SlideShare une entreprise Scribd logo
Luxations et fractures- luxations
périlunariennes du carpe
Dr-REZZIK .S
EHS BENAKNOUN
Luxations et fractures- luxations
périlunariennes du carpe
Dr-REZZIK .S
EHS BENAKNOUN
Luxations et fractures- luxations
périlunariennes du carpe
Dr-REZZIK .S
EHS BENAKNOUN
Luxations et fractures- luxations
périlunariennes du carpe
Dr-REZZIK .S
EHS BENAKNOUN
GENERALITE
C’est une pathologie rare et grave du sujet jeunes
 5 % à 10 % des lésions traumatiques du poignet.
quasiment toujours masculin, dans le cadre d’un
accident à haute énergie
La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la
luxation rétrolunaire pure du carpe
La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la
luxation rétrolunaire pure du carpe
GENERALITE
C’est une pathologie rare et grave du sujet jeunes
 5 % à 10 % des lésions traumatiques du poignet.
quasiment toujours masculin, dans le cadre d’un
accident à haute énergie
La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la
luxation rétrolunaire pure du carpe
La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la
luxation rétrolunaire pure du carpe
Considérations anatomocliniques
Le carpe l’avant-bras à la main
la structure ostéoarticulaire la plus complexe du
membre supérieur.
Le carpe l’avant-bras à la main
la structure ostéoarticulaire la plus complexe du
membre supérieur.
Considérations anatomocliniques
Le carpe l’avant-bras à la main
la structure ostéoarticulaire la plus complexe du
membre supérieur.
Le carpe l’avant-bras à la main
la structure ostéoarticulaire la plus complexe du
membre supérieur.
les principaux éléments anatomiques
ligamentaires
33 ligaments (Taleisnik, en 1976)
 ligaments intrinsèques
 ligaments extrinsèques
Trois ligaments
palmaires
 ligaments intrinsèques
 ligaments extrinsèques
Trois ligaments
palmairesDeux ligaments extrinsèques palmaires
-Le ligament radioscaphocapital (RSC),
-Le ligament radiolunotriquétral (RLT),
- le ligament triquétro-hamato-capitate (THC).- le ligament triquétro-hamato-capitate (THC).
L'espace entre ces trois ligaments palmaires
la constitution de l'espace de Poirier, zone de faiblesse
en regard de la corne antérieure du lunatum.
les principaux éléments anatomiques
(Taleisnik, en 1976)
Deux ligaments extrinsèques palmaires principaux
-Le ligament radioscaphocapital (RSC),
-Le ligament radiolunotriquétral (RLT),
- le ligament triquétro-hamato-capitate (THC).- le ligament triquétro-hamato-capitate (THC).
L'espace entre ces trois ligaments palmaires participe à
la constitution de l'espace de Poirier, zone de faiblesse
en regard de la corne antérieure du lunatum.
2/ Ligament radiolunotriquetral
RLT
o long ligament radiolunaire,
Ligament radiolunotriquetral
RLT
o long ligament radiolunaire,
3/ Ligament triquetrohamatocapital
THC
Espace de Poirier entre ces 3
ligaments palmaires
zone de faiblesse
en regard de la corne antérieure
du lunatum !
en regard de la corne antérieure
du lunatum !
Deux ligaments dorsaux
ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme
des lésions :
- le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde
du triquétrum.
- Le ligament dorsal intercarpien,
ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme
des lésions :
- le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde
du triquétrum.
- Le ligament dorsal intercarpien,
ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme
des lésions :
- le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde
du triquétrum.
- Le ligament dorsal intercarpien,
ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme
des lésions :
- le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde
du triquétrum.
- Le ligament dorsal intercarpien,
Ligaments scapholunaire et lunotriquétral
tiesLe ligament scapho-lunaire et ses 3 partiesLe ligament scapho-lunaire et ses 3 par
Ligaments scapholunaire et lunotriquétral
tiesties
les principaux éléments
ligamentaires
Bonnel et Allieu, en 1984,
Les ligaments intra-articulaires :Les ligaments intra-articulaires :
•Les différents ligaments inter-osseux, scapho-lunaire et luno-pyramidal.
•Le ligament radio-scapho-lunaire,
Les ligaments capsulaires vrais :
•Antérieurs,
•Postérieurs,
•Externes, et
•Internes.
•Antérieurs,
•Postérieurs,
•Externes, et
•Internes.
Les ligaments extra-capsulaires :
•Ligament annulaire antérieur du carpe : rétinaculum f lexorum,
•Ligament annulaire postérieur du carpe : rétinaculum extensorum.
les principaux éléments anatomiques
Bonnel et Allieu, en 1984,
Les ligaments intra-articulaires :Les ligaments intra-articulaires :
•Les différents ligaments inter-osseux, scapho-lunaire et luno-pyramidal.
•Le ligament radio-scapho-lunaire,
Les ligaments capsulaires vrais :
Les ligaments extra-capsulaires :
•Ligament annulaire antérieur du carpe : rétinaculum f lexorum,
•Ligament annulaire postérieur du carpe : rétinaculum extensorum.
Sennwald
les ligaments en:
 système ligamentaire articulaire
 système ligamentaire extra-articulaire
Système articulaire Système extra-
articulaire
Système articulaire Système extra-
articulaire
Ligaments interosseux Retinaculum des
extenseurs
proximaux et distaux
Retinaculum des
fléchisseurs
V palmaires proximal et
distal
V palmaires proximal et
distal
V dorsal
Complexe ulnaire
Sennwald
les ligaments en:
 système ligamentaire articulaire
 système ligamentaire extra-articulaire
Système articulaire Système extra-
articulaire
Système articulaire Système extra-
articulaire
Ligaments interosseux Retinaculum des
extenseurs
Retinaculum des
fléchisseurs
Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de
voûte de la première rangée du carpe, unité
intercalaire transverse, mobile et instable, et le
centre de transmission des forces de la main à
l’avant-bras, système axial.
Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de
voûte de la première rangée du carpe, unité
intercalaire transverse, mobile et instable, et le
centre de transmission des forces de la main à
l’avant-bras, système axial.
ces rôles de maintien, stabilité, mobilité et
coordination
Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de
voûte de la première rangée du carpe, unité
intercalaire transverse, mobile et instable, et le
centre de transmission des forces de la main à
l’avant-bras, système axial.
Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de
voûte de la première rangée du carpe, unité
intercalaire transverse, mobile et instable, et le
centre de transmission des forces de la main à
l’avant-bras, système axial.
ces rôles de maintien, stabilité, mobilité et
Physiologie des structures ostéo-
ligamentaires
Kuhlmann: classification fonctionnelle des structures
ligamentaires
•La fronde articulaire composée des•La fronde articulaire composée des
(antérieurs et postérieurs) et aboutissant au pyramidal, contrôle la
stabilité transversale radio-carpienne
l’abduction-adduction du poignet.
•La sangle palmaire, formée par la totalité des ligaments palmaires
antérieurs, stabilise le carpe vers l’avant.
•Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et
au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os.
•Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et
au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os.
•Les structures ligamentaires transversales unissent entre eux les
os de la première rangée et ceux de la deuxième.
Physiologie des structures ostéo-
ligamentaires
Kuhlmann: classification fonctionnelle des structures
ligamentaires
des ligaments radio-carpiensdes ligaments radio-carpiens
(antérieurs et postérieurs) et aboutissant au pyramidal, contrôle la
transversale radio-carpienne et médiocarpienne dans
•La sangle palmaire, formée par la totalité des ligaments palmaires
antérieurs, stabilise le carpe vers l’avant.
•Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et
au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os.
•Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et
au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os.
•Les structures ligamentaires transversales unissent entre eux les
os de la première rangée et ceux de la deuxième.
Ce système ligamentaire complexe présente cependant des
points faibles, en particuliers
médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace
de Poirier).
médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace
de Poirier).
Outre ce système stabilisateur passif, il existe un système
actif, celui des muscles de l’avant-bras, dont la contraction
met en charge
contiennent.
les os du carpe et
Ce système ligamentaire complexe présente cependant des
particuliers un point faible antérieur
médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace
de Poirier).
médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace
de Poirier).
Outre ce système stabilisateur passif, il existe un système
actif, celui des muscles de l’avant-bras, dont la contraction
les os du carpe et les ligaments qui les
Cohérence spatiale du carpe
En inclinaison radiale
le scaphoïde s’horizontalisele scaphoïde s’horizontalise
styloïde radiale.
Le semi-lunaire glisse en situation cubitale, mais reste
toujours à moitié couvert par
l’auvent radial.
Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la
surface spirale de l’os crochu.
Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la
surface spirale de l’os crochu.
Cohérence spatiale du carpe
s’horizontalise sous la pression de las’horizontalise sous la pression de la
Le semi-lunaire glisse en situation cubitale, mais reste
par la partie interne de
Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la
surface spirale de l’os crochu.
Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la
surface spirale de l’os crochu.
Lorsque le poignet passe de l’inclinaison radiale à
l’inclinaison cubitale:
deux mouvements s’enchaînent
le scaphoïde se verticalise,
verticalisé, il attire avec
glisse
couvre
sous l’auvent radial
complètement, et
une basculedorsale physiologique.une basculedorsale physiologique.
Lorsque le poignet passe de l’inclinaison radiale à
l’inclinaison cubitale:
deux mouvements s’enchaînent rapidement :
le scaphoïde se verticalise, puis totalement
avec lui le semi-lunaire qui
radial et sous lequel il se
et se voit ainsi imposer
une basculedorsale physiologique.une basculedorsale physiologique.
Oberlin 1990 une nouvelle définition radiologique de
la situation scapho-lunaire.
La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et
postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde
est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à
tracer, mais par la tangente au bord antérieur du
La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et
postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde
est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à
tracer, mais par la tangente au bord antérieur du
scaphoïde.
L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45°
sur le cliché de profil strict
sur planchette.
scaphoïde.
L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45°
sur le cliché de profil strict
sur planchette.
Oberlin 1990 une nouvelle définition radiologique de
la situation scapho-lunaire.
La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et
postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde
est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à
tracer, mais par la tangente au bord antérieur du
La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et
postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde
est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à
tracer, mais par la tangente au bord antérieur du
scaphoïde.
L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45°
sur le cliché de profil strict
sur planchette.
scaphoïde.
L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45°
sur le cliché de profil strict
sur planchette.
Oberlin (1990)
L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet,
atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour
atteindre 15°.
L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet,
atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour
atteindre 15°.
En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et
son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe
du radius. L’ensemble de la première rangée des os du
carpe bascule en f lexion.
En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et
son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe
du radius. L’ensemble de la première rangée des os du
carpe bascule en f lexion.
En inclinaison cubitale, le segment intercalaire bascule
en extension.
(1990)
L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet,
atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour
atteindre 15°.
L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet,
atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour
atteindre 15°.
En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et
son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe
du radius. L’ensemble de la première rangée des os du
carpe bascule en f lexion.
En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et
son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe
du radius. L’ensemble de la première rangée des os du
carpe bascule en f lexion.
En inclinaison cubitale, le segment intercalaire bascule
en extension.
La vascularisation
Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire
après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du
scaphoïde en cas de fracture associée de cet os.
MESTDAGH
Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire
après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du
scaphoïde en cas de fracture associée de cet os.
MESTDAGH
• A la face palmaire, l’artère interosseuse antérieur s’unit, en
amont de l’interligne radio-carpien à une fine branche de l’artère
radiale pour former une arcade grêle : l’arcade transverse
antérieur du carpe.
• A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et
antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane
interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du
carpe.
• A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et
antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane
interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du
carpe.
La vascularisation
Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire
après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du
scaphoïde en cas de fracture associée de cet os.
MESTDAGH
Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire
après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du
scaphoïde en cas de fracture associée de cet os.
MESTDAGH
• A la face palmaire, l’artère interosseuse antérieur s’unit, en
amont de l’interligne radio-carpien à une fine branche de l’artère
radiale pour former une arcade grêle : l’arcade transverse
antérieur du carpe.
• A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et
antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane
interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du
carpe.
• A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et
antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane
interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du
carpe.
Mécanisme
DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du
carpe comprend une hyperextension du poignet,
dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions
DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du
carpe comprend une hyperextension du poignet,
dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions
carpiennes, associée à une torsion pour désolidariser
1éreos de la rangée
Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984)
ruptures ligamentaires successives, on aboutit à
une luxation rétrolunaire, puis antélunaire
Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984)
ruptures ligamentaires successives, on aboutit à
une luxation rétrolunaire, puis antélunaire
Une inclinaison ulnaire et une supination intracarpienne,
facteur principal de la déstabilisation
Mécanisme
DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du
carpe comprend une hyperextension du poignet,
dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions
DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du
carpe comprend une hyperextension du poignet,
dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions
carpiennes, associée à une torsion pour désolidariser les
Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984)
ruptures ligamentaires successives, on aboutit à
une luxation rétrolunaire, puis antélunaire
Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984)
ruptures ligamentaires successives, on aboutit à
une luxation rétrolunaire, puis antélunaire
Une inclinaison ulnaire et une supination intracarpienne,
facteur principal de la déstabilisation
mécanisme
 La supination intracarpienne entraîne une dissociation
scapholunaire, stade 1 de Mayfield.
 La supination intracarpienne entraîne une dissociation
scapholunaire, stade 1 de Mayfield.
 La levée du verrou latéral permet alors au capitatum de se
déplacer en arrière du lunatum ,stade 2 de Mayfield.
La force vulnérante se propage en dedans, aboutissant
à une dissociation lunotriquétrale, stade
avec déchirure du ligament
radiocarpien postérieur, résultant
en une luxation rétro­lunaire du
carpe
mécanisme
 La supination intracarpienne entraîne une dissociation
scapholunaire, stade 1 de Mayfield.
 La supination intracarpienne entraîne une dissociation
scapholunaire, stade 1 de Mayfield.
 La levée du verrou latéral permet alors au capitatum de se
déplacer en arrière du lunatum ,stade 2 de Mayfield.
La force vulnérante se propage en dedans, aboutissant
à une dissociation lunotriquétrale, stade 3 de Mayfield.
avec déchirure du ligament
radiocarpien postérieur, résultant
en une luxation rétro­lunaire du
carpe
Au total, les lésions ligamentaires, très
importantes, s'étendent de dehors en dedans
autour du lunatum, respectant les attaches du
lunatum au radius.
Au total, les lésions ligamentaires, très
importantes, s'étendent de dehors en dedans
autour du lunatum, respectant les attaches du
lunatum au radius.
La force continuant à s'exercer, le capitatum chasse le
lunatum en avant et se place sous le radius.
La luxation antérieure du lunatum (stade 4 de MAYFIELD)
est le terme ultime de la luxation rétro-lunaire.
Au total, les lésions ligamentaires, très
importantes, s'étendent de dehors en dedans
autour du lunatum, respectant les attaches du
lunatum au radius.
Au total, les lésions ligamentaires, très
importantes, s'étendent de dehors en dedans
autour du lunatum, respectant les attaches du
lunatum au radius.
La force continuant à s'exercer, le capitatum chasse le
lunatum en avant et se place sous le radius.
La luxation antérieure du lunatum (stade 4 de MAYFIELD)
est le terme ultime de la luxation rétro-lunaire.
Toutefois, cette théorie n'explique pas les lésions
triquétro-lunaires isolées ou les fractures du
scaphoïde associées à une lésion scapho-lunaire.
LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à
départ médial évoluant en latérale.
LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à
départ médial évoluant en latérale.
REAGAN 1984 LABBE 1986 MATHOULIN 1990
Les lésions résultent dans ce cas d'une pronation
aiguë du poignet
Toutefois, cette théorie n'explique pas les lésions
triquétro-lunaires isolées ou les fractures du
scaphoïde associées à une lésion scapho-lunaire.
LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à
départ médial évoluant en latérale.
LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à
départ médial évoluant en latérale.
MATHOULIN 1990 CLEMENT 1995
Les lésions résultent dans ce cas d'une pronation
aiguë du poignet
Taleisnik : a classé les luxations péri-lunaires,
selon les fractures associées en quatre groupes
Witvoet et Allieu, une classification selon les
lésions ligamentaires radio-lunaires.
Les auteurs : classent ces lésions selon cinq critères :



La situation du grand os par rapport au semi-lunaire,
le niveau où se fait la levée du verrou scaphoïdien, la
position du semi-lunaire par rapport au radius,
Les variantes éventuelles et
 les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes.
Les variantes éventuelles et
 les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes.
Taleisnik : a classé les luxations péri-lunaires,
selon les fractures associées en quatre groupes
Witvoet et Allieu, une classification selon les
radio-lunaires.
Les auteurs : classent ces lésions selon cinq critères :
La situation du grand os par rapport au semi-lunaire,
le niveau où se fait la levée du verrou scaphoïdien, la
position du semi-lunaire par rapport au radius,
Les variantes éventuelles et
 les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes.
Les variantes éventuelles et
 les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes.
classification de Taleisnik
Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les
luxations péri-lunaires pures postérieures et
antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures
du semi-lunaire.
classification de Taleisnik
Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les
luxations péri-lunaires pures postérieures et
antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures
du semi-lunaire.
Groupe II : Fracture-luxation du grand arc, dont l’exemple
complet réalise les luxations trans-scapho-trans-capito-
trans-hamato-trans-pyramido-lunaire .
Groupe III : Ce groupe comporte les luxations trans-stylo-
périlunaires, qui sont plus ou moins associées à l’atteinte
des autres os du carpe.
Groupe IV : Luxations radio-carpiennes.
classification de Taleisnik
Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les
luxations péri-lunaires pures postérieures et
antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures
du semi-lunaire.
classification de Taleisnik
Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les
luxations péri-lunaires pures postérieures et
antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures
du semi-lunaire.
Groupe II : Fracture-luxation du grand arc, dont l’exemple
complet réalise les luxations trans-scapho-trans-capito-
trans-hamato-trans-pyramido-lunaire .
Groupe III : Ce groupe comporte les luxations trans-stylo-
périlunaires, qui sont plus ou moins associées à l’atteinte
des autres os du carpe.
Groupe IV : Luxations radio-carpiennes.
Classification de pronostique de
Witvoet et Allieu
Cette classification est basée sur l’état des freins,
portes vaisseaux antérieures et postérieures du
semi-lunaire.
Classification de pronostique de
Witvoet et Allieu
Cette classification est basée sur l’état des freins,
portes vaisseaux antérieures et postérieures du
semi-lunaire.
Type I : les deux freins sont intacts, le semi-lunaire a conservé ses
rapports normaux avec le radius il n’y a aucune nécrose
possible, la vascularisation étant totalement conservée.
Type II : le frein postérieur est rompu, le semi-lunaire peut alors
tourner sur deux axes transversal et vertical.
Type III : les deux freins ici rompus, le semi-lunaire est complètement
libre et voué inéluctablement à la nécrose. Cette lésion est rare.
Classification de pronostique de
Witvoet et Allieu
Cette classification est basée sur l’état des freins,
portes vaisseaux antérieures et postérieures du
semi-lunaire.
Classification de pronostique de
Witvoet et Allieu
Cette classification est basée sur l’état des freins,
portes vaisseaux antérieures et postérieures du
semi-lunaire.
Type I : les deux freins sont intacts, le semi-lunaire a conservé ses
rapports normaux avec le radius il n’y a aucune nécrose
possible, la vascularisation étant totalement conservée.
Type II : le frein postérieur est rompu, le semi-lunaire peut alors
tourner sur deux axes transversal et vertical.
Type III : les deux freins ici rompus, le semi-lunaire est complètement
libre et voué inéluctablement à la nécrose. Cette lésion est rare.
post ant
classification de
Tout LPL ou FLPL est classée à partir des radios
initiales selon trois critères :
• Direction de déplacement sagittal du capitatum par rapport
lunatum (antérieur ou postérieur).
• Degré du déplacement sagittal du lunatum par rapport au
radius,
• Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant
les luxation pures, les fractures-luxations
• Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant
les luxation pures, les fractures-luxations
de Herzberg 1993
Tout LPL ou FLPL est classée à partir des radios
initiales selon trois critères :
• Direction de déplacement sagittal du capitatum par rapport
lunatum (antérieur ou postérieur).
au
• Degré du déplacement sagittal du lunatum par rapport au
• Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant
les luxation pures, les fractures-luxations
• Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant
les luxation pures, les fractures-luxations
la Sofcot de 1972, une lésion diagnostiquée après
la troisième semaine était
chronique.chronique.
Herzberg en 1993,
On parle de lésion aigué la 1 semaine .
une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6
semaines est une lésion subaiguë,
une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion
chronique ou ancienne.
Le délai de 6 semaines est important car il correspond
au délai de cicatrisation ligamentaire.
une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6
semaines est une lésion subaiguë,
une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion
chronique ou ancienne.
Le délai de 6 semaines est important car il correspond
au délai de cicatrisation ligamentaire.
la Sofcot de 1972, une lésion diagnostiquée après
semaine était considérée comme
Herzberg en 1993,
On parle de lésion aigué la 1 semaine .
une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6
semaines est une lésion subaiguë,
une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion
chronique ou ancienne.
Le délai de 6 semaines est important car il correspond
au délai de cicatrisation ligamentaire.
une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6
semaines est une lésion subaiguë,
une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion
chronique ou ancienne.
Le délai de 6 semaines est important car il correspond
au délai de cicatrisation ligamentaire.
Description desDescription desDescription des lésionsDescription des lésions
Les luxations périlunariennes du carpe
comprennent les lésions suivantes
:
•Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes
postérieures.
Les luxations périlunariennes du carpe
comprennent les lésions suivantes
:
•Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes
postérieures.
•Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes
antérieures.
•Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.•Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.
Les luxations périlunariennes du carpe
comprennent les lésions suivantes
:
•Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes
postérieures.
Les luxations périlunariennes du carpe
comprennent les lésions suivantes
:
•Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes
postérieures.
•Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes
antérieures.
•Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.•Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.
Les luxations et fractures-luxations périlunariennes
postérieures du carpe
Sont définies par la position postérieure que
carpien par rapport au semi-lunaire
Sont définies par la position postérieure que
carpien par rapport au semi-lunaire
Mécanisme
Wagner :la ligne de dislocation du carpe :
•Passer au pôle supérieur du scaphoïde après
interosseux scapho-lunaire : c’est la luxation rétro-lunaire classique.
•Briser le scaphoïde, chaque fragment
rangée : c’est la luxation trans-scapho-périlunaire
Les luxations et fractures-luxations périlunariennes
postérieures du carpe
Sont définies par la position postérieure que
carpien par rapport au semi-lunaire
prend le massifSont définies par la position postérieure que
carpien par rapport au semi-lunaire
prend le massif
Wagner :la ligne de dislocation du carpe :
•Passer au pôle supérieur du scaphoïde après rupture du ligament
interosseux scapho-lunaire : c’est la luxation rétro-lunaire classique.
fragment restant solidaire de sa
rangée : c’est la luxation trans-scapho-périlunaire
Les fractures-luxations du carpe
•la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture
peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et
le déplacement est toujours important.
•la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture
peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et
le déplacement est toujours important.
•Le remplacement de la disjonction capito-lunaire par une
fracture du col du grand os entraîne une luxation trans-
scapho-capito-lunaire.
•La rupture du LLE peut être remplacée par une fracture
la styloïde radiale ou une fracture cunéenne externela styloïde radiale ou une fracture cunéenne externe
radius (luxation trans-radio-lunaire) et si une fracture
scaphoïde s’y associée c’est
radio-lunaire.
Les fractures-luxations du carpe
•la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture
peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et
le déplacement est toujours important.
•la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture
peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et
le déplacement est toujours important.
•Le remplacement de la disjonction capito-lunaire par une
fracture du col du grand os entraîne une luxation trans-
•La rupture du LLE peut être remplacée par une fracture de
du
du
fracture cunéenne externe
de
du
du
fracture cunéenne externe
radius (luxation trans-radio-lunaire) et si une fracture
c’est la luxation trans-scapho-
•La luxation
une fracture
pyramido-lunaire peut être remplacée par
verticale du pyramide.
•La luxation
une fracture
pyramido-lunaire peut être remplacée par
verticale du pyramide.
•La luxation
FENTON
trans-scapho--capito-lunaire syndrome de
correspond
johnson.
à la rupture du
pyramido-lunaire peut être remplacée par
verticale du pyramide.
pyramido-lunaire peut être remplacée par
verticale du pyramide.
trans-scapho--capito-lunaire syndrome de
rupture du grand arc distal de
Le mécanisme comprend une hyperextension du
poignet ; il s’agit d’une hyperextension libre (Destot)
une inclinaison
(Mayfield)
cubitale et une
C’est la rupture du petit arc proximal (autour du
semi-lunaire) de Johnson
Le mécanisme comprend une hyperextension du
poignet ; il s’agit d’une hyperextension libre (Destot)
une supination Intracarpienne
du petit arc proximal (autour du
la séquence lésionnelle de la luxation passe par
plusieurs stades (Mayfield)
•Stade 1 : la supination intracarpienne entraîne une rupture du
complexe
lunaire ;
•Stade 2 :
scapho-lunaire créant unecomplexe
lunaire ;
•Stade 2 :
scapho-lunaire créant une
après la levée du verrou scaphoïdien externe et si le
traumatisme continu, le grand os se luxe en arrière du semi-
lunaire (luxation capito-lunaire), avec déchirure du LLE et du
complexe ligamentaire antérieur.
•Stade 3 : la force vulnérante continuant, les lésions s’étendent
en dedans, créant une disjonctionen dedans, créant une disjonction
désolidarisant tout le massif
•L’extension de dehors en
carpien du semi-lunaire.
dedans des lésions ligamentaires
autour du semi-lunaire, respecte les attaches du semi-lunaire
au radius.
la séquence lésionnelle de la luxation passe par
plusieurs stades (Mayfield)
la supination intracarpienne entraîne une rupture du
créant une disjonction scapho-créant une disjonction scapho-
après la levée du verrou scaphoïdien externe et si le
traumatisme continu, le grand os se luxe en arrière du semi-
lunaire (luxation capito-lunaire), avec déchirure du LLE et du
complexe ligamentaire antérieur.
•Stade 3 : la force vulnérante continuant, les lésions s’étendent
disjonction pyramido-lunaire,disjonction pyramido-lunaire,
carpien du semi-lunaire.
dedans des lésions ligamentaires
autour du semi-lunaire, respecte les attaches du semi-lunaire
au radius.
•Stade 4 : C’est la luxation rétro-lunaire du carpe.
•Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse•Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse
le semi-lunaire en avant et prend sa place sous le radius,
le semi-lunaire tournant
l’extrême
,
de 90°
transversal. A le
totalement énuclée en avant
tournant
C’est la
de 270° et rompre
luxation antérieure
ultime de la séquence lésionnelleultime de la séquence lésionnelle
•Stade 4 : C’est la luxation rétro-lunaire du carpe.
•Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse•Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse
prend sa place sous le radius,
de 90° autour de son
peu
t
axe
êtrele semi-lunaire
avant (le noyau de cerise)
rompre ses attaches antérieures.
antérieure du semi-lunaire, terme
ultime de la séquence lésionnelleultime de la séquence lésionnelle
Les luxations périlunariennes postérieures puresLes luxations périlunariennes postérieures pures
Les luxations et fractures-luxations périlunariennes
antérieures
beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires
postérieures
beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires
postérieures
Le col du grand os vient butter contre la corne antérieure
du semi-lunaire, entraînant une rupture de la capsule et
des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La
luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du
scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire
interosseux
des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La
luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du
scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire
interosseux
Les luxations et fractures-luxations périlunariennes
antérieures
beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires
postérieures
beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires
postérieures
Le col du grand os vient butter contre la corne antérieure
du semi-lunaire, entraînant une rupture de la capsule et
des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La
luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du
scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire
interosseux
des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La
luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du
scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire
interosseux
Les luxations isolées du scaphoïde
Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire
postérieure spontanément réduite
être important avec un diastasis scapho-lunaire majeur réalisant la «luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».
Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire
postérieure spontanément réduite
Le scaphoïde n’a pas regagné sa place : c’est le stade
plus grave de la dislocation scapho-lunaire
important diastasis scapho-lunaire majeur
«luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».«luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».
Les luxations isolées du scaphoïde
Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire
postérieure spontanément réduite
être important avec un diastasis scapho-lunaire majeur réalisant la «luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».
Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire
postérieure spontanément réduite
Le scaphoïde n’a pas regagné sa place : c’est le stade
plus grave de la dislocation scapho-lunaire
le
scapho-lunaire majeur réalisant la
«luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».«luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».
Etude clinique
La symptomatologie clinique est classique.
Elle réalise au maximum uneElle réalise au maximum une
flexion.
La douleur et l’impotence fonctionnelle
grandes que dans les fractures
inférieure du radius.
Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos
de fourchette situé plus bas que dans les fractures de
Pouteau-Colles.
Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos
de fourchette situé plus bas que dans les fractures de
Pouteau-Colles.
Etude clinique
La symptomatologie clinique est classique.
une «main enclouée» enune «main enclouée» en
l’impotence fonctionnelle sont plus
fractures de l’extrémité
Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos
de fourchette situé plus bas que dans les fractures de
Pouteau-Colles.
Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos
de fourchette situé plus bas que dans les fractures de
Pouteau-Colles.
La palpation antérieure réveille
permet parfois de percevoir le semi-lunaire luxé.
Des les autres cas, luxation périlunaire
carpe et luxation isolée du
tableau douloureux post-traumatique du
une impotence fonctionnelle,
importante, en dehors de l’œdème qui peut être parfois
important.
Ces tableaux cliniques sont souvent frustes,Ces tableaux cliniques sont souvent frustes,
d’erreur diagnostique, et c’est la radiologie qui permet
de confirmer le diagnostic.
réveille une douleur exquise et
permet parfois de percevoir le semi-lunaire luxé.
Des les autres cas, luxation périlunaire antérieure du
du scaphoïde, il s’agit d’un
tableau douloureux post-traumatique du poignet avec
fonctionnelle, et sans déformation
importante, en dehors de l’œdème qui peut être parfois
important.
Ces tableaux cliniques sont souvent frustes, sourcesCes tableaux cliniques sont souvent frustes, sources
d’erreur diagnostique, et c’est la radiologie qui permet
de confirmer le diagnostic.
Radiologie
C’est la radiographie de profil
qui fera le diagnostic.
La sémiologie radiologique est classique
Radiologie
C’est la radiographie de profil
qui fera le diagnostic.
strict (+++)
La sémiologie radiologique est classique
Sur un cliché de face :
•Le semi-lunaire à perdu sa
devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie)
et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand
os.
devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie)
et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand
os.
•Le scaphoïde, horizontalisé, paraît
tubérosité postéro-externe qui devient visible sous forme
d’une image en anneau.
sa forme quadrangulaire et
devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie)
et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand
os.
devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie)
et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand
os.
horizontalisé, paraît raccourci, avec la
tubérosité postéro-externe qui devient visible sous forme
d’une image en anneau.
•En
une
cas de fractures-luxations on peut objectiver
fracture du scaphoïde, du grand os….
Ces
non
images peuvent passer inaperçues à un œil
averti (trois courbes de Gilula
Ces
non
images peuvent passer inaperçues à un œil
averti (trois courbes de Gilula
. Distance inter-scapho-lunaire < à 3mm).
cas de fractures-luxations on peut objectiver
fracture du scaphoïde, du grand os….
images peuvent passer inaperçues à un œil
averti (trois courbes de Gilula
images peuvent passer inaperçues à un œil
averti (trois courbes de Gilula
. Distance inter-scapho-lunaire < à 3mm).
Le cliché de profil : (sur planchette) est par contre plu
évocateur et montre le degré d’énucléation du semi-
lunaire. On note :
•La présence du semi-lunaire sous la glène radiale,
avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°,
•La projection de l’ensemble du carpe en arrière du
évocateur et montre le degré d’énucléation du semi-
lunaire. On note :
•La présence du semi-lunaire sous la glène radiale,
avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°,
•La projection de l’ensemble du carpe en arrière du
bloc radio-lunaire avec horizontalisation du scaphoïde.
sLe cliché de profil : (sur planchette) est par contre plu
évocateur et montre le degré d’énucléation du semi-
lunaire. On note :
•La présence du semi-lunaire sous la glène radiale,
avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°,
•La projection de l’ensemble du carpe en arrière du
évocateur et montre le degré d’énucléation du semi-
lunaire. On note :
•La présence du semi-lunaire sous la glène radiale,
avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°,
•La projection de l’ensemble du carpe en arrière du
bloc radio-lunaire avec horizontalisation du scaphoïde.
•En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci
apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité
regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière.
.
•En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci
apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité
regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière.
.
Dr rezzik
•En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci
apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité
regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière.
.
•En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci
apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité
regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière.
.
Dr rezzikDr rezzik
Traitement
•Buts
•Restaurer de façon
des os du carpe entre eux
•Obtenir
cohérent
système
un carpe
par une parfaite restauration du
ligamentaire et
•Obtenir
cohérent
système
par une parfaite restauration du
ligamentaire et
os du carpe fracturés.
Traitement
façon précise les rapports
des os du carpe entre eux
carpe stable, mobile et
par une parfaite restauration du
ligamentaire et de la forme des
par une parfaite restauration du
ligamentaire et de la forme des
os du carpe fracturés.
Méthodes orthopédiques
La réduction de la luxation est une
urgence
Méthodes orthopédiques
La réduction de la luxation est une
urgence
Elle peut être obtenue par traction en
extension et en supination. Cette traction
peut être manuelle ou instrumentale par
un étrier de Finochietto.
Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler)
et confirmer très minutieusement le
peut être manuelle ou instrumentale par
un étrier de Finochietto.
Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler)
et confirmer très minutieusement le
résultat Le poignet est immobilisé
un mois.
Méthodes orthopédiques
La réduction de la luxation est une
urgence
Méthodes orthopédiques
La réduction de la luxation est une
urgence
Elle peut être obtenue par traction en
extension et en supination. Cette traction
peut être manuelle ou instrumentale par
un étrier de Finochietto.
Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler)
et confirmer très minutieusement le
peut être manuelle ou instrumentale par
un étrier de Finochietto.
Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler)
et confirmer très minutieusement le
Le poignet est immobilisé
un mois.
REDUCTION ET BROCHAGE
PERCUTANE : A NE PAS FAIRE !
REDUCTION ET BROCHAGE
PERCUTANE : A NE PAS FAIRE !
REDUCTION ET BROCHAGE
PERCUTANE : A NE PAS FAIRE !
REDUCTION ET BROCHAGE
PERCUTANE : A NE PAS FAIRE !
Méthodes chirurgicales
Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul
capable d’assurer une restauration anatomique (réduction)
une réparation ligamentaire
Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul
capable d’assurer une restauration anatomique (réduction)
une réparation ligamentaire
La voie postérieure
La voie d’abord antérieure
Méthodes chirurgicales
Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul
capable d’assurer une restauration anatomique (réduction)
une réparation ligamentaire
et
Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul
capable d’assurer une restauration anatomique (réduction)
une réparation ligamentaire
La voie postérieureLa voie postérieure
La voie d’abord
(palmai
re)
antérieure
entre petit et grand
palmaire
utilisée,
est souvent
d’abord
(palmai
re)entre petit et grand
palmaire
utilisée,
est souvent
pour libérer le
nerf médian. Elle
donne un bon jour sur
etle semi-lunaire,
permet une synthèsepermet une synthèse
aisée d’une fracture du
scaphoïde.
d’abord
(palmai
re)grand
est souvent
d’abord
(palmai
re)grand
est souvent
libérer le
Elle
sur
et
synthèsesynthèse
aisée d’une fracture du
scaphoïde.
La conduite thérapeutique
basée sur le typebasée sur le type
périlunaire et l’existence
d’une fracture du
conduite thérapeutique est
type de luxationtype de luxation
l’existence
fracture du scaphoïde.
Les luxations périlunaires
postérieures
Le traitement orthopédique
tenté ; il est parfois suffisant. Aprèstenté ; il est parfois suffisant. Après
une contention par un plâtre
dizaine de jours puis pour
position de fonction.
Le traitement chirurgical est
ou aux insuffisances
Le traitement chirurgical est
ou aux insuffisances
orthopédique, ce qui est souvent le cas.
Abondonné
Les luxations périlunaires
orthopédique doit être toujours
suffisant. Après réduction,suffisant. Après réduction,
une contention par un plâtre en flexion pour une
pour trois semaines en
Le traitement chirurgical est réservé aux échecs
insuffisances du traitement
Le traitement chirurgical est réservé aux échecs
insuffisances du traitement
orthopédique, ce qui est souvent le cas.
La voie d'abord
recommandée dans le
cadre d'une luxation
périlunaire pure est la
voie dorsale.
La voie d'abord
recommandée dans le
cadre d'une luxation
périlunaire pure est la
voie dorsale.
Elle permet
contrôle,
de
réduction
et des
lésions
(brochage).
le
la
la fixation
Elle permet
contrôle,
de
réduction
et des
lésions
(brochage).
le
la
la fixation
La voie d'abord
recommandée dans le
cadre d'une luxation
périlunaire pure est la
voie dorsale.
La voie d'abord
recommandée dans le
cadre d'une luxation
périlunaire pure est la
voie dorsale.
fixationfixation
Les luxations trans-scapho-
rétrolunaires
La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et
instable
La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et
instable
Les luxations trans-scapho-
La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et
instable
La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et
instable
Une variété
carpe
rare deUne variété
carpe
la luxation verticale
A propos d'un casA propos d'un cas
rare de luxation du
verticale externe
cascas
Schématisation de la ligne de rupture ligamentaire
péri-scapho-trans-carpo- et inter-meta-carpienne.
Schématisation de la ligne de rupture ligamentaire
péri-scapho-trans-carpo- et inter-meta-carpienne.
COMPLCATIONS
 Les instabilités résiduelles Les instabilités résiduelles
L’instabilité scapho-lunaire
Evolution vers SLAC selon WATSON
L’instabilité triquétro-lunaire
Un espace > 2mm entre les deux os est suspect
L’instabilité triquétro-lunaire
Un espace > 2mm entre les deux os est suspect
COMPLCATIONS
 Les instabilités résiduelles Les instabilités résiduelles
L’instabilité scapho-lunaire : C’est la plus fréquente
SLAC selon WATSON
L’instabilité triquétro-lunaire
Un espace > 2mm entre les deux os est suspect
L’instabilité triquétro-lunaire
Un espace > 2mm entre les deux os est suspect
 Les carpes adaptatifs
Selon Allieu
les désaxations carpiennes d’adaptation sont
Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du
carpe.
 Les carpes adaptatifs
Selon Allieu
les désaxations carpiennes d’adaptation sont
Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du
carpe.
 La pseudarthrose du scaphoïde
En absence de traitement, l’évolution de la
pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC
(Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse).
 La pseudarthrose du scaphoïde
En absence de traitement, l’évolution de la
pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC
(Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse).
La nécrose du pôle proximal du scaphoïde
et la nécrose du lunatum :
 Les carpes adaptatifs
Selon Allieu
les désaxations carpiennes d’adaptation sont
Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du
carpe.
 Les carpes adaptatifs
Selon Allieu
les désaxations carpiennes d’adaptation sont
Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du
carpe.
 La pseudarthrose du scaphoïde
En absence de traitement, l’évolution de la
pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC
(Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse).
 La pseudarthrose du scaphoïde
En absence de traitement, l’évolution de la
pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC
(Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse).
La nécrose du pôle proximal du scaphoïde
et la nécrose du lunatum :
Conclusion :
Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent
laisser des séquelles fonctionnelles graves si
elles ne sont pas diagnostiquées rapidement
après le traumatisme. Le diagnostic est très
Conclusion :
Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent
laisser des séquelles fonctionnelles graves si
elles ne sont pas diagnostiquées rapidement
après le traumatisme. Le diagnostic est très
aisé si l’on connaît la pathologie. Un
traitement chirurgical adapté permet de
minimiser les séquelles.
aisé si l’on connaît la pathologie. Un
traitement chirurgical adapté permet de
minimiser les séquelles.
Conclusion :
Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent
laisser des séquelles fonctionnelles graves si
elles ne sont pas diagnostiquées rapidement
après le traumatisme. Le diagnostic est très
Conclusion :
Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent
laisser des séquelles fonctionnelles graves si
elles ne sont pas diagnostiquées rapidement
après le traumatisme. Le diagnostic est très
aisé si l’on connaît la pathologie. Un
traitement chirurgical adapté permet de
minimiser les séquelles.
aisé si l’on connaît la pathologie. Un
traitement chirurgical adapté permet de
minimiser les séquelles.

Contenu connexe

Tendances

11 gonarthrose
11  gonarthrose11  gonarthrose
11 gonarthroseSoulaf Sel
 
Traumato cheville & pied
 Traumato cheville & pied Traumato cheville & pied
Traumato cheville & pied
Eugène NJEBARIKANUYE
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- pptkillua zoldyck
 
Traumatismes de la hanche
Traumatismes de la hancheTraumatismes de la hanche
Traumatismes de la hanche
imma-dr
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2killua zoldyck
 
Luxtation du coude
Luxtation du coudeLuxtation du coude
Luxtation du coude
Mede Space
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasguest195328
 
Prothese de genou plannification ichg
Prothese de genou plannification ichgProthese de genou plannification ichg
Prothese de genou plannification ichg
sailhan
 
7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr
Salah Eddine
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
Ben Mekki
 
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptxPseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
abdohouamer1
 
Imagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthroseImagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthrosedanielle colin
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusHamlaoui Saddek
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
MarieChhim1
 
Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015
Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015
Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015
Eric Burggraff
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
medo parta
 
Interpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologieInterpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologiekillua zoldyck
 

Tendances (20)

11 gonarthrose
11  gonarthrose11  gonarthrose
11 gonarthrose
 
Pbve dr hacid
Pbve  dr hacidPbve  dr hacid
Pbve dr hacid
 
Traumato cheville & pied
 Traumato cheville & pied Traumato cheville & pied
Traumato cheville & pied
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
Traumatismes de la hanche
Traumatismes de la hancheTraumatismes de la hanche
Traumatismes de la hanche
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2
 
Luxtation du coude
Luxtation du coudeLuxtation du coude
Luxtation du coude
 
4 fract cervicales
 4  fract cervicales 4  fract cervicales
4 fract cervicales
 
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant brasfractures diaphysaires des os de l'avant bras
fractures diaphysaires des os de l'avant bras
 
Prothese de genou plannification ichg
Prothese de genou plannification ichgProthese de genou plannification ichg
Prothese de genou plannification ichg
 
7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr7.fracturi mb inf fr
7.fracturi mb inf fr
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
 
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptxPseudarthrose du col fémoral 2.pptx
Pseudarthrose du col fémoral 2.pptx
 
Imagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthroseImagerie de la gonarthrose
Imagerie de la gonarthrose
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
 
path chir Chapitre2
 path chir Chapitre2 path chir Chapitre2
path chir Chapitre2
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
 
Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015
Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015
Prise en charge d’un traumatisme du rachis cervical 2015
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
 
Interpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologieInterpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologie
 

En vedette

L'eau reine 5
L'eau reine 5L'eau reine 5
L'eau reine 5
lapel
 
Waterpolo
WaterpoloWaterpolo
Waterpolo
mitjaanglada
 
Water Polo II
Water Polo IIWater Polo II
Patho de l'enfant en sport
Patho de l'enfant en sportPatho de l'enfant en sport
Patho de l'enfant en sport
achatenet
 
Water polo
Water poloWater polo
Water polo
Water poloWater polo
Water polo
academiacristorey
 
WATER POLO
WATER POLOWATER POLO
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)Med Achraf Hadj Ali
 
EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)
EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)
EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)
jmanuelcl7
 
Paralysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinsequesParalysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinseques
Smail Rezzik
 
Cas clinique fracture ouverte de jambe
Cas clinique fracture ouverte de jambeCas clinique fracture ouverte de jambe
Cas clinique fracture ouverte de jambe
Idris Ahmed
 
Securitaire
Securitaire Securitaire
Securitaire
achatenet
 
Upper extremity trauma
Upper extremity traumaUpper extremity trauma
Upper extremity trauma
Simba Syed
 
Neuritis del nervio radial y cubital
Neuritis del nervio radial y cubitalNeuritis del nervio radial y cubital
Neuritis del nervio radial y cubital
Anahi Verazaluce Vidal
 
MANO TRAUMATICA
MANO TRAUMATICAMANO TRAUMATICA
MANO TRAUMATICA
oytkinesio
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)Med Achraf Hadj Ali
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)Med Achraf Hadj Ali
 
Trauma De Mano
Trauma De ManoTrauma De Mano
Trauma De Mano
Oscar G
 
Lesiones manos completo
Lesiones manos completoLesiones manos completo
Lesiones manos completo
Denise Gonçalves
 
5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr
Salah Eddine
 

En vedette (20)

L'eau reine 5
L'eau reine 5L'eau reine 5
L'eau reine 5
 
Waterpolo
WaterpoloWaterpolo
Waterpolo
 
Water Polo II
Water Polo IIWater Polo II
Water Polo II
 
Patho de l'enfant en sport
Patho de l'enfant en sportPatho de l'enfant en sport
Patho de l'enfant en sport
 
Water polo
Water poloWater polo
Water polo
 
Water polo
Water poloWater polo
Water polo
 
WATER POLO
WATER POLOWATER POLO
WATER POLO
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 2)
 
EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)
EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)
EL WATERPOLO (EDGAR. 6º)
 
Paralysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinsequesParalysie des muscles intrinseques
Paralysie des muscles intrinseques
 
Cas clinique fracture ouverte de jambe
Cas clinique fracture ouverte de jambeCas clinique fracture ouverte de jambe
Cas clinique fracture ouverte de jambe
 
Securitaire
Securitaire Securitaire
Securitaire
 
Upper extremity trauma
Upper extremity traumaUpper extremity trauma
Upper extremity trauma
 
Neuritis del nervio radial y cubital
Neuritis del nervio radial y cubitalNeuritis del nervio radial y cubital
Neuritis del nervio radial y cubital
 
MANO TRAUMATICA
MANO TRAUMATICAMANO TRAUMATICA
MANO TRAUMATICA
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 1)
 
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)
1 anatomie et semiologie rdiologique (version 3)
 
Trauma De Mano
Trauma De ManoTrauma De Mano
Trauma De Mano
 
Lesiones manos completo
Lesiones manos completoLesiones manos completo
Lesiones manos completo
 
5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr5.fracturi generalitati fr
5.fracturi generalitati fr
 

Similaire à Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02

2008 Anatomie descriptive du rachis
2008 Anatomie descriptive du rachis2008 Anatomie descriptive du rachis
2008 Anatomie descriptive du rachisAPRHOC
 
L'appareil locomoteur ah
L'appareil locomoteur ahL'appareil locomoteur ah
L'appareil locomoteur ah
Eya Nasraoui
 
Biomecanique du rachis
Biomecanique du rachisBiomecanique du rachis
Biomecanique du rachis
Benjamin NICOT
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
mesomenia Adr
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genoumesomenia Adr
 
Syndrome pariétal imagerie de la paroi thoracique
Syndrome pariétal   imagerie de la paroi thoraciqueSyndrome pariétal   imagerie de la paroi thoracique
Syndrome pariétal imagerie de la paroi thoracique
imma-dr
 
Anatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointAnatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power point
Rachid Marouf
 
Anatomie physiologie appareil locomoteur.ppt
Anatomie physiologie appareil locomoteur.pptAnatomie physiologie appareil locomoteur.ppt
Anatomie physiologie appareil locomoteur.ppt
BadrAbouAlia
 
IRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptx
IRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptxIRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptx
IRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptx
imaneeaouattahee
 
Coxagonarthrosekine2007
Coxagonarthrosekine2007Coxagonarthrosekine2007
Coxagonarthrosekine2007Soulaf Sel
 
appareil-respiratoire.ppt
appareil-respiratoire.pptappareil-respiratoire.ppt
appareil-respiratoire.ppt
taoufikakabli3
 
INSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdf
INSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdfINSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdf
INSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdf
RaniaRania81
 
Cenimatique
CenimatiqueCenimatique
Cenimatique
guesta658984
 
Anatomie radiologique de l'épaule
Anatomie radiologique de l'épauleAnatomie radiologique de l'épaule
Anatomie radiologique de l'épaule
imma-dr
 
Vascularisation-innervation-membre-superieur.pdf
Vascularisation-innervation-membre-superieur.pdfVascularisation-innervation-membre-superieur.pdf
Vascularisation-innervation-membre-superieur.pdf
sanae1232
 
Cartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynxCartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynx
Abdoulaye DJIBO
 
Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou emnahammami
 
le syndrome pyramidal(last).pptx
le syndrome pyramidal(last).pptxle syndrome pyramidal(last).pptx
le syndrome pyramidal(last).pptx
ManelTibouche
 
Fractures de la clavicule
Fractures de la claviculeFractures de la clavicule
Fractures de la claviculeHamlaoui Saddek
 

Similaire à Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02 (20)

2008 Anatomie descriptive du rachis
2008 Anatomie descriptive du rachis2008 Anatomie descriptive du rachis
2008 Anatomie descriptive du rachis
 
L'appareil locomoteur ah
L'appareil locomoteur ahL'appareil locomoteur ah
L'appareil locomoteur ah
 
Biomecanique du rachis
Biomecanique du rachisBiomecanique du rachis
Biomecanique du rachis
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
 
Articulation du genou
Articulation du genouArticulation du genou
Articulation du genou
 
Syndrome pariétal imagerie de la paroi thoracique
Syndrome pariétal   imagerie de la paroi thoraciqueSyndrome pariétal   imagerie de la paroi thoracique
Syndrome pariétal imagerie de la paroi thoracique
 
Anatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointAnatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power point
 
Chapitre 3 rachis
 Chapitre 3 rachis Chapitre 3 rachis
Chapitre 3 rachis
 
Anatomie physiologie appareil locomoteur.ppt
Anatomie physiologie appareil locomoteur.pptAnatomie physiologie appareil locomoteur.ppt
Anatomie physiologie appareil locomoteur.ppt
 
IRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptx
IRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptxIRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptx
IRM_PROTOCOLE[1][1][i dont even know ].pptx
 
Coxagonarthrosekine2007
Coxagonarthrosekine2007Coxagonarthrosekine2007
Coxagonarthrosekine2007
 
appareil-respiratoire.ppt
appareil-respiratoire.pptappareil-respiratoire.ppt
appareil-respiratoire.ppt
 
INSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdf
INSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdfINSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdf
INSTABILITE SCAPULO HUMERALE DIAGNOSTIC ET SURVEILLANCE POST THERAPEUTIQUE.pdf
 
Cenimatique
CenimatiqueCenimatique
Cenimatique
 
Anatomie radiologique de l'épaule
Anatomie radiologique de l'épauleAnatomie radiologique de l'épaule
Anatomie radiologique de l'épaule
 
Vascularisation-innervation-membre-superieur.pdf
Vascularisation-innervation-membre-superieur.pdfVascularisation-innervation-membre-superieur.pdf
Vascularisation-innervation-membre-superieur.pdf
 
Cartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynxCartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynx
 
Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou Les fractures articulaires du genou
Les fractures articulaires du genou
 
le syndrome pyramidal(last).pptx
le syndrome pyramidal(last).pptxle syndrome pyramidal(last).pptx
le syndrome pyramidal(last).pptx
 
Fractures de la clavicule
Fractures de la claviculeFractures de la clavicule
Fractures de la clavicule
 

Fracture luxationperilunarienneducarpe-141111144216-conversion-gate02

  • 1. Luxations et fractures- luxations périlunariennes du carpe Dr-REZZIK .S EHS BENAKNOUN Luxations et fractures- luxations périlunariennes du carpe Dr-REZZIK .S EHS BENAKNOUN Luxations et fractures- luxations périlunariennes du carpe Dr-REZZIK .S EHS BENAKNOUN Luxations et fractures- luxations périlunariennes du carpe Dr-REZZIK .S EHS BENAKNOUN
  • 2. GENERALITE C’est une pathologie rare et grave du sujet jeunes  5 % à 10 % des lésions traumatiques du poignet. quasiment toujours masculin, dans le cadre d’un accident à haute énergie La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la luxation rétrolunaire pure du carpe La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la luxation rétrolunaire pure du carpe GENERALITE C’est une pathologie rare et grave du sujet jeunes  5 % à 10 % des lésions traumatiques du poignet. quasiment toujours masculin, dans le cadre d’un accident à haute énergie La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la luxation rétrolunaire pure du carpe La forme typique, mais pas la plus fréquente, est la luxation rétrolunaire pure du carpe
  • 3. Considérations anatomocliniques Le carpe l’avant-bras à la main la structure ostéoarticulaire la plus complexe du membre supérieur. Le carpe l’avant-bras à la main la structure ostéoarticulaire la plus complexe du membre supérieur. Considérations anatomocliniques Le carpe l’avant-bras à la main la structure ostéoarticulaire la plus complexe du membre supérieur. Le carpe l’avant-bras à la main la structure ostéoarticulaire la plus complexe du membre supérieur.
  • 4. les principaux éléments anatomiques ligamentaires 33 ligaments (Taleisnik, en 1976)  ligaments intrinsèques  ligaments extrinsèques Trois ligaments palmaires  ligaments intrinsèques  ligaments extrinsèques Trois ligaments palmairesDeux ligaments extrinsèques palmaires -Le ligament radioscaphocapital (RSC), -Le ligament radiolunotriquétral (RLT), - le ligament triquétro-hamato-capitate (THC).- le ligament triquétro-hamato-capitate (THC). L'espace entre ces trois ligaments palmaires la constitution de l'espace de Poirier, zone de faiblesse en regard de la corne antérieure du lunatum. les principaux éléments anatomiques (Taleisnik, en 1976) Deux ligaments extrinsèques palmaires principaux -Le ligament radioscaphocapital (RSC), -Le ligament radiolunotriquétral (RLT), - le ligament triquétro-hamato-capitate (THC).- le ligament triquétro-hamato-capitate (THC). L'espace entre ces trois ligaments palmaires participe à la constitution de l'espace de Poirier, zone de faiblesse en regard de la corne antérieure du lunatum.
  • 5. 2/ Ligament radiolunotriquetral RLT o long ligament radiolunaire, Ligament radiolunotriquetral RLT o long ligament radiolunaire, 3/ Ligament triquetrohamatocapital THC Espace de Poirier entre ces 3 ligaments palmaires zone de faiblesse en regard de la corne antérieure du lunatum ! en regard de la corne antérieure du lunatum !
  • 6. Deux ligaments dorsaux ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme des lésions : - le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde du triquétrum. - Le ligament dorsal intercarpien, ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme des lésions : - le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde du triquétrum. - Le ligament dorsal intercarpien, ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme des lésions : - le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde du triquétrum. - Le ligament dorsal intercarpien, ils sont concernés plus par l'abord que par le mécanisme des lésions : - le ligament dorsal radiocarpien,. Participant à la fronde du triquétrum. - Le ligament dorsal intercarpien,
  • 7. Ligaments scapholunaire et lunotriquétral tiesLe ligament scapho-lunaire et ses 3 partiesLe ligament scapho-lunaire et ses 3 par Ligaments scapholunaire et lunotriquétral tiesties
  • 8. les principaux éléments ligamentaires Bonnel et Allieu, en 1984, Les ligaments intra-articulaires :Les ligaments intra-articulaires : •Les différents ligaments inter-osseux, scapho-lunaire et luno-pyramidal. •Le ligament radio-scapho-lunaire, Les ligaments capsulaires vrais : •Antérieurs, •Postérieurs, •Externes, et •Internes. •Antérieurs, •Postérieurs, •Externes, et •Internes. Les ligaments extra-capsulaires : •Ligament annulaire antérieur du carpe : rétinaculum f lexorum, •Ligament annulaire postérieur du carpe : rétinaculum extensorum. les principaux éléments anatomiques Bonnel et Allieu, en 1984, Les ligaments intra-articulaires :Les ligaments intra-articulaires : •Les différents ligaments inter-osseux, scapho-lunaire et luno-pyramidal. •Le ligament radio-scapho-lunaire, Les ligaments capsulaires vrais : Les ligaments extra-capsulaires : •Ligament annulaire antérieur du carpe : rétinaculum f lexorum, •Ligament annulaire postérieur du carpe : rétinaculum extensorum.
  • 9. Sennwald les ligaments en:  système ligamentaire articulaire  système ligamentaire extra-articulaire Système articulaire Système extra- articulaire Système articulaire Système extra- articulaire Ligaments interosseux Retinaculum des extenseurs proximaux et distaux Retinaculum des fléchisseurs V palmaires proximal et distal V palmaires proximal et distal V dorsal Complexe ulnaire Sennwald les ligaments en:  système ligamentaire articulaire  système ligamentaire extra-articulaire Système articulaire Système extra- articulaire Système articulaire Système extra- articulaire Ligaments interosseux Retinaculum des extenseurs Retinaculum des fléchisseurs
  • 10. Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de voûte de la première rangée du carpe, unité intercalaire transverse, mobile et instable, et le centre de transmission des forces de la main à l’avant-bras, système axial. Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de voûte de la première rangée du carpe, unité intercalaire transverse, mobile et instable, et le centre de transmission des forces de la main à l’avant-bras, système axial. ces rôles de maintien, stabilité, mobilité et coordination Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de voûte de la première rangée du carpe, unité intercalaire transverse, mobile et instable, et le centre de transmission des forces de la main à l’avant-bras, système axial. Selon Sennwald, le lunatum est à la fois la clef de voûte de la première rangée du carpe, unité intercalaire transverse, mobile et instable, et le centre de transmission des forces de la main à l’avant-bras, système axial. ces rôles de maintien, stabilité, mobilité et
  • 11. Physiologie des structures ostéo- ligamentaires Kuhlmann: classification fonctionnelle des structures ligamentaires •La fronde articulaire composée des•La fronde articulaire composée des (antérieurs et postérieurs) et aboutissant au pyramidal, contrôle la stabilité transversale radio-carpienne l’abduction-adduction du poignet. •La sangle palmaire, formée par la totalité des ligaments palmaires antérieurs, stabilise le carpe vers l’avant. •Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os. •Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os. •Les structures ligamentaires transversales unissent entre eux les os de la première rangée et ceux de la deuxième. Physiologie des structures ostéo- ligamentaires Kuhlmann: classification fonctionnelle des structures ligamentaires des ligaments radio-carpiensdes ligaments radio-carpiens (antérieurs et postérieurs) et aboutissant au pyramidal, contrôle la transversale radio-carpienne et médiocarpienne dans •La sangle palmaire, formée par la totalité des ligaments palmaires antérieurs, stabilise le carpe vers l’avant. •Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os. •Le complexe scaphoïdien distal unissant le scaphoïde au trapèze et au trapézoïde est renforcé par le ligament scapho-grand os. •Les structures ligamentaires transversales unissent entre eux les os de la première rangée et ceux de la deuxième.
  • 12. Ce système ligamentaire complexe présente cependant des points faibles, en particuliers médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace de Poirier). médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace de Poirier). Outre ce système stabilisateur passif, il existe un système actif, celui des muscles de l’avant-bras, dont la contraction met en charge contiennent. les os du carpe et Ce système ligamentaire complexe présente cependant des particuliers un point faible antérieur médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace de Poirier). médio-carpien entre le semi-lunaire et le grand os (espace de Poirier). Outre ce système stabilisateur passif, il existe un système actif, celui des muscles de l’avant-bras, dont la contraction les os du carpe et les ligaments qui les
  • 13. Cohérence spatiale du carpe En inclinaison radiale le scaphoïde s’horizontalisele scaphoïde s’horizontalise styloïde radiale. Le semi-lunaire glisse en situation cubitale, mais reste toujours à moitié couvert par l’auvent radial. Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la surface spirale de l’os crochu. Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la surface spirale de l’os crochu. Cohérence spatiale du carpe s’horizontalise sous la pression de las’horizontalise sous la pression de la Le semi-lunaire glisse en situation cubitale, mais reste par la partie interne de Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la surface spirale de l’os crochu. Le pyramidal est en situation haute et postérieure sur la surface spirale de l’os crochu.
  • 14. Lorsque le poignet passe de l’inclinaison radiale à l’inclinaison cubitale: deux mouvements s’enchaînent le scaphoïde se verticalise, verticalisé, il attire avec glisse couvre sous l’auvent radial complètement, et une basculedorsale physiologique.une basculedorsale physiologique. Lorsque le poignet passe de l’inclinaison radiale à l’inclinaison cubitale: deux mouvements s’enchaînent rapidement : le scaphoïde se verticalise, puis totalement avec lui le semi-lunaire qui radial et sous lequel il se et se voit ainsi imposer une basculedorsale physiologique.une basculedorsale physiologique.
  • 15. Oberlin 1990 une nouvelle définition radiologique de la situation scapho-lunaire. La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à tracer, mais par la tangente au bord antérieur du La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à tracer, mais par la tangente au bord antérieur du scaphoïde. L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45° sur le cliché de profil strict sur planchette. scaphoïde. L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45° sur le cliché de profil strict sur planchette. Oberlin 1990 une nouvelle définition radiologique de la situation scapho-lunaire. La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à tracer, mais par la tangente au bord antérieur du La ligne bi-lunaire joint les cornes antérieure et postérieure du semi-lunaire. La situation du scaphoïde est caractérisée non pas par l’axe du scaphoïde, difficile à tracer, mais par la tangente au bord antérieur du scaphoïde. L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45° sur le cliché de profil strict sur planchette. scaphoïde. L’angle scapho-lunaire, ainsi défini, varie entre 30° et 45° sur le cliché de profil strict sur planchette.
  • 16. Oberlin (1990) L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet, atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour atteindre 15°. L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet, atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour atteindre 15°. En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe du radius. L’ensemble de la première rangée des os du carpe bascule en f lexion. En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe du radius. L’ensemble de la première rangée des os du carpe bascule en f lexion. En inclinaison cubitale, le segment intercalaire bascule en extension. (1990) L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet, atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour atteindre 15°. L’angle scapho-lunaire s’ouvre en extension du poignet, atteignant 50° à 60°, et se ferme en f lexion pour atteindre 15°. En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe du radius. L’ensemble de la première rangée des os du carpe bascule en f lexion. En inclinaison radiale, le scaphoïde s’horizontalise et son axe devient grossièrement perpendiculaire à l’axe du radius. L’ensemble de la première rangée des os du carpe bascule en f lexion. En inclinaison cubitale, le segment intercalaire bascule en extension.
  • 17. La vascularisation Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du scaphoïde en cas de fracture associée de cet os. MESTDAGH Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du scaphoïde en cas de fracture associée de cet os. MESTDAGH • A la face palmaire, l’artère interosseuse antérieur s’unit, en amont de l’interligne radio-carpien à une fine branche de l’artère radiale pour former une arcade grêle : l’arcade transverse antérieur du carpe. • A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du carpe. • A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du carpe. La vascularisation Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du scaphoïde en cas de fracture associée de cet os. MESTDAGH Etant donné le risque de nécrose du semi-lunaire après luxations péri-lunaires, ou de nécrose du scaphoïde en cas de fracture associée de cet os. MESTDAGH • A la face palmaire, l’artère interosseuse antérieur s’unit, en amont de l’interligne radio-carpien à une fine branche de l’artère radiale pour former une arcade grêle : l’arcade transverse antérieur du carpe. • A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du carpe. • A la face dorsale, les artères interosseuses postérieures et antérieures (cette dernière après avoir franchi la membrane interosseuse) se rejoignent et s’unissent à l’arcade dorsale du carpe.
  • 18. Mécanisme DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du carpe comprend une hyperextension du poignet, dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du carpe comprend une hyperextension du poignet, dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions carpiennes, associée à une torsion pour désolidariser 1éreos de la rangée Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984) ruptures ligamentaires successives, on aboutit à une luxation rétrolunaire, puis antélunaire Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984) ruptures ligamentaires successives, on aboutit à une luxation rétrolunaire, puis antélunaire Une inclinaison ulnaire et une supination intracarpienne, facteur principal de la déstabilisation Mécanisme DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du carpe comprend une hyperextension du poignet, dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions DESTOT :Le mécanisme la luxation rétrolunaire pure du carpe comprend une hyperextension du poignet, dénominateur commun de la quasi-totalité des lésions carpiennes, associée à une torsion pour désolidariser les Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984) ruptures ligamentaires successives, on aboutit à une luxation rétrolunaire, puis antélunaire Mayfield (1980), puis Allieu et Asencio (1984) ruptures ligamentaires successives, on aboutit à une luxation rétrolunaire, puis antélunaire Une inclinaison ulnaire et une supination intracarpienne, facteur principal de la déstabilisation
  • 19. mécanisme  La supination intracarpienne entraîne une dissociation scapholunaire, stade 1 de Mayfield.  La supination intracarpienne entraîne une dissociation scapholunaire, stade 1 de Mayfield.  La levée du verrou latéral permet alors au capitatum de se déplacer en arrière du lunatum ,stade 2 de Mayfield. La force vulnérante se propage en dedans, aboutissant à une dissociation lunotriquétrale, stade avec déchirure du ligament radiocarpien postérieur, résultant en une luxation rétro­lunaire du carpe mécanisme  La supination intracarpienne entraîne une dissociation scapholunaire, stade 1 de Mayfield.  La supination intracarpienne entraîne une dissociation scapholunaire, stade 1 de Mayfield.  La levée du verrou latéral permet alors au capitatum de se déplacer en arrière du lunatum ,stade 2 de Mayfield. La force vulnérante se propage en dedans, aboutissant à une dissociation lunotriquétrale, stade 3 de Mayfield. avec déchirure du ligament radiocarpien postérieur, résultant en une luxation rétro­lunaire du carpe
  • 20. Au total, les lésions ligamentaires, très importantes, s'étendent de dehors en dedans autour du lunatum, respectant les attaches du lunatum au radius. Au total, les lésions ligamentaires, très importantes, s'étendent de dehors en dedans autour du lunatum, respectant les attaches du lunatum au radius. La force continuant à s'exercer, le capitatum chasse le lunatum en avant et se place sous le radius. La luxation antérieure du lunatum (stade 4 de MAYFIELD) est le terme ultime de la luxation rétro-lunaire. Au total, les lésions ligamentaires, très importantes, s'étendent de dehors en dedans autour du lunatum, respectant les attaches du lunatum au radius. Au total, les lésions ligamentaires, très importantes, s'étendent de dehors en dedans autour du lunatum, respectant les attaches du lunatum au radius. La force continuant à s'exercer, le capitatum chasse le lunatum en avant et se place sous le radius. La luxation antérieure du lunatum (stade 4 de MAYFIELD) est le terme ultime de la luxation rétro-lunaire.
  • 21.
  • 22. Toutefois, cette théorie n'explique pas les lésions triquétro-lunaires isolées ou les fractures du scaphoïde associées à une lésion scapho-lunaire. LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à départ médial évoluant en latérale. LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à départ médial évoluant en latérale. REAGAN 1984 LABBE 1986 MATHOULIN 1990 Les lésions résultent dans ce cas d'une pronation aiguë du poignet Toutefois, cette théorie n'explique pas les lésions triquétro-lunaires isolées ou les fractures du scaphoïde associées à une lésion scapho-lunaire. LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à départ médial évoluant en latérale. LINSCHEID en 1972 est le premier à évoquer un mécanisme lésionnel à départ médial évoluant en latérale. MATHOULIN 1990 CLEMENT 1995 Les lésions résultent dans ce cas d'une pronation aiguë du poignet
  • 23.
  • 24. Taleisnik : a classé les luxations péri-lunaires, selon les fractures associées en quatre groupes Witvoet et Allieu, une classification selon les lésions ligamentaires radio-lunaires. Les auteurs : classent ces lésions selon cinq critères :    La situation du grand os par rapport au semi-lunaire, le niveau où se fait la levée du verrou scaphoïdien, la position du semi-lunaire par rapport au radius, Les variantes éventuelles et  les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes. Les variantes éventuelles et  les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes. Taleisnik : a classé les luxations péri-lunaires, selon les fractures associées en quatre groupes Witvoet et Allieu, une classification selon les radio-lunaires. Les auteurs : classent ces lésions selon cinq critères : La situation du grand os par rapport au semi-lunaire, le niveau où se fait la levée du verrou scaphoïdien, la position du semi-lunaire par rapport au radius, Les variantes éventuelles et  les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes. Les variantes éventuelles et  les lésions associées anti-brachiales ou métacarpiennes.
  • 25. classification de Taleisnik Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les luxations péri-lunaires pures postérieures et antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures du semi-lunaire. classification de Taleisnik Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les luxations péri-lunaires pures postérieures et antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures du semi-lunaire. Groupe II : Fracture-luxation du grand arc, dont l’exemple complet réalise les luxations trans-scapho-trans-capito- trans-hamato-trans-pyramido-lunaire . Groupe III : Ce groupe comporte les luxations trans-stylo- périlunaires, qui sont plus ou moins associées à l’atteinte des autres os du carpe. Groupe IV : Luxations radio-carpiennes. classification de Taleisnik Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les luxations péri-lunaires pures postérieures et antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures du semi-lunaire. classification de Taleisnik Groupe I : Fracture-luxation du petit arc. Il regroupe les luxations péri-lunaires pures postérieures et antérieures, ou bien celles postérieures et antérieures du semi-lunaire. Groupe II : Fracture-luxation du grand arc, dont l’exemple complet réalise les luxations trans-scapho-trans-capito- trans-hamato-trans-pyramido-lunaire . Groupe III : Ce groupe comporte les luxations trans-stylo- périlunaires, qui sont plus ou moins associées à l’atteinte des autres os du carpe. Groupe IV : Luxations radio-carpiennes.
  • 26. Classification de pronostique de Witvoet et Allieu Cette classification est basée sur l’état des freins, portes vaisseaux antérieures et postérieures du semi-lunaire. Classification de pronostique de Witvoet et Allieu Cette classification est basée sur l’état des freins, portes vaisseaux antérieures et postérieures du semi-lunaire. Type I : les deux freins sont intacts, le semi-lunaire a conservé ses rapports normaux avec le radius il n’y a aucune nécrose possible, la vascularisation étant totalement conservée. Type II : le frein postérieur est rompu, le semi-lunaire peut alors tourner sur deux axes transversal et vertical. Type III : les deux freins ici rompus, le semi-lunaire est complètement libre et voué inéluctablement à la nécrose. Cette lésion est rare. Classification de pronostique de Witvoet et Allieu Cette classification est basée sur l’état des freins, portes vaisseaux antérieures et postérieures du semi-lunaire. Classification de pronostique de Witvoet et Allieu Cette classification est basée sur l’état des freins, portes vaisseaux antérieures et postérieures du semi-lunaire. Type I : les deux freins sont intacts, le semi-lunaire a conservé ses rapports normaux avec le radius il n’y a aucune nécrose possible, la vascularisation étant totalement conservée. Type II : le frein postérieur est rompu, le semi-lunaire peut alors tourner sur deux axes transversal et vertical. Type III : les deux freins ici rompus, le semi-lunaire est complètement libre et voué inéluctablement à la nécrose. Cette lésion est rare.
  • 28. classification de Tout LPL ou FLPL est classée à partir des radios initiales selon trois critères : • Direction de déplacement sagittal du capitatum par rapport lunatum (antérieur ou postérieur). • Degré du déplacement sagittal du lunatum par rapport au radius, • Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant les luxation pures, les fractures-luxations • Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant les luxation pures, les fractures-luxations de Herzberg 1993 Tout LPL ou FLPL est classée à partir des radios initiales selon trois critères : • Direction de déplacement sagittal du capitatum par rapport lunatum (antérieur ou postérieur). au • Degré du déplacement sagittal du lunatum par rapport au • Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant les luxation pures, les fractures-luxations • Trajet de la ligne de rupture dans le plan frontal, définissant les luxation pures, les fractures-luxations
  • 29.
  • 30. la Sofcot de 1972, une lésion diagnostiquée après la troisième semaine était chronique.chronique. Herzberg en 1993, On parle de lésion aigué la 1 semaine . une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6 semaines est une lésion subaiguë, une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion chronique ou ancienne. Le délai de 6 semaines est important car il correspond au délai de cicatrisation ligamentaire. une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6 semaines est une lésion subaiguë, une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion chronique ou ancienne. Le délai de 6 semaines est important car il correspond au délai de cicatrisation ligamentaire. la Sofcot de 1972, une lésion diagnostiquée après semaine était considérée comme Herzberg en 1993, On parle de lésion aigué la 1 semaine . une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6 semaines est une lésion subaiguë, une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion chronique ou ancienne. Le délai de 6 semaines est important car il correspond au délai de cicatrisation ligamentaire. une lésion diagnostiquée entre la 1 semaine et 6 semaines est une lésion subaiguë, une lésion de plus de 6 semaines est une est une lésion chronique ou ancienne. Le délai de 6 semaines est important car il correspond au délai de cicatrisation ligamentaire.
  • 31. Description desDescription desDescription des lésionsDescription des lésions
  • 32. Les luxations périlunariennes du carpe comprennent les lésions suivantes : •Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes postérieures. Les luxations périlunariennes du carpe comprennent les lésions suivantes : •Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes postérieures. •Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes antérieures. •Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.•Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde. Les luxations périlunariennes du carpe comprennent les lésions suivantes : •Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes postérieures. Les luxations périlunariennes du carpe comprennent les lésions suivantes : •Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes postérieures. •Les luxations et les fractures-luxations périlunariennes antérieures. •Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.•Les subluxations et luxations isolées du scaphoïde.
  • 33. Les luxations et fractures-luxations périlunariennes postérieures du carpe Sont définies par la position postérieure que carpien par rapport au semi-lunaire Sont définies par la position postérieure que carpien par rapport au semi-lunaire Mécanisme Wagner :la ligne de dislocation du carpe : •Passer au pôle supérieur du scaphoïde après interosseux scapho-lunaire : c’est la luxation rétro-lunaire classique. •Briser le scaphoïde, chaque fragment rangée : c’est la luxation trans-scapho-périlunaire Les luxations et fractures-luxations périlunariennes postérieures du carpe Sont définies par la position postérieure que carpien par rapport au semi-lunaire prend le massifSont définies par la position postérieure que carpien par rapport au semi-lunaire prend le massif Wagner :la ligne de dislocation du carpe : •Passer au pôle supérieur du scaphoïde après rupture du ligament interosseux scapho-lunaire : c’est la luxation rétro-lunaire classique. fragment restant solidaire de sa rangée : c’est la luxation trans-scapho-périlunaire
  • 34. Les fractures-luxations du carpe •la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et le déplacement est toujours important. •la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et le déplacement est toujours important. •Le remplacement de la disjonction capito-lunaire par une fracture du col du grand os entraîne une luxation trans- scapho-capito-lunaire. •La rupture du LLE peut être remplacée par une fracture la styloïde radiale ou une fracture cunéenne externela styloïde radiale ou une fracture cunéenne externe radius (luxation trans-radio-lunaire) et si une fracture scaphoïde s’y associée c’est radio-lunaire. Les fractures-luxations du carpe •la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et le déplacement est toujours important. •la luxation trans-scapho-rétrolunaire. Le trait de fracture peut siéger à différents niveaux, il est souvent isthmique, et le déplacement est toujours important. •Le remplacement de la disjonction capito-lunaire par une fracture du col du grand os entraîne une luxation trans- •La rupture du LLE peut être remplacée par une fracture de du du fracture cunéenne externe de du du fracture cunéenne externe radius (luxation trans-radio-lunaire) et si une fracture c’est la luxation trans-scapho-
  • 35. •La luxation une fracture pyramido-lunaire peut être remplacée par verticale du pyramide. •La luxation une fracture pyramido-lunaire peut être remplacée par verticale du pyramide. •La luxation FENTON trans-scapho--capito-lunaire syndrome de correspond johnson. à la rupture du pyramido-lunaire peut être remplacée par verticale du pyramide. pyramido-lunaire peut être remplacée par verticale du pyramide. trans-scapho--capito-lunaire syndrome de rupture du grand arc distal de
  • 36. Le mécanisme comprend une hyperextension du poignet ; il s’agit d’une hyperextension libre (Destot) une inclinaison (Mayfield) cubitale et une C’est la rupture du petit arc proximal (autour du semi-lunaire) de Johnson Le mécanisme comprend une hyperextension du poignet ; il s’agit d’une hyperextension libre (Destot) une supination Intracarpienne du petit arc proximal (autour du
  • 37. la séquence lésionnelle de la luxation passe par plusieurs stades (Mayfield) •Stade 1 : la supination intracarpienne entraîne une rupture du complexe lunaire ; •Stade 2 : scapho-lunaire créant unecomplexe lunaire ; •Stade 2 : scapho-lunaire créant une après la levée du verrou scaphoïdien externe et si le traumatisme continu, le grand os se luxe en arrière du semi- lunaire (luxation capito-lunaire), avec déchirure du LLE et du complexe ligamentaire antérieur. •Stade 3 : la force vulnérante continuant, les lésions s’étendent en dedans, créant une disjonctionen dedans, créant une disjonction désolidarisant tout le massif •L’extension de dehors en carpien du semi-lunaire. dedans des lésions ligamentaires autour du semi-lunaire, respecte les attaches du semi-lunaire au radius. la séquence lésionnelle de la luxation passe par plusieurs stades (Mayfield) la supination intracarpienne entraîne une rupture du créant une disjonction scapho-créant une disjonction scapho- après la levée du verrou scaphoïdien externe et si le traumatisme continu, le grand os se luxe en arrière du semi- lunaire (luxation capito-lunaire), avec déchirure du LLE et du complexe ligamentaire antérieur. •Stade 3 : la force vulnérante continuant, les lésions s’étendent disjonction pyramido-lunaire,disjonction pyramido-lunaire, carpien du semi-lunaire. dedans des lésions ligamentaires autour du semi-lunaire, respecte les attaches du semi-lunaire au radius.
  • 38. •Stade 4 : C’est la luxation rétro-lunaire du carpe. •Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse•Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse le semi-lunaire en avant et prend sa place sous le radius, le semi-lunaire tournant l’extrême , de 90° transversal. A le totalement énuclée en avant tournant C’est la de 270° et rompre luxation antérieure ultime de la séquence lésionnelleultime de la séquence lésionnelle •Stade 4 : C’est la luxation rétro-lunaire du carpe. •Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse•Stade 5 : si le traumatisme continu, le grand os chasse prend sa place sous le radius, de 90° autour de son peu t axe êtrele semi-lunaire avant (le noyau de cerise) rompre ses attaches antérieures. antérieure du semi-lunaire, terme ultime de la séquence lésionnelleultime de la séquence lésionnelle
  • 39. Les luxations périlunariennes postérieures puresLes luxations périlunariennes postérieures pures
  • 40. Les luxations et fractures-luxations périlunariennes antérieures beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires postérieures beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires postérieures Le col du grand os vient butter contre la corne antérieure du semi-lunaire, entraînant une rupture de la capsule et des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire interosseux des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire interosseux Les luxations et fractures-luxations périlunariennes antérieures beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires postérieures beaucoup plus rares (6 %) que les luxations périlunaires postérieures Le col du grand os vient butter contre la corne antérieure du semi-lunaire, entraînant une rupture de la capsule et des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire interosseux des ligaments postérieurs du grand os - semi-lunaire. La luxation antérieure du grand os nécessite une fracture du scaphoïde et une rupture du ligament scapho-lunaire interosseux
  • 41. Les luxations isolées du scaphoïde Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire postérieure spontanément réduite être important avec un diastasis scapho-lunaire majeur réalisant la «luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau». Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire postérieure spontanément réduite Le scaphoïde n’a pas regagné sa place : c’est le stade plus grave de la dislocation scapho-lunaire important diastasis scapho-lunaire majeur «luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».«luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau». Les luxations isolées du scaphoïde Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire postérieure spontanément réduite être important avec un diastasis scapho-lunaire majeur réalisant la «luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau». Elles sont la résultante d’une luxation périlunaire postérieure spontanément réduite Le scaphoïde n’a pas regagné sa place : c’est le stade plus grave de la dislocation scapho-lunaire le scapho-lunaire majeur réalisant la «luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».«luxation divergente scapho-lunaire de Trousseau».
  • 42. Etude clinique La symptomatologie clinique est classique. Elle réalise au maximum uneElle réalise au maximum une flexion. La douleur et l’impotence fonctionnelle grandes que dans les fractures inférieure du radius. Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos de fourchette situé plus bas que dans les fractures de Pouteau-Colles. Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos de fourchette situé plus bas que dans les fractures de Pouteau-Colles. Etude clinique La symptomatologie clinique est classique. une «main enclouée» enune «main enclouée» en l’impotence fonctionnelle sont plus fractures de l’extrémité Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos de fourchette situé plus bas que dans les fractures de Pouteau-Colles. Le poignet est déformé, épaissi avec un aspect en dos de fourchette situé plus bas que dans les fractures de Pouteau-Colles.
  • 43.
  • 44. La palpation antérieure réveille permet parfois de percevoir le semi-lunaire luxé. Des les autres cas, luxation périlunaire carpe et luxation isolée du tableau douloureux post-traumatique du une impotence fonctionnelle, importante, en dehors de l’œdème qui peut être parfois important. Ces tableaux cliniques sont souvent frustes,Ces tableaux cliniques sont souvent frustes, d’erreur diagnostique, et c’est la radiologie qui permet de confirmer le diagnostic. réveille une douleur exquise et permet parfois de percevoir le semi-lunaire luxé. Des les autres cas, luxation périlunaire antérieure du du scaphoïde, il s’agit d’un tableau douloureux post-traumatique du poignet avec fonctionnelle, et sans déformation importante, en dehors de l’œdème qui peut être parfois important. Ces tableaux cliniques sont souvent frustes, sourcesCes tableaux cliniques sont souvent frustes, sources d’erreur diagnostique, et c’est la radiologie qui permet de confirmer le diagnostic.
  • 45. Radiologie C’est la radiographie de profil qui fera le diagnostic. La sémiologie radiologique est classique Radiologie C’est la radiographie de profil qui fera le diagnostic. strict (+++) La sémiologie radiologique est classique
  • 46. Sur un cliché de face : •Le semi-lunaire à perdu sa devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie) et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand os. devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie) et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand os. •Le scaphoïde, horizontalisé, paraît tubérosité postéro-externe qui devient visible sous forme d’une image en anneau. sa forme quadrangulaire et devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie) et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand os. devenu triangulaire à sommet inférieur (aspect en toupie) et il existe un chevauchement du semi-lunaire sur le grand os. horizontalisé, paraît raccourci, avec la tubérosité postéro-externe qui devient visible sous forme d’une image en anneau.
  • 47. •En une cas de fractures-luxations on peut objectiver fracture du scaphoïde, du grand os…. Ces non images peuvent passer inaperçues à un œil averti (trois courbes de Gilula Ces non images peuvent passer inaperçues à un œil averti (trois courbes de Gilula . Distance inter-scapho-lunaire < à 3mm). cas de fractures-luxations on peut objectiver fracture du scaphoïde, du grand os…. images peuvent passer inaperçues à un œil averti (trois courbes de Gilula images peuvent passer inaperçues à un œil averti (trois courbes de Gilula . Distance inter-scapho-lunaire < à 3mm).
  • 48. Le cliché de profil : (sur planchette) est par contre plu évocateur et montre le degré d’énucléation du semi- lunaire. On note : •La présence du semi-lunaire sous la glène radiale, avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°, •La projection de l’ensemble du carpe en arrière du évocateur et montre le degré d’énucléation du semi- lunaire. On note : •La présence du semi-lunaire sous la glène radiale, avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°, •La projection de l’ensemble du carpe en arrière du bloc radio-lunaire avec horizontalisation du scaphoïde. sLe cliché de profil : (sur planchette) est par contre plu évocateur et montre le degré d’énucléation du semi- lunaire. On note : •La présence du semi-lunaire sous la glène radiale, avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°, •La projection de l’ensemble du carpe en arrière du évocateur et montre le degré d’énucléation du semi- lunaire. On note : •La présence du semi-lunaire sous la glène radiale, avec un angle radio-lunaire n’excède pas les 20°, •La projection de l’ensemble du carpe en arrière du bloc radio-lunaire avec horizontalisation du scaphoïde.
  • 49. •En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière. . •En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière. . Dr rezzik •En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière. . •En cas de luxation antérieure du semi-lunaire, celui-ci apparaît isolé, en avant du carpe dont la concavité regarde en avant, voire en haut au maximum en arrière. .
  • 51. Traitement •Buts •Restaurer de façon des os du carpe entre eux •Obtenir cohérent système un carpe par une parfaite restauration du ligamentaire et •Obtenir cohérent système par une parfaite restauration du ligamentaire et os du carpe fracturés. Traitement façon précise les rapports des os du carpe entre eux carpe stable, mobile et par une parfaite restauration du ligamentaire et de la forme des par une parfaite restauration du ligamentaire et de la forme des os du carpe fracturés.
  • 52. Méthodes orthopédiques La réduction de la luxation est une urgence Méthodes orthopédiques La réduction de la luxation est une urgence Elle peut être obtenue par traction en extension et en supination. Cette traction peut être manuelle ou instrumentale par un étrier de Finochietto. Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler) et confirmer très minutieusement le peut être manuelle ou instrumentale par un étrier de Finochietto. Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler) et confirmer très minutieusement le résultat Le poignet est immobilisé un mois. Méthodes orthopédiques La réduction de la luxation est une urgence Méthodes orthopédiques La réduction de la luxation est une urgence Elle peut être obtenue par traction en extension et en supination. Cette traction peut être manuelle ou instrumentale par un étrier de Finochietto. Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler) et confirmer très minutieusement le peut être manuelle ou instrumentale par un étrier de Finochietto. Il faut persévérer (10 minutes pour Böhler) et confirmer très minutieusement le Le poignet est immobilisé un mois.
  • 53. REDUCTION ET BROCHAGE PERCUTANE : A NE PAS FAIRE ! REDUCTION ET BROCHAGE PERCUTANE : A NE PAS FAIRE ! REDUCTION ET BROCHAGE PERCUTANE : A NE PAS FAIRE ! REDUCTION ET BROCHAGE PERCUTANE : A NE PAS FAIRE !
  • 54. Méthodes chirurgicales Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul capable d’assurer une restauration anatomique (réduction) une réparation ligamentaire Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul capable d’assurer une restauration anatomique (réduction) une réparation ligamentaire La voie postérieure La voie d’abord antérieure Méthodes chirurgicales Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul capable d’assurer une restauration anatomique (réduction) une réparation ligamentaire et Il doit être maintenant le seul à considérer puisque le seul capable d’assurer une restauration anatomique (réduction) une réparation ligamentaire
  • 55. La voie postérieureLa voie postérieure
  • 56.
  • 57.
  • 58.
  • 59.
  • 60. La voie d’abord (palmai re) antérieure entre petit et grand palmaire utilisée, est souvent d’abord (palmai re)entre petit et grand palmaire utilisée, est souvent pour libérer le nerf médian. Elle donne un bon jour sur etle semi-lunaire, permet une synthèsepermet une synthèse aisée d’une fracture du scaphoïde. d’abord (palmai re)grand est souvent d’abord (palmai re)grand est souvent libérer le Elle sur et synthèsesynthèse aisée d’une fracture du scaphoïde.
  • 61. La conduite thérapeutique basée sur le typebasée sur le type périlunaire et l’existence d’une fracture du conduite thérapeutique est type de luxationtype de luxation l’existence fracture du scaphoïde.
  • 62. Les luxations périlunaires postérieures Le traitement orthopédique tenté ; il est parfois suffisant. Aprèstenté ; il est parfois suffisant. Après une contention par un plâtre dizaine de jours puis pour position de fonction. Le traitement chirurgical est ou aux insuffisances Le traitement chirurgical est ou aux insuffisances orthopédique, ce qui est souvent le cas. Abondonné Les luxations périlunaires orthopédique doit être toujours suffisant. Après réduction,suffisant. Après réduction, une contention par un plâtre en flexion pour une pour trois semaines en Le traitement chirurgical est réservé aux échecs insuffisances du traitement Le traitement chirurgical est réservé aux échecs insuffisances du traitement orthopédique, ce qui est souvent le cas.
  • 63. La voie d'abord recommandée dans le cadre d'une luxation périlunaire pure est la voie dorsale. La voie d'abord recommandée dans le cadre d'une luxation périlunaire pure est la voie dorsale. Elle permet contrôle, de réduction et des lésions (brochage). le la la fixation Elle permet contrôle, de réduction et des lésions (brochage). le la la fixation La voie d'abord recommandée dans le cadre d'une luxation périlunaire pure est la voie dorsale. La voie d'abord recommandée dans le cadre d'une luxation périlunaire pure est la voie dorsale. fixationfixation
  • 64.
  • 65. Les luxations trans-scapho- rétrolunaires La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et instable La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et instable Les luxations trans-scapho- La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et instable La fracture du scaphoïde est toujours déplacée et instable
  • 66.
  • 67.
  • 68. Une variété carpe rare deUne variété carpe la luxation verticale A propos d'un casA propos d'un cas rare de luxation du verticale externe cascas
  • 69.
  • 70.
  • 71. Schématisation de la ligne de rupture ligamentaire péri-scapho-trans-carpo- et inter-meta-carpienne. Schématisation de la ligne de rupture ligamentaire péri-scapho-trans-carpo- et inter-meta-carpienne.
  • 72. COMPLCATIONS  Les instabilités résiduelles Les instabilités résiduelles L’instabilité scapho-lunaire Evolution vers SLAC selon WATSON L’instabilité triquétro-lunaire Un espace > 2mm entre les deux os est suspect L’instabilité triquétro-lunaire Un espace > 2mm entre les deux os est suspect COMPLCATIONS  Les instabilités résiduelles Les instabilités résiduelles L’instabilité scapho-lunaire : C’est la plus fréquente SLAC selon WATSON L’instabilité triquétro-lunaire Un espace > 2mm entre les deux os est suspect L’instabilité triquétro-lunaire Un espace > 2mm entre les deux os est suspect
  • 73.  Les carpes adaptatifs Selon Allieu les désaxations carpiennes d’adaptation sont Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du carpe.  Les carpes adaptatifs Selon Allieu les désaxations carpiennes d’adaptation sont Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du carpe.  La pseudarthrose du scaphoïde En absence de traitement, l’évolution de la pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC (Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse).  La pseudarthrose du scaphoïde En absence de traitement, l’évolution de la pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC (Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse). La nécrose du pôle proximal du scaphoïde et la nécrose du lunatum :  Les carpes adaptatifs Selon Allieu les désaxations carpiennes d’adaptation sont Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du carpe.  Les carpes adaptatifs Selon Allieu les désaxations carpiennes d’adaptation sont Secondaires à la perte de cohésion spatiale des os du carpe.  La pseudarthrose du scaphoïde En absence de traitement, l’évolution de la pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC (Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse).  La pseudarthrose du scaphoïde En absence de traitement, l’évolution de la pseudarthrose du scaphoïde se fait vers le SNAC (Scaphoïd Nonunion Advanced Collapse). La nécrose du pôle proximal du scaphoïde et la nécrose du lunatum :
  • 74. Conclusion : Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent laisser des séquelles fonctionnelles graves si elles ne sont pas diagnostiquées rapidement après le traumatisme. Le diagnostic est très Conclusion : Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent laisser des séquelles fonctionnelles graves si elles ne sont pas diagnostiquées rapidement après le traumatisme. Le diagnostic est très aisé si l’on connaît la pathologie. Un traitement chirurgical adapté permet de minimiser les séquelles. aisé si l’on connaît la pathologie. Un traitement chirurgical adapté permet de minimiser les séquelles. Conclusion : Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent laisser des séquelles fonctionnelles graves si elles ne sont pas diagnostiquées rapidement après le traumatisme. Le diagnostic est très Conclusion : Les luxations péri-lunaires du carpe peuvent laisser des séquelles fonctionnelles graves si elles ne sont pas diagnostiquées rapidement après le traumatisme. Le diagnostic est très aisé si l’on connaît la pathologie. Un traitement chirurgical adapté permet de minimiser les séquelles. aisé si l’on connaît la pathologie. Un traitement chirurgical adapté permet de minimiser les séquelles.