09	
  67	
  01	
  21	
  65	
  /	
  06	
  03	
  24	
  81	
  65	
  -­‐	
  gvitry@lact.fr	
  	
  -­‐	
  h;p://www.lact.fr	
  ...
 
!
Enregistrement	
  issu	
  d’un	
  atelier	
  découverte	
  LACT.	
  
	
  
	
  
Certains	
  passages	
  sont	
  parasit...
 
!
Les	
  médecins	
  ont	
  un	
  rôle	
  extrêmement	
  important	
  	
  
 
!
Une	
  grande	
  par2e	
  de	
  leurs	
  consulta2ons	
  	
  
 
!
sont	
  des	
  plaintes	
  très	
  variées	
  concernant	
  ce	
  qu’il	
  se	
  passe	
  au	
  travail	
  
 
!
Je	
  pense	
  que	
  la	
  plupart	
  des	
  généralistes	
  	
  
ne	
  font	
  pas	
  vraiment	
  la	
  dis2nc2on	
  
 
!
En	
  médecine,	
  dans	
  le	
  cursus	
  médicale,	
  
 
!
Il	
  n’y	
  a	
  pas	
  vraiment	
  de	
  forma2on	
  sur	
  les	
  risques	
  psycho-­‐sociaux	
  
 
!
 
!
 
!
 
!
«	
  Ces	
  trois	
  livres	
  ont	
  […]	
  décris	
  le	
  changement	
  des	
  plaintes	
  des	
  personnes	
  
 
!
je	
  pense	
  qu’il	
  n’y	
  a	
  pas	
  eu	
  l	
  ’enseignement	
  qui	
  a	
  suivi	
  par	
  rapport	
  à	
  ça	...
 
!
«	
  Les	
  risques	
  psycho-­‐sociaux	
  pour	
  beaucoup	
  de	
  médecins	
  	
  
 
!
c’est	
  un	
  espèce	
  d’amalgame	
  entre	
  
 
!
le	
  harcèlement,	
  le	
  stress,	
  les	
  conflits,	
  le	
  burn-­‐out	
  
 
!
et	
  un	
  truc	
  pas	
  vraiment	
  défini	
  qui	
  est	
  le	
  mal-­‐être	
  au	
  travail	
  »	
  	
  
 
!
À	
  par2r	
  de	
  1998,	
  	
  
on	
  a	
  vu	
  qu’il	
  y	
  avait	
  
	
  un	
  mal-­‐être	
  général	
  
des	
  ...
 
!
À	
  par2r	
  de	
  1998,	
  on	
  a	
  
vu	
  qu’il	
  y	
  avait	
  un	
  mal-­‐
être	
  général	
  des	
  
personne...
 
!
«	
  Depuis	
  1998,	
  j’ai	
  pas	
  mal	
  travaillé	
  au	
  niveau	
  interna2onal,	
  	
  
 
!
parce	
  qu’	
  en	
  France,	
  jusqu’à	
  présent	
  
 
!
il	
  n’y	
  avait	
  pas	
  beaucoup	
  de	
  recherches	
  »	
  	
  
 
!
On	
  travail	
  au	
  niveau	
  mondial,	
  avec	
  des	
  japonais	
  	
  
 
!
Puisqu’au	
  Japon,	
  il	
  n’y	
  a	
  pas	
  si	
  longtemps	
  
 
!
On	
  mourrait	
  sur	
  les	
  lieux	
  de	
  travail	
  
 
!
On	
  mourrait	
  sur	
  les	
  lieux	
  de	
  travail	
  
 
!
Maintenant,	
  ils	
  sont	
  en	
  train	
  de	
  discuter	
  une	
  loi	
  sur	
  le	
  harcèlement	
  
 
!
Dans	
  tous	
  les	
  pays	
  actuellement,	
  que	
  ce	
  soit	
  en	
  Amérique	
  la2ne,	
  	
  	
  
 
!
au	
  Japon,	
  en	
  Australie,	
  en	
  Asie,	
  il	
  y	
  a	
  des	
  réflexions	
  sur	
  ce	
  sujet.	
  
 
!
Singulièrement,	
  pas	
  tellement	
  en	
  France	
  	
  
 
!
«	
  Parce-­‐qu’il	
  y	
  a	
  des	
  courants	
  de	
  pensées	
  en	
  France	
  	
  	
  
 
!
Et	
  il	
  y	
  a	
  du	
  conflit	
  entre	
  personnes	
  »	
  
 
!
Mais	
  en	
  gros	
  les	
  gens	
  vont	
  moins	
  bien	
  sur	
  leur	
  lieu	
  de	
  travail	
  
 
!
«	
  Je	
  pense	
  que	
  le	
  monde	
  du	
  travail	
  à	
  considérablement	
  changé	
  
 
!
ça	
  c’est	
  accéléré,	
  ça	
  s’est	
  durci	
  
 
!
c’est	
  devenu	
  un	
  enjeux	
  de	
  compé22vité	
  avec	
  de	
  plus	
  en	
  plus	
  de	
  stress	
  »	
  	
  
 
!
«	
  La	
  société	
  a	
  changé,	
  	
  
notre	
  façon	
  de	
  travailler	
  a	
  
changé	
  
 
!
on	
  est	
  dans	
  une	
  société	
  
narcissique,	
  d’image,	
  
d’apparence,	
  de	
  réussite,	
  	
  
de	
  rap...
 
!
où	
  il	
  faut	
  être	
  performant	
  »	
  	
  
 
!
Les	
  gens	
  ne	
  viennent	
  plus	
  nous	
  voir	
  pour	
  des	
  névroses	
  	
  
 
!
On	
  a	
  plus	
  tellement	
  de	
  longues	
  analyses,	
  des	
  thérapies	
  très	
  longues	
  
 
!
«	
  Docteur	
  il	
  y	
  a	
  mes	
  évaluaSons	
  la	
  semaine	
  prochaine,	
  
 
!
il	
  faut	
  que	
  je	
  sois	
  performant	
  […]	
  	
  
 
!
donnez	
  moi	
  un	
  truc	
  qui	
  fasse	
  que	
  	
  	
  
 
!
je	
  vais	
  faire	
  bonne	
  impression	
  auprès	
  de	
  mon	
  supérieur	
  hiérarchique	
  »	
  
 
!
Les	
  gens	
  viennent	
  nous	
  voir	
  pour	
  du	
  coaching,	
  du	
  genre	
  :	
  
 
!
«	
  Qu’est-­‐ce	
  qu’il	
  faut	
  que	
  je	
  fasse	
  ?	
  	
  […]	
  
 
!
j’ai	
  une	
  collaboratrice	
  qui	
  n’en	
  fait	
  qu’à	
  sa	
  tête	
  
 
!
et	
  moi	
  je	
  ne	
  suis	
  pas	
  à	
  la	
  hauteur,	
  je	
  ne	
  me	
  sens	
  pas	
  assez	
  bien,	
  
 
!
vous	
  savez	
  il	
  y	
  a	
  plein	
  de	
  licenciements	
  autour	
  de	
  moi,	
  	
  
 
!
qu’est-­‐ce	
  qu’il	
  faut	
  que	
  je	
  fasse	
  ?	
  »	
  
 
!
On	
  est	
  dans	
  des	
  probléma2ques	
  extrêmement	
  concrètes	
  	
  
 
!
Les	
  gens	
  n’ont	
  plus	
  de	
  vraies	
  interroga2ons	
  sur	
  eux	
  mêmes	
  
 
!
On	
  s’inves2t	
  beaucoup	
  trop	
  dans	
  le	
  travail	
  
 
!
Et	
  si	
  on	
  est	
  pas	
  bon,	
  on	
  est	
  complétement	
  écroulé	
  
 
!
Pourquoi	
  il	
  y	
  a	
  plus	
  de	
  souffrance	
  au	
  travail	
  maintenant	
  ?	
  
 
!
«	
  Je	
  pense	
  que	
  le	
  médecin	
  du	
  travail	
  a	
  un	
  rôle	
  essen2el	
  […]	
  	
  
 
!
rôle	
  essen2el	
  aussi	
  de	
  collabora2on	
  entre	
  les	
  différents	
  médecins	
  
 
!
Je	
  pense	
  que	
  si	
  les	
  médecins	
  avaient	
  des	
  contacts	
  avec	
  
 
!
les	
  médecins	
  du	
  travail	
  et	
  les	
  psy	
  
 
!
je	
  crois	
  qu’on	
  peut	
  aider	
  les	
  gens	
  plus	
  tôt	
  »	
  	
  
 
!
«	
  Je	
  pense	
  que	
  c’est	
  en	
  ça	
  que	
  ceee	
  soirée	
  est	
  intéressante	
  
 
!
puisque	
  je	
  pense	
  qu’il	
  faut	
  apprendre	
  à	
  collaborer	
  	
  
 
!
de	
  même	
  que	
  dans	
  l’entreprise	
  on	
  doit	
  tous	
  collaborer	
  	
  
 
!
et	
  le	
  DRH	
  devrait	
  travailler	
  avec	
  le	
  médecin	
  du	
  travail	
  
 
!
ce	
  qui	
  n’est	
  pas	
  toujours	
  le	
  cas	
  »	
  
 
!
«	
  Je	
  pense	
  que,	
  les	
  différents	
  intervenants	
  au	
  niveau	
  médical	
  	
  	
  
 
!
ont	
  un	
  rôle	
  extrêmement	
  important	
  sur	
  la	
  préven2on	
  	
  	
  
 
!
pour	
  intervenir	
  plus	
  tôt.	
  »	
  
 
!
Merci	
  beaucoup	
  d’avoir	
  	
  
	
  
suivi	
  ce;e	
  présentaSon	
  !	
  
Rdv	
  sur	
  h;p://www.lact.fr/	
  ou...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Analyse de l'environnement et des pratiques psychologiques au travail par le Dr. Hirigoyen

446 vues

Publié le

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
446
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Analyse de l'environnement et des pratiques psychologiques au travail par le Dr. Hirigoyen

  1. 1. 09  67  01  21  65  /  06  03  24  81  65  -­‐  gvitry@lact.fr    -­‐  h;p://www.lact.fr   Analyse  de  l’environnement     et  des  pra2ques  psychologiques  au  travail     Par  le  docteur  Marie-­‐France  Hirigoyen   Enregistrement  extrait  d’un  atelier  organisé  par  LACT     et  l'A6M  Amicale  des  médecins  du  6è  arrondissement  de  Paris  
  2. 2.   ! Enregistrement  issu  d’un  atelier  découverte  LACT.       Certains  passages  sont  parasités.       Merci  de  votre  compréhension.  
  3. 3.   ! Les  médecins  ont  un  rôle  extrêmement  important    
  4. 4.   ! Une  grande  par2e  de  leurs  consulta2ons    
  5. 5.   ! sont  des  plaintes  très  variées  concernant  ce  qu’il  se  passe  au  travail  
  6. 6.   ! Je  pense  que  la  plupart  des  généralistes     ne  font  pas  vraiment  la  dis2nc2on  
  7. 7.   ! En  médecine,  dans  le  cursus  médicale,  
  8. 8.   ! Il  n’y  a  pas  vraiment  de  forma2on  sur  les  risques  psycho-­‐sociaux  
  9. 9.   !
  10. 10.   !
  11. 11.   !
  12. 12.   ! «  Ces  trois  livres  ont  […]  décris  le  changement  des  plaintes  des  personnes  
  13. 13.   ! je  pense  qu’il  n’y  a  pas  eu  l  ’enseignement  qui  a  suivi  par  rapport  à  ça  »  
  14. 14.   ! «  Les  risques  psycho-­‐sociaux  pour  beaucoup  de  médecins    
  15. 15.   ! c’est  un  espèce  d’amalgame  entre  
  16. 16.   ! le  harcèlement,  le  stress,  les  conflits,  le  burn-­‐out  
  17. 17.   ! et  un  truc  pas  vraiment  défini  qui  est  le  mal-­‐être  au  travail  »    
  18. 18.   ! À  par2r  de  1998,     on  a  vu  qu’il  y  avait    un  mal-­‐être  général   des  personnes    
  19. 19.   ! À  par2r  de  1998,  on  a   vu  qu’il  y  avait  un  mal-­‐ être  général  des   personnes     sur  les  lieux  de  travail,   sans  que  l’on  sache   vraiment  pourquoi  
  20. 20.   ! «  Depuis  1998,  j’ai  pas  mal  travaillé  au  niveau  interna2onal,    
  21. 21.   ! parce  qu’  en  France,  jusqu’à  présent  
  22. 22.   ! il  n’y  avait  pas  beaucoup  de  recherches  »    
  23. 23.   ! On  travail  au  niveau  mondial,  avec  des  japonais    
  24. 24.   ! Puisqu’au  Japon,  il  n’y  a  pas  si  longtemps  
  25. 25.   ! On  mourrait  sur  les  lieux  de  travail  
  26. 26.   ! On  mourrait  sur  les  lieux  de  travail  
  27. 27.   ! Maintenant,  ils  sont  en  train  de  discuter  une  loi  sur  le  harcèlement  
  28. 28.   ! Dans  tous  les  pays  actuellement,  que  ce  soit  en  Amérique  la2ne,      
  29. 29.   ! au  Japon,  en  Australie,  en  Asie,  il  y  a  des  réflexions  sur  ce  sujet.  
  30. 30.   ! Singulièrement,  pas  tellement  en  France    
  31. 31.   ! «  Parce-­‐qu’il  y  a  des  courants  de  pensées  en  France      
  32. 32.   ! Et  il  y  a  du  conflit  entre  personnes  »  
  33. 33.   ! Mais  en  gros  les  gens  vont  moins  bien  sur  leur  lieu  de  travail  
  34. 34.   ! «  Je  pense  que  le  monde  du  travail  à  considérablement  changé  
  35. 35.   ! ça  c’est  accéléré,  ça  s’est  durci  
  36. 36.   ! c’est  devenu  un  enjeux  de  compé22vité  avec  de  plus  en  plus  de  stress  »    
  37. 37.   ! «  La  société  a  changé,     notre  façon  de  travailler  a   changé  
  38. 38.   ! on  est  dans  une  société   narcissique,  d’image,   d’apparence,  de  réussite,     de  rapidité  
  39. 39.   ! où  il  faut  être  performant  »    
  40. 40.   ! Les  gens  ne  viennent  plus  nous  voir  pour  des  névroses    
  41. 41.   ! On  a  plus  tellement  de  longues  analyses,  des  thérapies  très  longues  
  42. 42.   ! «  Docteur  il  y  a  mes  évaluaSons  la  semaine  prochaine,  
  43. 43.   ! il  faut  que  je  sois  performant  […]    
  44. 44.   ! donnez  moi  un  truc  qui  fasse  que      
  45. 45.   ! je  vais  faire  bonne  impression  auprès  de  mon  supérieur  hiérarchique  »  
  46. 46.   ! Les  gens  viennent  nous  voir  pour  du  coaching,  du  genre  :  
  47. 47.   ! «  Qu’est-­‐ce  qu’il  faut  que  je  fasse  ?    […]  
  48. 48.   ! j’ai  une  collaboratrice  qui  n’en  fait  qu’à  sa  tête  
  49. 49.   ! et  moi  je  ne  suis  pas  à  la  hauteur,  je  ne  me  sens  pas  assez  bien,  
  50. 50.   ! vous  savez  il  y  a  plein  de  licenciements  autour  de  moi,    
  51. 51.   ! qu’est-­‐ce  qu’il  faut  que  je  fasse  ?  »  
  52. 52.   ! On  est  dans  des  probléma2ques  extrêmement  concrètes    
  53. 53.   ! Les  gens  n’ont  plus  de  vraies  interroga2ons  sur  eux  mêmes  
  54. 54.   ! On  s’inves2t  beaucoup  trop  dans  le  travail  
  55. 55.   ! Et  si  on  est  pas  bon,  on  est  complétement  écroulé  
  56. 56.   ! Pourquoi  il  y  a  plus  de  souffrance  au  travail  maintenant  ?  
  57. 57.   ! «  Je  pense  que  le  médecin  du  travail  a  un  rôle  essen2el  […]    
  58. 58.   ! rôle  essen2el  aussi  de  collabora2on  entre  les  différents  médecins  
  59. 59.   ! Je  pense  que  si  les  médecins  avaient  des  contacts  avec  
  60. 60.   ! les  médecins  du  travail  et  les  psy  
  61. 61.   ! je  crois  qu’on  peut  aider  les  gens  plus  tôt  »    
  62. 62.   ! «  Je  pense  que  c’est  en  ça  que  ceee  soirée  est  intéressante  
  63. 63.   ! puisque  je  pense  qu’il  faut  apprendre  à  collaborer    
  64. 64.   ! de  même  que  dans  l’entreprise  on  doit  tous  collaborer    
  65. 65.   ! et  le  DRH  devrait  travailler  avec  le  médecin  du  travail  
  66. 66.   ! ce  qui  n’est  pas  toujours  le  cas  »  
  67. 67.   ! «  Je  pense  que,  les  différents  intervenants  au  niveau  médical      
  68. 68.   ! ont  un  rôle  extrêmement  important  sur  la  préven2on      
  69. 69.   ! pour  intervenir  plus  tôt.  »  
  70. 70.   ! Merci  beaucoup  d’avoir       suivi  ce;e  présentaSon  !   Rdv  sur  h;p://www.lact.fr/  ou  au  09  67  01  21  65  /  06  03  24  81  65            

×