BIOECOLOGIE LARVAIREET DISTRIBUTION DESANOPHELES EN AFRIQUEHAMMA IBRAHIM MAIGA, MDMalaria Research & Training Center/Dépar...
PLANINTRODUCTIONCYCLE BIOLOGIQUE DES ANOPHELESDISTRIBUTION DES ANOPHELES SELON LES CONDITIONSBIOECOLOGIQUES DES LARVES EN ...
INTRODUCTIONAfrique, 600M de personnes et plus de 500M zones d’endémie palustre.Paludisme maladie à transmission vectoriel...
Cycle biologique des anophèlesMouchet et al, 2004AlimentationŒufsLarveNympheAdulteAnophèle gorgé de sangPonte des Œufs
Gîtes larvaires = collections d’eau de pluiepeu profondes, ensoleillées et sans végétationempreintes de pas ou de sabots, ...
Gîtes larvaires = collections d’eau à forte teneur en sel (eauxsaumâtres)mangroves, lacs ou lagunes, trous de crabes,colle...
Gîtes larvaires = les eaux profondes, claires,permanentes/semi-permanentes et ombragéespar une végétation (herbes, végétat...
Gîtes larvaires = presque que ceux del’An. funestusbordures des cours d’eau permanentes ousemi permanentesanses calmes des...
Gîtes larvairesBordures des rivières assez larges écoulement lentdes forêtseaux assez immobiles à végétation abondanteMili...
Gîtes larvaires:rizièreszones irriguéesoasisMoustiques vectrices:An. pharoensis,An. labranchiae,An. sergentiiDistribution:...
An. gambiaeAn. arabiensisAn. FunestusAn. merus (sud de Madagascar)An. mascarensis (Madagascar & Mayotte)Anophèles vectrice...
Anophèle en fonction de leur préférenceOMS
KOLLEKOLLEKOLLEKOLLELe paludisme est responsable de 13% de mortalité et de 15% demorbidité.Vecteurs An. coustani, An. palu...
La lutte antilarvaire passive consiste à détruire les gîtes larvaires, en particulier par l’assèchement des zonesmarécageu...
LaLa biobioéécologiecologie larvaire, une connaissancelarvaire, une connaissanceapprofondie et parfaite serait un avenir m...
Références BibliographiquesAnonyme: biogéographie épidémiologique du paludisme: biodiversité du paludisme dans le monde, E...
ANOPHELES CULEX AEDESQUESTIONS ?
Bioécologie larvaire et distribution des anophèles en Afrique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bioécologie larvaire et distribution des anophèles en Afrique

1 137 vues

Publié le

Bioécologie larvaire et distribution des anophèles en Afrique - Présentation de la 5e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Hamma Ibrahim MAIGA - Chercheur - Université Faculté de Médecine,Malaria Research center - Bamako, Mali - hmaiga@MRTCBKO.org

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 137
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bioécologie larvaire et distribution des anophèles en Afrique

  1. 1. BIOECOLOGIE LARVAIREET DISTRIBUTION DESANOPHELES EN AFRIQUEHAMMA IBRAHIM MAIGA, MDMalaria Research & Training Center/Département D’Épidémiologie des Affections Parasitaires/Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie.Bamako, Mali (Afrique de l’Ouest).BP: 1805 TEL: 223 222 81 09EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. PLANINTRODUCTIONCYCLE BIOLOGIQUE DES ANOPHELESDISTRIBUTION DES ANOPHELES SELON LES CONDITIONSBIOECOLOGIQUES DES LARVES EN AFRIQUEDISTRIBUTION DES ANOPHELES A L’ECHELLE REGIONALE: MALIINTERET
  3. 3. INTRODUCTIONAfrique, 600M de personnes et plus de 500M zones d’endémie palustre.Paludisme maladie à transmission vectorielle.422 espèces d’an. dans le monde dont 68 (4 formes de paludisme humain).Seulement une 10e d’espèces (Robert, 2001) Afrique/Océan indienLutte antipaludique de 1950 - 75 a fait disparaître 1/2 de la planète 90 % l’incidence de la maladie,sauf Afrique tropicale.
  4. 4. Cycle biologique des anophèlesMouchet et al, 2004AlimentationŒufsLarveNympheAdulteAnophèle gorgé de sangPonte des Œufs
  5. 5. Gîtes larvaires = collections d’eau de pluiepeu profondes, ensoleillées et sans végétationempreintes de pas ou de sabots, flaques,petites mares, marécages aménagés,surfaces irriguées, barrages,flaques résiduelles des décrues,fosses d’emprunt de terre.Milieux de vie des imagosforêts et savanes humides (An. gambiae)savanes sèches, steppes, villes (An. arabiensis)ne dépassent pas 1000 mètres d’altitudedensité de populations varie avec les pluiesen zones de savane.Distribution dAn. gambiae et dAn. arabiensisen Afrique tropicalesource : J. Brunhes et Coll., Les anophèles de la région afro-tropicale, logiciel ORSTOM Ed., 1998)Anophèles
  6. 6. Gîtes larvaires = collections d’eau à forte teneur en sel (eauxsaumâtres)mangroves, lacs ou lagunes, trous de crabes,collections d’eau résiduelle après les grandes marées,sources d’eau minérale/thermale (An. bwambae) plaques de sel (tales)recouvertes d’eau de pluies,Note: les larves d’ An. melas peuvent supporter lesgîtes d’eau douceMilieux de vie des moustiques adultescôtes atlantiques (An. melas);côtes indiennes (An. merus)An. Merus peut s’éloigner vers l’intérieur du continentAn. bwawbae vit dans une forêt Ougandaise (Semliki)Distribution d’An. melas et An. merus enAfrique tropicalemerus(source : J. Brunhes et Coll., Les anophèles de la région afro-tropicale, logiciel ORSTOM Ed., 1998)melasAnophèlesAnophèles
  7. 7. Gîtes larvaires = les eaux profondes, claires,permanentes/semi-permanentes et ombragéespar une végétation (herbes, végétationsflottantes)Marais, Marécages, Mares,Bordures des lacs et des cours d’eau,RizièresMilieux de vie des adultesForêts, SavanesAtteint l’altitude de 2000 mètresLa densité des individus varie avec les pluies enzones de savane,Note: An. rivulorum = vecteur secondaire en TanzanieDistribution dAn. funestus en Afrique tropicale(source : J. Brunhes et Coll., Les anophèles de la région afro-tropicale, logiciel ORSTOM Ed., 1998)Anophèles
  8. 8. Gîtes larvaires = presque que ceux del’An. funestusbordures des cours d’eau permanentes ousemi permanentesanses calmes des cours d’eaux rapidesMilieux de vie des moustiques adultesforêts (le long des cours d’eau = gîtes deponte)savanes (++ 2ème moitié des pluies)Note: An. ovengensis au Camerounwww.futura-sciences.com/img/moustique.jpgDistribution dAn. nili en Afrique tropicale(source : J. Brunhes et Coll., Les anophèles de la région afro-tropicale, logiciel ORSTOM Ed., 1998)Anophèles
  9. 9. Gîtes larvairesBordures des rivières assez larges écoulement lentdes forêtseaux assez immobiles à végétation abondanteMilieux de vie des adultesblocs forestiersgaleries forestièresDistribution dAn. moucheti en Afrique tropicale(source : J. Brunhes et Coll., Les anophèles de la région afro-tropicale, logiciel ORSTOM Ed., 1998)Anophèles
  10. 10. Gîtes larvaires:rizièreszones irriguéesoasisMoustiques vectrices:An. pharoensis,An. labranchiae,An. sergentiiDistribution:Côte atlantique Nil (An. pharoensis)Maghreb (An. labranchiae)Libye et Égypte (An. Sergentii)Anophèles vectrices en Afrique du NordClimat méditerranéen au Nord : les hivers sont pluvieux et froids, les étéssont Chauds et secs. Climat pré-sahélien puis saharien au Sud, avec despluies inférieures à 100 mm/anMarocMarocMarocSahara occidentaleMarocSahara occidental
  11. 11. An. gambiaeAn. arabiensisAn. FunestusAn. merus (sud de Madagascar)An. mascarensis (Madagascar & Mayotte)Anophèles vectrices dans l’Archipel des îlesComoresla saison des pluies (kaskasi), d octobre à mars avec des températures élevées et un taux d humidité très important.C est aussi la saison des cyclones et des dépressions tropicales, la saison sèche (koussi), davril à septembre
  12. 12. Anophèle en fonction de leur préférenceOMS
  13. 13. KOLLEKOLLEKOLLEKOLLELe paludisme est responsable de 13% de mortalité et de 15% demorbidité.Vecteurs An. coustani, An. paludis similis, An. funestus, An.gambiae, An. pharoensis An. rufipes rufipes et An. squamosus(Sautet J., Marneffe H. 1943)La transmission est assurée par 2 principaux vecteurs: An. gambiae(1902) et An. funestus (Giles, 1900; Toure,1979)Létude cytogénétique du complexe A. g. 4 taxa ; An. arabiensiset 3 chr dAn. g. s.s. : Bamako, Savane et Mopti (Toure et al, 1983,1984).Transmission du paludisme et de la filariose de Bancroft (Toure,1989)Distribution à l échelle régionale: Cas du MaliMaliMaliMaliMaliLa plupart des gîtes sont de faible volume, créés par l’homme.
  14. 14. La lutte antilarvaire passive consiste à détruire les gîtes larvaires, en particulier par l’assèchement des zonesmarécageuses, l’Europe éradique; mesures dassainissementActive repose: pétrolage et l’usage d’insecticides larvicides (téméphos500), Bouallam S, 1998ensemencement des eaux avec des prédateurs des anophèles (poissons -tilapia, guppy, gambusie, Aphaniuset mollusques), d’ insectes larvivores ou de toxine bactérienne (Bacillis thuringensis et B. sphaericus).Lutte anti-imago: utilisation d insecticides (pyréthrinoïdes) dans les habitations, dispersion de mâles stériles etinterventions génétiques sur les espèces vectrices,Utilisation - décrans biologiques (espèces animales détournant les anophèles de lhomme)Fièvre jaune, leishmanioses, filarioses dont la prévalence diminuera simultanément à celle du paludismeINTERETThérèse Duriez , Lucien Dujardin, Daniel AfchainCopyright: Laboratoire de Parasitologie Faculté de Pharmacie BP 83 59006 Lille cedexDernière mise à jour: 2/07/02; 12:55:54
  15. 15. LaLa biobioéécologiecologie larvaire, une connaissancelarvaire, une connaissanceapprofondie et parfaite serait un avenir meilleurapprofondie et parfaite serait un avenir meilleurpour les populations africainespour les populations africaines
  16. 16. Références BibliographiquesAnonyme: biogéographie épidémiologique du paludisme: biodiversité du paludisme dans le monde, Eurotext Paris, John Libbey2004, 59-84Touré Mahamoudou B.: spacial analysisof the malaria transmission in the irrigated rice cultivation area of Niono-Mali, thèse 2002,12-39; 20-26TOURE Yéya Tiémoko: Génétique écologique et capacité vectorielle des membres du complexe Anophèles gambiae auMali (Ecological genetics and vectorial capacity of species complex Anopheles gambia in Mali), 1985.SAUTET J., MARNEFFE H. - Notes sur le paludisme, la bilharziose intestinale, les teignes, etc., au Soudan Français. Med. Trop.1943 ; 3 : 333-367.BOUALLAM S. (1) ; MAAROUF A. (2) ; BOUZIDI A. (3) ; BADRI A. (1) : Efficacité des traitements chimique et biologique sur lesCulicidae : effet létal du téméphos et taux de consommation par Gambusia affinis. 1998, vol. 34, no1, pp. 99-105 (29 ref.)Touré Y. T. : The current state of studies of malaria vectors and the vectorial: campaign in West Africa. Trans. Roy. Soc. Trop.Med & Hyg. 1989. 39-41Touré Y. T., Petrarca V & Coluzzi M. : bioécologie et importance vectorielle des taxas du complexe An. Gambiae au Mali. Ivemecongrès sur la protection de la santé humaine et des cultures en milieu tropical. 1984Touré Y. T., Petrarca V. & Coluzzi M. : Nuove entita del complesso An. gambiae in Mali. 1983, 25 :367.www. ecobio.univ-rennes1.fr;
  17. 17. ANOPHELES CULEX AEDESQUESTIONS ?

×