SlideShare une entreprise Scribd logo
Programme national de détection
précoce du cancer du sein et du col
de l’utérus
Mme Rachida Boutiti
ISPITS AGADIR
Cycle:LICENCE
Option:inf polyvalent
Plan de la présentation
 Contexte de la lutte contre le cancer
 Définitions et concepts
 Programme de détection précoce
 Système d’information
 conclusion
Contexte de la lutte contre le
cancer
Contexte de la lutte contre le Cancer
Jusque là…
 Absence de données épidémiologiques nationales,
 Actions minimes, ponctuelles, basées sur des projets
 Prise en charge centralisée,
 Malades pris en charge < 10 000 (<1/3 des personnes
atteintes de cancer)
 Le Cancer n’était pas reconnu comme un problème de
santé publique,
Contexte de la lutte contre le Cancer
Et Puis…
 Création de la fondation Lalla Salma de lutte contre le Cancer
(Leadership+++),
 Existence d’une volonté politique,
 Cancer est reconnu comme un problème de santé publique,
 Données épidémiologiques nationales/ RCGC,
 Existence d’infrastructure (10 centres d’oncologie) permettant une
prise en charge décentralisée,
 Malades pris en charge > 20 000 ce qui représente 2/3 des personnes
atteintes de cancer,
 Elaboration du 1er Plan National de Prévention et de Contrôle du
Cancer
Contexte de la lutte contre le Cancer
Pourquoi un Plan Cancer…?
 Dans le monde
 En 2008: 12 M de Nouveaux Cas de cancer
 12% de tous les décès dont ¾ dans les PED
 Au Maroc
 35 000 nouveaux cas par an dont 1 200 enfants (4%)
 Le cancer serait responsable de 12% des décès
 Femme: cancer du sein (34,6%), col (14.4%)
 Homme: cancer poumon (24%), prostate (8%)
Contexte de la lutte contre le Cancer
Pourquoi un Plan Cancer…?
Selon les données du registre du Grand Casablanca 2005-2007:
 Cancer du sein :
 1er cancer de la femme;
 34,3 % de tous les cancers féminins ;
 Incidence = 36.4 NC/ 100 000 femmes .
 Cancer du col de l’utérus :
 2ème cancer de la femme;
 13,3 % de tous les cancers féminins ;
 incidence = 14.6 NC/ 100 000 femmes.
Contexte de la lutte contre le Cancer
Pourquoi un Plan Cancer…?
 On peut prévenir 40% et en guérir certains à 100%
 La Mise en œuvre de ce plan est la méthode la
plus efficace et la plus efficiente pour réduire ce
fléau
 C’est un défi à la portée de notre pays
Définitions et Concepts
Définitions et Concepts
Dépistage Vs Diagnostic
Détection Précoce: l’implantation organisée et systématique d’interventions qui
comprennent le dépistage, le diagnostic précoce et le traitement qui s’en
suit
Dépistage Diagnostic précoce
• Procédure permettant l’identification
d’une maladie ou d’une anomalie non
connues chez des sujets considérés
comme indemnes.
• Action Collective sur une population bien
portante
• Détecte les cancers à un stade de
meilleure curabilité, voir à un stade
précancéreux
• Diminue la mortalité, voire l’incidence
• Il consiste à diagnostiquer des signes
précurseurs et symptômes du cancer afin
de faciliter le diagnostic avant que le mal
ne soit à un stade avancé, ce qui permet
un traitement plus léger et plus efficace.
• Action Individuelle.
• Détecte les cancers à un stade de
curabilité si précoce
• Diminue la Mortalité
Définitions et Concepts
Dépistage (Critères de Wilson et Jungner)
 La maladie recherchée doit constituer un important problème de
santé;
 L’histoire naturelle de la maladie doit être parfaitement connue;
 Le stade pré-symptomatique est facilement identifiable;
 Existence d’un test pratique, fiable et acceptable;
 Le cout doit être acceptable et ne dépasse pas le cout de la maladie;
 Les services de diagnostic et de prise en charge des personnes
dépistées doivent être disponibles;
 Un traitement efficace/et facile d’administration doit être disponible
Définitions et Concepts
Dépistage (Tests)
 Cancer du sein :
 L’examen Clinique des Seins +++
 La mammographie
 Cancers du col :
 L’IVA +++
 Le frottis cervical
 La recherche des virus HPV oncogènes
Programme de détection précoce
proprement dit
Programme de détection précoce
Processus de planification
 L’implantation du PDPCSC a été basée sur l’analyse des données
épidémiologiques de ces deux cancers ainsi que de l’organisation de
l’offre de soins existante au niveau national.
 Ceci a permis de définir les différents aspects du programme :
 composantes du programme:
 Organisation du dépistage
 Organisation du diagnostic précoce
 Organisation de la prise en charge thérapeutique.
 Populations cibles;
 Tests de dépistage;
 Circuit d’orientation et du recours des participantes.
 Axes de mise en œuvre.
Cadre conceptuel du PNDPCSC
Lancement officiel le 24 mars 2010
Mobilisation
Nationale et
Internationale
Prévention
Détection Précoce
Dépistage
Diagnostic et
traitement
Soins
Palliatifs
Législation
Soutien social
Communication
Recherche / formation
Programme de détection précoce
But et Objectifs
 but :
 de diminuer la mortalité et la morbidité liées aux cancers
du sein et du col de l’utérus. (à moyen et long terme)
 Objectifs:
 Améliorer la prise en charge des femmes atteintes de cancers du
sein en mettant en place un système organisé de dépistage, de
diagnostic précoce et de traitement de ces deux cancers.
 Atteindre et se maintenir à un taux de participation au dépistage
supérieur ou égal à 60 % .++++
Programme de détection précoce
Cancer du sein
 Population cible:
 Femmes âgées de 45 ans à 69 ans;
 ATCD de cancer du sein dans la famille.
 Test de dépistage: Examen clinique des seins par les
médecins/infirmières/Sages-femmes formés au niveau des
ESSP.
 Rythme: tous les deux ans.
 Diagnostic précoce : mammographie au niveau du CRSR
 Actuellement, la détection précoce du cancer du sein est
généralisée au niveau national.
Cancer du sein
Cancer le plus fréquent chez la femme. Il peut parfois se
développer chez l’homme mais de façon très rare. Il existe
deux types de cancer du sein :
- Le cancer non invasif (= in situ) : qui se forme à
l’intérieur des canaux de lactation
- Le cancer invasif (= infiltrant) : qui envahit les tissus
entourant les canaux de lactation
L’ examen clinique:
A)Inspection
Le professionnel de santé est tenu d’examiner la femme dévêtue jusqu’à la ceinture en position debout les bras
le long du corps puis les bras levés, de face et de profil. Il doit apprécier le volume des seins, leur symétrie et
noter les signes inflammatoires et les modifications du mamelon et de l’aréole. Le professionnel de santé
recherchera systématiquement toutes modifications des contours du sein telles :
 une rétraction discrète (fossette ou ride)
ou massive (glande mammaire
totalement fixée et rétractée sur le
muscle pectoral);
 une saillie ou une modification des
contours du sein en cas de tumeur
superficielle;
 une ulcération
Le professionnel de santé est tenu de procéder à une
palpation des seins et des aires
ganglionnaires chez une participante assise puis couchée
, précise, méthodique et comparative.
se faire la main bien à plat,
avec l’extrémité de l’index et du médius,
L’examinateur se plaçant toujours du côté à examiner doit
effectuer des petits mouvements circulaires de l’extrémité des
doigts avec une légère pression de la glande.
La totalité du sein doit être explorée.
L’examinateur est tenu de palper systématiquement
les aires ganglionnaires axillaires et susclaviculaires
quelque soit les données de l’examen du sein
b)La palpation

L’examinateur est tenu
de palper
systématiquement les
aires ganglionnaires
axillaires et
susclaviculaires
quelque soit les
données de l’examen
du sein.
Les creux axillaires doivent être palpés en position relâchée, les mains de la
patiente reposant sur les épaules de l’examinateur. La main droite de ce
dernier explore le creux axillaire gauche et la main gauche explore le creux
axillaire droit. Il faut apprécier le nombre, la consistance, la taille, la mobilité
et la situation des adénopathies perçues.
Les creux sus- et sous-claviculaire doivent être examinés cou tendu et relâché,
tête penchée du côté palpé, la femme étant en position assise. L’examinateur
doit se placer en général derrière la patiente
Un cancer est généralement peu
mobile voire fixé.
Si
l’examinateur
découvre une
tumeur
1er degré : fixation de la tumeur au fascia pectoral,
2ème degré : fixation de la tumeur au muscle
pectoral,
3ème degré : fixation de la tumeur à la paroi
thoracique.
En cas de tumeur fixée, l’examinateur est tenu de préciser si la fixation est superficielle ou
profonde. il devra préciser ses caractéristiques (nombre,
siège, taille, limites, consistance, forme, mobilité) et l’existence d’une
inflammation
Une tumeur fixée à la
peau se manifeste par la
rétraction cutanée et le
pincement de la peau est
impossible
Une tumeur fixée aux plans profonds
présente trois degrés de fixation :
Tumeur superficielle du sein gauche Aspect de peau
d’orange

Le professionnel de santé en charge de l’examen appréciera avec le dos de la
main une augmentation de la chaleur locale et recherchera également un
écoulement mamelonnaire par pression du sein puis expression du mamelon. Il
doit noter les caractéristiques de l’écoulement (unilatéral, bilatéral, la couleur du
liquide, la nature sanglante,).
Conduite à tenir après l’examen clinique
 Examen normal sans antécédent familial de cancer du sein : le professionnel de santé est tenu de lui annoncer le
résultat en l’assurant sur le caractère normal de l’examen et en lui recommandant de revenir pour un nouvel
examen deux ans après. Le résultat et le rendez vous sont notifiés dans le dossier médical et le carnet de santé
de la femme.
 Examen normal avec un antécédent familial de cancer du sein : le professionnel de santé doit lui expliquer
l’importance d’être réexaminée par un médecin spécialiste et doit la référer systématiquement vers le CR. Les
informations recueillies lors de l’examen sont notifiées sur le dossier médical et le carnet de la participante, une
fiche de référence lui est délivrée
Suite
 Examen anormal :
 toute femme présentant un ou plusieurs des signes suivants : des modifications cutanées et aréolo
mamelonnaires, une tumeur, un écoulement mamelonnaire ou une adénopathie axillaire ou sus
claviculaire. Le professionnel de santé est tenu d’en informer la participante, de la rassurer et de lui
expliquer l’importance et la nécessité d’être réexaminée voire suivie par un médecin spécialiste. il
doit en outre consigner le siège de l’anomalie et sa taille sur les supports d’information destinés à
cet effet. Une fiche de référence lui est délivrée.
Le diagnostic
 Auto-examen des seins
 Examen clinique des seins (cet examen est réalisé par un professionnel de la santé
qualifié pour vérifier s’il y a des anomalies)
 Mammographie (une de vos seins à faible dose)
 Échographie (permet de savoir si une masse est une tumeur solide ou un )
 Biopsie percutanée
L’auto-examen
une méthode qui permet aux femmes de connaître leurs seins, de les observer et les
palper de manière régulière pour être capable de détecter un changement, de
découvrir un signe anormal ou une masse suspecte.
Le but est de rechercher un changement de taille, de forme, de
contour des seins, de repérer une rougeur ou un tout autre
changement d’aspect de la peau.
repérer toute anomalie pouvant indiquer la présence d’un cancer du sein.
L’examen doit être pratiqué quelques jours après la fin
des menstruations, car les seins sont alors plus souples.
Les résultats
une masse ou un épaississement à l’intérieur du sein
une douleur, une sensation de brûlure,
une déformation du sein
la présence de nodules sous les aisselles
un écoulement au niveau du mamelon ou une sensibilité
inhabituelle
une rougeur ou un changement sur la peau du sein
Il est conseillé de consulter un médecin
Son principe consiste à
radiographier chaque sein de
face et de profil pour visualiser
l'intégralité de la glande
mammaire.
C'est un examen
radiographique qui
utilise les rayons X
L'examen doit être réalisé dans la
première partie du cycle
menstruel c'est-à-dire dans les dix
premiers jours du cycle
Echographie

L’examen est totalement indolore et dure moins de 30 minutes. La patiente est allongée et un gel est
appliqué sur le sein à observer. La sonde est alors appliquée fermement contre le sein et orientée dans
toutes les directions pour observer la totalité du tissu mammaire. Le médecin s’intéresse plus
précisément aux anomalies qu’il peut repérer grâce aux différences de contraste existant entre celles-ci
et le reste du sein. En évaluant précisément leur profil, il peut orienter son diagnostic vers une
anomalie bénigne (par exemple un kyste) ou vers une tumeur maligne. En cas de suspicion de cancer,
d’autres examens sont nécessaires
Biopsie percutanée

Une biopsie percutanée consiste à prélever des fragments de tissus au niveau
d’une anomalie du sein, à l’aide d’une aiguille, à travers la peau. Elle est
réalisée par un radiologue.

Les tissus prélevés sont ensuite analysés au microscope afin de déterminer si
la lésion est cancéreuse, d’en identifier la nature et d’orienter les médecins
sur le choix du traitement
Traitement

Chirurgie : la plupart des femmes atteintes du cancer devront subir une intervention
chirurgicale. Le genre d’intervention dépend des résultats de l’évaluation clinique.
Radiothérapie : le traitement de radiothérapie concentre de la radiation à travers la
peau sur la tumeur et le tissu qui l’entoure.
Chimiothérapie : c’est le traitement le plus commun cancer du sein (réduit le
risque de rechute et traite le cancer avancé).
Hormonothérapie : traite un cancer dont les récepteurs hormonaux sont positifs.
Prévention

-Eviter la sédentarité

- Alimentation saine et équilibrée

-Arrêt du tabac

- Limiter la consommation d’alcool

- Eviter le surpoids

-Auto palpation régulière

- Mammographie

- Adaptation des moyens contraceptifs
Programme de détection précoce
Cancer du col de l’utérus
 Population cible: Femmes âgées de 30 à 49 ans; Le programme exclut
les femmes enceintes à partir de la 8éme semaine d’aménorrhée.
 Test de dépistage : IVA au niveau des ESSP
 Rythme: tous les trois ans.
 Diagnostic précoce : par colposcopie au niveau du CRSR ;
 Le traitement des lésions précancéreuse se fait au niveau du CRSR
par RAD.
 Actuellement la détection précoce du cancer du col de l’utérus est
effective au niveau de 37 Provinces appartenant à 7 régions.
Programme de détection précoce
Matériel nécessaire
 Table d’examen adéquate;
 Sources de lumière de bonne qualité;
 Spéculum bivalve stérile;
 Paire de gants ;
 Ecouvillons de coton, des embouts cotonnés, ou des
compresses de gaze ;
 Pinces longuettes
 Une solution d'acide acétique à 5% fraîchement préparée
 Un seau ou un récipient en plastique ( décontamination du
matériel et déchets)
L’examen clinique L’IVA(inspection visuelle du
col utérin avec l’acide acétique

L’examen de la femme se fait en position gynécologique.

L’examinateur procédera à la mise en place d’un spéculum avant de procéder au nettoyage
soigneux du col utérin à l’aide du coton et du sérum physiologique.

L’examinateur inspectera le col à la recherche des anomalies. Le professionnel de santé
procédera ensuite au badigeonnage du col utérin avec de l’acide acétique à 5% préalablement
préparé, l’inspection du col se fera après un temps d’attente d’une minute.

L’examen gynécologique sera complété par l’inspection du vagin et par un toucher vaginal à
la recherche d’autres lésions.
 L’IVA est positive quant le col présente :
- des zones blanchâtres distinctes, bien
définies et larges avec des marges régulières
ou irrégulières dans la zone de remaniement
ou au niveau de l’épithélium cylindrique, les
zones blanchâtres peuvent intéresser
l’ensemble du col utérin
-un cancer invasif avec la présence sur le col
d’une tumeur ulcéro-proliférative qui blanchit
sous l’effet de l’acide acétique et peut
facilement saigner au toucher.
L’IVA(inspection visuelle du col utérin
avec l’acide acétique) est négative quant
le col utérin ne change pas de couleur, ou
quand il y a la présence d’un ectropion,
d’une métaplasie, ou d’une lésion
satellite
diagnostic

La colposcopie qui doit être faite par le gynécologue,
l’anatomopathologiste assurera l’interprétation des
éventuels prélèvements
traitement du cancer du col de l’utérus

Le traitement du cancer invasif fait appel à la chirurgie,

la radiothérapie et la chimiothérapie.

La surveillance a pour but de rechercher les
complications du traitement et les récidives

locorégionales ou à distance.
Prévention

Afin d'éviter l'apparition de ce type de cancer, il est recommandé :

de ne pas multiplier les partenaires sexuels (l'homme
est autant concerné que la femme) et si tel n'était pas
le cas, de se protéger

de respecter les règles d'hygiène vaginale

de lutter contre le tabagisme.

La vaccinnation contre le papilloma virus
ORGANIGRAMME DPCS
45
Recrutement des
femmes 45- 69 ans
Non
participantes
Participantes au
programme
Examen du sein
Anormal
Normal
sans
antécédent
s
Normal
avec
antécédent
s
Examen du sein
approfondi
Normal
Anormal
Mammographie/
Échographie
Normale
Anormale
Examens
complémentaires
Biopsie
Cytoponctio
n
Pathologie cancéreuse
Prise en charge cancer
Prochain RV
dans 2 ans
Pathologie non
cancéreuse
Prise en charge
Prochain RV
dans xx
Niveau
1aire
Niveau
2aire
Centre
Santé
CR
SR
Niveau
3aire
C.d’oncologie
ORGANIGRAMME DPCC
Niveau
1aire
Niveau
2aire
Centre
Santé
CR
SR
Niveau
3aire
C.d’oncologie
Surveillance/
Colposcopie
/an
Prochain
RV
3 ans
Non
participante
Prise en charge
Staff multidisciplinaire
C. invasif
Biopsie
Lésion suspecte de
C. invasif
Colposcopie Normal
Suspicion de CIN ou C.
non invasif
RAD/CONISATION
Confirmation de CIN ou
Cancer micro invasif
Ana Path
Négatif
Positif
Négatif +
JSP
invisible
Recrutement femmes
30 – 49 ans
Participante
Dépistage par
IVA
Programme de détection précoce
Plan d’action
 Calculer la population cible:
 cancer du sein : femmes de 45 – 69 ans : 21% pop. Femmes
 cancer du col : femmes de 30 – 49 ans : 27% pop Femmes
 Calculer les objectifs de participation ESSP:
 1ère année de l’implantation = 15% (Taroudannt = 10%) ;
 2ème année = 30% ;
 Atteindre et se maintenir à un taux ≥ 60%.
 Calculer les objectifs de participation du CRSR:
 10% à 15% des effectifs vus aux ESSP.
Programme de détection précoce
Système d’information
Centres de santé
Centre de référence
Centres d’oncologie
Maternités/chirurgie
Chaque CS a sa propre base de données
Le CR contient la base de
données de tous les CS + CR SR
Circuit normal
Référence
Contre-
Référence
Programme de détection précoce
Système d’information (Objectifs)
 Suivre l’évolution du dépistage au niveau des différentes
structures primaires;
 Suivre la participante en termes de calendrier, de
diagnostic et de prise en charge à tous les niveaux
d’intervention;
 Disposer automatiquement de rapports et synthèses ;
 Assurer une meilleure planification et une meilleure prise
en charge.
Programme de détection précoce
Organisation
Programme de détection précoce
Organisation
Système d’Information
Suivre le lien
Conclusion
Particularités des programmes de dépistage:
 Nature de la maladie (perception);
 Cible une population apparemment saine: besoin non ressenti;
 Stratégie de recrutement des participantes;
 Importance de l’organisation, des délais et de la continuité du
dépistage;
 Equilibre entre bénéfices (pronostic, diminution de la
lourdeur et du coût du traitement,..) et risques du dépistage
(Faux positifs, Coûts psychologiques,…).
00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx

Contenu connexe

Tendances

Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabatGestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
abdelhaq chnitef
 
Démarche qualité slideshare
Démarche qualité slideshareDémarche qualité slideshare
Démarche qualité slideshare
Béatrice BRINET
 
Organisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsOrganisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsJamal Ti
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
moha coursante
 
L'équité en santé au Maroc
L'équité en santé au MarocL'équité en santé au Maroc
L'équité en santé au Maroc
UnicefMaroc
 
La grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chefLa grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chef
Ibnelafif Samir
 
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaqGestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
abdelhaq chnitef
 
Audit qualité interne
Audit qualité interneAudit qualité interne
Audit qualité interneGhanou Aztita
 
Les 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualitéLes 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualité
Ecoute & Qualité
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Mehdi Razzok
 
Les 4 phases du management de projet
Les 4 phases du management de projetLes 4 phases du management de projet
Les 4 phases du management de projet
Antonin GAUNAND
 
Qcm iso 9001_v_2015[1]
Qcm iso 9001_v_2015[1]Qcm iso 9001_v_2015[1]
Qcm iso 9001_v_2015[1]
Aziza Wahmani
 
La communication et ses enjeux
La communication et ses enjeuxLa communication et ses enjeux
La communication et ses enjeux
CMCF(Centre Maroco-Coréen de Formation en TICE)
 
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étudeMéthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Connaissance Créative
 
10 minutes : Tableaux de bord
10 minutes : Tableaux de bord10 minutes : Tableaux de bord
10 minutes : Tableaux de bord
Converteo
 
Questionnaire de diagnostic
Questionnaire de diagnosticQuestionnaire de diagnostic
Questionnaire de diagnostic
Garoudy Edmond
 
La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...
La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...
La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...
Damien ARNAUD
 
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]Rànyà Yààkoùbî
 

Tendances (20)

Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabatGestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
Gestion unite de soins chnitef abdelhaq-hsr-rabat
 
Démarche qualité slideshare
Démarche qualité slideshareDémarche qualité slideshare
Démarche qualité slideshare
 
Organisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsOrganisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soins
 
Les outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualiteLes outils du management de la qualite
Les outils du management de la qualite
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
 
Cours sociologie
Cours sociologieCours sociologie
Cours sociologie
 
L'équité en santé au Maroc
L'équité en santé au MarocL'équité en santé au Maroc
L'équité en santé au Maroc
 
La grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chefLa grh par l infirmier chef
La grh par l infirmier chef
 
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaqGestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
Gestion UNITE DE SOINS-Chnitef abdelhaq
 
Audit qualité interne
Audit qualité interneAudit qualité interne
Audit qualité interne
 
Les 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualitéLes 8 principes du management de la qualité
Les 8 principes du management de la qualité
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
 
Les 4 phases du management de projet
Les 4 phases du management de projetLes 4 phases du management de projet
Les 4 phases du management de projet
 
Qcm iso 9001_v_2015[1]
Qcm iso 9001_v_2015[1]Qcm iso 9001_v_2015[1]
Qcm iso 9001_v_2015[1]
 
La communication et ses enjeux
La communication et ses enjeuxLa communication et ses enjeux
La communication et ses enjeux
 
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étudeMéthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
 
10 minutes : Tableaux de bord
10 minutes : Tableaux de bord10 minutes : Tableaux de bord
10 minutes : Tableaux de bord
 
Questionnaire de diagnostic
Questionnaire de diagnosticQuestionnaire de diagnostic
Questionnaire de diagnostic
 
La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...
La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...
La communication interne et externe dans le secteur hospitalier : Interview d...
 
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
Les déterminants de la santé [mode de compatibilité]
 

Similaire à 00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx

Brochure_Depistage_2012
Brochure_Depistage_2012Brochure_Depistage_2012
Brochure_Depistage_2012Sarah Lachat
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Marie Campistron
 
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistageSurdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Cancer Rose
 
Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal
Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal
Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal
Islem Soualhi
 
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Cancer Rose
 
Luc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en France
Luc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en FranceLuc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en France
Luc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en France
Luc ROTENBERG
 
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Elisabeth RUSS
 
TNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomacTNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomac
bouchaala-walid
 
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole MathelinPrévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Association Seins et Vie
 
Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203
Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203
Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203
Patou Conrath
 
Isf slideshare revolution_cancer revue
Isf slideshare revolution_cancer revueIsf slideshare revolution_cancer revue
Isf slideshare revolution_cancer revue
Matthieu Dijoux
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
cyliabenali1
 
Cancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgCancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgesf3
 
Pathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anée
Pathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anéePathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anée
Pathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anée
OthmaneLemnouar
 
6- Cancer de l'uterus.pptx
6- Cancer de l'uterus.pptx6- Cancer de l'uterus.pptx
6- Cancer de l'uterus.pptx
JAMILNOEME
 
These de doctorat
These de doctoratThese de doctorat
These de doctorat
balaye80
 
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. BenoistPoint de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Surdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinSurdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du Sein
DES Daughter
 

Similaire à 00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx (20)

Brochure_Depistage_2012
Brochure_Depistage_2012Brochure_Depistage_2012
Brochure_Depistage_2012
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
 
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistageSurdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
Surdiagnostic des cancers du sein, controverses à propos du dépistage
 
Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal
Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal
Dépistage du cancer du col , frottis cervico vaginal
 
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
Surdiagnostic des cancers du sein. Controverse à propos du dépistage. Cours D...
 
Luc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en France
Luc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en FranceLuc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en France
Luc Rotenberg, depistage organisé du cancer du sein en France
 
Ald30 gp coluterin
Ald30 gp coluterinAld30 gp coluterin
Ald30 gp coluterin
 
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
Cancer mammaire et envahissement ganglionnaire - 2015 gynecologie obstetrique...
 
TNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomacTNCD: Cancer de l'estomac
TNCD: Cancer de l'estomac
 
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole MathelinPrévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
Prévention des Cancers du Sein par Carole Mathelin
 
Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203
Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203
Les cancers en_france_en_2016_l_essentiel_des_faits_et_chiffres_mel_20170203
 
Isf slideshare revolution_cancer revue
Isf slideshare revolution_cancer revueIsf slideshare revolution_cancer revue
Isf slideshare revolution_cancer revue
 
kc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptxkc de l_endometre.pptx
kc de l_endometre.pptx
 
Cancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgCancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mg
 
Pathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anée
Pathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anéePathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anée
Pathologie gynéco-obstétrique.pptx.2anée
 
6- Cancer de l'uterus.pptx
6- Cancer de l'uterus.pptx6- Cancer de l'uterus.pptx
6- Cancer de l'uterus.pptx
 
These de doctorat
These de doctoratThese de doctorat
These de doctorat
 
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. BenoistPoint de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
 
Surdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinSurdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du Sein
 
2003 3013 : Panorama de la cancerologie en Rhone-Alpes Auvergne
2003 3013 : Panorama de la cancerologie en Rhone-Alpes Auvergne2003 3013 : Panorama de la cancerologie en Rhone-Alpes Auvergne
2003 3013 : Panorama de la cancerologie en Rhone-Alpes Auvergne
 

Plus de SamiraMBasskar

Anatomie physio S.cardio.pptx.pdf
Anatomie physio S.cardio.pptx.pdfAnatomie physio S.cardio.pptx.pdf
Anatomie physio S.cardio.pptx.pdf
SamiraMBasskar
 
cours PF RAJA OUABICH (1).pdf
cours PF RAJA OUABICH (1).pdfcours PF RAJA OUABICH (1).pdf
cours PF RAJA OUABICH (1).pdf
SamiraMBasskar
 
dtuberculose.ppt
dtuberculose.pptdtuberculose.ppt
dtuberculose.ppt
SamiraMBasskar
 
Anatomie physio muscles.pptx.pdf
Anatomie physio muscles.pptx.pdfAnatomie physio muscles.pptx.pdf
Anatomie physio muscles.pptx.pdf
SamiraMBasskar
 
Anatomie Osteologie.pptx.pdf
Anatomie Osteologie.pptx.pdfAnatomie Osteologie.pptx.pdf
Anatomie Osteologie.pptx.pdf
SamiraMBasskar
 
Anatomie des tissus.pptx.pdf
Anatomie des tissus.pptx.pdfAnatomie des tissus.pptx.pdf
Anatomie des tissus.pptx.pdf
SamiraMBasskar
 
Anatomie physio S.digestif.pptx.pdf
Anatomie  physio S.digestif.pptx.pdfAnatomie  physio S.digestif.pptx.pdf
Anatomie physio S.digestif.pptx.pdf
SamiraMBasskar
 
semiologie_(1).pdf
semiologie_(1).pdfsemiologie_(1).pdf
semiologie_(1).pdf
SamiraMBasskar
 
algorithme pcie.pdf
algorithme pcie.pdfalgorithme pcie.pdf
algorithme pcie.pdf
SamiraMBasskar
 
ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...
ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...
ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...
SamiraMBasskar
 
2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf
2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf
2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf
SamiraMBasskar
 

Plus de SamiraMBasskar (11)

Anatomie physio S.cardio.pptx.pdf
Anatomie physio S.cardio.pptx.pdfAnatomie physio S.cardio.pptx.pdf
Anatomie physio S.cardio.pptx.pdf
 
cours PF RAJA OUABICH (1).pdf
cours PF RAJA OUABICH (1).pdfcours PF RAJA OUABICH (1).pdf
cours PF RAJA OUABICH (1).pdf
 
dtuberculose.ppt
dtuberculose.pptdtuberculose.ppt
dtuberculose.ppt
 
Anatomie physio muscles.pptx.pdf
Anatomie physio muscles.pptx.pdfAnatomie physio muscles.pptx.pdf
Anatomie physio muscles.pptx.pdf
 
Anatomie Osteologie.pptx.pdf
Anatomie Osteologie.pptx.pdfAnatomie Osteologie.pptx.pdf
Anatomie Osteologie.pptx.pdf
 
Anatomie des tissus.pptx.pdf
Anatomie des tissus.pptx.pdfAnatomie des tissus.pptx.pdf
Anatomie des tissus.pptx.pdf
 
Anatomie physio S.digestif.pptx.pdf
Anatomie  physio S.digestif.pptx.pdfAnatomie  physio S.digestif.pptx.pdf
Anatomie physio S.digestif.pptx.pdf
 
semiologie_(1).pdf
semiologie_(1).pdfsemiologie_(1).pdf
semiologie_(1).pdf
 
algorithme pcie.pdf
algorithme pcie.pdfalgorithme pcie.pdf
algorithme pcie.pdf
 
ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...
ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...
ACFrOgDWx7ZjOUl734-YSUHcml5C7uhxjRrVI3bElw8lvrozVh3Woy-nF75kD_PByQw2hVqD5Wmyk...
 
2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf
2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf
2 Anatomie physio Cellule.pptx.pdf
 

00-Programme national de détection précoce du cancer.pptx

  • 1. Programme national de détection précoce du cancer du sein et du col de l’utérus Mme Rachida Boutiti ISPITS AGADIR Cycle:LICENCE Option:inf polyvalent
  • 2. Plan de la présentation  Contexte de la lutte contre le cancer  Définitions et concepts  Programme de détection précoce  Système d’information  conclusion
  • 3. Contexte de la lutte contre le cancer
  • 4. Contexte de la lutte contre le Cancer Jusque là…  Absence de données épidémiologiques nationales,  Actions minimes, ponctuelles, basées sur des projets  Prise en charge centralisée,  Malades pris en charge < 10 000 (<1/3 des personnes atteintes de cancer)  Le Cancer n’était pas reconnu comme un problème de santé publique,
  • 5. Contexte de la lutte contre le Cancer Et Puis…  Création de la fondation Lalla Salma de lutte contre le Cancer (Leadership+++),  Existence d’une volonté politique,  Cancer est reconnu comme un problème de santé publique,  Données épidémiologiques nationales/ RCGC,  Existence d’infrastructure (10 centres d’oncologie) permettant une prise en charge décentralisée,  Malades pris en charge > 20 000 ce qui représente 2/3 des personnes atteintes de cancer,  Elaboration du 1er Plan National de Prévention et de Contrôle du Cancer
  • 6. Contexte de la lutte contre le Cancer Pourquoi un Plan Cancer…?  Dans le monde  En 2008: 12 M de Nouveaux Cas de cancer  12% de tous les décès dont ¾ dans les PED  Au Maroc  35 000 nouveaux cas par an dont 1 200 enfants (4%)  Le cancer serait responsable de 12% des décès  Femme: cancer du sein (34,6%), col (14.4%)  Homme: cancer poumon (24%), prostate (8%)
  • 7. Contexte de la lutte contre le Cancer Pourquoi un Plan Cancer…? Selon les données du registre du Grand Casablanca 2005-2007:  Cancer du sein :  1er cancer de la femme;  34,3 % de tous les cancers féminins ;  Incidence = 36.4 NC/ 100 000 femmes .  Cancer du col de l’utérus :  2ème cancer de la femme;  13,3 % de tous les cancers féminins ;  incidence = 14.6 NC/ 100 000 femmes.
  • 8. Contexte de la lutte contre le Cancer Pourquoi un Plan Cancer…?  On peut prévenir 40% et en guérir certains à 100%  La Mise en œuvre de ce plan est la méthode la plus efficace et la plus efficiente pour réduire ce fléau  C’est un défi à la portée de notre pays
  • 10. Définitions et Concepts Dépistage Vs Diagnostic Détection Précoce: l’implantation organisée et systématique d’interventions qui comprennent le dépistage, le diagnostic précoce et le traitement qui s’en suit Dépistage Diagnostic précoce • Procédure permettant l’identification d’une maladie ou d’une anomalie non connues chez des sujets considérés comme indemnes. • Action Collective sur une population bien portante • Détecte les cancers à un stade de meilleure curabilité, voir à un stade précancéreux • Diminue la mortalité, voire l’incidence • Il consiste à diagnostiquer des signes précurseurs et symptômes du cancer afin de faciliter le diagnostic avant que le mal ne soit à un stade avancé, ce qui permet un traitement plus léger et plus efficace. • Action Individuelle. • Détecte les cancers à un stade de curabilité si précoce • Diminue la Mortalité
  • 11. Définitions et Concepts Dépistage (Critères de Wilson et Jungner)  La maladie recherchée doit constituer un important problème de santé;  L’histoire naturelle de la maladie doit être parfaitement connue;  Le stade pré-symptomatique est facilement identifiable;  Existence d’un test pratique, fiable et acceptable;  Le cout doit être acceptable et ne dépasse pas le cout de la maladie;  Les services de diagnostic et de prise en charge des personnes dépistées doivent être disponibles;  Un traitement efficace/et facile d’administration doit être disponible
  • 12. Définitions et Concepts Dépistage (Tests)  Cancer du sein :  L’examen Clinique des Seins +++  La mammographie  Cancers du col :  L’IVA +++  Le frottis cervical  La recherche des virus HPV oncogènes
  • 13. Programme de détection précoce proprement dit
  • 14. Programme de détection précoce Processus de planification  L’implantation du PDPCSC a été basée sur l’analyse des données épidémiologiques de ces deux cancers ainsi que de l’organisation de l’offre de soins existante au niveau national.  Ceci a permis de définir les différents aspects du programme :  composantes du programme:  Organisation du dépistage  Organisation du diagnostic précoce  Organisation de la prise en charge thérapeutique.  Populations cibles;  Tests de dépistage;  Circuit d’orientation et du recours des participantes.  Axes de mise en œuvre.
  • 15. Cadre conceptuel du PNDPCSC Lancement officiel le 24 mars 2010 Mobilisation Nationale et Internationale Prévention Détection Précoce Dépistage Diagnostic et traitement Soins Palliatifs Législation Soutien social Communication Recherche / formation
  • 16. Programme de détection précoce But et Objectifs  but :  de diminuer la mortalité et la morbidité liées aux cancers du sein et du col de l’utérus. (à moyen et long terme)  Objectifs:  Améliorer la prise en charge des femmes atteintes de cancers du sein en mettant en place un système organisé de dépistage, de diagnostic précoce et de traitement de ces deux cancers.  Atteindre et se maintenir à un taux de participation au dépistage supérieur ou égal à 60 % .++++
  • 17. Programme de détection précoce Cancer du sein  Population cible:  Femmes âgées de 45 ans à 69 ans;  ATCD de cancer du sein dans la famille.  Test de dépistage: Examen clinique des seins par les médecins/infirmières/Sages-femmes formés au niveau des ESSP.  Rythme: tous les deux ans.  Diagnostic précoce : mammographie au niveau du CRSR  Actuellement, la détection précoce du cancer du sein est généralisée au niveau national.
  • 18. Cancer du sein Cancer le plus fréquent chez la femme. Il peut parfois se développer chez l’homme mais de façon très rare. Il existe deux types de cancer du sein : - Le cancer non invasif (= in situ) : qui se forme à l’intérieur des canaux de lactation - Le cancer invasif (= infiltrant) : qui envahit les tissus entourant les canaux de lactation
  • 19.
  • 20. L’ examen clinique: A)Inspection Le professionnel de santé est tenu d’examiner la femme dévêtue jusqu’à la ceinture en position debout les bras le long du corps puis les bras levés, de face et de profil. Il doit apprécier le volume des seins, leur symétrie et noter les signes inflammatoires et les modifications du mamelon et de l’aréole. Le professionnel de santé recherchera systématiquement toutes modifications des contours du sein telles :
  • 21.  une rétraction discrète (fossette ou ride) ou massive (glande mammaire totalement fixée et rétractée sur le muscle pectoral);  une saillie ou une modification des contours du sein en cas de tumeur superficielle;  une ulcération
  • 22. Le professionnel de santé est tenu de procéder à une palpation des seins et des aires ganglionnaires chez une participante assise puis couchée , précise, méthodique et comparative. se faire la main bien à plat, avec l’extrémité de l’index et du médius, L’examinateur se plaçant toujours du côté à examiner doit effectuer des petits mouvements circulaires de l’extrémité des doigts avec une légère pression de la glande. La totalité du sein doit être explorée. L’examinateur est tenu de palper systématiquement les aires ganglionnaires axillaires et susclaviculaires quelque soit les données de l’examen du sein b)La palpation
  • 23.  L’examinateur est tenu de palper systématiquement les aires ganglionnaires axillaires et susclaviculaires quelque soit les données de l’examen du sein. Les creux axillaires doivent être palpés en position relâchée, les mains de la patiente reposant sur les épaules de l’examinateur. La main droite de ce dernier explore le creux axillaire gauche et la main gauche explore le creux axillaire droit. Il faut apprécier le nombre, la consistance, la taille, la mobilité et la situation des adénopathies perçues. Les creux sus- et sous-claviculaire doivent être examinés cou tendu et relâché, tête penchée du côté palpé, la femme étant en position assise. L’examinateur doit se placer en général derrière la patiente
  • 24. Un cancer est généralement peu mobile voire fixé. Si l’examinateur découvre une tumeur 1er degré : fixation de la tumeur au fascia pectoral, 2ème degré : fixation de la tumeur au muscle pectoral, 3ème degré : fixation de la tumeur à la paroi thoracique. En cas de tumeur fixée, l’examinateur est tenu de préciser si la fixation est superficielle ou profonde. il devra préciser ses caractéristiques (nombre, siège, taille, limites, consistance, forme, mobilité) et l’existence d’une inflammation Une tumeur fixée à la peau se manifeste par la rétraction cutanée et le pincement de la peau est impossible Une tumeur fixée aux plans profonds présente trois degrés de fixation :
  • 25. Tumeur superficielle du sein gauche Aspect de peau d’orange
  • 26.  Le professionnel de santé en charge de l’examen appréciera avec le dos de la main une augmentation de la chaleur locale et recherchera également un écoulement mamelonnaire par pression du sein puis expression du mamelon. Il doit noter les caractéristiques de l’écoulement (unilatéral, bilatéral, la couleur du liquide, la nature sanglante,).
  • 27. Conduite à tenir après l’examen clinique  Examen normal sans antécédent familial de cancer du sein : le professionnel de santé est tenu de lui annoncer le résultat en l’assurant sur le caractère normal de l’examen et en lui recommandant de revenir pour un nouvel examen deux ans après. Le résultat et le rendez vous sont notifiés dans le dossier médical et le carnet de santé de la femme.  Examen normal avec un antécédent familial de cancer du sein : le professionnel de santé doit lui expliquer l’importance d’être réexaminée par un médecin spécialiste et doit la référer systématiquement vers le CR. Les informations recueillies lors de l’examen sont notifiées sur le dossier médical et le carnet de la participante, une fiche de référence lui est délivrée
  • 28. Suite  Examen anormal :  toute femme présentant un ou plusieurs des signes suivants : des modifications cutanées et aréolo mamelonnaires, une tumeur, un écoulement mamelonnaire ou une adénopathie axillaire ou sus claviculaire. Le professionnel de santé est tenu d’en informer la participante, de la rassurer et de lui expliquer l’importance et la nécessité d’être réexaminée voire suivie par un médecin spécialiste. il doit en outre consigner le siège de l’anomalie et sa taille sur les supports d’information destinés à cet effet. Une fiche de référence lui est délivrée.
  • 29. Le diagnostic  Auto-examen des seins  Examen clinique des seins (cet examen est réalisé par un professionnel de la santé qualifié pour vérifier s’il y a des anomalies)  Mammographie (une de vos seins à faible dose)  Échographie (permet de savoir si une masse est une tumeur solide ou un )  Biopsie percutanée
  • 30. L’auto-examen une méthode qui permet aux femmes de connaître leurs seins, de les observer et les palper de manière régulière pour être capable de détecter un changement, de découvrir un signe anormal ou une masse suspecte. Le but est de rechercher un changement de taille, de forme, de contour des seins, de repérer une rougeur ou un tout autre changement d’aspect de la peau. repérer toute anomalie pouvant indiquer la présence d’un cancer du sein. L’examen doit être pratiqué quelques jours après la fin des menstruations, car les seins sont alors plus souples.
  • 31. Les résultats une masse ou un épaississement à l’intérieur du sein une douleur, une sensation de brûlure, une déformation du sein la présence de nodules sous les aisselles un écoulement au niveau du mamelon ou une sensibilité inhabituelle une rougeur ou un changement sur la peau du sein Il est conseillé de consulter un médecin
  • 32. Son principe consiste à radiographier chaque sein de face et de profil pour visualiser l'intégralité de la glande mammaire. C'est un examen radiographique qui utilise les rayons X L'examen doit être réalisé dans la première partie du cycle menstruel c'est-à-dire dans les dix premiers jours du cycle
  • 33. Echographie  L’examen est totalement indolore et dure moins de 30 minutes. La patiente est allongée et un gel est appliqué sur le sein à observer. La sonde est alors appliquée fermement contre le sein et orientée dans toutes les directions pour observer la totalité du tissu mammaire. Le médecin s’intéresse plus précisément aux anomalies qu’il peut repérer grâce aux différences de contraste existant entre celles-ci et le reste du sein. En évaluant précisément leur profil, il peut orienter son diagnostic vers une anomalie bénigne (par exemple un kyste) ou vers une tumeur maligne. En cas de suspicion de cancer, d’autres examens sont nécessaires
  • 34. Biopsie percutanée  Une biopsie percutanée consiste à prélever des fragments de tissus au niveau d’une anomalie du sein, à l’aide d’une aiguille, à travers la peau. Elle est réalisée par un radiologue.  Les tissus prélevés sont ensuite analysés au microscope afin de déterminer si la lésion est cancéreuse, d’en identifier la nature et d’orienter les médecins sur le choix du traitement
  • 35. Traitement  Chirurgie : la plupart des femmes atteintes du cancer devront subir une intervention chirurgicale. Le genre d’intervention dépend des résultats de l’évaluation clinique. Radiothérapie : le traitement de radiothérapie concentre de la radiation à travers la peau sur la tumeur et le tissu qui l’entoure. Chimiothérapie : c’est le traitement le plus commun cancer du sein (réduit le risque de rechute et traite le cancer avancé). Hormonothérapie : traite un cancer dont les récepteurs hormonaux sont positifs.
  • 36. Prévention  -Eviter la sédentarité  - Alimentation saine et équilibrée  -Arrêt du tabac  - Limiter la consommation d’alcool  - Eviter le surpoids  -Auto palpation régulière  - Mammographie  - Adaptation des moyens contraceptifs
  • 37. Programme de détection précoce Cancer du col de l’utérus  Population cible: Femmes âgées de 30 à 49 ans; Le programme exclut les femmes enceintes à partir de la 8éme semaine d’aménorrhée.  Test de dépistage : IVA au niveau des ESSP  Rythme: tous les trois ans.  Diagnostic précoce : par colposcopie au niveau du CRSR ;  Le traitement des lésions précancéreuse se fait au niveau du CRSR par RAD.  Actuellement la détection précoce du cancer du col de l’utérus est effective au niveau de 37 Provinces appartenant à 7 régions.
  • 38.
  • 39. Programme de détection précoce Matériel nécessaire  Table d’examen adéquate;  Sources de lumière de bonne qualité;  Spéculum bivalve stérile;  Paire de gants ;  Ecouvillons de coton, des embouts cotonnés, ou des compresses de gaze ;  Pinces longuettes  Une solution d'acide acétique à 5% fraîchement préparée  Un seau ou un récipient en plastique ( décontamination du matériel et déchets)
  • 40. L’examen clinique L’IVA(inspection visuelle du col utérin avec l’acide acétique  L’examen de la femme se fait en position gynécologique.  L’examinateur procédera à la mise en place d’un spéculum avant de procéder au nettoyage soigneux du col utérin à l’aide du coton et du sérum physiologique.  L’examinateur inspectera le col à la recherche des anomalies. Le professionnel de santé procédera ensuite au badigeonnage du col utérin avec de l’acide acétique à 5% préalablement préparé, l’inspection du col se fera après un temps d’attente d’une minute.  L’examen gynécologique sera complété par l’inspection du vagin et par un toucher vaginal à la recherche d’autres lésions.
  • 41.  L’IVA est positive quant le col présente : - des zones blanchâtres distinctes, bien définies et larges avec des marges régulières ou irrégulières dans la zone de remaniement ou au niveau de l’épithélium cylindrique, les zones blanchâtres peuvent intéresser l’ensemble du col utérin -un cancer invasif avec la présence sur le col d’une tumeur ulcéro-proliférative qui blanchit sous l’effet de l’acide acétique et peut facilement saigner au toucher. L’IVA(inspection visuelle du col utérin avec l’acide acétique) est négative quant le col utérin ne change pas de couleur, ou quand il y a la présence d’un ectropion, d’une métaplasie, ou d’une lésion satellite
  • 42. diagnostic  La colposcopie qui doit être faite par le gynécologue, l’anatomopathologiste assurera l’interprétation des éventuels prélèvements
  • 43. traitement du cancer du col de l’utérus  Le traitement du cancer invasif fait appel à la chirurgie,  la radiothérapie et la chimiothérapie.  La surveillance a pour but de rechercher les complications du traitement et les récidives  locorégionales ou à distance.
  • 44. Prévention  Afin d'éviter l'apparition de ce type de cancer, il est recommandé :  de ne pas multiplier les partenaires sexuels (l'homme est autant concerné que la femme) et si tel n'était pas le cas, de se protéger  de respecter les règles d'hygiène vaginale  de lutter contre le tabagisme.  La vaccinnation contre le papilloma virus
  • 45. ORGANIGRAMME DPCS 45 Recrutement des femmes 45- 69 ans Non participantes Participantes au programme Examen du sein Anormal Normal sans antécédent s Normal avec antécédent s Examen du sein approfondi Normal Anormal Mammographie/ Échographie Normale Anormale Examens complémentaires Biopsie Cytoponctio n Pathologie cancéreuse Prise en charge cancer Prochain RV dans 2 ans Pathologie non cancéreuse Prise en charge Prochain RV dans xx Niveau 1aire Niveau 2aire Centre Santé CR SR Niveau 3aire C.d’oncologie
  • 46. ORGANIGRAMME DPCC Niveau 1aire Niveau 2aire Centre Santé CR SR Niveau 3aire C.d’oncologie Surveillance/ Colposcopie /an Prochain RV 3 ans Non participante Prise en charge Staff multidisciplinaire C. invasif Biopsie Lésion suspecte de C. invasif Colposcopie Normal Suspicion de CIN ou C. non invasif RAD/CONISATION Confirmation de CIN ou Cancer micro invasif Ana Path Négatif Positif Négatif + JSP invisible Recrutement femmes 30 – 49 ans Participante Dépistage par IVA
  • 47. Programme de détection précoce Plan d’action  Calculer la population cible:  cancer du sein : femmes de 45 – 69 ans : 21% pop. Femmes  cancer du col : femmes de 30 – 49 ans : 27% pop Femmes  Calculer les objectifs de participation ESSP:  1ère année de l’implantation = 15% (Taroudannt = 10%) ;  2ème année = 30% ;  Atteindre et se maintenir à un taux ≥ 60%.  Calculer les objectifs de participation du CRSR:  10% à 15% des effectifs vus aux ESSP.
  • 48. Programme de détection précoce Système d’information Centres de santé Centre de référence Centres d’oncologie Maternités/chirurgie Chaque CS a sa propre base de données Le CR contient la base de données de tous les CS + CR SR Circuit normal Référence Contre- Référence
  • 49. Programme de détection précoce Système d’information (Objectifs)  Suivre l’évolution du dépistage au niveau des différentes structures primaires;  Suivre la participante en termes de calendrier, de diagnostic et de prise en charge à tous les niveaux d’intervention;  Disposer automatiquement de rapports et synthèses ;  Assurer une meilleure planification et une meilleure prise en charge.
  • 50. Programme de détection précoce Organisation
  • 51. Programme de détection précoce Organisation
  • 53. Conclusion Particularités des programmes de dépistage:  Nature de la maladie (perception);  Cible une population apparemment saine: besoin non ressenti;  Stratégie de recrutement des participantes;  Importance de l’organisation, des délais et de la continuité du dépistage;  Equilibre entre bénéfices (pronostic, diminution de la lourdeur et du coût du traitement,..) et risques du dépistage (Faux positifs, Coûts psychologiques,…).

Notes de l'éditeur

  1. 10 centres d’oncologie en 2015: Casablanca, Rabat, Agadir, Oujda, Al Houceima, Marrakech, Fes, Meknes, En cours en 2015: Tanger, Laayoune, Beni mellal