Les syndromes myofasciaux

2 405 vues

Publié le

Les syndromes myofasciaux

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 405
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
75
Actions
Partages
0
Téléchargements
16
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les syndromes myofasciaux

  1. 1. Réunion de Médecine du Sport Jeudi 26 mars 2009
  2. 2. Généralités Exemples cliniques Docteurs Bruno BUREL, Guillaume LEVAVASSEUR et Didier POLIN Institut Régional et Société Normande de Médecine du Sport
  3. 3. La référence bibliographique 1. Définitions 2. Historique et synonymes 3. Prévalence 4. Physiopathologie simplifiée 5. Clinique 6. Approche thérapeutique GENERALITES
  4. 4. La référence Douleurs et troubles fonctionnels myo- fasciaux Traité des points-gâchette musculaires Tomes1 et 2 Janet G.TRAVELL et David G.SIMONS - Édition HAUG
  5. 5. Syndrome myofascial Douleur référée Point détente
  6. 6. 1. Syndrome myo-fascial: douleur(s) et/ou phénomènes neurovégétatifs référés accompagnés de troubles fonctionnels, dont l’origine est un point détente myofascial actif
  7. 7. 2. Douleur référée: origine viscérale ou tissulaire profonde observée à distance de son origine, correspondant ou non à une diffusion métamérique, pouvant naître d’un foyer dont l’innervation est différente de la zone douloureuse ressentie
  8. 8. Douleur référée Institut Régional de Médecine du Sport PEAU viscère Muscle Peau Cortex Sensitif Neurone Spino-Thalamique de la Corne Postérieure Articulation
  9. 9. 3. Point-détente myo-fascial (trigger-point): zone ponctuelle d’hyperexcitabilité douloureuse à la pression, au sein d’une bande palpable d’un muscle squelettique ou dans son fascia entraînant : une douleur référée caractéristique, une sensibilité référée des phénomènes neurovégétatifs référés
  10. 10. Littérature Science
  11. 11. 1. Littérature abondante, mais terminologie disparate et parfois confuse 1843: « callosités musculaires » Froriep 1904: « fibrosite » Gowers 1920: « myogélose » Shade 1938: « douleurs référées » Kellgren 1938: « Myalgic spots » Green 1941: « trigger-point et douleurs référées » Travell
  12. 12. 2.La science avance… mise en évidence de l’existence des « trigger-points» en ultramicroscopie -Awad et coll. en 1973 mais le diagnostic et le traitement ne sont que manuels et l’enseignement n’est pas réalisé!!
  13. 13. Extrêmement fréquente
  14. 14. Prévalence Peu précise, nous venons de voir pourquoi Cause majeure de douleurs et de troubles fonctionnels, qui reste négligée et nous verrons pourquoi! Exemple: sur 200 jeunes asymptomatiques Sola et coll. trouvèrent des trigger-points des muscles de la ceinture scapulaire chez 54% des femmes et 45% des hommes
  15. 15. Un cerveau à trois étages Le traitement de l’information L’installation du syndrome myofascial
  16. 16. …comprenons ce qui se passe!
  17. 17. Le cerveauTrois étages: Tronc cérébral Primitif Système limbique Émotionnel Néo cortex Intelligent , de la pensée Reptilien: archaïque, réflexe Mammifère Grands primates et hommes
  18. 18. Traitement de l’information Réactions automatiques et réflexes Emotions DOULEUR Info du corps Fuite ou retrait Sentiment: douleur physique émotionnelle muscles
  19. 19. Tout évènement émotionnel Déclenche contraction et tension de certains muscles Engendre des mouvements caractéristiques Provoque des postures spécifiques Installe des tensions et des déséquilibres Peut installer des contractures localisées Fixe : un point-détente qui peut rester inactif l’évènement dans la mémoire Tout est prêt pour engendrer un syndrome myofascial
  20. 20. Caractéristiques de la douleur En dehors de la douleur Examen et recherche des « trigger-points »
  21. 21. 1.Caractéristiques de la douleur Chronique (début progressif et ancien) Consécutive à: surmenage chronique infection virale maladie viscérale stress psychologique réponse immunitaire anormale douleur Aigue (début brutal) : accident précis inflammation (rubor, calor, tumor) auto-entretenue par Autres muscles
  22. 22. a. Caractères particuliers Constante Profonde Sourde Intensité variable du: simple inconfort Au véritable supplice invalidant et/ou paroxystique Des paresthésies ou dysesthésies accompagnatrices et trompeuses
  23. 23. b. Seuil variable de déclenchement ou d’aggravation Dépend du degré de condition physique du muscle Efforts importants du muscle en cause Contraction soutenue ou répétée du muscle Etirement passif du muscle Pression du point au sein du muscle Position raccourcie, prolongée du muscle Le froid
  24. 24. c. Amélioration Courte période de repos Etirement passif ou « contracter relâcher » Courte période d’activité modérée Application de chaleur humide
  25. 25. 2. En dehors de la douleur Cortège végétatif localisé vasomotricité, transpiration, activité pilomotrice… Troubles proprioceptifs équilibre, perception de l’espace, coordination… Troubles fonctionnels diminution d’amplitude du mouvement faiblesse de protection, raideur dyspepsie, éructation,… Dépression…
  26. 26. 3. Examen des « trigger-points » Présence d’une bande palpable (cordon) Réaction de secousse musculaire localisée (12 à 76ms) Signe du sursaut Déclenchement de la douleur référée
  27. 27. 6. Approche thérapeutique Etirement et refroidissement par vaporisation Cryothérapie gazeuse hyperbare Chaleur humide Infiltration Compression ischémique Ondes de Choc Radiales Mesures correctrices +++
  28. 28. 1. Sciatique et sciatalgie du marathonien 2. Lombo-cruralgie du footballeur 3. Névralgie Cervico-Brachiale du tennisman
  29. 29. Histoire de courses Le syndrome myofascial du muscle pyramidal
  30. 30. 1. Histoire de courses: Commercial – Marathonien – 43 ans, Consulte à l’Institut en septembre 2008 pour: Impotence fonctionnelle et arrêt de la course depuis 3 ans Aggravée lors des trajets en voiture ou en position assise prolongée Etiqueté lombalgique chronique en raison Accès récidivants de fessalgies et sciatiques tronquées 1 épisode de trajet sciatique complet
  31. 31. 1. Histoire de courses: Faux Lasègue, disparait en abduction, Probable composante canalaire Etirement myotensif des pelvi-trochantériens Reprise d’entraînement au 4ème jour Dimanche en 8 courra le marathon de Paris!
  32. 32. Le syndrome myofascial du pyramidal 1. Rappels anatomiques et fonctionnels 2. Les points-détentes 3. La zone référée 4. Le testing
  33. 33. Le pyramidal C’est le syndrome musculaire le plus connu… …ou reconnu… est-ce un syndrome myofascial? « complexe pelvi-trochantériens » des J.O.J.O. Région sacro-iliaque, face postérieure de hanche et face postérieure de la cuisse, parfois véritable sciatalgie tronquée (syndrome canalaire, nerfs et vaisseaux fessiers) Aggravation assis et en se levant Parfois irritation du nerf honteux (pudendal)
  34. 34. Rapports anatomiques Petit fessier Foramen obturé Grand fessier Moyen fessier Jumeau supérieur Jumeau inférieur Obturateur interne Obturateur externe Carré fémoral
  35. 35. Accessible au T.R.
  36. 36. Le Pyramidal : points - détentes Grande échancrure sciatique Foramen obturé Ligament sacro-épineux
  37. 37. Testing du pyramidal
  38. 38. Souvent associé: l’Obturateur interne Sensation de plénitude rectale Douleurs de la région ano-coccygienne Zone d’extension : à la face postérieure de la cuisse parfois douleur du vagin
  39. 39. Histoire de frappes Le syndrome myofascial du muscle psoas-iliaque
  40. 40. 1. Histoire de frappes: Footballeur– 33 ans, Consulte à l’Institut en janvier 2009 pour: Impotence fonctionnelle et douleur inguinale depuis 3 mois Irradiant à la racine de la cuisse Lombalgie associée Aggravé par les frappes
  41. 41. 1. Histoire de frappes: La lombalgie est homolatérale, verticale La cruralgie est intermittente pour des efforts modérés Se plaint de douleur du testicule par moment A eu « 10 séances de mésothérapie »! Il présente un syndrome myofascial du psoas Amélioration instantanée par « contracté-relaché » Reprise du foot après une semaine Disparition de l’ensemble des symptômes à trois semaines
  42. 42. Le syndrome myofascial du psoas-ilaque 1. Rappels anatomiques et fonctionnels 2. Les points-détentes 3. La zone référée 4. Le testing 5. Muscles associés
  43. 43. Les psoas-iliaque Place particulière entre le tronc et les membres inférieurs Rapports anatomiques multiples: Plexus lombaire Uretère et reins Rachis lombaire, sacrum et hanche Artères iliaques…
  44. 44. PSOAS-ILIAQUE Institut Régional de Médecine du Sport Obliques Transverse Abdomino-génital Inguino-scrotal Anneau Génital Profond Musculo-Cutané Crural Génito-Crural Nerf honteux Ischiatique Obturateur
  45. 45. Repérage du Psoas
  46. 46. Trigger-points et zones référées du Psoas
  47. 47. L’oblique externe de l’abdomen
  48. 48. Oblique externe de l’abdomen
  49. 49. Le carré des lombes Souvent associé au psoas Fessalgie et douleur F.I. Oblique externe: - Point réflexe de l’éructation ou des vomissements
  50. 50. Histoire de services Les syndromes myofasciaux des scalènes et du muscle supra- épineux
  51. 51. 1. Histoire de services: Tennisman – 29 ans, informaticien Consulte à l’Institut en août 2008 pour: Névralgie cervico brachiale droite atypique ( douleur du moignon de l’épaule, de l’épicondyle latéral et du 1er espace intermétacarpien) depuis 3 semaines suite à tournois répétés Différents diagnostics ont été posé: Conflit sous acromial Épicondylite Un scanner cervical et un EMG sont en attente
  52. 52. 2: histoire de services Syndrome myofascial du scalène antérieur et du supra épineux Traitement par étirements myotensifs et compression ischémique Reprise tennis en 10 jours sans attendre les résultats du scanner et de l’EMG avec mesures préventives
  53. 53. Le syndrome myofascial des scalènes 1. Rappels anatomiques et fonctionnels 2. Les points-détentes 3. La zone référée 4. Le testing 5. Muscles associés
  54. 54. Les scalènes Muscles latérofléchisseurs cervicaux, inspiratoires Place particulière entre le rachis cervical et le membre supérieur : « le psoas du membre supérieur » Rapports anatomiques multiples Plexus brachial Artère axillaire Rachis cervical, 1ere cote SCM , élévateur de la scapula, trapèze supérieur
  55. 55. Les scalènes
  56. 56. Points détentes des scalènes
  57. 57. Les scalènes Lateroflexioncervicale limitée Test de contraction (cf schéma) Manœuvre d’Adson Mais aussi; Test d’amélioration des scalènes Test de flexion des doigts
  58. 58. Zones référées des scalènes Douleur pectorale Face antérieure et Posterieure du bras Bord radial avant bras Pouce index Bord médial scapula Dort demi assis Besoin de « se frictionner le bras »
  59. 59. Muscles associés: Élévateur de la scapula
  60. 60. Trapèze supérieur et SCM Trapèze supérieur SCM
  61. 61. Le syndrome myofascial du supra épineux 1. Rappels anatomiques et fonctionnels 2. Les points-détentes 3. Le testing 4. Les zones référées 5. Muscles associés
  62. 62. Le muscle supra épineux Abducteur de l’épaule en synergie avec le deltoide ( travail initial grand dentelé) Innervé par le nerf supra scapulaire Testing: manœuvre de Jobe
  63. 63. Les points détentes du supra épineux
  64. 64. Zones référées du supra épineux Douleur médiodeltoidienne Face externe du bras Épicondyle latéral
  65. 65. Zones référées du supra épineux Douleur médiodeltoidienne Face externe du bras Épicondyle latéral
  66. 66. Trapèze supérieur et moyen
  67. 67. CONCLUSI ON … mais tout le monde peut faire un syndrome myofascial!! Tout le monde ne prend pas des hormones…
  68. 68. Mettez-vous bien ça dans la tête!
  69. 69. MERC I!

×