SlideShare une entreprise Scribd logo
RÉTRÉCISSEMENT AORTIQUE.
               Pr LATRECHE Samia
      Service de Cardiologie A2 – Pr MERAD
              CHU Mustapha- Alger
I. DÉFINITION DES RECOMMANDATIONS AMÉRICAINES (ACC, AHA), JACC 1998
II. ETIOLOGIE
III. ANATOMIE PATHOLOGIQUE
lésions valvulaires
2) lésions extra valvulaires
IV. PHYSIOPATHOLOGIE
V. CLINIQUE
1) Circonstance de découverte
2) Signes Cliniques
VI. RADIOGRAPHIE PULMONAIRE
VII. ECG
VIII. ECHO DOPPLER CARDIAQUE
Diagnostic positif (échographie et doppler)
Précise le mécanisme (échographie)
Etude de la fonction VG (échographie et doppler)
Quantification du RAo (doppler)
évaluation de la PAPS
recherche de lésions associées (IAo et /ou mitrale)
ETO
8- Stratégie diagnostique d’un RAo à fonction VG altérée

X. CRITÈRES DE GRAVITÉ D’UN RAO
XI. TRAITEMENT DU RAO
a) RAo asymptomatique non compliqué
b) RAo symptomatique
I.DÉFINITION DES RECOMMANDATIONS AMÉRICAINES (ACC,AHA), JACC 1998:

Surface Ao < 1.5 cm2 → RAo peu serré
1cm2 < SAo < 1,5cm2 → RAo moyennement serré
Surface aortique < 1 cm2 ou 0,6 cm2 /m2 de surface corporelle → RAo serré.
II. ETIOLOGIE :

RAo post rhumatismal.

RAo dégénératif ou maladie Monckeberg du sujet âgé.

RAo congénital :
Valvulaire avec fusion commissurale. Il réalise le plus souvent une valve bicuspide,
rarement tricuspide.
Sous- valvulaire le plus souvent par diaphragme fibreux, les sigmoïdes sont altérées
par effet de jet.
Sus – valvulaire (très rare) à la limite supérieure des sinus de Valsalva.

Endocardite bactérienne.

RAo athéromateux chez le sujet de la cinquantaine.
III. ANATOMIE PATHOLOGIQUE :

1) lésions valvulaires :
Aspects anatomiques propres à chaque étiologie au début de leur évolution.
Tardivement : transformation calcaire → uniformisation des lésions.

2) lésions extra valvulaires :
dilatation de l’aorte ascendante
HVG concentrique
Artères coronaires de gros calibre
Embolie calcaire : non exceptionnelle
IV. PHYSIOPATHOLOGIE :

     Les conséquences de la gêne éjectionnelle sont :
     •une augmentation de la durée de l’éjection systolique
     •une HVG permettant une augmentation de la pression systolique pour vaincre
le barrage
     •enfin une baisse du débit systolique survenue d’abord à l’effort puis de
façon constante.
     L’IVG apparaît tardivement par trouble de la complication ventriculaire.
V. CLINIQUE :

     1) Circonstance de découverte :
     Longtemps asymptomatique de découverte lors d’un examen systématique.
     La survenue d’une symptomatologie d’effort témoigne d’un RAo serré.
     Il s’agit :
     •d’angor d’effort
     •syncope – lipothymie d’effort
     •dyspnée d’effort.

      2) Signes Cliniques :
      •thrill systolique perçu au 2EID ou à la fourchette sternale
      •souffle systolique éjectionnel, à maximum méso systolique, rude râpeux siégeant
à la base du cou et irradiant vers les carotides. Un maximum télé systolique du souffle
est un critère de gravité.
      •diminution voire abolition de B2 aortique si RAO serré calcifié

     •pincement de la différentielle par diminution de la PAS

     •peuvent exister des signes d’IVG ou de bat débit.
VI. RADIOGRAPHIE PULMONAIRE :

•cardiomégalie avec ICT > 0,5 aux dépens de l’arc inférieur gauche
•dilatation post sténotique de l’aorte ascendante par lésion jet.
•rechercher les calcifications valvulaires voire de l’aorte ascendante.
VII. ECG :

          -   HVG de type surcharge systolique : proportionnelle à la sévérité du RAo
mais elle peut manquer alors que le RAo est serré.
          - BBG incomplet et le plus courant, le bloc complet est plus rare, .
          - BAV de premier degré, un BAV de haut degré ou 1 BAV complet est
possible.
          - La FA est rare, sa présence doit faire rechercher une atteinte mitrale
associée.
VIII. ECHODOPPLER CARDIAQUE :

     Examen clé dans l’évaluation du RAo

              But de l’examen :
Diagnostic positif (échographie et doppler) :

•Epaississement voire calcification avec jeu systolique limité
•Hypertrophie ventriculaire gauche
•Dilatation de l’aorte ascendante
Précise le mécanisme (échographie) :

• nombre et cinétique des sigmoïdes
• symphyses commissurales
• calcifications
Etude de la fonction VG (échographie et doppler)

•     HVG
•     Fonction systolique VG
•     Fonction diastolique VG
•     Débit cardiaque
Quantification du RAo (doppler)

    •surface aortique
    •gradient moyen VG –Ao
    •Indice de perméabilité




Coupe apicale 5 cavités, enregistrement   Mesure du diamètre de la chambre de
du flux dans la chambre de chasse VG      chasse VG sur la coupe para sternale

  en doppler pulsé ( VTI = 8 cm)               gauche grand axe ( d = 23 mm)
Enregistrement du flux de sténose aortique
 en doppler continu par voie para sternale
droite (gradient moyen VG-Ao = 69 mm Hg)
évaluation de la PAPS




recherche de lésions associées (IAo et /ou mitrale)
ETO :

•       Facilite l’identification des bicuspidies aortiques
•       Planimétrie de la surface aortique (validée) .
•       Mesure de la crosse et de l’aorte ascendante
•       Mesure fiable du diamètre sous aortique


Critères échographiques de RAO serré :
•      SAO < 1cm2 ou 0,16 cm2 /m2
•      Gradient moyen VG –Ao > 50 mm Hg
•       Index de perméabilité > 25%
8- Stratégie diagnostique d’un RAo à fonction VG altérée :


Si gradient moyen > 30mm Hg et SAo < 0,6 cm2/m2  RAo serré
     Si gradient moyen ≤ 30 mm Hg et SAo < 0,6 cm2 /m2 :




               Echographie de stress
            3 types de réponses :
Groupe IA :
                Réserve contractile + (RC+)
                Gradient augmente
                S Ao < 0,6 cm2 /m2




                     RAO serré

   Implication thérapeutique : Traitement chirurgical
Groupe IB :
-     RC+
-     Gradient n’augmente pas
                                                  -      SAo augmente




                                                        RAo non serré
                                                       Cardiomyopathie
       Implication thérapeutique :   Traitement chirurgical non indiqué
Groupe II :
                                                                                    RC -




                                                                             RAo serré ?

                                                     Mauvais pronostic dans les deux cas

              L’échographie reste l’examen de surveillance indispensable pour les patients
                                                        asymptomatiques avec RAo serré.
X. CRITÈRES DE GRAVITÉ D’UN RAO :

• Signes fonctionnels
• Souffle systolique à maximum télé systolique
• Abolition du B2 aortique
• Les signes d’IVG et de bas débit
• HVG de type surcharge systolique
• SAo < 1 cm2 ou 0.6 cm2 /m2
• Gradient moyen VG –Ao >50mmHg.
• Index de perméabilité >25%
XI. TRAITEMENT DU RAO :
a)RAo asymptomatique non compliqué :

       1. éviction des efforts physiques
       2. prophylaxie de l’endocardite bactérienne et rhumatismale (si l’étiologie est
rhumatismale)
       3. surveillance clinique et échographique annuelle
       4. épreuve d’effort pour dépister les faux asymptomatiques.
b) RAo symptomatique :

1. Traitement médical symptomatique
2. Traitement chirurgical :
            Remplacement valvulaire aortique avec éventuel pontage coronarien dans
le même temps selon les résultats de la coronarographie.

Choix du type de prothèses :
les bio prothèses :
   * clairement recommandées après 80 ans
   * largement utilisées entre 70-80 ans
les prothèses mécaniques :
             •indiquées chez les sujets jeunes
             •discutées dans certains cas :
Patient entre 70-75 ans sans co-morbidité, dont l’espérance de vie est encore longue
en cas d’ ACFA nécessitant un traitement anticoagulant en cas d’insuffisance rénale
chronique qui accélère la dégénérescence des bio prothèses.

-la dilatation aortique percutanée ayant initialement suscité un intérêt particulier
chez les sujets âgés en raison de son risque faible. Mais ses indications sont
actuellement limitées car le résultat est médiocre.

Contenu connexe

Tendances

Echo doppler vasculaire
Echo doppler vasculaireEcho doppler vasculaire
Echo doppler vasculaire
oussama El-h
 
Angioplastie pulmonaire
Angioplastie pulmonaireAngioplastie pulmonaire
Angioplastie pulmonaire
Hervé Faltot
 
Doppler cardiaque normal
Doppler cardiaque normalDoppler cardiaque normal
Doppler cardiaque normal
oussama El-h
 
Cto Dr Simon Elhadad
Cto Dr Simon ElhadadCto Dr Simon Elhadad
Cto Dr Simon Elhadad
Hervé Faltot
 
Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...
Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...
Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...
Brussels Heart Center
 
ECMO
ECMOECMO
La dénervation rénale
La dénervation rénale La dénervation rénale
La dénervation rénale Hervé Faltot
 
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCOmesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
Patou Conrath
 
PARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANT
PARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANTPARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANT
PARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANT
Nessie Productions
 
OAP JNUC4 Deauville 2015
OAP JNUC4 Deauville 2015OAP JNUC4 Deauville 2015
OAP JNUC4 Deauville 2015
Nicolas Peschanski, MD, PhD
 
Ips: dépistage de l'artérite des membres inférieurs
Ips: dépistage de l'artérite des membres inférieursIps: dépistage de l'artérite des membres inférieurs
Ips: dépistage de l'artérite des membres inférieurs
Pascal Boulet
 
Nouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewin
NouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewinNouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewin
Nouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewin
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Dissection de l'aorte
Dissection de l'aorteDissection de l'aorte
Dissection de l'aorte
BayaAZIZA
 
La revascularisation chirurgicale
La revascularisation chirurgicaleLa revascularisation chirurgicale
La revascularisation chirurgicaleHervé Faltot
 

Tendances (18)

Echo doppler vasculaire
Echo doppler vasculaireEcho doppler vasculaire
Echo doppler vasculaire
 
Angioplastie pulmonaire
Angioplastie pulmonaireAngioplastie pulmonaire
Angioplastie pulmonaire
 
Doppler cardiaque normal
Doppler cardiaque normalDoppler cardiaque normal
Doppler cardiaque normal
 
Cto Dr Simon Elhadad
Cto Dr Simon ElhadadCto Dr Simon Elhadad
Cto Dr Simon Elhadad
 
Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...
Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...
Dr Marc Castadot: Angor stable – Définition et actualités thérapeutiques (BHC...
 
ECMO
ECMOECMO
ECMO
 
Stenting
StentingStenting
Stenting
 
Pud Jifa1
Pud Jifa1Pud Jifa1
Pud Jifa1
 
La dénervation rénale
La dénervation rénale La dénervation rénale
La dénervation rénale
 
Cfci 2011 tavildari
Cfci 2011 tavildariCfci 2011 tavildari
Cfci 2011 tavildari
 
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCOmesures et surveillances hemodynamique le PICCO
mesures et surveillances hemodynamique le PICCO
 
PARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANT
PARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANTPARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANT
PARTICULARITÉS DE LA SCLÉROTHÉRAPIE CHEZ LE PATIENT SOUS ANTICOAGULANT
 
OAP JNUC4 Deauville 2015
OAP JNUC4 Deauville 2015OAP JNUC4 Deauville 2015
OAP JNUC4 Deauville 2015
 
Ips: dépistage de l'artérite des membres inférieurs
Ips: dépistage de l'artérite des membres inférieursIps: dépistage de l'artérite des membres inférieurs
Ips: dépistage de l'artérite des membres inférieurs
 
Nouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewin
NouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewinNouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewin
Nouvellestechniquesimageriecarcinomehepatocellulairelewin
 
Iua french 2010
Iua french 2010Iua french 2010
Iua french 2010
 
Dissection de l'aorte
Dissection de l'aorteDissection de l'aorte
Dissection de l'aorte
 
La revascularisation chirurgicale
La revascularisation chirurgicaleLa revascularisation chirurgicale
La revascularisation chirurgicale
 

Similaire à R ao (pr. latreche)

Rao
RaoRao
Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...
Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...
Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...
Brussels Heart Center
 
insuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémiqueinsuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémique
siham h.
 
Angor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEE
Angor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEEAngor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEE
Angor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEE
chaoukichaimaa931
 
Saturation du sang veineux en oxygene
Saturation du sang veineux en oxygene Saturation du sang veineux en oxygene
Saturation du sang veineux en oxygene
Patou Conrath
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
Hamlaoui Saddek
 
Indication aep périphériques
Indication aep périphériquesIndication aep périphériques
Indication aep périphériquescarreres
 
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomieAngiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
imma-dr
 
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomieAngiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
imma-dr
 
Valvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiquesValvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiquessomia hind
 
IRM cardiaque
IRM cardiaqueIRM cardiaque
IRM cardiaque
Hervé Faltot
 
Heart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM Foundation
Heart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM FoundationHeart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM Foundation
Heart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM Foundation
The CRUDEM Foundation
 
Hypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielle
Hypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielleHypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielle
Hypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielle
oussama El-h
 
anesthesie et HTA 2020.pdf
anesthesie et HTA 2020.pdfanesthesie et HTA 2020.pdf
anesthesie et HTA 2020.pdf
ElhassanNhili
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguAmel Ammar
 
NEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptxNEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptx
MarieChhim1
 
2013session5 1
2013session5 12013session5 1
2013session5 1acvq
 
Atteinte rénale du syndrome des antiphospholipides
Atteinte rénale du syndrome des antiphospholipidesAtteinte rénale du syndrome des antiphospholipides
Atteinte rénale du syndrome des antiphospholipidesAbdallah Boulgheraif
 

Similaire à R ao (pr. latreche) (20)

Rao
RaoRao
Rao
 
Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...
Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...
Dr Eric Stoupel: Pour quel patient peut-on prévoir un remplacement valvulaire...
 
insuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémiqueinsuffisance mitrale ischémique
insuffisance mitrale ischémique
 
Angor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEE
Angor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEEAngor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEE
Angor chronique stable.pptx FMPM 3 ANNEE
 
Saturation du sang veineux en oxygene
Saturation du sang veineux en oxygene Saturation du sang veineux en oxygene
Saturation du sang veineux en oxygene
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
 
Indication aep périphériques
Indication aep périphériquesIndication aep périphériques
Indication aep périphériques
 
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomieAngiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
 
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomieAngiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
Angiographie vertébromédullaire. technique et radioanatomie
 
Valvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiquesValvulopathies aortiques
Valvulopathies aortiques
 
IRM cardiaque
IRM cardiaqueIRM cardiaque
IRM cardiaque
 
Heart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM Foundation
Heart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM FoundationHeart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM Foundation
Heart Failure in Haiti (French) Symposia - The CRUDEM Foundation
 
Hypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielle
Hypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielleHypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielle
Hypertrophie ventriculaire gauche au cours de l'hypertension artérielle
 
00 quizz ecg desar 2014
00 quizz ecg desar 201400 quizz ecg desar 2014
00 quizz ecg desar 2014
 
anesthesie et HTA 2020.pdf
anesthesie et HTA 2020.pdfanesthesie et HTA 2020.pdf
anesthesie et HTA 2020.pdf
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aigu
 
NEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptxNEZUKO PAROTIDE.pptx
NEZUKO PAROTIDE.pptx
 
2013session5 1
2013session5 12013session5 1
2013session5 1
 
Atteinte rénale du syndrome des antiphospholipides
Atteinte rénale du syndrome des antiphospholipidesAtteinte rénale du syndrome des antiphospholipides
Atteinte rénale du syndrome des antiphospholipides
 
Sca externes.1
Sca externes.1Sca externes.1
Sca externes.1
 

Plus de killua zoldyck

Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©nauxkillua zoldyck
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013killua zoldyck
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)killua zoldyck
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairkillua zoldyck
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculairekillua zoldyck
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelkillua zoldyck
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]killua zoldyck
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2killua zoldyck
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgenceskillua zoldyck
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternetkillua zoldyck
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologiekillua zoldyck
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinairekillua zoldyck
 

Plus de killua zoldyck (20)

071 hausfater
071 hausfater071 hausfater
071 hausfater
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
 
Les cataractes
Les cataractesLes cataractes
Les cataractes
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Les glaucomes
Les glaucomesLes glaucomes
Les glaucomes
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
 
Pancréatite aiguë
Pancréatite aiguëPancréatite aiguë
Pancréatite aiguë
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
 
Orl
OrlOrl
Orl
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
 

R ao (pr. latreche)

  • 1. RÉTRÉCISSEMENT AORTIQUE. Pr LATRECHE Samia Service de Cardiologie A2 – Pr MERAD CHU Mustapha- Alger
  • 2. I. DÉFINITION DES RECOMMANDATIONS AMÉRICAINES (ACC, AHA), JACC 1998 II. ETIOLOGIE III. ANATOMIE PATHOLOGIQUE lésions valvulaires 2) lésions extra valvulaires IV. PHYSIOPATHOLOGIE V. CLINIQUE 1) Circonstance de découverte 2) Signes Cliniques VI. RADIOGRAPHIE PULMONAIRE VII. ECG VIII. ECHO DOPPLER CARDIAQUE Diagnostic positif (échographie et doppler) Précise le mécanisme (échographie) Etude de la fonction VG (échographie et doppler) Quantification du RAo (doppler) évaluation de la PAPS recherche de lésions associées (IAo et /ou mitrale) ETO 8- Stratégie diagnostique d’un RAo à fonction VG altérée X. CRITÈRES DE GRAVITÉ D’UN RAO XI. TRAITEMENT DU RAO a) RAo asymptomatique non compliqué b) RAo symptomatique
  • 3. I.DÉFINITION DES RECOMMANDATIONS AMÉRICAINES (ACC,AHA), JACC 1998: Surface Ao < 1.5 cm2 → RAo peu serré 1cm2 < SAo < 1,5cm2 → RAo moyennement serré Surface aortique < 1 cm2 ou 0,6 cm2 /m2 de surface corporelle → RAo serré.
  • 4. II. ETIOLOGIE : RAo post rhumatismal. RAo dégénératif ou maladie Monckeberg du sujet âgé. RAo congénital : Valvulaire avec fusion commissurale. Il réalise le plus souvent une valve bicuspide, rarement tricuspide. Sous- valvulaire le plus souvent par diaphragme fibreux, les sigmoïdes sont altérées par effet de jet. Sus – valvulaire (très rare) à la limite supérieure des sinus de Valsalva. Endocardite bactérienne. RAo athéromateux chez le sujet de la cinquantaine.
  • 5. III. ANATOMIE PATHOLOGIQUE : 1) lésions valvulaires : Aspects anatomiques propres à chaque étiologie au début de leur évolution. Tardivement : transformation calcaire → uniformisation des lésions. 2) lésions extra valvulaires : dilatation de l’aorte ascendante HVG concentrique Artères coronaires de gros calibre Embolie calcaire : non exceptionnelle
  • 6. IV. PHYSIOPATHOLOGIE : Les conséquences de la gêne éjectionnelle sont : •une augmentation de la durée de l’éjection systolique •une HVG permettant une augmentation de la pression systolique pour vaincre le barrage •enfin une baisse du débit systolique survenue d’abord à l’effort puis de façon constante. L’IVG apparaît tardivement par trouble de la complication ventriculaire.
  • 7. V. CLINIQUE : 1) Circonstance de découverte : Longtemps asymptomatique de découverte lors d’un examen systématique. La survenue d’une symptomatologie d’effort témoigne d’un RAo serré. Il s’agit : •d’angor d’effort •syncope – lipothymie d’effort •dyspnée d’effort. 2) Signes Cliniques : •thrill systolique perçu au 2EID ou à la fourchette sternale •souffle systolique éjectionnel, à maximum méso systolique, rude râpeux siégeant à la base du cou et irradiant vers les carotides. Un maximum télé systolique du souffle est un critère de gravité. •diminution voire abolition de B2 aortique si RAO serré calcifié •pincement de la différentielle par diminution de la PAS •peuvent exister des signes d’IVG ou de bat débit.
  • 8. VI. RADIOGRAPHIE PULMONAIRE : •cardiomégalie avec ICT > 0,5 aux dépens de l’arc inférieur gauche •dilatation post sténotique de l’aorte ascendante par lésion jet. •rechercher les calcifications valvulaires voire de l’aorte ascendante.
  • 9. VII. ECG : - HVG de type surcharge systolique : proportionnelle à la sévérité du RAo mais elle peut manquer alors que le RAo est serré. - BBG incomplet et le plus courant, le bloc complet est plus rare, . - BAV de premier degré, un BAV de haut degré ou 1 BAV complet est possible. - La FA est rare, sa présence doit faire rechercher une atteinte mitrale associée.
  • 10. VIII. ECHODOPPLER CARDIAQUE : Examen clé dans l’évaluation du RAo But de l’examen :
  • 11. Diagnostic positif (échographie et doppler) : •Epaississement voire calcification avec jeu systolique limité •Hypertrophie ventriculaire gauche •Dilatation de l’aorte ascendante
  • 12. Précise le mécanisme (échographie) : • nombre et cinétique des sigmoïdes • symphyses commissurales • calcifications
  • 13. Etude de la fonction VG (échographie et doppler) • HVG • Fonction systolique VG • Fonction diastolique VG • Débit cardiaque
  • 14. Quantification du RAo (doppler) •surface aortique •gradient moyen VG –Ao •Indice de perméabilité Coupe apicale 5 cavités, enregistrement Mesure du diamètre de la chambre de du flux dans la chambre de chasse VG chasse VG sur la coupe para sternale en doppler pulsé ( VTI = 8 cm) gauche grand axe ( d = 23 mm)
  • 15. Enregistrement du flux de sténose aortique en doppler continu par voie para sternale droite (gradient moyen VG-Ao = 69 mm Hg)
  • 16. évaluation de la PAPS recherche de lésions associées (IAo et /ou mitrale)
  • 17. ETO : • Facilite l’identification des bicuspidies aortiques • Planimétrie de la surface aortique (validée) . • Mesure de la crosse et de l’aorte ascendante • Mesure fiable du diamètre sous aortique Critères échographiques de RAO serré : • SAO < 1cm2 ou 0,16 cm2 /m2 • Gradient moyen VG –Ao > 50 mm Hg • Index de perméabilité > 25%
  • 18. 8- Stratégie diagnostique d’un RAo à fonction VG altérée : Si gradient moyen > 30mm Hg et SAo < 0,6 cm2/m2  RAo serré Si gradient moyen ≤ 30 mm Hg et SAo < 0,6 cm2 /m2 : Echographie de stress 3 types de réponses :
  • 19. Groupe IA : Réserve contractile + (RC+) Gradient augmente S Ao < 0,6 cm2 /m2 RAO serré Implication thérapeutique : Traitement chirurgical
  • 20. Groupe IB : - RC+ - Gradient n’augmente pas - SAo augmente RAo non serré Cardiomyopathie Implication thérapeutique : Traitement chirurgical non indiqué
  • 21. Groupe II : RC - RAo serré ? Mauvais pronostic dans les deux cas L’échographie reste l’examen de surveillance indispensable pour les patients asymptomatiques avec RAo serré.
  • 22. X. CRITÈRES DE GRAVITÉ D’UN RAO : • Signes fonctionnels • Souffle systolique à maximum télé systolique • Abolition du B2 aortique • Les signes d’IVG et de bas débit • HVG de type surcharge systolique • SAo < 1 cm2 ou 0.6 cm2 /m2 • Gradient moyen VG –Ao >50mmHg. • Index de perméabilité >25%
  • 24. a)RAo asymptomatique non compliqué : 1. éviction des efforts physiques 2. prophylaxie de l’endocardite bactérienne et rhumatismale (si l’étiologie est rhumatismale) 3. surveillance clinique et échographique annuelle 4. épreuve d’effort pour dépister les faux asymptomatiques.
  • 25. b) RAo symptomatique : 1. Traitement médical symptomatique 2. Traitement chirurgical : Remplacement valvulaire aortique avec éventuel pontage coronarien dans le même temps selon les résultats de la coronarographie. Choix du type de prothèses : les bio prothèses : * clairement recommandées après 80 ans * largement utilisées entre 70-80 ans les prothèses mécaniques : •indiquées chez les sujets jeunes •discutées dans certains cas : Patient entre 70-75 ans sans co-morbidité, dont l’espérance de vie est encore longue en cas d’ ACFA nécessitant un traitement anticoagulant en cas d’insuffisance rénale chronique qui accélère la dégénérescence des bio prothèses. -la dilatation aortique percutanée ayant initialement suscité un intérêt particulier chez les sujets âgés en raison de son risque faible. Mais ses indications sont actuellement limitées car le résultat est médiocre.