SlideShare une entreprise Scribd logo
LA PLANIFICATION DE PROGRAMMES DE LUTTES DE LUTTE
CONTRE LE PALUDISMECONTRE LE PALUDISME
(El(Elééments)ments)
Atelier International sur le Paludisme - Institut Pasteur de
Madagascar
Antananarivo Madagascar
19.02 – 30.03 2007
Dr. Luciano TUSEO MD, MSh
OMS Madagascar
A QUI CE MODULE DE FORMATION ESTA QUI CE MODULE DE FORMATION EST--IL DESTINIL DESTINÉÉ ??
Le module est destinLe module est destinéé aux professionnels de laaux professionnels de la
santsantéé qui, au cours de lqui, au cours de l’’exercice de leur mexercice de leur méétier,tier,
ont quelque responsabilitont quelque responsabilitéé dans ladans la planificationplanification etet
ll’’éévaluationvaluation de programmes antipaludiques ou dede programmes antipaludiques ou de
programmes destinprogrammes destinééss àà lutter contre dlutter contre d’’autresautres
maladies causmaladies causéées par des vecteurs.es par des vecteurs.
Il seraIl sera éégalement utile comme partie de lagalement utile comme partie de la
formation de base desformation de base des gestionnaires degestionnaires de
programmeprogramme ou comme partie dou comme partie d’’un programme deun programme de
formation plus large en malariologie de base.formation plus large en malariologie de base.
ELELÉÉMENTS FONDAMENTAUX DE LA STRATMENTS FONDAMENTAUX DE LA STRATÉÉGIEGIE
MONDIALEMONDIALE
Le diagnostic prLe diagnostic préécoce et le traitement rapide,coce et le traitement rapide,
La planification et la mise enLa planification et la mise en œœuvre de mesures deuvre de mesures de
prpréévention svention séélectives et durables, y compris une actionlectives et durables, y compris une action
antivectorielleantivectorielle
La dLa déétection rapide destection rapide des éépidpidéémies et les mesures permettantmies et les mesures permettant
de les circonscrire rapidementde les circonscrire rapidement
Le renforcement des capacitLe renforcement des capacitéés locales dans le domaine de las locales dans le domaine de la
recherche fondamentale et appliqurecherche fondamentale et appliquéée afin de permettre ete afin de permettre et
dd’’encourager la rencourager la réééévaluation rvaluation rééguligulièère de la situation dure de la situation du
paludisme dans les pays et, en particulier, les dpaludisme dans les pays et, en particulier, les dééterminantsterminants
éécologiques, sociaux etcologiques, sociaux et ééconomiques de la maladie.conomiques de la maladie.
LA PLANIFICATIONLA PLANIFICATION
Le termeLe terme «« planificationplanification »» implique :implique :
►► une analyse deune analyse de problproblèèmesmes et let l’’examen de solutions,examen de solutions,
►► la sla séélection de prioritlection de prioritéés suivie de la prise de ds suivie de la prise de déécisions,cisions,
►► le dle dééveloppement dveloppement d’’approchesapproches en rapport avec lesen rapport avec les ressourcesressources attribuattribuééeses
►► ll’’organisation de ces approches dans le cadre de programmes pour uorganisation de ces approches dans le cadre de programmes pour unene
exexéécution efficace et efficiente.cution efficace et efficiente.
Savoir où nous allons et pourquoi
Etre sûrs de ne pas poursuivre de faux objectifs et nous emballer dans une
agitation sans fin avec une bonne probabilité de bien réaliser des interventions
inutiles et démodées plutôt que des actions nécessaires et pertinentes.
La planification est un processus continu et systématique d’attribution des
ressources en vue de la réalisation d’objectifs futurs. C’est une manière de
préciser pourquoi, comment, où et par qui ces objectifs peuvent être réalisés.
Un plan est un énoncé d’activités futures et une prévision des
effets qu’elles auront sur la situation actuelle.
Le processus du plan stratLe processus du plan stratéégiquegique
OOùù nous sommes maintenant ?nous sommes maintenant ?
OOùù nous voulons aller ?nous voulons aller ?
QuQu’’estest--ce quce qu’’il faut faire pour y arriver ?il faut faire pour y arriver ?
Comment nous avanComment nous avanççons ?ons ?
Pre-Planning Strategic Planning
Implementation
Measurement
and Evaluation
Deployment
Strategic
Foundations
Strategic Management Model
Mission
Vision
Guiding
Principle
s
Organisationa
l Assessment
Pre-Planning
Activities
Gap
Analysis
Strategic
Goals
Strategies
Objectives
Measurement
Plan
Communicate
Results
Analyze
Evaluate
Collect
Data
Communicate
Progress
Track
Status
Take
Action
Complete
the Plan
Communicate
the plan
Develop Action
Plans
Resource
Allocation
► Strategic Plan
► Human Resources Management Key Elements:
Staffing, Training & Empowerment
Team Building & Empowerment
Team Communication
Leadership and Stewardship
Motivation & Recognition
► Financial management
► Control and supportive supervision
Assisting the staff to improve their performance.
Ensuring uniformity to set performance standards.
Identifying problems and solving them at appropriate time.
Maintaining and reinforcing links between high levels and lower levels of management.
Following-up decisions reached during last supervision visit and
Identifying staffing needs
► Health Management Information Systems
► Health Management Information Systems
Measure Record Display Analyse Action
► Co-ordination
► Communication
► Monitoring & Evaluation
Specif Focus
Design monitoring and evaluation systems
Develop indicators for monitoring malaria control program
Develop a monitoring and evaluation plan including a plan for dissemination
Develop tools for data collection
Commission evaluations and reviews
Components
1. Monitoring program performance
2. Monitoring drug efficacy
3. Monitoring susceptibility of vectors to insecticides
4. Monitoring adverse effects (Pharmacovigilance)
5. Monitoring the quality of drugs through market and post market surveillance
6. Epidemic surveillance and forecasting
7. Evaluation and review processes
LE PROCESSUS DE PLANIFICATIONLE PROCESSUS DE PLANIFICATION
Une analyse de la situation,Une analyse de la situation,
Une stratification du problUne stratification du problèème et des ressources,me et des ressources,
La sLa séélection des mesures antipaludiques techniquement efficaceslection des mesures antipaludiques techniquement efficaces àà
un coun coûût raisonnable (t raisonnable (costeffectivecosteffective),),
La formulation dLa formulation d’’objectifs et de stratobjectifs et de stratéégies destingies destinééeses àà atteindre cesatteindre ces
objectifs,objectifs,
Une analyse critique des problUne analyse critique des problèèmes de lutte antipaludique existants,mes de lutte antipaludique existants,
LL’é’établissement des rendements optablissement des rendements opéérationnels et des cibles,rationnels et des cibles,
La budgLa budgéétisation du programmetisation du programme
La sLa séélection et la dlection et la dééfinition des mfinition des mééthodes dthodes d’é’évaluation.valuation.
LES ASPECTS CONTEXTUELS DE LA PLANIFICATIONLES ASPECTS CONTEXTUELS DE LA PLANIFICATION
►► GGéénnééralement, les politiques et directives de santralement, les politiques et directives de santéé sont fixsont fixééeses
au niveau ministau niveau ministéériel.riel.
►► Le rôle du niveau supLe rôle du niveau supéérieur est drieur est d’’interprinterprééter les politiques etter les politiques et
de planifier le programme.de planifier le programme.
►► Le rôle du niveau intermLe rôle du niveau interméédiaire est de planifier ldiaire est de planifier l’’exexéécution etcution et
de superviser sa rde superviser sa rééalisation au niveau local.alisation au niveau local.
INCERTITUDES DE LA PLANIFICATIONINCERTITUDES DE LA PLANIFICATION
Dans les pays oDans les pays oùù beaucoup dbeaucoup d’’aspects de la vie sont incertains sur le moyen etaspects de la vie sont incertains sur le moyen et
le long terme, le besoin de planification ne se fait pas nle long terme, le besoin de planification ne se fait pas néécessairementcessairement
sentir. Pourtant, elle reste importante :sentir. Pourtant, elle reste importante :
►► même si lmême si l’’approvisionnement ne suit pas toujours;approvisionnement ne suit pas toujours;
►► même si les dmême si les déécideurs de haut niveau ne tiennent pas compte descideurs de haut niveau ne tiennent pas compte des
recommandations et les fontrecommandations et les font ééchouer par des dchouer par des déécisions politiciennes;cisions politiciennes;
►► même si on est pas smême si on est pas sûûr de disposer du personnel nr de disposer du personnel néécessaire etcessaire et
suffisamment expsuffisamment expéérimentrimentéé;;
►► même si la ponctualitmême si la ponctualitéé de la livraison des mde la livraison des méédicaments et des vaccinsdicaments et des vaccins
nn’’est pas garantie;est pas garantie;
►► même smême s’’il sil s’’avavèère impossible dre impossible d’’assurer les moyens de transportsassurer les moyens de transports
nnéécessairescessaires àà ll’’exexéécution du travail,cution du travail, àà la conduite desla conduite des éétudes ettudes et àà lala
supervision des activitsupervision des activitéés;s;
Lorsque nous sommes confrontLorsque nous sommes confrontééss àà de telles incertitudes, il devient encorede telles incertitudes, il devient encore
plus important de planifier certaines interventions en identifiaplus important de planifier certaines interventions en identifiantnt àà ll’’avanceavance
les alternatives possibles.les alternatives possibles.
Ceci engendre uneCeci engendre une «« culture de la flexibilitculture de la flexibilitéé »» dans la mise en place de nosdans la mise en place de nos
LELE CALENDRIER DE LA PLANIFICATIONDE LA PLANIFICATION
►► Un plan doit se faire dans un cadre deUn plan doit se faire dans un cadre de temps bien dtemps bien dééfinifini quantquant àà son dson déébut etbut et
sa fin .sa fin .
►► A lA l’’intintéérieur de ce cadre de temps (chronogramme) , lesrieur de ce cadre de temps (chronogramme) , les objectifsobjectifs doivent avoirdoivent avoir
ééttéé accomplis et unaccomplis et un impactimpact atteint sur la maladie. Il est natteint sur la maladie. Il est néécessaire que lcessaire que l’é’équipequipe
de planification sache, dde planification sache, dèès le ds le déépart si cepart si ce calendrier est appropricalendrier est appropriéé..
►► Pour connaPour connaîître la ptre la péériode adriode adééquate, passer en revue les politiquesquate, passer en revue les politiques
gouvernementales dans les documents officiels, tels le plan natigouvernementales dans les documents officiels, tels le plan national deonal de
ddééveloppement pour la santveloppement pour la santéé et les politiques internes du ministet les politiques internes du ministèère de la santre de la santéé..
On ne planifie pas dans le videOn ne planifie pas dans le vide et le programme fait partie duet le programme fait partie du
►► programme national globalprogramme national global de santde santéé, la p, la péériode de planification devraitriode de planification devrait
normalement correspondrenormalement correspondre àà celle du plan national de santcelle du plan national de santéé..
►► La pLa péériode de planification doit êtreriode de planification doit être rrééalistealiste et suffisamment longue pouret suffisamment longue pour
permettre un impact certain et la rpermettre un impact certain et la rééalisation des objectifs (4alisation des objectifs (4 àà 5 ans5 ans……).).
►► Une premiUne premièère planification peut couvrir une pre planification peut couvrir une péériode plus courte pour se trouverriode plus courte pour se trouver
en phase avec le den phase avec le déébut de la pbut de la péériode suivante du plan national de santriode suivante du plan national de santéé ou duou du
plan national de dplan national de dééveloppementveloppement
ANALYSE DE LA SITUATION ET INVESTIGATION DESANALYSE DE LA SITUATION ET INVESTIGATION DES
PROBLEMES LIE AU PALUDISMEPROBLEMES LIE AU PALUDISME
LL’’analyse de la situation du paludisme comporte deux volets :analyse de la situation du paludisme comporte deux volets :
►► 1. Une partie descriptive, faite1. Une partie descriptive, faite dd’’observations sur lobservations sur l’’endendéémiemie placplacéée dans sone dans son
environnement (besoins des personnes, des communautenvironnement (besoins des personnes, des communautéés) ets) et ll’’offre de soinsoffre de soins
par les services de santpar les services de santéé..
►► 2. Une partie analytique qui examine les2. Une partie analytique qui examine les problproblèèmesmes rencontrrencontréés et tente des et tente de
trouver lestrouver les causescauses soussous--jacentesjacentes àà ces problces problèèmes.mes.
Le profil du paysLe profil du pays
DDéémographie, gmographie, gééographie, climat, dographie, climat, dééveloppementveloppement ééconomique, aspectconomique, aspect
socioculturelsocioculturel..
Le systLe systèème des soins de santme des soins de santéé
Les pourvoyeurs de soins de santLes pourvoyeurs de soins de santéé et le financement des services:et le financement des services:
Gouvernement, secteur privGouvernement, secteur privéé, ONG, m, ONG, méédecine traditionnelle, etc.decine traditionnelle, etc.
Les services de santLes services de santéé et la lutte antipaludique: Organigramme, RH, Systet la lutte antipaludique: Organigramme, RH, Systèème deme de
Supervision, accessibilitSupervision, accessibilitéé et couverture, approvisionnement en met couverture, approvisionnement en méédicamentsdicaments
Programmes de santProgrammes de santéé ayant des affinitayant des affinitéés avec la lutte antipaludique: PCIME,s avec la lutte antipaludique: PCIME,
Programme santProgramme santéé Maternelle et Infantile, service de laboratoire, SIS, etc.Maternelle et Infantile, service de laboratoire, SIS, etc.
Situation du Paludisme
Historique, problèmes lies à la lutte antipaludique, situation actuelle: données
épidémiologique, entomologique, etc.
Malaria Planning CycleMalaria Planning Cycle
SITUATION
ANALYSIS
AIM AND
OBJECTIVE
SETTING
INTERVENTION
STRATEGIES
PROGRAMMING
AND BUDGETING
IMPLEMENTATION
AND MONITORING
REVIEW
IMPLEMENTATION
AND MONITORING
ARE CONTINUOUS
INFORMATION
Information Management
Data
collection
Data
Processing
to
information
Information
dissemination
Monitoring
Evaluation
Planning
Information for planning and management
Information and management cycle
SWOT ANALYSISSWOT ANALYSIS STENGTHS - Political authorities support
- Free distribution strategies et
social marketing for ITN
- IRS annual organisation
- Study on DDT alternative and
on the chemioresistance
- Existing of the platform
technic and capacity
- Epidemic surveillance system
in place
- GFATM 3° and 4 ‘° round
approved.
WEAKNESS - Lack of leadership at
programme level
- Partenership coordinate
mechanism;
- Social insufficient of logistic
and equipement
- Insufficientof the community
level data
- Non implication of private
sector
- ACT non disponible
- Reinforcement
leadership
- Reinforcement of
social
mobilisation
- Increasement of
ITNs and free
distribution for
target group
- To mobilize found
to NGOs
- Implication of
private sector
- Partnership
coordination
- To urge ACT for
good delivery
OPPORTUNITIES - Detaxation for the ITNs
- High coverage rate for the
antenatal care and th e
immunisation for the
distribution of ITNs
THREATS - Lack of funds
- Effect of drugs resistance
and insecticide
- Geographical and financial
accessibility
STRATIFICATIONSTRATIFICATION
Le paludisme est une maladie complexe. De multiplesLe paludisme est une maladie complexe. De multiples vecteursvecteurs
anophanophééliensliens, dont l, dont l’é’écologie varie profondcologie varie profondéément, transmettent desment, transmettent des
parasitesparasites dont la biologie est loin ddont la biologie est loin d’’être simple,être simple, àà unun hôtehôte dont lesdont les
diversitdiversitéés gs géénnéétiques, sociales et culturelles dtiques, sociales et culturelles déépassent celles dupassent celles du
parasite et du vecteur. Ce systparasite et du vecteur. Ce systèème interagit et est modifime interagit et est modifiéé
ultultéérieurement par larieurement par la diversitdiversitéé de la terre et de son climatde la terre et de son climat. La. La
stratification peut rstratification peut rééduire cette complexitduire cette complexitéé..
La stratification opérationnelle est un processus dynamique qui
tend à diviser les zones impaludées en strates homogènes présentant
des caractéristiques épidémiologiques, géographiques,
socioéconomiques et écologiques similaires, ce qui va permettre la
formulation d’objectifs, de stratégies et de cibles appropriées et la
sélection de mesures d’interventions spécifiques à chaque strate.
(Stratification Eco-Epidémiologioque)
Madagascar EpidemiologicalMadagascar Epidemiological
StratificationStratification
The Central High Land (CHL) areThe Central High Land (CHL) are
characterized by a short seasonalcharacterized by a short seasonal
transmission limited by lower temperaturestransmission limited by lower temperatures
related to high altitude while Southernrelated to high altitude while Southern
Sub desert (SS) Is characterized as unstableSub desert (SS) Is characterized as unstable
transmission with a deficit of rainfall.transmission with a deficit of rainfall.
7 million people
(almost 50% of total population
of the country)
Live in these epidemic
prone areas
East: Stable Transmission Holoendemic
Central: Instable Transmission Hypoendemic
West: Stable Transmission Holoendemic
South: Unstable Transmission Hypoendemic
VARIABLES ET CRITVARIABLES ET CRITÈÈRES DE STRATIFICATIONRES DE STRATIFICATION
► Variables macro-économiques et sociales :Terrain, population,Terrain, population,
donndonnéées ges gééographiques (latitude, climat), ethnies, aspects culturels etographiques (latitude, climat), ethnies, aspects culturels et
sociopolitiques)sociopolitiques)
►► VariablesVariables éépidpidéémiologiques :miologiques :MortalitMortalitéé ggéénnéérale et sprale et spéécifique, morbiditcifique, morbiditéé
ggéénnéérale et sprale et spéécifique (incidence, prcifique (incidence, préévalence), espvalence), espèèces parasitaires,ces parasitaires,
espespèèces vectorielles, contactsces vectorielles, contacts hommehomme--vecteurvecteur, comportement du vecteur,, comportement du vecteur,
adaptation aux nichesadaptation aux niches éécologiques, augmentation du risque de problcologiques, augmentation du risque de problèèmesmes
éépidpidéémiques (qui, quand, omiques (qui, quand, oùù et comment), ret comment), réésistance du parasite auxsistance du parasite aux
mméédicaments et du vecteur aux insecticides.dicaments et du vecteur aux insecticides.
►► Variables microVariables micro éécologiquescologiques ::Relation entre une flore spRelation entre une flore spéécifique etcifique et
ll’’espespèèce vectorielle, existence et localisation de gce vectorielle, existence et localisation de gîîtes larvaires permanentstes larvaires permanents
et temporaires, existence de productions agricoles comme le cotoet temporaires, existence de productions agricoles comme le coton et le rizn et le riz
qui peuvent fournir des conditions favorables au vecteurqui peuvent fournir des conditions favorables au vecteur etcetc……
►► Variables anthropologiques:Variables anthropologiques: FrFrééquence de caractquence de caractééristiques gristiques géénnéétiquestiques
comme la dcomme la dééficience en Gficience en G--66--PD, la tolPD, la toléérance mrance méédicamenteusedicamenteuse
((primaquineprimaquine), et l), et l’’ananéémiemie àà cellules falciformes.cellules falciformes.
►► Variables concernant lVariables concernant l’’organisation des services de santorganisation des services de santéé:: RRééseauxseaux
dd’’institutions, dinstitutions, d’’infrastructures et de compinfrastructures et de compéétences.tences.
CRITCRITÈÈRESRES ÉÉPIDPIDÉÉMIOLOGIQUESMIOLOGIQUES
►► Niveaux initiaux dNiveaux initiaux d’’endendéémicitmicitéé, incidence, morbidit, incidence, morbiditéé et mortalitet mortalitéé, distribution saisonni, distribution saisonnièère.re.
►► EspEspèèce parasitaire en cause et distribution des espce parasitaire en cause et distribution des espèèces vectoriellesces vectorielles
►► LL’’instabilitinstabilitéé potentielle dpotentielle d’’endendéémicitmicitéé indindéépendamment de la prpendamment de la préésence / absence de mesures de lutte.sence / absence de mesures de lutte.
►► Le taux de rLe taux de réésurgencesurgence
►► Le degrLe degréé et let l’’importance de la rimportance de la réésistance du parasite aux antipaludiques utilissistance du parasite aux antipaludiques utiliséés.s.
►► La distribution de la rLa distribution de la réésistance aux insecticides des espsistance aux insecticides des espèèces vectorielles spces vectorielles spéécifiquescifiques
►► Les strates physiographiques de baseLes strates physiographiques de base
►► Les interventionsLes interventions éécologiques (urbanisation, irrigation, dcologiques (urbanisation, irrigation, dééforestation)forestation)
CRITCRITÈÈRES OPRES OPÉÉRATIONNELSRATIONNELS
►► Taux de dTaux de déétection des cas et traitementtection des cas et traitement
►► Couverture en matiCouverture en matièère de mesuresre de mesures antivectoriellesantivectorielles
►► Effet des mesuresEffet des mesures antivectoriellesantivectorielles
►► Effet des mesures antiparasitairesEffet des mesures antiparasitaires
►► AccessibilitAccessibilitéé du thdu thééâtre des opâtre des opéérationsrations
►► CoCoûût des difft des difféérents types de mesures par habitantrents types de mesures par habitant
►► ReprRepréésentation de la couverture en matisentation de la couverture en matièère de services gre de services géénnééraux de santraux de santéé,,
►► La structure du support logistique et des services administratifLa structure du support logistique et des services administratifs en termes de probabilits en termes de probabilitéés des de
►► contraintes logistiques et de flexibilitcontraintes logistiques et de flexibilitéé administrative potentielle.administrative potentielle.
►► Un plan pour lUn plan pour l’’amaméélioration et llioration et l’’expansion des opexpansion des opéérations antipaludiquesrations antipaludiques
CRITCRITÈÈRES SOCIORES SOCIO--ÉÉCONOMIQUESCONOMIQUES
►► LL’’impact sur les divers groupes socioimpact sur les divers groupes socio--ééconomiques,conomiques,
►► LL’’aspect saisonnier des migrationsaspect saisonnier des migrations
►► LL’é’état actuel des services de santtat actuel des services de santéé
►► Les activitLes activitééss ééconomiques majeures, les plans de dconomiques majeures, les plans de dééveloppement national,veloppement national,
►► Les ressources disponiblesLes ressources disponibles
STRATES POTENTIELLEMENT SIGNIFICATIVES POUR LA LUTTESTRATES POTENTIELLEMENT SIGNIFICATIVES POUR LA LUTTE
ANTIPALUDIQUEANTIPALUDIQUE
Stratification en fonction des caractStratification en fonction des caractééristiques de la transmission (critristiques de la transmission (critèèresres
éépidpidéémiologiques)miologiques)
►► Strate I Le paludisme de savaneStrate I Le paludisme de savane àà transmission constante au cours detransmission constante au cours de
ll’’annannééee..
Il sIl s’’agit de ragit de réégions rurales avec agriculture traditionnelle ; la transmissiongions rurales avec agriculture traditionnelle ; la transmission yy
est stable et continue. Cette situation est typique des zones ruest stable et continue. Cette situation est typique des zones rurales siturales situééeses àà
ll’’intintéérieur de la ceinturerieur de la ceinture ééquatoriale forestiquatoriale forestièère.re.
►► Strate II Le paludisme de savaneStrate II Le paludisme de savane àà transmission saisonnitransmission saisonnièèrere
Il sIl s’’agit de ragit de réégions ruralesgions rurales àà agriculture traditionnelle et la transmissionagriculture traditionnelle et la transmission
saisonnisaisonnièère stable. Cette situation est typique des rre stable. Cette situation est typique des réégions de savanes, etgions de savanes, et
prprèès de ls de l’é’équateur elle se confond avec la situation de transmission continquateur elle se confond avec la situation de transmission continueue
de la strate prde la strate prééccéédente.dente.
►► Strate III Paludisme des zones limitrophes du dStrate III Paludisme des zones limitrophes du déésertsert
Les zones concernLes zones concernéées sont rurales et arides, avec des systes sont rurales et arides, avec des systèèmesmes
dd’’agriculture traditionnels et une transmission instable. Lagriculture traditionnels et une transmission instable. L’’instabilitinstabilitéé est dueest due
principalementprincipalement àà ll’’ariditariditéé..
►► Strate IV Paludisme dans des zones montagneuses limitrophesStrate IV Paludisme dans des zones montagneuses limitrophes
Zones rurales de haute altitude avec systZones rurales de haute altitude avec systèèmes dmes d’’agriculture traditionnels etagriculture traditionnels et
transmission instable. Dans cette situation aussi, la possibilittransmission instable. Dans cette situation aussi, la possibilitéé dd’é’épidpidéémiesmies
rréécurrentes existe ; elles sont licurrentes existe ; elles sont liéées aux mouvements de population, auxes aux mouvements de population, aux
modifications climatiques (p.ex. tempmodifications climatiques (p.ex. tempéérature plusrature plus éélevlevéée, pre, préécipitationscipitations
inhabituelles) et aux changements de types dinhabituelles) et aux changements de types d’’agriculture.agriculture.
►► Strate V Les zones gStrate V Les zones gééographiques avec rographiques avec réésistance desistance de P. falciparumP. falciparum
aux antipaludiquesaux antipaludiques
Elle concerne la stratification en fonction de la rElle concerne la stratification en fonction de la rééponse duponse du PlasmodiumPlasmodium
falciparumfalciparum aux maux méédicaments antipaludiques courants. Cette strate recoupedicaments antipaludiques courants. Cette strate recoupe
les stratesles strates éénumnuméérréées plus haut.es plus haut.
Stratification en fonction des critStratification en fonction des critèères sociores socio--ééconomiques (variablesconomiques (variables
macromacroéécologiquescologiques et sociales)et sociales)
►► Strate VI NomadesStrate VI Nomades
Il sIl s’’agit de populations de nomades pasteurs. Ils peuvent apparteniragit de populations de nomades pasteurs. Ils peuvent appartenir àà plusplus
dd’’une strate. Certainsune strate. Certains
sont des nomades pasteurssont des nomades pasteurs àà part entipart entièère, voyageant sur de grande zones,re, voyageant sur de grande zones,
suivant des prsuivant des préécipitations irrcipitations irrééguligulièères alors que les autres bougentres alors que les autres bougent àà
ll’’intintéérieur de zones orieur de zones oùù ils sils s’’installent (zones comprises dans les strates II, IIIinstallent (zones comprises dans les strates II, III
et VI)et VI) etet ooùù ils peuvent rils peuvent réésider et ssider et s’’engager dans lengager dans l’’agriculture pour uneagriculture pour une
partie de lpartie de l’’annannéée.e.
►► Strate VII Paludisme urbainStrate VII Paludisme urbain
RRéégions urbaines et suburbaines. La transmission est trgions urbaines et suburbaines. La transmission est trèès variables variable àà
ll’’intintéérieur drieur d’’une zone qui sune zone qui s’é’étend du centre urbain vers la ptend du centre urbain vers la péériphriphéérie. Larie. La
morbiditmorbiditéé et la mortalitet la mortalitéé atteignent les jeunesatteignent les jeunes
adultes et les femmes enceintes sont souvent victimes de formesadultes et les femmes enceintes sont souvent victimes de formes sséévvèèresres
de la maladie. Lde la maladie. L’’accaccèès au traitement est relativement bon et limite las au traitement est relativement bon et limite la
mortalitmortalitéé globale. Les gens sont davantage victimes du marketing intenseglobale. Les gens sont davantage victimes du marketing intense àà
propos de mpropos de méédicaments chers et souvent superflus. Les niveaux dedicaments chers et souvent superflus. Les niveaux de
rréésistance observsistance observéés peuvent êtres peuvent être éélevlevéés.s.
Stratification en fonction des caractStratification en fonction des caractééristiques socioristiques socio--ééconomiques (variablesconomiques (variables
micromicroéécologiquescologiques) et environnementaux) et environnementaux
►► Strate VIII Programmes de dStrate VIII Programmes de dééveloppement socioveloppement socio--ééconomiqueconomique
Ce sont par exemple les systCe sont par exemple les systèèmes modernes dmes modernes d’’irrigation en fonctionnement rirrigation en fonctionnement réégulier.gulier.
Ils peuventIls peuvent
prpréésenter des caractsenter des caractééristiques spristiques spééciales telles quciales telles qu’’ils contribuentils contribuent àà ll’’allongement de laallongement de la
ppéériode deriode de
transmission qui normalement devient plus longuetransmission qui normalement devient plus longue àà mesure qumesure qu’’on son s’é’éloigne deloigne de
ll’é’équateur.quateur.
►► Strate IX Projets temporaires de dStrate IX Projets temporaires de dééveloppementveloppement
Il sIl s’’agit de projets temporaires de dagit de projets temporaires de dééveloppement et du rassemblement developpement et du rassemblement de
travailleurs qutravailleurs qu’’ilsils
induisent. Cette situation peut prinduisent. Cette situation peut préésenter des risques spsenter des risques spééciaux tels quciaux tels qu’’ uneune
augmentation des gaugmentation des gîîtestes
larvaires et des contacts hommes /vecteurs, llarvaires et des contacts hommes /vecteurs, l’’immigration de travailleurs non immunsimmigration de travailleurs non immuns
et uneet une
certaine mortalitcertaine mortalitéé..
►► Strate X Visiteurs non immunsStrate X Visiteurs non immuns
Concerne les visiteurs non immuns dans les rConcerne les visiteurs non immuns dans les réégions endgions endéémiques ou les rmiques ou les réésidentssidents
temporairestemporaires
(nationaux ou expatri(nationaux ou expatriéés) dans les rs) dans les réégions endgions endéémiques. Il y a des risques demiques. Il y a des risques de
paludisme spaludisme séévvèère et de mortalitre et de mortalitéé..
►► Strate XI RStrate XI Rééfugifugiéés et personnes ds et personnes dééplacplacéées (en particulier dans des camps)es (en particulier dans des camps)
CURRENT CONTROL STRATEGYCURRENT CONTROL STRATEGY
TheThe Roll Back Malaria (RBM)Roll Back Malaria (RBM) strategystrategy focusesfocuses onon thethe followingfollowing aspectsaspects::
EarlyEarly diagnosisdiagnosis andand prompt, effective treatment of malaria.prompt, effective treatment of malaria.
PreventionPrevention of malariaof malaria throughthrough use ofuse of insecticideinsecticide--treatedtreated materialsmaterials andand otherother
vectorvector
ControlControl measuresmeasures includingincluding residualresidual indoorindoor sprayingspraying,, larvicidinglarviciding andand
environmentalenvironmental management.management.
PreventionPrevention of malaria inof malaria in pregnancypregnancy (intermittent treatment,(intermittent treatment, insecticideinsecticide--treatedtreated
bednetsbednets).).
EarlyEarly detectiondetection andand preventionprevention ofof epidemicsepidemics,, andand rapidrapid responseresponse toto epidemicsepidemics
((throughthrough monitoring, surveillance,monitoring, surveillance, preparednesspreparedness,, timelytimely action).action).
DevelopmentDevelopment of newof new toolstools,, strategiesstrategies andand methodologiesmethodologies,, andand improvementimprovement inin
deliverydelivery ofof existingexisting toolstools throughthrough researchresearch andand developmentdevelopment..
CoordinatedCoordinated actionaction throughthrough establishingestablishing partnershipspartnerships thatthat utilizeutilize an optimalan optimal
mixmix ofof measuresmeasures adaptedadapted to local situations.to local situations.
SSéélection des mesures de lutte antipaludiquelection des mesures de lutte antipaludique en fonction de laen fonction de la
diversitdiversitéé éépidpidéémiologiquemiologique
ZonesZones àà endendéémicitmicitéé faible etfaible et àà haute stabilithaute stabilitéé
Dans de telles zones, la transmission du paludisme auraDans de telles zones, la transmission du paludisme aura ééttéé basse pendant un grand nombrebasse pendant un grand nombre
dd’’annannéées, avec de faibles fluctuations et une faible probabilites, avec de faibles fluctuations et une faible probabilitéé de rde réésurgence malgrsurgence malgréé la reproduction intensive et la fortela reproduction intensive et la forte
densitdensitéé de lde l’’espespèèce vectorielle. Cette situation peut être due non seulementce vectorielle. Cette situation peut être due non seulement àà une amune améélioration du statut sociolioration du statut socio--ééconomiqueconomique
de la rde la réégion mais aussi aux facteurs pertinents suivants :gion mais aussi aux facteurs pertinents suivants :
Meilleures conditions dMeilleures conditions d’’habitations et perte de lhabitations et perte de l’’habitude de dormirhabitude de dormir àà ll’’extextéérieur.rieur.
Meilleure protection contre les piqMeilleure protection contre les piqûûres (utilisation des moustiquaires de lit).res (utilisation des moustiquaires de lit).
Attitude active et initiatives personnelles dans la rechercheAttitude active et initiatives personnelles dans la recherche de soins mde soins méédicaux.dicaux.
Faible capacitFaible capacitéé vectorielle.vectorielle.
Usage intensif de pesticides dans lUsage intensif de pesticides dans l’’environnement (par ex. dans les cultures de riz).environnement (par ex. dans les cultures de riz).
Les mesures de lutte peuvent inclure :Les mesures de lutte peuvent inclure :
MiseMise àà disposition ddisposition d’’un traitement radical (disparition desun traitement radical (disparition des trophozotrophozoïïtestes, des gam, des gaméétocytestocytes —— etet
desdes hypnozohypnozoïïtestes ??——) pour les cas de paludisme diagnostiqu) pour les cas de paludisme diagnostiquéés.s.
GGéénnééralisationralisation àà toutes les institutions de santtoutes les institutions de santéé de la capacitde la capacitéé de diagnostic et traitement.de diagnostic et traitement.
Surveillance des mouvements de population.Surveillance des mouvements de population.
Zones avec transmission faible mais encore instableZones avec transmission faible mais encore instable
LL’’application intensive des mesures de lutte a pu amener une diminapplication intensive des mesures de lutte a pu amener une diminution annuelle de lution annuelle de l’’incidence duincidence du
paludisme mais les facteurs conduisantpaludisme mais les facteurs conduisant àà une haute transmission, comme la pauvretune haute transmission, comme la pauvretéé des conditionsdes conditions
de logement, le fait de dormirde logement, le fait de dormir àà ll’’extextéérieur, le manque de moustiquaires de lit et les attitudes passivrieur, le manque de moustiquaires de lit et les attitudes passiveses
face aux soins mface aux soins méédicaux peuvent ne pas avoir fondamentalement changdicaux peuvent ne pas avoir fondamentalement changéé ; en cons; en consééquence, laquence, la
rréésurgence du paludisme est possible si les conditions deviennentsurgence du paludisme est possible si les conditions deviennent favorablesfavorables àà la transmission ou sila transmission ou si
les mesures de lutte sont nles mesures de lutte sont néégliggligéées.es.
Les mesures de lutte peuvent comprendre :Les mesures de lutte peuvent comprendre :
►► Traitement des cas cliniques et des porteurs de parasitesTraitement des cas cliniques et des porteurs de parasites
►► Prise en charge des cas sPrise en charge des cas séévvèèresres
►► Traitement antiTraitement anti-- rechute durechute du P.P. vivaxvivax durant la pdurant la péériode de latenceriode de latence
►► Traitement radical des cas de rechute avant la pTraitement radical des cas de rechute avant la péériode de transmissionriode de transmission
►► Mise en place de moyens de diagnostic des cas et de traitementMise en place de moyens de diagnostic des cas et de traitement dans les institutions de santdans les institutions de santéé. Il faut rappeler. Il faut rappeler
que le diagnostic par recherche dque le diagnostic par recherche d’’antigantigèènes du parasites dans le sang peut être proposnes du parasites dans le sang peut être proposéé (HRP(HRP--2,2,
ddééshydrogshydrogéénases) en lnases) en l’’absence de microscope.absence de microscope.
►► Examen des frottis sanguins lExamen des frottis sanguins làà ooùù cc’’est possible, pour tous les cas suspects.est possible, pour tous les cas suspects.
►► Etablissement dEtablissement d’’une capacitune capacitéé de surveillance dans chaque district concernant :de surveillance dans chaque district concernant :
-- Incidence et la prIncidence et la préévalence de la maladievalence de la maladie
-- Changements de densitChangements de densitéé du vecteur, taux de piqdu vecteur, taux de piqûûres infectantes sur lres infectantes sur l’’homme et longhomme et longéévitvitéé..
-- Changements dans le nombre des animaux domestiques et du ratioChangements dans le nombre des animaux domestiques et du ratio animaux/homme.animaux/homme.
-- Les changements dans le systLes changements dans le systèème dme d’’agricultureagriculture
-- Les changements mLes changements mééttééorologiquesorologiques
►► Mise sur pied de structures / systMise sur pied de structures / systèèmes pour la prmes pour la préédiction / prdiction / préévention et lutte contre lesvention et lutte contre les éépidpidéémiesmies
►► de paludismede paludisme
►► Education sanitaire et activitEducation sanitaire et activitéés de promotion de la sants de promotion de la santéé pour ampour amééliorer les conditionsliorer les conditions
►► dd’’habitation, encourager lhabitation, encourager l’’utilisation des moustiquaires de lit, modifier lutilisation des moustiquaires de lit, modifier l’’habitude de dormirhabitude de dormir àà
►► ll’’extextéérieur et induire un comportement de recherche du traitement etc.rieur et induire un comportement de recherche du traitement etc.
Zones avec transmission modZones avec transmission modéérréée oue ou éélevlevéée et incidence relativement stable due et incidence relativement stable du
paludismepaludisme
Zones situZones situééeses àà proximitproximitéé de cours dde cours d’’eau, de lacs ou des plaines avec des vecteurs efficients,eau, de lacs ou des plaines avec des vecteurs efficients,
nombreux gnombreux gîîtes larvaires et niveau de dtes larvaires et niveau de dééveloppement socioveloppement socio--ééconomique relativement pauvre.conomique relativement pauvre.
RiziRizièères (paddy) souvent abondantes. Transmission du paludisme relatires (paddy) souvent abondantes. Transmission du paludisme relativementvement éélevlevéée. Fluctuationse. Fluctuations
possibles mais jamais de grande envergure. Population avertie etpossibles mais jamais de grande envergure. Population avertie et ééquipquipéée contre les piqe contre les piqûûres deres de
La planification de programmes de lutte contre le paludisme GuidLa planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide du stagiairee du stagiaire
moustiques (par exemple par lmoustiques (par exemple par l’’utilisation de moustiquaires de lit) mais frutilisation de moustiquaires de lit) mais frééquence des contactsquence des contacts
homme/vecteur toujourshomme/vecteur toujours éélevlevéée (haute densite (haute densitéé de vecteurs et frde vecteurs et frééquence des activitquence des activitéés humainess humaines
extextéérieures).rieures).
Les mesures de lutte comprennent :Les mesures de lutte comprennent :
►► Renforcement du diagnostic clinique et du traitement visant uneRenforcement du diagnostic clinique et du traitement visant une couverture maximale ;couverture maximale ;
►► Traitement des personnes malades (prise en charge de la maladieTraitement des personnes malades (prise en charge de la maladie) ;) ;
►► Traitement et rTraitement et rééfféérence des cas srence des cas séévvèères ;res ;
►► Traitement antiTraitement anti--rechute (rechute (primaquineprimaquine contre lescontre les hypnozohypnozoïïtestes) pendant la p) pendant la péériode de latenceriode de latence
►► Traitement radical des cas de rechute (accTraitement radical des cas de rechute (accèès ayant pour origine les formes latentess ayant pour origine les formes latentes
appelappelééeses hypnozohypnozoïïtestes dans les hdans les héépatocytes) avant la ppatocytes) avant la péériode de transmission ;riode de transmission ;
►► Renforcement du diagnostic (laboratoire) y compris RDT),Renforcement du diagnostic (laboratoire) y compris RDT),
►► Protection groupesProtection groupes àà hauts risques (enfants, femmes enceintes et migrants non immunshauts risques (enfants, femmes enceintes et migrants non immuns),),
►► Organisation protection personnelle individuelle et communautaiOrganisation protection personnelle individuelle et communautairere
PROCPROCÉÉDDÉÉ DE SDE SÉÉLECTION DES MESURES DE LUTTELECTION DES MESURES DE LUTTE
Se rSe rééfféérer aux mesures disponibles pour la lutte antipaludiquerer aux mesures disponibles pour la lutte antipaludique
SSéélectionner des mesures qui peuvent être mises enlectionner des mesures qui peuvent être mises en œœuvreuvre
matmatéériellement (faisabilitriellement (faisabilitéé opopéérationnelle)rationnelle)
SSéélectionner des mesures techniquement efficaces (faisabilitlectionner des mesures techniquement efficaces (faisabilitéé
technique) qui ont un impact dtechnique) qui ont un impact déémontrmontréé sur la mortalitsur la mortalitéé
SSéélectionner des mesures adaptlectionner des mesures adaptéées aux conditions localeses aux conditions locales
Evaluer les coEvaluer les coûûts des mesures recommandts des mesures recommandéées pour trouver leses pour trouver les
mmééthodes ou les combinaisons de mthodes ou les combinaisons de mééthodes les moins cothodes les moins coûûteusesteuses
et les plus efficaces.et les plus efficaces.
Supputer ce quSupputer ce qu’’on peut attendre de ces mesures faisables.on peut attendre de ces mesures faisables.
FORMULATION DFORMULATION D’’OBJECTIFS DE ROBJECTIFS DE RÉÉDUCTION DE LA MALADIEDUCTION DE LA MALADIE
ButBut
ObjectifObjectif
Le processus de fixation dLe processus de fixation d’’objectifsobjectifs
Quantification des objectifsQuantification des objectifs
SURVEILLANCE ET LE MONITORAGESURVEILLANCE ET LE MONITORAGE
““Trop de donnTrop de donnéées =es = donndonnééeses de mauvaise qualitde mauvaise qualité”é” –– un consensus doit existerun consensus doit exister
sur un ensemble minimal de donnsur un ensemble minimal de donnéées/indicateurses/indicateurs àà rassembler, analyser etrassembler, analyser et
rapporter officiellement en relation avec les interventions et orapporter officiellement en relation avec les interventions et objectifs.bjectifs.
Des dDes dééfinitions standard des cas basfinitions standard des cas baséées sur le consensus devraient êtrees sur le consensus devraient être
utilisutilisééeses àà tous les niveaux des services de santtous les niveaux des services de santéé et dans tous les pays.et dans tous les pays.
La circulation des donnLa circulation des donnéées devrait être le plus possiblees devrait être le plus possible integrintegrééee dans ledans le
systsystèème de surveillance de routine.me de surveillance de routine.
Les donnLes donnéées devraient être incorpores devraient être incorporéées dans un systes dans un systèème de reconnaissanceme de reconnaissance
ggééographique (SIG) facileographique (SIG) facile àà utiliser.utiliser.
Les donnLes donnéées collectes collectéées devraient être utileses devraient être utiles àà la guidance, lla guidance, l’’orientation ou leorientation ou le
rréé--orientationorientation dd’’interventions, de la planification et duinterventions, de la planification et du ““managementmanagement””, y, y
compris lcompris l’’allocation de ressources au niveau oallocation de ressources au niveau oùù les donnles donnéées sont res sont réécoltcoltéées enes en
vue dvue d’’atteindre latteindre l’’objectif principal.objectif principal.
Des donnDes donnéées et indicateurs supples et indicateurs suppléémentaires peuvent être ajoutmentaires peuvent être ajoutéés par less par les
services, les programmes, les projets et les partenaires en foncservices, les programmes, les projets et les partenaires en fonctiontion
dd’’interventions particuliinterventions particulièères, des besoins ou des objectifs.res, des besoins ou des objectifs.
UneUne rréétrotro--informationinformation est fournie rest fournie rééguligulièèrementrement àà ceux qui gceux qui géénnèèrent lesrent les
donndonnéées.es.
LE FAIBLESSES du SYSTEME de MONITORING et EVALUATION
“Les oreilles de l’hippopotame”
Ou les malades de paludisme sopnt tratées
et…meurent
dispensaire 15%
Maison >80%
Hopital 5%
From: “The Ears of the Hippopota mus: Manifestations, Determina nts andEstimates of the Malaria Burden” Breman
Plus des 40% de la population n’ont pas
accès aux Formations Sanitaires
Insuffisance de capacité d’analyse des
donnés chez les personnelles de Santé
Pas de données disponibles concernant
le Paludisme chez les femmes enceintes
Pas de données concernant les activités au
niveau de la communauté
Défaillance de l’évaluation des activités
menées par les partenaires
Pas de budget consacré pour le Monitoring
et Evaluation
Pas de banque de données:
- Harmonisées
- Synthétisées
- Centralisées
Depart.
Statistic.
Depart.
Statistic.
MICS
(Mult. Indic
Cluster
Survey)
MICS
(Mult. Indic
Cluster
Survey)
Agences
Bilatér.
Agences
Bilatér.
ONGsONGs
Projets
De
Recherche
Projets
De
Recherche
Enquetes
Communait.
FS
Enquetes
Communait.
FS
SIS
SIM
SIS
SIM
MAL-VPD
EPI-IMCI-
CSR
IDSR
MAL-VPD
EPI-IMCI-
CSR
IDSR
Sources
D’Infor-
mations
Sources
D’Infor-
mations
DDééveloppement desveloppement des ééllééments techniques stratments techniques stratéégiques destingiques destinééss
àà la rla rééalisation des objectifsalisation des objectifs
Un exemple d’approche
L’exemple suivant peut faciliter la compréhension de l’importance d’une approche et de sa relation
avec la strate épidémiologique et l’objectif. Les activités majeures impliquées par l’approche sont
mentionnées, de même que la fixation des cibles opérationnelles, l’identification des étapes et
l’évaluation des coûts dans des perspectives de budgétisation.
La strate
Savane humide, région de plaine, population rurale, agriculture traditionnelle, communications
précaires, peu de mouvements de population, faible développement de l’infrastructure de santé,
transmission continue très intense, population de plus ou moins 2 millions d’habitants dont 20%
de moins de 5 ans et 5% de femmes enceintes. Haute mortalité parmi les enfants et les femmes
primipares. Quelques cas de résistance R1 du P. falciparum à la chloroquine (se referrer de
préférence aux nouvelles definitions ETF + LTF < 5%). Deux vecteurs A.funestus et A.gambiae,
tous deux sensibles au DDT.
Le but
Faire en sorte que le paludisme ne soit plus un problème de santé publique majeur
L’objectif
Réduire de 60% du taux de mortalité due au paludisme chez les enfants en dessous de 5 ans d’ici
2006 (mesure directe difficile, utiliser les moyens indirects. Ceci peut être évalué indirectement
par une réduction des cas rapportés de paludisme sévère dans ce groupe d’âge, par une réduction
du taux de mortalité générale par âge, par une réduction des admissions de cas sévères ou par une
tendance à la baisse de la mortalité due au paludisme par âge dans les hôpitaux sentinelles et les
institutions de référence.
LL’’APPROCHEAPPROCHE
Dans le cadre de la prise en charge intDans le cadre de la prise en charge intéégrgréée des maladies de le des maladies de l’’enfanceenfance
(PCIME). L(PCIME). L’’administration dadministration d’’un traitement de chloroquineun traitement de chloroquine àà la dose de 25mg/kgla dose de 25mg/kg
de poids corporel en 3 joursde poids corporel en 3 jours àà tous les enfants âgtous les enfants âgéés de moins de 5 ans, danss de moins de 5 ans, dans
les 24 heures aprles 24 heures aprèès ls l’’apparition dapparition d’’une fiune fièèvre, quelle quvre, quelle qu’’en soit la cause (en soit la cause (àà lala
maison, au niveau communautaire, au centre de santmaison, au niveau communautaire, au centre de santéé).).
Le suivi de tous les enfants traitLe suivi de tous les enfants traitéés pendant 48 heures pour ds pendant 48 heures pour déétecter ceux quitecter ceux qui
ne rne réépondent pas adpondent pas adééquatement au mquatement au méédicament et qui devront être rdicament et qui devront être rééfféérrééss
pour un diagnostic qui, spour un diagnostic qui, s’’il est positif pour le paludisme, devra induire unil est positif pour le paludisme, devra induire un
traitement antipaludique alternatif. Le choix du mtraitement antipaludique alternatif. Le choix du méédicament ddicament déépendra de lapendra de la
politique gouvernementale et des conditions cliniques du patientpolitique gouvernementale et des conditions cliniques du patient..
La reconnaissance des signes de gravitLa reconnaissance des signes de gravitéé àà tous les niveaux (communauttous les niveaux (communautéé,,
centres de santcentres de santéé etc.), premier traitement avant retc.), premier traitement avant rééfféérence et rrence et rééfféérence des casrence des cas
de paludisme sde paludisme séévvèères. La prise en charge amres. La prise en charge amééliorlioréée du paludisme se du paludisme séévvèère avantre avant
le transfert et dans les hôpitaux de rle transfert et dans les hôpitaux de rééfféérence.rence.
Mesures pour mettre lMesures pour mettre l’’approche enapproche en œœuvreuvre
Le problLe problèème principal de toute approche est reprme principal de toute approche est repréésentsentéé par les mesures antipaludiques sppar les mesures antipaludiques spéécifiquescifiques
nnéécessairescessaires àà la rla rééalisation des objectifs. La mise enalisation des objectifs. La mise en œœuvre de telles mesures demande une actionuvre de telles mesures demande une action
de support.de support.
Par exemple, un diagnostique prPar exemple, un diagnostique préécoce et un traitement rapide et efficace demandent lacoce et un traitement rapide et efficace demandent la
disponibilitdisponibilitéé des mdes méédicaments (logistique), des compdicaments (logistique), des compéétences adapttences adaptéées chez les travailleurs de santes chez les travailleurs de santéé
(par ex. formation(par ex. formation àà la reconnaissance des signes cliniques simples et des signes dela reconnaissance des signes cliniques simples et des signes de gravitgravitéé, suivie, suivie
du traitement addu traitement adééquat) et une prise de conscience de la part de la population.quat) et une prise de conscience de la part de la population.
Les items suivants reprLes items suivants repréésentent les activitsentent les activitéés principales ns principales néécessairescessaires àà la mise enla mise en œœuvre de luvre de l’’approche dapproche déécritecrite
plus haut :plus haut :
logistiquelogistique
ééducation et sensibilisation des mducation et sensibilisation des mèères :res :
-- dans les cliniques de santdans les cliniques de santéé maternelle et infantilematernelle et infantile
-- par des spar des sééances de sensibilisation dans les villagesances de sensibilisation dans les villages
-- pour inclure lpour inclure l’’utilisation des mutilisation des méédicaments antipaludiquesdicaments antipaludiques
-- pour mettre lpour mettre l’’accent sur les signes de danger et la naccent sur les signes de danger et la néécessitcessitéé dd’’un traitement rapide (voir PCIME)un traitement rapide (voir PCIME)
FormerFormer àà la reconnaissance des signes de sla reconnaissance des signes de séévvééritritéé àà domicile et dans les CSdomicile et dans les CS
SSéélection des pourvoyeurs de soins et des communicateurs de santlection des pourvoyeurs de soins et des communicateurs de santéé communautaire et leur formationcommunautaire et leur formation
plaidoyer pour pousser le gouvernementplaidoyer pour pousser le gouvernement àà amamééliorer la couverture en infrastructures de santliorer la couverture en infrastructures de santéé enen
fonction des besoins,fonction des besoins,
formation de tous les travailleurs de santformation de tous les travailleurs de santéé au suivi des cas traitau suivi des cas traitééss
formation et suivi (contrôle de qualitformation et suivi (contrôle de qualitéé) des microscopistes dans toutes les institutions de r) des microscopistes dans toutes les institutions de rééfféérencerence
fourniture de microscopes et autresfourniture de microscopes et autres ééquipementsquipements àà toutes les institutions de rtoutes les institutions de rééfféérence etrence et
approvisionnement en mapprovisionnement en méédicaments antipaludiques alternatifsdicaments antipaludiques alternatifs
formation de tout le personnel mformation de tout le personnel méédicaldical àà la prise en charge desla prise en charge des ééchecs du traitement et du paludismechecs du traitement et du paludisme
sséévvèèrere
INTERVENTIONS ET CIBLES OPINTERVENTIONS ET CIBLES OPÉÉRATIONNELLESRATIONNELLES
(Processus de Planification)(Processus de Planification)
A. Prise en charge de la maladieA. Prise en charge de la maladie
Si les objectifs se rapportent aux rSi les objectifs se rapportent aux rééductions de la mortalitductions de la mortalitéé et de let de l’’incidence du paludisme sincidence du paludisme séévvèère, bienre, bien
quantifiquantifiéées, fixes, fixéées dans le temps et diffes dans le temps et difféérentirentiéées par groupe des par groupe d’’âge et par râge et par réégions, voici les ciblesgions, voici les cibles
possibles :possibles :
►► dd’’iciici ----,,---- % des patients dans les groupes cibles seront pris en charge co% des patients dans les groupes cibles seront pris en charge conformnforméément avec la politique nationale.ment avec la politique nationale.
►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des travailleurs qui assureront une prise en cha% la proportion des travailleurs qui assureront une prise en charge correcte de la maladierge correcte de la maladie
pour les patients des groupes cibles qui ont de la fipour les patients des groupes cibles qui ont de la fièèvre.vre.
►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des m% la proportion des mèères qui prennent en charge correctement la maladie, conformres qui prennent en charge correctement la maladie, conforméémentment
àà la politique nationale concernant les enfants qui ont de la fila politique nationale concernant les enfants qui ont de la fièèvre.vre.
►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des infrastructures de r% la proportion des infrastructures de rééfféérence orence oùù la microscopie fonctionne.la microscopie fonctionne.
►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des infrastructures de sant% la proportion des infrastructures de santéé nanties des ressources nnanties des ressources néécessaires pourcessaires pour
assurer la prise en charge du paludisme, conformassurer la prise en charge du paludisme, conforméémentment àà la politique nationale.la politique nationale.
►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des individus f% la proportion des individus féébriles qui ont accbriles qui ont accèès aux ms aux méédicaments antipaludiquesdicaments antipaludiques
comme il est spcomme il est spéécificifiéé dans la politique nationale.dans la politique nationale.
Les activitLes activitéés requises pour atteindre le rs requises pour atteindre le réésultat opsultat opéérationnel pourraient être les suivantes :rationnel pourraient être les suivantes :
►► production et diffusion de directivesproduction et diffusion de directives
►► formation du personnel clinique et de laboratoire (formation avformation du personnel clinique et de laboratoire (formation avant et pendant le service)ant et pendant le service)
►► supervision et garantie de qualitsupervision et garantie de qualitéé
►► informationinformation--ééducationducation--communicationcommunication (IEC)(IEC)
►► approvisionnement en rapprovisionnement en rééactifs et enactifs et en ééquipements de laboratoirequipements de laboratoire
►► rrééglementation en matiglementation en matièère dre d’’approvisionnements en mapprovisionnements en méédicaments et fixation des prixdicaments et fixation des prix
►► approvisionnement en mapprovisionnement en méédicaments pour des circonstances spdicaments pour des circonstances spéécialesciales
►► plaidoyer, promotion et nplaidoyer, promotion et néégociations pour garantir un approvisionnement adgociations pour garantir un approvisionnement adééquat en mquat en méédicamentsdicaments àà des prixdes prix
raisonnablesraisonnables
Comme on peut le voir, un grand nombre de ces activitComme on peut le voir, un grand nombre de ces activitéés ne consomment pas de ressources mais ds ne consomment pas de ressources mais déépendent despendent des
capacitcapacitéés de gestion du personnel en charge de la lutte antipaludiques de gestion du personnel en charge de la lutte antipaludique
B. Traitement Préventif Intermittent (TPI ) pendant la Grossesse
Les objectifs, quantifiés convenablement et programmés dans le temps,
pourraient être :
la réduction de la proportion des faibles poids de naissance
la réduction de la prévalence de l’anémie de la grossesse
la réduction de l’incidence du paludisme aigu pendant la grossesse
Voici une cible potentielle :
D’ici-- , augmenter de --% la proportion des primipares qui font le TPI
conformément à la politique nationale.
Les activités requises sont les mêmes que celles qui sont nécessaires à la
gestion du paludisme, sauf pour les composantes du diagnostic.
Si un traitement préventif est appliqué dans le programme, la mise en
œuvre des activités devrait être étroitement associée avec les activités de
gestion du programme.
C. Protection personnelle
Liées aux objectifs, bien quantifiées et programmées dans le temps, ces mesures pourraient être :
la réduction de l’incidence du paludisme comme maladie
la réduction du paludisme sévère
la réduction de la mortalité due au paludisme
On peut s’attendre à des résultats particulièrement bons chez les jeunes enfants car ils vont
habituellement au lit plus tôt que les adultes et les enfants plus âgés.
Voici une cible possible :
D’ici--, augmenter de --% la proportion de ménages ciblés pour l’utilisation de moustiquaires et
utilisant au moins une moustiquaire imprégnée.
Les activités requises pour atteindre ce rendement opérationnel pourraient inclure :
• L’imprégnation individuelle ou collective des moustiquaires par trempage ou pulvérisation.
• Les techniques sont faciles à apprendre ce qui explique que la méthode peut être diffusée aisément
jusqu’au niveaux les plus périphériques par les travailleurs du service national de santé, les
associations de volontaires ou autres.
• La formation de catégories définies de travailleurs de santé. Ce sera souvent le personnel
responsable de l’hygiène et de la prévention qui formera et supervisera les travailleurs de santé dans
les villages, mais ils doivent à leur tour être supervisés.
• Des messages éducationnels qui devraient être développés sur la base des informations obtenues
par le biais des études KAP locales et de facteurs sociaux, culturels et économiques.
• La diffusion de messages qui doivent être adaptés aux besoins des programmes et aux possibilités
locales et aux opportunités.
• Une évaluation régulière de la sensibilité des vecteurs du paludisme et d’autres insectes
responsables de nuisances majeures, aux insecticides utilisés.
D. Lutte antivectorielle
Liée aux objectifs, quantifiée convenablement et programmée dans le temps, elle
pourrait être représentée par :
La réduction de l’incidence du paludisme comme maladie (sévère et non
sévère) et la réduction de la mortalité due au paludisme.
Le maintien de l’incidence du paludisme en dessous d’un seuil défini.
L’interruption de la transmission
Une cible appropriée pourrait être :
D’ici--, avoir pulvérisé --% des habitations ciblées avec un insecticide rémanent
Les activités requises pour atteindre ce résultat opérationnel pourraient inclure :
la détermination de l’efficacité locale de la méthode
la reconnaissance géographique de la région
l’acquisition de l’insecticide qui serait distribué dans les temps
le recrutement de personnel temporaire
la formation
la gestion du personnel
la gestion des approvisionnements
la gestion des informations
la supervision
E. La Lutte Contre les Epidémies
Liée aux objectifs, bien quantifiée et programmée dans le temps elle pourrait inclure :
la réduction de la mortalité due aux épidémies de paludisme
la réduction de l’incidence du paludisme sous forme d’épidémies
Des cibles appropriées pourraient être :
D’ici--, des mesures appropriées de lutte antivectorielle seront déployées pour lutter contre -
-% des épidémies prévues ou détectées dans le pays.
D’ici--, --% des unités de soins de santé dans des zones prédisposées aux épidémies,
seront préparées à affronter les épidémies de paludisme
D’ici--, --% des épidémies enregistrées sur un an ont été prévues ou dépistées à temps
(notion à préciser)
A partir de -- semaines après la prévision et la détection d’une épidémie, --% des
habitations situées dans une zone propice aux épidémies seront protégées par des mesures
de lutte antivectorielle.
Les activités requises pourraient inclure :
• l’identification des zones propices aux épidémies
• la surveillance
• un plan d’alerte préventive pour les épidémies
• l’état d’alerte afin d’agir si nécessaire
• des interventions de prévention
• des mesures curatives pour la lutte contre les épidémies
ACTIVITACTIVITÉÉS DS D’’APPUI AU PROGRAMMEAPPUI AU PROGRAMME
FormationFormation
SupervisionSupervision
Approvisionnements et logistiqueApprovisionnements et logistique
Information,Information, ééducation, communicationducation, communication
SystSystèèmes dmes d’’information sur la santinformation sur la santéé et la gestionet la gestion
Recherche appliquRecherche appliquééee
ETAPES OPETAPES OPÉÉRATIONNELLES (Exemples)RATIONNELLES (Exemples)
l’introduction de nouveaux services (information, supervision,
traitement)
l’extension et l’augmentation de la charge de travail des services
existants (information, diagnostic, traitement, approvisionnement)
l’affectation de nouveau personnel aux postes existants
la création de nouveaux postes et/ou de nouvelles catégories de
personnel
la formation de nouveau personnel
la formation sur le terrain, la mise à jour, l’enseignement à
distance
l’allocation d’un budget supplémentaire pour de nouveaux
services
BUDGBUDGÉÉTISATION DU PROGRAMMETISATION DU PROGRAMME
SSÉÉLECTION ET DLECTION ET DÉÉFINITION DES MFINITION DES MÉÉTHODES DTHODES D’É’ÉVALUATION DANS LAVALUATION DANS LA
LUTTE ANTIPALUDIQUELUTTE ANTIPALUDIQUE
.
Formulation
de la
Politique
Evaluation
ExécutionProgrammation
Processus systématique et scientifique de détermination
du degré de réussite d’une action ou d’une série
d’actions pour la réalisation d’objectifs
et de cibles prédéterminés
CONCEPT DE LA PLANIFICATION ET DE
L’ÉVALUATION
Les enchaînements d’un programme de lutte
Cibles de
fonctionne
ment
Cibles de
résultats
Cibles
opérationnelles
Stratégies ou approches
Interventions
Services
Personnels
Population visée
Résultats
(Outcome)
Objectifs d’impact =
Objectifs épidémiologiques =
Objectifs
Epidémiologique
Socio - Economique
Impact
(Impact)
Activités du programme :
Outputs : (Sorties)
-de production
-De personnes formées
-De fournitures
distribuées
Fonctionnem
ent
(Process)
Inputs : (Entrées)
-de personnes
-de ressources
OBJECTIFS ET CIBLESELÉMENTS CONCERNÉSNIVEAUCHAÎNE DE
CAUSALITÉ
COMPOSANTES DU PROCESSUS D’ ÉVALUATION
Comparaison entre les activités effectives et les activités
Escomptées Elles permettent de se tenir informé des activités en
cours, des étapes franchies, des questions de personnel, de
fournitures et de matériel, et des sommes dépensées en fonction du
budget alloué.
Pertinence
Le caractère approprié des objectifs du programme par rapport aux
problèmes réels, aux besoins et priorités des groupes cibles et
bénéficiaires envisagés auxquels le programme est supposé
répondre, ainsi que par rapport à l’environnement physique et
politique dans lequel le programme est mis en oeuvre
Efficience
Impact
Efficacité
Rapport des résultats d’un programme ou d’une action de santé aux
moyens engagés (ressources humaines, financières et autres,
processus et technologies sanitaires, temps).
Exprime l’effet désiré d’un programme, d’un service, d’une
institution ou d’une activité de soutien sur la réduction d’un
problème de santé ou l’amélioration d’une situation sanitaire qui
laisse à désirer. Ainsi, l’efficacité mesure le degré de réalisation
des objectifs et cibles prédéterminés du programme, du service ou
de l’institution.
Adéquation
Exprime l’effet global d’un programme, d’un service ou ‘une
institution sur le développement sanitaire et sur le développement
économique et social corrélatif.
Etat d’avancement
Attention suffisante à certaines lignes d’action déterminées
antérieurement, qui doivent être examinées au cours de la
programmation d’ensemble.
Quatre composants pour l’évaluation des Programmes
Nationaux
Le monitorage du processus du programme : vérifier si les activités sont
exécutées comme prévu, rendre compte, déceler les dysfonctionnements.
L’évaluation des résultats du programme et son impact : afin d’attester que
les programmes aboutissent aux résultats escomptés — qualité des prestations, le
taux de couverture, la mise en place des méthodes etc.— (cibles et résultats) et les
changements souhaités sur le plan de la morbidité et la mortalité (objectifs d’impact).
La recherche appliquée : il peut s’agir d’études de coût et d’évaluations de
l’efficacité qui nécessitent des plans de recherche plus rigoureux que le suivi
d’indicateurs.
L’évaluation périodique du programme : pour rassembler toutes les
informations nécessaires à une éventuelle re-planification. Il s’agit d’apprécier les
aspects plus larges d’un programme tels que la qualité de la politique générale,
l’efficacité et l’efficience des interventions, la pérennité et la gestion du programme.
PRINCIPES
Tous les programmes de lutte antipaludiques doivent comporter
une composante d’évaluation comme caractéristique permanente
pour faire face à des changements de situation
la planification, la mise en œuvre, l’évaluation et la re planification
doivent représenter un processus continu et une caractéristique
intégrante à tout programme antipaludique
Les méthodes d’évaluation et les données pertinentes à récolter
doivent être strictement liées aux objectifs, aux activités et aux
résultats attendus du programme
L’évaluation d’un programme de lutte antipaludique devrait tenir
compte de la situation du paludisme avant le début du plan et après
sa mise en œuvre
Au point de vue de l’aspect quantitatif de l’évaluation, les outils d’une
évaluation appropriée devraient être sélectionnés avec une attention
particulière pour leur simplicité, leur coût et la pertinence des
informations recueillies par rapport aux objectifs du programme
Une évaluation quantitative devrait être routinière et basée sur une
supervision appropriée pour s’assurer que la qualité du rendement
opérationnel est maintenue au niveau optimal
Sélection et définition des méthodes d’évaluation dans la lutte
antipaludique
Des professionnels bien formés et expérimentés devraient jouer un
rôle clé dans l’évaluation du processus pour :
- préciser les outils appropriés pour l’évaluation
- concevoir les formulaires
- former et superviser le personnel engagé dans le travail
d’évaluation
- gérer des situations de terrain et des études
PRINCIPES
(Suite)
Evaluation de la Lutte
Antipaludique
% de patients atteints de
paludisme simple qui reçoivent un
traitement correct, dans une
formation sanitaire ou au niveau de
la communauté, conformément aux
directives nationales, dans les 24
heures qui suivent l’apparition des
symptômes
Les indicateurs de résultat
doivent refléter l’évolution des
connaissances, des attitudes,
du comportement ou du
nombre de formations
sanitaires, prévue dans les
objectifs de résultat
RESULTATS
INTERMEDIAIRES LIES AUX
INTERVENTIONS
PRIORITAIRES DU
PROGRAMME
Taux (cas présumés et confirmés)
de mortalité liée au paludisme
parmi les groupes cibles
Réduction de la mortalité et de
la morbidité
IMPACT
% du personnel soignant formé à
la prise en charge des cas de
paludisme et à la prise en charge
intégrée des maladies de l’enfant
Les indicateurs de
fonctionnement doivent
permettre de vérifier que les
activités prévues
- ont bien été réalisées
- en temps voulu
PROCESSUS OU
FONCTIONNEMENT
EXEMPLES
D’INDICATEURS A
SELECTIONNER
QUE FAUT-IL
SURVEILLER ET
EVALUER
OBJECTIFS DES
PLANS D’ACTION FRP
AppendiceAppendice
Tableau 1. Mesures de lutte antipaludiques en fonction des strates
en Afrique tropicale
Tableau 2. Caractéristiques Principales et priorité de lutte dans
différents situation de paludisme
Tableau 3. Objectifs, principales approches d’interventions,
mesures de support et indicateurs suggérés pour la lutte
antipaludiques
Figure 3. Mesures applicables à la lutte antipaludique
Bibliographie
1.1. WorldWorld HealthHealth OrganizationOrganization. Division of AIDS,. Division of AIDS, TuberculosisTuberculosis,,andand Malaria.Malaria. MalariaMalaria Unit:Unit:
Guidelines forGuidelines for thethe Management of MalariaManagement of Malaria ProgramsPrograms inin thethe AfricanAfrican RegionRegion.. JuneJune 20052005
2. Organisation Mondiale de la Sant2. Organisation Mondiale de la Santéé (2003): La planification de Programme de Lutte(2003): La planification de Programme de Lutte
contre le Paludisme (contre le Paludisme (EditionEdition ProvvisoireProvvisoire) Partie 1) Partie 1 GeneveGeneve 2003.2003.
3.3. BealesBeales P.F. (1988):P.F. (1988): TheThe planning of Malaria Control.planning of Malaria Control.
4.4. MaraMara ArmaArma MapMap

Contenu connexe

En vedette

Ic2.aep.pre musées numériques
Ic2.aep.pre musées numériquesIc2.aep.pre musées numériques
Ic2.aep.pre musées numériquesMathilde Blt
 
26 6-4-o-08-ramos
26 6-4-o-08-ramos26 6-4-o-08-ramos
Les anophèles : hôtes et vecteurs de Plasmodium
Les anophèles : hôtes et vecteurs de PlasmodiumLes anophèles : hôtes et vecteurs de Plasmodium
Les anophèles : hôtes et vecteurs de Plasmodium
Institut Pasteur de Madagascar
 
Les sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénients
Les sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénientsLes sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénients
Les sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénients
Institut Pasteur de Madagascar
 
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Institut Pasteur de Madagascar
 
Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"
Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"
Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"
Institut Pasteur de Madagascar
 
Paludisme et co-infections
Paludisme et co-infectionsPaludisme et co-infections
Paludisme et co-infections
Institut Pasteur de Madagascar
 
Centre des cartes mentales pour les nuls
Centre des cartes  mentales pour les nulsCentre des cartes  mentales pour les nuls
Centre des cartes mentales pour les nuls
Nicolas Lévy
 
Formation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputation
Formation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputationFormation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputation
Formation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputation
lecointe666
 
Prix d’un programme de lutte efficace et financements internationaux
Prix d’un programme de lutte efficace et financements internationauxPrix d’un programme de lutte efficace et financements internationaux
Prix d’un programme de lutte efficace et financements internationaux
Institut Pasteur de Madagascar
 
Programme version04
Programme version04Programme version04
Programme version04
morgahne
 
Relations entre riziculture et paludisme en Afrique et à Madagascar
Relations entre riziculture et paludisme en Afrique et à MadagascarRelations entre riziculture et paludisme en Afrique et à Madagascar
Relations entre riziculture et paludisme en Afrique et à Madagascar
Institut Pasteur de Madagascar
 
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludismeLes mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
20140130 mug lyon - post-mortem d'une application métier
20140130   mug lyon - post-mortem d'une application métier20140130   mug lyon - post-mortem d'une application métier
20140130 mug lyon - post-mortem d'une application métierMatthieu DUFOURNEAUD
 
Polymorphisme des gènes hrpII et pldh chez Plasmodium
Polymorphisme des gènes hrpII et pldh chez PlasmodiumPolymorphisme des gènes hrpII et pldh chez Plasmodium
Polymorphisme des gènes hrpII et pldh chez Plasmodium
Institut Pasteur de Madagascar
 
Meilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque Sylmar
Meilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque SylmarMeilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque Sylmar
Meilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque Sylmar
Remorques Sylmar
 
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludismeProtocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
Complejos
ComplejosComplejos
Complejos
alexito50
 
Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ?
Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ? Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ?
Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ?
Experian
 

En vedette (20)

Ic2.aep.pre musées numériques
Ic2.aep.pre musées numériquesIc2.aep.pre musées numériques
Ic2.aep.pre musées numériques
 
26 6-4-o-08-ramos
26 6-4-o-08-ramos26 6-4-o-08-ramos
26 6-4-o-08-ramos
 
Les anophèles : hôtes et vecteurs de Plasmodium
Les anophèles : hôtes et vecteurs de PlasmodiumLes anophèles : hôtes et vecteurs de Plasmodium
Les anophèles : hôtes et vecteurs de Plasmodium
 
Les sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénients
Les sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénientsLes sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénients
Les sites d'études du paludisme: intérêts et inconvénients
 
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
 
Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"
Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"
Les financements pour le mouvement "Roll Back Malaria"
 
Paludisme et co-infections
Paludisme et co-infectionsPaludisme et co-infections
Paludisme et co-infections
 
Centre des cartes mentales pour les nuls
Centre des cartes  mentales pour les nulsCentre des cartes  mentales pour les nuls
Centre des cartes mentales pour les nuls
 
Formation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputation
Formation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputationFormation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputation
Formation cybercrime-en-ligne-diffamation-protection-reputation
 
Prix d’un programme de lutte efficace et financements internationaux
Prix d’un programme de lutte efficace et financements internationauxPrix d’un programme de lutte efficace et financements internationaux
Prix d’un programme de lutte efficace et financements internationaux
 
Programme version04
Programme version04Programme version04
Programme version04
 
slide_3
slide_3slide_3
slide_3
 
Relations entre riziculture et paludisme en Afrique et à Madagascar
Relations entre riziculture et paludisme en Afrique et à MadagascarRelations entre riziculture et paludisme en Afrique et à Madagascar
Relations entre riziculture et paludisme en Afrique et à Madagascar
 
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludismeLes mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
Les mécanismes immuno-physiopathologiques du neuro-paludisme
 
20140130 mug lyon - post-mortem d'une application métier
20140130   mug lyon - post-mortem d'une application métier20140130   mug lyon - post-mortem d'une application métier
20140130 mug lyon - post-mortem d'une application métier
 
Polymorphisme des gènes hrpII et pldh chez Plasmodium
Polymorphisme des gènes hrpII et pldh chez PlasmodiumPolymorphisme des gènes hrpII et pldh chez Plasmodium
Polymorphisme des gènes hrpII et pldh chez Plasmodium
 
Meilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque Sylmar
Meilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque SylmarMeilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque Sylmar
Meilleures Remorques Chambre Montréal - Remorque Sylmar
 
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludismeProtocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
Protocoles et méthodologies pour l'analyse de situation concernant le paludisme
 
Complejos
ComplejosComplejos
Complejos
 
Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ?
Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ? Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ?
Webinar:le design de vos emails est il à la hauteur de vos messages ?
 

Similaire à La Planification de programmes de lutte contre le paludisme

La Stratégie de L’information, éducation et communication
La Stratégie de L’information, éducation et communicationLa Stratégie de L’information, éducation et communication
La Stratégie de L’information, éducation et communication
S/Abdessemed
 
planification sanitaire , etapes ,processus
planification sanitaire , etapes ,processusplanification sanitaire , etapes ,processus
planification sanitaire , etapes ,processus
CentreInteret
 
Doxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rps
Doxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rpsDoxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rps
Doxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rps
DOXACONSEILRHetFORMA
 
1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf
1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf
1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf
JamalDafir
 
RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...
RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...
RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...
CRAMIF
 
Catalogue 2015 formations ireps poitou charentes
Catalogue 2015 formations ireps poitou charentesCatalogue 2015 formations ireps poitou charentes
Catalogue 2015 formations ireps poitou charentes
Ireps
 
Etapes projet
Etapes projetEtapes projet
Etapes projet
Clarisse Perruchot
 
Suivi & Evaluation des Programmes Pop
Suivi & Evaluation des Programmes PopSuivi & Evaluation des Programmes Pop
Suivi & Evaluation des Programmes PopWatani Veux Apprendre
 
Catalogue ireps-2014
Catalogue ireps-2014Catalogue ireps-2014
Catalogue ireps-2014
Ireps
 
Programme 2020 staraqs
Programme 2020 staraqsProgramme 2020 staraqs
Programme 2020 staraqs
Zied GUERFALI
 
Plaquette ievei 2020
Plaquette ievei 2020Plaquette ievei 2020
Plaquette ievei 2020
ieveiQVT
 
Plaquette fap sante
Plaquette fap santePlaquette fap sante
Plaquette fap sante
Philippe SALMON
 
Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques
Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques
Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques
DOXACONSEILRHetFORMA
 
Af hea csu presentation
Af hea csu presentationAf hea csu presentation
Af hea csu presentation
HFG Project
 
Présentation la clinique du travail
Présentation la clinique du travailPrésentation la clinique du travail
Présentation la clinique du travailLACT
 
Travail et-prevention-rps-qvt-conduite-changement
Travail et-prevention-rps-qvt-conduite-changementTravail et-prevention-rps-qvt-conduite-changement
Travail et-prevention-rps-qvt-conduite-changement
Anne-Laure Giron
 
Fiche 4 management des risques
Fiche  4    management des risquesFiche  4    management des risques
Fiche 4 management des risques
Halim ARROUDJ
 
Cv banze l
Cv banze lCv banze l
Cv banze l
LucienBanze
 
Work in tune with life : les résultats de l’enquête Anact en France
Work in tune with life : les résultats de l’enquête Anact  en FranceWork in tune with life : les résultats de l’enquête Anact  en France
Work in tune with life : les résultats de l’enquête Anact en France
Intelligence RH
 
Des clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du Patient
Des clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du PatientDes clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du Patient
Des clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du Patient
Ireps
 

Similaire à La Planification de programmes de lutte contre le paludisme (20)

La Stratégie de L’information, éducation et communication
La Stratégie de L’information, éducation et communicationLa Stratégie de L’information, éducation et communication
La Stratégie de L’information, éducation et communication
 
planification sanitaire , etapes ,processus
planification sanitaire , etapes ,processusplanification sanitaire , etapes ,processus
planification sanitaire , etapes ,processus
 
Doxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rps
Doxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rpsDoxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rps
Doxa inter2019-sensibilisation à la prévention des rps
 
1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf
1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf
1_Planification_Sanitaireaaaaaaaaaaaa.pdf
 
RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...
RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...
RDV Prévention secteur sanitaire du 28/06 - Santé et sécurité au travail des ...
 
Catalogue 2015 formations ireps poitou charentes
Catalogue 2015 formations ireps poitou charentesCatalogue 2015 formations ireps poitou charentes
Catalogue 2015 formations ireps poitou charentes
 
Etapes projet
Etapes projetEtapes projet
Etapes projet
 
Suivi & Evaluation des Programmes Pop
Suivi & Evaluation des Programmes PopSuivi & Evaluation des Programmes Pop
Suivi & Evaluation des Programmes Pop
 
Catalogue ireps-2014
Catalogue ireps-2014Catalogue ireps-2014
Catalogue ireps-2014
 
Programme 2020 staraqs
Programme 2020 staraqsProgramme 2020 staraqs
Programme 2020 staraqs
 
Plaquette ievei 2020
Plaquette ievei 2020Plaquette ievei 2020
Plaquette ievei 2020
 
Plaquette fap sante
Plaquette fap santePlaquette fap sante
Plaquette fap sante
 
Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques
Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques
Doxa inter2019-réussir la qvt par la prévention des risques
 
Af hea csu presentation
Af hea csu presentationAf hea csu presentation
Af hea csu presentation
 
Présentation la clinique du travail
Présentation la clinique du travailPrésentation la clinique du travail
Présentation la clinique du travail
 
Travail et-prevention-rps-qvt-conduite-changement
Travail et-prevention-rps-qvt-conduite-changementTravail et-prevention-rps-qvt-conduite-changement
Travail et-prevention-rps-qvt-conduite-changement
 
Fiche 4 management des risques
Fiche  4    management des risquesFiche  4    management des risques
Fiche 4 management des risques
 
Cv banze l
Cv banze lCv banze l
Cv banze l
 
Work in tune with life : les résultats de l’enquête Anact en France
Work in tune with life : les résultats de l’enquête Anact  en FranceWork in tune with life : les résultats de l’enquête Anact  en France
Work in tune with life : les résultats de l’enquête Anact en France
 
Des clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du Patient
Des clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du PatientDes clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du Patient
Des clès pour vos actions Spécial Education Thérapeutique du Patient
 

Plus de Institut Pasteur de Madagascar

Annexe 3 atelier paludisme 2009
Annexe 3  atelier paludisme 2009Annexe 3  atelier paludisme 2009
Annexe 3 atelier paludisme 2009
Institut Pasteur de Madagascar
 
Rapport audit 2007
Rapport audit 2007Rapport audit 2007
Rapport audit 2007
Institut Pasteur de Madagascar
 
Bilan evaluations 2007
Bilan evaluations 2007Bilan evaluations 2007
Bilan evaluations 2007
Institut Pasteur de Madagascar
 
Exemple evaluation 2007
Exemple evaluation 2007Exemple evaluation 2007
Exemple evaluation 2007
Institut Pasteur de Madagascar
 
Presentation atelier paludisme 2007
Presentation atelier paludisme 2007Presentation atelier paludisme 2007
Presentation atelier paludisme 2007
Institut Pasteur de Madagascar
 
Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006
Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006
Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006
Institut Pasteur de Madagascar
 
Exemple grille evaluation 2006
Exemple grille evaluation 2006Exemple grille evaluation 2006
Exemple grille evaluation 2006
Institut Pasteur de Madagascar
 
Présentation Atelier Paludisme 2006
Présentation Atelier Paludisme 2006Présentation Atelier Paludisme 2006
Présentation Atelier Paludisme 2006
Institut Pasteur de Madagascar
 
Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005
Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005
Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005
Institut Pasteur de Madagascar
 
Grille d'evalution 2005
Grille d'evalution 2005Grille d'evalution 2005
Grille d'evalution 2005
Institut Pasteur de Madagascar
 
Participants tables rondes 2005
Participants tables rondes 2005Participants tables rondes 2005
Participants tables rondes 2005
Institut Pasteur de Madagascar
 
Diaporama 2003
Diaporama 2003Diaporama 2003
Certificat 2003
Certificat 2003Certificat 2003
Grilles d'évaluations 2004
Grilles d'évaluations 2004Grilles d'évaluations 2004
Grilles d'évaluations 2004
Institut Pasteur de Madagascar
 
Synthèse des Grilles Evaluations 2003
Synthèse des Grilles Evaluations 2003Synthèse des Grilles Evaluations 2003
Synthèse des Grilles Evaluations 2003
Institut Pasteur de Madagascar
 
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmesGuide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Institut Pasteur de Madagascar
 
Monitoring and Evaluation Toolkit
Monitoring and Evaluation ToolkitMonitoring and Evaluation Toolkit
Monitoring and Evaluation Toolkit
Institut Pasteur de Madagascar
 
Développement nouveaux médicaments
Développement nouveaux médicamentsDéveloppement nouveaux médicaments
Développement nouveaux médicaments
Institut Pasteur de Madagascar
 
Diagnostic biologique du paludisme
Diagnostic biologique du paludismeDiagnostic biologique du paludisme
Diagnostic biologique du paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 

Plus de Institut Pasteur de Madagascar (20)

Annexe 3 atelier paludisme 2009
Annexe 3  atelier paludisme 2009Annexe 3  atelier paludisme 2009
Annexe 3 atelier paludisme 2009
 
Rapport audit 2007
Rapport audit 2007Rapport audit 2007
Rapport audit 2007
 
Bilan evaluations 2007
Bilan evaluations 2007Bilan evaluations 2007
Bilan evaluations 2007
 
Exemple evaluation 2007
Exemple evaluation 2007Exemple evaluation 2007
Exemple evaluation 2007
 
Presentation atelier paludisme 2007
Presentation atelier paludisme 2007Presentation atelier paludisme 2007
Presentation atelier paludisme 2007
 
Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006
Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006
Comparaison entre les premières et les dernières évaluations - 2006
 
Exemple grille evaluation 2006
Exemple grille evaluation 2006Exemple grille evaluation 2006
Exemple grille evaluation 2006
 
Présentation Atelier Paludisme 2006
Présentation Atelier Paludisme 2006Présentation Atelier Paludisme 2006
Présentation Atelier Paludisme 2006
 
Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005
Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005
Rapport evaluations 1an 2 ans - 2005
 
Synthese 2005
Synthese 2005Synthese 2005
Synthese 2005
 
Grille d'evalution 2005
Grille d'evalution 2005Grille d'evalution 2005
Grille d'evalution 2005
 
Participants tables rondes 2005
Participants tables rondes 2005Participants tables rondes 2005
Participants tables rondes 2005
 
Diaporama 2003
Diaporama 2003Diaporama 2003
Diaporama 2003
 
Certificat 2003
Certificat 2003Certificat 2003
Certificat 2003
 
Grilles d'évaluations 2004
Grilles d'évaluations 2004Grilles d'évaluations 2004
Grilles d'évaluations 2004
 
Synthèse des Grilles Evaluations 2003
Synthèse des Grilles Evaluations 2003Synthèse des Grilles Evaluations 2003
Synthèse des Grilles Evaluations 2003
 
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmesGuide pour le suivi et l'évaluation des programmes
Guide pour le suivi et l'évaluation des programmes
 
Monitoring and Evaluation Toolkit
Monitoring and Evaluation ToolkitMonitoring and Evaluation Toolkit
Monitoring and Evaluation Toolkit
 
Développement nouveaux médicaments
Développement nouveaux médicamentsDéveloppement nouveaux médicaments
Développement nouveaux médicaments
 
Diagnostic biologique du paludisme
Diagnostic biologique du paludismeDiagnostic biologique du paludisme
Diagnostic biologique du paludisme
 

La Planification de programmes de lutte contre le paludisme

  • 1. LA PLANIFICATION DE PROGRAMMES DE LUTTES DE LUTTE CONTRE LE PALUDISMECONTRE LE PALUDISME (El(Elééments)ments) Atelier International sur le Paludisme - Institut Pasteur de Madagascar Antananarivo Madagascar 19.02 – 30.03 2007 Dr. Luciano TUSEO MD, MSh OMS Madagascar
  • 2. A QUI CE MODULE DE FORMATION ESTA QUI CE MODULE DE FORMATION EST--IL DESTINIL DESTINÉÉ ?? Le module est destinLe module est destinéé aux professionnels de laaux professionnels de la santsantéé qui, au cours de lqui, au cours de l’’exercice de leur mexercice de leur méétier,tier, ont quelque responsabilitont quelque responsabilitéé dans ladans la planificationplanification etet ll’’éévaluationvaluation de programmes antipaludiques ou dede programmes antipaludiques ou de programmes destinprogrammes destinééss àà lutter contre dlutter contre d’’autresautres maladies causmaladies causéées par des vecteurs.es par des vecteurs. Il seraIl sera éégalement utile comme partie de lagalement utile comme partie de la formation de base desformation de base des gestionnaires degestionnaires de programmeprogramme ou comme partie dou comme partie d’’un programme deun programme de formation plus large en malariologie de base.formation plus large en malariologie de base.
  • 3. ELELÉÉMENTS FONDAMENTAUX DE LA STRATMENTS FONDAMENTAUX DE LA STRATÉÉGIEGIE MONDIALEMONDIALE Le diagnostic prLe diagnostic préécoce et le traitement rapide,coce et le traitement rapide, La planification et la mise enLa planification et la mise en œœuvre de mesures deuvre de mesures de prpréévention svention séélectives et durables, y compris une actionlectives et durables, y compris une action antivectorielleantivectorielle La dLa déétection rapide destection rapide des éépidpidéémies et les mesures permettantmies et les mesures permettant de les circonscrire rapidementde les circonscrire rapidement Le renforcement des capacitLe renforcement des capacitéés locales dans le domaine de las locales dans le domaine de la recherche fondamentale et appliqurecherche fondamentale et appliquéée afin de permettre ete afin de permettre et dd’’encourager la rencourager la réééévaluation rvaluation rééguligulièère de la situation dure de la situation du paludisme dans les pays et, en particulier, les dpaludisme dans les pays et, en particulier, les dééterminantsterminants éécologiques, sociaux etcologiques, sociaux et ééconomiques de la maladie.conomiques de la maladie.
  • 4. LA PLANIFICATIONLA PLANIFICATION Le termeLe terme «« planificationplanification »» implique :implique : ►► une analyse deune analyse de problproblèèmesmes et let l’’examen de solutions,examen de solutions, ►► la sla séélection de prioritlection de prioritéés suivie de la prise de ds suivie de la prise de déécisions,cisions, ►► le dle dééveloppement dveloppement d’’approchesapproches en rapport avec lesen rapport avec les ressourcesressources attribuattribuééeses ►► ll’’organisation de ces approches dans le cadre de programmes pour uorganisation de ces approches dans le cadre de programmes pour unene exexéécution efficace et efficiente.cution efficace et efficiente. Savoir où nous allons et pourquoi Etre sûrs de ne pas poursuivre de faux objectifs et nous emballer dans une agitation sans fin avec une bonne probabilité de bien réaliser des interventions inutiles et démodées plutôt que des actions nécessaires et pertinentes. La planification est un processus continu et systématique d’attribution des ressources en vue de la réalisation d’objectifs futurs. C’est une manière de préciser pourquoi, comment, où et par qui ces objectifs peuvent être réalisés. Un plan est un énoncé d’activités futures et une prévision des effets qu’elles auront sur la situation actuelle.
  • 5.
  • 6. Le processus du plan stratLe processus du plan stratéégiquegique OOùù nous sommes maintenant ?nous sommes maintenant ? OOùù nous voulons aller ?nous voulons aller ? QuQu’’estest--ce quce qu’’il faut faire pour y arriver ?il faut faire pour y arriver ? Comment nous avanComment nous avanççons ?ons ?
  • 7. Pre-Planning Strategic Planning Implementation Measurement and Evaluation Deployment Strategic Foundations Strategic Management Model Mission Vision Guiding Principle s Organisationa l Assessment Pre-Planning Activities Gap Analysis Strategic Goals Strategies Objectives Measurement Plan Communicate Results Analyze Evaluate Collect Data Communicate Progress Track Status Take Action Complete the Plan Communicate the plan Develop Action Plans Resource Allocation
  • 8. ► Strategic Plan ► Human Resources Management Key Elements: Staffing, Training & Empowerment Team Building & Empowerment Team Communication Leadership and Stewardship Motivation & Recognition ► Financial management ► Control and supportive supervision Assisting the staff to improve their performance. Ensuring uniformity to set performance standards. Identifying problems and solving them at appropriate time. Maintaining and reinforcing links between high levels and lower levels of management. Following-up decisions reached during last supervision visit and Identifying staffing needs ► Health Management Information Systems
  • 9. ► Health Management Information Systems Measure Record Display Analyse Action
  • 10. ► Co-ordination ► Communication ► Monitoring & Evaluation Specif Focus Design monitoring and evaluation systems Develop indicators for monitoring malaria control program Develop a monitoring and evaluation plan including a plan for dissemination Develop tools for data collection Commission evaluations and reviews Components 1. Monitoring program performance 2. Monitoring drug efficacy 3. Monitoring susceptibility of vectors to insecticides 4. Monitoring adverse effects (Pharmacovigilance) 5. Monitoring the quality of drugs through market and post market surveillance 6. Epidemic surveillance and forecasting 7. Evaluation and review processes
  • 11. LE PROCESSUS DE PLANIFICATIONLE PROCESSUS DE PLANIFICATION Une analyse de la situation,Une analyse de la situation, Une stratification du problUne stratification du problèème et des ressources,me et des ressources, La sLa séélection des mesures antipaludiques techniquement efficaceslection des mesures antipaludiques techniquement efficaces àà un coun coûût raisonnable (t raisonnable (costeffectivecosteffective),), La formulation dLa formulation d’’objectifs et de stratobjectifs et de stratéégies destingies destinééeses àà atteindre cesatteindre ces objectifs,objectifs, Une analyse critique des problUne analyse critique des problèèmes de lutte antipaludique existants,mes de lutte antipaludique existants, LL’é’établissement des rendements optablissement des rendements opéérationnels et des cibles,rationnels et des cibles, La budgLa budgéétisation du programmetisation du programme La sLa séélection et la dlection et la dééfinition des mfinition des mééthodes dthodes d’é’évaluation.valuation.
  • 12. LES ASPECTS CONTEXTUELS DE LA PLANIFICATIONLES ASPECTS CONTEXTUELS DE LA PLANIFICATION ►► GGéénnééralement, les politiques et directives de santralement, les politiques et directives de santéé sont fixsont fixééeses au niveau ministau niveau ministéériel.riel. ►► Le rôle du niveau supLe rôle du niveau supéérieur est drieur est d’’interprinterprééter les politiques etter les politiques et de planifier le programme.de planifier le programme. ►► Le rôle du niveau intermLe rôle du niveau interméédiaire est de planifier ldiaire est de planifier l’’exexéécution etcution et de superviser sa rde superviser sa rééalisation au niveau local.alisation au niveau local.
  • 13. INCERTITUDES DE LA PLANIFICATIONINCERTITUDES DE LA PLANIFICATION Dans les pays oDans les pays oùù beaucoup dbeaucoup d’’aspects de la vie sont incertains sur le moyen etaspects de la vie sont incertains sur le moyen et le long terme, le besoin de planification ne se fait pas nle long terme, le besoin de planification ne se fait pas néécessairementcessairement sentir. Pourtant, elle reste importante :sentir. Pourtant, elle reste importante : ►► même si lmême si l’’approvisionnement ne suit pas toujours;approvisionnement ne suit pas toujours; ►► même si les dmême si les déécideurs de haut niveau ne tiennent pas compte descideurs de haut niveau ne tiennent pas compte des recommandations et les fontrecommandations et les font ééchouer par des dchouer par des déécisions politiciennes;cisions politiciennes; ►► même si on est pas smême si on est pas sûûr de disposer du personnel nr de disposer du personnel néécessaire etcessaire et suffisamment expsuffisamment expéérimentrimentéé;; ►► même si la ponctualitmême si la ponctualitéé de la livraison des mde la livraison des méédicaments et des vaccinsdicaments et des vaccins nn’’est pas garantie;est pas garantie; ►► même smême s’’il sil s’’avavèère impossible dre impossible d’’assurer les moyens de transportsassurer les moyens de transports nnéécessairescessaires àà ll’’exexéécution du travail,cution du travail, àà la conduite desla conduite des éétudes ettudes et àà lala supervision des activitsupervision des activitéés;s; Lorsque nous sommes confrontLorsque nous sommes confrontééss àà de telles incertitudes, il devient encorede telles incertitudes, il devient encore plus important de planifier certaines interventions en identifiaplus important de planifier certaines interventions en identifiantnt àà ll’’avanceavance les alternatives possibles.les alternatives possibles. Ceci engendre uneCeci engendre une «« culture de la flexibilitculture de la flexibilitéé »» dans la mise en place de nosdans la mise en place de nos
  • 14. LELE CALENDRIER DE LA PLANIFICATIONDE LA PLANIFICATION ►► Un plan doit se faire dans un cadre deUn plan doit se faire dans un cadre de temps bien dtemps bien dééfinifini quantquant àà son dson déébut etbut et sa fin .sa fin . ►► A lA l’’intintéérieur de ce cadre de temps (chronogramme) , lesrieur de ce cadre de temps (chronogramme) , les objectifsobjectifs doivent avoirdoivent avoir ééttéé accomplis et unaccomplis et un impactimpact atteint sur la maladie. Il est natteint sur la maladie. Il est néécessaire que lcessaire que l’é’équipequipe de planification sache, dde planification sache, dèès le ds le déépart si cepart si ce calendrier est appropricalendrier est appropriéé.. ►► Pour connaPour connaîître la ptre la péériode adriode adééquate, passer en revue les politiquesquate, passer en revue les politiques gouvernementales dans les documents officiels, tels le plan natigouvernementales dans les documents officiels, tels le plan national deonal de ddééveloppement pour la santveloppement pour la santéé et les politiques internes du ministet les politiques internes du ministèère de la santre de la santéé.. On ne planifie pas dans le videOn ne planifie pas dans le vide et le programme fait partie duet le programme fait partie du ►► programme national globalprogramme national global de santde santéé, la p, la péériode de planification devraitriode de planification devrait normalement correspondrenormalement correspondre àà celle du plan national de santcelle du plan national de santéé.. ►► La pLa péériode de planification doit êtreriode de planification doit être rrééalistealiste et suffisamment longue pouret suffisamment longue pour permettre un impact certain et la rpermettre un impact certain et la rééalisation des objectifs (4alisation des objectifs (4 àà 5 ans5 ans……).). ►► Une premiUne premièère planification peut couvrir une pre planification peut couvrir une péériode plus courte pour se trouverriode plus courte pour se trouver en phase avec le den phase avec le déébut de la pbut de la péériode suivante du plan national de santriode suivante du plan national de santéé ou duou du plan national de dplan national de dééveloppementveloppement
  • 15.
  • 16. ANALYSE DE LA SITUATION ET INVESTIGATION DESANALYSE DE LA SITUATION ET INVESTIGATION DES PROBLEMES LIE AU PALUDISMEPROBLEMES LIE AU PALUDISME LL’’analyse de la situation du paludisme comporte deux volets :analyse de la situation du paludisme comporte deux volets : ►► 1. Une partie descriptive, faite1. Une partie descriptive, faite dd’’observations sur lobservations sur l’’endendéémiemie placplacéée dans sone dans son environnement (besoins des personnes, des communautenvironnement (besoins des personnes, des communautéés) ets) et ll’’offre de soinsoffre de soins par les services de santpar les services de santéé.. ►► 2. Une partie analytique qui examine les2. Une partie analytique qui examine les problproblèèmesmes rencontrrencontréés et tente des et tente de trouver lestrouver les causescauses soussous--jacentesjacentes àà ces problces problèèmes.mes. Le profil du paysLe profil du pays DDéémographie, gmographie, gééographie, climat, dographie, climat, dééveloppementveloppement ééconomique, aspectconomique, aspect socioculturelsocioculturel.. Le systLe systèème des soins de santme des soins de santéé Les pourvoyeurs de soins de santLes pourvoyeurs de soins de santéé et le financement des services:et le financement des services: Gouvernement, secteur privGouvernement, secteur privéé, ONG, m, ONG, méédecine traditionnelle, etc.decine traditionnelle, etc. Les services de santLes services de santéé et la lutte antipaludique: Organigramme, RH, Systet la lutte antipaludique: Organigramme, RH, Systèème deme de Supervision, accessibilitSupervision, accessibilitéé et couverture, approvisionnement en met couverture, approvisionnement en méédicamentsdicaments Programmes de santProgrammes de santéé ayant des affinitayant des affinitéés avec la lutte antipaludique: PCIME,s avec la lutte antipaludique: PCIME, Programme santProgramme santéé Maternelle et Infantile, service de laboratoire, SIS, etc.Maternelle et Infantile, service de laboratoire, SIS, etc. Situation du Paludisme Historique, problèmes lies à la lutte antipaludique, situation actuelle: données épidémiologique, entomologique, etc.
  • 17.
  • 18. Malaria Planning CycleMalaria Planning Cycle SITUATION ANALYSIS AIM AND OBJECTIVE SETTING INTERVENTION STRATEGIES PROGRAMMING AND BUDGETING IMPLEMENTATION AND MONITORING REVIEW IMPLEMENTATION AND MONITORING ARE CONTINUOUS INFORMATION
  • 20. SWOT ANALYSISSWOT ANALYSIS STENGTHS - Political authorities support - Free distribution strategies et social marketing for ITN - IRS annual organisation - Study on DDT alternative and on the chemioresistance - Existing of the platform technic and capacity - Epidemic surveillance system in place - GFATM 3° and 4 ‘° round approved. WEAKNESS - Lack of leadership at programme level - Partenership coordinate mechanism; - Social insufficient of logistic and equipement - Insufficientof the community level data - Non implication of private sector - ACT non disponible - Reinforcement leadership - Reinforcement of social mobilisation - Increasement of ITNs and free distribution for target group - To mobilize found to NGOs - Implication of private sector - Partnership coordination - To urge ACT for good delivery OPPORTUNITIES - Detaxation for the ITNs - High coverage rate for the antenatal care and th e immunisation for the distribution of ITNs THREATS - Lack of funds - Effect of drugs resistance and insecticide - Geographical and financial accessibility
  • 21. STRATIFICATIONSTRATIFICATION Le paludisme est une maladie complexe. De multiplesLe paludisme est une maladie complexe. De multiples vecteursvecteurs anophanophééliensliens, dont l, dont l’é’écologie varie profondcologie varie profondéément, transmettent desment, transmettent des parasitesparasites dont la biologie est loin ddont la biologie est loin d’’être simple,être simple, àà unun hôtehôte dont lesdont les diversitdiversitéés gs géénnéétiques, sociales et culturelles dtiques, sociales et culturelles déépassent celles dupassent celles du parasite et du vecteur. Ce systparasite et du vecteur. Ce systèème interagit et est modifime interagit et est modifiéé ultultéérieurement par larieurement par la diversitdiversitéé de la terre et de son climatde la terre et de son climat. La. La stratification peut rstratification peut rééduire cette complexitduire cette complexitéé.. La stratification opérationnelle est un processus dynamique qui tend à diviser les zones impaludées en strates homogènes présentant des caractéristiques épidémiologiques, géographiques, socioéconomiques et écologiques similaires, ce qui va permettre la formulation d’objectifs, de stratégies et de cibles appropriées et la sélection de mesures d’interventions spécifiques à chaque strate. (Stratification Eco-Epidémiologioque)
  • 22.
  • 23. Madagascar EpidemiologicalMadagascar Epidemiological StratificationStratification The Central High Land (CHL) areThe Central High Land (CHL) are characterized by a short seasonalcharacterized by a short seasonal transmission limited by lower temperaturestransmission limited by lower temperatures related to high altitude while Southernrelated to high altitude while Southern Sub desert (SS) Is characterized as unstableSub desert (SS) Is characterized as unstable transmission with a deficit of rainfall.transmission with a deficit of rainfall. 7 million people (almost 50% of total population of the country) Live in these epidemic prone areas East: Stable Transmission Holoendemic Central: Instable Transmission Hypoendemic West: Stable Transmission Holoendemic South: Unstable Transmission Hypoendemic
  • 24. VARIABLES ET CRITVARIABLES ET CRITÈÈRES DE STRATIFICATIONRES DE STRATIFICATION ► Variables macro-économiques et sociales :Terrain, population,Terrain, population, donndonnéées ges gééographiques (latitude, climat), ethnies, aspects culturels etographiques (latitude, climat), ethnies, aspects culturels et sociopolitiques)sociopolitiques) ►► VariablesVariables éépidpidéémiologiques :miologiques :MortalitMortalitéé ggéénnéérale et sprale et spéécifique, morbiditcifique, morbiditéé ggéénnéérale et sprale et spéécifique (incidence, prcifique (incidence, préévalence), espvalence), espèèces parasitaires,ces parasitaires, espespèèces vectorielles, contactsces vectorielles, contacts hommehomme--vecteurvecteur, comportement du vecteur,, comportement du vecteur, adaptation aux nichesadaptation aux niches éécologiques, augmentation du risque de problcologiques, augmentation du risque de problèèmesmes éépidpidéémiques (qui, quand, omiques (qui, quand, oùù et comment), ret comment), réésistance du parasite auxsistance du parasite aux mméédicaments et du vecteur aux insecticides.dicaments et du vecteur aux insecticides. ►► Variables microVariables micro éécologiquescologiques ::Relation entre une flore spRelation entre une flore spéécifique etcifique et ll’’espespèèce vectorielle, existence et localisation de gce vectorielle, existence et localisation de gîîtes larvaires permanentstes larvaires permanents et temporaires, existence de productions agricoles comme le cotoet temporaires, existence de productions agricoles comme le coton et le rizn et le riz qui peuvent fournir des conditions favorables au vecteurqui peuvent fournir des conditions favorables au vecteur etcetc…… ►► Variables anthropologiques:Variables anthropologiques: FrFrééquence de caractquence de caractééristiques gristiques géénnéétiquestiques comme la dcomme la dééficience en Gficience en G--66--PD, la tolPD, la toléérance mrance méédicamenteusedicamenteuse ((primaquineprimaquine), et l), et l’’ananéémiemie àà cellules falciformes.cellules falciformes. ►► Variables concernant lVariables concernant l’’organisation des services de santorganisation des services de santéé:: RRééseauxseaux dd’’institutions, dinstitutions, d’’infrastructures et de compinfrastructures et de compéétences.tences.
  • 25. CRITCRITÈÈRESRES ÉÉPIDPIDÉÉMIOLOGIQUESMIOLOGIQUES ►► Niveaux initiaux dNiveaux initiaux d’’endendéémicitmicitéé, incidence, morbidit, incidence, morbiditéé et mortalitet mortalitéé, distribution saisonni, distribution saisonnièère.re. ►► EspEspèèce parasitaire en cause et distribution des espce parasitaire en cause et distribution des espèèces vectoriellesces vectorielles ►► LL’’instabilitinstabilitéé potentielle dpotentielle d’’endendéémicitmicitéé indindéépendamment de la prpendamment de la préésence / absence de mesures de lutte.sence / absence de mesures de lutte. ►► Le taux de rLe taux de réésurgencesurgence ►► Le degrLe degréé et let l’’importance de la rimportance de la réésistance du parasite aux antipaludiques utilissistance du parasite aux antipaludiques utiliséés.s. ►► La distribution de la rLa distribution de la réésistance aux insecticides des espsistance aux insecticides des espèèces vectorielles spces vectorielles spéécifiquescifiques ►► Les strates physiographiques de baseLes strates physiographiques de base ►► Les interventionsLes interventions éécologiques (urbanisation, irrigation, dcologiques (urbanisation, irrigation, dééforestation)forestation) CRITCRITÈÈRES OPRES OPÉÉRATIONNELSRATIONNELS ►► Taux de dTaux de déétection des cas et traitementtection des cas et traitement ►► Couverture en matiCouverture en matièère de mesuresre de mesures antivectoriellesantivectorielles ►► Effet des mesuresEffet des mesures antivectoriellesantivectorielles ►► Effet des mesures antiparasitairesEffet des mesures antiparasitaires ►► AccessibilitAccessibilitéé du thdu thééâtre des opâtre des opéérationsrations ►► CoCoûût des difft des difféérents types de mesures par habitantrents types de mesures par habitant ►► ReprRepréésentation de la couverture en matisentation de la couverture en matièère de services gre de services géénnééraux de santraux de santéé,, ►► La structure du support logistique et des services administratifLa structure du support logistique et des services administratifs en termes de probabilits en termes de probabilitéés des de ►► contraintes logistiques et de flexibilitcontraintes logistiques et de flexibilitéé administrative potentielle.administrative potentielle. ►► Un plan pour lUn plan pour l’’amaméélioration et llioration et l’’expansion des opexpansion des opéérations antipaludiquesrations antipaludiques CRITCRITÈÈRES SOCIORES SOCIO--ÉÉCONOMIQUESCONOMIQUES ►► LL’’impact sur les divers groupes socioimpact sur les divers groupes socio--ééconomiques,conomiques, ►► LL’’aspect saisonnier des migrationsaspect saisonnier des migrations ►► LL’é’état actuel des services de santtat actuel des services de santéé ►► Les activitLes activitééss ééconomiques majeures, les plans de dconomiques majeures, les plans de dééveloppement national,veloppement national, ►► Les ressources disponiblesLes ressources disponibles
  • 26. STRATES POTENTIELLEMENT SIGNIFICATIVES POUR LA LUTTESTRATES POTENTIELLEMENT SIGNIFICATIVES POUR LA LUTTE ANTIPALUDIQUEANTIPALUDIQUE Stratification en fonction des caractStratification en fonction des caractééristiques de la transmission (critristiques de la transmission (critèèresres éépidpidéémiologiques)miologiques) ►► Strate I Le paludisme de savaneStrate I Le paludisme de savane àà transmission constante au cours detransmission constante au cours de ll’’annannééee.. Il sIl s’’agit de ragit de réégions rurales avec agriculture traditionnelle ; la transmissiongions rurales avec agriculture traditionnelle ; la transmission yy est stable et continue. Cette situation est typique des zones ruest stable et continue. Cette situation est typique des zones rurales siturales situééeses àà ll’’intintéérieur de la ceinturerieur de la ceinture ééquatoriale forestiquatoriale forestièère.re. ►► Strate II Le paludisme de savaneStrate II Le paludisme de savane àà transmission saisonnitransmission saisonnièèrere Il sIl s’’agit de ragit de réégions ruralesgions rurales àà agriculture traditionnelle et la transmissionagriculture traditionnelle et la transmission saisonnisaisonnièère stable. Cette situation est typique des rre stable. Cette situation est typique des réégions de savanes, etgions de savanes, et prprèès de ls de l’é’équateur elle se confond avec la situation de transmission continquateur elle se confond avec la situation de transmission continueue de la strate prde la strate prééccéédente.dente. ►► Strate III Paludisme des zones limitrophes du dStrate III Paludisme des zones limitrophes du déésertsert Les zones concernLes zones concernéées sont rurales et arides, avec des systes sont rurales et arides, avec des systèèmesmes dd’’agriculture traditionnels et une transmission instable. Lagriculture traditionnels et une transmission instable. L’’instabilitinstabilitéé est dueest due principalementprincipalement àà ll’’ariditariditéé..
  • 27. ►► Strate IV Paludisme dans des zones montagneuses limitrophesStrate IV Paludisme dans des zones montagneuses limitrophes Zones rurales de haute altitude avec systZones rurales de haute altitude avec systèèmes dmes d’’agriculture traditionnels etagriculture traditionnels et transmission instable. Dans cette situation aussi, la possibilittransmission instable. Dans cette situation aussi, la possibilitéé dd’é’épidpidéémiesmies rréécurrentes existe ; elles sont licurrentes existe ; elles sont liéées aux mouvements de population, auxes aux mouvements de population, aux modifications climatiques (p.ex. tempmodifications climatiques (p.ex. tempéérature plusrature plus éélevlevéée, pre, préécipitationscipitations inhabituelles) et aux changements de types dinhabituelles) et aux changements de types d’’agriculture.agriculture. ►► Strate V Les zones gStrate V Les zones gééographiques avec rographiques avec réésistance desistance de P. falciparumP. falciparum aux antipaludiquesaux antipaludiques Elle concerne la stratification en fonction de la rElle concerne la stratification en fonction de la rééponse duponse du PlasmodiumPlasmodium falciparumfalciparum aux maux méédicaments antipaludiques courants. Cette strate recoupedicaments antipaludiques courants. Cette strate recoupe les stratesles strates éénumnuméérréées plus haut.es plus haut.
  • 28. Stratification en fonction des critStratification en fonction des critèères sociores socio--ééconomiques (variablesconomiques (variables macromacroéécologiquescologiques et sociales)et sociales) ►► Strate VI NomadesStrate VI Nomades Il sIl s’’agit de populations de nomades pasteurs. Ils peuvent apparteniragit de populations de nomades pasteurs. Ils peuvent appartenir àà plusplus dd’’une strate. Certainsune strate. Certains sont des nomades pasteurssont des nomades pasteurs àà part entipart entièère, voyageant sur de grande zones,re, voyageant sur de grande zones, suivant des prsuivant des préécipitations irrcipitations irrééguligulièères alors que les autres bougentres alors que les autres bougent àà ll’’intintéérieur de zones orieur de zones oùù ils sils s’’installent (zones comprises dans les strates II, IIIinstallent (zones comprises dans les strates II, III et VI)et VI) etet ooùù ils peuvent rils peuvent réésider et ssider et s’’engager dans lengager dans l’’agriculture pour uneagriculture pour une partie de lpartie de l’’annannéée.e. ►► Strate VII Paludisme urbainStrate VII Paludisme urbain RRéégions urbaines et suburbaines. La transmission est trgions urbaines et suburbaines. La transmission est trèès variables variable àà ll’’intintéérieur drieur d’’une zone qui sune zone qui s’é’étend du centre urbain vers la ptend du centre urbain vers la péériphriphéérie. Larie. La morbiditmorbiditéé et la mortalitet la mortalitéé atteignent les jeunesatteignent les jeunes adultes et les femmes enceintes sont souvent victimes de formesadultes et les femmes enceintes sont souvent victimes de formes sséévvèèresres de la maladie. Lde la maladie. L’’accaccèès au traitement est relativement bon et limite las au traitement est relativement bon et limite la mortalitmortalitéé globale. Les gens sont davantage victimes du marketing intenseglobale. Les gens sont davantage victimes du marketing intense àà propos de mpropos de méédicaments chers et souvent superflus. Les niveaux dedicaments chers et souvent superflus. Les niveaux de rréésistance observsistance observéés peuvent êtres peuvent être éélevlevéés.s.
  • 29. Stratification en fonction des caractStratification en fonction des caractééristiques socioristiques socio--ééconomiques (variablesconomiques (variables micromicroéécologiquescologiques) et environnementaux) et environnementaux ►► Strate VIII Programmes de dStrate VIII Programmes de dééveloppement socioveloppement socio--ééconomiqueconomique Ce sont par exemple les systCe sont par exemple les systèèmes modernes dmes modernes d’’irrigation en fonctionnement rirrigation en fonctionnement réégulier.gulier. Ils peuventIls peuvent prpréésenter des caractsenter des caractééristiques spristiques spééciales telles quciales telles qu’’ils contribuentils contribuent àà ll’’allongement de laallongement de la ppéériode deriode de transmission qui normalement devient plus longuetransmission qui normalement devient plus longue àà mesure qumesure qu’’on son s’é’éloigne deloigne de ll’é’équateur.quateur. ►► Strate IX Projets temporaires de dStrate IX Projets temporaires de dééveloppementveloppement Il sIl s’’agit de projets temporaires de dagit de projets temporaires de dééveloppement et du rassemblement developpement et du rassemblement de travailleurs qutravailleurs qu’’ilsils induisent. Cette situation peut prinduisent. Cette situation peut préésenter des risques spsenter des risques spééciaux tels quciaux tels qu’’ uneune augmentation des gaugmentation des gîîtestes larvaires et des contacts hommes /vecteurs, llarvaires et des contacts hommes /vecteurs, l’’immigration de travailleurs non immunsimmigration de travailleurs non immuns et uneet une certaine mortalitcertaine mortalitéé.. ►► Strate X Visiteurs non immunsStrate X Visiteurs non immuns Concerne les visiteurs non immuns dans les rConcerne les visiteurs non immuns dans les réégions endgions endéémiques ou les rmiques ou les réésidentssidents temporairestemporaires (nationaux ou expatri(nationaux ou expatriéés) dans les rs) dans les réégions endgions endéémiques. Il y a des risques demiques. Il y a des risques de paludisme spaludisme séévvèère et de mortalitre et de mortalitéé.. ►► Strate XI RStrate XI Rééfugifugiéés et personnes ds et personnes dééplacplacéées (en particulier dans des camps)es (en particulier dans des camps)
  • 30. CURRENT CONTROL STRATEGYCURRENT CONTROL STRATEGY TheThe Roll Back Malaria (RBM)Roll Back Malaria (RBM) strategystrategy focusesfocuses onon thethe followingfollowing aspectsaspects:: EarlyEarly diagnosisdiagnosis andand prompt, effective treatment of malaria.prompt, effective treatment of malaria. PreventionPrevention of malariaof malaria throughthrough use ofuse of insecticideinsecticide--treatedtreated materialsmaterials andand otherother vectorvector ControlControl measuresmeasures includingincluding residualresidual indoorindoor sprayingspraying,, larvicidinglarviciding andand environmentalenvironmental management.management. PreventionPrevention of malaria inof malaria in pregnancypregnancy (intermittent treatment,(intermittent treatment, insecticideinsecticide--treatedtreated bednetsbednets).). EarlyEarly detectiondetection andand preventionprevention ofof epidemicsepidemics,, andand rapidrapid responseresponse toto epidemicsepidemics ((throughthrough monitoring, surveillance,monitoring, surveillance, preparednesspreparedness,, timelytimely action).action). DevelopmentDevelopment of newof new toolstools,, strategiesstrategies andand methodologiesmethodologies,, andand improvementimprovement inin deliverydelivery ofof existingexisting toolstools throughthrough researchresearch andand developmentdevelopment.. CoordinatedCoordinated actionaction throughthrough establishingestablishing partnershipspartnerships thatthat utilizeutilize an optimalan optimal mixmix ofof measuresmeasures adaptedadapted to local situations.to local situations.
  • 31. SSéélection des mesures de lutte antipaludiquelection des mesures de lutte antipaludique en fonction de laen fonction de la diversitdiversitéé éépidpidéémiologiquemiologique ZonesZones àà endendéémicitmicitéé faible etfaible et àà haute stabilithaute stabilitéé Dans de telles zones, la transmission du paludisme auraDans de telles zones, la transmission du paludisme aura ééttéé basse pendant un grand nombrebasse pendant un grand nombre dd’’annannéées, avec de faibles fluctuations et une faible probabilites, avec de faibles fluctuations et une faible probabilitéé de rde réésurgence malgrsurgence malgréé la reproduction intensive et la fortela reproduction intensive et la forte densitdensitéé de lde l’’espespèèce vectorielle. Cette situation peut être due non seulementce vectorielle. Cette situation peut être due non seulement àà une amune améélioration du statut sociolioration du statut socio--ééconomiqueconomique de la rde la réégion mais aussi aux facteurs pertinents suivants :gion mais aussi aux facteurs pertinents suivants : Meilleures conditions dMeilleures conditions d’’habitations et perte de lhabitations et perte de l’’habitude de dormirhabitude de dormir àà ll’’extextéérieur.rieur. Meilleure protection contre les piqMeilleure protection contre les piqûûres (utilisation des moustiquaires de lit).res (utilisation des moustiquaires de lit). Attitude active et initiatives personnelles dans la rechercheAttitude active et initiatives personnelles dans la recherche de soins mde soins méédicaux.dicaux. Faible capacitFaible capacitéé vectorielle.vectorielle. Usage intensif de pesticides dans lUsage intensif de pesticides dans l’’environnement (par ex. dans les cultures de riz).environnement (par ex. dans les cultures de riz). Les mesures de lutte peuvent inclure :Les mesures de lutte peuvent inclure : MiseMise àà disposition ddisposition d’’un traitement radical (disparition desun traitement radical (disparition des trophozotrophozoïïtestes, des gam, des gaméétocytestocytes —— etet desdes hypnozohypnozoïïtestes ??——) pour les cas de paludisme diagnostiqu) pour les cas de paludisme diagnostiquéés.s. GGéénnééralisationralisation àà toutes les institutions de santtoutes les institutions de santéé de la capacitde la capacitéé de diagnostic et traitement.de diagnostic et traitement. Surveillance des mouvements de population.Surveillance des mouvements de population.
  • 32. Zones avec transmission faible mais encore instableZones avec transmission faible mais encore instable LL’’application intensive des mesures de lutte a pu amener une diminapplication intensive des mesures de lutte a pu amener une diminution annuelle de lution annuelle de l’’incidence duincidence du paludisme mais les facteurs conduisantpaludisme mais les facteurs conduisant àà une haute transmission, comme la pauvretune haute transmission, comme la pauvretéé des conditionsdes conditions de logement, le fait de dormirde logement, le fait de dormir àà ll’’extextéérieur, le manque de moustiquaires de lit et les attitudes passivrieur, le manque de moustiquaires de lit et les attitudes passiveses face aux soins mface aux soins méédicaux peuvent ne pas avoir fondamentalement changdicaux peuvent ne pas avoir fondamentalement changéé ; en cons; en consééquence, laquence, la rréésurgence du paludisme est possible si les conditions deviennentsurgence du paludisme est possible si les conditions deviennent favorablesfavorables àà la transmission ou sila transmission ou si les mesures de lutte sont nles mesures de lutte sont néégliggligéées.es. Les mesures de lutte peuvent comprendre :Les mesures de lutte peuvent comprendre : ►► Traitement des cas cliniques et des porteurs de parasitesTraitement des cas cliniques et des porteurs de parasites ►► Prise en charge des cas sPrise en charge des cas séévvèèresres ►► Traitement antiTraitement anti-- rechute durechute du P.P. vivaxvivax durant la pdurant la péériode de latenceriode de latence ►► Traitement radical des cas de rechute avant la pTraitement radical des cas de rechute avant la péériode de transmissionriode de transmission ►► Mise en place de moyens de diagnostic des cas et de traitementMise en place de moyens de diagnostic des cas et de traitement dans les institutions de santdans les institutions de santéé. Il faut rappeler. Il faut rappeler que le diagnostic par recherche dque le diagnostic par recherche d’’antigantigèènes du parasites dans le sang peut être proposnes du parasites dans le sang peut être proposéé (HRP(HRP--2,2, ddééshydrogshydrogéénases) en lnases) en l’’absence de microscope.absence de microscope. ►► Examen des frottis sanguins lExamen des frottis sanguins làà ooùù cc’’est possible, pour tous les cas suspects.est possible, pour tous les cas suspects. ►► Etablissement dEtablissement d’’une capacitune capacitéé de surveillance dans chaque district concernant :de surveillance dans chaque district concernant : -- Incidence et la prIncidence et la préévalence de la maladievalence de la maladie -- Changements de densitChangements de densitéé du vecteur, taux de piqdu vecteur, taux de piqûûres infectantes sur lres infectantes sur l’’homme et longhomme et longéévitvitéé.. -- Changements dans le nombre des animaux domestiques et du ratioChangements dans le nombre des animaux domestiques et du ratio animaux/homme.animaux/homme. -- Les changements dans le systLes changements dans le systèème dme d’’agricultureagriculture -- Les changements mLes changements mééttééorologiquesorologiques ►► Mise sur pied de structures / systMise sur pied de structures / systèèmes pour la prmes pour la préédiction / prdiction / préévention et lutte contre lesvention et lutte contre les éépidpidéémiesmies ►► de paludismede paludisme ►► Education sanitaire et activitEducation sanitaire et activitéés de promotion de la sants de promotion de la santéé pour ampour amééliorer les conditionsliorer les conditions ►► dd’’habitation, encourager lhabitation, encourager l’’utilisation des moustiquaires de lit, modifier lutilisation des moustiquaires de lit, modifier l’’habitude de dormirhabitude de dormir àà ►► ll’’extextéérieur et induire un comportement de recherche du traitement etc.rieur et induire un comportement de recherche du traitement etc.
  • 33. Zones avec transmission modZones avec transmission modéérréée oue ou éélevlevéée et incidence relativement stable due et incidence relativement stable du paludismepaludisme Zones situZones situééeses àà proximitproximitéé de cours dde cours d’’eau, de lacs ou des plaines avec des vecteurs efficients,eau, de lacs ou des plaines avec des vecteurs efficients, nombreux gnombreux gîîtes larvaires et niveau de dtes larvaires et niveau de dééveloppement socioveloppement socio--ééconomique relativement pauvre.conomique relativement pauvre. RiziRizièères (paddy) souvent abondantes. Transmission du paludisme relatires (paddy) souvent abondantes. Transmission du paludisme relativementvement éélevlevéée. Fluctuationse. Fluctuations possibles mais jamais de grande envergure. Population avertie etpossibles mais jamais de grande envergure. Population avertie et ééquipquipéée contre les piqe contre les piqûûres deres de La planification de programmes de lutte contre le paludisme GuidLa planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide du stagiairee du stagiaire moustiques (par exemple par lmoustiques (par exemple par l’’utilisation de moustiquaires de lit) mais frutilisation de moustiquaires de lit) mais frééquence des contactsquence des contacts homme/vecteur toujourshomme/vecteur toujours éélevlevéée (haute densite (haute densitéé de vecteurs et frde vecteurs et frééquence des activitquence des activitéés humainess humaines extextéérieures).rieures). Les mesures de lutte comprennent :Les mesures de lutte comprennent : ►► Renforcement du diagnostic clinique et du traitement visant uneRenforcement du diagnostic clinique et du traitement visant une couverture maximale ;couverture maximale ; ►► Traitement des personnes malades (prise en charge de la maladieTraitement des personnes malades (prise en charge de la maladie) ;) ; ►► Traitement et rTraitement et rééfféérence des cas srence des cas séévvèères ;res ; ►► Traitement antiTraitement anti--rechute (rechute (primaquineprimaquine contre lescontre les hypnozohypnozoïïtestes) pendant la p) pendant la péériode de latenceriode de latence ►► Traitement radical des cas de rechute (accTraitement radical des cas de rechute (accèès ayant pour origine les formes latentess ayant pour origine les formes latentes appelappelééeses hypnozohypnozoïïtestes dans les hdans les héépatocytes) avant la ppatocytes) avant la péériode de transmission ;riode de transmission ; ►► Renforcement du diagnostic (laboratoire) y compris RDT),Renforcement du diagnostic (laboratoire) y compris RDT), ►► Protection groupesProtection groupes àà hauts risques (enfants, femmes enceintes et migrants non immunshauts risques (enfants, femmes enceintes et migrants non immuns),), ►► Organisation protection personnelle individuelle et communautaiOrganisation protection personnelle individuelle et communautairere
  • 34. PROCPROCÉÉDDÉÉ DE SDE SÉÉLECTION DES MESURES DE LUTTELECTION DES MESURES DE LUTTE Se rSe rééfféérer aux mesures disponibles pour la lutte antipaludiquerer aux mesures disponibles pour la lutte antipaludique SSéélectionner des mesures qui peuvent être mises enlectionner des mesures qui peuvent être mises en œœuvreuvre matmatéériellement (faisabilitriellement (faisabilitéé opopéérationnelle)rationnelle) SSéélectionner des mesures techniquement efficaces (faisabilitlectionner des mesures techniquement efficaces (faisabilitéé technique) qui ont un impact dtechnique) qui ont un impact déémontrmontréé sur la mortalitsur la mortalitéé SSéélectionner des mesures adaptlectionner des mesures adaptéées aux conditions localeses aux conditions locales Evaluer les coEvaluer les coûûts des mesures recommandts des mesures recommandéées pour trouver leses pour trouver les mmééthodes ou les combinaisons de mthodes ou les combinaisons de mééthodes les moins cothodes les moins coûûteusesteuses et les plus efficaces.et les plus efficaces. Supputer ce quSupputer ce qu’’on peut attendre de ces mesures faisables.on peut attendre de ces mesures faisables.
  • 35.
  • 36. FORMULATION DFORMULATION D’’OBJECTIFS DE ROBJECTIFS DE RÉÉDUCTION DE LA MALADIEDUCTION DE LA MALADIE ButBut ObjectifObjectif Le processus de fixation dLe processus de fixation d’’objectifsobjectifs Quantification des objectifsQuantification des objectifs
  • 37. SURVEILLANCE ET LE MONITORAGESURVEILLANCE ET LE MONITORAGE ““Trop de donnTrop de donnéées =es = donndonnééeses de mauvaise qualitde mauvaise qualité”é” –– un consensus doit existerun consensus doit exister sur un ensemble minimal de donnsur un ensemble minimal de donnéées/indicateurses/indicateurs àà rassembler, analyser etrassembler, analyser et rapporter officiellement en relation avec les interventions et orapporter officiellement en relation avec les interventions et objectifs.bjectifs. Des dDes dééfinitions standard des cas basfinitions standard des cas baséées sur le consensus devraient êtrees sur le consensus devraient être utilisutilisééeses àà tous les niveaux des services de santtous les niveaux des services de santéé et dans tous les pays.et dans tous les pays. La circulation des donnLa circulation des donnéées devrait être le plus possiblees devrait être le plus possible integrintegrééee dans ledans le systsystèème de surveillance de routine.me de surveillance de routine. Les donnLes donnéées devraient être incorpores devraient être incorporéées dans un systes dans un systèème de reconnaissanceme de reconnaissance ggééographique (SIG) facileographique (SIG) facile àà utiliser.utiliser. Les donnLes donnéées collectes collectéées devraient être utileses devraient être utiles àà la guidance, lla guidance, l’’orientation ou leorientation ou le rréé--orientationorientation dd’’interventions, de la planification et duinterventions, de la planification et du ““managementmanagement””, y, y compris lcompris l’’allocation de ressources au niveau oallocation de ressources au niveau oùù les donnles donnéées sont res sont réécoltcoltéées enes en vue dvue d’’atteindre latteindre l’’objectif principal.objectif principal. Des donnDes donnéées et indicateurs supples et indicateurs suppléémentaires peuvent être ajoutmentaires peuvent être ajoutéés par less par les services, les programmes, les projets et les partenaires en foncservices, les programmes, les projets et les partenaires en fonctiontion dd’’interventions particuliinterventions particulièères, des besoins ou des objectifs.res, des besoins ou des objectifs. UneUne rréétrotro--informationinformation est fournie rest fournie rééguligulièèrementrement àà ceux qui gceux qui géénnèèrent lesrent les donndonnéées.es.
  • 38. LE FAIBLESSES du SYSTEME de MONITORING et EVALUATION “Les oreilles de l’hippopotame” Ou les malades de paludisme sopnt tratées et…meurent dispensaire 15% Maison >80% Hopital 5% From: “The Ears of the Hippopota mus: Manifestations, Determina nts andEstimates of the Malaria Burden” Breman Plus des 40% de la population n’ont pas accès aux Formations Sanitaires Insuffisance de capacité d’analyse des donnés chez les personnelles de Santé Pas de données disponibles concernant le Paludisme chez les femmes enceintes Pas de données concernant les activités au niveau de la communauté Défaillance de l’évaluation des activités menées par les partenaires Pas de budget consacré pour le Monitoring et Evaluation Pas de banque de données: - Harmonisées - Synthétisées - Centralisées Depart. Statistic. Depart. Statistic. MICS (Mult. Indic Cluster Survey) MICS (Mult. Indic Cluster Survey) Agences Bilatér. Agences Bilatér. ONGsONGs Projets De Recherche Projets De Recherche Enquetes Communait. FS Enquetes Communait. FS SIS SIM SIS SIM MAL-VPD EPI-IMCI- CSR IDSR MAL-VPD EPI-IMCI- CSR IDSR Sources D’Infor- mations Sources D’Infor- mations
  • 39. DDééveloppement desveloppement des ééllééments techniques stratments techniques stratéégiques destingiques destinééss àà la rla rééalisation des objectifsalisation des objectifs Un exemple d’approche L’exemple suivant peut faciliter la compréhension de l’importance d’une approche et de sa relation avec la strate épidémiologique et l’objectif. Les activités majeures impliquées par l’approche sont mentionnées, de même que la fixation des cibles opérationnelles, l’identification des étapes et l’évaluation des coûts dans des perspectives de budgétisation. La strate Savane humide, région de plaine, population rurale, agriculture traditionnelle, communications précaires, peu de mouvements de population, faible développement de l’infrastructure de santé, transmission continue très intense, population de plus ou moins 2 millions d’habitants dont 20% de moins de 5 ans et 5% de femmes enceintes. Haute mortalité parmi les enfants et les femmes primipares. Quelques cas de résistance R1 du P. falciparum à la chloroquine (se referrer de préférence aux nouvelles definitions ETF + LTF < 5%). Deux vecteurs A.funestus et A.gambiae, tous deux sensibles au DDT. Le but Faire en sorte que le paludisme ne soit plus un problème de santé publique majeur L’objectif Réduire de 60% du taux de mortalité due au paludisme chez les enfants en dessous de 5 ans d’ici 2006 (mesure directe difficile, utiliser les moyens indirects. Ceci peut être évalué indirectement par une réduction des cas rapportés de paludisme sévère dans ce groupe d’âge, par une réduction du taux de mortalité générale par âge, par une réduction des admissions de cas sévères ou par une tendance à la baisse de la mortalité due au paludisme par âge dans les hôpitaux sentinelles et les institutions de référence.
  • 40. LL’’APPROCHEAPPROCHE Dans le cadre de la prise en charge intDans le cadre de la prise en charge intéégrgréée des maladies de le des maladies de l’’enfanceenfance (PCIME). L(PCIME). L’’administration dadministration d’’un traitement de chloroquineun traitement de chloroquine àà la dose de 25mg/kgla dose de 25mg/kg de poids corporel en 3 joursde poids corporel en 3 jours àà tous les enfants âgtous les enfants âgéés de moins de 5 ans, danss de moins de 5 ans, dans les 24 heures aprles 24 heures aprèès ls l’’apparition dapparition d’’une fiune fièèvre, quelle quvre, quelle qu’’en soit la cause (en soit la cause (àà lala maison, au niveau communautaire, au centre de santmaison, au niveau communautaire, au centre de santéé).). Le suivi de tous les enfants traitLe suivi de tous les enfants traitéés pendant 48 heures pour ds pendant 48 heures pour déétecter ceux quitecter ceux qui ne rne réépondent pas adpondent pas adééquatement au mquatement au méédicament et qui devront être rdicament et qui devront être rééfféérrééss pour un diagnostic qui, spour un diagnostic qui, s’’il est positif pour le paludisme, devra induire unil est positif pour le paludisme, devra induire un traitement antipaludique alternatif. Le choix du mtraitement antipaludique alternatif. Le choix du méédicament ddicament déépendra de lapendra de la politique gouvernementale et des conditions cliniques du patientpolitique gouvernementale et des conditions cliniques du patient.. La reconnaissance des signes de gravitLa reconnaissance des signes de gravitéé àà tous les niveaux (communauttous les niveaux (communautéé,, centres de santcentres de santéé etc.), premier traitement avant retc.), premier traitement avant rééfféérence et rrence et rééfféérence des casrence des cas de paludisme sde paludisme séévvèères. La prise en charge amres. La prise en charge amééliorlioréée du paludisme se du paludisme séévvèère avantre avant le transfert et dans les hôpitaux de rle transfert et dans les hôpitaux de rééfféérence.rence.
  • 41. Mesures pour mettre lMesures pour mettre l’’approche enapproche en œœuvreuvre Le problLe problèème principal de toute approche est reprme principal de toute approche est repréésentsentéé par les mesures antipaludiques sppar les mesures antipaludiques spéécifiquescifiques nnéécessairescessaires àà la rla rééalisation des objectifs. La mise enalisation des objectifs. La mise en œœuvre de telles mesures demande une actionuvre de telles mesures demande une action de support.de support. Par exemple, un diagnostique prPar exemple, un diagnostique préécoce et un traitement rapide et efficace demandent lacoce et un traitement rapide et efficace demandent la disponibilitdisponibilitéé des mdes méédicaments (logistique), des compdicaments (logistique), des compéétences adapttences adaptéées chez les travailleurs de santes chez les travailleurs de santéé (par ex. formation(par ex. formation àà la reconnaissance des signes cliniques simples et des signes dela reconnaissance des signes cliniques simples et des signes de gravitgravitéé, suivie, suivie du traitement addu traitement adééquat) et une prise de conscience de la part de la population.quat) et une prise de conscience de la part de la population. Les items suivants reprLes items suivants repréésentent les activitsentent les activitéés principales ns principales néécessairescessaires àà la mise enla mise en œœuvre de luvre de l’’approche dapproche déécritecrite plus haut :plus haut : logistiquelogistique ééducation et sensibilisation des mducation et sensibilisation des mèères :res : -- dans les cliniques de santdans les cliniques de santéé maternelle et infantilematernelle et infantile -- par des spar des sééances de sensibilisation dans les villagesances de sensibilisation dans les villages -- pour inclure lpour inclure l’’utilisation des mutilisation des méédicaments antipaludiquesdicaments antipaludiques -- pour mettre lpour mettre l’’accent sur les signes de danger et la naccent sur les signes de danger et la néécessitcessitéé dd’’un traitement rapide (voir PCIME)un traitement rapide (voir PCIME) FormerFormer àà la reconnaissance des signes de sla reconnaissance des signes de séévvééritritéé àà domicile et dans les CSdomicile et dans les CS SSéélection des pourvoyeurs de soins et des communicateurs de santlection des pourvoyeurs de soins et des communicateurs de santéé communautaire et leur formationcommunautaire et leur formation plaidoyer pour pousser le gouvernementplaidoyer pour pousser le gouvernement àà amamééliorer la couverture en infrastructures de santliorer la couverture en infrastructures de santéé enen fonction des besoins,fonction des besoins, formation de tous les travailleurs de santformation de tous les travailleurs de santéé au suivi des cas traitau suivi des cas traitééss formation et suivi (contrôle de qualitformation et suivi (contrôle de qualitéé) des microscopistes dans toutes les institutions de r) des microscopistes dans toutes les institutions de rééfféérencerence fourniture de microscopes et autresfourniture de microscopes et autres ééquipementsquipements àà toutes les institutions de rtoutes les institutions de rééfféérence etrence et approvisionnement en mapprovisionnement en méédicaments antipaludiques alternatifsdicaments antipaludiques alternatifs formation de tout le personnel mformation de tout le personnel méédicaldical àà la prise en charge desla prise en charge des ééchecs du traitement et du paludismechecs du traitement et du paludisme sséévvèèrere
  • 42. INTERVENTIONS ET CIBLES OPINTERVENTIONS ET CIBLES OPÉÉRATIONNELLESRATIONNELLES (Processus de Planification)(Processus de Planification) A. Prise en charge de la maladieA. Prise en charge de la maladie Si les objectifs se rapportent aux rSi les objectifs se rapportent aux rééductions de la mortalitductions de la mortalitéé et de let de l’’incidence du paludisme sincidence du paludisme séévvèère, bienre, bien quantifiquantifiéées, fixes, fixéées dans le temps et diffes dans le temps et difféérentirentiéées par groupe des par groupe d’’âge et par râge et par réégions, voici les ciblesgions, voici les cibles possibles :possibles : ►► dd’’iciici ----,,---- % des patients dans les groupes cibles seront pris en charge co% des patients dans les groupes cibles seront pris en charge conformnforméément avec la politique nationale.ment avec la politique nationale. ►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des travailleurs qui assureront une prise en cha% la proportion des travailleurs qui assureront une prise en charge correcte de la maladierge correcte de la maladie pour les patients des groupes cibles qui ont de la fipour les patients des groupes cibles qui ont de la fièèvre.vre. ►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des m% la proportion des mèères qui prennent en charge correctement la maladie, conformres qui prennent en charge correctement la maladie, conforméémentment àà la politique nationale concernant les enfants qui ont de la fila politique nationale concernant les enfants qui ont de la fièèvre.vre. ►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des infrastructures de r% la proportion des infrastructures de rééfféérence orence oùù la microscopie fonctionne.la microscopie fonctionne. ►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des infrastructures de sant% la proportion des infrastructures de santéé nanties des ressources nnanties des ressources néécessaires pourcessaires pour assurer la prise en charge du paludisme, conformassurer la prise en charge du paludisme, conforméémentment àà la politique nationale.la politique nationale. ►► dd’’iciici----, augmenter de, augmenter de ----% la proportion des individus f% la proportion des individus féébriles qui ont accbriles qui ont accèès aux ms aux méédicaments antipaludiquesdicaments antipaludiques comme il est spcomme il est spéécificifiéé dans la politique nationale.dans la politique nationale. Les activitLes activitéés requises pour atteindre le rs requises pour atteindre le réésultat opsultat opéérationnel pourraient être les suivantes :rationnel pourraient être les suivantes : ►► production et diffusion de directivesproduction et diffusion de directives ►► formation du personnel clinique et de laboratoire (formation avformation du personnel clinique et de laboratoire (formation avant et pendant le service)ant et pendant le service) ►► supervision et garantie de qualitsupervision et garantie de qualitéé ►► informationinformation--ééducationducation--communicationcommunication (IEC)(IEC) ►► approvisionnement en rapprovisionnement en rééactifs et enactifs et en ééquipements de laboratoirequipements de laboratoire ►► rrééglementation en matiglementation en matièère dre d’’approvisionnements en mapprovisionnements en méédicaments et fixation des prixdicaments et fixation des prix ►► approvisionnement en mapprovisionnement en méédicaments pour des circonstances spdicaments pour des circonstances spéécialesciales ►► plaidoyer, promotion et nplaidoyer, promotion et néégociations pour garantir un approvisionnement adgociations pour garantir un approvisionnement adééquat en mquat en méédicamentsdicaments àà des prixdes prix raisonnablesraisonnables Comme on peut le voir, un grand nombre de ces activitComme on peut le voir, un grand nombre de ces activitéés ne consomment pas de ressources mais ds ne consomment pas de ressources mais déépendent despendent des capacitcapacitéés de gestion du personnel en charge de la lutte antipaludiques de gestion du personnel en charge de la lutte antipaludique
  • 43. B. Traitement Préventif Intermittent (TPI ) pendant la Grossesse Les objectifs, quantifiés convenablement et programmés dans le temps, pourraient être : la réduction de la proportion des faibles poids de naissance la réduction de la prévalence de l’anémie de la grossesse la réduction de l’incidence du paludisme aigu pendant la grossesse Voici une cible potentielle : D’ici-- , augmenter de --% la proportion des primipares qui font le TPI conformément à la politique nationale. Les activités requises sont les mêmes que celles qui sont nécessaires à la gestion du paludisme, sauf pour les composantes du diagnostic. Si un traitement préventif est appliqué dans le programme, la mise en œuvre des activités devrait être étroitement associée avec les activités de gestion du programme.
  • 44. C. Protection personnelle Liées aux objectifs, bien quantifiées et programmées dans le temps, ces mesures pourraient être : la réduction de l’incidence du paludisme comme maladie la réduction du paludisme sévère la réduction de la mortalité due au paludisme On peut s’attendre à des résultats particulièrement bons chez les jeunes enfants car ils vont habituellement au lit plus tôt que les adultes et les enfants plus âgés. Voici une cible possible : D’ici--, augmenter de --% la proportion de ménages ciblés pour l’utilisation de moustiquaires et utilisant au moins une moustiquaire imprégnée. Les activités requises pour atteindre ce rendement opérationnel pourraient inclure : • L’imprégnation individuelle ou collective des moustiquaires par trempage ou pulvérisation. • Les techniques sont faciles à apprendre ce qui explique que la méthode peut être diffusée aisément jusqu’au niveaux les plus périphériques par les travailleurs du service national de santé, les associations de volontaires ou autres. • La formation de catégories définies de travailleurs de santé. Ce sera souvent le personnel responsable de l’hygiène et de la prévention qui formera et supervisera les travailleurs de santé dans les villages, mais ils doivent à leur tour être supervisés. • Des messages éducationnels qui devraient être développés sur la base des informations obtenues par le biais des études KAP locales et de facteurs sociaux, culturels et économiques. • La diffusion de messages qui doivent être adaptés aux besoins des programmes et aux possibilités locales et aux opportunités. • Une évaluation régulière de la sensibilité des vecteurs du paludisme et d’autres insectes responsables de nuisances majeures, aux insecticides utilisés.
  • 45. D. Lutte antivectorielle Liée aux objectifs, quantifiée convenablement et programmée dans le temps, elle pourrait être représentée par : La réduction de l’incidence du paludisme comme maladie (sévère et non sévère) et la réduction de la mortalité due au paludisme. Le maintien de l’incidence du paludisme en dessous d’un seuil défini. L’interruption de la transmission Une cible appropriée pourrait être : D’ici--, avoir pulvérisé --% des habitations ciblées avec un insecticide rémanent Les activités requises pour atteindre ce résultat opérationnel pourraient inclure : la détermination de l’efficacité locale de la méthode la reconnaissance géographique de la région l’acquisition de l’insecticide qui serait distribué dans les temps le recrutement de personnel temporaire la formation la gestion du personnel la gestion des approvisionnements la gestion des informations la supervision
  • 46. E. La Lutte Contre les Epidémies Liée aux objectifs, bien quantifiée et programmée dans le temps elle pourrait inclure : la réduction de la mortalité due aux épidémies de paludisme la réduction de l’incidence du paludisme sous forme d’épidémies Des cibles appropriées pourraient être : D’ici--, des mesures appropriées de lutte antivectorielle seront déployées pour lutter contre - -% des épidémies prévues ou détectées dans le pays. D’ici--, --% des unités de soins de santé dans des zones prédisposées aux épidémies, seront préparées à affronter les épidémies de paludisme D’ici--, --% des épidémies enregistrées sur un an ont été prévues ou dépistées à temps (notion à préciser) A partir de -- semaines après la prévision et la détection d’une épidémie, --% des habitations situées dans une zone propice aux épidémies seront protégées par des mesures de lutte antivectorielle. Les activités requises pourraient inclure : • l’identification des zones propices aux épidémies • la surveillance • un plan d’alerte préventive pour les épidémies • l’état d’alerte afin d’agir si nécessaire • des interventions de prévention • des mesures curatives pour la lutte contre les épidémies
  • 47. ACTIVITACTIVITÉÉS DS D’’APPUI AU PROGRAMMEAPPUI AU PROGRAMME FormationFormation SupervisionSupervision Approvisionnements et logistiqueApprovisionnements et logistique Information,Information, ééducation, communicationducation, communication SystSystèèmes dmes d’’information sur la santinformation sur la santéé et la gestionet la gestion Recherche appliquRecherche appliquééee
  • 48. ETAPES OPETAPES OPÉÉRATIONNELLES (Exemples)RATIONNELLES (Exemples) l’introduction de nouveaux services (information, supervision, traitement) l’extension et l’augmentation de la charge de travail des services existants (information, diagnostic, traitement, approvisionnement) l’affectation de nouveau personnel aux postes existants la création de nouveaux postes et/ou de nouvelles catégories de personnel la formation de nouveau personnel la formation sur le terrain, la mise à jour, l’enseignement à distance l’allocation d’un budget supplémentaire pour de nouveaux services
  • 50. SSÉÉLECTION ET DLECTION ET DÉÉFINITION DES MFINITION DES MÉÉTHODES DTHODES D’É’ÉVALUATION DANS LAVALUATION DANS LA LUTTE ANTIPALUDIQUELUTTE ANTIPALUDIQUE . Formulation de la Politique Evaluation ExécutionProgrammation Processus systématique et scientifique de détermination du degré de réussite d’une action ou d’une série d’actions pour la réalisation d’objectifs et de cibles prédéterminés
  • 51. CONCEPT DE LA PLANIFICATION ET DE L’ÉVALUATION Les enchaînements d’un programme de lutte Cibles de fonctionne ment Cibles de résultats Cibles opérationnelles Stratégies ou approches Interventions Services Personnels Population visée Résultats (Outcome) Objectifs d’impact = Objectifs épidémiologiques = Objectifs Epidémiologique Socio - Economique Impact (Impact) Activités du programme : Outputs : (Sorties) -de production -De personnes formées -De fournitures distribuées Fonctionnem ent (Process) Inputs : (Entrées) -de personnes -de ressources OBJECTIFS ET CIBLESELÉMENTS CONCERNÉSNIVEAUCHAÎNE DE CAUSALITÉ
  • 52. COMPOSANTES DU PROCESSUS D’ ÉVALUATION Comparaison entre les activités effectives et les activités Escomptées Elles permettent de se tenir informé des activités en cours, des étapes franchies, des questions de personnel, de fournitures et de matériel, et des sommes dépensées en fonction du budget alloué. Pertinence Le caractère approprié des objectifs du programme par rapport aux problèmes réels, aux besoins et priorités des groupes cibles et bénéficiaires envisagés auxquels le programme est supposé répondre, ainsi que par rapport à l’environnement physique et politique dans lequel le programme est mis en oeuvre Efficience Impact Efficacité Rapport des résultats d’un programme ou d’une action de santé aux moyens engagés (ressources humaines, financières et autres, processus et technologies sanitaires, temps). Exprime l’effet désiré d’un programme, d’un service, d’une institution ou d’une activité de soutien sur la réduction d’un problème de santé ou l’amélioration d’une situation sanitaire qui laisse à désirer. Ainsi, l’efficacité mesure le degré de réalisation des objectifs et cibles prédéterminés du programme, du service ou de l’institution. Adéquation Exprime l’effet global d’un programme, d’un service ou ‘une institution sur le développement sanitaire et sur le développement économique et social corrélatif. Etat d’avancement Attention suffisante à certaines lignes d’action déterminées antérieurement, qui doivent être examinées au cours de la programmation d’ensemble.
  • 53. Quatre composants pour l’évaluation des Programmes Nationaux Le monitorage du processus du programme : vérifier si les activités sont exécutées comme prévu, rendre compte, déceler les dysfonctionnements. L’évaluation des résultats du programme et son impact : afin d’attester que les programmes aboutissent aux résultats escomptés — qualité des prestations, le taux de couverture, la mise en place des méthodes etc.— (cibles et résultats) et les changements souhaités sur le plan de la morbidité et la mortalité (objectifs d’impact). La recherche appliquée : il peut s’agir d’études de coût et d’évaluations de l’efficacité qui nécessitent des plans de recherche plus rigoureux que le suivi d’indicateurs. L’évaluation périodique du programme : pour rassembler toutes les informations nécessaires à une éventuelle re-planification. Il s’agit d’apprécier les aspects plus larges d’un programme tels que la qualité de la politique générale, l’efficacité et l’efficience des interventions, la pérennité et la gestion du programme.
  • 54. PRINCIPES Tous les programmes de lutte antipaludiques doivent comporter une composante d’évaluation comme caractéristique permanente pour faire face à des changements de situation la planification, la mise en œuvre, l’évaluation et la re planification doivent représenter un processus continu et une caractéristique intégrante à tout programme antipaludique Les méthodes d’évaluation et les données pertinentes à récolter doivent être strictement liées aux objectifs, aux activités et aux résultats attendus du programme L’évaluation d’un programme de lutte antipaludique devrait tenir compte de la situation du paludisme avant le début du plan et après sa mise en œuvre
  • 55. Au point de vue de l’aspect quantitatif de l’évaluation, les outils d’une évaluation appropriée devraient être sélectionnés avec une attention particulière pour leur simplicité, leur coût et la pertinence des informations recueillies par rapport aux objectifs du programme Une évaluation quantitative devrait être routinière et basée sur une supervision appropriée pour s’assurer que la qualité du rendement opérationnel est maintenue au niveau optimal Sélection et définition des méthodes d’évaluation dans la lutte antipaludique Des professionnels bien formés et expérimentés devraient jouer un rôle clé dans l’évaluation du processus pour : - préciser les outils appropriés pour l’évaluation - concevoir les formulaires - former et superviser le personnel engagé dans le travail d’évaluation - gérer des situations de terrain et des études PRINCIPES (Suite)
  • 56. Evaluation de la Lutte Antipaludique % de patients atteints de paludisme simple qui reçoivent un traitement correct, dans une formation sanitaire ou au niveau de la communauté, conformément aux directives nationales, dans les 24 heures qui suivent l’apparition des symptômes Les indicateurs de résultat doivent refléter l’évolution des connaissances, des attitudes, du comportement ou du nombre de formations sanitaires, prévue dans les objectifs de résultat RESULTATS INTERMEDIAIRES LIES AUX INTERVENTIONS PRIORITAIRES DU PROGRAMME Taux (cas présumés et confirmés) de mortalité liée au paludisme parmi les groupes cibles Réduction de la mortalité et de la morbidité IMPACT % du personnel soignant formé à la prise en charge des cas de paludisme et à la prise en charge intégrée des maladies de l’enfant Les indicateurs de fonctionnement doivent permettre de vérifier que les activités prévues - ont bien été réalisées - en temps voulu PROCESSUS OU FONCTIONNEMENT EXEMPLES D’INDICATEURS A SELECTIONNER QUE FAUT-IL SURVEILLER ET EVALUER OBJECTIFS DES PLANS D’ACTION FRP
  • 57. AppendiceAppendice Tableau 1. Mesures de lutte antipaludiques en fonction des strates en Afrique tropicale Tableau 2. Caractéristiques Principales et priorité de lutte dans différents situation de paludisme Tableau 3. Objectifs, principales approches d’interventions, mesures de support et indicateurs suggérés pour la lutte antipaludiques Figure 3. Mesures applicables à la lutte antipaludique
  • 58.
  • 59.
  • 60.
  • 61.
  • 62.
  • 63.
  • 64.
  • 65.
  • 66. Bibliographie 1.1. WorldWorld HealthHealth OrganizationOrganization. Division of AIDS,. Division of AIDS, TuberculosisTuberculosis,,andand Malaria.Malaria. MalariaMalaria Unit:Unit: Guidelines forGuidelines for thethe Management of MalariaManagement of Malaria ProgramsPrograms inin thethe AfricanAfrican RegionRegion.. JuneJune 20052005 2. Organisation Mondiale de la Sant2. Organisation Mondiale de la Santéé (2003): La planification de Programme de Lutte(2003): La planification de Programme de Lutte contre le Paludisme (contre le Paludisme (EditionEdition ProvvisoireProvvisoire) Partie 1) Partie 1 GeneveGeneve 2003.2003. 3.3. BealesBeales P.F. (1988):P.F. (1988): TheThe planning of Malaria Control.planning of Malaria Control. 4.4. MaraMara ArmaArma MapMap