DU EISTI 
Gestion des Risques sur les Territoires 
Module SFMC « Risques Sanitaires » 
NRBC-e
Présentation du responsable 
• Dr Jan-Cédric Hansen 
– Médecin Coordonnateur CH Asselin-Hédelin d’Yvetot (76) 
– Consultan...
Préambule 
• « Le problème n’est pas de prévoir l’imprévisible 
mais de s’entraîner à lui faire face » 
– P Lagadec 
• « l...
Principaux textes de référence 
• Circulaire n° 700/SGDN/PSE/PPS du 7/11/2008 
– relative à la doctrine nationale d’emploi...
Plan de l’intervention 
• Introduction à la Médecine de catastrophe 
• Notion de risque NRBC 
• Gestion d’une Crise en pra...
Les risques sanitaires en médecine de catastrophe 
INTRODUCTION À LA MÉDECINE DE 
CATASTROPHE 
10/8/201 
4 
Dr Jan-Cedric ...
Principes de médecine de 
catastrophe 
• Inadéquation des ressources/moyens face à l’afflux 
de victimes 
• Réponse Straté...
Un risque protéiforme et ubiquitaire 
NOTION DE RISQUE NRBC 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 8
Le risque NRBC 
• Notion d’intentionnalité 
– Acte malveillant 
– Acte terroriste 
– Acte de guerre 
• Notion de volonté d...
Le risque NRBC 
• NR : Nucléaire et Radiologique 
– Armes nucléaire 
– Détournement sources gamma industrielles 
– Détourn...
Le risque NRBC 
NR B C 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 11
Le risque NRBC 
• Quelque soit le risque NRBC mis en jeu, les 
points cruciaux suivants émergent 
systématiquement 
– la g...
Exemple d’un cas Ebola se déclarant sur le territoire 
GESTION D’UNE CRISE EN PRATIQUE 
10/8/201 
4 
Dr Jan-Cedric Hansen ...
4 scénarios génériques de crises 
• S1 : attaque terroriste majeure 
• S2 : pandémie à forte létalité 
• S3 : catastrophe ...
Vous êtes chargé des questions sanitaires et 
sociales de l’agglomération Rouennaise 
• Ce matin vous avez entendu les inf...
Les périmètres 
Périmètre de 
compétence 
Capacité que possède une personne de 
porter un jugement de valeur dans un 
doma...
Le MARS 
10/8/201 
4 
Dr Jan-Cedric Hansen 17
Définitions des cas 
• Cas possible 
– Un cas possible est défini comme toute personne présentant, dans un délai 
de 21 jo...
Deux jours plus tard … 
• à 9h00 du matin, vous recevez un appel de la CVAGS qui 
vous signale un cas possible actuellemen...
Principes directeurs de la réponse 
NRBC/Ebola 
Prise en charge 
Expertise 
analytique 
Recherche Développements 
médicale...
prise en charge des cas 
NRBC/Ebola 
• stratégie de surveillance des cas 
– InVS si risque B 
– en lien avec les centres 1...
Le lendemain … 
• Vous apprenez par France Bleu que le cas « possible » a été 
requalifié en « probable » et a été transfé...
Les établissements de santé de 
référence (ESR) 
• Statut 
– Loi de santé publique du 9 août 2004 
– Décret du 30 décembre...
Rôle du CHU Référent (ESR) 
NRBC/Ebola 
• assistance technique 
– au délégué de zone (DRASS-EMZ) 
• conseils dans le domai...
15 jours plus tard … 
• Pendant la matinée vous avez reçu plusieurs coups 
de fil de plusieurs interlocuteurs et entendu 
...
La cellule de crise 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 26
Les missions du préfet de 
département 
• Anticipation 
– Définition des orientations stratégiques et les effets à obtenir...
La « cellule de crise » 1/2 
• Dirigé par le Directeur des Opérations de Secours (DOS) 
– le préfet (Centre Opérationnel (...
La « cellule de crise » 2/2 
• La cellule doit être à l’écoute du trafic communication 
– Secours : secouristes internes, ...
L’après midi … 
• La cellule de crise préfectorale est constitué et vous y 
siégez en qualité d’expert. 
• Que faites vous...
Le pilotage en marche 
Recueil 
informations 
Validation 
informations 
Déterminatio 
n besoins 
Définition 
objectifs 
Sc...
Deux heures plus tard … 
• Les premières remontées terrain arrivent en même 
temps que les instructions ministérielles dan...
Quel que soit le Risque NRBC 
• Le principe est le même 
– On identifie la zone d’exposition directe au risque 
– On estim...
Chaine de décontamination 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 34 
• Compartiment rhabillage 
– contrôle – séchage 
– –...
Des conseils pratiques pour bien Affronter, Réguler et Dépasser 
ET VOUS EN SITUATION ? 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr H...
Vous serez au coeur du dispositif 
• Donc un acteur/décideur 
• Confronté à une refonte en profondeur de votre 
environnem...
Difficultés auxquelles vous allez 
être confrontés 1/2 
• Les disfonctionnement seront multiples 
– au niveau des capteurs...
Difficultés auxquelles vous allez 
être confrontés 2/2 
• L’information ne sera pas toujours fiable 
– Recoupez les source...
N’oubliez pas 
• Avant votre participation à une cellule de crise 
– De réviser les responsabilités, missions et périmètre...
Dans tous les cas 
• Recherchez/Proposez 
– Plus que des directives, des cadrages 
– Plus que des applications de plans, d...
Pour aller plus loin 
ANNEXES 
10/8/201 
4 
Dr Jan-Cedric Hansen 41
ORGANISATION GÉNÉRALE DU PLAN 
GOUVERNEMENTAL 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 42
Le plan gouvernemental NRBC 
• Validé 
– par cabinet PM le 16 septembre 2010 
– Circulaire du 25 février 2011 
– Annexe : ...
Le plan gouvernemental NRBC 
• Outil d‘aide à la gestion de crise 
– Préparation 
– Formation 
– Gestion effective 
• S’in...
Le plan gouvernemental NRBC 
• Approche interministérielle 
– Sécurité intérieure 
– Sécurité civile 
– Sécurité sanitaire...
Situations génériques prises en 
compte 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 46
Les objectifs du plan 
• définir 
– des réponses adaptées à la cinétique des événements 
– des principes d’action 
– les c...
Détermination de l’allocation de 
ressources 
• Se définit en fonction de 
– La cinétique de l’évènement 
• Progressif /in...
Principes généraux exemple crise 
sanitaire 
Pilotage interministériel selon un Plan Générique 
SGDSN 
Expertises multidis...
Direction Générale de la Sécurité 
Civile et de la Gestion des Crises 
(DGSCGC) 
• Placée sous l'autorité d'un préfet 
– 2...
Organigramme de la DGSCGC 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 51
Organisation de la gestion 
interministérielle 
CIC Décision 
CIC Situation CIC Com 
DGS 
CORRUSS … CCS 
InVS 
ANAES 
ANSE...
Le BOGIC/COGIC 
• Liaison constante avec le COPN du MININT et le CPCO du 
MINDEF 
– informe en permanence le cabinet du pr...
Les directions opérationnelles et 
les services du MININT 
• Détachement central interministériel d’intervention technique...
Focus sur la CNC 
Découverte d’une substance 
+/- victimes 
Information de la CNC 
Attribution d’un numéro de signalement ...
Missions opérationnelles de la 
CNC 
• Evaluation de chaque événement NRBC 
– Négligence? Acte malveillant ? Acte terroris...
Les services dédiés du MTES 
• Focus sur le CORRUSS 
• Objectif 
– Assurer une veille opérationnelle permanente des événem...
Types de signalement (année 
2011) 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 58
Relation CORRUS/CIC/CCS 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 59
ORGANISATION À L’ÉCHELLE TERRITORIALE 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 60
CIC Décision 
CIC Situation CIC Com 
DGS 
CORRUSS … CCS 
ARS Zone 
ARS 
EPRUS 
ES SAMU Libéraux … 
Présence de représentan...
Exemple articulation 
EPRUS/Territoire 
EPRUS (Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires) 
8-Oct-...
Répartition du stock stratégique 
national par risque NRBC 
• Risque NR 
– Bleu de Prusse (Radiogardase 500 mg) 
– Ca-DTPA...
• Metz 
Exemple moyens NRBC du SSA 
– CTBRC LSB3 MD 
• Lyon 
– CTBRC LSB3 CRSSA MD 
• Toulon 
– CTBRC LSB3 MD 
• Marseille...
LE RÔLE DES PRÉFETS 
8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 65
La zone de défense civile 
• circonscription 
territoriale supra 
départementale dédiée à 
la gestion des situations 
exce...
Les missions du préfet de zone 
• Responsable 
– de la préparation et de l’exécution des mesures non militaires de 
défens...
QUELQUES NOTIONS COMPLÉMENTAIRES 
10/8/201 
4 
Dr Jan-Cedric Hansen 68
Notions essentielles sur les 
acteurs/décideurs 
• L’acteur/décideur 
– comme tous les acteurs ayant une maîtrise reconnue...
Notions essentielles sur les 
spectateurs/impliqués 
• L’irruption d’une information nouvelle se heurte 
– À un refus d’in...
Le modèle de la tragédie 
• La catastrophe est aussi le dénouement d'une 
oeuvre dramatique telle qu’une tragédie Grecque ...
Quelques remarques 
• En situation de Crise/Catastrophe 
– Les points de repères ne sont plus signifiant 
– Les circuits d...
Conséquences de la 
Crise/Catastrophe 
• Les acteurs/décideurs et les 
spectateurs/impliqués font face/sont 
confrontés, à...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Du risques sanitaires 2014 nrbc

2 708 vues

Publié le

DU "risque sur les territoires" EISTI/SFMC/CNFPT module "risque sanitaire" focus sur le risque NRBC à travers un scenario Ebola

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 708
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Du risques sanitaires 2014 nrbc

  1. 1. DU EISTI Gestion des Risques sur les Territoires Module SFMC « Risques Sanitaires » NRBC-e
  2. 2. Présentation du responsable • Dr Jan-Cédric Hansen – Médecin Coordonnateur CH Asselin-Hédelin d’Yvetot (76) – Consultant en stratégie de communication et pilotage de crise StratAdviser Ltd • Expert « Ebola » pour l’OOAS • Industrie Pharma humaine et vétérinaire • MINDEF/DCSSA/EVdG, Industrie Pharmaceutique (Sanofi, Biocodex, Basilea, …), Industrie (GE HealthCare, ALSTOM, …), acteurs institutionnels du monde de la santé (MGEN, MSA, MORNAY, ...), acteurs institutionnels de la prévention des risques et de la gestion de crise (IMdR, SFMC, …) – Expert en simulation de crise et Cindynique • EUAidTR programme Européen de révision des procédures d’évaluation des sites classés SEVESO 2014 • Co-concepteur du programme européen de simulation de crise i-Crisis en partenariat avec MinesNancy depuis 2009 • Contributeur au dossier "Maîtrise des risques" dirigé par JL Deschanel pour l’AFNOR 2003 • Simulation dans le cadre DESS "gestion globale des crises et des risques " partenariat Paris Sorbonne-Gendarmerie Nationale- Institut d'Etudes et de Recherches pour la Sécurité des Entreprises 1999 – Enseignements et conférences • Directeur des programmes DPC de la SFMC • Responsable du module ‘Risques Sanitaires » du Master II gestion des risques sur les territoire de l’EISTI • Aspects psychologiques de la crise à l’École des Mines de Nancy • Gestion et communication de crise à l’INSA - Rouen • Management et Communication du Master II management des établissements de soin et de santé à l’IAE de Lille • Physiologie du Burnout et prévention des RPS pour le Rectorat de Seine Maritime, l’Université de Rouen et l’Université du Havre dans le cadre d’un partenariat avec la MGEN – Ancien chercheur • En neurophysiologie à l’Université d’Alberta, Edmonton • En neuro-psycho-pharmacologie Faculté de médecine Pharmacie de Rouen • En radioprotection au CRSSA, la Tronche 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 2
  3. 3. Préambule • « Le problème n’est pas de prévoir l’imprévisible mais de s’entraîner à lui faire face » – P Lagadec • « la Crise : L’affronter ? La réguler ! La dépasser … » – Cl Hansen 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 3
  4. 4. Principaux textes de référence • Circulaire n° 700/SGDN/PSE/PPS du 7/11/2008 – relative à la doctrine nationale d’emploi des moyens de secours et de soins face à une action terroriste mettant en oeuvre des matières chimiques • Circulaire n° 007/SGDN/PSE/PPS du 8/10/2009 – relative au dispositif interministériel d’intervention face à la menace ou à l’exécution d’actes de terrorisme NRBC • Circulaire n°747/SGDN/PSE/PPS du 30/10/2009 – Relative à la doctrine de l’État de prévention et de lutte contre le terrorisme NRBC-E • Circulaire n° 800/SGDSN/PSE/PPS du 18/02/2011 – relative à la doctrine nationale d’emploi des moyens de secours et de soins face à une action terroriste mettant en oeuvre des matières radioactives • Circulaire n° 750/SGDSN/PSE/PPS du 18/02/2011 – relative à la découverte de plis, colis, contenant et substances suspectés de renfermer des agents radiologiques, biologiques ou chimiques dangereux • Arrêté du 23 août 2011 – portant organisation et attributions de la direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises • NOUVEAU PLAN NATIONAL DE REPONSE "ACCIDENT NUCLEAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR » – Publication du plan rénové de vigilance, de prévention et de protection face aux menaces d’actions terroristes. • NSTRUCTION N° DGS/DUS/CORRUSS2013/274 du 27 juin 2013 – relative à l’organisation territoriale de la gestion des situations sanitaires exceptionnelles • NOUVEAU PLAN GOUVERNEMENTAL "VIGIPIRATE" – 2014 – Parution du nouveau plan de réponse à un accident nucléaire ou radiologique majeur tirant les enseignements de la catastrophe de Fukushima. 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 4
  5. 5. Plan de l’intervention • Introduction à la Médecine de catastrophe • Notion de risque NRBC • Gestion d’une Crise en pratique • Annexes – Organisation générale du plan gouvernemental – Organisation à l’échelle territoriale – Le rôle des Préfets – Le rôle du SDIS – Quelques conseils 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 5
  6. 6. Les risques sanitaires en médecine de catastrophe INTRODUCTION À LA MÉDECINE DE CATASTROPHE 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 6
  7. 7. Principes de médecine de catastrophe • Inadéquation des ressources/moyens face à l’afflux de victimes • Réponse Stratégique & Tactique – Stratégie : coopération sécurité/secours/santé • Notion de Cellules de Crise • Notion de Décideur vs Experts • Notion de Planification • Notion de Conduite – Tactique : interopérabilité sécurité/secours/santé • Notion de Chantier • Notion de PMA • Notion de Triage • Notion de Noria 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 7
  8. 8. Un risque protéiforme et ubiquitaire NOTION DE RISQUE NRBC 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 8
  9. 9. Le risque NRBC • Notion d’intentionnalité – Acte malveillant – Acte terroriste – Acte de guerre • Notion de volonté de désorganisation – D’un territoire – D’une collectivité – D’une société • Nécessité du triptyque – Anticipation/Prévention de l’exposition au risque – Expertise/Recherche de l’agent causal et de son traitement – Prise en charge des victimes 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 9
  10. 10. Le risque NRBC • NR : Nucléaire et Radiologique – Armes nucléaire – Détournement sources gamma industrielles – Détournement de déchets issus de la filière – Bombe sale (dispersion explosive de produits radioactifs) • B : Biologique – Armes biologiques (variole, charbon, …) – Détournement de souche bactérienne (E.coli sécréteur de shigatoxine, …) • C : Chimique – Armes chimiques (ypérite, sarin, ….) – Détournement de produits intermédiaires de l’industrie (Organophosphorés, …) 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 10
  11. 11. Le risque NRBC NR B C 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 11
  12. 12. Le risque NRBC • Quelque soit le risque NRBC mis en jeu, les points cruciaux suivants émergent systématiquement – la gestion de l’afflux de victime – l’identification de l’agent causal – la décontamination des victimes et la protection des équipes de secours et de soin – la coordination des moyens disponibles – la mobilisation et la gestion des ressources – la communication sur l’événement – la négociation de la sortie du mode dégradé 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 12
  13. 13. Exemple d’un cas Ebola se déclarant sur le territoire GESTION D’UNE CRISE EN PRATIQUE 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 13
  14. 14. 4 scénarios génériques de crises • S1 : attaque terroriste majeure • S2 : pandémie à forte létalité • S3 : catastrophe naturelle, industrielle • S4 : crise d’ordre public – Concernes les domaines de coopération civilo-militaire mais les principes se recoupent largement 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 14
  15. 15. Vous êtes chargé des questions sanitaires et sociales de l’agglomération Rouennaise • Ce matin vous avez entendu les information sur la situation espagnole à propos d’Ebola • Que faites vous? – Vous vous dites que c’est pas pour vous – Vous consultez des documents de référence pour savoir en quoi vous êtes concerné • Périmètre de compétence, de responsabilité et de décision – Vous relisez la dernière alerte MARS en votre possession • Message d’Alerte Rapide Sanitaire 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 15
  16. 16. Les périmètres Périmètre de compétence Capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie Périmètre de responsabilité Périmètre de décision Zone de confiance Charge entraînant la prise de décisions importantes et obligeant celui qui en est investi à rendre compte de ses actes et de ses résultats à ceux qui la lui ont confiée Action de d’arbitrer, de déterminer, de juger, après délibération individuelle ou collective 8 October 2014 Dr JC Hansen – Rectorat – MGEN 16
  17. 17. Le MARS 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 17
  18. 18. Définitions des cas • Cas possible – Un cas possible est défini comme toute personne présentant, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque, une fièvre supérieure ou égale à 38°C • Cas probable – Un cas probable est défini comme toute personne présentant une fièvre supérieure ou égale à 38°C dans un délai de 21 jours après une exposition à risque. • Les expositions à risque sont définies de la manière suivante : – - Contact avec le sang ou un autre fluide corporel d’un patient infecté, ou suspecté d’être infecté par le virus Ebola, dans les 21 jours avant le début des signes clinique, – - Contact avec une personne présentant un syndrome hémorragique ou avec le corps d’un défunt, dans la zone à risque* – - Travail dans un laboratoire qui détient des souches de virus Ebola ou des échantillons contenant des souches de virus Ebola, – - Travail dans un laboratoire qui détient des chauves-souris, des rongeurs ou des primates non humain originaires d’une zone d’épidémie d’Ebola, – - Exposition au liquide séminal d’un cas d’Ebola confirmé, dans les 10 semaines suivant le début des symptômes du cas, – - Manipulation ou consommation de gibier cru ou peu cuit dans la zone à risque* • Cas confirmé – Un cas confirmé est défini comme toute personne présentant une fièvre supérieure ou égale à 38°C et une confirmation biologique du diagnostic réalisée par le CNR • Laboratoire P4 de Lyon 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 18
  19. 19. Deux jours plus tard … • à 9h00 du matin, vous recevez un appel de la CVAGS qui vous signale un cas possible actuellement pris en charge au SAU du CHU de Rouen • Que faites vous? – Vous remerciez votre interlocuteurs et vous vous dites que vous n’êtes pas concerné ce cas est pris en charge par des équipes compétentes – Vous appelez le directeur du Centre 15 ou le SDIS ou le directeur de l’ARS pour avoir des infos sur la prise en charge de ce cas possible et savoir s’ils attendent quelque chose de vous – Vous sollicitez vos équipes pour évaluer leur degré d’implication et le niveau de réactualisation de leurs savoirs, compétences requises, natures des décisions qu’elles pourraient être amenées à prendre, et les responsabilités qui sont les leurs en la matière – Vous contactez le maire pour lui dire que tout est sous contrôle 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 19
  20. 20. Principes directeurs de la réponse NRBC/Ebola Prise en charge Expertise analytique Recherche Développements médicale Formation Entrainement Communication 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 20 Coordination des secours Alerte Surveillance
  21. 21. prise en charge des cas NRBC/Ebola • stratégie de surveillance des cas – InVS si risque B – en lien avec les centres 15, les établissements de santé et les CNR (centres nationaux de référence), les laboratoires agréés, les CiRE et les ARS – Mise en oeuvre de “contact-tracking” • auprès des co-passagers des cas index par exemple • Signalement des cas possibles – répondant à la définition de cas et investigation systématique • Élaboration et diffusion des protocoles de – prise en charge des cas (traitement individuel) – Gestion des cas contacts (prévention de la diffusion) • Diffusion des protocoles – Aux ES de références puis ES sièges de SAMU (pivots du dispositif) • Mise à jour des protocoles durant la gestion de la crise – En lien avec l’InVS par exemple • Coordination des laboratoires en lien avec les CNR 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 21
  22. 22. Le lendemain … • Vous apprenez par France Bleu que le cas « possible » a été requalifié en « probable » et a été transféré dans la nuit au CHU de Rennes (ESR de la Zone Nord-Ouest) et qu’en fait cette habitante de Rouen Centre a attendu une semaine avant de consulter pour un syndrome grippal qu’elle croyait banal en cette saison • Que faites vous? – Rien, le cas a été transféré ailleurs ce n’est plus votre problème – Vous appelez la CVAGS pour connaître l’estimation des cas contacts et voir avec eux si vous pouvez les aider – Vous contactez le maire pour lui annoncer que l’agglomération est à risque d’éclosions de cas secondaires – Vous mettez vos équipes en alerte et vous les faites plancher sur le plan Pandémie en utilisant le prisme des Déficits Systémiques Cindyniques et des Déficits Individuels Cindynogènes 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 22
  23. 23. Les établissements de santé de référence (ESR) • Statut – Loi de santé publique du 9 août 2004 – Décret du 30 décembre 2005 (définissant leurs missions et leurs obligations) – Arrêté de désignation 30 décembre 2005 • En situation de crise – Rôle d’expert et de conseil en cas de crise ou de situation exceptionnelle (recours aux services référents), – Rôle de diagnostic rapide et en grand nombre de certains agents biologiques, – Rôle de prise en charge thérapeutique de patients dans des circonstances le nécessitant (personnes contagieuses ou irradiées, etc.) • ZONE DE DÉFENSE de PARIS – - AP-HP • ZONE DE DÉFENSE NORD – - CHU de Lille • ZONE DE DÉFENSE EST – - CHU de Strasbourg – - Chu de Nancy • ZONE DE DÉFENSE SUD-EST – - Hospices de Lyon • ZONE DE DÉFENSE SUD – - AP Marseille • ZONE DE DÉFENSE SUDOUEST – - CHU de Bordeaux • ZONE DE DÉFENSE OUEST – - CHU de Rouen – - CHU de Rennes 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 23
  24. 24. Rôle du CHU Référent (ESR) NRBC/Ebola • assistance technique – au délégué de zone (DRASS-EMZ) • conseils dans le domaine NRBC – pour les autres établissements de la zone et formation, diagnostic, prise en charge thérapeutique sur le champ NRBC • coordination et évaluation – de la formation NRBC des personnels • J.O n° 304 du 31 décembre 2005 page 20847 texte n° 133 - section 4 art. L 3110-9 • Décret n° 2005-1764 du 30 décembre 2005 relatif à l’organisation du système de santé en cas de menace sanitaire grave 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 24
  25. 25. 15 jours plus tard … • Pendant la matinée vous avez reçu plusieurs coups de fil de plusieurs interlocuteurs et entendu plusieurs bulletins à la radio vous indiquant que 3, 7, 12, non 20, en fait 15, finalement 37, ou peut-être même 50 cas de fièvres se sont déclarés dans plusieurs secteurs de l’agglomération – Vous contactez le maire pour le tenir informé de la situation – Vous alertez le ministère de la santé – Vous contactez la CVASG, le directeur du SAMU, le directeur du CHU, le SDIS, le Préfet, le DMD, …. pour recouper les infos en leur possession, vérifier qu’ils ont bien le même niveau d’information et proposer d’intégrer l’une des cellules de crise qui se mettent en place 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 25
  26. 26. La cellule de crise 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 26
  27. 27. Les missions du préfet de département • Anticipation – Définition des orientations stratégiques et les effets à obtenir pour chaque acteur – Définition des priorités et arbitrage • Conduite de crise – Direction des opérations de secours • s’appuie sur le centre opérationnel départemental (COD) – Mise en oeuvre des plans • Plan blanc élargi (sanitaire) , Plan Bleu (médico-social), plan de continuité des activités, … – Co-organisation de la distribution de produit de santé • selon modalité retenue • Coordination zonale – Prend les mesures de police administrative nécessaire – réquisition / fermeture de route / évacuation / Fermeture des écoles – Communication de crise 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 27
  28. 28. La « cellule de crise » 1/2 • Dirigé par le Directeur des Opérations de Secours (DOS) – le préfet (Centre Opérationnel (CO) du plan ORSEC) • A pour mission – de recueillir les informations/données nécessaires à la conduite des opérations – de valider les informations/données disponible – d’identifier les cibles requérant une communication/instruction/consigne – de déterminer les besoins en moyens humain/matériel/financiers de chaque chantier/équipe – de définir les objectifs en fonction de la situation et des besoins identifiés – d’élaborer les messages en fonction de chaque objectif et de chaque cible et de les transmettre aux intéressés pour information ou pour action – d’envisager les scénarios d’impact (positifs et/ou négatifs) pour chaque communication/instruction/consigne diffusée – d’observer l’impact réel de ses décisions/instructions dans le temps et l’espace – De déterminer l’écart par rapport aux objectifs et les mesures correctrices nécessaires 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 28
  29. 29. La « cellule de crise » 2/2 • La cellule doit être à l’écoute du trafic communication – Secours : secouristes internes, CODIS, SDIS, SAMU, … – Responsables de l’entreprise : directeurs, managers, chefs d’équipes, … – Responsables de l’Ordre Public : Gendarmerie, Police – Transports : DDE, régie des transports, … – Transmissions : SDTI , France Telecom et/ou les autres opérateurs, moyens internes (si toujours en fonction), moyens externes (si acheminement et déploiement possible) – Médias : Agences (AFP, Reuters), Radio, Télé, Presse (PQN/PQR/Pro), Internet, … • Pour suivre l’évolution de la situation et prendre des décisions adaptées 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 29
  30. 30. L’après midi … • La cellule de crise préfectorale est constitué et vous y siégez en qualité d’expert. • Que faites vous? – Vous intervenez dans les discussions chaque fois que possible – Vous commencez vos intervention par « à vote place je … » – Vous écoutez et essayez de repérer les dissonances, les Déficits Systémiques Cindyniques et les Déficits Individuels Cindynogènes à l’oeuvre pour optimiser la portée de vos interventions – Vous essayez de promouvoir le tryptique Affronter-Réguler- Dépasser dans le cadre du pilotage de la crise – Vous proposez de clarifier l’objectif de la « gestion » de cette crise et de définir les critères de sortie (au moins pour le domaine de responsabilité qui est le votre) 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 30
  31. 31. Le pilotage en marche Recueil informations Validation informations Déterminatio n besoins Définition objectifs Scénarii d’impact Quantificatio Identification cibles Observation effet réel n écart Elaboration messages** DOS* Cycle de 24 min + 6 min de restitution au DOS * Veille à la cohérence de la stratégie définie et des objectifs fixés ; Interpelle les acteurs/décideurs de la cellule de crise sur leur perception et leurs choix Flux données entrant Flux données sortant 26/02/14 Préparation à la simulation de crise IRA de Metz – Dr Jan-Cédric Hansen 31 ** ordres, consignes, demandes d’informations, communiqués, conférences, interview, …
  32. 32. Deux heures plus tard … • Les premières remontées terrain arrivent en même temps que les instructions ministérielles dans le cadre de cette alerte de portée régionale nécessitant un appuie • Que faites-vous ? – Vous transmettez les synthèses communiquées par vos équipes et vous leur retournez les instructions découlant des décisions prises par la cellule – Vous vous intéressez aux moyens déployés par le régiment de sécurité civile de Nogent-le-Rotrou pour voir comment ce dispositif s’integre dans votre périmètre de compétence, de décision et de responsabilité 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 32
  33. 33. Quel que soit le Risque NRBC • Le principe est le même – On identifie la zone d’exposition directe au risque – On estime une zone de danger d’exposition indirecte – On délimite une zone d’exclusion – On sécurise une zone contrôlée – On met en place un système de ramassage/rassemblement/tri des victimes (petite noria) – On décontamine les victimes (valides/invalides) – On évalue le degré d’urgence de la prise en charge médicale des victimes décontaminées dans un poste médical avancé – On évacue les victimes vers les hôpitaux mobilisés (grande noria) 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 33
  34. 34. Chaine de décontamination 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 34 • Compartiment rhabillage – contrôle – séchage – – Séchage/habillage: 4 personnes – – Sortie: 1 personne • Compartiment douches – – Douche: 4 personnes – • Circuit debout: 1 – • Circuit couché: 3 • Compartiment déshabillage – – Déshabillage: 4 personnes – • Circuit debout: 1 – • Circuit couché: 3 • Compartiment d’accueil – – Accueil: 3 personnes • • 1 médecin pour le tri • • 2 personne pour identifier Sens de progression des victimes
  35. 35. Des conseils pratiques pour bien Affronter, Réguler et Dépasser ET VOUS EN SITUATION ? 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 35
  36. 36. Vous serez au coeur du dispositif • Donc un acteur/décideur • Confronté à une refonte en profondeur de votre environnement – Surprise devant l’ampleur de l’évènement – Perte de la signification de vos points de repère habituels – Absence de représentation intellectuelle suffisamment claire de la situation terrain – Difficulté à intégrer les contraintes du contexte – Mise en échec de l’efficacité/pertinence de vos réflexes – Situation en évolution permanente 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 36
  37. 37. Difficultés auxquelles vous allez être confrontés 1/2 • Les disfonctionnement seront multiples – au niveau des capteurs, des circuits de transmission (ou des vecteurs), de la retranscription (ou de l’interprétation) des données (ou des messages) – Vous aurez l’impression de ne pas être entendu au niveau de vos avis/conseils/questions/décisions • À cause d’un manque de disponibilité de vos interlocuteurs • À cause d’une surabondance d’information • À cause d’une désynchronisation exacerbée des échanges • À cause d’une inadéquation des règles de communication habituelles – Vous serez vous-même confronté à une saturation par le flux d’information non hiérarchisé qui vous atteindra • Comment faire le tri ? • Comment savoir si c’est de votre ressort? • Comment savoir si d’autres n’ont pas pris une décision similaire/synergique ou contradictoire/contraire ? 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 37
  38. 38. Difficultés auxquelles vous allez être confrontés 2/2 • L’information ne sera pas toujours fiable – Recoupez les sources – Quand ? Par qui ? Pour qui ? Concerne quoi ? • Votre propre analyse du contexte ne sera pas toujours suffisante – Confrontez-la avec d’autres • Membres de la cellule de crise • Collègues • Experts – Pensez au conséquences immédiates/court/moyen/long terme • Des informations • Des décisions qui en découle le cas échéant • Les ordres et consignes ne seront pas toujours compris – Précisez bien l’effet attendu au récipiendaire – Vérifiez la compréhension par le récipiendaire (au minimum faire l’aperçu) • Les ordres et consignes ne pourront pas toujours être exécutés comme vous l’entendez – Inquiétez-vous des obstacles, délais, limites, … – Vérifiez la qualité de l’exécution 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 38
  39. 39. N’oubliez pas • Avant votre participation à une cellule de crise – De réviser les responsabilités, missions et périmètres qui sont ceux du rôle que vous allez tenir – De relire attentivement les deux supports de nos sessions commune – De repenser à ce qui a été dit et surtout à comment vous avez réagit au stress induit par un interlocuteur au comportement non conforme à votre attente (acceptation? Résistance?) • Pendant votre participation à une cellule de crise – D’arrêter une stratégie partagée/commune de résolution de la crise – De définir des objectifs concertés avant d’agir – De faire des choix tactique en cohérence avec la stratégie et en phase avec l’évolution de la situation – De ne pas vous laisser déstabiliser par ce que vous ne comprenez pas – De garder une pensée fluide et créative 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 39
  40. 40. Dans tous les cas • Recherchez/Proposez – Plus que des directives, des cadrages – Plus que des applications de plans, des régulations – Plus que des répartitions fixes de travail, des synergies – Plus que des logiques de corps, des groupes d’alliance – Plus que des déterminismes, des facteurs d’influence • Luttez – Contre la tentation d’approches préconçues • type boîte à outils par exemple 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 40
  41. 41. Pour aller plus loin ANNEXES 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 41
  42. 42. ORGANISATION GÉNÉRALE DU PLAN GOUVERNEMENTAL 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 42
  43. 43. Le plan gouvernemental NRBC • Validé – par cabinet PM le 16 septembre 2010 – Circulaire du 25 février 2011 – Annexe : guide méthodologique de planification interministérielle • Concerne – Menace ou action malveillante mettant en jeu des matières NRBC • Cibles – population, animaux, végétaux, biens, environnement 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 43
  44. 44. Le plan gouvernemental NRBC • Outil d‘aide à la gestion de crise – Préparation – Formation – Gestion effective • S’inscrit dans une logique de défense non militaire – Risques « terroristes » (ex BIOTOX, PIRATOX et PIRATOME) • Ce plan ne concerne pas directement – Schéma départemental d’analyse et de couverture des risques SDACR (logique Sécurité civile) • Risques industriels purs – Schéma régional d’organisation des soins SROS (logique « événements/crises graves ») • Risques sanitaires purs • Ce plan n‘est pas – une check-list rigide – une recette à appliquer 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 44
  45. 45. Le plan gouvernemental NRBC • Approche interministérielle – Sécurité intérieure – Sécurité civile – Sécurité sanitaire humaine – Sécurité sanitaire animale et végétale – Protection du consommateur – Défense (coopération civilo-militaire) – Affaires étrangères – … • Destinataires – Préfets de zone de défense et de sécurité – Préfets de départements – Hauts-commissaires de la République • Diffusion aux échelons territoriaux en 2010 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 45
  46. 46. Situations génériques prises en compte 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 46
  47. 47. Les objectifs du plan • définir – des réponses adaptées à la cinétique des événements – des principes d’action – les chaînes d’information – la chaîne de commandement • faciliter – la coopération entre services – l’information du public • répertorier et allouer en amont – des moyens humains et matériels 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 47
  48. 48. Détermination de l’allocation de ressources • Se définit en fonction de – La cinétique de l’évènement • Progressif /intrusif – L’ampleur • Local/National – La durée • Courte/Longue – L’impact • Modéré/Sévère – L’agent causal • NRBC 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 48
  49. 49. Principes généraux exemple crise sanitaire Pilotage interministériel selon un Plan Générique SGDSN Expertises multidisciplinaires Analyse, Orientation, propositions, actions DGS Réponse opérationnelle de terrain EPRUS Matériel Pharmaceutique Professionnels identifiés, dédiés, formés 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 49
  50. 50. Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) • Placée sous l'autorité d'un préfet – 2 500 personnels civils et militaires, répartis sur 60 sites dont le siège d'Asnières-sur-Seine • Héberge le Centre Opérationnel de Gestion Interministérielles des Crises (COGIC) – organe de veille permanente et coeur du suivi et de la conduite des crises relatives à tout évènement susceptible d'affecter durablement la vie collective • (risques naturels ou technologiques, risques sanitaires, grands évènements ( sommets politiques, événements sportifs) • Gestionnaire du Centre Interministériel des Crises (CIC) – Recherche la synergie opérationnelle entre la préparation des crises, en amont des événements, et la gestion des crises quelle que soit la nature de celle-ci 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 50
  51. 51. Organigramme de la DGSCGC 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 51
  52. 52. Organisation de la gestion interministérielle CIC Décision CIC Situation CIC Com DGS CORRUSS … CCS InVS ANAES ANSES EPRUS 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 52 BOGIC COGIC MININT Ministère de l’intérieur Echanges secteur santé Autres échanges Présence de représentant DGS MINSAN Ministère de la Santé
  53. 53. Le BOGIC/COGIC • Liaison constante avec le COPN du MININT et le CPCO du MINDEF – informe en permanence le cabinet du premier ministre – propose des modalités d'intervention – prépare et coordonne l'action des moyens d'intervention gouvernementaux • Vaste réseau de partenaires : – états-majors de zone de défense, secrétariats généraux des zones de défense, préfets et leurs équipes, ensemble des unités opérationnelles de la DDSC, centres opérationnels de zone (COZ) – SGDN, SGCISN, Hauts Fonctionnaires de Défense – Centre National d‘Information Routière, CPCO, cellule d'urgence du ministère des affaires étrangères, centre opérationnel de la DGPN ou de la gendarmerie nationale, … • Loi n°87-565 du 22 juillet 1987 relative à l'organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l'incendie et à la prévention des risques majeurs 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 53
  54. 54. Les directions opérationnelles et les services du MININT • Détachement central interministériel d’intervention technique – (DCI-IT) - SI, SC, CEA, … • Cellule nationale de conseil • Secours – Service de Santé et de Secours Médical (SSSM) – Associations agrées de sécurité civile • Police/gendarmerie. – Moyens de protection propres (NRBC) – Plans de continuité des activités – Missions supplémentaires • Protection des produits de santé • Protection des dispositifs spécifiques (centres de soin/de vaccination….) • Etablissement de Soutien Opérationnel Logistique ESOL – 4 sites principaux, transports et matériels spécialisés – 6 Familles de moyens • production - adduction d’eau potable • dépollution-sauvetage-déblaiement • énergie - éclairage extérieur • hébergement et restauration • pompage - lutte contre les inondations • protection NRBC – Unités mobiles de décontamination (UMD) – Unités mobiles de décontamination (UMD) – Equipement de protection Individuelle (EPI) • Service du déminage 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 54
  55. 55. Focus sur la CNC Découverte d’une substance +/- victimes Information de la CNC Attribution d’un numéro de signalement Levée de doute (laboratoires) +/- déclenchement de la réponse sanitaire et judiciaire Engagement de moyens proportionnés zonaux, extra-zonaux ou nationaux 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 55
  56. 56. Missions opérationnelles de la CNC • Evaluation de chaque événement NRBC – Négligence? Acte malveillant ? Acte terroriste ? – Compilation des résultats des analyses des laboratoires saisis • Activation du réseau en tant que de besoin – notamment lorsque la crise revêt un intérêt national – Suivi de l’évolution de la capacité opérationnelle du réseau • Aide à la décision opérationnelle du préfet ou du procureur de la République • Conseil aux primo-intervenants • Coordination entre tous les acteurs du dispositif • Information aux autorités gouvernementales 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 56
  57. 57. Les services dédiés du MTES • Focus sur le CORRUSS • Objectif – Assurer une veille opérationnelle permanente des événements sanitaires du territoire national • Réception, vérification, analyse et suivi – Information en permanence du cabinet du ministre et des conseillers techniques • Exemples : – maladies infectieuses • méningite, légionellose, botulisme, … – contaminations de produits alimentaires • TIAC, listériose, ... – pratiques et milieux de soins, produits de santé • infections nosocomiales, erreurs médicamenteuses, … – environnement et risques toxiques • contamination réseau d’eau, … – incidents dans les établissements de santé • afflux de cas inattendus, … 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 57
  58. 58. Types de signalement (année 2011) 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 58
  59. 59. Relation CORRUS/CIC/CCS 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 59
  60. 60. ORGANISATION À L’ÉCHELLE TERRITORIALE 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 60
  61. 61. CIC Décision CIC Situation CIC Com DGS CORRUSS … CCS ARS Zone ARS EPRUS ES SAMU Libéraux … Présence de représentant DGS Présence de représentant ARS Echanges secteur santé Echanges santé/intérieur Autres échanges Articulation National/Territorial InVS AFSSAPS ANSES 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 61 BOGIC COGIC Préfet de zone COZ Préfet de Département COD Police/ GIE DDI SDIS … Niveau Zonal Niveau Régional Niveau Départemental
  62. 62. Exemple articulation EPRUS/Territoire EPRUS (Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires) 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 62
  63. 63. Répartition du stock stratégique national par risque NRBC • Risque NR – Bleu de Prusse (Radiogardase 500 mg) – Ca-DTPA 250mg/ml sol inj (Diéthylène Triamine Penta Acétate de Calcium) – Iodure de Potassium 65 mg cp • Risque B – Antibiotiques (ciprofloxacine + doxycycline cp et inj) – Immunoglobulines… – Variole 89 M € • Vaccins antivarioliques • Matériels dédiés • immunoglobulines – Epidémiologie • Vaccins antiméningococciques C, • Vaccins antiméningococciques B, • Vaccins antiméningococciques A, C, W, Y135 • Antitoxines botuliques et diphtériques – Pandémie • Masques chirurgicaux adultes et pédiatriques, • Masques FFP2, • Antiviraux • Consommables Grippe A • Vaccins • Risque C – Contrathion 2%, – Cyanokit 2,5g inj, – Atropine 1mg inj, – Succicaptal 200 mg gel • Valeur = 760 M € (31/12/2011) – Des stocks représentant un volume considérable (plus de 90 000 palettes) – Des produits imposant des conditions de stockage (entre -15°C et -55°C, +2°C et +8°C, température ambiante…) et de distribution spécifiques 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 63
  64. 64. • Metz Exemple moyens NRBC du SSA – CTBRC LSB3 MD • Lyon – CTBRC LSB3 CRSSA MD • Toulon – CTBRC LSB3 MD • Marseille – LSB3 MD • Bordeaux – CTBRC LSB3 MD • Brest – CTBRC LSB3 MD • Paris (x3) – CTBRC Clamart LSB3 (un seul) MD • Laboratoire Haute Sécurité P4 (2014) : – IRBA Brétigny (91) – Coopération Institut Mérieux/ Lyon • Elément Militaire d’Intervention Biologique et Epidémiologique (EMIBE) : – Enquêtes épidémiologiques – Laboratoire de terrain CTBRC : Centre de traitement des blessés radio contaminés LSB3 : Laboratoire de sécurité biologique de niveau 3. Réseaux Biotox- Piratox + Grippe MD : Module de décontamination chimique CA2C :centre d’accueil des contaminés chimiques 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 64
  65. 65. LE RÔLE DES PRÉFETS 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 65
  66. 66. La zone de défense civile • circonscription territoriale supra départementale dédiée à la gestion des situations exceptionnelles – Ordonnance du 7/01/1959 modifiée portant organisation générale de la défense - Décret 224 et 225 du 5 mars 2010 relatif aux pouvoirs des préfets de zone 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 66
  67. 67. Les missions du préfet de zone • Responsable – de la préparation et de l’exécution des mesures non militaires de défense • élabore et arrête – les différents plans nécessaires à la mise en oeuvre de ces mesures • Assure – la répartition, sur le territoire de la zone, des moyens des services de la défense et de la sécurité civiles et des moyens des forces armées mis à disposition par voie de réquisition ou de concours • Dirige – l’action des préfets de région et de département, ainsi que celles des délégués de zone, en ce qui concerne les mesures de défense non militaire • Attributions – décret n°2010-224 du 14 mars 2010 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 67
  68. 68. QUELQUES NOTIONS COMPLÉMENTAIRES 10/8/201 4 Dr Jan-Cedric Hansen 68
  69. 69. Notions essentielles sur les acteurs/décideurs • L’acteur/décideur – comme tous les acteurs ayant une maîtrise reconnue de leur compétences • n’éprouve pas le besoin de réellement remettre en cause ses connaissances dans le cadre de son travail • résout 100 % des problèmes qui lui sont soumis en appliquant ses recettes propres • Or, une donnée divergente/incongrue/inopinée – Peut transformer sa pratique et/ou la perception de son environnement – Elle doit, dans tous les cas, être identifiée et communiquée 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 69
  70. 70. Notions essentielles sur les spectateurs/impliqués • L’irruption d’une information nouvelle se heurte – À un refus d’intégration des données et des raisonnements nécessaires à son exploitation optimale – L’attitude initiale est donc celle du traitement émotionnel de l’information • L’irruption de nouveaux circuits d’information – Et d’émetteurs (la structure impliquée, …) – Génère une attitude de défiance • Qui s’agrège avec le traitement émotionnel de l’information 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 70
  71. 71. Le modèle de la tragédie • La catastrophe est aussi le dénouement d'une oeuvre dramatique telle qu’une tragédie Grecque – La tragédie donne à voir des « acteurs/décideurs » en situation de « communication » propre à exciter la terreur ou la pitié des spectateurs • La tragédie a pour fonction d’opérer une catharsis à destination des spectateurs – La catharsis est une méthode de purification émotionnelle qui » amène les spectateurs à prendre en aversion les « passions » des acteurs/décideurs » en leur faisant vivre l’histoire dramatique par procuration – L’attention collective remarquable portée à la catastrophe relève de la catharsis • Communiquer en temps de catastrophe impose, au delà de l’approche cognitive, de respecter des règles et une méthode comme pour la composition d’une tragédie 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 71
  72. 72. Quelques remarques • En situation de Crise/Catastrophe – Les points de repères ne sont plus signifiant – Les circuits d’information habituels se comportent de manière inhabituelle • Les disfonctionnement peuvent se placer au niveau des capteurs, des circuits de distribution (ou des vecteurs) ou de l’interprétation des données (ou des messages) • Les circuits de transmission et de traitement de l’information (données, commentaires, décisions) sont court-circuités – Chacun présuppose le comportement, l’implication, les décisions de l’autre – Les règles de la communication habituellement utilisées sont inopérantes • La communication revient en boomerang sur ceux qui croient ne pas être, ou avoir été, impliqués – Il n’y a plus de distinction entre communication interne et externe • La presse grand public remplace la presse professionnelle 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 72
  73. 73. Conséquences de la Crise/Catastrophe • Les acteurs/décideurs et les spectateurs/impliqués font face/sont confrontés, à – Un désordre «désorganisé» – Un phénomène entropique • Qui met à mal toutes les instances de régulation • Qui sont elles-mêmes désorganisées • Qui revient souvent en boomerang et à plusieurs reprises sur les acteurs • Qui entraine inéluctablement des conflits • Dont les conséquences seront longtemps visibles 8-Oct-14 Master SFMC/EISTI - Dr Hansen 73

×