APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIREDANS LA COMPREHENSION DEL’EPIDEMIOLOGIE DU PALUDISMERavelojaona Alain Mamy24/08/2009EVALU...
Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou c...
APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIREDANS LA COMPREHENSION DEL’EPIDEMIOLOGIE DU PALUDISMERavelojaona Alain Mamy24/08/2009EVALU...
PLANI- Identification de l’espèce plasmodiale1) Sang humain2) Chez les moustiquesII- Appréciation de l’évolution de la rés...
I- Identification de l’espèce plasmodiale1) Sang humainPrincipe: la Polymerase Chain Reaction (PCR) permet d’amplifier une...
I- Identification de l’espèce plasmodiale1) Sang humainDans le cadre du paludisme, cette technique est utilisée en diagnos...
I- Identification de l’espèce plasmodiale(suite)2) Chez les moustiques- Biologie moléculaire confirme la reémérgence d’un ...
II- Appréciation de l’évolution de la résistance1) Résistance des anophèles vis-à-vis des pesticides- Emergence de populat...
II- Appréciation de l’évolution de la résistance(suite)2) Résistance des parasites vis-à-vis des médicaments antipaludique...
III- Génétique des populations : vecteurs ethommes1) Au niveau des vecteursPolymorphisme génétique des anophèles étudiés p...
III- Génétique des populations : vecteurs ethommes2) Au niveau de l’hommePolymorphisme génétique par PCR des gènes des séq...
ConclusionAvantages:la biologie moléculaire a permis, en association avec d’autres techniquesplus classiques utilisées en ...
BibliographieBerry A, Fabre R, Benoit-Vical F, Cassaing S, Magnaval JF. Contribution of PCR-based methods todiagnosis and ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Apport de la biologie moléculaire dans la compréhension de l'épidémiologie du paludisme

1 252 vues

Publié le

Apport de la biologie moléculaire dans la compréhension de l'épidémiologie du paludisme - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Ravelojaona Alain Mamy - Madagascar - am.ravelojaona@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 252
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
34
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Apport de la biologie moléculaire dans la compréhension de l'épidémiologie du paludisme

  1. 1. APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIREDANS LA COMPREHENSION DEL’EPIDEMIOLOGIE DU PALUDISMERavelojaona Alain Mamy24/08/2009EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. Code de classementExcellente présentation : 5 étoiles colorées sur 5(voir diapositive de titre)Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
  3. 3. APPORT DE LA BIOLOGIE MOLECULAIREDANS LA COMPREHENSION DEL’EPIDEMIOLOGIE DU PALUDISMERavelojaona Alain Mamy24/08/2009EVALUATIONpar les FACILITATEURS
  4. 4. PLANI- Identification de l’espèce plasmodiale1) Sang humain2) Chez les moustiquesII- Appréciation de l’évolution de la résistance1) Résistance des anophèles vis-à-vis des pesticides2) Résistances des parasites vis-à-vis des médicaments antipaludiquesIII- Génétique des populations : vecteurs, hommes1) Au niveau des vecteurs2) Au niveau de l’hommeIV- ConclusionVI- Bibliographie
  5. 5. I- Identification de l’espèce plasmodiale1) Sang humainPrincipe: la Polymerase Chain Reaction (PCR) permet d’amplifier une séquenced’ADN pour identifier un gène2) Migration sur un gel d’agarose(électrophorèse)1) Amplification par Taq-polymérase3) Détection UV
  6. 6. I- Identification de l’espèce plasmodiale1) Sang humainDans le cadre du paludisme, cette technique est utilisée en diagnostic biologiqueafin de:-réaliser une identification spécifique des 4 espèces de plasmodium, encomplément de la microscopie.-détecter les infections mixtes.-détecter des taux très bas de parasitémie.La sensibilité et la spécificité de la PCR constituent un atout majeur dansl’identification de l’espèce infestant et permet donc d’adapter le traitementplus efficacement.La PCR précise la répartition, les cycles, la préférence trophique des espècesd’Anophèles.Berry et al., 2005Fontenille et al., 1995
  7. 7. I- Identification de l’espèce plasmodiale(suite)2) Chez les moustiques- Biologie moléculaire confirme la reémérgence d’un vecteur porteur d’unplasmodiumex: cas d’Anopheles funestus à MayotteLa connaissance du vecteur mode de vie modification de la stratégie de lutte.Elissa et Karch, 2005
  8. 8. II- Appréciation de l’évolution de la résistance1) Résistance des anophèles vis-à-vis des pesticides- Emergence de population d’Anopheles gambiae résistante aux pesticides de typepyréthroïdes (utilisés dans le traitement des moustiquaires imprégnées).mutation du gènes kdr (knock down resistance)- Mutation précédemment décrite en Afrique de l’Est a été caractérisé sur unepopulation d’Anopheles gambiae dans un pays des côtes de l’Afrique de l’OuestPinto et al., 2006
  9. 9. II- Appréciation de l’évolution de la résistance(suite)2) Résistance des parasites vis-à-vis des médicaments antipaludiquesDes études réalisées au Cameroun portant sur la résistance de Plasmodiumfalciparum à la Sulfadoxine pyrimethamine ont montré que cette résistanceserait due:- une augmentation de la fréquence des mutations triples sur le gène dhfr(dihydro folate réductase)- une augmentation de la fréquence des mutations simple ou double sur legène dhps (dihydroptéroate synthase)Greenwood et al., 2005
  10. 10. III- Génétique des populations : vecteurs ethommes1) Au niveau des vecteursPolymorphisme génétique des anophèles étudiés par PCRRésistance d’Anopheles darligni vis-à-vis du DDT et autres pesticidesPolymorphisme du gène nd4par séquençage, caractérisation de 20 haplotypes de ce gèneFonseca-González et al., 2009
  11. 11. III- Génétique des populations : vecteurs ethommes2) Au niveau de l’hommePolymorphisme génétique par PCR des gènes des séquences microsatellites del’ADN contenu dans des leucocytes humains provenant d’un repas sanguin demoustique permet d’identifier l’individu qui a été piquéFontenille et al., 1995
  12. 12. ConclusionAvantages:la biologie moléculaire a permis, en association avec d’autres techniquesplus classiques utilisées en entomologie, de préciser :- quel vecteur transmet quel plasmodium,- mais aussi où, quand et à quel taux cette transmission s’effectueLimites:technologie coûteusequi demande des matériels sophistiqués (thermocycler, matériel àélectrophorèse, environnements stériles…)Disponibilité limitée aux centres de recherche et CHU peu compatible avec la réalité de terrain dans les centres desanté secondaires en Afrique
  13. 13. BibliographieBerry A, Fabre R, Benoit-Vical F, Cassaing S, Magnaval JF. Contribution of PCR-based methods todiagnosis and management of imported malaria. Med Trop (Mars). 2005;65(2):176-83.Elissa N, Karch S. Re-emergence of Anopheles funestus and its possible effect on malaria transmissionon Mayotte Island, Indian Ocean.J Am Mosq Control Assoc. 2005 Dec;21(4):472-3Fonseca-González I, Quiñones ML, McAllister J, Brogdon WG. Mixed-function oxidases and esterasesassociated with cross-resistance between DDT and lambda-cyhalothrin in Anopheles darlingi Root1926 populations from Colombia. Mem Inst Oswaldo Cruz. 2009 Feb;104(1):18-26Fontenille D, Diatta M, Konate L, Lochouarn L, Lemasson JJ, Diagne N, Molez JF, Rogier C, Trape JF, FayeO. Intérêt de l’utilisation des outils de biologie moléculaire dans la transmission du paludisme:l’exemple des programmes conduits au Sénégal. Med Trop (Mars). 1995;55(4 Suppl):52-5.Greenwood BM, Bojang K, Whitty CJ, Targett GA. Malaria. Lancet. 2005 Apr 23-29;365(9469):1487-98.Pinto J, Lynd A, Elissa N, Donnelly MJ, Costa C, Gentile G, Caccone A, do Rosário VE. Co-occurrence ofEast and West African kdr mutations suggests high levels of resistance to pyrethroid insecticides inAnopheles gambiae from Libreville, Gabon. Med Vet Entomol. 2006 Mar;20(1):27-32

×