Que faire avec les conduites addictives

516 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
516
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Que faire avec les conduites addictives

  1. 1. FAIRE FACE A L’ADDICTION AU TRAVAIL 09 67 01 21 65/ 06 03 24 81 65 - gvitry@lact.fr - http://www.lact.fr Que faire avec les conduites addictives? Par Christian MORETTO Psychothérapeute et Chercheur Associé au Centre de Thérapie Stratégique d’Arezzo (Italie) et au Floating Hospital de New York Spécialiste de la toxicodépendance Enregistrement Extrait d’une web-conférence
  2. 2. Grégoire VITRY Directeur de LACT formé à l’IGB Stratégie de changement Communication EM Lyon Olivier BROSSEAU Coach, consultant et psychothérapeute formé à l’IGB, Certifié Executive Profiler ESSEC Enseigne à l’IAE Paris Organisations & Comportements Claude de SCORRAILLE Coach, consultante et psychothérapeute formée à l’IGB, Psychologue clinicienne du travail (CNAM, Paris) Enseigne à l’IAE Paris Comportement & Gestion du changement INTERVENANTS
  3. 3. INVITÉ EXCEPTIONNEL CHRISTIAN MORETTO Psychothérapeute et Chercheur Associé au Centre de Thérapie Stratégique d’Arezzo (Italie) et au Floating Hospital de New York Spécialiste de la toxicodépendance
  4. 4. Grégoire VITRY Directeur de LACT formé à l’IGB Stratégie de changement Communication EM Lyon Olivier BROSSEAU Coach, consultant et psychothérapeute formé à l’IGB, Certifié Executive Profiler ESSEC Enseigne à l’IAE Paris Organisations & Comportements Claude de SCORRAILLE Coach, consultante et psychothérapeute formée à l’IGB, Psychologue clinicienne du travail (CNAM, Paris) Enseigne à l’IAE Paris Comportement & Gestion du changement INTERVENANTS
  5. 5. Que faire avec les conduites addictives au travail?
  6. 6. Un document fondamental: LE REGLEMENT INTERIEUR Le RI peut interdire la consommation d’alcool pendant les heures de travail et l’état d’ébriété ou d’influence pendant les heures de travail (même si la consommation a eu lieu avant)
  7. 7. Un document fondamental: LE REGLEMENT INTERIEUR Le RI peut interdire la présence de personnes en état d’ivresse Le RI peut interdire les produits Le RI peut permettre de recourir à l’alcotest (en fonction de conditions et modalités de dépistage et des postes concernés)
  8. 8. La politique de prévention de l’entreprise La prévention a 3 objectifs 1 – lutter contre les idées fausses 2 – lutter contre le silence et les tabous 3 – Permettre aux personnes en difficulté de connaître les structures d’aide
  9. 9. Au vue du contexte, quels sont les leviers sur lesquels je peux intervenir ou utiliser? 1 - le RI 2 - la loi 3 - le travail 4 - la santé 5 - la sécurité 6 - mes responsabilités en tant que manager et celle de la personne
  10. 10. Un processus d’intervention en entreprise En premier lieu, pour le manager (mais aussi RH, élus, acteurs de la prévention, médecine du travail) Observation de faits Définition du problème Définition de l’objectif, 1er entretien Observation des effets 2eme entretien
  11. 11. Imaginons un cas d’école! Je m’appelle Pierre et je suis un manager, je gère 15 collaborateurs dans mon service…
  12. 12. Imaginons un cas d’école! … dont un, Jacques, qui depuis quelques temps déjà présente des comportements différents…
  13. 13. Dans la phrase précédente, il y a un mot important !! Lequel?
  14. 14. Dans la phrase précédente, il y a un mot important !! « différents »
  15. 15. « Une information, c’est une différence qui fait la différence » Gregory Bateson
  16. 16. Voir les différences qui font la différence Avant de tirer… Il est important de viser Avant d’agir Cherchons à comprendre ce qui se passe…
  17. 17. Voir les différences qui font la différence Les changements brusques d’attitude Un collaborateur qui s’isole Attitude de fuite Baisse de performance Agressivité Renoncement Résistance permanente Etc.
  18. 18. Avant de pouvoir intervenir je dois définir le problème, le plus clairement possible!
  19. 19. « Les faits n'appartiennent tous qu'au problème, non à sa solution » Ludwig Wittgenstein
  20. 20. Maintenant examinons le contexte de la personne « si je vois quelque chose, je dois dire quelque chose! » « qui ne dit mot consent » Proverbe Français
  21. 21. Maintenant examinons le contexte de la personne Selon le critère a minima du maintien de la sécurité, tout le monde est tenu d’intervenir en cas de problème dû à une consommation d’alcool ou d’autres psychotropes induisant un risque pour la sécurité.
  22. 22. Faire un premier entretien (parce que je dois dire quelque chose) « Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse » Proverbe Arabe
  23. 23. Les règles de base du premier entretien 1- Après avoir observé un problème, un dysfonctionnement… L’entretien ne s’appuie que sur des observations factuelles  le but est d’améliorer les faits !
  24. 24. Les règles de base du premier entretien 2- Si un problème d’alcool est suspecté, aucune allusion ne doit être faite dans un premier temps… seulement les faits !
  25. 25. Les règles de base du premier entretien 3- seulement les conséquences sur le travail et la sécurité doivent être pris en considération utilisation des leviers…
  26. 26. Les règles de base du premier entretien 4 – Respecter le secret de l’entretien Résister à l’entourage professionnel et personnel qui vous questionne
  27. 27. Les règles de base du premier entretien 5 – En abordant le problème par l’angle professionnel et de l’amélioration des faits, on se donne les moyens d’exiger quelque chose de légitime.
  28. 28. Face au Déni 1 – Éviter de poser un diagnostic ! C’est le rôle du médecin 2 – S’en tenir aux faits et aux indices professionnels de changement de performances et de modifications de comportements
  29. 29. Entre les 2 entretiens Observer la personne sans intervenir Garder le silence auprès des autres N’intervenez qu’en cas de danger
  30. 30. Le second entretien
  31. 31. Cas 1 – Les choses se sont améliorées Si vous avez observé une amélioration de la situation, faire une restitution positive… encourager, supporter, prévoyez un retour des moments difficiles Puis continuez l’observation Un miracle s’est produit !!!!!!
  32. 32. Cas 2 – Les choses ne se sont pas améliorées Remercier la personne pour ces efforts , Reconnaître que certaine situation sont difficiles, Cherchez des explications, des hypothèses avec la personne… Au secours! Cela n’a pas changé!
  33. 33. Cas 2 – Les choses ne se sont pas améliorées Expliquer que la hiérarchie peut comprendre que certaines maladies peuvent influer sur le travail comme la dépression, la dépendance, les troubles du sommeil, les difficultés relationnelles, etc.… Au secours! Cela n’a pas changé!
  34. 34. Cas 2 – Les choses ne se sont pas améliorées Offrez de l’aide avec une proposition de consultation du médecin Au secours! Cela n’a pas changé!
  35. 35. Cas 2 – Les choses ne se sont pas améliorées Ici, comme dans toutes autres situations, la clé est l’écoute, le respect de la confidentialité, le respect des choix de chacun, mais aussi la protection de l’autre Au secours! Cela n’a pas changé!
  36. 36. MERCI DE VOTRE PARTICIPATION Claude de Scorraille Olivier BrosseauGrégoire Vitry 09 67 01 21 65 gvitry@lact.fr 17, rue de Buci – 75006 PARIS

×