprise figure parmi les systèmes les plus complexes;
de ce fait elle est difficilement conceptualisable.
• Pour simplifier l’analyse, on décompose le système en 3
sous-systèmes :
- le sous-système de pilotage qui décide des objectifs et des
actions (système de contrôle de gestion),
- le sous-système d’information qui est le relais et qui permet
la prise de décision (système d'information au centre),
- le sous-système opératoire qui traite des flux physiques, flux
financiers.
Théories de contingence:
20
• Avec l’accroissement de la concurrence, l’analyse des
organisations s’oriente davantage vers l’étude de
l’environnement des firmes et ses effets sur leur mode
d’organisation et de structuration.
• Avec les théories de contingence, nous quittons les
modèles universalistes pour aborder des modèles
relativistes qui visent plutôt à décrire le fonctionnement
des organisations en prenant en considération la
diversité des situations.
Théories de contingence:
21
• Ces théories se sont efforcées de repérer les conditions
(variables de contingence) qui permettent de préconiser
une solution d’organisation optimale parmi des
solutions disponibles.
• Elles se sont intéressées à des caractéristiques
structurelles des organisations, variables de contingence
internes, telles la taille, l’âge, la technologie, ou à des
caractéristiques externes telles l’environnement des
organisations.
Modèle de Woodward
22
• Les caractéristiques examinées : le type de structure, le
nombre de spécialisations des fonctions, l'étendue de
l'éventail de subordination, le nombre de niveaux
hiérarchiques, le ratio : effectif direction & encadrement
/ effectif total….
• Résultat: il n'existait pas de relation directe significative
entre ces caractéristiques et le succès des entreprises.
• " il ne peut y avoir une seule bonne façon d'organiser les
entreprises ".
Il existe bien une structure idéale mais dans chacune des
catégories technologiques distinguées
Modèle de Lawrence et Lorch
23
• Relation structure environnement.
• Le couple différenciation – intégration
1. Différenciation: Le département production traite avec
le fournisseur et le marché du travail par exemple. Le
bureau d'études s'intéresse aux connaissances
scientifiques et techniques, aux innovations, à la
recherche…
Cette différenciation se traduit en termes structurels
(chaque unité engendre des types d'interrelations
formelles particulières), mais aussi cognitifs et affectifs
(type d'objectifs, horizon temporel, type de
comportements interpersonnels…).
Modèle de Lawrence et Lorch
24
2. Intégration: elle se manifeste par la qualité de la
collaboration entre départements ou unités qui
doivent unir leurs efforts pour satisfaire les demandes
de l'environnement. Les modes de règlement des
conflits constituent une composante essentielle du
processus d'intégration, le règlement par la voie
hiérarchique, préconisé par les classiques, n'étant
qu'un moyen parmi d'autres.
On associe l'influence de l'environnement à sa nature
(certitude-incertitude)
Résultats de l’enquête
25
1. Le secteur des matières plastiques de base:
 Environnement varié et dynamique
 Méthodes de production se renouvellent rapidement, et
donc la concurrence se joue sur l'innovation
 R&D est responsable en grande partie à l’incertitude à
laquelle est confrontée l’entreprise
 Les tâches du département commercial sont modérément
incertaines et celles de la production assez bien
prévisibles
Fortes différences entre les trois (la R&D moins formelle
et la production plus formelle)
Résultats de l’enquête
26
1. Le secteur des matières plastiques de base:
Une forte intégration est nécessaire pour associer la
réalisation des objectifs des organisations du secteur, ce
que confirment les observations. On constate également
que l'intégration satisfaisante est obtenue par la mise en
oeuvre, dans les entreprises les plus performantes, de
procédures appropriées de résolution des conflits. Dans
le secteur des plastiques, les organisations efficaces
doivent être fortement différenciées et hautement
intégrées et ce, d'une manière spécifique.
Résultats de l’enquête
27
2. Le secteur de la fabrication d'emballages standards en
carton
• L’environnement est stable, ne rencontrant pas de
méthodes et produits nouveaux. La concurrence se réalise
à travers les conditions accordées aux clients : délais de
livraison, conformité des produits, coûts.
• L'unité la plus sollicitée est celle de la production.
Résultats de l’enquête
28
3. Le secteur des conserves alimentaires
• Le principal moyen de la concurrence est l'innovation, mais
il s'agit d'une innovation très subordonnée au goût des
consommateurs, la recherche et le marketing sont donc
principalement concernés.
Résultats de l’enquête
29
• L'état de différenciation d'une entreprise performante doit
être conforme à l'incertitude de chacun des aspects de son
environnement, tandis que l'état d'intégration doit
répondre aux exigences d'interdépendance de cet
environnement.
• Mais comme différenciation et intégration sont
antagonistes, ces entreprises efficaces doivent aussi
élaborer les procédures de résolution des conflits entre
leurs unités, qui soient appropriées à la situation.
Théorie de la décision (Simon)
30
• L’organisation est principalement un lieu de problèmes, un
lieu de décisions individuelles.
• Toute analyse de l’organisation passe par l’étude des choix
individuels. Il s’efforce d’analyser les décisions dans leur
adaptation quant aux objectifs visés.
Théorie de la décision (Simon)
31
• Simon a mis en évidence les limites de la rationalité des
décisions :
- l’environnement est trop complexe pour être appréhendé
dans sa globalité,
- la connaissance des conséquences d’une décision est
toujours partielle,
- il est difficile d’évaluer les conséquences futures d’une
décision,
- le plus souvent, on n’examine qu’un nombre restreint de
choix possibles (plus grande limitation).
Théorie de la décision (Simon)
32
• Il ajoute que souvent un individu, confronté à un choix,
construit un modèle simplifié de la réalité en se référant à
sa propre expérience passée.
• Il cherche à adopter une solution qui lui apporte un niveau
minimum de satisfaction et non pas une solution optimale.
• La rationalité d’un individu est limitée faute de temps, faute
de capacité, faute d’informations.
Les apports de Simon
33
Pourquoi est-il impossible d’avoir une rationalité parfaite
(une rationalité absolue)?
Les principes de la rationalité limitée
 Les capacités cognitives des individus sont limitées et
bornées, ce qui les empêche d’envisager toutes les
solutions
 Les individus sont incapables de traiter l’ensemble
des informations provenant de l’environnement.
Les principes de la rationalité limitée
• La plupart des décisions sont prises dans un univers
complexe et incertain
• Le décideur ne peut connaître parfaitement toute les
informations pour choisir de manière optimale
Résultat de Simon
« Rechercher une solution satisfaisante est une
stratégie plus efficace que rechercher un choix
optimal qui dans la pratique n’est pas réalisable »
La théorie du comportement de l’entreprise
(CYERT et MARCH) :
37
• Il existe 4 principes de base pour la prise de décision :
1. La quasi-résolution des conflits :
- rationalité locale : chaque unité dans l’entreprise doit
s’efforcer de résoudre son problème pour elle-même à son
niveau, à travers la délégation (de décisions) et la
spécialisation dans les buts et les décisions. Cela permet à
l’entreprise de passer d’une situation comportant de
nombreux problèmes complexes et imbriqués, de nombreux
buts conflictuels, à une série de problèmes simples et localisés.
- le traitement séquentiel des problèmes : c'est un
traitement des problèmes les uns après les autres sans
chercher à les fusionner.
La théorie du comportement de l’entreprise
(CYERT et MARCH) :
38
2. L’élimination de l’incertitude : une entreprise a à faire face
à de nombreuses incertitudes (ex. : le marché). Pour ces
auteurs, l’entreprise doit chercher à éliminer pas à pas les
incertitudes qui se présentent; elle ne doit faire aucune
anticipation, aucun plan à moyen ou long terme.
Souvent, l'entreprise cherche à éliminer les incertitudes en
négociant avec son environnement et en adoptant des
approches à CT
La théorie du comportement de l’entreprise
(CYERT et MARCH) :
39
3. La recherche de la problématique : il s’agit
d’approfondir l’étude des problèmes pour en dégager la
solution.
Définir les objectifs en termes de satisfaction minimum
(acceptabilité) et non d’optimisation (maximisation)
La théorie du comportement de l’entreprise
(CYERT et MARCH) :
40
4. L'apprentissage : les entreprises adaptent leur
comportement dans le temps à partir du résultat des
actions passées.
« L’apprentissage crée de la connaissance et du savoir à
partir de l’expérience et de l’action »
l’analyse stratégique des organisations
• Crozier démontre que les relations de pouvoir ne se
limitent pas aux rapports hiérarchiques: tout salarié
cherche à récupérer des espaces « sources d’incertitude »
pour exercer une influence et développer des stratégies.
L’acteur et le système: Crozier et Friedberg
• Ils rejettent le modèle bureaucratique qui ne repose que
sur des relations de pouvoir et qui ignore l’influence des
relations et des jeux stratégiques que peut développer
tout salarié.
• Le salarié ne subit pas passivement son environnement;
c’est un acteur stratégique. Le pouvoir de tout individu
correspond à sa capacité de réduire les incertitudes de son
environnement « les zones d’incertitude »;
42
L’acteur et le système: Crozier et Friedberg
• Donc, Le pouvoir peut ne pas se confondre avec la
hiérarchie et peut correspondre à la maîtrise d’une
compétence (pouvoir d’expertise), à la maîtrise d’une
source d’information, à la capacité à communiquer…
43
Ecole socio-technique (Emery et Trist)
Les interactions système technique-système social
Ecole socio-technique
• Considérer les organisations comme des systèmes
ouverts sur leur environnement et composées de
deux sous- systèmes fortement interdépendants:
Le système technique
Le système social
Le système technique: machines, outils, ensemble des
procédures
Le système social : les individus qui rendent
opérationnel le système technique (qualification,
attentes, interactions,….)
Ecole socio-technique
• Optimiser les relations entre les deux systèmes.
• La performance d’une organisation dépend de
l’optimisation conjointe de deux systèmes et au
maintien de leur équilibre
• L’école socio-technique est issue des recherches
entreprises, dans les années 1950, au Tavistock
Institute of Human Relations de Londres
Objectif: étudier le lien entre les systèmes techniques et
humains
Résultats
• S’interroger sur le fait que les gains de productivité
escomptés de la mécanisation n’atteignait pas le
niveau prévu (application des principes du
management taylorien: être payé à la tâche, règle,
parcellisation, démotivation)
• Sans remettre en cause la nouvelle technologie, les
chercheurs de Tavistock institute ont proposé des
formules de travail en groupe où chacun bénéficie
d’une autonomie
La nouvelle organisation basée sur des qualifications
différentes, des équipes autonomes de production,
une dépendance de chacun par rapport au travail des
autres, enrichissement des tâches a aboutit à des
résultats spectaculaires :
- productivité satisfaisante
- entraide et solidarité entre les mineurs.
L’équipe autonome est un groupe d’employés
fonctionnant sans manager et responsable d’un processus
de travail ou d’un segment complet de production afin de
fournir un produit ou un service à un client interne ou
externe
Les équipes autonomes permettent d'avoir une
organisation qui s'adapte mieux aux changements de
l'environnement.
Les changements technologiques créent un impact
déterminant sur le fonctionnement des groupes et sur
celui des individus qui les composent
L’analyse socio-technique affirme la capacité des salariés
à s’organiser en groupes autonomes qui tiennent
compte à la fois des besoins des individus et de ceux de
la production.
Le système social influencera le système technique:
implication faible des individus: pas de créativité
L’absentéisme et le roulement du personnel ne
permettra pas de créer des équipes permanentes qui
ont des interactions et des sentiments qui mènent à la
réalisation des activités
Conception classique / Conception socio-technique
Conception classique Conception socio-technique
L’homme conçu comme une
extension de la machine
L’homme conçu comme complément
de la machine
L’homme considéré comme pièce
de rechange, à remplacer quand il
est usé
L’homme est considéré comme
ressource qui doit être développée.
Division maximum du travail en
tâches élémentaires demandant
des qualifications simplifiées.
Regroupement optimum des tâches
demandant des qualifications
multipliées et larges
Style autocratique Style participatif
16
Aliénation Engagement
L’aliénation est la dépossession de l'individu et sa perte de
maîtrise de ses forces propres au profit de puissances
supérieures,

Contenu connexe

Tendances

Cours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprisesCours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprises
M0os
 
Les theories des_organisations-2
Les theories des_organisations-2Les theories des_organisations-2
Les theories des_organisations-2
Saritt'ah Rochdi
 
La théorie de la contingence
La théorie de la contingenceLa théorie de la contingence
La théorie de la contingence
Chiraz Chebbi
 
Management école-moderne
Management école-moderneManagement école-moderne
Management école-moderne
Shinichi Kudo
 
1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations
Mohamed Ali
 
Ecole de la contingence
Ecole de la contingenceEcole de la contingence
Ecole de la contingence
MeryemeBadra
 
S2- Management Général- Cours
S2- Management Général- CoursS2- Management Général- Cours
S2- Management Général- Cours
Cours Fsjest
 
Theorie des-organisations
Theorie des-organisationsTheorie des-organisations
Theorie des-organisations
Jarrosson Bruno
 
Presentaion gestion de temps
Presentaion gestion de tempsPresentaion gestion de temps
Presentaion gestion de temps
Alaeddine Mannai
 
Module 1 bases du_management_
Module 1 bases du_management_Module 1 bases du_management_
Module 1 bases du_management_
Koffi KONAN
 
Bureaucratie et Management
Bureaucratie et ManagementBureaucratie et Management
Bureaucratie et Management
Sacha Gajcanin
 
Peter Drucker
Peter DruckerPeter Drucker
Peter Drucker
Lawrence Nagazina
 
Mémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managériales
Mémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managérialesMémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managériales
Mémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managériales
fgourd
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)
Amjad Soltani
 
Scéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementScéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au management
Amjad Soltani
 
Cours conflits sociaux
Cours conflits sociaux Cours conflits sociaux
Cours conflits sociaux
Lycée Français de Budapest
 
La théorie de la contingence
La théorie de la contingenceLa théorie de la contingence
La théorie de la contingence
Chiraz Chebbi
 
3 les styles de management
3   les styles de management3   les styles de management
3 les styles de management
NASSIMA1970
 
Gestion des ressources humaines dans l’entreprise
Gestion des ressources humaines dans l’entrepriseGestion des ressources humaines dans l’entreprise
Gestion des ressources humaines dans l’entreprise
Herman KOALA
 

Tendances (20)

Cours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprisesCours organisation des entreprises
Cours organisation des entreprises
 
Les theories des_organisations-2
Les theories des_organisations-2Les theories des_organisations-2
Les theories des_organisations-2
 
La théorie de la contingence
La théorie de la contingenceLa théorie de la contingence
La théorie de la contingence
 
Management école-moderne
Management école-moderneManagement école-moderne
Management école-moderne
 
Théories de la contingence
Théories de la contingenceThéories de la contingence
Théories de la contingence
 
1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations1 module introduction à la théorie des organisations
1 module introduction à la théorie des organisations
 
Ecole de la contingence
Ecole de la contingenceEcole de la contingence
Ecole de la contingence
 
S2- Management Général- Cours
S2- Management Général- CoursS2- Management Général- Cours
S2- Management Général- Cours
 
Theorie des-organisations
Theorie des-organisationsTheorie des-organisations
Theorie des-organisations
 
Presentaion gestion de temps
Presentaion gestion de tempsPresentaion gestion de temps
Presentaion gestion de temps
 
Module 1 bases du_management_
Module 1 bases du_management_Module 1 bases du_management_
Module 1 bases du_management_
 
Bureaucratie et Management
Bureaucratie et ManagementBureaucratie et Management
Bureaucratie et Management
 
Peter Drucker
Peter DruckerPeter Drucker
Peter Drucker
 
Mémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managériales
Mémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managérialesMémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managériales
Mémoire fabrice gourd juillet 2010 compétences managériales
 
Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)Ch.ii approches du managementt (1)
Ch.ii approches du managementt (1)
 
Scéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au managementScéance introductive 1 introduction au management
Scéance introductive 1 introduction au management
 
Cours conflits sociaux
Cours conflits sociaux Cours conflits sociaux
Cours conflits sociaux
 
La théorie de la contingence
La théorie de la contingenceLa théorie de la contingence
La théorie de la contingence
 
3 les styles de management
3   les styles de management3   les styles de management
3 les styles de management
 
Gestion des ressources humaines dans l’entreprise
Gestion des ressources humaines dans l’entrepriseGestion des ressources humaines dans l’entreprise
Gestion des ressources humaines dans l’entreprise
 

En vedette

S2- Management Général- Cours
S2- Management Général- CoursS2- Management Général- Cours
S2- Management Général- Cours
Polycope Fsjest
 
Statistique descriptives s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]
Statistique descriptives  s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]Statistique descriptives  s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]
Statistique descriptives s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]
jamal yasser
 
Resume management s2 www.learneconomie.blogspot.com
Resume management s2 www.learneconomie.blogspot.comResume management s2 www.learneconomie.blogspot.com
Resume management s2 www.learneconomie.blogspot.com
Jamal Yasser
 
Economie droit term. bac pro livre élève - ed.2005
Economie droit term. bac pro   livre élève - ed.2005Economie droit term. bac pro   livre élève - ed.2005
Economie droit term. bac pro livre élève - ed.2005
jamal yasser
 
Le marché et le principe de la concurrence
Le marché et le principe de la concurrenceLe marché et le principe de la concurrence
Le marché et le principe de la concurrence
jamal yasser
 
Concours d'acces au master économie
Concours d'acces au master économie Concours d'acces au master économie
Concours d'acces au master économie
jamal yasser
 
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseauLe statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
keusman
 
Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]
Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]
Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]
jamal yasser
 
Cours Algèbre - CAPES -
Cours Algèbre - CAPES -Cours Algèbre - CAPES -
Cours Algèbre - CAPES -
FATIHA AKEF
 
Droit commercial semestre4
Droit commercial semestre4Droit commercial semestre4
Droit commercial semestre4
Jamal Yasser
 
Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...
Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...
Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...
Jamal Yasser
 
Qcm audit s6
Qcm audit s6Qcm audit s6
Qcm audit s6
Jamal Yasser
 
Algébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitiveAlgébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitive
hassan1488
 
Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]
Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]
Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]
jamal yasser
 
Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4
Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4
Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4
Jamal Yasser
 
La concurrence marketing
La concurrence   marketingLa concurrence   marketing
La concurrence marketing
Omar BE
 
Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]
Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]
Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]
Jamal Yasser
 
Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4
Jamal Yasser
 
Droit commerciale s44
Droit commerciale s44 Droit commerciale s44
Droit commerciale s44
Jamal Yasser
 

En vedette (20)

S2- Management Général- Cours
S2- Management Général- CoursS2- Management Général- Cours
S2- Management Général- Cours
 
Statistique descriptives s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]
Statistique descriptives  s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]Statistique descriptives  s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]
Statistique descriptives s1 de bien www.learneconomie.blogspot.com]
 
Resume management s2 www.learneconomie.blogspot.com
Resume management s2 www.learneconomie.blogspot.comResume management s2 www.learneconomie.blogspot.com
Resume management s2 www.learneconomie.blogspot.com
 
Economie droit term. bac pro livre élève - ed.2005
Economie droit term. bac pro   livre élève - ed.2005Economie droit term. bac pro   livre élève - ed.2005
Economie droit term. bac pro livre élève - ed.2005
 
Le marché et le principe de la concurrence
Le marché et le principe de la concurrenceLe marché et le principe de la concurrence
Le marché et le principe de la concurrence
 
Concours d'acces au master économie
Concours d'acces au master économie Concours d'acces au master économie
Concours d'acces au master économie
 
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseauLe statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
Le statut des objets dans la théorie de l\'acteur-réseau
 
Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]
Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]
Cours master-audit-comptable-financier [www.cours-economie.com]
 
Shildeshare
ShildeshareShildeshare
Shildeshare
 
Cours Algèbre - CAPES -
Cours Algèbre - CAPES -Cours Algèbre - CAPES -
Cours Algèbre - CAPES -
 
Droit commercial semestre4
Droit commercial semestre4Droit commercial semestre4
Droit commercial semestre4
 
Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...
Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...
Exercices et corriges des travaux dirigés de comptabilité générale 2 [learnec...
 
Qcm audit s6
Qcm audit s6Qcm audit s6
Qcm audit s6
 
Algébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitiveAlgébre+2+v definitive
Algébre+2+v definitive
 
Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]
Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]
Examen micro s1 [www.learneconomie.blogspot.com]
 
Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4
Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4
Exercices de la Comptabilité des Sociétés s4
 
La concurrence marketing
La concurrence   marketingLa concurrence   marketing
La concurrence marketing
 
Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]
Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]
Analyse et diagnostic_financier_s4[learneconomie.blogspot.com]
 
Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4Cours analyse-financiere s4
Cours analyse-financiere s4
 
Droit commerciale s44
Droit commerciale s44 Droit commerciale s44
Droit commerciale s44
 

Similaire à 151062695 cours-de-management http://adyou.me/4fHh

2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine
2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine
2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine
jdenailly
 
Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2
Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2
Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2
pascalloustalot
 
le management en 2013
le management en 2013le management en 2013
le management en 2013
Prof. Jacques Folon (Ph.D)
 
Expos emanagement leadership
Expos emanagement leadershipExpos emanagement leadership
Expos emanagement leadership
diva1990
 
La fonction manageriale
La fonction managerialeLa fonction manageriale
La fonction manageriale
BOUJDI ZOUHEIR
 
Les &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbb
Les &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbbLes &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbb
Les &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbb
AdrielBadou
 
Les styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.pptLes styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.ppt
nhoussali
 
Universitédelorraine2018 Cours 2 autorité pouvoir leadership
Universitédelorraine2018  Cours 2 autorité pouvoir leadershipUniversitédelorraine2018  Cours 2 autorité pouvoir leadership
Universitédelorraine2018 Cours 2 autorité pouvoir leadership
Prof. Jacques Folon (Ph.D)
 
Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !
Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !
Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !
M2i Formation
 
METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership
METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership
METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership
Prof. Jacques Folon (Ph.D)
 
Management : 10 Outils gagnés de la sociologie
Management : 10 Outils gagnés de la sociologieManagement : 10 Outils gagnés de la sociologie
Management : 10 Outils gagnés de la sociologie
HR SCOPE
 
LA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdf
LA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdfLA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdf
LA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdf
BokoYAOAURLE
 
Learning the dance of change
Learning the dance of changeLearning the dance of change
Learning the dance of change
LDERMINE
 
Quick wins for training & disseminating ideas
Quick wins for training & disseminating ideasQuick wins for training & disseminating ideas
Quick wins for training & disseminating ideas
LDERMINE
 
Luc dermine learning training
Luc dermine learning trainingLuc dermine learning training
Luc dermine learning training
LDERMINE
 
Learning the dance of change
Learning the dance of changeLearning the dance of change
Learning the dance of change
LDERMINE
 
Leadership
LeadershipLeadership
Leadership
Omar Jaouny
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementt
Amjad Soltani
 
Autorité, pouvoir et leadership
Autorité, pouvoir et leadershipAutorité, pouvoir et leadership
Autorité, pouvoir et leadership
Prof. Jacques Folon (Ph.D)
 

Similaire à 151062695 cours-de-management http://adyou.me/4fHh (20)

Théorie des organisations
Théorie des organisationsThéorie des organisations
Théorie des organisations
 
2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine
2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine
2009 12 09 Lecoledelarelationhumaine
 
Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2
Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2
Iae lyon3 gestion des équipes et des processus module #2
 
le management en 2013
le management en 2013le management en 2013
le management en 2013
 
Expos emanagement leadership
Expos emanagement leadershipExpos emanagement leadership
Expos emanagement leadership
 
La fonction manageriale
La fonction managerialeLa fonction manageriale
La fonction manageriale
 
Les &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbb
Les &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbbLes &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbb
Les &ggggghhhhhhhhhhhhbbbbbbbbbbbbbbbbbb
 
Les styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.pptLes styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.ppt
 
Universitédelorraine2018 Cours 2 autorité pouvoir leadership
Universitédelorraine2018  Cours 2 autorité pouvoir leadershipUniversitédelorraine2018  Cours 2 autorité pouvoir leadership
Universitédelorraine2018 Cours 2 autorité pouvoir leadership
 
Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !
Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !
Formation M2i - Faites face aux challenges de l'organisation Hybride !
 
METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership
METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership
METZ COURS 2 Autorité,pouvoir, leadership
 
Management : 10 Outils gagnés de la sociologie
Management : 10 Outils gagnés de la sociologieManagement : 10 Outils gagnés de la sociologie
Management : 10 Outils gagnés de la sociologie
 
LA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdf
LA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdfLA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdf
LA MOTIVATION AU TRAVAIL .pdf
 
Learning the dance of change
Learning the dance of changeLearning the dance of change
Learning the dance of change
 
Quick wins for training & disseminating ideas
Quick wins for training & disseminating ideasQuick wins for training & disseminating ideas
Quick wins for training & disseminating ideas
 
Luc dermine learning training
Luc dermine learning trainingLuc dermine learning training
Luc dermine learning training
 
Learning the dance of change
Learning the dance of changeLearning the dance of change
Learning the dance of change
 
Leadership
LeadershipLeadership
Leadership
 
Ch.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementtCh.ii approches du managementt
Ch.ii approches du managementt
 
Autorité, pouvoir et leadership
Autorité, pouvoir et leadershipAutorité, pouvoir et leadership
Autorité, pouvoir et leadership
 

Plus de jamal yasser

Comptabilité analytique cours et exercices corrigés
Comptabilité analytique cours et exercices corrigés Comptabilité analytique cours et exercices corrigés
Comptabilité analytique cours et exercices corrigés
jamal yasser
 
Resume economie monetaire document www.cours-economie.com
Resume economie monetaire document www.cours-economie.comResume economie monetaire document www.cours-economie.com
Resume economie monetaire document www.cours-economie.com
jamal yasser
 
ComptaBILITE analytique S3 methode_abc
ComptaBILITE analytique S3 methode_abcComptaBILITE analytique S3 methode_abc
ComptaBILITE analytique S3 methode_abc
jamal yasser
 
Contrôle final de la comptabilité des societes
Contrôle  final de  la comptabilité des societesContrôle  final de  la comptabilité des societes
Contrôle final de la comptabilité des societes
jamal yasser
 
cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com
 cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com
cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Fiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.com
Fiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.comFiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.com
Fiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Exam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.com
Exam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.comExam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.com
Exam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.com
jamal yasser
 
Rechrches operationnele exam 2016 +corr
Rechrches operationnele exam 2016 +corrRechrches operationnele exam 2016 +corr
Rechrches operationnele exam 2016 +corr
jamal yasser
 
cours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.com
cours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.comcours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.com
cours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.com
jamal yasser
 
RECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COM
RECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COMRECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COM
RECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COM
jamal yasser
 
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.comL’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Cours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.com
Cours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.comCours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.com
Cours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Cours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.com
Cours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.comCours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.com
Cours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.com
jamal yasser
 
Histoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.com
Histoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.comHistoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.com
Histoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Fiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.com
Fiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.comFiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.com
Fiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.com
jamal yasser
 
INTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.com
INTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.comINTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.com
INTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.com
jamal yasser
 
Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/
Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/
Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/
jamal yasser
 
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.comCours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Gestion des ressources humaines www.cours-economie.com
Gestion des ressources humaines www.cours-economie.comGestion des ressources humaines www.cours-economie.com
Gestion des ressources humaines www.cours-economie.com
jamal yasser
 
Cours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.com
Cours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.comCours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.com
Cours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.com
jamal yasser
 

Plus de jamal yasser (20)

Comptabilité analytique cours et exercices corrigés
Comptabilité analytique cours et exercices corrigés Comptabilité analytique cours et exercices corrigés
Comptabilité analytique cours et exercices corrigés
 
Resume economie monetaire document www.cours-economie.com
Resume economie monetaire document www.cours-economie.comResume economie monetaire document www.cours-economie.com
Resume economie monetaire document www.cours-economie.com
 
ComptaBILITE analytique S3 methode_abc
ComptaBILITE analytique S3 methode_abcComptaBILITE analytique S3 methode_abc
ComptaBILITE analytique S3 methode_abc
 
Contrôle final de la comptabilité des societes
Contrôle  final de  la comptabilité des societesContrôle  final de  la comptabilité des societes
Contrôle final de la comptabilité des societes
 
cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com
 cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com
cours de Fiscalite résumé s5 www.cours-economie.com
 
Fiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.com
Fiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.comFiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.com
Fiscalite de-lentreprise s5 www.cours-economie.com
 
Exam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.com
Exam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.comExam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.com
Exam rsolus 2016 statistique s1www.td-economie.blogspot.com
 
Rechrches operationnele exam 2016 +corr
Rechrches operationnele exam 2016 +corrRechrches operationnele exam 2016 +corr
Rechrches operationnele exam 2016 +corr
 
cours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.com
cours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.comcours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.com
cours statistique descriptive s1 www.learneconomie.blogspot.com
 
RECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COM
RECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COMRECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COM
RECHERCHE OPERATIONNELLE S5 WWW.COURS-ECONOMIE.COM
 
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.comL’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
L’economie monetaire pas_a_pas www.cours-economie.com
 
Cours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.com
Cours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.comCours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.com
Cours de fiscalité fsjes maroc www.cours-economie.com
 
Cours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.com
Cours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.comCours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.com
Cours de fiscalite www.fsjes-td.blogspot.com
 
Histoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.com
Histoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.comHistoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.com
Histoire de la pensée économique résumé de cours s5 www.cours-economie.com
 
Fiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.com
Fiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.comFiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.com
Fiscalite s5 bien detaille www.fsjes td.blogspot.com
 
INTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.com
INTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.comINTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.com
INTRODUCTION A L'ECONOMIE SEMESTRE 1 www.fsjes-td.blogspot.com
 
Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/
Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/
Cablage de demarrage www.ofppt-elec.blogspot.com/
 
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.comCours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
Cours complet de comptabilité générale www.cours-economie.com
 
Gestion des ressources humaines www.cours-economie.com
Gestion des ressources humaines www.cours-economie.comGestion des ressources humaines www.cours-economie.com
Gestion des ressources humaines www.cours-economie.com
 
Cours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.com
Cours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.comCours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.com
Cours comptabilite analytique s3 www.cours-economie.com
 

151062695 cours-de-management http://adyou.me/4fHh

  • 2. Les styles de commandement( Lewin) 2 • Le mode autoritaire : le leader décide seul et donne des ordres. Ce mode aboutit à des rendements élevés à CT mais crée une mauvaise ambiance et suscite des comportements agressifs. Il n’entraîne pas de cohésion dans le groupe, ni d’adhésion aux objectifs fixés, ni de créativité ; • Le mode de commandement démocratique : le manager encourage la participation des membres du groupe à la définition des objectifs et aux moyens de les atteindre. Le manager décide ensuite. Les collaborateurs disposent d’une forte autonomie dans leur travail et font preuve de beaucoup de créativité.
  • 3. Les styles de commandement(Lewin) 3 • Le mode de commandement du laisser-faire : le leader ne participe pas aux activités du groupe, il ne prend pas de décision et ne s’implique pas. Ce mode de leadership aboutit à des rendements faibles et crée beaucoup d’insatisfaction pour les membres du groupe. Ce mode est, pour Lewin, le pire. • Les études de Lewin ont montré la supériorité du style de commandement démocratique au niveau du climat social et de l’efficacité.
  • 4. L’étude des motivations 4 • Elle consiste à interpréter les actions de façon à retrouver le sens réel de la conduite d‘un individu et les raisons qui expliquent cette conduite. L’étude des motivations doit tenir compte des données suivantes:  Tout comportement comporte des mobiles rationnels et irrationnels;  Le sens d’une action ou d’une attitude n’apparaît pas toujours immédiatement;  Les attitudes et les comportements évoluent dans le temps sous l’impact d’influences diverses (niveau d ’éducation, accès aux informations, mentalités, traditions,…)
  • 5. L’étude des motivations 5 • De façon générale, on agit pour satisfaire un besoin. Le processus fondamental de la motivation peut être schématisé ainsi: à la suite d’un besoin insatisfait une personne ressent une sensation d’inconfort (une certaine tension) ce qui la pousse à agir en vue de satisfaire un besoin. Une fois le besoin satisfait, cette sensation disparaît et la personne revient à son état de départ (Tableau)
  • 7. Pyramide de Maslow • Besoins physiologiques : le niveau de base de tous les besoins humains : nourriture, eau, bien être physique… ; • Besoins de sécurité : de protection et de stabilité dans les événements de la vie quotidienne (emploi, retraite) • Besoins d’appartenance et d’affection : besoin d’amour, d’affection et d’appartenance dans les relations avec les autres ; • Besoins d’estime : besoin de mériter l’estime des autres, besoin de respect, de prestige, de reconnaissance, de confiance en la compétence et maîtrise professionnelle ; • Besoins d’accomplissement de soi : niveau le plus élevé, besoin de réalisation de soi, d’épanouissement et d’utilisation des compétences pour viser la créativité la plus grande. 7
  • 8. Pyramide de Maslow • Le concept de hiérarchie des besoins permet de définir les origines de la motivation humaine • L’intensité d’un besoin augmente avec le degré de satisfaction d’un besoin de niveau inférieur. • Pour l’entreprise, il y a une triple utilité dans la théorie des besoins : - pour les responsables d’entreprises, cela les incite à réfléchir sur le besoin du personnel. - fonction marketing (étude du besoin des consommateurs). - gestion des ressources humaines. 8
  • 9. Théorie des deux facteurs (Herzberg) • Question de motivation humaine au travail. • Les circonstances qui conduisent à la satisfaction et à la motivation au travail ne sont pas de même nature que celles qui conduisent à l’insatisfaction et au mécontentement. • Les réponses des individus sont différentes selon que l’on leur demande ce qui provoque leur motivation au travail et ce qui déclenche leur insatisfaction. 9
  • 10. Théorie des deux facteurs (Herzberg) • Il a proposé ces méthodes avec un double objectif :  Éviter le mécontentement. Les facteurs de mécontentement peuvent être facilement identifiés et éliminés; pour lui cela fait partie des revendications normales des salariés. Il faut veiller à la qualité des conditions de travail et à un système de rémunération motivant.  Provoquer la satisfaction par l’élargissement et l’enrichissement des tâches : la taylorisation a appauvri le contenu du travail. Il faut enrichir le travail : - élargissement des tâches : il s’agit de regrouper sur un même poste de travail des tâches élémentaires, auparavant réparties entre plusieurs opérateurs. - enrichissement des tâches : il s’agit de restructurer les tâches qui visent à donner un contenu plus qualifié au travail et à donner plus de responsabilités aux opérateurs. 10
  • 11. Théorie des deux facteurs (Herzberg) • La satisfaction et l’insatisfaction ne sont pas opposées. • La motivation ne peut pas venir de l’élimination des facteurs d’insatisfaction. • Si les facteurs de satisfaction sont absents, les salariés ne feront pas preuve d’insatisfaction mais ne seront pas motivés. Schéma 11
  • 12. La théorie X et la théorie y (Gregor) 12
  • 13. Les styles de direction (Likert) 13 • Le style autoritaire –exploiteur : le manager utilise la crainte et la sanction pour inciter les subordonnés à travailler. La communication est uniquement descendante, les décisions sont prises par le niveau supérieur de la hiérarchie ; • Le style autoritaire-paternaliste : l’incitation est réalisée grâce à des menaces et des récompenses. La communication est descendante, seules quelques décisions peu importantes sont déléguées. Les personnes cherchent à se faire apprécier par la hiérarchie au lieu d’avoir un esprit critique ;
  • 14. Les styles de direction (Likert) 14 • Le style consultatif : la communication s’effectue dans les deux sens. Les salariés sont donc consultés, mais ils n’ont pas d’influence véritable : les décisions importantes sont prises au sommet ; • Le style participatif : la direction fixe des objectifs à atteindre à des groupes d’individus qui ont une autonomie importante. Ce mode de commandement développe une coopération et un esprit d’équipe important.
  • 15. La grille de Blake et Mouton 15
  • 16. La grille de Blake et Mouton 16 • Le style (1,1) : le manager n’accorde d’intérêt ni a la production, ni au personnel. Il ne s’identifie pas à l’organisation, il fait le minimum pour conserver son poste ; • Le style (9,1) : le manager manifeste beaucoup d’intérêt pour les problèmes de la production sans se soucier des attentes du personnel. Ce type de management correspond au modèle d’organisation envisagé par Taylor ;
  • 17. La grille de Blake et Mouton 17 • Le style (1,9) : le manager s’attache particulièrement aux problèmes du personnel sans trop tenir compte de la production. Il veut être aimé par son groupe, même si la qualité du travail fourni est plutôt médiocre ; • Le style (9,9) : le manager est capable de concilier les impératifs économiques et les impératifs sociaux. Il fera appel à la participation et à la créativité du groupe pour engager la responsabilité de tous ; • Le style (5,5) : le manager cherche une voie intermédiaire sans arriver à exploiter totalement le potentiel de l’entreprise et du groupe.
  • 19. Système entreprise 19 • Une typologie des systèmes peut être établie en fonction de leur degré de complexité. • L’entreprise figure parmi les systèmes les plus complexes; de ce fait elle est difficilement conceptualisable. • Pour simplifier l’analyse, on décompose le système en 3 sous-systèmes : - le sous-système de pilotage qui décide des objectifs et des actions (système de contrôle de gestion), - le sous-système d’information qui est le relais et qui permet la prise de décision (système d'information au centre), - le sous-système opératoire qui traite des flux physiques, flux financiers.
  • 20. Théories de contingence: 20 • Avec l’accroissement de la concurrence, l’analyse des organisations s’oriente davantage vers l’étude de l’environnement des firmes et ses effets sur leur mode d’organisation et de structuration. • Avec les théories de contingence, nous quittons les modèles universalistes pour aborder des modèles relativistes qui visent plutôt à décrire le fonctionnement des organisations en prenant en considération la diversité des situations.
  • 21. Théories de contingence: 21 • Ces théories se sont efforcées de repérer les conditions (variables de contingence) qui permettent de préconiser une solution d’organisation optimale parmi des solutions disponibles. • Elles se sont intéressées à des caractéristiques structurelles des organisations, variables de contingence internes, telles la taille, l’âge, la technologie, ou à des caractéristiques externes telles l’environnement des organisations.
  • 22. Modèle de Woodward 22 • Les caractéristiques examinées : le type de structure, le nombre de spécialisations des fonctions, l'étendue de l'éventail de subordination, le nombre de niveaux hiérarchiques, le ratio : effectif direction & encadrement / effectif total…. • Résultat: il n'existait pas de relation directe significative entre ces caractéristiques et le succès des entreprises. • " il ne peut y avoir une seule bonne façon d'organiser les entreprises ". Il existe bien une structure idéale mais dans chacune des catégories technologiques distinguées
  • 23. Modèle de Lawrence et Lorch 23 • Relation structure environnement. • Le couple différenciation – intégration 1. Différenciation: Le département production traite avec le fournisseur et le marché du travail par exemple. Le bureau d'études s'intéresse aux connaissances scientifiques et techniques, aux innovations, à la recherche… Cette différenciation se traduit en termes structurels (chaque unité engendre des types d'interrelations formelles particulières), mais aussi cognitifs et affectifs (type d'objectifs, horizon temporel, type de comportements interpersonnels…).
  • 24. Modèle de Lawrence et Lorch 24 2. Intégration: elle se manifeste par la qualité de la collaboration entre départements ou unités qui doivent unir leurs efforts pour satisfaire les demandes de l'environnement. Les modes de règlement des conflits constituent une composante essentielle du processus d'intégration, le règlement par la voie hiérarchique, préconisé par les classiques, n'étant qu'un moyen parmi d'autres. On associe l'influence de l'environnement à sa nature (certitude-incertitude)
  • 25. Résultats de l’enquête 25 1. Le secteur des matières plastiques de base:  Environnement varié et dynamique  Méthodes de production se renouvellent rapidement, et donc la concurrence se joue sur l'innovation  R&D est responsable en grande partie à l’incertitude à laquelle est confrontée l’entreprise  Les tâches du département commercial sont modérément incertaines et celles de la production assez bien prévisibles Fortes différences entre les trois (la R&D moins formelle et la production plus formelle)
  • 26. Résultats de l’enquête 26 1. Le secteur des matières plastiques de base: Une forte intégration est nécessaire pour associer la réalisation des objectifs des organisations du secteur, ce que confirment les observations. On constate également que l'intégration satisfaisante est obtenue par la mise en oeuvre, dans les entreprises les plus performantes, de procédures appropriées de résolution des conflits. Dans le secteur des plastiques, les organisations efficaces doivent être fortement différenciées et hautement intégrées et ce, d'une manière spécifique.
  • 27. Résultats de l’enquête 27 2. Le secteur de la fabrication d'emballages standards en carton • L’environnement est stable, ne rencontrant pas de méthodes et produits nouveaux. La concurrence se réalise à travers les conditions accordées aux clients : délais de livraison, conformité des produits, coûts. • L'unité la plus sollicitée est celle de la production.
  • 28. Résultats de l’enquête 28 3. Le secteur des conserves alimentaires • Le principal moyen de la concurrence est l'innovation, mais il s'agit d'une innovation très subordonnée au goût des consommateurs, la recherche et le marketing sont donc principalement concernés.
  • 29. Résultats de l’enquête 29 • L'état de différenciation d'une entreprise performante doit être conforme à l'incertitude de chacun des aspects de son environnement, tandis que l'état d'intégration doit répondre aux exigences d'interdépendance de cet environnement. • Mais comme différenciation et intégration sont antagonistes, ces entreprises efficaces doivent aussi élaborer les procédures de résolution des conflits entre leurs unités, qui soient appropriées à la situation.
  • 30. Théorie de la décision (Simon) 30 • L’organisation est principalement un lieu de problèmes, un lieu de décisions individuelles. • Toute analyse de l’organisation passe par l’étude des choix individuels. Il s’efforce d’analyser les décisions dans leur adaptation quant aux objectifs visés.
  • 31. Théorie de la décision (Simon) 31 • Simon a mis en évidence les limites de la rationalité des décisions : - l’environnement est trop complexe pour être appréhendé dans sa globalité, - la connaissance des conséquences d’une décision est toujours partielle, - il est difficile d’évaluer les conséquences futures d’une décision, - le plus souvent, on n’examine qu’un nombre restreint de choix possibles (plus grande limitation).
  • 32. Théorie de la décision (Simon) 32 • Il ajoute que souvent un individu, confronté à un choix, construit un modèle simplifié de la réalité en se référant à sa propre expérience passée. • Il cherche à adopter une solution qui lui apporte un niveau minimum de satisfaction et non pas une solution optimale. • La rationalité d’un individu est limitée faute de temps, faute de capacité, faute d’informations.
  • 33. Les apports de Simon 33 Pourquoi est-il impossible d’avoir une rationalité parfaite (une rationalité absolue)?
  • 34. Les principes de la rationalité limitée  Les capacités cognitives des individus sont limitées et bornées, ce qui les empêche d’envisager toutes les solutions  Les individus sont incapables de traiter l’ensemble des informations provenant de l’environnement.
  • 35. Les principes de la rationalité limitée • La plupart des décisions sont prises dans un univers complexe et incertain • Le décideur ne peut connaître parfaitement toute les informations pour choisir de manière optimale
  • 36. Résultat de Simon « Rechercher une solution satisfaisante est une stratégie plus efficace que rechercher un choix optimal qui dans la pratique n’est pas réalisable »
  • 37. La théorie du comportement de l’entreprise (CYERT et MARCH) : 37 • Il existe 4 principes de base pour la prise de décision : 1. La quasi-résolution des conflits : - rationalité locale : chaque unité dans l’entreprise doit s’efforcer de résoudre son problème pour elle-même à son niveau, à travers la délégation (de décisions) et la spécialisation dans les buts et les décisions. Cela permet à l’entreprise de passer d’une situation comportant de nombreux problèmes complexes et imbriqués, de nombreux buts conflictuels, à une série de problèmes simples et localisés. - le traitement séquentiel des problèmes : c'est un traitement des problèmes les uns après les autres sans chercher à les fusionner.
  • 38. La théorie du comportement de l’entreprise (CYERT et MARCH) : 38 2. L’élimination de l’incertitude : une entreprise a à faire face à de nombreuses incertitudes (ex. : le marché). Pour ces auteurs, l’entreprise doit chercher à éliminer pas à pas les incertitudes qui se présentent; elle ne doit faire aucune anticipation, aucun plan à moyen ou long terme. Souvent, l'entreprise cherche à éliminer les incertitudes en négociant avec son environnement et en adoptant des approches à CT
  • 39. La théorie du comportement de l’entreprise (CYERT et MARCH) : 39 3. La recherche de la problématique : il s’agit d’approfondir l’étude des problèmes pour en dégager la solution. Définir les objectifs en termes de satisfaction minimum (acceptabilité) et non d’optimisation (maximisation)
  • 40. La théorie du comportement de l’entreprise (CYERT et MARCH) : 40 4. L'apprentissage : les entreprises adaptent leur comportement dans le temps à partir du résultat des actions passées. « L’apprentissage crée de la connaissance et du savoir à partir de l’expérience et de l’action »
  • 41. l’analyse stratégique des organisations • Crozier démontre que les relations de pouvoir ne se limitent pas aux rapports hiérarchiques: tout salarié cherche à récupérer des espaces « sources d’incertitude » pour exercer une influence et développer des stratégies.
  • 42. L’acteur et le système: Crozier et Friedberg • Ils rejettent le modèle bureaucratique qui ne repose que sur des relations de pouvoir et qui ignore l’influence des relations et des jeux stratégiques que peut développer tout salarié. • Le salarié ne subit pas passivement son environnement; c’est un acteur stratégique. Le pouvoir de tout individu correspond à sa capacité de réduire les incertitudes de son environnement « les zones d’incertitude »; 42
  • 43. L’acteur et le système: Crozier et Friedberg • Donc, Le pouvoir peut ne pas se confondre avec la hiérarchie et peut correspondre à la maîtrise d’une compétence (pouvoir d’expertise), à la maîtrise d’une source d’information, à la capacité à communiquer… 43
  • 44. Ecole socio-technique (Emery et Trist) Les interactions système technique-système social
  • 45. Ecole socio-technique • Considérer les organisations comme des systèmes ouverts sur leur environnement et composées de deux sous- systèmes fortement interdépendants: Le système technique Le système social Le système technique: machines, outils, ensemble des procédures Le système social : les individus qui rendent opérationnel le système technique (qualification, attentes, interactions,….)
  • 46. Ecole socio-technique • Optimiser les relations entre les deux systèmes. • La performance d’une organisation dépend de l’optimisation conjointe de deux systèmes et au maintien de leur équilibre
  • 47. • L’école socio-technique est issue des recherches entreprises, dans les années 1950, au Tavistock Institute of Human Relations de Londres Objectif: étudier le lien entre les systèmes techniques et humains
  • 48. Résultats • S’interroger sur le fait que les gains de productivité escomptés de la mécanisation n’atteignait pas le niveau prévu (application des principes du management taylorien: être payé à la tâche, règle, parcellisation, démotivation) • Sans remettre en cause la nouvelle technologie, les chercheurs de Tavistock institute ont proposé des formules de travail en groupe où chacun bénéficie d’une autonomie
  • 49. La nouvelle organisation basée sur des qualifications différentes, des équipes autonomes de production, une dépendance de chacun par rapport au travail des autres, enrichissement des tâches a aboutit à des résultats spectaculaires : - productivité satisfaisante - entraide et solidarité entre les mineurs. L’équipe autonome est un groupe d’employés fonctionnant sans manager et responsable d’un processus de travail ou d’un segment complet de production afin de fournir un produit ou un service à un client interne ou externe
  • 50. Les équipes autonomes permettent d'avoir une organisation qui s'adapte mieux aux changements de l'environnement. Les changements technologiques créent un impact déterminant sur le fonctionnement des groupes et sur celui des individus qui les composent
  • 51. L’analyse socio-technique affirme la capacité des salariés à s’organiser en groupes autonomes qui tiennent compte à la fois des besoins des individus et de ceux de la production. Le système social influencera le système technique: implication faible des individus: pas de créativité L’absentéisme et le roulement du personnel ne permettra pas de créer des équipes permanentes qui ont des interactions et des sentiments qui mènent à la réalisation des activités
  • 52. Conception classique / Conception socio-technique Conception classique Conception socio-technique L’homme conçu comme une extension de la machine L’homme conçu comme complément de la machine L’homme considéré comme pièce de rechange, à remplacer quand il est usé L’homme est considéré comme ressource qui doit être développée. Division maximum du travail en tâches élémentaires demandant des qualifications simplifiées. Regroupement optimum des tâches demandant des qualifications multipliées et larges Style autocratique Style participatif 16 Aliénation Engagement L’aliénation est la dépossession de l'individu et sa perte de maîtrise de ses forces propres au profit de puissances supérieures,