SlideShare une entreprise Scribd logo
1
République algérienne démocratique et populaire
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Scientifique
Faculté de Médecine d’Alger
Département de Médecine Dentaire
Développement de l’organe dentaire
Module : Histologie
2ème Année
Dr Ayat. A
Année universitaire : 2020-2021
2
1. Introduction
Comme tous les organes, les dents se forment à partir d’ébauches embryonnaires.
L’histogenèse dentaire proprement dite ou odontogenèse regroupe des
phénomènes de mise en place cellulaire et tissulaire.
Elle est précédée par des stades d’initiation au cours desquels on observe
successivement des migrations cellulaires dans le territoire présomptif des
futures arcades dentaires, des multiplication cellulaires selon les stades et des
regroupements épithelio-mésenchymateux qui aboutiront à l’individualisation de
chacun des futurs germes dentaires.
La connaissance des étapes de développement dentaire l’organe dentaire et des
maxillaires permet une meilleure compréhension des mécanismes
etiopathogéniques de certaines anomalies dentaires et maxillaires.
2. Origine embryonnaire de l’organe dentaire
Au 24ème jour de la vie intra utérine (VIU), l’extrémité céphalique de l’embryon
présente un énorme bourgeon frontal sous lequel se situe une large béance : «
stomodeum ou bouche primitive ».cette dépression est doublée en profondeur
par la membrane pharyngienne.
Au 25ème jour, dans les territoires latéraux de la région céphalique se
développent à partir d’amas de mésenchyme les 2 premiers arcs branchiaux, les
bourgeons maxillaires et mandibulaires constituant le 1er arc.
Au 27ème jour, le neuropore antérieur se ferme, la membrane pharyngienne tend
à disparaître laissant communiquer la bouche primitive avec le tube digestif
antérieur.
- Le stomodeum est limité latéralement par les 2 bourgeons maxillaires et
ventralement par les 2 bourgeons mandibulaires.
Les bourgeons mandibulaires droit et gauche fusionnent dès la fin de la 5ème
semaine sur la ligne médiane au-dessus de l’ébauche cardiaque. Les bourgeons
mandibulaires font partie du premier arc branchial.
3
4
Au cours de la 6ème semaine de la VIU, les bourgeons maxillaires en forme de
digitation se développent et viennent au contact des bourgeons nasaux internes
et externes. Ces contacts fusionnels ectodermiques constituent un rempart
épithélial, permettant ainsi la constitution d’un massif cellulaire continu. Cette
bande épithéliale donnera en profondeur les futures arcades dentaires. Peu de
temps après, à l'endroit des arcs dentaires, se formera la lame dentaire. Les dents
se développeront à partir de cet épithélium buccal (ectoderme), et du
mésenchyme sous-jacent, peuplé par les cellules ectomésenchymateuses ayant
leur origine dans les crêtes neurales.
Les cellules des crêtes neurales (CCN) se regroupent en amas diencéphaliques
(vers le bourgeon naso-frontal pour les incisives), mésencéphaliques,
rhombencéphaliques. L’amas mésencéphalique fournit les cellules migrant dans
la partie antérieure du bourgeon maxillaire et de l’arc mandibulaire pour être à
l’origine de la canine. Enfin, les cellules de l’amas rhombencéphalique se
distribuent dans les parties postérieures des bourgeons maxillaires et
mandibulaires (Fig.1).
Ces migrations se font de chaque côté du tube neural. Conjointement à leur
migration, les CCN se transforment en cellules mésenchymateuses. Une fois leur
destination finale atteinte, certaines d’entre elles se différencieront en
odontoblastes sous l’influence de territoires spécifiques de l’épithélium oral.
Fig.1 : Migration (a) ; Localisation des cellules (b) des crêtes neurales à
4 semaines.
La transmission des signaux entre les deux tissus passe par l’expression de
nombreux gènes de types homéogènes, facteurs de croissances et gènes du
développement. Ces interactions réciproques et continues contrôlent la
morphogenèse de l’épithélium et du mésenchyme dentaires, ainsi que la
cytodifférenciation des odontoblastes et des améloblastes.
5
3. Morphogénèse primaire des lames dentaires
L’origine des divers constituants dentaires est double :
- D’une part, le mésenchyme appartenant aux territoires maxillaires et
vraisemblablement l’ectomésenchyme provenant des crêtes neurales.
- D’autre part, le tissu épithélial les revêtant.
La morphogénèse primaire, qui va permettre la formation des germes dentaires, se
traduit par des transformations cellulaires et tissulaires, à la fois épithéliales et
mésenchymateuses.
Dans un premier temps, ces transformations mettent progressivement en place une
première structure épithéliale, la lame primitive.
3.1.les épaississements épithéliaux
Des épaississements épithéliaux bilatéraux apparaissent isolément, dès le 28ème jour,
sur la face inférieure des bourgeons maxillaires et sur les versants linguaux des
bourgeons mandibulaires.
3.2.La lame primitive
Chez l’embryon humain de 6 à 7 semaines, cet épaississement épithélial fait de
deux couches cellulaires (Epithélium bistratifié : une couche de cellules basales
hautes et une couche de cellules superficielles aplaties). Le tissu sous jacent est un
mésenchyme jeune.
Accentuant sa prolifération, cet épaississement épithélial s’enfonce dans le
mesenchyme sous –jacent pour former le mur plongeant ou lame primitive.
(Schéma 1).
Cette lame est faite de 4 à 6 couches de cellules épithéliales. Sur la couche la plus
profonde, les cellules sont prismatiques à noyaux allongés, orientées
6
perpendiculairement par rapport à la membrane basale et sont denses. Le
mésenchyme sous-jacent présente une condensation cellulaire aux limites
imprécises.
La forme générale de la lame primitive est celle d’un fer à cheval et épouse ainsi la
configuration du rebord des futurs maxillaires.
La lame primitive évoluera ensuite vers la future arcade dentaire. Il en apparaît
deux ; l’une au niveau du plancher buccal, c’est l’arcade inférieure ; l’autre au
niveau du plafond et répond à l’arcade supérieure.
3.3.La lame dentaire
Le mur plongeant est ensuite le siège d’une prolifération cellulaire qui prend deux
directions distinctes (c’est un dédoublement): (schéma2, fig2 et fig3)
- un diverticule en direction verticale : c’est la lame vestibulaire
- un prolongement interne ou lingual : c’est la lame dentaire.
A partir du versant interne de la lame primitive (ou du mur plongeant), se constitue
une expansion épithéliale linguale ou palatine pénétrant profondément le
mésenchyme: la lame dentaire. En regard de cette lame dentaire faite d’une lame
épithéliale, la condensation de cellules mésenchymateuses se précise, alors que
l’activité cellulaire est moins dense au niveau de la lame vestibulaire.
Entre la langue et l’arc mandibulaire où s’est enfoncée la lame dentaire, un sillon
profond s’installe : c’est le sillon lingual.
7
Schéma2 :Évolution de la lame dentaire (coupe transversale)
a. Le mur plongeant et le mésenchyme
b. Dédoublement de la lame dentaire: lame vestibulaire (à gauche), lame dentaire (à droite).Amorce du sillon
vestibulaire
c. La lame vestibulaire et le sillon vestibulaire sont bien marqués. La lame dentaire prend une direction
linguale (ou palatine).
d. La lame dentaire différencie un bourgeon au contact du mésenchyme odontogène. A gauche,
l’approfondissement du sillon vestibulaire donne naissance au vestibule buccal
Un autre sillon va séparer la lame vestibulaire de la lame dentaire : c’est le sillon
vestibulaire.
Il amorce la formation du vestibule buccal qui délimite la zone externe (jugale ou
labiale) de la zone interne (maxillaire avec l’arcade dentaire).
La lame dentaire est cernée par une condensation de cellules ecto-
mésenchymateuses au niveau desquelles des renflements épithéliaux s’organisent ;
ils répondent aux futurs bourgeons dentaires. (schéma 3)
8
Figure 2 : Dédoublement de la lame primitive en lame vestibulaire (l.vest) et lame dentaire
(l.dent) en regard de la condensation du mésenchyme odontogène (més.od) flèche ;
Embryon humain de 7 semaines, coupe transversale,. Ep.buc: épithélium buccal; m.b:
membrane basale; més.md : mésenchyme mandibulaire; os.md: travée d'ossification
mandibulaire: s.vest : sillon vestibulaire.
Figure 3 : A : Lame vestibulaire – B : lame dentaire, à son voisinage activité
mésenchymateuse (flèche)
9
Stade de formation Défauts Implications cliniques en cas de
perturbations
Formation de la
lame dentaire
1. Manque
d’initiation de la
lame dentaire
2. Initiation
anormal ou
supplémentaire de
la lame dentaire
Conduit à l'absence d’une ou plusieurs
dents (partielle) hypodontie.
ou la dentition entière (complète),
produisant l’anodontie.
Conduit à l’apparition d’une ou de
plusieurs dents supplémentaires ou
surnuméraires.
4. Les Bourgeons des dents temporaires
Entre la 7ème et la 8ème semaine, peu de temps après la formation de la lame dentaire,
et à partir de celle-ci, s’individualisent régulièrement et par place, des petits
renflements épithéliaux coiffant des cellules mésenchymateuses: ceux sont les
bourgeons, futurs organes de l’émail des dents temporaires.
Ainsi, les bourgeons qui se constitueront par hémi-arcade, dans un premier
temps sont: les deux incisives, la canine, la première molaire temporaire (9ème
semaine) puis vers la 10ème semaine le bourgeon de la deuxième molaire temporaire.
Ces renflements sont destinés aux dents temporaires.
Avant d’involuer par mort cellulaire (apoptose), une partie de cette lame
dentaire sera encore capable de former les bourgeons des dents de remplacement
(ou dents permanentes).
Il est à noter que les dents de remplacement commencent leur développement
morphologique pendant l'odontogenèse des dents temporaires. (Figure 4)
5. Formation des molaires permanentes
La particularité des molaires permanentes (au nombre de trois par hémi-arcade), est
qu’elles sont dites des dents non successionelles.
Leur formation diffère quelque peu des autres dents puisqu’elles sont issues de part
et d’autre, du prolongement distal du fer à cheval que forme la lame dentaire.
Vers la 16ème semaine (3ème - 4ème mois de la vie fœtale) apparaîtra à l’extrémité
distale de la lame dentaire, le bourgeon de la première molaire définitive, en arrière
du germe de la deuxième molaire temporaire.
Une autre expansion distale de la lame dentaire sera à l’origine entre la naissance et
le 9ème mois, du bourgeon de la 2ème molaire définitive.
Enfin, une ultime différenciation de cette lame dentaire, donnera entre 1 et 5ans, le
germe de la 3ème molaire.
6. Lame dentaire de remplacement et Bourgeons des dents de
remplacement
10
Au fur et à mesure que les bourgeons des dents temporaires se forment, la lame
dentaire devenue plus mince, va donner des prolongements en direction linguale ou
palatine, entre le 3èmeet le 4ème mois. Cet ensemble correspond à la lame dentaire de
remplacement. Elle diffère de la lame dentaire par sa présentation sous formes de
dix digitations ou languettes correspondant aux dix germes de dents permanentes
remplaçant les dix dents temporaires par arcade.
Les bourgeons des dents de remplacement sont initialement en situation linguale
(ou palatine) par rapport aux dents temporaires. Ils vont subir une migration au
cours de leur croissance et viendront se placer sous les dents temporaires. C’est ainsi
que les bourgeons des prémolaires se disposeront entre les racines des molaires
temporaires.
La lame dentaire (supérieure et inférieure), ayant donné 52 organes dentaires finit
par se désagréger vers l’âge de 4ans.
Il peut cependant persister des vestiges épithéliaux entre les follicules dentaires ; ils
prennent une forme sphérique appelée « les perles de Serre» qui peuvent être
kératinisés ou non. Ces résidus sont à l’origine de kystes paradentaires.
Le bourgeon dentaire formé d’une composante épithéliale et d’une composante
mésenchymateuse passera par plusieurs stades qui lui permettront de
s’individualiser pour prendre la forme qui lui est génétiquement déterminée.
11
Schéma 3: Situation anatomique et évolution de l’épithélium odontogène
Mise en place, de
la Lame IIaire
Vue frontale
Vue Horizontale
12
Schéma 4 : Formation de dents permanentes.
Du côté lingual de la lame dentaire initiale (DD : dent déciduale) se constitue un bourgeon
d'une dent permanente (DP). Ce bourgeon se transforme en cloche. PA: préaméloblastes; D:
dentine; 0:odontoblastes.
Le développement dentaire peut être divisé en trois phases qui se chevauchent :
 Initiation
 Morphogénèse
 Histogénèse
Durant la phase d’initiation : les sites des futures dents sont déterminés. Le germe
dentaire est initié par une invagination de l’épithélium buccal qui prend
l’appellation de lame dentaire.
Durant la morphogenèse (ou organogénèse), la forme de la dent est déterminée à la
fois par la prolifération (ou multiplication) et par le mouvement cellulaire.
L’histogénèse est définie par la différenciation cellulaire (qui commence à l’étape de
la morphogénèse) ; elle aboutit à la formation de couches cellulaires variées. Ces
couches sont soit minéralisées (dentine, email, cément) ou non minéralisées comme
la pulpe et le ligament parodontal.
7. Morphogenèse du germe dentaire:
Chaque bourgeon s'enfonce dans l'ectomésenchyme qui prolifère à son
contact. Il comporte une composante épithéliale, futur organe de l'émail, qui reste
appendue à la lame dentaire par un pédicule, et une composante mésenchymateuse
qui deviendra la pulpe. Sa morphogenèse primaire regroupe des stades successifs
depuis l'apparition du bourgeon jusqu'à la constitution du follicule dentaire.
Le terme de « stade» correspondant en quelque sorte à un «instantané» du
développement du germe. Chaque stade est surtout caractérisé par la morphologie
13
particulière du constituant épithélial: bourgeon, cupule (ou capuchon), cloche
dentaire.
7.1. Stade du bourgeon
Chaque lame donne naissance à des bourgeons dentaires, épaississements
épithéliaux plus conséquents et localisés, correspondant à des dents individuelles.
Le mésenchyme sous-jacent se condense. elle se présente sous la forme d’un
cylindre qui s'enfonce dans l’ectomésenchyme.
A la fin du stade de bourgeon, il peut être distingué dans la partie apicale de
ce cylindre épithélial (rond vert sur le schéma), une zone particulière constituant le
Noeud de l'Email Primaire (NEP). Ce NEP joue un rôle analogue à la crête apicale
ectodermique dans le développement du membre. Il est constitué d’un petit nombre
de cellules ne présentant aucune différence morphologique mais on peut, grâce à
des techniques d'hybridation in situ, mettre en évidence des molécules de
signalisation et des facteurs de transcription qui ne sont pas exprimées par les autres
cellules épithéliales. Partie ecto-mésenchymateuse : les cellules ecto-
mésenchymateuses sont en périphérie des cellules épithéliales. A ce stade, elles ne
présentent aucune caractéristique histologique si ce n’est la faible matrice
extracellulaire se traduisant par une forte densité cellulaire ecto-mésenchymateuse.
Partie périphérique: Au stade de bourgeon, elle ne se distingue pas vraiment de la
partie ectomésenchymateuse.
Chez l'embryon humain âgé de 8 semaines, les bourgeons des canines et
incisives temporaires sont apparents. Durant la 9ème semaine, les bourgeons des
molaires temporaires se constituent.
Stade de formation Défauts Implications cliniques en cas de
perturbations
Stade de bourgeon
1. Prolifération plus
importante ( plus
volumineuse) du
bourgeon dentaire
2. Prolifération
réduite (moins
volumineuse) du
bourgeon dentaire
Une ou plusieurs dents plus grosses
que la normale : Macrodontie
Une ou plusieurs dents plus petites
que la normale : Microdontie
7.2. Stade de la cupule (ou capuchon)
Rapidement le bourgeon augmente de volume et prend la forme d'une cupule. La
prolifération cellulaire épithéliale, caractérisée par une concavité, enveloppe
partiellement le mésenchyme sous-jacent, future pulpe dentaire. On distingue alors
nettement un ensemble épithélial, une papille mésenchymateuse et une enveloppe
mésenchymateuse. (fig.4)
14
Figure 4 : Germe dentaire, stade cupule
A : réticulum étoilé- B : épithélium adamantin externe
C : épithélium adamantin interne- D : papille dentaire – E : Follicule dentaire
7.2.1. L'ensemble épithélial:
A partir du stade capuchon, le massif épithélial se transforme progressivement par
processus d'histogenèse en organe de l'émail. Cette histogenèse implique la
différenciation de l'épithélium dentaire interne ou épithélium adamantin interne :
couche de cellules palissadiques au contact de la future pulpe dentaire par
l'intermédiaire d'une membrane basale. Cet épithélium est en continuité de
l'épithélium dentaire externe ou épithélium adamantin externe, constitué de cellules
cuboïdes, localisé en périphérie du capuchon au contact du mésenchyme
péridentaire. La jonction entre ces deux épithélium constitue la lèvre épithéliale (ou
zone de réflexion).
Les cellules épithéliales délimitées par ces deux épithéliums se transforment en
majeure partie en cellules polygonales partiellement jointives constituant le
réticulum stellaire (ou réticulum étoilé).
Une structure histologique particulière et transitoire se met en place à ce stade au
centre de l'épithélium dentaire interne: le noeud de l'émail.
Cette structure est caractérisée par un arrangement plus ou moins concentrique de
cellules apoptotiques (mort cellulaire programmée) et de cellules vivantes de
remplacement.
7.2.3. Le mésenchyme papillaire et péridentaire :
15
La condensation mésenchymateuse principale, centrée sous l'organe de l'émail,
présente de nombreuses cellules en multiplication mais sans orientation
préférentielle. C’est la papille mésenchymateuse destinée à former la dentine et la
pulpe. On note, dès ce stade, l'apparition d'axes vasculaires papillaires. Une autre
condensation entoure plus ou moins complètement le germe dentaire. Elle est
formée de cellules, à noyau généralement allongé, disposées de façon tangentielle et
laissant apparaître entre elles quelques tracés fibrillaires concentriques.
Stade de
formation
Défauts Implications cliniques en
cas de perturbations
Stade de cupule
L'organe de l'émail peut
anormalement invaginer et croitre
dans la papille dentaire
Dens in dente
Cette perturbation se produit
comme le germe d’une dent unique
tente sans succès de se diviser en
deux germes, ce qui entraîne alors
dans une dent plus grande mais avec
des racines et communes et
cavité pulpaire plus élargie.
Gemination dentaire
Union de deux
germes dentaires adjacents, résultant
éventuellement de la pression dans
la région
ce qui conduit à une plus large,
macrodontique dent similaire a la
gémination
Fusion dentaire
peut-être dû à
Des traumatismes, pression, ou
d'une maladie métabolique qui
affecte l'organe de l'émail .
Tubercles dentaires
7.3. Stade de la cloche
C’est un stade d’histo-morpho-
différenciation. Les patrons cuspidiens
spécifiques à chaque dent se mettent en
place, il devient alors possible de
reconnaître la future forme de la couronne
dentaire. Si la phase d’initiation est l’étape
déterminant l’identité de la dent, le stade de
16
la cloche peut être considéré comme l’étape déterminant la forme de la dent .
7.3.1. L'organe de l'émail :
L'ensemble des couches précédemment décrites de l'organe de l'émail poursuit son
évolution et s'enrichit d'une quatrième couche, le stratum intermédium, qui
apparaît entre l'épithélium interne et le réticulum étoilé. Par une multiplication
cellulaire active, il participe tout d'abord à l'accroissement du réticulum étoilé, ce
dernier occupant un espace plus important qu'au stade de la cupule, en rapport
direct avec l'accroissement volumétrique de l'organe de l'émail.
Les caractères cytologiques ultrastructuraux du stratum intermédium et du
réticulum étoilé sont voisins. La seule différence notable réside dans l'importance
plus ou moins grande des espaces intercellulaires.
L'épithélium dentaire externe est formé de cellules cuboïdes ou même aplaties
ayant une disposition régulière.
Les cellules de l'épithélium dentaire interne varient morphologiquement
lorsqu'on les suit depuis la zone de réflexion jusqu'au moment de la future cuspide.
Dans les dents pluricuspidées comme la molaire, le nœud de l’émail primaire
disparaît et laisse place aux nœuds de l’émail secondaires, qui apparaissent au
sommet de chaque cuspide. Ces structures secondaires expriment et sécrètent les
mêmes facteurs que le nœud de l’émail primaire. Cependant, contrairement à celui-
ci, ils n’interviennent pas sur la prolifération mais sur la différenciation cellulaire.
7.3.2. La papille mésenchymateuse :
La région papillaire se distingue très nettement du conjonctif basal maxillaire par sa
densité cellulaire due à une multiplication et à un rassemblement des cellules
mésenchymateuses, ainsi que par l'importance des fibrilles de collagènes et par la
richesse de sa substance fondamentale en mucopolysaccharides. Les capillaires et
fibres nerveuses y apparaissent nombreux.
Dans sa région périphérique, en regard des préaméloblastes, les cellules de la
papille mésenchymateuse, polygonales ou ovales, vont se ranger en« palissade» le
long de la membrane basale; elles augmenteront de taille de telle sorte qu'elles
viendront presque au contact les unes des autres.
7.3.3. Le sac dentaire:
Le sac dentaire, ou sac folliculaire, apparaît dès le stade de la cupule. Au stade de la
cloche, il entoure nettement le mésenchyme papillaire et l'organe de l'émail, laissant
passer à sa partie supérieure la lame dentaire et à sa partie inférieure les axes
17
vasculaires et nerveux. Il est constitué par un feutrage dense en collagène auquel se
mêlent de nombreux vaisseaux (des capillaires pour la plupart).
Schéma 5 : Morphogenèse primaire du germe dentaire: Stades du bourgeon, de la
cupule et de la cloche.
L'évolution morphologique est surtout marquée par l'histogenèse progressive de l'organe de l'émail ainsi
que par la constitution des mésenchymes papillaire et péridentaire. EA.E : épithélium adamantin externe;
EA.I : épithélium adamantin interne; ép.buc: épithélium buccal; l.dent.lre: lame dentaire primaire;
més.od:mésenchyme odontogène; més.pap: mésenchyme papillaire; més.pérident:mésenchyme
péridentaire; nod.E: noeud de l'émail; p.més: papille mésenchymateuse ; R.E : reticulum étoilé; s.fol : sac
folliculaire; S.I : stratum intermedium ; z.réfl : zone de réflexion
CLOCHE
18
Stade de
formation
Défauts Implications cliniques en cas de
perturbations
Stade de cloche
Défauts métaboliques
des améloblastes
d’origine local ou
systémique.
Dysplasie de l’email et Amélogénése
imparfaite : altération du
développement de l’email aboutissant à
un défaut de structure et de couleur.
Défauts métaboliques
des odontoblastes.
Dysplasie de la dentine et
Dentinigénése imparfaite : altération
du développement de dentine
aboutissant à un défaut de structure et
de couleur.
8. Rhizagenèse :
Lorsque s’achève la formation de la couronne, la zone de réflexion de l’organe
de l’email continue à se développer, ses deux feuillets restent solidaires et vont
former une lame épithéliale appelée gaine de Hertwig qui va s’enfoncer dans le
conjonctif sous-jacent.
Dans les cellules des multiradiculées, la gaine de Hertwig se plisse et par
fusion de replis, des racines s’individualisent. Les cellules du feuillet interne de la
gaine de Hertwig, tournées vers la pulpe, bien que devenues incapables de se
transformer en améloblastes, conservent leur capacité inductrice sur les cellules
pulpaires, provoquant la transformation des cellules pulpaires périphériques en
odontoblastes. Celles-ci se multiplient, se rangent en palissade et sécrètent la
dentine radiculaire.
Du coté externe, la gaine de Hertwig ne provoque aucune réaction du
conjonctif voisin, lequel ne subit aucune transformation tant que persiste cette gaine
épithéliale.
Lorsque les premières couches de dentine ont été élaborées dans la région
radiculaire, la gaine épithéliale de Hertwig se désagrège progressivement et de
proche en proche. Le contact direct de la dentine avec le conjonctif qui l’entoure,
transforme celui-ci en cément. En périphérie du cément, les fibres conjonctives du
sac dentaire, s’organisent en faisceaux fibreux qui se fixent d’une part à l’os
alvéolaire et d’autre part au cément. Ainsi va s’édifier le ligament alvéolo-dentaire,
principal constituant du parodonte.
19
A : améloblaste
O : odontoblaste
PD : prédentine
D : dentine
E : émail
PU : pulpe dentaire
PO : préodontoblaste
EDE : épithélium dentaire externe
EDI : éptithélium dentaire interne
GH : gaine de Hertwig
Figure 7 : Développement radiculaire
9. Conclusion
En résumé, cette phase de morphogénèse est caractérisée par différents stades
(lame, bourgeon, capuchon, cloche) où s’opèrent des mécanismes d’apoptose, de
prolifération et de migration cellulaire. Elle est suivie par une phase de
cytodifférenciation où les cellules (épithéliales ou mésencymateuses) en contact
de la membrane basale deviennent des odontoblastes et des améloblastes à
l’origine de la dentine et de l’émail.
La phase terminale est la formation de la racine qui est tributaire de la
progression apicale de la gaine de Hertwig (fusion de l’épithélium dentaire
interne et externe).
20
21

Contenu connexe

Tendances

Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partielMontage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Abdeldjalil Gadra
 
Amélogénèse dr haddadi
Amélogénèse  dr haddadiAmélogénèse  dr haddadi
Amélogénèse dr haddadiZakaria Haroun
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire
ssuser402aa2
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Abdeldjalil Gadra
 
7. gingivites induites par la plaque
7. gingivites induites par la plaque7. gingivites induites par la plaque
7. gingivites induites par la plaque
Abdeldjalil Gadra
 
Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Zakaria Haroun
 
Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis
Abdeldjalil Gadra
 
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdfLivre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
abdelkrim khedim
 
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaireInnervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaireZakaria Haroun
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
Mounir ZAGHEZ
 
Examen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologieExamen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologie
Mounir ZAGHEZ
 
Crochets, attachements, et liaison selle chassis
Crochets, attachements, et liaison selle chassisCrochets, attachements, et liaison selle chassis
Crochets, attachements, et liaison selle chassis
Abdeldjalil Gadra
 
Thérapeutiques dentinaires
Thérapeutiques dentinairesThérapeutiques dentinaires
Thérapeutiques dentinaires
Abdeldjalil Gadra
 
Lesion interradiculaires
Lesion interradiculairesLesion interradiculaires
Lesion interradiculaires
Abdeldjalil Gadra
 
Livre parodontologie
Livre parodontologieLivre parodontologie
Livre parodontologie
RS OfAllah
 
6. formes de destruction des tissus
6. formes de destruction des tissus6. formes de destruction des tissus
6. formes de destruction des tissus
Abdeldjalil Gadra
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
Abdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partielMontage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
 
Amélogénèse dr haddadi
Amélogénèse  dr haddadiAmélogénèse  dr haddadi
Amélogénèse dr haddadi
 
Cours desmodonte
Cours desmodonteCours desmodonte
Cours desmodonte
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire
 
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpairesThérapeutiques des atteintes pulpaires
Thérapeutiques des atteintes pulpaires
 
7. gingivites induites par la plaque
7. gingivites induites par la plaque7. gingivites induites par la plaque
7. gingivites induites par la plaque
 
Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2
 
Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis
 
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdfLivre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
 
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaireInnervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
 
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectifL’EXAMEN  CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
L’EXAMEN CLINIQUE EN PARODONTOLOGIE Intérêts & objectif
 
Examen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologieExamen exobuccal en parodontologie
Examen exobuccal en parodontologie
 
Crochets, attachements, et liaison selle chassis
Crochets, attachements, et liaison selle chassisCrochets, attachements, et liaison selle chassis
Crochets, attachements, et liaison selle chassis
 
Thérapeutiques dentinaires
Thérapeutiques dentinairesThérapeutiques dentinaires
Thérapeutiques dentinaires
 
Lesion interradiculaires
Lesion interradiculairesLesion interradiculaires
Lesion interradiculaires
 
5 les parodontolyses
5   les parodontolyses5   les parodontolyses
5 les parodontolyses
 
Les indices biologiques
Les indices  biologiquesLes indices  biologiques
Les indices biologiques
 
Livre parodontologie
Livre parodontologieLivre parodontologie
Livre parodontologie
 
6. formes de destruction des tissus
6. formes de destruction des tissus6. formes de destruction des tissus
6. formes de destruction des tissus
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
 

Similaire à Cours développement de l'organe dentaire

Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021
ssuser402aa2
 
4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF
ssuser402aa2
 
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
HamedBelhaj
 
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
HamedBelhaj
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalOral Surgeon
 
Apexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationApexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationOral Surgeon
 
Cochlée et voies cochléaires
Cochlée et voies cochléaires Cochlée et voies cochléaires
Cochlée et voies cochléaires
Abdelhak Messalti
 
Deplacements dentaires
Deplacements dentairesDeplacements dentaires
Deplacements dentaires
Äsør ŘoSą
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
Abdeldjalil Gadra
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf
HamedBelhaj
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf
HamedBelhaj
 
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdfLivre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
abdelkrim khedim
 
Relation Pathologique Oeil Dent
Relation Pathologique Oeil DentRelation Pathologique Oeil Dent
Relation Pathologique Oeil Dent
Mede Space
 
Feuilletage.pdf
Feuilletage.pdfFeuilletage.pdf
Feuilletage.pdf
RimYoussef3
 
Systeme digestif, dent
Systeme digestif, dentSysteme digestif, dent
Systeme digestif, dent
Egn Njeba
 
Vocabulaire d'odontologie
Vocabulaire d'odontologieVocabulaire d'odontologie
Vocabulaire d'odontologie
António Braz dos Santos
 
Lexique odontologie
Lexique odontologieLexique odontologie
Lexique odontologie
fati guzel
 
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologiePoly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Egn Njeba
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
KarimaLounnas
 

Similaire à Cours développement de l'organe dentaire (20)

Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021
 
4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF
 
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
 
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
 
Apexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexificationApexogénèse et apexification
Apexogénèse et apexification
 
Cochlée et voies cochléaires
Cochlée et voies cochléaires Cochlée et voies cochléaires
Cochlée et voies cochléaires
 
Deplacements dentaires
Deplacements dentairesDeplacements dentaires
Deplacements dentaires
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf
 
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdfLivre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
 
Relation Pathologique Oeil Dent
Relation Pathologique Oeil DentRelation Pathologique Oeil Dent
Relation Pathologique Oeil Dent
 
Feuilletage.pdf
Feuilletage.pdfFeuilletage.pdf
Feuilletage.pdf
 
Systeme digestif, dent
Systeme digestif, dentSysteme digestif, dent
Systeme digestif, dent
 
Vocabulaire d'odontologie
Vocabulaire d'odontologieVocabulaire d'odontologie
Vocabulaire d'odontologie
 
Lexique odontologie
Lexique odontologieLexique odontologie
Lexique odontologie
 
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologiePoly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
Poly chirurgie-maxillo-faciale-et-stomatologie
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 
Biofilm
BiofilmBiofilm
Biofilm
 

Plus de ssuser402aa2

3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous
ssuser402aa2
 
1 la gencive
1  la gencive1  la gencive
1 la gencive
ssuser402aa2
 
Indices biologiques
Indices biologiquesIndices biologiques
Indices biologiques
ssuser402aa2
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
ssuser402aa2
 
Les organes-de-sens
Les organes-de-sensLes organes-de-sens
Les organes-de-sens
ssuser402aa2
 
L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1
ssuser402aa2
 
cours de rayonnement x
cours de  rayonnement xcours de  rayonnement x
cours de rayonnement x
ssuser402aa2
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
ssuser402aa2
 
Solutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medSolutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie med
ssuser402aa2
 
Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés
ssuser402aa2
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 final
ssuser402aa2
 
Fosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxFosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynx
ssuser402aa2
 

Plus de ssuser402aa2 (12)

3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous
 
1 la gencive
1  la gencive1  la gencive
1 la gencive
 
Indices biologiques
Indices biologiquesIndices biologiques
Indices biologiques
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
 
Les organes-de-sens
Les organes-de-sensLes organes-de-sens
Les organes-de-sens
 
L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1
 
cours de rayonnement x
cours de  rayonnement xcours de  rayonnement x
cours de rayonnement x
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
 
Solutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medSolutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie med
 
Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 final
 
Fosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxFosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynx
 

Cours développement de l'organe dentaire

  • 1. 1 République algérienne démocratique et populaire Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Faculté de Médecine d’Alger Département de Médecine Dentaire Développement de l’organe dentaire Module : Histologie 2ème Année Dr Ayat. A Année universitaire : 2020-2021
  • 2. 2 1. Introduction Comme tous les organes, les dents se forment à partir d’ébauches embryonnaires. L’histogenèse dentaire proprement dite ou odontogenèse regroupe des phénomènes de mise en place cellulaire et tissulaire. Elle est précédée par des stades d’initiation au cours desquels on observe successivement des migrations cellulaires dans le territoire présomptif des futures arcades dentaires, des multiplication cellulaires selon les stades et des regroupements épithelio-mésenchymateux qui aboutiront à l’individualisation de chacun des futurs germes dentaires. La connaissance des étapes de développement dentaire l’organe dentaire et des maxillaires permet une meilleure compréhension des mécanismes etiopathogéniques de certaines anomalies dentaires et maxillaires. 2. Origine embryonnaire de l’organe dentaire Au 24ème jour de la vie intra utérine (VIU), l’extrémité céphalique de l’embryon présente un énorme bourgeon frontal sous lequel se situe une large béance : « stomodeum ou bouche primitive ».cette dépression est doublée en profondeur par la membrane pharyngienne. Au 25ème jour, dans les territoires latéraux de la région céphalique se développent à partir d’amas de mésenchyme les 2 premiers arcs branchiaux, les bourgeons maxillaires et mandibulaires constituant le 1er arc. Au 27ème jour, le neuropore antérieur se ferme, la membrane pharyngienne tend à disparaître laissant communiquer la bouche primitive avec le tube digestif antérieur. - Le stomodeum est limité latéralement par les 2 bourgeons maxillaires et ventralement par les 2 bourgeons mandibulaires. Les bourgeons mandibulaires droit et gauche fusionnent dès la fin de la 5ème semaine sur la ligne médiane au-dessus de l’ébauche cardiaque. Les bourgeons mandibulaires font partie du premier arc branchial.
  • 3. 3
  • 4. 4 Au cours de la 6ème semaine de la VIU, les bourgeons maxillaires en forme de digitation se développent et viennent au contact des bourgeons nasaux internes et externes. Ces contacts fusionnels ectodermiques constituent un rempart épithélial, permettant ainsi la constitution d’un massif cellulaire continu. Cette bande épithéliale donnera en profondeur les futures arcades dentaires. Peu de temps après, à l'endroit des arcs dentaires, se formera la lame dentaire. Les dents se développeront à partir de cet épithélium buccal (ectoderme), et du mésenchyme sous-jacent, peuplé par les cellules ectomésenchymateuses ayant leur origine dans les crêtes neurales. Les cellules des crêtes neurales (CCN) se regroupent en amas diencéphaliques (vers le bourgeon naso-frontal pour les incisives), mésencéphaliques, rhombencéphaliques. L’amas mésencéphalique fournit les cellules migrant dans la partie antérieure du bourgeon maxillaire et de l’arc mandibulaire pour être à l’origine de la canine. Enfin, les cellules de l’amas rhombencéphalique se distribuent dans les parties postérieures des bourgeons maxillaires et mandibulaires (Fig.1). Ces migrations se font de chaque côté du tube neural. Conjointement à leur migration, les CCN se transforment en cellules mésenchymateuses. Une fois leur destination finale atteinte, certaines d’entre elles se différencieront en odontoblastes sous l’influence de territoires spécifiques de l’épithélium oral. Fig.1 : Migration (a) ; Localisation des cellules (b) des crêtes neurales à 4 semaines. La transmission des signaux entre les deux tissus passe par l’expression de nombreux gènes de types homéogènes, facteurs de croissances et gènes du développement. Ces interactions réciproques et continues contrôlent la morphogenèse de l’épithélium et du mésenchyme dentaires, ainsi que la cytodifférenciation des odontoblastes et des améloblastes.
  • 5. 5 3. Morphogénèse primaire des lames dentaires L’origine des divers constituants dentaires est double : - D’une part, le mésenchyme appartenant aux territoires maxillaires et vraisemblablement l’ectomésenchyme provenant des crêtes neurales. - D’autre part, le tissu épithélial les revêtant. La morphogénèse primaire, qui va permettre la formation des germes dentaires, se traduit par des transformations cellulaires et tissulaires, à la fois épithéliales et mésenchymateuses. Dans un premier temps, ces transformations mettent progressivement en place une première structure épithéliale, la lame primitive. 3.1.les épaississements épithéliaux Des épaississements épithéliaux bilatéraux apparaissent isolément, dès le 28ème jour, sur la face inférieure des bourgeons maxillaires et sur les versants linguaux des bourgeons mandibulaires. 3.2.La lame primitive Chez l’embryon humain de 6 à 7 semaines, cet épaississement épithélial fait de deux couches cellulaires (Epithélium bistratifié : une couche de cellules basales hautes et une couche de cellules superficielles aplaties). Le tissu sous jacent est un mésenchyme jeune. Accentuant sa prolifération, cet épaississement épithélial s’enfonce dans le mesenchyme sous –jacent pour former le mur plongeant ou lame primitive. (Schéma 1). Cette lame est faite de 4 à 6 couches de cellules épithéliales. Sur la couche la plus profonde, les cellules sont prismatiques à noyaux allongés, orientées
  • 6. 6 perpendiculairement par rapport à la membrane basale et sont denses. Le mésenchyme sous-jacent présente une condensation cellulaire aux limites imprécises. La forme générale de la lame primitive est celle d’un fer à cheval et épouse ainsi la configuration du rebord des futurs maxillaires. La lame primitive évoluera ensuite vers la future arcade dentaire. Il en apparaît deux ; l’une au niveau du plancher buccal, c’est l’arcade inférieure ; l’autre au niveau du plafond et répond à l’arcade supérieure. 3.3.La lame dentaire Le mur plongeant est ensuite le siège d’une prolifération cellulaire qui prend deux directions distinctes (c’est un dédoublement): (schéma2, fig2 et fig3) - un diverticule en direction verticale : c’est la lame vestibulaire - un prolongement interne ou lingual : c’est la lame dentaire. A partir du versant interne de la lame primitive (ou du mur plongeant), se constitue une expansion épithéliale linguale ou palatine pénétrant profondément le mésenchyme: la lame dentaire. En regard de cette lame dentaire faite d’une lame épithéliale, la condensation de cellules mésenchymateuses se précise, alors que l’activité cellulaire est moins dense au niveau de la lame vestibulaire. Entre la langue et l’arc mandibulaire où s’est enfoncée la lame dentaire, un sillon profond s’installe : c’est le sillon lingual.
  • 7. 7 Schéma2 :Évolution de la lame dentaire (coupe transversale) a. Le mur plongeant et le mésenchyme b. Dédoublement de la lame dentaire: lame vestibulaire (à gauche), lame dentaire (à droite).Amorce du sillon vestibulaire c. La lame vestibulaire et le sillon vestibulaire sont bien marqués. La lame dentaire prend une direction linguale (ou palatine). d. La lame dentaire différencie un bourgeon au contact du mésenchyme odontogène. A gauche, l’approfondissement du sillon vestibulaire donne naissance au vestibule buccal Un autre sillon va séparer la lame vestibulaire de la lame dentaire : c’est le sillon vestibulaire. Il amorce la formation du vestibule buccal qui délimite la zone externe (jugale ou labiale) de la zone interne (maxillaire avec l’arcade dentaire). La lame dentaire est cernée par une condensation de cellules ecto- mésenchymateuses au niveau desquelles des renflements épithéliaux s’organisent ; ils répondent aux futurs bourgeons dentaires. (schéma 3)
  • 8. 8 Figure 2 : Dédoublement de la lame primitive en lame vestibulaire (l.vest) et lame dentaire (l.dent) en regard de la condensation du mésenchyme odontogène (més.od) flèche ; Embryon humain de 7 semaines, coupe transversale,. Ep.buc: épithélium buccal; m.b: membrane basale; més.md : mésenchyme mandibulaire; os.md: travée d'ossification mandibulaire: s.vest : sillon vestibulaire. Figure 3 : A : Lame vestibulaire – B : lame dentaire, à son voisinage activité mésenchymateuse (flèche)
  • 9. 9 Stade de formation Défauts Implications cliniques en cas de perturbations Formation de la lame dentaire 1. Manque d’initiation de la lame dentaire 2. Initiation anormal ou supplémentaire de la lame dentaire Conduit à l'absence d’une ou plusieurs dents (partielle) hypodontie. ou la dentition entière (complète), produisant l’anodontie. Conduit à l’apparition d’une ou de plusieurs dents supplémentaires ou surnuméraires. 4. Les Bourgeons des dents temporaires Entre la 7ème et la 8ème semaine, peu de temps après la formation de la lame dentaire, et à partir de celle-ci, s’individualisent régulièrement et par place, des petits renflements épithéliaux coiffant des cellules mésenchymateuses: ceux sont les bourgeons, futurs organes de l’émail des dents temporaires. Ainsi, les bourgeons qui se constitueront par hémi-arcade, dans un premier temps sont: les deux incisives, la canine, la première molaire temporaire (9ème semaine) puis vers la 10ème semaine le bourgeon de la deuxième molaire temporaire. Ces renflements sont destinés aux dents temporaires. Avant d’involuer par mort cellulaire (apoptose), une partie de cette lame dentaire sera encore capable de former les bourgeons des dents de remplacement (ou dents permanentes). Il est à noter que les dents de remplacement commencent leur développement morphologique pendant l'odontogenèse des dents temporaires. (Figure 4) 5. Formation des molaires permanentes La particularité des molaires permanentes (au nombre de trois par hémi-arcade), est qu’elles sont dites des dents non successionelles. Leur formation diffère quelque peu des autres dents puisqu’elles sont issues de part et d’autre, du prolongement distal du fer à cheval que forme la lame dentaire. Vers la 16ème semaine (3ème - 4ème mois de la vie fœtale) apparaîtra à l’extrémité distale de la lame dentaire, le bourgeon de la première molaire définitive, en arrière du germe de la deuxième molaire temporaire. Une autre expansion distale de la lame dentaire sera à l’origine entre la naissance et le 9ème mois, du bourgeon de la 2ème molaire définitive. Enfin, une ultime différenciation de cette lame dentaire, donnera entre 1 et 5ans, le germe de la 3ème molaire. 6. Lame dentaire de remplacement et Bourgeons des dents de remplacement
  • 10. 10 Au fur et à mesure que les bourgeons des dents temporaires se forment, la lame dentaire devenue plus mince, va donner des prolongements en direction linguale ou palatine, entre le 3èmeet le 4ème mois. Cet ensemble correspond à la lame dentaire de remplacement. Elle diffère de la lame dentaire par sa présentation sous formes de dix digitations ou languettes correspondant aux dix germes de dents permanentes remplaçant les dix dents temporaires par arcade. Les bourgeons des dents de remplacement sont initialement en situation linguale (ou palatine) par rapport aux dents temporaires. Ils vont subir une migration au cours de leur croissance et viendront se placer sous les dents temporaires. C’est ainsi que les bourgeons des prémolaires se disposeront entre les racines des molaires temporaires. La lame dentaire (supérieure et inférieure), ayant donné 52 organes dentaires finit par se désagréger vers l’âge de 4ans. Il peut cependant persister des vestiges épithéliaux entre les follicules dentaires ; ils prennent une forme sphérique appelée « les perles de Serre» qui peuvent être kératinisés ou non. Ces résidus sont à l’origine de kystes paradentaires. Le bourgeon dentaire formé d’une composante épithéliale et d’une composante mésenchymateuse passera par plusieurs stades qui lui permettront de s’individualiser pour prendre la forme qui lui est génétiquement déterminée.
  • 11. 11 Schéma 3: Situation anatomique et évolution de l’épithélium odontogène Mise en place, de la Lame IIaire Vue frontale Vue Horizontale
  • 12. 12 Schéma 4 : Formation de dents permanentes. Du côté lingual de la lame dentaire initiale (DD : dent déciduale) se constitue un bourgeon d'une dent permanente (DP). Ce bourgeon se transforme en cloche. PA: préaméloblastes; D: dentine; 0:odontoblastes. Le développement dentaire peut être divisé en trois phases qui se chevauchent :  Initiation  Morphogénèse  Histogénèse Durant la phase d’initiation : les sites des futures dents sont déterminés. Le germe dentaire est initié par une invagination de l’épithélium buccal qui prend l’appellation de lame dentaire. Durant la morphogenèse (ou organogénèse), la forme de la dent est déterminée à la fois par la prolifération (ou multiplication) et par le mouvement cellulaire. L’histogénèse est définie par la différenciation cellulaire (qui commence à l’étape de la morphogénèse) ; elle aboutit à la formation de couches cellulaires variées. Ces couches sont soit minéralisées (dentine, email, cément) ou non minéralisées comme la pulpe et le ligament parodontal. 7. Morphogenèse du germe dentaire: Chaque bourgeon s'enfonce dans l'ectomésenchyme qui prolifère à son contact. Il comporte une composante épithéliale, futur organe de l'émail, qui reste appendue à la lame dentaire par un pédicule, et une composante mésenchymateuse qui deviendra la pulpe. Sa morphogenèse primaire regroupe des stades successifs depuis l'apparition du bourgeon jusqu'à la constitution du follicule dentaire. Le terme de « stade» correspondant en quelque sorte à un «instantané» du développement du germe. Chaque stade est surtout caractérisé par la morphologie
  • 13. 13 particulière du constituant épithélial: bourgeon, cupule (ou capuchon), cloche dentaire. 7.1. Stade du bourgeon Chaque lame donne naissance à des bourgeons dentaires, épaississements épithéliaux plus conséquents et localisés, correspondant à des dents individuelles. Le mésenchyme sous-jacent se condense. elle se présente sous la forme d’un cylindre qui s'enfonce dans l’ectomésenchyme. A la fin du stade de bourgeon, il peut être distingué dans la partie apicale de ce cylindre épithélial (rond vert sur le schéma), une zone particulière constituant le Noeud de l'Email Primaire (NEP). Ce NEP joue un rôle analogue à la crête apicale ectodermique dans le développement du membre. Il est constitué d’un petit nombre de cellules ne présentant aucune différence morphologique mais on peut, grâce à des techniques d'hybridation in situ, mettre en évidence des molécules de signalisation et des facteurs de transcription qui ne sont pas exprimées par les autres cellules épithéliales. Partie ecto-mésenchymateuse : les cellules ecto- mésenchymateuses sont en périphérie des cellules épithéliales. A ce stade, elles ne présentent aucune caractéristique histologique si ce n’est la faible matrice extracellulaire se traduisant par une forte densité cellulaire ecto-mésenchymateuse. Partie périphérique: Au stade de bourgeon, elle ne se distingue pas vraiment de la partie ectomésenchymateuse. Chez l'embryon humain âgé de 8 semaines, les bourgeons des canines et incisives temporaires sont apparents. Durant la 9ème semaine, les bourgeons des molaires temporaires se constituent. Stade de formation Défauts Implications cliniques en cas de perturbations Stade de bourgeon 1. Prolifération plus importante ( plus volumineuse) du bourgeon dentaire 2. Prolifération réduite (moins volumineuse) du bourgeon dentaire Une ou plusieurs dents plus grosses que la normale : Macrodontie Une ou plusieurs dents plus petites que la normale : Microdontie 7.2. Stade de la cupule (ou capuchon) Rapidement le bourgeon augmente de volume et prend la forme d'une cupule. La prolifération cellulaire épithéliale, caractérisée par une concavité, enveloppe partiellement le mésenchyme sous-jacent, future pulpe dentaire. On distingue alors nettement un ensemble épithélial, une papille mésenchymateuse et une enveloppe mésenchymateuse. (fig.4)
  • 14. 14 Figure 4 : Germe dentaire, stade cupule A : réticulum étoilé- B : épithélium adamantin externe C : épithélium adamantin interne- D : papille dentaire – E : Follicule dentaire 7.2.1. L'ensemble épithélial: A partir du stade capuchon, le massif épithélial se transforme progressivement par processus d'histogenèse en organe de l'émail. Cette histogenèse implique la différenciation de l'épithélium dentaire interne ou épithélium adamantin interne : couche de cellules palissadiques au contact de la future pulpe dentaire par l'intermédiaire d'une membrane basale. Cet épithélium est en continuité de l'épithélium dentaire externe ou épithélium adamantin externe, constitué de cellules cuboïdes, localisé en périphérie du capuchon au contact du mésenchyme péridentaire. La jonction entre ces deux épithélium constitue la lèvre épithéliale (ou zone de réflexion). Les cellules épithéliales délimitées par ces deux épithéliums se transforment en majeure partie en cellules polygonales partiellement jointives constituant le réticulum stellaire (ou réticulum étoilé). Une structure histologique particulière et transitoire se met en place à ce stade au centre de l'épithélium dentaire interne: le noeud de l'émail. Cette structure est caractérisée par un arrangement plus ou moins concentrique de cellules apoptotiques (mort cellulaire programmée) et de cellules vivantes de remplacement. 7.2.3. Le mésenchyme papillaire et péridentaire :
  • 15. 15 La condensation mésenchymateuse principale, centrée sous l'organe de l'émail, présente de nombreuses cellules en multiplication mais sans orientation préférentielle. C’est la papille mésenchymateuse destinée à former la dentine et la pulpe. On note, dès ce stade, l'apparition d'axes vasculaires papillaires. Une autre condensation entoure plus ou moins complètement le germe dentaire. Elle est formée de cellules, à noyau généralement allongé, disposées de façon tangentielle et laissant apparaître entre elles quelques tracés fibrillaires concentriques. Stade de formation Défauts Implications cliniques en cas de perturbations Stade de cupule L'organe de l'émail peut anormalement invaginer et croitre dans la papille dentaire Dens in dente Cette perturbation se produit comme le germe d’une dent unique tente sans succès de se diviser en deux germes, ce qui entraîne alors dans une dent plus grande mais avec des racines et communes et cavité pulpaire plus élargie. Gemination dentaire Union de deux germes dentaires adjacents, résultant éventuellement de la pression dans la région ce qui conduit à une plus large, macrodontique dent similaire a la gémination Fusion dentaire peut-être dû à Des traumatismes, pression, ou d'une maladie métabolique qui affecte l'organe de l'émail . Tubercles dentaires 7.3. Stade de la cloche C’est un stade d’histo-morpho- différenciation. Les patrons cuspidiens spécifiques à chaque dent se mettent en place, il devient alors possible de reconnaître la future forme de la couronne dentaire. Si la phase d’initiation est l’étape déterminant l’identité de la dent, le stade de
  • 16. 16 la cloche peut être considéré comme l’étape déterminant la forme de la dent . 7.3.1. L'organe de l'émail : L'ensemble des couches précédemment décrites de l'organe de l'émail poursuit son évolution et s'enrichit d'une quatrième couche, le stratum intermédium, qui apparaît entre l'épithélium interne et le réticulum étoilé. Par une multiplication cellulaire active, il participe tout d'abord à l'accroissement du réticulum étoilé, ce dernier occupant un espace plus important qu'au stade de la cupule, en rapport direct avec l'accroissement volumétrique de l'organe de l'émail. Les caractères cytologiques ultrastructuraux du stratum intermédium et du réticulum étoilé sont voisins. La seule différence notable réside dans l'importance plus ou moins grande des espaces intercellulaires. L'épithélium dentaire externe est formé de cellules cuboïdes ou même aplaties ayant une disposition régulière. Les cellules de l'épithélium dentaire interne varient morphologiquement lorsqu'on les suit depuis la zone de réflexion jusqu'au moment de la future cuspide. Dans les dents pluricuspidées comme la molaire, le nœud de l’émail primaire disparaît et laisse place aux nœuds de l’émail secondaires, qui apparaissent au sommet de chaque cuspide. Ces structures secondaires expriment et sécrètent les mêmes facteurs que le nœud de l’émail primaire. Cependant, contrairement à celui- ci, ils n’interviennent pas sur la prolifération mais sur la différenciation cellulaire. 7.3.2. La papille mésenchymateuse : La région papillaire se distingue très nettement du conjonctif basal maxillaire par sa densité cellulaire due à une multiplication et à un rassemblement des cellules mésenchymateuses, ainsi que par l'importance des fibrilles de collagènes et par la richesse de sa substance fondamentale en mucopolysaccharides. Les capillaires et fibres nerveuses y apparaissent nombreux. Dans sa région périphérique, en regard des préaméloblastes, les cellules de la papille mésenchymateuse, polygonales ou ovales, vont se ranger en« palissade» le long de la membrane basale; elles augmenteront de taille de telle sorte qu'elles viendront presque au contact les unes des autres. 7.3.3. Le sac dentaire: Le sac dentaire, ou sac folliculaire, apparaît dès le stade de la cupule. Au stade de la cloche, il entoure nettement le mésenchyme papillaire et l'organe de l'émail, laissant passer à sa partie supérieure la lame dentaire et à sa partie inférieure les axes
  • 17. 17 vasculaires et nerveux. Il est constitué par un feutrage dense en collagène auquel se mêlent de nombreux vaisseaux (des capillaires pour la plupart). Schéma 5 : Morphogenèse primaire du germe dentaire: Stades du bourgeon, de la cupule et de la cloche. L'évolution morphologique est surtout marquée par l'histogenèse progressive de l'organe de l'émail ainsi que par la constitution des mésenchymes papillaire et péridentaire. EA.E : épithélium adamantin externe; EA.I : épithélium adamantin interne; ép.buc: épithélium buccal; l.dent.lre: lame dentaire primaire; més.od:mésenchyme odontogène; més.pap: mésenchyme papillaire; més.pérident:mésenchyme péridentaire; nod.E: noeud de l'émail; p.més: papille mésenchymateuse ; R.E : reticulum étoilé; s.fol : sac folliculaire; S.I : stratum intermedium ; z.réfl : zone de réflexion CLOCHE
  • 18. 18 Stade de formation Défauts Implications cliniques en cas de perturbations Stade de cloche Défauts métaboliques des améloblastes d’origine local ou systémique. Dysplasie de l’email et Amélogénése imparfaite : altération du développement de l’email aboutissant à un défaut de structure et de couleur. Défauts métaboliques des odontoblastes. Dysplasie de la dentine et Dentinigénése imparfaite : altération du développement de dentine aboutissant à un défaut de structure et de couleur. 8. Rhizagenèse : Lorsque s’achève la formation de la couronne, la zone de réflexion de l’organe de l’email continue à se développer, ses deux feuillets restent solidaires et vont former une lame épithéliale appelée gaine de Hertwig qui va s’enfoncer dans le conjonctif sous-jacent. Dans les cellules des multiradiculées, la gaine de Hertwig se plisse et par fusion de replis, des racines s’individualisent. Les cellules du feuillet interne de la gaine de Hertwig, tournées vers la pulpe, bien que devenues incapables de se transformer en améloblastes, conservent leur capacité inductrice sur les cellules pulpaires, provoquant la transformation des cellules pulpaires périphériques en odontoblastes. Celles-ci se multiplient, se rangent en palissade et sécrètent la dentine radiculaire. Du coté externe, la gaine de Hertwig ne provoque aucune réaction du conjonctif voisin, lequel ne subit aucune transformation tant que persiste cette gaine épithéliale. Lorsque les premières couches de dentine ont été élaborées dans la région radiculaire, la gaine épithéliale de Hertwig se désagrège progressivement et de proche en proche. Le contact direct de la dentine avec le conjonctif qui l’entoure, transforme celui-ci en cément. En périphérie du cément, les fibres conjonctives du sac dentaire, s’organisent en faisceaux fibreux qui se fixent d’une part à l’os alvéolaire et d’autre part au cément. Ainsi va s’édifier le ligament alvéolo-dentaire, principal constituant du parodonte.
  • 19. 19 A : améloblaste O : odontoblaste PD : prédentine D : dentine E : émail PU : pulpe dentaire PO : préodontoblaste EDE : épithélium dentaire externe EDI : éptithélium dentaire interne GH : gaine de Hertwig Figure 7 : Développement radiculaire 9. Conclusion En résumé, cette phase de morphogénèse est caractérisée par différents stades (lame, bourgeon, capuchon, cloche) où s’opèrent des mécanismes d’apoptose, de prolifération et de migration cellulaire. Elle est suivie par une phase de cytodifférenciation où les cellules (épithéliales ou mésencymateuses) en contact de la membrane basale deviennent des odontoblastes et des améloblastes à l’origine de la dentine et de l’émail. La phase terminale est la formation de la racine qui est tributaire de la progression apicale de la gaine de Hertwig (fusion de l’épithélium dentaire interne et externe).
  • 20. 20
  • 21. 21