La lutte anti-vectorielle

939 vues

Publié le

La lutte anti-vectorielle - Présentation de la 2e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - RANDRIANASOLO Laurence - INSTITUT PASTEUR de MADAGASCAR - BP 1274 Antananarivo, Madagascar - laurandrianas@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
939
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La lutte anti-vectorielle

  1. 1. La lutte anti-vectorielle Facilitateur : Dr Frédéric Gay Présentation : Dr Laurence Randrianasolo Laurandrianas@yahoo.fr IPM/Atelier paludisme 2004 1
  2. 2. La lutte anti-vectorielle__________________________ Pour la lutte anti-vectorielle,1- un état des lieux des données entomologiques et2- un inventaire des outils de lutte anti-vectorielle disponibles sont un préalable au3- choix de la stratégie de lutte anti-vectorielle. 2
  3. 3. Plan____________________________1- Données entomologiques2- Outils de lutte anti-vectorielle3- Stratégie(s) de lutte anti-vectorielle4- Evaluation5- Conclusion 3
  4. 4. 1. Données entomologiques _________________________1.1- Répartition géographique1.2- Ecosystème des gîtes larvaires1.3- Bio-écologie des vecteurs adultes 4
  5. 5. 1.1- Répartition géographique An. minimus An. dirus An. stephensi An. tellessarus An. sinensis An. farautiAn. albimanusAn.quadrimaculatusAn. freeborniAn. darlingi Complexe gambiae Complexe funestus 5
  6. 6. 1.2- Ecosystème des gîtes larvaires ______________________________ _ DegréhygrométriqueTempérature Teneur en oxygène Degré de salinité Nourriture 6
  7. 7. 1.3- Bio-écologie des vecteurs adultesEndophageExo phage Tropismes Lieu de Endophile alimentaires repos Exophile AnthropophileAnthropo-zoophile Adultes Développement zoophile terrestre Développemen Larves Œufs t aquatique 7
  8. 8. 1.3- Bio-écologie des vecteurs adultes (suite)_______________________________ Exemple de Madagascar : Espèce An. gambiae ss An. funestus Préférence anthropophile anthropophile trophique Lieu de contact endophage endophage avec l’homme Lieu de repos exophile endophile 8
  9. 9. 1.4- Bio-écologie des vecteurs adultes (suite)________________________________________• Le tropisme alimentaire• Le lieu de repos des adultes• Pic(s) d’activité• Sensibilité aux insecticides• La dispersion 9
  10. 10. 3- Outils de lutte anti-vectorielle___________________________3.1- Méthodes3.2- Insecticides3.3- Moustiquaires imprégnées à efficacité durable (MID) 10
  11. 11. 3.1- Méthodes____________________________3.1.1- Insecticides : - utilisation de matériaux traités par des insecticides - pulvérisation d’insecticides à effet rémanent à l’intérieur des habitations3.1.2- Moyens de lutte contre les larves : - aménagement de l’environnement - prédateurs - larvicides3.1.3- Types de barrière empêchant le contact avec l’homme : - moustiquaire - port de vêtements - utilisation de produits répulsifs 11
  12. 12. 3.2- Insecticides____________________________• Organophosphates• Organochlorine• Carbamates• Pyréthrinoïdes Toxicité Sensibilité Stabilité Rémanence 12
  13. 13. 4.3- Moustiquaires imprégnées à efficacité durable (MID) ______________________________• Olyset® - Perméthrine - 1g/m² - incorporé dans les fibres• Permanet ® - Deltaméthrine - 50mg/m² - surface des fibres 13
  14. 14. 5- Stratégie(s) de lutte anti-vectorielle_________________________5.1- Considérations préalables - Epidémiologie du paludisme - Données entomologiques - Possibilités et limites des méthodes - Infrastructures et moyens disponibles 14
  15. 15. 5.2- Exemple n°1____________________________• Paludisme instable• Vecteur endophile• Proximité du gîte larvaire• Vecteurs sensibles au DDT Pulvérisation intra-domiciliaire DDT 15
  16. 16. 5.3- Exemple n°2__________________________• Paludisme stable• Vecteur exophile• Pic d’activité nocturne• Vecteurs sensibles à la Perméthrine Moustiquaires imprégnées type Olyset® 16
  17. 17. 6- Evaluation____________________________ Efficacité6.1- Entomologique : - Diminution du nombre de piqûres infestantes par personne et par an - Diminution du taux de parités6.2- Parasitologique : - Diminution de incidence(s) parasitaire(s) annuelle(s) 17
  18. 18. 7- Conclusion___________________________ _ 18
  19. 19. Sites visités ___________________________ _• http://www.pasteur.fr/actu/presse/documentation/anopheles.htm• http://lozere.org/perso/malaria/Vecteur.htm• http://mosquito.who.int/docs/ecr20fr_toc.htm• http://users.rcn.com/jkimball.ma.ultranet/BiologyPages/I/Insecticides.html• http://www.envirohealthaction.org/upload_files/Organochlorine_Pesticides.pdf• http://www.rbm.who.int/• http://www.envirohealthaction.org/upload_files/Organochlorine_Pesticides.pdf• http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=14579459&itool=iconabstr• J.-F. Molez, P. Desenfant & J.-R. Jacques. Bio-écologie en Haïti d’Anopheles albimanus Wiedemann, 1820 (Diptera : Culicidae).Entomologie médicale, 7 avril 1998 ; 1916. 19
  20. 20. Je vous remercieJe vous remercie 20
  21. 21. Je vousremercie 21

×