Auscultation de3 lci bahloul

2 229 vues

Publié le

0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 229
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
175
Actions
Partages
0
Téléchargements
49
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Auscultation de3 lci bahloul

  1. 1. Auscultation pleuropulmonaire Dr BAHLOUL Dr DELCI SERVICE DE MEDECINE INTERNE CHU TIZI OUZOU
  2. 2. Rappel anatomophysiologique
  3. 3. Poumon Droit:• ÷ en 3 lobes : Lobe supérieur droit Lobe moyen droit Lobe inférieur droit• Assure 55 % de la ventilation pulmonairePoumon gauche:• ÷ en 2 lobes : Lobe supérieur gauche Lobe inférieur gauche• Assure 45 % de la ventilation pulmonaire
  4. 4. Trachée :• S’étend du larynx aux bronches principales (repère antérieur angle manubrio-sternal, repère postérieur quatrième vertèbre thoracique)Bronches :• Droite plus courte, large et inclinée que la gauche ( pneumonie d’inhalation + droite )• Bronches principales – lobaires – segmentaires – bronchioles – bronchioles terminales et respiratoires débouchant sur les sacs alvéolaires (zone respiratoire)
  5. 5. • Alvéoles: composées de pneumocytes (produit le surfactant) et des macrophagocytes.• Plèvre : - Feuillets (pariétal et viscéral) recouvrant poumon et cavité thoracique, glissant l’une sur l’autre à l’aide du liquide pleural ( ↓ friction)
  6. 6. Les bronches
  7. 7. Définition de l’auscult• Consiste à écouter les sons produits par le poumon et la plévre transmis à loreille de lexaminateur à travers la paroi.• se fait par lintermédiaire dun stéthoscope biauricu-laire . Il permet la transmission claire des sons et lélimination des bruits extérieurs.
  8. 8. Régles de l’auscul - Buts: - évaluer les bruits normaux - rechercher les bruits anormaux - comment?Sur la peauDe haut en basFace ant,post et laterales ,comparativeRespiration par la bouche( lente et profonde )Demander de tousser si présence de bruitssurajoutés
  9. 9. Sites de l’auscultat
  10. 10. Bruits normaux- Lemurmure vésiculaire est produit par le mouvement de lair dans larbre respiratoire : trachée, bronches et alvéoles - inspiration : il est doux, humé. - expiration : il est plus intense, mais s’épuise rapidement
  11. 11. Etat pathologique- Inversion du rythme respiratoire- Modifications du murmure vésiculaire- Bruits surajoutés- Modifications à lauscultation de la voix et de la toux.
  12. 12. Une inversion du rythme respiratoire : - expiration prolongée plus longue que linspiration → BPP Obst (emphysème ,crise dasthme) Des modifications du murmure vésiculaire : -Diminué: → emphysème pulmonaire, traduisant lhypoventilation alvéolaire
  13. 13. - Aboli : a- arrêt complet de la ventilationdans un territoire donné ( atélectasie ) b- interposition aérique (ép pleuralaérien) c- interposition liquidienne ( éppleural liquidien) d- masqué par des bruits surajoutés(condensation pulmonaire )
  14. 14. Bruits surajoutés I- Les souffles : - Etat normal: le souffle glottique ou laryngo- trachéal est entendu à lauscultation sur la ligne médio-sternale, mais il nest pas entendu à lauscultation des deux hémithorax.- Etat patholo: souffles glottique est transmis anormalement dans des zones du thorax où il nest pas habituellement entendu, en raison dune anomalie du poumon ou de la plèvre.
  15. 15. - caractères : le souffle est conditionnés par la nature de latteinte pulmonaire ou pleurale - temps respiratoire - intensité - tonalité - timbre
  16. 16. S tubaire S pleurétique S emphorique S cavitaireTemps inspiratoire expiratoire expiratoire inspiratoireIntensité intense Doux , lointain faible intenseTonalité élevée élevée élevée basseTimbre rude aigre métalique creuxValeur Condensation ép pleural Ép pleural Cavernesémiologique pulmonaire liquidien aerien tuberculeuse
  17. 17. II- Les râles :- Sont intermittents, en rapport avec lamobilisation des sécrétions pathologiquesdans les bronches ou dans les conduitsbronchio-alvéolaires; ils sont doriginebronchique ou dorigine parenchymateuse.
  18. 18. 1- Les râles bronchiques : sont les plus fréquents (râles ronflants et râles sibilants).- Ils sont dus à la vibration de la colonne dair traversant une bronche rétrécie ou enflammée.- Leur timbre dépend du calibre des bronches où ils prennent naissance- caractères communs : secs, entendus aux deux temps de la respiration mais ils sont plus nets à lexpiration.
  19. 19. - Les râles ronflants ( ronchus ): - timbre : grave - gros troncs bronchiques - Les râles sibilants : - timbre aigu, sifflements ressemblant au miaulement dun chat. - bronches de petit calibre.- Les râles ronflants et les râles sibilants peuvent être associés, ils sont entendus sur lensemble des deux hémithorax à la phase catarrhale de la crise dasthme réalisant « un bruit de pigeonnier » caractéristique.
  20. 20. 2- Les râles parenchymateux : - râles crépitants - râles sous-crépitants.• Les râles crépitants : tradiusent un comblement alvéolaire - crépitations sèches, très serrées - ressemblant au bruit de froissement dune mèche de cheveux ou au bruit que font les grains du sel mis sur le feu. - fins, secs, égaux entre eux, régulièrement espacés, - s’entendent à la fin de linspiration - plus nets après la toux et lors de linspiration profonde.
  21. 21. - localisés : en foyer, au centre duquel onpeut parfois entendre un souffle tubaire etsont alors caractéristiques dunecondensation pulmonaire(PFLA ) - généralisés : envahissant les deuxhémithorax en marée montante (OAP )
  22. 22. • Les râles sous-crépitants ( râles bulleux ): sont lles plus fréquents , - traduisent lexistence dans les alvéoles et les bronchioles de sécrétions fluides - humides,donnant la sensation des bulles éclatant à intervalles plus ou moins serrés. - aux deux temps de la respiration, plus nets à linspiration, ils sont modifiés par la toux.
  23. 23. • Les râles consonants ou râles caverneux : - variété particulière de râles sous- crépitants - timbre fort, humide et métallique. - retrouvés dans les condensations pulm creusées dune cavité . - râles consonants + un souffle cavitaire = un bruit de gargouillement ( cavernes tuberculeuses).
  24. 24. Rales Rales Rales Rales sous Rales sibilants ronflants crépitants crépitants consonantsCaratérist Sec Sec Sec Humide Humide Expiratoire Expiratoire Fin Inspiratoire Inspiratoire Aigu Grave Inspiratoire Bulleux MétaliqueValeur Crise Crise - OAP -Suppuration Cavernesémiolo d’asthme d’asthme - Condensat pulm tuberculeuse pul
  25. 25. III- Frottements• Les frottements pleuraux : - dus au frottement des deux feuillets de la plèvre lorsquils sont le siège dune inflammation( absents à létat normal, grâce à un film de sérosité entre les deux feuillets) - se produisent lors des mouvements respiratoires, disparaissant en apnée.
  26. 26. - entendus aux deux temps de larespiration, non modifié par la toux,, - intensité, timbre variables - peuvent être perçus à la palpationlorsquils sont très intenses. - entendus à la phase de début de lapleurésie, ils disparaissent lorsquelépanchement liquidien est de moyenneabondance
  27. 27. IV- autres bruits surajoutés :• le « Wheezing » : - ressemble au sifflement du vent qui souffle à travers un orifice étroit; - inspiratoire - perçu en un point fixe du thorax - sténose trachéale ou dune bronche de gros calibre
  28. 28. • la succussion hippocratique : - bruit de clapotage - ausculté la base thoracique lorsque simultanément on imprime une secousse au thorax du malade; - traduit la présence d’un ép pleural aéro- liquidien
  29. 29.  Modefi de l’auscultation de la toux et de La voix• bronchophonie : est la transmission de la voix haute selon une intensité accrue, mais souvent confuse( condensation pulmonaire).• La pectoriloquie : est la transmission nettement articulée de la voix haute qui devient plus distincte et prend un timbre grave à tonalité renforcée( cavité creusée au sein dune condensation pulmonaire →caverne tuberculeuse).• La pectoriloquie aphone : est la transmission nettement articulée de la voix chuchotée (épanchement pleural liquidien)
  30. 30. • Légophonie : est la transmission de la voix haute selon un mode chevrotant (voix de chèvre) et nasillard à timbre plus ou moins aigu( ép pleural liquidien).
  31. 31. En conclusion :• étape très importante de l’examen du patient.• apporte des informations irremplaçables en l’absence de radiographie pulmonaire et même en présence d’une radiographie.• + procéder étape par étape (recherche des bruits normaux, recherche de modifications des bruits normaux, recherche de bruits surajoutés)• ausculter l’ensemble du thorax, faire tousser le patient• parfois difficille.

×