SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
Edi.pro




Introduction
« Mais pourquoi j’ai pas plus d’amis ? »


                  «L’ignorance du juge, c’est le malheur de l’innocent »
                                                         Juan Luis Vivès



La majorité des associations éprouvent encore aujourd’hui des
difficultés avec le WEB : Que mettre en ligne ? Comment ne pas être
copiés ou récupérés ? Comment se servir de la toile pour être vu ? Doit-
on adopter Facebook ? Ou l’Ipad ?

Tout cela paraît tellement mercantile, tellement superficiel… tellement
rapide. Tout va trop vite : les outils, les langages, les codes et les
machines, tout évolue constamment et de plus en plus rapidement.

Au cœur de ces révolutions, les réseaux sociaux. Facebook, mais
également Google+, Viadeo et Linkedin. Tout semble passer par eux :
information, sensibilisation, vente et même, pour les associations,
recherche de fonds et recrutement de bénévoles.

Ils semblent donc incontournables. Ils sont incontournables. Ils le sont
même pour le secteur non-marchand.


         Impossible de vivre en dehors du WEB : tout le monde y est présent même
         ceux qui ne se connectent pas. On les voit en photo, on les retrouve dans
         des documents ou des liens, on les critique via des commentaires…
         Un doute ? Tapez votre nom ou celui de votre organisation dans Google.




                                                                              11
Introduction




A.        Enfin du simple ?
Ceux qui ont plus de 40 ans ont connu l’écran noir et ses lettres vertes
qui clignotaient. On ne parlait pas encore de surf, ni de tag. Pour utiliser
son PC, il fallait alors apprendre des langages, maîtriser des OS et
bénéficier de bonnes bases techniques en Hardware. Les ordinateurs
étaient des jouets d’ingénieurs. Rapidement ils sont devenus les outils
des secrétaires et des étudiants… A présent ils se redessinent dans les
mains des enfants. Là exactement se joue l’avenir des communications,
du commerce et peut-être celui de la planète.




Les ados d’aujourd’hui sont les citoyens et les bénévoles de demain.
On ne peut donc échapper ni à leur logique ni à leur mode de
communication. Si tout va vite, il faut pour nous aussi faire l’effort de
cette vitesse. Si tout paraît difficile, il faut pour nous aussi faire l’effort
de cette difficulté.

Les enjeux sont en effet importants pour les institutions non-marchandes.
L’objectif est de les mettre en ligne, en phase avec leur public, leurs
collaborateurs et leurs bénéficiaires.




Il faut que les associations soient à la hauteur… à la hauteur de leurs
engagements, de leurs causes et des personnes qu’elles soutiennent.

12
Edi.pro




         important
         L’informatique, de la console à la tablette, est trop souvent associée à
         l’enfance. Beaucoup de responsables croient donc à tort que tout y est
         simple et abordable.
         Faux : l’informatique professionnelle est complexe et chère. Elle nécessite
         des investissements professionnels humains et financiers.


B.      La communication
        ininterrompue
Qu’il est bon d’être dans sa bulle : les écolos parlent aux écolos, les
assistants sociaux aux bénéficiaires, les responsables à leurs équipes…
Et quid du reste ? Pourquoi ignorer les autres ?

Trop longtemps, cette logique a prévalu dans les secteurs sociaux : peu
de communication qui soit efficace, conçue et orientée destinataires,
encore moins sur le WEB, et que dire de leur absence sur les réseaux
sociaux ?

Le « Vivons heureux, vivons cachés » est un archaïsme, un reliquat d’une
époque révolue. Notre temps est celui de la communication. Ce siècle
est celui de l’exposition : pour exister, il faut être vu.




La présence en ligne est donc indispensable : quelque soit son
engagement, l’association doit s’afficher sur les PC, les tablettes et les
téléphones. Non seulement s’afficher, mais vivre, s’exprimer, expliquer
et demander.
                                                                                13
Introduction




         tips : tout change et de plus en plus vite

         Que ce soit pour se justifier auprès des donateurs, pour expliquer ses
         engagements ou pour défendre une cause, il faut être là. Et pour être
         là, il faut être en ligne.
         La communication 2.0 n’est plus statique :
         •     elle est permanente : un site ou un blog et, à plus forte raison, un
               réseau social doit être mis à jour quasi quotidiennement;




         •     elle est interactive : vous devez pouvoir répondre aux questions, réagir
               aux commentaires ou apporter des réponses aux interrogations voire
               même rassurer les bénéficiaires ou les donateurs qui vous interpellent
               sur votre mur;
         •     elle est collaborative : votre contenu ne vous appartient plus. Depuis
               5 ans, les internautes ont pris le droit de co-construire le WEB. A
               vous donc d’innover aussi, d’inventer une e-collaboration différente.



C.        La victoire de la base et
          la perte des repères
Le WEB Social arbore le visage de l’ange : il a toutes les qualités. Il
semble indispensable à tous et pour tout. Il se drape d’éthique et de
morale. On le dit donc Social.

Comme dans les dessins animés Pixar, cet ange-là peut cependant
rapidement prendre les traits d’un diable cruel : ces ailes deviennent
pourpres, des dents lui poussent et ses yeux si angéliques sont à présent
implacables.

14
Edi.pro


Le Social baisse son masque. Le profit, la compétition, le voyeurisme et
la rumeur apparaissent « tout sourire » : ils savent que souvent ce sont
eux qui mènent la danse Sociale.

Les associations doivent donc marcher avec prudence : leur présence
en ligne ne doit pas se faire au détriment ni de leurs valeurs, ni de leurs
engagements sociaux. Les dérives sont nombreuses et tentantes : il ne
faut jamais oublier que le WEB est une toile. Les araignées sont donc
nombreuses.

Deux de celles-ci sont particulièrement vénéneuses: l’expertise
horizontale et la perte des repères.


1.        L’expertise horizontale

Moins vous en savez, plus le WEB vous accorde sa confiance. Ce drôle
d’axiome a perturbé durablement la logique d’information en ligne.
L’internaute semble se méfier de ceux qui maîtrisent leur sujet : experts,
professeurs, universitaires, références bibliographiques, tout est sujet à
caution. On y voit de la manipulation, on croit y déceler du mensonge
voire de la désinformation.

Cela paraît aberrant, mais l’internaute préfère s’informer auprès de
pairs que d’experts : il va sur des forums, des blogs. Il interroge sur
son réseau Social.

Se méfier donc :
•	 des rumeurs ou de la désinformation qui circulent sur les
   réseaux : l’association a un devoir moral d’information juste.
   Trop d’associations relayent encore des informations fausses et
   entretiennent ainsi la rumeur1;
•	 certaines associations attirent, par leurs engagements et leurs
   combats, le courroux d’organisations ou d’états parfois très
   puissants. Ceux-ci n’hésitent pas à utiliser les réseaux pour contre-
   informer, déstabiliser ou décrédibiliser l’association.




1    Les associations d’enfants atteints de maladies graves ou incurables sont un bon
     exemple : rares sont celles qui vérifient les données médicales qu’elles publient.

                                                                                   15
Introduction




         Une remarque à fluoter

         Les associations et ONG s’imposent souvent une éthique très conservatrice.
         On y préfère le verbe, la discussion et la réflexion. Il faut adapter ces
         contraintes à la nouvelle donne de la communication : l’image.
         Il ne faut rien perdre, juste traduire ces arguments graphiquement.




2.        La perte des repères

Le virtuel n’est pas l’irréel. Chaque commentaire et chaque image sont
des messages. Loin de se cantonner dans un monde parallèle, ceux-ci
ont des effets bien réels. Ils sont interprétés, appliqués ou rejetés. Ils
induisent des comportements et peuvent directement ou indirectement
influencer les personnes et même les états.

Certains se voient protéger sous les traits d’avatars ou sous le sceau de
l’anonymat. A ceux-là, il convient de dire et de répéter que sur Internet
rien n’est caché, tout est vu. Il est donc impératif de leur expliquer que
tout ce qui est visible a des effets… bien réels.

Se méfier donc :
•	 pour être responsable, une communication doit être gérée : ce
   qui est posté sur Facebook doit donc être validé. Chaque phrase
   et chaque photo sont importantes : elles engagent l’association.
   Le nom et la renommée de celle-ci valident en effet tout contenu
   auprès des internautes;
•	 la gestion de contenu implique une surveillance non seulement des
   pages dites officielles mais également des forums, des blogs des
   collaborateurs ou des partenaires et de leur réseau Social.



16
Edi.pro




         Synthèse
         Comme tout progrès, le Web Social draine ses avatars. Il faut donc le
         considérer tel qu’il est : un outil avec ses limites et ses risques.
         Il est impératif pour l’association de conserver la main sur sa communication
         WEB : trop externaliser (sociétés sous-traitantes ou bénévoles) peut s’avérer
         dangereux.



D.      « S’écrire » et se vendre
        au quotidien
          « Comme ils sont glorieux les philosophes de notre temps… »
                                                       Leonardo Bruni

L’écriture est-elle l’oubliée des réseaux sociaux ? Tout est une question
de point de vue…

Il y a dix ans, on fit la même critique aux textos. A d’autres époques,
on critiqua la machine à écrire, l’ordinateur et ses traitements de texte,
le FAX et même le stylo à bille. Le progrès draine le changement : à
chaque nouveau mode de communication, il a fallu un nouveau mode
de rédaction. Le progrès draine également les réticences, la peur du
changement et parfois même le retour de certains fantasmes.

Pour chacun de ces changements, pourtant, l’histoire fut identique :
rien n’avait été oublié, mais tout avait dû évoluer.


1.      L’eau du bain est peut-être froide

Le monde se cherche constamment de nouveaux théâtres pour se
mettre en scène. Chaque génération a besoin d’y laisser une trace,
de changer la donne, de bousculer ses aînés… Cette génération-ci a
plongé dans le WEB. Elle y a recréé un monde plus ouvert, plus direct
et plus humain.



                                                                                  17
Introduction


Pour tout cela, il a fallu réinventer l’écriture. Elle a dû se plier à ce
nouveau mode de communication : le support est différent, il est
mobile; le ton est différent, plus rapide et moins convenu ; le style
est aussi différent… Que l’on aime ou que l’on déteste, il va falloir
s’adapter.




Quand le téléphone fit son apparition, il y eut au sénat français un élu
pour déposer un texte visant à son interdiction : il allait être un outil
de « tentation » pour la femme au foyer. Quand le téléphone portable
débarqua sur le marché, il fut stigmatisé : plus de vie privée, signe
ostentatoire de réussite et d’addiction. Quand le WEB apparut et plus
encore quand Facebook s’imposa à notre quotidien, les arguments
furent identiques et les craintes furent pareilles : intrusion dans la vie
privée, détournement ou utilisation des données, risque d’addiction
et dérives diverses (harcèlements, trafics divers, prosélytismes, …) et,
comme à chaque fois, l’angoisse de « on va toucher à nos enfants ».




La vie privée, un problème de vieux cons2 ? Pas si sûr, mais, dans tous
les cas, Facebook a fait bouger les frontières. Pour ceux qui y trempent
le pied pour la première fois, les réseaux sociaux font cette impression
de bord de mer : l’eau paraît plus froide qu’elle n’est.




2    La vie privée, un problème de vieux cons ?, Jean-Marc Manach, FYP éditions, coll.
     Présence/Essai.

18
Edi.pro




         Deux phrases simples pour un concept qui ne l'est pas
         Certains scindent à présent la vie privée en deux. Ils distinguent l’espace
         intime, qui doit rester clos et donc réellement privé, de l’espace public qui
         lui dévoile (ou met en scène) une part de notre vie privée, qu’elle soit
         professionnelle ou familiale.

Ceux qui résistent aux réseaux finiront comme pour le téléphone, le
mobile et le WEB par y adhérer non par conviction, mais simplement
par nécessité.




Il va falloir se mettre en scène, imaginer des décors, des scènes, des
évènements et surtout bien régler la lumière, choisir ses spots… Tout
est affaire d’éclairage.




                                                                                  19
Introduction




2.        La Méthode des Mondes : vos murs ont
          des oreilles

Ce livre applique les principes de la Méthode des Mondes à l’écriture
Sociale. Cette Méthode s’applique à toutes les facettes de l’écriture
WEB3 : la conception de la page d’accueil, l’écriture des pages d’un
site ou des articles d’un blog, la rédaction d’une newsletter, d’un
courriel, la composition d’un lien ou d’une bannière, la rédaction d’une
description d’un objet pour un site de partage et donc également à la
gestion d’un réseau Social.

Nous nous limiterons dans cet ouvrage à la facette suivante : comment
écrire, commenter et taguer sur le réseau de votre association.

Cet ouvrage n’est pas conçu comme un apport théorique à l’art narratif.
Tout au contraire, loin des dogmes méthodologiques, il se veut un
recueil de « trucs et astuces » pour les community managers. L’objectif
est de former le lecteur au juste maniement de ses projecteurs. La mise
en lumière est en effet un art qui nécessite un apprentissage.




Pour que le livre atteigne cet objectif, il a été construit comme un cahier
d’écolier : tout y est clair, compréhensible et pratique.

3    A. Adam, M. Aubert, A. Coussement, F. Meuleman & T. Pay, Ecrire et manager sa
     communication WEB, EDIPRO, 2008.

20
Edi.pro


Le lecteur saura, dès la première page lue, comment adapter son style,
comment faire de son mur un agréable lieu d’expression.




Le directeur de l’asso, le responsable com., le community manager et
l’éducateur trouveront ici les méthodes qui font défaut ailleurs.


3.      Quant à la structure du livre

Le premier chapitre dresse un tableau général de l’écriture Sociale
et des apports de la Méthode des Mondes. Le second, consacré à la
Rhétorique des murs, se concentre sur les fondements de l’écriture : le
choix des mots, des expressions et des figures de syntaxe. Le troisième
reprend dans le détail les techniques de copywriting propres à la
Méthode des Mondes. La quatrième partie applique les formules de la
presse et de la télévision à l’écriture en ligne.



         repère : c'est quoi le Co-branding ?
         Il est passé le temps où les marques géraient seules leur image. Leur
         branding est à présent partagé. La part de leur influence a été rognée
         par celle du WEB : ce que disent d’elles les communautés, les sites et
         les réseaux occasionnent à présent autant d’impacts que leur propre
         communication.




                                                                           21
Introduction




            Il en est de même pour les associations : la construction de leur marque
            se fait à deux avec les internautes. C’est ce que les livres de marketing
            surnomment le Co-branding. Dans la construction de ce Co-branding, la
            place du réseau social et des UGC4 est cruciale : on fait davantage confiance
            à son voisin, son ami ou son cousin qu’au discours de la marque.
            Les marques ont dû l’accepter. Les associations devront aussi s’y plier :
            un commentaire sur Viadeo a tout autant de puissance qu’un message
            publicitaire. L’affiche n’est plus seulement au bord de route, elle est à
            présent sur nos murs…


E.        La fiche 2.0 : savoir dire merci
          et e-valoriser
                                                 C’est rien que pour les assos ;o)

Rien n’est dû à ceux qui font ou prônent le bien.

Tout au contraire : un donateur a besoin d’être remercié, un bénévole a
besoin d’être soutenu et, comme chaque collaborateur, d’être valorisé
dans son travail.




4    Les UGC, « User generated content », sont des sites de partage. Ils offrent aux
     internautes des plateformes libres sur lesquelles ils peuvent poster leurs photos, tel
     Flickr, leurs clips, tel Youtube, ou leurs documents, tel Slideshare.

22
Edi.pro




C’est humain, nous aimons être « rétribués » pour ce que nous
faisons. Dans le monde marchand, cela se traduit par de l’argent,
des promotions ou des reconnaissances matérielles, la voiture de
société ou les chèques repas. Dans le non-marchand, les bénévoles,
les collaborateurs et les partenaires attendent autre chose : être
reconnus.

Les murs et les commentaires sont des lieux privilégiés pour mettre
en avant le travail des bénévoles, pour remercier les partenaires et
informer les donateurs.




C’est aussi l’occasion de diffuser des résultats et des réussites. Non
seulement pour informer, mais également pour concrétiser des chiffres
et mettre des visages sur des projets, les efforts et les investissements
de chacun.

L’association a tout à gagner à soutenir ceux qui la soutiennent. C’est
humainement moral et socialement éthique. Cela motive les équipes,
dynamise les projets et pérennise les dons et les soutiens extérieurs.




                                                                      23
Introduction


Les réseaux offrent un relais parfait pour ces feedbacks :
•	 les messages du mur ou un tweet : ils peuvent exprimer un
   remerciement ou une réussite;




•	 les commentaires : l’association peut répondre à un bénévole ou un
   donateur. Elle peut aussi réagir aux messages postés sur leur profil;
•	 les « J’aime » : et oui, c’est parfois aussi simple que cela. Un
   « J’aime » peut se traduire ici par un « merci ! », un « super job »
   ou « tout cela on te le doit »;
•	 les liens partagés : l’institution peut ainsi mettre en avant une autre
   association, un partenaire, une urgence ou remercier un bénévole
   ou un donateur;




•	 la photo du profil : elle peut afficher la fin d’un projet ou exprimer une
   réussite. Elle peut représenter une personne, ou remercier une équipe;
•	 les photos des albums : l’association peut publier des albums de
   photos (en taguant les bénévoles et ses collaborateurs);
•	 la création de pages spécifiques à certains projets ou pour des
   recherches de fonds spécifiques;
•	 le renvoi aux UGC pour des documents, des photos ou des vidéo;




•	 elle peut aussi partager ou référencer les blogs de ses collaborateurs
   ou bénévoles.

24
Edi.pro




Tips : agir ou réfléchir ?

La communication non marchande a deux écoles : l’une prône la réflexion
et l’éthique, l’autre l’action et le résultat.
a. l’école américaine : l’objectif prime. Il faut agir, trouver une solution
   ou apporter une aide. Dans cet esprit, la défense de la cause ou
   l’aide du bénéficiaire justifie les démarches. On agit plus qu’on
   réfléchit;




b. l’école française, elle, repose sur une vieille utopie toute hexagonale :
   toute approche sociale ou révolutionnaire nécessite une réflexion. La
   part est donc ici plus à l’analyse, la prise de distance, la méthode
   et le discours. On peut faire des choses, mais nous nous devons de
   procéder dans un cadre éthique.
Une bonne communication se situe à l’intersection des deux.
Les profils et les comptes sociaux doivent intégrer ces deux facettes :
être dans le résultat et simultanément se placer dans une autre manière
de parler, d’agir et donc de commenter en ligne, moins marketing, plus
réfléchie.




                                                                           25

Contenu connexe

Tendances

Reseaux sociaux Il faut en être
Reseaux sociaux Il faut en êtreReseaux sociaux Il faut en être
Reseaux sociaux Il faut en êtreAdverbia
 
Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)
Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)
Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)Alexandre Acou
 
La génération C se forme, l’éducation se transforme
La génération C se forme, l’éducation se transformeLa génération C se forme, l’éducation se transforme
La génération C se forme, l’éducation se transformeMario tout de go Inc.
 
« Médias sociaux : solutions ou problèmes » - Oiiaq
« Médias sociaux : solutions ou problèmes  » - Oiiaq« Médias sociaux : solutions ou problèmes  » - Oiiaq
« Médias sociaux : solutions ou problèmes » - OiiaqMario tout de go Inc.
 
Risques des réseaux sociaux
Risques des réseaux sociauxRisques des réseaux sociaux
Risques des réseaux sociauxWissem CHEROUANA
 
Enjeux des réseaux sociaux
Enjeux des réseaux sociauxEnjeux des réseaux sociaux
Enjeux des réseaux sociauxKDerraze
 
Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0
Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0
Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0Emilie Marquois
 
Viadeo Tour Bordeaux 2009 Intro Reseaux
Viadeo Tour Bordeaux 2009 Intro ReseauxViadeo Tour Bordeaux 2009 Intro Reseaux
Viadeo Tour Bordeaux 2009 Intro Reseauxechangeurba
 
Conférence aux parents de l'Académie Saint-Louis
Conférence aux parents de l'Académie Saint-LouisConférence aux parents de l'Académie Saint-Louis
Conférence aux parents de l'Académie Saint-LouisMario tout de go Inc.
 
Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?
Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?
Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?Mario tout de go Inc.
 
Internet forme, l'éducation se transforme
Internet forme, l'éducation se transformeInternet forme, l'éducation se transforme
Internet forme, l'éducation se transformeMario tout de go Inc.
 

Tendances (17)

Reseaux sociaux Il faut en être
Reseaux sociaux Il faut en êtreReseaux sociaux Il faut en être
Reseaux sociaux Il faut en être
 
Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)
Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)
Formation "Médias numeriques et évolutions" (Clemi - PAF)
 
La génération C se forme, l’éducation se transforme
La génération C se forme, l’éducation se transformeLa génération C se forme, l’éducation se transforme
La génération C se forme, l’éducation se transforme
 
« Médias sociaux : solutions ou problèmes » - Oiiaq
« Médias sociaux : solutions ou problèmes  » - Oiiaq« Médias sociaux : solutions ou problèmes  » - Oiiaq
« Médias sociaux : solutions ou problèmes » - Oiiaq
 
Les ados et la planete Internet
Les ados et la planete InternetLes ados et la planete Internet
Les ados et la planete Internet
 
Risques des réseaux sociaux
Risques des réseaux sociauxRisques des réseaux sociaux
Risques des réseaux sociaux
 
Compagnons-de-Cartier
Compagnons-de-CartierCompagnons-de-Cartier
Compagnons-de-Cartier
 
Présentation à la SCHL
Présentation à la SCHL Présentation à la SCHL
Présentation à la SCHL
 
Enjeux des réseaux sociaux
Enjeux des réseaux sociauxEnjeux des réseaux sociaux
Enjeux des réseaux sociaux
 
ACSQ
ACSQACSQ
ACSQ
 
Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0
Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0
Gerer son identite numerique et surveiller sa e-reputation à l'heure du Web 2.0
 
Viadeo Tour Bordeaux 2009 Intro Reseaux
Viadeo Tour Bordeaux 2009 Intro ReseauxViadeo Tour Bordeaux 2009 Intro Reseaux
Viadeo Tour Bordeaux 2009 Intro Reseaux
 
Identité numérique
Identité numériqueIdentité numérique
Identité numérique
 
Conférence aux parents de l'Académie Saint-Louis
Conférence aux parents de l'Académie Saint-LouisConférence aux parents de l'Académie Saint-Louis
Conférence aux parents de l'Académie Saint-Louis
 
Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?
Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?
Qui est cet éléphant dans le salon de l'enseignement supérieur ?
 
Internet forme, l'éducation se transforme
Internet forme, l'éducation se transformeInternet forme, l'éducation se transforme
Internet forme, l'éducation se transforme
 
GENERATION Y ET UNIVERSITE 2.0
GENERATION Y ET UNIVERSITE 2.0GENERATION Y ET UNIVERSITE 2.0
GENERATION Y ET UNIVERSITE 2.0
 

En vedette

La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...
La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...
La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...Universidad Autónoma de Barcelona
 
Direccionamiento Estrategico2
Direccionamiento Estrategico2Direccionamiento Estrategico2
Direccionamiento Estrategico2gomezfernando
 
GREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITS
GREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITSGREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITS
GREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITSNuukfjord Gold Ltd.
 
Proyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos sociales
Proyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos socialesProyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos sociales
Proyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos socialesGobernabilidad
 
La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...
La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...
La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...Universidad Autónoma de Barcelona
 
Financial sector regualation cyprus troika
Financial sector regualation cyprus troikaFinancial sector regualation cyprus troika
Financial sector regualation cyprus troikaChloé Emmanouilidis
 
Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...
Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...
Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...Universidad Autónoma de Barcelona
 
15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière
15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière
15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrièreCharles Beauchemin
 
Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.
Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.
Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.PrestaShop
 
Didier Super - Comedie Paris Belleviloise
Didier Super - Comedie Paris BelleviloiseDidier Super - Comedie Paris Belleviloise
Didier Super - Comedie Paris BelleviloiseWE DO MUSIC
 
ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?
ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?
ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?luisel
 
Agence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de Juin
Agence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de JuinAgence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de Juin
Agence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de Juinagence b2b
 
CUSM - Présentation Ville de Montréal
CUSM - Présentation Ville de MontréalCUSM - Présentation Ville de Montréal
CUSM - Présentation Ville de MontréalLouis-Alexandre Cazal
 
UNUCR ISERE Bilan20132014
UNUCR ISERE Bilan20132014UNUCR ISERE Bilan20132014
UNUCR ISERE Bilan20132014genevieve38
 

En vedette (20)

La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...
La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...
La (s) reforma (s) laboral (es) de 2012 y 2013. Objetivos declarados. ¿Objeti...
 
Arte qr
Arte qrArte qr
Arte qr
 
Direccionamiento Estrategico2
Direccionamiento Estrategico2Direccionamiento Estrategico2
Direccionamiento Estrategico2
 
GREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITS
GREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITSGREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITS
GREENSTONE-HOSTED QUARTZ-CARBONATE VEIN DEPOSITS
 
Proyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos sociales
Proyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos socialesProyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos sociales
Proyecto Bol/73828 UE - PNUD para los movimientos sociales
 
Presentación1jose luis
Presentación1jose luisPresentación1jose luis
Presentación1jose luis
 
La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...
La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...
La reforma laboral de 2012 y los Expedientes de Regulación de Empleo. Estudio...
 
Financial sector regualation cyprus troika
Financial sector regualation cyprus troikaFinancial sector regualation cyprus troika
Financial sector regualation cyprus troika
 
Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...
Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...
Notas a la Sentencia de la Audiencia Nacional de 23 de julio. La ultraactivid...
 
15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière
15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière
15 conseils que j’aurais aimé avoir en début de carrière
 
Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.
Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.
Noël 2015 : Conseils et astuces e-commerce pour booster vos ventes.
 
Didier Super - Comedie Paris Belleviloise
Didier Super - Comedie Paris BelleviloiseDidier Super - Comedie Paris Belleviloise
Didier Super - Comedie Paris Belleviloise
 
ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?
ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?
ADOPCIÓN ¿ ERA ESTO LO QUE ESPERÁBAMOS ?
 
Depliant pahvmjep2013web
Depliant pahvmjep2013webDepliant pahvmjep2013web
Depliant pahvmjep2013web
 
Agence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de Juin
Agence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de JuinAgence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de Juin
Agence b2b- La Tactique marketing B2B du mois de Juin
 
CUSM - Présentation Ville de Montréal
CUSM - Présentation Ville de MontréalCUSM - Présentation Ville de Montréal
CUSM - Présentation Ville de Montréal
 
UNUCR ISERE Bilan20132014
UNUCR ISERE Bilan20132014UNUCR ISERE Bilan20132014
UNUCR ISERE Bilan20132014
 
Les effets de la loi hamon
Les effets de la loi hamonLes effets de la loi hamon
Les effets de la loi hamon
 
éTica y responsabilidad en la transmisión del vih
éTica y responsabilidad en la transmisión del vihéTica y responsabilidad en la transmisión del vih
éTica y responsabilidad en la transmisión del vih
 
serTI - Infografias
serTI - InfografiasserTI - Infografias
serTI - Infografias
 

Similaire à Community management extrait 1

Identité numérique qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)
Identité numérique  qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)Identité numérique  qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)
Identité numérique qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)Beatrice de Martin
 
Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation.
Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation. Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation.
Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation. Association Fréquence écoles
 
L'identité numérique: un levier ou un fardeau
L'identité numérique: un levier ou un fardeauL'identité numérique: un levier ou un fardeau
L'identité numérique: un levier ou un fardeauThonnard
 
OIF atelier haïti
OIF atelier haïtiOIF atelier haïti
OIF atelier haïtiJacques Cool
 
E-reputation : le livre blanc
E-reputation : le livre blancE-reputation : le livre blanc
E-reputation : le livre blancAref Jdey
 
Mémoire - L'éphémère et les réseaux sociaux
Mémoire - L'éphémère et les réseaux sociauxMémoire - L'éphémère et les réseaux sociaux
Mémoire - L'éphémère et les réseaux sociauxVictor Trinh-Duc
 
Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...
Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...
Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...Alban Jarry
 
Bpce sensibilisation reseauxsociaux
Bpce sensibilisation reseauxsociauxBpce sensibilisation reseauxsociaux
Bpce sensibilisation reseauxsociauxth_desrosiers
 
"Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?"
"Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?""Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?"
"Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?"Franck Confino
 
TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12
TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12
TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12odileg
 
Formation cariforef nantes sept 16
Formation cariforef nantes sept 16Formation cariforef nantes sept 16
Formation cariforef nantes sept 16Frédéric Haeuw
 
Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012
Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012
Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012Ardesi Midi-Pyrénées
 
Facebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène Facchin
Facebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène FacchinFacebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène Facchin
Facebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène FacchinFred Colantonio
 
Conf CGE / Community Management
Conf CGE / Community ManagementConf CGE / Community Management
Conf CGE / Community ManagementDelamarre
 
La génération C en tant que travailleurs et apprenants
La génération C  en tant que travailleurs et apprenantsLa génération C  en tant que travailleurs et apprenants
La génération C en tant que travailleurs et apprenantsMario tout de go Inc.
 
Médias sociaux et communication professionnelle
Médias sociaux et communication professionnelleMédias sociaux et communication professionnelle
Médias sociaux et communication professionnelleOlivier Moch
 

Similaire à Community management extrait 1 (20)

Identité numérique qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)
Identité numérique  qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)Identité numérique  qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)
Identité numérique qui êtes-vous sur le web - audrey miller (2012)
 
Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation.
Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation. Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation.
Accompagner les jeunes dans/sur les mondes numériques. Le défi de l'éducation.
 
La Generation Y
La Generation YLa Generation Y
La Generation Y
 
L'identité numérique: un levier ou un fardeau
L'identité numérique: un levier ou un fardeauL'identité numérique: un levier ou un fardeau
L'identité numérique: un levier ou un fardeau
 
OIF atelier haïti
OIF atelier haïtiOIF atelier haïti
OIF atelier haïti
 
E-reputation : le livre blanc
E-reputation : le livre blancE-reputation : le livre blanc
E-reputation : le livre blanc
 
Prim action 2 v2
Prim action 2 v2Prim action 2 v2
Prim action 2 v2
 
Mémoire - L'éphémère et les réseaux sociaux
Mémoire - L'éphémère et les réseaux sociauxMémoire - L'éphémère et les réseaux sociaux
Mémoire - L'éphémère et les réseaux sociaux
 
Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...
Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...
Comment construire son réseau ? Près de 10 ans après...
 
Compte-Rendu Avignon Juillet 2012
Compte-Rendu Avignon Juillet 2012Compte-Rendu Avignon Juillet 2012
Compte-Rendu Avignon Juillet 2012
 
Bpce sensibilisation reseauxsociaux
Bpce sensibilisation reseauxsociauxBpce sensibilisation reseauxsociaux
Bpce sensibilisation reseauxsociaux
 
"Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?"
"Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?""Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?"
"Le buzz territorial. Twitter, Facebook, en être ou ne pas en être ?"
 
TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12
TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12
TIailleurs Génération Y par the roxane company le 13/12/12
 
Informer les jeunes
Informer les jeunesInformer les jeunes
Informer les jeunes
 
Formation cariforef nantes sept 16
Formation cariforef nantes sept 16Formation cariforef nantes sept 16
Formation cariforef nantes sept 16
 
Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012
Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012
Web conversationnel - Nouvelles tendances du web public - La Novela 2012
 
Facebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène Facchin
Facebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène FacchinFacebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène Facchin
Facebook, LinkedIn, Twitter… : Réseaux sociaux, interview par Hélène Facchin
 
Conf CGE / Community Management
Conf CGE / Community ManagementConf CGE / Community Management
Conf CGE / Community Management
 
La génération C en tant que travailleurs et apprenants
La génération C  en tant que travailleurs et apprenantsLa génération C  en tant que travailleurs et apprenants
La génération C en tant que travailleurs et apprenants
 
Médias sociaux et communication professionnelle
Médias sociaux et communication professionnelleMédias sociaux et communication professionnelle
Médias sociaux et communication professionnelle
 

Dernier

Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"ArchivesdeLyon
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfOssamaLachheb
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseTxaruka
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfDafWafia
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024IEN_Jonzac
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbainesSocratis Vasiopoulos
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesLeBaobabBleu1
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en FranceTxaruka
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxAbderrahim GHASSOUB
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptxTxaruka
 
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste AuditExemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audittechwinconsulting
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxAbderrahim GHASSOUB
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationLeBaobabBleu1
 

Dernier (14)

Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste AuditExemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
Exemple de grille d'audit 5S, check liste Audit
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
 

Community management extrait 1

  • 1.
  • 2. Edi.pro Introduction « Mais pourquoi j’ai pas plus d’amis ? » «L’ignorance du juge, c’est le malheur de l’innocent » Juan Luis Vivès La majorité des associations éprouvent encore aujourd’hui des difficultés avec le WEB : Que mettre en ligne ? Comment ne pas être copiés ou récupérés ? Comment se servir de la toile pour être vu ? Doit- on adopter Facebook ? Ou l’Ipad ? Tout cela paraît tellement mercantile, tellement superficiel… tellement rapide. Tout va trop vite : les outils, les langages, les codes et les machines, tout évolue constamment et de plus en plus rapidement. Au cœur de ces révolutions, les réseaux sociaux. Facebook, mais également Google+, Viadeo et Linkedin. Tout semble passer par eux : information, sensibilisation, vente et même, pour les associations, recherche de fonds et recrutement de bénévoles. Ils semblent donc incontournables. Ils sont incontournables. Ils le sont même pour le secteur non-marchand. Impossible de vivre en dehors du WEB : tout le monde y est présent même ceux qui ne se connectent pas. On les voit en photo, on les retrouve dans des documents ou des liens, on les critique via des commentaires… Un doute ? Tapez votre nom ou celui de votre organisation dans Google. 11
  • 3. Introduction A. Enfin du simple ? Ceux qui ont plus de 40 ans ont connu l’écran noir et ses lettres vertes qui clignotaient. On ne parlait pas encore de surf, ni de tag. Pour utiliser son PC, il fallait alors apprendre des langages, maîtriser des OS et bénéficier de bonnes bases techniques en Hardware. Les ordinateurs étaient des jouets d’ingénieurs. Rapidement ils sont devenus les outils des secrétaires et des étudiants… A présent ils se redessinent dans les mains des enfants. Là exactement se joue l’avenir des communications, du commerce et peut-être celui de la planète. Les ados d’aujourd’hui sont les citoyens et les bénévoles de demain. On ne peut donc échapper ni à leur logique ni à leur mode de communication. Si tout va vite, il faut pour nous aussi faire l’effort de cette vitesse. Si tout paraît difficile, il faut pour nous aussi faire l’effort de cette difficulté. Les enjeux sont en effet importants pour les institutions non-marchandes. L’objectif est de les mettre en ligne, en phase avec leur public, leurs collaborateurs et leurs bénéficiaires. Il faut que les associations soient à la hauteur… à la hauteur de leurs engagements, de leurs causes et des personnes qu’elles soutiennent. 12
  • 4. Edi.pro important L’informatique, de la console à la tablette, est trop souvent associée à l’enfance. Beaucoup de responsables croient donc à tort que tout y est simple et abordable. Faux : l’informatique professionnelle est complexe et chère. Elle nécessite des investissements professionnels humains et financiers. B. La communication ininterrompue Qu’il est bon d’être dans sa bulle : les écolos parlent aux écolos, les assistants sociaux aux bénéficiaires, les responsables à leurs équipes… Et quid du reste ? Pourquoi ignorer les autres ? Trop longtemps, cette logique a prévalu dans les secteurs sociaux : peu de communication qui soit efficace, conçue et orientée destinataires, encore moins sur le WEB, et que dire de leur absence sur les réseaux sociaux ? Le « Vivons heureux, vivons cachés » est un archaïsme, un reliquat d’une époque révolue. Notre temps est celui de la communication. Ce siècle est celui de l’exposition : pour exister, il faut être vu. La présence en ligne est donc indispensable : quelque soit son engagement, l’association doit s’afficher sur les PC, les tablettes et les téléphones. Non seulement s’afficher, mais vivre, s’exprimer, expliquer et demander. 13
  • 5. Introduction tips : tout change et de plus en plus vite Que ce soit pour se justifier auprès des donateurs, pour expliquer ses engagements ou pour défendre une cause, il faut être là. Et pour être là, il faut être en ligne. La communication 2.0 n’est plus statique : • elle est permanente : un site ou un blog et, à plus forte raison, un réseau social doit être mis à jour quasi quotidiennement; • elle est interactive : vous devez pouvoir répondre aux questions, réagir aux commentaires ou apporter des réponses aux interrogations voire même rassurer les bénéficiaires ou les donateurs qui vous interpellent sur votre mur; • elle est collaborative : votre contenu ne vous appartient plus. Depuis 5 ans, les internautes ont pris le droit de co-construire le WEB. A vous donc d’innover aussi, d’inventer une e-collaboration différente. C. La victoire de la base et la perte des repères Le WEB Social arbore le visage de l’ange : il a toutes les qualités. Il semble indispensable à tous et pour tout. Il se drape d’éthique et de morale. On le dit donc Social. Comme dans les dessins animés Pixar, cet ange-là peut cependant rapidement prendre les traits d’un diable cruel : ces ailes deviennent pourpres, des dents lui poussent et ses yeux si angéliques sont à présent implacables. 14
  • 6. Edi.pro Le Social baisse son masque. Le profit, la compétition, le voyeurisme et la rumeur apparaissent « tout sourire » : ils savent que souvent ce sont eux qui mènent la danse Sociale. Les associations doivent donc marcher avec prudence : leur présence en ligne ne doit pas se faire au détriment ni de leurs valeurs, ni de leurs engagements sociaux. Les dérives sont nombreuses et tentantes : il ne faut jamais oublier que le WEB est une toile. Les araignées sont donc nombreuses. Deux de celles-ci sont particulièrement vénéneuses: l’expertise horizontale et la perte des repères. 1. L’expertise horizontale Moins vous en savez, plus le WEB vous accorde sa confiance. Ce drôle d’axiome a perturbé durablement la logique d’information en ligne. L’internaute semble se méfier de ceux qui maîtrisent leur sujet : experts, professeurs, universitaires, références bibliographiques, tout est sujet à caution. On y voit de la manipulation, on croit y déceler du mensonge voire de la désinformation. Cela paraît aberrant, mais l’internaute préfère s’informer auprès de pairs que d’experts : il va sur des forums, des blogs. Il interroge sur son réseau Social. Se méfier donc : • des rumeurs ou de la désinformation qui circulent sur les réseaux : l’association a un devoir moral d’information juste. Trop d’associations relayent encore des informations fausses et entretiennent ainsi la rumeur1; • certaines associations attirent, par leurs engagements et leurs combats, le courroux d’organisations ou d’états parfois très puissants. Ceux-ci n’hésitent pas à utiliser les réseaux pour contre- informer, déstabiliser ou décrédibiliser l’association. 1 Les associations d’enfants atteints de maladies graves ou incurables sont un bon exemple : rares sont celles qui vérifient les données médicales qu’elles publient. 15
  • 7. Introduction Une remarque à fluoter Les associations et ONG s’imposent souvent une éthique très conservatrice. On y préfère le verbe, la discussion et la réflexion. Il faut adapter ces contraintes à la nouvelle donne de la communication : l’image. Il ne faut rien perdre, juste traduire ces arguments graphiquement. 2. La perte des repères Le virtuel n’est pas l’irréel. Chaque commentaire et chaque image sont des messages. Loin de se cantonner dans un monde parallèle, ceux-ci ont des effets bien réels. Ils sont interprétés, appliqués ou rejetés. Ils induisent des comportements et peuvent directement ou indirectement influencer les personnes et même les états. Certains se voient protéger sous les traits d’avatars ou sous le sceau de l’anonymat. A ceux-là, il convient de dire et de répéter que sur Internet rien n’est caché, tout est vu. Il est donc impératif de leur expliquer que tout ce qui est visible a des effets… bien réels. Se méfier donc : • pour être responsable, une communication doit être gérée : ce qui est posté sur Facebook doit donc être validé. Chaque phrase et chaque photo sont importantes : elles engagent l’association. Le nom et la renommée de celle-ci valident en effet tout contenu auprès des internautes; • la gestion de contenu implique une surveillance non seulement des pages dites officielles mais également des forums, des blogs des collaborateurs ou des partenaires et de leur réseau Social. 16
  • 8. Edi.pro Synthèse Comme tout progrès, le Web Social draine ses avatars. Il faut donc le considérer tel qu’il est : un outil avec ses limites et ses risques. Il est impératif pour l’association de conserver la main sur sa communication WEB : trop externaliser (sociétés sous-traitantes ou bénévoles) peut s’avérer dangereux. D. « S’écrire » et se vendre au quotidien « Comme ils sont glorieux les philosophes de notre temps… » Leonardo Bruni L’écriture est-elle l’oubliée des réseaux sociaux ? Tout est une question de point de vue… Il y a dix ans, on fit la même critique aux textos. A d’autres époques, on critiqua la machine à écrire, l’ordinateur et ses traitements de texte, le FAX et même le stylo à bille. Le progrès draine le changement : à chaque nouveau mode de communication, il a fallu un nouveau mode de rédaction. Le progrès draine également les réticences, la peur du changement et parfois même le retour de certains fantasmes. Pour chacun de ces changements, pourtant, l’histoire fut identique : rien n’avait été oublié, mais tout avait dû évoluer. 1. L’eau du bain est peut-être froide Le monde se cherche constamment de nouveaux théâtres pour se mettre en scène. Chaque génération a besoin d’y laisser une trace, de changer la donne, de bousculer ses aînés… Cette génération-ci a plongé dans le WEB. Elle y a recréé un monde plus ouvert, plus direct et plus humain. 17
  • 9. Introduction Pour tout cela, il a fallu réinventer l’écriture. Elle a dû se plier à ce nouveau mode de communication : le support est différent, il est mobile; le ton est différent, plus rapide et moins convenu ; le style est aussi différent… Que l’on aime ou que l’on déteste, il va falloir s’adapter. Quand le téléphone fit son apparition, il y eut au sénat français un élu pour déposer un texte visant à son interdiction : il allait être un outil de « tentation » pour la femme au foyer. Quand le téléphone portable débarqua sur le marché, il fut stigmatisé : plus de vie privée, signe ostentatoire de réussite et d’addiction. Quand le WEB apparut et plus encore quand Facebook s’imposa à notre quotidien, les arguments furent identiques et les craintes furent pareilles : intrusion dans la vie privée, détournement ou utilisation des données, risque d’addiction et dérives diverses (harcèlements, trafics divers, prosélytismes, …) et, comme à chaque fois, l’angoisse de « on va toucher à nos enfants ». La vie privée, un problème de vieux cons2 ? Pas si sûr, mais, dans tous les cas, Facebook a fait bouger les frontières. Pour ceux qui y trempent le pied pour la première fois, les réseaux sociaux font cette impression de bord de mer : l’eau paraît plus froide qu’elle n’est. 2 La vie privée, un problème de vieux cons ?, Jean-Marc Manach, FYP éditions, coll. Présence/Essai. 18
  • 10. Edi.pro Deux phrases simples pour un concept qui ne l'est pas Certains scindent à présent la vie privée en deux. Ils distinguent l’espace intime, qui doit rester clos et donc réellement privé, de l’espace public qui lui dévoile (ou met en scène) une part de notre vie privée, qu’elle soit professionnelle ou familiale. Ceux qui résistent aux réseaux finiront comme pour le téléphone, le mobile et le WEB par y adhérer non par conviction, mais simplement par nécessité. Il va falloir se mettre en scène, imaginer des décors, des scènes, des évènements et surtout bien régler la lumière, choisir ses spots… Tout est affaire d’éclairage. 19
  • 11. Introduction 2. La Méthode des Mondes : vos murs ont des oreilles Ce livre applique les principes de la Méthode des Mondes à l’écriture Sociale. Cette Méthode s’applique à toutes les facettes de l’écriture WEB3 : la conception de la page d’accueil, l’écriture des pages d’un site ou des articles d’un blog, la rédaction d’une newsletter, d’un courriel, la composition d’un lien ou d’une bannière, la rédaction d’une description d’un objet pour un site de partage et donc également à la gestion d’un réseau Social. Nous nous limiterons dans cet ouvrage à la facette suivante : comment écrire, commenter et taguer sur le réseau de votre association. Cet ouvrage n’est pas conçu comme un apport théorique à l’art narratif. Tout au contraire, loin des dogmes méthodologiques, il se veut un recueil de « trucs et astuces » pour les community managers. L’objectif est de former le lecteur au juste maniement de ses projecteurs. La mise en lumière est en effet un art qui nécessite un apprentissage. Pour que le livre atteigne cet objectif, il a été construit comme un cahier d’écolier : tout y est clair, compréhensible et pratique. 3 A. Adam, M. Aubert, A. Coussement, F. Meuleman & T. Pay, Ecrire et manager sa communication WEB, EDIPRO, 2008. 20
  • 12. Edi.pro Le lecteur saura, dès la première page lue, comment adapter son style, comment faire de son mur un agréable lieu d’expression. Le directeur de l’asso, le responsable com., le community manager et l’éducateur trouveront ici les méthodes qui font défaut ailleurs. 3. Quant à la structure du livre Le premier chapitre dresse un tableau général de l’écriture Sociale et des apports de la Méthode des Mondes. Le second, consacré à la Rhétorique des murs, se concentre sur les fondements de l’écriture : le choix des mots, des expressions et des figures de syntaxe. Le troisième reprend dans le détail les techniques de copywriting propres à la Méthode des Mondes. La quatrième partie applique les formules de la presse et de la télévision à l’écriture en ligne. repère : c'est quoi le Co-branding ? Il est passé le temps où les marques géraient seules leur image. Leur branding est à présent partagé. La part de leur influence a été rognée par celle du WEB : ce que disent d’elles les communautés, les sites et les réseaux occasionnent à présent autant d’impacts que leur propre communication. 21
  • 13. Introduction Il en est de même pour les associations : la construction de leur marque se fait à deux avec les internautes. C’est ce que les livres de marketing surnomment le Co-branding. Dans la construction de ce Co-branding, la place du réseau social et des UGC4 est cruciale : on fait davantage confiance à son voisin, son ami ou son cousin qu’au discours de la marque. Les marques ont dû l’accepter. Les associations devront aussi s’y plier : un commentaire sur Viadeo a tout autant de puissance qu’un message publicitaire. L’affiche n’est plus seulement au bord de route, elle est à présent sur nos murs… E. La fiche 2.0 : savoir dire merci et e-valoriser C’est rien que pour les assos ;o) Rien n’est dû à ceux qui font ou prônent le bien. Tout au contraire : un donateur a besoin d’être remercié, un bénévole a besoin d’être soutenu et, comme chaque collaborateur, d’être valorisé dans son travail. 4 Les UGC, « User generated content », sont des sites de partage. Ils offrent aux internautes des plateformes libres sur lesquelles ils peuvent poster leurs photos, tel Flickr, leurs clips, tel Youtube, ou leurs documents, tel Slideshare. 22
  • 14. Edi.pro C’est humain, nous aimons être « rétribués » pour ce que nous faisons. Dans le monde marchand, cela se traduit par de l’argent, des promotions ou des reconnaissances matérielles, la voiture de société ou les chèques repas. Dans le non-marchand, les bénévoles, les collaborateurs et les partenaires attendent autre chose : être reconnus. Les murs et les commentaires sont des lieux privilégiés pour mettre en avant le travail des bénévoles, pour remercier les partenaires et informer les donateurs. C’est aussi l’occasion de diffuser des résultats et des réussites. Non seulement pour informer, mais également pour concrétiser des chiffres et mettre des visages sur des projets, les efforts et les investissements de chacun. L’association a tout à gagner à soutenir ceux qui la soutiennent. C’est humainement moral et socialement éthique. Cela motive les équipes, dynamise les projets et pérennise les dons et les soutiens extérieurs. 23
  • 15. Introduction Les réseaux offrent un relais parfait pour ces feedbacks : • les messages du mur ou un tweet : ils peuvent exprimer un remerciement ou une réussite; • les commentaires : l’association peut répondre à un bénévole ou un donateur. Elle peut aussi réagir aux messages postés sur leur profil; • les « J’aime » : et oui, c’est parfois aussi simple que cela. Un « J’aime » peut se traduire ici par un « merci ! », un « super job » ou « tout cela on te le doit »; • les liens partagés : l’institution peut ainsi mettre en avant une autre association, un partenaire, une urgence ou remercier un bénévole ou un donateur; • la photo du profil : elle peut afficher la fin d’un projet ou exprimer une réussite. Elle peut représenter une personne, ou remercier une équipe; • les photos des albums : l’association peut publier des albums de photos (en taguant les bénévoles et ses collaborateurs); • la création de pages spécifiques à certains projets ou pour des recherches de fonds spécifiques; • le renvoi aux UGC pour des documents, des photos ou des vidéo; • elle peut aussi partager ou référencer les blogs de ses collaborateurs ou bénévoles. 24
  • 16. Edi.pro Tips : agir ou réfléchir ? La communication non marchande a deux écoles : l’une prône la réflexion et l’éthique, l’autre l’action et le résultat. a. l’école américaine : l’objectif prime. Il faut agir, trouver une solution ou apporter une aide. Dans cet esprit, la défense de la cause ou l’aide du bénéficiaire justifie les démarches. On agit plus qu’on réfléchit; b. l’école française, elle, repose sur une vieille utopie toute hexagonale : toute approche sociale ou révolutionnaire nécessite une réflexion. La part est donc ici plus à l’analyse, la prise de distance, la méthode et le discours. On peut faire des choses, mais nous nous devons de procéder dans un cadre éthique. Une bonne communication se situe à l’intersection des deux. Les profils et les comptes sociaux doivent intégrer ces deux facettes : être dans le résultat et simultanément se placer dans une autre manière de parler, d’agir et donc de commenter en ligne, moins marketing, plus réfléchie. 25