SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  119
Plan de travail
Introduction
I) Choix de l’aire d’étude
AnAlyse synchronique
Présentation
II) Présentation des entité
S. ViaireS. Parcellaire S. Bâti S. Des espaces
libres
A l’échelle
des entités
A l’échelle du
quartier
typologie
équipements
État du Bâti
les places
La plage; l’esplanade
les vides urbains
IV) Analyse critique de l’image
Les parcours Les nœuds Les repères
Problématique
La topographieL’accessibilitéIdentification des limites
III) Analyse des systèmes et approche paysagère
Données socio
économique
Dans le cadre du réaménagement de la
baie d’Alger ,plusieurs travaux ont été
entamé et amenés à changer l’image de la
façade maritime et créé une nouvelle
relation de la ville avec le front de mer.
Ces travaux comportent des projets de
grandes envergures qui vont hisser Alger
au rang de métropole.
L’analyse synchronique permet de considérer les caractéristiques du lieu et dégager les
relations entre les différents niveaux d’organisation du tissu urbain.
Dans cette analyse ,nous allons procéder à décomposer l’espace urbain selon les
différents systèmes qui le régissent a savoir :système parcellaire, système viaire, système
bâti, système des espaces libres.
Ils permettrons de dégager les caractéristiques typologiques du tissu urbains et les
modalités de sa constitution
AnAlyse synchronique
1) Présentation de l’aire d’étude:
Notre aire d’étude comporte le
quartier de la marine. Il est
composé de trois tissus qui sont:
- le tissu mixte.
- le tissu 19émé siècle.
- le tissu moderne.
La formation de ces tissus est liée
aux différentes transformations et
opérations urbanistiques qu’il a
subit pendant les différentes
périodes historiques.
2) Identification des limites de l’aire d’étude:
Notre aire d’étude est limité au sud :Le square Port Saïd et le
boulevard Ourida Meddad,à l’OUEST :la casbah, au Nord la
DGSN et le lycée EMIR ABD ELKADER qui sont des limites
franchissables, à l’EST : la mer et le port.
La casbah
Le square port Saïd
La mer
Lycée EMIR ABD
KADER et la
DGSN
Le système de circulation dans
notre aire d’étude fait partie de celui
de la métropole .c’ est un point de
passage obligé entre l’EST et
l'OUEST d'Alger. La gare
ferroviaire , le port et la Bouche de
métro viennent pour renforcer
l’accessibilité.
Cependant l'accessibilité se fait
de deux cotés:
Au Ouest :on y accède par l’avenue
comandant Mira , avenue colonel
Lotfi
du coté Sud: elle se fait par les
boulevards :A.L.N, ZIGHOUT
Youssef et les rues ABBANE
Ramdane et la rue Larbi Ben
M’Hidi.
3) L’accessibilité:
Le site est incliné d’une pente moyenne de 15 %, le point le plus culminant étant à la cote 120
(la citadelle), et sa base horizontale étant a la cote 20 (le long du quartier de la marine).
Le quartier de la Marine constitue la basse Casbah d’ALGER, qui s’étend entre les deux lignes
altimétriques 0 et 20
4) La topographie:
Le tissu mixteLe tissu mixte
Situé dans laSitué dans la
partie basse, ilpartie basse, il
constitueconstitue
l’essentiel desl’essentiel des
opérationsopérations
d’éventrements etd’éventrements et
d’alignementsd’alignements
initiées au 19 emeinitiées au 19 eme
siècle .il est situésiècle .il est situé
entre la rue Bâb Elentre la rue Bâb El
Oud ,Bâb AzzounOud ,Bâb Azzoun
et la rue de laet la rue de la
Lyre( actuelleLyre( actuelle
Arezki BouzrinaArezki Bouzrina
Rue Bouzrina Arezki
Bab El Oud ,Bab Azzoun
Vue d’ensemble sur la basse casbahVue d’ensemble sur la basse casbah
L’imagibilité : l’image
du tissu mixte est
essentiellement
caractérisée par des
immeubles de style
colonial (néo-classique)
avec un gabarit élevé (ils
représentent un rempart
visuel),ainsi que ses rues
étroites bordées
d’arcades.
L’entité 19L’entité 19 émeéme sièclesiècle
L’apparition de ce tissu coïncide avec le projet d’embellissement et deL’apparition de ce tissu coïncide avec le projet d’embellissement et de
soudure entre la vielle ville et le quartier d’Isly, on le distingue le long dusoudure entre la vielle ville et le quartier d’Isly, on le distingue le long du
boulevard front de mer (boulevard Ché Guevara, Almicar Cabral, Amaraboulevard front de mer (boulevard Ché Guevara, Almicar Cabral, Amara
Rachid)Rachid)
Vue sur le tissu haussmannienVue sur le tissu haussmannien
L’imagibilité : ce tissu possède une grande imagibilité par ses qualités physiques et
architecturales (façades monumentales) très distinctes et remarquables et par ses
voies larges, et son tracé orthogonal qui lui confère une lisibilité .
Vue sur le boulevard du front de mer
L’entité moderneL’entité moderne
Ce tissu comporte les barres de l’avenue 1er Novembre réaliséesCe tissu comporte les barres de l’avenue 1er Novembre réalisées
dans le cadre du projet Soccard, après la démolition de toutes lesdans le cadre du projet Soccard, après la démolition de toutes les
constructions comprises entre la rue Bab El Oued et la rue de laconstructions comprises entre la rue Bab El Oued et la rue de la
marine ,et les édifices contemporains qui sont: le conservatoire de lamarine ,et les édifices contemporains qui sont: le conservatoire de la
musique et le parkingmusique et le parking
Vue sur le tissu moderneVue sur le tissu moderne
Imagibilité : le tissu moderne
possède une imagibilité moindre, par
sa structure et ses éléments qui
expriment un paysage incohérent, ce
qui a engendré une perte d’identité du
lieu.
Vue sur l ‘avenue 1er NovembreVue sur le conservatoire de la musique
Vue sur les barres Soccard
Système parcellaire:
Définition : « le système parcellaire est un système de partition de l’espace du
territoire en un certain nombre d’unité foncière, les parcelles. »
La parcelle est l’unité urbaine du découpage et de la fragmentation du sol urbain ,elle assure le
dialogue ,l’échange ainsi que la transition entre l’échelle urbaine la ville et l’échelle architecturale
l’édifice.
L’îlot ,au sens étymologique :petite île ,est une portion du territoire urbain « isole »des voisines
par des rues.
Tissu mixte :
L’îlot :
la configuration que
présente les îlots est
généralement le résultat
des travaux
d’alignement et de
percement effectués par
les colons,ils sont de
dimension variables et
de formes irrégulières.
Parcelle :
les parcelles composant ce
tissu sont de formes assez
trapu et de dimension
variable, à l’exception de
celles donnant sur les voies
qui ont subi une
régularisation ont des
formes proche du rectangle
et des proportions plus au
moins régulières .
Parcelle régulière
L’îlot : les îlots sont le résultat
d’un découpage régulier applique
par le tracé orthogonal des voies,
déterminant ainsi des îlots de
forme régulière : carré, rectangle.
Tissu 19ème siècle (tissus Haussmannien ) :
La parcelle : la subdivision de l’îlot Haussmannien engendre un certain nombre de
parcelle, qui sont régies par des lignes de partage parallèles et perpendiculaires aux
voies ,les parcelles se présentent sous forme rectangulaire ou carré de dimension (20 a
25X30a40M)
L’îlot parcelle:
la parcelle occupe la
totalité de l’îlot
Ilot habitation
Ilot équipement
Ce fragment ne
possède pas de
système parcellaire,
On ne peut pas
parler d’aspect
géométrique, les
notions de parcelle
et d’îlot ont disparu,
c’est le passage de
l’îlot à la barre, des
îlots allongés
délimitent la voie
sans aucune
division parcellaire
.
Tissu moderne:
A -Système viaire:
Définition : « Le système viaire est le système de liaison de l’espace du territoire, il est
constitué par l’ensemble des circulations, de fonctions et d’importance variables ».1
A. Borie, F. Denieul « Méthode d’analyse morphologique des tissus traditionnel. »
Le système viaire de ceLe système viaire de ce
tissu se présente entissu se présente en
fausse résille, il y a deuxfausse résille, il y a deux
systèmes qui sesystèmes qui se
superposent :superposent :
-un système linéaire et-un système linéaire et
arborescentarborescent
-un système en boucle-un système en boucle
Système en boucle: Des voie qui
s‘articulent autour d’un espace
constituant ainsi une boucle
Tissu mixteTissu mixte
Le système viaire est hiérarchisé, par la dimension et le traitement de façade, les ruesLe système viaire est hiérarchisé, par la dimension et le traitement de façade, les rues
principales sont : la rue Bab El Oued- Bab Azzoun, rue Bouzrina et la rue Amar El Kama.principales sont : la rue Bab El Oued- Bab Azzoun, rue Bouzrina et la rue Amar El Kama.
Elles sont flanquées d’arcades au RDC et traversées par des rues secondaires. La distributionElles sont flanquées d’arcades au RDC et traversées par des rues secondaires. La distribution
est hiérarchisée en allant du public au prive:est hiérarchisée en allant du public au prive:
Rue BouzrinaRue Bab Azzoun Rue Bab El OuedRue Amar El Kama
C’est un
système
hiérarchisé qui
se présente en
résille sous
forme d’échelle
(réseau en
échelle), les
rues principales
sont traversées
par des voies
secondaires
tracées
perpendiculaire
ment.
Tissu du 19eme siècle:
Voie principale
Voie secondaire
Voie tertiaire
Le système viaire présente
un schéma d’organisation
linéaire, peu hiérarchisé,
marqué par une grande
voie :avenue 1er Novembre.
On constate dans ce tissus
que la structure
géométrique n’est pas lisible
et mal définie du à
l’irrégularité de l’ensemble
occasionné par les vides
urbains, les nœuds sont
marqués par des vides, d’ou
la nécessité de les traiter
afin de renforcer la lisibilité
du lieu.
Tissu moderne:
L’avenue du 1er
novembre
Le réseau des voies a l’échelle du quartier:
Le boulevard Ché-Guévara:
C’est un axe a flux important d’une
largeur de 16m ,il relie entre le
square Port Saïd et la place des
martyrs. Il constitue le toit des
voûtes du boulevard de l’ALN,
présente un balcon urbain et un
soubassement pour la ville d’Alger.
Premier ordre:
PAYSAGE:PAYSAGE:
Ce boulevard est défini par une paroi de gabaritCe boulevard est défini par une paroi de gabarit
R+3 , et dégagé sur le coté Est surplombant le portR+3 , et dégagé sur le coté Est surplombant le port
,l’Amirauté et la mer (continuité visuelle).,l’Amirauté et la mer (continuité visuelle).
Son image et sa continuité est assuré par leSon image et sa continuité est assuré par le
traitement de façade monumentale de style néotraitement de façade monumentale de style néo
classique et la rythmique des arcades.classique et la rythmique des arcades.
La Mosquée deLa Mosquée de
la pêcheriela pêcherie
représente unreprésente un
point de repèrepoint de repère
au bout duau bout du
boulevard.boulevard.
Boulevard de l’ALN
Situé au dessous du bd Ché Guévara, dans
la continuité de l’autoroute. C’est une voie
de transite d’une largeur de 18m, elle
permet au véhicule de contourner le
quartier de la marine et débouché
directement sur Bab El Oued.
PAYSAGE
L’image et la continuité de cette voie est assurée par les voûtes qui constituent
un ancien immeuble pont .Le rythme des arcades monumentales assure la
continuité architecturale, la voie est ponctuée par des éléments d’appel tels que:
les escaliers et les rampes.
Boulevard Amara Rachid :
C’est un axe à flux important d’une largeur de
16m constituant la continuité de l’avenue de
l’ALN .Il est faiblement structuré pour les piétons
elle se réduit a un trottoir de 1.5m . L’absence
d’activités commerciales ou autre le rend peu
attractif pour le piéton .
L’aboutissement de la voie
est matérialisé par la place
Ouenouri qui se résume en un
simple nœud de circulation.
Les vides entre les bâtiments
devenus des espaces
d’insalubrité , altère l’image de
cet axe ,induisant des poches
urbaines
PAYSAGE
Cet axe est défini par une paroi imperméable de gabarit R+5 avec une circulation sous arcades .
Dans cet axe l’image de la façade maritime perd son importance architecturale due a la vétusté du
bâti .
Il jouit d’une vue panoramique vers la mer
AmilcarAmilcar
CabralCabral : C’est: C’est
une voie deune voie de
desserte à faibledesserte à faible
flux d’une largeurflux d’une largeur
de 14m.Relie lade 14m.Relie la
place des Martyresplace des Martyres
à l’Amirautéà l’Amirauté..
Deuxième ordre:
PAYSAGE:PAYSAGE: Ce boulevardCe boulevard
constitue un balcon urbainconstitue un balcon urbain
offrant une vue panoramiqueoffrant une vue panoramique
vers la mer, sa paroivers la mer, sa paroi
imperméable de gabarit R+5imperméable de gabarit R+5
de style néo classiquede style néo classique
assurant ainsi une continuitéassurant ainsi une continuité
avec le boulevard Chéavec le boulevard Ché
GuevaraGuevara..
La placeLa place
amilcar Cabralamilcar Cabral
unun
aboutissementaboutissement
mal dmal dééfinifini
Le traitement
des façades
assure une
continuité
architecturale
accentuée par
la rythmique
des arcades.
Avenue 1er novembre :
C’est un axe de transit a flux important conçu lors de
la réalisation du projet Soccard .il est structurant pour
le trafic automobile du a sa largeur de 30m et a sa
double voie mécanique.
PAYSAGE
Les deux parois de cette avenue sont
constitués des deux barres Soccard de
gabarit R+7 à R+9 de style moderne donne
une image et continuité à cette dernière.
Elle offre une vue panoramique vers la mer
mais ses aboutissements reste mal définis
Axe Bab El Oued-Bab Azzoun
Cet axe reprend le tracé du Cardo
Romain qui coïncide avec la courbe 20,
axe structurant porteur de la croissance
urbaine assurant l’articulation à l’échelle
de la ville (Quartier d’Isly,Bab El Oued)
en acheminant 3 moments
importants :square port Said ,place des
Martyres, place Ouenouri. Axe
commercial à flux important d’une
largeur de 12m.
Rue Bab El OuedRue Bab Azzoun
Le paysage:
L’image et la continuité de cet axe est
assurée par la concentration d’activités
commerciales, et son caractère populaire.
La continuité architecturale dans l’axe
Bâb Azzoune est assurée par les
arcades bordant les deux parois.
Dans la rue Bab El Oued ,La continuité
architecturale est presque inexistante
engendrée par les vides urbains
La Rue de la lyre :
Elle relie le marché Bouzrina au parvis de la
mosquée Ketchaoua.
rue commerciale et populaire avec un
caractère structurant a cause de la forte activité
commerciale qu’elle génère.A sens unique, elle
est moins structurante pour les véhicules.
Les rampes Chasseloup Laubat:
Elles assurent l’articulation entre le boulevard Ché-
Guévara et l’avenue de l’ALN ,d’une largeur de 6m .
Son image est liée a la station de taxi qui occupe son
espace et qui provoque des encombrements.
La rue de la Marine 
Voie de circulation a l’échelle du quartier d’une largeur de 8m , son tracé
correspond au Documanus romain.Elle relie deux moments forts la place
Amilcar Cabral (Ancien Bab el Djazira) et la place des martyrs, lieu public à
flux moyen,elle a perdu son rôle d’articulation ville/mer ainsi que d’axe
structurant de la ville.
Troisième ordre
La rue est bordée par des
immeubles Chassériau de
gabarie R+4 et des édifices de
style mauresque.
Une paroi est mal défini du coté
du parking
On trouve également le long de
cette rue quelques repères très
forts tel que Djamaâ El Kbir et
la mosquée de la pêcherie.
Le paysage :
Le rythme des arcades qui se répète
assure une certaine continuité à la
voie.
La place Amilcar Cabral
un aboutissement mal
défini.
Système bâti:
Définition : « le système du bâti regroupe l’ensemble des masses construites de la forme
urbaine, quelle que soit leur fonctions(habitation , équipement ) ou leur dimensions »
Le bâti est de type
planaire occupant toute la
parcelle .il a un caractère
d’enclos organisé autour
d’un centre (patio)
de gabarit R+3
On distingue :
- Des immeubles
coloniaux donnant sur les
voies principales
-Des maison traditionnelle
occupant la partie
intérieure de l’îlot.
Tissu mixte:
Maison
traditionnelle
Immeubles
coloniaux
Le système bâti est de type planaire, les bâtiments présentent une forte continuité par
accolement des bâtiment le un aux autre, le long des rue et en profondeur dans la parcelle .Les
immeubles constituant ce tissu sont de base quadrangulaires voir carré le plus souvent
organisés autour d’une cour centrale.
Tissu 19 ème siècle:
Traitement de façade :
Les façades de gabarit régulier sont de style néo-
classique,elle expriment l’axialité,le rythme, la
symétrie,et l’ordonnance.
Les façades sont chargées
d’ornement et de décor floral
Utilisation des éléments
architectoniques: colonnes, corniches,
balustrades en ferronnerie.
L’expression architecturale
Les façades des immeubles
sont divisées en hauteur en trois
parties :
Soubassement:une galerie à
arcade affectée à l’urbain.
Le corps: Affecté aux fonctions
intérieurs (résidence,équipements)
rythmé par des ouvertures
régulières .
Couronnement:exprimé par la
corniche ,affirme l’horizontalité.
couronnement
corps
soubassement
toutes les façades principales s’ouvrent sur les
grandes rues, les boulevards à partir d’un
ordonnancement d’arcades à double hauteur
dont l’alignement, le gabarit et l’ornementation
rendent le décor exceptionnel
Les immeuble chasseriau:
longeant le boulevard amilcar
Cabral et amarra Rachid ,ils ont été
établi a l’époque coloniale dans le
but d’offrir une nouvelle façade
maritime à Alger .Il sont a vocation
résidentiels à usage mixte
Les immeubles Chassériau:
Rapport du bâti avec la rue:
rue ou boulevard galerie cage d’escalier palier appartement
Couronnement
:l’étage en attique
Corps:résidentiel
soubassement à
arcades
commerciales
Immeuble a usage d’habitation,formant l’angle sur la
Darse de l’Amirauté. Limité par les rues : de la Marine,
Bd A Pierre (Amara Rachid) et la rue Lemercier qui lui
assure l’accessibilité. C’est un bâtiment de R+3.il
s’organise autour d’un escalier -éclairé par un puit de
lumière.Il offre une organisation des espaces nobles vers
la rue, les espaces de service vers le puit de lumière.
Occupation de la
parcelle :le
bâtiment occupe
tout le périmètre
d’un îlot , « îlot
d’habitation »
Elles constituent un ancien
immeuble pont affecté à un
caractère commercial,
construit lors de la réalisation
du Bd front de mer.
mis à part les quelques
dizaines de voûtes réhabilitées
et réaménagées dans le cadre
du projet du « Carrefour du
millénaire », les voûtes se
trouvent aujourd’hui dans un
état de vétusté avancée mais
sans altération de la structure
porteuse.
Les voûtes:
le tissu moderne se caractérise par un
système bâti de type ponctuel, les édifices sont
de type barre de gabarit élevé a R+7, R+9.
Les édifices qui marque le paysage de se tissu
sont :les barres Soccard et des édifices
actuelles (le parking et le conservatoire de la
musique )
Les barres épousent souvent la forme de l’îlot pour former
une enveloppe semi fermée développant un espace central
(semi-public)
Tissu moderne:
construites en 1942 ,elle structure l’avenue du 1er novembre,
composées de deux barres :chèques postaux , trésor public et le
bâtiment d’angle,d’une largeur de 20m et d’un gabarit de R+7à
R+9.
Expression architectural:
c’est une architecture extravertie
qui se caractérise par la
dominance de l’horizontalité et
la répétition d’un seul module le
long de la façade ,elle et de toute
ornementation
Pour les matériaux on remarque
la dominance du béton.
Gabarits imposants et démesuré faisant parois a la
casbah. Aucun lien avec le bâtit environnant.
a- Les barres Soccard:
Étude d’exemple: la cité des fonctionnaire
Situation: Situé a l’angle entre la rue Bab El
Oued, 1er Novembre et la rue des frères
Lakhdari
Occupation de la parcelle:Le bâti occupe la
périmètre de l’îlot suivant les trois voies,
ceinturant un espace libre public.
Rapport bâti rue:la hiérarchie est réduite :
Rue galerie escalier appartement
Soubassement : composé d’une galerie de 5m affectée au commerce et au service.
Le corps: composé de 7à9 étage affecté à la résidence.
Le couronnement: assuré par le retrait du dernier étage (étage attique).
Le couronnement
Le corps
Le soubassement
Immeuble parking:édifice public de
stationnement de gabarit R+3, d’une structure
métallique démontable habillée par des
éléments préfabriqués .il s’intègre par contraste
avec son contexte global de part sa fonction et
sa pauvreté architecturale
Institut de musique:
C’est un nouveau type
d‘architecture ,se caractérise par une
composition symétrique ,l’utilisation
des matériaux de construction
moderne,verre ,le brique et le béton
armé.
B-Edifice contemporain:
fondé en 1660 par les Turque,fondé en 1660 par les Turque,
la mosquée demeure un édificela mosquée demeure un édifice
singulier et remarquable de parsingulier et remarquable de par
son plan en forme de croixson plan en forme de croix
chrétienne et la richesse formellechrétienne et la richesse formelle
qu’offre son couronnement.qu’offre son couronnement.
Djamaa El Djedid :
B- Les élément de repères:
Ce sont des édifices qui se caractérisent par leur singularité et leurs valeurs patrimoniale
importante .ce sont des éléments de permanence hérites du passé, qui contribue a la
construction de l’image et l’identité du lieu.
construite en 1612 à l’emplacementconstruite en 1612 à l’emplacement
d’anciens thermes romains et futd’anciens thermes romains et fut
agrandie en 1794. L’image quelleagrandie en 1794. L’image quelle
reflète n’est qu’un aspect très lointainreflète n’est qu’un aspect très lointain
de l’ancienne architecture arabo-de l’ancienne architecture arabo-
mauresque.mauresque.
Mosquée Ketchaoua
Édifié par le Sultan AbdÉdifié par le Sultan Abd
El Wading Abou Tachfin enEl Wading Abou Tachfin en
723-1324.c’est l’un des seul723-1324.c’est l’un des seul
témoin du passage destémoin du passage des
Almoravides à El Djazair,Almoravides à El Djazair,
son originalité découle deson originalité découle de
la galerie qui fut rajoutée enla galerie qui fut rajoutée en
1830.1830.
Djamaa El Kabîr : 
Il présente le dernierIl présente le dernier
fragment du tissu de lafragment du tissu de la
basse Casbah ,regroupantbasse Casbah ,regroupant
trois palais :17,18,23 detrois palais :17,18,23 de
style moresque ainsi ilstyle moresque ainsi il
s’impose par sons’impose par son
architecture introvertiearchitecture introvertie
comme élément singuliercomme élément singulier
dans son environnement.dans son environnement.
Bastion 23
Situé à la place Ibn Badis,DarSitué à la place Ibn Badis,Dar
Azziza fait partie des palais deAzziza fait partie des palais de
la basse casbah. Ce palaisla basse casbah. Ce palais
abrite actuellement le siège deabrite actuellement le siège de
la direction de l’officela direction de l’office
d’intervention pour lad’intervention pour la
restauration de la Casbah.restauration de la Casbah.
Dar Aziza
Édifié par le Dey Hocine enÉdifié par le Dey Hocine en
1816,il est situé entre la rue Bab1816,il est situé entre la rue Bab
El Oued et les barres SoccardEl Oued et les barres Soccard
Actuellement c’est le siège de laActuellement c’est le siège de la
« Fondation et de la délégation« Fondation et de la délégation
de la casbah » Sa particularité sede la casbah » Sa particularité se
traduit par sa façade àtraduit par sa façade à
l’européenne.l’européenne.
Dar El Hamra
Construite en 1622 c’est l’uneConstruite en 1622 c’est l’une
des plus vielle mosquéedes plus vielle mosquée
d’Alger,située à l’intersection ded’Alger,située à l’intersection de
la rue Bab El Oued et la rue de lala rue Bab El Oued et la rue de la
Casbah. Le plan de cetteCasbah. Le plan de cette
mosquée est celui des églisesmosquée est celui des églises
byzantines d’Istanbul.byzantines d’Istanbul.
Mosquée Ali Betchine
Monument historique issue deMonument historique issue de
la période Turque, il assuraitla période Turque, il assurait
depuis toujours le rôle dedepuis toujours le rôle de
repère. Aujourd’hui il se voitrepère. Aujourd’hui il se voit
marginalisé par la fermeture demarginalisé par la fermeture de
l’Amirautél’Amirauté
Le Phare
Édifié entre 1849-1853 auÉdifié entre 1849-1853 au
pied du glacis des anciennespied du glacis des anciennes
fortifications de Bab Azzounfortifications de Bab Azzoun
par la société Sarlin .Ilpar la société Sarlin .Il
s‘affirme dans sons‘affirme dans son
environnement par sonenvironnement par son
architecture monumentalearchitecture monumentale
Le T.N.A
symbolisantsymbolisant
l’image d’Alger,l’image d’Alger,
c’est un élémentc’est un élément
de repère àde repère à
l’échelle de la villel’échelle de la ville
, fut conçu par, fut conçu par
Chassériau entreChassériau entre
1860-1866 dans1860-1866 dans
le cadre d’un planle cadre d’un plan
d’embellissementd’embellissement
de la ville.de la ville.
Le front de mer : 
Cette lecture nous a permis de constater que ce quartier regroupe des
équipements de deux niveaux différents.
-des équipements à caractère central de niveau métropolitain voir national
tel que : le Trésor ,les Chèques Postaux ,la Chambre de Commerce , les
deux mosquées, le conservatoire (en cours de réalisation) etc.…. ce qui lui
confère un rôle de centralité.
-des équipements de quartier tel que siège d’APC – hôtel .
Cependant, il est entouré par une ceinture formé des administrations
civiles et militaires qui isole cette zone et contribue a son enclavement.
On remarque qu’un phénomène de désarticulation apparaît, engendrer par
les vides urbains mal structurés qui entravent le développement régulier et
homogène de celle-ci.
D -L’ état du bâti:
On remarque que la plupart des bâtisses sont en état de
dégradation , résultat du non prise en charge et leur
marginalisation. l’aspect vétuste que présente ce quartier altéré
l’image de quartier , il représente une sorte d’agression visuelle et
une réduction de la valeur esthétique du site.
Les constructions en bonne état se limitent a celles de la période
poste coloniale ainsi que les édifices restaurés.
Système des espaces
libres:
Définition : « Le réseau des espaces libres est l’ensemble des partie non construites de
la forme urbaine, que ces espaces soit publics (places, esplanade…) ou privés (cours ,
jardins….».
1) Les places:
Places : viens du latin placea qui désigne un lieu publique découvert borde de maisons ou
de monuments comme un large espace découvert auquel aboutissent deux ou plusieurs rues
de la ville. DICTIONNAIRE D’urbanisme
« Place est un lieu ou la croissance trouve la possibilité de ce délatter, ces espaces ouverts
en pour fonction essentiel de créer des diversions et des temps d’arrêt dans la ville ».
M-J-bertrand listouski « LES PLACES DANS LA VILLE »
b) Les espaces libres publics:
Elle peut être considérée comme un nœud très important à l’échelle de la ville
-c’est le point de convergence de plusieurs voies importantes : Bâb El Oued, Bâb Azzoun, la
rue de la Marine, le front de mer
-un lieu publique à groupement important du a la concentration de plusieurs activités et
équipements (les mosquées, chambre de commerce …)
-un élément d’articulation entre les différents fragments de la ville donc une charnière qui
articule la vieille ville et la ville coloniale
La place des martyrs:
La basse casbah
L’amirauté
Quartier Bab
El Oud
Quartier
d’Isly
La place est définie par cinq parois :
-paroi du tissu en damier, et de tissu mixte
-paroi de la mosquée neuve qui constitue un
véritable traitement d‘angle
-les escaliers qui relie la place avec le port
-le vide de la régence qui sur le plan spatial donne
un aspect d’inachevé
la place forme un plan de perspective vers la mer
permettant ainsi une continuité visuelle (ouverture
ver la mer)
La place comporte des fonctions
commerciales et deux sous sols
qui bénéficient d’éclairage
zénithale réalisé à la surface de la
place.
cette place se situe à l’ancien emplacement de la porte
Bab Azzoun, Elle se trouve sur la même structure
linéaire que la place des martyrs, articulé à celle-ci par
la rue Bâb Azzoun. Lien de rencontre de plusieurs
rues importante ,elle constitue la finalité du Boulevard
Ourida Meddad et une séquence des axes :boulevard
du front de mer ,rue Bab Azzoun.
Vue sur la place Port Saïd
Square Port Saïd (place Mohammed Touri) :
La basse casbah
Quartier de
la marine
Quartier d’Isly
Elle est définie par
-le front de mer constituant ainsi un balcon urbain de la place vers la mer
-les immeubles de l’entité Haussmannienne avec un gabarit de R+3, R+4 de style
néo-classique
-le théâtre national Algérien TNA (un moment fort)
la place Port Saïd est ponctuée par un édifice public de prestige TNA et équipée de
mobilier urbain ainsi que d’une végétation abondante se qui lui attribue un caractère
de singularité
Le théâtre
Les immeuble de
style néo-classique
Elle se trouve à l’emplacement de
l’ancienne porte « Bab El Oued », réalisé
après la destruction de l’ancien rempart. La
place s’articule à la place des martyrs par la
rue Bab El Oued et se trouve à 450m
environs de celle-ci .Elle est délimitée par :
le lycée Bugeaud et les immeubles de
rapports de 1871, d’un gabarit de R+3 à
R+4 avec une architecture néoclassique.
La direction générale de la sûreté
nationale (DGSN)
L’immeuble d’angle de Soccard de R+7qui
présente une architecture moderne.
Aujourd’hui la place Ounouri se résume
en un nœud avec une forte circulation
mécanique qui la traverse de :
La rue bab el oued
la rue Boubella Mohamed
la rampe Louni Arezki.
La place Ouenouri
elle constitue le lieu d’aboutissement
des rues : la rue de la marine, la rue
Amilcar Cabral avec la rampe de
l’Amirauté . Elle est délimitée par :les
immeubles Chassériau qui présentent
une architecture classique, à galerie
d’arcade..
les deux autres parois constituées par le
balcon vers la mer, assurent la relation
visuelle ; cependant elles présentent
une rupture physique avec la mer. la
place est mal definie que se soit sur le
plan morphologique (réduite en terme
de dimensionnement) ou sur le plan
formel
Aujourd’hui la place se trouve comme
un lieu de stationnement très mal
utilisé.
La place de
l’Amirauté
La place de chartre :
crée dans le but de déplacer une partie
des souks détruit lors de la création de la
place des martyrs, La place est un marché
à l’échelle de la ville, d’une forme carré
de 50*50.
Elle est délimité par des immeubles à
arcades et abrite différentes activités
commerciales (Vêtements, légumes et
fruits).
La place Ben Badis :
La place Ben Badis est une skifa à la casbah,
articulé à la place des martyrs et animé par
différentes activités commerciales. Elle est
délimitée par la mosquée Ketchaoua,Dar Aziza et
immeubles de rapports.
C’est le lieu d’aboutissement des rues de la lyre et
de chartre.
Rue e la lyre
Rue de chartre
La plage:
Située au dessous de la place Amilcar Cabral ,entre
l’Amirauté et le Bastion 23,c’est une plage inaccessible au
public .Elle est actuellement appropriée en aire de jeu
(stade) activité non adéquate.
Délimité par l’amirauté et le bastion 23 qui sont des éléments a
valeur historique et patrimoniale ,elle peut être considérer
comme une charnière qui articule entre ce deux repères.
Un potentiel non exploité
L’esplanade:
Le parking un espace non intégré
dans ce contexte altère l’image
de l’esplanade.
Situé au NORD du Bastion23
L’ aménagement de l’esplanade est réduit , manque de mobiliers urbains et
d’espace vert
Le vide de la régence:
Il est le résultat d’un projet urbain inachevé « le projet
Soccard ».Il est utilisé comme une station urbaine mal
structuré et se voit squatté par les commerces
informels,devenu source de nuisance et de pollution.
Données Socio Economiques
3421
52
3965
98,5
4044
277
0
1000
2000
3000
4000
5000
1987 1998 2000
L ACCROI SSEMENT DE LA
POI PULATI ON
la marine
le port
4044
277
0
1000
2000
3000
4000
5000
HABI TANT LA MARI NE
PORT
Nombre d’habitants
541
24
0
100
200
300
400
500
600
FAMI LLE LA MARI NE
LE PORT
Nombre de familles
541
20
0
100
200
300
400
500
600
LOGEMENT
LA MARI NE
LE PORT
Nombre de logements
4613
284
3826
305
48 88
0
500
1000
1500
2000
2500
3000
3500
4000
4500
5000
ND
construction
precaires
autres
maison traditionelle
maison individuelle
immeuble
d'habitation
Type de construction
3%
25%
8%
2%
3%
18%
41%
1 PI ECE
2 PI ECE
3PI ECE
4PI ECE
5 PI ECE
6 PI ECE
ND
Typologie du logement
Niveau d’Instruction
113
13310
11926
8569
2921
147
8081
0
2000
4000
6000
8000
10000
12000
14000
ALPHABETISE
PRIMAIRE
moyen
secondaire
superieur 1 & 2éme sicle
superieur3eme sicle
sans instruction
44%
3%
53%
ACTI F
RETRAI TE
AUTRE
Population active
2368
640
1949
430
419
210
0
500
1000
1500
2000
2500 EM
PLO
I
EQ
U
IPEM
EN
TCO
M
M
ER
CE
LA MARI NE
LE PORT
Emploi
2-Equipements
N
Eq publique
Sûreté urbaine
Eq culturel
Parking
Monument classé
Marché
N
Act. portuaire
Act. culturelle
Act. militaire
Commerce de gros et dépôt
RestaurantCommerce
de détail
Station de taxi
Gare routière
et parking
ACTIVITES :
Analyse critique sur l’image de l’aire d’étude
Les parcours : Dan notre aire
d’étude, les parcours se classe
par rapport à leurs imagibilité
selon deux type :
-Les voies dont l’image revient a
leur structures et environnement
particulier (vue panoramique
vers la mer, perspective, façades)
-D’autres leurs image revient à
leurs densité, activités, elles sont
plus des lieux de concentration
que de transit.
Les parcours:
Après l’analyse effectué, on ressort les éléments critiques qui marquent le paysage du lieu .
pour améliorer la lisibilité et la visibilité
Après l’analyse on a constaté que les parcours manquent
de lisibilité due :
-Aboutissements mal finis
-Des voies bordées par des façades altérées qui diminue de
leur imagibilité.
-Des voies historiques qui ne joue pas un rôle dans la
structure de la ville
La façade donnant sur le boulevard Amara Rachid
La rue de la marine,un parcours
historique qui a perdu son rôle
structurant dans la ville.
Les nœuds:
« Les nœuds sont le point focaux et stratégiques dans lesquels un observateur peut pénétrer ,et les
principaux types se sont soit les points de rencontre des voies, soit des concentrations de certaines
caractéristiques…peuvent être des vastes places,ou des formes linéaires assez étendue,ou même des
quartiers centraux.. »Kevin Lynch,L’image de la cité.
La place amilcard
cabral est un nœud mal
définis qui a perdu son
rôle dans la structure
globale
la place Ounouri se
résume en un nœud
avec une forte
circulation mécanique
« les points de repère,références ponctuelles considérés comme extérieures par l’observateur ,sont
des éléments matériels simples dont l’échelle est variable dans de grandes proportions » Kevin Lynch,
L’image de la cité..
Les points de repère :
On constate dans notre aire d’étude :
-La passivité de ces monuments : ces édifices sont isolés de toutes animation urbaine.
-Changement de leurs fonction Ce qui entraîne des transformations par conséquent ,
dénaturalisation des espaces initiaux.
-la dégradation du cadre bâti des monuments historiques du a la non prise en charge.
Le Bastion 23 se trouve détaché de
la structure urbaine ,l’inexistence
d’un espace tampon (trottoir) qui
articule se dernier avec la voie
mécanique
La mosquée Ali Betchine
se trouve défigurée par les
immeubles mitoyens
dégradés et la présence de
marchands informels
problématique:
Notre constat sur le quartier exige des opérations de réhabilitation du
tissu urbain ,de réaffectation de certains bâtiments,de restructuration du
tissu économique et la réorganisation de la circulation et ce en vue
d’atteindre les objectifs suivants :
1-retablir l’intégration de la casbah dans la métropole
algéroise par l’intermédiaire du quartier qui spatialement se représente
comme un trait d’union entre le Sud Est et le Nord Ouest
2-revaloriser le quartier en tant que tel et ce en renforçant sa
rentabilité afin q’il se diffuse sur toute la casbah ,car en fait la
demarginalisation ,la sauvegarde et la mise en valeur de celle-ci depond
de la prise en charge effective, urgente et sérieuse de ce quartier
PROPOSITION D’AMENAGEMENT
A) REORGANISATION DE LA CIRCULATION:
Deux conflits de circulations sont à prendre en
charge
1)Conflit de circulation de transite et inter quartier:
ce problème perturbe toute la zone de l’avenue
de 1er
Novembre ,nous proposons une trémie
greffée a l’avenue de l’ALN elle passera sous la
chambre de commerce longera l’avenue de 1er
Novembre pour aboutir au niveau de boulevard
AMARA RACHID
2)Conflit de circulation piétons et motorisée :
Un flux piétons arrive des hauteur de la Casbah
se heurte aux flux motorisée venant dans le
sens transversal le long des rues BAZ et BEO
pour cela on propose:
-Élargissement de la rue Bab-El-Oued, pour
permettre une fluidité de la circulation inter
quartier avec possibilité de stationnement
latéral.
-Déplacement de la gare routière de la place
de la régence et réaménagement de l’assiette
foncière.
Ce réaménagement permettra la restructuration
de ce quartier ,la restitution des parois de la
rue Bab-El-Oued et de la place des Martyrs.
B - Restructuration du tissu urbain et
revalorisation des monuments classés :
1-La création des parois
manquantes à la rue Bab-El-Oued et à la
place des martyrs permettra la mise en en
valeur des monuments historiques existants
dans le site.
A ce titre il est proposé de :
2-Restituer la paroi manquante de la place des
martyrs, qui sera matérialisée par des
équipements à caractère central. Ces
bâtiments seront implantés dans
l’alignement de la rue de la marine
restructurée à son tour.
Les accès et les façades principales seront du
coté de la place des martyrs qui retrouvera
ainsi.
La paroi manquante
Place des Martyres
3-La restructuration de la rue de la marine et cela avec la création de
la paroi mal défini du coté de parking et par l’aménagement
d’espaces verts de l’autre côté de la rue (CNERU propose la
dementelement du parking et introduction des bâtiments a usage
d’habitat a l’intérieur de l’îlot et des équipements au péréphérie .)
Ainsi structuré par ces équipements la rue mettra en relation deux
espaces de grandes valeur historique (la place des Martyres et
l’Amirauté.
4-Concernant les monuments
classés à sauvegarder, qui
sont peu nombreux et
éparpillés dans le tissu,
nous pouvons les classer en
deux catégories :
1- les monuments nécessitant
une restauration ou une
maintenance avec maintien
de l’activité :
-Djemââ El Djedid (en cours de
restauration)
-Djemââ El Kabîr
-Le Bastion 23
2 – les monuments qui
nécessitent une
restauration avec
réaffectation pour des
activités culturelles,
artistiques ou touristiques
-Dar El Hamra
-Le Consulat de France
Dans cette catégorie,
entreront certains
bâtiments français de
grande valeur
architecturale et urbaine,
notamment les voûtes
pour lesquelles nous
proposons :
-l’évacuation des familles qui
y logent
-le déplacement du
commerce informel
-la réhabilitation
C – La liaison Casbah – Mer
Cette liaison est établie par les
aménagements du quartier de la
marine en relation avec le port et
l’amirauté à travers :
-un bon aménagement d’espaces
structurés favorisant surtout la
circulation piétonne (voir chapitres A
et B).
-un bon choix d’équipements et d’activités
attractifs.
-Pour Cela, nous proposons :
-1Le parcours, présenté précédemment
dans le chapitre (B), assurera cette
liaison en mettant en relation directe
le quartier de la marine avec
l’amirauté.
- 2 La mise en place d’un transport en
commun maritime qui reliera la
Casbah aux quartiers limitrophes,
cette proposition viendra alléger la
circulation mécanique mais aussi elle
assurera un rôle touristique. C’est
aussi un des moyens pour rétablir la
D – Renforcer le caractère de
centralité du quartier :
-Le renforcement de cette
centralité se fera par la
réalisation d’un certain nombre
d’équipements de niveau
national et d’autres de niveau
métropolitain.
-Ces équipements seront installés
au niveaux de vide de la
régence ,la paroi qui donne sur
la rue de la marine ……….
Quartier de la marine
Quartier de la marine
Quartier de la marine
Quartier de la marine
Quartier de la marine
Quartier de la marine
Quartier de la marine

Contenu connexe

Tendances

La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaineYazid B
 
Renewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIE
Renewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIERenewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIE
Renewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIEtahi Houssam
 
Affichage final du site mustapha inf
Affichage final du site mustapha infAffichage final du site mustapha inf
Affichage final du site mustapha infHiba Architecte
 
LA CIRCULATION URBAINE AU NIVEAU D’ALGER
LA CIRCULATION URBAINE  AU NIVEAU D’ALGER LA CIRCULATION URBAINE  AU NIVEAU D’ALGER
LA CIRCULATION URBAINE AU NIVEAU D’ALGER Hiba Architecte
 
Analyse urbaine tizi ouzou2003
Analyse urbaine tizi ouzou2003Analyse urbaine tizi ouzou2003
Analyse urbaine tizi ouzou2003Hiba Architecte
 
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reimsPdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reimsImmy Gray
 
Hamma les annasser. au 01
Hamma   les annasser. au 01Hamma   les annasser. au 01
Hamma les annasser. au 01Sami Sahli
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifArchi UHBBC
 
Analyse du gare routiere
Analyse du gare routiereAnalyse du gare routiere
Analyse du gare routiereMinocha Archit
 
Analyse thematique sur musée
Analyse thematique sur muséeAnalyse thematique sur musée
Analyse thematique sur muséeMoumou AzOo
 
Approche sensorielle
Approche sensorielleApproche sensorielle
Approche sensorielleArchi Guelma
 

Tendances (20)

La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaine
 
Renewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIE
Renewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIERenewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIE
Renewable Energy School ( SMART TACHNO POLE ) - EL HARRACH - ALGERIE
 
historiqe d'alger
historiqe d'algerhistoriqe d'alger
historiqe d'alger
 
Analyse urbaine1
Analyse urbaine1Analyse urbaine1
Analyse urbaine1
 
Affichage final du site mustapha inf
Affichage final du site mustapha infAffichage final du site mustapha inf
Affichage final du site mustapha inf
 
LA CIRCULATION URBAINE AU NIVEAU D’ALGER
LA CIRCULATION URBAINE  AU NIVEAU D’ALGER LA CIRCULATION URBAINE  AU NIVEAU D’ALGER
LA CIRCULATION URBAINE AU NIVEAU D’ALGER
 
Ppt28 [récupéré]
Ppt28 [récupéré]Ppt28 [récupéré]
Ppt28 [récupéré]
 
Analyse urbaine tizi ouzou2003
Analyse urbaine tizi ouzou2003Analyse urbaine tizi ouzou2003
Analyse urbaine tizi ouzou2003
 
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reimsPdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
 
analyse urbaine
analyse urbaineanalyse urbaine
analyse urbaine
 
Hamma les annasser. au 01
Hamma   les annasser. au 01Hamma   les annasser. au 01
Hamma les annasser. au 01
 
Analyse hamma.pps fin
Analyse hamma.pps  finAnalyse hamma.pps  fin
Analyse hamma.pps fin
 
Analyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectifAnalyse d habitats semi collectif
Analyse d habitats semi collectif
 
Exposer sur la casbah
Exposer sur la casbahExposer sur la casbah
Exposer sur la casbah
 
Analyse du gare routiere
Analyse du gare routiereAnalyse du gare routiere
Analyse du gare routiere
 
Henri Petit
Henri PetitHenri Petit
Henri Petit
 
Analyse thematique sur musée
Analyse thematique sur muséeAnalyse thematique sur musée
Analyse thematique sur musée
 
Approche sensorielle
Approche sensorielleApproche sensorielle
Approche sensorielle
 
Centre de bab zouar
Centre de bab zouarCentre de bab zouar
Centre de bab zouar
 
La croissance urbaine
La croissance urbaine La croissance urbaine
La croissance urbaine
 

Similaire à Quartier de la marine

analyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdf
analyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdfanalyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdf
analyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdfAMINEBOUGUENNOUR
 
Méthode d’analyse urbaine djeradi
Méthode d’analyse urbaine djeradiMéthode d’analyse urbaine djeradi
Méthode d’analyse urbaine djeradiotsmane souhila
 
analyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaiaanalyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaiaHiba Architecte
 
Rue & boulevard
Rue & boulevardRue & boulevard
Rue & boulevardSami Sahli
 
Les villes coloniales au Maghreb
Les villes coloniales au Maghreb Les villes coloniales au Maghreb
Les villes coloniales au Maghreb sarah barkat
 
Organisation du tissu urbain
Organisation du tissu urbainOrganisation du tissu urbain
Organisation du tissu urbainSami Sahli
 
Voiries et transports
Voiries et transportsVoiries et transports
Voiries et transportsOuaret Yahia
 
Tissus Haussmannien .pptx
Tissus Haussmannien .pptxTissus Haussmannien .pptx
Tissus Haussmannien .pptxMounirBadaoui
 
partie resaux viaire samira.ppt
partie resaux viaire samira.pptpartie resaux viaire samira.ppt
partie resaux viaire samira.pptIlhemHammouche1
 
Formes urbaines et architecturales
Formes urbaines et architecturalesFormes urbaines et architecturales
Formes urbaines et architecturalesSami Sahli
 
Phenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein deyPhenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein deyHiba Architecte
 
l art de batir les villes de camillo sitte
l art de batir les villes de camillo sittel art de batir les villes de camillo sitte
l art de batir les villes de camillo sitteAberDraa
 
Les traboules sont présentes à lyon
Les traboules sont présentes à lyonLes traboules sont présentes à lyon
Les traboules sont présentes à lyonClara Girard
 
Urbanisme_Ch2.pdf universite de blida archi
Urbanisme_Ch2.pdf universite de blida archiUrbanisme_Ch2.pdf universite de blida archi
Urbanisme_Ch2.pdf universite de blida archisouhacha
 
HAA-cours8 urb. Colonial.pdf
HAA-cours8 urb. Colonial.pdfHAA-cours8 urb. Colonial.pdf
HAA-cours8 urb. Colonial.pdfssuser1b8de11
 

Similaire à Quartier de la marine (20)

analyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdf
analyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdfanalyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdf
analyseurbaine-130513024634-phpapp02.pdf
 
Méthode d’analyse urbaine djeradi
Méthode d’analyse urbaine djeradiMéthode d’analyse urbaine djeradi
Méthode d’analyse urbaine djeradi
 
Tissu urbain
Tissu urbainTissu urbain
Tissu urbain
 
analyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaiaanalyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaia
 
Rue & boulevard
Rue & boulevardRue & boulevard
Rue & boulevard
 
Les villes coloniales au Maghreb
Les villes coloniales au Maghreb Les villes coloniales au Maghreb
Les villes coloniales au Maghreb
 
Organisation du tissu urbain
Organisation du tissu urbainOrganisation du tissu urbain
Organisation du tissu urbain
 
Voiries et transports
Voiries et transportsVoiries et transports
Voiries et transports
 
Tissus Haussmannien .pptx
Tissus Haussmannien .pptxTissus Haussmannien .pptx
Tissus Haussmannien .pptx
 
Analyse typ
Analyse typAnalyse typ
Analyse typ
 
Affichage
AffichageAffichage
Affichage
 
partie resaux viaire samira.ppt
partie resaux viaire samira.pptpartie resaux viaire samira.ppt
partie resaux viaire samira.ppt
 
Formes urbaines et architecturales
Formes urbaines et architecturalesFormes urbaines et architecturales
Formes urbaines et architecturales
 
Phenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein deyPhenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein dey
 
l art de batir les villes de camillo sitte
l art de batir les villes de camillo sittel art de batir les villes de camillo sitte
l art de batir les villes de camillo sitte
 
12321
1232112321
12321
 
Les traboules sont présentes à lyon
Les traboules sont présentes à lyonLes traboules sont présentes à lyon
Les traboules sont présentes à lyon
 
Urbanisme_Ch2.pdf universite de blida archi
Urbanisme_Ch2.pdf universite de blida archiUrbanisme_Ch2.pdf universite de blida archi
Urbanisme_Ch2.pdf universite de blida archi
 
Fini batoir oui
Fini batoir ouiFini batoir oui
Fini batoir oui
 
HAA-cours8 urb. Colonial.pdf
HAA-cours8 urb. Colonial.pdfHAA-cours8 urb. Colonial.pdf
HAA-cours8 urb. Colonial.pdf
 

Plus de Hiba Architecte (20)

These
TheseThese
These
 
Presentation de la zhun
Presentation de la zhunPresentation de la zhun
Presentation de la zhun
 
Les zhu ns
Les zhu nsLes zhu ns
Les zhu ns
 
Lecture typo morpholo
Lecture typo morpholoLecture typo morpholo
Lecture typo morpholo
 
2009plan de travail
2009plan de travail2009plan de travail
2009plan de travail
 
Géographie urbainea
Géographie urbaineaGéographie urbainea
Géographie urbainea
 
Exposèe
ExposèeExposèe
Exposèe
 
Approch contextuelle new
Approch contextuelle newApproch contextuelle new
Approch contextuelle new
 
Approche architecturale
Approche architecturaleApproche architecturale
Approche architecturale
 
Approche architecturale
Approche architecturaleApproche architecturale
Approche architecturale
 
Approche programatique
Approche programatiqueApproche programatique
Approche programatique
 
Approche technique fin (réparé)
Approche technique fin (réparé)Approche technique fin (réparé)
Approche technique fin (réparé)
 
Approche thématique new
Approche thématique newApproche thématique new
Approche thématique new
 
Bibliographie
BibliographieBibliographie
Bibliographie
 
Conclusion 2
Conclusion 2Conclusion 2
Conclusion 2
 
Introduction générale
Introduction généraleIntroduction générale
Introduction générale
 
Préambule 2
Préambule 2Préambule 2
Préambule 2
 
Sommaire
SommaireSommaire
Sommaire
 
Notre discour
Notre discourNotre discour
Notre discour
 
Technique
TechniqueTechnique
Technique
 

Quartier de la marine

  • 1.
  • 2. Plan de travail Introduction I) Choix de l’aire d’étude AnAlyse synchronique Présentation II) Présentation des entité S. ViaireS. Parcellaire S. Bâti S. Des espaces libres A l’échelle des entités A l’échelle du quartier typologie équipements État du Bâti les places La plage; l’esplanade les vides urbains IV) Analyse critique de l’image Les parcours Les nœuds Les repères Problématique La topographieL’accessibilitéIdentification des limites III) Analyse des systèmes et approche paysagère Données socio économique
  • 3. Dans le cadre du réaménagement de la baie d’Alger ,plusieurs travaux ont été entamé et amenés à changer l’image de la façade maritime et créé une nouvelle relation de la ville avec le front de mer. Ces travaux comportent des projets de grandes envergures qui vont hisser Alger au rang de métropole.
  • 4. L’analyse synchronique permet de considérer les caractéristiques du lieu et dégager les relations entre les différents niveaux d’organisation du tissu urbain. Dans cette analyse ,nous allons procéder à décomposer l’espace urbain selon les différents systèmes qui le régissent a savoir :système parcellaire, système viaire, système bâti, système des espaces libres. Ils permettrons de dégager les caractéristiques typologiques du tissu urbains et les modalités de sa constitution AnAlyse synchronique
  • 5. 1) Présentation de l’aire d’étude: Notre aire d’étude comporte le quartier de la marine. Il est composé de trois tissus qui sont: - le tissu mixte. - le tissu 19émé siècle. - le tissu moderne. La formation de ces tissus est liée aux différentes transformations et opérations urbanistiques qu’il a subit pendant les différentes périodes historiques.
  • 6. 2) Identification des limites de l’aire d’étude: Notre aire d’étude est limité au sud :Le square Port Saïd et le boulevard Ourida Meddad,à l’OUEST :la casbah, au Nord la DGSN et le lycée EMIR ABD ELKADER qui sont des limites franchissables, à l’EST : la mer et le port. La casbah Le square port Saïd La mer Lycée EMIR ABD KADER et la DGSN
  • 7. Le système de circulation dans notre aire d’étude fait partie de celui de la métropole .c’ est un point de passage obligé entre l’EST et l'OUEST d'Alger. La gare ferroviaire , le port et la Bouche de métro viennent pour renforcer l’accessibilité. Cependant l'accessibilité se fait de deux cotés: Au Ouest :on y accède par l’avenue comandant Mira , avenue colonel Lotfi du coté Sud: elle se fait par les boulevards :A.L.N, ZIGHOUT Youssef et les rues ABBANE Ramdane et la rue Larbi Ben M’Hidi. 3) L’accessibilité:
  • 8. Le site est incliné d’une pente moyenne de 15 %, le point le plus culminant étant à la cote 120 (la citadelle), et sa base horizontale étant a la cote 20 (le long du quartier de la marine). Le quartier de la Marine constitue la basse Casbah d’ALGER, qui s’étend entre les deux lignes altimétriques 0 et 20 4) La topographie:
  • 9.
  • 10. Le tissu mixteLe tissu mixte Situé dans laSitué dans la partie basse, ilpartie basse, il constitueconstitue l’essentiel desl’essentiel des opérationsopérations d’éventrements etd’éventrements et d’alignementsd’alignements initiées au 19 emeinitiées au 19 eme siècle .il est situésiècle .il est situé entre la rue Bâb Elentre la rue Bâb El Oud ,Bâb AzzounOud ,Bâb Azzoun et la rue de laet la rue de la Lyre( actuelleLyre( actuelle Arezki BouzrinaArezki Bouzrina Rue Bouzrina Arezki Bab El Oud ,Bab Azzoun
  • 11. Vue d’ensemble sur la basse casbahVue d’ensemble sur la basse casbah L’imagibilité : l’image du tissu mixte est essentiellement caractérisée par des immeubles de style colonial (néo-classique) avec un gabarit élevé (ils représentent un rempart visuel),ainsi que ses rues étroites bordées d’arcades.
  • 12. L’entité 19L’entité 19 émeéme sièclesiècle L’apparition de ce tissu coïncide avec le projet d’embellissement et deL’apparition de ce tissu coïncide avec le projet d’embellissement et de soudure entre la vielle ville et le quartier d’Isly, on le distingue le long dusoudure entre la vielle ville et le quartier d’Isly, on le distingue le long du boulevard front de mer (boulevard Ché Guevara, Almicar Cabral, Amaraboulevard front de mer (boulevard Ché Guevara, Almicar Cabral, Amara Rachid)Rachid)
  • 13. Vue sur le tissu haussmannienVue sur le tissu haussmannien L’imagibilité : ce tissu possède une grande imagibilité par ses qualités physiques et architecturales (façades monumentales) très distinctes et remarquables et par ses voies larges, et son tracé orthogonal qui lui confère une lisibilité . Vue sur le boulevard du front de mer
  • 14. L’entité moderneL’entité moderne Ce tissu comporte les barres de l’avenue 1er Novembre réaliséesCe tissu comporte les barres de l’avenue 1er Novembre réalisées dans le cadre du projet Soccard, après la démolition de toutes lesdans le cadre du projet Soccard, après la démolition de toutes les constructions comprises entre la rue Bab El Oued et la rue de laconstructions comprises entre la rue Bab El Oued et la rue de la marine ,et les édifices contemporains qui sont: le conservatoire de lamarine ,et les édifices contemporains qui sont: le conservatoire de la musique et le parkingmusique et le parking
  • 15. Vue sur le tissu moderneVue sur le tissu moderne Imagibilité : le tissu moderne possède une imagibilité moindre, par sa structure et ses éléments qui expriment un paysage incohérent, ce qui a engendré une perte d’identité du lieu. Vue sur l ‘avenue 1er NovembreVue sur le conservatoire de la musique Vue sur les barres Soccard
  • 16.
  • 17. Système parcellaire: Définition : « le système parcellaire est un système de partition de l’espace du territoire en un certain nombre d’unité foncière, les parcelles. » La parcelle est l’unité urbaine du découpage et de la fragmentation du sol urbain ,elle assure le dialogue ,l’échange ainsi que la transition entre l’échelle urbaine la ville et l’échelle architecturale l’édifice. L’îlot ,au sens étymologique :petite île ,est une portion du territoire urbain « isole »des voisines par des rues.
  • 18. Tissu mixte : L’îlot : la configuration que présente les îlots est généralement le résultat des travaux d’alignement et de percement effectués par les colons,ils sont de dimension variables et de formes irrégulières.
  • 19. Parcelle : les parcelles composant ce tissu sont de formes assez trapu et de dimension variable, à l’exception de celles donnant sur les voies qui ont subi une régularisation ont des formes proche du rectangle et des proportions plus au moins régulières . Parcelle régulière
  • 20. L’îlot : les îlots sont le résultat d’un découpage régulier applique par le tracé orthogonal des voies, déterminant ainsi des îlots de forme régulière : carré, rectangle. Tissu 19ème siècle (tissus Haussmannien ) :
  • 21. La parcelle : la subdivision de l’îlot Haussmannien engendre un certain nombre de parcelle, qui sont régies par des lignes de partage parallèles et perpendiculaires aux voies ,les parcelles se présentent sous forme rectangulaire ou carré de dimension (20 a 25X30a40M)
  • 22. L’îlot parcelle: la parcelle occupe la totalité de l’îlot Ilot habitation Ilot équipement
  • 23. Ce fragment ne possède pas de système parcellaire, On ne peut pas parler d’aspect géométrique, les notions de parcelle et d’îlot ont disparu, c’est le passage de l’îlot à la barre, des îlots allongés délimitent la voie sans aucune division parcellaire . Tissu moderne:
  • 24. A -Système viaire: Définition : « Le système viaire est le système de liaison de l’espace du territoire, il est constitué par l’ensemble des circulations, de fonctions et d’importance variables ».1 A. Borie, F. Denieul « Méthode d’analyse morphologique des tissus traditionnel. »
  • 25. Le système viaire de ceLe système viaire de ce tissu se présente entissu se présente en fausse résille, il y a deuxfausse résille, il y a deux systèmes qui sesystèmes qui se superposent :superposent : -un système linéaire et-un système linéaire et arborescentarborescent -un système en boucle-un système en boucle Système en boucle: Des voie qui s‘articulent autour d’un espace constituant ainsi une boucle Tissu mixteTissu mixte
  • 26. Le système viaire est hiérarchisé, par la dimension et le traitement de façade, les ruesLe système viaire est hiérarchisé, par la dimension et le traitement de façade, les rues principales sont : la rue Bab El Oued- Bab Azzoun, rue Bouzrina et la rue Amar El Kama.principales sont : la rue Bab El Oued- Bab Azzoun, rue Bouzrina et la rue Amar El Kama. Elles sont flanquées d’arcades au RDC et traversées par des rues secondaires. La distributionElles sont flanquées d’arcades au RDC et traversées par des rues secondaires. La distribution est hiérarchisée en allant du public au prive:est hiérarchisée en allant du public au prive: Rue BouzrinaRue Bab Azzoun Rue Bab El OuedRue Amar El Kama
  • 27. C’est un système hiérarchisé qui se présente en résille sous forme d’échelle (réseau en échelle), les rues principales sont traversées par des voies secondaires tracées perpendiculaire ment. Tissu du 19eme siècle:
  • 29. Le système viaire présente un schéma d’organisation linéaire, peu hiérarchisé, marqué par une grande voie :avenue 1er Novembre. On constate dans ce tissus que la structure géométrique n’est pas lisible et mal définie du à l’irrégularité de l’ensemble occasionné par les vides urbains, les nœuds sont marqués par des vides, d’ou la nécessité de les traiter afin de renforcer la lisibilité du lieu. Tissu moderne: L’avenue du 1er novembre
  • 30. Le réseau des voies a l’échelle du quartier:
  • 31. Le boulevard Ché-Guévara: C’est un axe a flux important d’une largeur de 16m ,il relie entre le square Port Saïd et la place des martyrs. Il constitue le toit des voûtes du boulevard de l’ALN, présente un balcon urbain et un soubassement pour la ville d’Alger. Premier ordre:
  • 32. PAYSAGE:PAYSAGE: Ce boulevard est défini par une paroi de gabaritCe boulevard est défini par une paroi de gabarit R+3 , et dégagé sur le coté Est surplombant le portR+3 , et dégagé sur le coté Est surplombant le port ,l’Amirauté et la mer (continuité visuelle).,l’Amirauté et la mer (continuité visuelle). Son image et sa continuité est assuré par leSon image et sa continuité est assuré par le traitement de façade monumentale de style néotraitement de façade monumentale de style néo classique et la rythmique des arcades.classique et la rythmique des arcades. La Mosquée deLa Mosquée de la pêcheriela pêcherie représente unreprésente un point de repèrepoint de repère au bout duau bout du boulevard.boulevard.
  • 33. Boulevard de l’ALN Situé au dessous du bd Ché Guévara, dans la continuité de l’autoroute. C’est une voie de transite d’une largeur de 18m, elle permet au véhicule de contourner le quartier de la marine et débouché directement sur Bab El Oued.
  • 34. PAYSAGE L’image et la continuité de cette voie est assurée par les voûtes qui constituent un ancien immeuble pont .Le rythme des arcades monumentales assure la continuité architecturale, la voie est ponctuée par des éléments d’appel tels que: les escaliers et les rampes.
  • 35. Boulevard Amara Rachid : C’est un axe à flux important d’une largeur de 16m constituant la continuité de l’avenue de l’ALN .Il est faiblement structuré pour les piétons elle se réduit a un trottoir de 1.5m . L’absence d’activités commerciales ou autre le rend peu attractif pour le piéton .
  • 36. L’aboutissement de la voie est matérialisé par la place Ouenouri qui se résume en un simple nœud de circulation. Les vides entre les bâtiments devenus des espaces d’insalubrité , altère l’image de cet axe ,induisant des poches urbaines PAYSAGE Cet axe est défini par une paroi imperméable de gabarit R+5 avec une circulation sous arcades . Dans cet axe l’image de la façade maritime perd son importance architecturale due a la vétusté du bâti . Il jouit d’une vue panoramique vers la mer
  • 37. AmilcarAmilcar CabralCabral : C’est: C’est une voie deune voie de desserte à faibledesserte à faible flux d’une largeurflux d’une largeur de 14m.Relie lade 14m.Relie la place des Martyresplace des Martyres à l’Amirautéà l’Amirauté.. Deuxième ordre:
  • 38. PAYSAGE:PAYSAGE: Ce boulevardCe boulevard constitue un balcon urbainconstitue un balcon urbain offrant une vue panoramiqueoffrant une vue panoramique vers la mer, sa paroivers la mer, sa paroi imperméable de gabarit R+5imperméable de gabarit R+5 de style néo classiquede style néo classique assurant ainsi une continuitéassurant ainsi une continuité avec le boulevard Chéavec le boulevard Ché GuevaraGuevara.. La placeLa place amilcar Cabralamilcar Cabral unun aboutissementaboutissement mal dmal dééfinifini Le traitement des façades assure une continuité architecturale accentuée par la rythmique des arcades.
  • 39. Avenue 1er novembre : C’est un axe de transit a flux important conçu lors de la réalisation du projet Soccard .il est structurant pour le trafic automobile du a sa largeur de 30m et a sa double voie mécanique.
  • 40. PAYSAGE Les deux parois de cette avenue sont constitués des deux barres Soccard de gabarit R+7 à R+9 de style moderne donne une image et continuité à cette dernière. Elle offre une vue panoramique vers la mer mais ses aboutissements reste mal définis
  • 41. Axe Bab El Oued-Bab Azzoun Cet axe reprend le tracé du Cardo Romain qui coïncide avec la courbe 20, axe structurant porteur de la croissance urbaine assurant l’articulation à l’échelle de la ville (Quartier d’Isly,Bab El Oued) en acheminant 3 moments importants :square port Said ,place des Martyres, place Ouenouri. Axe commercial à flux important d’une largeur de 12m. Rue Bab El OuedRue Bab Azzoun
  • 42. Le paysage: L’image et la continuité de cet axe est assurée par la concentration d’activités commerciales, et son caractère populaire. La continuité architecturale dans l’axe Bâb Azzoune est assurée par les arcades bordant les deux parois. Dans la rue Bab El Oued ,La continuité architecturale est presque inexistante engendrée par les vides urbains
  • 43. La Rue de la lyre : Elle relie le marché Bouzrina au parvis de la mosquée Ketchaoua. rue commerciale et populaire avec un caractère structurant a cause de la forte activité commerciale qu’elle génère.A sens unique, elle est moins structurante pour les véhicules.
  • 44. Les rampes Chasseloup Laubat: Elles assurent l’articulation entre le boulevard Ché- Guévara et l’avenue de l’ALN ,d’une largeur de 6m . Son image est liée a la station de taxi qui occupe son espace et qui provoque des encombrements.
  • 45. La rue de la Marine  Voie de circulation a l’échelle du quartier d’une largeur de 8m , son tracé correspond au Documanus romain.Elle relie deux moments forts la place Amilcar Cabral (Ancien Bab el Djazira) et la place des martyrs, lieu public à flux moyen,elle a perdu son rôle d’articulation ville/mer ainsi que d’axe structurant de la ville. Troisième ordre
  • 46. La rue est bordée par des immeubles Chassériau de gabarie R+4 et des édifices de style mauresque. Une paroi est mal défini du coté du parking On trouve également le long de cette rue quelques repères très forts tel que Djamaâ El Kbir et la mosquée de la pêcherie. Le paysage : Le rythme des arcades qui se répète assure une certaine continuité à la voie. La place Amilcar Cabral un aboutissement mal défini.
  • 47. Système bâti: Définition : « le système du bâti regroupe l’ensemble des masses construites de la forme urbaine, quelle que soit leur fonctions(habitation , équipement ) ou leur dimensions »
  • 48. Le bâti est de type planaire occupant toute la parcelle .il a un caractère d’enclos organisé autour d’un centre (patio) de gabarit R+3 On distingue : - Des immeubles coloniaux donnant sur les voies principales -Des maison traditionnelle occupant la partie intérieure de l’îlot. Tissu mixte: Maison traditionnelle Immeubles coloniaux
  • 49. Le système bâti est de type planaire, les bâtiments présentent une forte continuité par accolement des bâtiment le un aux autre, le long des rue et en profondeur dans la parcelle .Les immeubles constituant ce tissu sont de base quadrangulaires voir carré le plus souvent organisés autour d’une cour centrale. Tissu 19 ème siècle:
  • 50. Traitement de façade : Les façades de gabarit régulier sont de style néo- classique,elle expriment l’axialité,le rythme, la symétrie,et l’ordonnance. Les façades sont chargées d’ornement et de décor floral Utilisation des éléments architectoniques: colonnes, corniches, balustrades en ferronnerie. L’expression architecturale
  • 51. Les façades des immeubles sont divisées en hauteur en trois parties : Soubassement:une galerie à arcade affectée à l’urbain. Le corps: Affecté aux fonctions intérieurs (résidence,équipements) rythmé par des ouvertures régulières . Couronnement:exprimé par la corniche ,affirme l’horizontalité. couronnement corps soubassement toutes les façades principales s’ouvrent sur les grandes rues, les boulevards à partir d’un ordonnancement d’arcades à double hauteur dont l’alignement, le gabarit et l’ornementation rendent le décor exceptionnel
  • 52. Les immeuble chasseriau: longeant le boulevard amilcar Cabral et amarra Rachid ,ils ont été établi a l’époque coloniale dans le but d’offrir une nouvelle façade maritime à Alger .Il sont a vocation résidentiels à usage mixte Les immeubles Chassériau:
  • 53. Rapport du bâti avec la rue: rue ou boulevard galerie cage d’escalier palier appartement Couronnement :l’étage en attique Corps:résidentiel soubassement à arcades commerciales Immeuble a usage d’habitation,formant l’angle sur la Darse de l’Amirauté. Limité par les rues : de la Marine, Bd A Pierre (Amara Rachid) et la rue Lemercier qui lui assure l’accessibilité. C’est un bâtiment de R+3.il s’organise autour d’un escalier -éclairé par un puit de lumière.Il offre une organisation des espaces nobles vers la rue, les espaces de service vers le puit de lumière. Occupation de la parcelle :le bâtiment occupe tout le périmètre d’un îlot , « îlot d’habitation »
  • 54. Elles constituent un ancien immeuble pont affecté à un caractère commercial, construit lors de la réalisation du Bd front de mer. mis à part les quelques dizaines de voûtes réhabilitées et réaménagées dans le cadre du projet du « Carrefour du millénaire », les voûtes se trouvent aujourd’hui dans un état de vétusté avancée mais sans altération de la structure porteuse. Les voûtes:
  • 55. le tissu moderne se caractérise par un système bâti de type ponctuel, les édifices sont de type barre de gabarit élevé a R+7, R+9. Les édifices qui marque le paysage de se tissu sont :les barres Soccard et des édifices actuelles (le parking et le conservatoire de la musique ) Les barres épousent souvent la forme de l’îlot pour former une enveloppe semi fermée développant un espace central (semi-public) Tissu moderne:
  • 56. construites en 1942 ,elle structure l’avenue du 1er novembre, composées de deux barres :chèques postaux , trésor public et le bâtiment d’angle,d’une largeur de 20m et d’un gabarit de R+7à R+9. Expression architectural: c’est une architecture extravertie qui se caractérise par la dominance de l’horizontalité et la répétition d’un seul module le long de la façade ,elle et de toute ornementation Pour les matériaux on remarque la dominance du béton. Gabarits imposants et démesuré faisant parois a la casbah. Aucun lien avec le bâtit environnant. a- Les barres Soccard:
  • 57. Étude d’exemple: la cité des fonctionnaire Situation: Situé a l’angle entre la rue Bab El Oued, 1er Novembre et la rue des frères Lakhdari Occupation de la parcelle:Le bâti occupe la périmètre de l’îlot suivant les trois voies, ceinturant un espace libre public. Rapport bâti rue:la hiérarchie est réduite : Rue galerie escalier appartement
  • 58. Soubassement : composé d’une galerie de 5m affectée au commerce et au service. Le corps: composé de 7à9 étage affecté à la résidence. Le couronnement: assuré par le retrait du dernier étage (étage attique). Le couronnement Le corps Le soubassement
  • 59. Immeuble parking:édifice public de stationnement de gabarit R+3, d’une structure métallique démontable habillée par des éléments préfabriqués .il s’intègre par contraste avec son contexte global de part sa fonction et sa pauvreté architecturale Institut de musique: C’est un nouveau type d‘architecture ,se caractérise par une composition symétrique ,l’utilisation des matériaux de construction moderne,verre ,le brique et le béton armé. B-Edifice contemporain:
  • 60. fondé en 1660 par les Turque,fondé en 1660 par les Turque, la mosquée demeure un édificela mosquée demeure un édifice singulier et remarquable de parsingulier et remarquable de par son plan en forme de croixson plan en forme de croix chrétienne et la richesse formellechrétienne et la richesse formelle qu’offre son couronnement.qu’offre son couronnement. Djamaa El Djedid : B- Les élément de repères: Ce sont des édifices qui se caractérisent par leur singularité et leurs valeurs patrimoniale importante .ce sont des éléments de permanence hérites du passé, qui contribue a la construction de l’image et l’identité du lieu.
  • 61. construite en 1612 à l’emplacementconstruite en 1612 à l’emplacement d’anciens thermes romains et futd’anciens thermes romains et fut agrandie en 1794. L’image quelleagrandie en 1794. L’image quelle reflète n’est qu’un aspect très lointainreflète n’est qu’un aspect très lointain de l’ancienne architecture arabo-de l’ancienne architecture arabo- mauresque.mauresque. Mosquée Ketchaoua
  • 62. Édifié par le Sultan AbdÉdifié par le Sultan Abd El Wading Abou Tachfin enEl Wading Abou Tachfin en 723-1324.c’est l’un des seul723-1324.c’est l’un des seul témoin du passage destémoin du passage des Almoravides à El Djazair,Almoravides à El Djazair, son originalité découle deson originalité découle de la galerie qui fut rajoutée enla galerie qui fut rajoutée en 1830.1830. Djamaa El Kabîr : 
  • 63. Il présente le dernierIl présente le dernier fragment du tissu de lafragment du tissu de la basse Casbah ,regroupantbasse Casbah ,regroupant trois palais :17,18,23 detrois palais :17,18,23 de style moresque ainsi ilstyle moresque ainsi il s’impose par sons’impose par son architecture introvertiearchitecture introvertie comme élément singuliercomme élément singulier dans son environnement.dans son environnement. Bastion 23
  • 64. Situé à la place Ibn Badis,DarSitué à la place Ibn Badis,Dar Azziza fait partie des palais deAzziza fait partie des palais de la basse casbah. Ce palaisla basse casbah. Ce palais abrite actuellement le siège deabrite actuellement le siège de la direction de l’officela direction de l’office d’intervention pour lad’intervention pour la restauration de la Casbah.restauration de la Casbah. Dar Aziza
  • 65. Édifié par le Dey Hocine enÉdifié par le Dey Hocine en 1816,il est situé entre la rue Bab1816,il est situé entre la rue Bab El Oued et les barres SoccardEl Oued et les barres Soccard Actuellement c’est le siège de laActuellement c’est le siège de la « Fondation et de la délégation« Fondation et de la délégation de la casbah » Sa particularité sede la casbah » Sa particularité se traduit par sa façade àtraduit par sa façade à l’européenne.l’européenne. Dar El Hamra
  • 66. Construite en 1622 c’est l’uneConstruite en 1622 c’est l’une des plus vielle mosquéedes plus vielle mosquée d’Alger,située à l’intersection ded’Alger,située à l’intersection de la rue Bab El Oued et la rue de lala rue Bab El Oued et la rue de la Casbah. Le plan de cetteCasbah. Le plan de cette mosquée est celui des églisesmosquée est celui des églises byzantines d’Istanbul.byzantines d’Istanbul. Mosquée Ali Betchine
  • 67. Monument historique issue deMonument historique issue de la période Turque, il assuraitla période Turque, il assurait depuis toujours le rôle dedepuis toujours le rôle de repère. Aujourd’hui il se voitrepère. Aujourd’hui il se voit marginalisé par la fermeture demarginalisé par la fermeture de l’Amirautél’Amirauté Le Phare
  • 68. Édifié entre 1849-1853 auÉdifié entre 1849-1853 au pied du glacis des anciennespied du glacis des anciennes fortifications de Bab Azzounfortifications de Bab Azzoun par la société Sarlin .Ilpar la société Sarlin .Il s‘affirme dans sons‘affirme dans son environnement par sonenvironnement par son architecture monumentalearchitecture monumentale Le T.N.A
  • 69. symbolisantsymbolisant l’image d’Alger,l’image d’Alger, c’est un élémentc’est un élément de repère àde repère à l’échelle de la villel’échelle de la ville , fut conçu par, fut conçu par Chassériau entreChassériau entre 1860-1866 dans1860-1866 dans le cadre d’un planle cadre d’un plan d’embellissementd’embellissement de la ville.de la ville. Le front de mer : 
  • 70. Cette lecture nous a permis de constater que ce quartier regroupe des équipements de deux niveaux différents. -des équipements à caractère central de niveau métropolitain voir national tel que : le Trésor ,les Chèques Postaux ,la Chambre de Commerce , les deux mosquées, le conservatoire (en cours de réalisation) etc.…. ce qui lui confère un rôle de centralité. -des équipements de quartier tel que siège d’APC – hôtel . Cependant, il est entouré par une ceinture formé des administrations civiles et militaires qui isole cette zone et contribue a son enclavement. On remarque qu’un phénomène de désarticulation apparaît, engendrer par les vides urbains mal structurés qui entravent le développement régulier et homogène de celle-ci.
  • 71.
  • 72. D -L’ état du bâti: On remarque que la plupart des bâtisses sont en état de dégradation , résultat du non prise en charge et leur marginalisation. l’aspect vétuste que présente ce quartier altéré l’image de quartier , il représente une sorte d’agression visuelle et une réduction de la valeur esthétique du site. Les constructions en bonne état se limitent a celles de la période poste coloniale ainsi que les édifices restaurés.
  • 73. Système des espaces libres: Définition : « Le réseau des espaces libres est l’ensemble des partie non construites de la forme urbaine, que ces espaces soit publics (places, esplanade…) ou privés (cours , jardins….».
  • 74. 1) Les places: Places : viens du latin placea qui désigne un lieu publique découvert borde de maisons ou de monuments comme un large espace découvert auquel aboutissent deux ou plusieurs rues de la ville. DICTIONNAIRE D’urbanisme « Place est un lieu ou la croissance trouve la possibilité de ce délatter, ces espaces ouverts en pour fonction essentiel de créer des diversions et des temps d’arrêt dans la ville ». M-J-bertrand listouski « LES PLACES DANS LA VILLE » b) Les espaces libres publics:
  • 75. Elle peut être considérée comme un nœud très important à l’échelle de la ville -c’est le point de convergence de plusieurs voies importantes : Bâb El Oued, Bâb Azzoun, la rue de la Marine, le front de mer -un lieu publique à groupement important du a la concentration de plusieurs activités et équipements (les mosquées, chambre de commerce …) -un élément d’articulation entre les différents fragments de la ville donc une charnière qui articule la vieille ville et la ville coloniale La place des martyrs: La basse casbah L’amirauté Quartier Bab El Oud Quartier d’Isly
  • 76. La place est définie par cinq parois : -paroi du tissu en damier, et de tissu mixte -paroi de la mosquée neuve qui constitue un véritable traitement d‘angle -les escaliers qui relie la place avec le port -le vide de la régence qui sur le plan spatial donne un aspect d’inachevé la place forme un plan de perspective vers la mer permettant ainsi une continuité visuelle (ouverture ver la mer) La place comporte des fonctions commerciales et deux sous sols qui bénéficient d’éclairage zénithale réalisé à la surface de la place.
  • 77. cette place se situe à l’ancien emplacement de la porte Bab Azzoun, Elle se trouve sur la même structure linéaire que la place des martyrs, articulé à celle-ci par la rue Bâb Azzoun. Lien de rencontre de plusieurs rues importante ,elle constitue la finalité du Boulevard Ourida Meddad et une séquence des axes :boulevard du front de mer ,rue Bab Azzoun. Vue sur la place Port Saïd Square Port Saïd (place Mohammed Touri) : La basse casbah Quartier de la marine Quartier d’Isly
  • 78. Elle est définie par -le front de mer constituant ainsi un balcon urbain de la place vers la mer -les immeubles de l’entité Haussmannienne avec un gabarit de R+3, R+4 de style néo-classique -le théâtre national Algérien TNA (un moment fort) la place Port Saïd est ponctuée par un édifice public de prestige TNA et équipée de mobilier urbain ainsi que d’une végétation abondante se qui lui attribue un caractère de singularité Le théâtre Les immeuble de style néo-classique
  • 79. Elle se trouve à l’emplacement de l’ancienne porte « Bab El Oued », réalisé après la destruction de l’ancien rempart. La place s’articule à la place des martyrs par la rue Bab El Oued et se trouve à 450m environs de celle-ci .Elle est délimitée par : le lycée Bugeaud et les immeubles de rapports de 1871, d’un gabarit de R+3 à R+4 avec une architecture néoclassique. La direction générale de la sûreté nationale (DGSN) L’immeuble d’angle de Soccard de R+7qui présente une architecture moderne. Aujourd’hui la place Ounouri se résume en un nœud avec une forte circulation mécanique qui la traverse de : La rue bab el oued la rue Boubella Mohamed la rampe Louni Arezki. La place Ouenouri
  • 80. elle constitue le lieu d’aboutissement des rues : la rue de la marine, la rue Amilcar Cabral avec la rampe de l’Amirauté . Elle est délimitée par :les immeubles Chassériau qui présentent une architecture classique, à galerie d’arcade.. les deux autres parois constituées par le balcon vers la mer, assurent la relation visuelle ; cependant elles présentent une rupture physique avec la mer. la place est mal definie que se soit sur le plan morphologique (réduite en terme de dimensionnement) ou sur le plan formel Aujourd’hui la place se trouve comme un lieu de stationnement très mal utilisé. La place de l’Amirauté
  • 81. La place de chartre : crée dans le but de déplacer une partie des souks détruit lors de la création de la place des martyrs, La place est un marché à l’échelle de la ville, d’une forme carré de 50*50. Elle est délimité par des immeubles à arcades et abrite différentes activités commerciales (Vêtements, légumes et fruits). La place Ben Badis : La place Ben Badis est une skifa à la casbah, articulé à la place des martyrs et animé par différentes activités commerciales. Elle est délimitée par la mosquée Ketchaoua,Dar Aziza et immeubles de rapports. C’est le lieu d’aboutissement des rues de la lyre et de chartre. Rue e la lyre Rue de chartre
  • 82. La plage: Située au dessous de la place Amilcar Cabral ,entre l’Amirauté et le Bastion 23,c’est une plage inaccessible au public .Elle est actuellement appropriée en aire de jeu (stade) activité non adéquate. Délimité par l’amirauté et le bastion 23 qui sont des éléments a valeur historique et patrimoniale ,elle peut être considérer comme une charnière qui articule entre ce deux repères. Un potentiel non exploité
  • 83. L’esplanade: Le parking un espace non intégré dans ce contexte altère l’image de l’esplanade. Situé au NORD du Bastion23 L’ aménagement de l’esplanade est réduit , manque de mobiliers urbains et d’espace vert
  • 84. Le vide de la régence: Il est le résultat d’un projet urbain inachevé « le projet Soccard ».Il est utilisé comme une station urbaine mal structuré et se voit squatté par les commerces informels,devenu source de nuisance et de pollution.
  • 86. 3421 52 3965 98,5 4044 277 0 1000 2000 3000 4000 5000 1987 1998 2000 L ACCROI SSEMENT DE LA POI PULATI ON la marine le port
  • 87. 4044 277 0 1000 2000 3000 4000 5000 HABI TANT LA MARI NE PORT Nombre d’habitants
  • 88. 541 24 0 100 200 300 400 500 600 FAMI LLE LA MARI NE LE PORT Nombre de familles
  • 91. 3% 25% 8% 2% 3% 18% 41% 1 PI ECE 2 PI ECE 3PI ECE 4PI ECE 5 PI ECE 6 PI ECE ND Typologie du logement
  • 95. 2-Equipements N Eq publique Sûreté urbaine Eq culturel Parking Monument classé Marché
  • 96. N Act. portuaire Act. culturelle Act. militaire Commerce de gros et dépôt RestaurantCommerce de détail Station de taxi Gare routière et parking ACTIVITES :
  • 97. Analyse critique sur l’image de l’aire d’étude Les parcours : Dan notre aire d’étude, les parcours se classe par rapport à leurs imagibilité selon deux type : -Les voies dont l’image revient a leur structures et environnement particulier (vue panoramique vers la mer, perspective, façades) -D’autres leurs image revient à leurs densité, activités, elles sont plus des lieux de concentration que de transit. Les parcours: Après l’analyse effectué, on ressort les éléments critiques qui marquent le paysage du lieu . pour améliorer la lisibilité et la visibilité
  • 98. Après l’analyse on a constaté que les parcours manquent de lisibilité due : -Aboutissements mal finis -Des voies bordées par des façades altérées qui diminue de leur imagibilité. -Des voies historiques qui ne joue pas un rôle dans la structure de la ville La façade donnant sur le boulevard Amara Rachid La rue de la marine,un parcours historique qui a perdu son rôle structurant dans la ville.
  • 99. Les nœuds: « Les nœuds sont le point focaux et stratégiques dans lesquels un observateur peut pénétrer ,et les principaux types se sont soit les points de rencontre des voies, soit des concentrations de certaines caractéristiques…peuvent être des vastes places,ou des formes linéaires assez étendue,ou même des quartiers centraux.. »Kevin Lynch,L’image de la cité. La place amilcard cabral est un nœud mal définis qui a perdu son rôle dans la structure globale la place Ounouri se résume en un nœud avec une forte circulation mécanique
  • 100. « les points de repère,références ponctuelles considérés comme extérieures par l’observateur ,sont des éléments matériels simples dont l’échelle est variable dans de grandes proportions » Kevin Lynch, L’image de la cité.. Les points de repère :
  • 101. On constate dans notre aire d’étude : -La passivité de ces monuments : ces édifices sont isolés de toutes animation urbaine. -Changement de leurs fonction Ce qui entraîne des transformations par conséquent , dénaturalisation des espaces initiaux. -la dégradation du cadre bâti des monuments historiques du a la non prise en charge. Le Bastion 23 se trouve détaché de la structure urbaine ,l’inexistence d’un espace tampon (trottoir) qui articule se dernier avec la voie mécanique La mosquée Ali Betchine se trouve défigurée par les immeubles mitoyens dégradés et la présence de marchands informels
  • 102. problématique: Notre constat sur le quartier exige des opérations de réhabilitation du tissu urbain ,de réaffectation de certains bâtiments,de restructuration du tissu économique et la réorganisation de la circulation et ce en vue d’atteindre les objectifs suivants : 1-retablir l’intégration de la casbah dans la métropole algéroise par l’intermédiaire du quartier qui spatialement se représente comme un trait d’union entre le Sud Est et le Nord Ouest 2-revaloriser le quartier en tant que tel et ce en renforçant sa rentabilité afin q’il se diffuse sur toute la casbah ,car en fait la demarginalisation ,la sauvegarde et la mise en valeur de celle-ci depond de la prise en charge effective, urgente et sérieuse de ce quartier
  • 103. PROPOSITION D’AMENAGEMENT A) REORGANISATION DE LA CIRCULATION: Deux conflits de circulations sont à prendre en charge 1)Conflit de circulation de transite et inter quartier: ce problème perturbe toute la zone de l’avenue de 1er Novembre ,nous proposons une trémie greffée a l’avenue de l’ALN elle passera sous la chambre de commerce longera l’avenue de 1er Novembre pour aboutir au niveau de boulevard AMARA RACHID
  • 104.
  • 105.
  • 106. 2)Conflit de circulation piétons et motorisée : Un flux piétons arrive des hauteur de la Casbah se heurte aux flux motorisée venant dans le sens transversal le long des rues BAZ et BEO pour cela on propose: -Élargissement de la rue Bab-El-Oued, pour permettre une fluidité de la circulation inter quartier avec possibilité de stationnement latéral. -Déplacement de la gare routière de la place de la régence et réaménagement de l’assiette foncière. Ce réaménagement permettra la restructuration de ce quartier ,la restitution des parois de la rue Bab-El-Oued et de la place des Martyrs.
  • 107. B - Restructuration du tissu urbain et revalorisation des monuments classés : 1-La création des parois manquantes à la rue Bab-El-Oued et à la place des martyrs permettra la mise en en valeur des monuments historiques existants dans le site. A ce titre il est proposé de : 2-Restituer la paroi manquante de la place des martyrs, qui sera matérialisée par des équipements à caractère central. Ces bâtiments seront implantés dans l’alignement de la rue de la marine restructurée à son tour. Les accès et les façades principales seront du coté de la place des martyrs qui retrouvera ainsi. La paroi manquante Place des Martyres
  • 108. 3-La restructuration de la rue de la marine et cela avec la création de la paroi mal défini du coté de parking et par l’aménagement d’espaces verts de l’autre côté de la rue (CNERU propose la dementelement du parking et introduction des bâtiments a usage d’habitat a l’intérieur de l’îlot et des équipements au péréphérie .) Ainsi structuré par ces équipements la rue mettra en relation deux espaces de grandes valeur historique (la place des Martyres et l’Amirauté.
  • 109. 4-Concernant les monuments classés à sauvegarder, qui sont peu nombreux et éparpillés dans le tissu, nous pouvons les classer en deux catégories : 1- les monuments nécessitant une restauration ou une maintenance avec maintien de l’activité : -Djemââ El Djedid (en cours de restauration) -Djemââ El Kabîr -Le Bastion 23
  • 110. 2 – les monuments qui nécessitent une restauration avec réaffectation pour des activités culturelles, artistiques ou touristiques -Dar El Hamra -Le Consulat de France Dans cette catégorie, entreront certains bâtiments français de grande valeur architecturale et urbaine, notamment les voûtes pour lesquelles nous proposons : -l’évacuation des familles qui y logent -le déplacement du commerce informel -la réhabilitation
  • 111. C – La liaison Casbah – Mer Cette liaison est établie par les aménagements du quartier de la marine en relation avec le port et l’amirauté à travers : -un bon aménagement d’espaces structurés favorisant surtout la circulation piétonne (voir chapitres A et B). -un bon choix d’équipements et d’activités attractifs. -Pour Cela, nous proposons : -1Le parcours, présenté précédemment dans le chapitre (B), assurera cette liaison en mettant en relation directe le quartier de la marine avec l’amirauté. - 2 La mise en place d’un transport en commun maritime qui reliera la Casbah aux quartiers limitrophes, cette proposition viendra alléger la circulation mécanique mais aussi elle assurera un rôle touristique. C’est aussi un des moyens pour rétablir la
  • 112. D – Renforcer le caractère de centralité du quartier : -Le renforcement de cette centralité se fera par la réalisation d’un certain nombre d’équipements de niveau national et d’autres de niveau métropolitain. -Ces équipements seront installés au niveaux de vide de la régence ,la paroi qui donne sur la rue de la marine ……….